Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ennemie intime

 | 
Frédéric Chauvaud

Quatrième partie. Peurs publiques

Effrayer et rassurer, la peur mise en scène dans le champ médiatique. L’exemple des articles de vol de la presse locale d’entre-deux guerres

Geoffrey Fleuriaud

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un article publié dans L’Avenir de la Vienne, du 14 mai 1928 intitulé : « L’exploration (...)
  • 2 Le corps documentaire de ce travail, est composé de deux quotidiens régionaux : L’Avenir de la Vie (...)
  • 3 Journal de l’Ouest, 27 mai 1920 : « Mme veuve Rachel Babin, née Bruneau, âgée de 49 ans, cultivatr (...)
  • 4 Avenir de la Vienne, 27 avril 1928 : « Ce n’est pas la criminalité qui est en recrudescence !.. C’ (...)
  • 5 Des études récentes ont démontré en effet que c’était chez les personnes âgées, surtout chez les f (...)
  • 6 Pour étudier l’interaction entre traitement médiatique du fait criminel et peur du lecteur, la per (...)

1« Il n’est pas exagéré de dire que, de notre temps, bien des gens obligés d’habiter des lieux isolés, frissonnent chaque nuit. Les femmes ont peur quand elle se trouvent livrées elles-mêmes, dans les compartiments de chemins de fer1. » Ce constat, s’il semble familier à nos oreilles, n’est pourtant pas tiré de l’actualité récente ; il fut publié en mai 1928 dans un quotidien régional, L’Avenir de la Vienne2, au sujet d’un département qui n’était pourtant pas réputé comme un haut lieu de la criminalité. A l’instar de ce témoignage, certains acteurs de l’entre-deux-guerres considéraient la délinquance comme le symptôme d’une société décadente, une terrible menace que la découverte de chaque nouveau crime ne faisait que confirmer et renforcer ; pour preuve, les nombreuses descriptions des mesures de surveillances mises en place par les particuliers de cette époque témoignent de cette « peur terrible d’être volée3 », selon la déclaration d’une victime. Dans ce climat d’angoisse répandu, la voix d’un préfet s’éleva pour tenter de ramener ses compatriotes à plus de mesure ; pour lui « Ce n’est pas la criminalité qui est en recrudescence !… C’est la fâcheuse publicité faite aux crimes », regrettant ainsi que « le malhonnête individu qui vol[e un] collier suscite aussitôt la curiosité et l’intérêt, [qu’] on se passionne pour ses faits et gestes, et pour peu qu’il manie un revolver, il touche du jour au lendemain à une sorte de gloire » alors que « l’on parle à peine de l’honnête homme4 ». Cet avis, en soulignant la corrélation existant entre la manière dont la presse rapportait les faits de délinquance et la perception ensuite du monde extérieur tenue par le citoyen, posait l’une des bases des analyses consacrées à la représentation médiatique de la criminalité : quelle est l’influence des médias dans le sentiment d’insécurité ressenti par une population ? Certes, la peur du crime reste invariante à toute société. L’expérience vécue du crime insémine l’angoisse dans chaque communauté, y compris celle qui reste étrangère au phénomène médiatique ; néanmoins, des études récentes, en découvrant le « paradoxe de l’insécurité », formulé sur le constat que les populations les moins soumises au risque d’être victime d’un crime pouvaient également être celles qui en avaient le plus peur ont essayé de déceler d’autres facteurs à l’origine du sentiment d’insécurité5. Sans être le seul processus pris en compte, le traitement médiatique du fait criminel fut alors évoqué. L’analyse de la représentation médiatique d’une délinquance ordinaire, le vol, qui plus est répercutée par un média de proximité, et ce une époque où la presse s’était imposée comme un véritable média de masse, apparaît ainsi extrêmement intéressante sur cette question6.

Avoir peur : les angoisses de l’homme de l’entre-deux-guerres

  • 7 Avenir de la Vienne, 9 mai 1923 : « Mme Cardinaux. – En me menaçant, il me regardait avec des yeux (...)
  • 8 Quelques exemples :
    Avenir de la Vienne, 25 février 1920 : « Il porta plainte et la gendarmerie fit (...)

2La peur était un thème fréquemment évoqué à l’intérieur des articles de vol ; en effet, terrifier l’autre restait un acte fondamental pour triompher, au sein des nombreux rapports de force qui se nouaient entre les différents acteurs présentés. Ainsi, la victime fut le protagoniste qui le plus souvent eut « grande peur7 », le voleur profitant de cette angoisse pour s’accaparer son bien. Néanmoins, un autre acteur restait aussi particulièrement sujet à l’angoisse, le voleur ; le chroniqueur faisait de ce sentiment le principal déclencheur des fuites et des restitutions observées8 ; ici, c’était la crainte du gendarme, du policier et du juge qui le poussait à agir ainsi. De manière plus générale, à côté de l’éducation basée sur l’assimilation des normes d’une communauté et des lois de la société, l’angoisse du châtiment restait en effet une arme essentielle de la prophylaxie contre la criminalité.

  • 9 On peut citer l’exemple d’un article consacré à un voleur, violeur et assassin : « Comme la veille (...)
  • 10 À plusieurs reprises, la presse locale publia des articles consacrés à la nécessité de révéler le (...)

