Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ennemie intime

 | 
Frédéric Chauvaud

Quatrième partie. Peurs publiques

La peur des mendiants et des vagabonds au XIXe siècle : entre fantasmes et réalités

Antony Kitts

Texte intégral

  • 1 Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie morale du dix-neuvième siècle, Paris, L. Curmer éd (...)

« Aujourd’hui, comme autrefois, il est un grand nombre de gueux hypocrites qui, par des gémissements imposteurs et des infirmités factices, surprennent votre libéralité et trompent votre compassion. D’une voix artificielle, plaintive et monotone, ils articulent, en traînant, le nom de Dieu, et vous poursuivent dans les rues avec ce nom sacré ; mais ces misérables ne craignent ni sa justice ni sa présence. Ils mentent à chaque passant. Entretenus par les aumônes, ils font semblant d’être souffrants, mutilés, pour se dérober au travail qu’ils détestent. On a vu des poltrons se couper un doigt pour se dispenser d’aller à la guerre. Eux, ils se couvrent de plaies hideuses pour attendrir le peuple ; mais, quand la nuit vient, suivez ces vagabonds dans le cabaret reculé de quelque faubourg, lieu du rendez-vous ; vous verrez tous ces estropiés, droits et dispos, se rassembler pour leurs bruyantes orgies. Le boiteux a jeté sa béquille, l’aveugle son emplâtre, le bossu sa bosse de crin ; le manchot prend son violon, le muet donne le signal de l’intempérance effrénée. Ils boivent, ils chantent, ils s’enivrent ; la licence la plus débordée règne dans ces réunions1. »

  • 2 Jean-François Wagniart, Le Vagabond à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 1999.
  • 3 José Cubéro, Histoire du vagabondage du Moyen Âge à nos jours, Paris, Imago, 1998.
  • 4 Bernard Schnapper, « La répression du vagabondage et sa signification historique du XIVe au XVIIIe(...)
  • 5 Joël Cornette, « Cachez ce pauvre ! », L’Histoire, no 349, janvier 2010, Dossier spécial « Pourquo (...)
  • 6 Jean-Pierre Gutton, La société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, Pari (...)
  • 7 Grégoire Chamayou, Les chasses à l’homme, Paris, La Fabrique, 2010.
  • 8 Paul Dartiguenave, Vagabonds et mendiants en Normandie entre assistance et répression : histoire d (...)
  • 9 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIesiècle, Paris, Gallimard/Julliard, collection «  (...)

1À travers ce portrait du mendiant dans le Paris de 1782, on devine les représentations dominantes qui perdureront tout au long du XIXe siècle. Figures archétypales de la marginalité, ces populations flottantes deviennent en effet des sujets de curiosité et des objets d’analyse pour la science, ce dont témoigne l’abondante littérature que leur a consacré le monde « éclairé » des experts scientifiques, notamment dans le derniers tiers du XIXe siècle, ultime période de peur et d’obsessions sécuritaires2. Traversant les siècles sans jamais cesser d’inquiéter3, les mendiants et les vagabonds ont suscité une peur sociale telle que la réaction des pouvoirs publics se révéla de plus en plus répressive, particulièrement à partir du XVIe siècle4 ; certains à l’image d’un Michel Foucault y perçoivent non sans quelques excès5 une politique délibérée d’enfermement des pauvres6 tandis que d’autres y voient une véritable chasse aux pauvres7. À cet égard, le XIXe siècle ne déroge pas à la règle et fait preuve de peu d’originalité8. Pour la société, ces « présences inquiétantes » sont considérées comme insupportables puisque cette « misère émeut moins qu’elle ne fait peur9 ». En dépit de cette criminalisation croissante, la société a tendance à porter un regard plus indulgent à l’égard du mendiant. Mais il s’avère difficile de distinguer dans la réalité le mendiant du vagabond, individus aux conditions d’existence très proches marquées le plus souvent par l’absence de travail, de moyen d’existence et de domicile, même si la domiciliation reste une donnée plus prégnante chez le mendiant. Ces difficultés de distinction le sont d’autant plus lorsque l’on sait que les catégories de vagabond et de mendiant sont aussi des créations juridiques.

  • 10 Jean Palou, La Peur dans l’Histoire, Paris, Les Éditions ouvrières, Collection « Vous connaîtrez » (...)
  • 11 Patrice Bourdelais Jean-Yves Raulot, Une peur bleue : histoire du choléra en France 1832-1854, Par (...)
  • 12 Georges Lefebvre, La Grande Peur de 1789, Paris, Armand Colin, 1988 (1re édition : 1932).
  • 13 Jean Delumeau, La peur en Occident (XIVe-XVIIIesiècles) : une cité assiégée, Paris, Hachette, Coll (...)
  • 14 Kelly S. Johnson, The fear of Beggars. Stewardship and Poverty in Christian Ethics, Grand Rapids, (...)

2Depuis le petit livre, certes daté mais utile de Jean Palou10, la thématique de la peur a fait l’objet de plusieurs études11, à la suite du livre pionnier de Georges Lefebvre sur la Grande Peur de 178912. Pour notre propos, seuls Jean Delumeau13 et Kelly S. Jonhson14 ont abordé véritablement les dimensions d’une peur mendiante et vagabonde. Pour nous, il s’agira d’abord de mettre en lumière les temps forts de cette peur dans la société française du XIXe siècle, au prisme des moyens policiers et judiciaires mis en œuvre, avant d’analyser les raisons pour lesquelles ces marginaux ont cristallisé à un moment ou à un autre toutes les haines à leur sujet, à travers les discours dominants des élites.

Les réalités de cette peur

  • 15 Nicolas Veysset, « Le mendiant infirme au XIXe siècle », A. Gueslin et H.-J. Stiker (dir.), Handic (...)

3Soupçonnés d’être des délinquants et des criminels en puissance, ils font l’objet d’une surveillance étroite, absorbant une part non négligeable de l’activité policière et judiciaire, avant d’être emprisonnés, voire relégués pour les plus « incorrigibles » d’entre eux. Ces mesures répressives témoignent ainsi de l’effroi qu’ils provoquent auprès des populations, effroi auxquels leurs apparences vestimentaires et physiques ne sont d’ailleurs pas étrangères15. Le XIXe siècle est ainsi jalonné de nombreuses périodes où la répression s’abat avec zèle sur ces pauvres errants particulièrement en période de crises économiques.

Les temps de la peur

  • 16 Fernand Chanteau, Les plaies sociales. Vagabondage et mendicité, Paris, A. Pedone, 1899, p. 43.
  • 17 Émile Fourquet, « Les vagabonds criminels », Revue des Deux-Mondes, 15 mars 1899, p. 400.
  • 18 Les Français peints par eux-mêmes. op. cit., 1841, t. IV, p. 110.
  • 19 Joseph Viplé, La répression pénale de la mendicité, Paris, Imprimerie de Henri Jouve, 1905.
  • 20 Marc Langlais, Comment il faut prévenir et réprimer le vagabondage et la mendicité, Paris-Tours, É (...)
  • 21 Nicolas Bourgoin, Les chiffres du crime. Statistiques criminelles et contrôle social (France, 1825 (...)
  • 22 Michelle Perrot, « Premières mesures des faits sociaux. Les débuts de la statistique criminelle en (...)

4Jusqu’au début du XXe siècle, les chiffres les plus extravagants ont circulé à leurs sujets : si certains font preuve de retenue annonçant 100 000 mendiants et vagabonds comme Fernand Chanteau, substitut du procureur de la République de Grenoble16 ou Émile Fourquet, juge d’instruction de l’affaire Vacher17, voire 200 000 comme Moreau-Christophe18 ; d’autres vont beaucoup plus loin à l’image du juriste Joseph Viplé19 ou de Marc Langlais20 avançant les chiffres de 350 000 à 400 000 pauvres errants sur l’ensemble du territoire national. Ces chiffres alarmistes ne font d’ailleurs que reprendre les deux recensements entrepris en mars 1895 à propos des nomades et des abris communaux. Passé ces difficultés de dénombrement, l’historien peut s’appuyer sur le Compte général de l’administration de la justice criminelle. Malgré les imperfections inhérentes à de telles statistiques puisqu’elles sont d’abord le reflet de l’activité des appareils répressifs bien plus que la traduction fidèle de cette réalité sociale21, cette source constitue la série administrative la plus complète et la plus homogène depuis 182522.

  • 23 Compte général de l’administration de la justice criminelle en France pendant l’année 1825, p. 60  (...)
  • 24 Gabriel Désert, « Aspects de la criminalité en France et en Normandie », Marginalité, déviance, pa (...)
  • 25 Jean-François Wagniart, « La pénalisation du vagabondage et la répression de la pauvreté errante à (...)

5À plusieurs reprises, le siècle est en effet marqué par des poussées de fièvre du phénomène de l’errance. Entre 1825 et 1894, les délits de vagabondage et de mendicité connaissent une croissance remarquable, respectivement de 776,2 % et de 5 834,5 %, passant de 2 251 à 19 723 prévenus pour le nombre de vagabonds et de 252 à 14 955 prévenus pour celui des mendiants23. D’une manière plus affinée, la courbe de ces délits colle souvent à celle de l’évolution économique. Gabriel Désert a démontré les relations entre la courbe des délits et celle des fluctuations économiques24, ces « pauvres conjoncturels » étant plus visibles car plus nombreux en période de crise économique. En dépit des difficultés à périodiser un tel phénomène dont la chronologie varie quelque peu selon les régions, on peut distinguer trois moments de recrudescence de ces délits, même s’ils restent à l’état endémique tout au long du siècle. Ne disposant pas de chiffres globaux pour toute la France avant 1825, on sait cependant que les années 1811-1817 sont marquées par une montée de ces délits, entrecoupées par un reflux au cœur de cette période. Durant les années 1846-1852, le nombre de prévenus de mendicité et de vagabondage connaît également une forte augmentation, respectivement de 78,5 % et de 61,4 %. Enfin les années 1880-1894 voient leur nombre s’accroître considérablement, passant de 20 456 en 1880 à 34 678 prévenus en 1894, date de l’apogée du phénomène25. Par la suite, ces chiffres diminuent, avant de se stabiliser de 1900 à 1913, autour de 20 000, pour tomber à 12 037 prévenus en 1914. Plus généralement, la part des mendiants vagabonds prévenus de délits communs représente entre 16 et 17 % de l’ensemble des prévenus en France durant les années 1886-1894, avant de retomber progressivement autour de 3 % à la fin de la Grande Guerre.

