Version classiqueVersion mobile

La Babel étudiante

 | 
Dzovinar Kévonian
, 
Guillaume Tronchet

Les archives de la Cité internationale universitaire de Paris : un chantier pour l’histoire

Fabien Oppermann

Texte intégral

  • 1 André Honnorat a confié à plusieurs services d’archives ses propres dossiers, relatifs à sa vie d’ (...)
  • 2 AN, AJ16 7027-7044. Il faut également ajouter quelques dossiers compris dans un fonds plus général (...)

1En octobre 2007, le président du conseil d’administration de la Cité Internationale Universitaire de Paris (CIUP) Marcel Pochard et la déléguée générale Sylviane Tarsot-Gillery ont demandé à la directrice des archives de France, Martine de Boisdeffre, de les accompagner dans le projet de classement et remise aux Archives nationales des archives conservées sur l’ensemble du site de la Cité. Depuis sa création en 1925, la CIUP n’avait jamais entrepris une telle démarche visant à organiser son fonds d’archives avec l’aide du ministère de la Culture ; aucun versement n’avait été effectué aux Archives nationales, malgré l’intérêt manifeste des initiateurs du projet pour la postérité de leur œuvre1. Compensant partiellement cette absence, un fonds émanant de la chancellerie des universités, relatif à la Cité, avait été transféré, probablement dans les années 1970, du rectorat de Paris aux Archives nationales2.

  • 3 Ont participé au chantier : Fabien Oppermann, chef de la mission des archives aux MEN-MESR, son ad (...)
  • 4 Transférées en juin 2009 sur le site de Fontainebleau des Archives nationales, les archives de la (...)

2Le chantier, dont le pilotage a été confié à la mission des archives des ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a été mené de décembre 2007 à juin 20093. Un état des lieux, entre décembre 2007 et février 2008, a tout d’abord permis d’identifier, dans l’ensemble des services et maisons de la Cité, les archives à caractère historique. Près de deux kilomètres linéaires d’archives ont été repérés dans l’ensemble des bâtiments. Parmi ces documents, nombreux n’avaient pas vocation à rejoindre les fonds des Archives nationales, en raison soit de leur inintérêt historique, soit de leur utilité encore marquée pour les services. L’embauche par la Cité de deux archivistes, Mehdi Yahyaoui et Yannick Chasseigneaux, d’août 2008 à mai 2009, a permis de trier, classer et inventorier près de 370 mètres linéaires d’archives historiques, émanant des services de la Fondation nationale, des maisons, du théâtre de la Cité ainsi que de l’Alliance internationale (association des anciens résidents de la Cité), qui a souhaité se joindre à ce projet en déposant ses archives aux Archives nationales. L’ensemble du fonds a été transféré aux Archives nationales au mois de juin 20094, avec l’aide des services centraux du ministère et des Archives nationales. Le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, a célébré ce transfert lors d’une cérémonie organisée à la Cité en janvier 2010.

3Le chantier d’archivage s’est déroulé en pleine concertation avec les chefs de service et directeurs de maison. Si les fonds conservés jusqu’alors dans les services de la Fondation se sont révélés particulièrement riches, l’intérêt des archives conservées dans les maisons s’est avéré plus contrasté. En effet, certaines des maisons les plus anciennes de la Cité (Deutsch de la Meurthe, Abreu de Grancher, Provinces de France…) ou certaines plus récentes (Maison des industries agricoles et alimentaires) ne conservaient que peu d’archives, dont pratiquement rien sur leurs origines, tandis que d’autres (Danemark, Lucien Paye, Italie…) possédaient encore des archives particulièrement riches sur l’ensemble de leur histoire. Ces disparités peuvent s’expliquer de plusieurs manières ; on peut notamment supposer que certaines archives des maisons ont été transférées à la Fondation, lors d’opérations de rénovation (Maison des provinces de France par exemple). De même, dans la plupart des maisons se trouvaient des dossiers de résidents, dont l’accueil constitue la fonction première de ces structures. Si leur archivage n’a pas été envisagé (on a privilégié l’archivage des dossiers conservés à la Fondation), le transfert aux Archives nationales des autres documents, témoignant de la vie des maisons, a été organisé.

