Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Babel étudiante

 | 
Dzovinar Kévonian
, 
Guillaume Tronchet

Un campus universitaire au Quartier latin ? Le logement des étudiants français et étrangers à la Belle Époque

Pierre Moulinier

Texte intégral

1Par-delà les grands enjeux de politique étrangère et de diplomatie culturelle françaises qui fondent la création de la Cité Internationale Universitaire de Paris (CIUP), notamment un certain impérialisme culturel, le souci du rayonnement de la langue et de la culture françaises, la concurrence avec les grandes universités occidentales dans l’accueil d’étudiants étrangers et la revanche sur l’Allemagne, la CIUP est une réponse à un besoin pressant d’avant la Grande Guerre, qui est de loger les étudiants provinciaux et étrangers qui se pressent au Quartier latin. Pour toutes les universités de l’ouest européen, l’offre à ces hôtes temporaires de conditions de vie acceptables est un élément essentiel de leur attractivité.

2Cette question se pose particulièrement à Paris. À l’inverse de la plupart des grandes nations européennes qui possèdent plusieurs pôles d’enseignement supérieur, telles la Grande-Bretagne et l’Allemagne, la carte universitaire de la France est caractérisée par l’écrasante domination de la capitale sur la province. Il en résulte une surpopulation étudiante dans les facultés parisiennes, qui ne cesse de s’aggraver au cours du XIXe siècle, même si les facultés de province développent leurs effectifs à la fin du siècle.

3La population des facultés parisiennes, qui comprend 4 000 individus en 1865, dépasse les 10 000 en 1892 et atteint le chiffre record de 19 000 en 1910. En 1913, Paris accueille plus de 17 000 étudiants quand Lyon en possède environ 3 000, Toulouse 2 700, Bordeaux 2 500, Montpellier 2 100, Nancy 1 950, Lille 1 800, Rennes 1 600, Poitiers et Grenoble 1 500, Alger 1 300, Aix-Marseille 1 100, Dijon 970, Caen moins de 650, Clermont et Besançon moins de 300. Cette « pléthore » parisienne, comme on dit à l’époque, est la conséquence des réformes de l’enseignement supérieur de la iiie République, qui portent sur les programmes, la pédagogie ou la création de nouvelles filières et de nouveaux diplômes, mais aussi de l’augmentation des moyens accordés aux facultés, de la construction de bâtiments – telle la nouvelle Sorbonne – et de l’accroissement du personnel enseignant.

Les étudiants à Paris au XIXe siècle

  • 1 Sur l’évolution de la démographie étudiante, voir Moulinier P., La naissance de l’étudiant moderne (...)

4Alors qu’en 1821, six étudiants sur dix se retrouvent au Quartier latin, la fin du Second Empire voit s’amorcer le décollage des facultés de province, ce qui diminue le poids de Paris. En 1865, le rapport Paris/France entière est de 50/50, mais dès 1878, la capitale n’en reçoit plus que 42 %. À partir de 1895, ce pourcentage s’établit au-dessous de 50 % : 43 % en 1894, 42 % en 1900 et en 1911, 41 % en 1914. Pendant la Grande Guerre, les proportions ne changent guère (39,6 %). En 1920, Paris ne compte plus que 42,5 % des effectifs nationaux. C’est quand même quatre étudiants sur dix qui se retrouvent au Quartier latin1 !

5Cette croissance des effectifs étudiants est due en partie à l’arrivée ou à l’augmentation du nombre de deux catégories d’étudiants : les étrangers et les femmes. De 1886 à 1910, alors que le nombre des étudiants à Paris double en passant de 8 400 à 17 250, le nombre des étrangers des deux sexes inscrits dans les facultés parisiennes est multiplié par près de quatre, passant de 834 à 3 242. Parmi les étrangers, une catégorie particulière se développe, celle des étudiantes : de 139 à Paris en 1890, elles passent à 1 077 en 1914, soit une multiplication par près de huit. Dès 1910, une diminution s’observe, provoquée en partie par la crise économique, et dès 1912 par l’effet des guerres balkaniques sur les effectifs étrangers, notamment turcs, bulgares, grecs et serbes. La population étudiante de Paris se stabilise alors autour de 17 300, avant la chute brutale due à la guerre de 1914-1918 (4 257 en 1914, 6 025 en 1916). La remontée s’opère en 1919, où l’on retrouve le chiffre des années précédant le conflit mondial (17 761). Les étrangers des deux sexes, qui constituent selon nos calculs autour de 10 % des étudiants parisiens avant 1890, oscillent entre 9 % et 12,5 % de 1890 à 1904 et atteignent 13,75 % en 1907, 18 % en 1911, pour se stabiliser à près de 19 % avant et pendant le conflit mondial.

Où logent-ils ?

6On peut distinguer deux cas de figure en matière de logement étudiant : les Parisiens qui logent chez leurs parents et les provinciaux ou les étrangers.

7En ce qui concerne les provinciaux, l’option pour une faculté située hors de sa région d’origine n’est pas interdite. La réglementation précise seulement que les examens doivent être subis devant la faculté où l’on a pris ses inscriptions. Le décret du 30 juillet 1883 autorise un étudiant qui veut changer d’établissement à le faire sans perdre le bénéfice des inscriptions prises et des examens réussis ; il doit toutefois demander au doyen le transfert de son dossier scolaire, et le doyen peut le refuser. La possibilité de changer de faculté est suspendue pour tout étudiant qui a échoué à un examen, jusqu’à réparation de son échec, sauf motifs graves. Ce n’est que vers 1890 que des mesures sont adoptées pour inciter les provinciaux et surtout les étrangers à s’inscrire dans les facultés de province.

