Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Première partie. Acteurs sociaux et militants devant l'évènement

La décolonisation vue par des neutres : regards suisses sur l’indépendance du Nigeria

Steve Page

Testo integrale

1En octobre 1960, le Nigeria accède à son indépendance. Dans quelle mesure la Suisse, petit pays officiellement neutre et non colonial, se sent-elle concernée par l’événement ? Même si les autorités suisses n’ont pas envoyé leurs troupes pour « pacifier » des territoires étrangers et les faire passer sous leur administration, quelques missionnaires, et surtout des marchands, ont développé des activités au-delà de leurs frontières. Au Nigeria précisément, on compte environ 450 Suisses. Mais tout comme leur consulat embryonnaire et ses correspondants à Berne, ils ne sont pas capables d’influencer les modalités de la décolonisation. Celle-ci peut malgré tout affecter leurs conditions de vie et leurs intérêts.

2La présente contribution vise à comparer les perceptions de l’accession à l’indépendance par différents milieux suisses. Au tournant des années 1960, les commerçants nourrissent-ils les mêmes craintes ou attentes que leurs compatriotes diplomates ou missionnaires ? À partir des éléments de réponse, nous essaierons d’identifier les facteurs de divergence.

La vision commerciale

  • 1 OSEC, rapports spéciaux, série A, no 46, Afrique de l’Ouest, 2e semestre 1944 et juillet 1951. Arc (...)

3En 1944, le délégué de l’Office suisse d’expansion commerciale (OSEC) à Lagos dresse un portrait succinct de l’économie nigériane et fait état d’une société en mouvement, comprenant une importante et croissante classe moyenne. Par le pouvoir d’achat supposé de ses habitants, Lagos se révèle plus attractive que n’importe quelle autre ville en Afrique de l’Ouest. En 1951, l’OSEC se livre à une apologie de l’impérialisme jugé nécessaire pour soutenir le redémarrage des économies européennes. Celles-ci se trouvent en période de croissance, et l’Afrique constitue l’un des derniers espaces d’expansion disponibles. L’Organisation concède néanmoins que les peuples d’Afrique, inspirés par les événements asiatiques, cherchent à leur tour « à se libérer de l’homme blanc ». Loin de suggérer des conclusions pessimistes ou d’inviter à la réserve, cette perspective laisse espérer des débouchés intéressants à plus d’une entreprise suisse. L’OSEC appelle à suivre les événements de près1.

  • 2 Rapport de voyage d’Edwin Stopper, février 1960. Archives fédérales suisses à Berne [AFS], E2003-0 (...)

4Dans ce but, le gouvernement suisse, soucieux de s’adapter à la nouvelle situation, envoie son délégué aux accords commerciaux, Edwin Stopper, explorer l’Afrique de l’Ouest. Stopper décrit « l’Africain » comme un être sorti de l’enfance grâce à l’éducation européenne et qui revendique désormais son indépendance. Alors qu’il cherche à résoudre ses problèmes, le communisme peut lui apparaître comme une option séduisante à travers des résultats économiques positifs en Russie et en Chine. Aux yeux de Stopper, l’importance de l’Afrique dans la politique mondiale réside bien moins dans son poids économique que dans le laboratoire qu’elle représente pour l’influence idéologique de l’Est et de l’Ouest. De plus, le continent resterait dépendant, dans le sens où il ne pourrait pas se développer isolément. Stopper appelle donc la Suisse à coordonner son aide publique et privée avec celle de l’Europe, sans oublier de mettre l’accent sur la transmission de savoir-faire (Stopper, 1960 : 109-147). Se fondant sur des entretiens avec plusieurs personnalités nigérianes, Stopper rapporte que la jeune nation aura besoin d’investissements et d’aide extérieure pour développer son administration, son agriculture et ses écoles2.

5Les impressions de Stopper à propos du Nigeria en particulier reflètent un optimisme sans bornes et l’image d’un pays préparant une harmonieuse transition vers l’indépendance, observant une politique conservatrice pro-occidentale et opposant au panafricanisme un certain scepticisme, ce qui semble indiquer qu’il travaillera à son propre développement avant de chercher à exercer son influence sur les pays voisins. Conformément à une opinion répandue, Stopper voit le Nigeria comme le pays d’Afrique de l’Ouest promis au développement le plus rapide (Stopper, 1960 : 109-147).

