Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Première partie. Acteurs sociaux et militants devant l'évènement

Mémoires de l’indépendance dans la région de Dalaba (République de Guinée)

Céline Pauthier

Texte intégral

« Indépendance, Indépendance, est-ce une nouvelle divinité ? »
Fantouré Alioum, Le cercle des Tropiques, Paris,
Présence africaine, 1972, p. 137.

1L’indépendance guinéenne se signale par sa singularité au regard des autres colonies françaises d’Afrique subsaharienne. La Guinée y accède dès 1958, lors du retentissant « non » au référendum sur la Communauté française du 28 septembre et devient un État indépendant le 2 octobre. Par la suite, le régime de Sékou Touré se présente comme le fer de lance des mouvements anticolonialistes du tiers monde. Aussi l’indépendance guinéenne, précoce et exemplaire pour certains, a-t-elle fait l’objet de nombreuses études. Dès les années 1960, Ruth Schachter-Morgenthau mène des enquêtes de terrain auprès de militants du Parti démocratique de Guinée (PDG), section guinéenne du Rassemblement Démocratique Africain (RDA). Jean Suret-Canale, mais aussi Claude Rivière, qui se sont mis au service de la Guinée de Sékou Touré, publient eux aussi des articles et ouvrages sur ce thème. La revue Présence Africaine, dès 1959, y consacre un numéro entier, intitulé Guinée indépendante ! Plus tard, à l’occasion du quarantième anniversaire de la création du RDA ou des quarante ans d’indépendance, les études accordent également à la Guinée une place importante. Mais dans l’ensemble, ces ouvrages s’attachent à rendre compte de la capacité de mobilisation du PDG à la fin des années 1950 ou des enjeux diplomatiques du vote pour les relations entre la Guinée et son ancienne métropole.

2Ainsi, la manière dont l’indépendance guinéenne fut vécue à l’échelle locale reste encore en grande partie à élucider. L’objet de cette contribution est, à partir d’un travail de terrain, d’interroger les souvenirs des habitants de la région de Dalaba sans centrer l’analyse sur les militants du parti. Le mythe politique né du raz-de-marée du PDG dès 1956 véhicule l’image d’une Guinée unie et unanime dans la lutte anticoloniale. Mais à n’en pas douter, le sens que les électeurs guinéens ont accordé au « non » varie selon les régions, les statuts sociaux et le degré de mobilisation. Il s’agit donc ici de confronter ce mythe politique aux souvenirs des habitants.

3De plus, la région de Dalaba s’inscrit dans une histoire particulière de l’indépendance guinéenne. Cette région située au Fouta Djalon occupe une place à part dans la mémoire du « non » car elle fut sous Sékou Touré (et l’opinion commune tient toujours), considérée comme la moins acquise au processus précoce d’émancipation de la Guinée. De fait, alors que le « non » l’emporte à plus de 90 % en moyenne à l’échelle nationale, certaines circonscriptions du Fouta enregistrent des scores moins élevés, comme celle de Dalaba où le « non » représente 78 % des voix. De surcroît, la région de Dalaba occupe une place singulière au Fouta Djalon en raison des liens subtils établis entre le PDG et la chefferie locale. Partout en Guinée, la stratégie du PDG avait été de s’implanter en remettant en cause la chefferie dite coutumière pour finalement l’abolir officiellement le 31 décembre 1957. Or, à Dalaba, le chef de canton Thierno Ibrahima Bah et son frère Bademba Bah adhèrent en 1957 au RDA, en vue des élections à l’Assemblée territoriale. Quelle mémoire les habitants de la région conservent-ils de cette histoire, ici vue du haut ? Celle-ci peut s’appréhender à travers les modes de mobilisation, le déroulement du vote du 28 septembre, les festivités de l’indépendance et la mémoire de l’événement cinquante ans après, en s’appuyant notamment sur la réception de la commémoration du cinquantenaire en octobre 2008.

Enquêtes orales et sources écrites

4Cette contribution s’inscrit dans le cadre large d’une recherche de thèse sur le nationalisme guinéen et s’appuie plus spécifiquement sur un travail de terrain effectué en République de Guinée en avril 2010. L’enquête menée vise avant tout à explorer la thématique de l’indépendance vécue et à formuler des hypothèses que des recherches ultérieures permettraient d’approfondir et de confirmer. Au cours d’un séjour de quelques jours, une dizaine de personnes ont pu être interviewées à la fois dans la ville de Dalaba et le village de Sebhory, situé à une quinzaine de kilomètres au nord. Ces entretiens viennent compléter des enquêtes orales menées précédemment dans d’autres régions de la Guinée sur des thématiques proches.

5Plusieurs remarques s’imposent quant au groupe des personnes rencontrées. Tout d’abord, les conditions des entretiens ont beaucoup varié entre le village de Sebhory et la ville de Dalaba. Conduits en français en ville, les entretiens se sont déroulés avec des fonctionnaires qui étaient enfants ou adolescents au moment de l’indépendance. Enclins à témoigner de leurs souvenirs d’enfants (ils avaient environ 14 ans en 1958) et de cette page de leur histoire, ils ont pu volontiers livrer leur état d’esprit en 1958 et leur analyse cinquante ans après. Dans le village de Sebhory, les personnes rencontrées étaient beaucoup plus âgées (plus de 80 ans). Anciens agriculteurs, les interlocuteurs se sont exprimés en pular et l’entretien s’est déroulé avec le concours d’un traducteur. Parfois confus dans leurs souvenirs, ils se sont révélés moins enclins, voire franchement rétifs, à évoquer l’histoire politique du pays. Au final, le public ciblé au départ n’a que partiellement pu être approché. Alors qu’il s’agissait de récolter les souvenirs de ruraux n’appartenant pas forcément à l’élite locale, les personnes rencontrées s’avèrent toutes en faire partie : à Dalaba, elles appartiennent à la petite classe d’intellectuels travaillant dans le secteur de l’éducation. À Sebhory, il s’agissait de notables, à la fois comme doyens et comme fulbe, c’est-à-dire descendants de « libres ». Sebhory est en effet le cœur d’un ensemble de villages : le misside de Sebhory rassemblait les hommes de statut libre, tandis que plusieurs villages environnants, les ruunde, regroupaient les captifs (ruundebe ou maccube). Cette question du statut social a une importance cruciale, lorsque l’on sait que le PDG s’est appuyé, en particulier au Fouta, sur les « sans-voix » qui subissaient doublement la domination coloniale et les rapports de force liés à la hiérarchie sociale du Fouta, dont les stigmates sont encore aujourd’hui persistants (Botte, 1994). Enfin, il faut noter l’importance, parmi les personnes rencontrées, de membres des anciennes familles aristocratiques du Fouta, notamment de la famille du chef de Dalaba, El Hadj Thierno Oumar Diogo Bah. C’est donc une mémoire partielle qu’il s’agit ici d’analyser, seules des recherches complémentaires (notamment dans les ruunde de Boundoukoura ou de Koumansan) permettraient de traduire et d’explorer davantage les concurrences de mémoire dans cette zone en fonction du statut social.

  • 1 Dont des extraits ont été publiés par le Bureau de presse de la Présidence de Guinée, voir Révolut (...)

6En ce qui concerne les sources écrites, les archives préfectorales de Dalaba ont été détruites par un incendie et, hormis les registres d’état-civil, il ne reste que trois volumes du Journal officiel de la Guinée française remontant à l’entre-deux-guerres. Les archives locales du PDG sont donc introuvables. En revanche, des documents intéressants ont pu être fournis par des particuliers : des cartes d’électeurs ou de membres du PDG, ainsi qu’un document précieux sur l’histoire du PDG des origines à 1958 à Dalaba. Il s’agit d’une source privée, dont El hadj Ibrahima Bah a eu l’amabilité de me fournir une copie. Ce document est en sa possession car il en est l’un des auteurs : rédigé en 1983, cette histoire est la réponse à une commande de Sékou Touré qui demanda à chaque fédération du pays de présenter l’histoire locale du parti de son émergence à l’indépendance, en vue d’un colloque tenu à Conakry en avril 1983. Ce Colloque national sur l’histoire du PDG1 est tout autant une leçon d’idéologie qu’une analyse historique mais constitue une mine pour situer les acteurs et reconstituer la chronologie. En tant que document politique, il informe également sur l’écriture de l’histoire officielle sous Sékou Touré : de ce point de vue, il constitue un document de référence sur la construction du mythe politique de la lutte anticoloniale dans la région de Dalaba, qu’il est fructueux de mettre en perspective avec les entretiens réalisés.

« Oui » ou « non » ? Mémoires en demi-teinte du jour J

7La thématique de l’indépendance vécue en Guinée peut apparaître à première vue assez consensuelle : source de fierté nationale, marquée par un certain unanimisme au regard des résultats du référendum, elle semble pouvoir délier les langues plus aisément que l’histoire tourmentée du régime de Sékou Touré (1958-1984). Loin s’en faut ! La complexité fut au rendez-vous de cette histoire pour deux raisons principales. Tout d’abord parce que mes pas s’étaient dirigés précisément vers une région qui entretenait des liens ambigus au processus d’émancipation et que les personnes rencontrées partageaient, à des degrés divers, une attitude réservée à l’endroit du PDG-RDA. Ensuite parce que l’évocation de l’indépendance implique la prise en compte des conflits sociopolitiques des années 1950, tout en étant passée au filtre de la construction mémorielle de la Première République. Mais avant d’analyser les enjeux de la lutte anticoloniale et d’en suivre les résonances dans l’histoire plus contemporaine de la Guinée, revenons sur les raisons d’un « non » si timide à Dalaba. Les résultats du référendum de 1958 établissent la moyenne du « non » à 94 % à l’échelle nationale. Au Fouta, le « non » l’emporte également, mais avec des variations régionales importantes (Kaba, 1990 : 168-169) :

Dabola

99 %

Labé

58 %

Dinguiraye

99 %

Dalaba

78 %

Gaoual

99 %

Tougué

80 %

Pita

92 %

Mali

80 %

Mamou

98 %

La présence des « Blancs » à Dalaba

  • 2 Le premier poste fut créé à Ditinn en 1896.
  • 3 Archives nationales de Guinée (ANG) 2 D – 369 – Érection de Dalaba en cercle (1908-1955).

