Version classiqueVersion mobile

Le peuple de la forêt

 | 
Sébastien Jahan
, 
Emmanuel Dion

La grande famille des bois

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Lambeaux de famille

  • 1 Sur ces renchaînements en milieu rural, on peut consulter Segalen (Martine), Quinze générations de (...)
  • 2 Les exemples qui suivent ont déjà été présentés dans Jahan (Sébastien), « Familles disloquées, fam (...)

1Si l’on excepte les amitiés de cabaret et la camaraderie de travail, l’essentiel de l’échange affectif semble se jouer dans l’intimité ouverte à tous vents de cette cahute conjugale. Un espace fragile, autant que la présence de l’autre : la camarde est aux aguets et la vie, elle-même, distend trop tôt, quand elle ne les tranche pas, les liens du sang. Quel peut-être dès lors le rôle de la parenté dans le parcours d’individus sans bien patrimonial, détachés de tout repérage généalogique, loin des tombes ancestrales, déjà soumis à la précarité de la cellule domestique, à la rupture périodique de leurs attaches ? La discontinuité apparente du tissu familial, loin de le rendre secondaire, semble au contraire renforcer le prix de ses lambeaux et accroître leur utilisation chaque fois que cela s’avère possible : la famille élargie intervient bien dans la destinée des nomades de la forêt et dans leurs références identitaires. Ce rôle est tout spécialement perceptible lorsqu’on envisage leurs stratégies matrimoniales. Comme chez les populations stables du finage, la formation du couple peut se réaliser au sein d’un même espace délimité par ce que les anthropologues nomment l’affinité et que l’on appelle plus communément la parenté par alliance1. Là, dans cette nébuleuse complexe et souvent opaque de relations, s’observent des mécanismes de « renchaînement » matrimonial qui fonctionnent surtout lorsqu’il s’agit de trouver un parti rapidement, par exemple en cas de veuvage2. Examinons le cas du voiturier de charbon Thomas Launay. Il est né à Château-la-Vallière, en Gâtine tourangelle et c’est en Berry, probablement dans la forêt de Châteauroux, qu’il épouse sur le tard Marie Le Tellier. Cette dernière est veuve de Pierre Tiercerye, un charbonnier qu’elle avait pris pour conjoint en 1663 à Senonches, dans la forêt du Perche, puis suivi dans ses pérégrinations. Malgré leurs itinéraires dissemblables, Marie Le Tellier et Thomas Launay, son second mari, ne sont pas des inconnus l’un pour l’autre. Le beau-frère de Marie, Mathurin Tiercerye, s’était uni quelques années plus tôt avec une sœur aînée de Thomas, Michelle Launay (tableau 11). C’est cet antécédent qui a évidemment déterminé l’alliance Launay-Le Tellier en dépit de l’absence physique du ménage « intermédiaire » (Tiercerye-Launay), à l’époque toujours domicilié en Touraine. Comme beaucoup d’autres, le couple est brutalement déchiré par la mort de Marie Le Tellier : veuf et sans enfants, Thomas Launay trouve une nouvelle compagne en 1705. Là encore, ce remariage présente toutes les caractéristiques du renchaînement, toujours opéré dans la parenté affine : cette fois-ci, sa conjointe Marie Petit est une cousine de son beau-frère Sylvain Petit (tableau 11).

  • 3 Jolas (Tina) et Zonabend (Françoise), « Gens du finage, gens du bois » dans Jolas (Tina), Pingaud (...)

2L’observation répétée de tels comportements bute naturellement sur la présence aléatoire d’un parent, même lointain, candidat au mariage à un moment et à une étape donnés de la migration du forestier. Mais chaque fois que cette disponibilité existe, n’aurait-elle pas toujours la priorité sur d’autres possibilités ? La tentation est forte de l’affirmer : il paraît, en effet, logique que dans son isolement familial relatif, l’ouvrier des forêts ait cherché à accrocher son couple sur des assises familiales préexistantes. Contrairement à ce qui est apparu à Minot3, l’instabilité n’exclut donc pas ici l’existence du renchaînement d’alliances. Car, si on l’observe à l’échelle de son espace de mobilité, le peuple de la forêt peut présenter les mêmes franges d’imperméabilité qu’une communauté villageoise : de déplacements parallèles en retrouvailles, au sein d’une aire matrimoniale pourtant complètement éclatée, il parvient ainsi à maintenir un tissu généalogique relativement serré…

Tableau 11
Remariages et renchaînements d’alliance. Le cas des deux mariages de Thomas Launay

Tableau 11Remariages et renchaînements d’alliance. Le cas des deux mariages de Thomas Launay

3Pour preuve du poids des parentés lointaines et communes dans l’association de deux familles forestières, prenons un autre exemple, encore plus emmêlé. Le mariage en 1721 sur le chantier d’Abzac, en Confolentais, de Sylvain Guinot et de Françoise Tavenne repose une fois de plus sur Thomas Launay. Entre 1700 et 1717, celui-ci travaille à Mailhac-sur-Benaize, en Basse-Marche, pour la forge de Mondon. Il est très lié avec ses neveux Pierre et Jean Dufour comme le prouvent les échanges de parrainages. En 1719, Launay quitte Mailhac pour Abzac, laissant sur place les Dufour. Mais dans son voyage, il est accompagné de Jacques et Sylvain Guinot, les frères de sa nièce par alliance Françoise Guinot (mariée à Pierre Dufour). Sylvain Guinot, à 31 ans, est toujours célibataire et sur le chantier d’Abzac, l’éventail des possibilités matrimoniales est étroit. Or, en 1721 arrive Jeanne Petit, sœur de la deuxième épouse de Thomas Launay. Les deux femmes ne s’étaient pas revues depuis le mariage en 1699 de Jeanne avec Pierre Tavenne. Ce couple dispose d’une fille aînée nubile, d’environ seize ou dix-sept ans, qui est promptement offerte à Sylvain Guinot. Thomas Launay et sa femme ont là clairement servi d’intermédiaires et de cautions morales dans la conclusion du mariage en rapprochant deux ramifications éloignées de leur parentèle (tableau 12). Dans un monde volatile où les réputations sont incertaines, la parenté commune est certes une garantie de respectabilité. Mais ces unions sont aussi le signe d’une volonté permanente de réactiver des liens sans cesse tourmentés par les départs et les séparations.

