Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ennemie intime

 | 
Frédéric Chauvaud

Troisième partie. La question sociale : de l’angoisse à l’effroi

Introduction

Frédéric Chauvaud

Texte intégral

1La question sociale est une façon contemporaine d’interroger la vie en société et de procéder, en quelque sorte, à un découpage de la peur qui irait de l’angoisse à l’effroi. Un dictionnaire usuel du XIXe siècle, comme le Dictionnaire des sciences, des lettres et des arts, définit l’angoisse comme « le sentiment de resserrement à la région épigastrique, accompagné d’une grande difficulté de respirer et d’une tristesse excessive : c’est l’ultime degré de l’anxiété ». Cette dernière viendrait soit de la vue d’un danger, il s’agit donc d’une perception ou d’une projection, soit d’une « commotion morale », autrement dit d’un traumatisme qui a pour particularité d’être « répété ». Solange Vernois propose une exploration d’un domaine méconnu, celui de la lâcheté sociale. La peur est en effet un « emballement général » de l’imagination, mais c’est aussi une prise de conscience d’un rapport de force, favorable ou défavorable. Elle est donc une des composantes essentielle de la vie sociale.

2Pour définir l’effroi, il faut avoir recours à un autre instrument, car le lexicographe du XIXe siècle, du moins Bouillet, qui est aussi l’auteur du Dictionnaire universel d’Histoire et de géographie, ne s’y intéresse pas. Un « usuel » de la seconde moitié du XIXe siècle considère que l’effroi est une « grande frayeur », ajoutant « personne ou chose qui est un sujet de frayeur ». La troisième partie du présent ouvrage se situe ainsi dans le domaine de la perception de la réalité sociale qui concerne des individus, des groupes ou des phénomènes sociaux comme les épidémies ou la sécurité.

  • 1 Jean-Pierre Bardet, Patrice Bourdelais, Pierre Guillaume, François Lebrun, Claude Quétel (dir.), P (...)
  • 2 Pierre Guillaume, Du désespoir au salut : les tuberculeux aux XIXe et XXe siècle, Paris, Aubier, 1 (...)

3Si les maladies et les épidémies sont l’objet de multiples discours depuis le XVIe siècle, c’est plus tardivement, au XIXe, que la dimension sociale est prise en considération. Eugène Sue colporte une conception plus ancienne, celle de la punition divine ou de la fatalité : « un terrible voyageur a lentement parcouru la terre d’un pôle à l’autre… du fond de l’Inde et de l’Asie aux glaces de la Sibérie jusqu’aux grèves de l’océan français. Ce voyageur, mystérieux comme la mort, lent comme l’éternité, implacable comme le Destin, terrible comme la main de Dieu, c’était : le Choléra ». Or le choléra suscite d’emblée de fortes réactions sociales. Une fois la « grande flambée » de 1832 retombée, on s’interroge de toutes parts sur les causes du fléau. Les craintes ancestrales font place à des peurs nouvelles. Ce sont ensuite d’autres épidémies ou contagions qui suscitent inquiétudes, peurs et terreurs, même si elles étaient connues depuis longtemps, comme la syphilis ou la tuberculose1. Concernant cette dernière, Stéphane Henry, la traque entre 1900 et 1939, montrant après Pierre Guillaume2, la gamme des craintes qu’elle suscite. Il débusque même la « tuberculophobie », expression inventée en 1934 par deux médecins. Il est vrai que si la phtisie pulmonaire donne lieu à des publications dès 1810, si on découvre la tuberculose parmi les classes aisées mais aussi au village comme l’attestent plusieurs thèses de médecine du début du XXe siècle, la tuberculose individualise le malade. En effet, le choléra donne l’impression de surgir et de s’abattre massivement sur les uns et les autres, tandis que la tuberculose semble perpétuelle, ne connaissant pas de « poussée », agissant de manière silencieuse et sournoise. C’est presque une maladie de la lenteur dont le rythme ne connaît pas d’accélération et qui effraye d’autant plus qu’avant de se déclarer elle semble jouer sur l’attente et la peur insidieuse qui l’accompagne. Romanciers et nouvellistes ont usé de la personnification pour lui attribuer des qualités et des comportements de maraudeurs et d’hommes de l’ombre, agissant toujours dissimulés. En frappant régulièrement des hommes et des femmes, elle renouvelle les modalités de la peur. Mais ce n’est plus seulement la maladie qui est un sujet de frayeur, malgré la révolution pastorienne et les savoirs consolidés sur la tuberculose, les malades eux-mêmes sont l’objet d’un regard neuf. Sans se l’avouer derrière eux on aperçoit le spectre du pestiféré ou du lépreux.

  • 3 Françoise Briegel et Michel Porret (dir.), Le criminel endurci, récidive et récidivistes du Moyen (...)
  • 4 Jean-Pierre Allinne et Mathieu Soula (dir.), Les Récidivistes. Représentations et traitements de l (...)

