Version classiqueVersion mobile

La Babel étudiante

 | 
Dzovinar Kévonian
, 
Guillaume Tronchet

Une fondation belgo-luxembourgeoise à Paris : la « maison » d’Hubert Biermans et de Berthe Lapôtre

Serge Jaumain et Pierre Van den Dungen

Texte intégral

Un self-made man1

  • 1 Sur Hubert Biermans, il existe une biographie romancée : Vermeirre A., Hubert Biermans, du Congo à (...)
  • 2 Florent Lapôtre (13 juillet 1837 - 24 avril 1908), époux de Cyprienne Bastien, Acte de l’État-Civi (...)
  • 3 Florent Lapôtre, Acte de l’État-Civil, commune de Philippeville. Sur Berthe Lapôtre, Archives de l (...)
  • 4 Kauch P., « Albert, Jean-Baptiste, Joseph Thys (28 novembre 1849, 10 février 1915) », Biographie Na (...)

1Jean-Hubert Biermans naît à Herkenbosch (Limbourg néerlandais), le 31 décembre 1864 dans une famille de condition modeste dont le père est boulanger. Même s’il accomplit ses études primaires à l’Athénée d’Hasselt (Belgique), Biermans n’est donc pas (et ne sera jamais) belge. En 1877, à treize ans, il travaille sur les chantiers ferroviaires de l’ingénieur et entrepreneur Florent Lapôtre2. Sa motivation et son esprit d’initiative retiennent l’attention de Lapôtre qui l’engage sur de plus grands projets : la construction de lignes de chemin de fer au Luxembourg, en Italie, en Corse… bientôt en Algérie (où l’on relie Mostaganem à Thiaret). Dès cette époque, Hubert Biermans convoite la fille (unique) du « patron », Berthe Lapôtre, née le 10 mars 1866 à Agimont (en province de Namur). Sans être riches, les Lapôtre connaissent une certaine aisance ; en tout cas, une forme de réussite qui aurait poussé Florent Lapôtre à éconduire Biermans, ce subordonné, lorsqu’il demande Berthe en mariage. Celle-ci épouse Félix Remacle, comptable aux charbonnages de Mariemont (en Hainaut) et issu d’une famille cousine des Lapôtre3. En décembre 1889, Biermans est engagé à la Compagnie du chemin de fer du Congo chargée de relier Matadi à Léopoldville par le rail. Son dynamisme attire à nouveau l’attention du directeur et véritable initiateur du projet, Albert Thys, secrétaire et homme de confiance de Léopold ii pour les « affaires africaines ». C’est en homme d’affaires avisé et dévoué à la cause coloniale belge – les différentes sociétés de son groupe valent 72 250 000 franc-or de capital nominal en 1915 – que le général Thys fonde la banque d’Outremer (en 1899) afin de disposer de capitaux suffisants pour mener à bien ses projets ambitieux4. Cette rencontre va profondément influencer la suite de la carrière de Biermans : Thys choisit en effet d’associer le Limbourgeois à ses projets, notamment dans le domaine ferroviaire.

Un couple de mécènes : de Shawinigan au retour en Europe5

  • 5 Les informations contenues dans ce chapitre doivent beaucoup au travail de Grcic P., Prestige et i (...)
  • 6 Kurgan G., Laureyssens J., Un siècle d’investissements belges au Canada, Bruxelles, Éditions de l’U (...)

2Preuve de la confiance qui s’est établie entre les deux hommes, Thys envoie Biermans au Canada en 1900, en vue de vérifier l’état d’avancement des travaux de mise en place d’une de ses sociétés, la Belgo-Canadian Pulp Cy. Si l’entreprise, installée en Mauricie (Québec), est alors vacillante, Biermans ne tarde pas à en remarquer l’immense potentiel. En 1903, il crée la Belgo Pulp and Paper Cy (reconstituée en Belgo-Canadian Pulp and Paper en 1905), contrôlée par la banque d’Outremer, dont l’usine profite des immenses ressources forestières du Québec pour produire de la pâte à papier et du papier journal. Les installations se trouvent à Shawinigan-Falls, ville fondée en 1901 (rebaptisée Shawinigan en 1958). Biermans devient vite une personnalité du monde économique canadien à telle enseigne qu’en 1924, année où il est élu président des Fabricants de papier américains, il peut tirer 54 000 000 franc-or de la revente de ses affaires6.

  • 7 AFBL, B473, F 168, Faire-part de décès de Félix Remacle. Berthe Lapôtre et Félix Remacle avaient e (...)
  • 8 La Rochelle F., Histoires de Shawinigan, Shawinigan, Publicité Pâquet, 1988, p. 46-51, [http://www. (...)
  • 9 Milmeister J., « Jean-Hubert Biermans et la fondation Biermans-Lapôtre », Letzebuerger Almanach 198 (...)

3Entre-temps, le 2 mai 1904, Félix Remacle est décédé et Berthe se retrouve donc veuve avec un fils, Florent (né le 26 mars 1897), à la santé précaire. Hubert Biermans semble avoir attendu son heure avec une certaine détermination : il correspond, en effet, durant deux bonnes années avec la fille de son ancien patron avant de l’épouser, en 1907, à Middelkerke (près d’Ostende). L’année suivante (qui est aussi celle du décès du père de Berthe veuf depuis plusieurs années), elle s’embarque avec son fils pour le Québec7. Le couple Biermans-Lapôtre accède à la citoyenneté canadienne tandis qu’Hubert sera fait citoyen d’honneur de Shawinigan, cité en faveur de laquelle le couple se montrera particulièrement généreux8. Dès cette époque, l’un et l’autre octroient aussi des dons à des institutions d’enseignement telles que le collège Stanislas de Montréal ou les universités de Montréal, McGill et Laval9.

  • 10 AFBL, B28, F202-203, B62, F352, 9 mai 1938.

4À l’automne 1926, Biermans ayant cessé d’être un « industriel » à proprement parler, le couple regagne l’Europe d’où Hubert, en boursicoteur soucieux de ses importants avoirs, va prendre soin d’une fortune également gérée par quelques hommes de confiance10. Le couple mène à partir de ce moment une vie de retraités actifs, très aisés, entre leurs résidences françaises, canadienne, monégasque (où Hubert Biermans se distingue au casino…). Ils séjournent en Amérique du nord l’été et l’hiver en Europe selon une coutume déjà pratiquée par Berthe au temps où Hubert dirigeait la Belgo. C’est toutefois en France que le couple s’installe principalement. En 1928, les Biermans commandent l’aménagement d’un hôtel particulier à Paris (rue de Bourgogne, 7e arrondissement) à Armand Guéritte, architecte en chef des bâtiments civils, auquel ils viennent de confier la construction de la « Maison des Belges ». On y reviendra. En octobre de l’année suivante, ils acquièrent le domaine de Salneuve (Montargis, Loiret), composé de deux fermes et d’un château entourés de 420 hectares de terres.

  • 11 On pourrait ainsi par certains aspects comparer ce choix à celui d’Émile Bernheim, patron de l’Inn (...)
  • 12 AFBL, H.B., Lettres A à E, 1933-1934, H. Biermans à H. Bolle, Paris, 24 octobre 1933.
  • 13 Van Ypersele L., Le roi Albert, histoire d’un mythe, Mons, Éditions Labor, 2006. Désir D. (dir.), D (...)

