Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Introduction générale

Odile Goerg, Jean-Luc Martineau et Didier Nativel

Texte intégral

  • 1 Célèbre roman d’Ahmadou Kourouma publié en 1968 par les Presses de l’université de Montréal puis e (...)
  • 2 Cet ouvrage est issu d’un colloque international organisé en décembre 2010 par le groupe Afrique O (...)

1La proclamation de l’indépendance du Ghana en mars 1957 inaugure l’ère des « soleils des indépendances1 » en Afrique subsaharienne ; elle est suivie par celle de la Guinée française l’année suivante. Pourtant, c’est en 1960 que la majorité des pays africains devinrent souverains : du Congo au Nigeria, du Togo à la Somalie en passant par Madagascar. D’autres pays ne sortirent que plus tard de l’ère coloniale : les territoires sous contrôle portugais, le Zimbabwe ou la Namibie (voir les cartes p. 30 et la chronologie indicative, p. 33). Les indépendances des années 1960 ouvrent tous les possibles : années de promesses et d’optimisme mais aussi années de tensions, d’ambiguïtés et de complexités, années porteuses de conflits à venir. Pour de nombreux pays du continent, 2010 a été une année d’importantes commémorations et célébrations autant en Afrique même qu’en dehors du continent, en particulier en France2. C’était donc l’occasion pour les chercheurs en sciences sociales et humaines de faire un retour sur l’événement non seulement pour analyser ce qu’il fut et comment il fut perçu en 1960, mais aussi pour prendre la mesure de l’impact des commémorations ultérieures de la proclamation de la souveraineté.

  • 3 Voir notamment l’ouvrage de Jean-Pierre Chrétien et Jean-Louis Triaud (1999). Leur contribution éc (...)

2Il convient tout d’abord de distinguer la célébration de l’indépendance elle-même en 1958-1960 de ces commémorations. Les premières sont caractérisées par plusieurs journées de fête, parfois décalées par rapport à la proclamation juridique de la souveraineté. Dès 1960, en l’absence de consensus, ces célébrations officielles peuvent rivaliser avec des festivités concurrentes. Ainsi l’anniversaire des premières Républiques, membres de la Communauté française de 1958, se révèle, au fil des articles, plus important dans le souvenir des colonisés que ne le laissaient penser les travaux de recherches jusqu’à présent. Les secondes, qui jalonnent les cinq décennies suivantes, sont également objets de débats à propos de la date choisie, du contenu ou des lieux de commémoration. Le terme « célébration » renvoie généralement aux fêtes de 1960, associées à la proclamation même de l’indépendance mais il peut aussi désigner des manifestations de joie associées aux anniversaires successifs : son sens n’est donc pas strictement limité à la fête fondatrice. À travers célébrations et commémorations, cet ouvrage veut saisir le jeu des acteurs dans toute sa complexité et la polysémie des fêtes. Il souhaite interroger la date de 1960, fruit du contexte international et de la conjoncture politique à court terme. 1960 s’est ensuite chargée de mémoires et de significations dont certaines étaient enracinées dans les passés des nouveaux États. Enfin cet ouvrage donne à plusieurs chercheurs l’occasion de faire état d’un renouvellement des sources, d’une relecture de documents connus et d’une contribution au champ de recherche sur le fait mémoriel et patrimonial3.

Commémorations et célébrations : la complexité des acteurs et des lieux

  • 4 Le gouvernement français chargea Jacques Toubon d’une mission du « Cinquantenaire des indépendance (...)

31960, année pivot et apogée d’un processus entamé dès le début de la colonisation, sert d’année-symbole des indépendances africaines. Son cinquantenaire a focalisé l’attention aussi bien des chercheurs que des dirigeants, des medias et, quoique tardivement souvent, des peuples, juxtaposant, mais aussi mêlant parfois, l’histoire à la mémoire. 1960, érigée en année fondatrice, recouvre des sens variés et parfois contradictoires. La diversité des commémorations et des festivités en témoignait en 2010. Les unes proposaient de tirer le bilan des décennies écoulées au regard des espérances dont était porteuse l’indépendance ; les autres envisageaient des projets d’avenir pour le XXIe siècle à partir d’une réflexion sur le chemin parcouru ; certaines se hasardaient à un hommage historique aux « pères fondateurs », parfois oubliés voire écartés, sans entrer dans le détail des épisodes postérieurs à 1960 ; d’autres enfin se limitaient à une autocélébration des régimes en place (H. Pokam ; C. Lentz). La diversité des stratégies de célébration renvoie à la pluralité des initiateurs des manifestations, privés ou publics : pouvoirs politiques locaux ou nationaux, universitaires, organismes publics, associations… À cela s’ajoute l’apport des musées, bibliothèques nationales, archives nationales et universités ou celui de professionnels de l’évènementiel mandatés pour la mise en œuvre des festivités. Dans plusieurs cas, la réalisation d’un affichage commémoratif public fut laissée à des agences de marketing ou à des artistes qui, par ignorance des enjeux de l’Histoire, produisirent une image confuse et parfois incohérente du passé. La recherche esthétique (les affiches du Cinquantenaire ivoirien), le caractère aléatoire du choix d’une mascotte (l’écureuil du Bénin) et les formules lénifiantes parce qu’exagérément consensuelles minimisent la portée de l’événement tant le message est dilué. Cette mobilisation sans précédent autour du cinquantenaire de 1960 fut visible en Afrique bien sûr, mais aussi en Europe, notamment en France au nom d’une « histoire commune », notion qui a semblé à beaucoup fort ambiguë4.

  • 5 Projet Africa@50/50 Jahre Unabhängigkeit in Afrika (http://www.ifeas.uni-mainz.de/50_Jahr). Il don (...)
  • 6 Ce projet fut lancé par Jean-Luc Martineau, alors directeur de l’antenne de l’IFRA à Ibadan.
  • 7 En particulier, grâce à Emmanuelle Esnault à Ibadan en juillet 2010 et à Emmanuel Eymard à Port-Ha (...)

4De nombreuses universités, africaines ou étrangères, organisèrent des conférences ou menèrent des programmes de recherche. En prévision des commémorations de 2010, l’université Johannes Gutenberg de Mayence mit par exemple sur pied un vaste programme d’analyse des manifestations officielles, sous la direction de Carola Lentz5 (voir infra 3e partie). L’Institut Français de Recherches en Afrique (IFRA) d’Ibadan, en partenariat avec l’Institute of African Studies de l’université d’Ibadan et en conjonction avec le projet de colloque international de l’université Denis Diderot-Paris 7, lança en 2009 un appel à contributions sur l’expérience de l’indépendance au Nigeria en 1960 sans rencontrer beaucoup d’écho auprès de la communauté universitaire locale6. Comme pour l’ensemble de la population nigériane, le jubilé du Cinquantenaire n’intéressait pas ou, en tout cas, ne faisait pas encore l’objet de préparatifs actifs. En revanche, fin 2010 et en 2011, l’exposition de photographies, légendées par des universitaires nigérians et consacrée aux célébrations de 1960, remporta un vif succès dans les grandes villes où elle fut proposée avec le concours dynamique des Alliances françaises7.

  • 8 http://www.fondationzinsou.org/FondationZinsou/FZIndependance.html.

