Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ennemie intime

 | 
Frédéric Chauvaud

Deuxième partie. La nature endormie et les éléments déchaînés

Xynthia : retour d’une peur bleue sur le littoral ?

Thierry Sauzeau

Texte intégral

  • 1 Alain Cabantous et alii, Les Français, la terre et la mer (XIIIe-XXe siècles), Paris, Fayard, 900  (...)
  • 2 Gérard Le Bouëdec et alii, Entre terre et mer. Sociétés littorales et pluriactivités (XVe-XXesiècl (...)
  • 3 Dominique Guillemet, « Insultes et injures littorales : les descentes ennemies sur le littoral fra (...)
  • 4 Jean Delumeau., « La peur et l’historien (entretien avec Bernard Paillard) », Communications, no 5 (...)
  • 5 Dominique Guillemet, Les îles de l’Ouest de Bréhat à Oléron, du Moyen âge à la Révolution, La Crèc (...)

1L’océan a toujours initié des modes de vie particuliers pour les habitants des côtes. Si le littoral du Centre-Ouest était plus rural que maritime, la mer faisait néanmoins peser ses contraintes sur le quotidien. Les terroirs étaient balayés par les vents salés, soumis au ballet des sables éoliens, maltraités par l’érosion côtière. On vivait avec la peur de voir disparaître les quelques arpents de vigne, de champ ou de jardin sur lesquels on comptait pour boucler son année ou encore avec la peur de voir sa maison détruite. La mer offrait en retour nombre d’avantages. La récolte du sart, le goëmon charentais, permettait d’amender vignes et champs à moindre coût. Grâce aux pêcheries et aux pêches à pied, les communautés littorales de l’Ancien Régime vivaient à l’abri des disettes. Par ailleurs, elles compensaient par les cueillettes, les ramassages et les pillages, la rareté des bois d’œuvre ou de chauffage, comme l’éloignement des marchés animateurs de l’économie rurale1. La côte enrichissait la pluriactivité2 d’une multitude de pratiques inconnues des ruraux. Le fait d’habiter la « frontière de mer » créait également des contraintes : privilèges et exemptions compensaient les enrôlements et services de guet destinés à parer le risque d’une descente ennemie ou d’une razzia de corsaires3. La peur d’être rançonné, pillé, maltraité ou réquisitionné faisait partie du quotidien maritime, alors même que les travaux de Vauban ou les réformes de Louvois avaient sanctuarisé le reste du territoire national. Enfin, la vie littorale devait compter avec les tempêtes et les « vimers », dénomination ancienne des submersions marines. La peur de voir ses biens engloutis par les flots, de perdre la vie, de devoir abandonner son village ou son quartier avait façonné les esprits. Pour toutes ces raisons, les gens des côtes semblaient héroïques, capables de surmonter l’adversité la plus impressionnante qui soit : la mer et ses colères. La peur restait pour eux l’occasion d’un dépassement conscient et collectif. En écho, le poète exaltait l’homme libre qui « toujours chérira la mer ». De son côté, l’historien n’a pas manqué de rappeler que « le propre de l’homme est de vivre dans une certaine inquiétude. Car la contrepartie de la liberté humaine, c’est le risque4 ». Comparées aux territoires ruraux, les densités littorales étaient d’ailleurs très fortes5. Quoique ce monde en équilibre entre l’homme et la nature fût périodiquement ramené à son insignifiance, par la récurrence des tempêtes, il était poussé à la vigilance par une peur bleue, la peur des colères de la mer transmise de génération en génération. Le triple traumatisme (matériel, humain et politique) de la tempête Xynthia (27-28 février 2010) démontre que ce schéma a vécu et que nos sociétés du XXIe siècle s’en sont progressivement éloignées.

2On se propose donc d’examiner comment et pourquoi les peurs anciennes ont déserté la mémoire des riverains de l’océan. Cette recherche fait appel à l’histoire pour évaluer l’état des précautions prises par les sociétés anciennes dans leur cohabitation avec la mer. Il s’agit ensuite de restituer les facteurs qui ont conduit à refouler la peur bleue et à créer les conditions du drame humain de février 2010. Enfin, l’analyse « à chaud » du dossier Xynthia, permet d’envisager le devenir de ces peurs bleues, à l’aune des réactions de l’État et des victimes.

Des peurs domestiquées (XIIIe-XIXe siècle)

  • 6 Emmanuel Garnier et Frédéric Surville (dir.), La tempête Xynthia face à l’histoire. Submersions et (...)

3Les archives météorologiques récemment revisitées livrent un verdict bilan est sans nuance : les événements ont été nombreux dans l’histoire du littoral du Centre-Ouest. Les communautés littorales savaient y faire face et n’ont jamais renoncé à vivre avec la mer6.

La conquête des mers

4Dès le Moyen âge, les communautés ont pratiqué le défrichement massif des bassins versants, accentuant le ruissèlement, le lessivage des sols et le charriage fluvial de sédiments dont les dépôts côtiers sont une constante des temps anciens. Les communautés littorales ont tiré parti de l’abondance sédimentaire en faisant naître des paysages de terre et d’eau : les salines en Saintonge et sur Ré, les marais agricoles (mouillés et desséchés) en Aunis et Poitou.

