Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Première partie. Acteurs sociaux et militants devant l'évènement

Une confrontation d’acteurs de la décolonisation : Mamadou Dia et les syndicats au Sénégal (1956-1962)

Babacar Fall

Texte intégral

Je tiens à remercier le Centre international de recherche « Work and Human Life Cycle in Global History » de l’université Humboldt de Berlin et son directeur, Andreas Eckert, pour les conditions de travail offertes qui ont permis la finalisation de cet article.

  • 1 Je tiens à remercier le Centre international de recherche « Work and Human Life Cycle in Global Hi (...)
  • 2 Quand nous parlons de l’actuelle République du Mali, nous employons le terme « Soudan » ou la « Ré (...)

1Le1 4 avril 1960 dans la vieille ville de Saint-Louis où il a exercé le métier d’instituteur, Mamadou Dia, en sa qualité de vice-président du Conseil du gouvernement semi-autonome, signe avec Michel Debré les accords de transfert de compétences permettant au Sénégal d’accéder à la souveraineté internationale. Outre ses responsabilités antérieures, un tel acte confère à Mamadou Dia la stature de père fondateur de l’État indépendant du Sénégal au côté de Léopold Sédar Senghor. Depuis, le Sénégal célèbre chaque 4 avril la fête de l’indépendance mais, paradoxalement, l’acteur principal de la cérémonie de consécration de la souveraineté nationale est toujours laissé dans l’ombre2. En effet, le rapport de force politique qui s’est établi entre les 17 et 19 décembre 1962 lui fut défavorable. Suite au conflit qui l’oppose à son ami Léopold Sédar Senghor, Mamadou Dia est non seulement embastillé à Kédougou mais un épais voile est jeté sur l’œuvre de l’ancien Président du Conseil du Sénégal. Cet oubli, voire cette injustice, tient largement au fait que la figure de Mamadou Dia, synonyme d’engagement et de conviction forte, n’est pas nécessairement regrettée par les acteurs sociaux dans les années qui suivent. En effet, Mamadou Dia et les syndicats sénégalais n’ont pas toujours entretenu les meilleures relations dans le contexte de la marche vers l’indépendance. Il s’agit là d’un exemple de mélodrame qui révèle l’apparition au grand jour de différences d’appréciation aboutissant à une confrontation sans concession entre anciens alliés, acteurs de la décolonisation. Le référendum du 28 septembre 1958 a été le tournant historique, annonciateur des tensions entre Mamadou Dia et les syndicats. Il clôt un long chapitre de luttes menées en commun par ces deux acteurs contre le système colonial et illustre la complexité du moment « indépendance » qui ne fut pas seulement un temps d’enthousiasme et d’unanimité nationale.

Syndicats et acteurs politiques mobilisés contre le colonialisme (1956-1958)

2L’année 1956 a été un tournant dans les relations entre la France et ses colonies africaines. Elle est marquée par deux faits majeurs : la réforme de la politique coloniale avec la Loi-cadre et l’essor du nationalisme anticolonial porté à la fois par les syndicats et les partis politiques africains. Sans aucun doute, la forte mobilisation des syndicats et des partis politiques a joué un rôle non négligeable dans le changement de politique de la France dans ses colonies d’Afrique. En effet, durant la période (1952-1956), l’euphorie née de la promulgation du code du travail le 15 décembre 1952 a progressivement cédé la place chez les syndicalistes à l’idée que l’administration et les employeurs étaient peu enclins à faire appliquer les dispositions du code du travail. Il s’agissait dès lors de créer une situation de tension pour remettre en cause les interprétations abusives, les lenteurs, voire le refus de considérer le code du travail comme le cadre de référence des relations interprofessionnelles (Bovy, 1967 : 36). Aussi, l’année 1955 a-t-elle été une longue période d’agitation et de pression, à la fois sur le secteur privé et sur le secteur public, pour contraindre les autorités à prendre les mesures idoines relatives aux augmentations de salaire, à l’application ou à l’élaboration des divers statuts de travailleurs et à la question des allocations familiales.

  • 3 Le 18 octobre 1950, Houphouët-Boigny avait annoncé le désapparentement des députés du RDA du group (...)

3Fortement soutenue en métropole par les centrales syndicales et les forces progressistes à l’origine des textes, la mobilisation des partis politiques et des syndicats en Afrique s’est renforcée, pour contraindre la France à appliquer, dans le champ social, les principes de la politique assimilationniste de l’Union française. La pression syndicale finit par porter quelques fruits car l’administration consentit à appliquer les principes du code du travail. En 1956, elle concède même la mise en place d’un système de prestation familiale. En effet, les syndicats ont intelligemment usé de l’idéologie de l’assimilation pour réclamer et, par la pression, obtenir pour les travailleurs africains des avantages comparables à ceux des ouvriers français en matière de conditions de travail et de vie (Cooper, 2004 : 411). Puis, ils ont brandi la nécessité de l’autonomie par rapport aux centrales syndicales de métropole et de l’unité pour poursuivre la lutte. C’était là un préalable mis en avant pour participer plus efficacement à la lutte contre le système colonial. Selon l’historien Joseph Roger de Benoist, la nouvelle attitude des dirigeants africains visant à se dégager de la tutelle des partis et des syndicats métropolitains marque l’épilogue du désapparentement3 au niveau interne décidé lors de la 2e session du comité de coordination du Rassemblement démocratique africain (RDA) tenue à Conakry du 8 au 11 juillet 1955. En effet, ladite session du RDA encouragea fortement l’autonomie syndicale et, sous cette formule, traduisit, en l’euphémisant, le souhait des dirigeants du RDA, notamment Houphouët-Boigny et Ouezzin Coulibaly, tout comme celui du Haut-Commissaire français à Dakar, de voir les syndicats africains rompre leurs relations avec la Confédération générale du travail (CGT), jugée trop proche du Parti communiste français (PCF). Ainsi, dès le mois d’août 1955, sous l’impulsion de Sékou Touré (Guinée) et de Bassirou Gueye (Sénégal), le projet de créer une nouvelle centrale voit le jour. La Confédération générale des travailleurs africains (CGTA) est annoncée comme le signe de la rupture annoncée entre les syndicats africains et leurs alliés métropolitains. Au Sénégal, la scission entre défenseurs de la CGT et partisans de la CGT-Sénégal a lieu en novembre 1955. La lutte entre partisans des deux courants pour l’hégémonie sur le mouvement syndical d’AOF est très vive au cours de l’année 1956. Néanmoins, un compromis est trouvé pour assurer l’unité syndicale mise au service de la lutte contre le système colonial lors du congrès à Cotonou (16-19 janvier 1957) qui aboutit à la création de l’Union générale des travailleurs d’Afrique noire (UGTAN). L’UGTAN n’adhère à aucune confédération syndicale internationale et exprime dans ses textes fondateurs une volonté partagée entre leaders politiques et syndicaux de consolider l’unité et la revendication nationaliste.

  • 4 Ainsi des services locaux vont cohabiter avec les services d’État correspondant aux fonctions de s (...)

4Mais les efforts déployés pour unifier le mouvement ouvrier d’AOF se révèlent précaires car, au moment où les initiatives sont menées par les syndicats et les partis politiques en vue d’établir l’unité inter-territoriale, les structures institutionnelles de l’AOF s’écroulent (Martins, 1981 : 59). En fait, la métropole réalise que l’élan de réforme du système colonial symbolisé par l’Union française s’est essoufflé en une décennie et qu’il faut avancer de nouvelles propositions. La France est poussée à de nouvelles réformes du fait aussi d’un contexte international marqué par l’aspiration des peuples à l’autodétermination, les revers subis à Diên Biên Phù, les guerres coloniales ruineuses, l’action de l’Organisation des nations unies (ONU) pour la décolonisation et les pressions des États-Unis d’Amérique et de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques en faveur de l’émancipation des colonies. Cette démarche de renouvellement de la politique métropolitaine est portée par la Loi-cadre votée le 23 juin 1956 sous l’impulsion de Gaston Defferre, ministre de la France d’outre-mer. Pour Paris, il s’agit de mettre en œuvre une politique de déminage de la pression syndicale et nationaliste et d’initier la décentralisation dans l’empire colonial en mettant en avant la personnalité de chacun des territoires. Selon le député sénégalais Léopold Sédar Senghor, une telle stratégie avait pour objectif de piéger l’élite politique et syndicale en proposant « une autonomie illusoire ». La Loi-cadre est qualifiée de « territorialiste » en ce sens qu’« elle prévoyait un renforcement et un développement des institutions au niveau des territoires aux dépens des institutions du groupe » (De Benoist, 1979 : 140). Elle organise l’autonomie interne de chaque territoire désormais directement rattaché à la République française et disposant d’autant d’assemblées aux compétences élargies dans les domaines dits d’intérêt local4. Ces assemblées avaient été mises en place dans la foulée des réformes de l’Union française. Avec la Loi-cadre, les Assemblées territoriales sont élues au suffrage universel par un collège unique. Les territoires évoluent vers l’autonomie interne, se voient doter de gouvernements propres et de budgets établis essentiellement à partir des ressources du territoire. Avec cette nouvelle orientation politique, la métropole se défausse sur les nouveaux exécutifs locaux des problèmes et des risques de conflits induits par le monde du travail considéré comme un fardeau à gérer. En outre, la nouvelle situation politique fait émerger, pour les cadres et dirigeants syndicaux, un nouveau champ d’action, celui du territoire, bientôt de la nation, ce qui affecte profondément les rapports entre forces politiques et syndicats.