5Au Bénin, l’initiative la plus marquante en termes de célébration du passé revient à la Fondation Zinsou, surtout connue en matière de promotion de l’art contemporain. Dès 2008, elle confia à sa conservatrice suisse Anna Caldeira la mise en œuvre d’un programme de collecte de témoignages d’acteurs, jeunes et moins jeunes, de l’indépendance du Dahomey. Les entretiens filmés furent ensuite utilisés pour structurer une riche exposition installée en mai-septembre 2010 dans des containers rouges sur le parvis du Stade de l’Amitié de Cotonou où elle reçut la visite d’un public scolaire nombreux mais aussi de familles. Elle proposait un mélange de textes, photographies et extraits de films (INA ou entretiens conduits par la Fondation), centré sur la marche vers l’indépendance entre 1945 et 1960. Elle accordait une large part à l’introspection d’acteurs, pour certains octogénaires (anciens lycéens ou étudiants militants, ministres de l’époque, enseignants ou journalistes) qui rendaient compte autant de leur enthousiasme du moment que du scepticisme qui s’était emparé d’eux au fil des années. Un site Internet conserve la trace de ce travail considérable8.

  • 9 Dès 2008, la radio-télévision malienne diffusa un reportage sur les femmes ayant participé à l’ind (...)

6Par ailleurs, de nombreuses publications, des films ou des émissions radiophoniques visant des publics diversifiés ponctuèrent, voire précédèrent, l’année 2010 sur le thème du Cinquantenaire9. C’est l’occasion par exemple pour certains ministères de commander des livres-hommages. Ainsi, au Bénin, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche confia au professeur d’histoire contemporaine, Pierre G. Metinhoué, la rédaction d’un bilan de L’enseignement supérieur au Dahomey et au Bénin 1960-2010, tandis que le ministère des Affaires étrangères sollicita le même universitaire pour une synthèse sur la participation de son pays aux négociations et traités internationaux depuis 1960. Dans d’autres pays, par exemple au Sénégal ou au Togo, la collaboration entre universitaires et gouvernements ne fut, en revanche, pas toujours aisée, entre autres choses parce que l’analyse du processus conduisant aux indépendances ne fait pas consensus ou que la commémoration faisait alors l’objet de récupérations politiques trop évidentes pour que des esprits indépendants s’en accommodent. Plusieurs questions demeurent en effet. Quelles furent les forces motrices de la décolonisation ? De quand peut-on dater le début du processus ? Quelles catégories sociales, groupes d’intérêt ou régions tirèrent profit de l’indépendance politique ? Quel bilan politique et économique les Africains tirent-ils de cet acte fondateur dans un contexte d’incertitudes ?

  • 10 Voir l’article précurseur d’Hélène d’Almeida-Topor, « La ville magnifiée : les fêtes de l’Indépend (...)

7Les indépendances en Afrique. L’événement et ses mémoires 1957/1960-2010 participe de cet ensemble de réflexions et de manifestations scientifiques. Le livre adopte une approche particulière en s’intéressant aux aspects, peu connus, du moment précis des indépendances. Comment fut vécu l’avènement de la souveraineté ? Comment ce bouleversement politique fut-il préparé durant les quelques années qui l’ont immédiatement précédé ? L’ouvrage met l’accent sur le caractère pluriel des mémoires portant sur l’indépendance comme nous y invite tout un renouvellement des approches centrées sur la perception et les usages du temps depuis une vingtaine d’années (Baussant, 2007 ; Joutard, 2011 ; Hartog, 2003). Quelle atmosphère régnait dans les pays en devenir aussi bien dans les capitales que dans les plus petits villages, dans les fêtes de quartier que dans les tribunes officielles10 ? La variable géographique est en effet fondamentale. L’essentiel des cérémonies se déroulait dans les capitales nationales ou régionales et les villageois, bien souvent, ne percevaient que l’écho lointain des festivités urbaines à une époque où seule la radio, d’ailleurs encore rare, faisait circuler les nouvelles et partager les émotions. Sauf à être envoyés en ville en délégation, précisément pour représenter les campagnes, ces ruraux ne participèrent guère à l’événement « indépendance ». Autant que celle des lieux, la diversité des acteurs et la complexité de leur positionnement est au cœur des interrogations. La focalisation sur le vécu des acteurs sociaux conduit à saisir les réactions immédiates, jamais anodines, face à ce qui surgit, surprend ou rassure. C’est un précieux instantané à contextualiser. Ces réactions sont déterminées par le capital socio-culturel constitué autour d’une personnalité, d’un ancrage social et spatial, d’outils d’interprétation du monde et qui débouchent sur des horizons d’attente à identifier (Koselleck, 1997 : 208).

  • 11 Invité à Yaoundé, le diplomate malgache Louis Rakotomalala ne cache pas le trouble que lui procure (...)

8Comment l’accession à l’indépendance, fêtée par ceux qui allaient parvenir au pouvoir, en tant qu’élites dirigeantes ou membres des partis dominants, fut-elle perçue et exprimée par les « vaincus », individus ou collectivités écartés et politiquement marginalisés ? Et que dire de ceux qui avaient combattu l’indépendance par peur des recompositions politiques, liées aux équilibres démographiques et régionaux, qui menaçaient leurs positions comme à l’île Maurice (J. Chilin) ou au Nigeria (M. Torrent) ? Ou encore de ceux qui prirent les armes contre une indépendance selon eux octroyée qui trahissait des idéaux nationalistes, comme dans le cas de l’UPC (Union des populations du Cameroun) qui troubla ou empêcha les festivités du 1er janvier 1960 dans plusieurs localités (D. Abwa ; H. Pokam). Cette « dramatisation du refus » (Balandier, 1980 : 176) reste plus modérée ailleurs et n’empêche pas les nouveaux pouvoirs de donner le change aux yeux du monde11.

  • 12 Ch. D. Gondola-Ebonga, « Ata ndele… et l’indépendance vint : musique, jeunes et contestation polit (...)
  • 13 B. H. Rosenwein, Emotional Communities in Early Middle Ages, Ithaca, Cornell University Press, 200 (...)

9Dans ces conditions, aborder les indépendances sur le vif implique d’avoir à l’esprit toute la gamme possible des affects : enthousiasme, indifférence, regards critiques, rejet, peur. Le sens des festivités n’était pas le même pour tous. Ce que ressentait la majorité des habitants pouvait être fortement démenti par une minorité. Les mêmes témoins ont pu, du reste, passer d’un sentiment à l’autre, suivant les visages que présentait, dans son déroulement, l’indépendance. La liesse a bien entendu existé, fréquemment accompagnée de sonorités nourries des cultures urbaines hybrides des années 1940-1960, comme en témoigne le titre mythique « Indépendance Cha Cha » chanté par le congolais Joseph Kabasele12. L’indépendance n’a pas créé la nation sur la base de la « fraternité imaginée » des nationalistes (Anderson, 2000 : 204) mais suscité d’éphémères ou de plus durables « communautés d’émotion13 » fondées sur la joie suscitée par le départ du colonisateur. Un poème de l’Ivoirien Bernard Dadié a capté la dimension quasi tellurique de scènes qui ont dû se dérouler un peu partout : « Nous avons dansé, dansé, dansé “jusqu’à fatigué” » et d’ajouter :

  • 14 « Nous avons dansé », in Bernard Dadié, Hommes de tous les continents, Paris, Présence africaine, (...)