  • 7 Thierry Sauzeau, « Les petits ports animateurs de l’économie maritime de la mer des Pertuis sainto (...)
  • 8 Florence Edesa, Les sauniers de l’île d’Oléron au XVIIIesiècle, Mémoire de Maîtrise, Poitiers, 200 (...)
  • 9 Bibl. Nat. – fonds Arnou – Ms. no 21 329 pages 412 et 438. En 1688, l’intendant Arnou décrivait un (...)
  • 10 Sarah Mille, « Les espaces du sel au XIXesiècle en Charente Maritime », Colloque « Les sociétés li (...)
  • 11 Notre article, « Du sel aux huîtres : la mutation socio-économique du littoral saintongeais (XVIIe(...)

5L’histoire des salines de Saintonge est liée à la mise en place d’une économie extravertie, tournée vers l’exportation du sel. Les habitants pouvaient s’appuyer sur une multitude de chenaux navigables et de petits ports actifs7. Les XVIIe et XVIIIe siècles changèrent la donne, les marais des Isles de Saintonge abritant un mouvement de concentration foncière. La paupérisation des sauniers dominés par des propriétaires, s’installa8. La pêche des huîtres, conservées dans les marais l’hiver, pour la subsistance ou le commerce, se développa. Paysans des salines, les sauniers se mirent à exercer alors une pression sur l’estran, en multipliant les aménagements de claires à huîtres9. La naissance de cette entreprenante « filière huîtrière » réduisait un peu plus l’accès au flot de marée pour des salines en proie à la déprise et à la reconversion en pâturages : les marais gâts inhabités10. Sur la côte, la multiplication des « réservoirs à huîtres » se réalisa en douceur11. Les marais de Marennes-Oléron s’installèrent dans un rôle que le XIXe siècle ostréicole confirma, grâce à de nouveaux réseaux commerciaux. Dopée par le bateau-vapeur (années 1820) avant le chemin de fer (vers 1870), l’activité structura l’habitat contemporain. La moindre butte a fixé les villages, attirés par la présence d’une grève, d’un chenal et de son quai ou d’un simple ruisson associés à une activité économique tournée vers la mer (cueillette, pêche, transport du sel, des huîtres ou des hommes). En Saintonge comme sur Ré, la peur du raz-de-marée associée à l’attrait des zones de forte sédimentation détermine la carte des villages anciens, abrités de la houle d’ouest.

  • 12 Yannis Suire, « Le Marais poitevin : un patrimoine paysager et culturel né de l’adaptation à l’env (...)
  • 13 SHD, Archives du Génie, 1V D60, pièce 52, C. Masse, Mémoire sur la carte particulière du 47equarré (...)

6Yannis Suire, quant à lui, a remarquablement analysé l’habitat d’un Marais Poitevin tourné vers l’agriculture12. Là aussi les villages privilégient les terres hautes, tandis que les « routes d’eau » serpentent au pied des anciennes îles et assurent le lien avec les marais. Ce rôle essentiel de l’eau se traduit dans la physionomie de ces bourgs. Ceux-ci sont fréquemment constitués d’alignements de maisons et de dépendances, perpendiculaires à la rue, faisant le lien entre cette dernière, qui serpente au sommet du coteau, et la route d’eau en contrebas. Les bourgs ont la forme d’un village-rue organisé autour d’un axe principal d’où partent de nombreuses « venelles » descendant vers la route d’eau. Cette configuration de l’espace est décrite par Claude Masse, par exemple pour Mauzé13. En contrebas du coteau, de nombreux petits ports, privés ou communs, assurent la transition entre les exploitations des terres hautes, les routes d’eau et, au-delà, les marais. Ce sont d’importants lieux d’activité où les Maraîchins se retrouvent pour accoster, décharger, embarquer, échanger. La disposition des maisons voit la façade toujours orientée au sud ou à l’est, tandis que la façade nord ou ouest, face au vent dominant et aux tempêtes, est quasiment aveugle, si ce n’est quelques petites ouvertures pour aérer les récoltes dans les greniers.

La défense des terres

  • 14 Fernand Verger, Marais et estuaires du littoral français, Paris, Belin, 2005, 335 p.

7En Centre-Ouest cette conquête des mers s’achève véritablement dans les premières décennies du XXe siècle. C’est le cas autour de la baie de l’Aiguillon, dont le réseau de digues a été remarquablement cartographié par Fernand Verger14. En descendant des anciennes îles vers les marais desséchés, on constate que les Maraîchins ont mis en œuvre une série de techniques adaptées à l’environnement. Yannis Suire a analysé la manière dont les « cabanes », grandes exploitations de marais desséchés, furent aménagées et exploitées. La cabane était reliée au bourg par un chemin rectiligne implanté le long d’un canal ou d’un fossé, souvent au-dessus du talus issu de son creusement. L’éventuelle habitation était située en bordure de l’exploitation pour bénéficier d’un canal ou d’un fossé et circuler en bateau lorsque le chemin était inexistant ou impraticable. Les bâtiments, à commencer par la demeure, étaient édifiés sur une surélévation en terre pour palier les inondations. Brouage et Oléron ont aussi connu des formes d’aménagement de polders - moins vastes qu’en marais Poitevin. Appelés « tannes », ces assèchements, que l’ont retrouve à la Perrotine ou à Moëze ont accompagné le développement économique du XIXe siècle. Les hommes ont élevé des digues pour fermer les platins vaseux, les drainer par un ingénieux système hydraulique et créer les tannes agricoles, sur un littoral qui était en proie à un déficit chronique de subsistances, et accueillait une population improductive, de militaires et de touristes.