5N’ayant pas eu d’enfants ensemble, les Biermans souhaitent se perpétuer autrement que par le jeu des générations. En ce sens, comme d’autres hommes d’affaires belges ayant vécu en Amérique du nord ou, simplement, influencés par les pratiques du Nouveau Monde11, (il admire les grandes figures du mécénat états-unien telles qu’Andrew Carnegie ou John Rockefeller) Biermans veut réaliser « tous les intérêts où la liquidation de (s) a succession pourraient [sic] présenter le moindre ennui à ceux qui (lui) survivront », soit toute action, toute valeur non convertible en plus de 48 heures12. Aussi, surtout à partir du retour en Europe, seul ou avec sa femme, se montre-t-il prodigue, notamment envers les œuvres patriotiques. À l’instar de tant d’autres qu’a ému la Belgique martyre, il fait bénéficier de ses largesses la Fédération nationale des militaires belges mutilés et invalides de guerre (25 000 francs) ou encore la chorale de la Fédération nationale des combattants belges à Paris (5 000 francs) dont il est le président d’honneur. Après la Seconde Guerre mondiale, en avril 1948, il fait par ailleurs don de son domaine de Salneuve à l’Union belge, Société royale de mutualité et de bienfaisance, placée sous la présidence d’honneur de l’ambassadeur de Belgique. Celle-ci y installe une maison de retraite « des vieillards de l’Union belge ». Biermans a aussi le souci de célébrer les « gloires nationales » qui se sont illustrées au service du « peuple ». Sa sollicitude se porte particulièrement sur la reine Élisabeth, la « reine infirmière », à laquelle il accorde plusieurs dizaines de milliers de francs en faveur de sa fondation. Celle-ci, sur le site du grand hôpital bruxellois Brugmann (inauguré en 1923), accueille des laboratoires, notamment de biologie clinique, consacrés à la recherche scientifique13.

  • 14 Voir Archives privées Jacques Remacle, Généalogie d’Auguste Remacle. L’existence de ce fils n’est (...)
  • 15 AFBL, Procès verbaux du conseil d’administration de la fondation Biermans-Lapôtre, no 33, 14 févri (...)

6Si Biermans est donc généreux avec « ses » patries (le Canada et la Belgique), il ne l’est pas, en revanche, avec Florent Remacle, installé aux États-Unis, qui survivra à sa mère (décédée en septembre 1952) ainsi qu’à son beau-père (décédé en février 1953) et aura, semble-t-il, un fils (prénommé Jack14). Ce contexte explique sans doute pourquoi, il faudra attendre 1962, soit près de dix ans après le décès des époux Biermans-Lapôtre, pour que soit menée à bonne fin la liquidation de l’avoir successoral, en l’occurrence d’un montant de 200 000 nouveaux francs entièrement versés à la « Maison des Belges15 ».

Fondation… de la fondation Biermans-Lapôtre

  • 16 C’est une « tâche » qui lui sera toujours dévolue voir notamment AFBL, Farde 143, Maison rue de Bo (...)

7Dans ce désir de « redistribution » de leur fortune, c’est bien sûr avec la France que les Biermans se montreront les plus prodigues, faisant ériger la prestigieuse fondation Biermans-Lapôtre sur le site de la Cité Internationale Universitaire de Paris (CIUP). Il s’agit en effet ici d’une donation du couple : 6 000 000 de francs du total de la somme offerte proviendraient du « patrimoine » de Berthe Lapôtre qui s’investira également dans le choix du terrain et l’achat du premier mobilier de la maison16. Au total, 12 voire 15 000 000 francs-or (si l’on tient compte des nombreux aménagements ultérieurs) seront nécessaires pour bâtir et aménager le pavillon.

  • 17 Vermeirre A., op. cit., p. 102-103.
  • 18 Lemoine B., La Cité internationale universitaire de Paris, Paris, Hervas, 1990, p. 63. Sur Philippe (...)

8En quoi le projet de CIUP a-t-il pu séduire le couple Biermans ? Hubert Biermans connaît et apprécie André Honnorat, autant l’homme que son œuvre « morale », favorable au « brassage » des cultures. En outre, donateur proche d’un type de mécénat anglo-saxon défiant à l’égard de l’État, il ne peut que souscrire au rôle essentiel tenu par l’initiative privée dans le projet. Mais sa résolution est surtout liée au rôle d’un proche, le Canadien Philippe Roy. C’est cet ancien sénateur, alors Haut-commissaire en France (de 1911 à 1928) et à l’origine de la Maison des étudiants canadiens sur le site de la Cité, qui met en contact Biermans avec Honnorat. Au tout début des années 1920, Biermans cherchait, en effet, un terrain afin de pouvoir y bâtir une résidence destinée à « une soixantaine d’ingénieurs belges et hollandais ». Honnorat convainc Biermans de voir plus grand. Selon la tradition, l’homme d’affaires se serait rendu aux arguments de son interlocuteur chez Larue (alors le plus élégant restaurant de Paris) après un grand Bourgogne17… Par ailleurs, Philippe Roy, qui va siéger au conseil d’administration de la fondation Biermans-Lapôtre durant toute la durée de son séjour parisien (1928-1938), est une relation précieuse. Il occupe le poste de premier envoyé extraordinaire et de ministre plénipotentiaire de son pays en France où il fait la promotion des intérêts commerciaux de son pays18.

  • 19 Archives nationales de Paris (AN), Section Paris, Académie de Paris, Cabinet du recteur, Fondation (...)
  • 20 AN, AJ16 7027, Création et aménagement 1917-1964. Observations concernant la séance du 20 juin 192 (...)
  • 21 AFBL, B474, Documents relatifs à la fondation. Correspondance 1924-1939. Documents divers, Colonel (...)

9À l’origine, les Biermans auraient souhaité que la fondation soit la voisine immédiate de celle de « leurs amis canadiens19 ». Mais, dès le 20 juin 1924, la Commission d’architecture de la Cité avait fixé l’emplacement du pavillon belge « à l’angle du boulevard Jourdan et de l’allée conduisant à l’entrée face à la rue Gazan20 ». L’emplacement de 4 000 m ² plaît aussitôt à Berthe Lapôtre21.

Rien de trop beau

  • 22 AFBL, PV CA (copie), Acte de donation provisoire du 10 avril 1924.
  • 23 Bureau S., Marinho de Miranda G., Rossini L., « La Cité universitaire internationale de Paris. Un e (...)
  • 24 AN, AJ16 7037, Maison des étudiants belges (fondation BL), création, construction 1924-1939, H. Bi (...)
  • 25 AFBL, B474, Documents historiques relatifs à la fondation, Correspondance 1924-1929, documents div (...)

10À partir de ce moment, les Biermans ne vont pas lésiner sur la dépense pour leur Maison qui s’occupera « en première ligne » – lit-on dans l’acte de donation – « des étudiants belges en France » et, « en seconde », des « Limbourgeois hollandais et des Luxembourgeois bénéficiant d’une bourse22 ». En raison de la nature du financement, il s’agit d’une « maison non rattachée », c’est-à-dire d’une fondation disposant de son propre conseil d’administration, libre d’agir dans le respect des règlements en vigueur sur le campus de la Cité23. Dès le 11 avril 1924, Biermans a choisi son architecte, Armand Guéritte (1879-1940) qui présente un croquis du bâtiment au comité de la Cité universitaire le 27 juin24. Biermans prend connaissance des plans de la Maison le 31 juillet et adhère à l’idée d’un bâtiment en T (1 330 m ², sous-sol, rez-de-chaussée, entresol, quatre étages carrés et un cinquième lambrissé), avec une « magnifique entrée et des jardins autour de la construction ». On notera que cette configuration s’est imposée en raison de la disposition du terrain même si, initialement, le donateur aurait souhaité un bâtiment en V renversé25.

