Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Première partie. Acteurs sociaux et militants devant l'évènement

Quelle contribution du Deutsch-Togo-Bund à la fête du 27 avril 1960 au Togo ?

Komlan Kouzan

Texte intégral

  • 1 La première est revalorisée au détriment de la seconde, considérée comme une période de laisser-al (...)
  • 2 L’un des aspects les plus redoutés de cette ségrégation par les Togolais fut les 25 coups de fouet (...)
  • 3 Il est le symbole de la force, du travail, de la rigueur et de l’efficacité. En 1982, Erhard Kofi (...)
  • 4 Le mouvement est aussi appelé Bund der Deutschen Togoländer ou Union des territoires allemands. Ce (...)
  • 5 Rares étaient les Togolais qui n’étaient pas sympathisants du Deutsch-Togo-Bund. Cependant, il est (...)

1L’une des caractéristiques surprenante du discours togolais est la volonté affirmée de valoriser la colonisation allemande au détriment de la colonisation française1. Cette époque est présentée sous un meilleur jour que la française, qui n’a pourtant pas connu le ségrégationnisme méthodique institué par les Allemands2. Ainsi, dans la mémoire des Togolais, tout ce qui est allemand ou dzama (en éwé), german en anglais, suscite de l’admiration3. Cette perception paradoxalement positive du système colonial allemand reflète, en fait, des attentes non comblées et les vicissitudes du présent vécu par les Togolais, qu’ils soient du nord ou du sud. Apparaissant comme une mythification du passé, elle provient en réalité de l’histoire incarnée et développée par l’association pro-allemande, le Deutsch-Togo-Bund4, dont les membres vécurent longtemps dans une relative clandestinité ou durent se refugier au Togo britannique c’est-à-dire en Gold Coast5. En dépit de son affaiblissement à la suite d’une scission intervenue à la fin des années 1940, le mouvement garda encore à la fin des années 1950 son audience au sein de la population par ses idées, dont les principales furent la réunification des deux Togos et le retour des Allemands au Togo. Sylvanus Olympio fut d’ailleurs conscient de l’audience du Deutsch-Togo-Bund, raison pour laquelle il fit assidument la cour à ses membres les suppliant en vain de venir travailler avec lui, une fois qu’il serait arrivé au pouvoir (Agbobli, 2011 : 103-104).

  • 6 Avec la victoire des partis nationalistes (CUT, JUVENTO, MPT) 61,4 % et 29 sièges sur 46 face au P (...)

2Lorsque le 27 avril 1960, quatre mois après les Camerounais, les Togolais, eux aussi anciens sujets colonisés du IIe Reich allemand, célébraient dans l’allégresse la proclamation de l’indépendance, c’était, pour ce mouvement fondé dans les années 1920 par les anciens clercs et élèves formés par les Allemands, un jour mémorable. C’était une confirmation de l’option que leur pays avait choisi deux ans plus tôt, le 27 avril 1958, avec les élections législatives6 organisées sous la supervision de l’ONU et l’aboutissement d’un rêve en partie réalisé, à savoir la reconnaissance de la souveraineté d’une partie du Togo allemand.

3Même si les leaders du Deutsch-Togo-Bund n’étaient pas au pouvoir, leur influence est cependant identifiable dans les préparatifs et la célébration de la fête à travers l’apport d’une touche germanophile. Précisément, il s’agira de montrer, à travers des sources multiples et parfois inédites, l’ampleur et les limites du sentiment germanophile au Togo. L’accent sera mis sur le paradoxe défendu par le Deutsch-Togo-Bund qui, en même temps qu’il approuvait l’indépendance du Togo, souhaitait une nouvelle tutelle allemande.

Photographies 1 à 3. – Leaders du Deutsch-Togo-Bund. De gauche à droite : Johann Komlan Afenyowu Agboka, fondateur du Deutsch-Togo-Bund ; Paku (Osofo), Secrétaire du depuis 1937 ; Fia Hubert Kposegbe III de Anyako en 1936. Source des photographies : Paku, 1984 : 112, 122 et 123 ;Simtaro, 1982 : 451.

Photographies 4 et 5. – Autres dirigeants du Deutsch-Togo-Bund. Le premier est Alfred Nyassogbo, créateur d’une école allemande à Woamé (Kloto) son village natal (entretien avec son petit-fils, Gabriel Nyassogbo) ; le second est Fia Kofi Apetor II de Kpalimé, membre de la commission chargée de l’étude de la préparation des fêtes de l’indépendance dans le cercle de Klouto. ANT Lomé, 2APA 61. Kloto. Affaires politiques. Préparation des fêtes de l’indépendance dans le cercle. 1959-1962. Sources des photographies :Paku, 1984.

Le Deutsch-Togo-Bund entre la proclamation de l’indépendance et le retour des Allemands au Togo (25-29 avril 1960)

  • 7 Cet événement inspira même la plume de l’écrivain guinéen, Camara Laye, qui dédia un poème intitul (...)
  • 8 ANT-Lomé, 2 APA 66, Sokodé. Affaires politiques. Organisation du premier anniversaire de l’indépen (...)
  • 9 ANT-Lomé, 2 APA 3, Klouto : Pétitions Togo-1949-1950 et 1953. À partir de 1955, le Deutsch-Togo-Bu (...)

4La célébration du 27 avril 1960 fut l’une des plus belles fêtes que le Togo ait jamais connues jusque-là7. Suivant le programme officiel, elle commença à Lomé le lundi 25 avril, puis se poursuivit le jeudi 28 avril dans les autres localités à l’intérieur du pays8. Malgré leurs efforts pour obtenir le retour de l’Allemagne au Togo, les leaders du Deutsch-Togo-Bund9, maintenus en marge des célébrations, durent se résoudre à accepter la prépondérance des nouvelles autorités qui privilégièrent habilement l’expression du nationalisme togolais reléguant ainsi les relations avec la RFA en second plan. Ils se sont, toutefois, réjouis du rejet des emblèmes et symboles français et de la reconnaissance de l’Allemagne de l’Ouest par le gouvernement Olympio.

Les gouvernements de S. Olympio et d’Allemagne fédérale face à l’ambivalence du Deutsch-Togo-Bund

  • 10 ANT-Lomé, 2 APA 149 : Lama Kara. Affaires politiques. Commission de préparation de l’indépendance (...)
  • 11 La construction de l’Hôtel commença à partir de 1959.
  • 12 Citant Bulletin quotidien d’Information du Gouvernement du Togo, no 1107 du 29 mars 1960.

5Quelques jours avant le 27 avril 1960, tout était pratiquement en place pour que la fête d’indépendance se déroule dans de bonnes conditions10. L’hôtel « Le Bénin », en un temps record11, était prêt à accueillir les nombreux invités et la Chambre des députés, les cérémonies (Gayibor, 2005 : 677). La plupart des grandes rues et des bâtiments étaient éclairés par des néons. Pour recevoir avec faste les hôtes de marque, le gouvernement procéda à la mobilisation de ses propres voitures et lança un appel de location d’une cinquantaine de voitures de maîtres du genre Versailles, 403, Frégate, Dauphine, ou voitures étrangères similaires, en bon état (Gligbe, 1993 : 8812 ; d’Almeida, 1998 : 106).

  • 13 En octobre 1939, 26 membres du mouvement Bund der Deutsch Togoländer furent arrêtés à la demande d (...)

6En ce moment solennel, le Deutsch-Togo-Bund, qui s’est voulu désormais visible sur la scène politique togolaise après plusieurs années dans la clandestinité13, pouvait se réjouir de la proclamation imminente de l’indépendance du reste du Togo allemand au cri de « Ablodé ». Dans une lettre adressée au duc de Mecklembourg, le 8 janvier 1960, l’un de ses leaders, Bernhard Koffi, avait exprimé cette attitude dans les termes suivants :

  • 14 « Nous rendons grâce à Dieu que vous, et certains parmi ceux qui avaient été au Togo, vous soyez e (...)

«Wir danken dem lieben Gott, dass Sie und einige von Euch, die früher in Togo gewesen waren, lebendig sind, ist unser Glück, ihr könnten sprechen, was ihr früher gesehen hatten [sic] Freiheit nennen wir Ablodé» (Gayibor, 2005: 546)14.

  • 15 Le 1er président du comité directeur de cette union était un industriel du nom de German Gross. Cf (...)
  • 16 Né en 1890, Johannes Koffi Afenyowou Agboka mourut dans le dénuement le plus total en 1972 et fut (...)
  • 17 ANT Lomé, 1960-04-14 [PAAA, B 34, Bd. 34, Abschrift Sebald, 11-7-2007].