  • 15 Geneviève Renaud-Romieux et Jean-Pierre Roussel, L’île d’Oléron, Inventaire Général, Images du Pat (...)
  • 16 Charles-Esprit Le Terme, Règlement général et notice sur les marais de l’arrondissement de Marenne (...)

8Menée sur plusieurs siècles, la colonisation des vasières et leur conversion en espaces productifs (salines, polders) a fixé la topographie du littoral du Centre-Ouest. Jusqu’aux années 1950, les noyaux de peuplement s’étaient tenus éloignés de l’aléa de submersion (ou d’inondation) connu. La peur avait engendré trois réflexes. Par peur de la houle, villages et hameaux fuyaient l’exposition à l’ouest sur les îles Ré, Oléron et Aix tandis que sur le continent, la protection des îles favorisait la création de villages côtiers. Par peur de la submersion on bâtissait perché sur la moindre butte. Par peur des tempêtes, l’habitat groupé dominait et les façades tournaient le dos à l’ouest et à ses vents dominants15. Partout enfin, la question de l’entretien des digues et des canaux était une priorité assumée individuellement ou collectivement, par les associations syndicales créées au XIXe siècle16.

La peur refoulée : le temps de l’inconscience (XXe siècle)

9C’est précisément autour de ces deux éléments – l’urbanisme et l’hydraulique – que se situent les principales ruptures identifiables au XXe siècle. Partout, on peut pointer l’incurie dont on a fait preuve à compter des années 1960.

Le temps de l’inconscience

  • 17 Stéphane Raison, « Le classement des digues littorales au titre de la sécurité civile : un exemple (...)

10Sur le littoral touché par Xynthia, la « cuvette de la mort » de La Fautesur-Mer, en Vendée, offre à la géohistoire un concentré du passage de la sensibilité à la vulnérabilité. Sa géomorphologie renvoie à la dynamique d’un estuaire du golfe de Gascogne, celui du Lay, avec constitution d’une flèche littorale rive nord, en progradation constante vers le sud. À la fin du XIXe siècle, sous le vent de ce rempart de sable, s’implante un village à partir duquel sera organisée la poldérisation des platins vaseux. Créée en 1957, par détachement de L’Aiguillon-sur-Mer, la commune s’organise d’abord autour de La Faute, dont le noyau reste perché sur la dune, en amont de la Pointe d’Arçay. Le développement économique, mono centré sur une activité balnéaire dévoreuse de foncier, conduit ensuite à coloniser les polders du Lay, jusqu’où l’aléa de submersion est le plus fort17. Sur ce terroir agro maritime fraîchement approprié, la mémoire des submersions (1906, 1928, 1930, 1940) a fait défaut : les racines paysannes du village se sont dissoutes dans le développement de la station balnéaire. L’exemplarité de ce site vendéen a frappé les esprits, et fait oublier que les villages impactés par Xynthia sont marqués par l’extrême diversité de leurs situations.

  • 18 Jacques Boucard, « L’entretien des défenses à la mer : l’exemple de l’île de Ré », dans Emmanuel G (...)
  • 19 Sarah Mille, Les marais charentais. Géohistoire des paysages du sel, Rennes, PUR, 2003, 270p.
  • 20 Thierry Sauzeau et Jacques Péret, « La Perrotine et Boyardville : expertises géohistoriques après (...)

11À Charron – comme sur l’île de Ré18 – le manque d’entretien des digues a accentué la vulnérabilité de quartiers imprudemment aménagés au pied d’îlots anciens, à bonne distance de la mer. À Aytré-plage, la pente vers le canal du Pont de Pierre (XVIIIe siècle) a été barrée par des remblais (camping et parking de la base nautique, années 1970) parachevant une cuvette formée par la voie ferrée (fin XIXe siècle) et la dune (fragilisée par des sentiers d’accès à la plage). Sur l’île d’Aix, l’aménagement d’un chemin ostréicole dans le cordon dunaire de la grande plage a ouvert la voie à l’inondation. Aux Boucholeurs, le voisinage de la Réserve naturelle du marais d’Yves19 rompant la continuité de la digue littorale, a offert à l’onde de marée la possibilité de pénétrer dans les marais avant de prendre le village à revers. À Port des Barques, en dépit de sa sensibilité à la submersion, le secteur du Maraîchat a été loti dans les années 1980. À Boyardville et La Perrotine, infrastructures (quais, pont routier) et équipements (pontons flottants, sentier pédestre) ont fragilisé les digues et les rives d’un chenal, dont le rôle de canalisation du flot de marée vers les marais a été négligé20.

12Partout, l’oubli, la négligence ou encore le détournement d’installations hydrauliques a retardé ou empêché l’évacuation des eaux marines. Partout cependant, la submersion des maisons anciennes bâties sur vide sanitaire ou étage n’a pas exposé les habitants à un danger mortel.