  • 26 Delaire E., De Penanrun D., Roux F., Les architectes élèves de l’École des beaux-arts 1793-1907, Pa (...)
  • 27 Schoonbroodt B., « Le refus de la modernité : architecture et beaux-arts à l’exposition de Bruxelle (...)

11Pourquoi le choix de Biermans se porte-t-il sur Guéritte ? Cet architecte en chef des bâtiments civils (au concours de 1920), notamment de la ville de Versailles, qui sera aussi le concepteur de la Maison des provinces de France, est reconnu comme un spécialiste de la restauration et de la mise en valeur du patrimoine architectural et paysager26. Diplômé de l’École des beaux-arts de Tours, il adhère au « style beaux-arts », un courant qui refuse la modernité et glorifie les thèmes historiques (déclinés en néobaroque, néo-renaissance, néogothique, néo-médiéviste…). Après la Première Guerre mondiale, ce courant exprime en outre, dans le Nord de la France et en Belgique où il est très couru, une pensée nationaliste tout en « traits » architecturaux confinant au cliché27.

  • 28 AFBL, B474, Documents historiques relatifs à la FBL, Correspondance 1924-1929, Documents divers, B (...)
  • 29 AFBL, B474 (2), Devis descriptif des travaux de maçonnerie, 18 février 1925.
  • 30 Vergez P. (dir.), Rapport de conservation préventive. Salle des fêtes de la fondation BL. CIUP, s. (...)

12Par son travail, Guéritte a voulu symboliser « l’esprit conjugué de la Belgique et de la France ». La Flandre est figurée en tourelles, lucarnes, pignons à gradins (typiques de l’architecture ouest-flamande), accompagnés de motifs baroques de type brabançon. Si la brique symbolise la même région, conjuguée à la pierre naturelle, elle fait aussi référence à la Wallonie, à l’instar des toits mansardés et recouverts d’ardoises. Un tel usage de matériaux traditionnels est « superbe » aux dires mêmes de Biermans28. Et de choisir de la pierre d’Euville pour les socles, de la pierre de Comblanchien pour les marches d’escalier et les paliers d’arrivée et de la pierre de banc de Villiers-Adam partout ailleurs29. Ce sont par ailleurs des ardoises d’Angers, fixées par des crochets de cuivre, qui couvrent les toits, eux-mêmes parés de gouttières en zinc à l’anglaise. Quant aux sols, Biermans (et Guéritte) ont opté pour le grès cérame, la mosaïque de marbre et le parquet en terrazolith (sorte de dallage magnésien) ou en ciment30.

  • 31 Simonnet C., Le béton. Histoire d’un matériau. Économie, technique, architecture, Marseille, Parent (...)
  • 32 Norman A., Les nouveaux matériaux dans l’architecture depuis 1850, Court-Saint-Etienne, s. d., p. 3 (...)

13Le style beaux-arts ne dédaigne pas pour autant les techniques modernes. Ainsi l’ossature intérieure, celle supportant la toiture, et tous les planchers et la majorité des escaliers de la « Maison des Belges », sont-ils en béton armé. Dans l’esprit du donateur et de son architecte, il n’est toutefois pas question d’aller vers les audaces de l’Art déco en vogue. En l’occurrence, cette utilisation du béton sera rendue invisible au moyen de matériaux jugés plus nobles (chêne…). Seuls comptent les « atouts » du béton armé, au premier rang desquels la solidité. Sur le chantier ce sont les entreprises Bréjou et Saint-Denis, concessionnaires Hennebique, qui auront la responsabilité en la matière31. Biermans privilégiera également les entreprises et les artistes les plus réputés. Biermans fait ainsi installer, parmi d’autres « musts » de l’époque, un système spécifique de ventilation breveté (Knaepen), un ascenseur Roux-Combaluzier (grand Prix de l’Exposition universelle de Paris 1900)… Enfin, comble du raffinement, il fait fabriquer une horloge électrique Magneta, pièce très rare munie d’un régulateur électrique Brillié32.

  • 33 Leclant J., Institut de France. Le second siècle 1895-1995, t. I, membres et associés étrangers A-K (...)
  • 34 L’essentiel des informations sur la construction et les aménagements provient de AFBL, Boîte 474. (...)
  • 35 AFBL, B474 (2), R. Gaucher à A. Guéritte, 20 novembre 1925.

14Le sculpteur Marcel Gaumont, qui réalise les motifs décoratifs et les bas-reliefs de la façade principale, est issu, tout comme Guéritte, de l’École des beaux-arts de Tours. Premier prix de Rome 1908, il a également travaillé à la décoration de la Maison des provinces de France et de la Fondation des États-Unis33. Hubert Biermans fait aussi appel à Edgard Brandt, ferronnier d’art de renom, organisateur de l’Exposition universelle des Arts décoratifs et industriels modernes en 1925 et à qui on doit, entre autres, le monument de la Tranchée des baïonnettes à Verdun et le bouclier de la dalle du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe. Il signe la porte d’entrée principale (façade est) de la maison, surmontée des armes de la Belgique, le tout en fer méplat et fer carré, ainsi que les rampes des deux grands escaliers et les dix-huit balcons34. Enfin, Biermans confie la décoration de la salle des fêtes au peintre René Gaucher, autre « classiciste », qui y crée de grandes fresques à la gloire, explique-t-il, « de la grandeur et de la beauté de l’œuvre de la Cité belge35 ».

  • 36 AFBL, PV, CA, 8e séance, 26 mai 1935.

15Au jour de l’inauguration (le 4 novembre 1927), toutes les décorations et les aménagements de cet immense chantier ne sont pas achevés… Soulignons enfin que l’ameublement du pavillon doit beaucoup à Berthe Lapôtre – son mari s’étant contenté d’exprimer une note générale, très significative de son goût « bourgeois » – : il faut un mobilier « solide et élégant, un mobilier de club ». Tout était dit36.

Sous influence française ?

16Bâtir une « Maison des Belges » en France, même à l’instigation d’un citoyen canadien, provoque des réactions parmi les milieux néerlandophones du (déjà) complexe petit et plat pays. À cette époque, les leaders du mouvement flamand luttent en effet en faveur de l’instauration d’un enseignement supérieur (et universitaire) exclusivement néerlandophone. Les enjeux se sont d’ailleurs cristallisés autour de l’université de Gand.

  • 37 « Een Belgische universitaire stichting te Parijs », Het Laatste Nieuws, 2 novembre 1927, p. 1.
    « D (...)
  • 38 « La Maison des étudiants belges à Paris, une exclusion regrettable », Le Peuple, 4 novembre 1927.

17Peu avant l’inauguration officielle de la « Maison des Belges », en novembre 1927, Het Laatste Nieuws, ténor de la presse libérale flamande, s’en prend à un point des statuts de l’établissement selon lequel seuls sont admis les étudiants ayant fait leurs études « en langue française ». La clause exclut de la sorte les premiers licenciés à avoir accompli leur cursus en néerlandais (à Gand et à Louvain) ! De surcroît, dénonce en première page le quotidien libéral, pour l’occasion au diapason de l’opinion catholique (très implantée au Nord du pays), le jury chargé d’attribuer les bourses d’études ne compte que des professeurs francophones (des universités de Bruxelles et de Liège) à l’exclusion de ceux de la catholique université de Louvain. Et Het Laatste Nieuws de dénoncer l’envoi d’une délégation officielle belge à une cérémonie qui insulte « les 3/5 de la population belge37 ». Il est intéressant de noter qu’à la différence de leurs confrères flamands, les journaux francophones commentent peu l’affaire, à l’exception du socialiste Le Peuple qui dénonce une injustice faite aux Flamands38.