  • 5 ANS Dossier documentaire Mamadou Dia, « Bilan et Perspectives – Exposé de M. Mamadou Dia, vice-pré (...)
  • 6 Ibidem.

5Au Sénégal, les élections du 31 mars 1957 pour la nouvelle Assemblée territoriale sont largement gagnées par le Bloc populaire sénégalais (BPS) qui arrache 47 des 60 sièges (Ndao, 2003 : 181). Léopold Sédar Senghor et son ami Mamadou Dia sont les deux principaux dirigeants du parti. Mamadou Dia est investi Chef du gouvernement autonome, élu par l’Assemblée Territoriale et formellement responsable devant cette dernière. Mais ce Chef de gouvernement n’a que rang de vice-président du Conseil des ministres, au côté du Gouverneur du Sénégal, Chef du Territoire, nommé par la France et « d’office Président du Conseil dont il pouvait soumettre toutes les décisions au ministre français des Affaires d’outre-mer, aux fins d’annulations » (Hesseling, 1985 : 165). Mamadou Dia a conscience des limites imposées par l’autorité métropolitaine. Aussi, souligne-t-il avec force, après sept mois de Loi-cadre, devant l’Assemblée Territoriale réunie pour la première fois en session budgétaire, « l’insuffisance des pouvoirs » conférés au Conseil du gouvernement confiné à une semi-autonomie alors qu’il aspire à une véritable reconnaissance de l’autonomie interne qui aiderait ainsi à surmonter les contradictions de la loi. Selon Mamadou Dia, « si le Gouvernement a particulièrement ressenti les lacunes de la Loi-cadre, c’est parce qu’il a trouvé sur sa route des obstacles qu’aurait plus facilement surmontés un exécutif à part entière5 ». Estimant ne pas disposer des instruments nécessaires à toute action gouvernementale, Mamadou Dia croit pouvoir compter sur ses alliés politiques et syndicaux pour « assurer pleinement ses responsabilités, non seulement en gérant les services qui lui sont confiés par la loi et grâce à la confiance de l’Assemblée, mais aussi en se prononçant publiquement sur toutes les questions d’ordre institutionnel et politique qui commandent l’évolution du Territoire6 ». Les syndicats s’imposent alors parmi les partenaires les plus recherchés par le Bloc populaire Sénégalais.

  • 7 Une chronique parue dans le journal Marchés tropicaux fait remarquer qu’un des « drames de l’Afriq (...)

6Ainsi, dans le gouvernement formé le 18 mai 1957 par le vice-président Mamadou Dia, en application de la Loi-cadre, on retrouve Latyr Camara, secrétaire général de l’Union des syndicats confédérés du Sénégal et de la Mauritanie, promu ministre de la Fonction publique. Trois dirigeants des cheminots, membres du BPS sont députés : Abdoulaye Bâ, Ousmane Ngom et Ibrahima Sarr. L’accès des syndicalistes aux postes gouvernementaux et législatifs conduit rapidement à une situation nouvelle marquée par des tensions politiques entre la base des syndicats et le nouveau pouvoir politique. En effet, ces promotions ont placé les ex-leaders syndicaux associés à la gestion gouvernementale en situation inconfortable ; ils sont désormais les interlocuteurs directs des travailleurs en lutte. Le contexte fait naître des conflits d’intérêts entre les travailleurs salariés et les syndicalistes promus au gouvernement où ils bénéficient « des honneurs et des indemnités7 ». Les premières tensions apparaissent avec les problèmes posés par la fonction publique qui est désormais « décrochée » de celle de métropole et ne peut plus bénéficier de subventions. Sa rémunération est prise en charge par les budgets locaux sur la base d’une nouvelle grille à définir à partir des critères et des moyens de chaque territoire. Cette nouvelle situation est porteuse de bien des conflits dont la gestion n’est plus du ressort de la métropole ni de ses services. En outre, l’appareil syndical sénégalais est fragile : la dislocation progressive de la fédération de l’AOF en États distincts est devenue une source de crise pour l’UGTAN et ses sections territoriales. L’UGTAN panafricaine voulait représenter les intérêts des travailleurs au niveau de la fédération. Celle-ci est désormais moribonde et les syndicalistes, isolés, sont contraints d’agir dans le cadre étroit des divers territoires.

Premières tensions entre le gouvernement du vice-président Mamadou Dia et les syndicats (1957-1958)

  • 8 Cette idée est fort ancienne. Déjà en 1939, il y avait, en AOF, 22 000 fonctionnaires absorbant 40 (...)
  • 9 Archives nationales du Sénégal (ANS) 18 G 268 (165) – Réforme de la Fonction publique 1955-1956 – (...)
  • 10 Appréciant l’évolution intervenue sur le plan social en AOF, un haut responsable du gouvernement f (...)

7Avec l’adoption de la Loi-cadre en 1956, l’option politique fondée sur la territorialisation des agents ouvre une nouvelle ère pour les questions d’emploi, à travers le réajustement de la situation des fonctionnaires longtemps perçus comme une catégorie de privilégiés coûteux pour le budget de l’État8 et le désengagement progressif de l’administration coloniale française. L’effet majeur de la territorialisation se joue sur le statut des fonctionnaires et leur place dans la société, du fait de la structuration de l’économie moderne et du faible nombre des salariés. Un tel enjeu était au cœur des tensions provoquées par la Loi-cadre. La métropole l’avait bien compris et s’était déjà fait à l’idée que le succès des réformes envisagées en AOF était subordonné, pour une assez large part, aux conditions dans lesquelles pourraient être résolus les problèmes posés par l’organisation locale de la fonction publique9. La difficulté majeure fut constituée par l’influence acquise par les fédérations syndicales métropolitaines et locales qui exerçaient une forte pression sur les autorités très souvent contraintes de faire des concessions10. L’objet de la réforme de la Fonction publique était d’assurer le « décrochage » de la fonction publique aofienne par rapport à l’arsenal des lois et règlements produit par la norme métropolitaine et de lui conférer un statut spécifique voté par chaque assemblée territoriale, appelée à voter le budget qui allait rémunérer ses fonctionnaires. Il s’agissait de mettre un terme à une situation où la fonction publique reposait sur les deux principes de la centralisation et de la politique de l’assimilation. Cela fondait la légitimité d’un régime statutaire aligné sur celui du statut métropolitain avec un système de rémunération unique quel que soit le territoire où les fonctionnaires étaient en exercice. Cet état de fait alimentait l’opinion négative portée sur les fonctionnaires, perçus comme une nouvelle caste peu productive, budgétivore et surtout bénéficiant de privilèges considérables sans rapport avec le coût de la vie et les ressources de l’AOF. Ce préjugé ancien était très répandu. Il est évoqué très souvent pour masquer l’insuffisance des ressources affectées au personnel comparativement à ce qui est investi dans les équipements.

  • 11 ANS 18G268 (165) – Réforme de la Fonction publique 1955-1956 – Note sur la territorialisation de l (...)
  • 12 Idem, p. 2.

8Selon la pensée qui inspire la réforme de la Fonction publique, les « privilèges » donnés aux fonctionnaires ont été une anomalie liée à la transposition « des principes d’organisation statutaire et de rémunérations, qui, dans la Métropole sont la règle de la majorité, dans un pays où ces principes ne sont applicables qu’à une minorité de 300 000 salariés sur une population totale de 20 millions d’habitants11 ». La position de la haute administration est bien reflétée dans cette opinion de l’auteur du Mémorandum sur le problème de la fonction publique en AOF lorsqu’il souligne que « les fonctionnaires ont pris l’habitude de comparer leur situation non à celle des ouvriers ou des paysans africains mais à la situation de ceux qu’ils appellent leurs homologues métropolitains12 ». Cela explique pourquoi ils qualifient de « dérisoires » tous les avantages qui leur sont accordés et sont prompts à présenter avec vigueur des revendications dont la satisfaction serait fort coûteuse compte tenu du poids déjà important des charges de personnel dans les différents budgets de la Fédération. L’analyse du Mémorandum rencontre un écho chez les nouveaux dirigeants politiques, pourtant alliés des syndicats, notamment Léopold Sédar Senghor et Mamadou Dia. En effet, si le vice-président Dia a des positions variables selon les circonstances et surtout les rapports des forces, il reste constant sur la nécessité des sacrifices pour les fonctionnaires. Cela le conduit donc tantôt à solliciter les syndicats pour constituer le noyau de l’alliance des travailleurs salariés avec les autres couches de la population, notamment la paysannerie :

« Lorsque les gouvernements des pays ayant acquis leur indépendance élaborent des plans pour le développement économique et prévoient l’augmentation de la production et du revenu national et qui créent les possibilités d’emplois et de revenus plus élevés, la classe ouvrière doit soutenir de tels plans de développement du pays » (Ly, 1982 : 188).

