Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ennemie intime

 | 
Frédéric Chauvaud

Troisième partie. La question sociale : de l’angoisse à l’effroi

La peur des récidivistes relégués en métropole (1945-1970)

Jean-Claude Vimont

Texte intégral

  • 1 J.-M. Renouard, Baigneurs et bagnards, Tourismes et prisons dans l’ïle de Ré, Paris, L’Harmattan, (...)

1Aux lendemains de la Libération, l’administration pénitentiaire tenta une expérience malheureuse dans l’île de Ré. Elle décida de placer des relégués récidivistes dans des chantiers extérieurs de terrassement et de culture sous la surveillance de gardiens, dans des fermes, chez des maraîchers et des petits rentiers pour des journées de jardinage. Les relégués étaient en effet regroupés dans la citadelle de Saint-Martin et cette mesure de semi-liberté semblait une transition efficace vers une libération conditionnelle, avant une libération définitive. Les Actualités françaises du 25 décembre 1945 avaient diffusé un reportage dont le titre n’était guère rassurant « L’île des réprouvés ». On y apprenait que les relégués précédemment acheminés en Guyane échouaient dans l’île. Parmi eux, figuraient quelques rapatriés du bagne de Saint-Jean du Maroni. Le commentateur précisait qu’on pouvait espérer que les meilleurs d’entre eux pourraient « de nouveau être dignes de la vie. » Paul Amor, alors directeur de l’administration pénitentiaire, mit rapidement fin à cet essai qui irritait la population locale et les édiles rétais. Une pétition signée par de nombreux maires protesta contre la concurrence de ce travail pénal. Les comportements des prisonniers choquaient. Quelques fugues et évasions instillaient un sentiment d’insécurité. Jean-Marie Renouard a bien montré que les représentations négatives de ces prisonniers, souvent assimilés à des forçats, suscitaient des craintes qui pouvaient considérablement gêner l’essor touristique de l’île. Au point que le journal local, Le Phare de Ré, décida rapidement de ne plus évoquer les incidents qui se produisaient au sein de la détention, afin de ne pas effrayer les visiteurs et les touristes1.

  • 2 Cette étude s’inscrit dans le cadre des recherches menées sur les récidivistes au sein de l’ANR «  (...)

2La France ne se débarrassait donc plus de ses incorrigibles malfaiteurs vers la lointaine Guyane, et ceci depuis 1938. Ils demeuraient en métropole au sein d’établissements pénitentiaires qui leur étaient réservés et, depuis un acte dit loi de 1942, ils pouvaient espérer bénéficier d’une libération conditionnelle au terme de trois années dites d’épreuve2. L’échec de l’expérience dans l’île de Ré incita l’administration pénitentiaire à entourer de garde-fous, de précautions multiples le cheminement chaotique vers la liberté d’hommes peu préparés à affronter les difficultés d’une société en reconstruction. De nombreuses observations pénitentiaires, psychiatriques, psychologiques, sociales devaient permettre des tris, des sélections afin de proposer des parcours adaptés à la personnalité des uns et des autres. Les spécialistes de la récidive, magistrats, criminologues ou psychiatres s’étaient rendus compte que les relégués ne formaient pas une masse indistincte. Certains présentaient des facteurs de risques certains et ne pouvaient pas être relâchés au terme des seules trois années d’épreuve. D’autres, la grande majorité, avaient besoin de structures d’assistance, de tutelles pour se maintenir à flot. Tout incident pouvait être exploité par la presse et mettre en cause les principes mêmes de cette Réforme pénitentiaire qui animait les dirigeants de l’après-guerre.