  • 39 « La Maison des étudiants belges à Paris – Un incident apaisé », Le Soir, 5 novembre 1927.
  • 40 AFBL, PV CA, 3e séance, 25 janvier 1927. Hubert Biermans s’engage à déposer 2 000 000 francs (6 % (...)

18La controverse conduit la fondation à revoir en toute hâte ses conditions d’admission et, le matin-même de l’inauguration, des négociations sont menées (par le prince Léopold en personne selon Le Soir39) afin de supprimer les termes « en langue française » du règlement. Selon Het Laatste Nieuws l’attribution de bourses demeure cependant inaccessible aux néerlandophones. De fait, Hubert Biermans a souhaité réserver ses aides à de jeunes hommes belges (ou à des Limbourgeois hollandais) ayant achevé leurs études en français dans les « Athénées et collèges » du royaume et désireux de suivre les cours de la faculté des sciences ou ceux des écoles d’enseignement technique supérieur40. La clause se comprend puisqu’il s’agit de faciliter la poursuite d’études en France et, de ce fait, en français.

  • 41 Dumont-Wilden L., « La Maison des étudiants belges à Paris », « M. C. Huysmans nous téléphone », La (...)
  • 42 AFBL, B470, F38. Staquet J., Historique de la fondation Biermans-Lapôtre de 1937 à 1959, texte iné (...)
  • 43 « Le prince Léopold à la Maison des étudiants belges à Paris », Le Soir, 3 novembre 1927, p. 2. «  (...)

19De son côté, le ministre belge de l’Enseignement, le socialiste flamand Camille Huysmans, subit les foudres de La Nation Belge qui accuse son cabinet « enflamingantisé » d’avoir volontairement refusé de soutenir l’initiative. Huysmans réagit le jour même, précisant qu’on ne lui a jamais rien demandé, ni subside, ni appui. Quoi de plus vrai, d’ailleurs : Biermans avait bel et bien souhaité poser un acte privé41. Néanmoins, selon certaines sources, le ministre (l’un des trois auteurs d’une proposition de loi en faveur de la création d’une université néerlandophone à Gand…), aurait demandé aux recteurs des quatre universités belges de ne pas se rendre à l’inauguration42. Une démarche non couronnée de succès puisque ceux-ci comptent au nombre des présents le 4 novembre 1927… à la différence du ministre. Les recteurs sont entourés d’un aréopage de qualité dans lequel on distingue le président de la République, Gaston Doumergue, le président du Sénat, Paul Doumer, le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts, Édouard Herriot, le célèbre maréchal Foch, Joseph Bech, président du gouvernement du Luxembourg ou encore André Honnorat, Philippe Roy et Sébastien Charléty, recteur de l’université de Paris… sans oublier le prince Léopold dont Biermans souhaitait la présence à tout prix. De fait, l’auguste invité, qui déjeune avec Doumergue avant de se rendre sur la tombe du soldat inconnu, garantit une grande publicité à l’événement. Quant aux discours prononcés à cette occasion – célébrant de façon attendue l’amitié franco-belge – ils sont diffusés le soir même par la TSF43.

20Que penser des « attaques » flamandes ? Nul ne peut nier que, dans l’esprit de son donateur, la fondation se conçoit telle « un hommage d’affection et de gratitude envers […] deux nations sœurs indissolublement unies ».

  • 44 AFBL B354 F76, Correspondance J. Guillaume à J. Staquet.
  • 45 « À la fondation universitaire belge de Paris, la menace d’expropriation se précise », La Nation B (...)

21Pour Jules Guillaume, ambassadeur de Belgique à Paris dans les années 1940, elle est la « vitrine de l’éducation belge en France44 ». Encore faut-il, ajouterions-nous, que cet amour et ces échanges s’expriment aussi dans la langue de Vondel… Le risque de « francisation » de cet établissement « belge » en terre étrangère a pu, à l’occasion, unir dans une même dénonciation presse francophone et néerlandophone. Dès la rentrée 1928, à la suite du refus d’inscription d’un étudiant belge en médecine, des journaux vont ainsi s’inquiéter que les « mesures anti-flamandes » s’étendent désormais « à tout le pays ». Un fait d’autant plus inquiétant, précisent les commentateurs, au sein d’une Maison où les résidents « nationaux » sont nettement minoritaires45. Ceci pose bel et bien la question de la nationalité des étudiants auxquels la Maison s’adresse.

Une Maison « belgo-luxembourgeoise »46 ?

  • 46 Voir Spang P., Les Luxembourgeois à la fondation Biermans-Lapôtre de la Cité universitaire de Pari (...)
  • 47 Pour rappel, en 1831, par le traité de Londres, les puissances européennes avaient restreint les f (...)

22Pour quelles raisons Hubert Biermans a-t-il souhaité ouvrir sa fondation aux étudiants luxembourgeois ? On a montré le « patriotisme » du mécène. Ce désir d’associer, dans son entreprise généreuse, le grand-duché de Luxembourg – et le Limbourg hollandais – à la Belgique peut laisser accroire qu’il a voulu célébrer la « grande Belgique » historique d’avant 1839, au temps où ces deux régions en faisaient encore partie47. En Belgique, un courant « annexionniste » connut d’ailleurs une certaine vogue au sortir de la Première Guerre mondiale. D’un point de vue moins politique, le choix de Biermans peut aussi s’interpréter comme une volonté de saluer la jeune union économique belgo-luxembourgeoise née en 1921.

  • 48 Archives Nationales du Luxembourg (ANL), AR AP 188, Lettre de l’ambassadeur du Luxembourg à Eugène (...)

23Si ces explications ne sont pas totalement à exclure, il semble qu’à nouveau, ce soit l’amitié qui ait joué un rôle déterminant dans ce choix. On sait en effet que l’ingénieur luxembourgeois Nicolas Cito était intervenu auprès de Biermans, (dont il était proche depuis l’aventure du chemin de fer congolais) afin qu’il ouvre également sa « Maison » aux étudiants du Grand-Duché. Cito semble avoir été sollicité au préalable par le ministre Joseph Bech, alors directeur général de l’Instruction publique luxembourgeoise48.

  • 49 AFBL, B470, F43. De Gobart A., op. cit.

24Quoi qu’il en soit, on remarque une croissance d’autant plus rapide du nombre de résidents luxembourgeois (ils sont quarante en 1938) qu’ils ne disposent pas d’université dans leur pays et doivent en conséquence se former à l’étranger49.

  • 50 Spang P., op. cit., p. 39 et suivantes.
  • 51 AFBL, B41, Dossier 1962, Jacques Santer, B47, Dossier 1965 Werner, fille de Pierre Werner. Au cour (...)

25Concrètement, les demandes des étudiants doivent être envoyées à Luxembourg, à la direction générale de l’Instruction publique (devenue ministère en 1936 et puis, à partir de 1944, ministère de l’Éducation nationale) qui les relaie à la Fondation Universitaire (FU, créée à Bruxelles en 1920 pour soutenir les universités belges). Toutefois, de 1939 à 1969, les étudiants luxembourgeois ont l’obligation de présenter leur examen devant un jury national au cours de deux sessions annuelles : l’ordinaire, à la fin de la seconde quinzaine d’octobre ; l’extraordinaire, au printemps. Il fallut donc trouver des aménagements pour que ce calendrier concorde avec celui de la Cité (où la date limite des demandes d’admission était fixée au 15 septembre). D’après l’historien Paul Spang environ 3 000 Luxembourgeois résideront dans la Maison Biermans-Lapôtre des origines à 1990 (dont 173 entre 1927 et 193950). On notera d’ailleurs qu’une part importante de la classe politique et des élites grand-ducales (entre autres diplomatiques) y peaufinera une formation très ouverte à la culture française51.