Le temps de la pensée unique

13Dans la nuit du 27 au 28 février 2010, Xynthia, banale tempête hivernale, a semé la désolation sur le littoral du Centre-Ouest. Entre 3 heures et 4 heures du matin, avant l’horaire de pleine mer, la cote + 4,30 m NGF a été atteinte, submergeant des localités et prenant de court les acteurs. L’efficacité des opérations de secours dissimule mal la chaîne d’irresponsabilité qui a conduit au drame : la probabilité d’une submersion n’était pas réellement prise au sérieux.

  • 21 François Mancebo, « Katrina et la Nouvelle-Orléans : entre risque “naturel” et aménagement par l’a (...)

14Au niveau de l’État, ce risque était – et reste – lié aux grandes évolutions climato-océaniques. À l’échelle locale, il s’agissait d’un aléa dont la prise en considération déterminait l’instruction du plan de prévention des risques. La sensibilité des citoyens renvoyait aux vagues du tsumani du sud-est asiatique (2004) ou de Katrina en Louisiane (2005). En définitive, ces niveaux de lecture entretenaient l’illusion d’un phénomène spécifique aux États insulaires et riverains de l’Océan Indien et aux régions tropicales exposées aux ouragans21. Le risque était trop exotique pour inquiéter un propriétaire de villa, trop improbable pour qu’un maire refuse un permis de lotir avec « vue sur la mer », trop éloigné pour que les autorités n’aient à ce jour engagé de politique spécifique.

  • 22 Le projet concernait 111 maisons, suivant un plan réalisé après la tempête de 1999 : Interview de (...)
  • 23 Actes de la journée d’études « Impact des changements climatiques sur les risques côtiers », BRGM, (...)

15Le Centre-Ouest français avait pourtant vécu les submersions de la tempête Martin (1999). À Port des Barques, à l’embouchure de la Charente, le Maraîchat avait été submergé sans que les autorités ne donnent suite aux appels de la municipalité, désireuse de délocaliser ce lotissement22. À Mortagne-sur-Gironde, le Conservatoire du Littoral avait quant à lui rendu à la mer des prairies submersibles. En dépit de ses limites, ces actions de dépoldérisation offraient la seule réponse connue. Écologique, définitive et économique cette doctrine est très appréciée des décideurs. Elle est adaptée aux dynamiques d’érosion des côtes et d’élévation du niveau de l’Atlantique, attestées par la veille environnementale effectuée par les géosciences23.

  • 24 Témoignage de Bernard Bouillé, ancien maire de Charron, dans La Gazette Marandaise, no 337, mai 20 (...)

16Avant Xynthia, dans le temps, l’espace, ou les consciences, le risque de submersion était autant rationalisé que mis à distance. La peur avait déserté les esprits, à mesure que l’amnésie des évènements s’était installée. Les résidents les mieux enracinés du littoral demeuraient quant à eux les gardiens insignifiants de cette mémoire. Ils avaient vécu le déclassement des activités agro maritimes et le triple abandon du paysage, de la responsabilité et de la mémoire des aménagements (digues, ponts, quais, canaux), tandis que la priorité allait au développement économique et au marché de l’immobilier. Conscients que leurs territoires étaient sensibles, ces acteurs clés pouvaient bien lancer des alertes24. Obsolète pour les uns, désuète pour les autres, leur peur ne servait qu’à les tenir en éveil, les nuits de tempête, un œil sur le coefficient de marée, l’autre sur le baromètre…

Xynthia, retour de la peur bleue sur le littoral

La peur, mauvaise conseillère

  • 25 Emmanuel Garnier, « 500 ans de vimers sur le littoral de Poitou-Charentes : risque et vulnérabilit (...)

17À côté de son caractère inattendu, le grand traumatisme de Xynthia réside dans son bilan humain – 53 morts – à l’origine d’une vive réaction au sommet de l’État. On a fait le procès de l’urbanisation des polders agricoles. On a stigmatisé la décentralisation et les pouvoirs d’urbanisme des maires. On a dédouané l’État, responsable d’avoir délivré des permis de construire avant les lois de décentralisation, et d’avoir sanctionné leur délivrance par les maires, après. L’absence d’événement de submersion au cours du dernier demi-siècle offre l’explication la moins polémique : on a bâti à l’abri d’une illusion de sécurité25. L’exacte illustration réside dans le drame du polder de La Faute-sur-Mer. Les autorités locales et nationales, les médias et l’opinion publique partageaient des représentations et une méconnaissance du risque de submersion, de son histoire et de ses causes. Sous les feux de l’actualité, le traitement de l’affaire Xynthia a connu un emballement à la mesure de l’illusion qui régnait encore la veille.

  • 26 Éric Chaumillon et alii., Suivi de la granulométrie et de la topographie des plages de Charentemar (...)
  • 27 Eric Chaumillon, Conclusion du colloque « Les littoraux à l’heure du changement climatique », Roch (...)

18Sous le coup d’une hystérie collective, généralisations et approximations se sont enchaînées. On a d’abord omis de discriminer ce qui découlait de l’évènement météo extrême, de ce qui relevait des changements climatiques. Peu importe que Xynthia ait épargné les villages exposés à la houle d’ouest, où l’érosion du trait de côte est connue et mesurée26. Les yeux rivés sur les projections du GIEC, on a élevé Xynthia au rang d’évènement sentinelle. On l’a considéré comme un jalon sur l’échelle de l’élévation du niveau des mers, déterminant un effet de cliquet sur l’échelle des précautions à prendre. Peu importe que la science ait établi que changement climatique et évènements extrêmes ne sont pas liés27. La peur héritée d’une cohabitation historique, précaire mais possible avec la mer a été renvoyée à sa désuétude. À la question posée par Xynthia, on se devait d’opposer une réponse plus « moderne » – la dépoldérisation – quoique forgée pour répondre au caractère progressif des changements climatiques et non à un évènement extrême.