7Si les leaders du Bund, surtout ceux de la branche dure dirigée par J. K. Agboka, étaient contents de la naissance d’un nouvel État, ils désapprouvèrent l’orientation que lui donnait le gouvernement d’Olympio. Ils souhaitaient plutôt la restauration de la tutelle allemande au Togo et la création d’une école allemande. Concernant cette école, ils avaient le soutien de l’union germano-africaine, une association caritative créée le 23 janvier 1959 à Munich15. Devant leur insistance, le ministre togolais de l’enseignement, Martin Sankaredja, dut promettre à l’ambassadeur allemand au Togo, A. Török, et au président du Bund, Johann Koffi Afenyowu Agboka16, l’ouverture d’une école après les festivités du 27 avril. Il a, cependant, émis de sérieuses réserves contre le Bund en tant qu’organisme subventionnant cette école. L’ambassadeur estima que, sous ces conditions, la meilleure solution devrait consister à ce que le ministre de l’enseignement n’autorise pas la création de l’école allemande au nom de l’Union togolaise des germanophiles, mais plutôt sous l’appellation de centre culturel allemand, qui fut ouvert en mai à Lomé17.

  • 18 A. K. Agbobli écrit que son père fut un des leaders du Deutsch-Togo-Bund. Il ajoute qu’« au Togo f (...)

8La première revendication du Deutsch-Togo-Bund, c’est-à-dire le retour de l’Allemagne, était un problème plus difficile à régler. Elle n’était bien évidemment pas du tout du goût des nouvelles autorités togolaises. Selon l’ambassadeur allemand, A. Török, J. K. Agboka souhaitait le retour des Allemands et non l’indépendance. En plus, les autorités togolaises soupçonnèrent les membres du d’être à la solde de Nkrumah qui voulait intégrer le Togo oriental ou français au Ghana depuis la proclamation de son indépendance en 1957. Parallèlement, si Olympio était pour une diversification des relations internationales, il n’appréciait pas la stratégie du Deutsch-Togo-Bund. Pour lui, en demandant le retour de l’Allemagne au Togo dans un contexte de guerre froide, le Bund risquait d’aggraver les relations entre la France et le Togo et rendre la tâche difficile au nouveau gouvernement togolais18. Son inquiétude s’accroît quelques semaines avant la proclamation de l’indépendance du 27 avril quand des leaders demandèrent à Walter Reichhold, ambassadeur de RFA, exerçant les fonctions diplomatiques à Dakar pour l’ensemble ouest-africain, de passage à Lomé, la partition du Horst Wessellied, le plus connu des chants hitlériens, pour en faire l’hymne national togolais (Cornevin, 1988 : 459).

  • 19 Le 9 juin 1945, les membres de l’Ewe Unionist Association créent à Accra la All Ewe Conference, un (...)
  • 20 Gabléame Sethi Gbedemah, enseignant-chercheur à la retraite, ancien directeur du collège protestan (...)
  • 21 Il était originaire d’Anyako.
  • 22 Ils faisaient le salut hitlérien, se coiffaient comme Hitler et terminaient leurs correspondances (...)
  • 23 ANT Lomé, 1960-01-09 [Togo-Collection Sebald, PAAA, B 34, Bd. 39]. Konsulat der Bundesrepublik Deu (...)

9Mais le Deutsch-Togo-Bund n’était pas une force homogène, il était noyauté par la All Ewe Conference ghanéenne19 et le Comité de l’unité togolaise (CUT)20. Il était aussi divisé en deux clans : le premier, et le plus important, était celui de la figure de proue du mouvement, J. K. Agboka, à Lomé ; le second, relativement petit, est celui de H. E. Henyo21, dans l’intérieur du pays, notamment à Kpalimé (Gayibor, 2005 : 543). Ainsi, divisé en deux tendances le Bund manquait de relais politiques et ne pouvait pas faire passer ses exigences auprès du gouvernement togolais. Ce dernier mit alors tout en œuvre pour ne pas permettre un retour spectaculaire de l’aile radicale du mouvement sur la scène politique. Il réussit à lui ravir la vedette en accordant subtilement une place de choix à l’Allemagne lors des festivités du 27 avril 1960. L’aile radicale du Bund n’était donc pas dans les bonnes grâces du nouveau gouvernement togolais. Pouvait-elle compter sur le soutien allemand ? En fait, le gouvernement ouest-allemand n’était pas disposé à aider officiellement et suffisamment le Bund car il le considérait comme un mouvement à tendance néo-nazie, dans la mesure où ses leaders continuaient à se rattacher symboliquement au nazisme et à son dirigeant Hitler22, en parlant allemand lors de leurs réunions et en faisant le salut nazi. Il constata finalement que le vœu de ce mouvement de construire une école allemande était irréalisable dans la mesure où l’allemand n’était que la 3e langue après le français et l’anglais23.

  • 24 ANT-Lomé, 2 APA 135 : Atakpamé. Circulaire no 18/INT-INFO à tous les Chefs de circonscription et m (...)

10Quoi qu’il en ait été de cette relation difficile entre le Bund et les gouvernements togolais et allemand, la population togolaise célébra l’indépendance dans une grande ferveur populaire qui témoigne de son empressement à rejeter les symboles français et à voir naître une nouvelle République24.

La ferveur populaire et le rejet des symboles et emblèmes français

  • 25 ANT-Lomé, 2 APA 61. Klouto : Affaires politiques. Préparation des fêtes de l’indépendance dans le (...)
  • 26 Le 23 avril 1960, la loi portant organisation des institutions de la République togolaise avait ét (...)
  • 27 Le nouvel hymne national rédigé en français, fut aussitôt traduit en éwé, puis dans d’autres langu (...)
  • 28 ANT-Lomé, 2 APA 61. Klouto : Note signée par Hubert Kponton, secrétaire général de l’École togolai (...)

11Dans tout le pays, comme annoncé par les autorités, on attendait impatiemment que les écoliers, les gardes de cercles, les militaires, les scouts, saluent le drapeau de la Nouvelle République25. Les couleurs de ce drapeau furent reproduites sur des étoffes, sur des bouts de papiers et jetés dans le public. Dans les rues, dans les marchés, tout le monde se précipitait pour en avoir un morceau. Des pagnes, des tricots, des chemises, des boubous furent confectionnés avec les nouvelles couleurs et portés par tous, dans les marchés et les églises, au cours des spectacles de danses et des défilés populaires (Gayibor, 1997 : 219-220 ; Tété-Adjalogo, 1999 : 453)26. Les Togolais s’apprêtaient à être réveillés désormais à 5 heures du matin, non plus au son de La Marseillaise, mais à celui de Terre de nos aïeux, nouveau chant patriotique27. Ainsi, à 8 h 00 le matin et à 14 h 30 l’après-midi, les écoliers, en rentrant en classe, devaient chanter « Salut à toi, pays de nos aïeux, Toi qui les rendais forts, paisibles et joyeux… » au lieu et place du traditionnel « Allons enfants de la patrie… ». Du coup, la fête du 14 juillet, si populaire en Afrique avec ses défilés, ses danses, ses jeux, cessa d’être considérée comme une fête nationale au Togo (Yagla, 1978 : 78-80). Jugeant indispensable la participation des femmes togolaises aux festivités, le gouvernement lança également l’organisation d’une foire-exposition et d’une élection d’une Miss Togo 196028.

  • 29 ANT-Lomé, 2 APA 42. Sokodé : Affaires politiques 1958. Les dispositions prises en septembre 1958 p (...)
  • 30 Le programme FIDES fut voté par l’Assemblée française par la loi no 46 860 du 30 avril 1946. Etabl (...)
  • 31 JORT 1960 : Arrêté no 48/PM/MF du 7 mars 1960. Cette avance fut remboursée par prélèvement d’un si (...)
  • 32 ANT-Lomé, 2 APA 149 : AF. SJ. Ministère d’État, de l’information et de la presse, no 31/INT. INFO. (...)
  • 33 Augustino de Souza (1877-1960) dit « Gazozo » (« argent chaud ») était propriétaire de vastes coco (...)

12L’allégresse fut totale dans la mesure où, pour favoriser la réussite de la proclamation de l’indépendance le 27 avril et obtenir l’adhésion populaire, d’autres dispositions d’ordre social et organisationnel avaient été également prises. Les indemnités de fonctions avaient été relevées29. Une avance égale à un mois de solde de base avait été accordée à tous les fonctionnaires et agents rémunérés sur les fonds du budget général et de ses budgets annexes (section locale du FIDES30, budgets des collectivités secondaires, comptes hors budget et budgets des établissements publics)31. Dans les chefs-lieux de circonscription, les commissions d’élaboration du programme des fêtes de l’indépendance multipliaient les réunions préparatoires (Tété-Adjalogo, 1999 : 446)32. Le lundi 25 avril 1960, un dîner fut offert par le maire et le conseil municipal de Lomé dans les jardins de l’ancienne mairie (actuel palais de justice) avec un menu pratiquement français (Kodjo Koffi, 1999 : 311-315). Pour ne pas gâcher la fête, la nouvelle de la mort du grand patriote et lutteur respecté, Augustino de Souza33 fut gardée secrète (Kponton, 1977 : 362 ; Tété-Adjalogo, 1999 : 454).

Le déroulement des festivités pour la proclamation de l’indépendance (27, 28, 29 avril 1960)

13Lors des festivités de la proclamation de l’indépendance, les Togolais et leur gouvernement ne ménagèrent aucun effort pour exprimer leur reconnaissance à la France, à l’ONU et surtout à l’Allemagne, très appréciée.