Les premières années d’activité

  • 52 AFBL, PV CA, 3e séance, 25 janvier 1927 et 4e séance, 29 mars 1927.
  • 53 AFBL, PV CA, 5e séance, 4 février 1928.
  • 54 Archives de la Fondation Universitaire (AFU), FB-C3/3, Convention entre la FBL et la fondation uni (...)
  • 55 Masure J., « Jean Willems », Biographie nationale, Bruxelles, Académie royale de Belgique, t. XLI, (...)
  • 56 Brauns J., op. cit., p. 28.

26En 1924, l’ambassadeur de Belgique, Edmond de Gaiffier, décline l’invitation qui lui est faite de siéger au conseil d’administration de la Maison Biermans-Lapôtre. Ses fonctions officielles, précise-t-il, lui interdisent de prendre part à une « œuvre privée, si belle soit-elle ». En 1927, il faut l’insistance d’Honnorat – qui a rappelé que « ses collègues des autres nations l’ont fait pour les fondations de leurs pays respectifs » – pour que le diplomate revienne sur sa décision52. À l’origine, Hubert Biermans préside l’assemblée alors que le recteur de l’université de Paris en est le président d’honneur53. Devant le manque de résidents belges (décrié par la presse nationale comme on l’a vu) une convention est signée le 22 juillet 1929 entre la Fondation Universitaire (FU) à Bruxelles et la fondation Biermans-Lapôtre à Paris54. Il est décidé que la FU représentera (comme véritable « fondé de pouvoir ») la Maison en Belgique et instruira les demandes de résidence de jeunes Belges. À la FU revient aussi la mission de sélectionner les personnalités scientifiques et professorales auxquelles proposer les « trois chambres dites de passage ». L’idée d’un tel arrangement vient de Biermans lui-même d’après Jean Willems, directeur de la FU et personnalité de premier plan du monde scientifique belge de l’entre-deux-guerres55. Le directeur de la FU prend bientôt un réel ascendant dans le conseil. Ainsi, en mai 1938, Willems est élu vice-président et, à la demande de l’intéressé, remplace Biermans au Conseil de la Cité56. Une importante modification statutaire confirme la tendance en 1939. Désormais le directeur de la FU siège parmi les quatre membres de droit aux côtés de l’ambassadeur de Belgique (désigné président du conseil à cette occasion), du président du Fonds national de la Cité universitaire et du recteur de l’académie de Paris. À l’origine seuls figuraient dans cette catégorie : Hubert Biermans, président, Berthe Lapôtre, le directeur de l’Enseignement supérieur au ministère de l’Instruction publique et le recteur. Par ailleurs, le directeur de la FU entre parmi les candidats potentiels au poste de président du bureau du conseil.

  • 57 AFBL, PV CA, 13e séance, 1er mars 1939 et 14e séance, 12 décembre 1944.
  • 58 AFBL, B354, F76, J. Staquet à J. Willems, 16 août 1938.

27En somme, l’implication plus nette de l’ambassadeur et du directeur de la FU accroît la présence effective de l’élément belge. La possibilité nouvelle de coopter trois membres dont deux nationaux résidant à Paris marque encore davantage l’évolution. Il en va de même du lien avec le Grand-Duché. L’aggiornamento accorde en effet une place de membre coopté au représentant diplomatique du Luxembourg à Paris (poste créé en 1936 et alors occupé par Antoine Funck). Pour l’occasion, il prend la place de Philippe Roy retourné au Canada. En l’occurrence, les Biermans, « membres à vie », ont désiré « faciliter le développement de la fondation due à leur initiative », en plus « de mettre le texte qui la régit en accord avec celui des fondations faites postérieurement à la leur57 ». Reste que le nombre de résidents belges demeure toujours minoritaire à la fin des années 1930. En 1938, la Maison des « Belges » affiche bel et bien complet mais on ne dénombre, parmi ses 220 pensionnaires, que 25 Belges (dont 17 Flamands), et la proportion avait été encore moindre l’année précédente avec dix nationaux58 !

  • 59 AFBL, PV CA, 5e séance, 4 février 1928 et PV CA, 8e séance, 26 mai 1935.
  • 60 AFBL, 21, PV CA, 14e séance, 12 décembre 1944.

28En vérité, la fondation est toujours trop méconnue en Belgique, principalement en raison d’un problème de « positionnement » : la majorité des résidents sont en effet des hommes de 25 à 30 ans qui ont terminé leurs études et viennent chercher à Paris un « complément de culture » voire suivre, quelques semaines, les leçons d’un « maître59 ». Outre une implication toujours plus forte de la FU, il s’agit, plus fondamentalement encore, de créer des équivalences en termes de cursus « pour que les étudiants puissent poursuivre leurs études en France ». De la sorte, le pavillon n’aurait plus comme seuls résidents belges des diplômés désireux de se perfectionner60

  • 61 AFBL, Direction 1945-1949, B22, Rapport sur l’activité de la Maison depuis la réouverture datée du (...)
  • 62 AFBL, CA, B449, Rapport moral, 1949.

29Un tel accord culturel franco-belge voit effectivement le jour au lendemain de la Seconde Guerre mondiale alors qu’est instaurée une commission mixte et permanente en charge de l’examen des dossiers (en février 194661). Au final, les Belges constitueront la majorité des résidents dans « leur » propre Maison à partir de 1949, soit plus de vingt ans après l’inauguration de celle-ci62 !

La guerre et l’immédiat après-guerre

  • 63 AFBL, PV, Séance officieuse du conseil d’administration, 10 novembre 1941.
  • 64 Voir la contribution de Kévonian Dzovinar dans le présent volume.
  • 65 AFBL, PV, Séance officieuse du conseil d’administration, 23 mars 1943. PV, Séance officieuse du co (...)
  • 66 Spang P., op. cit., p. 47.

30Le service de santé de l’armée française occupe la fondation de manière effective le 3 septembre 1939 avant d’en chasser les 48 derniers étudiants encore sur place. Armand Guéritte procède aussitôt à un état des lieux et fait estimer le mobilier à 395 975 francs. Le 1er novembre, Josse Staquet, alors directeur en fonction, prend le chemin de la Belgique tandis que le personnel, quand il n’est pas mobilisé, regagne son domicile ou intègre ledit service de santé63. Le 19 juin 1940, c’est au tour de l’armée allemande de prendre possession du pavillon qu’elle transforme en caserne. Les dégâts les plus lourds se produisent durant cette période. Josse Staquet, de retour au poste le 1er juillet, parvient cependant à placer les archives en lieu sûr. Mais il ne peut procéder ni à un nouvel inventaire ni à un état des lieux. En mai 1942, les soldats cèdent la place aux jeunes filles allemandes du service auxiliaire d’information (qui investissent les lieux en août). Staquet, qui peut conserver son logement dans la Maison, s’investit avec énergie auprès de la Commission des réquisitions allemandes afin d’obtenir, les indemnités dues en raison de l’occupation des lieux64. Et de soutirer la somme non-négligeable de 2 248 733 francs, qui, au final, accroît les avoirs de la fondation et l’autorise à se montrer prodigue en pleine guerre. Ainsi verse-t-elle 100 000 francs au Home de Salneuve et 50 000 francs à André Honnorat afin qu’il aide les plus nécessiteux des membres du personnel de la Cité65. Le 12 décembre 1944, le conseil d’administration de la Maison se réunit officiellement pour la première fois depuis le début des hostilités. Mais quelques séances officieuses s’étaient tenues au cours du conflit. À la libération de Paris, les Américains installent provisoirement une école d’officiers avant de libérer la Maison qui rouvre ses portes le 16 août 1945 à 175 résidents (dont 6 Luxembourgeois66).