  • 26 Émile Fourquet, Vacher, le plus grand criminel des temps modernes, Besançon, Imprimerie Jacques et (...)
  • 27 Sa lettre « À la France » est publiée le 16 octobre 1898. Les écritures de Joseph Vacher ont fait (...)

6C’est aussi à cette époque, en 1897-1898, que l’affaire Vacher défraye la chronique judiciaire26. Né en 1869 à Beaufort dans l’Isère dans une famille de cultivateurs, le jeune Joseph Vacher connaît un parcours chaotique dès son adolescence, à la fois sur le plan professionnel (exerçant tour à tour les métiers de valet de ferme, de plongeur, d’employé dans une papeterie et de militaire), et personnel (exclu de la communauté religieuse des frères Maristes de Saint-Genis-Laval, interné à deux reprises à l’asile de Saint-Ylie, puis de Dole en 1893 et à Saint-Robert en 1894). C’est à la sortie de cette institution avec un certificat de complète guérison que commence son « errance criminelle » : entre le 1er avril 1894 et le 4 août 1897, date de son arrestation à Champis (Ardèche) alors qu’il tentait d’agresser sexuellement une femme de 27 ans, Joseph Vacher commet onze meurtres dans des conditions atroces. Pendant ses trois années, il mena une vie d’itinérant, survivant en travaillant parfois comme journalier ou en s’adonnant à la mendicité, autant de comportements qui en font alors le prototype du vagabond récidiviste et dangereux. Celui que la presse va bientôt appeler « l’éventreur du Sud-Est » s’attaque à des victimes, adolescentes et de sexe féminin pour la plupart d’entre elles, perpétrant les pires horreurs (lacération, égorgement, éventration, agression sexuelle, mutilation des parties génitales). Relayée par les plus grands quotidiens nationaux (Le Petit Journal, Le Petit Parisien, La Croix) et locaux (Lyon Républicain, Le Progrès de Lyon), cette affaire tient d’autant plus en haleine les lecteurs que Vacher, lui-même, joue avec la presse en réussissant à publier ses aveux dans le Petit Journal27. Au terme d’une procédure de plusieurs mois, son procès se tient devant la cour d’assises de l’Ain dont les débats vont durer du 26 au 28 octobre 1898. L’accusé est condamné à mort, malgré les vains efforts de son avocat pour faire reconnaître son irresponsabilité mentale. Le jour de la Saint-Sylvestre, il monte sur l’échafaud à Bourg-en-Bresse : il est guillotiné par Louis Deibler.

  • 28 Dominique Kalifa, L’Encre et le Sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard (...)
  • 29 Cette affaire a suscité un vif engouement dans la presse locale (Le Courrier de l’Eure) et régiona (...)
  • 30 Au matin du 20 septembre 1869, dans un champ d’Aubervilliers, un cultivateur découvre les corps de (...)

7Ce dernier tiers du siècle est en effet traversé par plusieurs affaires criminelles dont la figure du vagabond apparaît souvent en toile de fond, faisant les choux gras des journaux de « faits divers28 ». En cette année 1898, un autre fait divers passionne l’opinion publique : le crime de Nassandres29, qui n’est pas sans rappeler un autre crime sériel resté célèbre, l’affaire Troppmann30. Au petit matin du 28 mars 1898, Arthur Benestière, employé de jardin, découvre son employeur, M. Leblond, contremaître à la sucrerie de Nassandres, son épouse, sa belle-mère et ses trois enfants, tous assassinés dans leur maison. Sur la foi de plusieurs témoignages, l’assassin est arrêté chez lui à Lisieux. Passant rapidement aux aveux, Alphonse Caillard est incarcéré à la prison de Bernay. Son procès s’ouvre le 8 juillet à Évreux. En dépit des efforts de son avocat, qui plaide pour l’irresponsabilité de son client, Caillard est condamné à mort. Il est exécuté le 19 août.

  • 31 Marc Ferro, « Fait divers, fait d’histoire », Annales E.S.C., 4, juillet-août 1983, p. 821.
  • 32 Dans son livre Gendarmes et gendarmerie dans le département du Nord (1814-1852), Arnaud-Dominique (...)
  • 33 Patrick Gaboriau, Les SDF à la Belle Époque : l’univers des mendiants vagabonds au tournant des XI (...)

8Dans cette atmosphère sécuritaire où ces affaires criminelles s’affirment comme un bon « révélateur qui signale les crises du tissu social, économique, politique, ou du système des valeurs31 », la presse se fait également l’écho de véritables « rafles » en province32 comme à Paris : Le Petit Parisien annonce, le 21 décembre 1900, l’arrestation de 77 vagabonds. Les jours suivants, les mêmes opérations de police se répètent : le 23 décembre, 73 vagabonds ; le 24 décembre, 74 ; le 25 décembre, 50 ; le 30 décembre, 99 et le dernier jour de l’année, 12 mendiants et 86 vagabonds33. Cette obsession sécuritaire transparaît également dans la multitude des projets de loi sur la question de la mendicité et du vagabondage qui témoigne de la forte inquiétude remontant des campagnes : entre 1893 et 1908, ce ne sont pas moins de dix propositions de lois qui sont déposées à l’Assemblée nationale, les élus les plus déterminés s’incarnant dans les figures du député conservateur Georges Berry et du député progressiste Jean Cruppy. Parallèlement, on voit se constituer des commissions parlementaires chargées de se pencher sur la question : en 1895, une commission étudie les propositions de Georges Berry ; en 1897, la commission extra-parlemantaire du sénateur de Marcère a pour objectif de rechercher les moyens d’améliorer la police du vagabondage dans les campagnes ; en 1908, une commission du vagabondage et de la mendicité rend à nouveau un rapport. Ce sont autant de signes de l’échec patent d’une certaine politique pénale des républicains et des régimes précédents.

Une législation de la peur

  • 34 Cette décision n’est pas une nouveauté en soi. Quelques années plus tôt, la loi du 24 vendémiaire (...)
  • 35 Sur 65 dépôts de mendicité créés entre 1809 et 1813, seulement 37 seront effectivement en activité

9Du Premier Empire à la Troisième République, l’arsenal répressif témoigne en effet de la peur que suscitent ces mendiants et ces vagabonds. Le contrôle de cette population mouvante devient un impératif majeur de la politique intérieure du nouveau régime napoléonien. Ainsi, le décret impérial du 5 juillet 1808 interdit la mendicité « sur tout le territoire de l’Empire » (article 1)34. Dès lors, « tout individu qui sera trouvé mendiant dans ledit département sera arrêté d’après les ordres de l’autorité, et par les soins de la gendarmerie ou de toute autre force armée. Il sera aussitôt traduit au dépôt de mendicité » (article 4). Dans chaque département, un dépôt de mendicité doit être créé (article 2)35.

  • 36 Code pénal de 1810 : Livre III. Des crimes, des délits et de leur punition. Titre Ier. Crimes et d (...)
  • 37 Pour l’application de l’article 274, la jurisprudence donnera une définition de la mendicité. Selo (...)

10Le nouveau Code pénal de 1810 crée alors les délits de vagabondage et de mendicité36. Selon l’article 269, « le vagabondage est un délit », mais à la condition que les trois critères retenus et définis par l’article 270 soient réunis : à savoir l’absence d’un domicile certain, d’une profession et de suffisamment de ressources pour vivre. Le délit de mendicité est, lui, fixé par les articles 274 et 275. Toutefois le Code pénal ne définit pas les caractères de la mendicité37. Dans ces deux articles, la loi distingue deux situations du mendiant. Dans l’article 274, la mendicité n’est reconnue comme une infraction que si la demande d’aumône et l’existence d’un dépôt de mendicité sont avérées. Quant à l’article 275, elle n’incrimine que les mendiants professionnels et valides. Punis par la loi, les mendiants et les vagabonds encourent des peines de trois à six mois d’emprisonnement, qui peuvent aller jusqu’à cinq ans, voire dix ans dans les cas de circonstances aggravantes (articles 277-282). À l’expiration de leurs peines, le mendiant ou le vagabond sera « conduit au dépôt de mendicité » pour y effectuer une peine de travail ou restera à la « disposition du Gouvernement pendant le temps qu’il déterminera, eu égard à leur conduite ». Pourtant, ces peines apparaissent beaucoup moins sévères que sous l’Ancien Régime, même si, dans certaines circonstances (article 279), le délit de mendicité ou de vagabondage devient un crime. Dans la plupart des cas, ces délits restent mineurs. En réalité, il s’agit pour le législateur de réprimer les comportements supposés délinquants du mendiant et du vagabond. Cette législation perdure tout au long du siècle, ne connaissant que quelques modifications à propos de la délinquance juvénile.

  • 38 Michel Perrot, Philippe Robert, Compte général de l’administration de la justice criminelle en Fra (...)
  • 39 Ces chiffres montent à 79 % en 1891-1895 et à 82 % en 1896-1900 : cité par Jean-François Wagniart, (...)
  • 40 Les mendiants vagabonds et gens sans aveu multirécidivistes avaient déjà fait l’objet d’une déport (...)
  • 41 Bernard Schnapper, « La récidive, une obsession créatrice au XIXe siècle », Bernard Schnapper, Voi (...)

11Cette présomption de délinquance des mendiants et des vagabonds est reprise avec la loi de relégation des multirécidivistes du 27 mai 1885. L’accroissement du nombre des récidivistes inquiète en effet les autorités et suscitent de nombreux débats dans les milieux politiques, juridiques et médicaux. Parmi les délits dont leurs auteurs sont le plus souvent des incorrigibles récidivistes, le vagabond et le mendiant occupent une place de choix : entre les périodes 1846-1850 et 1876-1880, le nombre de mendiants récidivistes passent de 2 954 à 4 648 individus, tandis que celui des vagabonds passent de 2 533 à 7 226 individus38. Pour les seuls vagabonds, les statistiques criminelles sont encore plus éloquentes : pour les années 1881-1885, la récidive des vagabonds atteint 73 %39. Aussi, le 12 mai 1885, la loi sur les récidivistes est adoptée à une large majorité à la Chambre des députés par 385 voix contre 52. Comme autrefois, elle décide l’internement permanent des récidivistes « sur le territoire de colonies ou possessions françaises », à savoir en Guyane et en Nouvelle-Calédonie40. Parmi les multirécidivistes à reléguer, les vagabonds ou les mendiants n’échappent pas à la règle prévue par l’article 4 de la loi41.

