Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ennemie intime

 | 
Frédéric Chauvaud

Quatrième partie. Peurs publiques

Peur(s) sur la France en 1610

Michel Cassan

Texte intégral

  • 1 Jean Delumeau, la peur en Occident, XIVe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1978, 485 p.
  • 2 Barbara H. Rosenwein, « Worrying about Emotions », American Historical Review, June 2002, p. 821-8 (...)
  • 3 Jacques Le Goff, « Les “retours” dans l’historiographie française actuelle », Cahiers du Centre de (...)
  • 4 Georges Lefebvre, La Grande Peur de 1789, Paris, Armand Colin, 1932, réédition, 1988, 272 p.

1Sous ce titre s’annonce une investigation sur la peur ou plus précisément les peurs qui ont saisi les Français à l’annonce de la mort d’Henri IV. Il y a plusieurs lustres, les historiens se sont penchés sur la peur, ont tâché d’en élucider les motifs, les manifestations, les procédures d’amortissement. Jean Delumeau à la fin des années 1970 donnait un maître-livre sur le sujet en analysant l’extrême diversité des peurs, les comportements collectifs qu’elles engendraient et les traitements que les autorités leur réservaient1. Ce maître-livre, suivi d’un ouvrage consacré aux parades proposées par l’Église catholique notamment afin de rassurer des fidèles désemparés, inquiets, apeurés, émargeait encore au vaste continent de l’histoire des sensibilités collectives, souvent résumé par la formule lapidaire de « mentalités ». On sait la fortune de cette histoire des mentalités au cours des années 1970-1980 et le jugement balancé puis critique qu’elle suscita. Après avoir salué la multitude des territoires défrichés et déchiffrés par les historiens, leur boulimie inventive, leur aptitude à s’emparer de nouveaux objets d’histoire, l’extension sans relâche, voire sans limites du territoire de Clio a semblé donner un sentiment de vertige à ses praticiens et a nourri des critiques ou au moins de la réserve vis-à-vis d’une histoire éparpillée, émiettée. Parallèlement, la modestie conceptuelle de l’histoire des mentalités était pointée2 et les historiens ressentirent la nécessité de regagner un pré carré mieux balisé. Des sujets délaissés tels que la biographie, le politique, l’événement furent repris et questionnés avec de nouveaux outils, de nouvelles approches3. C’est dans cette filiation et ce retour historiographique que se place cette contribution. Son objectif est simple : à partir d’une action perçue comme extraordinaire dès l’instant où elle advient, comment saisir les comportements des contemporains ? Et lorsque l’événement transforme le cours du temps en temps de l’Histoire, quelles significations accorder aux faits et gestes des contemporains ? Georges Lefèvre avait tenté l’expérience, il y a plus de soixante ans avec son livre sur La Grande Peur de 17894. Toutefois, il avait envisagé une succession d’événements – la vague des soulèvements paysans de l’été 1789 – et cherché à les interpréter à l’aune d’une histoire sociale des campagnes. L’angle d’approche était d’emblée resserré même si Lefebvre portait attention aux mentalités dans une démarche pionnière qui avait rencontré un faible écho auprès des historiens.

2Dans le cas de l’assassinat d’Henri IV, l’événement a tous les caractères de l’acte exceptionnel : sa singularité, son évidente radicalité, l’ouverture du temps vers un futur placé sous le sceau de l’imprévisibilité. C’est ce moment inauguré par l’assassinat du souverain qui est au cœur des investigations conduites à travers le pays afin d’élucider les attitudes des Français, mais sans les corréler a priori avec tel ou tel facteur pensé comme déterminant et limitant le champ des possibles. Évidemment, vouloir saisir les décisions et les actes des Français dans ce temps d’une histoire par bien des aspects immédiate, impose de recourir à des sources capables de soutenir l’épreuve de la comparaison et donc produites dans des conditions proches. Même si comparaison ne rime pas obligatoirement avec raison, il faut disposer de témoignages élaborés dans des contextes similaires pour donner de l’épaisseur, de la fiabilité et de la validité aux conclusions proposées. Le corpus doit être étoffé afin de déceler les comportements récurrents des Français mais aussi les décalages ou les spécificités par rapport à la norme de facto établie par les réponses des acteurs confrontés à l’événement.

  • 5 Arch. com. Angoulême, BB 4.
  • 6 Arch. dép. Lot, Arch. com. Figeac, BB2, 1609-1610.
  • 7 La liste est insérée dans Michel Cassan, La Grande Peur de 1610, Les Français et l’assassinat d’He (...)