  • 2 Archives nationales, Paris (ci-après AN), AJ16 4773, 4778, 4784 et 4790.

8Pendant tout le XIXe siècle, on entend les doyens des facultés parisiennes se plaindre de l’excès d’étudiants issus de la province dans leur établissement. Dans toutes les facultés, les étudiants nés à Paris ou dans le département de la Seine sont en minorité, bien que l’on trouve beaucoup plus de Parisiens en droit, en lettres et en sciences qu’en médecine. Chez les carabins, les provinciaux abondent, notamment parce que les facultés de médecine sont moins nombreuses que celles de droit : de 5 % de docteurs natifs du département de la Seine en 1849, on passe à près de 8 % en 1859, à 10,5 % en 1899, à 21 % en 1910-1911 et à 17,3 % en 1916-1917. À la faculté de droit, le poids des Parisiens ou Séquanais est beaucoup plus élevé : entre 1830 et 1900, la proportion d’originaires de la Seine oscille entre 19,5 % et 22 % selon les années. De même, parmi les étudiants en sciences nés entre 1850 et 1900, les « Franciliens » prédominent (près du tiers est né en région parisienne). La situation est semblable en lettres : l’origine géographique des licenciés ès-lettres entre 1861 et 1909, telle qu’elle ressort des archives que nous avons dépouillées2, est caractérisée par la suprématie de Paris et du département de la Seine, dont les natifs représentent constamment le quart environ de l’effectif (25,1 % en 1861-1867, 23,7 % en 1888-1889, 27,9 % en 1898-1899, 26,1 % en 1908-1909).

  • 3 Caron J.-C., Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le Quartier latin (1814-1851), Pari (...)
  • 4 AN, AJ16 6814-6817. Le corpus est de 311 nouveaux docteurs français et étrangers, dont 33 (10,6 %) (...)
  • 5 AN, AJ16 6890-6892. Corpus de 361 nouveaux docteurs, dont un seul n’indique pas son domicile.

9À ces foules de provinciaux, il faut ajouter les étrangers et les étrangères. De 852 en 1886-1887, dont 108 femmes, ils passent à 3 242 en 1913-1914, dont 1 077 femmes. Parmi les 17 000 étudiants présents au début du siècle à Paris, il faut donc compter environ 3 000 étudiants étrangers, 9 000 Français nés en province et 5 000 Parisiens : ce sont donc environ 12 000 étudiants que Paris doit accueillir à la Belle Époque. La très grande majorité de ces déracinés logent dans les hôtels et les pensions du Quartier latin, soit les 5e et 6e arrondissements. Dans la première moitié du siècle, comme l’a montré Jean-Claude Caron3, seulement 16,3 % des étudiants en droit et en médecine habitent sur la rive droite, mais deux fois plus les juristes que les carabins, et pratiquement aucun ne logent hors des limites du Paris d’avant 1860 (0,77 %). Étant plus fréquemment natifs de Paris, les juristes logent en plus grand nombre chez leurs parents qui habitent sur la rive droite plus que sur la rive gauche qui est alors moins huppée. Par contre, avant 1850, les carabins habitent en plus grand nombre la rive gauche, et sur la rive gauche l’ancien 11e arrondissement, que leurs camarades juristes. En 1869, la majorité des carabins habitent la capitale (à peine quatre en banlieue et cinq en province) ; parmi eux, trois déclarent habiter dans un lycée parisien4. Un petit nombre loge chez leurs parents (treize, soit 4,2 %). La rive gauche attire la majeure partie des étudiants (87 % du corpus), on remarque sans surprise l’extrême concentration des carabins dans le 6e arrondissement (54,8 %) et dans le 5e (27,6 %) ; à peine 6,2 % habitent dans les autres arrondissements de la rive gauche (7e, 13e, 14e et 15e). Le centre parisien (1er à 4e) est peu fréquenté malgré la proximité des facultés (6,6 %), et les beaux quartiers de l’ouest (8e, 9e, 16e et 17e) ne l’emportent pas sur ceux du nord et de l’est (10e à 12e, 18e à 20e) : 3,5 % contre 4,4 %. En 1899, le poids de la banlieue augmente (2,7 %) ainsi que celui des logis provinciaux (5,3 %), qui est celui des officiers de santé devenus docteurs en médecine ; un petit nombre habite dans une institution (1,6 %) ou chez les parents (12 %5). Neuf étudiants sur dix habitent dans la capitale dont 80,6 % sur la rive gauche et 19,4 % sur la rive droite, à comparer aux 16 % de 1869. La suprématie du 5e arrondissement sur le 6e se confirme : 42,5 % contre 28,6 %. Ces étudiants ne cherchent pas à habiter le 7e, trop cher (2,5 %), mais optent désormais aussi pour les 13e, 14e et 15e arrondissements (5,2 %).

  • 6 AN, AJ16 4959-4962 et 5006-5007. Fiches individuelles d’immatriculation des étudiants en lettres p (...)