  • 42 Dimitri Philibert, La relégation des récidivistes : la loi du 27 mai 1885. Une loi républicaine d’ (...)
  • 43 Jean-Lucien Sanchez, La relégation des récidivistes en Guyane française. Les relégués du bagne col (...)
  • 44 Ce chiffre comprend l’ensemble des délits de mendicité (avec menaces, avec violences, en pénétrant (...)
  • 45 Martine Kaluszynski, La République à l’épreuve du crime. La construction du crime comme objet poli (...)
  • 46 Alexandre Bérard, « La relégation. Résultats de la loi du 27 mai 1885 », Archives d’anthropologie (...)
  • 47 Bernard Schnapper, « Le sénateur René Bérenger et les progrès de la répression pénal (1870-1914) » (...)

12L’application de cette loi a récemment fait l’objet de plusieurs études42 dont la thèse de Jean-Lucien Sanchez43. Sur l’ensemble des relégués étudiés par ce dernier, le vagabondage et la mendicité constituent le second motif de relégation au moins jusqu’au début du XXe siècle, mais loin derrière le vol puisque cela ne concerne finalement que 7,71 % du total des relégués, soit 1 399 relégués44. Pourtant cette loi sur la relégation avait fait du vagabond sa cible privilégiée45. Plus généralement la relégation se révèle rapidement inefficace tant sur le plan pénal qu’économique46, le nombre de récidivistes continuant de s’accroître et les magistrats n’appliquant que très peu la loi, lui préférant le dispositif Bérenger47.

Une peur sous « contrôle » policier

  • 48 Gérard Noiriel, « Les pratiques policières d’identification des migrants et leurs enjeux pour l’hi (...)
  • 49 Ilsen About, Vincent Denis, Histoire de l’identification des personnes, Paris, La Découverte, coll (...)
  • 50 Jean-Pierre Gutton, Établir l’identité. L’identification des Français du Moyen Âge à nos jours, Ly (...)
  • 51 Il s’agit du décret du 1er février-28 mars 1792 et de la loi du 10 vendémiaire an IV (2 octobre 17 (...)
  • 52 Vincent Denis, « Le contrôle de la mobilité à travers les passeports sous l’Empire », Marie-Claude (...)
  • 53 Vincent Denis, « Surveiller et décrire : l’enquête des préfets sur les migrations périodiques, 180 (...)
  • 54 Yannick Marec, « Des passeports pour indigents à Rouen (1813-1852) », André Gueslin, Dominique Kal (...)

13En matière de contrôle de la mobilité, le XIXe siècle ne se singularise que peu avec les pratiques policières et judiciaires de l’Ancien régime, demeurant un enjeu majeur pour les pouvoirs publics48. On assiste cependant à un perfectionnement et à une généralisation de ces pratiques administratives d’identification49, passant d’une « civilisation encore largement de l’oralité à une civilisation de l’écrit et de l’administratif50 », à l’image de la législation sur les passeports. En effet, reprenant l’essentiel de la législation révolutionnaire51 qui faisait la distinction entre les passeports intérieurs pour toute personne se déplaçant en dehors de son canton et les passeports pour l’étranger, l’Empire en fixe durablement le cadre réglementaire52 à un moment où les migrations inquiètent les autorités53. Étudiant les passeports pour indigents pour la ville de Rouen pendant la première moitié du siècle, Yannick Marec a montré que ces papiers, loin d’être seulement un « moyen de réguler les poussées de misère54 », ont aussi été un instrument de contrôle policier et de lutte contre la mendicité et le vagabondage.

  • 55 Compte général de l’administration de la justice criminelle en France pendant l’année 1880 et rapp (...)

14Dans cette recherche constante de surveillance de la mobilité, la mesure de surveillance de haute police permet au gouvernement d’interdire aux condamnés de se rendre, après voir subi sa peine, dans certains lieux. Par ailleurs ils sont contraints d’indiquer le lieu de leur futur domicile avant leur libération. Cette contrainte est matérialisée par une feuille de route sur laquelle est consignée l’itinéraire que le condamné doit suivre obligatoirement et la durée de son séjour à chaque étape. Elle vise essentiellement « les malfaiteurs dangereux ou les récidivistes incorrigibles55 », autrement dit les voleurs, les vagabonds, les mendiants (article 271) et les escrocs. Dans la pratique, ces entraves administratives sont appliquées de moins en moins par les magistrats correctionnels : qu’on en juge par le nombre de condamnation qui diminue constamment au cours du siècle, passant en moyenne annuelle de 3 332 prévenus pendant les années 1826-1830 à 1 757 durant les années 1876-1880, avant d’être supprimé en 1885 ce dont se plaindra la commission de Marcère en 1897. Cette évolution s’explique par la création en 1832 du nouveau délit pour rupture de ban qui se substitua progressivement à la surveillance de haute police : ainsi, les courbes de ces deux infractions ont évolué dans les mêmes proportions mais de manière diamétralement opposée, soit une hausse de 54 % pour la première, et une baisse du même ordre pour la seconde entre 1833 et 1880.

  • 56 Jean-Pierre Le Crom, « Le livret ouvrier : entre assujettissement et reconnaissance de soi », Yvon (...)
  • 57 Jean-Marc Berlière, « “Armer les pouvoirs publics contre un fléau social ?” La République et les n (...)
  • 58 Pierre Piazza, « Alphonse Bertillon face à la dactyloscopie. Nouvelle technologie policière d’iden (...)
  • 59 Emmanuel Filhol, « La loi de 1912 sur la circulation des « nomades « (tsiganes) en France », Revue (...)

15Dans ce dispositif de surveillance, le livret ouvrier tient également une place de choix56. Créé en 1749, un temps supprimé en 1791, le régime impérial rétablit celui-ci dès 1803. D’abord destiné aux ouvriers itinérants, qui ont l’obligation à chacun de leur déplacement de le faire viser par leur patron, le livret demeure un outil contre les vagabonds dans la mesure où l’absence de signature de l’employeur constitue une infraction à la législation sur le vagabondage. En 1890, il est supprimé au profit d’un certificat de travail. C’est à cette époque que la circulation des nomades inquiète aussi les autorités57 et que la commission dite « Marcère » réclame un durcissement des mesures de contrôle de la mobilité errante, proposant la mise en place d’une carte d’identité pour les nomades et les vagabonds ainsi que le rétablissement du livret ouvrier. Ces propositions préfigurent d’une certaine manière les avancées scientifiques en matière de signalement des personnes sous l’impulsion d’Alphonse Bertillon, chef du Service d’identification judiciaire de la Préfecture de police de Paris, à l’origine de l’anthropométrie judiciaire, et de Francis Gallon, qui synthétise les méthodes d’identification à partir des empreintes digitales, techniques connues sous le nom de dactyloscopie58. Elles trouvent leur concrétisation dans l’instauration d’un carnet anthropométrique destiné aux nomades en 191259.

  • 60 Vincent Milliot, « Migrants et « étrangers » sous l’œil de la police : la surveillance des lieux d (...)
  • 61 Simone Delattre, Les douze heures noires. La nuit à Paris au XIXesiècle, Paris, Albin Michel, Coll (...)
  • 62 Arnaud-Dominique Houtte, « Le migrant du gendarme. Le quotidien de la surveillance dans le départe (...)
  • 63 Guy Haudebourg, op. cit., p. 307.
  • 64 Ingrid Prévost, La Gendarmerie en Seine-et-Marne sous la Monarchie de Juillet (1830-1848), mémoire (...)

16C’est donc toute une gamme de moyens de contrôle des déplacements qui est mis à la disposition des forces de l’ordre, autant d’outils d’identification de ces marginaux à l’identité souvent insaisissable constituant ainsi l’une des cibles privilégiées des brigades de gendarmerie et de la police. En ville, la question du contrôle des nouveaux arrivants se pose avec acuité et repose en particulier sur la surveillance et le contrôle des lieux d’accueil (hôtels, auberges, garnis60) et de la rue. Auteur d’une étude remarquée sur la nuit à Paris61, Simone Delattre a très bien décrit cette vie nocturne où les arrestations des « rôdeurs de nuits » constitue une part croissante de l’activité policière : en 1816, ce motif d’arrestation constitue 41,1 % des affaires ; en 1842, ce pourcentage s’élève à 61,4 %, chiffre gonflé par l’ajout de la catégorie des « vagabonds ». À la campagne, ce travail revient aux brigades de gendarmeries et aux gardes champêtres. Lors de leur tournée, les gendarmes privilégient les grands axes de communications, les lieux de foire et de marché, les cabarets, etc. Parlant d’un « contrôle aux haillons62 », Arnaud-Dominique Houtte a montré que les arrestations de mendiants et des vagabonds représentent entre 13 et 21 % du total des arrestations faites par la gendarmerie du département du Nord entre 1820 et 1830, tandis qu’en Bretagne, ces chiffres atteignent un tiers des arrestations63. Dans le département de la Seine-et-Marne, ces arrestations constituent plus du quart des personnes arrêtées entre 1832 et 1847, dépassant même les 40 % pour les deux dernières années64. Par ailleurs, tout au long de notre période, des arrêtés d’interdiction contre la mendicité et le vagabondage sont régulièrement pris par les préfets et les maires, notamment en période de crise économique.

  • 65 Jean-Pierre Royer, Jean-Paul Jean, Bernard Durand, Nicolas Derasse, Bruno Dubois, Histoire de la j (...)
  • 66 Benoît Garnot, Histoire de la justice France, XVIe-XXIesiècle, Paris, Gallimard, Collection « Foli (...)
  • 67 Frédéric Chauvaud, Jacques-Guy Petit et Jean-Jacques Yvorel, Histoire de la Justice de la Révoluti (...)
  • 68 Jean-Claude Farcy, « Le procureur entre l’ordre public et les justiciables : plaintes, procès-verb (...)
  • 69 Guy Haudebourg, op. cit., p. 331-339 ; Patricia Peccoud, « La délinquance des vagabonds en Isère a (...)

