Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ennemie intime

 | 
Frédéric Chauvaud

Troisième partie. La question sociale : de l’angoisse à l’effroi

La peur du mineur délinquant

Jean-Jacques Yvorel

Texte intégral

  • 1 Pour une réflexion d’ensemble sur les mouvements de contestation voir Charles Tilly, La France con (...)
  • 2 Sur le concept de conflictuosité voir Frédéric Chauvaud, « La conflictuosité en histoire », Les Ca (...)
  • 3 C’est le sociologue allemand Karl Mannheim qui le premier, en 1928, souligne le rôle de la générat (...)
  • 4 Ludivine Bantigny, op. cit., p. 41.
  • 5 Michelle Perrot, « Quand la société prend peur de sa jeunesse au XIXe siècle », dans François Prou (...)

1L’histoire contemporaine de la France est scandée par des périodes où les tensions sociopolitiques s’exacerbent. Ces conflits de classes, souvent dramatiques, forment autant de jalons chronologiques dans les manuels d’histoire1. Cependant le « social » n’épuise pas la conflictuosité2. Moins visibles, s’exprimant concrètement dans des espaces sociaux plus étroits, notamment au sein de la famille, les conflits de générations compte aussi parmi les « moteurs de l’histoire »3. Comme en matière de conflits sociaux, les frictions générationnelles sont permanentes. C’est même « l’une des constantes sociologique les plus frappante : les générations ne semblent pouvoir exister qu’en s’opposant pour mieux assumer leur identité propre4 ». Cependant, ce sempiternel conflit des générations connaît des phases d’exacerbation et des périodes d’étiage. Son accentuation peut avoir un double effet. Il peut contribuer à l’évolution des formes de la délinquance et même à son aggravation. Il construit aussi des représentations défavorables aux jeunes où l’on assimile notamment jeunesse et délinquance. Michelle Perrot a mis en évidence ce phénomène pour la France à la Belle Époque, ce moment où « la société prend peur de sa jeunesse5 ». Elle montre comment ce processus de disqualification s’appuie sur un archétype, une figure idéale typique, l’apache, qui une fois construite dispense de toute analyse voir de toute description : il suffit d’écrire que tel méfait est probablement l’œuvre d’apaches pour que le lecteur du Petit Journal ou du Matin imagine un vêtement, un langage, un hexis corporel, une forme de violence. Dès lors, chez certains, le simple fait de croiser un individu, et a fortiori un groupe d’individus, qui se rapproche de ce type idéal, génère la peur.

  • 6 Sur ce point voir Frédéric Chauvaud, « Gavroche et ses pairs : aspect de la violence politique du (...)
  • 7 Les travaux sur les apaches sont nombreux, tous insistent sur la construction de l’archétype depui (...)
  • 8 En s’en tenant aux travaux historiques, sur les blousons noirs on peut se reporter à Françoise Tét (...)
  • 9 Les loubards n’ont pas suscité de travaux historiques, on se reportera donc aux travaux sociologiq (...)

2En deux siècles plusieurs représentations archétypales de la dangerosité juvénile masculine ont vu le jour avant de s’estomper et de ne subsister dans la mémoire collective que sous une forme patrimoniale plus ou moins folklorisé. Nous n’entendons pas d’écrire ici l’invention du gamin de Paris6, de l’apache7, du blouson noir8, du loubard9, de la « racaille » et/ou du jeune des cités, travail effectué par ailleurs. Nous voulons après nous être arrêtés un moment sur la figure matricielle du gamin de Paris, penser une histoire de la peur des jeunes en lien avec la chronologie de cette galerie de portraits.

Le gamin de Paris avatar juvénile de la classe dangereuse et première figure du « bandit imberbe »

  • 10 D’autres figures ont existé, moins nettement disqualifiées comme les zazous des années 1940 ou plu (...)
  • 11 Luce Abélès, « Le gamin de Paris « Cahiers-Musée d’art et d’essai, 1985, p. 11.
  • 12 Stendhal, Mémoires d’un touriste, (1838), rééd. Paris, Le livre du divan, 1929, vol. 1, p. 279.
  • 13 François René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, (1841), rééd. Paris, Gallimard, 1951, t. I (...)