  • 28 Yannick Le Gall, « La domanialisation comme moyen de lutte contre l’urbanisation littorale », dans (...)
  • 29 Thierry Sauzeau, « L’État en flagrant délit d’improvisation », dans La Lanterne, Bulletin municipa (...)

19Un mois après la submersion, l’État a donc imposé aux sinistrés des mesures de zonage : zones « noires » puis « de solidarité » et enfin « d’aubaine ». On a fortement incité les propriétaires qui acceptaient de déguerpir, à céder leurs biens à l’État. La domanialisation parachève le retour à la mer de ces territoires28, soustraits au Domaine Public Maritime au XIXe siècle. Depuis avril 2010, cette méthode n’en finit pas de révéler ses limites. Réponse adaptée aux effets des changements climatiques, la dépoldérisation ne l’est pas aux conséquences d’un évènement extrême. La doctrine a donc dû être justifiée a posteriori, par un mélange d’expertises techniques – très rudimentaires29 – et de recours à l’émotion suscitée dans l’opinion. Elle est par ailleurs frappée du sceau de l’injustice entre territoires, épargnés ici (La Rochelle, île de Ré), condamnés là (Fouras, Les Boucholeurs, l’île d’Oléron) sans explication convaincante et sans dissiper les soupçons de favoritisme…

Peur acceptée, peur maîtrisée

  • 30 André Leroi-Gourhan, Le Geste et la Parole, Paris, Albin Michel, 1965.

20Devant tant de confusion, l’effet d’aubaine lié au rachat par les Domaines n’a pas reçu l’accueil escompté. La générosité de l’action publique ne suffit pas à annuler ce qui, pour le préhistorien A. Leroi-Gourhan est propre aux communautés sédentaires : « l’habitat répond à une triple nécessité : créer un environnement efficace d’un point de vue technique, fournir un encadrement au système social, mettre de l’ordre à partir d’un point donné, dans l’univers environnant30. » Délocaliser, c’est exclure les sinistrés et dissoudre leurs racines.

  • 31 Jacques Bignon (dir. CNLRL), Ouest-France, 1er mars 2010.
  • 32 Disaster Research Center installé à l’Université de Columbus, dans l’Ohio jusqu’en 1985, et qui se (...)

21C’est pourquoi, de l’éruption du Vésuve en 79 apr. J.-C. à Pompéi au séisme de L’Aquila (2009) après chaque catastrophe, les habitants souhaitent rester. Le directeur du Conservatoire du Littoral prophétisait dès le 1er mars 2010 : « On perd vite la mémoire de la peur, six mois après, quand tout est rentré dans l’ordre, les gens hurlent, ils veulent reconstruire31. » De telles réactions – un peu vite qualifiées d’illogiques et d’irrationnelles – sont l’objet d’étude de la sociologie des désastres32. Quand la catastrophe est vue comme un « problème » qui doit être résolu de manière rationnelle et que des vies humaines sont en jeu, la solution s’inspire de deux valeurs : la solidarité et l’efficacité. On oublie que les victimes d’une calamité naturelle ont aussi besoin d’une assistance psychologique, pour surmonter le choc, rétablir les formes de sociabilité et les structures sociales mises à mal par l’événement. Ici, c’est l’inverse qui s’est produit. Les rescapés ont tous vécu le « zonage » comme un second traumatisme. Attendue par des préfets experts en gestion des secours, la résistance des habitants n’a pas été anticipée, simplement reçue avec un mélange de fermeté et d’indifférence.

  • 33 Amalia Signorelli, « Catastrophes naturelles et réponses culturelles », Terrain (en ligne), no 19, (...)
  • 34 [http://www.mshs.univ-poitiers.fr/paysages-patrimoine/].