9Tantôt il tente d’ôter toute légitimité aux revendications formulées par les fonctionnaires, en leur opposant la loi du nombre important de la paysannerie, son faible pouvoir d’achat et la pression fiscale déjà forte, subie par cette couche sociale dite « productive » mais au faible pouvoir d’achat.

10Les syndicats de fonctionnaires ont très vite perçu les risques de la politique de territorialisation amorcée avec la mise en application de la Loi-cadre. En effet, dès après les élections législatives territoriales du 31 mars 1957, l’UGTAN ordonne aux travailleurs de développer des mouvements de grande envergure dans les secteurs public et privé, pour protester contre les importantes disparités salariales entre Africains et Européens et surtout revendiquer une augmentation des salaires. Le premier écho est venu des travailleurs du secteur public au nombre de 15 000 qui déclenchent, les 20 et 21 mars 1957, un mouvement de protestation pour revendiquer la revalorisation des traitements des cadres locaux, des auxiliaires et contractuels. La grève génère un certain malaise d’autant que les nouvelles autorités politiques nationales ne sont pas encore en place. Aussi, pour désamorcer la crise, le gouvernement à Paris décide-t-il, en accord avec les dirigeants politiques et les syndicalistes, de réorganiser en profondeur la Fonction publique, en transmettant aux territoires semi-autonomes tous les pouvoirs pour les questions concernant le personnel. Le changement d’interlocuteurs ne modifia guère les données du problème. Le feu couvait sous la cendre et la question de la rémunération demeurait un élément central de la plateforme des travailleurs des secteurs tant public que privé. Un rapprochement des syndicats des deux secteurs raviva la flamme de la lutte lors des grèves menées du 5 au 24 août 1957.

11En effet, la fixation des salaires minima des différentes catégories de personnel concernés par la Convention collective fédérale du Commerce de l’AOF du 16 novembre 1956 avait cristallisé un conflit qui éclata dès le 25 décembre 1956. La majeure partie des travailleurs du commerce de la colonie du Sénégal, soit 18 000 agents, était concernée par un tel conflit. L’intervention de l’inspection du travail aboutit à une sentence prise par le Conseil d’arbitrage des conflits collectifs du travail relevant de la cour d’appel de Dakar (2 juillet 1957) mais la sentence fut rejetée par les organisations patronales. La tension devint très vive et fut accentuée par une décision sans lien direct avec les questions salariales. En effet, le Conseil du gouvernement de Mamadou Dia, réuni à Saint-Louis le 30 juillet 1957, décida de transférer à Dakar la capitale du territoire. La Mauritanie avait aussi décidé de transférer sa capitale de Saint-Louis à Nouakchott. Cette double mesure fut mal perçue par les populations de la ville qui dépendaient en partie des salariés du secteur public. Selon elles, cela témoignait de la volonté des nouvelles autorités de reléguer dans un rôle très secondaire la ville de Saint-Louis et d’y réduire de fait l’offre en travail. Aussi, les travailleurs des secteurs public et privé de la ville de Saint-Louis décidèrent-ils d’observer une grève le 5 août 1957 pour protester contre ces mesures. La grève fut suivie sans aucun incident. Le vice-président Mamadou Dia joua la carte de l’apaisement et s’abstint de procéder à la réquisition des travailleurs en grève. Il se contenta de « faire appel au sens civique des travailleurs pour que fût assurée une présence minimum du personnel dans les services qui intéressent plus particulièrement la sécurité et l’hygiène des habitants de l’agglomération saint-louisienne » (Ndao, 2003 : 189-190).

  • 13 On note que les premiers jours de la grève n’ont enregistré aucun incident mais à partir du 9 août (...)
  • 14 L’Unisyndi (Union intersyndicale d’entreprises et d’industries) est l’une des deux organisations s (...)
  • 15 Marché tropicaux, 10 août 1957, p. 11.
  • 16 Marchés tropicaux, 17 août 1957, p. 11.

12L’élan de mobilisation des travailleurs se poursuit avec la grève déclenchée dès le 6 août 1957 par les syndicats du secteur privé après le rejet par le patronat des revendications. Dans le sillage de la vague de protestation, les travailleurs engagent une grève qui s’étend à presque tout le Territoire et qui va durer du 6 au 23 août 195713. La large implication des autres secteurs du privé a été facilitée par le fait qu’une tension sourde couvait depuis le rejet par les mêmes organisations patronales d’une sentence en date du 23 novembre 1956, concernant la parité des salaires entre ouvriers et employés au même échelon et le relèvement des salaires en dehors de toute discrimination. Le déclenchement de la grève a été suivi d’une bataille d’opinion relayée par la presse et portant sur le caractère légal ou non du mouvement des travailleurs. Par le canal de l’Union intersyndicale d’entreprises et d’industries (Unisyndi)14, l’organisation patronale ne récuse pas les revendications des salariés mais souligne, avec force, le caractère illégal de la grève. Pour leur part, les syndicats des travailleurs réagissent en rejetant l’accusation du patronat et affirment que toute la procédure réglementaire a été épuisée, sans que la position du patronat ne fléchisse ni ne se conforme à la sentence arbitrale de novembre 1956. Les causes de ce face-à-face tendu sont confirmées par une chronique de Marchés tropicaux, organe du patronat européen, qui rapportent que cette grève est purement revendicative et trouve sa légitimité dans des dispositions relatives à la fixation des salaires de la convention collective territoriale du 12 décembre 1946 des ouvriers de l’industrie, des transports et du commerce15. Aussi, Alioune Badara Mbengue, ministre du Travail, est-il obligé d’intercéder pour souhaiter que « la solution du conflit intervienne par la voie de la libre discussion entre employeurs et employés qui ont adhéré sans réticence aux principes du code du travail16 ».

  • 17 Idem.
  • 18 ANS 2G57/36 – Inspection générale du travail et des lois sociales de l’Afrique-Occidentale françai (...)
  • 19 « Les conflits sociaux au Sénégal », Marchés tropicaux, 26 août 1957, p. 2129.

13À la date du 17 août 1957, la grève s’est étendue au BTP : les chantiers ont cessé leurs activités et le port de Dakar est paralysé. Certes, au niveau de l’aéroport, le trafic est normal mais c’est là le résultat de la mobilisation du personnel européen des compagnies pétrolières et des parachutistes coloniaux. Le rapport de l’administration reconnaît que presque tous les secteurs d’activités du privé sont touchés par la grève qui enregistre un taux de suivi de 90 % dans le pétrole, 80 % dans l’industrie, 56 % dans le commerce et 52 % dans le BTP17. Ainsi, la grève implique globalement 30 630 ouvriers occasionnant la perte de 454 700 journées de travail18. Par solidarité avec les travailleurs du privé, une partie du secteur public observe une grève de deux jours les 19 et 20 août 1957 : 7 800 travailleurs cessent le travail (syndicat des transporteurs publics, travailleurs de la fonction publique et assimilés et travailleurs du chemin de fer du Dakar-Niger). La grève générale se termine après 17 jours de tensions et d’arrêts de travail avec la signature d’un protocole de fin de grève prévoyant la reprise du travail pour le 24 août 1957 et consacrant une augmentation de salaires de près de 20 % modulés selon les différentes catégories des travailleurs du secteur privé19.

  • 20 Marchés tropicaux, 17 août 1957, p. 2128.

14Pour un informateur anonyme de Marchés tropicaux, avec cette grève, s’est joué le dernier acte de la mise au point des rapports entre patrons et travailleurs, consécutive à la mise en vigueur du code du travail et marqué par l’application heurtée des conventions collectives de l’industrie et du commerce. Certes l’intervention de l’administration a facilité le dénouement du conflit mais elle a annoncé les difficiles relations entre les nouveaux gouvernants et les responsables des syndicats. En effet, à la fin de la grève, le Ministre du travail, Alioune Badara Mbengue, après s’être réjoui de la conclusion d’un accord entre les syndicats du secteur privé et les employeurs et du rôle d’arbitre assuré par le gouvernement, n’a pas manqué de souligner avec force « qu’il importe cependant de regretter une certaine tendance à fausser les luttes syndicales en les transposant sur le plan politique »20. De tels propos étaient bien sûr en contradiction avec la position du patronat qui voulait ne voir à ce conflit que des mobiles économiques. Cette grille d’interprétation des conflits sociaux par le pouvoir fut un obstacle à une gestion dépassionnée des relations interprofessionnelles du fait de l’interférence du champ politique avec le jeu social. C’est là une question majeure car, très rapidement, l’interprétation des conflits sociaux nés de revendications corporatistes ne furent analysés par le patronat et par l’administration qu’à travers le prisme de l’affiliation politique réelle ou supposée des responsables syndicaux.