  • 67 AFBL, B354, F76, J. Staquet à J. Guillaume, 15 janvier 1947.

31Pour sa part, le couple Biermans, exilé au Canada le temps du conflit mondial, ne regagne l’Europe qu’en octobre 1946. À partir de cette date, tous deux décident de ne plus tenir les premiers rôles dans la gestion de la fondation. Les poussent à prendre cette position de relatif retrait, outre l’âge, le contexte difficile de l’immédiat après-guerre : on songe aux restrictions en tous genres et à la crise du logement à Paris dont les effets se font sentir sur le campus de la Cité. Mais, de façon plus fondamentale, ce sont les modes de fonctionnement chers à Biermans, qui sont alors dépassés. Jusqu’à cette époque, il avait en effet refusé toute subvention officielle afin de gérer son œuvre à « l’américaine », soit exclusivement sur fonds propres. Dès 1947, Josse Staquet n’hésite pas à se plaindre auprès de l’ambassadeur Jules Guillaume de cette « politique d’autonomie » ayant conduit le donateur à refuser « les subsides du ministère belge de l’Instruction publique, qui a proposé à plusieurs reprises un montant de 250 000 francs67 ».

  • 68 AFBL, Direction 1945-1949, B22, Tableau récapitulatif du 26 février 1947, joint à une lettre de J. (...)
  • 69 Celle-ci semble avoir été régulière mais ce point devra encore être confirmé.

32Désormais l’augmentation constante des frais de gestion rend la position intenable. D’autant que la fondation ne pratique pas des prix élevés. En 1946, une chambre double coûte 900 francs par mois (et 1 400 pour une individuelle) alors que la Maison des provinces de France exige 1 800 francs par lit en chambre double68. Aussi, à partir de 1949, le gouvernement belge va-t-il accorder un « subside annuel » de l’ordre de 300 000 francs sur le compte de la fondation Biermans-Lapôtre, auquel s’ajoute une participation du ministère de l’Enseignement national luxembourgeois de 55 000 francs69. Il s’agit d’une aide renouvelable mais non inscrite au budget de la Nation. À nouveau, la position de la FU est centrale puisqu’elle sert de médiatrice entre le ministère de l’Instruction et la Maison Biermans-Lapôtre. La subvention (en hausse notable au cours des années 1960 avec 1 000 000 FBL en 1968) est finalement inscrite au budget du Service public fédéral « Politique scientifique » belge en 1970. Il en va de même du côté du ministère de la Culture, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche luxembourgeoise.

La question des étudiantes

  • 70 Attal F., Garrigues J., Kouamé Th., Vittu J.-P. (dir.), Les universités en Europe du XIIIe siècle à (...)
  • 71 Desclos A., La mission éducatrice de la Cité universitaire, Paris, A. Lapied, 1961.

33Autre changement majeur, le nombre de jeunes gens inscrits à l’université ou en écoles supérieures n’a cessé de croître : ils étaient 28 000 en 1900, ils seront 123 000 en 1946. Une évolution de la composition sociologique du monde étudiant (en France comme ailleurs dans le monde dit occidental) découle de cette tendance, qui modifie les habitus du monde universitaire. C’est une population moins favorisée qui fréquente en effet les amphithéâtres, notamment des enfants des « classes moyennes », même inférieures. Aussi, à partir des années 1950, l’institution apparaît-elle inadaptée à un grand nombre de ceux-là qui vont souhaiter, puis exiger des réformes en faveur d’une université ouverte (non « malthusienne ») et dans laquelle les étudiants prendraient part à la gestion70. De prime abord, les autorités de la Cité répondent avec fermeté à ces revendications et interdisent les manifestations politiques sur le campus, allant jusqu’à exclure les organisateurs de manifestations (notamment en 1947-1948). De leur côté, les administrateurs de Biermans recourent volontiers à l’argument juridique suivant : les pavillons de la Cité dépendent de conseils qui n’auraient pas le droit, même s’ils le voulaient, de se dessaisir de leurs prérogatives71.

  • 72 AFBL, B354, F76, Lettre 16 juin 1947, J. Staquet à J. Guillaume. PV, CA, 8 juillet 1947.
  • 73 AFBL, B3, Dossiers étudiants 1945-1960, Dossier Rémouchamps, Lettre de J. Staquet à J. Masure, 1er(...)

34Reste que, parmi ces nouvelles catégories sociales d’étudiants du supérieur, on dénombre, en 1946 (toujours en France), près de 35 000 étudiantes. Or la fondation, parmi d’autres pavillons, n’a guère de places à leur offrir. L’année suivante, c’est l’ambassadeur Jules Guillaume qui le premier demande au conseil d’administration d’accueillir ce nouveau public. Pour le directeur Staquet, une telle mesure générerait des difficultés « matérielles et morales », au risque « de rendre vains dix ans d’efforts », et d’entrevoir « non sans frémir, la certitude d’être complice de l’immoralité »… Pourtant, à la rentrée académique 1947, trois appartements habituellement réservés aux professeurs de passage sont mis à disposition de cinq étudiantes qui, grâce à des aménagements, vont disposer d’une chambre-studio, d’un salon commun et d’une salle de bains commune. Les voici, en somme, en quartier de sécurité72… La situation n’est cependant pas plus favorable ailleurs sur le campus où, en 1950, seulement six maisons (Deutsch de la Meurthe, Collège franco-britannique, Collège néerlandais, Fondation des États-Unis, Maison du Mexique et celle des étudiants argentins) autorisent la mixité ou sont en mesure de l’accepter ! Et encore ces pavillons ne peuvent-ils accueillir que trois ou quatre étudiantes par an73. Dès lors, même si les demandes d’admission féminines demeurent minoritaires (3 à 18 par an entre 1948 et 1958), le manque de place contraint la direction de la Maison à refuser plus du tiers des candidatures. Le rejet est systématique dans le cas de mineures (à l’époque, la majorité s’acquiert à 21 ans).

35On le comprend, l’histoire de la Maison des « Belges et des Luxembourgeois » ne s’arrête pas avec le décès des donateurs en 1952-1953. La conservation de nombreuses archives à Paris, Bruxelles et Luxembourg permet aujourd’hui de retracer l’évolution de cette institution d’un genre particulier et qui joua notamment un rôle important dans la formation de générations de jeunes belges et luxembourgeois. C’est le projet auquel nous travaillons actuellement, en collaboration avec Pieter Dhondt (Universiteit Ghent et université de Joensuu-Finlande), Denis Scuto et Régis Moes (université du Luxembourg) dans le but de publier fin 2013, un ouvrage retraçant l’évolution de cette maison et de ses occupants.

Notes

1 Sur Hubert Biermans, il existe une biographie romancée : Vermeirre A., Hubert Biermans, du Congo à Shawinigan, Septentrion, Sillery, 2001 et une notice, œuvre d’un directeur de la Maison : Brauns J., « Hubert-Jean Biermans », Biographie nationale, Bruxelles, éditions Bruylant, 1969, t. XXXV, col. 26-29. Également Brauns J., Université de Paris. Fondation Biermans-Lapôtre 1927-1962, Paris, Éditions Bian, 1962, p. 9 et suivantes. La rédaction de cet article a par ailleurs bénéficié des fructueuses recherches menées dans le cadre du séminaire d’histoire contemporaine de MA1 de l’université libre de Bruxelles en 2010-2011. Les deux auteurs tiennent à exprimer ici leurs plus chaleureux remerciements à tous les étudiants qui ont participé à cette aventure collective.