22Les sciences humaines sont peu enseignées dans les grandes écoles, le moule des élites françaises, ce n’est pas anodin. La sociologie des désastres enseigne que la réflexion et l’enquête sur le sens (signification et valeur) de la catastrophe permet de gérer ces réactions de résistance. Or les autorités considèrent systématiquement ce travail comme « hors sujet33 ». En dépit de la révolution balnéaire, la permanence de racines paysannes dans les villages côtiers est réelle : elle offrait un levier que les autorités n’ont pas saisi. Lorsque dans l’urgence, nous avons expérimenté un protocole destiné à structurer la parole des habitants enracinés, cela a été bien accueilli. La méthode a été expérimentée sur un espace laboratoire, les rives du chenal de La Perrotine (île d’Oléron) au lendemain de l’annonce des zonages. Le but était de documenter la question des rapports entretenus entre histoire, mémoire et gestion des défenses contre la submersion marine. Nous avons mené trois enquêtes, avant d’en confronter les résultats. La mobilisation des cartes anciennes de la collection CPER « Paysages et patrimoine du Centre-Ouest atlantique34 », a permis de constituer un atlas dynamique du paysage. On a déterminé les grandes étapes de la construction du territoire, en estimant la date des premiers noyaux de peuplement permanent, en précisant les aménagements auxquels ils avaient donné lieu et en reconstituant leurs dynamiques respectives. Ce travail de géohistorien s’est ensuite confronté à l’interview des habitants présents dans la nuit du 28 février 2010. Où, comment et à quelle heure les aménagements de défense contre la submersion avaient-ils failli ? Chaque habitant présent la nuit du sinistre a pu témoigner de son expérience vécue de Xynthia : chronologie des faits, observation de la submersion, résultats et impact. Tout a été consigné sur des procès verbaux, datés et signés. Très vite, et de manière inattendue, les habitants enracinés ont proposé leur vision des facteurs aggravants de la submersion. Le demi-siècle d’incurie a été décortiqué, documents à l’appui (photos et cartes postales anciennes, plans et archives privées). On a ainsi constitué trois ensembles documentaires : une description dynamique de la submersion du 28 février 2010 ; un recensement mémoriel des facteurs aggravants de la catastrophe ; une biographie du territoire basée sur les cartes anciennes. La grande cohérence des trois corpus a finalement permis de dresser un diagnostic argumenté du passage historique de la conscience à l’inconscience, de la connaissance du risque à la vulnérabilité contemporaine. Loin de se dresser en procureur à la recherche de responsables, on est parvenu à poser un diagnostic. La mesure de la vulnérabilité en termes d’imprudences – constructions hasardeuses – et de négligences – absence d’entretien – a ainsi permis de suggérer des pistes de réversibilité.

  • 35 Art. 42 de la loi du 3 juillet 2003, dispositif incombant aux collectivités territoriales.

23La gestion des catastrophes s’appuie prioritairement sur les bilans matériels et humains mais à l’occasion de la tempête Xynthia, la recherche appliquée en géohistoire a pu s’adosser à la parole des sinistrés. Ainsi, la mémoire des habitants, déclarée « hors sujet » par les autorités, a été portée à la connaissance du public, des décideurs et de la communauté scientifique. La méthode associant histoire, mémoire et enquête sur le déroulement même de la submersion, totalement inédite, place l’historien au cœur de la mêlée, dans un rôle de médiateur entre administrés et administration. L’apposition de repères de submersion sur les territoires35 doit fournir un prolongement à ce chantier, étendu à plusieurs sites charentais, grâce aux travaux d’étudiants de Master boursiers de la Région Poitou-Charentes. Il s’agira du levier de restauration d’une culture du risque qu’il est devenu urgent de réinventer, sous peine de délocaliser le risque en même temps que les zones bâties.

*

24Sur les littoraux du Centre-Ouest, l’histoire rejoint la mémoire des habitants enracinés. Leur peur de la mer et de ses colères commandait des attitudes, des interdits et des habitudes qui permettaient de faire face au danger. Ils avaient appris à dominer leur peur bleue et ne sollicitaient l’aide de l’État que lorsque leurs ressources étaient insuffisantes, pour relever des digues, creuser des canaux ou établir des ouvrages d’art. Durant la seconde moitié du XXe siècle l’irruption massive de nouveaux habitants a dilué ce rapport au risque, cultivé une forme d’inconscience et fait disparaître la peur des éléments. Trois facteurs simultanés ont concouru à cet oubli. Les progrès technologiques ont affiné les prévisions météorologiques et la peur de la catastrophe naturelle s’est estompée. Ensuite, la fréquence des accidents météorologiques s’est amoindrie. Enfin, la littoralisation relayant le boom balnéaire, a transformé la sociologie des habitants. De plus en plus étrangers aux racines rurales, ils ont vécu dans l’illusion d’un risque faible, d’aléas mieux connus et d’une faible probabilité de la catastrophe « naturelle ». Sur un demi-siècle, des pratiques, dont la moins imprudente ne fut pas de lotir des champs situés sous le niveau de la mer, ont reflété cette évolution. La peur refoulée, oubliée, tombée en désuétude face à la marche triomphante du progrès et de la prospérité économique a fait le lit de la vulnérabilité. Dans le même temps, le repli de l’État sur ses missions régaliennes, doublé d’un brouillage des compétences décentralisées, offrait le champ libre à l’urbanisation. À l’abri de la dérégulation, la loi du marché a dicté ses règles. Consciemment du côté des vendeurs et inconsciemment côté acquéreurs, l’argumentaire de vente tout entier contenu dans le « vue sur la mer » a balayé la mémoire des risques et la peur qui invitait les anciens à la vigilance. Après avoir été assumée des générations durant, la peur a donc été refoulée et l’insouciance érigée en doctrine de l’habitat en zone littorale.

25La peur bleue est revenue à l’aube du XXIe siècle, dans le contexte anxiogène des changements climatiques. Après Lothar, Martin (1999) et Klaus (2009), le lourd bilan humain de Xynthia (2010) a poussé l’État à se racheter de décennies d’incuries. Une forme d’hystérie l’a fait céder aux sirènes du catastrophisme, au nom du principe de précaution. Avec les projections océano climatiques pour seul repère, les autorités ont élevé Xynthia - évènement extrême – au rang de signe des changements climatiques. Ainsi, l’État n’a mis que quelques semaines pour délimiter – avec des moyens insuffisants et des méthodes peu rigoureuses – des zones de repli de l’habitat. Loin de faire partager la peur légitime que de tels évènements devraient faire naître, l’action de l’État aura eu l’effet inverse. Non que les sinistrés n’aient pas ressentis individuellement la peur, mais parce que l’action officielle n’y a pas apporté de réponse. Elle a ajouté une nouvelle situation anxiogène, un second traumatisme qui a occulté le premier : comme si l’État semblait vouloir achever la besogne de la Nature.