4On peut signaler au lecteur que quelques maisons et fondations (Allemagne, Biermans-Lapôtre, Espagne, Maroc) ne se sont pas associées à ce projet d’archivage général. Les archives de certaines de ces maisons sont pourtant particulièrement riches et apportent un éclairage singulier sur leur présence au sein de la Cité et à Paris. Si les dossiers de la Fondation peuvent pallier l’absence de ces documents aux Archives nationales, il n’en reste pas moins que, dans le panorama global qu’offrent les fonds versés aux Archives nationales sur l’histoire et l’architecture de la Cité, ces maisons manquent. Le chercheur peut néanmoins y avoir accès sur place, même si l’absence de fonction archives identifiée à la Cité et dans certaines de ces maisons peut rendre la conservation et la valorisation de ces archives plus complexe à mettre en œuvre. Enfin, les documents laissés sur place, à la Cité, correspondent à ceux dont l’utilisation peut être encore requise par les services ; c’est le cas, en particulier, des dossiers relatifs aux constructions et rénovations menées depuis une trentaine d’années.

  • 5 AN, 20090013/1-1200.
  • 6 AN, 20090014/1-343.
  • 7 AN, 20090023/1-59, 20090023 à 20090026.
  • 8 AN, 20090007/1-105.

5Les archives de la Cité internationale universitaire de Paris intéressent pleinement l’histoire du XXe siècle. Courant de 1896 à 2002, elles couvrent plusieurs champs thématiques, tant les actions menées au sein de la Cité sont variées. Réparties en plusieurs fonds (archives de la Fondation5, archives des maisons6, archives de l’Alliance internationale7, archives du théâtre8), elles concernent la création de la Cité et son développement, la construction et l’entretien des maisons ainsi que l’aménagement des espaces et du parc, l’administration de la Cité (conseils d’administration, conférences des directeurs, comités d’établissements et conseils intérieurs des maisons…), les relations avec divers partenaires français et étrangers (institutions, mécènes, gouvernements étrangers…), la vie culturelle, artistique et sportive au sein du domaine (théâtre, bibliothèque, aménagement et utilisation des équipements sportifs…), l’accueil et l’hébergement des résidents, avec notamment des annuaires de résidents et anciens résidents ainsi que les dossiers individuels, depuis les origines jusqu’à 1998, la vie administrative, sociale, culturelle et résidente au sein des maisons.

  • 9 Voir Oppermann F., « 80 ans d’architecture mondiale confiés aux Archives nationales : les archives (...)

6Au-delà de l’indéniable contenu prosopographique de ce fonds, qui doit permettre l’étude de populations particulièrement variées (résidents, présidents et délégués généraux de la Cité, directeurs de maison, personnels, professeurs, chercheurs…), ces archives sont potentiellement des sources destinées à de nombreux pans de la recherche historique. La raison d’être et la constitution de la Cité en ont fait un creuset de la vie politique, sociale, culturelle et internationale du XXe siècle. Dans l’ensemble de ces secteurs, les sources que ce fonds d’archives met à disposition permettent d’étudier la vie étudiante et ses évolutions, ses contours politiques – en lien avec les mouvements sociaux nationaux et les crises internationales – de même que le confort apporté au logement étudiant. L’histoire de la Cité a, d’ailleurs, déjà largement été abordée sur le plan architectural et patrimonial ; le fonds contient de très riches sources sur la constitution du domaine et la construction des maisons, les relations entre la Fondation et les architectes, les aménagements réalisés9. Il doit permettre d’approfondir encore les études déjà réalisées, ou d’en entreprendre de nouvelles, comme sur le bâtiment de l’hôpital de la Cité, devenu Institut mutualiste Montsouris, sur le boulevard périphérique ou sur l’église de Gentilly, construite par un mécène pour offrir aux résidents un lieu de culte catholique.