10C’est une répartition assez voisine que l’on constate chez les littéraires du début du XXe siècle, bien qu’une extension remarquable de leur habitat s’affirme, d’une part vers la périphérie de la rive gauche, d’autre part vers la banlieue parisienne. Dans la quinzaine d’années qui précèdent et accompagnent la Grande Guerre (1902-1918), les étudiants et étudiantes en lettres français et étrangers sont fidèles à la rive gauche malgré le fait que 22,5 % d’entre eux habitent chez leurs parents6. La grande majorité loge à Paris (82,6 %), mais près d’un étudiant sur dix (9,7 %) est un banlieusard.

11Il est remarquable de constater ainsi que l’habitat étudiant connaît à la fin du XIXe siècle une extension à la fois vers la rive droite et vers les arrondissements périphériques de la rive gauche, et même vers les communes de banlieue : les étudiants se rapprochent ainsi de la future Cité universitaire.

Conditions de vie : un prolétariat intellectuel ?

  • 7 Bérenger H., Pottier P., Marcel P. et alii, Les prolétaires intellectuels en France, Paris, édition (...)

12En 1900, paraît un ouvrage qui est un best-seller, intitulé Les prolétaires intellectuels7. L’un des auteurs est Henry Bérenger, qui a été le président de l’Association Générale des étudiants de Paris (AGEP) en 1893. À en croire ce livre, l’encombrement de l’enseignement supérieur créerait une masse de dix mille diplômés pauvres que l’on trouverait dans toutes les professions, et même dans l’armée et le clergé. Le thème de l’étudiant pauvre est à la mode depuis l’époque romantique (voir Les scènes de la vie de Bohême de Murger), mais est-ce une réalité ? À mon sens, l’étudiant français (et peut-être même aussi étranger) est un fils de bourgeois plus ou moins aisé qui vit dans un quartier pauvre, le Quartier latin d’avant Haussmann, quartier qui a donné lieu à une littérature pittoresque qui accentue le phénomène. Les travaux d’Haussmann qui mettent à bas une partie du quartier ont pour effet d’enchérir les loyers, ce qui provoque l’extension de l’habitat étudiant vers les 13e et 14e arrondissements ou la rive droite. Le développement des transports en commun dans la seconde partie du siècle favorise cette migration. Les parents de province doivent alors débourser encore plus pour leur progéniture.

13Les trois décennies qui précèdent la Grande Guerre sont des moments de rupture dans tous les aspects de la vie estudiantine : l’enseignement supérieur est profondément transformé, de nouveaux bâtiments universitaires sont construits, les prix des hôtels, des cafés et des restaurants augmentent, le Quartier latin s’anime. Il n’y avait pas d’associations étudiantes à Paris avant 1884, peu de groupes politiques ou religieux, une grande insouciance chez les étudiants, une grande indifférence des professeurs à l’égard de leurs élèves, les journaux du Quartier latin avaient du mal à exister. Tout change dans les années 1880-1890. L’une des premières associations d’étudiants à voir le jour, celle de Paris, l’AGEP, est créée en 1884. Désormais, la critique des études supérieures peut se développer, de même que celle de la condition étudiante. Les réformes de l’enseignement supérieur, mais aussi le développement des sciences humaines comme disciplines universitaires, permettent de mettre en lumière les conditions de vie des étudiants, provinciaux ou étrangers, qui sont exilés à Paris. L’isolement et la précarité de leur vie parisienne sont souvent évoqués.

Vers une politique d’accueil des étudiants

  • 8 Frégier H.-A., Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes, Paris, J.-B. Baill (...)

14Le thème de l’isolement et des mauvaises conditions de vie des étudiants provinciaux est très présent sous la Monarchie de Juillet. Les responsables politiques et sociaux s’inquiètent des conséquences néfastes de ces conditions de vie pour l’ordre social. Honoré Antoine Frégier, auteur d’une étude sur les classes dangereuses en 1840, sans assimiler les étudiants à celles-ci, suggère la création d’établissements où ils retrouveraient la vie familiale et de cercles, « lieux de réunion, d’étude, de conversation et de plaisir », où ils feraient d’utiles connaissances et « disciplineraient » leurs plaisirs8. La militante socialiste et féministe Flora Tristan, chagrinée des mœurs corrompues du Quartier latin et du coût de la vie à Paris qui écarte les jeunes travailleurs pauvres, imagine aussi la création de petits phalanstères qui réduiraient les dépenses pour les études en supprimant les intermédiaires qui augmentent les frais des étudiants, tout en faisant concurrence, ajoute-t-elle, aux écoles des Jésuites : pour un prix minime, on y trouverait une nourriture saine et abondante, des facilités intellectuelles (bibliothèque, cabinets de physique-chimie, instruction mutuelle, cours d’éloquence, de théâtre, de mécanique, de musique, dessin, gravure, etc.) et sportives (gymnastique, cheval, danse, escrime).

  • 9 Tristan F., Méphis, Paris, Ladvocat, 1838, p. 250-252.

« Les femmes pourraient en faire partie ; cinq ou six mille étudiants résidant à Paris ne sont pas sans avoir des mères, des sœurs, des parentes qui se feraient un véritable plaisir d’aller embellir les fêtes de ces jeunes gens9. »

  • 10 Le Quartier latin, 1er décembre 1844, no 5.