  • 3 Échange de lettres entre Eduard Brügger et Benjamin Schwarzenbach, 18-4-1956 et 20-4-1956. AFS, E2 (...)
  • 4 Schwarzenbach note qu’Azikiwe avait accepté une invitation à se rendre à Prague, mais y avait fina (...)

6La Suisse dispose d’un vice-consul à Lagos depuis 1952, subordonné à son consul résidant à Accra. Le vice-consul Benjamin Schwarzenbach cumule sa fonction diplomatique au Nigeria avec celle d’agent commercial général de l’entreprise commerciale suisse UTC. En 1956, le consul à Accra, Eduard Brügger, commande à Schwarzenbach un état des lieux de l’influence communiste3. Dans son rapport, ce dernier rappelle les efforts de l’Administration britannique pour limiter les contacts des leaders indépendantistes avec le bloc de l’Est, une stratégie qui semble porter ses fruits, puisque même le leader de la région Est, Nnamdi Azikiwe4, semble désormais plutôt tourné vers l’idéologie occidentale.

  • 5 Rapport de la FH sur le Nigeria, avril 1960. AFS, E7110 (-) 1970/304/119.
  • 6 Valeur en francs suisses des ventes de produits horlogers en Afrique en 1957 : 68,7 mio, 1958 : 67 (...)

7À la veille de l’indépendance du Nigeria, les milieux commerciaux suisses partagent une solide confiance dans l’avenir du pays. Leur enthousiasme général ne se trouve nuancé que par la Fédération horlogère (FH). Même si, selon elle, les Britanniques ont su se retirer à temps et que le Nigeria est sur le point d’accéder à l’indépendance dans une atmosphère « détendue et cordiale », la FH estime que des forces centrifuges s’exercent sur les trois régions du pays. Elle prévoit néanmoins que la hausse du niveau de vie se poursuive, permette d’apaiser les tensions et de renforcer la position des catégories sociales supérieures, grandes amatrices de montres5. Cette sérénité s’appuie du reste sur la progression des ventes ; si elles baissent sensiblement de 1957 à 1960 dans les territoires de « l’Afrique [qui] bouge » (i.e. qui cherche sa stabilité politique sans l’avoir encore trouvée), elles connaissent une tendance inverse au Nigeria6.

La perception diplomatique

  • 7 Lettre d’Erwin Bernath à Max Petitpierre, conseiller fédéral en charge du Département politique fé (...)

8Les impressions plutôt homogènes des milieux commerciaux contrastent avec celles émanant de la représentation suisse à Londres, ville où se tiennent les conférences visant à élaborer la constitution nigériane. Le chargé d’affaires Erwin Bernath, renseigné par un informateur non-identifié, rapporte à l’issue de la conférence de 1953 que « le Nigéria est une création somme toute artificielle, la domination britannique étant le seul lien entre les deux régions côtières et l’arrière7 ». Bernath précise que chacune des trois régions fait corps derrière son leader respectif et que la tentative d’unification au niveau fédéral ne remonte qu’à 1947 :

  • 8 Idem.

« Les résultats de la conférence allèrent plutôt au-delà de l’attente du Colonial Office, de sorte que celui-ci est satisfait de l’étape qu’avec beaucoup de patience et de persuasion il réussit à faire accomplir à ses protégés. Le nœud du problème est cette conscience fédérale qui fait encore si généralement défaut. Pour la provoquer, la réforme constitutionnelle prévoit que les élections législatives fédérales auront lieu indépendamment des élections régionales8. »

  • 9 Lettre d’Armin Daeniker, ministre de Suisse à Londres, au DPF, 26.1.1956. AFS, E2001 (E) 1972/33/3 (...)
  • 10 Lettre d’Armin Daeniker à Max Petitpierre, président de la Confédération, en charge du DPF, 27-5-1 (...)

9Un tel point de vue saisit des enjeux majeurs de la négociation et rappelle que l’indépendance se réalise en partie selon les préceptes du colonisateur qui s’efforce d’éduquer ses « protégés ». L’ambassadeur Armin Daeniker analyse la suite du processus constitutionnel et souligne qu’à cause d’un nombre de régions encore incertain, l’échéance de 1956 initialement prévue par les nationalistes ne peut être respectée et que l’organisation politique ne semble pas devoir aboutir de sitôt9. Au sujet de la dernière visite préparatoire du Premier ministre Tafawa Balewa à Londres en mai 1960, Daeniker fait état d’une grande confiance de la part des autorités britanniques dans l’avenir du Nigeria, avec toutefois une petite réserve. Un doute subsiste quant à la faculté du pays de développer un régime démocratique, laissant craindre une évolution vers un système plutôt autoritaire, sur le modèle ghanéen. Mais selon Daeniker, le fédéralisme devrait prémunir le Nigeria contre cette dérive10.

