Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ennemie intime

 | 
Frédéric Chauvaud

Première partie. Images, perceptions et esthétique de la peur

Se faire peur avec le passé : la terreur et la banalisation du spectacle des fantasmagories (1792-1800)

Gilles Chabaud

Texte intégral

  • 1 Roger Caillois évoque, mais sans citerprécisément sa source, ce « mot presqu’oublié de Madame du D (...)

« Croyez vous aux fantômes ? Non, mais j’en ai peur ! »
« un mot » de la marquise du Deffand1

  • 2 « Variétés/Un mot sur la fantasmagorie », Courrier de l’Europe et des spectacles et Mémorial Europ (...)

« […] tout ce qui flatte l’imagination ou qui l’épouvante, tout ce qui donne des illusions plaît à la grande majorité de l’espèce humaine »
« Un mot sur la fantasmagorie »,
Courrier de l’Europe, 18112

  • 3 Le Dictionnaire de l’Académie française, dont la 8e édition date de 1932 reprend d’abord littérale (...)
  • 4 La biographie du personnage le plus fameux de la « fantasmagorie », Robertson, est de la réalisatr (...)

1Les « fantasmagories », qui consistent à montrer des « fantômes » au sens d’images de choses ou d’êtres disparus, datent de la période courant depuis les deux dernières décennies de ce que l’on nommera, avec la Révolution, l’« Ancien régime » jusqu’à la Restauration. Le problème historique qu’elles constituent tient à la charge potentiellement dramatique dont leur invention technique – des effets d’optique sophistiqués – et dramaturgique – la surprise inquiétante de les voir lumineux et comme animés dans une salle obscure – a été investie dans une période de troubles, bouleversements et recompositions de tous ordres où elles ont été associées au paroxysme spectaculaire de la violence révolutionnaire qu’a été la Terreur centralisée à Paris. Autrement dit ce problème se présente comme un « nœud » dans lequel l’histoire, la mémoire et l’imaginaire sont si fortement entremêlés qu’il a pu en paraitre « gordien ». En conséquence, l’objet d’étude a été découpé plus que délimité par un type de jugement historique à double tranchant : d’un côté, celui asséné au nom des Belles-Lettres et des Beaux-arts pour lesquels une « fantasmagorie » est un excès d’effets, synonyme de mauvais « goût », soit une acception péjorative qui est étendue plus tard à l’abus de confiance voire à l’escroquerie3 ; de l’autre, le jugement porté par une sorte d’histoire des technologies de la dioptrique et de la catoptrique, et de la mise en scène de leurs effets, si téléologique que la « fantasmagorie » relèverait alors d’une préhistoire du cinéma4.

2S’il est hors du propos historien de porter le moindre jugement, ni de sacrifier au finalisme, il n’est pas question non plus de nier la forme trop évidente et, en fait, complexe de ce problème qui, sans doute aussi jugé mineur, a été délaissé, et pour lequel il peut être utile de rappeler trois des postulats du métier, y compris dans ses aspects pionniers.

  • 5 Jean-Clément Martin, « Histoire, mémoire et oubli. Pour un autre régime d’historicité », Revue d’h (...)
  • 6 On sait depuis Carlo Ginszburg à quel « modèle épistémologique indiciaire » répond la pratique enq (...)
  • 7 J.-C. Martin, article cité, p. 784. L’auteur n’incrimine cependant là que le défaut d’un langage c (...)
  • 8 Raymond Boudon, L’art de se persuader des idées douteuses, fragiles ou fausses (1990), Paris, Seui (...)
  • 9 Voir la présentation éclairante du programme des « mots de la ville » par Christine Lamarre et ses (...)
  • 10 Selon C. Lamarre, la notion de « grandeur » urbaine, par exemple, a été, jusqu’au XVIIIe siècle fi (...)
  • 11 Un exemple d’analyse féconde, à rebours de l’incompréhension d’un emploi passé et récent ou présen (...)

3Et, en premier lieu, de souligner que si l’oubli a ses propres mécanismes, individuels mais aussi collectifs5, particulièrement quand l’imaginaire est devenu le lien entre histoire et mémoire, les mots, dont la forme ne changent pas ou peu, jouent à l’oral et à l’écrit comme des « prisons de la longue durée » qui, une fois déconstruites, peuvent rendre tangibles et accessibles à une histoire devenue plus attentive qu’elle ne l’est déjà aux indices l’oubli des réalités auxquels ces mots référaient comme celui aussi de leurs usages sociaux6. Car, une fois repris, voire devenus des notions opératoires en l’absence d’une critique historique qui soit le pendant de la critique des sources, ces mots sont potentiellement à l’origine non seulement de maints « dialogues de sourds7 » mais aussi d’« a priori linguistiques » résultant de « choix méta-conscients » dont les conséquences logiques, dans le champ de l’histoire notamment, peuvent être aussi hyperboliques que trompeuses8. Des connotations – mélioratives, péjoratives ou ambiguës – ont chargé nombre de mots de la langue courante du legs d’investissements et glissements sémantiques qui sont le produit des usages et rapports sociaux du passé, établis et recyclés dans des contextes successifs donnés puis oubliés9. Dès lors, le caractère circulaire de certains raisonnements interprétatifs est partie intégrante de telles conséquences10. En revanche, un dialogue noué autour d’une critique historienne de ces mots qui soit ouvert à des apports disciplinaires spécialistes autres, s’avère enrichissant voire salvateur11.