15En 1844, un journal étudiant, qui estime à quatre millions de francs l’apport économique des étudiants aux « industriels » du quartier, réclame la création d’un fonds pour la mise en place d’« établissements offrant à la jeunesse toutes les commodités de la vie », logements sains, tables garnies de viandes fraîches et saines et de vins naturels, bains tenus avec ordre et propreté, salles de conversation bien chauffées et éclairées, salles de billard, jardins « pourvus de gymnastiques », salles de lecture, journaux, bibliothèque, salle de conférences, concerts, cours particuliers pour préparer les examens10. Le XIXe siècle ne cessera de pester contre leurs indignes conditions de vie sans inventer de solutions, et celles-ci n’entreront en vigueur qu’après la Grande Guerre.

  • 11 Guizot F., Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, Paris, Michel Lévy, 2e éd., 1858, t. III (...)

16François Guizot cependant, s’inspirant des exemples d’Oxford et de Cambridge, aurait pu faire aboutir ces idées mais le temps, dit-il, lui manqua. Il souhaitait créer « des établissements où les jeunes gens retrouveraient quelque chose du foyer domestique et vivraient réunis en un certain nombre, avec une large mesure d’indépendance personnelle et de liberté, soumis pourtant à une certaine discipline et surveillés, soutenus dans leur conduite en même temps qu’aidés et encouragés dans leurs travaux11 ».

17Sous le Second Empire, un certain Eugène Cramouzaud, rappelant une lettre de 1848 où Jean-Baptiste Dumas, doyen de la faculté des sciences, et Adrien de Jussieu, directeur du Muséum, demandaient au préfet de la Seine d’améliorer la circulation dans l’ancien 12e arrondissement et d’assainir le quartier, conçoit sans y croire la mise en place d’un campus universitaire en plein Quartier latin :

  • 12 Cramouzaud E., Étude sur la transformation du XIIe arrondissement et des quartiers anciens de la ri (...)

« Puisque les hasards qui ont présidé à leur fondation séparent des établissements d’instruction supérieure (à savoir : l’École normale, le Muséum, l’École de pharmacie, l’Hôtel-Dieu, la Pitié, Clamart) qui gagneraient tant à être réunis sous un même toit, comme ils le sont, en effet, dans la plupart des pays voisins ou même dans nos villes universitaires de province, appliquons-nous, du moins, à faire disparaître les entraves qui accroissent d’une manière fâcheuse leur distance réelle12. »

  • 13 Liard L., Universités et facultés, Paris, A. Colin, 1890, p. 41-42.
  • 14 Lefranc E., Notes d’un étudiant. Nos intérêts, Chez les principaux libraires du quartier des écoles(...)

18S’inspirant une fois de plus de l’exemple de l’Allemagne où « une université n’est pas un monument, c’est tout un quartier, parfois même une cité entière », Louis Liard regrettera en 1890 que la IIIe République ait construit des palais inextensibles (la Sorbonne nouvelle, l’École de pharmacie, la faculté de médecine) qui ne se prêteront que difficilement à de nouvelles fonctions ou à de nouveaux besoins. Et de regretter que l’on n’ait pas placé à la Halle aux Vins des pavillons pour le service des facultés des sciences et de médecine13. En 1878, alors que se crée un éphémère Cercle des écoles, préfiguration de l’Association générale des étudiants, l’étudiant Emmanuel Lefranc exprime à son tour un projet d’association pour la défense des intérêts des étudiants. Remarquant qu’il « est curieux qu’aucun industriel n’ait songé à bâtir une vaste maison uniquement composée de chambres confortables et à bon marché », il imagine un lieu offrant bibliothèque, restaurant, café et salles de jeux, hôtellerie, et abritant une société de bienfaisance14. Ce n’est que dans le dernier quart du siècle que ces idées commencent à devenir réalité grâce à des initiatives confessionnelles et à la création de l’Association des étudiants de Paris. Celle-ci est toutefois incapable d’offrir à ses adhérents autre chose que des salles de travail et de détente, une bibliothèque et quelques secours financiers.

Les premiers projets de maisons d’étudiants : les réponses modestes de l’avant-guerre

  • 15 Melon P., « Notes sur les étudiants étrangers en France », Revue internationale de l’enseignement ( (...)
  • 16 Troisième congrès… tenu à Paris du 30 juillet au 4 août 1900. Introduction, rapports préparatoires,(...)
  • 17 Melon P., « Associations générales d’étudiants, maisons d’hospitalisation, union universitaire », R (...)