10Au moment de la proclamation de l’indépendance, le même Daeniker fait le voyage de Lagos pour représenter la Suisse et, comme Stopper avant lui, prendre contact avec ses compatriotes résidant dans plusieurs pays d’Afrique de l’Est et de l’Ouest, y dresser un état des lieux de la diplomatie et du commerce suisses en vue de les développer :

  • 11 Lettre d’Armin Daeniker à Robert Kohli, secrétaire général du DPF, 12-12-1960. AFS, E2001 (E) 1972 (...)

« Les festivités de l’indépendance s’étalèrent sur une semaine. À cette occasion, plus de deux cents membres des délégations étrangères ont été reçus très chaleureusement, aux frais du gouvernement, dans un hôtel répondant aux normes les plus modernes. Le 30 septembre eut lieu le banquet offert par le Premier ministre, suivi de la cérémonie du drapeau à minuit. […] Le lendemain, se tint un bal marqué par une ambiance très colorée et décontractée, due à la diversité des délégations représentées et qui n’avait nulle part son pareil. Malgré son départ imminent pour l’assemblée générale des Nations-Unies à New York, le Premier ministre Sir Abubakar [Tafawa Balewa] m’accorda une courte audience le 4 octobre, lors de laquelle je lui remis les vœux et le cadeau du Conseil fédéral. Il fut alors très satisfait d’apprendre l’intention de notre gouvernement d’ouvrir prochainement une ambassade à Lagos11. »

  • 12 Idem.
  • 13 Ces informateurs sont les Suisses M. Egger, directeur du bureau de l’Unicef à Paris venant de séjo (...)

11Selon Daeniker, le déroulement parfait des festivités confirme une fois de plus que l’indépendance a été préparée de longue date par le gouvernement britannique. Il estime probable que plusieurs centaines de Britanniques gardent leurs postes dans l’Administration et garantissent une transition sans heurts. La participation de Daeniker aux festivités et divers entretiens dans ce cadre influencent considérablement sa perception. Désormais, il parle non seulement d’une solide constitution fédérale obtenue après de nombreux perfectionnements, mais aussi du Premier ministre Balewa comme étant capable de résister à l’influence des leaders de la région Nord. Si l’on excepte la position de Nnamdi Azikiwe qui pourrait se sentir frustré d’être confiné dans un « rôle décoratif », le Nigeria apparaît à Daeniker comme une fédération cimentée par une savante répartition du pouvoir. L’importance de la population pourrait permettre au pays de former un contrepoids au Ghana de Nkrumah et à l’Égypte de Nasser12. La prévision d’un Nigeria puissant trouve un certain écho sur la scène internationale. L’ambassadeur de Suisse à Paris, Pierre Micheli, rapporte que, selon ses informateurs13, le Nigeria serait en passe de devenir le pays le plus puissant d’Afrique de l’Ouest.

  • 14 Les informateurs sont le brigadier Williams, représentant du patronat britannique en Afrique occid (...)
  • 15 Lettre de Bucher au DPF, 23-10-1961. AFS, E2300 (-) 1000/716/202.

12Cette vision n’est que partiellement reprise par l’ambassadeur de Suisse à Lagos, G.E. Bucher, pour qui Balewa est un « grand homme d’État ». En 1963, des informateurs lui décrivent le Nigeria comme « l’État le plus solidement établi en Afrique, malgré certaines agitations internes14 ». L’ambassadeur, dès son arrivée à Lagos, produit des rapports sur des sujets divers. L’un traite de l’éducation au Nigeria. Bucher interprète comme un signe encourageant la volonté des Nigérians « d’apprendre et d’aller de l’avant », ce qui pousse les établissements d’enseignement supérieur et les institutions techniques à atteindre des résultats « étonnants » et comparables à ceux des établissements européens. Il estime que le cerveau de l’Africain n’est pas « chargé » dès son enfance, ce qui le rend ensuite plus apte à mémoriser des théories. En revanche, un manque d’éducation au sein de la famille ne permettrait pas d’exercer la logique nécessaire au côté pratique. Selon Bucher, l’Africain se contente d’avoir obtenu un diplôme et n’aspire ensuite qu’à donner des ordres de son bureau et à signer des lettres. Quelques-uns se distinguent toutefois dans des professions purement intellectuelles, mais il s’agit d’individus qui auraient quitté le « bush » depuis longtemps. Bucher en conclut que, s’il évolue dans les mêmes conditions, l’Africain est égal à l’Européen15.