14Ainsi, le mardi 26 avril, la veille de la proclamation, eut lieu à partir de 9 heures un culte au temple évangélique de Lomé qui avait été construit par les Allemands en 1906-1907. Cette cérémonie fut suivie d’une visite des installations de la Société togolaise des mines du Bénin (CTMB) à Kpémé, d’un buffet au Lac-Togo et d’une cérémonie musulmane à la mosquée de Lomé. Dans l’après-midi, à partir de 15 heures, un match de football Dahomey-Togo fut organisé, suivi d’un concours d’élégance automobile, d’une retraite aux flambeaux dans les principales artères de la capitale et d’une réception dans les jardins de la Chambre des députés. Ces dernières manifestations annonçaient la proclamation de l’indépendance qui eut lieu le 27 avril 1960.

  • 34 ANT Lomé, 2 APA 135 : Atakpamé. Administration générale et politique. Préparation et célébration d (...)

15Le mercredi 27 avril 1960, jour tant attendu, fut marqué par de nombreuses activités diplomatiques et culturelles au cours desquelles une place importante fut accordée à la RFA. Ce fut un jour pluvieux avec un ciel nuageux le matin et ensoleillé l’après-midi. La journée commença à minuit avec la descente des couleurs de la République autonome, la diffusion de la Marseillaise et la montée des couleurs de la nouvelle République. Après avoir refusé quelques secondes de grimper, faisant croire au public à un sacrilège, le drapeau reprit au vent sa montée. Ensuite, ce fut l’hymne togolais, la « Terre de nos aïeux », suivi de 101 coups de canon tirés depuis un navire français, d’un feu d’artifices et de bals populaires. En présence de Louis Jacquinot, représentant du gouvernement français, le premier ministre, S. Olympio, proclama l’indépendance de la République du Togo avec les mots introductifs, inspirés d’Esaïe 21 du verset 11 à 1234. De nombreux télégrammes de félicitations, émanant des personnalités aussi bien politiques que religieuses, furent adressés aux nouvelles autorités togolaises.

  • 35 August Köhler (1852-1902). Né le 30 septembre 1858, il fit des études juridiques à Iéna, puis entr (...)

16Plus tard, alors que le jour se levait, tout Lomé dansait encore. Dans les rues, derrière les flambeaux, la foule, joyeuse, défilait, entraînée par les tam-tams au grand étonnement de certains invités (Jalade, 1960 : 4). Des personnalités et des délégations continuaient à arriver à Lomé. Très tôt, M. Swartz, le ministre allemand de l’agriculture, alla déposer des gerbes de fleurs sur la tombe d’August Köhler35, au nom de l’Allemagne fédérale ; l’ambassadeur des États-Unis présenta ses lettres de créances et Von Töröck, ambassadeur de l’Allemagne fédérale, en compagnie du chef du protocole, reçut les honneurs de la garde républicaine.

  • 36 Il avait servi aussi d’informateur à Dietrich Westermann, alors pasteur de l’église évangélique de (...)
  • 37 Après s’être réjoui du moment solennel et félicité de l’œuvre de la puissance tutrice, la France, (...)

17À 8 heures, à la Chambre des députés, eut lieu la « Séance solennelle de la proclamation de l’indépendance du Togo » marquée par cinq discours dont celui du président de la Chambre des députés, Jonathan Savi de Tové. Ancien membre actif du Deutsch-Togo-Bund et ancien secrétaire particulier du gouverneur allemand du Cameroun Ebermayer, il l’avait accompagné dans ses retraites du Rio Muni, de Fernando Po et en Espagne36. Dans son allocution, il adressa ses hommages à l’ONU et à la France, souhaita la bienvenue aux invités et rappela les étapes que le Togo avait dû franchir depuis les premiers contacts avec les puissances coloniales européennes. Puis, ce fut le tour de l’ambassadeur Pasquale Spinelli, représentant personnel du Secrétaire général de l’ONU, Dag Hammarskjöld37. Ensuite, le représentant de la France, Louis Jacquinot, ambassadeur plénipotentiaire, monta à la tribune pour se féliciter de l’indépendance et de la naissance de la République du Togo ainsi que de la mission menée par la France à son terme.

  • 38 Il s’était rappelé certainement qu’il avait été un ancien élève de la Mission catholique allemande (...)

18Après cette intervention, l’honneur revint à Sylvanus Olympio, Premier ministre, de prendre la parole pour délivrer le contenu de son message « Bilan, possibilités et perspectives de la nation togolaise ». L’ancien administrateur colonial devenu historien, R. Cornevin (1988 : 309), le jugea de « très haute tenue ». Après s’être particulièrement réjoui de l’importance de l’événement, il fit l’historique de la fondation du Togo et exprima sa reconnaissance à l’Allemagne pour son action pionnière au Togo puis à la France pour sa générosité à travers le FIDES38.

  • 39 Il était là en tant que président de l’union germano-africaine. En se référant aux informations qu (...)
  • 40 Film DVD Ablodé (Freedom), 2010. L’équipe togolaise était habillée en maillot rouge avec une bande (...)

19Il salua ensuite le rôle de l’ONU qui avait soutenu la lutte pour l’indépendance du Togo. Il n’oublia pas les fonctionnaires et militaires de tous grades, les médecins, les instituteurs, les missionnaires et commerçants de toutes les nations. S’adressant à ses compatriotes aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur, il leur demanda d’apporter leur concours au développement économique et social du Togo indépendant. Pour finir, il mit l’accent sur les relations avec les pays de l’Afrique occidentale et l’OUA (Cornevin, 1988 : 309). Après le Premier ministre, le Président de la Chambre des députés reprit la parole pour clore la séance. Il remercia l’assistance et convia toutes les délégations, les invités, les officiels togolais et le peuple tout entier à se retrouver l’après-midi au stade municipal de Lomé pour suivre le grand défilé. La population répondit spontanément et massivement à cette invitation. Cette adhésion populaire s’est traduite par une grande parade haute en couleurs. Deux heures durant, la petite armée, des élèves des établissements scolaires de Lomé, des associations sportives, des scouts, des confessions religieuses, des délégations de l’Union des femmes du Togo (UFEMTO) et des populations venues de l’intérieur du pays, passèrent devant la tribune officielle. Danseurs et jongleurs eurent l’occasion de déployer tous leurs talents. Une rencontre de football franco-africaine et un match entre le Togo et le Ghana furent organisés. Avant le match, l’équipe de football du Togo reçut les vœux et cadeaux du duc de Mecklembourg, invité d’honneur du Togo et messager des associations caritatives allemandes de football39. Le duc affirma que le Togo, qui dispose de plus de 80 associations sportives, est bien outillé pour rivaliser avec n’importe quel pays et que le football constitue le sport favori au Togo40.

  • 41 Parmi les visiteurs se trouvait au premier rang le Premier ministre S. Olympio.

20Le soir à 18 h 30 eut lieu l’inauguration de la place et du monument de l’Indépendance par le Premier ministre, en tenue traditionnelle à la mode ghanéenne (kente, culotte et habit de couleur blanche, signe de victoire). Ce monument est « un immense bloc de béton brut [dont] une silhouette en creux se libère. Elle ne représente ni un Noir, ni un Blanc, ni un Jaune, mais l’Homme qui écarte ses chaînes » (Menthon, 1993 : 130). À 20 heures, sur le wharf, fut donné un feu d’artifice suivi, une heure plus tard, par un bal à l’hôtel le Bénin puis un dîner au palais du gouvernement. Le Togo fut alors porté sur les fonts baptismaux dans une ambiance de fête populaire. À cette occasion, cependant des radicaux déchirèrent ou brûlèrent le drapeau français, désormais retiré des édifices publics. Les manifestations liées à la proclamation se sont poursuivies le lendemain, le jeudi 28 avril et le vendredi 29 avril 1960. Le vendredi, dernier jour des fêtes officielles, fut marqué à Lomé par la visite de l’hôpital de Tokoin41, des excursions, un piquenique au lac-Togo, un concours de pirogues, des matchs exhibitions de tennis et enfin l’élection de Miss Togo (Teté-Adjalogo, 1999 : 465).

21Cependant, les actes de reconnaissance ne se sont pas arrêtés aux 26 et 27 avril 1960. Ils se sont poursuivis jusqu’à la fin de l’année et furent marqués par des accueils et des visites privés et furent marqués par les réceptions officielles et privées à Lomé de certaines personnalités allemandes parmi lesquelles figure le duc de Mecklembourg. C’était l’occasion pour le Deutsch-Togo-Bund, toujours persuadé d’un possible retour des Allemands au Togo de faire pression sur le nouveau gouvernement togolais pour qu’il renforce les liens avec l’Allemagne.

  • 42 Adolf Friedrich Herzog von Meklembourg (1873-1969). Ancien explorateur et dernier gouverneur allem (...)

22Il est surprenant de constater que, malgré la dureté de la colonisation allemande, nombre de Togolais, victimes de l’effet déformant de la mémoire, en avaient gardé un bon souvenir, louant l’œuvre « pionnière » des Allemands et qu’ils s’en servaient contre les Français. Lors des festivités marquant le 27 avril 1960, la présence du duc Adolf Friedrich Herzog von Mecklembourg-Schwerin, dernier gouverneur allemand du Togo, l’un des hôtes de marque des festivités de la proclamation de l’indépendance du 27 avril 1960, fut appréciée42. Le Bund lui offrit un accueil spécial à Lomé et à Kpalimé et poursuivit ses actions de critique de la colonisation française au lendemain de la proclamation de l’indépendance.