19À la Belle Époque, les réformateurs prennent en charge le problème du logement étudiant tandis que des œuvres privées ouvrent des lieux d’accueil, notamment pour les étudiantes et pour les étrangers. En 1896, le rapport du Comité de patronage des étudiants étrangers relève un mouvement d’opinion à Paris en faveur de ces étudiants de l’ailleurs : il cite un projet de maison d’étudiants à Paris s’inspirant des exemples d’Edimbourg, de Copenhague, mais aussi de Lille, et précise que ce genre d’établissement a été le sujet de concours de l’École d’architecture du boulevard Montparnasse15. Les œuvres en faveur des étudiants sont le thème d’un des rapports préparatoires au 3e Congrès international d’enseignement supérieur tenu à Paris du 30 juillet au 4 août 190016. Diverses expériences y sont présentées, notamment les hôtels d’étudiants (dormitories) de Harvard, les maisons d’étudiants de Moscou, le Comité de patronage des étudiants étrangers d’Aix. Un rapport présenté à ce congrès par Paul Melon17 réclame pour Paris une « maison d’hospitalisation » (sic) analogue à celle de la faculté catholique de Lille ou aux institutions scandinaves et écossaises. Selon Paul Melon, « une maison d’hospitalisation des étudiants rendrait de grands services ». Pour créer ces maisons, la France pourrait s’appuyer sur les sociétés des amis des universités. Dans un autre rapport, Amédée Hauvette, maître de conférences à l’École normale supérieure, estime qu’« une université ne peut se contenter d’offrir aux étudiants des cours, des conférences, des bibliothèques et doit se préoccuper de leur intérêt moral et, dans une certaine mesure, de leurs intérêts matériels eux-mêmes ». Il revendique en conséquence la création de lieux de rencontres entre les cours dans chaque faculté. Tout en reconnaissant que ce n’est pas à l’université d’organiser les loisirs et de s’occuper du style de vie et des problèmes matériels des étudiants, ce professeur estime qu’elle peut d’autant moins s’en désintéresser que d’autres pays ont trouvé des solutions au logement des étudiants, qu’il s’agisse de « grandes agglomérations d’étudiants dans des maisons spéciales construites à cet effet » ou « de petits groupements autour d’un foyer et d’une table hospitalière, avec quelque chose de la vie de famille et de société ».

  • 18 Hauvette A., « Création d’œuvres en faveur des étudiants ; moyens d’éviter leur isolement ; institu (...)
  • 19 Lot F., « De la situation faite à l’enseignement supérieur », Cahiers de la quinzaine, 1906, 11e ca (...)

20Le rapporteur rejette la première formule, qui exigerait d’assurer la discipline, ce qui lui paraît difficile en France surtout si le propriétaire est une association d’étudiants, et plaide pour de petites pensions (University halls) qui pourraient être tenues par des familles de professeurs. Contestant explicitement la représentativité des associations générales d’étudiants, il conclut en appelant de ses vœux la création d’un « comité central » réunissant les représentants de tous les groupements d’étudiants, chargés de représenter leurs camarades face à l’État et à l’université, de gérer une caisse de secours et de répartir les fonds pour les œuvres étudiantes, à l’exception des bourses et des subventions18. En 1906, Ferdinand Lot, constatant que les villes universitaires, dont Paris, ne sont pas « agencées pour la vie d’étudiant », plaide à son tour dans les Cahiers de la quinzaine en faveur de maisons d’étudiants ou de cités universitaires. Il regrette que l’on n’ait pas construit les facultés vers 1883 sur le modèle américain du campus, « le résultat, c’est que la Sorbonne étouffe dans sa ceinture de pierre19 ».

Premières initiatives

  • 20 RIE, juillet-décembre 1897, p. 347.
  • 21 RIE, t. XLIV, 1902, p. 169-172.
  • 22 Comité de patronage des étudiants étrangers. Rapports du secrétaire général, Dôle, 1904, p. 31.

21À la charnière des deux siècles, les premières initiatives voient le jour de la part d’initiatives privées. Dans le contexte de l’expansion de l’économie sociale et du mouvement coopératif impulsé par Charles Gide, Mme Chalamet, écrivain spécialisé dans la jeunesse, crée en 1897, avec l’appui de professeurs de la Sorbonne, la résidence University Hall, ouverte à des étudiants et professeurs français et étrangers au 95, boulevard Saint-Michel20. En 1898, environ quarante personnes s’y sont présentées dont la majorité est de nationalité anglaise, suisse ou allemande. Plus tard, elle proposera de créer une cité universitaire financée par des coopérateurs21. En 1900, le rapport de Paul Melon sur l’action du Comité de patronage des étudiants étrangers souligne que « la résidence universitaire tend à se développer en une cité universitaire et elle aspire aujourd’hui, par l’effort même des intéressés, à devenir une des attractions de la vie universitaire22 ».

  • 23 RIE, t. XXXIII, 1907, p. 330-331.
  • 24 RIE, 1907, ibid.

22En 1907, la même Mme Chalamet reprend l’idée et crée une Société des maisons universitaires siégeant à University Hall23 ; le comité de patronage comprend Ernest Lavisse, les doyens, des professeurs, des membres de l’Institut, et le comité d’initiative, outre Mme Chalamet, Henri Bernès, membre du Conseil supérieur de l’instruction publique, le docteur Julien Noir, de la Société d’art populaire et d’hygiène et l’architecte Georges Roux. Il s’agit d’une société anonyme par actions dont l’objectif est d’ouvrir au Quartier latin des habitations à bon marché avec chambres, espaces de travail et de loisirs, salle à manger, bains-douches, destinées principalement aux « travailleurs intellectuels » ; la durée de la société est de cinquante ans, le capital de 250 000 francs est divisé en 2 500 actions de cent francs. Aucune suite n’est donnée à cette initiative24.

  • 25 Gide C., Les restaurants coopératifs, Vals-les-Bains, E. Aberlen, 1901.
  • 26 L’Étudiant, no 282, 23 novembre 1901.