  • 16 L’Action Group représente plutôt la région Ouest, le National Council of Nigeria and the Cameroons(...)
  • 17 Lettre de Bucher au DPF, 23.4.1963. AFS, E2300 (-) 1000/716/202.

13D’autres rapports portent sur la politique au tournant des années 1960. Le Nigeria ne ferait pas exception sur la scène africaine, car la démocratie ne s’y installe que péniblement. Bucher attribue ces difficultés à un manque de sens des responsabilités, de discipline et de formation politique, ainsi qu’à de forts liens tribaux qui mènent à des régimes présidentiels. Le principal problème résiderait dans le fait qu’au Nigeria, les trois régions principales s’identifient trop exclusivement à leur parti respectif16, qui n’est cependant pas caractérisé par une idéologie marxiste ou d’extrême droite. Toutefois, Bucher se méfie en revanche des foules qui, imprévisibles, peuvent se laisser enflammer par un événement mineur et suivre un leader inattendu par « faux nationalisme, par xénophobie artificiellement créée ou par africanisme ». Selon lui, « tant que l’armée et la police resteront dirigées, du moins partiellement, par des Britanniques, le danger d’une telle évolution paraît toutefois minime17 ».

  • 18 Lettres de Bucher à Friedrich Traugott Wahlen, conseiller fédéral en charge du DPF, 16-7-1962, 19- (...)

14Bucher perçoit une certaine dose de modération dans la politique extérieure du Nigeria. Les déclarations du ministre des Affaires étrangères, Jaja Wachuku, tiennent le pays à l’écart de l’idéologie panafricaniste et du Groupe de Casablanca. Wachuku entend suivre une politique de non-alignement, mais précise que le Nigeria ne prétend pas à la neutralité, surtout lorsqu’il s’agit de préserver la paix en Afrique. Plutôt que de jouer un rôle de leader, Wachuku déclare que le Nigeria doit s’occuper de ses propres problèmes, après quoi d’autres pays pourraient le prendre en exemple. Selon Bucher, le point de vue de Wachuku s’oppose radicalement à celui de l’opinion publique, dont une partie estime que le Nigeria, qu’elle qualifie de « géant de l’Afrique », demeure trop discret sur la scène internationale18.

15Les diplomates se révèlent plus attentifs et nuancés que les commerçants. Balewa exerce une séduction certaine sur Daeniker et Bucher. Le premier se laisse aussi passablement impressionner par les célébrations de l’indépendance, des locaux conformes aux « normes les plus modernes » et « l’ambiance très colorée et décontractée » de la fête. Depuis l’ambassade de Suisse à Lagos, Bucher exprime des vues certes plus nuancées, mais souvent marquées par des généralisations et préjugés raciaux. Malgré l’accession du pays à l’indépendance, Bucher et Daeniker sont rassurés par le maintien en poste de fonctionnaires et militaires britanniques : une présence dont Bucher pressent qu’elle permettra d’endiguer les tensions créées par le repli identitaire de chacune des trois régions.

Les projets missionnaires

16Les membres de la Mission de Bâle qui assistent à l’indépendance du Nigeria en 1960 sont issus d’une présence ancienne en Afrique de l’Ouest ; d’abord en Côte de l’Or, puis au Cameroun où l’Allemagne appela la Mission à remplacer la Baptist Missionary Society (Jenkins, 2009 ; Dah, 1983). Ce fut le début d’une implantation durable que la perspective de l’indépendance ne découragea pas. La naissance de la Mission de Bâle en 1815 s’était inscrite dans le foisonnement missionnaire du début du siècle, motivé par l’intention de propager la foi chrétienne à tous les continents et de s’engager contre l’esclavage. Dès 1820, des membres de la Mission partaient pour la Russie, puis pour la Côte de l’Or. En 1885, quand l’Allemagne revendiqua le Cameroun et s’y établit, elle chargea la Mission de Bâle d’y remplacer la Baptist Missionary Society (Jenkins, 2009 ; Dah, 1983).