3Dans la littérature sociologique ou sociohistorique qui traite de la déviance juvénile immédiatement contemporaine, les rappels historiques remontent rarement avant les apaches. Nous commençons notre énumération, qui ne prétend pas à l’exhaustivité10, avec le gamin de Paris. Né dans la littérature pittoresque de la monarchie de Juillet, figure incontournable de l’imaginaire parisien, le gamin connaît au mitan du siècle la consécration de la « grande littérature : Victor Hugo va « créer un personnage là où il n’existait qu’un être collectif. Et ce personnage présente une particularité décisive : il est la voix des misérables11 ». Le nom propre efface le nom commun, le mythe écrase l’archétype, Gavroche est désormais synonyme de gamin de Paris… et Gavroche est un héros positif. L’exilé de Guernesey a fait oublier la peur, la détestation que ces enfants étiques et dépenaillés ont générée. « Ce n’est point ma vanité froissée qui abhorre le gamin de Paris, c’est l’amour que j’ai pour les grâces de l’enfance qui souffre en la voyant dégradé » écrit Stendhal12. Chateaubriand qualifie ces enfants des rues de la capitale de « Singes laids et étiolés, libertins avant d’avoir le pouvoir de l’être, cruels et pervers13… » Quant aux frères Goncourt ils écrivent après avoir croisé un de ces petits garçons dans une boutique :

  • 14 Edmond et Jules de Goncourt, Journal. Mémoires de la vie littéraire, t. II, 1866-1886, édition éta (...)

« Je n’ai jamais vu dans l’enfance une pareille fleur de fumier, une pareille coulée d’argot, une âme si flétrie, quelque chose produisant en vous une répulsion, qui va presque jusqu’à la peur – toutes les corruptions et toutes les canailleries de Paris dans un petit monstre de l’âge de la Première Communion, poussé au moral comme un sang où se seraient succédé trois générations de vérole ; un de ces enfants où tout le mal, tout le vice d’une capitale de deux millions d’hommes est en effrayante miniature14. »

4Le gamin de Paris est bien une figure du « bandit imberbe » qui constitue selon Émile Faguet, « le plus grand danger social » et nous retrouvons dans le processus de construction de cette incarnation du « péril jeune » une série d’éléments communs à toutes les autres incarnations.

5Comme l’apache, le zazou, le blouson noir, le « jeune des cités », le gamin mobilise presque toutes les formes de productions culturelles disponibles et suscite entre elles un « dialogue « un jeux d’emprunts et de renvois que nous croyons pouvoir qualifier d’inter médiatique.

  • 15 Louis Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du X (...)

6Les propos de Louis Chevalier concernant les ouvriers de la monarchie de Juillet s’appliquent aux enfants d’ouvriers que sont les gamins : « L’attitude des ouvriers est, à bien des égards, une riposte à l’opinion que l’on se fait d’eux et qu’ils se font d’eux-mêmes. Ils sont ce que l’on veut qu’ils soient : à l’écart de la civilisation parisienne, exclus de cette civilisation, par cette condamnation morale qui les isole et qu’eux-mêmes s’approprient15. »

  • 16 Michelle Perrot, « Des Apaches aux Zoulous…, art. cit., p. 54.
  • 17 L’exposition « Blousons noirs ».

7Les apaches avaient, nous dit Michelle Perrot, « un sens aigu de l’image dans leur propre mise en scène16 ». Il en est de même des « blousons noirs » qui posent devant les objectifs des reporters de Paris Match17. Bref, les gamins, les apaches, les blousons noirs, les jeunes des cités, « ont partie liée avec les mots qui les désignent », comme l’écrit Pierre Bourdieu et participent à la construction de leur propre mythologie.

8En empruntant la voie de la construction d’un archétype, le processus de disqualification distille presque nécessairement un contre poison : l’héroïsation de celui-là même sur lequel il s’agit de jeter l’opprobre. C’est peut-être bien dans le cas du gamin de Paris que le phénomène est le plus amplifié avec l’héroïsation hugolienne. En 1878, à l’heure où la République s’installe véritablement, le vicomte d’Haussonville a beau le regretter, c’est Gavroche qui a triomphé :

  • 18 Nous retrouvons ne même rapprochement Hugo/Bouffé à l’article gamin du Grand dictionnaire universe (...)
  • 19 Vicomte d’Haussonville, « L’Enfance à Paris », Revue des deux mondes, 1er juin 1878, p. 600.