Quelques personnalités inquiétantes

3En présence de certains profils, les magistrats chargés de se prononcer sur l’octroi d’une libération conditionnelle hésitaient. Sûreté et sécurité de la société ne risquaient-ils pas d’être mises en péril ? Le concept approximatif de dangerosité est rarement employé dans les dossiers de relégués, mais l’idée est présente. En 1954, Paul B. est acheminé depuis Saint-Martin-de-Ré vers le centre d’observation de Rouen afin d’y effectuer un stage de six mois, préparatoire à une décision de libération conditionnelle. C’est un manchot dont l’avant-bras droit est prolongé d’un crochet de fer. Ancien prévôt de la maison centrale de Poissy, il a eu le bras sectionné lors d’un accident de travail. Son casier judiciaire est chargé, notamment d’une peine de cinq années de réclusion criminelle. Délinquant sexuel, il est récidiviste des attouchements sur les parties génitales des mineurs. Les rapports des éducateurs et psychiatres du centre rouennais renforcent les préventions à l’égard du personnage. Il serait alcoolique, syphilitique et débile mental. Par voie de conséquence, le magistrat présidant la commission de libération conditionnelle ne le propose même pas pour un stage de semi-liberté dans l’agglomération. Il est rangé dans la catégorie des antisociaux. Le ministère de la Justice décide de l’acheminer dans la prison d’antisociaux de Gannat. La réforme pénitentiaire pariait sur la réinsertion des récidivistes, mais estimait que certains individus devaient être définitivement mis à l’écart. Pierre Cannat, cheville ouvrière de la Réforme en matière de relégation, n’avait-il pas sous-titré son livre Nos frères les récidivistes par le rappel de cette possible alternative, l’élimination. Même si les théories de la Défense sociale étaient en passe d’être renouvelées, sous l’influence de Marc Ancel, les principaux traits de la défense sociale du premier vingtième siècle n’avaient pas disparu. Pour les incorrigibles, les ennemis déclarés de la société, ceux dont le comportement ne montrait aucun signe d’amendement, mais bien au contraire des risques pour la société, la sentence indéterminée devait permettre leur élimination. Les prisons d’antisociaux de Gannat et de Lure devaient contenir ces irréductibles. En fait, ils n’y demeuraient guère plus de deux années, bénéficiaient ensuite de stages de semi-liberté ou, pour ceux qui présentaient des troubles graves de comportement, subissaient un transfert définitif en hôpital psychiatrique.

  • 3 Archives départementales du Puy-de-Dôme, dossiers du centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand, 1 (...)
  • 4 Archives départementales du Puy-de-Dôme, dossiers du centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand, 1 (...)

4Les relégués présentant des traits comparables à ceux de Paul B. étaient tout à fait minoritaires. Sur un échantillon de 280 dossiers de relégués conduits au centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand à partir des centres d’observation de Lille, de Rouen, de Besançon, de Saint-Étienne ou depuis la prison de Gannat, on ne dénombre que 12 % de détenus ayant été sanctionnés de peines criminelles par des cours d’assises. Seuls six dossiers présentent des crimes ou des délits à caractère sexuel. Et dans ce nombre, on remarque quelques actes d’exhibitionnisme ou d’attouchements commis en état d’ivresse par des vagabonds. Les proportions sont comparables (moins de 2 % de délinquants sexuels) dans les centres d’observation qui reçoivent directement depuis le camp de Mauzac et la citadelle de l’île de Ré les relégués ayant achevé leurs trois années d’épreuve. Il n’empêche que le passé judiciaire de certains individus et la nature de leurs infractions suscitent méfiance, préventions et précautions. Car la presse est prompte à offrir des stéréotypes malveillants à son lectorat. Au début des années soixante, l’enquête de Charles Vanhecke dans Libération présente ainsi les relégués : des voleurs et des violeurs, avec cette précision, violeurs de mineurs et alcooliques exhibitionnistes. Une minorité de relégués contribue à stigmatiser la majorité et à effrayer. C’est explicite dans le dossier réalisé en 1966 par l’éducateur de Clermont-Ferrand à propos d’un récidiviste des attentats à la pudeur sur des mineurs de huit et dix ans : « En raison des graves incidents (affaires J. et L.) qui, au cours des dernières semaines, ont traumatisé l’opinion publique et l’ont dressée contre notre expérience, il serait plus que maladroit de risquer d’aller au devant d’incidents bien plus graves encore, puisque mettant en jeu l’innocence et peut-être la vie de jeunes enfants en mettant en liberté un voyou, pervers sexuel, physiquement aussi dangereux3. » À la lecture du dossier pénitentiaire de cet alsacien né en 1910, on saisit l’ensemble des préventions et préjugés qui incitaient les observateurs à la prudence. La jeunesse de cet enfant issu d’ouvriers en filature eut pour cadre une maison de correction à Zelsheim dans le Bas-Rhin, maison tenue par des religieux. Il n’y apprit pas grand-chose durant les seules trois heures de cours par semaine, appelées pompeusement « cours du soir », occupé principalement au tricotage mécanique de bas. Un éducateur de Loos-lès-Lille appréciait ainsi ce séjour de six années : « Les traitements de la maison de correction le durcirent. De dissipé, peu enclin au travail scolaire, il devint méchant et sournois. » Suivent quelques séjours en prison pour des vols, puis un engagement de cinq années dans la Légion, de 1935 à 1940. D’autres vols le conduisent à une première condamnation à la relégation en 1950. Il échoue à deux reprises en libération conditionnelle en 1954 et en 1957, accumulant les années d’emprisonnement à Mauzac et à l’île de Ré. En 1958, il est sanctionné une seconde fois de la relégation et d’un an de prison à la suite d’un attentat à la pudeur sur un garçonnet de huit ans. Il est au centre d’observation de Lille en 1962. Il ne tarde pas à en être exclu pour s’être exhibé devant une fillette de dix ans, alors qu’il était en état d’ivresse. Classé antisocial, il est envoyé pour quarante et un mois à Lure, en Haute-Saône, le seconde prison d’antisociaux. Il échoue enfin à Clermont-Ferrand en 1966 où l’éducateur ne l’apprécie guère. À ses yeux, son bon comportement masque une absence totale d’amendement. C’est un dangereux pervers sexuel, un être complètement déchu humainement et socialement. Les mots sont durs. Il force le trait en signalant qu’en détention, il est un pédéraste passif qui est considéré comme une « femme » par ses codétenus. L’éthylisme exacerbe ses pulsions en direction des enfants. Le juge de l’application des peines suit les recommandations de l’éducateur. Cet individu, sénilisé à 54 ans, a des « perversions sexuelles inguérissables. Sa réinsertion sociale est impossible. Il doit être exclu du centre de semi-liberté et placé en centre fermé4 ».