3En tant que médiateur entre institutions et citoyen, la presse locale disposait d’un rôle capital de publicité du châtiment à destination de la population. Pour cela, elle donna par exemple à voir à l’ensemble de ses lecteurs l’image de polices toutes puissantes ; pour preuve, jamais un agent ne fut montré avec la « peur au ventre », une maîtrise qui témoignait de sa force et de ses compétences. De même, elle renforçait la conception, d’une justice implacable, centrant sa fonction sur la sanction, et non sur la correction ou la manifestation de la vérité ; cette sanction était ensuite rarement décrite, la prison était un lieu impénétrable, source de tout les fantasmes, et donc de toutes les angoisses. Enfin, à côté des sanctions judiciaires, les quotidiens locaux exposèrent également l’ensemble des dommages extrajudiciaires produits par une accusation pour vol ; aux risques de subir le lynchage d’une foule déchaînée9, les articles décrivirent surtout les conséquences négatives pour la réputation de l’accusé, celle-ci restant un capital essentiel à l’intérieur de communauté dont les relations fonctionnaient essentiellement sur l’interconnaissance10. Ainsi, dans la presse locale, faire peur à son lecteur était un discours du quotidien, un argument de défense sociale ; ce discours avait ici pour vertu de décourager tout individu tenté par la voie criminelle. Néanmoins, cette pédagogie par l’angoisse ne fonctionna pas seulement dans un but de respect de la légalité ; en effet, en se servant cette fois de la peur suscitée par le crime et le criminel, la presse pouvait également espérer modifier l’ensemble du comportement de son lecteur.

Faire peur : la figuration du voleur insaisissable dans le champ médiatique

  • 11 Définition empruntée à Klaus Boers dans Crime, peur du crime et mise en oeuvre du contrôle de la c (...)
  • 12 Avenir de la Vienne, 11 septembre 1937.

4D’après une définition générique, « la peur du crime est une réaction émotionnelle aux risques liés à la criminalité, lorsque ceux-ci sont perçus comme une menace personnelle11 » ; de fait, être victime d’un crime, en être témoin ou l’apprendre par le biais des medias étaient autant de situations capables de provoquer cette émotion. Si tout acte criminel a la capacité de déclencher un sentiment de peur, celui-ci peut néanmoins varier de l’inquiétude jusqu’à la terreur, en passant par l’angoisse, selon la nature de l’acte à l’origine de cette émotion. Ainsi, s’il demeure a posteriori difficile de saisir précisément quels crimes effrayaient le plus les hommes de l’entre-deux-guerres, on peut néanmoins essayer de s’en approcher, en émettant l’hypothèse que la peur ressentie par une population contaminait ensuite les colonnes criminelles : par exemple, entre un voleur de pomme et un cambrioleur assassin, le ton, le vocabulaire employé, et les conclusions tirées par le chroniqueur n’avaient plus rien à voir. Ces différences se remarquent d’ailleurs particulièrement entre deux types distincts de voleur : le voleur arrêté et le voleur en liberté, voire pour être plus précis le « voleur insaisissable », excluant de cette catégorie tout ceux dont le nom ou le physique étaient déjà connus. Face au voleur connu, le chroniqueur soulignait surtout les compétences des forces de l’ordre, montrant à son lecteur qu’il vivait dans un territoire sécurisé. À l’inverse, pour celui dont la silhouette était totalement obscure, le territoire semblait alors livré à la menace interminable d’un criminel dangereux, l’« insaisissable ». La terreur inspirée par l’« insaisissable » doit être comprise en raison d’une idée très répandue à l’époque, considérant tout criminel comme un nécessaire récidiviste ; ainsi, lorsque le voleur était en liberté, il ne faisait aucun doute qu’il allait réitérer ses exactions, ce qui augmentait alors mécaniquement l’impression du lecteur de pouvoir être victime, et par conséquent sa peur. Cette opinion permet ainsi de préciser l’épisode qui clôturait véritablement le sentiment d’angoisse éprouvé par une communauté après un vol : en effet, si le procès mettait officiellement un terme à une affaire, il semble bien que ce soit plutôt l’arrestation, voire les premiers processus de suspicion, qui, en donnant une apparence concrète au voleur, enclenchait le retour à la normal tant espéré par une population : « Elle [la nouvelle de l’arrestation] y fut accueillie avec un soulagement légitime : “Enfin, disaient les gens, on tient les assassins…”12. »

  • 13 Un exemple : « Comment a-t-on pu pénétrer ? En passant par la grille de la faculté des sciences, r (...)
  • 14 Un exemple : « Ces voleurs sont des professionnels “travaillant” avec un soin méticuleux. C’est ai (...)
  • 15 Un exemple : « Au numéro 6 de la rue Gilbert, habite M. Bontemps commandant le 32e régiment d’infa (...)
  • 16 Journal de l’Ouest, 19 octobre 1932.
  • 17 Werner Ackermann, René Dulong, Henri-Pierre Jeudy, Imaginaires de l’insécurité, Paris, Collection (...)

