Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ennemie intime

 | 
Frédéric Chauvaud

Troisième partie. La question sociale : de l’angoisse à l’effroi

Dangereuses victimes. La peur des jeunes filles « irrégulières » de la traite des blanches à l’invention des neuroleptiques (Belgique, 1880-1960)1

David Niget

Texte intégral

Je tiens à remercier mes collègues, Christine Machiels et Aurore François, avec qui nous travaillons sur ces questions de manière croisée.

  • 1 Je tiens à remercier mes collègues, Christine Machiels et Aurore François, avec qui nous travaillo (...)
  • 2 Lucien Febvre, « La sensibilité et l’histoire : Comment reconstituer la vie affective d’autrefois  (...)
  • 3 Alain Corbin, « Histoire et anthropologie sensorielle », Le temps, le désir et l’horreur. Essais s (...)
  • 4 Mary Douglas, Risk and Blame : Essays in Cultural Theory, New York, Routledge, 1994 ; Luc Boltansk (...)
  • 5 Clifford Geertz, The Interpretation of Cultures: Selected Essays, New York, Basic books, 1973, p.  (...)

1Sentiment individuel se présentant comme naturel et « ancestral », la peur est en réalité une construction sociale, culturelle, et historique. Cette position s’est progressivement élaborée au fil des générations d’intellectuels. Lucien Febvre avait imaginé fixer les seuils de sensibilité dans la longue durée, considérant ces catégories comme universelles2. Alain Corbin, nuançant cette ambition, indiquait qu’il était nécessaire de situer les sentiments dans leur contexte spécifique de formation et d’usage, afin de conférer un sens social aux sens, et de questionner l’articulation intime entre sens et sentiment3. Enfin, depuis trente ans, anthropologues, sociologues et politistes ont décrypté les usages politiques des sentiments, de la pitié à la peur4. Comme le signalait Clifford Geertz, les émotions sont, au même titre que les idées, des artefacts culturels produits par les sociétés humaines5.

  • 6 Michel Foucault, Les Anormaux. Cours au collège de France (1974-1975), Paris, Le Seuil/Gallimard, (...)
  • 7 Joanna Bourke, Fear. A Cultural History, London, Virago, 2005, chap. 3: « The Child ».
  • 8 Peter Stearns, Anxious Parents: A History of Modern Childrearing in America, New York, NYU Press, (...)
  • 9 Viviana Zelizer, Pricing the Priceless Child: the Changing Social Value of Children, Princeton (N. (...)

2En effet, la peur occupe une place dans le gouvernement des populations, à travers la politisation du risque, qu’il soit social, sanitaire ou criminel. Depuis le XIXe siècle, cette politisation des dangers menaçant la société repose notamment sur l’usage de la science comme outil de mise en forme des catégories de gouvernement, et sur la façon dont les individus se les approprient et les modifient en retour. Ainsi, l’expression de la peur est fortement tributaire de la psychiatrie et de la psychologie, disciplines ayant, du XIXe au XXe siècle, trouvé dans l’enfance un paradigme fécond6. Sous la plume des experts, l’enfance est présentée comme le siège des peurs et, en retour, le continent noir de l’enfance apeure le monde adulte7. La peur de l’enfant, ou, indifféremment, la peur pour l’enfant, et en premier lieu les peurs parentales8, a suscité une mobilisation de l’opinion, le déploiement de politiques publiques et de stratégies familiales à son égard9.

  • 10 Dominique Kalifa, L’encre et le sang : récits de crimes et société à la Belle époque, Paris, Fayar (...)
  • 11 Stanley Cohen, Folk Devils and Moral Panics, New York, Routledge, 2002.
  • 12 Erich Goode, Nachman Ben-Yehuda, « Moral Panics. Culture, Politics, and Social Construction », Ann (...)

3L’espace public apparaît comme le grand théâtre des peurs, de l’embrasement de l’émotion populaire aux sourdes anxiétés collectives. Avec la science, le rôle des medias de masse dans la mise en forme des peurs contemporaines apparaît comme une rupture majeure avec la société d’Ancien régime10. La « panique morale » qui s’empare de l’opinion se présente comme la formation d’un consensus à la croisée des sphères médiatique, politique, savante, et de l’opinion publique, au sujet d’un problème social singulier soudainement considéré comme une menace collective, impliquant le plus souvent une population minoritaire ou subalterne et, de ce fait, stigmatisée11. De cet épisode soudain, rendu possible par des représentations plus profondes liées aux rapports sociaux de classe, de genre, ou d’ethnicité notamment, résultent des dispositifs pérennes de gouvernement, affectant l’ensemble de la population12. C’est à ce paradoxe que Stanley Cohen invite à réfléchir : comment, à partir de l’exception, se construit la norme ? Comment la peur peut-elle constituer un outil dans la fabrique du consensus ?

  • 13 On pense aux « entrepreneurs de morale » d’Howard Becker, Outsiders. Études de sociologie de la dé (...)
  • 14 Judith Walkowitz, « Sexualités dangereuses », dans Michelle Perrot, Georges Duby, Histoire des fem (...)

4L’analyse de ces phénomènes de peur sociale a soulevé la question de l’intentionnalité, ou du rôle de certains acteurs sociaux dans la fabrique de la peur. Plusieurs modèles ont été dégagés, considérant que ces peurs trouvaient certes leurs origines dans des représentations collectives populaires (rumeurs, désignation de « folk devils »), lesquelles étaient néanmoins instrumentalisées par des groupes sociaux constitués autour d’une doctrine morale, d’une expertise ou d’une profession13. Le champ de la sexualité est, au tournant du XIXe et du XXe siècle, un terrain de contestation biopolitique où se jouent des « conflits de classe, de race et de sexe ». « À coup de terrorisme moral, analyse Judith Walkowitz, de scandales sexuels et de mesures législatives, différents groupes sociaux et professionnels essayèrent d’étendre leur influence culturelle et politique14. »

  • 15 Dominique Kalifa, L’encre et le sang : récits de crimes et société à la Belle époque, Paris, Fayar (...)
  • 16 Frédéric Chauvaud, Justice et déviance à l’époque contemporaine. L’imaginaire, l’enquête et le sca (...)
  • 17 Julia Grant, « A “Real Boy” and Not a Sissy: Gender, Childhood, and Masculinity, 1890-1940 », Jour (...)