23Les membres du Deutsch-Togo-Bund décidèrent d’offrir au duc de Mecklembourg, en visite privée, un accueil spécial en dehors des cérémonies officielles. Ainsi, le 12 mai 1960 à Lomé, au cours d’une cérémonie privée organisée pour la circonstance, le Bund lui offrit une réception solennelle où Johann Agboka, fondateur du Deutsch-Togo-Bund, prononça une allocution dans laquelle il exprima la joie des membres de l’organisation de revoir leur « vieux gouverneur » après plus de 40 ans d’attente et l’espoir du retour au Togo « des commerçants, instituteurs, missionnaires, médecins et scientifiques allemands, ainsi que des armateurs et des bateaux allemands ». Il demanda aussi, à cette occasion, la reprise du commerce et du trafic avec l’Allemagne de l’Ouest et le rétablissement de relations amicales entre les deux pays (Gayibor, 2005 : 546). Le duc, âgé de 90 ans, pleura de joie pour avoir revu le Togo avant de mourir (Agbodan, 1985).

  • 43 Oloukpona-Yinnon Adjaï, enseignant-chercheur au département d’allemand de l’université de Lomé, sp (...)
  • 44 D’après les statuts de ce mouvement, peut être membre de l’union celui qui a atteint 16 ans révolu (...)

24Mais, il eut le bon sens de faire comprendre aux leaders du Bund que leurs vœux étaient irréalisables43. Comme on peut l’imaginer, ces propos déçurent – d’autant que ce dernier était le président de l’Union germano-africaine44 qui travaillait en étroite collaboration avec leur mouvement. Les positions du Deutsch-Togo-Bund peuvent s’expliquer par le fait qu’il était en décalage total par rapport à la réalité allemande de l’époque : il refusait d’accepter que l’Allemagne, divisée par la guerre froide, s’engageait avant tout dans la construction européenne et qu’on avait changé d’époque.

  • 45 Appelée tout d’abord Mecklembourg Schule, cette école pris ensuite le nom d’Agboka Schule. Elle ré (...)
  • 46 ANT-Lomé, 1960-05-23 [Togo-Collection Sebald, PAAA, B 34, Bd. 39].
  • 47 ANT-Lomé, 1960-04-14 [PAAA, B 34, Bd. 34, Abschrift Sebald, 11-7-2007].

25Les membres du ne baissèrent pourtant pas totalement les bras et continuèrent de nourrir l’espoir d’une relation culturelle privilégiée avec l’Allemagne dont la création d’une école allemande à Lomé grâce au soutien de l’Union germano-africaine en Allemagne45 était l’un des volets. Au printemps 1960, cette association comptait 70 membres en Allemagne contre 7 membres lors de sa création en 1959. Avec l’aide de 5 maisons d’édition sur 18, qui mirent à sa disposition du matériel pédagogique, l’Union put envoyer à l’école Adolf-Friedrich de Lomé 95 livres de lecture et 30 livres de calcul. Elle a également fourni à cette école, et aux bons soins du maître J. K. Agboka, des vêtements, des jouets pour la distribution des cadeaux de Noël 1959 et 24 tenues de football brodées d’un insigne fédéral. Comme on peut l’imaginer, ces dons eurent beaucoup de succès de sorte que 130 élèves se sont rapidement affiliés à l’Union. Cette dernière envisagea alors de construire un établissement scolaire composé de 4 grandes salles, d’une bibliothèque, d’un logement pour le professeur d’allemand à Lomé. Pour réunir la somme nécessaire de 30 000 marks destinée à l’achat des matériaux de construction et aux frais de transport, elle s’était adressée aux différents députés fédéraux et aux milieux industriels et financiers. L’Union a ouvert, à cet effet, un compte particulier sous le numéro 15 132 à la banque municipale de la Bavière à Munich pour les dons destinés à la construction de l’école à Lomé. Elle recevait des lettres en provenance de plusieurs pays africains, notamment le Cameroun, Ghana et Togo qui demandaient de l’aide pour construire des écoles ou bien pour obtenir des places d’apprenti en Allemagne. Pour éviter tout amalgame, l’association s’était déclarée mouvement entièrement apolitique se consacrant à des activités purement charitables pour l’Afrique46. Cette école opérait dans l’illégalité dans la mesure où elle n’était pas reconnue officiellement par le gouvernement togolais. Les leaders du Bund der Deutscher Togoländer ne s’étaient pas donné la peine d’obtenir l’autorisation du ministre de l’enseignement avant l’ouverture de l’école47 mais le gouvernement semblait ne pas accorder trop d’attention à ce mouvement. Cette réalisation pour symbolique qu’elle soit de l’engagement pro-allemand du Bund restait anecdotique.

26Relativement résignés à leur échec, les leaders du Deutsch-Togo-Bund suivirent les cérémonies officielles en l’honneur du duc de Mecklembourg et accompagnèrent les gestes de reconnaissance, effectués plus ou moins en privé, qui eurent lieu à Lomé mais aussi à Aného et surtout à Kpalimé.

Le duc de Mecklembourg intronisé « chef de tribu » lors de sa visite à Kpalimé et reçu par S. Olympio ainsi que par sa belle famille à Lomé48

  • 48 Idem.
  • 49 Film DVD Ablodé (Freedom), 2010.

27La visite, qualifiée de voyage d’amitié, du duc de Mecklembourg à l’intérieur du pays fut une autre manifestation de la germanophilie de ce groupe de Togolais. Commencée au début des festivités, elle s’était poursuivie au lendemain de la proclamation de l’indépendance. Ainsi, par train spécial, le duc se rendit dans plusieurs localités à l’intérieur du pays. Sur le chemin, il reçut un accueil chaleureux et spontané dans les gares traversées. Après un crochet à Aného où il visita la résidence allemande à Sébé, il se rendit à Kpalimé, le principal fief du Deutsch-Togo-Bund où l’un de ses leaders, le chef Apetor II, était très actif. Là, il obtint le titre honorifique de « chef de tribu », en étant intronisé en recevant un sceptre ainsi qu’un pagne traditionnel49.

Photographies 6 et 7. – Le duc de Mecklembourg et quelques membres de sa belle-famille au Togo. Sources : archives privées de Ginette Kponton.

  • 50 Le duc eut un garçon avec une Togolaise ; ce fils s’appelle Herzog. Sur le passeport français de l (...)

28De retour à Lomé, il eut l’honneur d’être reçu par le premier ministre Sylvanus Olympio dans sa résidence en bord de mer. Dans leurs mots de bienvenue dits en allemand, le président de l’Assemblée nationale, J. Sanvi de Tové, et S. Olympio félicitèrent leur hôte et lui souhaitèrent un bon séjour au Togo. Le duc ne manqua pas de rendre visite à la famille de son fils Herzog (Gayibor, 2005 : 545)50.

  • 51 En décembre 1960, le premier ministre togolais, Sylvanus Olympio recevra Haïlé Sélassié, le premie (...)

29En juillet 1960, d’illustres visiteurs continuent d’être accueillis par les nouvelles autorités pour saluer le Togo indépendant. Parmi eux, Sékou Touré, président de la République de Guinée, et Abubakar Tafawa Balewa, Premier ministre fédéral du Nigéria51. Le 20 septembre 1960, le Togo fit son entrée aux Nations Unies avec, comme représentant à Washington et à l’ONU, le biologiste André Akakpo (Cornevin, 1988 : 313). Malgré les revers essuyés et alors que la fête se poursuivait, le Deutsch-Togo-Bund, parallèlement à ces actions sociales, n’abandonna pas ses chimères. Il poursuivit encore sa stratégie de sabotage de la politique française au Togo, illustrée par l’affaire du faux général noir Paul K. Akpabie.

L’affaire du faux général noir Paul K. Akpabie

  • 52 ANT-Lomé, 1960-09-01 [Togo-Collection Sebald : PAAA, B 34, Bd. 285].
  • 53 Idem.