4Le danger criminel a également donné lieu à d’intenses phénomènes de dramatisation. Très tôt, le « gibier pénal » fait peur et devient par la suite un des fléaux sociaux de la société contemporaine. Le plus souvent ce ne sont pas les brigands, les assassins de renom qui retiennent durablement l’attention. En effet, ce sont les « hommes endurcis » qui alarment les autorités et l’opinion publique3. Pour le législateur, la principale figure du « délinquant d’habitude » est le vagabond, mais pour les hommes et les femmes ordinaires, le récidiviste est d’abord un personnage inquiétant. Il est en effet, dans l’imaginaire collectif, celui qui suscite l’effroi. Récidiviste sanguinaire, il échappe aux mailles du filet, nargue la police, se moque de la justice et sème la désolation4. Si la loi du 27 mai 1885 sur la relégation a « éloigné de la métropole les multirécidivistes », celle du 26 mars 1891, connue sous le nom de loi Béranger, a édicté des « mesures de rigueur » contre les récidivistes, visant en particulier les récidivistes correctionnels ayant précédemment subi une peine d’une année d’emprisonnement. Les statistiques sont alors brandies : il y aurait, écrit-on en 1887, un peu plus de 80 000 récidivistes, ils atteignent presque la barre des 110 000 en 1894. La récidive devient ainsi « la règle dans la vie criminelle » et pour Henry Joly la récidiviste pose la question du « penchant au mal ». Jean-Claude Vimont s’intéresse aux récidivistes lors d’une période plus méconnue. Après la Seconde Guerre mondiale, ils sont l’objet d’un nouveau regard. Ils se montrent effrayants non pas pour leur dangerosité, mais plutôt pour ce qu’ils représentent. Des relégués conduits au centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand, seuls 12 % avaient été condamnés par une cour d’assises. En revanche, « les asociaux abouliques, les clochards, les voleurs de poules et pilleurs de troncs », ne provoquent pas de craintes particulières car personne ne les imagine en train de fomenter une révolte ou d’agresser physiquement quelqu’un. Mais ils suscitent malgré tout une grande anxiété car ils sont considérés comme plus ou moins « irrécupérables ». De la sorte, certains relégués renvoient l’image de la déchéance et d’« une menace d’avenir pour les plus jeunes ».

5Il reste alors parmi les grandes figures de la criminalité et de l’angoisse sociale : le mineur délinquant. Dès 1825 la Gazette des tribunaux, périodique judicaire important qui sera absorbé par la Gazette du palais au mitan du XXe siècle donne quelques exemples de jeunes enfants âgés d’une dizaine d’années responsables d’actes inouïs et cruels. À partir des années 1880, la presse spécialisée s’inquiète de la croissance de la délinquance ou de la criminalité juvénile. La société prend peur de sa jeunesse, met en place le tribunal pour enfant et multiplie les observations et enquêtes. Pour autant, la peur n’est pas linéaire. Jean-Jacques Yvorel, pour les garçons, et David Niget, pour les filles, montrent bien comment se construisent les peurs. Ces enfants que l’on souhaite dompter sont les enfants du crime, ceux qui « échappés déjà de l’école primaire, livrés sans contrepoids aux suggestions de la rue, de la presse immonde, de l’atelier et du cabaret ». Observer le comportement des enfants criminels revient, pour les contemporains, à s’interroger sur la nature humaine. Certains agissements suscitent une intense surprise et apportent la preuve que le mal existe. Il n’a pas besoin d’un terreau social ou d’un creuset familial pour se développer. Il semble avoir trouvé refuge dès le plus jeune âge auprès de telle ou telle personnalité. Nous ne sommes pas très loin de la théorie des tempéraments remise périodiquement au goût du jour. Dans les pages qui suivent, les auteurs tiennent compte à la fois des comportements et des discours sur les peurs. Le fait de montrer, d’interpréter et de nommer la peur de l’autre possède une dimension plus politique, car c’est une façon de disqualifier un individu, un groupe ou une population.

  • 5 Jean-Jacques Clère et Jean-Claude Farcy (dir.), Le juge d’instruction. Approches historiques, Dijo (...)

6Mais la peur sociale, c’est aussi, parfois, celle de l’institution judicaire suivie par Pauline Chaintrier. En effet, pour les communautés villageoises ou de quartier, il importe le plus souvent de régler les différends entre soi. Le recours à l’arrangement ou à d’autres formes de conciliation est privilégié. La vengeance, comme mode radical de régulation, est parfois excusée, car chacun semble redouter l’intrusion de la justice officielle. Dans les Cahiers de doléances de la fin du XVIIIe siècle, de nombreuses voix souhaitent ardemment une réforme du personnel et du fonctionnement de la justice. Après la « consolidation » napoléonienne, la justice reste redoutée. Les juges d’instruction5 ont le pouvoir, d’interroger qui ils souhaitent, d’enfermer qui bon leur semble, provoquant la ruine des familles et le désastre d’une existence. Ces perceptions ne résument certes pas toutes les images de la justice, mais elles donnent ainsi à l’anxiété sociale des couleurs neuves.

Notes

1 Jean-Pierre Bardet, Patrice Bourdelais, Pierre Guillaume, François Lebrun, Claude Quétel (dir.), Peurs et terreurs face à la contagion, Paris, Fayard, 1988, 442 p

2 Pierre Guillaume, Du désespoir au salut : les tuberculeux aux XIXe et XXe siècle, Paris, Aubier, 1986, 376 p.

3 Françoise Briegel et Michel Porret (dir.), Le criminel endurci, récidive et récidivistes du Moyen Âge au XXe siècle, Genève, Droz, 2006, 395 p.

4 Jean-Pierre Allinne et Mathieu Soula (dir.), Les Récidivistes. Représentations et traitements de la récidive, XIXe-XXIe siècle, Rennes, PUR, 2010, 286 p.

5 Jean-Jacques Clère et Jean-Claude Farcy (dir.), Le juge d’instruction. Approches historiques, Dijon, EUD, coll. « Institutions », 2010, 320 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540