5La peur des jeunes filles ; comment fonctionne cet oxymore dans les représentations sociales ? Et le paradoxe n’est-il pas, justement, constitutif de cette peur bien particulière, surgissant d’une figure familière et inoffensive ? En effet, à travers les discours savants comme les portraits de la jeunesse « dangereuse », les filles semblent moins inspirer la peur que les garçons. Elles sont jugées plus faibles et moins violentes, ce que confirment les statistiques criminelles dès le XIXe siècle, et l’imagerie populaire : les filles Apaches sont l’exception et sont rarement menaçantes15, les jeunes parricides sous la loupe des experts-psychiatres sont des monstres froids et dénaturés, dont on nie la qualité juvénile et féminine16. Contrairement aux garçons pour lesquels la violence – ou certaines de ses formes – est incorporée à leur identité sociale, car constitutive de la masculinité17, la violence des jeunes filles apparaît le plus souvent, lorsqu’elle surgit, comme impensable, monstrueuse, ou pathologique. Imprévisible car refoulée, cette violence féminine suscite une peur à la hauteur de l’inattendu qui la caractérise.

  • 18 Frédéric Chauvaud, L’effroyable crime des sœurs Papin, Paris, Larousse, 2010, p. 42, 218-229.
  • 19 La citation est issue du poème que Paul Eluard a consacré à Violette. Voir Anne-Emmanuelle Demarti (...)

6En 1933, le crime des sœurs Papin jette la société française dans la stupeur et l’effroi. Aucune clé de compréhension ne filtre du dossier judiciaire dont les journalistes captent les échos avec avidité. La psychiatrie se montre incapable d’expliquer le passage à l’acte. Seul Lacan, mais a posteriori, invoque la paranoïa. Seule la « transfiguration littéraire » de Jean Genet donnera sens à l’inexplicable. À défaut, c’est « la thèse de la révolte primitive, dont l’énergie est la haine comprimée, prête à éclater à la moindre rebuffade ou vexation supplémentaire, [qui] s’impose18 ». En miroir, l’affaire Violette Nozière, qui éclate quelques mois plus tard, suscite une réaction sociale plus complexe, où la volonté de comprendre ce « nœud de serpent des liens du sang » qui a poussé la jeune fille au parricide, tranche avec l’étiologie tératologique héritée d’un XIXe siècle lombrosien19.

  • 20 Elisa Camiscioli, Reproducing the French Race : Immigration, Intimacy, and Embodiment in the Early (...)
  • 21 Mary E. Odem, Delinquent daughters: protecting and policing adolescent female sexuality in the Uni (...)

7Autre paradoxe : la peur suscitée par les jeunes filles ne trouve pas son origine dans la figure de l’agresseur, mais dans celle, plus ambiguë, de la victime. Qu’elle soit victime ou coupable, la jeune fille est une menace. Les femmes, et plus encore les jeunes femmes, sont considérées comme des foyers de corruption sexuelle. Jeunesse et féminité se redoublent pour incarner une figure sociale de la vulnérabilité, laquelle peut tout aussi bien être l’objet de compassion que de peur. D’une considération issue de la morale chrétienne, ce stéréotype est actualisé, dans la seconde moitié du XIXe siècle, par des notions médicales. Avec la théorie de la « dégénérescence », la crainte du « suicide de la race » prend corps, dans un contexte populationniste, voire eugéniste20. Dès lors, le contrôle de la sexualité déviante fait irruption dans l’espace public, avec la question prégnante du « péril vénérien » d’abord, puis, plus largement, au XXe siècle, de la régulation croissante de la sexualité juvénile féminine21.

  • 22 Peter N. Stearns, « Fear and contemporary history: a review essay », Journal of Social History, 40 (...)
  • 23 « Discourses [of fear] shape bodies. However, bodies also shape discourses », Joanna Bourke, Fear: (...)
  • 24 Christine Machiels, Les féminismes face à la prostitution aux XIXeet XXesiècles (Belgique, France, (...)
  • 25 Aurore François, Guerres et délinquance juvénile (1912-1950). Un demi-siècle de pratiques judiciai (...)
  • 26 David Niget, « De l’impossible violence aux troubles du comportement. L’observation médicopédagogi (...)

8Afin de tracer quelques perspectives dans ce champ historiographique encore peu exploré22, il est possible de s’attarder sur plusieurs séquences historiques, dans un espace donné, lors desquelles la peur des jeunes filles a pris corps. La peur, en effet, est inextricablement liée au corps et à sa vulnérabilité23. S’agissant des jeunes filles, le cordon ombilical qui la relie à la nation suscite des épisodes de peurs sociales qui, en retour, justifient durablement la surveillance et la subjectivation dont elles sont l’objet. L’espace belge, de 1880 à 1960, est un bon laboratoire de ce phénomène, pris dans le jeu transnational des politiques de régulation de la sexualité24, terrain national confronté à des expériences de guerre dont on sait qu’elles sont révélatrices de rapports angoissés au sexe25, et enfin, pays modèle dans le champ de la protection de la jeunesse quant à la médicalisation du traitement de la délinquance juvénile, qui place l’expertise médico-pédagogique en son cœur26.

9Quand et comment surgissent ces épisodes de peur à l’égard des jeunes filles ? Quels en sont les enjeux, ou, plus précisément, de quoi la panique morale qui s’embrase alors tait-elle le nom ? Entre les velléités de protection des faibles qui animent certains groupes réformateurs, et les angoisses morales ou sanitaires nationales, l’écart est grand. Nous nous arrêterons sur trois temps, trois épisodes qui, au delà des événements, tracent une évolution de la perception du problème : la campagne contre la traite des Blanches, à partir de l’affaire dite « des petites anglaises », qui éclate à Bruxelles en 1880 ; l’élargissement de la question de la traite à la « délinquance sexuelle » des mineures, qui cristallise une véritable peur sociale au moment des deux guerres mondiales en Belgique ; le glissement de la dépravation sexuelle à l’« inadaptation » sociale, manifestée par la peur de la rébellion féminine, dans des années cinquante marquées par la montée en puissance de l’expertise des sciences du psychisme.

Scandales médiatiques, féminisme moral et corruption policière L’affaire des petites anglaises, Bruxelles, 1880

  • 27 Christine Machiels, « Introduction », et Jean-Michel Chaumont, « Conclusion », dans Du sordide au (...)
  • 28 Cathy Kolher, « Le trafic belge vu d’Angleterre », dans Jean-Michel Chaumont, Christine Machiels, (...)
  • 29 Deborah Gorham, « The “Maiden Tribute of Modern Babylon” Re-Examined: Child Prostitution and the I (...)
  • 30 Luc Keunings, « L’affaire de la Traite des banches. Un aspect de la prostitution urbaine en Europe (...)
  • 31 Josephine Butler, Souvenirs personnels d’une grande croisade, Paris, Fischbacher, 1900.