17En 1957, les deux pasteurs bâlois, A. Angst et Werner Schöni, prospectèrent dans les alentours de Gwoza, située au nord-est du Nigeria et qui sera inclue dans l’État de Borno ; l’accueil chaleureux rencontré dans tous les villages les laissa penser que leur mission y serait la bienvenue.

  • 19 Lettre du missionnaire Paul Scheibler, aussi aux noms de Werner Schöni et Peter Rudin, à Fritz Raa (...)

18De ce séjour naissent des projets concrets : on prévoit d’ouvrir une station missionnaire, un dispensaire avec maternité et il n’est pas exclu que dans un second temps, les activités s’étendent au domaine de l’éducation. Pour obtenir les autorisations nécessaires, la Mission contacte aussi bien les autorités locales (native authorities incarnées par les émirs et chefs locaux) que coloniales, dont aucune ne s’oppose à son implantation. Les réticences viennent plutôt du petit village de Gavva, où les missionnaires veulent acquérir du terrain pour s’y établir ; les habitants disent se sentir à l’étroit entre les blocs rocheux qui les entourent. Après la médiation du galadima – chef directement subordonné à l’émir –, la situation se débloque et trois missionnaires investissent les lieux en 1958. Ils désirent alors engager des infirmières et sages-femmes au plus vite, afin de gagner la confiance de la population en réalisant le projet médical19.

19Entre 1957 et 1960, la Mission de Bâle ne fait jamais état de l’accession du Nigeria à l’indépendance. L’arrivée tardive de la Mission au Nigeria et le caractère isolé du village ne permettent pas aux missionnaires de bien apprécier le processus de décolonisation. Ces derniers adoptent une vision de terrain ; négocient avec des autorités régionales, cherchent à convertir des villageois vraisemblablement peu affectés ou intéressés par la politique nationale. La Mission se soucie avant tout de son implantation à Gavva et sur les terres alentours, jugées spirituellement vierges. À ce propos, les missions déjà actives dans les environs se montrent très disposées à la concertation. H.S. Kulp de la Church of the Brethren Mission déclare:

  • 20 Lettre de H. S. Kulp, Field Secretary de la Church of the Brethren Mission [CBM] à Fritz Raaflaub (...)

«We do not believe the unoccupied area is a large one, but there are those who are still unreached with the Gospel and any effort to bring the knowledge of Christ to these who have never heard should be welcomed. These days of wide spread, fundamental and rapid change are days of choosing for these pagan tribes. There is an urgency due to the advance of Islam and Roman Catholicism and the challenge of materialism. The evangelical forces must unite in their efforts to win these tribes for Christ. We do pray that the Holy Spirit will guide us all as we seek to know and do His will20.»

  • 21 Rapport annuel du pasteur Wilhelm Scheytt sur le Nord du Nigeria, 1963. AMB PS2-G06-03 11596 Nordn (...)
  • 22 Wilhelm Scheytt partage cette vue de l’islamisation comme instrument du pouvoir politique. Cf. ibi (...)
  • 23 En 1966, les cérémonies à l’église de Ngoshie, près de Gavva, réunissent en moyenne 130 personnes. (...)

20La perspective d’un prosélytisme conquérant l’emporte ici sur l’appréhension de l’indépendance, dont les conséquences seront néanmoins envisagées dans certains rapports de la Mission de Bâle. En 1963, le pasteur Wilhelm Scheytt annonce que les Africains viennent de reprendre le dernier haut poste administratif de la province qui leur échappait. Il décrit les nouveaux gouvernants comme mal préparés à leurs tâches et souvent assoiffés de pouvoir. L’islam gagnerait du terrain : de nombreux prédicateurs musulmans se rendent dans les villages avec l’assentiment des autorités21. Scheytt estime que, depuis l’indépendance du pays, les gouvernants du Nord tendent à utiliser l’islam comme ciment communautaire pour isoler l’opposition22. Malgré tout, la Mission poursuit son évangélisation avec un succès durable ; si bien qu’en 1975, le missionnaire Otto Schanbacher nourrit le ferme espoir que les alentours de Gavva deviennent un bastion chrétien de l’État de Borno23.