  • 5 Archives départementales du Puy-de-Dôme, dossiers du centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand, 1 (...)
  • 6 Archives départementales de l’Allier, dossiers de la prison d’antisociaux de Gannat, 1802 W10 et 1 (...)

5L’éducateur avait mentionné une affaire qui avait choqué la population de Clermont-Ferrand. Il s’agissait d’un incident qui avait impliqué Marcel L. en mai 1966. Les relégués du centre de semi-liberté fréquentaient un bistrot de la ville. Le 9 mai, Marcel L. agressa sauvagement le patron du débit de boisson à coups de chaise pour lui voler 300 F. Marcel L. était d’origine sicilienne et il avait passé sa jeunesse dans des Institutions publiques d’éducation surveillée (IPES). Il intégra ensuite une petite bande de malfrats de la région parisienne, bénéficia de deux non-lieux pour des affaires de meurtre, fréquenta des prostituées et commit des vols. Relégué à 29 ans, il est perçu par l’éducateur de Clermont-Ferrand comme un homme du milieu de petite envergure, prédisposé à devenir truand par son origine sicilienne5. La presse locale et régionale relevait tous les incidents commis par les relégués en semi-liberté ou en libération conditionnelle. Nous avons déjà relevé ce cas dans la presse de l’Eure à propos des relégués qui étaient hébergés dans le château de Radepont et qui commettaient quelques vols à la roulotte, vols de linge dans les jardins et bagarres dans des débits de boisson des communes environnantes. On s’émouvait alors de la générosité de l’administration pénitentiaire pour des incorrigibles que certains journalistes vouaient à quelque bagne éloigné. Les méfaits des relégués effrayaient quelque peu, car on en faisait des êtres à part dans les portraits à charge des chroniqueurs judiciaires. Ils généraient irritation et ce que l’on nommerait aujourd’hui un sentiment d’insécurité. Les autorités pouvaient craindre des incidents plus graves. Ils furent très rares. En 1952, un ouvrier métallurgiste vit sa libération conditionnelle révoquée. Il avait tenté d’étrangler une lilloise qui lui résistait. Il affirmait que c’était « par peur » qu’il avait agi ainsi. Ecroué à Gannat, le psychiatre compléta le portrait du personnage : « On avait trouvé chez lui des vêtements et des sous-vêtements de femmes. Il s’en servait pour s’habiller. Le fait de revêtir combinaisons et culottes provoquait chez lui des jouissances, des jouissances sadiques. » Les personnels de Gannat hésitèrent à le proposer pour une semi-liberté. L’assistante sociale y était favorable « malgré ses tendances anormales », le psychiatre également. Il n’était plus trop obsédé, se masturbait, mais n’avait plus de pulsions. Et à 47 ans, il était vieilli prématurément6.