5Dans les articles de vol, la personnification de l’« insaisissable » s’effectuait souvent par l’utilisation du pronom indéfini « on » : « On a dérobé », « on a traversé la cour », « on a pénétré » ; même sans témoin, le journaliste parvenait à retracer concrètement le déroulement d’un vol, en formulant des hypothèses basées sur les indices et les preuves découvertes sur la scène du crime13. Cette systématisation du pronom « on » conduisait à un phénomène de réitération sempiternelle de l’acte de vol ; en effet, le lecteur, en apprenant des vols qui à priori n’avait rien en commun, pouvait pourtant avoir l’impression que le même criminel, innarrêtable, ne cessait de multiplier les exactions. Ce processus alimentait le discours de la propagation du vol, vécue comme un virus du corps social ; l’« insaisissable » devenait alors l’objet d’une crainte considérable, par sa capacité à se démultiplier et à sans cesse réapparaître. De plus, à défaut d’informations précises à son sujet, l’« insaisissable » laissait également au journaliste une marge de manœuvre plus importante pour exprimer ses propres représentations du crime et du criminel. Ainsi, et paradoxalement, il apparaît que la définition des grandes figures criminelles de cette époque, que ce soit le « professionnel14 », la « bande organisée15 » ou bien encore l’« indésirable », fut essentiellement façonnée à propos des voleurs pour lesquels la presse disposait le moins d’informations. On peut ainsi citer cet article publié le 19 octobre 1932 dans le Journal de l’Ouest et intitulé « CHATELLERAULT LE JOUR ET LA NUIT » : « Grosse animation hier au soir sur notre promenade Blossac. Un cirque a monté sa tente et des flots de lumière inondent les alentours. Les artères adjacentes déversent le flot humain. Les véhicules de toutes sortes accèdent difficilement au stationnement autorisé, ou dans les hôtels voisins. Devant l’entrée, des centaines de personnes attendent et font queue… puis bavardent… L’indésirable peut-être, rôde… rôde… en quête d’un portefeuille ou d’un sac à main à dérober16. » Le traitement médiatique consacré à « l’insaisissable » peut ainsi véritablement être considéré comme un discours de propagation de la peur ; en effet, comme l’avait souligné le sociologue Werner Ackermann dans un ouvrage intitulé Imaginaires de l’insécurité, le discours de peur se caractérise par une tendance à « fictionnaliser » le fait criminel, c’est-à-dire à y faire entrer les représentations et les idées reçues de celui qui le produit : « Les discours de l’insécurité théâtralisent, dramatisent les rapports sociaux, ils […] deviennent porteurs de l’angoisse collective, de sa circulation à travers le corps social17. » L’analyse de ces stéréotypes criminels permet ainsi de lire quels critères, au-delà du crime, étaient les plus à même de provoquer la peur de la population : ici, il apparaît indéniable que la récidive, ainsi que la mobilité, étaient deux facteurs décisifs pour pouvoir nourrir un discours de l’angoisse. Le discours médiatique n’était pas une pure création médiatique ; la presse a davantage un rôle de consolidation de certaines peurs déjà ressenties par la population, puis ensuite d’utilisation sociale de cette peur.

  • 18 Avenir de la Vienne, 8 décembre 1920.
  • 19 La presse de Poitiers, 17 juillet 1920 : « Les attaques nocturnes commises par de tout jeunes gens (...)
  • 20 Avenir de la Vienne, 10 juillet 1919 : « Nous espérons néanmoins que l’affaire ne restera pas là, (...)
  • 21 Journal de l’Ouest, 18 janvier 1931 : « Quoi qu’il en soit l’enquête se poursuit, espérons que l’a (...)
  • 22 Journal de l’Ouest, 20 septembre 1931 : « Ajoutons que l’état de la victime est à peu prés désespé (...)
  • 23 Avenir de la Vienne, 25 janvier 1936 : « Espérons que le voleur sera découvert et que le crime ne (...)

6Évoquer l’« insaisissable » n’avait pas pour seule fonction d’effrayer le lecteur ; l’angoisse était le moyen, non la fin en soi. Citons cet article publié dans L’Avenir de la Vienne en 1920 : « La série des cambriolages continue […]. Le nombre des malfaiteurs s’est accru leur audace grandit chaque jour, les rues sont mal éclairées. Que la ville consente au moins pour la sauvegarde de la sécurité de nos compatriotes les sacrifices nécessaires18. » Dans ce cas, la peur développée grâce à l’« insaisissable » autorisait ensuite le journaliste à prendre à partie la municipalité poitevine afin qu’elle assure des conditions de sécurité satisfaisantes en ville. A l’instar de cet exemple, le journaliste put ainsi, à plusieurs reprises, se positionner comme un représentant de la population, revendiquant notamment un durcissement des sanctions infligées à l’encontre du criminel ; il appelait « la Justice [à] réprime[r] avec énergie19 », à « frapper d’une façon exemplaire20 », à « châtier d’importance21 » l’ensemble des « sinistres individus22 » jusque-là inconnus. Ce phénomène d’« anxiogénisation » de l’actualité criminelle avait pour conséquence de déconsidérer toute recherche d’argument pouvant expliquer l’acte du voleur ; en effet, en évoquant la menace que le voleur faisait planer sur la société et en accroissant la peur ressentie par son lecteur, le rédacteur trouvait alors un terrain favorable pour présenter une réponse uniquement répressive, n’évoquant jamais les problèmes structurels de cette société notamment économiques et sociaux. La sévérité contre le criminel était la seul capable de pouvoir amender le criminel « sans quoi » comme l’avoua un journaliste de L’Avenir de la Vienne « plus de sécurité dans nos campagnes autrefois si tranquilles23 ».

  • 24 Journal de l’Ouest, 10 décembre 1930.
  • 25 Journal de l’Ouest, 23 août 1930.
  • 26 Un exemple : « On a remarqué également que les portes des restent ouvertes la nuit. Dans beaucoup (...)
  • 27 Quelques exemples : Journal de l’Ouest, 28 janvier 1931 : « DE SINISTRES INDIVIDUS HANTENT ENCORE (...)