7Plus largement, ces archives abordent la question des relations internationales, tant dans une dimension politique que culturelle, à un haut niveau – dans la négociation menée avec les États pour la construction de maisons – comme à un niveau local – dans les relations entre les maisons et les résidents. Sur quelques dizaines d’hectares, la Cité s’est souvent trouvée le reflet de la situation du monde, impliquée dans les conflits internationaux (Seconde Guerre mondiale, conflits coloniaux) ou dans les crises politiques (Iran, Cambodge…). Ces archives en sont un témoignage particulièrement intéressant.

  • 10 AN, 50 AP 1-176. Voir en particulier les articles 120 à 130. Également : Archives départementales (...)
  • 11 AN, 307 AP 1-302. Voir en particulier les articles 275 à 283.
  • 12 AN, 462 AP 1-87.
  • 13 AN, 406 AP 1-37.
  • 14 AN, 403 AP.
  • 15 Fonds Dudok, Nederlands Architectuurinstituut, Rotterdam, Pays-Bas.

8Si ce fonds mérite d’être largement exploité sous différents angles (histoire institutionnelle, politique, sociale, culturelle, histoire de l’art…), il doit également être mis en relation avec les sources complémentaires conservées par ailleurs. Au-delà du fonds versé par le rectorat de Paris déjà mentionné, il convient de mentionner les fonds d’archives publics ou privés relatif à la Cité ; ils émanent des fondateurs et administrateurs (André Honnorat10, Raoul Dautry11, André François-Poncet12, Bernard Chenot13), des architectes (Albert Laprade14, Willem Dudok15)… De même, les archives des différentes tutelles, françaises et étrangères, doivent conserver des documents ayant trait à la Cité.

9Cette opération d’archivage doit désormais permettre de mieux connaître l’histoire de la Cité internationale universitaire de Paris. Sa constitution, ses habitants, ses activités, ses bâtiments sont des sujets d’études potentiels variés, en histoire, histoire de l’art, sociologie, sciences politiques… C’est à l’aune de cette histoire que doit pouvoir s’écrire l’avenir de la Cité, appelée dans les années futures à un développement sans précédent depuis les années d’après-guerre. Les sources du XXe siècle sont disponibles ; nos successeurs prendront en charge celles du siècle suivant.

Notes

1 André Honnorat a confié à plusieurs services d’archives ses propres dossiers, relatifs à sa vie d’homme public. Voir infra.

2 AN, AJ16 7027-7044. Il faut également ajouter quelques dossiers compris dans un fonds plus général : AN, 20010243/10-20.

3 Ont participé au chantier : Fabien Oppermann, chef de la mission des archives aux MEN-MESR, son adjointe Émilie Kerdelhué, Marie-Dominique Loustalot, directrice de la bibliothèque de la Cité internationale universitaire de Paris, et Mehdi Yahyaoui et Yannick Chasseigneaux, archivistes.

4 Transférées en juin 2009 sur le site de Fontainebleau des Archives nationales, les archives de la CIUP ont rejoint le site de Pierrefitte-sur-Seine, nouvellement construit, lors du déménagement des Archives nationales mené en 2012-2013.

5 AN, 20090013/1-1200.

6 AN, 20090014/1-343.

7 AN, 20090023/1-59, 20090023 à 20090026.

8 AN, 20090007/1-105.

9 Voir Oppermann F., « 80 ans d’architecture mondiale confiés aux Archives nationales : les archives de la Cité internationale universitaire de Paris », Colonnes, no 26, juin 2010, p. 8-10.

10 AN, 50 AP 1-176. Voir en particulier les articles 120 à 130. Également : Archives départementales des Alpes de Haute-Provence, 4 J 1-72.

11 AN, 307 AP 1-302. Voir en particulier les articles 275 à 283.

12 AN, 462 AP 1-87.

13 AN, 406 AP 1-37.

14 AN, 403 AP.

15 Fonds Dudok, Nederlands Architectuurinstituut, Rotterdam, Pays-Bas.

Auteur

Ancien élève de l’École des chartes, de l’École pratique des hautes études et de l’Institut national du patrimoine. Conservateur du patrimoine, chef de la mission des archives et du patrimoine culturel aux ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, il a piloté le transfert des archives de la Cité internationale universitaire de Paris aux Archives nationales en 2008-2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search