10Sans revenir en détail sur le scandale où le scabreux le dispute au sensationnel, et dont les faits sont restés longtemps obscurcis tant par les spéculations de l’époque que par les récupérations politiques de l’événement depuis plus d’un siècle27, il est intéressant de constater qu’il s’agit de la première irruption, dans la sphère publique, d’une peur sociale spécifiquement liée à la figure de la jeune fille. En effet, c’est bien de ce double attribut, de féminité et de juvénilité, que se nourrit, dans les années 1870-1890, la figure de l’esclave sexuelle qui va donner lieu à la formulation de cette antienne abolitionniste : la lutte contre la « traite des Blanches ». Quelques faits : à la fin des années 1870, le mouvement antiprostitutionnel abolitionniste s’organise en Angleterre à l’occasion de la lutte contre les lois sur les maladies contagieuses, qui entendaient réglementer la prostitution au nom de la prophylaxie anti-vénérienne. La collusion de mouvements féministes, libéraux et religieux (quakers notamment) engendre, à travers la personne de Josephine Butler, un front abolitionniste28. Plusieurs faits divers donnent corps à une rumeur déjà existante : le dévoiement de jeunes filles mineures londoniennes, séduites ou trompées pour être revendues à des proxénètes bruxellois qui les retiendraient de force dans les bordels de la ville, où le système réglementariste tolère l’encartement des prostituées mineures. Ce sont des révélations médiatiques tout d’abord, assez sensationnalistes et voyeuristes, car le sordide est un argument de vente pour une presse de masse en plein expansion29. Malgré ces outrances et approximations, ces accusations sont reprises par le mouvement abolitionniste qui voit là une opportunité de dénoncer le réglementarisme « à la française », de gagner une bataille sur la scène nationale britannique, mais aussi d’exporter le mouvement sur la scène internationale. Enfin, autre ingrédient important du scandale, des enquêtes sur la police des mœurs révèlent la corruption régnant dans le système30. Avec le recul du temps, il est aisé de discerner des intérêts en jeu, et l’implication d’acteurs nouveaux dans le champ politique : rôle grandissant des medias populaires dans la formation de l’opinion publique, essor du féminisme engagé dans la moralisation de la vie publique, renouvellement des élites et lutte contre la corruption politique et administrative. Mais dans l’immédiateté de l’événement, c’est bien la peur qui prend le dessus, une peur qu’incarne la jeune fille abusée, et dont la fonction est justement d’occulter les dimensions proprement politiques de ce débat pour lui donner l’allure d’une « croisade morale », selon les mots mêmes de Butler31.

  • 32 Aurore François, Christine Machiels, « Une guerre de chiffres. L’usage des statistiques par les di (...)

11Autre fait marquant : ces cas de jeunes filles abusées sont relativement rares, voire même falsifiés par les journalistes et les militants. L’écart est immense entre les quelques cas de jeunes filles réellement abusées, faits divers infâmes mais isolés, et le « fléau » dont parlent les abolitionnistes, calamité à laquelle renvoie explicitement la récupération du thème de la Traite négrière dont le gouvernement anglais s’est fait le chantre de l’abolition sur la scène internationale. En cette fin de siècle pourtant pétrie de statistiques sociales et criminelles, le cas exceptionnel contribue à forger la norme à travers l’usage rhétorique du soupçon. Alors même que l’on constate le rôle grandissant des chiffres dans la construction des discours sur le « péril vénérien », notamment à travers la question des mineures clandestines, on n’assiste pas à un changement de rationalité : le chiffre, hautement manipulé, reste une forme de discours. Seule sa scientificité apparente fait autorité, et la prophylaxie morale n’est pas réduite par une prophylaxie actuarielle, de calcul des risques32. En d’autres termes, la statistique n’assagit pas la peur, au contraire, elle l’attise.

  • 33 Kathy Lee Peiss, Cheap amusements: working women and leisure in turn-of-the-century New York, Phil (...)

12Enfin, contrairement aux autres formes de paniques morales, ce sont ici les victimes et non les coupables qui sont projetées dans l’arène politico-médiatique. Si la croisade est lancée pour leur « protection », ce discours les rend vulnérables, enserrées dans un stéréotype vertueux qui ne correspond pas au mode de vie de nombreuses jeunes filles des classes populaires urbaines au tournant du siècle, pour qui l’usage des plaisirs et la sociabilité juvénile n’excluent pas la séduction33. En outre, ce statut de victime est versatile, car la charge de la preuve leur incombe (ou incombe à leurs défenseurs), au risque de voir se retourner l’apitoiement en méfiance au moindre soupçon.

  • 34 Pour la France, Laurence Montel souligne que « le formidable élan compassionnel engendré, à l’orée (...)

13Pourquoi ces paradoxes ? On peut en trouver des réponses dans la construction même de la figure de la jeune fille abusée. D’abord, cette figure est alors capable de soulever l’indignation collective, alors que la prostituée ne suscitait que dégoût et rejet. À la femme criminelle de Lombroso, coupable par nature, se substitue l’innocente victime insoupçonnable. Le coupable, dans cette fable, c’est le proxénète, figure du « milieu » interlope, que l’on cherche alors à identifier, mais de manière finalement assez ténue34.

  • 35 Linda Gordon, Heroes of their own lives: the politics and history of family violence: Boston, 1880 (...)

14Ensuite, la jeune fille dépravée est un point de rencontre des causes féministes, militant à la fois pour les droits des femmes, et, dans une posture « maternaliste », pour la protection des enfants35. Si, pour le mouvement féministe, la cause des prostituées était difficile à défendre, celle des jeunes filles séduites l’anoblit.

  • 36 Catherine Jacques, Christine Machiels, « Féminisme et abolitionnisme aux XIXe et XXe siècles en Be (...)
  • 37 Carol Smart, « A History of Ambivalence and Conflict in the Discursive Construction of the ‘Child (...)

15Enfin, l’immaturité supposée de la jeune fille élude la question du consentement, et finalement, de la liberté, question centrale et point d’achoppement interne au mouvement abolitionniste féministe36. Contrairement à la prostituée majeure, la jeune fille n’est pas en mesure de consentir à sa propre exploitation sexuelle car elle est jugée trop immature pour disposer à cet égard de son libre arbitre37. Il est dès lors légitime de la mettre sous tutelle. Le clivage politique, au sein du front abolitionniste, entre partisans d’une morale holiste et défenseurs de libertés individuelles, est alors, momentanément, suspendu.

  • 38 « Depuis plus d’un siècle, aucune stratégie pour susciter l’hystérie sexuelle n’a fonctionné aussi (...)

16On perçoit bien ainsi comment, derrière la figure de la vierge sacrifiée sur l’autel de la « Babylone moderne », image suscitant la peur de la démoralisation des masses, la peur de la dégénérescence de la nation, la peur de la contamination vénérienne, sont tapis des enjeux autrement plus discutés et discutables. Cette rhétorique victimaire impose la commisération et polarise l’opinion en éliminant les complexes : toute réserve à l’égard de la cause rejette le sceptique au rang des bourreaux. Cette configuration est typique d’autres grandes affaires fin-de-siècle, et nous poursuit aujourd’hui encore lorsque l’on évoque le délicat sujet des enfants victimes d’abus sexuels38.

