Version classiqueVersion mobile

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Préface. Le vécu des indépendances : histoire et mémoire

Catherine Coquery-Vidrovitch

Texte intégral

1Ce travail collectif s’attache à aborder les indépendances selon une vision résolument africaine. Enfin on n’étudie plus un chapitre de l’histoire coloniale française mais la perception des indépendances par les Africains. Le vécu de l’indépendance par ceux qui en furent les bénéficiaires est un champ qui avait été jusqu’alors peu étudié. Cela est fait dans ce livre de diverses façons : soit par la reconstitution même de l’événement (souvent par un historien africain), soit par la mémoire recueillie aujourd’hui auprès d’acteurs et de témoins africains qui se souviennent, soit aussi parfois dans la durée : ce qui s’annonçait, ce qu’il en subsiste, ce qui a déçu… Le bouillonnement évoqué dans le volume est fascinant. On en trouvera, dans les introductions, l’inventaire approfondi.

2Restituer le vécu des indépendances est une entreprise délicate car la mémoire des témoins ne correspond pas nécessairement à la réalité telle que les historiens entendent la restituer et, parfois, encore moins telle qu’elle fut vécue à l’époque par les mêmes témoins. J’interrogerai donc ici une question qui se pose aujourd’hui : il s’agit de celle de l’histoire quasi immédiate et donc de la mémoire « chaude » de témoins souvent encore vivants – quoiqu’à 50 ans de distance – qui interpelle quant au rapport entre mémoire, histoire et politique. En effet, le moment de l’indépendance, parce qu’il concerne une période particulièrement sensible, a été peu enseigné en Afrique. Dans ce continent, compte tenu de la jeunesse de la population, la plupart des habitants, n’ont pas vécu la colonisation et son achèvement, l’indépendance. Ils étaient aussi trop jeunes pour mémoriser directement l’événement. L’indépendance est alors rejetée dans un passé relativement lointain confondu avec la phase de décolonisation, voire avec la colonisation elle-même. De facto, la mémoire des plus jeunes, fort ignorants souvent de leur histoire nationale, est parfois erronée : ils stigmatisent « l’octroi de l’indépendance » et minimisent ou méconnaissent le processus qui a mené à l’indépendance politique. En même temps, comme l’écrit Didier Gondola,

  • 1 Didier Gondola, « Jeune Afrique ? 50 ans après les indépendances », Africultures, 28 mars 2011.

« la colonisation continue à hanter l’Afrique. Même brève, dans le temps long du continent, elle occupe notre espace comme un éléphant un ascenseur. Nous ne pouvons pas, historiens africains, l’examiner froidement, comme un médecin légiste examine un cadavre1 ».

3Ceci est aussi patent en France pour ce qui concerne colonisation et décolonisation ; malgré le temps, l’affect continue à jouer un rôle indéniable selon la position politique du témoin : favorable à l’action coloniale de la France ou bien enclin à la « repentance », au point de dénier à l’historien la possibilité d’une troisième voie, celle du savoir libéré, autant que faire se peut, du politique. De façon similaire, ce rapport ambigu à l’indépendance existe en Afrique, en contrepoint antagoniste, notamment dans l’ancien domaine français. De part et d’autre, il est identifié à un avatar, la Françafrique.

4En sus, les jeunes Africains d’aujourd’hui n’ont pas conquis l’indépendance ; ils la vivent comme la normalité, ils n’ont donc guère de raison particulière pour s’interroger à son propos, d’autant que, dans beaucoup de pays, après l’autonomie politique, des régimes autoritaires se sont imposés selon des chronologies différentes (mais à peu près partout à partir de 1963, date du premier putsch militaire, qui eut lieu au Togo). Qu’il s’agisse de dictatures militaires plus ou moins liées à l’ancienne métropole, voire soutenues par elle, de régimes dits « marxistes léninistes révolutionnaires » ou d’autocraties à « parti unique » dont certaines subsistent encore, aucun de ces régimes n’a encouragé le savoir en la matière ou favorisé la recherche historique. La période reste peu ou pas enseignée en Afrique, à la différence de la phase coloniale évidemment stigmatisée comme la tyrannie du pouvoir blanc à qui fut attribuée (non sans raison évidemment) la quasi-totalité des maux contemporains.