Tableau 12
Le rôle du couple Launay-Petit dans la conclusion du mariage Guinot-Tavenne

Tableau 12Le rôle du couple Launay-Petit dans la conclusion du mariage Guinot-Tavenne

Mémoires tronquées, mémoires factices

  • 4 Contrats de mariage passés par Rouet, notaire à Ardentes, entre 1668 et 1692 (Arch. dép. Indre, 2E (...)
  • 5 Arch. dép. Charente, registre paroissial des Adjots, mariage du 30 avril 1771 de Jean Repain, maré (...)

4La mobilisation des branches lointaines d’un arbre généalogique déchiqueté repose manifestement sur la nécessité pour le forestier de compenser son déficit chronique de parents et alliés par une fréquentation ponctuelle de tout ce qui peut intégrer son champ de reconnaissance familiale. Cela commence bien sûr avec les consanguins : en dépit du déracinement, cousins germains ou « remués de germains » se retrouvent sur les chantiers4. Mais l’identification du sang commun remonte rarement au-delà du bisaïeul. Faut-il l’expliquer par la délitescence de la mémoire, accélérée par la migration ? Une seule exception a pu être repérée qui vient, paradoxalement, à l’appui de cette hypothèse. En 1771, lorsque Françoise Monbruneau, fille de charbonnier, se marie, elle est assistée de Mathurin Ravisé, son « parent au quatrième degré »5. Nous avons reconstitué la généalogie de ces deux personnes. S’il y a bien quatre générations entre Françoise Monbruneau et Paul Ravisé, l’ancêtre commun, seuls deux degrés séparent en revanche Mathurin Ravisé de ce même Paul Ravisé (tableau 13). Le cousin de Françoise Monbruneau est plus jeune que le père de celle-ci tout en appartenant, d’un point de vue généalogique, à la même génération que son grand-père. Le décalage s’explique par un remariage : Mathurin Ravisé est issu d’un deuxième lit tardif qui l’a considérablement éloigné dans le temps de ses cousins germains Monbruneau. Un tel rallongement des générations dans la branche Ravisé eut pour conséquence de sauvegarder par le témoignage vivant de descendants proches la mémoire d’ancêtres pourtant morts depuis longtemps. Tel serait le cas de Paul Ravisé décédé vers 1685 en Poitou, premier migrant berrichon vers cette province, dont le souvenir survit encore, près d’un siècle plus tard, dans les lignées Ravisé et Monbruneau ; du moins si l’on en croit le prénom de Paul qui fut donné à un frère de Françoise Monbruneau…

5La perte à brève échéance de points de repères précis dans l’espace flou et bouleversé de la parenté va jusqu’à y intégrer des personnes qui, de toute évidence, n’en font aucunement partie. A commencer par ceux que l’on pourrait appeler les « cousins géographiques ». En 1684, à Verrières, au mariage du voiturier Honoré Tireau et de Gillette Sécheret, elle-même veuve de voiturier, le témoin de l’époux, Léonard Moreau, est qualifié de « cousin paternel » tandis que celui de l’épouse, Marc Gentilhomme, figure au titre de « cousin maternel ». Tous deux sont charbonniers. Nous avons cherché à savoir où se situait cette parenté affichée, sans en trouver le moindre indice. Le seul élément convergent dans le passé familial des conjoints et de leurs témoins respectifs réside dans la communauté régionale de l’origine. Les pères d’Honoré Tireau et de Léonard Moreau viennent des confins creusois du Bas-Berry, les ancêtres maternels de Gillette Sécheret comme ceux de Marc Gentilhomme ont pour berceau le Haut-Berry. Nous avons déjà suggéré le rôle du terroir originel, de vagues et lointaines racines paysannes dans la construction d’identités communes au sein du peuple de la forêt. L’extension du vocabulaire de la parenté aux liens de co-appartenance géographique corrobore cette idée que les antécédents régionaux rapprochent dans la migration des individus aux histoires généralement hétéroclites, de ce fait très sensibles à la résurgence et au partage de souvenirs, au premier chef, sans doute, de ceux qui ramènent aux sources, à ces temps et à ces lieux plus ou moins fabuleux de la sédentarité. L’endogamie provinciale de certains forestiers manceaux travaillant sur les chantiers berrichons va également dans le sens d’une apparente volonté de préserver le contact avec l’arche originelle, sans que l’on puisse établir avec certitude si ces familles se connaissaient avant qu’elles ne s’alliassent sur des terres étrangères. Ce sont probablement de « fausses retrouvailles » qui conduisent trois des quatre filles de Gatien Seigneur, voiturier sorti des Alpes mancelles, à épouser entre futaies poitevines et berrichonnes des hommes venus aussi du nord de la Loire. La tendance à rechercher la présence rassurante du semblable est probablement forte dans un groupe en mal de repères fixes. Il serait toutefois abusif d’en faire une règle générale : les métissages géographiques n’effrayaient visiblement pas le forestier. A Ardentes, seuls deux des onze Manceaux dont le contrat de mariage a été retrouvé ont uni leur destinée à des filles de compatriotes. Le cercle le plus vaste de l’identité commune semble donc bien se circonscrire dans les lisières de la forêt : la référence au métier et à la vie qui l’accompagne est à ce point déterminante dans l’expérience affective des individus, qu’elle s’exprime, elle aussi, par le langage de la parenté. La famille Allet, notamment, a ainsi coutume de s’entourer d’une famille imaginaire qui ne lui est pas plus attachée par le sang que par le pays d’origine : à Lussac-les-Châteaux ou à Abzac, aux mariages des membres de cette lignée de forestiers venus des confins de l’Anjou et de la Touraine, assistent de soi-disant « cousins germains », berrichons ou poitevins, et donc totalement étrangers à leurs antécédents familiaux ou géographiques.