21La Mission de Bâle ne s’enthousiasme guère pour l’indépendance du Nigeria. Elle y reste indifférente, jusqu’à ce qu’un nouvel élan de prosélytisme musulman ne vienne concurrencer ses efforts d’évangélisation. L’accession du Nigeria à l’indépendance ne bouleverse pas le quotidien des villageois de Gavva. Vivant dans un milieu rural éloigné des centres de décision et de commerce, la colonisation elle-même ne les avait probablement pas beaucoup plus marqués. La Mission juge les nouveaux administrateurs africains peu compétents. Tout comme Daeniker et Bucher, le pasteur Scheytt laisse entendre que le pays ne serait pas tout à fait mûr pour l’indépendance.

*

22La comparaison de ces trois regards de 1960 sur l’indépendance du Nigeria révèle aussi bien des parallèles que des divergences. Aux yeux des commerçants, le Nigeria apparaît comme un grand marché, et ils se prennent à imaginer une nation plutôt qu’à l’observer réellement. Leur perception n’est pas sans rappeler les propos de R. Frank : « l’image, fruit d’un héritage du passé, lointain ou proche, se construit aussi en fonction de l’avenir espéré » (Frank, 1994 : 7). Au contraire du diplomate Daeniker qui séjourne moins d’un mois au Nigeria et peine à percevoir l’envers du décor, l’ambassadeur Bucher et les missionnaires ont le temps d’observer. Pour ces derniers, l’analyse s’avère malaisée, en raison de leur isolement géographique. Quant à Bucher, bien qu’établi à Lagos, ses rapports teintés de stéréotypes montrent qu’il évolue dans un milieu élitiste et relativement hermétique. Aucun de ces acteurs ne saisit la diversité du Nigeria et la complexité de sa structure politique peu équilibrée, qui comporte certains germes de guerre civile. De telles visions biaisées ne favoriseront pas, par exemple, l’établissement d’une coopération pour le développement adéquate.

Bibliografia

SOURCES

Archives

Archives de la Mission de Bâle

Archives du canton de Vaud, Lausanne

Archives fédérales suisses, Berne

BIBLIOGRAPHIE

Dah Jonas N., Missionary motivations and methods : a critical examination of the Basel Mission in the Cameroon 1886-1914, PhD Dissertation, Bâle, faculté théologique de l’université de Bâle, 1983.

Département fédéral [suisse] des péages, Statistique du commerce de la Suisse avec l’étranger, 1957-1960.

Fédération horlogère suisse : La Suisse horlogère, no 42, octobre 1960.

Frank Robert (dir.), Images et imaginaire dans les relations internationales depuis 1938. Supplément du Bulletin de l’Institut d’histoire du temps présent, no 56, Paris, 1994.

Jenkins Paul, « Mission de Bâle », in Dictionnaire historique de la Suisse, Hauterive (Suisse), Éditions Gilles Attinger, vol. 8, 2009. Disponible en ligne : www.dhs.ch.

Stopper Edwin, « Problèmes politiques et économiques en rapport avec l’Afrique occidentale », Revue économique et sociale, Lausanne, septembre 1960 (parution hors-série), p. 109-147.

Note

1 OSEC, rapports spéciaux, série A, no 46, Afrique de l’Ouest, 2e semestre 1944 et juillet 1951. Archives du canton de Vaud, PP778/3/18 Afrique de l’Ouest.

2 Rapport de voyage d’Edwin Stopper, février 1960. Archives fédérales suisses à Berne [AFS], E2003-03 (-) 196/44/194.

3 Échange de lettres entre Eduard Brügger et Benjamin Schwarzenbach, 18-4-1956 et 20-4-1956. AFS, E2200.168 (-) 1973/24/1.

4 Schwarzenbach note qu’Azikiwe avait accepté une invitation à se rendre à Prague, mais y avait finalement renoncé. En tout cas, Azikiwe a étudié aux États-Unis et peut difficilement être suspecté de sympathie pro-communiste.