5La continuité de ces maux (pauvreté, analphabétisme, extraversion économique et poids de la dette extérieure) incite les jeunes à considérer que les régimes n’ont guère changé, d’autant qu’ils mettent l’accent sur la permanence de liens néocoloniaux. En découle pour eux l’idée que les régimes issus de la décolonisation sont nés du système préexistant et que le maintien de l’oppression ne résulte que de la volonté des anciens colonisateurs. Le rôle actif des « élites » du temps de l’indépendance est minimisé ; elles sont taxées de lâcheté et de faiblesse : elles ont trahi. On entend ces réflexions parmi les étudiants un peu partout dans les universités francophones d’aujourd’hui, de façon particulièrement aiguë en Côte d’Ivoire où le pouvoir (avant l’élection du président Ouattara) insistait sur la responsabilité de la Françafrique dans les crises africaines.

  • 2 Warren Howe Russel, Black Star Rising. A Journey. Through West Africa In Transition, Londres, Herb (...)
  • 3 C’est ce que démontre la thèse de Nicolas Bancel malheureusement non publiée : Entre acculturation (...)
  • 4 Thomas Deltombe, Manuel Domergue & Jacob Tatsitsa, Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la (...)

6Pour les jeunes Africains, nés après 1960, l’indépendance semble donc avoir été « octroyée » par la France, affirmation qui surprend quand on s’appuie sur les recherches historiques récentes : les historiens de l’Afrique, qu’ils soient en Afrique même ou à l’extérieur, africains ou non, ont pourtant insisté, dans un premier temps, dans les années 1970-80, sur l’esprit de résistance anti-coloniale. Plus récemment, ils ont surtout montré que la décolonisation fut un processus complexe où, aussi bien du côté des colonisateurs que, surtout, des colonisés, les deux tendances (modérée et radicale) ont co-existé. L’évolution fut le résultat d’un jeu réciproque de groupes de pression et d’acteurs. La France n’aurait certainement pas reconnu l’indépendance si elle n’y avait été contrainte par l’action politique africaine. Ainsi François Mitterrand partageait-il avec la grande majorité de ses concitoyens un aveuglement certain. En 1957, Garde de Sceaux dans le ministère Guy Mollet, il ne pouvait supporter le fait que le Ghana proclame son indépendance. Négligeant la volonté des Africains, il incriminait la Grande-Bretagne qui l’aurait favorisée uniquement pour susciter des problèmes dans l’empire de son rival français2. Le gouvernement français freina autant qu’il le put la marche vers l’indépendance, mais il n’eut pas le choix. Contrairement à ce qui était enseigné naguère en France, la loi-cadre Defferre de 1956 qui instaura le suffrage universel et renforça des formes de gouvernement local ne fut pas un acte de bienveillance français mais le résultat de la pression croissante des jeunes diplômés jusqu’alors écartés de toute fonction administrative ou politique. Ceci rendait le blocage colonial intenable, il fallait donc faire des concessions aux jeunes Africains, d’autant que des pressions internationales poussaient aux décolonisations. Gaston Defferre l’avait bien compris3. Les guerres coloniales successives d’Indochine, d’Algérie et du Cameroun, cette dernière occultée mais très réelle4, ont eu raison du rêve métropolitain d’Union française (1946) puis de Communauté française (proposée lors du référendum de 1958). L’ampleur des luttes politiques dans les colonies françaises est parfois ignorée par la jeunesse africaine d’aujourd’hui parce que, sauf au Cameroun, il ne s’agissait pas de lutte armée. Il n’empêche que l’action africaine et le combat politique des Africains a conduit à l’étouffement dans l’œuf de la Communauté gaullienne.

7Même s’il y a aussi des mémoires familiales perpétuant le souvenir de cet événement, les nouvelles générations ont parfois tendance à oublier ou à minimiser la joie extraordinaire qui a caractérisé, le plus souvent, le moment de la proclamation de l’indépendance. En rupture avec le récit familial, d’anciens « jeunes » (désormais au moins sexagénaires) sont aujourd’hui convaincus de la vanité de prétendre avoir opéré la « conquête de l’indépendance », en Côte d’Ivoire ou au Bénin par exemple. Ce sont pourtant les membres d’une classe moyenne en formation, en nombre encore très limité, qui purent exprimer alors leurs aspirations quant à l’urgence ou à la forme de l’indépendance. Ils voulaient participer au pouvoir mais n’étaient pas nécessairement choqués de le faire grâce à une nationalité française impériale, attribuée théoriquement en 1946, et qui apparaissait alors garante des libertés. Ce point d’histoire est parfois incompris des jeunes Africains, faute de connaissances précises. Accuser les élites de l’époque, ou certaines d’entre elles, d’avoir trahi parce qu’elles rêvaient de bénéficier, comme les autres Français, de la devise « Liberté, Égalité et Fraternité », c’est commettre un anachronisme. Ces jeunes ont oublié qu’en 1960 la départementalisation des DOM, revendiquée par Aimé Césaire, était déjà acquise depuis quinze ans (c’est-à-dire en 1946).