Les délinquantes sexuelles en temps de guerre : péril moral, vénérien et national

  • 39 Odem Mary E, Delinquent daughters: protecting and policing adolescent female sexuality in the Unit (...)
  • 40 Steven L. Schlossman, Stephanie Wallach, « The Crime of Precocious Sexuality: Female Juvenile Deli (...)
  • 41 David Niget, « La régulation socio-judiciaire de la sexualité juvénile à Montréal dans le premier (...)

17Cette figure de la jeune ingénue, image vulnérable elle-même, se retourne au début du XXe siècle, au détriment des jeunes filles, sous l’influence des discours des réformateurs promoteurs de nouvelles législations et institutions de protection de l’enfance39. Au tournant du siècle, les acteurs de la justice des mineurs, réformateurs et nouveaux experts de l’enfance et de la sexualité, abandonnent l’icône de la jeune victime de la lubricité masculine, représentation caractéristique du XIXe siècle, pour dénoncer la « jeune fille dépravée40 ». Alors que la réalité froide qui fait suite au scandale de la traite met en évidence l’importance des abus domestiques plus que la prostitution criminelle, le regard se porte pourtant sur la jeune fille sexuellement active, dont les nouvelles institutions de protection de l’enfance, au premier rang desquelles le tribunal pour enfants, vont contribuer à criminaliser le comportement41.

  • 42 François Ewald, L’État providence, Grasset, 1986, p. 411-414. David Garland, Punishment and Welfar (...)

18À la labilité, ancienne, des statuts de victime et de coupable s’agissant des femmes, s’ajoute l’influence de nouvelles doctrines pénales, en particulier la « Défense sociale » dont la Belgique est un laboratoire. Les politiques pénales se veulent plus préventives, et à ce titre sont dirigées vers la jeunesse délinquante comme vers l’enfance en danger, catégories qui tendent à se rapprocher. Est ainsi remodelé le principe de responsabilité individuelle à l’aune de la gestion des risques sociaux42. Désormais, le risque criminel s’incarne dans la menace que présente un individu ou une catégorie d’individus, selon le principe de la dangerosité qui prévaut sur celui de responsabilité. Cette nouvelle appréhension du risque n’est pas sans modifier les ressorts de la peur, qui réside moins dans l’angoisse du retour du passé, du fatal, de la malédiction, que dans l’appréhension d’un avenir incertain, incarné par la double figure infantile et procréatrice de la jeune fille.

  • 43 Sonya O. Rose, « Sex, Citizenship, and the Nation in World War II Britain », The American Historic (...)

19Le caractère prophylactique de la défense sociale, son attention portée à l’individu, l’investissement des ressorts de l’institution familiale, la volonté d’agir sur le corps social et sur les générations affectent la définition genrée de la délinquance et de la violence. Les jeunes filles sont désormais sous l’œil de la justice et de ses experts ; leur incorrigibilité, si elle reste nimbée du soupçon sexuel, se teinte aussi d’insoumission et de rébellion. In fine, leur statut de future mère, et bientôt de nouvelle citoyenne, invite les élites à discipliner leur comportement43.

  • 44 Aurore François, Guerres et délinquance juvénile (1912-1950). Un demi-siècle de pratiques judiciai (...)

20Monument législatif de la Défense sociale en Belgique, un nouveau dispositif désigne explicitement l’inconduite des jeunes filles. Déclinant l’intitulé pudique de « vagabondage », la loi belge du 15 mai 1912 consacre plusieurs articles aux déviances sexuelles féminines : l’article 15 proscrit la prostitution des mineurs de moins de 16 ans, l’article 13 maintient le délit de vagabondage pour les moins de 18 ans, toujours central dans la gestion policière de la vénalité, et, désormais, l’article 14 donne aux parents la possibilité de porter plainte contre « l’inconduite et l’indiscipline » de leur fille âgée de moins de 18 ans. Ce terme d’inconduite trahit déjà un regard sexué de la loi, ce que vont confirmer les pratiques du juge des enfants : seules les jeunes filles sont incriminées pour leur sexualité irrégulière44.

  • 45 Paul Wets, La guerre et l’enfant, Moll, Imprimerie de l’École de bienfaisance de l’État, 1919, p.  (...)
  • 46 Benoît Majerus, « La prostitution à Bruxelles pendant la Grande Guerre : contrôle et pratique », C (...)
  • 47 Ibid., parag. 45.
  • 48 Aurore François, « » Une véritable frénésie de jouissance… » Prostitution juvénile et armées d’occ (...)

21Les conditions institutionnelles étant réunies pour provoquer un vent de panique à l’égard des jeunes filles, le contexte de guerre met le feu aux poudres. Cet événement spécifique de l’occupation se reproduit deux fois en Belgique, à un peu plus de vingt années de distance. Lors des première et deuxième guerres, Bruxelles devient une ville de cantonnement des troupes allemandes. L’activité prostitutionnelle y est intense, avivée par les conditions de précarité économique, mais aussi par la présence dans la ville de lieux de loisirs, comme en atteste le juge des enfants de Bruxelles : « Le mal progresse rapidement : la prostitution fait des ravages parmi la jeunesse féminine, elle sévit à la faveur de la misère, de l’oisiveté, et d’une soif effrénée et débridée de jouissance45. » Les autorités occupantes règlent de manière très pragmatique la question de la prostitution, faisant fi de la protection de l’enfance pour prévenir le péril vénérien46. Dans un souci prophylactique de ne pas laisser incontrôlée la prostitution clandestine, les autorités occupantes entérinent de fait le principe de la prostitution des mineures. Lors de la Grande guerre, celle-ci semble monnaie courante. Certaines maisons de passe bruxelloises sont alors connues pour offrir en pâture aux soldats des jeunes filles de quinze ans47. Lors de la Seconde guerre, malgré la réhabilitation du règlementarisme et la pénalisation de la transmission vénérienne, la prostitution clandestine est fréquente, et en dépit de la surveillance policière des hôtels borgnes et des estaminets, les intimités illicites colonisent les lieux publics, parcs et ruelles de la ville48.

22La peur de la syphilis, en particulier, pointe le rôle des jeunes filles, foyers de contamination plus ardents sur le plan médical, et plus insidieux car tapis dans ces corps juvéniles d’apparence saine. Ainsi s’exprime, au sortir de la Seconde guerre le Dr Van Zeir, directeur d’institution de traitement des jeunes vénériennes :

  • 49 J. Van Zeir, « Asile-clinique et Etablissement d’éducation de l’État à Bruges », Revue de l’éducat (...)