6Dans les centres d’observation, une grande méfiance entoure ceux qui sont soupçonnés d’appartenir au Milieu. De grandes affaires de banditisme, des hold up commis avec des tractions ont fait la une de l’actualité aux lendemains de la Libération. Une nouvelle génération de gangsters semble émerger, mêlant anciens résistants et anciens gestapistes, n’hésitant pas à faire usage de leurs armes contre les convoyeurs de fonds et même contre les policiers qui les traquent. Les centres sont installés dans de grandes métropoles industrielles. On craint que les relégués, lors de permissions de sorties ou lors de leur semi-liberté, ne nouent des liens avec les délinquants de la ville. La fréquentation de bars mal famés, les rencontres avec des prostituées peuvent valoir une réintégration et un refus de la liberté conditionnelle. Encore une fois, les casiers judiciaires pèsent lourds. Systématiquement, les souteneurs sont rangés dans l’univers de la pègre, qu’elle soit parisienne ou provinciale. Les auteurs de vols aggravés, d’attaques à main armée, déférés devant des jurés d’assises, frappés de peines de travaux forcés ou de réclusion, sont accusés d’avoir des conceptions antisociales qui présentent un danger pour la société. Il en va de même pour ceux qui sont atteints par l’incrimination d’association de malfaiteurs. Quelques comparses d’affaires qui ont fait la une des journaux figurent parmi les relégués, mais ils sont très peu nombreux.

  • 7 Archives départementales du Puy-de-Dôme, dossiers du centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand, 1 (...)

7Les comportements dans les centres d’épreuves ou dans les centres d’observation sont également pris en compte par les commissions de libération conditionnelle. Fréquenter les joueurs de poker du camp de Mauzac n’est pas un signe positif, de même que faire partie d’un clan de « gitans », selon l’expression approximative en vigueur à cette époque. S’exprimer en argot, être tatoué, se vanter de son passé délinquant, mépriser éducateurs et surveillants sont aussi mal notés. Les tentatives d’évasions, les évasions suivies de récidive pèsent également lourd. Les entretiens que mènent les éducateurs servent à mesurer le degré d’amendement ou d’hypocrisie des sujets. Ils se méfient des meneurs qui sont admirés par les petits voleurs, comme de ceux qui ne se font pas remarquer, jouent le jeu, sont en apparence dociles, mais pour sortir au plus vite de la relégation et éventuellement poursuivre leur carrière criminelle. Paul H. arrive au centre d’observation de Besançon en 1954. Il a déjà accompli seize années de détention, à cause d’une peine de quinze années de travaux forcés (de 1941 à 1950, à la suite de remises de peine) de trois années comme relégué, de quelques années et mois supplémentaires pour des condamnations antérieures à la suite de vols, de coups et blessures. La peine de travaux forcés a sanctionné des vols qualifiés, des attaques à main armée en association de malfaiteurs. Il est perçu comme un antisocial dangereux et le rapport de l’éducateur de Besançon indique que « sa longue détention n’a pas amoindri sa dangerosité ». Qualifié de meneur, il est incarcéré dans une prison d’antisociaux. En mai 1958, il est encore au centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand, qualifié d’éthylique chronique, incapable de se maintenir en liberté à cause de son ivrognerie, réintégré à douze reprises. L’étiquette d’antisocial dangereux continue de le suivre7.

  • 8 Archives départementales de Seine-Maritime, dossiers du centre d’observation de Rouen, 3 735 W 53.
  • 9 Archives départementales du Puy-de-Dôme, dossiers du centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand, 1 (...)
  • 10 Archives départementales du Puy-de-Dôme, dossiers du centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand, 1 (...)
  • 11 Archives départementales de Seine-Maritime, dossiers du centre d’observation de Rouen, 3 735 W 56.