17Arrêtés, ils sont pris en charge par les tribunaux correctionnels dont ils relèvent65. Comme on l’a vu plus haut, le nombre de prévenus pour mendicité et vagabondage connaît une tendance à la hausse pendant le XIXe siècle, occupant pendant longtemps la deuxième place du contentieux pénal derrière le vol66. « Nous sommes en face, rappelle Jean-Jacques Yvorel, d’un contentieux qui découle principalement de l’activité des forces de l’ordre […], alors que les vols arrivent devant la justice essentiellement suite aux plaintes des victimes67. » Analysant les plaintes et les procès-verbaux à la fin du siècle à Dijon, Jean-Claude Farcy a démontré que « le flagrant délit est la voie royale pour réprimer le vagabondage (utilisée alors dans 71 % des cas), la mendicité (84 %) qui, réunis, mobilisent cette procédure dans 42,5 % des cas de flagrance68 ». Portant atteintes à l’ordre public, ces comportements délictuels sont beaucoup plus poursuivis, en particulier pour les prévenus sans domicile. À partir de l’étude des jugements correctionnels ou des registres d’écrous, d’autres historiens, comme Guy Haudebourg pour la Bretagne et Patricia Peccoud pour l’Isère, ont montré que les magistrats étaient plus sévères pour les vagabonds que pour les mendiants : les premiers sont davantage condamnés, subissant des peines d’emprisonnement plus longues que les seconds69.

  • 70 Michel Perrot, « La fin des vagabonds », op. cit., p. 24.
  • 71 Sur les 59 dépôts ouverts sous l’Empire, seulement 37 d’entre eux fonctionnent en 1814. Ils ne son (...)

18Comme l’a souligné Michelle Perrot70, les vagabonds figurent parmi les habitués des prisons départementales. Si les dépôts de mendicité ont demeuré pendant une bonne partie du siècle le lieu privilégié de ces marginaux avant de tomber en désuétude71, d’autres établissements pénitentiaires les accueilleront, particulièrement les plus jeunes d’entre eux dans les colonies pénitentiaires.

« Ils disent qu’ils font peur » : discours sur les mendiants et les vagabonds

  • 72 Bronislaw Geremek, Inutiles au monde. Truands et misérables dans l’Europe moderne, Paris, Gallimar (...)

19Si jusqu’au XIVe siècle, l’image du pauvre mendiant errant s’incarne encore le plus souvent dans le pauvre christique, recevant l’aumône et jouant le rôle d’intercesseur auprès de Dieu pour ses donateurs, celle-ci se dégrade, au point de distinguer de plus en plus le « faux » pauvre valide du « vrai » pauvre malade et infirme. À partir du XVIe siècle, cette stigmatisation s’impose durablement dans une société où leurs comportements remettent en cause des valeurs comme la sédentarité et le travail. « Demeurant partout » et nulle part, ces marginaux sont en effet perçus comme des êtres oisifs, des « inutiles au monde72 » sans attache communautaire ou territoriale. Dès lors, on les affuble de tous les maux, on les accable de toutes les plaies, coupables de tout.

  • 73 Érik Von Kraemer, Le type du faux mendiant dans les littératures romanes depuis le Moyen Âge jusqu (...)
  • 74 Laurent Mucchielli, « Criminologie, hygiénisme et eugénisme en France (1870-1914) : débats médicau (...)

20Ces diverses représentations révèlent ainsi l’ambivalence des attitudes d’une société, hésitant entre la compassion et la peur ce dont témoigne la profusion littéraire qui leur a été consacrée depuis le Moyen Âge73, avant de connaître une inflation considérable dans le dernier tiers du XIXe siècle. Face à cette « armée du crime », un « bataillon d’experts » – médecins, psychiatres, aliénistes, criminologues, magistrats, policiers, députés – s’empare de cette question brûlante ressassant inlassablement tous les stéréotypes et poncifs pour mieux justifier la croisade sécuritaire à l’encontre du vagabond et du mendiant. Pour eux, il s’agit d’expliquer coûte que coûte les raisons pour lesquelles ils se complaisent dans cet état asocial, forgeant la légende noire de ces marginaux, sous couvert de considérations pseudo-scientifiques qui mêlent à la fois des visées morales et médicales74.

Des êtres « immoraux et vicieux »

  • 75 Roger Berthelot du Chesnay, De la transformation moral des professionnels de la mendicité, Rennes, (...)
  • 76 Paul Maurice Legrain, Un fléau social : l’alcoolisme, Paris, Gautier, 1896, p. 13.
  • 77 Retrouvé par le romancier Hervé Jubert au hasard de flâneries lors d’une brocante boulevard Voltai (...)

21Au premier rang de ces représentations, le mendiant vagabond est un être immoral et vicieux. Paresseux, fainéant, se vautrant dans l’oisiveté, il ne cherche pas à travailler, mais à tirer parti de la charité, souvent pleine de compassion et de pitié, à laquelle on reproche de donner sans compter et sans discernement. « Supprimez l’aumône, affirme Roger Berthelot du Chesnay, vous supprimerez la paresse qui mendie75. » Car donner ne peut qu’encourager le « faux » mendiant à rester à ne rien faire, à vivre dans le vice et à continuer à tromper son monde. Il ne demande pas l’aumône pour se nourrir, mais pour boire et s’enivrer. Pour le docteur Legrain, chantre de la lutte contre l’alcoolisme, sur 100 détenus pour mendicité et vagabondage, 70 % sont alcooliques76. De nombreux observateurs sociaux dénoncent aussi les trucs et astuces pour soutirer quelques sous ou morceaux de pain auprès des passants. On entre dans la carrière de mendiant comme on entre en religion. Point d’improvisation pour ces professionnels de l’extorsion comme le souligne le commissaire de police du XIIe arrondissement de Paris, Adolphe Gronfier : « De même qu’il existe des écoles d’apprentissage et de perfectionnement pour chaque branche de l’industrie, il y a des écoles d’apprentissage et de perfectionnement pour ceux qui veulent faire carrière dans la mendicité77. »

  • 78 Olivier Vernier, « Entre moralisme et réformisme : le « Paris qui mendie » de Louis Paulian », Des (...)
  • 79 Louis Paulian, Paris qui mendie. Mal et remède, Paris, Librairie Paul Ollendord, 1893.
  • 80 Dans ses Mémoires du trottoir (1882), Aurélien Scholl a décrit dans un chapitre le Guide du mendia (...)
  • 81 « Rapport sur la situation mentale et physique du nommé Lourderie, prévenu de vagabondage, et qui (...)

22Certains n’hésitent pas à s’infiltrer dans ces milieux interlopes à la manière d’un Louis Paulian78, secrétaire de la Société générale des Prisons et rédacteur parlementaire. Déguisé en mendiant, il part étudier les mœurs et coutumes de ces dissimulateurs. Dans son livre Paris qui mendie79, il décrit par le menu l’art et les manières de se travestir ou de feindre des infirmités pour mendier. Plusieurs stratégies sont alors possibles : soit la mendicité sédentaire, soit la mendicité à domicile. Dans le premier cas, le mendiant attend le « client » après s’être placé sur son passage à un point stratégique sur la voie publique ; dans le second, il va le chercher chez lui. Aussi dispose-t-il d’un almanach des bonnes adresses, connu sous le nom de Petit jeu et de Grand jeu. Si le Petit jeu peut rendre de nombreux services pour la somme de 3 francs, le Grand jeu, quant à lui, fournit – outre le nom et l’adresse des gens charitables – une courte biographie où est précisée ses habitudes, sa religion, autant de renseignement propres à amadouer ce dernier et pour seulement 6 francs80. Pour réussir dans ce « métier », il ne suffit donc pas de connaître les bonnes adresses, il s’agit d’abord d’escroquer sans en avoir l’air. Pour cela, il est sage de savoir mentir pour apitoyer son prochain et obtenir son gain à coup sûr. Passés les boniments, l’exposition de fausses infirmités peut se révéler tout autant efficace. En effet, si le Code pénal interdit de mendier ou de vagabonder, il ne défend ni de gémir, ni de pleurnicher. Aussi avec quel art, le mendiant ou le vagabond exploite-il ses fausses ou vraies infirmités : qu’ils soient culs-de-jatte, manchots, boiteux, paralytiques, sourds-muets, aveugles. Simulateur, le vagabond peut s’enferrer dans un mutisme volontaire : ainsi le cas d’un dénommé Lourderie, jeune homme prévenu de vagabondage, feignant d’être muet, supercherie découverte par les trois médecins qui n’hésitent pas à recourir à un procédé peu orthodoxe en le menaçant avec un fer incandescent81.

  • 82 Louis Paulian, op. cit.

23Pire encore, il est accusé de détourner l’aumône au détriment des plus miséreux, de voler les pauvres et donc de s’enrichir sur leur dos. Parmi les mythes qui entourent le mendiant, celui qui fait fortune grâce aux aumônes a la vie dure. Ces « mendiants rentiers », ces « rentiers du gémissement », ces « capitalistes » du don, voilà ce qu’en dit encore Louis Paulian : « J’ai moi-même […] mendié à plusieurs reprises, sous toutes sortes de déguisements, dans les différentes rues de la capitale. Mes expériences, cent fois répétées, ont eu lieu devant témoins. Divers préfets de police ont pu les contrôler et j’ai démontré qu’avec moins de mal que je m’en donne pour remplir mes fonctions de secrétaire-rédacteur de la Chambre des députés, je pouvais, en quelques heures, gagner beaucoup plus d’argent que le gouvernement m’en alloue pour analyser les discours ministériels82. »

24Cette vision n’est d’ailleurs pas une nouveauté puisqu’on la retrouve aussi au début du siècle :

  • 83 Charles-Victor de Bonstetten, Pensées sur divers objets de bien public, Genève, Chez Manget et Che (...)