« Secoué nos misères pour faire briller nos rêves,
Frappé le sol de toutes nos forces,
Pour en faire jaillir les flots de chansons14. »

1960, un symbole ouvert ?

  • 15 Il ne faut pas négliger non plus l’effet commémoratif auquel ne peut échapper l’historien sollicit (...)

10Avant d’aller plus loin, arrêtons-nous sur la date elle-même. En choisissant de réfléchir spécifiquement à l’année 1960, l’historien ne crée-t-il pas l’événement en l’érigeant en lieu de mémoire obligé15 ? La démarche interrogeant le vécu des indépendances repose sur un a priori : 1960, année de l’indépendance formelle, du drapeau et de l’hymne serait l’année marquante pour les « décolonisés ». Les enquêtes montrent au contraire la complexité du rapport à cette année phare mais aussi l’existence de dates concurrentes. En effet, selon les recherches publiées dans ce volume, la mémoire individuelle retient souvent d’autres événements, antérieurs ou postérieurs, et d’autres festivités. Ainsi à Kaduna (nord Nigeria), la célébration, en 1959, des cérémonies d’accession à l’autonomie interne (longtemps rejetée par les émirs et une classe politique conservatrice) l’emporte sur les festivités de 1960 dans les souvenirs et les archives photographiques. Au Nigeria toujours, mais dans le sud-ouest cette fois, les souvenirs des anniversaires du self-government (instauré le 15 novembre 1957) et donc du renforcement du pouvoir du parti régionaliste Action Group aux commandes, le dispute à ceux de la venue de la princesse Alexandra pour les cérémonies d’indépendance de 1960. À la décharge des témoins, il faut bien reconnaître que les modalités d’organisation de ces célébrations sont singulièrement semblables d’un événement à l’autre. Au Cameroun, sous tutelle onusienne, plusieurs étapes furent nécessaires avant la naissance de la République fédérale du Cameroun du fait de la complexité des processus électoraux et référendaires qui s’étalent entre 1958 et 1962 (D. Abwa et M. Torrent). En 1959, l’inauguration de la statue du Dr E. Jamot à Yaoundé participe à la construction de l’illusion d’un consensus franco-camerounais qui gommerait les conflits autour des modalités de l’indépendance (G. Lachenal) tout en affirmant une continuité certaine entre l’époque coloniale et le futur national. D’où le choix, dans ces conditions, du 1er janvier 1960, date de l’indépendance du Cameroun français, comme moment fondateur de la nation camerounaise. Ceci n’exclut pas bien sûr la persistance de débats et explique que les commémorations nationales soient investies au fil des années de sens variés selon les acteurs (H. Pokam). Plus au nord, l’éclatement de la fédération du Mali (constituée du Sénégal et du Soudan français) dès août 1960 fut porteur de tensions. Le Sénégal s’approprie alors la date du 4 avril (1959), date de la signature du transfert des pouvoirs à la Fédération, comme fête nationale, tandis que le Mali opte pour le 22 septembre (S. Baller).

11Il faut ajouter que les groupes sociaux ou politiques étudiés appréhendent différemment 1960 selon le sens que l’événement prit pour eux. Parfois, ils sont de simples observateurs comme les Suisses au Nigeria (S. Page) ou cultivent une distance délibérée comme les religieuses burkinabé (K. Langewiesche) ; au contraire, d’autres sont très impliqués car farouches nationalistes mais déjà sceptiques sur ce que leur réserve l’indépendance en terme social ; c’est le cas des syndicalistes sénégalais confrontés au pragmatisme économique du gouvernement de Mamadou Dia (B. Fall). Enfin, des groupes minoritaires attendaient sans illusion, voire avec appréhension, l’indépendance. Ainsi, bien plus que l’indépendance, le référendum de 1958 et l’éclatement de la fédération du Mali sont les moments-clés qui charpentent la mémoire de réformistes musulmans sénégalais. Désormais, l’éloignement du rêve panafricaniste et la « caporalisation de la vie musulmane » marginalisent certaines formations associatives, comme l’Union culturelle musulmane et l’Association musulmane des étudiants d’Afrique noire, réduites au rôle d’un groupe de pression, aux marges de manœuvre plus que limitées, face aux partis dominants (M. Gomez-Perez). De même, les partisans du Deutsch-Togo-Bund au Togo prônaient une voie singulière si irréaliste, tant elle était décalée par rapport à l’attente générale, qu’ils ne pouvaient qu’être marginalisés (K. Kouzan).

12Au-delà de l’émergence d’autres dates avoisinant et troublant la mémoire de 1960, les contributions soulignent également le télescopage des souvenirs : ainsi l’abolition du travail forcé en AOF (1946) peut se trouver reportée sur l’accession à l’indépendance (K. Heitz). Inversement, pour une religieuse de Haute-Volta (Burkina Faso) peu encline à s’intéresser au politique, c’est la consécration de Paul Zoungrana comme premier archevêque burkinabé qui l’emporte dans ses souvenirs de 1960 et non le jour de la proclamation de la souveraineté (K. Langewiesche). Au Niger, l’anniversaire de l’avènement de la République (18 décembre 1958) dans le cadre de la Communauté française est célébré dès 1959, c’est-à-dire avant même l’indépendance le 3 août 1960 (J. Bondaz). Les dates des indépendances, concentrées début août, avaient été choisies de façon à permettre à Houphouët-Boigny, ministre conseiller du Général de Gaulle, de faire la tournée des pays d’Afrique-Occidentale française qui se rangeaient sous la bannière du Conseil de l’Entente : Dahomey, 1er août, Niger, 3 août, Haute-Volta, 5 août et finalement 7 août en Côte d’Ivoire. En dépit de la concentration des célébrations en août 1960, tant pour l’AOF que pour l’Afrique Équatoriale Française, l’année 1960 doit donc être entendue dans cet ouvrage de manière large, non comme une année stricto sensu mais comme un moment long, celui de l’indépendance formelle et de ses prolongements.

Sources renouvelées ou regards nouveaux ?

13Les recherches sur le vécu des indépendances autour de 1960 et leur célébration ont conduit à s’interroger sur les sources de cette histoire et sur leur renouvellement. Dès lors que l’on renonçait à n’appréhender l’événement que par le prisme des négociations ministérielles et des rapports de force entre partis politiques africains et pouvoirs métropolitains, il fallait chercher de nouvelles sources qui rendent compte de publics variés, masses ou groupes sociaux spécifiques, et de sentiments parfois plus difficiles à saisir parce que ruraux, pauvres, marginaux ou simplement ignorés. Un des effets de ces recherches fut donc d’exhumer de nouveaux documents, de découvrir de nouveaux témoignages ou de revisiter des archives déjà dépouillées. De contribution en contribution, une vision micro-politique du moment de l’indépendance et de ses prémices vient nuancer le regard porté habituellement sur le succès d’une nation unie tout entière contre son colonisateur. Grâce à des sources reconsidérées ou inédites, la « nation » monolithique et victorieuse laisse percer ses minorités, ses vaincus et ses sceptiques. Que l’émancipation de l’Afrique ait été un combat et non une concession des colons n’en apparaît que plus clairement. Pourquoi la perspective de 1960 aurait-elle suscité à ce point militantismes, conflits internes, peurs ou manifestations d’enthousiasme chez les colonisés ? Sinon parce que les acteurs africains du processus, dans leur diversité sociale et politique, idéalistes, cyniques ou pragmatiques, ambitionnaient d’imprimer leur marque propre au cours de choses. De facto, la diversité des sources (chansons, caricatures, témoignages, photographies, archives privées…) qui révèlent la complexité des attentes témoigne de cette lutte protéiforme. Toutefois, le chercheur reste confronté aux aléas non seulement de la production privée et publique de documents mais aussi à ceux de leur conservation, voire de leur destruction délibérée ou non (actes de guerre, perquisitions de police, persécutions politiques, vol, incendie…).