  • 6 C’est particulièrement le cas dans les contrats de mariage de forestiers passés par-devant Rouet, (...)
  • 7 Rappelons que les carbonari se faisaient appeler « bons cousins charbonniers ». Voir les travaux d (...)

6Resterait à comprendre la raison incitant des personnes qui ne sont que collègues à se revendiquer de la même famille. De toute évidence, la réponse à cette question tient justement dans l’absence d’un réseau consistant de parents sur les chantiers. Les usurpations de parenté manifestes ne seraient dès lors que l’expression ultime de la valorisation des amitiés professionnelles que l’on voit poindre aux contrats de mariage lorsque les « bons amis » suppléent au consentement de la parentèle6. Dans une sociabilité mouvante, la frontière n’est sans doute pas si nette entre le lien de parenté et la confraternité : ce n’est qu’une question de mots après tout invérifiable pour celui qui les enregistre. Et l’on ne peut s’empêcher de penser qu’une telle confusion lexicale sera de mise dans certaines sociétés secrètes et particulièrement dans la charbonnerie7, née en Franche-Comté au début du xixe siècle, mais manifestement habillée des atours d’un compagnonnage forestier très ancien. La grande fraternité des bois serait ainsi un vivier à la fois de références plus ou moins fantasmées à l’origine, mais aussi, on y reviendra, de parentés effectivement réalisées dans le mariage. Comme si, pour pallier la souffrance de la rupture sans cesse recommencée, il fallait au nomade reconnaître et retrouver son parent loin dans l’antériorité commune quand ce n’est pas ailleurs. Car si le vocabulaire traduit bien la force représentative de l’instance familiale dans l’univers mental du forestier, si les stratégies matrimoniales témoignent toujours de son potentiel sécurisant, la réalité des rapports humains dans les ramées suggère un modèle relationnel moins tributaire du choix des aïeux ou de liens du passé construits dans la stabilité des voisinages et des lignages, dans les habitudes de fréquentations : elle rend bien compte du prix dévolu aux amitiés et aux solidarités édifiées au présent, aux affinités librement consenties dans les exigences et les hasards d’un quotidien en perpétuelle recomposition.

Tableau 13
La parenté de Françoise Monbruneau et de Mathurin Ravisé

Tableau 13La parenté de Françoise Monbruneau et de Mathurin Ravisé

Le nom caché

  • 8 Mairie de Chaillac (Indre), registre paroissial, baptême du 17 mai 1709.

7Soulignons un fait curieux : lorsque ces pseudo-cousins se présentent aux mariages de Louis, d’André ou de Mathurin Allet, leur nom se retrouve soit en partie déformé, soit purement et simplement métamorphosé en un autre patronyme. A Abzac, en 1721, Jacques Odinot ne peut-être que le voiturier Jacques Guinot ; à la génération précédente, durant les coupes de la forêt de Lussac, le prénom de Macé Mortou est devenu « Martial » tandis que Pierre Meignen se fait appeler « Pierre La Garenne ». Est-ce la trace anecdotique d’un prêtre rédacteur négligent ou dur d’oreille ? Les témoins usurpateurs de parenté n’auraient-ils pas plutôt cherché à brouiller leur identité pour masquer leur fausse déclaration ? Simples erreurs de copistes ou travestissements volontaires, ces exemples illustrent à tout le moins l’étonnante fluctuation onomastique de nombreux forestiers, partant la difficulté supplémentaire qui s’impose à quiconque s’échine à les traquer. Pourquoi s’arrêter sur le baptême de « Madeleine, fille de Pierre Tevet et de Jeanne Boutmy », en l’absence de toute indication de profession ou de domicile, tant que l’on a pas compris qu’il s’agissait d’un enfant du fendeur Pierre Tavenne et de son épouse Jeanne Petit8 ? Tevet pour Tavenne est peut-être le résultat d’une mauvaise transcription d’un patronyme inconnu en Berry. Boutmy pour Petit, en revanche, comme La Garenne pour Meignen, sont très évidemment des surnoms. Ils ne sont pas moins de 60 ouvriers des forêts à en arborer dans les actes paroissiaux ou notariés, soit conjointement à leur patronyme, soit le plus souvent en lieu et place de leur nom véritable (tableau 2 de l’annexe 1). Beaucoup sont indéchiffrables, renvoyant à quelques histoires personnelles perdues : Secondin Gervais dit « La Vigne », Guillaume Suret dit « La Bonté », Antoine Tête dit « La Noix » livrent-ils à la postérité un peu de leur tempérament, de leur nature, de leurs penchants ? Plus explicites, d’autres sobriquets font référence au prénom du père (« Mariate » pour les sœurs Marguerite et Jeanne Petit, effectivement filles du fendeur Maria Petit), jouent sur le sens du nom de famille (« Lenoble » pour les frères Gentilhomme) ou bien encore évoquent le métier et son univers. Le cas de Nicolas Coupeau alias « la Forêt » se passe de commentaires. Le charbonnier Etienne Morineau dit « Gatebois » fut-il un Attila des taillis ? Quant au fendeur Jean Langlois, peut-être gagna-t-il son « Bois d’argent » par la qualité de son ouvrage à moins que la formule ne fasse allusion au prix qu’il en réclamait…