« Ce type bien connu devient, sur la scène ou dans la fiction, le gamin de Paris de Bouffé ou le Gavroche des Misérables18, c’est-à-dire un mélange attrayant d’esprit, de courage et de sensibilité. Dans la réalité, c’est un être profondément vicieux, familier depuis son jeune âge avec les dépravations les plus raffinées, un mélange de ruse, de couardise et, un jour donné, de férocité19. »

  • 20 Sur l’héroïsation de l’apache voir Dominique Kalifa, L’encre et le sang, ouv. Cit., p. 175-193.

9Dans une moindre mesure, héros de théâtre, de roman et de cinéma, autant que de faits divers, l’apaches20 et le blouson noir suscitent l’admiration d’une partie de la jeunesse des classes populaires. Remarquons au passage que c’est la vision héroïque de l’archétype qui s’inscrit le plus durablement dans l’imaginaire. Il n’y a plus d’apaches quand Becker tourne Casque d’or en 1952. Enfin, nous y reviendrons, dans tous les cas, les discours savants, les propos experts, participent à la construction de ces archétypes.

Du gamin de Paris aux jeunes des cités une chronologie discontinue

10Le gamin de Paris naît avec la monarchie de Juillet. Nous pouvons même affirmer qu’il est indirectement un produit des Trois Glorieuses. Il disparaît avec la Commune et en 1872, Pierre Larousse enregistre son déclin :

  • 21 Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXesiècle, cité par Luce Abélès, art. cit., p. 1 (...)

« Le gamin admirablement dépeint par Victor Hugo, se fait rare, grâce à la sévérité des lois sur le vagabondage ; on rencontre bien quelques pâles voyous ; mais le vrai gamin, le gavroche dont le romancier nous a laissé l’inimitable portrait, est disparu21. »

11Les apaches apparaissent en 1900 et sont définitivement popularisés en janvier 1902 avec l’affaire Casque d’Or. Ils « disparaissent » dans la tourmente de 1914 après douze années de leadership médiatiques.

  • 22 Voir Françoise Têtard, art. cit.
  • 23 Ministère de la jeunesse et des sports, Jeunes d’aujourd’hui [d’après le rapport d’enquête sur la (...)

12L’image du blouson noir menaçant surgit pendant l’été 1959 avec l’affaire du square Saint-Lambert22. En 1965, la locution a quasiment disparue de la presse et l’expression n’est pas utilisée une seule fois dans le « rapport Missoffe » sur la jeunesse publié en décembre 196723.

13Les loubards prennent le relais après 1968 sans jamais atteindre la notoriété des blousons noirs. (Dans les sondages que nous avons effectué dans la presse les guillemets restent de rigueur.)

  • 24 Joëlle Bordet, « Jeune des cités : du repli à l’intégration », Sciences humaines, Hors série no 33 (...)
  • 25 Stéphane Beaud, Olivier Masclet, « Des “marcheurs” de 1983 aux “émeutiers” de 2005. Deux génératio (...)

14Le jeune des cités constitue bien un archétype facilement résumable-comme le souligne Joëlle Bordet : « Parler des jeunes des cités aujourd’hui, c’est renvoyer à un stéréotype : ce sont des garçons de 14 à 25 ans, d’origine immigrée, vêtus de jeans, de Nike, ayant des activités à la limite de l’illégalité et qui vivent en bande au pied des tours des cités HLM. Cette image tend à se renforcer au fur et à mesure de la fermeture de ces quartiers sur eux-mêmes24. » Par contre le terme est instable et coexiste avec d’autres locutions. Médiatiquement, ces jeunes constituent une entité après les émeutes des Minguettes en 1983 et la « Marche pour l’égalité et contre le racisme » qui suit25.

15Cette chronologie, qu’il faudrait affiner et compléter, avec ses discontinuités, ses figures relativement pérennes fonctionnant pendant plusieurs décennies (le gamin de Paris ou le jeune des cités) et ses figures plus fugaces comme le Blouson noir, dessine une histoire de la peur des jeunes et souligne en creux les moments ou la société ne prend pas peur de sa jeunesse.

Quand la société française ne prend pas peur de sa jeunesse

16Si nous laissons de côté les années de guerres, nous trouvons quatre périodes où aucune figure de la dangerosité juvénile n’émerge véritablement. Les années 1870-1900 entre le gamin de Paris et l’apache, l’Entre-deux-guerres, la Libération prolongée par les années 50, la fin des années soixante. Notons tout d’abord que ces effacements· ne sont pas dû à l’évolution de la délinquance. Elle est perçue comme s’aggravant dans les années 1880-1900, comme stabilisée et relativement faible durant l’Entre-deux-guerres, comme explosive à la Libération… Soulignons ensuite que la disparition d’une figure dans les discours ne signifie pas nécessairement la disparition des phénomènes qui avaient servi à la construire. Il y a toujours des jeunes, chevauchant des deux roues motorisése, vêtus d’un blouson en cuir qui se bagarrent à la sortie des concerts en 1967 même si on ne parle plus de blousons noirs.