« La mendicité est le paradis du pauvre et la paresse sa divinité. Tel mendiant à la porte d’une ville gagne quelques fois douze francs par jour à faire une espèce de chasse bien plus commode que celle qui plaît aux grands dans les forêts. Son métier est un amusement qui a tout l’attrait du jeu de hasard, et quelquefois tous les charmes d’une comédie. Le mendiant épie les passants, il varie son geste et les nuances de sa voix, selon les physionomies qu’il rencontre. Il a le plaisir de l’argent tout en se moquant du riche qui le donne. […] Qu’on compare maintenant les douceurs de cet état, avec la journée de peine du pauvre ouvrier, qui, du matin au soir, travaille à la terre, courbé de travail dans son corps, et accablé de soucis dans son âme, le tout pour 40 à 50 sous par jour83. »

  • 84 Ferdinand Moine, Une plaie sociale. La mendicité, le mal, le remède, Paris, Librairies associés, 1 (...)
  • 85 Henri Napias, « L’épidémie de typhus. Le vagabondage et la propagation des épidémies », Revue d’hy (...)

25Pour beaucoup d’observateurs, ces pauvres errants transportent avec eux toutes sortes de maladies contagieuses (tuberculose, syphilis, choléra, typhus) au risque de contaminer leurs semblables. Certains n’hésitent pas à les comparer à des maladies infectieuses pourtant disparues : « La mendicité, rappelle Ferdinand Moine, est une lèpre qui envahit le monde et le mine84. » On les rend responsables de la propagation des épidémies comme le typhus en 1893. Dans un article paru dans la Revue d’hygiène et de police sanitaire, le docteur Henri Napias constate que « partout et toujours dans cette épidémie actuelle, nous trouvons d’abord le vagabond85 ».

Des êtres « dérangés »

  • 86 Jean-Claude Beaune, Le Vagabond et la machine. Essai sur l’automatisme ambulatoire. Médecine, Tech (...)

26À côté de ces représentations, la médecine et la psychiatrie naissante se sont également saisies de cette question, multipliant les études de cas de vagabonds ou de mendiants « déséquilibrés ». Même si la fin du siècle constitue le point culminant de cette médicalisation du phénomène de l’errance, bien décrite par Jean-Claude Beaune86, on voit dès les années 1830-1840 des médecins et non des moindres se charger d’expliciter cette folie vagabonde nourrie par les troubles mentaux, responsables de ce désir de voyager. Au premier rang, Jean-Étienne Esquirol, père de l’hôpital psychiatrique, qui, dès 1833, décèle chez le vagabond des pulsions monomanes.

  • 87 Alexandre Brière de Boismont, « Arrestations pour vagabondage. Expertise médico-légale. Hallucinat (...)

27Dans les revues médicales telles que les Annales d’hygiène publique et de médecine légale ou les Annales médico-psychologiques, on se penche sur des cas cliniques de vagabonds. Dans un article de 1845, l’aliéniste Brière de Boismont s’attache à comprendre les causes de l’état mental d’un dénommé Chevillard, détenu à la prison de La Force pour vagabondage. Arrêté à neuf reprises et condamné deux fois pour ce délit, il observe que ce malade est atteint de manie, de monomanie suicidaire, de delirium tremens et de monomanie triste, assortie d’hallucinations de l’ouïe, de la vue et du toucher. Livré à l’ivrognerie, il est obsédé par deux idées fixes : la croyance à des ennemis imaginaires et la conviction qu’il possède la clef des trésors. Le médecin conclut ainsi : « L’isolement et le traitement pourront améliorer sa position, mais, dès qu’il sera livré à lui-même, il retombera sous l’influence de ces idées, deviendra incapable de travailler et se fera arrêter comme vagabond87. »

  • 88 Achille Foville, Les aliénés voyageurs ou migrateurs. Étude clinique sur certains cas de lypémanie(...)

28Dans la même veine, l’aliéniste Achille Foville arrive à des conclusions assez proches, distinguant deux types d’errants : atteints de lypémanies hallucinatoires, ces vagabonds souffrent d’un désir irrépressible de partir, harcelés par des ennemis imaginaires ou atteints de mégalomanie88.

  • 89 Jean-Martin Charcot, Policlinique de la Salpêtrière. Leçons du mardi, Paris, Delahaye et Lecrosnie (...)
  • 90 Victor Charles Dubourdieu, De la dromomanie des dégénérés, Thèse de médecine, Bordeaux, 1894 ; Alb (...)
  • 91 Maurice Bénédickt, « Le vagabondage et son traitement. Étude psychologique et sociologique », Anna (...)
  • 92 Françoise Briegel et Michel Porret (dir.), Le criminel endurci. Récidive et récidivistes du Moyen (...)

29D’autres décèlent dans ces pulsions gyrovagues le résultat de nouvelles pathologies mentales. En janvier 1888, le professeur Jean-Martin Charcot expose pour la première fois sa conception de l’automatisme ambulatoire dans ses Leçons du mardi à la Salpêtrière89 : poussé par une crise épileptique et somnambulique, le vagabond déambule mécaniquement sans que l’on remarque de signes extérieurs annonciateurs. Cette théorie fera des émules en province, en particulier au sein de l’école psychiatrique de Bordeaux où les docteurs Régis, Pitres et Dubourdieu reprendront à leur compte ce concept médical sous une notre appellation : la dromomanie des dégénérés90. Enfin, dans un article intitulé « Le vagabondage et son traitement. Étude psychologique et sociologique », publié en 1890, le docteur Benedickt fait le constat suivant : « Il y a un fait incontestable, c’est qu’il y a des individus, comme des races entières, chez lesquels le vagabondage est congénital91. » À cet état, il avance des explications psychologiques à son incapacité chronique à travailler : le vagabond souffrirait à la fois de neurasthénie physique, de claustrophobie et de surexcitation psychique. Mais, ce qui suscite le plus de craintes, ce sont leurs penchants à la récidive92.

Des êtres « incorrigibles »

  • 93 Bernard Schnapper, « La récidive, une obsession créatrice au XIXe siècle », Bernard Schnapper, Voi (...)
  • 94 Henri Joly, La France criminelle, Paris, Le Cerf, 1889, p. 176.

30Au XIXe siècle, la question de la récidive devient en effet une obsession93 pour les hommes politiques au point de ne plus se cantonner à ses seules dimensions juridiques, devenant une question sociale prioritaire. Comme on l’a vu plus haut, le nombre de récidivistes ne cesse de gonfler, à l’instar des mendiants et des vagabonds. Surtout connu pour ses travaux de criminologie, le philosophe et sociologue, Henri Joly écrit : « Les huit dixièmes des récidivistes ont été repris pour mendicité, vagabondage ou rupture de ban94. » Ce thème fait alors l’objet d’une intense réflexion dans les milieux juridiques et médicaux où l’on discute de la personnalité du récidiviste. Parmi eux, le mendiant et le vagabond sont particulièrement visés car on les accuse d’être incapables de s’amender. Jugés incurables et incorrigibles, ils sont des criminels en puissance. Cette présomption criminelle est l’une des raisons pour lesquelles la loi sur la relégation a été votée : elle instaure un seuil d’infractions au-delà duquel l’individu est incapable de se corriger. Pour les vagabonds, ce plancher est atteint au bout de trois condamnations soit une condamnation aux travaux forcés ou à la réclusion et deux condamnations à plus de trois mois de prison ferme pour vagabondage ou mendicité.

  • 95 Cesare Lombroso, L’homme criminel, Paris, F. Alcan, 1887.
  • 96 Alexandre Lacassagne, Vacher l’éventreur et les crimes sadiques, Lyon, A. Storck, 1899.
  • 97 Journal de Rouen, 13 avril 1898.

31C’est également à ce moment que naît la célèbre théorie du criminelné de Cesare Lombroso95, fondateur de l’École italienne d’anthropologie criminelle. Pour lui, les penchants criminels des individus trouveraient notamment leur explication dans leurs caractéristiques morphologiques. Selon Lombroso, le vagabond serait un être arriéré dont les tares seraient à chercher du côté de l’hérédité. En France, ces idées sont reprises un temps, puis contestées par l’école lyonnaise du « milieu social » dont la figure de proue s’incarne dans le docteur Alexandre Lacassagne, médecin légiste et professeur de médecine légale. Pour ce dernier, la société produit elle-même ses criminels, rappelant que « les sociétés n’ont que les criminels qu’elles méritent ». Partisan de la relégation, Lacassagne voit dans le vagabond l’une des figures du crime de cette fin de siècle, un être irrécupérable. Il est vrai qu’il fut l’un des trois experts médicaux qui examina Joseph Vacher pendant l’instruction96. À ce titre, l’affaire Caillard, vue plus haut, est révélatrice de cette peur symptomatique du vagabond, incarnant tous les péchés. Durant les obsèques des six victimes, le maire de Nassandres, M. Lucas, ne dira pas autre chose : « Le massacre de la famille Leblond a jeté la consternation et l’épouvante dans toute notre région. Chacun de nous se sent menacé. Nos campagnes sont inondées de vagabonds et de rôdeurs de tous pays et de toutes espèces qui, baluchon au dos, gourdin à la main et souvent menaces à la bouche, viennent journellement nous réclamer secours et assistance », appelant les autorités à mettre fin à ces « visites dangereuses97 ».

  • 98 Fernand Dubief, La question du vagabondage, Paris, Eugène Fasquelle, 1911, p. 170.
  • 99 Ernest Passez, « Du vagabondage et de la prostitution de mineurs de seize ans et des réformes à ap (...)
  • 100 Honoré Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes et des mo (...)

32Parmi les délits souvent associés à la mendicité et au vagabondage, la prostitution forme aussi l’une des accusations les plus rebattues. Du vagabondage à la prostitution, il n’y a souvent qu’un pas que la femme vagabonde ou mendiante franchit aisément98. Certains comme Ernest Passez, avocat au Conseil d’État et à la Cour de Cassation, réclament que la prostitution des mineures de 16 ans soit réprimée comme le vagabondage99. Dans une logique implacable, son pendant masculin ne pouvait être assimilé qu’au souteneur. D’ailleurs, la loi de relégation ne s’y est pas trompée puisqu’en modifiant l’article 270 du Code pénal, elle vise les souteneurs et les joueurs de bonneteau jusque-là faiblement sanctionnés par la loi : ainsi, au défaut de domicile, de travail et de subsistance, le législateur y ajoute le fait de tirer « un profit habituel de jeux illicites et prohibés sur la voie publique ou de la prostitution d’autrui sur la voie publique ». Ces amalgames ne sont pas une nouveauté en soi puisqu’ils ne font que reprendre les images éculées de la première moitié du siècle : en effet, Frégier ne disait pas autre chose en 1840, voyant dans « le vagabond […] la personnification de toutes les classes de malfaiteurs100 ».