  • 9 D’autres populations nomades recouraient couramment au surnom : chez les travellers d’Irlande, il (...)

8Quelle que soit leur signification, ces surnoms avaient manifestement une fonction précise. Un certain nombre d’entre eux se sont transmis sur plusieurs générations, dépassant le contexte individuel qui les a suscités. C’est ainsi que celui de « Fontenelle » se rencontre à trois degrés d’intervalle, et du Maine au Poitou, dans la famille Vavasseur. Ces transmissions héréditaires servaient probablement à différencier telle branche d’une autre9, particulièrement dans les lignées itinérantes les plus touffues. Le sobriquet « Boutmy » s’appliquait à tous les membres de la famille Petit exerçant le métier de fendeur, tandis que celui de « La Pensée » distinguait l’un des leurs, Louis Petit (v. 1629-1694), ainsi que sa descendance. En outre, et au même titre que ce qui existe dans d’autres populations voyageuses comme les marins ou les soldats, la pratique du surnom illustre la volonté de disposer d’une identité à « usage interne », traduction de rituels de camaraderie, de liens privilégiés noués au sein d’une communauté distincte de la société environnante. Le forestier qui dans un document officiel donnait son sobriquet plutôt que son nom avait donc sans doute quelques bonnes raisons de le faire. Il serait néanmoins fort peu scrupuleux d’interpréter uniformément cet usage comme un stigmate de marginalité revendiquée, voire de délinquance camouflée. La meilleure preuve en est que l’on n’a jamais vu un ouvrier de la forêt se marier sous un surnom, dans le but, par exemple, de cacher une union précédente que la mort n’aurait pas rompue. Le sobriquet, dans l’immense majorité des cas, apparaît lorsque l’identité d’un absent (le père d’un baptisé ou le défunt que l’on vient d’inhumer) est certifiée par un tiers qui ne lui connaît donc probablement pas d’autres noms. Son affleurement périodique dans l’onomastique peut ainsi être interprété comme une nouvelle manifestation de la fugacité des liens sociaux et des déchirures du tissu familial.

La foi du charbonnier

  • 10 Les individus concernés sont Louis Besnard, voiturier de charbon, avec Marguerite Sécheret, future (...)

9La situation de la forêt à l’écart du monde, la volatilité de sa population en feraient pourtant bien un univers a priori propice à la déviance. Notre étonnement devant le petit nombre de naissances illégitimes n’en est que plus grand. Seuls cinq cas ont été recensés entre les années 1670 et le milieu du xviiie siècle sur les chantiers d’abattage du Poitou et du Berry, ce qui aboutit à un taux d’illégitimité10 tellement ridicule qu’il en devient suspect (voir tableau 14). Il était, en effet, bien facile à une femme de cacher sa grossesse à l’abri de la ramée, dans une paroisse où personne ne la connaissait hormis les autres forestiers. L’obscurité des sous-bois nourrit donc l’imagination et le soupçon ; on peut tout supposer, de l’accouchement clandestin à l’infanticide. Et sans aller jusque là, comment ne pas penser que certains couples concubins aient pu se faire passer pour mariés, rendant ainsi légitimes aux yeux du curé bien des naissances en fait naturelles ? Le prêtre n’avait de toute façon pas d’autres moyens de le vérifier que par la parole, presque à coup sûr complice, des ouvriers de la compagnie.

  • 11 Les chantiers pris en considération pour le Poitou et la Basse-Marche sont ceux d’Oradour Saint-Ge (...)

Tableau 14
Les naissances illégitimes chez les travailleurs forestiers du Poitou et du Berry11

Tableau 14Les naissances illégitimes chez les travailleurs forestiers du Poitou et du Berry11
  • 12 Des paroisses où l’on sait que des chantiers importants ont eu lieu ont perdu aujourd’hui leurs re (...)

10Vient à l’appui de ces présomptions la proportion importante de mariages manquants : nous n’avons pu retrouver que la moitié des noces des ouvriers qui ont eu des enfants sur les coupes de Lussac et d’Abzac. Comme cela apparaît dans les tentatives de reconstitution des familles, beaucoup de sépultures d’enfants nous échappent aussi. De là à imputer ces lacunes au mépris des sacrements, il y a un pas que nous nous refusons toutefois à franchir. Car la mobilité qui rend possible l’indiscipline est aussi ce qui empêche d’être catégorique : il est à la limite plus probable que les mariages ou les sépultures en question aient été perdus avec les registres, oubliés par un curé négligent ou plutôt par nos dépouillements qui ne sauraient prétendre à l’exhaustivité12.