30En dépit du message de réalisme que leur a délivré le duc de Mecklembourg en mai 1960, les membres du Bund n’ont pas totalement abandonné leurs manœuvres pour discréditer la présence française. En septembre 1960, ils firent publier dans le Deutsch Soldaten Zeitung (Journal des soldats allemands) un entretien avec un prétendu général noir Paul K. Akpabie. Le faux général suggérait que le Bund devait prendre le pouvoir pour contrer la séparation des deux Togo. Selon lui, seule cette voie établirait l’indépendance du Togo face à la Grande-Bretagne et à la France52. Le faux fut dévoilé après enquête et l’ambassadeur allemand au Togo, très embarrassé, fut rassuré d’apprendre qu’Akpabie n’était ni un général noir réputé, ni un leader politique. Il n’avait d’ailleurs jamais occupé de rang militaire. De plus, l’affirmation du journal selon laquelle Akpabie aurait mené une résistance au Togo contre les Français n’était, selon les sources allemandes, que pures inventions – d’autant qu’il n’y avait eu, ni en 1933, ni à quelque moment que ce soit, de résistance antifrançaise au Togo. Le ministre togolais de l’intérieur et de l’information, interrogé par l’Ambassadeur allemand au Togo, Török, au sujet d’Akpabie, lui conseilla plutôt de renoncer à demander des explications à ce dernier considéré comme un… fou. L’ambassadeur estima qu’il était impossible, dans ces conditions, que le gouvernement fédéral continue de soutenir le Deutsch-Togo-Bund du fait de ses méthodes manipulatrices53. Ainsi, en 1960, s’en était fini du Deutsch-Togo-Bund. Il fut abandonné par le gouvernement allemand pour son progermanisme nostalgique trop prononcé. Le CUT et, dans une moindre mesure, la Juvento qui incarnaient bien plus les aspirations populaires très méfiants à son égard lui ravirent la vedette.

  • 54 Cependant le samedi 23 septembre 1961, une manifestation pour la réunification des deux Togos fut (...)

31Dans une lettre du 21 mars 1961, le président du Bund, J. K. Agboka, reconnaissait le Togo dans ses frontières et admettait que son mouvement n’avait plus d’ennemis. Après avoir abandonné sa principale revendication54, il n’eut d’autre issue que de poursuivre désormais ses actions dans le seul domaine éducatif, en favorisant le développement de son « école allemande », connue sous le nom de Togobundschule. C’était pour lui le meilleur moyen de maintenir les « valeurs allemandes » de discipline, de travail, de fidélité et d’honnêteté, supposées avoir régressé durant la colonisation française (Gayibor, 2005 : 547). Pourtant, en 1969, l’école allemande fut fermée faute d’enseignants et à cause de la volonté des autorités togolaises d’y appliquer le même enseignement que dans le reste du pays.

  • 55 La première tranche a coûté 77 140 000 DM, soit 11,57 millions de francs CFA en 1985.
  • 56 Il fut inauguré le 29 juin 1969.
  • 57 Entretien avec Peter Sebald, 3 mars 2010 aux Archives nationales du Togo à Lomé ; voir également S (...)

32Après avoir été, à partir des années 1930, l’un des principaux groupes de pression au Togo (Yagla, 1992 : 40-46) et le principal mouvement pro-germanique, le Deutsch-Togo-Bund qui servit en partie de tremplin à certains militants nationaliste togolais (Coquery-Vidrovitch et al., 1980 : 58 ; Adimado, 1984 : 39-50) eut du mal à peser sur la vie politique au Togo au tournant des années 1950-1960. Ses idéaux, devenus anachroniques, ne pouvaient triompher. Si ses membres se réjouirent de la proclamation de l’indépendance du Togo français le 27 avril 1960, ils n’apprécièrent pas l’orientation que lui donna le gouvernement de S. Olympio. En termes d’influence, tout au plus contribua-t-il à accélérer la signature d’accords bilatéraux avec l’Allemagne fédérale et à stimuler les coopérations. Pour autant, est-ce la raison pour laquelle le gouvernement Olympio confia à la RFA la construction du port autonome de Lomé55 ? En 1965, plusieurs leaders du Deutsch-Togo-Bund furent indemnisés par le gouvernement ouest-allemand. Ils reçurent chacun entre 60 et 120 Livres (Paku, 1984). En 1970, le gouvernement ouest-allemand envoya encore de l’argent à certains ex-membres vivant au Togo britannique (Volta Region). La RFA finança aussi la construction de deux grands centres de fabrication de médicament respectivement à Agu Nyongbo et à Danyi56. Une grande plantation fut créée à Péki et un centre d’éducation fut construit à Ho. Les autorités allemandes apportèrent enfin des aides aux gouvernements du Togo et du Ghana et plusieurs Éwé bénéficièrent des bourses d’études accordées par la RFA57.

*

  • 58 Ce fut l’un des arguments des leaders du mouvement pan-éwé dans les années 1950.

33Si les leaders du Bund n’étaient pas officiellement présents lors des festivités du 27 avril 1960, ils réussirent tout de même à influencer les festivités marquées par les manifestations de reconnaissance envers l’Allemagne. Ils pouvaient se réjouir d’avoir fait croire à la grande majorité des Togolais58 que les trente années de présence allemande avaient été un âge d’or pour le Togo et que le retour des Allemands ne pouvait qu’être bénéfique pour le pays. Même après la proclamation de l’indépendance, le mouvement réussit à garder, pour quelques années encore, les liens étroits avec des partenaires associatifs en RFA et à diffuser les idées d’une possible réunification des deux Togo.

  • 59 Entretiens de Dadja Halla-Kawa Simtaro avec Alfred Nyassogbo et le Pasteur Paku en février 1981. C (...)

34Il est intéressant de constater que les membres du Deutsch-Togo-Bund n’ont pas été inquiétés par le gouvernement de Gnassingbé Eyadema. Le 20 avril 1975 à Kpalimé, ville où le duc de Mecklembourg avait été intronisé chef de tribu, le Bund put fêter en grande pompe le cinquantenaire de sa création. Des décorations et des insignes furent distribués, à cette occasion, à cinq leaders du mouvement. Un important groupe musical de 44 personnes, venu de la Bavière, sous la direction d’Alfred Holzknecht de Kempten, était présent (Simtaro, 1982 : 430-433)59. Résigné durant les festivités du 27 avril 1960, le Bund survécut et continua à diffuser le mythe d’une colonisation allemande, âge d’or pour le Togo.

Bibliographie

SOURCES

Entretiens

– Amegan Kwassivi, 67 ans, enseignant-chercheur au département d’allemand de l’université de Lomé, entretiens des 23-24 avril 2010 et du 24 août 2010 aux Archives nationales du Togo à Lomé.

– Gbedemah Séti Yawo Gabléame Gakli, 68 ans, enseignant-chercheur à la retraite, ancien directeur du collège protestant de Kpalimé, Presbytre de l’église évangélique d’Avedji à Lomé, entretiens des 12 et 28 novembre 2010 à son domicile à Totsi-Gblenkomé.

– Kponton Ginette, 61 ans, enseignant-chercheur au département d’histoire et d’archéologie de l’Université de Lomé, entretien le 30 août 2010 à son domicile à Nyékonakpoé (Lomé).

– Nyassogbo Gabriel, 55 ans, agent à l’Ecobank, agence du campus de l’université Lomé, petit-fils d’Alfred Nyassogbo, entretien du 26 novembre 2010 dans son bureau.

– Oloukpona-Yinnon Adjaï Paulin, 62 ans, enseignant-chercheur au département d’allemand de l’Université de Lomé, spécialiste de littératures allemandes, entretien le 29 octobre 2010 à l’université de Lomé.

– Sebald Peter, 83 ans, chercheur et historien allemand résidant à Leipzig, spécialiste de l’histoire du Togo allemand, entretiens des 23 et 24 avril 2010 aux Archives nationales du Togo à Lomé.

Archives

Archives nationales section d’outre mer

– ANOM Aix-en-Provence : Affaire politique 609/2.

– ANOM Aix-en-Provence : Affaire politique 610/3.

– ANOM Aix-en-Provence : Fonds ministériels/3 ECOL/139/5.

– ANOM Aix-en-Provence : Fonds moderne AOF Sous série G. 14G/26 Bobine 184.

Archives nationales du Togo

Journal officiel du Territoire du Togo (JOTT), 1958.

Journal officiel de la République du Togo (JORT), 1960.

Fonds allemands

1960-01-09 [Togo-Collection Sebald, PAAA, B 34, Bd. 39].

Konsulat der Bundesrepublik Deutschland Dakar.

Außenstelle Lomé.

Lomé, den 9. Januar 1960.

An das Auswärtiges Amt, Bonn.

Betr. : Deutsche Auslandsschulen.

1960-04-14 [PAAA, B 34, vol. 34, copie Sebald, le 11.7.2007].

Consulat allemand à Dakar, succursale Lomé, Lomé, le 14 avril 1960 au Dr Steltzer, ministère des Affaires étrangères Bonn.

Fonds français

2 APA 3. Klouto. Pétitions Togo-1949-1950 et 1953. Renseignements a/s TOGO BUND.

2 APA 65. Klouto. Lois définissant :

– L’Emblème et l’hymne.

– Devise de la République.

– Loi protégeant le drapeau togolais.

– Loi modifiant l’organisation des institutions de la République du Togo. 1960.

2 APA 135. Atakpamé. Préparation et célébration de l’indépendance (mercredi 27 avril 1960) dans la circonscription et subdivisions dépendantes :

– Textes réglementaires, copie du discours prononcé par le Chef de l’État.

– Textes de l’hymne national.

– Correspondances et photographies. 1959-1960.

2 APA 61. Klouto. Affaires politiques. Préparation des fêtes de l’indépendance dans le cercle. 1959-1962. Programme de la fête de l’indépendance.

