Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ennemie intime

 | 
Frédéric Chauvaud

Deuxième partie. La nature endormie et les éléments déchaînés

Introduction

Jacques Péret

Texte intégral

  • 1 Jean Delumeau, La peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècle). Une cité assiégée, Paris, Fayard, 1978.
  • 2 Emmanuel Le Roy-Ladurie, Abrégé d’histoire du climat du Moyen Âge à nos jours, Fayard, 2007, Histo (...)
  • 3 Robert Muchembled, Société, cultures et mentalités dans la France moderne, Paris, A. Colin, 1994.
  • 4 Emmanuel Garnier, Les dérangements du temps. 500 ans de chauds et froids en Europe, Plon, 2010. Vo (...)

1Jean Delumeau1, Emmanuel Le Roy Ladurie2, Robert Muchembled3 ont déjà mis en valeur l’omniprésence des calamités naturelles dans la vie quotidienne et la culture des sociétés modernes. Les approches se sont depuis multipliées dans le cadre de la montée en puissance de l’histoire de l’environnement, où se rejoignent enjeux contemporains et ancrage historique dans la longue durée. La gamme des entrées possibles dans cette thématique environnementale s’est élargie au rythme des catastrophes naturelles contemporaines. Chacune d’entre elles a stimulé la recherche des historiens soucieux de les mettre en perspective. Les sécheresses, les inondations, les éruptions volcaniques, les tremblements de terre, les ouragans, les avalanches, les tsunamis, les raz de marées catastrophiques et médiatisés des dernières années de Katrina en Louisiane à Haïti en passant par Martin puis Xynthia sur les côtes atlantiques françaises renvoient à des phénomènes récurrents à l’échelle multiséculaire étudiés aussi bien par Emmanuel Le Roy Ladurie que par Emmanuel Garnier4 ou Grégory Quenet.

  • 5 Cité par Emmanuel Garnier dans Emmanuel Garnier et Frédéric Surville (dir.), La tempête Xynthia fa (...)
  • 6 Ibidem, p. 10.

2Ces colères incontrôlables de la nature ont toujours été synonymes de peurs révélatrices des comportements et des cultures populaires. Les réactions face aux peurs de la nature oscillent entre la panique, l’abattement, la résignation, l’impuissance, la colère, le recours à Dieu ou au Diable avec un décalage entre les populations directement et fréquemment menacées, confrontées quotidiennement au risque et celles extérieures aux territoires habituels de la peur aux comportements très différents. La peur des résidents des « territoires de la peur », souvent « territoires du vide », littoraux sauvages, déserts des montagnes, est celle d’une peur ordinaire, relativement maîtrisée et domestiquée avec un savoir face pragmatique, construit sur la longue durée et limiteur de catastrophes, notamment quant aux pertes humaines. On ne construit pas dans un couloir d’avalanches ou dans un marais inondable et on sait s’organiser dans le cadre communautaire face à l’aléa climatique ou naturel. La mémoire entretenue des catastrophes extraordinaires constitue aussi un bon antidote au risque de la catastrophe et permet d’une certaine façon de contrôler la peur en quelque sorte admise et intégrée aussi bien en bord de mer, de rivière, en haute montagne. La religion s’intègre aussi dans ces comportements traditionnels, facteur à la fois apaisant ou culpabilisateur selon les cas, pouvant conduire à l’acceptation de la catastrophe, à la résignation ou à la colère contre les boucs émissaires classiques. À un autre niveau culturel, les représentations élitistes des éléments déchaînés, à travers la littérature, la peinture, créent des peurs fantasmées et intellectualisées éloignées des peurs vécues sur le terrain mais s’intégrant dans les grandes tendances culturelles des différentes époques. En revanche, la peur des calamités naturelles prend une tout autre dimension dans des populations peu coutumières de ces territoires à risques où « c’est l’intervention de l’homme qui transforme l’aléa naturel en désastre5 ». La transformation progressive et accélérée des territoires du vide devenus territoires du plein, notamment les espaces littoraux, s’accompagne d’un recul de la peur des colères ordinaires de la nature, considérées comme maîtrisées grâce aux progrès scientifiques et technologiques et d’un effacement progressif de la mémoire des catastrophes6. L’arrivée du cataclysme sera d’autant plus dure quant à ses conséquences humaines et déstabilisante pour des populations largement coupées de la mémoire du risque et des façons de s’en protéger. Il en résulte de nouvelles peurs d’autant plus traumatisantes qu’elles sont amplifiées par la culture contemporaine du risque zéro et par les inconséquences de l’État, au message incohérent passant du pessimisme le plus noir au discours irresponsable et faussement rassurant. La peur des colères de la nature déchaînée est en cela un miroir grossissant et impitoyable des faiblesses, des dérives des comportements profonds des sociétés contemporaines.

Notes

1 Jean Delumeau, La peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècle). Une cité assiégée, Paris, Fayard, 1978.

2 Emmanuel Le Roy-Ladurie, Abrégé d’histoire du climat du Moyen Âge à nos jours, Fayard, 2007, Histoire humaine et comparée du climat. Le réchauffement de 1860 à nos jours, Paris, Fayard, 2009.

3 Robert Muchembled, Société, cultures et mentalités dans la France moderne, Paris, A. Colin, 1994.

4 Emmanuel Garnier, Les dérangements du temps. 500 ans de chauds et froids en Europe, Plon, 2010. Voir aussi Grégory Quenet, Les tremblements de terre aux XVIIe et XVIIIe siècles, Champ Vallon, 2005.

5 Cité par Emmanuel Garnier dans Emmanuel Garnier et Frédéric Surville (dir.), La tempête Xynthia face à l’histoire. Submersions et tsunamis sur les littoraux français du Moyen Âge à nos jours, Le Croît vif, 2010, p. 10.

6 Ibidem, p. 10.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540