  • 21 Marchés tropicaux, 21 septembre 1957, p. 2258.
  • 22 ANS 2G57/36 – Inspection générale du travail et des lois sociales de l’Afrique-Occidentale françai (...)

15La fin du conflit intervenue le 24 août 1957, sur la base d’un accord consacrant l’augmentation des salaires pour le secteur privé, provoqua une onde de choc qui secoua les travailleurs du secteur public et les incita à monter au front pour eux-mêmes. Les premiers signes de la nervosité dans la fonction publique se firent jour dès le 14 septembre 1957 avec la publication d’un communiqué du Comité d’entente de la fonction publique, constitué par les syndicats de fonctionnaires et agents des services publics affiliés à la CGT, à Force Ouvrière, à la Confédération africaine des travailleurs croyants (CATC) et au Syndicat autonome des fonctionnaires supérieurs. Le communiqué établit une plateforme consignant les principales revendications dont l’aboutissement s’impose de toute urgence : « amélioration de la situation des contractuels, auxiliaires et journaliers, application outre-mer des nouvelles soldes indiciaires métropolitaines, création des comités consultatifs de la Fonction publique21 ». L’absence de réaction significative de la part des autorités accentue la mobilisation des syndicats. Ainsi, pour obtenir l’extension des accords conclus pour le privé, 13 000 travailleurs entrent en grève les 9 et 10 décembre 1957. Deux semaines après, la pression est accentuée avec une autre grève qui mobilise 12 500 travailleurs du 26 au 28 décembre 1957, soit trois jours, pour revendiquer la revalorisation des soldes des cadres locaux et supérieurs. La tension domine les relations professionnelles durant toute l’année 1957 qui enregistre des mouvements de grève affectant 88 547 travailleurs et occasionnant la perte de 619 693 journées de travail22. L’année 1958 a commencé dans un contexte identique marqué par la crispation des rapports sociaux alors que des réformes politiques d’envergure pointent à l’horizon suite au changement de régime intervenu à Paris.

Les conflits entre le gouvernement de Mamadou Dia et les syndicats (1958-1959)

  • 23 Marchés tropicaux du 26 juillet 1958, p. 1816.
  • 24 ANS K421 (165) – UGTAN – Conférence des 13, 14 et 15 janvier 1958.
  • 25 Marchés tropicaux, 22 février 1958, p. 543 et 15 mars 1958, p. 690.

16Mamadou Dia avait compris l’enjeu de la réforme de la Fonction publique et celui du soutien conditionnel des syndicats à son gouvernement. Aussi, a-t-il voulu que l’exemple de la renonciation à certains avantages soit d’abord donné par les ministres. Dès l’entrée en fonction du premier gouvernement de l’autonomie interne, Mamadou Dia a tenu à adopter des mesures de rigueur budgétaire pour les traitements des ministres. L’objectif déclaré était de réduire les disparités entre les ministres et les fonctionnaires, cadres locaux et commis supérieurs à qui la revalorisation avait été refusée. En engageant les ministres à renoncer volontairement aux revalorisations de traitements survenues depuis le 1er avril 1956, M. Dia pensait que « cet exemple serait suivi par les membres de l’Assemblée territoriale et par les autres catégories sociales pour le bien du peuple sénégalais23 ». Le groupe social visé par cette opération de séduction était celui des fonctionnaires dont les intérêts étaient défendus avec vigueur par les syndicats de l’UGTAN. Cet appel ne reçut pourtant pas un écho favorable de la part de l’UGTAN qui avait nettement déclaré qu’elle ne pouvait renoncer à ses revendications. Lors de rencontres organisées du 13 au 15 janvier 1958, l’UGTAN exige que « la territorialisation ne se traduise ni par une diminution des avantages acquis ni par des discriminations et qu’à situation et indice équivalents, les fonctionnaires territoriaux perçoivent au moins les mêmes soldes de base et accessoires divers que leurs homologues des autres cadres24 ». La conférence de l’UGTAN opte pour la radicalisation de la démarche à entreprendre auprès des Conseils de gouvernement de chaque territoire et préconise même des journées revendicatives, voire des grèves à répétition. Deux secteurs symbolisent dès le départ, avec des fortunes diverses, la lutte contre le nouveau gouvernement (les Postes, Télécommunications et Transmissions et la Fonction publique) mais, dès le début de l’année 1958, de nouvelles tensions sociales apparaissent avec les grèves des personnels de la police (8 février puis du 11 au 13 février) et celles des sapeurs-pompiers de Dakar le 19 février. Le gouvernement réagit par la force : il suspend pour deux ans l’avancement des personnels de police (539 en tout) ayant pris part à la grève et déclenche une information judiciaire à l’encontre de 30 sapeurs-pompiers poursuivis pour n’avoir pas porté assistance à des personnes en péril de mort lors de l’incendie dans les « Champs des Courses », quartier situé à proximité de la caserne, ayant détruit plusieurs centaines de cases et occasionné la mort d’une fillette de 5 ans25.

  • 26 Marchés tropicaux du 15 mars 1958, p. 691.

17La grève des postiers a été exemplaire à un triple titre : l’attitude du gouvernement oscillant entre la répression du mouvement et la négociation, la stratégie de lutte mise en œuvre par les travailleurs et l’issue du conflit marquée par la satisfaction de la plupart des revendications des travailleurs. Déclenchée le 14 février 1958, la grève des postiers a été conduite par le syndicat sous la forme d’une « grève de zèle » selon les postiers mais elle fut qualifiée de « grève sur le tas » par le Président du Conseil, Mamadou Dia. La stratégie de lutte adoptée s’est écartée des chemins classiques de la grève avec désertion du lieu de travail. En effet, les postiers s’étaient préparés à paralyser le fonctionnement du courrier et des télécommunications, par des débrayages perlés ciblant les services à tour de rôle sans que le gouvernement ne puisse ponctionner sur leur salaire pour fait de grève. Mamadou Dia cite le témoignage de Mamadou Fall dit « Puritain », un des principaux acteurs de cette grève des postiers, qui confirme la stratégie originale et efficace mise en œuvre par le syndicat pour obliger le gouvernement à satisfaire leurs revendications tout en évitant de lui donner un prétexte légal pour réprimer le mouvement de grève (Dia, 1985 : 99-100). Lancée à Saint-Louis, la grève affecta la vie économique du Territoire et gagna rapidement Dakar où les mouvements du courrier n’étaient plus assurés qu’à 30 %. Le gouvernement procéda à la fermeture des bureaux de poste avant de revenir sur cette décision considérée par les syndicats comme un look out. Il choisit par la suite d’obliger les postiers à signer une déclaration de travailler à un rendement de 100 % sous peine de suspension des salaires et d’interdiction d’accès aux bureaux de poste mais, ni les engagements imposés aux postiers, ni la présence des gendarmes dans les bureaux de poste ne permirent au gouvernement de faire échec à la tactique de lutte mise en œuvre. Celle-ci paralysa pendant trois semaines la poste du Sénégal. La pression de la chambre de commerce et d’artisanat de Dakar fit son effet sur le gouvernement qui se décida à ouvrir des concertations qui aboutirent à des accords permettant la reprise normale du service et la satisfaction des revendications des postiers (Ndao, 2003 : 227). Le protocole signé le 6 mars 1958 précise les termes du compromis : « Le reclassement des agents auxiliaires des PTT du Sénégal est réglé selon des bases précises, tandis que des directives sont données à ce sujet pour Dakar ; la prime de résultat de l’exploitation est étendue à tous les journaliers ayant deux ans de services ; aucune sanction disciplinaire n’est infligée au personnel pour fait de grève26. »

18Par ailleurs, en 1958, au Sénégal, l’UGTAN regroupe 80 % des travailleurs syndiqués et le radicalisme de cette force syndicale contraste avec le champ politique marqué par le réalisme politique et la recherche de l’apaisement qu’illustre le ralliement au BPS, le 4 avril 1958, du Parti sénégalais d’action socialiste (PSAS) de Lamine Guèye. Cette fusion donna naissance à l’UPS (Union Progressiste Sénégalaise). Ce contraste est un facteur majeur de tensions entre engagements politique et syndical ; elles vont apparaître à partir de la mi-juin 1958 avec deux moments forts : la radicalisation de l’UGTAN et la crise ouverte par les réformes annoncées le 1er juin 1958 par le général de Gaulle, notamment l’organisation d’un référendum le 28 septembre devant décider de l’avenir des relations entre la métropole et les colonies.