8Les entretiens réalisés font apparaître une série de facteurs explicatifs à cette moindre adhésion à l’indépendance immédiate à Dalaba. Mais pour les comprendre, il est nécessaire de revenir sur l’histoire du cercle pendant la colonisation. C’est à la faveur du règne de Thierno Oumar Diogo Bah (1912-1948) que Dalaba émerge comme centre urbain et circonscription territoriale. D’abord subdivision du cercle de Ditinn, puis du cercle de Mamou, Dalaba est érigé en cercle le 6 mai 1949 par arrêté no 2351 INT/AP/1 de la Direction Générale des Affaires Intérieures2. Auparavant, Thierno Oumar Diogo Bah était parvenu à transférer le poste administratif de Ditinn à Dalaba, arguant entre autres de la position privilégiée de Dalaba sur la route principale Mamou-Labé. En octobre 1947, une pétition de 240 notables est transmise par le Conseiller Général Modi Ibrahima Bah afin d’obtenir le statut de cercle. La pétition s’appuie sur une série d’arguments visant à démontrer l’importance de Dalaba comme pôle urbain du territoire : une population nombreuse (60 000 habitants dans le cercle), mais surtout l’existence de la station touristique, inaugurée dès 1936 par le Gouverneur Blacher3. Cette station climatique, de vocation sous-régionale, y avait été établie en raison du climat clément, presque tempéré, qui règne dans la région. Elle comportait, outre la célèbre Villa Janine, résidence du gouverneur, l’hôtel des Chargeurs Réunis, du nom de la société coloniale de transport maritime qui était associée à la gestion de l’hôtel, et, enfin, « l’étaconval » ou établissement des convalescents. Ouverte aux fonctionnaires européens et à leur famille, la station de repos connaît un succès éclatant, au point d’accueillir les Européens non français des colonies voisines et de devoir restreindre son accueil à quelques colonies de l’Afrique-Occidentale française (AOF) : Sénégal, Soudan, Mauritanie, Guinée (Alberge, 2005). Outre la station climatique, Dalaba est aussi le siège de la « case à palabres » qui réunissait, en général une fois par an, les chefs de cantons et commandants de cercle à l’initiative des autorités coloniales. Le monument, au style architectural traditionnel abritant des ornementations en banco, contribue aujourd’hui encore à faire de Dalaba une ville touristique. Enfin, dès 1932 est installé à Dalaba un camp de parachutistes français.

  • 4 Bah Ibrahima, Keïta Seydou, Colloque national sur l’histoire du PDG des origines à 1958 à Dalaba, 1 (...)

9Or, la forte présence de militaires et de civils européens est l’argument le plus souvent avancé pour expliquer le pourcentage du « oui » au référendum. En 1954, il y aurait eu ainsi plus d’un millier d’Européens en résidence à Dalaba4 :

  • 5 Autre nom de l’Hôtel des Chargeurs réunis.
  • 6 Entretien 5.

« Il y avait beaucoup de Blancs à Dalaba : il y avait le camp de garde, l’étaconval, l’hôtel, des touristes. Donc déjà tous les Blancs présents ont voté “oui”, et tous ceux qui étaient bien avec les Blancs aussi. Notamment les employés de l’hôtel du Fouta5 et tous ceux qui gravitaient autour des Blancs. Et puis, si le RDA a fait sa propagande, les paras aussi faisaient la leur, en faveur du “oui”. C’était un dimanche je crois. Il y avait les étudiants et les élèves avec leur pardessus. Sur leur pardessus, ils avaient écrit : Votez “non”. Par ailleurs, il y avait les paras qui défilaient avec des pancartes : Votez “oui”6. »

  • 7 Idem.

10Dans la ville de Dalaba, la présence française faisait donc vivre toute une économie : ici, le souci de conserver son emploi a pu jouer dans la réticence de certains à l’égard de l’indépendance immédiate. De plus, la présence d’un camp militaire avait « un caractère d’intimidation7 » qui permit à ceux qui voulaient voter « oui » de se sentir plus libres de le faire que dans d’autres régions, où le « non » l’emportait à une écrasante majorité. Par ailleurs, certains évoquent les relations personnelles qu’ils avaient établies en tant qu’enfants avec les militaires présents à Dalaba, témoignant de la complexité des rapports sociaux en situation coloniale :

  • 8 Entretien 6.

« [La présence des parachutistes français a] accentué le “oui”, l’adhésion dans le “oui”. Parce que je vous dis, nous tous, on allait au camp, on avait un petit nom. Parce que chacun de nous avait un sergent, ou un sous-lieutenant, ou un adjudant. Vous savez le dimanche, c’est vous qui allez prendre le linge de celui-là. Vous lavez, vous ramenez le soir et après et parfois même… […] vous pouviez sauter avec eux. Quand ils allaient s’entraîner, il y en avait beaucoup qui allaient sauter avec eux. Oui, oui, parce que quand ils allaient à l’entraînement, ils constituaient deux groupes. Ils sautaient en brousse et ils s’attaquaient. Oui et dans ça, certains d’entre nous apprenaient comment on fait le combat, pour attaquer son adversaire. Alors, quand vous revenez avec votre parachutiste, vous avez des sentiments. Vous rentrez, vous racontez ce que vous avez vécu à votre père et quand il prend pour voter, il vote automatiquement “oui”. C’est ça que j’ai voulu dire8. »

11Au final, malgré l’opprobre jeté par le régime de Sékou Touré sur cette défection – toute relative – du Fouta au combat du PDG, certains n’hésitent plus, aujourd’hui, à expliquer les motivations qui les poussaient, en 1958, à préférer le maintien de la présence française, même s’ils tentent de s’en dédouaner en invoquant « l’innocence » de l’enfance :

  • 9 . Entretien 5.

« Je disais que le 28 septembre – les élections du référendum – a eu lieu dans cette maison-là qu’on appelait l’Union française. C’était le centre de la jeunesse, le centre culturel quoi. Bon, c’est au cours de cette année que moi par exemple j’ai passé le CEPE, en 1958. Ici, il y avait des parachutistes français dans la cour. Et moi dans l’innocence, je le dis parce que je l’ai fait, c’est du vécu ; moi dans l’innocence, vous voyez je peux vous montrer la fenêtre qui est au fond après, c’est là-bas qu’il y avait l’urne, l’isoloir plutôt. Comme j’étais un peu turbulent à l’époque, j’ai réussi à grimper là et rester à la fenêtre de l’isoloir. Vous comprenez ? À ce moment, le “non” c’était un papier bleu, le “oui” un papier blanc. Moi j’étais là, je disais aux gens : “Prenez le blanc, prenez le blanc.” Oui, oui, ben oui. Parce que pour moi, bon, les Français, il fallait qu’ils soient là, ils étaient utiles. Je me disais, tout jeune, tout innocent, ce que deviendrait la Guinée après les Français. Donc j’ai voté à ma manière. Voilà9. »

L’adhésion au RDA en fonction du statut social

12L’autre argument invoqué est, comme nous l’avons déjà souligné plus haut, l’importance du statut social dans le positionnement politique. La proximité plus ou moins grande avec les familles régnantes joue ici un rôle crucial :

  • 10 Une des militantes les plus connues et actives du RDA à Dalaba, qui présidait le groupe des femmes
  • 11 Entretiens 5 et 6.

« A : Ça peut jouer un rôle. Tu ne peux pas prendre… Quand moi par exemple, j’étais le fils d’un chef de village, je ne suis pas RDA. […] Parce que moi, si je suis fils de chef, moi aussi j’ai mes adeptes, mes amis et ceux qui sont avec. Vous si vous êtes avec moi, vous n’allez pas vers le RDA. […] La chefferie au Fouta, eux, ils tenaient – ça c’est le social – ils voulaient préserver le système, le RDA disaient aux autres qu’ils étaient persécutés, qu’ils ne faut pas qu’ils suivent les chefs et que lui, il va supprimer la chefferie et ainsi de suite.
B : [Makoto Camara]10, son niveau social n’était pas celui dont on pouvait penser que ça pouvait l’attirer vers la hiérarchie de la chefferie. Mais son statut l’attirait surtout vers les basses populations : c’est pourquoi elle a réussi à les convaincre elle aussi.
A : Je vous ai dit qu’elle était gargotière. Elle était très serviable. Donc sa serviabilité a favorisé l’adhésion de certaines femmes, à travers elle, au PDG-RDA. Elle était très connue11. »

Les paysans et l’impôt

13Enfin, en milieu rural, le principal souci des paysans avait trait à l’impôt. Les revendications du PDG visaient la remise en cause de la chefferie et du système colonial, qui imposait un double système de prélèvements aux agriculteurs. Mais le souvenir de cette promesse est ici oblitéré par la mise en place des réquisitions autoritaires sous le régime de Sékou Touré :

  • 12 Entretien 1.