  • 26 Jacques Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, Paris, PUF, 1988, t. 4, De 1914 à n (...)
  • 27 Nous faisons allusion aux propos de d’Émile Faguet cité en exergue par Louis de Lamy, La Criminali (...)
  • 28 Sur ce point on pourra se reporter aux très nombreux travaux des sociologues parmi lesquels : Laur (...)
  • 29 Francis Bailleau, Yves Cartuyvels, La justice pénale des mineurs en Europe. Entre modèle Welfare e (...)

17Les raisons qui président à ces élisions sont multiples et se combinent pour construire ces moments où la peur du jeune s’estompe. Si nous prenons l’exemple de l’entre-deux-guerres la question démographique joue très certainement un rôle. La pyramide des âges de la population française telle que l’on peut la construire à partir des recensements de 1921 et de 1936, enregistre les deux empreintes de la guerre : le déficit des hommes adultes conséquence directe des combats et le manque d’enfants des deux sexes dû à l’effondrement de la natalité durant les cinq années du conflit. « Ces deux échancrures de la Pyramide des âges marquent, pour l’ensemble du XXe siècle, la structure de la population française, et la période 1921-1939 n’apporte pas d’autre correctif que le glissement progressif, vers les âges plus élevés, de l’entaille et du double creux26. » Il en résulte que là, où chaque année, avant-guerre, 660 000 jeunes fêtaient leur treizième anniversaire et entraient dans l’adolescence, ils sont désormais dans les années 1920-1930 à peine 400 000 à se transformer en potentiel « bandit imberbe27 ». Pour autant, la rareté de la jeunesse n’explique pas tout : la France (et même Europe) vieillissante de la fin du vingtième siècle a pris peur de sa rare jeunesse, a construit des archétypes de jeunes dangereux28 et, processus nouveau depuis la Libération, a considérablement durcie la politique pénale à l’égard des mineurs29.

  • 30 Titre repris par Brian de Palma en 1983.
  • 31 Sur le Milieu marseillais voir Laurence Montel, Marseille capital du crime. Histoire croisé de l’i (...)
  • 32 Sur ces héros de l’affaire Casque d’or voir Chroniques du Paris Apache (1902-1905). Mémoire de cas (...)

18Parallèlement, dans les salles obscures, on peut voir les films américains de William Wellman (L’ennemi public, 1931), de Mervyn Leroy (Le petit César, 1931) d’Howard Hawks (Scarface30, 1932) ou de Raoul Walsh (Les fantastiques années 20, 1939), mais aussi les chefs-d’œuvre de Fritz Land, Le docteur Mabuse (1922) et Le testament du docteur Mabuse (1933) ou le Justin de Marseille de Maurice Tourneur (1934) et bien sûr le Pépé de Moko de Julien Duvivier avec Jean Gabin dans le rôle-titre. On peut aussi lire les reportages et les romans de Francis Carco ou de Blaise Cendrars ou écouter certaines chansons de Fréhel. La presse, le roman, le cinéma, la radio, en un mot les media, diffusent une nouvelle représentation du péril criminel : le milieu a pris le relais de l’apache comme figure de la dangerosité criminelle. Ce sont désormais Paul Carbone et François Spirito, les parrains marseillais31, qui fascinent et effrayent le public et non plus Manda de la Courtille et Leca de Charonne32.

*

  • 33 Sur les lieux du crime voir Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la (...)
  • 34 Martin Nadaud, Mémoire de Léonard ancien garçon maçon, (1895), rééd. Paris, Hachette, 1976.
  • 35 Michelle Perrot, Philippe Robert, Introduction au Compte général de l’administration de la justice (...)
  • 36 Dominique Kalifa, Crime et culture au XIXesiècle, Paris, Perrin, 2005, p. 115.
  • 37 Voir bien sûr l’ouvrage fondamental de Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses (...)