  • 27 ANS – Fonds Vice-présidence no 355 – UGTAN, activités congrès et résolutions.

19La tenue à Kaolack du congrès constitutif de l’UGTAN-Sénégal (20 au 22 juin 1958) est un premier moment de tension ; il porte Adama Mawa Ndiaye à la tête du mouvement syndical et confirme la fermeté adoptée par les syndicats. En accord avec les vues radicales du syndicat, le congrès souligne la nécessité de « rompre avec le réformisme et de suivre résolument la voie de la révolution, celle de la libération nationale, de la lutte contre le système colonial27 ». La plateforme revendicative adoptée à l’issue du congrès est consignée dans une résolution centrée sur les problèmes des agents de la fonction publique et assimilés. Les principaux points peuvent être résumés ainsi :

  • l’exigence d’élaborer un statut général de la fonction publique conformément à la loi du 19 octobre 1946 ;
  • l’adoption d’une formule de territorialisation qui ne se traduise ni par une diminution des avantages acquis, ni par des discriminations ;
  • la mise sur pied d’un comité consultatif de la fonction publique qui sera saisi obligatoirement de tous les problèmes, concernant l’élaboration des statuts particuliers des corps par territoire, les rémunérations, les régimes de congés, la résidence, etc. ;
  • l’intégration des auxiliaires et contractuels dans les cadres réguliers et celle des journaliers dans le statut des auxiliaires ;
  • la revalorisation des soldes des fonctionnaires (cadres supérieurs, auxiliaires, contractuels et journaliers)28.
  • 29 Mamadou Dia hésite un temps avant de se laisser convaincre de voter « oui » par L. Sédar Senghor.

20Un deuxième temps fort qui relève autant du champ syndical que du champ politique révèle les tensions entre les principaux leaders des syndicats et les dirigeants de l’UPS divisés sur la question et hésitants29. Il s’agit du référendum de 1958. Les divergences sur la réponse à apporter à De Gaulle affectèrent durablement les relations entre hommes politiques et syndicalistes à l’approche de l’indépendance. La tenue à Cotonou (24 au 26 juillet 1958) du Congrès du Parti du regroupement africain (PRA) et sa décision de réclamer l’indépendance immédiate lors du référendum prévu eut plusieurs conséquences. Une crise affecte d’abord l’UPS avec la démission de trois ministres dont le syndicaliste Latyr Camara. Puis le PRA-Sénégal est constitué autour des conclusions arrêtées à Cotonou pour lutter au côté de l’UGTAN en faveur de l’indépendance totale et immédiate. Cependant, malgré les efforts de mobilisation et la campagne menée en faveur du « non » par des partis minoritaires (PRA-Sénégal, PAI) et les gros syndicats (UGTAN, FEANF et Union générale des Étudiants de l’Afrique occidentale), les résultats du référendum donne une nette victoire du « oui » avec 97,4 %. Dans les autres Territoires de l’AOF, le « non » ne triomphe qu’en Guinée grâce à l’alliance du PDG/RDA et de l’UGTAN.

  • 30 Ibrahima Sarr est confirmé au poste de ministre de la Fonction publique par l’Assemblée territoria (...)
  • 31 Marchés tropicaux, 10 janvier 1959, p. 176

21Suite au référendum et avant l’installation de l’Assemblée prévue le 25 novembre 1958, les postiers déclenchèrent de nouveau une grève le 8 novembre 1958, au moment où se tenait à Dakar le conseil d’administration des PTT. L’objectif recherché était d’exercer une pression sur l’administration afin d’obtenir la satisfaction des revendications depuis longtemps non satisfaites en particulier « la régularisation de l’indemnité d’attente et la révision de la situation des facteurs » (Ndao, 2003 : 227) à quoi il fallait ajouter la mise en application du protocole signé le 16 mars 1958 mais resté lettre morte. Le gouvernement réagit favorablement avec l’adoption d’un plan d’exécution des termes du protocole. La victoire ainsi obtenue par l’UGTAN à travers le syndicat des PTT fit tache d’huile mais elle fut diversement interprétée. Le choix du gouvernement de négocier avec les postiers a été perçu par les partis politiques proches de l’UGTAN comme une faiblesse annonciatrice d’un moment très favorable pour renverser le gouvernement par le biais de la grève. C’est ce qui explique la pression déployée autour des « vieilles revendications concernant les fonctionnaires : revalorisation des fonctionnaires cadres, publication immédiate du statut des non titulaires » (Dia, 1985 : 99). Dans ce contexte la stratégie de M. Dia fut double : faire face avec fermeté aux syndicats et les affaiblir par divers moyens. Avec l’appui de l’UPS, parti politique dominant, et avec le concours de certains syndicalistes favorables au pouvoir, Mamadou Dia entreprend de déstabiliser l’UGTAN. Le 18 décembre 1958, Abbass Guèye prend la tête d’une scission et crée l’UGTAN-autonome. L’arrivée dans le gouvernement, en qualité de Ministre de la Fonction publique de son ami Ibrahima Sarr, leader très respecté du Syndicat des cheminots, de tendance UGTAN30, renforce encore M. Dia. Ce changement dans la gestion des conflits avait déjà été illustré avec la grève intervenue au début du mois de décembre 1958 au niveau des services de Mobil Oil. Au cours de cette grève, le gouvernement avait montré sa fermeté face aux revendications des travailleurs affiliés à l’UGTAN. En effet, les 260 employés de cette entreprise, qui avaient suivi le mot d’ordre d’arrêt de travail entre le 10 et le 26 décembre 1958, s’étaient vu notifier leur licenciement sans préavis au motif du déclenchement d’une grève avant l’épuisement des procédures de conciliation et d’arbitrage. Seuls trois employés ayant repris le travail avant le 26 décembre 1958 avaient été conservés. Une procédure de remplacement des grévistes avait été adoptée pour faire reprendre leur rythme normal aux activités de l’entreprise31.

  • 32 Marchés tropicaux, 3 janvier 1959, p. 30.
  • 33 Idem.

22Au lendemain de ce conflit, le gouvernement lance une offensive à travers un communiqué publié le 28 décembre 1958 déclarant clairement que, tout en respectant les libertés syndicales, il ne saurait tolérer que son action de « promotion économique soit contrariée par des grèves injustifiées32 ». En outre, après avoir rappelé les efforts consentis, notamment le relèvement de 10 % du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) depuis le 1er août 1958, le gouvernement a tenu à réaffirmer son autorité et à proclamer sa volonté de résoudre les questions posées par la fonction publique : reconduction d’une indemnité d’attente mais maintien du principe du décrochage par rapport à la Fonction publique en France, intégration des agents auxiliaires et contractuels, solution pour les journaliers, programme d’africanisation des cadres comportant l’envoi de stagiaires en France et l’ouverture d’une école locale d’administration33.

  • 34 ANS – Fonds vice-présidence no 292 6, ministère de la Fonction publique, grève des travailleurs de (...)
  • 35 Idem.

23L’affrontement entre le gouvernement et le courant orthodoxe et radical de l’UGTAN devient presque inévitable. Certes, le mouvement syndical avait soutenu Mamadou Dia dans la lutte pour l’élargissement des pouvoirs du gouvernement du Sénégal mais il n’entendait pas mettre en sourdine les revendications des travailleurs comme l’y invitait le vice-président au nom de la construction nationale (Diallo, 2002 : 442-443). En effet, bien avant le congrès de Kaolack, le gouvernement de Mamadou Dia avait rejeté certaines revendications formulées par l’UGTAN, en indiquant que le maintien des avantages acquis était financièrement impossible car il s’agirait d’un « écrasement de l’infrastructure économique par la superstructure administrative du fait que les dépenses de personnels ont atteint au Sénégal un seuil qu’elles ne peuvent franchir sans compromettre l’équilibre budgétaire et avec lui l’équilibre économique34 ». En effet, le Sénégal a hérité d’un corps de fonctionnaires de plus de 13 000 agents, le double de l’effectif de la fonction publique en Côte d’Ivoire pourtant beaucoup mieux nantie en ressources naturelles et financières. Selon Mamadou Dia, la réforme de la fonction publique passait par la fin de l’alignement systématique des fonctionnaires sénégalais sur ceux de la métropole35. La chronique de Marchés tropicaux, organe conservateur du patronat européen, tournait en dérision la posture des syndicats :

  • 36 Anonyme « L’AOF face aux réalités », in Marchés tropicaux, no 645, 22 mars 1958, p. 712.

« Ils veulent être alignés sur les fonctionnaires métropolitains mais ils exigent l’autonomie interne. Leurs soldes cependant seront supportées par les budgets locaux. Ils doivent se convaincre qu’il faut choisir. Leur sort est désormais lié non plus à la correspondance des indices métropolitains, mais au développement de l’économie locale36. »

24Pourtant les syndicats n’ont pas voulu tirer les leçons du contexte difficile et les tensions avec le gouvernement se sont accrues. Le scénario de l’épreuve de force se met en place au fil des mois de négociations quasi stériles, tant les positions étaient déjà crispées.