« On nous a dit : “Si vous votez pour l’indépendance, il n’y aura plus de tours, plus de normes.” Donc on a voté pour l’indépendance. Mais ce n’est que bien après que l’impôt a été supprimé. […] Avant l’indépendance, on ne nous réclamait rien. Mais ensuite ils ont instauré cette histoire de tours et normes. C’était très dur. L’impôt sous Sékou Touré était en vivres : il fallait fournir 10 kg par personne. Si tu as 5 personnes dans la famille, cela fait 50 kg à donner, tu peux choisir quelle céréale tu donnes. On était obligé de sortir les enfants de l’école pour leur faire faire le champ de riz. Il y a un rocher à l’entrée de Sebhory, ils assemblaient les bœufs des paysans là-bas et les camions s’arrêtaient sur le rocher. Il n’y avait plus qu’à faire avancer les bœufs pour monter dans le camion. Et on les emmenait vers Conakry, par camions entiers. Si tu disais que tu n’avais rien, on te gardait là, sous surveillance, jusqu’à ce que tes parents apportent l’impôt. On ne te battait pas, mais on te gardait là. […] Je reconnais une chose : quand les Blancs étaient là, il n’y avait pas de pression. C’est après que nous avons ressenti la pression12. »

14Ce témoignage, contradictoire et erroné sur la fiscalité du système colonial, montre avant tout que le souvenir de l’indépendance est ici marqué du sceau de la désillusion. De plus, on a pu noter le peu d’engouement de ces ruraux pour la cérémonie politique qu’a constitué le vote, comme s’ils n’avaient pas participé à l’apprentissage de modes d’action politique au sein du PDG-RDA, dont ils n’étaient manifestement pas membres. Ici, le levier de politisation qu’aurait pu constituer la revendication fiscale semble être retombé sitôt l’indépendance acquise et la progressive déliquescence de l’économie guinéenne.

L’annonce des résultats et le départ des Français

15Toutes les personnes rencontrées, quelle que soit leur position quant au référendum, s’accordent sur la grande joie qui a accompagné le passage à l’indépendance : ceux qui étaient enfants notamment, se souviennent avoir dansé, chanté, sauté dans les rues par petits groupes enthousiastes. Mais ils se souviennent aussi de moments plus graves ou plus tendus. À Dalaba, c’est finalement le départ des Européens qui constitue le moment de basculement. Dans une configuration où peu de gens disposaient en 1958 d’une radio permettant d’avoir rapidement accès aux résultats nationaux définitifs, la question se pose de savoir comment les habitants de Dalaba ont appris que l’indépendance était acquise. Pour ceux qui n’avaient pas de poste, la proclamation de l’indépendance correspond au spectacle du départ des parachutistes français :

  • 13 Entretien 5.

« Le résultat général je l’ai su le 29 septembre. Le 29 septembre, quand le camp des parachutistes, on le démantelait. Dès le 29 septembre, on a donné le commandement. Alors à 6 h du matin, tous les camions étaient alignés. On a fait monter ceux qui allaient directement sur le Sénégal et ceux qui allaient directement sur Conakry. Alors quand j’ai entendu les camions et les parachutistes qui chantaient, alors j’ai su. C’est un grand souvenir, je n’oublierai jamais ça. J’étais à côté de la route quand les parachutistes chantaient dans les camions vers le Sénégal et ils partaient. On entendait les camions qui se suivaient, plus de vingt camions qui se suivaient pour aller vers Labé, vers le Sénégal. Ils chantaient. C’était émouvant. Je me souviens que certaines personnes sortaient, pleuraient en suivant les camions. Je me souviens de cela. Les femmes qui partaient. C’était émouvant quand même. Alors j’ai su que c’était l’indépendance. […] Certains étaient là depuis trois ans, depuis quatre ans… Alors, c’est ça. C’était émouvant. Chacun avait son ami là-dedans13. »

16En revanche, dans les familles les plus aisées, l’annonce est connue grâce au poste, mais c’est le spectacle du départ des militaires français qui reste cependant le plus marquant :

  • 14 Entretien 4.

« Mais moi j’étais dans une famille aisée. Donc on avait un poste radio. C’était mon frère qui le manipulait. Tous, nous étions collés au poste. Et puis on connaissait déjà le résultat à Dalaba. […] Il y a quelque chose qui est resté gravé dans ma mémoire : alors que les paras sortaient de la ville, il y a un étudiant qui a crié : “Vive l’indépendance ! À bas la France !” Alors là, le para n’a pas supporté. Il est descendu du camion et il a giflé l’étudiant. Et là, l’étudiant a tendu l’autre joue. Alors le para a eu honte, il a rougi et il est remonté dans son camion14. »

17Au demeurant, il semble que les parachutistes ne soient pas partis au lendemain du référendum comme le suggère le premier témoignage. En effet, au moment de partir, les militaires ont réuni toutes les armes lourdes dans une maison, qu’ils ont dynamitée après le 2 octobre. Le bruit provoqué par l’explosion fit craindre une attaque en règle de la ville de Dalaba et Sékou Touré fut averti que les militaires avaient détruit la ville. Une mission fut même envoyée pour bloquer la colonne, finalement autorisée à passer une fois le malentendu dissipé.

18Ce tour d’horizon des motivations de quelques habitants de la région face au référendum ne prétend pas être un inventaire exhaustif. Bien d’autres facteurs pourraient être évoqués pour tisser les fils des revendications des votants et des recherches ultérieures permettraient sans doute de faire apparaître des lignes de clivage en fonction du statut juridique et social. Mais le ton des témoignages nous fait d’emblée entrer dans une histoire moins consensuelle qu’il n’y paraît. De toute évidence, l’indépendance vécue à Dalaba ne peut se comprendre dans le cadre d’une opposition binaire entre colons et colonisés : entre le mythe politique construit largement a posteriori et la complexité des relations en situation coloniale, bien des décalages se font jour.

Mythe politique et mémoires individuelles : la marche vers l’indépendance

  • 15 Bah Keïta, op. cit., p. 1.

« L’histoire du PDG à Dalaba est celle d’un exemple de solidarité dans le combat révolutionnaire contre les forces réactionnaires. En effet, face à une administration féroce et une féodalité inhumaine qui étouffait le PDG et maintenait le Peuple terrorisé et mystifié à l’égard de ce grand courant émancipateur, le Secrétaire Général du Parti, le Camarade Sékou Touré, déclarant que le Fouta n’était pas une exclusivité peule, choisit à Labé, Pita, Mamou et Conakry des militants trempés qui prirent d’assaut la citadelle Dalaba et y déclenchèrent des vastes campagnes d’éducation populaire en collaboration avec des fonctionnaires RDA locaux victimes de mutations arbitraires. Grâce à cette action de solidarité militante, le Peuple, qui comprenait enfin la réalité du PDG, osa au mépris du fouet du Chef de canton, du cachot du Commandant de cercle et du spectre du PDG brandi par des partis d’opposition braillards, le Peuple, disons-nous, osa bouger, adhérer au RDA et s’engager dans la guerre d’indépendance nationale15. »

  • 16 Au demeurant, Ibrahima Bah a lui-même souligné l’obligation dans laquelle il s’était trouvé de res (...)

19Assez représentatif de la rhétorique révolutionnaire du régime de Sékou Touré, cet extrait du Colloque national sur l’histoire du PDG à Dalaba met à jour trois motifs principaux de l’histoire officielle du « non » à Dalaba. La figure du peuple, tout d’abord, apparaît comme le référentiel suprême, le transformant en « une personne “idéale et réelle” qui possède les caractéristiques physiques, psychologiques et sociales d’un individu » (Barry, 2002 : 153). Le combat anti-colonial qui mène à l’indépendance est dépeint comme la mobilisation, par le PDG, d’un peuple tout entier (femmes, travailleurs, anciens combattants, paysans) contre les exactions du régime colonial et de ses auxiliaires (la chefferie). Or, les militants sont ici désignés comme venant d’ailleurs, ce qui nous amène aux deux autres motifs centraux du discours. Tout d’abord, la lutte contre « les forces réactionnaires » dessine la critique en creux des habitants de Dalaba et surtout des grandes familles peul qui entendaient maintenir leur domination sur la région. De plus, on remarque la mise à l’écart des partis rivaux du PDG, évacuant ainsi les débats et les rivalités qui ont animé la scène politique locale au cours des années 1950. Or, dans les entretiens, ce mythe du peuple en révolution est quasiment absent : au lieu d’une emphase sur la mobilisation populaire, les interlocuteurs ont plutôt tendance à mettre en avant les figures politiques locales et à faire résulter les processus historiques de l’action de ces grands hommes. De plus, le rôle des militants de base du RDA est minoré, voire dédaigné, même si certains reconnaissent leur extrême efficacité dans la mobilisation de la population. Ce décalage entre le mythe politique de l’indépendance forgé sous le premier régime et la mémoire de l’événement est particulièrement frappant si l’on compare l’entretien réalisé avec Ibrahima Bah et le Colloque National sur l’histoire du PDG qu’il a lui-même rédigé au début des années 198016. Enfin, l’idée d’unanimité du peuple est elle aussi peu mise en avant par les témoins, qui insistent davantage sur les rivalités, parfois violentes entre les différents partis politiques représentés à Dalaba.