3Les sources mobilisables à l’échelle nationale afin de satisfaire aux exigences de ce cahier des charges sont rares d’autant qu’une documentation envisagée a dû être abandonnée. Il est vite apparu que les décisions prises par les villes seraient les mieux à même de livrer des réponses aux interrogations de l’enquête. Or, les consulats, les échevinages qui disposent de ressources financières mobilisables par le recours à l’impôt ou l’emprunt et engagent des dépenses, tiennent des livres de comptes. L’on pensait extraire de précieux renseignements de ces documents sur la politique des corps de ville à l’annonce de la mort d’Henri IV, mais cette hypothèse s’est révélée vaine. En effet, les états de liquidation des sommes engagées sont globaux ou/et annuels. Ils peuvent englober des dépenses exceptionnelles et liées à l’assassinat du roi, mais le calendrier de la dépense, son montant, ses affectations demeurent opaques ou mal saisissables. Il a fallu abandonner l’exploitation systématique et comparative de cette source. Elle n’a été utilisée qu’à titre complémentaire, comme illustration d’une réalité établie par d’autres voies, et au premier chef, dans le cadre des villes, les délibérations municipales. Et, là, les fruits ont passé les promesses des fleurs. Les corps de villes, sauf des cas très exceptionnels comme à Angoulême où il y a une lacune dans le registre du 5 avril 1610 au 12 janvier 16115 et à Figeac où le livre des délibérations s’arrête le 10 mai et ne reprend que le 10 octobre 16106, ont consacré plusieurs délibérations à la mort du roi et aux mesures qu’il convenait d’arrêter. L’enquête a privilégié ces sources et la plongée dans les dépôts d’archives départementales et communales a permis de dresser un ensemble de 153 références7. 128 sont rapportées à une ville ; à des gros bourgs pour les 25 références restantes. L’enquête embrasse la totalité du royaume avec une couverture informative inégale. La Bretagne, la Picardie, le Maine, le piémont pyrénéen livrent peu d’indications, parce que les dépôts d’archives ont souffert de destructions et d’incendies tandis que la France méridionale, au sud d’une ligne Bordeaux-Lyon donne de nombreuses informations. Un tissu urbain plus serré, une large pratique de l’écrit notarié et officiel, la volonté de posséder une mémoire de la ville évidente à la vue des registres volumineux utilisés par exemple à Béziers, Narbonne ou Alès : autant de motifs qui ont concouru à une meilleure tenue des archives urbaines et éclairent la supériorité quantitative de la France du sud avec près de 75 % de la totalité du corpus. Avec cette documentation, l’histoire des peurs qui étreignent la France en 1610 est une histoire de la peur citadine, fondée sur les décisions arrêtées par les consuls et les échevins à l’issue de débats et de choix collectifs. Elle est un discours officiel, partagé ou admis par les participants aux réunions ; aussi fallait-il dépasser cette parole et la comparer ou la confronter à une autre parole, d’ordre privé afin de savoir si les peurs qui sourdent des délibérations citadines se retrouvent dans l’écriture du for privé. Est-ce que, dans leur privance, les auteurs de livres de raison font état d’une peur comparable à celle présente dans les livres de ville ?

  • 8 Histoire de la mort déplorable de Henry IV, roy de France et de Navarre par P. Matthieu, 1610.
  • 9 Citons Le Dueil de France à la mort de Henry le Grand, Paris, chez J. Millot, 1610, in-8, 24 p.
  • 10 Gabriel Vanel (éd.), Journal de Simon Le Marchand, bourgeois de Caen, 1610-1693, publié d’après le (...)
  • 11 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri IV et le début du règne de Louis XIII (1589-1611), L.- (...)
  • 12 Jakub Sobieski, Peregrynacja po Europie (1607-1613), W. Poznania, 1833. Je remercie Maya Szymanows (...)