7Le journaliste ne se montrait néanmoins pas seulement comme le porte-parole de la communauté, il pouvait, selon la même logique, s’adresser aussi au citoyen. Il expliquait ainsi à son lecteur le bien-fondé des mesures prises par les pouvoirs publics afin d’améliorer la sécurité collective ; par exemple, en 1930, dans un article intitulé « UNE BONNE PRECAUTION », pour justifier la mise en place d’un système reliant la poste de Châtellerault au commissariat de police de la ville, l’introduction de son article reposa essentiellement sur le thème des dangers de la délinquance : « La simple lecture des journaux quotidiens amène chacun à penser qu’il n’est pas négligeable de se prémunir contre les attaques aussi variées que fréquentes, des malfaiteurs ; a dire vrai, on ne se sent plus en sûreté tant les bandits de tout acabit agissent avec audace24. » En s’adressant directement à son lecteur, le chroniqueur essayait également de modifier son comportement car « En ces temps troublés, où la “cambriole” fait parler d’elle, il est bon de veiller quelquefois et de ne dormir que d’un œil25 ». Il façonna ainsi une véritable méthodologie de surveillance de biens à usage de l’ensemble des citoyens : il édicta de nombreuses consignes de sécurité, notamment la fermeture à clef des portes qui restait une véritable plaie dans la Vienne de l’entre-deux-guerres26, mais surtout, il recommanda au particulier de faire systématiquement appel à la police, que ce soit lorsqu’il était victime, en déposant plainte, ou simple témoin, en communiquant à l’enquêteur toutes les informations dont il disposait27. Ainsi, en s’adressant parfois aux institutions, d’autres fois à ses lecteurs, le discours de la peur permettait au chroniqueur d’affirmer son identité dans le champ local, en légitimant l’utilité de sa fonction aux yeux de son lecteur.

La « menace enfermée » : le contrôle médiatique de l’angoisse publique

8La peur inspirée par l’« insaisissable » était ainsi un moteur pour actionner la collaboration du citoyen à l’enquête ; en effet, les articles sans coupables ne laissaient pas ce dernier en la simple qualité de spectateur, au contraire, ils l’impliquaient pleinement dans l’actualité, en faisant de lui l’acteur capable d’amener l’indice ou le témoignage décisifs à la capture du voleur. Ce besoin vital du civil pour assurer le succès de l’enquête explique d’ailleurs en grande partie la coexistence de discours contrastés, voire paradoxaux, au sein des colonnes criminelles. En effet, si le chroniqueur pouvait renforcer la menace représentée par le voleur, notamment au travers des multiples formes prises par l’« insaisissable », insister trop sur ces dangers, c’était aussi prendre le risque de voir la population remettre en cause l’efficacité, et de fait la légitimité, des institutions publiques. Donc, obtenir l’effet inverse à celui recherché. La presse locale contrôlait pour cela étroitement le degré de peur qu’elle inséminait parmi la population, accentuant parfois, minimisant à d’autres moments, l’angoisse laissée en suspend par le criminel en liberté.

  • 28 En effet, lorsque le voleur n’avait pas été arrêté, le chroniqueur exprimait généralement un senti (...)
  • 29 Journal de l’Ouest, 7 avril 1928.
  • 30 Avenir de la Vienne, 12 mai 1930 : « Cet homme terrible, titulaire de nombreuses condamnations, co (...)
  • 31 Journal de l’Ouest, 11 février 1930 : « “Accusé, levez-vous !” L’accusé tressaille, se lève pénibl (...)
  • 32 Journal de l’Ouest, 15 novembre 1926 : « Durant la lecture de l’acte d’accusation, Cagna qui ne dé (...)
  • 33 Journal de l’Ouest, 29 juillet 1931.

9Pour saisir précisément les effets et les conséquences du discours de peur développé par le journaliste, il faut analyser dans quel univers discursif celui-ci était produit. Plusieurs constatations démontrent ainsi que cette menace restait strictement encadrée. D’une part, lorsque le voleur restait introuvable, si la presse locale signifiait le danger d’une telle situation, elle témoignait dans le même temps de la pleine confiance qu’elle portait au travail de l’enquêteur, présentant généralement l’arrestation comme la suite quasi-inéluctable de l’enquête28 ; elle adjurait son lecteur à en faire de même, considérant par exemple que « faire confiance à M. Formeau et à ses collaborateurs » était « le meilleur moyen de les aider dans la tâche délicate qu’ils ont entreprise et qu’ils mèneront nous en sommes sûrs à bonne fin29 ». Pour faire passer cette opinion, le chroniqueur pouvait s’appuyer sur le portrait quotidiennement construit du policier, ainsi que sur les résultats obtenus par ce dernier : dans plus de 90 % des articles, il était fait mention de son activité, qui se concrétisait dans plus de 70 % des cas par un résultat positif, l’arrestation ou le jugement du voleur. En lisant tous les jours son journal, si le lecteur apercevait les ravages produits par le voleur, il prenait également conscience que son territoire était particulièrement bien surveillé. Cette démonstration par l’exemple s’accompagnait également de la production, après l’arrestation, d’un imposant discours d’apaisement, qui diminuait grandement la menace symbolique représentée par le voleur en liberté. En effet, une fois la capture effectuée, le chroniqueur faisait disparaître tous les critères définissant le voleur « insaisissable », et laissait alors apercevoir la réelle nature du voleur ; en multipliant les descriptions, le criminel inarrêtable redevenait un homme banal, tant et si bien que le journaliste avait même parfois du mal à le reconnaître, notamment lorsqu’il comparaissait au tribunal : d’un cambrioleur, il notait que « cet homme terrible, titulaire de nombreuses condamnations, comparaît avec une attitude timide30… », d’un assassin qu’« on n’entend[ait] qu’un murmure confus, [qu’] il [fallait] prêter l’oreille pour l’entendre31 », qu’un autre « ne dégage[ait] pas une impression de force considérable32 », enfin d’un dernier, « qui […] s’imaginerait à le voir que l’homme qui dans le box des accusés se [tenait] dans une attitude humiliée, [fusse] celui-là même dont on apprendra tout à l’heure avec quels soins minutieux il prépara et consomma son horrible forfait33 ». En montrant la faiblesse de l’accusé au prétoire, notamment en insistant sur la peur qu’il ressentait, la presse locale parvenait ainsi à deux objectifs assez complémentaires : d’une part, elle matérialisait le pouvoir de coercition de la société, qui devait rebuter toute tentation de passage à l’acte criminel. De même, l’image de ce corps frêle avait également pour effet de rogner grandement le potentiel criminogène du voleur.