  • 12 Sur la réfutation et « l’oubli » de la notion de « mémoire collective » dont Maurice Halbwachs fut (...)
  • 13 Si l’on suit les premières conclusions des travaux de François Hartog, Régimes d’historicité. Prés (...)

4En second lieu, il importe encore de rappeler que les coïncidences chronologiques ne font pas plus les corrélations historiques que les séquences événementielles ne fondent de simples relations de cause à effet, ou les antécédences des logiques de causalité mécanique, mais que ce sont pourtant de telles sortes de fausses évidences qui régissent nombre de relations au passé. Tel est souvent le cas de la sédimentation des fragments de mémoire individuelle et collective12, a fortiori, d’approches historicisante de type généalogique qui ne sont l’apanage, ni de l’histoire des idées, ni de l’histoire philosophique ou « internaliste » des sciences et des techniques, ni, plus généralement, de la plupart des histoires corporatives, commémoratives ou « identitaires ». Ce faisant, ce point de méthode se doit de souligner la différence fondamentale qui existe entre l’établissement de tels rapports au passé dont les biais sont accentués par un régime d’historicité, le « présentisme13 », qui prévaut aujourd’hui de facto, et la « démarche régressive » prônée en son temps par Marc Bloch qui inspire, sauf les exceptions précitées, les auteurs de travaux historiens reconnus comme tels par des pairs.

  • 14 Les deux expressions sont empruntée à Robert Darnton et renvoient au point de vue stimulant dont i (...)
  • 15 Daniel Arasse, La Guillotine et l’Imaginaire de la Terreur, Paris, Flammarion, [1987], 1990.
  • 16 E. Roch, « Avant-Propos » à Étienne-Gaspard Robertson, Mémoires récréatifs et anecdotiques du phys (...)
  • 17 En ce sens, la notion de « réception » d’abord développée par rapport au champ littéraire dans les (...)

5Enfin, en dernier lieu, sans ces postulats de métier, il n’est guère possible d’aborder dans sa complexité ce « point » relativement « obscur » qu’est le phénomène des « fantasmagories » et qui, au reste, constitue ainsi une « entrée dans l’épaisseur historique » du problème plus ample des types, degrés et seuils d’instrumentation spectaculaire de cet affect qu’est la peur à la fin du XVIIIe siècle14. En l’occurrence, la peur de la mort laquelle, après la Terreur, est largement subsumée à l’imaginaire que cette dernière, avec la machine du docteur Guillotin, a suscité et modelé15. Ainsi, rétrospectivement, l’auteur de l’avant-propos des Mémoires de Robertson, le plus fameux des « directeurs de fantasmagorie », semble affirmer à son égard une coïncidence chronologique : « C’est sous le règne d’une terreur trop réelle qu’il s’était efforcé de détruire pour jamais, par des expériences de fantasmagorie, la terreur imaginaire des spectres et des visions16 ». La négation de l’écart entre « terreur » politique « trop réelle » et « terreur imaginaire » superstitieuse souligne certes les mérites de celui qui aurait bravé le danger afin de poursuivre son idéal d’éducation. Mais une autre lecture décèlera le souvenir d’un empire de la mort violente que ces « expériences de fantasmagorie » rappellent sous la monarchie de Juillet, sans souci de datation. La question est dès lors d’essayer de comprendre dans quelle mesure ces images « fantasmagoriques » évoquant à leurs débuts essentiellement la mort, même esthétisée ou allusive, et des « Revenans » ont pu être reçues par leurs premiers spectateurs, ou du moins de préciser leur contexte de production et les significations que celles-ci ont pu y revêtir17.