4Pour répondre à cette question, une recherche des écrits domestiques a été effectuée. Elle a permis de dresser une liste d’une quarantaine de livres de raison qui évoquent avec une économie de mots la mort d’Henri IV. L’apport qualitatif de ces textes est important. Il est un précieux contrepoint à la parole publique ; il permet d’approcher au plus près des cœurs et des esprits des scribes, même s’il convient, comme pour chaque écrit de cette encre, de ne point en être dupe. La transparence de la source est toujours problématique et dans la situation présente, l’examen des écrits démontre que plusieurs auteurs ont calqué leur récit de la mort du roi et de ses suites sur des relations extraites du Mercure français, du livre de l’historiographe du roi Pierre Matthieu8 ou des nombreux opuscules9 en forme de lamentations sur la perte du roi. Les propos sont alors un duplicata du discours officiel auquel ils ont adhéré, au point de le copier dans leur livre de raison. C’est ce que fait Simon Le Marchand, un bourgeois caennais qui ouvre son livre avec une longue évocation de l’assassinat d’Henri IV10. Ces auteurs sont majoritairement des hommes de la ville et une seconde fois, le monde des campagnes échappe largement à l’enquête. Il y a dans cette absence des villages et des communautés rurales la marque d’une vie politique ici limitée à des délibérations portant sur l’ordinaire de la vie du groupe. Les rares délibérations, environ trois par an, traitent du paiement de la taille, de la gestion des biens communaux, de la désignation des responsables du fonctionnement de la petite société, tels que le sonneur de cloches, le berger, le collecteur d’impôts. L’événement politique arrive amoindri dans ces paroisses où le curé est le truchement entre le royaune et la communauté villageoise et paroissiale. C’est par l’homme de Dieu et de l’Église que les nouvelles de l’avènement de Louis XIII et en creux de la disparition d’Henri IV sont parvenues dans les paroisses du plat pays. Ailleurs, dans la France des villes et des gros bourgs, nantis d’un corps municipal et non de simples syndics, la nouvelle de la mort du roi est arrivée par des intermédiaires de l’État et de la Ville. L’Église catholique et ses desservants ont été écartés. On le voit, l’information, évanescente pour la campagne est abondante pour la ville d’autant que les écrits personnels qui relatent la mort du roi sont le fait d’avocats, de magistrats, de bourgeois, de chanoines, tous citadins. D’ailleurs, la relation la plus fameuse et en tout cas, la plus connue de la mort d’Henri IV et de ses effets sur la population de la capitale est due à un Parisien, Pierre de L’Étoile. Dans ces registres-journaux, le magistrat dépeint la transfiguration soudaine de la ville, une fois la nouvelle de l’assassinat connue. Sur le champ, la face de Paris fut changée et selon les propos du conseiller à la Cour des Comptes, la ville plonge dans la stupéfaction et l’inactivité. Les boutiquiers ferment leurs étals, les artisans leurs ouvroirs ; le parlement suspend ses audiences. Rapidement, des chaînes sont tirées aux carrefours des rues, les barques sont retirées sur la grève ; des nobles et des hommes en armes prennent position près du palais du Louvre ; la milice est convoquée par l’échevinage11. Paris est une ville commotionnée, submergée par la tristesse alors qu’elle était parée de monuments temporaires érigés en l’honneur de Marie de Médicis qui devait être fêtée le dimanche suivant comme régente du royaume, par la volonté d’Henri IV partant à la guerre. Pierre de L’Etoile a souligné l’accablement des parisiens avertis de la disparition d’Henri IV ; un autre témoin, le polonais Jakub Sobieski a insisté sur l’hébètement des habitants. Ce jeune noble, membre d’une famille de magnats, venu en Europe dans le cadre de son Grand Tour réside à Paris depuis de longs mois et connaît bien la capitale. Ce 14 mai, il se promène dans Paris ; il admire ses décors éphémères et lit les devises accrochées au fronton des bâtiments à la gloire de la reine lorsqu’il entend un cri terrible. Henri IV vient d’être assassiné et les premiers moments de confusion passés, il remarque la consternation qui s’abat sur Paris, au point écrit-il, qu’on avait l’impression que c’était l’alias facies du Jugement Dernier12. Les deux relations dues à des scripteurs très différents et n’ayant pas eu connaissance de leurs textes décrivent la même réalité, celle d’une population traumatisée, tétanisée, apeurée, inquiète. Le meurtre d’Henri IV plonge les parisiens dans la douleur, l’affliction, la peur, alors que vingt ans auparavant, des manifestations de joie avaient salué l’assassinat d’Henri III par le moine Jacques Clément. Les Ligueurs avaient envahi les rues de la capitale ; les étoffes vertes, – la couleur préférée de Mademoiselle de Montpensier couraient le long des rues et des places que l’égérie de la Sainte Union parcourait en se félicitant de la mort du vilain Hérode. Dans la capitale, le régicide de mai 1610 engendrait des effets diamétralement opposés à ceux de 1589. S’il est admis que Paris bascula dans l’affliction et demeura calme, que furent les attitudes des villes du royaume et des autorités confrontées à la mort du roi ? Repère-t-on dans le royaume la même peur, le même étonnement, la même inquiétude que dans la capitale ?

5Éclairer ce triple questionnement invite à analyser les propos, les décisions, les comportements des unes et des autres – les populations et les autorités politiques – en convoquant les documents élaborés entre le jour du régicide, le 14 mai et le moment où l’assassinat d’Henri IV a disparu de la documentation et de l’actualité officielle. Il y a une sujétion méthodologique assumée à la source primaire, au motif que l’absence de délibérations relatives à l’événement révèle son évanouissement de l’espace public où il avait fait une irruption soudaine, médiatisée par le pouvoir politique. En effet, l’annonce de l’assassinat d’Henri IV est tout entière entre les mains de l’entourage du souverain défunt. La reine, les ministres ont l’autorité suffisante pour informer le pays du régicide alors qu’en 1589, la mort d’Henri III avait accentué l’impuissance considérable du pouvoir incapable de maîtriser la diffusion de la nouvelle. Les Ligueurs avaient été les principaux diffuseurs de la mort du souverain et de l’exaltation du geste de Jacques Clément, promu martyr de la Sainte Union. En 1610, le pouvoir conserve le contrôle de l’annonce de la mort du roi et dans son rapport avec la société urbaine, il adopte selon les lieux et les provinces, trois postures aussi différentes que l’instrumentalisation de la peur, la réduction de la peur, le dépassement de la peur.

Une instrumentalisation de la peur

6L’annonce officielle de la mort du souverain a été confiée par la reine et les secrétaires d’État aux autorités locales détenant leurs prérogatives et leur légitimité soit du pouvoir royal dans le cas des premiers présidents au parlement, des gouverneurs provinciaux, de leurs lieutenants, des capitaines des citadelles et des places fortes, soit de leur élection dans le cas des exécutifs citadins tels que les jurades, les consulats, les échevinages.

  • 13 Jean-François Dubost, Marie de Médicis, la reine dévoilée, Genève, Payot, 2009, 1 036 p.
  • 14 Robert Descimon, « Guillaume Du Vair (7 mars 1556-3 août 1621) : les enseignements d’une biographi (...)
  • 15 Gilbert Larguier, « Devenir une ville frontière : Narbonne, XVe-XVIIIe siècles », dans Denis Menjo (...)
  • 16 Alexandre Y. Haran, « L’Espagne dans l’imaginaire français du XVIIe siècle : entre idéalisation et (...)