2 APA 42. Sokodé. Affaires politiques 1958.

2 APA 66. Sokodé. Affaires politiques. Organisation du premier anniversaire de l’indépendance du Togo. 1961-1962.

2 APA 149. AF. SJ. Ministère d’État, information et presse, no 31/INT. INFO.

2 APA 149. Lama Kara. Affaires politiques. Commission de préparation de l’indépendance du Togo, 1959. Arrêté signé par S. E. Olympio, le 20 mai 1959.

BIBLIOGRAPHIE

Aduayom Messan Adimado, « Un prélude au nationalisme togolais : la révolte de Lomé, 24-25 janvier 1933 », Cahiers d’études africaines, no 93, 1984, p. 39-50.

Aduayom Messan Adimado Martin, Frontières contre peuples en Afrique noire : le cas éwé, université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) UER d’histoire, thèse de doctorat d’histoire IIIe cycle, 1975.

Agbobly Kokouvi Atsutsé, Sylvanus Olympio un destin tragique, LivreSud, NEA Sénégal, 1992.

Agbobly Kokouvi Atsutsé, Sylvanus Olympio, Le père de l’Indépendance, Lomé, Graines de Pensées, 2007.

Agbobly Kokouvi Atsutsé, Le Roman de l’indépendance, Lomé, Les Éditions Graines de Pensées, 2011.

Agbodan Mavor Tetey, « La coopération germano-togolaise de 1960 à nos jours », Le Mois en Afrique. Études politiques, économiques & sociologiques africaines, no 235-236 d’août 1985, p. 52-63.

Almeida (d’) Kossi, Les élections législatives du 27 avril 1958 au Togo, mémoire de maîtrise d’histoire, Lomé, université du Bénin, 1998.

Amenumey Divine Edem Kobla, Le mouvement de la réunification des Ewé. Une histoire politique. Traduit de l’anglais par Godwin Têtêvi Tété-Adjalogo, Paris, L’Harmattan, 2009.

Barbier Jean-Claude, « Jalons pour une sociologie électorale du Togo : 1958, 1985 », Politique africaine, no 27, octobre 1987, p. 6-18.

Coquery-Vidrovitch Cathérine (dir.), Les Résistances III, Formes syndicales et politiques, 1936-1959. Grèves et prise de consciences ouvrière en Afrique noire, Paris, université de Paris VII, Laboratoire « Connaissance du tiers-monde », Groupe Afrique noire, Cahier no 3, 1980.

Cornevin Robert, « Suzeraineté ghanéenne ou suzeraineté togolaise ou de l’utilisation rationnelle de l’histoire africaine à des fins politiques », Marchés tropicaux, no 744 du samedi 13 février 1960, p. 481-483.

Cornevin Robert, « Dans un climat serein, la République du Togo devient indépendante », in Marchés tropicaux et méditerranéens, no 754, 23 avril 1960, p. 961-962.

Cornevin Robert, Le Togo, Paris, Presses universitaires de France « Que-Sais-Je ? », Le point des connaissances actuelles, no 1272, 1967.

Cornevin Robert, Histoire de la colonisation allemande, Paris, Presses universitaires de France, « Que-Sais-Je ? », no 1331, 1969.

Cornevin Robert, Histoire du Togo : des origines à nos jours, Académies des sciences d’outre-mer, 1988.

Decraene Philippe, « La République du Togo devra livrer un dur combat pour préserver son unité », Chroniques de la Communauté, no 5, mai 1960, p. 24-28.

Gayibor Nicoué Lodjou (dir.), Histoire des Togolais, volume II, de 1884 à 1960, Lomé Presses de l’UL, 2005.

Gayibor Nicoué Lodjou (dir.), Le Togo sous domination coloniale, Lomé, Les Presses de l’UB, 1997.

Gligbe Komla, Vivre le multipartisme à Lomé de 1945 à 1963. Le parti togolais du progrès et le Comité de l’unité togolaise, Lomé, université du Benin, 1993.

Jalade Max, « 101 coups de canon : la joie éclate au Togo devenu majeur », in Revue de la Communauté France-Eurafrique. Union française et parlement, no 110, 1960, p. 4-9.

Koffi Kodjo « Réjouissances privées et cérémonies officielles : une histoire socio-politique de la fête à Lomé », in O. Goerg, Fêtes urbaines en Afrique. Espaces, identités et pouvoirs, Paris, Karthala, 1999, p. 311-315.

Kponton Ginette, La décolonisation au Togo (1940 - 1960), thèse de doctorat de 3e cycle, 3 volumes, 1977.

Menthon (de) Jean, À la rencontre du… Togo, Paris, L’Harmattan, 1993.

Paku Osofo, Togo N’tinya Tso 1482 Vasede 1980, Lomé, Haho, 1984.

Sebald Peter, « Le 27 avril 1958 dans l’histoire du Togo », Conférence à l’Institut Goethe de Lomé le 17/04/2008.

Service de l’information du Gouvernement de la République togolaise : Togo, une année d’indépendance 27 avril 1960/1961, Imprimerie WAX 1961.

Service de l’information et de la presse du Gouvernement du Togo : Togo, quotidien d’information no 01640 du 30 décembre 1961.

Simtaro Dadja Halla-Kawa, Le Togo « Musterkolonie ». Souvenir de l’Allemagne dans la société togolaise, thèse de doctorat de IIIe cycle d’études germaniques, université d’Aixen-Provence, 1982.

Tété-Adjalogo Godwin Têtêvi, Histoire du Togo. La palpitante quête de l’Ablodé (1940-1960), Paris, collection Libre Afrique, Ed. NM7, 1999.

Tété-Adjalogo Godwin Têtêvi, Sylvanus Olympio, le père de la nation togolaise, Paris, 2007.

Tété-Adjalogo Godwin Têtêvi, De la colonisation allemande au Deutsche-Togo-Bund, Études africaines, 1998.

Tété-Adjalogo Godwin Têtêvi, Histoire du Togo : Le Régime et l’assassinat de Sylvanus Olympio (1960-1963), Paris, NM7 Éditions, 2002.

Togo-Histoire, Adolf F. de Mecklembourg (Biographie). Paris, La Documentation française, AC45, sept.-oct. 1969.

Yagla Ogma Wen’saa, Les indigènes du Togo à l’assaut du pouvoir colonial 1920-1958.

L’histoire politique d’un peuple africain, Lomé, NEA, 1992.

Yagla Ogma Wen’saa, L’édification de nation togolaise, Paris, L’Harmattan, 1978.

Notes

1 La première est revalorisée au détriment de la seconde, considérée comme une période de laisser-aller, surtout dans le domaine éducatif : « Franséwo gblé vi » ; « les Français ont gâté les enfants », disait-on. D’abord colonie allemande (1884-1914), le Togo a été ensuite occupé par les Français et les Britanniques (1914-1920), puis est devenu territoire sous tutelle de la France (1920-1960), à part une bande, limitrophe du Ghana, sous tutelle britannique.

2 L’un des aspects les plus redoutés de cette ségrégation par les Togolais fut les 25 coups de fouet ou de bâton fréquemment infligés comme châtiments aux coupables.

3 Il est le symbole de la force, du travail, de la rigueur et de l’efficacité. En 1982, Erhard Kofi Paku, le secrétaire du Deutsch-Togo-Bund, exprimait cette admiration pour les Allemands en ces termes, traduits de l’allemand : « Nous étions éduqués comme des soldats, discipline et travail, fidélité et honnêteté ! C’est pourquoi tout allait et réussissait bien » (Simtaro, 1982 : 569).

4 Le mouvement est aussi appelé Bund der Deutschen Togoländer ou Union des territoires allemands. Certains de ses dirigeants dont Johann Agboka lui-même l’appelaient aussi Deutscher Togobund, qui signifie Alliance allemande pour le Togo. A. M. Aduayom, E. Assima-Kpatcha, N. L. Gayibor, Y. Marguerat, P. Sebald & B. K. Tcham, « Les refus de la colonisation : de la pénétration à la seconde guerre mondiale » (Gayibor, 2005 : 536-538). Selon K. Paku, cette association comprenait aussi bien des Allemands que des Togolais. Hitler en était le membre no 7 (Simtaro, 1982 : 436).

5 Rares étaient les Togolais qui n’étaient pas sympathisants du Deutsch-Togo-Bund. Cependant, il est difficile de connaître le nombre exact d’adhérents car, face au colonisateur français méthodiquement organisé pour s’informer de tout et animé d’un fort sentiment germanophobe, les membres devaient faire preuve de prudence (Agbobli, 2011 : 104-105).

6 Avec la victoire des partis nationalistes (CUT, JUVENTO, MPT) 61,4 % et 29 sièges sur 46 face au PTP de N. Grunitzky. Dès 1956, un référendum avait donné 93,4 % de oui en faveur de l’indépendance du Togo français (Barbier, 1987).

7 Cet événement inspira même la plume de l’écrivain guinéen, Camara Laye, qui dédia un poème intitulé « AME TOGOLAISE » pour rendre hommage à tous les Togolais qui ont lutté pour l’avènement de ce grand jour. L’article de E. Batchana dans cet ouvrage nuance cette analyse.