  • 13 Vienne, arrondissement de Montmorillon, canton de l’Isle-Jourdain.
  • 14 Arch. dép. Vienne B VIII/121 (1781-1783). L’affaire a fait l’objet d’une étude d’inspiration micro (...)

11Les registres paroissiaux ne livrent donc aucun indice solide à l’appui d’un goût supposé de nos forestiers pour l’union libre. Et l’archive judiciaire ne sera pas d’un meilleur secours : l’exploration des minutes des juridictions subalternes autour des sites sidérurgiques poitevins n’a fourni qu’une seule affaire de mœurs concernant un ouvrier des bois. L’homme, un certain Léonard Forest, scieur de son état et « étranger » à la paroisse de Moussac13 où il travaille depuis quelques années, fit en 1783 l’objet d’une enquête instruite par le sénéchal de l’Isle-Jourdain pour « crime de bestialité » : après avoir tenté vainement de violer une jeune gardienne de troupeau, il s’était défoulé sur une malheureuse bourrique sous les yeux mi-amusés, mi-stupéfaits de plusieurs témoins14. Les pulsions violentes et déviantes de Léonard Forest ne disent cependant pas grand-chose de la conduite sexuelle des forestiers ou de leur attachement à la morale familiale prônée par l’Eglise. Il s’agit avant tout et exclusivement d’un épisode pitoyable, conséquence de la plus absolue solitude, de la vraie marginalité, le plus souvent étrangères, on l’a dit et on le dira encore, à la communauté des bois.

  • 15 Ce point de vue repose, en particulier, sur des rapports d’ecclésiastiques s’inquiétant de l’exist (...)
  • 16 Cette formule apparaît pour Jacquine Fourneau épouse de Michel Chamaillard, voiturier (inhumée le (...)
  • 17 Arch. dép. Indre, registre paroissial de Sainte-Gemme, note du 25 mars 1678.

12Nous aurions presque tendance à croire que, contrairement à l’image habituellement produite par l’historiographie ambiante15 et sans en faire des modèles de piété tridentine, peu de choses ne venaient au final distinguer les chrétiens des bois de ceux du finage, du moins dans les formes extérieures de la foi. Nous n’avons rencontré dans les registres paroissiaux absolument aucune remarque de prêtre signalant l’inconduite ou l’impiété d’un forestier, aucun doute sur la validité des mariages au moment des baptêmes, aucun soupçon sur la moralité des parrains et marraines, aucune réticence à ensevelir un ouvrier en terre consacrée. Si les curés se taisent, est-ce parce qu’ils ne savent pas ou parce qu’il n’y a rien à dire ? Nous préférons opter pour la deuxième solution. Parce qu’il n’y a pas de raison que le défaut soit omis là où l’on sait reconnaître le mérite. Ainsi lorsque le prêtre desservant d’Ardentes au début du xviiie siècle souligne à plusieurs reprises que tel habitant des loges est mort « en bon chrétien »16, quand celui de Vendoeuvres remarque que rien dans le comportement religieux du voiturier Pierre Boudin ne vient expliquer son suicide, ou encore quand le registre de Leugny livre à la postérité le geste du charbonnier René Ribot qui « planta une crois l’année dernière [1692] au carroy de la Briardière ». Bien que n’étant pas lui-même ouvrier, Noël Salé, « faisant travailler dans les bois du Chastelier et y demeurant », exprime tout autant cette allégeance du chantier à la paroisse qui l’abrite en offrant à l’église de Sainte-Gemme un tableau qu’il a « fait faire à Blois »17.

  • 18 Mairie de Prissac, registre paroissial, 28 avril 1717 baptême de Marie Pouvreau, fille d’André et (...)
  • 19 Arch. dép. Mayenne, 3E29/67, marché entre Denis Bidault, charbonnier, et François Gasté, vicaire d (...)
  • 20 Mairie d’Arpheuilles, registre paroissial, sépulture du 23 mai 1616, mairie d’Ardentes, registre p (...)
  • 21 Pigenet (Michel), « Ouvriers, paysans, nous sommes… », Les bûcherons du Centre de la France au tou (...)
  • 22 Jean (Alexandre), Histoire religieuse de la paroisse de Reffanes, manuscrit, 1902 (conservé aux Ar (...)

13L’expression française « la foi du charbonnier » s’applique, on le sait, à celui qui n’a pas besoin de connaître les subtilités du dogme pour croire. C’est peut-être cette piété rudimentaire qui valut à un anonyme « ne sachant pas son catéchisme » d’être refusé pour porter sur les fonds baptismaux la fille du charbonnier André Pouvereau18. Ignorance n’a peut-être pour autant pas toujours rimé avec indifférence. Le cas de ce charbonnier de Placé qui mit pour une année son fils en pension chez le vicaire de sa paroisse afin que celui-ci lui enseigne « sa doctrine crestienne et ses heures », montre que certains forestiers attachaient suffisamment d’importance à la religion pour souhaiter que leurs enfants nourrissent leur foi des bons principes19. Quant à Jean Gladet, fendeur à Arpheuilles, ou à Denis Poirier, charbonnier à Ardentes, leur appartenance à une confrérie, soulignée par les prêtres qui célèbrent leurs funérailles, atteste de manière plutôt inattendue la dévotion et l’engagement dans la vie de la communauté paroissiale20. L’existence d’une déchristianisation précoce dans les milieux forestiers nous paraît donc devoir être nuancée. Même l’observation d’un anticléricalisme fort dans le Cher bûcheron du xixe siècle ne semble pas trancher nettement avec le reste du département et renverrait beaucoup plus à une attitude ouvrière qu’à une nature forestière spécifique21. A rebours, on a pu vérifier le conformisme tenace de la dévotion des paroissiens de Reffannesen Poitou, au début de la IIIe république: ce repaire de charbonniers et de bûcherons faisant figure de bastion des « bonnes idées » catholiques dans un canton de Ménigoute en majorité huguenot22.