La difficile implantation du PDG-RDA à Dalaba (1947-1958)

20C’est de l’époque de Thierno Oumar Diogo Bah que date la pomme de discorde entre Sékou Touré et Dalaba, qui constitue pour beaucoup de Guinéens une explication à la répression qui s’abattit ensuite sur l’élite locale au cours des années 1970. En effet, la rencontre entre le vieux lion Thierno Oumar Diogo Bah et le fringuant syndicaliste venu de la capitale, Sékou Touré, marque durablement les rapports du futur gouvernement guinéen avec les familles aristocratiques de Dalaba :

  • 17 Entretien 4. L’incident est assez connu en Guinée. Il est mentionné ironiquement dans Bah Keïta, o (...)

« Sékou Touré est venu comme syndicaliste à Dalaba. Il venait de créer le RDA. Vous savez, le RDA a été créé en 1946 puis en 1947, il a créé la section guinéenne et maintenant en 1948, il est venu pour l’implantation du RDA à Dalaba. C’était le règne de Thierno Oumar, qui a refusé de le recevoir et a interdit qu’on le reçoive. Il a dû passer la nuit sur les bancs de l’école publique. À ce titre, il n’a jamais aimé Dalaba. Pourtant, il a eu plusieurs maîtresses qui venaient de Dalaba. Mais il n’empêche qu’encore en 1983, quand il est venu ici, il a rappelé cet événement. Il était très rancunier17. »

21Se trouve ainsi posé l’enjeu majeur de la marche vers l’indépendance dans les années 1950 : l’opposition de la chefferie locale à l’implantation du PDG-RDA dans la région. La fin des années 1940 s’inscrit dans un double contexte. Au niveau du territoire de la Guinée française, c’est l’éclosion d’une vie politique locale animée par des partis et des élections régulières, surtout à partir de 1954. En ce qui concerne Dalaba, la ville est devenue un centre important du territoire de la Guinée française. Le phénomène le plus marquant est sans doute l’afflux de travailleurs venus du reste du territoire et en particulier de la ville de Mamou. Maçons, menuisiers, ils sont susu ou malinké et s’installent dans les quartiers de Bilidougou, Intercolo et à proximité de la place du marché. Ils constituent par la suite le premier terreau de recrutement du RDA à Dalaba. C’est aussi la fin du règne de Thierno Oumar Diogo Bah, qui laisse la place à son fils Thierno Ibrahima. Deux phases peuvent être isolées dans cette période qui court de 1947 à 1958. Pendant une première phase, de 1947 à 1954, la cellule du RDA est fragile à Dalaba, mais la multiplication des scrutins et les changements de méthode au sein du RDA ouvrent à partir de 1954 une phase d’ascension du parti dans tout le pays.

22Lorsque les premiers groupements politiques voient le jour en 1947, l’Union mandé choisit comme représentants un instituteur, Mamadi Keïta, et un commis des PTT, Camara Mory. L’Amicale Gilbert Vieillard, association politique du Fouta Djalon, dispose d’un bureau de 17 personnes, essentiellement des notables et fonctionnaires. A cette époque est aussi créée une sous-section RDA à Dalaba, qui regroupe une quinzaine de militants, dont deux instituteurs et deux notables. Le Colloque national sur l’histoire du PDG suggère d’ailleurs l’influence qu’a pu avoir la présence de militants communistes en séjour à Dalaba sur ces militants de la première heure :

  • 18 Bah Keïta, op. cit., p. 16.

« Les deux instituteurs Baldé Korka et Keïta Mamadi qui ont été particulièrement travaillés lors de son congé de convalescence par Madame Vera Cardo, militante communiste de Dakar, se donnent beaucoup de mal pour attirer quelques sympathisants18. »

  • 19 Bah Keïta, op. cit., p. 17-18.

23Mais la section est très fragile et le demeure, malgré les deux passages de Sékou Touré dans la ville au cours de l’année 1948 : en février pour monter une section syndicale puis en décembre pour organiser la cellule RDA de Dalaba. La répression qui s’abat sur le PDG à partir de 1949 a pour conséquence la mutation des principaux responsables RDA : Korka Baldé à Siguiri, Mamadi Keïta à Kankan et Ousmane Baldé en Basse-Guinée, suivie par la démission du notable Thiorori Bah. Par la suite, la cellule RDA de Dalaba est donc animée plutôt par des ouvriers, qui se réunissent clandestinement. La section est donc en sommeil, de l’aveu même des dirigeants du RDA (Suret-Canale, 1966). Le Colloque national sur l’histoire du PDG de 1983 insiste sur le fait que les militants de cette période étaient de petites gens, « des ouvriers courageux », « presque tous étrangers à Dalaba19 ». À travers ces détails récurrents sur le profil des militants se dessine en creux la mise en accusation de l’élite locale, davantage favorable au maintien du système colonial ou militant au sein des partis rivaux du PDG. De 1948 à 1954, la section RDA de Dalaba se réunit dans l’arrière pièce d’un café, tenu par Sidibé Makani, épouse d’un militant nommé Bandiaye, ou chez d’autres militants. A partir de 1952, le groupe cherche à élargir sa base en recrutant auprès d’amis. La liaison entre la ville et la campagne est assurée par des chauffeurs ou des agents de la trypanosomiase. Le peu de succès du parti durant cette période est justifié a posteriori par trois facteurs : la férocité du système féodal et colonial terrorisant les paysans, le nombre trop restreint d’ouvriers et de fonctionnaires et leur peur des représailles par l’administration. De fait, c’est, au niveau de la Guinée toute entière, une période difficile pour la formation politique.

Le véritable enjeu des années 1954-1958 : la prise de pouvoir et non l’indépendance

  • 20 L’administration coloniale aurait favorisé l’élection de son rival, Barry Diawadou.
  • 21 Jean Suret-Canale décrit ainsi l’évolution politique du cercle d’après les archives coloniales de (...)
  • 22 Bah Keïta, op. cit., p. 22.
  • 23 Communes instituées par la loi du 18 novembre 1955 portant réorganisation municipale de l’AOF, don (...)

24Cependant, l’histoire officielle écrite après l’indépendance occulte largement le véritable enjeu des années 1954-1958 : la lutte entre les partis guinéens pour la prise de pouvoir. En effet, après son échec controversé aux élections législatives partielles de 195420, le PDG-RDA modifie sa ligne en assouplissant le discours anticolonial et en mettant l’accent sur la remise en cause de la chefferie, tenue responsable des exactions du système colonial. Victorieux aux élections législatives de janvier 1956, aux municipales de novembre 1956 puis aux élections territoriales de mars 1957, le PDG accède au pouvoir et constitue un gouvernement semi-autonome dirigé par le vice-président du conseil Sékou Touré. Durant cette période, ce n’est pas tant la question de l’indépendance qui occupe les débats de la vie politique locale, mais plutôt la remise en cause des pouvoirs dits traditionnels. Dans ce cadre, la scène politique s’articule autour de trois partis principaux : le PDG-RDA, dont les figures de proue à Dalaba furent Lamine Samba Traoré, Morlaye Touré ou la gargotière Makoto Camara, le Bloc Africain de Guinée (BAG), regroupant les anciens groupements régionaux (Union du Mandé, Association Gilbert Vieillard, Union forestière, Comité d’union de la Basse Guinée…) et la Démocratie socialiste de Guinée (DSG). Le BAG, dirigé par Barry Diawadou, est représenté localement par El Hadj Négué Diallo, adjudant de gendarmerie française à la retraite. Ce parti recrutait essentiellement parmi les notables et la chefferie. La DSG, dirigée par Ibrahima Barry dit « Barry III », est majoritaire dans le cercle de Dalaba, comme en témoignent les élections législatives et municipales de 1956. C’est la DSG qui polarise l’hostilité de la chefferie à Dalaba, davantage que le RDA qui n’est relancé localement qu’en 195521. En effet, à partir de cette date, l’action du RDA gagne davantage en visibilité et le parti recrute sur une plus large base : réunions publiques, conférences lors des marchés, chants de louange au PDG par les femmes du parti, mobilisation des jeunes qui « se distinguent par leur tenue et leur participation active aux compétitions sportives et aux danses folkloriques22 ». À l’automne 1955, l’instituteur Traoré Samba Lamine est muté à Dalaba : il reprend en main la sous-section en constituant un bureau composé de trois fonctionnaires et d’une dizaine d’ouvriers. Il met également sur pied des sous-sections dans les cantons de Bodié, Kébaly, Ditinn et Kankalabé. Particulièrement virulent, l’instituteur est muté l’année d’après à Dabola pour insuffisance professionnelle. En 1956, le RDA est plus solidement implanté dans la région, mais sans doute moins qu’ailleurs. Ainsi, alors que le PDG l’emporte aux élections municipales de 1956 à une écrasante majorité dans tout le pays, la mairie de Dalaba est remportée par la Démocratie Socialiste de Guinée (DSG), même si un maire du PDG est nommé dans cette commune de moyen exercice23.

25L’événement marquant de la période, qui achève de faire basculer l’adhésion de Dalaba au RDA, est le ralliement du chef Thierno Ibrahima au PDG (1917-1971) en 1957. Deuxième fils de Thierno Oumar Diogo Bah, il a été formé à l’école coloniale mais démissionne de son poste de commis expéditionnaire à Forécariah sur le conseil de son père pour prendre sa suite. Conseiller territorial de la première assemblée de l’AOF en 1946, il décline l’offre que lui font les chefs de se présenter comme candidat à la succession de Yacine Diallo, décédé en 1954, au poste de député de la Guinée Française. Son ralliement au RDA en 1957, surprenant au regard des attaques en règle du PDG contre la chefferie, est expliqué sous un angle différent par Ibrahima Bah en 1983 et en 2010. Dans le Colloque national rédigé sous Sékou Touré, Ibrahima Bah évoque un revirement opportuniste :

  • 24 Bah Keïta, op. cit., p. 24.