8 ANT-Lomé, 2 APA 66, Sokodé. Affaires politiques. Organisation du premier anniversaire de l’indépendance du Togo. 1961-1962. L’arrêté no 83/PM/MTAS/FP du 21 avril 1960 rapporte l’arrêté no 80/PM/MTAS/FP du 16 avril 1960 et ajoute la journée de lundi 25 avril 1960. Le nombre de journées des festivités fut donc porté à 4. Les permanences devaient être assurées tant dans le secteur public que dans le secteur privé.

9 ANT-Lomé, 2 APA 3, Klouto : Pétitions Togo-1949-1950 et 1953. À partir de 1955, le Deutsch-Togo-Bund, qui jusque-là avait été considéré par l’administration française comme « une bande d’escrocs » et pratiquement exclu de la scène politique togolaise, a recommencé à faire parler de lui dans la perspective de l’indépendance de la colonie britannique de Gold Coast et du Togo français.

10 ANT-Lomé, 2 APA 149 : Lama Kara. Affaires politiques. Commission de préparation de l’indépendance du Togo, 1959. Par arrêté no 118/PM-INT du 20 mai 1959 signé par S. E. Olympio sur proposition du Ministre d’État, chargé de l’intérieur, de l’information et de la presse, la commission, placée sous la présidence de M. Rudolph Comlan Trenou, représentant du Premier ministre, prit toutes les dispositions pour que la fête soit une réussite totale. ANT-Lomé, 2 APA 135. Atakpamé. Circulaire no 1828 du 7 avril 1960 du Trésorierpayeur du Togo, J. Dairic, aux Agents spéciaux : des Commandants de cercle et Chefs de subdivision. Par la note no 1828 du 7 avril 1960. ANT-Lomé, 2 APA 149 : AF. SJ. Ministère d’État, information et presse, no 31/INT. INFO.

11 La construction de l’Hôtel commença à partir de 1959.

12 Citant Bulletin quotidien d’Information du Gouvernement du Togo, no 1107 du 29 mars 1960.

13 En octobre 1939, 26 membres du mouvement Bund der Deutsch Togoländer furent arrêtés à la demande des autorités du Togo français et du gouverneur Lucien Montagné. Parmi eux, les principaux leaders qui furent internés à Accra par l’administration britannique. Après leur libération à la fin de la guerre en 1945, le Deutsch-Togo-Bund eut du mal à s’imposer face aux autres partis politiques. Jusqu’en 1955, le mouvement resta dans la clandestinité. (Paku, 1984 : 118).

14 « Nous rendons grâce à Dieu que vous, et certains parmi ceux qui avaient été au Togo, vous soyez encore en vie, c’est une chance pour nous, vous pourrez ainsi raconter ce que vous avez vu ici auparavant. Nous appelons notre liberté : Ablodé. »

15 Le 1er président du comité directeur de cette union était un industriel du nom de German Gross. Cf. ANT-Lomé, 1960-05-23 [Togo-Collection Sebald, PAAA, B 34, Bd. 39].

16 Né en 1890, Johannes Koffi Afenyowou Agboka mourut dans le dénuement le plus total en 1972 et fut enterré à Adangbé, en un lieu choisi par les Allemands (Agbobli, 2011 : 68).

17 ANT Lomé, 1960-04-14 [PAAA, B 34, Bd. 34, Abschrift Sebald, 11-7-2007].

18 A. K. Agbobli écrit que son père fut un des leaders du Deutsch-Togo-Bund. Il ajoute qu’« au Togo français, Sylvanus Olympio et ses amis de l’aile modérée du Deutsch-Togo-Bund avaient vite compris qu’il ne fallait surtout pas s’afficher avec Adolf Hitler. Ce que n’avaient pas compris Agboka et ses hommes, pour lesquels l’Allemand, quel qu’il soit est l’ami du Togolais » (Agbobli, 2011 : 78-79).

19 Le 9 juin 1945, les membres de l’Ewe Unionist Association créent à Accra la All Ewe Conference, un mouvement pan-éwé, dont l’objectif est le regroupement de l’ensemble du peuple éwé de la Gold Coast et du Togo français sous une même autorité de préférence le Royaume-Uni. Ce mouvement est animé par un brillant intellectuel, Daniel Chapman, né en 1909. Son journal était l’Ewé News Letter. Ho et Hohoe, dans le Togo britannique, étaient les fiefs du Deutsch-Togo-Bund.

20 Gabléame Sethi Gbedemah, enseignant-chercheur à la retraite, ancien directeur du collège protestant de Kpalimé ; Entretien les 12 et 28 novembre 2010.

21 Il était originaire d’Anyako.

22 Ils faisaient le salut hitlérien, se coiffaient comme Hitler et terminaient leurs correspondances par le slogan « Heil Hitler ! ».

23 ANT Lomé, 1960-01-09 [Togo-Collection Sebald, PAAA, B 34, Bd. 39]. Konsulat der Bundesrepublik Deutschland Dakar. Außenstelle Lomé. Lomé, den 9. Januar 1960. An das Auswärtiges Amt ; Bonn 1960-04-14 [PAAA, B 34, vol. 34, copie Sebald, le 11-7-2007] consulat allemand à Dakar, succursale Lomé, Lomé, le 14 avril 1960 au Dr Steltzer, ministère des Affaires étrangères Bonn. 1960-04-14 [PAAA, B 34, Bd. 34, Abschrift Sebald, 11.7.2007]. Deutsches Konsulat in Dakar, Außenstelle Lomé, Lomé, den 14. April 1960. An Dr Steltzer, Auswärtige Amt Bonn.

24 ANT-Lomé, 2 APA 135 : Atakpamé. Circulaire no 18/INT-INFO à tous les Chefs de circonscription et maires. Le 19 avril 1960, dans une circulaire adressée à tous les chefs de circonscription et maires, le directeur du cabinet, Dr A. Franklin, avait demandé aux responsables de certaines circonscriptions de cesser de différer le début des cérémonies officielles qui devaient marquer partout l’accession du Togo à l’indépendance.

25 ANT-Lomé, 2 APA 61. Klouto : Affaires politiques. Préparation des fêtes de l’indépendance dans le cercle 1959-1962. Loi no 60-12 du 23 avril 1960 signée par le premier ministre S. E. Olympio. Par la loi no 60-12 adoptée par la Chambre des députés et promulguée par le Premier ministre, l’outrage ou l’injure envers le drapeau togolais, sous quelque forme qu’ils aient été prononcés ou proférés et qu’ils aient été faits verbalement ou par écrit, ou par quelque geste que ce soit, doivent être punis d’un emprisonnement de 3 mois à un an et d’une amende de 10 000 à 1 million de francs ou de l’une de ces deux peines seulement.

26 Le 23 avril 1960, la loi portant organisation des institutions de la République togolaise avait été votée. Elle disposait que le Togo est une République indépendante, souveraine et démocratique ; le pouvoir, un régime présidentiel, avec un président élu pour 7 ans et un parlement, dont les membres sont élus pour 6 ans. Le Premier ministre assume les pouvoirs de chef de l’État jusqu’à ce qu’il en soit autrement institué. L’emblème national (drapeau vert, jaune, un carré en son centre une étoile blanche, dans le coin supérieur gauche), l’hymne national (« Terre de nos aïeux ») et la devise (« Travail-Liberté-Patrie »), furent définis. Le monument de la République Autonome du Togo devint le Monument des morts. Le nouveau monument de la République Togolaise, réalisé par l’architecte français Coustère, porte l’inscription suivante :
« Peuple togolais,
Par ta foi et ton courage,
La Nation togolaise est née. »

27 Le nouvel hymne national rédigé en français, fut aussitôt traduit en éwé, puis dans d’autres langues pour le rendre compréhensible et accessible au plus grand nombre de gens. Des groupes de jeunes volontaires ou de la Juvento, parcouraient les villages pour apprendre aux écoliers et aux adultes le nouvel hymne du Togo.

28 ANT-Lomé, 2 APA 61. Klouto : Note signée par Hubert Kponton, secrétaire général de l’École togolaise d’administration et conseiller municipal de Lomé, chargé de l’organisation de l’exposition.

29 ANT-Lomé, 2 APA 42. Sokodé : Affaires politiques 1958. Les dispositions prises en septembre 1958 par les nouvelles autorités pour améliorer l’indemnité de fonction des agents autochtones furent poursuivies et renforcées jusqu’en 1960.

30 Le programme FIDES fut voté par l’Assemblée française par la loi no 46 860 du 30 avril 1946. Etabli sur une période dix ans, il était destiné à assurer le développement économique et social des colonies françaises. Le Togo fut intégré à ce plan et bénéficia de plusieurs projets d’équipement.

31 JORT 1960 : Arrêté no 48/PM/MF du 7 mars 1960. Cette avance fut remboursée par prélèvement d’un sixième de son montant sur la solde des bénéficiaires à partir du 2e mois suivant l’octroi. Outre les mesures de radiations, d’engagement, d’affectations et d’intégrations prises dans divers secteurs de la fonction publique, les indemnités de fonction furent étendues même à d’autres autorités traditionnelles. C’est le cas des secrétaires des chefs de canton dont les indemnités annuelles de fonction fixées variaient entre 84 000 et 18 000 F CFA selon les cercles.