5 Rapport de la FH sur le Nigeria, avril 1960. AFS, E7110 (-) 1970/304/119.

6 Valeur en francs suisses des ventes de produits horlogers en Afrique en 1957 : 68,7 mio, 1958 : 67,8 mio, 1959 : 64,3 mio, de janvier à septembre 1960 : 43,2 mio. Concernant le Nigeria : 1957 : 4,2 mio, 1958 : 4,4 mio, 1959 : 5,2 mio, 1960 : 7,9 mio. Le Nigeria représente le troisième client africain, derrière le Maroc et l’Afrique du Sud. Données recueillies dans l’éditorial « L’Afrique bouge » et « Statistiques d’exportations d’horlogerie par pays », in La Suisse horlogère [hebdomadaire de la Fédération horlogère suissse], no 42, octobre 1960. Voir aussi : Département fédéral des péages, Statistique du commerce de la Suisse avec l’étranger, 1957-1960.

7 Lettre d’Erwin Bernath à Max Petitpierre, conseiller fédéral en charge du Département politique fédéral [DPF], 7-9-1953. AFS, E2001 (E) 1972/33/346.

8 Idem.

9 Lettre d’Armin Daeniker, ministre de Suisse à Londres, au DPF, 26.1.1956. AFS, E2001 (E) 1972/33/346.

10 Lettre d’Armin Daeniker à Max Petitpierre, président de la Confédération, en charge du DPF, 27-5-1960. AFS, E2001 (E) 1972/33/346.

11 Lettre d’Armin Daeniker à Robert Kohli, secrétaire général du DPF, 12-12-1960. AFS, E2001 (E) 1972/33/346. Traduit de l’allemand par l’auteur du présent article.

12 Idem.

13 Ces informateurs sont les Suisses M. Egger, directeur du bureau de l’Unicef à Paris venant de séjourner deux semaines au Nigeria, et M. Marty, délégué de l’Unicef à Dakar et visitant chaque année le Nigeria. Lettre de Pierre Micheli au DPF, 8-2-1960. AFS, E2001 (E) 1972/33/346.

14 Les informateurs sont le brigadier Williams, représentant du patronat britannique en Afrique occidentale ayant son siège à Lagos, et Mamoudou Touré, ancien ministre des Affaires étrangères de Mauritanie et résident à Lagos. Lettre de Giovanni Enrico Bucher au DPF, 26.9.1963. AFS, E2300 (-) 1000/716/202.

15 Lettre de Bucher au DPF, 23-10-1961. AFS, E2300 (-) 1000/716/202.

16 L’Action Group représente plutôt la région Ouest, le National Council of Nigeria and the Cameroons la région Est et le Northern People’s Congress la région Nord. Lettre de Bucher au DPF, 28-12-1962. AFS, E2300 (-) 1000/716/202.

17 Lettre de Bucher au DPF, 23.4.1963. AFS, E2300 (-) 1000/716/202.

18 Lettres de Bucher à Friedrich Traugott Wahlen, conseiller fédéral en charge du DPF, 16-7-1962, 19-7-1962 et 19-4-1963. AFS, E2300 (-) 1000/716/202.

19 Lettre du missionnaire Paul Scheibler, aussi aux noms de Werner Schöni et Peter Rudin, à Fritz Raaflaub, 21-5-1958. Archives de la Mission de Bâle [AMB], PS2-G06-03 11590 Nordnigeria 1956-1966.

20 Lettre de H. S. Kulp, Field Secretary de la Church of the Brethren Mission [CBM] à Fritz Raaflaub de la Mission de Bâle, 7-1-1958. AMB PS2-G06-03 11590 Nordnigeria 1956-1966.

21 Rapport annuel du pasteur Wilhelm Scheytt sur le Nord du Nigeria, 1963. AMB PS2-G06-03 11596 Nordnigeria Jahresberichte 1960-1969.

22 Wilhelm Scheytt partage cette vue de l’islamisation comme instrument du pouvoir politique. Cf. ibid., 1964.

23 En 1966, les cérémonies à l’église de Ngoshie, près de Gavva, réunissent en moyenne 130 personnes. La Mission fait état de 58 baptêmes en 1967 et de 54 en 1968. Les 241 baptêmes de 1975 portent la communauté à 842 membres. L’année suivante, 900 personnes sont baptisées, puis le rythme s’accélère jusqu’à 500 en trois mois et demi. Rapports annuels d’Andreas Fankhauser (1966), Wilhelm Scheytt (1967 et 1968) et Otto Schanbacher (1975 et 1976). AMB PS2-G06-03 11596 Nordnigeria Jahresberichte 1960-1969 et 11593 Nordnigeria Jahresberichte 1970-1977.

Autore

Doctorant en histoire, université de Fribourg, Suisse

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540