« La chefferie atteinte au foie est en débandade. C’est Bah Bademba, frère et secrétaire du chef de canton qui adhère au RDA, suivi peu de temps après par le chef de canton lui-même qui passera dans tous les cantons rejeter sur l’administration coloniale la responsabilité de ses actes de vandalisme24. »

26La campagne dont il est question fait référence à une tournée d’autocritique que Thierno Ibrahima dut entreprendre à travers le cercle pour faire accepter son adhésion au PDG. Pour faire valider sa candidature aux élections territoriales de 1957, il dut en effet accepter de faire amende honorable durant la campagne électorale sur son rôle en tant que chef de canton. De ce point de vue, l’adhésion du chef apparaît comme une manœuvre opportuniste dans un contexte où le PDG a déjà presque la réalité du pouvoir au sein du conseil de gouvernement de la Guinée française. L’interprétation de ce revirement est formulée de manière différente lors de l’entretien réalisé en 2010. Ici, cette alliance s’explique avant tout par les relations personnelles qui s’étaient tissées entre Sékou Touré, Thierno Ibrahima et sa mère :

  • 25 Tinka est le nom de la concession du chef de Dalaba, située à quelques kilomètres au nord de la vi (...)
  • 26 Entretien 4.

« En réalité, il y a avait une amitié entre Sékou Touré et la mère de Thierno Ibrahima, Néné Fouta. Sékou Touré était venu à Tinka25 et il avait dit à la mère de Thierno Ibrahima qu’il la choisissait comme Maman. Et elle a accepté et lui a dit : “Oui, je te choisis comme fils”, et elle lui a confié ses deux fils comme des frères. Sur le plan de la tradition, il y a un boubou que l’on fait pour les chefs. Mais il doit être fait très rapidement, en une journée. Les femmes viennent et elles cardent et filent le coton. Puis, dans la même journée, les tisserands tissent les bandes de coton et on découpe pour faire un boubou. Celui qui porte ce boubou, infailliblement, sera chef. Néné Fouta, qui était la fille de l’Almamy de Mamou a fait ce boubou pour Sékou Touré. Puis Sékou Touré lui a dit que Thierno Ibrahima devait se regrouper au sein du RDA. Et comme les Sages, quand ils avaient consulté, avaient vu que l’étoile de Sékou Touré brillait plus haut que celle de Barry III et Barry Diawadou, alors Thierno Ibrahima a rejoint le RDA26. »

  • 27 Le PDG remporte deux sièges sur trois à l’Assemblée. Cette victoire démontre la faillite politique (...)

27Si la raison invoquée au final relève là aussi de l’opportunisme ou du calcul politique, le discours qui l’entoure est centré uniquement sur les relations qui se sont établies entre les grandes figures de la politique locale, et occulte tout à fait les bases sociopolitiques sur lesquelles s’appuyaient les différents partis des années 1950. Or, ce rapprochement entre le chef de Dalaba et le RDA peut s’expliquer par des stratégies politiques locales : d’une part, le RDA a intérêt à accepter ce ralliement, qui lui permet de renforcer sa position dans un cercle majoritairement acquis à son principal rival, la DSG. Par ailleurs, la décision vient confirmer l’intelligence politique du chef de Dalaba, qui a sans doute compris, après le désaveu de la chefferie lors des élections de janvier 195627, qu’il faut prendre pied au RDA pour maintenir sa position. De fait, après l’abolition de la chefferie (31 décembre 1957), il fut l’un des chefs qui put conserver ses terres et son pouvoir au sein des nouvelles structures administratives. Après l’indépendance, il est ainsi gouverneur de région, mais en dehors de Dalaba (Télimélé, Macenta, Kindia puis Dubreka), jusqu’à son arrestation et son exécution, dans le cadre de la répression massive suivant le débarquement guinéo-portugais du 22 novembre 1970.

  • 28 Entretien 6.

28De cette période d’intense politisation de la Guinée, les témoignages révèlent donc deux idées complémentaires. Tout d’abord, la mémoire de l’indépendance fait avant tout resurgir les rivalités politiques entre partis dans les années précédant 1958. Le débat autour de l’opportunité de l’indépendance immédiate n’est que peu évoqué, tant semble aller de soi la discipline de parti. Au demeurant, alors que la DSG était finalement assez proche du PDG en termes de ligne politique, la rivalité souvent violente entre les deux partis s’amplifia à partir de 1956, conduisant la DSG à se rapprocher du BAG pour finalement fusionner en 1958 au sein du Parti du Regroupement Africain (PRA). Ainsi, à une question portant sur les résultats du référendum du 28 septembre, un informateur s’embrouilla sur les pourcentages, concluant que le « oui » gagnait 48 % et sortait donc vainqueur, les 52 % restant étant répartis entre la DSG et le RDA. En réalité, il évoquait sans doute un autre scrutin, antérieur au 28 septembre, au cours duquel le BAG était sorti vainqueur contre les deux partis rivaux28. Au final, et comme le montrait déjà Jean Suret-Canale à propos de l’abolition de la chefferie le 31 décembre 1957, les jeux sont déjà faits au cours de l’année 1958. Non que Sékou Touré ait pris tôt la décision d’appeler au « non » dans la préparation du référendum, mais que la capacité de mobilisation du parti était telle que le mot d’ordre lancé à Conakry ne pourrait qu’être suivi massivement par les militants à travers tout le pays. D’où cet amalgame entre adhésion au PDG et adhésion à l’indépendance immédiate. Cette mémoire qui assimile victoire du PDG et indépendance est représentative de la confiscation, par le parti de Sékou Touré, de la mémoire du « non ».

Le rôle des militants minoré, voire dédaigné

29La majorité des témoins rencontrés avaient, on l’a constaté, une attitude réservée quant au PDG et à ses leaders. Cette position se retrouve dans la manière dont sont évoqués les militants RDA, dont le rôle tend à être passé sous silence. Plus encore, dans la mesure où le PDG entendait renverser les hiérarchies sociales établies en Guinée et plus particulièrement au Fouta Djalon, un certain mépris se fait jour à l’égard de cette base sociale du PDG, qui recoupe les clivages aristocrates/roturiers, libres/captifs ou éduqués/illettrés :

  • 29 Entretien 4.

« [Morlaye Touré] est devenu l’agent de Sékou Touré et quand il y a eu l’agression, c’est lui qui a dicté la liste des membres de la Cinquième Colonne. Il y avait plus de 30 personnes, plus de 30 chefs de famille de Dalaba. Tous ont été arrêtés, beaucoup ont été disparus ou exécutés. Cela a donné une très mauvaise image du RDA à Dalaba. Tous les chefs de famille ont été arrêtés. Donc dans toutes les familles de Dalaba, on avait cela sur le cœur. Il y avait même les pères des maîtresses de Sékou Touré. Quand il a su ça quand même, il les a fait libérer. […]
C’est dans cette case-là qu’a été décidée, malheureusement, l’abolition de la chefferie en 1957. Je dis malheureusement parce que cela a fait perdre ses repères à la population. C’est vrai que les chefs ne répondaient plus aux aspirations des gens, mais regardez en Côte d’Ivoire ou au Burkina, ils ont gardé les chefs. On n’aurait pas dû les supprimer, on aurait pu les garder comme symboles. Mais comme Sékou Touré avait un complexe, il venait d’une famille modeste et il ne supportait pas le rayonnement des gens du Fouta, il a fait disparaître toutes les grandes familles29. »

30L’ascension sociale des uns ayant entraîné la mise au pilori des autres, les militants de base du PDG-RDA se voient dans ce discours taxés d’incompétence :

  • 30 Idem.

« Un jour, lors de l’élection du bureau fédéral à Dalaba, [Sékou Touré] est venu faire la proposition d’un menuisier, Morlaye Touré, un Soussou qui était venu dans le cadre de la construction de l’étaconval. Celui-ci ne savait même pas écrire son nom. Mais il l’a mis tellement en avant, c’était une manière d’en faire le candidat au bureau. Il est resté dix ans : c’était le Grand de Dalaba pendant dix ans. […] Morlaye était là avant l’indépendance. Sékou Touré a fait sa promotion. Mais c’était un échec pour Dalaba. Il a supervisé la construction d’une maison à étages, c’était la maison pour le secrétaire général. Mais la dalle de fondation était tellement mince et mal faite : il n’a fait que du mauvais travail. C’était pareil pour le bureau du gouverneur. Aujourd’hui, vous pouvez allez voir, elle est délabrée. Tout ce qu’il a fait a été mal fait30. »

31On retrouve cette amertume chez des personnes n’appartenant pas nécessairement aux grandes familles aristocratiques de Dalaba, mais dont le niveau d’éducation leur faisait espérer pouvoir jouer un rôle plus grand dans le nouveau système. Or, la politique anti-élitaire du régime conduisit plutôt à une mise au pas des intellectuels, censés se régénérer aux sources de la paysannerie guinéenne :

  • 31 Entretien 6.