« Les organismes jeunes offrent des terrains particulièrement réceptifs, qui conservent la virulence et entretiennent la contagiosité du gonocoque. Ce sont des réservoirs à virus les plus dangereux, et le péril vénérien, s’il reste ou renaît menaçant, le sera davantage par l’augmentation de ces foyers jeunes. Les vénériennes mineures sont insouciantes, téméraires, sans résistance morale et sous des apparences de meilleures santé quelquefois, elles hébergent le virus le plus agressif49. »

23Aussi, de grandes « rafles » de filles sont organisées par la Sittenpolizei, police des mœurs dépendant de l’autorité occupante lors de la Première guerre et par la police locale (sous injonction allemande), lors de la Seconde guerre. Saisies dans les lieux publics, les jeunes ingénues sont alors soumises à une enquête détaillée voire à un examen médical, sans considérer les seuils de minorité pénale. Ces pratiques engendrent de vives tensions entre les autorités allemandes et les instances belges de protection de l’enfance.

  • 50 Paul Wets, La guerre et l’enfant, Moll, Imprimerie de l’École de bienfaisance de l’État, 1919, p.  (...)
  • 51 Aurore François, Guerres et délinquance juvénile (1912-1950). Un demi-siècle de pratiques judiciai (...)
  • 52 Ibid., p. 321-22.

24Car du côté de l’occupé, l’enjeu de protection éveille d’autres alarmes : la jeune fille belge outragée par l’occupant, qu’elle soit victime ou consentante, c’est la Patrie souillée par la barbarie militaire. Ainsi s’exprime le juge des enfants de Bruxelles en 1919 : « Rarement une armée envahissante fit preuve de plus de sallacité [sic] que l’armée allemande. Sa lubricité ne respecta ni âge, ni condition, ni sexe50. » Les professionnels de la protection de l’enfance évoquent les jeunes filles « débauchées par la soldatesque ennemie », « souillées par des groupes de soldats », « contaminées par l’armée allemande51 ». L’opprobre populaire est signalé par des témoignages d’indignation nombreux : voisins dénonçant telle jeune fille qui « ne cessaient de vanter les Allemands, disant détester les belges », père de famille sollicitant le juge : « Blessé dans mes sentiments […] de père et de patriote, je viens vous prier Monsieur le juge ma fille n’ayant que 17 ans [de] vouloir la mettre dans une maison de correction, où elle sera mieux que de continuer à livrer son corps aux Allemands52. »

  • 53 Pour la France, voir Fabrice Virgili, Naître ennemi : Les enfants de couples franco-allemands nés (...)
  • 54 Aurore François, « “Une véritable frénésie de jouissance…” Prostitution juvénile et armées d’occup (...)

25Revers de ce sentiment d’outrage, le sacrifice de la jeune fille corrompue par l’ennemi inspire plusieurs épisodes de paniques morales lors de la sortie de guerre53. À l’issue de la Première comme de la Seconde guerre, les scènes de vengeance populaire à l’égard de jeunes prostituées sont, semble-t-il, rares mais d’une grande violence : filles tondues mais aussi assassinat, en 1944, de jeunes filles par la résistance54, événements peut être suscités par la crainte de la trahison dont on affuble alors les filles à soldats.

  • 55 Angela Woollacott, « “Khaki Fever” and Its Control: Gender, Class, Age and Sexual Morality on the (...)
  • 56 Aurore François, « “Une véritable frénésie de jouissance…” Prostitution juvénile et armées d’occup (...)

26Cependant, derrière l’enjeu patriotique, la libération et le retour à l’ordre témoignent bien du fait que l’angoisse sociale cristallisée à l’égard des jeunes dépravées est plus profonde et pérenne. Plus que la trahison avec l’ennemi, c’est l’attrait de l’uniforme qui électrise les jeunes filles55, ce dont attestent les incartades des jeunes belges avec les libérateurs alliés. La libération du territoire en 1918 comme en 1945 est ainsi décrite comme étant aussi celle de la sexualité, attisant de nouveau l’effroi des observateurs et protecteurs de l’enfance, en particulier devant le spectacle des jeunes filles se balançant au coude de soldats Noirs américains56. La guerre, catalyseur de l’évolution des mœurs, libérant les angoisses mais aussi la parole, affecte durablement la perception du danger que représente l’émancipation sexuelle mais aussi affective et économique des jeunes filles.

De la dépravation à l’« inadaptation » : sexualité et violence féminine au temps de l’expertise psychiatrique et psychologique (1945-1960)

  • 57 Sonya O. Rose, « Sex, Citizenship, and the Nation in World War II Britain », The American Historic (...)
  • 58 Aimée Racine, La délinquance juvénile en Belgique de 1939 à 1957, Bruxelles, Centre d’étude de la (...)

27Les guerres mondiales laissent des séquelles mais la Guerre froide va aussi être l’occasion d’une mutation du regard porté sur les jeunes filles irrégulières. Tout d’abord, la guerre a provoqué une angoisse durable quand à l’enracinement de la démocratie dans les pays occidentaux. Au cœur du questionnement sur la jeunesse, on trouve désormais le problème de la citoyenneté57 : pour les institutions de protection de la jeunesse, il s’agit, plus que jamais, de former des citoyens utiles et responsables, garant de la stabilité de régimes alors que les démocraties ont vacillé et sont toujours menacées par le contre-modèle qui s’est levé à l’Est. Déjà présent après la Première guerre, le sentiment d’une démoralisation de la société est vif après la Seconde. Ce sentiment donne naissance à une angoisse sociale palpable à l’égard de la jeunesse, en particulier envers les jeunes filles, symbole de la dissolution des mœurs. Aimée Racine, sociologue et fondatrice, à l’orée des années cinquante, du Centre d’études de la délinquance juvénile, émanation de l’influent Institut de sociologie Solvay, souligne « l’extrême jeunesse des coupables, le nombre croissant des maternités précoces, le rôle plus actif joué par toutes les jeunes filles […] dans des affaires où elles apparaissent comme des victimes ». Sans complaisance à l’égard des midinettes, cette experte reconnue s’alarme de « l’incroyable facilité avec laquelle les filles de quinze ans à peine s’abandonnent à des inconnus rencontrés au cinéma58 ».

  • 59 David Niget, « De l’hystérie à la révolte. L’observation médico-pédagogique des jeunes délinquante (...)

28Ceci illustre la manière dont, après la Seconde Guerre mondiale, l’expertise monte en puissance, contribuant à redéfinir les figures de la dangerosité juvénile. Plus encore que les sociologues, les psychiatres et les psychologues prennent pied dans le système de protection de l’enfance, à travers des institutions dites « d’observation médico-pédagogiques », qui deviennent, dans l’Entre-deux-guerres, un site névralgique du système de protection de la jeunesse. Le juge des enfants leur adresse les jeunes filles pour lesquelles il estime nécessaire de procéder à une expertise médicale, psychiatrique et psychologique. Cette dernière est réalisée notamment à l’institution publique de Saint-Servais, près de Namur, ensemble pavillonnaire moderne accueillant 150 à 200 adolescentes par an59.

  • 60 M.-L. Martino (Sœur Marie-Irma), Evolution de nos méthodes, 1946-1955, Établissement d’éducation d (...)