7Dans le Languedoc et la Provence, le pouvoir royal s’adresse en priorité à deux personnalités très importantes, toutes deux catholiques, le gouverneur Anne de Lévis, duc de Ventadour, gendre du connétable Henri duc de Montmorency et le premier président au parlement de Provence Guillaume du Vair. Ils sont les destinataires des lettres closes du roi rédigées le 14 mai au soir au palais du Louvre. Elles contiennent l’annonce de l’assassinat d’Henri IV, l’attribution de la régence à Marie de Médicis13 et invitent les populations à respecter l’édit de pacification. Grâce à la remarquable célérité des courriers extraordinaires qui atteignent Aix-en-Provence dans la nuit du 18 au 19 mai et Montpellier le 20 mai, Ventadour et Du Vair sont les premiers dans leurs vastes ressorts respectifs à savoir que le roi est mort. Ils sont même les seuls pendant un jour à un jour et demi à détenir officiellement l’information qu’ils conservent par-devers eux. Ils usent de ce délai pour écrire aux villes languedociennes et provençales et leur intimer l’ordre de prendre les habituelles mesures de sécurité. Les portes de la ville sauf une doivent être fermées tout au long de la journée ; la garde diurne et nocturne est obligatoire, le guet est imposé, les allers et venues des habitants doivent être surveillées ; les hôteliers et les aubergistes doivent transmettre la liste de leurs clients au corps de ville et les étrangers ont l’ordre de quitter les villes sous vingt-quatre heures. Cette panoplie de mesures est connue des habitants. Elle signale l’imminence d’un danger qui peut être une épidémie de peste, la maraude d’une bande de brigands ou de soldats démobilisés ou l’approche d’un ennemi. Au mois de mai, Ventadour et Du Vair brandissent ce dernier argument – la menace de l’Espagne – pour justifier les mesures militaires qu’ils exigent. L’armée d’Espagne est en route dit même Guillaume du Vair et elle doit atteindre le pays dans peu de jours14. Dans le bas-Languedoc, la plausibilité d’une agression espagnole est forte et ces contrées sont très exposées à l’arrivée des tercios redoutables et redoutés. Narbonne est une ville-frontière15 et elle a pu vérifier une nouvelle fois en 1609-1610 qu’elle est sur la route des Espagnols qui fuient leur pays. En effet, les Morisques expulsés par Philippe III sont passés à proximité de la ville. Dans la Provence, la navigation régulière des flottes espagnoles entre les ports du Levant et Gênes est source d’inquiétudes, d’autant qu’il est difficile de faire la distinction entre des navires armés pour la guerre ou pour le commerce. L’argument d’une invasion de l’Espagne est fondé, et agiter la figure du nouvel ennemi de la France peut mobiliser les habitants16. Sauf qu’en agissant ainsi, Ventadour et Du Vair dissimulent la mort du roi aux habitants. Ils retiennent l’information officielle et la remplacent par un message inexact. Et derrière cette fausse nouvelle, ils prescrivent des mesures de police. Les villes sont mises sur un pied de guerre défensif et à ces villes closes, militarisées, ils font tenir une seconde lettre annonçant que le roi est mort avant que des rumeurs ou d’autres autorités provinciales telles que les consuls, le général des galères à Toulon Philippe de Gondi ne diffusent l’information. Ils parviennent à divulguer les premiers la mort du roi, non sans avoir dans un premier temps, diffuser une information complètement fausse. Ce comportement qui fait litière de la réalité a été rendu possible par la distance entre Paris et le Sud-Est du royaume. L’éloignement est maximal et avant que la nouvelle de l’événement s’infiltre dans la contrée, Ventadour et Du Vair disposent d’une plage de liberté. Ils en ont usé pour instrumentaliser l’événement, le subvertir avant de porter à la connaissance des habitants la teneur des lettres closes. Pendant un à deux jours, l’information officielle était transformée et recouverte par des propos totalement mensongers. C’est d’ailleurs la grande différence avec le comportement des autorités citadines. Elles aussi, furent parfois embarrassées avec l’information et elles choisirent de la divulguer progressivement à la population. Des assemblées générales des habitants étaient convoquées avec un grand apparat, propice à suggérer une nouvelle importante. Et devant leurs mandants, les consuls et les échevins, flanqués dans la plupart des cas des principaux officiers de justice royaux, modulaient l’information. Ils avertissaient qu’un accident était arrivé au roi, qu’il avait été blessé sans dire dans quelles circonstances, que la blessure n’était pas grave, avant d’ajouter qu’en pareilles situations, il faut faire preuve de prudence. Quelques heures plus tard ou même au cours de la même réunion, avec l’arrivée toujours présentée comme inopinée d’un homme porteur d’une nouvelle d’importance, les magistrats municipaux et royaux annonçaient que le roi était mort. À l’évidence, ils savaient la nouvelle avant d’entrer en séance, et le surgissement de ce messager était un subterfuge, une mise en scène de l’information. Par rapport à Ventadour et Du Vair, la différence est sensible ; les autorités municipales distillent l’information avec précaution et de façon d’abord incomplète mais sans donner de fausses nouvelles. Ils savent qu’à gauchir la réalité, ils perdront la confiance de leurs mandants et leur légitimité, alors que les gouverneurs et premiers présidents au parlement, nommés par le roi, sont détachés de ces considérations.