  • 37 Entretien avec Alioune Cissé alors secrétaire général du syndicat des PTT et responsable de l’UGTA (...)
  • 38 Anonyme : « Les mesures de fermeté doivent mettre un terme à une agitation sociale à motifs politi (...)

25Réagissant au communiqué du gouvernement, les syndicats de la fonction publique UGTAN estiment que les concessions faites par le pouvoir sont largement inférieures à leurs revendications ; ils adoptent le principe d’une grève générale d’avertissement de 3 jours (4, 5 et 6 janvier 1959) dans tout le Sénégal, annonçant que ce mouvement serait suivi de grèves tournantes. La surenchère des syndicats devait beaucoup à l’issue favorable du mouvement des postiers. Les fonctionnaires étaient las des manœuvres dilatoires mises en œuvre par le ministère de la Fonction publique, désormais dirigé par Ibrahima Sarr, l’ex-syndicaliste notoirement connu pour son rôle dans la célèbre grève des cheminots de 1947-194837. La grève des 4-6 janvier 1959 fut largement suivie dans des secteurs vitaux (PTT, santé, services financiers, enseignement primaire). Mamadou Dia, chef du gouvernement réagit immédiatement par une contre-attaque conduite par son ministre de l’Intérieur et de l’Information, Valdiodio Ndiaye. En effet, dès le 5 janvier, le Conseil du gouvernement décide la suspension des fonctionnaires et le licenciement des grévistes non titulaires, pour rupture abusive de contrat. Ils ne peuvent prétendre à aucune indemnité de préavis, ni de licenciement. Près de 3 000 grévistes sont touchés. En outre, le Conseil prend un arrêté modifiant la situation des fonctionnaires détachés au titre de permanents auprès des syndicats. Ces derniers doivent rejoindre leur administration pour être payés. Les syndicats sont ainsi obligés d’assumer le coût des salaires des membres détachés pour le fonctionnement de leur organisation. Enfin, des mesures de réquisition sont prises pour assurer le fonctionnement de certains secteurs vitaux : l’office des postes et télécommunication, le service de la santé, l’enseignement, les douanes et les services de distribution de l’eau. L’UPS par le truchement paradoxal de Marchés tropicaux dénonce l’action de l’UGTAN taxée d’avancer des « revendications politiques » car il n’était ni juste ni raisonnable de consacrer 65 % du revenu national à 5 % de la population38. Pour sa part, l’UGTAN décide de radicaliser la lutte, en déclarant la grève illimitée et en organisant la riposte, pour faire échouer les mesures de réquisition prises par le gouvernement. Elle intègre désormais à sa plateforme la réintégration des travailleurs licenciés ou suspendus. Mais, le front syndical était déjà fissuré et la recherche d’une sortie de crise va révéler les tensions sourdes, voire les rivalités, au sein du mouvement syndical.

  • 39 Pour le détail des péripéties de cette grève, l’étude d’Oumar Seck est une bonne référence. Voir O (...)
  • 40 Marchés tropicaux, 24 janvier 1959, p. 305.
  • 41 Idem.

26Les syndicalistes modérés commencent à se mobiliser et cherchent des solutions. Un comité d’entente intersyndical est mis sur pied. Il regroupait l’UGTAN-Autonome, la Confédération africaine des syndicats libres-Force ouvrière (CASL/FO), la Confédération africaine des travailleurs croyants (CATC) et la Fédération autonome des syndicats des cheminots africains d’AOF (FASCA/AOF) qui n’avait pas pris part à la grève générale39. Cette structure condamna la grève de l’UGTAN mais tenta néanmoins d’intercéder auprès du gouvernement et du Haut-Commissaire pour « des mesures d’apaisement en faveur des travailleurs de bonne foi trompés par l’utilisation politique de la grève40 ». L’audience que Mamadou Dia accorda le 16 janvier 1959 à une délégation du comité d’entente intersyndical est significative de la double attitude de l’autorité gouvernementale : adopter des mesures d’apaisement et utiliser la répression pour réduire considérablement l’influence de l’UGTAN. À l’issue de cette entrevue, M. Dia affirma son intention de rechercher avec la délégation du comité d’entente intersyndical les conditions « d’une reprise du dialogue avec les travailleurs qui ont compris leur devoir, à l’exclusion de tous les responsables qui ont provoqué les grèves et démontré leur absence de conscience nationale41 ». Le rapport de force évolua dès lors en défaveur de l’UGTAN qui finit par appeler à la reprise du travail le 18 janvier 1959 dans un contexte dominé par la confusion et la multitude des intermédiations. Trois mois avant les élections législatives, le gouvernement refusa de céder du terrain et confirma, fin janvier 1959, la mesure de licenciement des grévistes. S’il n’avait pas cédé, le pouvoir avait cependant pris conscience de la capacité redoutable des salariés à déstabiliser l’ordre public.

Leçons des conflits sociaux et mise au pas des syndicats (1959-1962)

27Oumar Seck a raison de relever que cette grève est historiquement le prolongement du bras de fer engagé lors du référendum de 1958 entre l’UGTAN, la principale centrale syndicale, et l’UPS, le parti gouvernemental (Seck, 2001-2002 : 15). La grève de la fonction publique de janvier 1959 revêt une particularité liée au contexte de son déclenchement et aux enjeux nés de son interprétation, voire de sa signification. Elle intervient dans une période de double transition avec d’une part le gouvernement d’autonomie interne, première expérience du pouvoir pour l’élite politique nationale et d’autre part la mise en place du gouvernement de la fédération du Mali. Dans ce contexte où les nouveautés ne manquent pas, les marges de négociation du gouvernement étaient déterminées par l’appréciation subjective de l’autorité ou de la faiblesse de Mamadou Dia face aux revendications des travailleurs et par l’analyse des rapports de forces entre des entités qui avaient pris part, côte à côte, à la lutte contre le colonialisme mais s’opposaient depuis le référendum du 28 septembre 1958. Le conflit se jouait autour de la question de l’équilibre, difficile à trouver, entre les intérêts des salariés et ceux des autres catégories sociales, afin de préserver les opportunités de développement du jeune État. La confrontation entre l’UGTAN et le gouvernement portait enfin sur l’application de la réglementation de la grève et du respect des procédures de conciliation et d’arbitrage. En réalité, depuis le référendum, la rupture était nette entre les alliés d’hier. Les positions étaient inconciliables sur deux questions essentielles : les moyens d’assurer le bien-être des populations notamment les agriculteurs et l’exigence de faire supporter des sacrifices aux travailleurs.

  • 42 Marchés tropicaux, 11 octobre 1958, p. 2500.

28Mamadou Dia analysait en homme politique la radicalisation de l’UGTAN : c’était simplement la transposition au niveau social de l’opposition à la politique du gouvernement et le signe d’une volonté de démontrer le poids des travailleurs comme un instrument de contre-pouvoir, voire un moyen de subversion des nouvelles institutions du pays. Mamadou Dia est d’autant plus conforté dans cette idée qu’il était convaincu que « les grèves de 1959 ne furent pas des grèves comme les autres. Elles n’avaient rien de commun, par exemple, avec les grèves des cheminots de 1947-1948 que le BDS avait vigoureusement soutenues. Par leurs motivations profondes, par leur stratégie, par leur objectif, par leurs implications complexes, elles furent une vaste entreprise de sabotage des structures et des institutions nouvellement mises en place » (Dia, 1985 : 99). Dia avait déjà développé cette analyse dans un discours (4 octobre 1958) en forme d’appel aux syndicalistes « afin qu’ils cessent de jouer sur des doubles mandats corporatifs ou politiques et qu’ils cessent de rêver d’une dictature prolétarienne dans un pays où 80 % de la population est non salariée42 ». Le syndicat était pourtant déterminé à instaurer un rapport de forces susceptible de le conduire à la victoire dans les négociations sur le statut de la fonction publique. Sans doute aveuglée par le nombre considérable de ses militants et sa forte implantation dans les différentes branches professionnelles, l’UGTAN a sous-estimé la fermeté du Président du Conseil et la confrontation finit par tourner à son désavantage. Accusée par le gouvernement d’être un paravent pour une opposition politiquement minoritaire, sa défaite a ouvert la voie à l’éclatement de la centrale. Par la suite, des pressions sont exercées par l’UPS décidée à museler les syndicats. Pour les dirigeants du nouvel État, domestiquer les syndicats, force sociale et politique, devient une question de survie, un enjeu fondamental. Une telle approche est légitimée par les succès électoraux de l’UPS : aux législatives du 22 mars 1959, l’UPS, avec 83 % des suffrages dépasse largement le PRA-Sénégal et le Parti de la Solidarité Sénégalaise. Mamadou Dia s’efforce d’énoncer les raisons du choix des nouvelles autorités du pays :

  • 43 Dia M., « Déclaration d’investiture » faite devant l’Assemblée législative du Sénégal, Dakar, le 4 (...)