« Moi j’étais secrétaire d’un bureau de vote de Kétiguia. J’étais très jeune. C’est pour dire que je n’ai pas perçu mes primes, depuis lors. Parce que mon président il a perçu et puis il est allé en poste. C’est pour dire, jusqu’à présent quand je me souviens de ça je m’énerve parce que, bon, moi je suis allé, c’est moi qui suis allé, c’est moi qui ai appelé parce que mon président était analphabète. Alors c’est moi qui appelais les gens et c’est moi qui proclamais : A voté31 ! »

32À l’inverse, on peut noter une forme d’autocensure chez ceux qui, appartenant à la petite paysannerie, viennent de familles acquises au RDA, mais qui ont tendance, devant leurs aînés issus d’un autre milieu social, à présenter cette adhésion comme le fruit de l’ignorance de leurs parents :

  • 32 Entretien 7.

« Vous savez, nous à ce moment, nous étions très jeunes. Nous étions les fils de paysans qui n’avaient pas, disons, une bonne vision sur les choses. Tout ce que nous avons appris sur cela, c’est à l’école. Tout ce qu’on vient de vous raconter. Bon pratiquement ce qu’on a compris, les parents parlaient toujours de ces histoires de partis entre le BAG, et l’autre-là. Ils nous parlaient toujours de ces partis-là. […] Mes parents ont voté, même je me rappelle, j’avais un oncle qui organisait les défilés derrière notre concession. Il était à la JRDA. Et mes parents étaient RDA32. »

33Au final, tous les acteurs tombent d’accord sur deux points : la formidable capacité de mobilisation du PDG qui fut en mesure d’évacuer ses rivaux politiques, mais aussi l’inversion des rapports sociaux qui fut au cœur de ses revendications à l’orée de l’indépendance.

Les célébrations de 1959 à 2009 : de la fête nationale à la réaffirmation des identités locales

  • 33 Entretien 5, 6 et 8.

« CP : Quelle est la journée la plus importante pour vous ?
A : C’est le 28 septembre qui avait mobilisé beaucoup de monde.
B : Le 28 septembre. Le 2 octobre, ça, c’était pour ceux qui connaissaient quelque chose. Mais pour qu’il y ait le 2 octobre, il fallait le 28 septembre. […]
A : Non, non, non, ça c’est juste, c’est la vérité. […] Bon mais il faut reconnaître aussi que le 28 septembre [2009] a terni l’histoire de cette date. Parce que si c’est à cette date que le peuple a voté “non” et a demandé sa souveraineté nationale, il se trouve que malheureusement c’est à cette date-là que l’on tue un peuple innocent33. »

34Si le 2 octobre est la fête nationale, c’est à la date du 28 septembre que les Guinéens sont avant tout attachés : une date dont la portée symbolique a été entretenue, pendant 24 ans de régime socialiste révolutionnaire, à travers l’organisation de festivités nationales. La fête de l’indépendance, instituée dès 1959, reflète en Guinée comme ailleurs en Afrique les ambiguïtés de la rupture affichée avec la colonisation (Almeida-Topor, 1999). À cheval entre célébration européenne et célébration du retour à la tradition et de l’authenticité, les festivités se caractérisent avant tout par leur dimension unitaire. Les fêtes sont décrites comme des moments de célébrations populaires, certes instituées et très organisées mais où la population prend une part active :

  • 34 Entretien 4.

« On fêtait les deux jours : les deux jours étaient chômés. Le 28 septembre, c’était l’assainissement : on nettoyait la ville. Le 2 octobre, on hissait les drapeaux au son des tam-tams. Il y avait des défilés. Toute la population défilait : les élèves, les femmes, les travailleurs. A la tribune, il y avait les membres du bureau fédéral. Sinon tout le monde défilait et ceux qui ne défilaient pas se rangeaient sur le côté de la route de Mamou. Les travailleurs défilaient avec leurs outils, les tracteurs, les jardiniers avec leurs bêches, les menuisiers… Le défilé et les discours officiels avaient lieu le matin. Ensuite il y avait un repas où on faisait vraiment bombance : tous les quartiers étaient invités. Puis les responsables politiques et administratifs se retrouvaient à l’Hôtel du Fouta pour fêter. Le soir, il y avait du théâtre, un chœur, un ballet, et cela finissait par une soirée dansante.
[…] Il y avait le match de foot des vétérans. Puis un tournoi, souvent contre les équipes de Labé ou de Mamou. Mais il n’y avait pas que le foot, il y avait aussi le volley-ball et le basket. […] Et puis il y avait les jeux : la course de sac, la course de bicyclette – 12 km depuis Sebhory – le colin-maillard, le mât de cocagne. Nous, on avait un truc pour le mât de cocagne. Comme il était enduit d’huile rouge pour le rendre plus glissant, alors nous, on s’enduisait de miel pour grimper mieux. Les élèves récitaient des poèmes du PDG et scandaient les slogans : “L’impérialisme, à bas !”, “Le colonialisme, à bas34 !” »

35Après la mort de Sékou Touré, la commémoration de l’indépendance connaît une phase d’éclipse. En effet, le coup d’État du 3 avril 1984 porte au pouvoir une junte militaire qui prend le nom de Comité militaire de redressement national (CMRN), dirigée par les colonels Lansana Conté et Diarra Traoré. Si cette rupture marque la fin du régime révolutionnaire, quasi totalitaire de Sékou Touré, le nouveau régime reste autoritaire, malgré la façade démocratique progressivement construite au cours des années 1990. À la différence de Sékou Touré, le « Général-Paysan » Lansana Conté n’est pas un idéologue et se préoccupe peu de susciter l’adhésion à son régime au travers d’une constante mobilisation de masse. Bien qu’il sache, lors des crises, manier le thème de l’unité nationale et de la patrie en danger en ressuscitant certains motifs de la phraséologie sékou-touréenne, il ne maintient pas les anciennes fêtes révolutionnaires et n’institue guère plus de nouvelles fêtes populaires en l’honneur de son régime. Seul le 3 avril est érigé en fête nationale et célèbre l’anniversaire de la Deuxième République, dont la Loi Fondamentale n’est pourtant adoptée qu’en 1990. Or, cette célébration ne suscite pas de mobilisation citoyenne particulière :

  • 35 Entretiens 5 et 6.

« A : Tout au début, on a fait le 2 octobre mais après, on a remplacé le 2 octobre par le 3 avril. […] Puis le 2 octobre est revenu, timidement, timidement. […] Vous savez, le 3 avril, c’est le CMRN, donc on a commencé à le fêter. Mais en réalité, ce n’était pas une fête populaire. […] C’était artificiel parce que ça se fêtait au niveau des garnisons militaires.
B : Moi, je tiens à ce que mon jeune frère mentionne quelque chose. Avec toutes les fêtes qu’on faisait sous le premier régime, les biens collectifs étaient protégés. Même s’il y a eu faste, s’il y a une fête grandiose, on fait tout, mais les biens publics étaient absolument préservés. C’est-à-dire, contrairement à ce qui s’est passé après le 3 avril, hein ?
A : Le gaspillage était plus considérable le 2 octobre que le 3 avril. Parce que le 3 avril, au fond, ce n’est pas la population qui fêtait la fête, c’est les militaires dans leur garnison. Ils abattaient les bœufs, bon, ils avaient le repas. C’était juste entre eux35. »

  • 36 International Crisis Group, Guinée : garantir la poursuite de réformes démocratiques, Briefing Afr (...)

36La fête du 3 avril apparaît ici comme un miroir du régime, dont l’un des piliers est le contrôle de l’appareil sécuritaire. Envers les militaires, Lansana Conté manie la carotte et le bâton, entre largesses accordées aux soldats et purges régulières chez les officiers. Il est d’ailleurs assez symptomatique que les informateurs évoquent ici « le repas » auxquels seuls les militaires prenaient part, car parmi les privilèges accordés aux soldats se trouve le prix du sac de riz, vendu à 10 % du prix du marché36. De plus, l’atteinte aux biens publics apparaît comme une manière détournée de dénoncer le système de prédation caractéristique du régime Conté, qui avait réussi à associer une partie de l’élite civile à l’appropriation privée des ressources publiques, en échange de sa loyauté. Dans ce contexte, la célébration de l’indépendance perd progressivement de son lustre, jusqu’à se réduire à sa plus simple expression au cours des années 2000. À partir de 2002, le Président, malade, se retire du devant de la scène et dès 2006, n’est même plus présent à la célébration. Sans message à la nation du chef de l’État, la commémoration s’est limitée au dépôt de la gerbe au Monuments des Martyrs par le ministre Fodé Bangoura. Cette progressive déliquescence annonce un cinquantenaire plus que controversé.

37La célébration du cinquantenaire, en octobre 2008, survient dans un contexte de crise politique durable. Depuis 2006, la mobilisation sociale a été forte, mais s’est soldée par des répressions sanglantes, en juin 2006 puis en janvier-février 2007. Si les « Forces Vives de la Nation », plateforme des représentants de la société civile, avaient obtenu en février 2007 la nomination d’un Premier ministre de consensus, celui-ci a été limogé en mai 2008 après s’être rendu largement impopulaire. En octobre 2008, le cœur n’est pas à la fête. Pourtant, les autorités organisent des célébrations qui rappellent la fête révolutionnaire du premier régime : dépôt de gerbes de fleurs et défilé en présence des chefs d’État invités, jeux sportifs (concours des rameurs, finale nationale de football) et manifestations culturelles où les orchestres phares du premier régime sont conviés (Bembeya Jazz National par exemple). Dans chaque région, les manifestations doivent être élaborées par les autorités locales. Or, à Dalaba, l’organisation du cinquantenaire semble avoir fait l’objet de débats houleux :

  • 37 Entretiens 5, 6 et 8.