  • 16 L’association Cinémémoires pose les mêmes questions à propos des films amateurs dont la pratique c (...)
  • 17 Entretiens avec Dossa Z. Cosme, Porto-Novo, juin-juillet 2010.
  • 18 Ce dernier monte son studio après avoir racheté du matériel à un Français sur le départ. Voir Dolc (...)
  • 19 De nombreux albums de J. D. Okhai Ojeikere (1930-) restent inaccessibles au public. Il n’est connu (...)

14Certaines contributions recourent à de nouveaux supports, en particulier visuels (A. Gallois). La photographie est, depuis longtemps maintenant, une des sources reconnues de l’historien. Exploitée ici pour cerner des réactions individuelles et collectives, elle offre plusieurs avantages si elle est convenablement légendée. Elle renseigne sur ce qu’elle montre mais aussi sur le choix de l’instant fixé et ses mobiles possibles16. Ainsi, pour être pleinement significatif, le cliché et le film d’un amateur nécessitent une mise en perspective par rapport à l’ensemble de la production du témoin pour évaluer, par exemple, ce qui est resté hors champ. Quant à la photographie de studio, plus répandue à l’époque qui nous intéresse car moins onéreuse, elle témoigne des moments que les familles ou les individus ont souhaité immortaliser. Si l’on en croit le témoignage d’un photographe porto-novien17, la fête de l’indépendance du Dahomey n’a pas rempli les studios. Le même constat peut être dressé pour Madagascar. Les célébrations politiques ne conduisent pas les familles chez le photographe contrairement aux remises de diplôme ou aux mariages. En revanche, ces photographies, quand elles subsistent dans les familles, renseignent sur l’air du temps : le héros du cliché s’entoure souvent d’objets significatifs (tourne-disques, livres) ou choisit de revêtir un habit particulier (costume occidental ou vêtement confectionné à partir d’un pagne) qui nous renseignent sur les référents culturels de l’époque. Parfois, en marge de son activité commerciale, un photographe de studio peut s’intéresser au monde qui l’entoure et livrer des séries de clichés thématiques sur l’année 1960. Ce fut le cas de Malick Sidibé au Mali18 ou, au Nigeria, d’un J.D.O. Ojeikere19 qui tous les dimanches arpentait le campus universitaire d’Ibadan où il immortalisait étudiantes et étudiants endimanchés, posant à côté de leur TSF, à leur bureau, à la sortie de l’église ou entre amis sur les pelouses. Dans ces séries, le désir de modernité de ce petit groupe social est mis en scène. Les photographes de cette envergure sont rares ; au Nigeria, par exemple, leur production reste inaccessible pour de raisons multiples (en ce qui concerne Peter Obi) ou a été détruite (pour l’œuvre de K. J. Philips).

15L’objectif des auteurs de ce livre ayant été de saisir le vécu de ces journées de fête par les Africains, il était cohérent que, dans cette quête d’images, le premier mouvement des chercheurs ait été de se tourner vers les familles dont les membres non seulement pouvaient raconter leur souvenir mais encore documenter cette journée. Or, au Nigeria comme au Dahomey-Bénin ou à Madagascar, les témoins partagent largement le même constat : il leur a été difficile de conserver les photographies privées. Force a donc été de se tourner vers les institutions officielles productrices d’images. Mais ce caractère officiel ne signifie pas que les clichés ne permettent pas de saisir une vision de l’événement qui soit personnelle et subjective. Le photographe même mandaté par un ministère africain de l’information ou de la recherche, une agence associative ou un organe de presse local ne produira pas le même cliché ou le même film que son confrère de l’AFP ou de la BBC. Son cahier des charges n’occulte jamais complètement le regard du photographe ou du cinéaste qui livre bien une vision personnelle de l’événement. La difficulté de saisir l’événement par le prisme d’archives familiales vaut non seulement pour les traces photographiques mais aussi pour tous les autres supports. Parmi les sources inédites figurent les textes de chansons populaires (D.O. Esizimetor). Toutefois comme le montre à nouveau l’exemple du Nigeria, l’absence de tradition d’archivage, autant chez les musiciens que dans les institutions publiques et les radios, rend l’accès à ces textes difficiles. Les changements de technologie compliquent également le travail de collecte ou, dans le meilleur des cas, de lecture pour le chercheur quand la dégradation par le climat des supports audio n’a pas déjà fait son œuvre.

16Quel que soit le support, les archives privées ne comblent pas le vide d’autant que les problèmes de conservation sont cruciaux, en particulier dans des pays à l’histoire politique mouvementée mais aussi par manque d’intérêt des détenteurs potentiels. Les milieux aisés et éduqués nigérians ont conservé peu de documents alors qu’ils commandaient des photographies lors des grandes occasions. Les photos jaunies de notables, juges, militaires ou chiefs peuvent encore trôner dans les salons mais elles sont liées à l’histoire personnelle du sujet et non à l’histoire de la nation. Quand on s’adresse à des Nigérians originaires de l’est du pays aujourd’hui quinquagénaires ou sexagénaires, ils se souviennent avoir été photographiés en uniforme à l’école ou en famille le jour de l’indépendance par des photographes yoruba installés dans leurs villes. Mais comme les commanditaires appartenaient socialement au groupe dirigeant qui s’est trouvé en première ligne lors de la sécession du Biafra, ils furent la cible de l’armée fédérale lors de la reconquête et la plupart perdirent leurs biens dans les maisons incendiées. Dans les grandes familles de notables du sud-ouest yoruba au Nigeria, la perte des archives familiales a une autre cause. Les fondateurs des dynasties politiques en vue depuis 50 ou 60 ans ou leurs descendants ont milité contre des régimes autoritaires de 1966 jusqu’à celui de Sani Abacha (1993-1998). Tout au long de ces années, ils ont été victimes des descentes de police, perquisitions et saisies d’archives personnelles ou familiales. Avocats, militants politiques ou journalistes ont ainsi souvent subi des pertes irrémédiables. À celles-ci, s’ajoutèrent les fréquents déménagements, dans l’urgence parfois, et l’absence de traditions d’archivage des papiers « sensibles ». Au Dahomey, la loi coloniale en vigueur, y compris ce jour-là, obligeait les photographes à porter une accréditation du ministère de l’information pour photographier les cérémonies officielles. De ce fait, ce sont principalement des professionnels, journalistes ou photographes indépendants ou officiels, qui prirent des photographies. Mais sur certains des clichés disponibles apparaissent d’autres photographes, amateurs ceux-là : Européens ou Libanais, assis à la tribune officielle, appareil autour du cou. L’historien ne disposera sans doute jamais d’un regard photographique africain sur ces cérémonies dans ce pays. C’est aussi le cas lorsqu’une partie de la population boycotte les festivités comme à Madagascar (H. Rajaonarison).