32 ANT-Lomé, 2 APA 149 : AF. SJ. Ministère d’État, de l’information et de la presse, no 31/INT. INFO. Chaque commission devait comprendre tous les députés de la circonscription. Par décrets pris en conseil des ministres, les comptes et budgets des circonscriptions d’Atakpamé, d’Aného, Niamtougou, Kara, Bafilo, Dapaong, Sokodé, Lomé, Tabligbo, Tsévié, et Kanté furent approuvés et arrêtés. Des dispositions furent adoptées en ce qui concerne les indemnités de fonction.

33 Augustino de Souza (1877-1960) dit « Gazozo » (« argent chaud ») était propriétaire de vastes cocoteraies et l’un des notables les plus riches du Togo. Après avoir été moniteur de la Mission catholique à Aného et Porto-Séguro, puis interprète pendant l’occupation allemande à Sansanné Mango, il avait travaillé à la factorerie allemande DTG de 1903 à 1915, avant de s’installer à son propre compte. En 1938, il avait des terrains à Baguida, une maison de factorerie à Kéta, des troupeaux de bœufs, de brebis et de cochons, de vastes cultures vivrières et des palmeraies. Il disposait d’une importante fortune en argent liquide et d’un compte en banque en Gold Coast. Il soutenait financièrement les mouvements d’indépendance. Cf. ANOM, Fonds moderne. Sous série G. 14G/26. Bobine 184. Fichiers notables et chefs traditionnels.

34 ANT Lomé, 2 APA 135 : Atakpamé. Administration générale et politique. Préparation et célébration de la fête de l’indépendance du Togo (mercredi 27 avril 1960) dans la circonscription et subdivisions dépendantes :

  • Textes réglementaires.
  • Copie du discours prononcé par le chef de l’État.
  • Textes de l’hymne national.
  • Correspondances et photographies 1959-1960.

35 August Köhler (1852-1902). Né le 30 septembre 1858, il fit des études juridiques à Iéna, puis entra au département colonial en 1891. Il arrive au Togo en 1895 en qualité de Commissaire principal du Reich en remplacement de Jesko von Puttkammer, neveu du chancelier von Bismarck, promu au gouvernorat du Cameroun. En 1897, Köhler transfère la capitale du Togo de Zébé (Sébé) à Lomé et y trace les grandes lignes de son urbanisme. En 1898, il est nommé gouverneur. En 1899, Köhler assure l’intérim du gouverneur du Cameroun, revient au Togo où il est décédé le 19 janvier 1902. Il est enterré à Lomé au cimetière Béniglato.

36 Il avait servi aussi d’informateur à Dietrich Westermann, alors pasteur de l’église évangélique de Barcelone, et auteur de la Grammaire de la langue éwé. Devenu responsable de l’information auprès du gouverneur Lucien Montagné en 1939, Savi de Tové avait été élu, en 1946, conseiller de l’Union française pour le Comité de l’unité togolaise (CUT).

37 Après s’être réjoui du moment solennel et félicité de l’œuvre de la puissance tutrice, la France, il rendit un vibrant hommage à l’ONU pour le rôle « méritoire » qu’elle a joué au Togo.

38 Il s’était rappelé certainement qu’il avait été un ancien élève de la Mission catholique allemande à Lomé, puis de l’école coloniale française et ensuite de l’école secondaire anglaise de la région de Kpando, située au Togo britannique où il vivait avec ses parents suite à la division du Togo par la France et la Grande-Bretagne après la défaite militaire allemande dès les débuts de la Première Guerre mondiale en 1914.

39 Il était là en tant que président de l’union germano-africaine. En se référant aux informations que lui a données son ami journaliste et écrivain Henry Costan, A. K. Agblobli écrit : « Sylvanus Olympio avait exprimé l’ardent désir de voir le duc A. F. von Mecklembourg, dernier gouverneur allemand du Togoland, alors en vie, présider les cérémonies de proclamation de l’indépendance de son pays. C’eût été l’injure suprême à la France du général Charles de Gaulle. Ce dernier appela le chancelier ouest-allemand Konrad Adenauer, lui fit comprendre qu’il espérait que la République fédérale d’Allemagne n’avilirait pas à ce point la France. Homme d’histoire, Konrad Adenauer avait compris et accéda à la supplique de son ami Charles de Gaulle : le duc Adolf Friedrich von Mecklembourg se porta malade mais vint secrètement au Togo, dès mai 1960 et, à cette occasion, dédicaça, en date du 12 mai, sa photo à mon germanophile de père » (Agbobli, 2011 : 150-151).

40 Film DVD Ablodé (Freedom), 2010. L’équipe togolaise était habillée en maillot rouge avec une bande verte et jaune au milieu, short blanc, et celle du Ghana, en tout Blanc. Le match s’est soldé par la victoire du Togo par 1 but à 0. Eurent lieu également l’inauguration d’une foire-kermesse, une fête folklorique, des exhibitions de basket-ball, de l’athlétisme et du cyclisme sur l’Avenue du camp. Au stade et au jardin du palais du gouvernement, furent organisés une Garden-Party et le tirage de la loterie de l’Indépendance.

41 Parmi les visiteurs se trouvait au premier rang le Premier ministre S. Olympio.

42 Adolf Friedrich Herzog von Meklembourg (1873-1969). Ancien explorateur et dernier gouverneur allemand au Togo de 1912 à 1914.

43 Oloukpona-Yinnon Adjaï, enseignant-chercheur au département d’allemand de l’université de Lomé, spécialiste de la littérature allemande. Entretien du 29 octobre 2010 à l’université de Lomé.

44 D’après les statuts de ce mouvement, peut être membre de l’union celui qui a atteint 16 ans révolus et qui n’occupe pas une position dirigeante dans un parti politique. Cf. ANT Lomé, 1960-05-23 [Togo-Collection Sebald, PAAA, B 34, Bd. 39].

45 Appelée tout d’abord Mecklembourg Schule, cette école pris ensuite le nom d’Agboka Schule. Elle réussit même à envoyer des élèves en Allemagne.

46 ANT-Lomé, 1960-05-23 [Togo-Collection Sebald, PAAA, B 34, Bd. 39].

47 ANT-Lomé, 1960-04-14 [PAAA, B 34, Bd. 34, Abschrift Sebald, 11-7-2007].

48 Idem.

49 Film DVD Ablodé (Freedom), 2010.

50 Le duc eut un garçon avec une Togolaise ; ce fils s’appelle Herzog. Sur le passeport français de la femme de Herzog, il est écrit ceci : Ekué, épouse Herzog, togolaise, née le 22 mars 1933 à Lomé. Passeport no 395/58. Archives privées de Mme Ginette Kponton née Ekué.

51 En décembre 1960, le premier ministre togolais, Sylvanus Olympio recevra Haïlé Sélassié, le premier monarque africain, empereur d’Ethiopie. Cf. Le service de l’information du gouvernement de la République togolaise : Togo, une année d’indépendance 27 avril 1960/1961, Imprimerie WAX 1961.

52 ANT-Lomé, 1960-09-01 [Togo-Collection Sebald : PAAA, B 34, Bd. 285].

53 Idem.

54 Cependant le samedi 23 septembre 1961, une manifestation pour la réunification des deux Togos fut organisée à Lomé.

55 La première tranche a coûté 77 140 000 DM, soit 11,57 millions de francs CFA en 1985.

56 Il fut inauguré le 29 juin 1969.

57 Entretien avec Peter Sebald, 3 mars 2010 aux Archives nationales du Togo à Lomé ; voir également Sebald, (2008 : 8).

58 Ce fut l’un des arguments des leaders du mouvement pan-éwé dans les années 1950.

59 Entretiens de Dadja Halla-Kawa Simtaro avec Alfred Nyassogbo et le Pasteur Paku en février 1981. Cf. D. H-K. Simtaro (1982).

Table des illustrations

Légende Photographies 1 à 3. – Leaders du Deutsch-Togo-Bund. De gauche à droite : Johann Komlan Afenyowu Agboka, fondateur du Deutsch-Togo-Bund ; Paku (Osofo), Secrétaire du depuis 1937 ; Fia Hubert Kposegbe III de Anyako en 1936. Source des photographies : Paku, 1984 : 112, 122 et 123 ;Simtaro, 1982 : 451.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112232/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Photographies 4 et 5. – Autres dirigeants du Deutsch-Togo-Bund. Le premier est Alfred Nyassogbo, créateur d’une école allemande à Woamé (Kloto) son village natal (entretien avec son petit-fils, Gabriel Nyassogbo) ; le second est Fia Kofi Apetor II de Kpalimé, membre de la commission chargée de l’étude de la préparation des fêtes de l’indépendance dans le cercle de Klouto. ANT Lomé, 2APA 61. Kloto. Affaires politiques. Préparation des fêtes de l’indépendance dans le cercle. 1959-1962. Sources des photographies :Paku, 1984.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112232/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Photographies 6 et 7. – Le duc de Mecklembourg et quelques membres de sa belle-famille au Togo. Sources : archives privées de Ginette Kponton.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112232/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

Auteur

Maître-assistant, histoire, université de Kara, Togo

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540