2 Florent Lapôtre (13 juillet 1837 - 24 avril 1908), époux de Cyprienne Bastien, Acte de l’État-Civil, commune de Philippeville, province de Namur.

3 Florent Lapôtre, Acte de l’État-Civil, commune de Philippeville. Sur Berthe Lapôtre, Archives de la fondation Biermans-Lapôtre (ci-après AFBL), B473, F168 et B 65, F355.

4 Kauch P., « Albert, Jean-Baptiste, Joseph Thys (28 novembre 1849, 10 février 1915) », Biographie Nationale, Bruxelles, Académie royale de Belgique, t. XXXI, 1961, col. 686-698.

5 Les informations contenues dans ce chapitre doivent beaucoup au travail de Grcic P., Prestige et identité d’un patron belge. Les actions de Hubert Biermans entre 1924 et 1953, réalisé dans le cadre du séminaire d’histoire contemporaine mentionné plus haut.

6 Kurgan G., Laureyssens J., Un siècle d’investissements belges au Canada, Bruxelles, Éditions de l’ULB, 1984, p. 18-24. Brion R., Moreau J.-L., Inventaire des archives de la banque d’Outremer SA et de la société Agefi, s. a. 1899-1957, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2001.

7 AFBL, B473, F 168, Faire-part de décès de Félix Remacle. Berthe Lapôtre et Félix Remacle avaient eu des jumeaux : Florent et Maurice. Mais ce dernier décéda en 1900, Archives Jacques Remacle, Généalogie d’Auguste Remacle.

8 La Rochelle F., Histoires de Shawinigan, Shawinigan, Publicité Pâquet, 1988, p. 46-51, [http://www.histoireshawinigan.com/], consulté le 22 mai 2011.

9 Milmeister J., « Jean-Hubert Biermans et la fondation Biermans-Lapôtre », Letzebuerger Almanach 1986, Luxembourg, Guy Binsfeld, p. 109. Brauns J., op. cit., p. 12.

10 AFBL, B28, F202-203, B62, F352, 9 mai 1938.

11 On pourrait ainsi par certains aspects comparer ce choix à celui d’Émile Bernheim, patron de l’Innovation, également mort sans enfant : Jaumain S., « Jalons d’un parcours patronal. Émile Bernheim de l’Innovation à la promotion de la paix », Jaumain S., Bertrams K. (dir.), Patrons, gens d’affaires et banquiers. Hommages à Ginette Kurgan-van Hentenrijk, Bruxelles, Le livre Timperman, 2004, p. 307-328.

12 AFBL, H.B., Lettres A à E, 1933-1934, H. Biermans à H. Bolle, Paris, 24 octobre 1933.

13 Van Ypersele L., Le roi Albert, histoire d’un mythe, Mons, Éditions Labor, 2006. Désir D. (dir.), Du côté de Brugmann : un hôpital dans son siècle, Bruxelles, Éditions Ercée, 2006. Archives du Palais Royal (APR), Secr. EL99/80, Lettre du Secrétaire de la Reine à H. Biermans, 31 janvier 1928.

14 Voir Archives privées Jacques Remacle, Généalogie d’Auguste Remacle. L’existence de ce fils n’est mentionnée dans aucune biographie.

15 AFBL, Procès verbaux du conseil d’administration de la fondation Biermans-Lapôtre, no 33, 14 février1962.

16 C’est une « tâche » qui lui sera toujours dévolue voir notamment AFBL, Farde 143, Maison rue de Bourgogne : la correspondance que Berthe Lapôtre entretient avec le décorateur Francis Alex.

17 Vermeirre A., op. cit., p. 102-103.

18 Lemoine B., La Cité internationale universitaire de Paris, Paris, Hervas, 1990, p. 63. Sur Philippe Roy : (Saint-François, Québec, 1er février 1868 – Ottawa, 10 décembre 1948), Hillmer N. [http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=f1ARTf0006972], consulté le 3 juin 2011.

19 Archives nationales de Paris (AN), Section Paris, Académie de Paris, Cabinet du recteur, Fondation et administration de la CIUP, AJ16 7037, Maison des étudiants belges, création, construction 1924-1939. Correspondance entre Preud’homme et Guillot, 8 mai 1924.

20 AN, AJ16 7027, Création et aménagement 1917-1964. Observations concernant la séance du 20 juin 1924 de la Commission d’architecture.

21 AFBL, B474, Documents relatifs à la fondation. Correspondance 1924-1939. Documents divers, Colonel Preud’homme à H. Biermans, 30 juin 1924.

22 AFBL, PV CA (copie), Acte de donation provisoire du 10 avril 1924.

23 Bureau S., Marinho de Miranda G., Rossini L., « La Cité universitaire internationale de Paris. Un espace d’échange culturel ? », EchoGéo, no 5, juin-août 2008 sur [http://echogeo.revues.org/4493], consulté le 20 septembre 2010.

24 AN, AJ16 7037, Maison des étudiants belges (fondation BL), création, construction 1924-1939, H. Biermans et P. Appell, 11 avril 1924.

25 AFBL, B474, Documents historiques relatifs à la fondation, Correspondance 1924-1929, documents divers, Biographie J-H, Correspondance Guéritte et Preud’homme, 27 juin 1924.

26 Delaire E., De Penanrun D., Roux F., Les architectes élèves de l’École des beaux-arts 1793-1907, Paris, Librairie de la construction moderne, 2e éd., 1907.

27 Schoonbroodt B., « Le refus de la modernité : architecture et beaux-arts à l’exposition de Bruxelles en 1910 », Jaumain S., Balcers W. (dir.), Bruxelles 1910. De l’Exposition universelle à l’université, Bruxelles, Dexia, 2010, p. 107-139. Smets M. M. (dir.), Resurgam. La reconstruction en Belgique après 1914, Bruxelles, Crédit Communal, Exposition Passage 44, 27 mars – 30 juin 1985, 1985, p. 132.

28 AFBL, B474, Documents historiques relatifs à la FBL, Correspondance 1924-1929, Documents divers, Biographie JH, Correspondance Preud’homme et H. Biermans, 30 juin 1924.

29 AFBL, B474 (2), Devis descriptif des travaux de maçonnerie, 18 février 1925.

30 Vergez P. (dir.), Rapport de conservation préventive. Salle des fêtes de la fondation BL. CIUP, s. l., INP, 2004, p. 28.

31 Simonnet C., Le béton. Histoire d’un matériau. Économie, technique, architecture, Marseille, Parenthèses, 2005, p. 52. Delhumeau G., Gubler J., Legault R., Simonnet C., Le béton en représentation. La mémoire photographique de l’entreprise Hennebique 1890-1930, Paris, Hazan, 1993, p. 114. Le béton armé, inventé au milieu du XIXe siècle, bénéficie d’un premier brevet en 1892 grâce à l’invention de François Hennebique qui, en remarquable businessman, vend ses conseils et sa technologie à des « franchisés ».

32 Norman A., Les nouveaux matériaux dans l’architecture depuis 1850, Court-Saint-Etienne, s. d., p. 38.

33 Leclant J., Institut de France. Le second siècle 1895-1995, t. I, membres et associés étrangers A-K, Paris, Institut de France, 1999, p. 552.

34 L’essentiel des informations sur la construction et les aménagements provient de AFBL, Boîte 474. Nous tenons à remercier Sophie Bodart, dont le travail de séminaire La fondation Biermans-Lapôtre, de l’idée à la concrétisation, a conduit au dépouillement des dossiers ad hoc aux Archives nationales et au centre de valorisation du Patrimoine de la Cité.