8Quelques relégués n’acceptent pas le « régime progressif » de la relégation, campent dans leur hostilité à la société, à la justice. Ils sont dits revendicateurs, meneurs, inamendables. Quelquefois, assez rarement, ils ne regrettent aucunement leur délit ou leur crime. C’est le cas d’un fort des halles qui se vante d’avoir assommé une femme pour la voler, ne regrettant que d’avoir été pris. Le psychiatre du centre d’observation de Rouen le considère comme « parfaitement immoral, sournois, dangereux car absolument pas amendé, parlant de sa dernière condamnation avec une indifférence totale8. » En décembre 1963, le centre de Clermont-Ferrand héberge un ancien caïd de la maison de correction d’Aniane. Il a été relégué dès l’âge de 23 ans et frappé de huit années de travaux forcés pour avoir agressé et torturé des femmes seules afin de les voler. Il professe des « conceptions antisociales qu’il dispense sous des idées pseudo-politiques. » Sa déviance est assimilée à celle des Blousons noirs, « irréfléchie, cruelle, primitive ». L’éducateur conseille vivement au juge de l’application des peines de ne pas l’autoriser à être mis en liberté conditionnelle : « Nous sommes même effrayés de la responsabilité que prend l’administration en remettant en circulation un tel individu qui est dangereux pour les personnes et l’ordre social. En ce qui nous concerne, nous souhaiterions pouvoir le maintenir indéfiniment en prison9. » Les prisonniers qui se vantent d’avoir été de gros « casseurs », pestant contre le travail honnête et se moquant des « caves » qui vont quotidiennement en usine, sont très mal vus par les éducateurs des centres. Un souteneur en stage à Rouen en 1955 explique ses actes délictueux ainsi : « Commettre un délit est une vacherie contre la société. Je me venge. Je préfère trafiquer que travailler. » Ses fanfaronnades le mènent dans la prison d’antisociaux de Lure puis en stage disciplinaire dans la maison centrale de Nîmes avant d’aboutir en mai 1962 à Clermont-Ferrand où il est jugé irrécupérable10. La professionnalité de certains délinquants suscite la méfiance. La succession des condamnations pour un même type de délit démontrerait un ancrage dans la délinquance professionnelle. Les proxénètes, les voleurs et cambrioleurs de métier, plus ou moins spécialisés, semblent incapables de redevenir honnêtes. Leur libération signifie prise de risque pour les autorités. La tentation de les figer dans des catégories pré-construites est présente dans bien des dossiers. Un souteneur a, paraît-il, le « type même du truand méridional », il est décrit ainsi par les observateurs lillois en 1953 : « Il peut être considéré comme un antisocial qui s’est construit une morale en marge. Son incarcération prolongée ne fait que développer l’agressivité. C’est un caïd, un meneur et un revendicateur. Il refuse de travailler ou d’effectuer des corvées avec les détenus qui ne lui plaisent pas. » La libération conditionnelle lui est refusée à cette date, comme plus tard, en 1958, à Clermont-Ferrand. Les « durs », ceux qui ont un « long passé de casseurs », sont suspectés d’être des récidivistes en puissance et le principe de périculosité prolonge leurs incarcérations pour prémunir la société. En 1959, un évadé corse du centre de Rouen, Ange L., relégué pour des vols11, fut ultérieurement condamné aux États-Unis pour avoir été un membre influent de la French Connection (en 1967), puis pour trente-sept attaques à main armée (en 1993, à l’âge de 79 ans).

  • 12 Archives départementales de l’Allier, dossiers de la prison d’antisociaux de Gannat, 1 185 W 14.