  • 36 François Mancebo, « Katrina et la Nouvelle-Orléans : entre risque « naturel » et aménagement par l (...)

26L’histoire du climat rappelle que les évènements météo extrêmes s’inscrivent dans une alternance entre des périodes de forte et de faible fréquence. La géohistoire replace toute catastrophe « naturelle » dans son statut de catastrophe « humaine », en ce qu’elle résulte de modalités – actives ou passives – d’exposition à l’aléa36. La question de l’acceptabilité et de l’adaptation au risque, peut ensuite être explorée pour établir quand et comment les générations successives d’habitants du littoral l’ont expérimentée. L’histoire des défenses face à la mer, croisée avec celle des submersions, explique l’impréparation des habitants, de l’État et des collectivités locales lorsqu’ils ont dû faire face à la tempête Xynthia. Elle est surtout riche de pistes à suivre afin de restaurer le patrimoine bâti des digues et le patrimoine immatériel de la peur des submersions.

  • 37 Emmanuel Garnier, « Les horizons républicains : recommandations aux décideurs », dans Emmanuel Gar (...)

27Avec Xynthia, la peur est donc revenue sur les littoraux du Centre-Ouest. Cette peur peut reprendre au sein des communautés littorales, la place qui était la sienne avant la grande amnésie du second XXe siècle. Une politique de mémoire renouvèlerait les bases de la cohabitation avec la mer et ses colères. Cette peur apprivoisée, domestiquée, devrait inspirer des réglementations des aménagements, une pédagogie, une politique d’information, de prévention, d’alerte et de réaction face au danger. La « vue sur mer » serait alors associée au risque de submersion et il faudrait en accepter l’impact sur le marché immobilier. Xynthia offre l’opportunité d’inventer une politique citoyenne permettant de vivre avec la peur pour mieux la conjurer37. La voie proposée par l’État est toute autre, car elle n’interrompt nullement le travail de sape de notre vigilance collective. Une fois les zones sinistrées vidées de leurs habitants, la mer restera dangereuse et libre de frapper ailleurs, dans les mêmes conditions. À la manière du bouc émissaire des temps anciens, le sacrifice des maisons submergées par Xynthia n’aura alors servi qu’à apaiser nos peurs, au prix d’une illusion moderne, celle du risque zéro.

Notes

1 Alain Cabantous et alii, Les Français, la terre et la mer (XIIIe-XXe siècles), Paris, Fayard, 900 p.

2 Gérard Le Bouëdec et alii, Entre terre et mer. Sociétés littorales et pluriactivités (XVe-XXe siècles), Rennes, PUR, 2004, 391 p.

3 Dominique Guillemet, « Insultes et injures littorales : les descentes ennemies sur le littoral français du Ponant aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans Mickaël Augeron et Mathias Tranchant, La violence et la mer dans l’espace atlantique (XIIe-XIXe siècles), Rennes, PUR, 2004, 524p, p. 73-88.

4 Jean Delumeau., « La peur et l’historien (entretien avec Bernard Paillard) », Communications, no 57, 1993, p. 17-23.

5 Dominique Guillemet, Les îles de l’Ouest de Bréhat à Oléron, du Moyen âge à la Révolution, La Crèche, Geste, 2000, 355 p.

6 Emmanuel Garnier et Frédéric Surville (dir.), La tempête Xynthia face à l’histoire. Submersions et tsunamis sur les littoraux français du Moyen Âge à nos jours, Paris, Le Croît Vif, 2010, 174 p.

7 Thierry Sauzeau, « Les petits ports animateurs de l’économie maritime de la mer des Pertuis saintongeais (XVe-XVIIIe siècles) », dans Gérard Le Bouëdec et Gilbert Buti, Les petits ports. Usages, réseaux et sociétés littorales (XVe-XIXe siècles), Rives méditerranéennes, no 35-2010, p. 79-97.

8 Florence Edesa, Les sauniers de l’île d’Oléron au XVIIIe siècle, Mémoire de Maîtrise, Poitiers, 2001.

9 Bibl. Nat. – fonds Arnou – Ms. no 21 329 pages 412 et 438. En 1688, l’intendant Arnou décrivait un élevage pratiqué « dans les marais salants » où l’on creusait « de petits réservoirs élevés des quatre côtés en forme de chaussée avec de la terre grasse », dans sa lettre au secrétaire d’État à la RPR., Chateauneuf.

10 Sarah Mille, « Les espaces du sel au XIXe siècle en Charente Maritime », Colloque « Les sociétés littorales du Centre-Ouest atlantique », Rochefort 1995, SAO éd, 1996.

11 Notre article, « Du sel aux huîtres : la mutation socio-économique du littoral saintongeais (XVIIe-XIXe siècles) », Revue Historique du Centre Ouest, t. II, 2e semestre 2005, p. 321-368.