23Les projets affluent au début du XXe siècle. Impressionné par l’hôtel des Unions chrétiennes de jeunes gens de la rue de Trévise créé grâce à un don privé, l’économiste Charles Gide défend l’idée d’une cité coopérative, de journaux, d’une librairie et même d’un théâtre coopératifs étudiants25. Dans L’Étudiant26, un projet de cité universitaire coopérative est formulé par un groupe d’étudiants, dans le scepticisme général. En 1901, Henri Hayem, un étudiant en droit, membre du conseil d’administration du restaurant coopératif de la rue du Sommerard, propose à son tour de créer une cité universitaire coopérative :

« L’habitation ou le groupe d’habitations que nous proposons de créer, écrit-il, comprendrait des maisons d’étudiants et des appartements pour des familles de professeurs, dans des logis indépendants les uns des autres ; tous les occupants de ces locaux bénéficieraient des mêmes avantages économiques et moraux, résultat de l’association, et exerceraient autour d’eux une même action sociale. »

24Son modèle est l’University Hall de Mme Chalamet.

« Cet essai pourra être tenté sans mise de fonds, la maison toute agencée étant pour cette expérience à la disposition des dix ou douze coopérateurs qui voudront s’y installer pour une année scolaire. »

  • 27 RIE, juillet-décembre 1901, p. 191 et juillet-décembre 1902, p. 169-172 et p. 335-338.
  • 28 RIE, juillet-décembre 1902, p. 169-172.

25Des étudiants commencent à étudier le projet de cité universitaire avec le concours de Mme Chalamet. Ils se proposent de louer une maison qui pourra abriter quinze étudiants et à laquelle on joindra un restaurant coopératif ouvert aux non-adhérents, mais leur départ au service militaire fait capoter leur entreprise27. En mai 1902, le groupe parisien de la Société de l’enseignement supérieur, saisi de la question des maisons d’étudiants, déclare que le rôle de l’université n’est pas d’en créer, mais de « centraliser l’effort des initiatives privées, d’encourager les entreprises commencées, d’en provoquer de nouvelles, de leur donner la plus grande publicité possible et surtout de contrôler les organisations existantes ». Il ajoute que, si l’université n’a aucune prise sur les hôtels du quartier, « les institutions spécialement affectées aux étudiants sont plus contrôlables28 ».

  • 29 AN, AJ16 2575.

26En 1900, la colonie américaine de Paris a le projet de fonder un Institut américain pour recevoir, aider et protéger les jeunes Américains, garçons et filles. Des démarches ont été entreprises auprès du conseil municipal de Paris pour que la ville concède un terrain ; le gouvernement américain a promis un million et demi pour la construction et le comité franco-américain a déjà recueilli un million de dons. Il faut, déclare le rapport du conseil de l’université, « assurer aux étudiants américains le même confort que l’on trouve aux États-Unis, il est donc du plus haut intérêt de fonder des maisons d’étudiants », sinon les Américains choisiront l’Allemagne29.

  • 30 Annales politiques et littéraires, 3 février 1901, p. 70-71 ; L’Étudiant, 5-12 janvier 1901, no 259 (...)
  • 31 Baudrillart Mgr A., La question des étudiantes et le devoir des catholiques : rapport lu au Congrès (...)
  • 32 Pannier J., « Rapport sur l’œuvre des étudiantes présenté le 25 novembre à la réunion générale des (...)
  • 33 Pannier J., op. cit., p. 6-9.
  • 34 RIE, 1924, p. 129.

27Nombre d’initiatives sont prises en faveur des étudiantes, en raison des dangers présumés pour elles de la vie parisienne. Dès les premières années du XXe siècle, les associations d’étudiantes fleurissent dans la capitale. La première à voir le jour est celle que créent Mme Marguerite Durand, directrice de La fronde, et Mlle de Heredia, sa première présidente, en janvier 1901. Installée d’abord au siège de l’Union démocratique des écoles, 19, rue de Savoie, puis dans l’Hôtel des sociétés savantes de la rue Danton, elle offre aux jeunes filles un cercle avec une grande salle de conférences-bibliothèque, salon de conversation et vestiaire. À l’exception des conférences, l’accès est farouchement interdit aux hommes30. Des homes d’étudiantes voient le jour, souvent à la suite d’initiatives étrangères : la Maison des étudiantes de Mlle Bonnet, 36, rue Saint-Sulpice (1908) créée par des professeurs de l’enseignement supérieur et des lycées de filles parisiens31, la Maison des étudiantes de Mme Cruppi, 55, rue Saint Jacques, où se trouve un restaurant coopératif (1910), le Student Hostel de l’Union chrétienne de jeunes filles anglo-américaine (1906) ou la pension Concordia, 41, rue Tournefort, fondée par des protestants américains32. Les étudiantes peuvent aussi être hébergées dans les foyers de travailleuses où se mêlent employées, institutrices, étudiantes, tels l’Oasis rue de Sèvres où l’on couche en dortoir, ou le Foyer des dames de la Porte de Saint-Mandé, et des institutions pour les lycéennes telles que celle du 5, rue Amyot. En 1911, l’Association des étudiants protestants lance le Foyer de l’étudiante, 67, rue Saint-Jacques, dont le restaurant distribue un millier de repas en novembre 191333. En 1924 est inaugurée à Paris par le recteur Paul Appell, 214, boulevard Raspail, la Maison des étudiantes, aboutissement d’un projet suscité bien avant la guerre par un groupe de femmes préoccupées de l’installation et de la vie des jeunes étudiantes à Paris. En 1914, ce groupe, encouragé par des personnalités telles que Gabriel Monod, avait pu rassembler des fonds pour l’achat du terrain sur lequel ont été construits deux des immeubles : les travaux poussés jusqu’au deuxième étage, avaient été interrompus par la guerre34.