9Le passé pénal et l’absence de volonté de réinsertion pouvaient susciter des craintes chez les personnels qui avaient en charge ces détenus si particuliers. Mais la grande majorité des relégués ne présentait guère de dangerosité. Les asociaux abouliques, les clochards, les voleurs de poules et pilleurs de troncs n’effrayaient guère. Ils irritaient, car bien souvent incapables de se bien conduire en liberté. Les fugues lors de sorties promenades, les évasions en semi-liberté, les menus délits commis en ces occasions risquaient de compromettre une expérimentation pénale aux principes généreux. Des employeurs se plaignaient, tout comme les dirigeants d’œuvres caritatives. La presse locale relayait les plaintes des habitants. L’alcoolisme concernait plus de la moitié des relégués. Les premiers pas en liberté étaient souvent synonymes de séjours prolongés dans des cafés. Retours en état d’ivresse, injures aux gardiens faisaient le quotidien des centres. Toutes ces menues déviances étaient lourdement sanctionnées, valaient au mieux une réintégration en maison d’arrêt, puis un transfert dans un centre de semi-liberté à Bordeaux, à Clermont-Ferrand ou à Saint-Sulpice-la-Pointe pour les anciens ouvriers agricoles, mais des stages disciplinaires en maisons centrales pouvaient également être décidés par la direction de l’administration pénitentiaire. Les relégués « réintégrés », une, deux, trois fois, prolongeaient leur parcours au sein de l’univers carcéral de la relégation. Ils n’effrayaient plus guère, usés par l’empreinte pénitentiaire, mais lassaient les personnels qui ne cessaient de les voir revenir. Plusieurs reportages mentionnent un « milieu des relégués » où les plus anciens qui n’y croient plus guère, renvoient une image de déchéance prononcée qui effraie ceux qui entrent en relégation. C’est l’image de la déchéance, de vies gâchées, de corps abîmés qui est renvoyée comme une menace d’avenir pour les plus jeunes. C’est la crainte de la contamination. Dans les dossiers, des lettres montrent ce refus de l’assimilation, ce mépris pour les « cloches », pour les « ivrognes » qui accumulent les années de relégation. Des escrocs, des gangsters, de jeunes voyous s’effraient de devoir côtoyer des ouvriers agricoles analphabètes, des vagabonds devenus piliers de prison et agents nonchalants du service général. Les handicapés, les malades, ceux qui souffrent de troubles mentaux contribuent à la mauvaise image de cette communauté d’hommes souvent vieillis prématurément, des « pauvres types » englués dans les « bas-fonds » de l’univers carcéral. La peur de sombrer dans la déchéance anime tous ceux qui multiplient les correspondances pour disposer d’emplois, de logements, d’autorisations de résidence pour accéder à la libération conditionnelle. En 1957, un escroc récidiviste des chèques sans provision écrit cette lettre où il décrit le camp de Mauzac : « J’ai été au camp concentrationnaire de Mauzac en Dordogne où l’enfer commença. J’y restais quarante-deux mois à côtoyer des individus qui par plaisir se vautrent dans la fange. Mauzac c’est l’école professionnelle où le vice, les jeux, l’ivrognerie, l’homosexualité se sont donnés rendez-vous. J’ai tout tenté pour me faire enlever de cette “tourbe humaine”12. »

  • 13 Archives départementales de l’Allier, dossiers de la prison d’antisociaux de Gannat, 1 185 W 18.
  • 14 Archives départementales de l’Allier, dossiers de la prison d’antisociaux de Gannat, 1 185 W 15 et (...)
  • 15 Archives départementales de l’Allier, dossiers de la prison d’antisociaux de Gannat, 1 185 W 15 et (...)

10Il reste une catégorie de relégués récidivistes qui provoque l’embarras des personnels et le désir d’établissements spécialisés pour l’accueillir. Ce sont les détenus présentant des troubles de comportement, troubles mentaux plus ou moins lourds, agressifs et parfois violents. Ainsi un vagabond, récidiviste des vols de récolte, est recommandé pour un établissement de « défense sociale » par le psychiatre Vullien du centre de Lille, en 1949. Les surveillants décrivent une taille au-dessus de la moyenne, des colères et des violences fréquentes, un cyclothymique dangereux pour la société. Cela lui vaut une incarcération supplémentaire à Gannat13. Cerner ce groupe n’est pas chose aisée, car les dossiers usent de concepts criminologiques et psychiatriques qui renvoient à des théories anciennes à forte connotation biologique. Il n’est pas rare de lire encore en 1969 que tel ou tel est un « hérédo-syphilitique dégénéré », au « faciès dismorphique » ou encore un « délinquant-né » ou un « criminel-né ». Les transferts au Centre national d’observation (CNO) de Fresnes ou à l’hôpital-prison de Château-Thierry ne sont pas toujours motivés par des troubles psychiatriques, mais plutôt par de l’indiscipline ou des actes de révolte. Les dossiers de la prison d’antisociaux de Gannat, complétés des appréciations recueillies dans les centres d’observation de Rouen, de Besançon, de Saint-Etienne et de Lille, présentent cependant des récidivistes dont la place n’est pas dans l’univers pénitentiaire. L’administration n’hésite pas, dans ces cas particuliers, à les faire interner dans des hôpitaux psychiatriques, à Yzeure ou dans les annexes psychiatriques des prisons de Lyon. C’est le sort subi par un docker de Gannat, décrit par le psychiatre Blanchet comme « un déséquilibré psychique aux actes coléreux et impulsifs à répétition14 ». Se débarrasser vers les hôpitaux psychiatriques de relégués présentant des troubles suscitait des protestations de la part des médecins. Ils exigeaient que l’administration pénitentiaire les conserve. En 1959, les psychiatres de Moulins-Yzeure refusaient de recevoir à nouveau un personnage agressif, fermé, acceptant mal le contact des autres détenus, tantôt agressif, tantôt dépressif, menaçant de se suicider. Les professionnels de la santé réclamaient un établissement carcéral et psychiatrique. Il fut évacué en janvier 1960 vers le CNO de Fresnes15. La santé mentale de certains détenus se détériore au fil des années d’emprisonnement. Des délires chroniques de persécution sont parfois constatés. Les détenus récriminent, sont aigris, ne cessent d’écrire au Garde des Sceaux. En 1960, un détenu de Gannat bénéficie d’une relève de la relégation pour être interné à Yzeure, après dix années dans l’univers de la relégation. Une expertise psychiatrique avait justifié cette décision :