« Une espèce de République… »

  • 23 AN, G7 408, lettre du 14 mai 1704, citée dans Nicolas (Jean), La rébellion française. Mouvements p (...)
  • 24 cf. supra
  • 25 Arch. dép. Indre, C 59.
  • 26 AN, G7 1217, affaire du 24 mars 1698, citée dans Nicolas (Jean), La rébellion française. Mouvement (...)
  • 27 AN, G7 125, lettre du 27 octobre 1691, citée dans Ibidem, p. 81. La famille nombreuse entourant le (...)

14En 1704, la dénonciation appuyée des zones de non-droit en milieu forestier par l’intendant de Moulins Maupeou d’Ableiges23 résonne comme un fidèle écho au panorama affligé qu’Henry de Greuille, le maître des Eaux et Forêts de Châteauroux, peint des franchises autoproclamées autour des loges d’Ardentes24. A l’endroit des populations « cabanées » en lisière, les mêmes griefs reviennent : refus d’acquitter la taille et les droits sur le sel ou les boissons, complicité avec les faux-sauniers, voire participation au trafic frauduleux, formation de bandes organisées et armées refoulant brutalement toute incursion des forces de l’ordre ou d’un simple agent du pouvoir monarchique. Pour rendre compte de cet état de fait proche de la mutinerie permanente, les deux administrateurs usent jusqu’à la même métaphore : le peuple des forêts s’est constitué en « une espèce de République ». Ces accusations, banales au demeurant, pèsent lourdement sur la perception des travailleurs des bois par l’historiographie dominante. La vision du forestier réfractaire à un certain ordre établi n’est certes pas infondée. La possession d’armes à feu et leur utilisation par l’ouvrier sont clairement mises en évidence par, on l’a vu, certaines formes de mortalité violentes. Que les habitants des loges soient de mauvais contribuables est une autre réalité dont témoignent les rôles des tailles de la paroisse Saint-Martin d’Ardentes : en 1739 et 1743, par exemple, de nombreuses familles d’ouvriers n’y sont pas portées alors même qu’elles sont présentes dans le secteur depuis plusieurs décennies25. Les Cadou, les Viger, les Sortais, les Chamart se dispensent apparemment de payer l’impôt et ils ne sont pas les seuls. Cette indocilité n’est toutefois pas la norme : contrairement aux assertions d’Henry de Greuille, 38 forestiers sont bien enregistrés parmi les 93 chefs de foyer s’acquittant de leur obligation. La pratique du faux-saunage à l’abri de la forêt n’est pas non plus surprenante dans la France du Centre, partagée par la frontière entre Grande gabelle et pays rédimés : les convois de forestiers entre le Poitou et le Berry ou la Touraine servaient évidemment de couverture à la circulation du sel de contrebande vers ces deux provinces lourdement taxées. Les trafiquants qui venaient s’approvisionner en Poitou établissaient leur base dans la nébuleuse des chantiers limitrophes et se recrutaient peut-être parmi les ouvriers eux-mêmes. Les liens d’intérêts et de connivence devaient de toute façon être étroits pour que plus de quatre-vingts « forgerons, fendeurs et charbonniers attroupés » dans la forêt de la Mareuil, près de Chauvigny, à quelques encablures du Berry, mettent en déroute les employés de la brigade de Mérigny26. L’échauffourée se déroula au mois de mars 1698, durant un chantier ouvert pour la forge de Verrières qui n’accueillit pas plus de cinquante ouvriers en onze saisons de coupe : les chiffres avancés par le contrôleur général des fermes sont donc visiblement enflés. Comme le sont, à plus forte raison, les estimations absurdes de la maréchaussée d’Argenton signalant en 1691, dans les bois du Bouchet, jusqu’à « quatre mille ouvriers » rebelles et armés jusqu’aux dents alors que nos relevés n’en dénombrent que quelques dizaines à la tâche dans cette contrée27.

  • 28 Sa veuve, Madeleine Fourneau se remarie à Ardentes (Saint-Martin) le 30 septembre 1727 avec Sylvai (...)
  • 29 La corrélation entre le destin de Courgeois et sa déchéance sociale est évidente : « marchand dres (...)
  • 30 Pastoureau (Michel), « Introduction à la symbolique médiévale du bois », dans L’arbre. Histoire na (...)