*

  • 34 Avenir de la Vienne, 3 juin 1933 : « APRES LES CAMBRIOLAGES. M. le commissaire de police a bien vo (...)
  • 35 Avenir de la Vienne, 9 janvier 1922.
  • 36 Avenir de la Vienne, 26 février 1932.

10L’ensemble de ces constatations confirme l’impression générale qui se dégageait de la lecture des colonnes criminelles, celle d’une « menace enfermée ». Cette idée traduit l’ambivalence de la représentation du paysage criminel de la Vienne de cette époque, présentant parfois le voleur comme un homme pouvant mettre à terre la société, alors que le chroniqueur produisait globalement un discours de confiance, montrant le contrôle total imposé par la police et le justice sur le territoire ; cette mise en scène d’une société en danger, mais qui ne périssait pas grâce à l’action du policier et de la justice, prouvait à chaque citoyen l’intérêt qu’il avait de soutenir les institutions locales. Au gré des besoins, la presse locale parvenait ainsi à moduler les émotions de son lecteur, étant consciente aussi bien des bienfaits que des dommages inhérents aux agitations populaires provoquées par le développement d’un sentiment de peur publique. Par exemple, en 1933, L’Avenir de La Vienne publia dans sa une, une longue interview du commissaire de police de Poitiers, afin qu’il réfute les rumeurs entendues dans la ville affirmant que plusieurs vols étaient restés irrésolus34. Ici, la peur du vol devait être circonscrite puisqu’elle était responsable de la prolifération de bruits séditieux à l’encontre d’une institution municipale. De même, le chroniqueur critiqua plusieurs victimes, coupables d’avoir fait déplacer la police, alors que, finalement, elles n’avaient pas été volées ; à l’instar d’un article publié dans L’Avenir de la Vienne en 1922, leur peur excessive leur fut aussi vertement reprochée, puisqu’en surchargeant les services de police, elle avait empêché la résolution d’autres affaires, réelles cette fois : « Minuit toujours, Melle Léocadie vieille fille, ne dort qu’un œil, comme le gendarme. Un meuble craque. Une persienne grince. Minet, pris d’une joie subite, fait des cabrioles dans la pièce voisine et renverse une potiche. Melle Léocadie tremble et se cache sous les couvertures. Le lendemain matin, elle se risque avec crainte hors de sa chambre ; rien d’anormal dans la maison, et ce n’est la potiche brisée. Dans le jardin des traces suspectes dans l’allée ; des plantes brisées. – Ils sont venus, conclut Melle Léocadie avec un redoublement de terreur. Et elle court à la Police. “M. le commissaire, ils ont essayé de cambrioler chez moi cette nuit.” Et la police perd son temps en des enquêtes inutiles35. » Cet exemple est extrêmement intéressant, puisque le pronom « ils », « ils ont essayé », « Ils sont venus », grâce auquel le chroniqueur introduisait généralement l’action de la « bande organisée », avait cette fois été mis en italique et en gras ; il voulait ainsi souligner le ridicule d’une angoisse, qu’il ne faisait pourtant que continuellement développer et renforcer chez son lecteur. D’ailleurs, la presse locale ne cacha pas les effets nuisibles du discours médiatique, estimant par exemple que si une femme, en 1932, avait par erreur prévenu la police, c’est que « peut-être lectrice assidue des journaux », elle avait eu « peur de se trouver en présence du dernier bandit corse ou d’un “gangster” de Chicago36 ». Cet exemple, même s’il demeure anecdotique, n’en témoigne pas moins d’une forme de plénitude du discours médiatique criminel, capable aussi bien d’accroître que de freiner l’angoisse suscitée par le fait délinquant, et de la conscience du chroniqueur du rôle qui était le sien pour ordonner les émotions ressenties par son lecteur.

Notes

1 Extrait d’un article publié dans L’Avenir de la Vienne, du 14 mai 1928 intitulé : « L’exploration de l’âme criminelle. »

2 Le corps documentaire de ce travail, est composé de deux quotidiens régionaux : L’Avenir de la Vienne et Le Journal de l’Ouest. Parus sans discontinuer durant la première moitié du XXe siècle, ces deux titres étaient les journaux locaux à plus fort tirage dans le département de la Vienne.