*

  • 101 Le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin fit adopté le 18 mars 2003 une loi sur la sécurité intérie (...)
  • 102 Gérard Noiriel, Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXesiècles). Discours public (...)
  • 103 Annie Stora-Lamarre (dir.), Archives de la peur. Les « populations à risque » dans la Franche-Comt (...)
  • 104 Jean-Claude Caron, Annie Stora-Lamarre et Jean-Jacques Yvorel (édités par), Les âmes mal nées. Jeu (...)

33Finalement, ces discours sécuritaires ne sont pas propres au XIXe siècle. Pour cela, il suffit de se rappeler qu’à partir du milieu des années 1990, on assista à un durcissement de la loi envers la mendicité101 et donc à une criminalisation de ces « nouvelles classes dangereuses » alors que le nouveau Code pénal a fait disparaître les infractions de vagabondage et de mendicité depuis 1994. D’une manière générale, – que ce soient les médecins, les psychiatres, les juristes, les criminologues, les politiques –, tous considèrent ces marginaux comme responsable de leur situation, de leur condition : leur paresse, leurs vices ont amené leurs infirmités, leur faiblesse physique. Tous ces comportements déviants, ce refus de travailler, de se sédentariser, remettent en cause les normes sociales d’une société qui a fait du travail et de la sédentarité des valeurs dominantes. Au-delà de ces représentations fantasmées qui alimentent le désir sécuritaire des élites, à un moment où l’État-nation naissant considère comme une priorité le contrôle des étrangers102, la réalité sociale de cette pauvreté errante est toute autre. En effet, même si l’on trouvera ici ou là quelques cas pathologiques de vagabonds ou de mendiants dont le mode de vie peut traduire un choix personnel, il y a somme toute une distorsion importante avec ce qu’ils sont réellement. Car ces comportements sont d’abord et avant tout l’expression d’une délinquance de la misère ce dont attestent les nombreux fonds des « archives de la peur103 ». La précarité sociale, le chômage, l’absence de domicile sont autant de difficultés qui les poussent à commettre des délits mineurs (vol, escroquerie, prostitution) pour survivre. Issus des milieux populaires, ces « âmes mal nées104 » sont majoritairement des hommes célibataires dans la force de l’âge, souvent sans profession, mais même lorsqu’ils travaillent, ils exercent les professions les moins qualifiées et les plus soumises aux aléas économiques : journaliers, cultivateurs, manœuvres, terrassiers, ouvriers du textile, du cuir ou du bois, marchands ambulants, colporteurs, saltimbanques, chanteurs, etc.

  • 105 Jean-Jacques Yvorel, « Errance juvénile et souffrance sociale au XIXe siècle d’après les récits au (...)
  • 106 Jean-François Wagniart, op. cit., Chapitre iii, p. 61-100.
  • 107 Yannick Marec, Vers une République sociale ? Un itinéraire d’historien. Culture politique, patrimo (...)

34Suscitant la peur, souvent la haine sur leur passage, ces marginaux ressentent également ce sentiment, redoutant les forces de l’ordre, le froid, la faim, les incertitudes du lendemain105. D’ailleurs, de nombreux écrivains du XIXe siècle, et non des moindres, ont éprouvé une sympathie certaine, voire de l’empathie à leurs égards, sentiments bien décrits par Jean François Wagniart106. De plus, loin d’appliquer une politique exclusivement répressive, les Républicains ont également légiférer en matière de protection sociale, législation parfois décriée à la fois par la modestie de ses engagements et son retard au regard du modèle Outre-Rhin, mais qui a été réévaluée depuis à sa plus juste valeur107 ; on pense entre autres à la loi du 24 juillet 1889 sur la protection de l’enfance, à celles sur l’assistance médicale gratuite du 15 juillet 1893 et sur l’assistance obligatoire aux vieillards, infirmes et incurables du 14 juillet 1905.

Notes

1 Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie morale du dix-neuvième siècle, Paris, L. Curmer éditeur, 1841, t. IV, p. 105-106.

2 Jean-François Wagniart, Le Vagabond à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 1999.

3 José Cubéro, Histoire du vagabondage du Moyen Âge à nos jours, Paris, Imago, 1998.

4 Bernard Schnapper, « La répression du vagabondage et sa signification historique du XIVe au XVIIIe siècles », Revue d’histoire du droit français et étranger, 1985, avril/juin, no 2, p. 143-157 ; Juliette Fontaine, Marie-Odile Hubschwerlin, Jonathan Rose, Thomas Steinmetz, « La répression pénale de la mendicité du XVIe siècle à nos jours », Yves Jeanclos (dir.), Les délinquances urbaines en France du XVIe siècle à nos jours, Strasbourg, Université Robert Schuman, Faculté de droit, de sciences politiques et de gestion, Dimensions historiques du droit européen, septembre 2003, no 8, p. 125-167.

5 Joël Cornette, « Cachez ce pauvre ! », L’Histoire, no 349, janvier 2010, Dossier spécial « Pourquoi y a-t-il des pauvres ? », p. 74-79.

6 Jean-Pierre Gutton, La société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, Paris, PUF, 1971 ; L’État et la mendicité dans la première moitié du XVIIIe siècle, Auvergne, Beaujolais, Forez, Lyonnais, Lyon, Centre d’Études foréziennes, 1973 ; La société et les pauvres en Europe (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, PUF, 1974.

7 Grégoire Chamayou, Les chasses à l’homme, Paris, La Fabrique, 2010.

8 Paul Dartiguenave, Vagabonds et mendiants en Normandie entre assistance et répression : histoire du vagabondage et de la mendicité du XVIIIe au XXe siècles, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1997 ; Guy Haudebourg, Mendiants et Vagabonds en Bretagne au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998.

9 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard/Julliard, collection « Folio Histoire », 1979, p. 18.

10 Jean Palou, La Peur dans l’Histoire, Paris, Les Éditions ouvrières, Collection « Vous connaîtrez », 1958. Dans cet ouvrage, ce dernier consacre quelques pages à la peur du mendiant (p. 42-46).

11 Patrice Bourdelais Jean-Yves Raulot, Une peur bleue : histoire du choléra en France 1832-1854, Paris, Payot, 1987 ; Jean-Pierre Bardet, Patrice Bourdelais, Pierre Guillaume (dir.), Peurs et terreurs face à la contagion : choléra, tuberculose, syphilis : XIXe-XXe siècles, Paris, Fayard, 1988 ; Robert Muchembled (dir.), Fléaux et société : De la Grande Peste au choléra, XIVe-XIXe siècle, Paris, Hachette supérieur, 1993 ; Madeleine Ferrières, Histoire des peurs alimentaires. Du Moyen Âge à l’aube du XXe siècle, Paris, Seuil, Collection « Points Histoire », 2006 ; Jacques Berchtold et Michel Porret (études réunies et présentées par), La Peur au XVIIIe siècle : discours, représentations, pratiques, Genève, Droz, 1994 ; Tobey Corin, La peur : histoire d’une idée politique, Paris, Armand Colin, 2006 ; réédition, Hachette Littératures, Collection « Pluriel », 2008.

12 Georges Lefebvre, La Grande Peur de 1789, Paris, Armand Colin, 1988 (1re édition : 1932).

13 Jean Delumeau, La peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècles) : une cité assiégée, Paris, Hachette, Collection « Pluriel », 1982.

14 Kelly S. Johnson, The fear of Beggars. Stewardship and Poverty in Christian Ethics, Grand Rapids, William B. B., Eerdmans Publishing Company, 2007.

15 Nicolas Veysset, « Le mendiant infirme au XIXe siècle », A. Gueslin et H.-J. Stiker (dir.), Handicaps, pauvreté et exclusion dans la France du XIXe siècle, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2003, p. 33-51.

16 Fernand Chanteau, Les plaies sociales. Vagabondage et mendicité, Paris, A. Pedone, 1899, p. 43.

17 Émile Fourquet, « Les vagabonds criminels », Revue des Deux-Mondes, 15 mars 1899, p. 400.

18 Les Français peints par eux-mêmes. op. cit., 1841, t. IV, p. 110.

19 Joseph Viplé, La répression pénale de la mendicité, Paris, Imprimerie de Henri Jouve, 1905.

20 Marc Langlais, Comment il faut prévenir et réprimer le vagabondage et la mendicité, Paris-Tours, Éditions de l’Écho Littéraire et Artistique, 1908, p. 2.

21 Nicolas Bourgoin, Les chiffres du crime. Statistiques criminelles et contrôle social (France, 1825-2006), Paris, L’Harmattan, Collection « Logiques sociales », 2009.

22 Michelle Perrot, « Premières mesures des faits sociaux. Les débuts de la statistique criminelle en France (1780-1930) », INSEE, Pour une histoire de la statistique, t. I, Contributions, Paris, INSEE, 1977 ; 2e édition, Paris, Économica, 1987, p. 125-138 ; réédité dans Les Ombres de l’Histoire. Crimes et châtiments au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 2001, p. 257-270.

23 Compte général de l’administration de la justice criminelle en France pendant l’année 1825, p. 60 ; Compte général de l’administration de la justice criminelle en France et en Algérie pendant l’année 1894, p. 54.

24 Gabriel Désert, « Aspects de la criminalité en France et en Normandie », Marginalité, déviance, pauvreté en France, XIVe-XXe siècles, Cahier des Annales de Normandie, Caen, 1981, no 13, p. 237.

25 Jean-François Wagniart, « La pénalisation du vagabondage et la répression de la pauvreté errante à la fin du XIXe siècle », Cahier d’Histoire, 1996, no 64, pp. 77-90 ; Timothy B. Smith, « Assistance and repression : rural exodus, vagabondage and social crisis in France, 1880-1914 », Journal of Social History, summer 1999, vol 32, no 4, p. 821-846.

26 Émile Fourquet, Vacher, le plus grand criminel des temps modernes, Besançon, Imprimerie Jacques et Demontrond, 1931, réédité récemment sous le titre : Joseph Vacher l’éventreur, Saint-Paul, Éditions Lucien Souny, 2007 ; Olivier Chevrier, Crime ou folie : un cas de tueur en série au XIXe siècle. L’affaire Joseph Vacher, Paris, L’Harmattan, Collection « Sciences criminelles », 2006 ; Gérard Corneloup, Joseph Vacher. Un tueur en série de la Belle Époque, Paris, Berg International, 2005.