19La disparition ou l’émergence de figures juvéniles délinquantes catalysant la peur du crime a aussi à voir avec les lectures du phénomène criminel. Les années qui suivent la chute du premier Empire avaient vu la perception et la description des menaces criminelles changées radicalement. Tout d’abord le péril criminel s’urbanise et la « sombre ruelle » remplace le « grand chemin33 ». Martin Nadaud, par exemple, n’évoque aucune crainte durant le voyage qui le mène de Bourganeuf à Paris en 1830, mais décrit les environs de la place Maubert, dans le 5e arrondissement de Paris comme périlleux34. Ce déplacement se lit aussi dans les priorités de la répression et donc dans le compte du crime35. Cette migration « précipite l’identification de la menace criminelle sous les traits des nouvelles couches de migrants prolétarisés et entassés dans les quartiers paupérisés des cités36 ». Bref, la délinquance est l’affaire de « classes dangereuses » largement confondues avec les « classes laborieuses37 ». Les enfants et les adolescents sont inclus dans cette lecture de la délinquance. Le gamin de Paris fournit alors, comme nous l’avons vu un archétype du délinquant juvénile. Les propos de Louis Mathurin Moreau-Christophe au congrès pénitentiaire de Bruxelles de 1847 illustre de façon presque caricaturale le lien entre cette vision de la délinquance comme étant « l’affaire » d’une classe sociale bien particulière :

  • 38 Louis-Mathurin Moreau-Christophe, Débats du congrès pénitentiaire de Bruxelles. Session de 1847, p (...)

« L’enfant du peuple de Paris, le gamin de Paris, est à la fois un type et une exception ; l’enfant du peuple de Paris, du peuple de la dernière classe de la société, n’est pas enfant du peuple des communes rurales ; il appartient pour ainsi dire à une autre nation, à une autre race. C’est à proprement parler une individualité à part. Vous seriez surpris, Messieurs, de l’intelligence précoce d’un enfant de 11 ans de Paris. […] C’est par l’intelligence qu’il brille, mais en même temps, c’est par le cœur qu’il pèche. Il pèche par le cœur parce que le plus souvent il appartient à une mère dont il a sucé les vices avec le lait, à un père habile dans l’art de vivre du bien d’autrui, à une famille dont les vertus domestiques sont le concubinage et la prostitution. Élevés à telle école, que voulez-vous que devienne ce malheureux ? Dès qu’il peut marcher, il vague sur la voie publique, contracte l’habitude du larcin, l’habitude du vol et des actions coupables qui doivent le faire, un jour, un des hôtes les plus pervers de nos prisons. […] À la différence des enfants des campagnes, il n’a jamais su, lui, ce que c’est que l’innocence […] Cet enfant est vicieux par nature, vicieux par essence.
Placez cet enfant dans une colonie agricole et ce sera bientôt une colonie de petits bandits.
Ce n’est pas les coloniser qu’il faut, mais les séquestrer, les isoler tous les uns des autres jusqu’au dernier. Tous sont infectés du même vice originel. On ne peut le détruire qu’en le neutralisant par l’emprisonnement individuel38. »

  • 39 Dominique Kalifa, Crime et culture au XIXesiècle, Paris, Perrin, 2005, p. 117.
  • 40 La bibliographie sur ce tournant est très importante outre Dominique Kalifa, déjà cités, mentionno (...)

20Cette vision associant misère et crime, difficilement compatible avec le développement d’un régime républicain dont la base sociale est, pour partie, constituée par les ouvriers des grandes villes, est fortement remise en cause dans les années 1880. Le monde du travail est décriminalisé et le criminel est professionnalisé, « biologisé », naturalisé39. Nous n’avons plus à faire à une classe dangereuse mais à des individus dangereux qu’il convient grâce à l’apport des sciences, notamment de la criminologie, de détecter et de neutraliser40. Ce changement de paradigme est beaucoup moins propice à l’émergence d’archétypes censés représenter la Délinquance. Le Rapport annuel à Monsieur de Garde des sceaux rédigé par la direction de l’Éducation surveillée pour l’année 1947 rend compte du phénomène de la délinquance juvénile. Nous pouvons y lire :

  • 41 Ministère de la Justice. Direction de l’Éducation surveillée, Rapport annuel à Monsieur de Garde d (...)