Conclusion

28Les dernières années avant la Grande Guerre sont riches en interpellations des pouvoirs publics, sans résultats. En 1907, devant le conseil de la faculté des sciences, le professeur Hadamard explique qu’il faudrait encourager la création d’une cité coopérative, vu que le restaurant coopératif rencontre un grand succès.

  • 35 AN, AJ16 5122, p. 317.

« Ce qui écarte […] les étudiants américains de venir en France, c’est qu’ils sont habitués à des universités installées à la campagne où ils peuvent cultiver activement tous les sports35. »

29À quoi M. Delage réplique que nous n’avons pas à importer ici les mœurs américaines. Un autre professeur pense cependant que « nous aurions intérêt à créer des installations de jeu et des hôtels analogues à ce que les Américains désirent trouver ».

  • 36 Congrès, L’université de Paris, 1910, numéro spécial. Les travaux du congrès, Paris, AGEP, 1911, p (...)
  • 37 Lagorgette J., Ligue pour le bien des étudiants. Conditions d’existence de l’étudiant, Paris, V. Gi (...)

30Le Congrès de Paris des étudiants de France en 1910 relance l’idée d’une maison coopérative d’étudiants et, en attendant, suggère que les associations d’étudiants créent une caisse de prêts pour leurs membres et fassent la publicité des hôteliers offrant salubrité, hygiène et prix loyal. Le Congrès de l’année suivante à Lille met en valeur l’expérience de Nancy où l’on a construit des chambres d’étudiants36. Une Ligue pour le bien des étudiants, qui réunit les associations et corporations étudiantes ainsi que le Touring-Club et que préside Jean Lagorgette, membre de la Société de sociologie, voit le jour en 1913. Constatant que nombre d’étudiants fuient le Quartier latin, elle souhaite mettre en rapport la demande et l’offre de logement, faire connaître les meilleurs établissements et encourager les autres à faire les améliorations nécessaires, éliminer les taudis, améliorer la qualité des repas, développer le sport, lutter contre les maladies. Ceci en diffusant des brochures, en établissant et publiant des listes d’hôtels recommandés, en faisant faire des analyses en laboratoire, en se portant intermédiaire entre fournisseurs ou propriétaires et usagers37.

  • 38 AN, AJ16 6288.

31Dans sa réunion du 4 juillet 1918, le conseil de la faculté de médecine38 entend le professeur Chantemesse évoquer un entretien qu’il a eu avec le professeur japonais Yamamouchi. Celui-ci lui a affirmé que les universités japonaises ont renoncé à l’envoi de leurs étudiants en Allemagne et a fait l’éloge des mœurs et des familles françaises. Mais les familles japonaises sont préoccupées du sort réservé en France aux étudiants japonais du point de vue de la vie pratique et familiale. Le doyen Roger rappelle qu’en Allemagne, les étudiants étrangers ont toujours été reçus et souvent hébergés par les familles allemandes. On a étudié, ajoute-t-il, la fondation d’un cercle destiné aux étudiants étrangers se trouvant à Paris ; mais cela ne suffit pas : il faudra étudier l’introduction de ces étudiants dans les familles françaises. Selon un professeur, à Lyon, des familles françaises accueillaient des étudiants grecs envoyés par l’université d’Athènes dans les facultés de Lyon.

  • 39 Lemoine B., La Cité internationale universitaire de Paris, Paris, Hervas, 1990. Voir aussi : La Ren (...)

32Pendant la Grande Guerre, la ville de Paris se préoccupe du logement des étudiants étrangers et une commission créée en 1917 propose de bâtir au Plessis-Robinson, aux portes de Paris, une cité-jardin universitaire. Un concours lancé en 1919 sur l’extension de Paris prévoit une cité universitaire dans le parc de Sceaux. C’est finalement le déclassement des fortifications discuté au Parlement en 1919 qui permet au sénateur André Honnorat, fondateur en 1896 de l’Alliance nationale contre la dépopulation, ministre de l’Instruction publique en 1920-1921, d’aboutir à un résultat concret. Tandis qu’un restaurant universitaire est construit rue Pierre Curie par le recteur Appell, la Cité internationale universitaire est fondée par la loi du 27 juin 1921 sur un terrain acheté par l’État à la ville de Paris et cédé gratuitement à l’université, et elle est rendue possible grâce à un don de dix millions de francs d’Émile Deutsch de la Meurthe. La fondation qui porte son nom est inaugurée en juillet 192539.

Notes

1 Sur l’évolution de la démographie étudiante, voir Moulinier P., La naissance de l’étudiant moderne (XIXe siècle), Paris, Belin, 2002.

2 Archives nationales, Paris (ci-après AN), AJ16 4773, 4778, 4784 et 4790.

3 Caron J.-C., Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le Quartier latin (1814-1851), Paris, Armand Colin, 1991, p. 125-128 et 131.