  • 20 Grâce au travail de l’INA, le gouvernement français offrit en grande pompe en 2010 à chaque pays d (...)

17Confronté à l’absence d’archives privées, l’historien se tourne vers les producteurs habituels de documentation : les photographes mandatés par les ministères de l’information, les agences de presse étrangères ou les grands journaux locaux (officiels, plus rarement d’opposition) qui ont la capacité de restituer l’ambiance de la rue ou de la place publique20. Ces documents sont toutefois conservés de manière aléatoire selon les pays et les institutions dépositaires. À Madagascar, l’ancienne agence photographique officielle, ANTA, dispose d’un fond de près de 500 000 clichés. Si au Nigeria, les archives photographiques du Daily Times, grand quotidien privé de l’époque, sont à l’abandon dans un hangar d’Ikeja, à Lagos, en revanche, les ministères de l’information ont conservé des fonds remarquables accessibles aux chercheurs : au niveau de la Région Ouest (Oyo State aujourd’hui) figurent des rassemblements d’écoliers, des jeux gymniques, des cortèges en ville, des plans de tribune officielle, l’inauguration du square de l’Indépendance à Ibadan ou la cérémonie au Liberty Stadium construit pour l’occasion, en présence de la princesse du Kent, Alexandra ; au niveau de la fédération, on trouve non seulement des images des cérémonies à Lagos mais aussi de certains actes fondateurs de l’état souverain (réception à l’ONU, participation à la conférence de Monrovia 1961, inauguration du premier terminal pétrolier dans le delta du Niger, inauguration de la Central Bank of Nigeria). Au contraire à Enugu, pour la Région Est, il ne reste apparemment rien des archives gouvernementales depuis la reconquête du Biafra et dans la Région Nord, à Kaduna, sont conservées surtout des photographies des cérémonies d’accession à l’autonomie interne en 1959 qui ont occulté celles de 1960. Au Bénin, les bandes des émissions radiophoniques de 1960 sont à l’abandon. Les films d’actualités sur 1960 et les célébrations ultérieures sont fortement dégradés en dépit du remarquable travail d’archivage réalisé par la documentaliste de l’Office de radio télévision du Bénin.

18Vouloir saisir localement le ressenti des nouveaux citoyens face à l’événement impose aussi un changement d’échelle dans la sélection des sources ou une relecture de la source qui met à jour une autre échelle. Le journal n’informe plus seulement l’historien sur l’actualité politique nationale mais il donne à voir, en creux, l’autre actualité celle, ordinaire ou locale, qui témoigne des préoccupations de la masse de la population. Le caricaturiste n’illustre plus seulement le propos de son rédacteur en chef mais il devient emblématique de l’activité créatrice d’un groupe professionnel. Le résultat électoral des partis ne renseigne plus seulement sur les rapports de force entre colonisés et colonisateurs mais, lu à l’aune des bureaux de vote de quartier ou des communes (E. Batchana), il révèle ce que les habitants, localement, pensent de l’événement à venir ou advenu ou, plutôt, comment ils l’investissent : communautés à Maurice (J. Chilin), certains quartiers à Epe au Nigeria (O. Jimoh), capitale malgache (H. Rajaonarisona), région de Dalaba en Guinée (C. Pauthier) ou enfin provinces du Cameroun britannique consultées sur le choix d’un avenir nigérian ou camerounais (M. Torrent). L’attention portée à l’échelon local implique de modifier le regard sur la presse, les résultats électoraux ou les rapports de police. Par ailleurs, la quête d’information sur tout ce qui pourrait documenter la perception des événements à l’échelle de la famille, du groupe professionnel ou du quartier a relancé la quête d’archives privées si difficiles à localiser en Afrique. Toutefois, certains documents officiels recèlent des informations relevant d’une expérience personnelle comme le diaire rédigé par une religieuse burkinabé, archivé à Rome (K. Langewiesche).

  • 21 Voir le récent témoignage de Maryse Condé sur les fêtes d’indépendance à Abidjan dans La vie sans (...)

19Pour aborder toutes ces questions, l’ouvrage est organisé en trois parties. Dans la première, les auteurs interrogent tantôt des acteurs en marge des processus d’émancipation, tantôt des militants initialement actifs mais marginalisés lors de la dernière phase de la décolonisation : syndicalistes, membres d’associations, religieuses qui tous donnent un sens spécifique à l’idée d’indépendance, jusqu’à faire retraite au moment des célébrations si l’objectif atteint leur paraissait trop éloigné idéologiquement de leurs attentes21. La seconde partie de ce livre rend compte de l’envers d’un décor officiel magnifié qui a occulté les manières dont la fête nationale a été perçue, mise en cause, contestée, voire troublée, par des militants actifs soucieux de faire entendre des voix discordantes. Lors des derniers mois précédant les indépendances ou lors les cérémonies elles-mêmes, ils mirent en effet à l’épreuve les gouvernants des États naissants pour tenter d’influer sur la configuration du futur de l’Afrique. Activistes politiques en lutte ouverte contre le pouvoir ou groupes minoritaires, ils redoutaient plus qu’ils n’attendaient ce moment craignant d’être marginalisés. Dans la dernière partie, Les indépendances en Afrique. L’événement et ses mémoires 1957/1960-2010 sonde la fabrique des mémoires à partir de 1957 pour distinguer, les commémorations en 1960 de celles qui suivirent jusqu’aux Cinquantenaires de 2010. Ce que révèlent les contributions c’est la précocité de la mise en cause du récit national unanimiste sur la souveraineté ; dès avant 1960, il est des états qui célèbrent les « retrouvailles » avec la France quand d’autres, plus cohérents avec leur époque, valorisent l’indépendance retrouvée. La complexité du souvenir des indépendances et de leur signification tient aussi à la superposition des strates commémoratives qui, au fil des régimes successifs, rarement pluralistes et toujours désireux d’imposer leur lecture du passé – quand ils en ont une –, ont rendu difficile l’émergence d’un sens qui ne soit pas un kaléidoscope de mémoires spécifiques. Ceci est d’autant plus marquant dans un contexte où une grande partie de la population fait face à une crise économique et sociale difficile, à l’absence durable de politiques scolaires de nature à favoriser le décryptage d’une histoire collective alors même que le rajeunissement de la population et la perte de la mémoire vive facilitent l’occultation d’un passé controversé ou gênant pour les pouvoirs en place.

Bibliographie

Sources et bibliographie

Sans être exhaustives, ces références visent à faire le point sur les publications récentes concernant la thématique des mémoires et commémorations, soit de manière générale, soit appliquées à l’Afrique, notamment à la faveur du jubilé de 2010 qui a suscité maintes publications. Nous avons conservé à chaque contribution sa bibliographie, même si certains ouvrages peuvent être cités par plusieurs auteurs, notamment lorsqu’ils traitent du même pays.