« Le Gouvernement avait jugé indispensable de manifester sa volonté résolue d’interdire à l’action syndicale de s’attaquer aux structures vitales du pays, de saper les fondements de notre économie. Une épreuve de force a été engagée. Malgré les campagnes de mensonges et de subversions, la ligne du bon sens a prévalu. L’immense majorité des travailleurs a compris la situation. À partir de ces données, il est possible maintenant d’espérer une vaste reconversion de la lutte syndicale, pour unir toutes les forces du pays et les orienter vers le développement. C’est cette perspective nouvelle qui a permis au Gouvernement, au lendemain des élections, de revenir sur les mesures de rigueur dont le contexte nouveau n’imposait pas le maintien43. »

29L’UPS, parti dominant, décide alors de lancer une nouvelle offensive pour placer les syndicats sous son contrôle. Aussi, décide-t-elle de mettre en place un nouvel état-major syndical, de créer des comités d’entreprises qui regroupent tous les militants UPS travaillant dans la même entreprise ou le même service administratif. Ces nouveaux instruments sont destinés à saper l’influence de l’UGTAN et permettre la reconversion des syndicats.

30Ainsi, à partir de cette période, l’histoire des relations entre le syndicalisme et le pouvoir s’ordonne au Sénégal autour de deux questions majeures : la reconversion et l’intégration. C’est en 1959 que Senghor exprime pour la première fois l’idée d’une intégration du syndicalisme. À ce niveau, il n’est pas encore question de participation mais de coopération avec le parti et les autorités administratives. Pour Léopold Sédar Senghor, « les dirigeants des syndicats ont été victimes d’une déviation à l’occasion du référendum. Il est temps qu’ils se reprennent ; ils ont commencé de se reprendre. Leur rôle n’est pas de se substituer aux politiques, mais, au-delà des revendications professionnelles, d’aider les politiques à mettre en pratique leur programme » (Senghor, 1971, 261). Pour Senghor comme pour Dia, le décalage important entre le niveau de vie des citadins salariés et celui des paysans (90 % de la population) doit être comblé et cela commande que soit relevé le niveau de vie des paysans par des investissements dans l’agriculture. Pour lui, il est entendu qu’à terme, cette mesure bénéficiera aux fonctionnaires et salariés du secteur public mais un tel objectif ne peut être atteint que par un blocage momentané des traitements. Dans l’esprit de Senghor, les syndicats doivent comprendre leur rôle dans la construction nationale, accepter les sacrifices et soutenir le parti au pouvoir (Senghor, 1971 : 262-263). Quant à la reconversion, elle signifie un changement d’orientation, une redéfinition de la stratégie et des méthodes du mouvement syndical. Certes, les syndicats se sont dégagés de la tutelle des centrales métropolitaines mais il leur faut parcourir encore du chemin pour se forger une identité proprement sénégalaise. Du fait du nouvel environnement lié à la victoire de Dia, ils se trouvent engagés dans un processus désormais contrôlé par les dirigeants de l’État indépendant (Diop, 1992 : 485-500) et leur résistance connaît dès lors des fortunes diverses. Néanmoins la flamme de la revendication sociale demeure incandescente malgré les pressions politiques et les formes de récupération de certains leaders syndicaux.

*

  • 44 Voir l’article de Muriel Gomez-Perez sur les relations avec les Réformistes musulmans.
  • 45 Déclaration du Président Dia à l’occasion de la création de l’État sénégalais à Saint-Louis, 25 no (...)

31Finalement, unis contre le colonialisme, les syndicats et les leaders politiques se sont retrouvés confrontés à une gestion conflictuelle des problèmes légués par la métropole à la veille même de l’indépendance. Les différences d’appréciation sur les changements induits par la réforme du système colonial mirent en opposition les acteurs de la décolonisation44. Les rapports entre Mamadou Dia et les syndicats illustrent le drame de la confrontation des alliés d’hier devenus de farouches adversaires du fait des divergences nées du modèle de société à bâtir sur les décombres du système colonial. En effet, le 25 novembre 1958, à l’occasion du vote des députés pour le « Statut d’État autonome du Territoire du Sénégal au sein de la Communauté », il avait solennellement appelé « ouvriers, paysans, fonctionnaires, syndicalistes, intellectuels, militants et responsables de tous les partis politiques [à] faire taire vos minces querelles, d’oublier ce qui vous divise pour faire bloc, vous unir, avec nous et vous mettre au travail45 » Mais les dirigeants des principaux syndicats n’avaient pas adhéré à l’invitation lancée par Mamadou Dia. Depuis cette date, la tension imprégnait les relations entre Mamadou Dia, figure symbole du nouvel État, et les syndicats déterminés à préserver les acquis du statut des travailleurs. L’échec des diverses négociations conduisit à une terrible épreuve de force, révélatrice des enjeux de la refonte de l’appareil administratif hérité du système colonial.

32Ce problème fut commun à tous les pays d’Afrique francophone indépendants, confrontés à la question de la nécessaire réforme des divers statuts des travailleurs sur la base des ressources financières locales et dans un esprit qui, dans l’optique des nouveaux gouvernants à l’image de Mamadou Dia, devait préserver les équilibres entre les différentes catégories socio-professionnelles. Mais force est de constater que, dans la majorité des cas, le discours nationaliste invitant au sacrifice, à la renonciation des revendications et à la négociation avec les gouvernants, n’a pas rencontré d’écho favorable. La confrontation a conduit à des formes variées de mise sous tutelle des syndicats par les nouveaux États qui, durant les premières années des indépendances, sous le couvert de l’invitation à la construction nationale, se sont engagés, dans la majorité des cas de façon autoritaire, à capter l’énergie des acteurs syndicaux et ainsi à contrôler leur potentiel de subversion sociale. Difficile pari dont les révoltes des années 1968 ont montré de diverses manières la limite, voire l’échec.

Bibliographie

ANNEXE II. Bibliographie

Benoist (de) Roger Joseph, La balkanisation de l’Afrique-Occidentale française, Dakar, Les Nouvelles éditions africaines, 1979.

Benoist (de) Roger Joseph, L’Afrique-Occidentale française de 1944 à 1960, Dakar, Les Nouvelles éditions africaines, 1982.

Benoist (de) Roger Joseph, Le désapparentement et ses lendemains in RDA. Actes du colloque international sur l’histoire du RDA, Yamoussoukro du 18 au 26 octobre 1986, T1-Communications, CEDA, Le Plessis-Robinson, 1987.

Bovy Lambert, La nature du mouvement syndical ouest africain d’expression française, Bruxelles, Académie royale des sciences d’outre-mer-Classe des sciences morales et politiques – noxxxv-2, 1967.

Cooper Frederick, Décolonisation et travail en Afrique. L’Afrique britannique et française 1935-1960, Paris-Amsterdam, Karthala-Sephis, 2004.

Dia Mamadou, Mémoires d’un militant du tiers monde, Paris, Publisud, 1985.

Diallo Kalidou, « Le mouvement syndical – Crises et recomposition », inDiop M. C. et Coumba Momar (éd.), La société sénégalaise entre le local et le global, Paris, Karthala, 2002.

Diop Babacar Buuba, « Les syndicats, l’État et les partis politiques », in Diop Momar Coumba (éd.) Trajectoire d’un État, Dakar, CODESRIA, 1992.

Hesseling Gerti, Histoire politique du Sénégal : institutions, droit et société, Paris, Karthala, 1985.

Martins Georges, « Le syndicalisme en Afrique occidentale d’expression française de 1945 à 1960 », in Le Mois en Afrique, no 182-183.

Ndao El Hadji Ibrahima, Sénégal : Histoire des conquêtes démocratiques, Dakar, Les Nouvelles Éditions africaines du Sénégal, 2003.

Seck Oumar, La grève de la fonction publique de janvier 1959 au Sénégal, Dakar, Dossier pédagogique et documentaire, École normale supérieure, année académique 2001-2002, p. 15.

Senghor Léopold Sédar, « Nation et Socialisme, Rapport sur la doctrine et le programme du Parti », Congrès constitutif du Parti de la Fédération africaine, Dakar, 1er juillet 1959, in L. S. Senghor, Liberté II : Nation et voie africaine du socialisme, Paris, Le Seuil, 1971, p. 261.

Annexes

ANNEXE I. Sigles des principaux syndicats et partis politiques

BPS

Bloc populaire sénégalais.

CASL/FC

Confédération africaine des syndicats libres/Force ouvrière.

CGTA

Confédération générale des travailleurs africains.

CGT

Confédération générale du travail.

CATC

Confédération africaine des travailleurs croyants.

FASCA/AFOF

Fédération autonome des syndicats des cheminots africains d’AOF.