« C : Moi là, ce qui me préoccupe dans cette histoire de cinquantenaire-là. On avait tenu une séance de dialogue au niveau de la préfecture, là où toutes les couches étaient concernées. Il y a là des gens qui se sont dit que le cinquantenaire n’était pas pour eux une priorité. Parce qu’il y avait des choses à faire à l’intérieur du pays qui pouvaient prévaloir. Certains cadres ont dit que eux, ils ne sont pas bien, ils sont mal rémunérés et vraiment il y a eu du matériel qui était saccagé et que au lieu de faire la fête, il fallait prendre pour réparer. Ça, c’était au niveau du dialogue préfectoral que nous avions organisé. Donc ils ont dit que ce n’est pas une priorité. Mais malgré tout, le gouvernement a tenu à organiser le 2 octobre pour le cinquantenaire et ça n’a pas été une chose, vraiment, ça a été un échec.
A : Il faut justifier l’échec. En 2006, 2007, c’était les grandes manifestations contre le régime. En 2007 surtout, vous savez combien de personnes ont été tuées ? Et vous savez ce qui a remplacé ? L’installation d’un gouvernement dit-on de consensus. Et ce gouvernement de consensus a voulu célébrer le cinquantenaire avec faste et il a échoué. Tous les montants obtenus et les fonds ramassés pour faire cette manifestation ont été détournés37. »

  • 38 Le fait que le président sénégalais Abdoulaye Wade n’ait pas eu de siège où prendre place à la tri (...)

38Ces témoignages sont représentatifs des débats suscités à Conakry et dans le reste du pays autour de l’organisation du cinquantenaire. Le fiasco de l’anniversaire tenait en effet à trois facteurs : outre le manque d’organisation38, le déroulement des cérémonies rendit plus âpre encore la critique des institutions républicaines. Dans la presse, le fait que ce soit la première dame, Henriette Conté, qui dépose la gerbe au monument des martyrs, au lieu du premier ministre ou du président de l’Assemblée nationale, apparut comme l’un des signes de la personnalisation extrême du pouvoir (McGovern, 2009). Le souvenir des répressions sanglantes et l’échec du gouvernement de consensus transparaissent également dans le souci de s’occuper en priorité des bâtiments administratifs saccagés lors des grèves et manifestations de février 2007. Enfin, le détournement des moyens destinés aux célébrations apparut comme une ultime et cinglante preuve de la « mal-gouvernance » et du cynisme des classes dirigeantes. L’utilisation de l’argent envoyé par le gouvernement à la préfecture de Dalaba pour le cinquantenaire fait l’objet du même type de critiques :

  • 39 Entretien 8.

« Il faut le dire ! Ils ont envoyé de l’argent dans une seule main qui l’a géré et la dépense n’a même pas dépassé le quart du montant. Et la population après ce repas, tous ceux qui étaient de la partie, ils ont contesté. Ils ont dit : il vaudrait mieux prendre cet argent, réparer les édifices qui ont été détruits lors de 2007. […] Il y a des gens qui ne sont pas allés, même à la montée des couleurs et même au repas39. »

39Enfin, après la mort de Lansana Conté, une junte militaire prend le pouvoir le 23 décembre 2008 sous le nom de Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD). Dirigé par le capitaine Dadis Camara, le CNDD promet dans un premier temps la rupture et l’organisation d’une transition démocratique. Mais au cours de l’année 2009, les tendances autoritaires de Dadis Camara apparaissent au grand jour : purges dans l’armée, nominations et limogeages inopinés des membres du gouvernement, diatribes envers les diplomates étrangers, blocage du conseil de la transition, restriction de l’accès aux médias des partis politiques… Lorsqu’il évoque sa candidature à l’élection présidentielle prévue pour janvier 2010, le divorce est largement consommé avec la population. Aussi les partis politiques, soutenus par les forces vives de la nation, appellent-ils à une manifestation massive le 28 septembre 2009 au Stade du 28 septembre à Conakry, pour protester contre cette candidature. Mais la manifestation tourne au bain de sang, faisait plus de 150 morts et 1 500 blessés : femmes violées en pleine rue puis séquestrées comme esclaves sexuelles, civils tués à bout portant ou poursuivis jusque dans les quartiers, corps subtilisés et jetés à la mer, arrestations arbitraires, restriction de l’accès aux soins par occupation militaire des hôpitaux… La condamnation est unanime et bientôt des dissensions apparaissent au sein de la junte quant aux responsabilités du massacre. Au moment de la parution du rapport de la Commission internationale d’enquête de l’ONU, une altercation éclate, le 3 décembre 2009, entre Dadis Camara et son aide de Camp, « Toumba » Diakité au camp de Koundara, à Conakry. Toumba Diakité tire une balle dans la tête de Dadis Camara qui est évacué vers le Maroc, et définitivement mis hors jeu, pendant que l’aide de camp prend la fuite. Ces événements ont évidemment une portée historique fondamentale, d’abord parce qu’ils mettent un terme au CNDD et ouvrent une véritable période de transition, mais aussi parce qu’ils infléchissent d’un sens nouveau la date symbolique du 28 septembre :

  • 40 Quelques jours avant le 28 septembre, Dadis Camara avait entrepris une démonstration de force en s (...)
  • 41 Entretien 4.

« Bon, on l’avait accueilli partout40. Mais en contrepartie, les gens avaient programmé le 28 septembre. C’est un jour de protestation et c’était pour lui rappeler de respecter son engagement. Mais la journée du 28 septembre, ça a choqué tout le monde. On a tous perdu des parents. Et je peux vous dire que dès le lendemain, tout le monde s’est mis à prier et à le maudire. Tout le Fouta, tous les paysans se sont mis en prière. Et quand Toumba lui a mis une balle dans la tête, on l’a tous béni41. »

40Contre un pouvoir autoritaire qui n’hésite pas à réprimer des civils non armés, l’affirmation d’un pouvoir occulte apparaît à la fois comme l’affirmation d’une identité régionale et comme un mode de remoralisation politique. Si le 28 septembre 2009 semble à première vue constituer l’événement inversé du 28 septembre 1958, les suites du massacre, qui conduisirent à la mise hors jeu de Dadis Camara, à l’avènement du processus de transition et à l’organisation des élections présidentielles (27 juin 2010 pour le premier tour et 7 novembre 2010 pour le second tour) sont ici interprétées comme une seconde victoire des gouvernés face un pouvoir oppressif.

*

  • 42 L’expression est utilisée en 1976 par Sékou Touré au moment du « complot peul ». Trois de ses disc (...)

41Finalement, les enquêtes orales montrent surtout que les mémoires individuelles de l’indépendance sont façonnées par la rhétorique mémorielle du régime de Sékou Touré. Aussi est-il souvent malaisé de distinguer la frontière entre souvenirs individuels et mythologie nationaliste construite a posteriori. À ce titre, l’analyse locale de l’indépendance permet de comprendre, sur la durée, les processus de constructions identitaires régionaux et d’éclairer des enjeux politiques contemporains : « la situation particulière du Fouta »42 constitue ainsi un motif récurrent du discours politique guinéen, instrumentalisé par les deux candidats lors des élections présidentielles de 2010 et qui reste un enjeu politique majeur.

42Le vote du 28 septembre 1958 s’inscrivit ainsi à Dalaba dans un contexte particulier lié à la fonction de station climatique et de base militaire que jouait la ville depuis l’entre-deux-guerres. La moindre adhésion au « non » s’explique en effet largement par la forte présence, depuis les années 1930, de résidents européens dans la ville. Mais surtout, les entretiens confirment que, moins que l’opportunité de l’indépendance immédiate, le véritable enjeu de la fin des années 1950 fut la rivalité, souvent violente, entre les partis politiques guinéens. De fait, le PDG ne fit pas campagne pour le référendum mais se contenta de donner son mot d’ordre le 14 septembre 1958, tandis que les autres partis politiques s’étaient déjà prononcés en faveur du « non ».

  • 43 Le nombre d’inscrits passe de 131 309 en 1946 à 476 503 en 1954 et 976 757 en 1956 (Suret-Canale, (...)

43À cet égard, la région de Dalaba reflétait bien les difficultés plus larges rencontrées par les militants du PDG pour s’implanter au Fouta Djalon, où la chefferie était restée puissante. Mais l’analyse locale permet de faire contrepoint à l’histoire nationaliste construite après l’indépendance, en faisant apparaître l’alliance, certes tardive, entre le PDG et la chefferie locale contre la DSG, parti d’opposition. De plus, les entretiens confirment l’efficacité des méthodes de mobilisation du PDG dans un contexte d’élargissement du corps électoral43. Le succès final du parti de Sékou Touré tient à la reformulation de préoccupations socioéconomiques issues de la base dans une plateforme nationaliste, et, partant, anticolonialiste. La comparaison avec d’autres régions de Guinée, acquises plus tôt ou plus aisément au PDG-RDA, serait sans doute éclairante pour comprendre l’articulation entre revendications socioéconomiques et lutte anticoloniale en fonction de la stratification sociale locale.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alberge Marc, Les festivités de 1959 en Guinée : forger l’unité nationale dans la dignité, Mémoire de Master II, Université de Toulouse II-Le Mirail, 2008.

Almeida-Topor (d’) Hélène, « La ville magnifiée : les fêtes de l’indépendance dans les capitales ouest-africaines francophones », in Goerg Odile (éd.), Fêtes urbaines en Afrique, Espace, identités et pouvoirs, Paris, Karthala, 1999, p. 255-262.