  • 16 Archives départementales de l’Allier, dossiers de la prison d’antisociaux de Gannat, 1 185 W 14 et (...)

« Ce sujet présente tous les éléments de la personnalité paranoïaque : une méfiance exacerbée, sentiment d’hostilité et de malveillance de l’entourage. Il a un mode de raisonnement paralogique, avec des interprétations fausses et irréductibles. Il a un comportement revendicateur et inadapté. En continuité avec cette personnalité morbide qu’il y a lieu de considérer comme constitutionnelle, on assiste à l’installation d’un délire chronique16… »

11Ils furent plusieurs dans ce cas. Les hôpitaux psychiatriques et les internements administratifs permettaient ces fameuses « mesures de sûreté » qu’appelaient de leurs vœux les partisans de la défense sociale.

*

12On aurait pu penser que la relégation en métropole serait un échec, que les « incorrigibles » allaient semer le trouble dans les villes et les campagnes, s’ils bénéficiaient des adoucissements envisagés par la réforme pénitentiaire. Certains profils pouvaient légitimement effrayer. Les incidents furent mineurs, ponctuels. Nulle grande affaire ne mit un relégué sous les feux de l’actualité des faits divers. Le dispositif mis en place par Pierre Cannat comportait de nombreux garde-fous qui isolèrent les relégués du reste de la population. Tout faux pas en libération conditionnelle était sanctionné par un retour dans l’univers carcéral spécifique des relégués. Certains y demeurèrent plus de vingt ans. La peur qu’avaient éprouvée les habitants de l’île de Ré en 1946 se mua en indifférence. Quelques frasques, quelques « bordées », quelques menus délits irritaient. Mais les relégués demeuraient confinés dans un réseau adapté à leur personnalité. Des centres de semi-liberté, des foyers de relèvement par le travail animés par l’Armée du Salut, des prisons d’antisociaux, des stages disciplinaires dans les maisons centrales de Nîmes ou de Riom, ou encore, pour les récalcitrants indisciplinés, dans la prison cellulaire de Beaune, régulaient cette petite récidive. Au besoin, les établissements médicalisés palliaient les dysfonctionnements du dispositif. Et les hôpitaux psychiatriques et les hospices de vieillards accueillaient ceux qui ne pouvaient vivre en liberté. L’important taux d’échec en libération conditionnelle, que soulignent les rapports annuels de l’administration pénitentiaire était compensé par les réintégrations dans les centres et les prisons. La France en reconstruction, la France des trente Glorieuses supporta sans s’émouvoir la présence sur son sol de ceux que les républicains de 1885 ne supportaient plus.