3 Journal de l’Ouest, 27 mai 1920 : « Mme veuve Rachel Babin, née Bruneau, âgée de 49 ans, cultivatrice au bourg de St Georges les Baillargeau, a toujours eu une peur terrible d’être volée, principalement depuis la mort de son mari. C’est pourquoi elle change souvent d’endroit où ses économies sont déposées. »

4 Avenir de la Vienne, 27 avril 1928 : « Ce n’est pas la criminalité qui est en recrudescence !.. C’est la fâcheuse publicité faite aux crimes […]. On ne parle pas, ou à peine, de l’honnête homme qui rapporte le collier de 500 000 franc et que le propriétaire gratifie d’une pauvre aumône, mais le malhonnête individu qui vola ce collier suscite aussitôt la curiosité et l’intérêt, on se passionne pour ses faits et gestes, et pour peu qu’il manie un revolver, il touche du jour au lendemain à une sorte de gloire. »

5 Des études récentes ont démontré en effet que c’était chez les personnes âgées, surtout chez les femmes d’un certain âge, que la peur du crime était la plus intense alors que c’est parmi les jeunes gens que l’on compte le plus grand nombre de victimes. Pour expliquer ce paradoxe, dans la perspective de la régulation sociale, il apparaît par exemple, que les bouleversements sociaux connus par une communauté peuvent également être à l’origine de la hausse d’un sentiment d’angoisse chez une communauté : « Les transformations de la structure sociale d’un quartier, surtout en période de mutations sociales rapides, peuvent accroître de façon déterminante chez les habitants le sentiment d’être personnellement exposés au danger de victimisation et l’impression d’insécurité personnelle. » Sur ce point voir Klaus Boers, Crime, peur du crime et mise en oeuvre du contrôle de la criminalité à la lumière des études réalisées sur les victimes et d’autres travaux empiriques, Strasbourg, Comité européen pour les problèmes criminels, 22e conférence de recherches criminologiques, 22 p.

6 Pour étudier l’interaction entre traitement médiatique du fait criminel et peur du lecteur, la perspective locale demeure un paramètre premier à prendre en compte. En donnant des détails autour d’une affaire, le chroniqueur le faisait également entrer dans l’« ordre du réel » connu par son lecteur. De fait, au lieu d’articles « locaux », il vaudrait mieux parler ici d’articles ciblés : savoir qu’un vol avait été commis sur un lieu ou l’on était déjà passé, à une heure ou l’on pratiquait les mêmes activités pouvait évidemment renforcer la peur ressenti puisque chacun pouvait avoir l’impression que le crime pouvait alors le toucher à tout instant. De plus, le vol était également un délit capable d’impliquer ainsi l’ensemble de la population, comme l’a déjà souligné Jean Claude Farcy : « Le vol ordinaire, on sait qu’aujourd’hui encore, c’est cette petite délinquance associée aux incivilités, qui est souvent à l’origine du sentiment d’insécurité des populations. »
Sur ce point voir Jean Claude Farcy, L’Histoire de la justice française de la Révolution à nos jours, Paris, Mission de Recherche Droit et Justice, collection Droit et Justice, Presse Universitaire de France, 2001, 494 p.

7 Avenir de la Vienne, 9 mai 1923 : « Mme Cardinaux. – En me menaçant, il me regardait avec des yeux de brigands. Et j’ai eu grande peur. »

8 Quelques exemples :
Avenir de la Vienne, 25 février 1920 : « Il porta plainte et la gendarmerie fit une enquête. Cela a du effrayer l’auteur de ce vol car le vendredi suivant M. Laurent fut avisé que sa bicyclette se trouvait contre un mur sur la route de Gençay. »
Avenir de la Vienne, 24 avril 1923 : « Le jeudi 19 avril, Savatier, qui aux questions de son patron avait compris que la police le surveillait, fut pris de peur et décida de s’enfuir. Dans l’après-midi, il dit brusquement à M. Moreau, qu’il voulait aller le jour même aux Trois-Moutiers, assister au baptême de sa nièce. Il alla se préparer et avant de partir, il dit : – Vous n’avez pas vu les gendarmes ? Eh ! bien je m’en vais ! Et il sauta à bicyclette et s’en fut à toutes pédales dans la direction de Moncontour. »

9 On peut citer l’exemple d’un article consacré à un voleur, violeur et assassin : « Comme la veille, Legroux est emmené rapidement hors du palais, et facilitant lui-même la tâche de la gendarmerie et de la police, il se jette littéralement dans la voiture qui l’attend au bas de l’Echelle du palais. INCIDENTS EN ROUTE. La traversée de la ville se passe sans incidents ; mais en montant la côte de la Pierre Levée, le fiacre ne va qu’à la vitesse d’un homme au pas. Les gens du quartier, les passants entourent la voiture, l’escortent jusqu’à la maison d’arrêt. Les quolibets fusent, les menaces se font entendre. Legroux se cache dans le fond de la voiture. Il a vraiment peur et pousse un soupir de soulagement quand la porte de la prison se referme sur lui. » Voir Avenir de la Vienne, 10 mai 1923.