29À travers ce nouveau prisme paradigmatique, la dépravation des jeunes filles est réinterprétée comme une forme de pathologie provoquant une « inadaptation » sociale. Mais plus que la stricte question des mœurs, c’est désormais sous la catégorie des « troubles du comportement » que s’affiche le problème des jeunes filles, dont on dénonce notamment la violence et l’esprit de rébellion, facilement taxé d’« existentialisme » tant par les professionnels que dans la presse : « Les “existos” […] sont déjà périmés, explique en 1955 une éducatrice, mais l’action néfaste des Gide, des Sartre, des Simone de Beauvoir n’est pas pour autant stérilisée. […] Une seule chose compte : la jouissance immédiate. […] Nos jeunes filles sont toutes plus ou moins atteintes par cette vague de pessimisme et de sombre indépendance60. »

  • 61 Pour un parallèle avec le Canada, voir Tamara Myers, Joan Sangster, « Retorts, Runaways and Riots: (...)

30Les sciences du psychisme, et notamment la psychologie, tendent, à travers l’usage de tests psychométriques (QI) et projectifs (Rorschach en particulier), à dévoiler les troubles cachés, les violences latentes, les frustrations familiales engendrant des vengeances rentrées, mettant en place une véritable étiologie de l’invisible, difficilement compatible avec la volonté, affichée par la justice comme par les institutions, de responsabilisation des jeunes. Face à ces pratiques intrusives et paradoxales, nombreuses sont les jeunes filles à entrer en résistance face à l’institution, en usant de violences ou en les retournant contre elles-mêmes. Elles érigent également certaines formes de contre-culture anti-institutionnelle, dont l’homosexualité est une figure exemplaire61.

  • 62 Claude Quétel, Histoire de la folie de l’Antiquité à nos jours, Paris, Tallandier, 2009, p. 489-49 (...)
  • 63 Claire Caprasse, La Section Spéciale dans le cadre de l’Établissement d’Observation et d’Éducation (...)
  • 64 Archives de l’Établissement d’Observation de l’État de Saint-Servais. Section spéciale, tableaux d (...)
  • 65 Edward Shorter, Before Prozac: the troubled history of mood disorders in psychiatry, Oxford, Oxfor (...)

31L’avènement de la psychologie après-guerre, n’empêche pas le retour du traitement psychiatrique, à la fin des années 1950, qui correspond à l’invention de nouveaux psychotropes. Alors qu’avait reflué l’utopie d’un traitement médicamenteux de l’aliénation mentale, apparaissent en quelques années (et de manière fortuite) trois familles de médicaments antipsychotiques : les antianxiolitiques, les antidépresseurs et les neuroleptiques62. Dans le sillage immédiat de ces découvertes, une « section spéciale » est ouverte en 1959 à Saint-Servais pour traiter « les cas les plus difficiles ». Parmi ceux-ci, 30 % sont signalés comme « caractérielles (associables, agressives, révoltées)63 ». Il s’agit d’un pavillon d’isolement, un lieu médicalisé. Si nombre de jeunes filles y sont cloitrées de quelques jours à plusieurs mois pour leur agressivité jugée pathologique, de nombreuses mentions au registre d’entrée signalent simplement qu’elles « sape[nt] l’autorité » de l’équipe éducative, manifestent du « négativisme », sont « rebelles et agressives », et « doi[ven]t être isolée[s] pour sauvegarder l’autorité64 ». Sous l’argument médical, il s’agit bien d’une section disciplinaire. Le régime de la section n’est plus si sévère qu’avant-guerre, l’isolement total n’étant pas la norme et les punitions corporelles ayant disparu. Mais le mode de traitement est nouveau : outre les barbituriques administrés le soir, on y use massivement d’antidépresseurs et de neuroleptiques. Il faut noter, en particulier, le recours fréquent au R1625, ou Haloperidol, développé en 1957 par une firme belge, Janssen, qui agit directement sur le contrôle de l’agressivité. Provoquant de forts effets secondaires (léthargie, tremblements et dyskinésie parfois irréversible), il devient un des premiers neuroleptiques utilisé en psychiatrie, emblème de la « camisole chimique » décriée par le mouvement antipsychiatrique à compter des années 196065. L’acclimatation extrêmement rapide de cette découverte scientifique dans les institutions d’observation marque un retour à un ordre disciplinaire et à une lecture très déterministe des troubles du comportement, associant la violence féminine à une corporéité pathologique.

*

  • 66 Aurore François, David Niget, « Fabricating Risk… Sketching the History of Expert Power », dans Au (...)

32Sans relever à proprement parler d’une politique de la peur, l’instrumentalisation de l’angoisse sociale est bien présente dans la mise en forme d’un discours sur les périls qu’incarnent les jeunes filles. Du XIXe au XXe siècle, on constate une importance croissante de l’expertise dans la définition de ce péril, expertise médicale, psychiatrique, psychologique ou encore sociologique. La définition de ces peurs relève d’un nouveau gouvernement du risque, qui, du champ pénal au champ social, et plus largement dans l’entreprise de « conduite des conduites » que mettent en œuvre les politiques publiques, relèvent de la disciplinarisation d’un avenir incertain, et sont à ce titre dirigées vers la jeunesse66.

33Dans cette perspective, l’icône que constitue la jeune fille acquiert une visibilité dans l’espace public, véritable catalyseur de l’angoisse sociale, et dont l’assujettissement est mené par des institutions de protection de la jeunesse plus intrusives en entrant dans le XXe siècle. En effet, sa vulnérabilité, issue de la triple domination dont elle est l’objet : de genre, de classe, d’âge (voire d’ethnicité dans certains cas), suscite tout autant la pitié que l’angoisse, car elle semble menacer tantôt l’avenir de la famille, tantôt l’avenir de la nation, tantôt l’avenir de la démocratie.

Notes

1 Je tiens à remercier mes collègues, Christine Machiels et Aurore François, avec qui nous travaillons sur ces questions de manière croisée.

2 Lucien Febvre, « La sensibilité et l’histoire : Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? », Annales d’histoire sociale, 3, 1/2, 1941, p. 5-20.

3 Alain Corbin, « Histoire et anthropologie sensorielle », Le temps, le désir et l’horreur. Essais sur le XIXe siècle, Paris, Aubier, 1991, p. 227-241.

4 Mary Douglas, Risk and Blame : Essays in Cultural Theory, New York, Routledge, 1994 ; Luc Boltanski, La souffrance à distance : morale humanitaire, médias et politique, Paris, Métailié, 1993 ; Laurent Bonelli, La France a peur : une histoire sociale de l’« insécurité », Paris, la Découverte, 2010 ; Corey Robin, La peur : Histoire d’une idée politique, Paris, Hachette Littératures, 2008 ; Naomi Klein, La stratégie du choc : la montée d’un capitalisme du désastre, Montréal (Québec), Léméac, 2008.