Sources

1960-2010 : films d’archives, documentaires et publications générales sur l’indépendance et ses célébrations

Divers fonds conservent des documents sur la période des indépendances : INA (Institut National de l’Audiovisuel)22, BFC (British Film Institute) (http://www.colonialfilm.org.uk/), projet Patrimoine d’Afrique centrale-Archives films du musée de Tervuren.

À minuit, l’indépendance (67 minutes, 1961), reportage de Serge Ricci, sur les cérémonies d’indépendance au Dahomey [Bénin], au Niger, en Haute-Volta [Burkina-Faso] et en Côte d’Ivoire, en présence de Louis Jacquinot, ministre d’État représentant de la France.

Indépendance Tcha-Tcha (Belgique 2000, 60 mn) film documentaire de Jean-François Bastin et Isabelle Christiaens (http://www.filmfestamiens.org/archives/2000_LMCIV_Afrique.html#10).

Lumumba et la Révolution congolaise (présenté par Alexandre Adler), (http://www.dailymotion.com/relevance/search/lumumba/video/x29hhj_lumumba-et-la-revolution-congolaise_politics).

Fondation Zinsou « Raconte moi l’indépendance » (http://www.racontemoilindependance.org/Raconte_Moi_lIndependance/Raconte_moi_l_independance.html).

« Cinquante ans d’indépendances africaines », RFI (http://www.rfi.fr/contenu/20091231-il-y-cinquante-ans-independances).

« Afrique, le temps des indépendances 1960/2010 », numéro hors série, L’Humanité, avril 2010.

« 50 ans Congo. 1960-2010. Du pari perdu au chaos, debout » numéro hors série Le Soir (Belgique), 2010.

Cinémémoire, une cinémathèque de films de famille et d’amateurs, et Amateurs d’indépendances, un documentaire centré sur les indépendances

Cinémémoire est une cinémathèque dont le fonds est constitué de films inédits. Née de l’initiative du réalisateur Claude Bossion désirant trouver des archives différentes de celles habituellement diffusés dans les documentaires historiques, cette collection regroupe des films de famille et d’amateurs, ainsi que des films issus de collections privées, de fonds municipaux et d’associations. Depuis sa création en 1997, Cinémémoire a réuni une collection de presque 2000 heures d’archives cinématographiques inédites de Marseille, de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA), et des anciennes colonies françaises, des années 20 à nos jours. Ces films, majoritairement muets, ont été tournés dans différents formats : 9,5 mm, 16 mm, 8 mm et super 8. Aujourd’hui, environ 900 heures d’images peuvent être consultées sur son site internet : www.cinememoire.net

Un documentaire, Amateurs d’indépendances, a été monté autour de la période des indépendances. Il s’agit d’un film documentaire de 52 minutes, réalisé à partir d’images d’archives cinématographiques issues du fonds de Cinémémoire. Les films d’archives réunis dans ce documentaire ont été tournés par des Français qui vivaient dans des colonies (ou ex-colonies) françaises en Afrique entre 1955 et 1965. Ce sont des films muets, tournés avec de petites caméras 8 mm, en couleur. En cela, ces archives se distinguent des productions des médias de l’époque, sonores et en noir et blanc.

Amateurs d’indépendances

Documentaire : 52 mn, couleur, stéréo, format 4/3.

Réalisation : Claude Bossion et Agnès O’Martins, Archives : Cinémémoire.

Co-Production : Circuit-Court, Cinémémoire et la chaîne Histoire.

Édition DVD : Circuit-Court et l’Organisation internationale de la francophonie.

Avec le soutien de la Mission du Cinquantenaire des indépendances africaines en France. Le DVD comprend « Amateurs d’indépendances » et en supplément une interview de Jean-Jacques Jordi, historien, spécialiste de la colonisation et de la décolonisation, 29 mn.

http://cinememoire.net/index.php/actualites/653-amateurs-dindependances

Bibliographie

Mémoires, commémorations et histoire

Afrique contemporaine, « 50 ans d’indépendance », no 235, 2010/3.

Ageron Charles-Robert et Michel Marc (dir.) L’Afrique noire française : l’heure des indépendances, Paris, CNRS éditions, 1992.

Ageron Charles-Robert et Michel Marc (dir.), L’ère des décolonisations. Actes du colloque international « Décolonisations comparées », Aix-en-Provence 1993, Paris, Karthala, 1995.

Almeida Topor (d’) Hélène, Naissance des États africains, Paris, Casterman-Giunit, 1996.

Almeida-Topor (d’) Hélène, « La ville magnifiée : les fêtes de l’Indépendance dans les capitales africaines », in O. Goerg (éd.), Fêtes urbaines en Afrique. Espaces, identités et pouvoirs, Paris, Karthala, 1999, p. 255-262.

Almeida-Topor (d’) Hélène et Coquery-Vidrovitch Catherine (dir.), « Cinquante ans d’indépendances africaines », dossier thématique, Outre-Mers. Revue d’histoire, no 368-369, 2010.

Amselle Jean-Loup (éd.) « 50 ans », Cahiers d’études africaines, no 197-198-199, 2010.

Anderson Benedict, L’imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2000.

Ardouin Claude Daniel (éd.), Museums and Archaeology in West Africa, Washington, Oxford, Smithsonian Institution Press, James Currey, 1997.

Awenengo Séverine, Barthélémy Pascale et Tshimanga Charles (éd.), Écrire l’histoire de l’Afrique autrement ?, Cahier Afrique, no 22, Paris, L’Harmattan, 2004.

Balandier Georges, Le pouvoir sur scènes, Paris, Balland, 1980.

Baussant Michèle, « Penser les mémoires », Ethnologie française, 2007/3, vol. 37, p. 389-394.

Bazenguissa-Ganga R. « The Bones of the Body Politics: Thoughts on the Savorgnan de Brazza Mausoleum », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 35-2, 2011, p. 445-452.

Benoist (de) Roger Joseph, La balkanisation de l’Afrique-Occidentale française, Dakar, Les Nouvelles Éditions africaines, 1979.

Bernault Florence, « De la modernité comme impuissance. Fétichisme et crise du politique en Afrique équatoriale et ailleurs », Cahiers d’études africaines (CEA), no 195, 2009/3, p. 747-774.

Bertrand Romain, Mémoires d’empire. La controverse autour du « fait colonial », Broissieux, Éditions du Croquant, 2006.

Bierschenk Thomas et Spies Eva (introduction), « Continuities, Dislocations and Transformations: 50 Years of Independence in Africa », Africa Spectrum, vol. 45, no 3, 2010, numéro spécial 50 Years of Independence in Africa, p. 3-10.

Brazzaville, janvier-février 1944 : aux sources de la décolonisation (Institut Charles-de-Gaulle), Paris, Plon, 1988.

Cahiers d’études africaines (CEA), « Prélever, exhiber. La mise en musées », no 155-156, 1999.

Chafer Tony, The End of Empire in French West Africa. France’s Successful Decolonization?, Oxford-New York, Berg, 2002.

Chaffard Georges, Les carnets secrets de la décolonisation, 2 vol., Paris, Calmann-Lévy, 1965.

Chrétien Jean-Pierre, « Le passé colonial : le devoir d’histoire », Politique africaine, 98, 2005, p. 141-148.