10 À plusieurs reprises, la presse locale publia des articles consacrés à la nécessité de révéler le nom des accusés de vol. Elle considérait en effet cette action comme une peine supplémentaire infligée au voleur : « AU SUJET D’UN vol. Ces jours derniers, des démarches eurent lieu auprès du Journal de l’Ouest pour que ne soient point nominativement désignés les ouvriers qui commirent des vols au préjudice de leur patron M. Proux. Conformément à ce que nous avons eu trop souvent l’occasion d’écrire, si nous sommes indulgents envers ceux qui, par exemple, dans un accès de colère irraisonnée, peuvent se laisser aller à des actes de violence, nous sommes impitoyables pour les malfaiteurs. Or, il est certain que la publicité donnée à une mauvaise action voulue, réfléchie et poursuivie, constitue une aggravation des peines judiciaires que leurs auteurs ont encourues. Dans les affaires de ce genre, le sentiment et la discrétion sont bien mal placés. Telle est la ligne de conduite que nous avons toujours suivie et que nous suivrons encore à l’avenir. Les voleurs n’ont droit à aucune pitié au Journal de l’Ouest, tout au moins. » Voir Journal de l’Ouest, le 28 février 1923.

11 Définition empruntée à Klaus Boers dans Crime, peur du crime et mise en oeuvre du contrôle de la criminalité à la lumière des études réalisées sur les victimes et d’autres travaux empiriques, op. cit.

12 Avenir de la Vienne, 11 septembre 1937.

13 Un exemple : « Comment a-t-on pu pénétrer ? En passant par la grille de la faculté des sciences, rue de l’université, on doit traverser la cour et on risque d’être aperçu par le concierge. En supposant qu’on passe inaperçu, on arrive devant le bâtiment comprenant l’amphithéâtre et les laboratoires. On entre dans l’amphithéâtre par une petite porte située sur le côté », Avenir de la Vienne, 10 janvier 1922.

14 Un exemple : « Ces voleurs sont des professionnels “travaillant” avec un soin méticuleux. C’est ainsi qu’ils sont gantés et chaussés spécialement afin de ne laisser aucune empreinte sur les meubles et les parquets. Ce sont en outre des connaisseurs sachant apprécier la valeur marchande des objets ou valeurs qu’ils découvrent. Ils négligent tout ce qui est d’un écoulement difficile, très compromettant tels que les pièces d’argenterie armoriées ou marquées d’initiales, les titres au porteur, etc. », Journal de l’Ouest, 16 mai 1919.

15 Un exemple : « Au numéro 6 de la rue Gilbert, habite M. Bontemps commandant le 32e régiment d’infanterie, qui est parti en vacances depuis quelques jours. Or, profitant de son absence, des cambrioleurs ont essayé dans la nuit de lundi à mardi vers 1 heure de pénétrer dans l’appartement. Mais leur projet ne put être mis à exécution car un voisin dont le sommeil était léger, entendant du bruit, se leva et ouvrant discrètement la fenêtre vit un individu qui était prés de la maison et s’éloignait tranquillement rue Gilbert, dans la direction de la caserne. Le voisin le suivit des yeux jusqu’à mi-chemin de la rue et referma sa fenêtre. Dès le matin, la police prévenue constata que la porte d’entée avait été forcée un verrou était sauté et il ne restait plus que celui du dessus pour pouvoir pénétrer dans l’appartement. Il est fort probable que le cambrioleur a été arrêté dans son opération par le bruit de la fenêtre du voisin d’en face. La police enquête. Il est à remarquer que tous les ans à pareille époque on cherche à cambrioler les maisons dont les habitants sont partis. Est-ce une bande organisée ? », Avenir de la Vienne, 25 juillet 1928.

16 Journal de l’Ouest, 19 octobre 1932.

17 Werner Ackermann, René Dulong, Henri-Pierre Jeudy, Imaginaires de l’insécurité, Paris, Collection Réponse sociologique, Librairie des méridiens, 1983, 122 p.

18 Avenir de la Vienne, 8 décembre 1920.

19 La presse de Poitiers, 17 juillet 1920 : « Les attaques nocturnes commises par de tout jeunes gens devenant de plus en plus fréquentes, nous souhaitons que la Justice réprime avec énergie les actes qui mettent en péril la vie des honnêtes gens. »

20 Avenir de la Vienne, 10 juillet 1919 : « Nous espérons néanmoins que l’affaire ne restera pas là, et que l’autorité judiciaire saura frapper d’une façon exemplaire ce qui servira de leçon, à tous les écumeurs pincés ou encore non connus. Il faut que ces visites nocturnes cessent les habitants de Gençay l’attendent avec impatience. »

21 Journal de l’Ouest, 18 janvier 1931 : « Quoi qu’il en soit l’enquête se poursuit, espérons que l’auteur de l’agression manquée sera néanmoins découvert et qu’il sera châtié d’importance. »

22 Journal de l’Ouest, 20 septembre 1931 : « Ajoutons que l’état de la victime est à peu prés désespéré et souhaitons en terminant que ne reste pas impuni ce crime qui a causé parmi la paisible population, du canton de la Villedieu, la plus vive comme la plus légitime émotion. »

23 Avenir de la Vienne, 25 janvier 1936 : « Espérons que le voleur sera découvert et que le crime ne restera pas impuni sans quoi plus de sécurité dans nos campagnes autrefois si tranquilles. »

24 Journal de l’Ouest, 10 décembre 1930.

25 Journal de l’Ouest, 23 août 1930.

26 Un exemple : « On a remarqué également que les portes des restent ouvertes la nuit. Dans beaucoup de villes, les municipalités ont pris des arrêtés en ce sens. Les propriétaires d’immeubles ayant des immeubles dépourvus de portes ont été requis d’en faire établir dans les plus bref délais, sous peine de sanctions […].Cela constituerait non seulement une mesure de sûreté pour les intéressés mais faciliterait le travail des agents de rechercher les malfaiteurs qui peuvent trouver un abri sûr dans un couloir et échappe à la répression par la faute des habitants ». Voir Avenir de la Vienne, 9 décembre 1920.