L’amortissement de la peur

  • 17 Olivier Christin, « La coexistence confessionnelle 1563-1567 », Bulletin de la Société d’histoire (...)
  • 18 Arch. dép. Tarn-et-Garonne, 1 BB 38, fol. 139.
  • 19 Arch. com. Cordes, CC 154.
  • 20 Léon Menard, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nîmes, 1873, Nîmes, repr (...)
  • 21 Les témoignages sont innombrables malgré les plaidoyers en faveur de l’oubli. Voir Pierre de Bello (...)

8La kyrielle de mesures protectrices arrêtées dans toutes les villes du royaume a pour objectif affiché de rassurer la population. La vérification des remparts, leur consolidation, l’installation de pièces d’artillerie sur l’enceinte, la vérification des réserves de poudre, l’achat d’armes et de munitions, le contrôle de l’armement individuel des miliciens et de la garde bourgeoise, placent la ville dans un état de défense militaire. Mais contre quel adversaire ? Lorsque les villes sont situées dans des zones frontalières, l’État voisin fait figure d’adversaire et d’ennemi et la militarisation des cités est justifiable. Mais lorsque les villes sous les armes sont situées au cœur du royaume, à Bourges, Riom, Limoges ou à Rennes, Albi, Agen, Tours, bref lorsque l’adversaire possible est à plusieurs semaines de marche de ces villes, il est malaisé de penser que la crainte de la guerre étrangère ait décidé de ces mesures. En réalité, les autorités ont peur que la disparition d’Henri IV n’engendre des tensions intracommunautaires et interconfessionnelles et que des troubles civils ne surgissent de nouveau. Les autorités urbaines, qu’elles soient municipales ou royales, craignent une reprise de la guerre et pour l’écarter, elles réactivent des dispositifs juridiques susceptibles de favoriser le maintien de l’ordre et de la paix. L’éviction des étrangers et des voyageurs entre dans ce plan visant à faire de l’espace urbain, un territoire habité des seuls autochtones. Il y a la recherche d’un entre-soi, la volonté d’être entre habitants ayant un pedigree comparable d’appartenance urbaine. Et cette généalogie citadine commune et partagée donne droit à un statut privilégié de citoyen. Quiconque est originaire de la ville, membre de la communauté urbaine doit être respecté, y compris dans ses choix confessionnels. La qualité de citadin protège le fidèle, même s’il est membre de la confession minoritaire. In fine, le quadrillage armé de la ville est tourné contre ses habitants. Les autorités redoutent le retour des violences et pour les éviter, elles agissent dans le domaine militaire avec canons, milice, arquebuses et dans le domaine juridique avec le rappel de l’édit de Nantes et la reprise des pactes d’amitié appliqués dans les années 1567-157317. Avec une différence par rapport aux pactes précédents. En effet, le pacte d’amitié version 1567-1573 est pensé et applicable à l’échelle d’une seule ville. Les membres des deux confessions s’engagent par un serment à vivre en paix, concorde et amitié. La ceinture de remparts matérialise le territoire d’application de cette disposition qui a pour objectifs de contraindre les esprits récalcitrants à s’y plier. La paix de religion est toujours une contrainte pour une partie de la communauté. En 1610, le périmètre des paix de religion est étendu ; il ne concerne plus une seule ville mais plusieurs cités mises en relations les unes avec les autres. Le principe est le suivant : dans des villes biconfessionnelles, la majorité religieuse d’une cité s’engage à prendre sous sa protection sa minorité confessionnelle à condition que dans la ville voisine où le rapport entre les communautés religieuses est inversé, la majorité applique les mêmes dispositions. La situation est explicitement appliquée entre Montauban, ville à majorité protestante d’une part et les cités catholiques circonvoisines18. Parmi elles, figure Cordes à majorité catholique qui est inscrite dans une relation équivalente avec Saint-Antonin, une place forte protestante19. Cette réalité repérable entre Nîmes et les villes proches moins marquées par le calvinisme20 suscite plusieurs interprétations contradictoires. Le sort fait à la minorité est médiocre puisqu’étant désarmée, elle se trouve dépendante des volontés de la majorité, mais celle-ci n’a pas intérêt à porter atteinte à sa minorité sous peine d’enclencher des représailles fatales pour ses coreligionnaires minoritaires dans la ville voisine. L’automaticité proclamée des ripostes doit interdire les mauvais traitements à l’égard des minorités et favoriser la pérennité de la paix. Les autorités municipales ont imaginé cette politique de la dissuasion fondée sur le droit et la menace de représailles par crainte d’une reprise de la guerre civile. Elles ont arrêté des décisions pensées comme propices à la pacification et au maintien de la paix. Le but premier de ces contradictions motrices est la paix civile et leur publication indique combien, douze ans après la proclamation de l’édit de Nantes, le royaume est loin d’être assagi et d’avoir soldé le passé des guerres de Religion. Contrairement à la Vulgate officielle, les appels à l’amnésie du passé, à l’oubli des événements décrétés par les vainqueurs restent d’effet limité21. La société conserve la mémoire des troubles ou plus exactement réformés, ligueurs, catholiques royaux conservent leur mémoire particularisée des guerres religieuses.