15Non seulement ces informations ne sont donc pas à prendre au pied de la lettre, mais elles diffusent une image d’un monde forestier interlope qui n’est, à notre sens, que le versant civil du cliché clérical accusant l’ouvrier d’impiété. L’immunité de fait qu’elles attribuent aux ouvriers des bois, protégés par leur mode de vie nomade et la réactivité solidaire du groupe, n’est, on s’en douterait, que partielle. La loi des lieutenants et sénéchaux a cours au royaume des sylves : elle y traque et elle y punit. C’est elle qui envoie Jacques Norin, voiturier de charbon à Ardentes, dans les galères de la Méditerranée28. Elle aussi qui tue à petit feu le dresseur Claude Courgeois dans la chiourme brestoise29. Amplifier le risque déstabilisateur que font courir à l’ordre policier et moral les populations forestières sert le dessein normalisateur d’un pouvoir habité par la passion de l’obéissance et le désir de faire passer sous le joug ces sujets en déplacement continu et donc nécessairement hors de son contrôle. Pour les périodes antérieures à la Révolution, il faut également bien avouer que l’observation de la réalité ne vient pas accréditer de façon suffisamment convaincante l’idée d’un peuple des forêts voué à l’anarchie et organisé en enclaves séditieuses. Les rapports caricaturaux d’administrateurs ou de missionnaires pèsent au final de peu de poids à l’aune des centaines de destins croisées, qui ne laissent dans leur sillage qu’un soupçon de vie sans histoire. Comment ne pas voir aussi dans ces récriminations univoques et répétitives l’effet d’une mythologie qui depuis le conte médiéval et le roman courtois enferme le bûcheron et le charbonnier dans le rôle d’exclu, querelleur, maraudeur et destructeur ?30 Sans doute, la forêt et le nomadisme cloisonnent-ils les comportements de ces ouvriers dans le mystère et l’illisibilité d’un monde qui échappe en partie aux autorités. Mais ils sont aussi ces miroirs déformants qui attisent le fantasme et le désir qu’ont toutes les sociétés d’ensauvager la frange d’humanité qui vit sur leurs marges.

Notes

1 Sur ces renchaînements en milieu rural, on peut consulter Segalen (Martine), Quinze générations de Bas-Bretons. Parenté et société dans le pays bigouden sud 1720-1980, Paris, 1985, p. 156. Des comportements de ce type ont également été observés dans la bourgeoisie urbaine (Jahan (Sébastien), Profession, parenté, identité sociale. Les notaires de Poitiers aux temps modernes, op. cit., Toulouse, 1999, p. 163-168).

2 Les exemples qui suivent ont déjà été présentés dans Jahan (Sébastien), « Familles disloquées, familles recomposées. Le rôle du sang et de l’alliance dans les représentations identitaires des forestiers migrants (xviie-xviiie siècles) », dans Pouvoirs de la famille. Familles de pouvoir. Actes du colloque international de Toulouse, 5­7 octobre 2000 (avec la collaboration d’Emmanuel Dion, à paraître).

3 Jolas (Tina) et Zonabend (Françoise), « Gens du finage, gens du bois » dans Jolas (Tina), Pingaud (Marie-Claude), Verdier (Yvonne), Zonabend (Françoise), Une campagne voisine. Minot, un village bourguignon, op. cit., p. 55.

4 Contrats de mariage passés par Rouet, notaire à Ardentes, entre 1668 et 1692 (Arch. dép. Indre, 2E 3 252 à 2E 3 270).

5 Arch. dép. Charente, registre paroissial des Adjots, mariage du 30 avril 1771 de Jean Repain, maréchal, et de Françoise Monbruneau.

6 C’est particulièrement le cas dans les contrats de mariage de forestiers passés par-devant Rouet, notaire à Ardentes, entre 1668 et 1692 (Arch. dép. Indre, 2E 3252 à 2E 3270 et Jahan (Sébastien) « Parenté et stratification sociale. Les témoins aux contrats de mariage dans la France du Centre-Ouest xvie-xviiie siècle », dans Liens sociaux et actes notariés. Actes de la journée d’études du 24 mars 2001, Université de Paris IV (à paraître)). Il convient de noter également parmi les témoins la place relativement importante des parrains.

7 Rappelons que les carbonari se faisaient appeler « bons cousins charbonniers ». Voir les travaux de Francis Laget cités dans Musset (Danièle), « De mémoire de charbonnier », Les Alpes de Lumières, no119, p. 81 et Sébillot (Paul), Légendes et curiosités des métiers. Les charbonniers, Paris, 1895

8 Mairie de Chaillac (Indre), registre paroissial, baptême du 17 mai 1709.

9 D’autres populations nomades recouraient couramment au surnom : chez les travellers d’Irlande, il servait à distinguer des personnes portant le même nom (Traveller ways, traveller words, Dublin, Pavee point publications, 1992, p. 194).

10 Les individus concernés sont Louis Besnard, voiturier de charbon, avec Marguerite Sécheret, future épouse de René Porteau (1683, Verrières), Jean Patin, voiturier de charbon, avec Jeanne Clément (1692, Leugny), Jean Vincent, charbonnier, avec Marguerite Palanchère (1703, Rivarennes), Claude Bimbaud, voiturier de la forge d’Ablou, avec Jeanne Renard veuve de son collègue Michel Sérieux (1740, Saint-Gilles), François Rateau avec Marie Poirier (1743, Millac).

11 Les chantiers pris en considération pour le Poitou et la Basse-Marche sont ceux d’Oradour Saint-Genest, Verrières, Leugny, Lussac, Lauthiers, Saint­Secondin, Bussière, Asnières, Mézières, Abzac, Saint-Barbant et Pont-Saint-Martin, La Chapelle-Bâton, Bignoux, Brillac, Pleumartin et Béruges, répertoriés dans le tableau 8. Pour le Berry ont été relevés les baptêmes de forestiers à Ardentes (1668-1715), à Chitray (1674-1719), à Rivarennes (1680-1719, à Saulnay (1673-1702), à Bommiers (1684-1703) et à Saint-Gilles (1725-1752).