27 Quelques exemples : Journal de l’Ouest, 28 janvier 1931 : « DE SINISTRES INDIVIDUS HANTENT ENCORE NOTRE VILLE […]. Malheureusement il semble que certaines personnes sans doute pour échapper aux inconvénients qui résultent du dépôt de plainte préfèrent garder le silence absolu lorsqu’elles sont l’objet de tentatives d’agression, voire d’attentats aux bonnes mœurs. Il est possible que si les victimes de ces tentatives se décidaient à parler, soit par l’identification des louches individus qui en sont les auteurs, soit par le rapprochement de certains faits, des délits qualifiés, qui sont restés impunis, pourraient parfaitement être tirés au clair et leurs auteurs châtiés comme il convent […]. Remarquez que ni Melle S… ni les parents de la fillette n’ont porté plainte à la police, laissant sans doute le soin à ces ignobles personnages d’aller se faire prendre ailleurs. Assurés de l’impunité momentanée, il est possible qu’une autre fois le “coup” réussisse, on se demande alors si le silence observé par les premiers n’est pas un silence qui pourrait coûter cher à quelques unes de leurs semblables ? »
Avenir de la Vienne, 4 novembre 1936 : « Pareils faits ne peuvent se continuer et tout ceux qui peuvent connaître les auteurs des procédés aussi ignobles ne devraient pas hésiter à les dénoncer à la vindicte publique. »

28 En effet, lorsque le voleur n’avait pas été arrêté, le chroniqueur exprimait généralement un sentiment d’optimisme quant au dénouement de l’enquête. : « S’il en est ainsi, et tous les faits déjà établis tentent de le démontrer, l’enquête de la police ne peut manquer d’aboutir tant sont méthodiques les recherches qu’elle effectue et minutieuses les vérifications auxquelles elle procède », Journal de l’Ouest, 17 avril 1927. Cette « confiance à nos braves gendarmes » [Avenir de la Vienne, 2 octobre 1935] pouvait résulter de la possession par le chroniqueur d’informations justifiant cette hypothèse, que ce dernier ne pouvait révéler à son lecteur afin de protéger le secret de l’enquête. Cependant, les suites de certaines instructions montrèrent que ces appréciations ne se révélèrent pas toutes exactes. L’inéluctabilité de l’arrestation semble ainsi davantage renvoyer à une foi naturelle exprimée envers le travail de l’enquêteur, censée prouver à toute la population que sa sécurité était parfaitement garantie.

29 Journal de l’Ouest, 7 avril 1928.

30 Avenir de la Vienne, 12 mai 1930 : « Cet homme terrible, titulaire de nombreuses condamnations, comparaît avec une attitude timide… »

31 Journal de l’Ouest, 11 février 1930 : « “Accusé, levez-vous !” L’accusé tressaille, se lève péniblement et sanglote. Il cause et l’on n’entend qu’un murmure confus […]. Il faut prêter l’oreille pour l’entendre. »

32 Journal de l’Ouest, 15 novembre 1926 : « Durant la lecture de l’acte d’accusation, Cagna qui ne dégage pas une impression de force considérable incline sa tête sur son épaule […]. Lorsqu’il entend rappeler les faits qui l’ont amené au ban d’infamie, l’agression de Melle Rageon, Cagna se voile la face et un mouvement convulsif agite ses épaules. »

33 Journal de l’Ouest, 29 juillet 1931.

34 Avenir de la Vienne, 3 juin 1933 : « APRES LES CAMBRIOLAGES. M. le commissaire de police a bien voulu nous réserver ainsi qu’à l’un de nos confrères l’interview suivante. Un cambriolage a-t-il lieu dans une petite ville qu’aussitôt les commentaires vont leur train et chacun mieux informé que son voisin se découvre un instant les qualités d’un détective. C’est un peu de ce qui s’est produit depuis samedi dernier dans notre bonne ville où l’on parle des vols de l’autre nuit. Soucieux selon notre habitude, de renseigner exactement nos lecteurs, nous avons fait hier une petite visite au chef de notre police municipale. Bien que passablement absorbé par de multiples affaires, M. Mathieu nous a reçu avec bonne humeur […]. – “Serait-il indiscret, M. le Commissaire, de vous demander si le cri d’alarme jeté par l’un de nos confrères est justifié et si les auteurs des vols nocturnes commis dans notre ville restent toujours introuvables comme il l’affirme !” Notre interlocuteur sourit et répond : “Votre confrère qui traite de toutes les questions : littérature, philosophie, histoire, administration, police, etc… avec une suffisance comique connue de tous, me rappelle ces gens de l’arrière qui, pendant la guerre, prodiguaient leurs conseils éclairés, [!] aux poilus de l’avant ! »

35 Avenir de la Vienne, 9 janvier 1922.

36 Avenir de la Vienne, 26 février 1932.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540