12 Yannis Suire, « Le Marais poitevin : un patrimoine paysager et culturel né de l’adaptation à l’environnement », dans Thierry Sauzeau (dir.), Marais poitevin et terres marines d’entre Loire et Gironde. Paysages et patrimoine, actes de la journée d’études du CPER « Paysages et patrimoine », 2010, p. 25-32, URL [http://fr.calameo.com/books/0005082523c0f93c288c6].

13 SHD, Archives du Génie, 1V D60, pièce 52, C. Masse, Mémoire sur la carte particulière du 47e quarré…, p. 298.

14 Fernand Verger, Marais et estuaires du littoral français, Paris, Belin, 2005, 335 p.

15 Geneviève Renaud-Romieux et Jean-Pierre Roussel, L’île d’Oléron, Inventaire Général, Images du Patrimoine, Service Régional de l’Inventaire Poitou-Charentes, 1993.

16 Charles-Esprit Le Terme, Règlement général et notice sur les marais de l’arrondissement de Marennes, Rochefort, 1826.

17 Stéphane Raison, « Le classement des digues littorales au titre de la sécurité civile : un exemple de mise en œuvre en Vendée », Xes Journées Nationales du Génie Côtier – Génie Civil, 14-16 octobre 2008, Sophia Antipolis.

18 Jacques Boucard, « L’entretien des défenses à la mer : l’exemple de l’île de Ré », dans Emmanuel Garnier et Frédéric Surville (dir.), La tempête Xynthia face à l’histoire…, p. 26-32.

19 Sarah Mille, Les marais charentais. Géohistoire des paysages du sel, Rennes, PUR, 2003, 270p.

20 Thierry Sauzeau et Jacques Péret, « La Perrotine et Boyardville : expertises géohistoriques après Xynthia », Journal des propriétaires de l’île d’Oléron, no 104, juin 2010, p. 10-16.

21 François Mancebo, « Katrina et la Nouvelle-Orléans : entre risque “naturel” et aménagement par l’absurde », Cybergeo : European Journal of Geography (En ligne), Aménagement, Urbanisme, document 353, mis en ligne le 12 octobre 2006. URL : [http://cybergeo.revues.org/index90.html].

22 Le projet concernait 111 maisons, suivant un plan réalisé après la tempête de 1999 : Interview de Jacky Laugraud, maire de Port-des-Barques, dans L’Hebdo de la Charente Maritime, no du 15 avril 2010, p. 5.

23 Actes de la journée d’études « Impact des changements climatiques sur les risques côtiers », BRGM, Orléans, 15-16 nov. 2010. URL: [http://www.brgm.fr/brgm//Fichiers/risques_cotiers_2010_actes.pdf].

24 Témoignage de Bernard Bouillé, ancien maire de Charron, dans La Gazette Marandaise, no 337, mai 2010.

25 Emmanuel Garnier, « 500 ans de vimers sur le littoral de Poitou-Charentes : risque et vulnérabilité des sociétés », dans Thierry Sauzeau (dir.), Comprendre Xynthia, expliquer un phénomène, Journée d’études de la Région Poitou-Charentes, Poitiers, juin 2010, p. 11-17.

26 Éric Chaumillon et alii., Suivi de la granulométrie et de la topographie des plages de Charentemaritime de 1999 à 2007, rapport pour le Conseil général de Charente – Maritime, 2007.

27 Eric Chaumillon, Conclusion du colloque « Les littoraux à l’heure du changement climatique », Rochefort/Brouage/La Rochelle, 18-20 novembre 2010, actes à paraître.

28 Yannick Le Gall, « La domanialisation comme moyen de lutte contre l’urbanisation littorale », dans Denis Mercier et Martine Acerra (dir.), Xynthia, une tragédie prévisible, Nantes, Place Publique, 2011, p. 42-45.

29 Thierry Sauzeau, « L’État en flagrant délit d’improvisation », dans La Lanterne, Bulletin municipal de Saint Pierre d’Oléron, no 111, oct-nov. 2010, p. 4.

30 André Leroi-Gourhan, Le Geste et la Parole, Paris, Albin Michel, 1965.

31 Jacques Bignon (dir. CNLRL), Ouest-France, 1er mars 2010.

32 Disaster Research Center installé à l’Université de Columbus, dans l’Ohio jusqu’en 1985, et qui se trouve actuellement à la State University of Delaware. Le directeur, E. L. Quaranteilli, a dirigé le volume Disasters. Theory and research (1978).

33 Amalia Signorelli, « Catastrophes naturelles et réponses culturelles », Terrain (en ligne), no 19, 1992, mis en ligne le 2 juillet 2007. URL : [http://terrain.revues.org/index3052.html].

34 [http://www.mshs.univ-poitiers.fr/paysages-patrimoine/].

35 Art. 42 de la loi du 3 juillet 2003, dispositif incombant aux collectivités territoriales.

36 François Mancebo, « Katrina et la Nouvelle-Orléans : entre risque « naturel » et aménagement par l’absurde », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 353, mis en ligne le 12 octobre 2006. URL : [http://cybergeo.revues.org/index90.html].

37 Emmanuel Garnier, « Les horizons républicains : recommandations aux décideurs », dans Emmanuel Garnier et Frédéric Surville (dir.), La tempête Xynthia face à l’histoire, op. cit., p. 34-39.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540