  • 22 Natividad Planas, José Javier Ruiz Ibáñez, « Coexistence en questions », Siècles 2008, 26, p. 3-17
  • 23 La conjoncture miraculaire des années 1590-1630, très riche, attend une étude synthétique.
  • 24 Citons le jubilé de 1600 qui distingue Orléans et offre aux pèlerins une indulgence plénière. Il e (...)

9Les autorités citadines très averties de ces reconstructions antagonistes du passé redoutent que la disparition d’Henri IV ne réveille les clivages de la veille et que la compétition des mémoires n’ouvre la voie à une reprise du conflit. De telles appréhensions sont fondées si l’on songe que l’édit de Nantes a instauré un régime de coexistence confessionnelle mais surtout de cohabitation22. Les communautés religieuses hier rivales doivent vivre côte à côte alors qu’elles sont engagées dans un processus de construction confessionnelle qui tend à ranger les fidèles dans des instances étanches. Les autorités religieuses, prêtres et ministres, cherchent à défaire les liens tissés entre des familles ou des individus de confession différente. Elles veulent des entités confessionnelles unies, cimentées par le respect d’une discipline interne stricte et le rejet total de l’Autre. Celui-ci est admis par contrainte, il est toléré comme un pis-aller mais les autorités religieuses rappellent constamment qu’il est dans l’erreur dogmatique. Les autorités civiles en mai-juin 1610 craignent que le discours des hommes d’Église, prompts à stigmatiser l’Autre, à le dépeindre comme un adversaire, un mécréant, un ennemi, ne s’impose et n’étouffe leur propre discours de paix. La réactivation des pactes d’amitié est à lire comme la parade d’un pouvoir urbain, peu assuré de la préservation d’une paix fragile et inquiet de l’impact des prosélytismes religieux, et en particulier du dynamisme des catholiques. En effet, dès avant la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, les catholiques démontrent un engagement confessionnel d’une remarquable vitalité que l’historiographie a successivement qualifié de Contre-Réforme et de Réforme catholique. Jamais, il n’y avait eu une telle floraison d’ordres religieux, de créations de collèges tenus par des congrégations religieuses ; jamais il n’y avait eu autant de miracles23, jamais il n’y avait eu autant de fidèles à l’occasion des jubilés24. Tous les marqueurs publics de la foi et de la religion du faire indiquent un catholicisme attractif et conquérant. À l’échelle des villes, la dynamique se traduit par une occupation occasionnelle de l’espace lors des processions, une captation du territoire par l’édification de couvents. Dans la vie ordinaire, la cohabitation entre catholiques et protestants engendre de fréquentes algarades, des injures, des moqueries qui se lisent dans les rapports des commissaires catholiques et réformés dépêchés en mission dans les provinces pour faire respecter l’édit de Nantes. Ainsi, il y a dans la France du début du XVIIe siècle, de manière concomitante, une réforme catholique entreprenante, portée par une aile marchante de plus en plus assurée dans son projet, une double confessionnalisation catholique et protestante assurée par des clergés. La cohabitation de ces projets contraires est source de tensions et de troubles potentiels et les autorités civiles craignent que la mort d’Henri IV ne transforme l’émulation confessionnelle en violence religieuse.

Le dépassement de la peur

  • 25 Ce point est traité dans Michel Cassan, op. cit., p. 186-190.

10Et en effet, il y eut dans les villes et les provinces de la biconfessionnalité une myriade d’escarmouches, de prises d’armes, de violences à teneur religieuse. Des attroupements, des levées d’hommes en armes sont signalées à la fin mai 1610 dans le Languedoc, le pays de Foix, la moyenne vallée de la Garonne, dans l’Agenais, l’Albigeois, le Velay, la Haute-Normandie, autour de Caen. La France des émotions est méridionale ; elle se superpose aux zones de la cohabitation entre catholiques et réformés et elle correspond à des villes et des contrées qui se déchirèrent au cours des guerres de Religion. Certes, toutes les cités et toutes les provinces qui avaient connu des troubles civils et religieux n’en furent pas systématiquement le théâtre en mai-juin 1610 ; en revanche, une ville sans passé conflictuel marqué ne figure pas sur la liste des villes en proie à des agitations en mai-juin 1610. Sans sombrer dans une explication mécaniste, l’on remarque que les villes, toujours biconfessionnelles en 1610 et ayant connu des troubles au XVIe siècle basculent dans la peur et dans les troubles. C’est notamment le cas de Castres, Pamiers, Manosque, Vitré, Poitiers25, des villes qui ne sont pas parvenues à reconstituer leur unité autour des valeurs de la citoyenneté et vivent leur présent selon une grille de lecture datant des guerres de Religion. Dans ces villes, le discours des hommes d’Église l’emporte sur celui des magistrats municipaux, dépositaires d’une autorité politique. Cependant, la peur de 1610 et les troubles qui l’accompagnent baissent en intensité à partir de la mi-juin et sauf dans quelques villes, telles que Bourges, Bayonne, Toulouse, les mesures de sécurité arrêtées à l’annonce de l’assassinat d’Henri IV sont progressivement levées. Les uns après les autres, les villes se renseignant auprès de leurs voisines, allègent le dispositif de prévention des troubles. Avec une rare synchronisation, les villes recouvrent leur visage habituel entre le 12 et le 20 juin. La Grande Peur de 1610 reflue sous l’influence cumulée de trois facteurs essentiels.