27 Sa lettre « À la France » est publiée le 16 octobre 1898. Les écritures de Joseph Vacher ont fait l’objet d’études récentes : Joseph Vacher, Écrits d’un tueur de bergers, (édition annotée et présentée par Philippes Artières), Lyon, A. Rebours, 2006 ; Philippe Artières, « Le gendarme, le photographe et le graffiti : retour sur l’affaire Joseph Vacher », Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa, Jean-Noël Luc (dir.), L’enquête judiciaire en Europe au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 2007, p. 295-301.

28 Dominique Kalifa, L’Encre et le Sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.

29 Cette affaire a suscité un vif engouement dans la presse locale (Le Courrier de l’Eure) et régionale (Le Journal de Rouen), avant de faire la une de la presse nationale lors du procès. Le Figaro, Le Petit Parisien, l’Agence Havas n’hésitent pas à dépêcher des envoyés spéciaux.

30 Au matin du 20 septembre 1869, dans un champ d’Aubervilliers, un cultivateur découvre les corps de toute une famille, les Kinck, assassinés par un jeune homme, Jean-Baptiste Troppmann. Il est condamné à mort le 31 décembre et guillotiné le 19 janvier 1870. Pour plus de détails : Michelle Perrot, « L’affaire Troppmann (1869) », L’Histoire, no 30, janvier 1981, p. 28-37 ; Véronique Gramfort, « Les crimes de Pantin : quand Troppmann défrayait la chronique », Romantisme, no 97, troisième trimestre 1997, vol. 27, « Le fait divers », p. 17-30.

31 Marc Ferro, « Fait divers, fait d’histoire », Annales E.S.C., 4, juillet-août 1983, p. 821.

32 Dans son livre Gendarmes et gendarmerie dans le département du Nord (1814-1852), Arnaud-Dominique Houtte montre que les gendarmes ont arrêtés des groupes entiers de vagabonds, de mendiants ou de bohémiens (p. 100-101, Phénix Éditions, 2000).

33 Patrick Gaboriau, Les SDF à la Belle Époque : l’univers des mendiants vagabonds au tournant des XIXe et XXe siècles, Paris, Desclée de Brouwer, 1998, p. 219-220.

34 Cette décision n’est pas une nouveauté en soi. Quelques années plus tôt, la loi du 24 vendémiaire an II (15 octobre 1793) préconisait des moyens de lutte contre la mendicité.

35 Sur 65 dépôts de mendicité créés entre 1809 et 1813, seulement 37 seront effectivement en activité.

36 Code pénal de 1810 : Livre III. Des crimes, des délits et de leur punition. Titre Ier. Crimes et délits contre la chose publique. Chapitre III. Crimes et délits contre la paix publique. Section V. Association de malfaiteurs, Vagabondage et Mendicité. Paragraphe II. Vagabondage. Paragraphe III. Mendicité. Dispositions communes aux Vagabonds et Mendiants. Le Code pénal du 25 septembre 1791 s’est refusé à définir l’infraction de vagabondage et de mendicité.

37 Pour l’application de l’article 274, la jurisprudence donnera une définition de la mendicité. Selon un arrêt de la Cour de Cassation du 17 septembre 1874, la mendicité est un « délit qui consiste à s’adresser à la charité ou à la bienfaisance, dans le but d’en obtenir des secours gratuits et pour lesquels on n’offre en échange aucune valeur appréciable ».

38 Michel Perrot, Philippe Robert, Compte général de l’administration de la justice criminelle en France pendant l’année 1880 et rapport relatif aux années 1826 à 1880, Genéve-Paris, Slatkine Reprints, 1989, p. CLI.

39 Ces chiffres montent à 79 % en 1891-1895 et à 82 % en 1896-1900 : cité par Jean-François Wagniart, op. cit., p. 112.

40 Les mendiants vagabonds et gens sans aveu multirécidivistes avaient déjà fait l’objet d’une déportation vers l’Amérique au début du XVIIIe siècle, qui fut ensuite interdite par les déclarations royales des 5 juillet 1722 et du 18 juillet 1724.

41 Bernard Schnapper, « La récidive, une obsession créatrice au XIXe siècle », Bernard Schnapper, Voies nouvelles en histoire du droit, la justice, la famille, la répression pénale (XVIe-XXe siècles), Paris, PUF, 1991, p. 313-351.

42 Dimitri Philibert, La relégation des récidivistes : la loi du 27 mai 1885. Une loi républicaine d’exception ? Mémoire de Sciences politiques (sous la direction de Gilles Pollet et Didier Renard), Université Pierre Mendès-France Grenoble II, IEP, 1993 ; Jean-François Tanguy, « Ceux qu’il faut renoncer à amender ? La loi de 1885 sur la Relégation : origines et implications politiques », Françoise Briegel et Michel Porret (dir.), Le criminel endurci. Récidive et récidivistes du Moyen Âge au XXe siècle, Genève, Droz, 2006, p. 289-308.

43 Jean-Lucien Sanchez, La relégation des récidivistes en Guyane française. Les relégués du bagne colonial de Saint-Jean-du-Maroni (1887-1953), thèse de doctorat d’Histoire, sous la direction de Gérard Noiriel, EHESS, 2009.

44 Ce chiffre comprend l’ensemble des délits de mendicité (avec menaces, avec violences, en pénétrant dans des habitations sans permission, en réunion, en réunion avec menaces et par emploi d’enfants) et de vagabondage (dont le vagabondage spécial) jusqu’en 1938 : Jean-Lucien Sanchez, op. cit., p. 223, 893-895.

45 Martine Kaluszynski, La République à l’épreuve du crime. La construction du crime comme objet politique, Paris, LGDJ, 2002, p. 176-177.

46 Alexandre Bérard, « La relégation. Résultats de la loi du 27 mai 1885 », Archives d’anthropologie criminelle, de criminologie et de psychologie normale et pathologique, 1897, t. XII, p. 245-264.

47 Bernard Schnapper, « Le sénateur René Bérenger et les progrès de la répression pénal (1870-1914) », Bernard Schnapper, op. cit., Paris, PUF, 1991, p. 353-373.

48 Gérard Noiriel, « Les pratiques policières d’identification des migrants et leurs enjeux pour l’histoire des relations de Pouvoir. Contribution à une réflexion en longue durée », Marie-Claude Blanc-Chaléard, Caroline Douki, Nicole Dyonet, Vincent Milliot (dir.), Police et migrants. France 1667-1939, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 115-132.

49 Ilsen About, Vincent Denis, Histoire de l’identification des personnes, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2010 ; Vincent Denis, Une histoire de l’identité. France, 1715-1815, Seyssel, Champ Vallon, 2008 ; Gérard Noiriel (dir.), L’identification. Genèse d’un travail d’État, Paris, Belin, 2007.

50 Jean-Pierre Gutton, Établir l’identité. L’identification des Français du Moyen Âge à nos jours, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2010, p. 116.

51 Il s’agit du décret du 1er février-28 mars 1792 et de la loi du 10 vendémiaire an IV (2 octobre 1795). Daniel Nordman, « Sauf-conduits et passeports », Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime. Royaume de France, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1996.

52 Vincent Denis, « Le contrôle de la mobilité à travers les passeports sous l’Empire », Marie-Claude Blanc-Chaléard, Caroline Douki, Nicole Dyonet, Vincent Milliot (dir.), op. cit., pp. 75-90 ; Gérard Noiriel, « Surveiller les déplacements ou identifier les personnes ? Contribution à l’histoire des passeports en France de la Ire à la IIIe République », Genèses, mars 1998, no 30, p. 77-100.

53 Vincent Denis, « Surveiller et décrire : l’enquête des préfets sur les migrations périodiques, 1807-1812 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 47-4, octobre-décembre 2000, p. 706-730.

54 Yannick Marec, « Des passeports pour indigents à Rouen (1813-1852) », André Gueslin, Dominique Kalifa (dir.), Les exclus en Europe, vers 1830-vers 1930, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1999, p. 73.

55 Compte général de l’administration de la justice criminelle en France pendant l’année 1880 et rapport relatif aux années 1826 à 1880, p. lxxvii.

56 Jean-Pierre Le Crom, « Le livret ouvrier : entre assujettissement et reconnaissance de soi », Yvon Le Gall, Dominique Gaurier, Pierre-Yannick Legal (éd.), Du droit du travail aux droits de l’humanité. Études offertes à Philippe-Jean Hesse, Rennes, PUR, 2005, p. 91-100.

57 Jean-Marc Berlière, « “Armer les pouvoirs publics contre un fléau social ?” La République et les nomades (1880-1914) », Études tsiganes, vol. 18-19, 2004, p. 52-64.

58 Pierre Piazza, « Alphonse Bertillon face à la dactyloscopie. Nouvelle technologie policière d’identification et trajectoire bureaucratique », Les Cahiers de la sécurité intérieure, no 56, 2005, p. 251-270.

59 Emmanuel Filhol, « La loi de 1912 sur la circulation des « nomades « (tsiganes) en France », Revue européenne des migrations internationales, vol. 23, no 2, 2007, p. 135-158.

60 Vincent Milliot, « Migrants et « étrangers » sous l’œil de la police : la surveillance des lieux d’accueil parisiens au Siècle des Lumières », Marie-Claude Blanc-Chaléard, Caroline Douki, Nicole Dyonet, Vincent Milliot (dir.), op. cit., p. 315-331 ; « La surveillance des migrants et des lieux d’accueil parisiens du XVIe siècle aux années 1830 », Daniel Roche (dir.), La ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin XVIIe-début XIXe siècles), Paris, Fayard, 2000, p. 21-76 ; Claire Levy-Vroelant, « Un siècle de surveillance des garnis à Versailles : 1830-1930 », Marie-Claude Blanc-Chaléard, Caroline Douki, Nicole Dyonet, Vincent Milliot (dir.), op. cit., p. 333-363.

61 Simone Delattre, Les douze heures noires. La nuit à Paris au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, Collection « Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité, 2000, p. 526.