Notes

1 J.-M. Renouard, Baigneurs et bagnards, Tourismes et prisons dans l’ïle de Ré, Paris, L’Harmattan, 2007.

2 Cette étude s’inscrit dans le cadre des recherches menées sur les récidivistes au sein de l’ANR « Sciences, savoirs et politique de l’exécution des peines en France (Siencepeine) (Projet no ANR-09-SSOC-029) » et prolonge plusieurs articles sur ce sujet : « Des corps usés et maltraités, les multirécidivistes relégués de 1938 à 1970 » dans Frédéric Chauvaud (dir.), Corps saccagés, Une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 163-174 ; « L’observation des relégués (1947-1970) », Crime, Histoire et Sociétés, vol. 13, no 1, 2009, p. 49-72 ; « La honte sociale et l’historien », Histoire@politique, Politique, culture, société, revue électronique du centre d’histoire de Sciences Po, no 7, janvier-avril 2009 ; « Le « traitement » des relégués en France après 1945 et les concepts de Lombroso », Essais de philosophie pénale et de criminologie, Dalloz, vol. 8, 2009, p. 129-148 ; « Stigmatisation et souffrance sociale des relégués, 1947-1970 », dans Histoires de la souffrance sociale, Frédéric Chauvaud (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 63-73 ; « L’œuvre salutiste de Radepont et l’assistance aux relégués », Mémoires de la protection sociale en Normandie 2005, no 4, p. 103-124 ; « La haine des récidivistes après 1945 », dans Frédéric Chauvaud et Ludovic Gaussot, La haine, Histoire et actualité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 255-264 ; « Les missions des assistantes sociales dans la réforme pénitentiaire après 1945 », Mémoires de la protection sociale en Normandie, no 6, 2007, 89-96 ; « La jeunesse des relégués (1942-1970) », dans J.-C. Caron, A. Stora-Lamarre et J.-J. Yvorel, Les âmes mal nées, Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, p. 341-353 ; « La dangerosité des relégués « antisociaux » en France de 1948 à 1970 » dans P. Mbanzoulou, H. Bazeix, O. Razac, J. Alvarez, Les nouvelles figures de la dangerosité, Paris, L’Harmattan, Collection Sciences criminelles, 2008, p. 41-51 ; « Les récidivistes au cœur de la réforme pénitentiaire » dans J.-P. Allinne et M. Soula (dir.), Les récidivistes, représentations et traitements de la récidive XIXe-XXe siècle, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 197-206 ; « Pierre Cannat, cheville ouvrière des réformes pénales après 1945 » dans Les intellectuels dans la cité, Identité, sociabilité et fonctions intellectuelles, de l’Antiquité à nos jours, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011 (à paraître) ; « Les dossiers judiciaires de personnalité et la réforme pénitentiaire (1945-1970) dans L. Bantigny et J.-C. Vimont, Sous l’œil de l’expert, les dossiers judiciaires de personnalité, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010, p. 147-164.

3 Archives départementales du Puy-de-Dôme, dossiers du centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand, 1 124 W 256.

4 Archives départementales du Puy-de-Dôme, dossiers du centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand, 1 124 W 256.

5 Archives départementales du Puy-de-Dôme, dossiers du centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand, 1 124 W 264. L’éducateur de Clermont-Ferrand, durant les années soixante, se défie particulièrement de ce qu’il appelle les « délinquants ethniques », corses, siciliens, juifs, algériens et surtout « gitans ». À ses yeux, des éléments culturels propres à leur communauté les prédisposeraient au crime. Pour Marcel L. il écrit par exemple sur son origine sicilienne : « Les siciliens ont une mentalité spéciale, faite d’une activité frustre et déviée, axée sur l’honneur familial, ce qui n’empêche pas les frères et sœurs de coucher ensemble et qui prédispose, comme pour la majorité des méditerranéens à la carrière de souteneur. »

6 Archives départementales de l’Allier, dossiers de la prison d’antisociaux de Gannat, 1802 W10 et 1 185 W 15.

7 Archives départementales du Puy-de-Dôme, dossiers du centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand, 1 124 W 256.

8 Archives départementales de Seine-Maritime, dossiers du centre d’observation de Rouen, 3 735 W 53.

9 Archives départementales du Puy-de-Dôme, dossiers du centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand, 1 124 W 265.

10 Archives départementales du Puy-de-Dôme, dossiers du centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand, 1 124 W 267.

11 Archives départementales de Seine-Maritime, dossiers du centre d’observation de Rouen, 3 735 W 56.

12 Archives départementales de l’Allier, dossiers de la prison d’antisociaux de Gannat, 1 185 W 14.

13 Archives départementales de l’Allier, dossiers de la prison d’antisociaux de Gannat, 1 185 W 18.

14 Archives départementales de l’Allier, dossiers de la prison d’antisociaux de Gannat, 1 185 W 15 et 1 802 W 9.

15 Archives départementales de l’Allier, dossiers de la prison d’antisociaux de Gannat, 1 185 W 15 et 1 802 W 10.

16 Archives départementales de l’Allier, dossiers de la prison d’antisociaux de Gannat, 1 185 W 14 et 1 802 W 10.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540