  • 26 Bernard Chevalier, Les Bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982, 346 p.

11Tout d’abord, le traitement de l’information démontre l’efficacité de la machine administrative royale et la place considérable des villes dans le contrôle du pays. Le pouvoir royal a su mobiliser ses agents, du plus modeste courrier extraordinaire jusqu’aux plus puissants membres de l’État de justice et des gouverneurs pour assurer une transmission rapide et secrète de ses messages. Partout dans le royaume, la nouvelle de la mort du roi a été annoncée par une autorité politique à la population. Jamais la rumeur n’a pris de vitesse l’annonce officielle et cela a permis aux autorités de donner à l’événement la présentation qu’elles souhaitaient ; Guillaume du Vair et Anne de Ventadour allant même jusqu’à énoncer de fausses informations. Dans cette proclamation de l’information, les villes jouèrent un rôle fondamental et elles demeurent des instances majeures de la vie politique. L’éclipse de la Ville qui en tant qu’institution aurait pâti de l’engagement ligueur de nombreuses villes et de l’affirmation du pouvoir du Prince est à reconsidérer. En mai 1610, la reine s’empresse d’adresser des lettres closes à toutes les villes du royaume tant il est évident que le contrôle du pays nécessite l’alliance du trône et de l’hôtel de ville. La bonne entente entre le Roi et ses bonnes villes, telle qu’elle fonctionna au Moyen Âge26 est toujours nécessaire en 1610 et la politique d’Henri IV à l’égard des villes, toujours présentée comme une atteinte aux libertés citadines serait à voir comme une intervention souveraine auprès de villes incapables de réguler leurs divisions. Henri IV interviendrait bien davantage pour s’assurer des villes stables, capables de relayer ses ordres que pour les dépouiller de leurs prérogatives et de leurs attributions que la Couronne est incapable d’assumer. La sollicitation immédiate des villes en 1610 traduit la place toujours importante que le pouvoir royal leur reconnaît et qu’il entend leur voir tenir. D’autant plus lorsque le Roi vient à disparaître soudainement.

  • 27 Archives nationales, Archives des Affaires étrangères, Mémoires & Documents. France, volume 767, f (...)

12En 1610, Henri IV avait échappé à une demi-douzaine d’attentats ; il était raillé pour sa passion récente envers Charlotte de Montmorency, de 35 ans sa cadette ; sa popularité était modeste. Or, sa mort connue, les Français déplorent sa perte et on l’a vu, prennent peur. Les plus inquiets sont les protestants ; les rares livres de raison tenus par des calvinistes attestent la peur intense qu’ils éprouvent et la divine surprise qui les habite lorsqu’à l’instar d’Isaac Casaubon, ils voient le calme l’emporter sur la fureur et la violence à la fin mai. Ils ont craint les troubles ; ils ont aussi craint l’abandon ou la mise en sommeil de l’édit de Nantes et les décisions de Marie de Médicis et de Louis XIII confirmant l’édit par une déclaration royale le 23 mai les rassérènent et les tranquillisent27. Toutefois, cette satisfaction ne suffit pas à calmer l’inquiétude générale. La paternité de l’assassinat est encore inexpliquée ; la seule responsabilité de Ravaillac paraît peu crédible ; la rumeur attribue le régicide à l’Espagne, ce qui accroît l’angoisse des Français. Le pouvoir a été remis à un roi mineur et à une régente peu au fait de la direction politique du royaume. En sus, Henri IV avait décidé d’intervenir dans la crise de Clèves et de Juliers et de défier militairement la puissance Habsbourg. Un seul de ces motifs suffirait à inquiéter la population ; leur conjonction secrète une Grande Peur qui fut dominée.

  • 28 Marc Fumaroli, L’Âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literia » de la Renaissance au seuil de l (...)

13En 1610, la peur panique, alimentée par des rumeurs incessantes comme à l’été 1789 n’a pas cours. Au contraire, les Français font preuve d’une grande maturité politique. À l’annonce de l’assassinat du roi, la population est envahie par la peur de l’invasion étrangère et/ou de la guerre civile. Durant plusieurs jours, des émotions la submergent : l’hébétude, l’étonnement, la peur, accompagnés dans de nombreuses villes d’un recours à la violence. Puis, la peur est contenue, la violence peu à peu abandonnée et la paix civile réaffirmée. Par leurs choix, les Français démontrent leur lucidité et leur maturité politique, fort éloignée de la représentation convenue du peuple dominé par son émotion et incapable de contenir ses passions. En 1610, les Français, après trois à quatre semaines de fortes émotions, optent pour la paix. Ils sont accompagnés et guidés dans leurs choix par les hommes de pouvoir présents dans les provinces et dans les villes. Consuls, échevins, maires furent des prescripteurs écoutés et entendus. Leur éloquence s’imposa28. Le peuple qui avait accepté Henri IV par raison plus que par enthousiasme en 1589-1594, sut raison garder pour préserver le plus précieux héritage d’un règne controversé : la paix civile. L’évanouissement de la Grande Peur de 1610 révéla la vitalité prégnante de la raison de Ville et de la raison de l’État aux dépens de l’engagement confessionnel. Au printemps 1610, les Français citoyens ont contenu les aspirations des Français fidèles et leurs peurs logiques furent le plus puissant adjuvant de la paix civile préservée.