  • 5 À cette demande, transmise par le haut-commissaire de l’AEF, Guy Georgy, le général de Gaulle répo (...)
  • 6 Le NON de la Guinée (1958). Entre mythe, relecture historique et résonances contemporaines, O. Goe (...)

8À cela s’ajoute le modèle des quatre communes du Sénégal dont les Originaires jouissaient localement des privilèges de la citoyenneté, reconnue pleinement en 1916 et qui, en outre, en fonction des avancées et des reculs de la démocratie en France tout au long du XIXe siècle, participaient à une vie politique nationale (envoi d’un député à la Chambre) et locale à la française (élection des conseils municipaux et du conseil général). On comprend mieux, dans ce contexte, la demande de départementalisation exprimée par le Premier ministre du Gabon Léon Mba5 ou le souhait de Léopold Sédar Senghor de voir la jeune université de Dakar rester de statut français. Il ne s’agit pas ici de défendre le point de vue des élites de l’époque mais de comprendre le contexte dans lequel elles opéraient. Cela permet d’expliciter leurs réactions diversifiées. Cela put aller de l’esprit révolutionnaire d’indépendance de Ruben Um Nyobe au Cameroun, voire de Sékou Touré en Guinée6 à l’esprit de conciliation sans doute plus raisonnable, plus pragmatique mais irréaliste d’un Senghor, irréaliste précisément en raison de ce désir inextinguible : l’indépendance, devenue synonyme de liberté, exprimé aussi bien par les jeunes étudiants militant en France (la FEANF) que par les militants politiques du PAI.

9Le drame, ce fut justement, à l’époque, pour beaucoup de militants, la confusion faite entre indépendance – conquête incontestable – et liberté. La liberté exigeait l’instauration de la démocratie, l’apprentissage de la pratique politique. Celle-ci n’avait rien d’évident, dans des sociétés que rien ou presque n’avait préparé à l’exercer car la démocratie implique non seulement une volonté, mais aussi, et sans doute surtout, un travail politique et social de construction nationale et d’instruction publique, c’est-à-dire un programme précis et réfléchi, et du temps. Or l’indépendance avait été conçue comme une fin en soi. Elle ne répondait donc pas à cette exigence car la fin n’existe pas en histoire : il fallait immédiatement engager la construction d’un État-nation qui ne soit plus le clone d’un modèle européen. Le projet avait été peu ou mal pensé. La suite s’est effectivement mal passée.

  • 7 Basil Davidson, Africa Series, 7 : The Rise of Nationalism, BBC, 1984.
  • 8 Il convient, néanmoins, de citer le reportage d’À minuit, l’indépendance (67 minutes, 1961) sur le (...)
  • 9 Voir les contributions de M. Torrent et D. Abwa.

10Pour rappeler aux jeunes que la « conquête de l’indépendance » fut un combat et qu’elle rencontra l’enthousiasme populaire, il n’y a guère eu d’initiatives locales, radiophoniques ou autres, encore moins de reportage comparable à celui de la série télévisée de l’historien Basil Davidson en Afrique anglophone, la première du genre, au début des années 1980, qui a consacré une longue séquence au discours de Kwame Nkrumah le jour de l’indépendance7 : que l’on soit africain ou non, il est difficile de retenir des larmes d’émotion à la vue de la liesse populaire lors de cet événement. Fut-il à l’époque diffusé en Afrique anglophone ? En tous les cas, ce documentaire n’a pas été diffusé dans les zones francophones pour des questions techniques (un système de vidéo télévisée non compatible). La numérisation rend désormais sa circulation possible. Rien de tel n’avait été tenté à la télévision publique française et diffusée en Afrique francophone jusqu’au documentaire récent de l’historien Élikia M’Bokolo (octobre 2010), permettant enfin de visualiser les différentes fêtes de l’indépendance8. Effectivement, force est de constater l’impact populaire variable de cet événement : exubérant en Guinée fière de son « non » au référendum de 1958 et enthousiaste au Dahomey, il est au contraire contraint et contrôlé au Cameroun sous régime militaire9.