35 AFBL, B474 (2), R. Gaucher à A. Guéritte, 20 novembre 1925.

36 AFBL, PV, CA, 8e séance, 26 mai 1935.

37 « Een Belgische universitaire stichting te Parijs », Het Laatste Nieuws, 2 novembre 1927, p. 1.
« De Belgische universitaire stichting the Parijs », Het Laatste Nieuws, 3 novembre 1927, p. 1.
« De Belgische universitaire stichting te Parijs », Het Laatste Nieuws, 4 novembre 1927, p. 3.
« De Biermans-Stichting », Het Laatste Nieuws, 5 novembre 1927, p. 1.

38 « La Maison des étudiants belges à Paris, une exclusion regrettable », Le Peuple, 4 novembre 1927.

39 « La Maison des étudiants belges à Paris – Un incident apaisé », Le Soir, 5 novembre 1927.

40 AFBL, PV CA, 3e séance, 25 janvier 1927. Hubert Biermans s’engage à déposer 2 000 000 francs (6 % d’intérêt l’an) pour la dotation des dix premières bourses alors que l’acte testamentaire prévoit 9 5 000 000 pour pourvoir à l’instauration de soixante bourses annuelles de 8 000 à 10 000 francs.

41 Dumont-Wilden L., « La Maison des étudiants belges à Paris », « M. C. Huysmans nous téléphone », La Nation Belge, 4 novembre 1927, p. 1-2.

42 AFBL, B470, F38. Staquet J., Historique de la fondation Biermans-Lapôtre de 1937 à 1959, texte inédit.

43 « Le prince Léopold à la Maison des étudiants belges à Paris », Le Soir, 3 novembre 1927, p. 2. « De “Belgische” universitaire stichting te Parijs », Het Laatste Nieuws, 4 novembre 1927. Camille Huysmans affirma ne pas avoir été « directement » informé de la manifestation par les administrateurs de la fondation.

44 AFBL B354 F76, Correspondance J. Guillaume à J. Staquet.

45 « À la fondation universitaire belge de Paris, la menace d’expropriation se précise », La Nation Belge, 12 septembre 1928. De Morgenpost, 14 septembre 1928.

46 Voir Spang P., Les Luxembourgeois à la fondation Biermans-Lapôtre de la Cité universitaire de Paris. De la Maison belge à la Maison belgo-luxembourgeoise, Amicale des anciens résidents de la FBL, 1991, notamment p. 16-17 et suivantes.

47 Pour rappel, en 1831, par le traité de Londres, les puissances européennes avaient restreint les frontières de l’État belge en lui ôtant une partie de la province du Limbourg (au bénéfice des Pays-Bas) et l’ensemble de ce qui deviendra le grand-duché du Luxemboug, ces territoires avaient pourtant été incorporés à la jeune nation lors de la Révolution de 1830. Toutefois le refus du roi hollandais de reconnaître l’indépendance de la Belgique reporta à 1839 la mise en œuvre de cette décision.

48 Archives Nationales du Luxembourg (ANL), AR AP 188, Lettre de l’ambassadeur du Luxembourg à Eugène Schaus, vice-président du gouvernement et ministre des Affaires étrangères, Paris, 8 juin 1962. L’information nous a été aimablement communiquée par Régis Moes.

49 AFBL, B470, F43. De Gobart A., op. cit.

50 Spang P., op. cit., p. 39 et suivantes.

51 AFBL, B41, Dossier 1962, Jacques Santer, B47, Dossier 1965 Werner, fille de Pierre Werner. Au cours de l’année académique 2011-2012, un séminaire de master consacré à cette question (et à la fondation Biermans-Lapôtre en général) s’est tenu à l’université du Luxembourg – partenaire de la recherche internationale en cours –, sous la direction de Denis Scuto (assisté de Régis Moes). Pierre Van den Dungen a également participé à ce séminaire dont les résultats commencent à être exploités.

52 AFBL, PV CA, 3e séance, 25 janvier 1927 et 4e séance, 29 mars 1927.

53 AFBL, PV CA, 5e séance, 4 février 1928.

54 Archives de la Fondation Universitaire (AFU), FB-C3/3, Convention entre la FBL et la fondation universitaire de Belgique, 22 juillet 1929, respectivement représentées par Willems Jean, Biermans Hubert.

55 Masure J., « Jean Willems », Biographie nationale, Bruxelles, Académie royale de Belgique, t. XLI, 1980, col. 798-808. Halleux R., Xhayet G., La liberté de chercher. Histoire du Fonds National de la Recherche Scientifique (FNRS), Liège, ULM, 2007, p. 52 et 191.

56 Brauns J., op. cit., p. 28.

57 AFBL, PV CA, 13e séance, 1er mars 1939 et 14e séance, 12 décembre 1944.

58 AFBL, B354, F76, J. Staquet à J. Willems, 16 août 1938.

59 AFBL, PV CA, 5e séance, 4 février 1928 et PV CA, 8e séance, 26 mai 1935.

60 AFBL, 21, PV CA, 14e séance, 12 décembre 1944.

61 AFBL, Direction 1945-1949, B22, Rapport sur l’activité de la Maison depuis la réouverture datée du 19 mars 1946. CA, B449, Rapport, 1949. Brauns J., op. cit., p. 32.

62 AFBL, CA, B449, Rapport moral, 1949.

63 AFBL, PV, Séance officieuse du conseil d’administration, 10 novembre 1941.

64 Voir la contribution de Kévonian Dzovinar dans le présent volume.

65 AFBL, PV, Séance officieuse du conseil d’administration, 23 mars 1943. PV, Séance officieuse du conseil d’administration, 10 mai 1944.

66 Spang P., op. cit., p. 47.

67 AFBL, B354, F76, J. Staquet à J. Guillaume, 15 janvier 1947.

68 AFBL, Direction 1945-1949, B22, Tableau récapitulatif du 26 février 1947, joint à une lettre de J. Staquet adressée au recteur concernant les chambres libres et les prix de la Maison, 28 février 1947.

69 Celle-ci semble avoir été régulière mais ce point devra encore être confirmé.

70 Attal F., Garrigues J., Kouamé Th., Vittu J.-P. (dir.), Les universités en Europe du XIIIe siècle à nos jours. Espaces, modèles et fonctions, Actes du colloque international d’Orléans, 16 au 17 octobre 2003, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005. Notamment : « Les étudiants et l’université française : entre intégration et contestation (de 1945 à nos jours) », p. 77-96.

71 Desclos A., La mission éducatrice de la Cité universitaire, Paris, A. Lapied, 1961.

72 AFBL, B354, F76, Lettre 16 juin 1947, J. Staquet à J. Guillaume. PV, CA, 8 juillet 1947.

73 AFBL, B3, Dossiers étudiants 1945-1960, Dossier Rémouchamps, Lettre de J. Staquet à J. Masure, 1er décembre 1950.

Auteurs

Professeur d’histoire contemporaine à l’université libre de Bruxelles où il dirige le Centre d’études nord-américaines, et est vice-recteur aux Relations internationales. Il préside par ailleurs l’AIEQ (Association Internationale d’études québécoises). Ses recherches portent notamment sur l’histoire des relations belgo-canadiennes. Il a obtenu en 2005 le prix du gouverneur général du Canada pour l’ensemble de ses travaux sur ce pays.
Professeur à l’ENSAV-La Cambre et maître de conférences en histoire contemporaine à l’université libre de Bruxelles. Il a notamment publié Milieux de presse et journalistes en Belgique, 1828-1914 (Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2005) et collaboré à La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle (1800-1914), sous la direction de Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (Paris, Nouveau monde, 2012).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search