62 Arnaud-Dominique Houtte, « Le migrant du gendarme. Le quotidien de la surveillance dans le département du Nord pendant la première moitié du XIXe siècle », Marie-Claude Blanc-Chaléard, Caroline Douki, Nicole Dyonet, Vincent Milliot (dir.), op. cit., p. 241 ; Jean-François Wagniard, « La gendarmerie et les gendarmes face à la question du vagabondage (1870-1914) », Jean-Noël Luc (dir.), Gendarmerie, État et société au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 289-299.

63 Guy Haudebourg, op. cit., p. 307.

64 Ingrid Prévost, La Gendarmerie en Seine-et-Marne sous la Monarchie de Juillet (1830-1848), mémoire de Maîtrise d’Histoire, sous la direction de Jean-Noël Luc, Université de Paris IV-Sorbonne, 2001, p. 217-218.

65 Jean-Pierre Royer, Jean-Paul Jean, Bernard Durand, Nicolas Derasse, Bruno Dubois, Histoire de la justice en France, Paris, PUF, Collection « Droit fondamental », 2010.

66 Benoît Garnot, Histoire de la justice France, XVIe-XXIe siècle, Paris, Gallimard, Collection « Folio Histoire », 2010, p. 118-119.

67 Frédéric Chauvaud, Jacques-Guy Petit et Jean-Jacques Yvorel, Histoire de la Justice de la Révolution à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 145.

68 Jean-Claude Farcy, « Le procureur entre l’ordre public et les justiciables : plaintes, procès-verbaux et poursuites pénales à Dijon à la fin du XIXe siècle », Crime, Histoire & Sociétés/Crime, History & Societies, no 1, vol. 9, 2005, p. 96.

69 Guy Haudebourg, op. cit., p. 331-339 ; Patricia Peccoud, « La délinquance des vagabonds en Isère au XIXe siècle. Les formes de la répression de la marginalité », Des Vagabonds aux SDF, op. cit., p. 223-229.

70 Michel Perrot, « La fin des vagabonds », op. cit., p. 24.

71 Sur les 59 dépôts ouverts sous l’Empire, seulement 37 d’entre eux fonctionnent en 1814. Ils ne sont plus que 22 en 1818, puis 15 en 1848, avant de connaître une nouvelle impulsion sous le Second Empire (40 en 1870). Avec la Troisième République, on assiste à la fin de ces dépôts de mendicité peu à peu transformés en hospices ou en asiles d’incurables.

72 Bronislaw Geremek, Inutiles au monde. Truands et misérables dans l’Europe moderne, Paris, Gallimard, Collection « Archives », 1980.

73 Érik Von Kraemer, Le type du faux mendiant dans les littératures romanes depuis le Moyen Âge jusqu’au XVIIe siècle, Helsingfors, 1944 ; Roger Chartier, Figures de la gueuserie, Paris, Montalba, 1982 ; Bronislaw Geremek, Les fils de Caïn. L’image des pauvres et des vagabonds dans la littérature européenne du XVe au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1991.

74 Laurent Mucchielli, « Criminologie, hygiénisme et eugénisme en France (1870-1914) : débats médicaux sur l’élimination des criminels réputés “incorrigibles” », Revue d’histoire des sciences humaines, no 3, 2002/2, p. 57-88.

75 Roger Berthelot du Chesnay, De la transformation moral des professionnels de la mendicité, Rennes, Imprimerie Eugène Prost, 1905, p. 30.

76 Paul Maurice Legrain, Un fléau social : l’alcoolisme, Paris, Gautier, 1896, p. 13.

77 Retrouvé par le romancier Hervé Jubert au hasard de flâneries lors d’une brocante boulevard Voltaire en 1998, ce manuscrit tire son originalité d’être composé d’une foule d’annotations écrites de la main de ce commissaire parisien et insérées dans les pages manuscrites ou vierges d’un Dictionnaire général de police administrative et judiciaire, daté de 1875 et servant de véritable vade mecum à tout commissaire de police digne de ce nom : Adolphe Gronfier (présentation de Bruno Fuligni), Dictionnaire de la racaille. Le manuscrit secret d’un commissaire de police parisien au XIXe siècle, Paris, Éditions Horay, 2010, p. 238.

78 Olivier Vernier, « Entre moralisme et réformisme : le « Paris qui mendie » de Louis Paulian », Des Vagabonds aux SDF, op. cit., p. 161-171.

79 Louis Paulian, Paris qui mendie. Mal et remède, Paris, Librairie Paul Ollendord, 1893.

80 Dans ses Mémoires du trottoir (1882), Aurélien Scholl a décrit dans un chapitre le Guide du mendiant de Paris les différents subterfuges pour émouvoir les passants.

81 « Rapport sur la situation mentale et physique du nommé Lourderie, prévenu de vagabondage, et qui a été soupçonné de simuler la mutité », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, no 4, série 1, 1830, p. 404-408.

82 Louis Paulian, op. cit.

83 Charles-Victor de Bonstetten, Pensées sur divers objets de bien public, Genève, Chez Manget et Cherbuliez libraires, Imprimerie de Luc Sestié, 1815, p. 183-184.

84 Ferdinand Moine, Une plaie sociale. La mendicité, le mal, le remède, Paris, Librairies associés, 1901, p. 112.

85 Henri Napias, « L’épidémie de typhus. Le vagabondage et la propagation des épidémies », Revue d’hygiène et de police sanitaire, 1893, no 15, p. 427-451.

86 Jean-Claude Beaune, Le Vagabond et la machine. Essai sur l’automatisme ambulatoire. Médecine, Technique, Société (1880-1910), Seyssel, Éditions du Champ Vallon, collection « Milieux », 1983.

87 Alexandre Brière de Boismont, « Arrestations pour vagabondage. Expertise médico-légale. Hallucinations. Idée des ennemis. Quelques observations sur les changements que l’état maladif détermine dans les habitudes, les goûts, les penchants », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, no 34, série 1, 1845, p. 168-180.

88 Achille Foville, Les aliénés voyageurs ou migrateurs. Étude clinique sur certains cas de lypémanie, Paris, Imprimerie de E. Donnaud, 1875 ; « Les aliénés voyageurs ou migrateurs », Annales médicopsychologiques, t. IV, 5e série, juillet 1875, p. 5-45.

89 Jean-Martin Charcot, Policlinique de la Salpêtrière. Leçons du mardi, Paris, Delahaye et Lecrosnier, 1887-1889.

90 Victor Charles Dubourdieu, De la dromomanie des dégénérés, Thèse de médecine, Bordeaux, 1894 ; Albert Pitres, « L’automatisme ambulatoire dans ses rapports avec l’épilepsie : le vagabondage pathologique », Congrès des aliénistes et neurologistes de Bordeaux, 1895.

91 Maurice Bénédickt, « Le vagabondage et son traitement. Étude psychologique et sociologique », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, no 24, série 3, 1890, p. 496.

92 Françoise Briegel et Michel Porret (dir.), Le criminel endurci. Récidive et récidivistes du Moyen Âge au XXe siècle, Genève, Droz, 2006, en particulier les articles suivants : Jean-Claude Farcy, « Qui sont les récidivistes parisiens au XIXe siècle ? », p. 187-234 ; Frédéric Chauvaud, « Repris de justice et incorrigibles : les figures du récidiviste au cœur de l’imaginaire judiciaire (France XIXe siècle), p. 251-262 ; Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, « Incorrigibles ou incorrigés ? Récidive et délinquance juvénile (1878-1912) », p. 323-338.

93 Bernard Schnapper, « La récidive, une obsession créatrice au XIXe siècle », Bernard Schnapper, Voies nouvelles en histoire du droit, la justice, la famille, la répression pénale (XVIe-XXe siècles), Paris, PUF, 1991, p. 313-351 ; Jean-Pierre Allinne et Mathieu Soula (dir.), Les Récidivistes. Représentations et traitements de la récidive, XIXe-XXIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Collection « Histoire », 2011.

94 Henri Joly, La France criminelle, Paris, Le Cerf, 1889, p. 176.

95 Cesare Lombroso, L’homme criminel, Paris, F. Alcan, 1887.

96 Alexandre Lacassagne, Vacher l’éventreur et les crimes sadiques, Lyon, A. Storck, 1899.

97 Journal de Rouen, 13 avril 1898.

98 Fernand Dubief, La question du vagabondage, Paris, Eugène Fasquelle, 1911, p. 170.

99 Ernest Passez, « Du vagabondage et de la prostitution de mineurs de seize ans et des réformes à apporter au mode actuel de répression », Revue pénitentiaire, no 7, juillet 1892, p. 972-981.

100 Honoré Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes et des moyens de les rendre meilleurs, Paris, J.-B. Baillière, 1840, 2 volumes, p. 192.

101 Le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin fit adopté le 18 mars 2003 une loi sur la sécurité intérieure entérinant une législation plus répressive à l’égard des marginaux. Elle réprime « l’exploitation de la mendicité » de 3 ans de prison et d’une amende de 45 000 euros, peines qui peuvent être alourdies dans le cas où la victime est mineure, « vulnérable » ou fait l’objet de violences, de pressions, etc. Elles peuvent aller jusqu’à 10 ans de prison et 1 500 000 euros lorsque la mendicité est « commise en bande organisée ».

102 Gérard Noiriel, Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècles). Discours publics, humiliations privées, Paris, Fayard, 2007.

103 Annie Stora-Lamarre (dir.), Archives de la peur. Les « populations à risque » dans la Franche-Comté au XIXe siècle, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises/Annales littéraires de l’université de Franche-Comté, 2000.

104 Jean-Claude Caron, Annie Stora-Lamarre et Jean-Jacques Yvorel (édités par), Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXIe siècles), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008.

105 Jean-Jacques Yvorel, « Errance juvénile et souffrance sociale au XIXe siècle d’après les récits autobiographiques », Frédéric Chauvaud (dir.), histoires de la souffrance sociale XVIIe-XXe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection « Histoire », 2007, p. 87-98.

106 Jean-François Wagniart, op. cit., Chapitre iii, p. 61-100.

107 Yannick Marec, Vers une République sociale ? Un itinéraire d’historien. Culture politique, patrimoine et protection sociale aux XIXe et XXe siècles, Rouen/Le Havre, Publications des universités de Rouen et du Havre, Collection « Histoire et Patrimoine », 2010, p. 481-490.

Auteur

Doctorant en histoire contemporaine à l’Université de Rouen (GRHIS)

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540