Notes

1 Jean Delumeau, la peur en Occident, XIVe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1978, 485 p.

2 Barbara H. Rosenwein, « Worrying about Emotions », American Historical Review, June 2002, p. 821-845.

3 Jacques Le Goff, « Les “retours” dans l’historiographie française actuelle », Cahiers du Centre de Recherches historiques, avril 1999, no 22, p. 9-20.

4 Georges Lefebvre, La Grande Peur de 1789, Paris, Armand Colin, 1932, réédition, 1988, 272 p.

5 Arch. com. Angoulême, BB 4.

6 Arch. dép. Lot, Arch. com. Figeac, BB2, 1609-1610.

7 La liste est insérée dans Michel Cassan, La Grande Peur de 1610, Les Français et l’assassinat d’Henri IV, Paris, Champ Vallon, 2010, p. 223-226.

8 Histoire de la mort déplorable de Henry IV, roy de France et de Navarre par P. Matthieu, 1610.

9 Citons Le Dueil de France à la mort de Henry le Grand, Paris, chez J. Millot, 1610, in-8, 24 p.

10 Gabriel Vanel (éd.), Journal de Simon Le Marchand, bourgeois de Caen, 1610-1693, publié d’après le manuscrit de la Bibliothèque de Caen, Caen, Louis Jouan, 1903.

11 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri IV et le début du règne de Louis XIII (1589-1611), L.-R. Lefevre et A. Martin (éd.), Paris, Gallimard, 1948-1960, t. III, p. 257.

12 Jakub Sobieski, Peregrynacja po Europie (1607-1613), W. Poznania, 1833. Je remercie Maya Szymanowska d’avoir assuré la traduction des pages 41-49 de ce texte.

13 Jean-François Dubost, Marie de Médicis, la reine dévoilée, Genève, Payot, 2009, 1 036 p.

14 Robert Descimon, « Guillaume Du Vair (7 mars 1556-3 août 1621) : les enseignements d’une biographie sociale dans Guillaume du Vair Parlementaire et écrivain (1556-1621), Colloque d’Aix-en-Provence, 4-6 octobre 2001, Actes réunis par Bruno Petey-Girard et Alexandre Tarrête, Genève, Droz, 2005, p. 17-77.

15 Gilbert Larguier, « Devenir une ville frontière : Narbonne, XVe-XVIIIe siècles », dans Denis Menjot coordinateur, Les Villes frontières, Moyen Âge, Époque moderne, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 185-193.

16 Alexandre Y. Haran, « L’Espagne dans l’imaginaire français du XVIIe siècle : entre idéalisation et démonisation », XVIIe siècle, 195-2, 1997, p. 305-324.

17 Olivier Christin, « La coexistence confessionnelle 1563-1567 », Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme français, oct.-déc. 1995, p. 483-503.

18 Arch. dép. Tarn-et-Garonne, 1 BB 38, fol. 139.

19 Arch. com. Cordes, CC 154.

20 Léon Menard, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nîmes, 1873, Nîmes, reprint, Lacour, 1989, t. V, p. 290.

21 Les témoignages sont innombrables malgré les plaidoyers en faveur de l’oubli. Voir Pierre de Belloy, Conférence des edicts de pacification, Paris, P. L’Huillier, 1600, ou Pierre Droit de Gaillard, dans Brieve chronologie ou sommaire des temps, contenant la suite des anciens Pères, Monarques, Empereurs, Roys, Hommes illustres, leurs faicts et gestes plus insignes : ensemble les choses les plus remarquables, advenues au monde depuis sa création ; notamment en ce Royaume de France, jusques à présent 1598. Plus la Chronique ecclésiastique ou briefe stat de l’Eglise, avec l’ordre et arguments des principaux historiographes. Le tout tiré des meilleurs historiographes fidèlement quotez, Paris, chez Jean Houze, 1599, 251 p. Sur ce point, dans un autre contexte, Nicole Loraux, La cité divisée. L’oubli dans la mémoire d’Athènes, Paris, Payot, 1997, rééd. 2005, 348 p.

22 Natividad Planas, José Javier Ruiz Ibáñez, « Coexistence en questions », Siècles 2008, 26, p. 3-17.

23 La conjoncture miraculaire des années 1590-1630, très riche, attend une étude synthétique.

24 Citons le jubilé de 1600 qui distingue Orléans et offre aux pèlerins une indulgence plénière. Il est prévu pour une durée de trois mois de novembre 1600 à janvier 1601 et devant l’affluence des fidèles, le pape le proroge de deux mois. Andrew Spicer, « (Re) Buiding the sacred Landscape: Orléans, 1560-1610 », French History, 2007, vol. 21, number 2, p. 247-268.

25 Ce point est traité dans Michel Cassan, op. cit., p. 186-190.

26 Bernard Chevalier, Les Bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982, 346 p.

27 Archives nationales, Archives des Affaires étrangères, Mémoires & Documents. France, volume 767, fol. 499-500.

28 Marc Fumaroli, L’Âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literia » de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Genève, Droz, 1980.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540