11Dans la plupart des cas néanmoins, l’indépendance fut comprise, au moins dans les premiers mois qui la suivirent, pour ce qu’elle était réellement : la reconnaissance de la souveraineté nationale. On a beau prétendre que ce fut un leurre et que les forces obscures de la Françafrique eurent tôt fait de prendre le dessus, la souveraineté nationale n’en demeure pas moins un concept juridique fondamental. Même si elle s’est effectivement trouvée bafouée dans nombre de cas, la proclamation de l’indépendance fut ressentie par les peuples comme une révolution synonyme de liberté qui devait mettre fin à toutes les exactions et humiliations coloniales : impôt par tête (qui fut effectivement supprimé, en raison de son impopularité, par plusieurs jeunes États) ou cultures obligatoires (notamment le coton, particulièrement impopulaire car mal payé). Certes, ces espoirs fous ont été rapidement déçus et, dès l’année suivante, le Congo (Zaïre) se soulevait à nouveau pour réclamer une « seconde indépendance », mais la réaction immédiate fut enthousiaste. En général, l’indépendance fut vécue, sur le moment, moins comme le commencement d’une ère nouvelle que comme un aboutissement, couronné par la victoire après un processus long et difficile de décolonisation.

12Les peuples avaient depuis quelques années manifesté leur volonté d’indépendance immédiate et les populations, urbaines surtout mais pas seulement, s’étaient déjà exprimées un peu partout par des manifestations de masse : boycotts, grèves générales (Accra ou Lagos), par des luttes syndicales de longue haleine (sur le réseau ferré d’AOF, notamment au Sénégal et en Côte d’Ivoire, dans les mines au Nigeria). Les citadins désiraient la liberté et l’école, les ruraux ne voulaient plus subir les exigences des cultures de rente, tous ambitionnaient de se débarrasser de la domination des Blancs.

13Analyser le vécu des indépendances, comme le fait cet ouvrage, permet ainsi de dissiper le malentendu fondamental qui a consisté à confondre indépendance et démocratie : vivre l’indépendance, comme l’ont fait les différents acteurs – les politiques, le peuple, les paysans, les citadins, les révolutionnaires, les modérés, etc. – fut déjà une expérience et un combat extraordinairement diversifiés. Mais cela n’était pas synonyme de démocratie, même si des constitutions hâtivement importées d’Europe prétendaient l’instaurer. Très vite, on assista au contraire à l’avènement de dictatures. Une autre histoire s’ouvrait. Il fallait avancer dans l’indépendance. Il fallait, ou il aurait fallu – mais était-ce possible ? – se libérer des contraintes extérieures, économiques, stratégiques, politiques. En effet, au moins une génération se passa avant que puisse se manifester ouvertement, surtout à partir de la chute du mur de Berlin (novembre 1989), et en dépit d’obstacles de toutes sortes, aussi bien nationaux qu’internationaux, l’amorce d’une société politique susceptible de revendiquer la démocratisation. Cela n’enlève rien à l’enthousiasme, voire au rêve, vécu aussi bien par les peuples que par les dirigeants, au moment des indépendances.

Notes

1 Didier Gondola, « Jeune Afrique ? 50 ans après les indépendances », Africultures, 28 mars 2011.

2 Warren Howe Russel, Black Star Rising. A Journey. Through West Africa In Transition, Londres, Herbert Jenkins, 1958, pp. 211-213. Commenté par Michel Brot, « Une interview révélatrice », Politique africaine, no 58, juin 1995, p. 51-53.

3 C’est ce que démontre la thèse de Nicolas Bancel malheureusement non publiée : Entre acculturation et révolution : les mouvements de jeunesse et les sports dans l’évolution politique et institutionnelle en AOF (1945-1960), université Paris 1, 1999.

4 Thomas Deltombe, Manuel Domergue & Jacob Tatsitsa, Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971), Paris, La Découverte, 2011.

5 À cette demande, transmise par le haut-commissaire de l’AEF, Guy Georgy, le général de Gaulle répondit : « L’indépendance, comme tout le monde ! » Rapporté dans les mémoires de Georgy, Le petit soldat de l’Empire, Paris, Flammarion, 1992.

6 Le NON de la Guinée (1958). Entre mythe, relecture historique et résonances contemporaines, O. Goerg, C. Pauthier et A. Diallo (éd.), Cahiers Afrique, no 25, 208 p., L’Harmattan, 2010.

7 Basil Davidson, Africa Series, 7 : The Rise of Nationalism, BBC, 1984.

8 Il convient, néanmoins, de citer le reportage d’À minuit, l’indépendance (67 minutes, 1961) sur les cérémonies d’indépendance au Dahomey [aujourd’hui Bénin].

9 Voir les contributions de M. Torrent et D. Abwa.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search