Chrétien Jean-Pierre, Triaud Jean-Louis (dir.), Histoire d’Afrique. Les enjeux de mémoire, Paris, Karthala, 1999.

Collins E. John, Highlife Time, Anansesem Press, Accra, 1994, 2e éd. 1996.

Collomb Gérard, « Ethnicité, nation, musée, en situation postcoloniale », in Ethnologie française, « Musée, nation après les colonies », 1999/3, vol. 29, p. 333-336.

Cooper Frederick, Décolonisation et travail en Afrique. L’Afrique britannique et française 1935-1960, Karthala-Sephis, 2004 [1re éd. en anglais 1996].

Cooper Frederick, Le colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, Payot, 2010 [1re éd. en anglais 2005].

Cooper Frederick, L’Afrique depuis 1940, Paris, Payot, 2012 [1re éd. en anglais 2002].

Coquery-Vidrovitch Catherine, « Fêtes et commémorations en Afrique occidentale au XXe siècle », in Odile Goerg (dir.), Fêtes urbaines en Afrique. Espaces, identités et pouvoirs, Paris, Karthala, 1999, p. 255-262.

Coquery-Vidrovitch Catherine, Enjeux politiques de l’histoire coloniale, Agone, 2009.

Cottret Bernard et Hennetton Lauric (dir.), Du bon usage des commémorations. Histoire, mémoire, identité, XVIe-XXe siècle, Rennes, PUR, 2000.

Crowder Michael, « Whose dream was it anyway ? Twenty-five years of African independence », African Affairs, no 342, 1987, p. 7-24.

Deslaurier Christine et Roger Aurélie (éd.) numéro sur « Passés coloniaux recomposés. Mémoires grises. Pratiques du passé colonial en Europe et Afrique », Politique africaine, 102, 2006, introduction « Mémoires grises. Pratiques politiques du passé colonial entre Europe et Afrique », p. 5-27.

Dosse François, Renaissance de l’événement. Un défi pour l’historien : entre sphinx et phénix, Paris, PUF, 2010.

Elgenius Gabriella, Symbols of Nations and Nationalism: Celebrating Nationhood, Palgrave, Macmillan, 2011.

Elgenius Gabriella « National Days and Nation-Building » in Linas Eriksonas et Leos Müller (éd.) Statehood Before and Beyond Ethnicity: Minor States in Northern and Eastern Europe, 1600-2000, Bruxelle, Peter Lang, 2005, p. 363-38.

Ethnologie française, « Musée, nation après les colonies », 1999/3.

Fauré Yves-André, « Célébrations officielles et pouvoirs africains : symbolique et construction de l’État », Canadian Journal of African Studies, 1978/3, vol. 12, p. 383-404.

Fouéré Marie-Aude, « La mémoire au prisme du politique », Cahiers d’études africaines, numéro spécial Jeux de mémoires, no 197, 2010 (1), p 5-24.

Gary-Tounkara Daouda, Nativel Didier, L’Afrique des savoirs, Acteurs, Supports, Stratégies, Paris, Karthala, 2012.

Gaugue Anne, Les États africains et leurs musées. La mise en scène de la nation, Paris, L’Harmattan, 1997.

Gayibor Théodore Nicoué (éd.) Cinquante ans d’indépendances en Afrique subsaharienne et au Togo, L’Harmattan, 2012.

Gillis John R. (éd.), Commemorations. The politics of national identity, Princeton, Princeton University Press, 1994.

Goerg Odile (dir.), Fêtes urbaines en Afrique. Espaces, identités et pouvoirs, Paris, Karthala, 1999.

Goerg Odile, Pauthier Céline et Diallo Abdoulaye (dir.), Le Non de la Guinée (1958). Entre mythe, relecture historique et résonances contemporaines, Cahier Afrique, no 25, Paris, L’Harmattan, 2010.

Halbwachs Maurice, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994 (1re éd. 1925).

Hartog François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2003.

L’Histoire, « La fin des colonies. Afrique, 1960 », no 350, février 2010.

Ihl Olivier, La fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996.

Jewsiewicki Bogumil, Létourneau Jocelyn (dir.), L’histoire en partage. Usages et mises en discours du passé, Paris, L’Harmattan, 1996.

Jewsiewicki Bogumil, « La mémoire », inCoulon Christian et Martin Denis Constant, (dir.), Les Afriques politiques, Paris, La Découverte, 1991, p. 59-71.

Joutard Philippe, « Mémoire collective », inDelacroix Christian, Dosse François, Garcia Patrick et Offenstadt Nicolas (dir.), Historiographies II, Concepts et débats, Paris, Galimard/Folio, 2010, p. 779-791.

Koselleck Reinhart, L’expérience de l’histoire, Hautes Études, Gallimard, Le Seuil, 1997.

Laurens Stéphane et Roussiau Nicolas (éd.), La mémoire sociale. Identités et représentations, Rennes, PUR, 2002.

Lentz Carola (dir.), Celebrating Africa@50 ; The Independence Jubilees in Madagascar, the DR Congo, Benin, Mali and Nigeria. Working Papers du département d’Anthroplogie et d’études africaines, Univ. Johannes Gutenberg, Mayence, 130, 2011. [URL: http://www.ifeas.uni-mainz.de/workingpapers/AP130.pdf].

Les Cahiers français, no 303 : « La mémoire, entre histoire et politique », 2001.

Mbembe Achille, Afriques indociles : christianisme, pouvoir et État en société postcoloniale, Paris, Karthala, 1988.

Mcgovern Mike, « The refusal to celebrate the fiftieth anniversary of the 1958 No », in O. Goerg, C. Pauthier et A. Diallo (dir.), Le Non de la Guinée (1958). Entre mythe, relecture historique et résonances contemporaines. Paris, L’Harmattan (Cahier Afrique 25), 2010, p. 17-27.

Mamdani Mahmood, Citoyen et sujet : l’Afrique contemporaine et l’héritage du colonialisme tardif, Amsterdam-Paris, Sephis-Karthala, 2004.

Messmer Pierre, Les Blancs s’en vont, Paris, Paris, Albin Michel, 1998.

Mudimbe Valentin, Y., The Invention of Africa. Gnosis, Philosophy and the order of Knowledge, Bloomington-Indianapolis, Indiana University Press, 1988.

Nora Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, I-III, Paris, Gallimard, 1984-1992.

Nugent Paul, Africa Since Independence: A Comparative History, Houndsmill, Palgrave Macmillan 2004 (rééd. 2012).

Olick Jeffrey (dir.), States of Memory: Continuities, Conflicts and Transformations in National Retrospection, Durham, Duke University Press, 2003.

Ozouf Mona, La fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976.

Poulot Dominique (éd.), Patrimoine et modernité, Paris, L’Harmattan, 1998.

Ranger Terence O., « The invention of tradition in colonial Africa », in E. J. Hobsbawm et T. O. Ranger (dir.), The invention of tradition Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 211-262.

Ricœur Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, 2000.

Rivière Claude, Les liturgies politiques, Paris, PUF, 1988.

Thiesse Anne-Marie, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 2011.

Traverso Enzo, Le passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique, Paris, La Fabrique éditions, 2005.