12 Des paroisses où l’on sait que des chantiers importants ont eu lieu ont perdu aujourd’hui leurs registres antérieurs à 1737. Citons pour mémoire, celle de Lourouer, en Berry, où les actes notariés d’Ardentes situent une importante population de « logistes » travaillant pour la forge à la fin du xviie siècle. Ou bien celle de Gouex où se trouvait la forge de Goberté et une forêt vouée à son approvisionnement.

13 Vienne, arrondissement de Montmorillon, canton de l’Isle-Jourdain.

14 Arch. dép. Vienne B VIII/121 (1781-1783). L’affaire a fait l’objet d’une étude d’inspiration micro-historique de Kévin Martin, étudiant en maîtrise de l’Université de Poitiers (Le paysan, le juge et la bête: trois affaires de bestialité dans le Poitou du xviiie siècle, mémoire de maîtrise, Université de Poitiers, sous la direction de Sébastien Jahan). Elle a également été évoquée par Murphy (Gwénaël), « Femmes et violence dans le marquisat de l’Isle-Jourdain au xviiie siècle », dans Bulletins du GRHAIJ, n° 11, 2001, p. 63.

15 Ce point de vue repose, en particulier, sur des rapports d’ecclésiastiques s’inquiétant de l’existence parmi les populations forestières de rites communautaires d’inspiration réputée païenne, concurrençant les dévotions promues par le catholicisme post-tridentin (Pigenet (Michel), « Ouvriers, paysans, nous sommes… ». Les bûcherons du Centre de la France au tournant du siècle, op. cit., p. 62).

16 Cette formule apparaît pour Jacquine Fourneau épouse de Michel Chamaillard, voiturier (inhumée le 12 octobre 1691 à 17 ans), pour Jeanne Royer, veuve de Louis Chamard, voiturier (inhumée le 1er mai 1709) et pour Léger Blanchet, maître charbonnier (inhumé le 15 avril 1710).

17 Arch. dép. Indre, registre paroissial de Sainte-Gemme, note du 25 mars 1678.

18 Mairie de Prissac, registre paroissial, 28 avril 1717 baptême de Marie Pouvreau, fille d’André et de Marie Parret.

19 Arch. dép. Mayenne, 3E29/67, marché entre Denis Bidault, charbonnier, et François Gasté, vicaire de Placé (18 décembre 1665). Le prix de la pension payable par le charbonnier pour l’entretien et l’éducation de son fils est de 45 livres.

20 Mairie d’Arpheuilles, registre paroissial, sépulture du 23 mai 1616, mairie d’Ardentes, registre paroissial de Saint-Martin, sépulture du 25 octobre 1780.

21 Pigenet (Michel), « Ouvriers, paysans, nous sommes… », Les bûcherons du Centre de la France au tournant du siècle, op. cit.,, p. 67-68.

22 Jean (Alexandre), Histoire religieuse de la paroisse de Reffanes, manuscrit, 1902 (conservé aux Archives du diocèse de Poitiers).

23 AN, G7 408, lettre du 14 mai 1704, citée dans Nicolas (Jean), La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Paris, Seuil, 2002, p. 79.

24 cf. supra

25 Arch. dép. Indre, C 59.

26 AN, G7 1217, affaire du 24 mars 1698, citée dans Nicolas (Jean), La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), op. cit., p. 80­81.

27 AN, G7 125, lettre du 27 octobre 1691, citée dans Ibidem, p. 81. La famille nombreuse entourant les ouvriers ainsi que leurs déplacements incessants peuvent cependant aussi, de l’extérieur, donner l’illusion d’une foule innombrable.

28 Sa veuve, Madeleine Fourneau se remarie à Ardentes (Saint-Martin) le 30 septembre 1727 avec Sylvain Beaujan, maître charbonnier. Elle était pourvue du certificat de décès de son précédent conjoint « sous le nom de Renaud, mort à Marseille le 12 octobre 1721, signé Ranché, commissaire général des galères à Marseille ».

29 La corrélation entre le destin de Courgeois et sa déchéance sociale est évidente : « marchand dresseur », charbonnier au bourg de Rosnay entre 1735 et 1738, Claude Courgeois apparaît régulièrement ensuite avec la qualité de journalier, indice d’une condition détériorée, d’une vie sur le fil du rasoir qui, à tout moment, peut basculer. Claude Courgeois est mort « dans les galères à l’hôpital de Brest » le 20 octobre 1749 et avait eu un fils Jean, baptisé à Rosnay le 23 mai 1749. Sa veuve, Anne Braud se remaria à Rosnay le 7 février 1752 avec François Letrou, un marchand d’origine solognote qui était son concubin depuis au moins un an.

30 Pastoureau (Michel), « Introduction à la symbolique médiévale du bois », dans L’arbre. Histoire naturelle et symbolique de l’arbre, du bois et du fruit au Moyen Age, « Les Cahiers du Léopard d’or », p. 31.

Table des illustrations

Titre Tableau 11Remariages et renchaînements d’alliance. Le cas des deux mariages de Thomas Launay
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11198/img-1.png
Fichier image/png, 60k
Titre Tableau 12Le rôle du couple Launay-Petit dans la conclusion du mariage Guinot-Tavenne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11198/img-2.png
Fichier image/png, 67k
Titre Tableau 13La parenté de Françoise Monbruneau et de Mathurin Ravisé
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11198/img-3.png
Fichier image/png, 39k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11198/img-4.png
Fichier image/png, 45k
Titre Tableau 14Les naissances illégitimes chez les travailleurs forestiers du Poitou et du Berry11
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11198/img-5.png
Fichier image/png, 26k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search