« Une observation générale sur les caractères actuels de la délinquance juvénile : elle englobe des catégories nouvelles de mineurs. À côté des jeunes délinquants déficients ou anormaux qui avant guerre constituaient la majorité, on trouve de plus en plus des garçons atteints de troubles caractériels légers, voire même normaux mais chez lesquels le sens moral a été dévié. On constate au surplus un développement de la délinquance dans toutes les couches sociales (à noter le nombre et même d’infractions graves commises par des élèves des lycées)41. »

  • 42 Laurent Bonelli, « Des “classes dangereuses” à discipliner », Le monde diplomatique, mars 2008, p. (...)

21Cette lecture psychologisante de la délinquance juvénile, émanent d’une autorité politique qui reprend à son compte certains discours savants, offre peu de points d’appui pour construire une représentation idéale-typique du péril jeune. Par contre, le récent retour d’une rhétorique politique et médiatique de type « classe dangereuses », reprise parfois dans des discours savants, offre un terrain favorable à l’émergence de telle représentation42.

Notes

1 Pour une réflexion d’ensemble sur les mouvements de contestation voir Charles Tilly, La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986, 622 p. ; Charles Tilly, Louise Tilly, Richard Tilly, The Rebellious Century 1830-1930, Cambridge, Havard university Press, 1975, 354 p.

2 Sur le concept de conflictuosité voir Frédéric Chauvaud, « La conflictuosité en histoire », Les Cahiers du Gerhico, no 3, 2002, p. 7-18.

3 C’est le sociologue allemand Karl Mannheim qui le premier, en 1928, souligne le rôle de la génération dans la dynamique sociale dans « Das Problem der Generationen », Kölner Vierteljahreshefte für Soziologie, no 7, 1928, no 2, p. 157-185 ; no 3, p. 309-330. Ce texte princep est traduit en français en 1990 par Gérard Mauger et Nia Perivolaropoulou : Karl Mannheim, Le problème des générations, Paris, Nathan, 1990, 122 p. Nous ne débattrons pas ici des problèmes épistémologiques que pose l’utilisation du concept de génération en sciences sociales notamment en histoire. Parmi une bibliographie très importante, signalons les textes réunis par Jean-Charles Lagrée dans les Annales de Vaucresson, no 30-31, 1989. Pour un usage de ce concept en histoire Pierre Nora, « La Génération », dans Les lieux de mémoires, Les Frances, t. III, vol. 1, Paris, Gallimard, 1992, rééd. Gallimard, 1997, vol. 2, p. 2975-3 015 ; Jean-Claude Caron, Génération romantique : les étudiants de Paris et le quartier Latin, Paris, Armand Colin, 1991, 435 p. ; Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « trente glorieuses » à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007, 498 p.

4 Ludivine Bantigny, op. cit., p. 41.

5 Michelle Perrot, « Quand la société prend peur de sa jeunesse au XIXe siècle », dans François Proust (cord.), Les jeunes et les autres. Contributions des sciences de l’homme à la question des jeunes, vol. 1, Vaucresson, Criv, 1986,, p. 19-28.

6 Sur ce point voir Frédéric Chauvaud, « Gavroche et ses pairs : aspect de la violence politique du groupe enfantin en France au XIXe siècle » dans Cultures & conflits. no 18, été 1995, p. 21-33 ; Jean-Jacques Yvorel, « De Delacroix à Poulbot : les images du gamin de Paris au XIXe siècle « Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ». Temps de l’Histoire no 4, L’image de l’enfance et de la jeunesse irrégulière, 2002, p. 39-72.

7 Les travaux sur les apaches sont nombreux, tous insistent sur la construction de l’archétype depuis l’article pionnier de Michelle Perrot, jusqu’à la récente thèse de Bettina Schmidt en passant par les contributions de Dominique Kalifa. Voir Michelle Perrot, « Dans le Paris de la Belle Époque : les “Apaches”, premières bandes de jeunes « dans Bernard Vincent (dir.), Les Marginaux et les exclus dans l’histoire, Cahiers Jussieu, no 5, printemps 1979, Paris, UGE, p. 387-406. et « Des Apaches aux Zoulous… ou de la modernité des Apaches », dans Enfance délinquante, enfance en danger : une question de justice, actes du colloque de la Sorbonne, Paris, 1995, Ministère de la justice, p. 49-54. Dominique Kalifa, « Chez les Apaches. Un texte de Paul Matter », Cahiers de la sécurité intérieure, no 18, 1994, p. 159-170 ; « L’archéologie de l’Apachisme. Les représentations des Peaux-Rouges dans la France du XIXe siècle », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ». Temps de l’Histoire no 4, L’image de l’enfance et de la jeunesse irrégulière, 2002, p. 19-37 ; L’encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, 351 p. ; Bettina C. Schmidt, Jugendkriminalität und Gesellschaftskrisen. Umbrüche, Denkmodelle und Lösungsstrategien im Frankreich der Dritten Republik (1900-1914), Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2005, 589 p.