FEANF

Fédération des étudiants d’Afrique noire française.

PDG/RDA

Parti démocratique de Guinée/Rassemblement démocratique africain.

PRA

Parti du regroupement africain.

PSAS

Parti sénégalais d’action sociale.

RDA

Rassemblement démocratique africain.

UGEAO

Union générale des étudiants d’Afrique occidentale.

UGTAN

Union générale des travailleurs d’Afrique noire.

UPS

Union progressiste sénégalaise.

Notes

1 Je tiens à remercier le Centre international de recherche « Work and Human Life Cycle in Global History » de l’université Humboldt de Berlin et son directeur, Andreas Eckert, pour les conditions de travail offertes qui ont permis la finalisation de cet article.

2 Quand nous parlons de l’actuelle République du Mali, nous employons le terme « Soudan » ou la « République du Mali ». Concernant la Fédération du Mali, en revanche, nous parlons de la Fédération du Mali (terme employé dans les sources) ou de la Fédération malienne.

3 Le 18 octobre 1950, Houphouët-Boigny avait annoncé le désapparentement des députés du RDA du groupe parlementaire du PCF pour ainsi tenter de mettre un terme à l’ostracisme de l’administration de l’AOF trop portée à assimiler le RDA au communisme et à le considérer comme un instrument utilisé dans les colonies par le PCF qui évolue dans l’opposition depuis le 4 mai 1947. Cette mesure politique trouve son prolongement au plan syndical cinq ans plus tard avec la décision du comité de coordination de pousser les syndicats à la rupture avec la CGT (De Benoist, 1987 : 402).

4 Ainsi des services locaux vont cohabiter avec les services d’État correspondant aux fonctions de souveraineté de la France qui garde sous son autorité la politique étrangère, la défense, la justice, la politique économique et financière, la monnaie, les transports et les communications et l’enseignement supérieur.

5 ANS Dossier documentaire Mamadou Dia, « Bilan et Perspectives – Exposé de M. Mamadou Dia, vice-président du Conseil du Gouvernement du Sénégal devant l’Assemblée territoriale, le 17 décembre 1957 ».

6 Ibidem.

7 Une chronique parue dans le journal Marchés tropicaux fait remarquer qu’un des « drames de l’Afrique tient au fait que ses élites, en proie à l’attrait des honneurs et des indemnités, s’attachent aux fonctions conférées par l’activité politique et à l’appel des assemblées tant au niveau syndical, municipal que parlementaire. Une des conséquences majeures est le délaissement des postes techniques au profit des postes politiques plus valorisés au niveau de l’échelle de la hiérarchie sociale ». Voir « L’Afrique face aux réalités », Marchés tropicaux, no 645, 2 mars 1958, p. 713.

8 Cette idée est fort ancienne. Déjà en 1939, il y avait, en AOF, 22 000 fonctionnaires absorbant 40 % du budget. En 1952, soit 13 ans plus tard, le corps des fonctionnaires avait vu son effectif doubler avec 45 000 agents absorbant 63 % du budget de fonctionnement de l’administration. Cet accroissement rapide des effectifs de fonctionnaires était largement justifié selon le Haut-Commissaire Bernard Cornut Gentille (20 octobre 1952, Grand Conseil de l’Union française) : « Notre administration est en pleine crise de croissance. Il y a, à la fois, trop et pas assez de fonctionnaires, et ceux-ci sont, en même temps, spécialement à certains échelons, trop payés en un sens – celui de la faiblesse de nos ressources – et pas assez dans un autre – celui de leurs aspirations » (De Benoist, 1982 : 171).

9 Archives nationales du Sénégal (ANS) 18 G 268 (165) – Réforme de la Fonction publique 1955-1956 – Note sur la territorialisation de la Fonction publique, p. 2.

10 Appréciant l’évolution intervenue sur le plan social en AOF, un haut responsable du gouvernement fédéral avait exprimé, en 1955, dans un mémorandum portant sur le problème de la Fonction publique en AOF, sa déception en relevant que « depuis quatre ans, les pouvoirs publics sont toujours pris de court par les mouvements revendicatifs. Dans la course engagée entre les revendications et les réformes, l’autorité est jusqu’ici perdante. En AOF, la démocratie est encore trop neuve pour que les conquêtes sociales ne soient pas des défaites de l’administration française ». ANS 18G268 (165) – Réforme de la Fonction publique 1955-1956 – Note sur la territorialisation de la Fonction publique, p. 3.

11 ANS 18G268 (165) – Réforme de la Fonction publique 1955-1956 – Note sur la territorialisation de la Fonction publique, p. 4.

12 Idem, p. 2.

13 On note que les premiers jours de la grève n’ont enregistré aucun incident mais à partir du 9 août 1957, plusieurs bagarres éclatent entre piquets de grève et non grévistes entraînant des blessés légers et occasionnant l’intervention de la police. Voir Marchés tropicaux, 17 août 1957.

14 L’Unisyndi (Union intersyndicale d’entreprises et d’industries) est l’une des deux organisations syndicales patronales à caractère fédéral (à l’échelle de l’AOF). Elle regroupe les chefs des entreprises et sociétés à caractère industriel. La deuxième organisation patronale, le Syndicat des commerçants importateurs et exportateurs de l’Ouest africain (SCIMPEX) est liée à une structure métropolitaine et, de ce fait, dispose de marges de négociation plus restreintes dans les cas de conflits sociaux.

15 Marché tropicaux, 10 août 1957, p. 11.

16 Marchés tropicaux, 17 août 1957, p. 11.

17 Idem.

18 ANS 2G57/36 – Inspection générale du travail et des lois sociales de l’Afrique-Occidentale française – Inspection territoriale du travail et des lois sociales du Sénégal – Rapport annuel 1957, p. 95.

19 « Les conflits sociaux au Sénégal », Marchés tropicaux, 26 août 1957, p. 2129.

20 Marchés tropicaux, 17 août 1957, p. 2128.

21 Marchés tropicaux, 21 septembre 1957, p. 2258.

22 ANS 2G57/36 – Inspection générale du travail et des lois sociales de l’Afrique-Occidentale française – Inspection territoriale du travail et des lois sociales du Sénégal – Rapport annuel 1957, p. 96.

23 Marchés tropicaux du 26 juillet 1958, p. 1816.

24 ANS K421 (165) – UGTAN – Conférence des 13, 14 et 15 janvier 1958.

25 Marchés tropicaux, 22 février 1958, p. 543 et 15 mars 1958, p. 690.

26 Marchés tropicaux du 15 mars 1958, p. 691.

27 ANS – Fonds Vice-présidence no 355 – UGTAN, activités congrès et résolutions.

28 Idem.

29 Mamadou Dia hésite un temps avant de se laisser convaincre de voter « oui » par L. Sédar Senghor.

30 Ibrahima Sarr est confirmé au poste de ministre de la Fonction publique par l’Assemblée territoriale le 23 décembre 1958 en remplacement de Latyr Camara qui avait démissionné le 22 septembre 1958 suite aux divergences survenues sur la question du référendum. Les syndicalistes se relaient à ce poste sensible du fait de la tension sociale et des difficiles relations entre le gouvernement et les syndicats, en particulier l’UGTAN.

31 Marchés tropicaux, 10 janvier 1959, p. 176

32 Marchés tropicaux, 3 janvier 1959, p. 30.

33 Idem.

34 ANS – Fonds vice-présidence no 292 6, ministère de la Fonction publique, grève des travailleurs de l’UGTAN et de la CASL/FO, réintégration du personnel licencié, textes de communiqués, correspondances, 1958-1959.

35 Idem.

36 Anonyme « L’AOF face aux réalités », in Marchés tropicaux, no 645, 22 mars 1958, p. 712.

37 Entretien avec Alioune Cissé alors secrétaire général du syndicat des PTT et responsable de l’UGTAN, août 1994 – Atelier d’Histoire orale – FASTEF.

38 Anonyme : « Les mesures de fermeté doivent mettre un terme à une agitation sociale à motifs politiques », in Marchés tropicaux, 10 janvier 1959, p. 176.

39 Pour le détail des péripéties de cette grève, l’étude d’Oumar Seck est une bonne référence. Voir O. Seck, op. cit., 2001-2002, p. 1-15.

40 Marchés tropicaux, 24 janvier 1959, p. 305.

41 Idem.

42 Marchés tropicaux, 11 octobre 1958, p. 2500.

43 Dia M., « Déclaration d’investiture » faite devant l’Assemblée législative du Sénégal, Dakar, le 4 avril 1959, Dakar matin, 5 avril 1959.

44 Voir l’article de Muriel Gomez-Perez sur les relations avec les Réformistes musulmans.

45 Déclaration du Président Dia à l’occasion de la création de l’État sénégalais à Saint-Louis, 25 novembre 1958, ANS, Dossier Mamadou Dia.

Auteur

Professeur, Histoire, FASTEF-université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540