Ameillon Bernard, La Guinée, bilan d’une indépendance, Paris, Maspéro, 1964.

Barry Alpha Ousmane, Pouvoir du discours et discours du pouvoir, L’art oratoire chez Sékou Touré de 1958 à 1984, Paris, L’Harmattan, 2002.

Botte Roger, « Stigmates sociaux et discriminations de l’ancienne classe servile au Fuuta Jaloo », Cahier d’études africaines, 133-135, XXXIV I-3, 1994, pp. 109-136.

Charles Bernard, « Le rôle de la violence dans la mise en place des pouvoirs en Guinée », in Ageron Charles-Robert, Marc Michel, L’Afrique noire française à l’heure des indépendances, Paris, CNRS Éditions, p. 361-374.

Charles Bernard, « Un parti politique africain : le Parti démocratique de Guinée », Revue française de science politique, XII, 2, 1962, p. 312-359.

Chrétien Jean-Pierre, Triaud Jean-Louis, Histoire de l’Afrique, les enjeux de mémoire, Paris, Karthala, 1999, 503 p.

« Guinée indépendante », Présence Africaine, numéro spécial, décembre 1959-janvier 1960.

Goerg Odile, Pauthier Céline, Diallo Abdoulaye (éd.), Le NON de la Guinée (1958) : entre mythe, relecture historique et résonances contemporaines, Paris, L’Harmattan, 2009.

Goerg Odile (éd), Fêtes urbaines en Afrique, Espace, identités et pouvoirs, Paris, Karthala, 1999.

Jewsiewicki Bogumil, « La mémoire », inCoulon Christian, Martin Denis-Constant, (dir), Les Afriques politiques, Paris, La Découverte, 1991, p. 59-71.

Kaba Lansiné, Le « non » de la Guinée à de Gaulle, Paris, Éditions Chaka, 1990, 190 p.

Mcgovern, Mike, « The refusal to celebrate the fiftieth Anniversary of the 1958 NO », inGoerg Odile, Pauthier Céline, Diallo Abdoulaye (éd.), Le NON de la Guinée (1958) : entre mythe, relecture historique et résonances contemporaines, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 17-27.

Morgenthau Ruth Schachter, Political Parties in French-Speaking West Africa, Oxford, Clarendon Press, 1964.

Mudimbe Valentin, Y., The Invention of Africa. Gnosis, Philosophy and the order of Knowledge, Bloomington; Indianapolis, Indiana University Press, 1988.

Nora Pierre, « Entre mémoire et histoire, La problématique des lieux », inNora Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, tome 1, La République, Paris, Gallimard, 1984, p. xv-xlii.

Pauthier Céline, « Le NON comme lieu de mémoire », inGoerg Odile, Pauthier Céline, Diallo Abdoulaye (dir.), Le NON de la Guinée (1958) : entre mythe, relecture historique et résonances contemporaines, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 59-79.

Rivière Claude, « Les partis politiques guinéens avant l’indépendance », Revue d’études politiques africaines, no 107, novembre 1974, p. 61-82.

Schmidt Elisabeth, Mobilizing the masses: Gender, Ethnicity and Class in the Nationalist Movement in Guinea, 1939-1958, Portsmouth, NH, Heinemann, 2005.

Suret-Canale Jean, « L’indépendance de la Guinée : le rôle des forces intérieures », inAgeron Charles-Robert, Marc Michel, L’Afrique noire française à l’heure des indépendances, Paris, CNRS éditions, p. 129-138.

Suret-Canale Jean, « La fin de la chefferie en Guinée », Journal of African History, VII (3), 1966, p. 459-493.

Annexes

ANNEXE. Documents iconographiques

Photographie 1. – Ancien bâtiment du Centre de la jeunesse de l’Union française, où s’est déroulé le vote du 28 septembre 1958 à Dalaba (photographie de l’auteure, avril 2010).

Photographie 2. – La tribune officielle devant laquelle passait le défilé lors des commémorations de l’indépendance, à Dalaba (photographie de l’auteure, avril 2010).

Photographie 3. – Carte d’électeur pour le vote du 28 septembre 1958 (photographie de l’auteure, avril 2010).

Photographie 4. – Monument en l’honneur de Thierno Oumar Diogo Bah, Dalaba (photographie de l’auteure, avril 2010).

SOURCES. Entretiens

Notes

1 Dont des extraits ont été publiés par le Bureau de presse de la Présidence de Guinée, voir Révolution Démocratique Africaine, Conakry, Imp. Nationale P. Lumumba, no 204, 1983, 63 p.

2 Le premier poste fut créé à Ditinn en 1896.

3 Archives nationales de Guinée (ANG) 2 D – 369 – Érection de Dalaba en cercle (1908-1955).

4 Bah Ibrahima, Keïta Seydou, Colloque national sur l’histoire du PDG des origines à 1958 à Dalaba, 1983, Archives privées, Dalaba, p. 5.

5 Autre nom de l’Hôtel des Chargeurs réunis.

6 Entretien 5.

7 Idem.

8 Entretien 6.

9 . Entretien 5.

10 Une des militantes les plus connues et actives du RDA à Dalaba, qui présidait le groupe des femmes.

11 Entretiens 5 et 6.

12 Entretien 1.

13 Entretien 5.

14 Entretien 4.

15 Bah Keïta, op. cit., p. 1.

16 Au demeurant, Ibrahima Bah a lui-même souligné l’obligation dans laquelle il s’était trouvé de respecter les canons de l’histoire officielle en rédigeant le mémoire.

17 Entretien 4. L’incident est assez connu en Guinée. Il est mentionné ironiquement dans Bah Keïta, op. cit., p. 21 : « Comme toujours, [Sékou Touré] aurait passé la nuit sur les bancs de l’école si un ouvrier, Morlaye Touré, au mépris des menaces du chef de canton et du commandant de cercle, ne l’avait convié à partager sa case pour la nuit. » Morlaye Touré devient après l’indépendance un membre influent du bureau fédéral de Dalaba. Voir plus loin.

18 Bah Keïta, op. cit., p. 16.

19 Bah Keïta, op. cit., p. 17-18.

20 L’administration coloniale aurait favorisé l’élection de son rival, Barry Diawadou.

21 Jean Suret-Canale décrit ainsi l’évolution politique du cercle d’après les archives coloniales de Dalaba : une sous-section RDA inexistante au deuxième trimestre 1955 ; un vote majoritaire pour la DSG, hostile à la chefferie, au troisième trimestre puis une flambée d’adhésion au RDA au dernier trimestre (Suret-Canale, 1970 : 161).

22 Bah Keïta, op. cit., p. 22.

23 Communes instituées par la loi du 18 novembre 1955 portant réorganisation municipale de l’AOF, dont le conseil municipal est élu et le maire est un fonctionnaire nommé.

24 Bah Keïta, op. cit., p. 24.

25 Tinka est le nom de la concession du chef de Dalaba, située à quelques kilomètres au nord de la ville.

26 Entretien 4.

27 Le PDG remporte deux sièges sur trois à l’Assemblée. Cette victoire démontre la faillite politique des chefs de cantons (Suret-Canale, 1966).

28 Entretien 6.

29 Entretien 4.

30 Idem.

31 Entretien 6.

32 Entretien 7.

33 Entretien 5, 6 et 8.

34 Entretien 4.

35 Entretiens 5 et 6.

36 International Crisis Group, Guinée : garantir la poursuite de réformes démocratiques, Briefing Afrique no 52, 24 juin 2008, 16 p., p. 11.

37 Entretiens 5, 6 et 8.

38 Le fait que le président sénégalais Abdoulaye Wade n’ait pas eu de siège où prendre place à la tribune a ainsi fait l’objet de nombreux commentaires.

39 Entretien 8.

40 Quelques jours avant le 28 septembre, Dadis Camara avait entrepris une démonstration de force en se rendant, à grand renfort de jeeps et de militaires, dans la principale ville du Fouta, Labé, au nord de Dalaba.

41 Entretien 4.

42 L’expression est utilisée en 1976 par Sékou Touré au moment du « complot peul ». Trois de ses discours fustigent ainsi le « racisme peul » et la moindre adhésion des élites peul au mouvement anticolonial, puis à la révolution guinéenne. Cette expression peut être invoquée aujourd’hui de manière ambiguë : d’une part, des Peul peuvent la convoquer pour montrer qu’ils sont victimes de discriminations depuis des décennies dans leur pays. D’autre part, des acteurs politiques peuvent l’instrumentaliser pour dénoncer l’ethnocentrisme supposé des leaders politiques originaires du Fouta.

43 Le nombre d’inscrits passe de 131 309 en 1946 à 476 503 en 1954 et 976 757 en 1956 (Suret-Canale, 1970 : 161).

Table des illustrations

Légende Photographie 1. – Ancien bâtiment du Centre de la jeunesse de l’Union française, où s’est déroulé le vote du 28 septembre 1958 à Dalaba (photographie de l’auteure, avril 2010).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Photographie 2. – La tribune officielle devant laquelle passait le défilé lors des commémorations de l’indépendance, à Dalaba (photographie de l’auteure, avril 2010).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112244/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Photographie 3. – Carte d’électeur pour le vote du 28 septembre 1958 (photographie de l’auteure, avril 2010).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112244/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Photographie 4. – Monument en l’honneur de Thierno Oumar Diogo Bah, Dalaba (photographie de l’auteure, avril 2010).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112244/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112244/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540