4 AN, AJ16 6814-6817. Le corpus est de 311 nouveaux docteurs français et étrangers, dont 33 (10,6 %) n’ont pas donné leur adresse.

5 AN, AJ16 6890-6892. Corpus de 361 nouveaux docteurs, dont un seul n’indique pas son domicile.

6 AN, AJ16 4959-4962 et 5006-5007. Fiches individuelles d’immatriculation des étudiants en lettres pour les années scolaires 1902-1903 à 1917-1918 (lettres A et N).

7 Bérenger H., Pottier P., Marcel P. et alii, Les prolétaires intellectuels en France, Paris, édition de La Revue, 4e éd., 1901.

8 Frégier H.-A., Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes, Paris, J.-B. Baillière, 1840, vol. 2, p. 205.

9 Tristan F., Méphis, Paris, Ladvocat, 1838, p. 250-252.

10 Le Quartier latin, 1er décembre 1844, no 5.

11 Guizot F., Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, Paris, Michel Lévy, 2e éd., 1858, t. III, p. 141-144.

12 Cramouzaud E., Étude sur la transformation du XIIe arrondissement et des quartiers anciens de la rive gauche, Paris, Guillaumin, 1855, p. 1.

13 Liard L., Universités et facultés, Paris, A. Colin, 1890, p. 41-42.

14 Lefranc E., Notes d’un étudiant. Nos intérêts, Chez les principaux libraires du quartier des écoles, Paris, Manginot-Hellitasse, 1878.

15 Melon P., « Notes sur les étudiants étrangers en France », Revue internationale de l’enseignement (RIE), t. XXXI, janvier-juin 1896, p. 124-137.

16 Troisième congrès… tenu à Paris du 30 juillet au 4 août 1900. Introduction, rapports préparatoires, commissions et discussions, Paris, Marescq, 1902.

17 Melon P., « Associations générales d’étudiants, maisons d’hospitalisation, union universitaire », RIE, t. XLII, 1901, p. 36-41.

18 Hauvette A., « Création d’œuvres en faveur des étudiants ; moyens d’éviter leur isolement ; institutions déjà existantes en France et à l’étranger », Troisième congrès 1902, op. cit., p. 4-8. Rapport publié dans RIE, 1900, t. XXXIX, p. 237-240.

19 Lot F., « De la situation faite à l’enseignement supérieur », Cahiers de la quinzaine, 1906, 11e cahier de la 7e série, p. 129.

20 RIE, juillet-décembre 1897, p. 347.

21 RIE, t. XLIV, 1902, p. 169-172.

22 Comité de patronage des étudiants étrangers. Rapports du secrétaire général, Dôle, 1904, p. 31.

23 RIE, t. XXXIII, 1907, p. 330-331.

24 RIE, 1907, ibid.

25 Gide C., Les restaurants coopératifs, Vals-les-Bains, E. Aberlen, 1901.

26 L’Étudiant, no 282, 23 novembre 1901.

27 RIE, juillet-décembre 1901, p. 191 et juillet-décembre 1902, p. 169-172 et p. 335-338.

28 RIE, juillet-décembre 1902, p. 169-172.

29 AN, AJ16 2575.

30 Annales politiques et littéraires, 3 février 1901, p. 70-71 ; L’Étudiant, 5-12 janvier 1901, no 259, p. 1.

31 Baudrillart Mgr A., La question des étudiantes et le devoir des catholiques : rapport lu au Congrès diocésain de Paris le 26 février 1912, Paris, imp. de P. Féron-Vrau, 1912. Revue universitaire, 1909, t. 2, p. 175-179.

32 Pannier J., « Rapport sur l’œuvre des étudiantes présenté le 25 novembre à la réunion générale des amies de la jeune fille », La femme, organe des institutions féminines chrétiennes, janvier/février. 1914, no 1-2, p. 6-9. Frank E., « L’association des étudiantes », L’Illustration, 21 mai 1910, no 3508, p. 466.

33 Pannier J., op. cit., p. 6-9.

34 RIE, 1924, p. 129.

35 AN, AJ16 5122, p. 317.

36 Congrès, L’université de Paris, 1910, numéro spécial. Les travaux du congrès, Paris, AGEP, 1911, p. 35-36. « Union des étudiants de l’État. Congrès de l’UNAEF. Compte-rendu », Lille-Universitaire, juin 1911, no 7.

37 Lagorgette J., Ligue pour le bien des étudiants. Conditions d’existence de l’étudiant, Paris, V. Giard et E. Brière, 1913.

38 AN, AJ16 6288.

39 Lemoine B., La Cité internationale universitaire de Paris, Paris, Hervas, 1990. Voir aussi : La Renaissance, 9 décembre 1922, op. cit., p. 19 et suivantes. Pour la jeunesse de nos Écoles. La Cité universitaire de Paris, Paris, imp. Chaix, 1925.

Auteur

Ancien élève de l’École des chartes, ancien conservateur à la bibliothèque nationale de France et chargé d’études et de recherches au ministère de la Culture, est membre du Groupe d’études et de recherche sur les mouvements étudiants (GERME). Il vient notamment de publier Les étudiants étrangers à Paris au XIXe siècle (Rennes, PUR, 2012).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540