Turner Charles, « Nation and commemoration », inDelanty Gerard, Krishan Kumar (dir.), The Sage Handbook of Nations and Nationalism, London, Sage, 2006, p. 205-13.

Valensi Lucette, Fables de la mémoire. La glorieuse bataille des trois rois, Paris, Le Seuil, L’Univers historique, 1992.

Yacono Xavier, Les étapes de la décolonisation française-, Paris, PUF, 1994.

Notes

1 Célèbre roman d’Ahmadou Kourouma publié en 1968 par les Presses de l’université de Montréal puis en 1970 par Le Seuil.

2 Cet ouvrage est issu d’un colloque international organisé en décembre 2010 par le groupe Afrique Océan Indien (AOI) du SEDET (Sociétés dans l’espace et dans le temps. Études transdisciplinaires ; université Paris Diderot-Paris 7) par Odile Goerg (univ. Paris Diderot-Paris 7), Issiaka Mandé (univ. Paris Diderot-Paris 7), Jean-Luc Martineau (Inalco), Didier Nativel (univ. Paris Diderot-Paris 7), Faranirina Rajaonah (univ. Paris Diderot-Paris 7).

3 Voir notamment l’ouvrage de Jean-Pierre Chrétien et Jean-Louis Triaud (1999). Leur contribution éclairante constitue un premier bilan des recherches entreprises dans les années 1980-1990. Voir aussi les travaux de Bogumil Jewsiewicki sur les mémoires populaires congolaises et la collection qu’il dirige aux éditions L’Harmattan : « Mémoires lieux de savoir » (44 titres). Sur les musées, voir Gaugue (1997) et Cahiers d’études africaines, no 155-156, 1999. On retrouvera certains groupes étudiés (syndicalistes, chanteurs…) dans Daouda Gary-Tounkara et Didier Nativel (2012).

4 Le gouvernement français chargea Jacques Toubon d’une mission du « Cinquantenaire des indépendances africaines en 2010 ». Des pays africains furent invités à faire défiler leurs troupes lors du défilé du 14 juillet 2010 ce que certains refusèrent, dont la Côte d’Ivoire dans un contexte tendu entre la France et le gouvernement de Laurent Gbagbo.

5 Projet Africa@50/50 Jahre Unabhängigkeit in Afrika (http://www.ifeas.uni-mainz.de/50_Jahr). Il donna lieu à de nombreuses publications et conférences, notamment la Conférence Internationale consacrée aux « Commémorations du cinquantenaire des Indépendances » organisée à Bamako en janvier 2011.

6 Ce projet fut lancé par Jean-Luc Martineau, alors directeur de l’antenne de l’IFRA à Ibadan.

7 En particulier, grâce à Emmanuelle Esnault à Ibadan en juillet 2010 et à Emmanuel Eymard à Port-Harcourt lors du Garden City Literary Festival de décembre 2010 puis à Jos, Kano et Abuja.

8 http://www.fondationzinsou.org/FondationZinsou/FZIndependance.html.

9 Dès 2008, la radio-télévision malienne diffusa un reportage sur les femmes ayant participé à l’indépendance du Mali, ORTM, Bamako, 22 septembre 2008. En 2009, Boulevard des indépendances, série de huit documentaires des Radios francophones publiques (La Première Chaîne de Radio-Canada, la Première de la RTBF, Espace 2 pour la RSR et France Culture pour Radio France), rassemble les récits de témoins des décolonisations françaises, portugaises, britanniques et belges en Afrique.

10 Voir l’article précurseur d’Hélène d’Almeida-Topor, « La ville magnifiée : les fêtes de l’Indépendance dans les capitales africaines », inGoerg, 1999 : 225-227.

11 Invité à Yaoundé, le diplomate malgache Louis Rakotomalala ne cache pas le trouble que lui procure la présence inquiétante de l’UPC. Il se montre pourtant admiratif de l’ordonnancement des cérémonies dont il souhaite s’inspirer pour son pays qui accède officiellement à l’indépendance le 26 juin.

12 Ch. D. Gondola-Ebonga, « Ata ndele… et l’indépendance vint : musique, jeunes et contestation politique dans les capitales congolaises », in d’Almeida-Topor et alii, Les jeunes en Afrique, (tome II) 1992, p. 463-487. Pour un pendant sénégalais lire : I. Thioub, N. A. L. Benga, « Les groupes de musique « moderne » des jeunes Africains de Dakar et Saint-Louis, 1946-1960 », Goerg, 1999 : 213-227.

13 B. H. Rosenwein, Emotional Communities in Early Middle Ages, Ithaca, Cornell University Press, 2007.

14 « Nous avons dansé », in Bernard Dadié, Hommes de tous les continents, Paris, Présence africaine, 1967, p. 33-34.

15 Il ne faut pas négliger non plus l’effet commémoratif auquel ne peut échapper l’historien sollicité pour participer à des célébrations ou incité à obéir, notamment pour financer ses recherches, aux calendriers des injonctions sociales ou politiques au détriment d’une recherche plus sereine détachée de la célébration politique et événementielle.

16 L’association Cinémémoires pose les mêmes questions à propos des films amateurs dont la pratique commençait à se diffuser dans les années 1950 parmi les milieux européens mais plus rarement dans les familles africaines La caméra Pathé-Baby, qui a connu un grand succès en France à partir de 1922, est disponible dans certaines colonies quelques années plus tard, notamment dans des villes comme à Tananarive ou Aného (Togo). Voir http://cinememoire.net/ ; http://cinememoire.net/index.php/actualites/653-amateurs-dindependances.

17 Entretiens avec Dossa Z. Cosme, Porto-Novo, juin-juillet 2010.

18 Ce dernier monte son studio après avoir racheté du matériel à un Français sur le départ. Voir Dolce Vita Africana, film-documentaire de Cosima Spender (62 mn, 2008) qui dresse le portrait d’une génération autour des souvenirs du photographe Malick Sidibe (Mali).

19 De nombreux albums de J. D. Okhai Ojeikere (1930-) restent inaccessibles au public. Il n’est connu que par ses photographies de coiffures africaines publiées dans Ojeikere photographies, André Magnin, Paris, Éditions Fondation Cartier, 2000.

20 Grâce au travail de l’INA, le gouvernement français offrit en grande pompe en 2010 à chaque pays de l’ancien empire colonial une partie des reportages le concernant conservés à Paris.

21 Voir le récent témoignage de Maryse Condé sur les fêtes d’indépendance à Abidjan dans La vie sans fards, Paris, Éditions JC Lattès, 2012.

22 Par exemple l’anniversaire de l’indépendance du Dahomey à Porto Novo en 1961 (http://www.ina.fr/video/AFE85009179/le-dahomey-fete-le-premier-anniveraire-de-son-independance.fr.html).

Auteurs

Maître de conférences en histoire contemporaine de l’Afrique sub-saharienne à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Ses travaux portent sur le Nigeria, le Bénin (en particulier l’espace yoruba), les questions de constructions identitaires et les politiques scolaires au Nigeria aux XIXe et XXe siècles.
Agrégé et docteur en histoire contemporaine. Il travaille sur les sociétés et les productions culturelles urbaines à Madagascar et au Mozambique, de la fin du XIXe siècle aux années 1980.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540