5 Clifford Geertz, The Interpretation of Cultures: Selected Essays, New York, Basic books, 1973, p. 80-81.

6 Michel Foucault, Les Anormaux. Cours au collège de France (1974-1975), Paris, Le Seuil/Gallimard, 1999, p. 287.

7 Joanna Bourke, Fear. A Cultural History, London, Virago, 2005, chap. 3: « The Child ».

8 Peter Stearns, Anxious Parents: A History of Modern Childrearing in America, New York, NYU Press, 2004.

9 Viviana Zelizer, Pricing the Priceless Child: the Changing Social Value of Children, Princeton (N.J.), Princeton university press, 1994.

10 Dominique Kalifa, L’encre et le sang : récits de crimes et société à la Belle époque, Paris, Fayard, 1995.

11 Stanley Cohen, Folk Devils and Moral Panics, New York, Routledge, 2002.

12 Erich Goode, Nachman Ben-Yehuda, « Moral Panics. Culture, Politics, and Social Construction », Annual Review of Sociology, 20, 1, 1994, p. 149-171.

13 On pense aux « entrepreneurs de morale » d’Howard Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.

14 Judith Walkowitz, « Sexualités dangereuses », dans Michelle Perrot, Georges Duby, Histoire des femmes en Occident, t. IV : Le XIXe siècle, Paris, Plon, 1991, p. 390.

15 Dominique Kalifa, L’encre et le sang : récits de crimes et société à la Belle époque, Paris, Fayard, 1995, p. 157. Michelle Perrot, « Dans le Paris de la Belle Époque, les “Apaches”, première bande de jeunes », dans Les ombres de l’Histoire. Crimes et châtiments au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 2001, spécialement « La femme Apache ».

16 Frédéric Chauvaud, Justice et déviance à l’époque contemporaine. L’imaginaire, l’enquête et le scandale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 74. Voir aussi Sylvie Lapalus, « La famille assiégée de l’intérieur. Jeunes parricides au XIXe siècle », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 3, 2000, parag. 7, 10, 27. Sylvie Lapalus signale le cas d’une jeune parricide de 7 ans étudié successivement par Parent-Duchâtelet, Lombroso et Esquirol. Les deux premiers insistent sur sa lucidité froide, le troisième sur sa sexualité précoce.

17 Julia Grant, « A “Real Boy” and Not a Sissy: Gender, Childhood, and Masculinity, 1890-1940 », Journal of Social History, 37, 4, 2004, p. 829-851.

18 Frédéric Chauvaud, L’effroyable crime des sœurs Papin, Paris, Larousse, 2010, p. 42, 218-229.

19 La citation est issue du poème que Paul Eluard a consacré à Violette. Voir Anne-Emmanuelle Demartini, « L’Affaire Nozière. La parole sur l’inceste et sa réception sociale dans la France des années 1930 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 56-4, 4, 2009, p. 190-214.

20 Elisa Camiscioli, Reproducing the French Race : Immigration, Intimacy, and Embodiment in the Early Twentieth Century, Durham (N.C.), Duke University Press, 2009. Seth Koven, Slumming: Sexual and Social Politics in Victorian London, Princeton (N.J.), Princeton University Press, 2004.

21 Mary E. Odem, Delinquent daughters: protecting and policing adolescent female sexuality in the United States, 1885-1920, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1995.

22 Peter N. Stearns, « Fear and contemporary history: a review essay », Journal of Social History, 40, 2, 2006, p. 477-484.

23 « Discourses [of fear] shape bodies. However, bodies also shape discourses », Joanna Bourke, Fear: a cultural history, London, Virago, 2005, p. 8.

24 Christine Machiels, Les féminismes face à la prostitution aux XIXe et XXe siècles (Belgique, France, Suisse), Université catholique de Louvain & Université d’Angers, Thèse de doctorat en Histoire (inédite), 2011.

25 Aurore François, Guerres et délinquance juvénile (1912-1950). Un demi-siècle de pratiques judiciaires et institutionnelles envers des mineurs en difficulté, Université catholique de Louvain, Thèse de doctorat en Histoire (inédite), 2008.

26 David Niget, « De l’impossible violence aux troubles du comportement. L’observation médicopédagogique des jeunes délinquantes dans la Belgique des années cinquante », Ludivine Bantigny, Jean-Claude Vimont, Sous l’œil de l’expert. Les dossiers judiciaires de personnalité, Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2011, p. 105-122.

27 Christine Machiels, « Introduction », et Jean-Michel Chaumont, « Conclusion », dans Du sordide au mythe. L’affaire de la traite des blanches (Bruxelles, 1880), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2009.

28 Cathy Kolher, « Le trafic belge vu d’Angleterre », dans Jean-Michel Chaumont, Christine Machiels, Du sordide au mythe. L’affaire de la traite des blanches (Bruxelles, 1880), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2009, p. 115-131.

29 Deborah Gorham, « The “Maiden Tribute of Modern Babylon” Re-Examined: Child Prostitution and the Idea of Childhood in Late-Victorian England », Victorian Studies, 21, 3, 1978, p. 353-379. Judith R. Walkowitz, City of dreadful delight: narratives of sexual danger in late-Victorian London, Chicago, University of Chicago press, 1992.

30 Luc Keunings, « L’affaire de la Traite des banches. Un aspect de la prostitution urbaine en Europe à la fin du XIXe siècle », dans Jean-Michel Chaumont, Christine Machiels, Du sordide au mythe. L’affaire de la traite des blanches (Bruxelles, 1880), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2009, p. 17-44.

31 Josephine Butler, Souvenirs personnels d’une grande croisade, Paris, Fischbacher, 1900.

32 Aurore François, Christine Machiels, « Une guerre de chiffres. L’usage des statistiques par les discours abolitionniste et règlementariste sur la prostitution à Bruxelles (1844-1948) », Histoire et mesure, 2007, t. XXII, vol. 2, p. 103-134.

33 Kathy Lee Peiss, Cheap amusements: working women and leisure in turn-of-the-century New York, Philadelphia (Penn.), Temple university press, 1986.

34 Pour la France, Laurence Montel souligne que « le formidable élan compassionnel engendré, à l’orée du XXe siècle, par la traite des Blanches, n’est pas sans relation avec la loi de 1903 qui sanctionne plus lourdement les trafiquants de femmes. » Laurence Montel, « Crime organisé et politique en France, aperçu historique », Pouvoirs, 132, 1, 2010, p. 19. Le lien entre ethnicité et prostitution, redoublant la métaphore de la traite, est bien montré par Sylvain Pattieu : « Souteneurs noirs à Marseille, 1918-1921. Contribution à l’histoire de la minorité noire en France », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 64, 6, 2009, p. 1361-1386.