8 En s’en tenant aux travaux historiques, sur les blousons noirs on peut se reporter à Françoise Tétard, « Le phénomène « blousons noirs » en France fin des années 1950-début des années 1960 », Révolte et société. Actes du IVe colloque d’histoire au présent, Paris, Publications de la Sorbonne, t. II, p. 205-214 ; Ludivine Bantigny, « De l’usage du blouson noir. Invention médiatique et utilisation politique du phénomène “blousons noirs” (1959-1962) », dans Marwan Mohammed, Laurent Mucchielli, Les Bandes de jeunes. Des « blousons noirs » à nos jours, Paris, La Découverte, 2007, p. 19-38. Élise Yvorel, « Les “Blousons noirs” mineurs et l’Éducation surveillée : la répression d’un mythe », dans Marwan Mohammed, Laurent Mucchielli, op. cit., p. 39-60 ; Sébastien Lepajolec, « Le cinéma des blousons noirs » dans Marwan Mohammed, Laurent Mucchielli, op. cit., p. 61-81.

9 Les loubards n’ont pas suscité de travaux historiques, on se reportera donc aux travaux sociologiques notamment à Gérard Mauger, Claude Fossé-Poliak, « Les loubards », Actes de la recherche en sciences sociales, 1983, no 50, p. 49-68.

10 D’autres figures ont existé, moins nettement disqualifiées comme les zazous des années 1940 ou plus éphémères comme les zoulous (ou zulus) de la fin des années 1980.

11 Luce Abélès, « Le gamin de Paris « Cahiers-Musée d’art et d’essai, 1985, p. 11.

12 Stendhal, Mémoires d’un touriste, (1838), rééd. Paris, Le livre du divan, 1929, vol. 1, p. 279.

13 François René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, (1841), rééd. Paris, Gallimard, 1951, t. II, p. 430, cité par Jean-Pierre A. Bernart, Les deux Paris. Les représentations de Paris dans la seconde moitié du XIXe siècle, Paris, Champ Vallon, 2001, p. 254.

14 Edmond et Jules de Goncourt, Journal. Mémoires de la vie littéraire, t. II, 1866-1886, édition établie par et annotée par Robert Ricatte, Paris, Robert Laffont, 1989, p. 14-15.

15 Louis Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Plon, 1958, rééd. 1978, p. 110.

16 Michelle Perrot, « Des Apaches aux Zoulous…, art. cit., p. 54.

17 L’exposition « Blousons noirs ».

18 Nous retrouvons ne même rapprochement Hugo/Bouffé à l’article gamin du Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse. Mais là, la vision est positive.

19 Vicomte d’Haussonville, « L’Enfance à Paris », Revue des deux mondes, 1er juin 1878, p. 600.

20 Sur l’héroïsation de l’apache voir Dominique Kalifa, L’encre et le sang, ouv. Cit., p. 175-193.

21 Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, cité par Luce Abélès, art. cit., p. 12. L’article du « Larousse « est de 1872.

22 Voir Françoise Têtard, art. cit.

23 Ministère de la jeunesse et des sports, Jeunes d’aujourd’hui [d’après le rapport d’enquête sur la jeunesse française, 1966-1967], Paris, la Documentation française, s. d. (1967), 339 p. Sur ce rapport et son histoire voir Laurent Besse « Un ministre et les jeunes : François Missoffe, 1966-1968 », Histoire@Politique, no 1, 2008 (no 04), p.11, [www.cairn.info/revue-histoirepolitique-2008-1-page-11.htm].

24 Joëlle Bordet, « Jeune des cités : du repli à l’intégration », Sciences humaines, Hors série no 33, juin-août 2001.

25 Stéphane Beaud, Olivier Masclet, « Des “marcheurs” de 1983 aux “émeutiers” de 2005. Deux générations sociales d’enfants d’immigrés », Annales, no 4, 2006, p. 809-843.