35 Linda Gordon, Heroes of their own lives: the politics and history of family violence: Boston, 1880-1960, New York, Viking, 1988. Theda Skocpol, Protecting Soldiers and Mothers: The Political Origins of Social Policy in United States, Cambridge (Mass.), Belknap Press of Harvard University Press, 1995.

36 Catherine Jacques, Christine Machiels, « Féminisme et abolitionnisme aux XIXe et XXe siècles en Belgique », dans Jean-Michel Chaumont, Christine Machiels, Du sordide au mythe. L’affaire de la traite des blanches (Bruxelles, 1880), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2009, p. 161-164.

37 Carol Smart, « A History of Ambivalence and Conflict in the Discursive Construction of the ‘Child Victim’ of Sexual Abuse », Social Legal Studies, 8, 3, 1999, p. 391-409. Stephen Robertson, « Age of Consent Law and the Making of Modern Childhood in New York City, 1886-1921 », Journal of Social History, 35, 4, 2002, p. 781-798.

38 « Depuis plus d’un siècle, aucune stratégie pour susciter l’hystérie sexuelle n’a fonctionné aussi bien que l’appel à protéger les enfants », explique Gayle Rubin dans « Penser le sexe », dans Gayle S. Rubin et Judith Butler, Marché au sexe, Paris, Epel, 2002, p. 72.

39 Odem Mary E, Delinquent daughters: protecting and policing adolescent female sexuality in the United States, 1885-1920, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1995.

40 Steven L. Schlossman, Stephanie Wallach, « The Crime of Precocious Sexuality: Female Juvenile Delinquency in the Progressive Era », Harvard Educational Review, 48, 1, 1978, p. 65-95.

41 David Niget, « La régulation socio-judiciaire de la sexualité juvénile à Montréal dans le premier XXe siècle », dans Véronique Blanchard, Régis Revenin, Jean-Jacques Yvorel (dir.), Les jeunes & la sexualité : initiations, interdits, identités (XIXe-XXIe siècle), Paris, Autrement, 2010, p. 87-98.

42 François Ewald, L’État providence, Grasset, 1986, p. 411-414. David Garland, Punishment and Welfare: A History of Penal Strategies, Aldershot, Gower, 1985.

43 Sonya O. Rose, « Sex, Citizenship, and the Nation in World War II Britain », The American Historical Review, 103, 4, 1998, p. 1147-1176.

44 Aurore François, Guerres et délinquance juvénile (1912-1950). Un demi-siècle de pratiques judiciaires et institutionnelles envers des mineurs en difficulté, Université catholique de Louvain, Thèse de doctorat en Histoire (inédite), 2008, p. 45.

45 Paul Wets, La guerre et l’enfant, Moll, Imprimerie de l’École de bienfaisance de l’État, 1919, p. 76.

46 Benoît Majerus, « La prostitution à Bruxelles pendant la Grande Guerre : contrôle et pratique », Crime, Histoire & Sociétés/Crime, History & Societies, 7, 1, 2003, parag. 50-60.

47 Ibid., parag. 45.

48 Aurore François, « » Une véritable frénésie de jouissance… » Prostitution juvénile et armées d’occupation en Belgique (1940-1945) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 10, 2008, p. 18-23.

49 J. Van Zeir, « Asile-clinique et Etablissement d’éducation de l’État à Bruges », Revue de l’éducation surveillée, 1947, p. 75.

50 Paul Wets, La guerre et l’enfant, Moll, Imprimerie de l’École de bienfaisance de l’État, 1919, p. 11.

51 Aurore François, Guerres et délinquance juvénile (1912-1950). Un demi-siècle de pratiques judiciaires et institutionnelles envers des mineurs en difficulté, Université catholique de Louvain, Thèse de doctorat en Histoire (inédite), 2008, p. 323.

52 Ibid., p. 321-22.

53 Pour la France, voir Fabrice Virgili, Naître ennemi : Les enfants de couples franco-allemands nés pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Payot, 2009.

54 Aurore François, « “Une véritable frénésie de jouissance…” Prostitution juvénile et armées d’occupation en Belgique (1940-1945) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 10, 2008, p. 32.

55 Angela Woollacott, « “Khaki Fever” and Its Control: Gender, Class, Age and Sexual Morality on the British Homefront in the First World War », Journal of Contemporary History, 29, 2, 1994, p. 325-347.

56 Aurore François, « “Une véritable frénésie de jouissance…” Prostitution juvénile et armées d’occupation en Belgique (1940-1945) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 10, 2008, p. 30. Pour le cas français, où la jeune prostituée incarne le symbole de l’humiliation nationale face à une armée américaine jugée impérialiste, voir Mary Louise Roberts, « The Price of Discretion : Prostitution, Venereal Disease, and the American Military in France, 1944-1946 », American Historical Review, 115, 4, 2010, p. 1002-1030.

57 Sonya O. Rose, « Sex, Citizenship, and the Nation in World War II Britain », The American Historical Review, 103, 4, 1998, p. 1147-1176.

58 Aimée Racine, La délinquance juvénile en Belgique de 1939 à 1957, Bruxelles, Centre d’étude de la délinquance juvénile, 1959, p. 91.

59 David Niget, « De l’hystérie à la révolte. L’observation médico-pédagogique des jeunes délinquantes en Belgique (1912-1965) », Champ pénal/Penal Field. Nouvelle revue internationale de criminologie, VIII, 2011. [En ligne : http://champpenal.revues.org].

60 M.-L. Martino (Sœur Marie-Irma), Evolution de nos méthodes, 1946-1955, Établissement d’éducation de l’État à Saint-Servais, 1955, p. 36-37.

61 Pour un parallèle avec le Canada, voir Tamara Myers, Joan Sangster, « Retorts, Runaways and Riots: Patterns of Resistance in Canadian Reform Schools for Girls, 1930-1960 », Journal of Social History, 34, 3, 2001, p. 669-697.

62 Claude Quétel, Histoire de la folie de l’Antiquité à nos jours, Paris, Tallandier, 2009, p. 489-498.

63 Claire Caprasse, La Section Spéciale dans le cadre de l’Établissement d’Observation et d’Éducation de l’État de Saint-Servais, Ministère de la Justice, Office de la protection de la jeunesse, Centre de formation et de perfectionnement des cadres, 1966, p. 1, 8.

64 Archives de l’Établissement d’Observation de l’État de Saint-Servais. Section spéciale, tableaux d’entrée/sortie, 1959-1962.

65 Edward Shorter, Before Prozac: the troubled history of mood disorders in psychiatry, Oxford, Oxford University Press, 2009, p. 186. David Healy, The creation of psychopharmacology, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2002.

66 Aurore François, David Niget, « Fabricating Risk… Sketching the History of Expert Power », dans Aurore François, Veerle Massin, David Niget (dir.), Violences juvéniles sous expertise(s), XIXe-XXIe siècles. Expertise and Juvenile Violence, 19th-21st Century, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2011, p. 9-18.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540