26 Jacques Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, Paris, PUF, 1988, t. 4, De 1914 à nos jours, p. 96.

27 Nous faisons allusion aux propos de d’Émile Faguet cité en exergue par Louis de Lamy, La Criminalité de l’enfance, étude lue le 28 juin 1912 à la Société scientifique et littéraire d’Alais, Alais, impr. de J. Brabo, 1912 : « De 15 à 20 ans, l’être moral, sollicité au crime par l’éveil des passions et le désir des jouissances et n’ayant pas encore été moralisé par la vie, est le bandit à l’état pur […] ne vous y trompez pas, le plus grand danger social, c’est le bandit imberbe. »

28 Sur ce point on pourra se reporter aux très nombreux travaux des sociologues parmi lesquels : Laurent Mucchielli, Philippe Robert, Crime et sécurité, l’état des savoirs, Paris, la Découverte, 2002, 439 p. ; Laurent Bonelli, La France a peur. Une histoire sociale de l’insécurité, La Découverte, 2008, rééd. mise à jour 2010, 422 p.

29 Francis Bailleau, Yves Cartuyvels, La justice pénale des mineurs en Europe. Entre modèle Welfare et inflexions néo-libérales, Paris, l’Harmattan, 2007, 329 p.

30 Titre repris par Brian de Palma en 1983.

31 Sur le Milieu marseillais voir Laurence Montel, Marseille capital du crime. Histoire croisé de l’imaginaire de Marseille et de la criminalité organisé (1820-1940), thèse de doctorat, université de Nanterre, 2008, 2 vol., 990 f° ; « Crime organisé et politique en France. Aperçu historique », Pouvoirs. Revue française d’études constitutionnelles et politiques, no 132, 2010.

32 Sur ces héros de l’affaire Casque d’or voir Chroniques du Paris Apache (1902-1905). Mémoire de casque d’or. La médaille de mort d’Eugène Corsy, édition présenté et annotée par Quentin Deluermoz, Paris, Mercure de France, 2008, 245 p.

33 Sur les lieux du crime voir Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, p. 111-117 ; Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, 2005, (chapitre premier et chapitre V), Frédéric Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru. La violence apprivoisée au XIXe siècle, Belgique, Brepols, 1991, (chapitre VI).

34 Martin Nadaud, Mémoire de Léonard ancien garçon maçon, (1895), rééd. Paris, Hachette, 1976.

35 Michelle Perrot, Philippe Robert, Introduction au Compte général de l’administration de la justice criminelle en France pendant l’année 1880 et rapport relatif aux années 1826-1880, Genève, Champion-Statkine, 1989, 30 p.

36 Dominique Kalifa, Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, 2005, p. 115.

37 Voir bien sûr l’ouvrage fondamental de Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Plon, 1958, 566 p.

38 Louis-Mathurin Moreau-Christophe, Débats du congrès pénitentiaire de Bruxelles. Session de 1847, p. 63. Ce texte est cité par Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, Éric Pierre (dir.) Enfance et justice au XIXe siècle., p. 122.

39 Dominique Kalifa, Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, 2005, p. 117.

40 La bibliographie sur ce tournant est très importante outre Dominique Kalifa, déjà cités, mentionnons : Martine Kaluszynski, La République à l’épreuve du crime. La construction du crime comme objet politique 1880-1920, Paris, LGDJ, 2002, 251 p. ; Production de la loi et genèse des politiques pénales. La Société générale des prisons 1877-1900, Grenoble, CNRS/CERAT, 1996, 227 p. dact. ; Laurent Mucchielli (dir.), Histoire de la criminologie, Paris, l’Harmattan, 1994, 531 p. ; « Criminologie, hygiénisme et eugénisme en France (1870-1914) : débats médicaux sur l’élimination des criminels réputés “incorrigibles” », Revue d’histoire des sciences humaines, 2000, no 3, p. 57-88 ; Marc Renneville, Crime et folie. Deux siècle d’enquêtes médicales et judiciaires, Fayard, 2003, 529 p. Pour une réflexion sur le retour du concept de dangerosité et sur ses usages actuels voir Paul Mbanzoulou, Hélène Bazex, Olivier Razac, Joséfina Alvarez (dir.), Les nouvelles figures de la dangerosité, Paris, L’harmattan, 2008, 399 p.

41 Ministère de la Justice. Direction de l’Éducation surveillée, Rapport annuel à Monsieur de Garde des sceaux, Melun, Imprimerie administrative, 1947, p. 9.

42 Laurent Bonelli, « Des “classes dangereuses” à discipliner », Le monde diplomatique, mars 2008, p. 11.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540