6Or, ce spectacle fantasmagorique a d’abord été conforme à une volonté scientiste de démystification du surnaturel qui était loin d’être radicalement neuve et dont les moyens techniques mêmes, certes perfectionnés et combinés, n’étaient pas non plus inédits. L’association des fantasmagories au contexte de la Terreur qu’elles diffracteraient, la confusion qui en a résulté dont témoigne le préfacier des Mémoires de Robertson, ne peuvent donc aucunement se réduire à un amalgame sémantique qui serait rétrospectif. Les inflexions de la signification dominante du spectacle fantasmagorique sont contemporaines de son invention et de son évolution. Elles relèvent de l’intention qui les a surdéterminées dans un contexte où coexistent les régimes de temporalité différents d’une peur anthropologique des morts qui reviennent hanter les vivants, et d’une croyance qui serait manipulée dont la démystification passerait par la reproduction annoncée de cette manipulation : la « Palingénésie illusoire », imitation artificielle d’une opération de magie naturelle, devenue « Phantasmagorie » ou « Fantasmagorie » avec la Révolution puis sous le Directoire.

  • 18 Affiches, Annonces et Avis divers, Paris, « 12 Nivose, an VI », p. 1904.

7La « Fantasmagorie » dont les représentations sont proposées par « Robert-son » au Pavillon de l’Échiquier à partir de janvier 1798, comporte en effet une forte dimension didactique, même si les appareils et procédés, les « ficelles » ou « trucs » en termes de théâtre, qui permettent de produire ces grandes illusions ne sont pas dévoilés, ce qui interdirait les effets surprenants qu’elles constituent. À propos de cette « première représentation » de « sa Fantasmagorie », Robertson annonce une « apparition et évocation de Spectres, Fantomes et Revenans, tels qu’ils ont dû et pu apparoitre dans tous les tems, les lieux et chez tous les peuples ». À ce moment, il propose aussi des « Expériences sur le nouveau fluide connu sous le nom de Galvanisme, dont l’application rend pour un tems le mouvement aux corps qui ont perdu la vie18. » La souscription est à un prix variant entre « 6 et 3 livres » selon que l’on assiste à tout ou partie de ce programme, de nouveau publié une demi-douzaine de fois dans la seule décade qui suit puis, ensuite, avec des variantes nombreuses et répétées.

  • 19 Parmi les travaux abondants, une interprétation du carnaval rabelaisien qui serait le prototype de (...)
  • 20 Sur la polémique autour d’un autre des aspects de la théorie sensualiste de la connaissance du mon (...)
  • 21 Sur le tournant que constitue la fin du XVIIIe siècle en la matière, on peut encore se référer à l (...)

8Ces « apparitions » de « Fantômes » qui ont lieu devant le public autant qu’elles semblent parfois l’environner, n’est pas assimilable à une représentation de statut théâtral, ni à un « petit spectacle » tel que le genre en a foisonné au XVIIIe siècle. Elle n’est d’ailleurs pas non plus comparable à l’un ou l’autre de ces rites festifs collectifs, même ceux macabres qui éprouvent les limites avec le monde des morts, d’un carnaval qui, réprimé à partir du XVIe siècle, se caractérisait entre autres par l’absence de la distinction entre « acteurs » et « spectateurs » qui, matérialisée par un mobilier, depuis des tréteaux jusqu’à une scène et une architecture, fût-elle à ses débuts éphémère, est constitutive de la représentation théâtrale19. Le trait commun serait, tout anachronisme gardé, la façon dont un ordre naturel – celui dans lequel les morts sont exclus du monde des vivants – en serait conforté après coup, après le temps d’une transgression encadrée et limitée. En 1800, en cette fin, certes symbolique du XVIIIe siècle, l’expérience sensorielle d’une illusion globale qui est explicitement présentée comme telle remplit un type de fonction similaire, certes dans des conditions opposées à celles des inversions carnavalesques : en milieu urbain ; pour un public ; aisé de surcroît ; et en réaction contre le passé récent des renversements révolutionnaires. Dans ce contexte, la leçon n’est cependant pas rien, en un moment où la théorie sensualiste de la connaissance qui, avec les Lumières anglaises et françaises, prenait en charge le mode de rapport cognitif de l’homme au monde en contre une exclusive Révélation divine, a été malmenée par les théories et pratiques thérapeutiques du « magnétisme animal » du docteur Mesmer et de ses émules ; et particulièrement par leur conception d’un « fluide universel » dont l’origine est divine quoique ce point a été peu souligné par l’historiographie20. Plus encore, les disciples qu’ils ont faits perpétuent leurs idées et les alimentent par leurs activités, non sans rapport avec le développement d’un courant occultiste qui diffuse dans la société21.

  • 22 Par comparaison avec la camera obscura de Athanasius Kircher puis avec les « lanternes magiques » (...)

9Le principe technologique et dramaturgique de la fantasmagorie peut être défini plus avant comme l’usage de « lanternes magiques » perfectionnées22 et mobile. L’une nommée « Fantascope » est avancée ou reculée, grâce à des roulettes dissimulées derrière une toile de percaleafin de permettre, selon des termes empruntés au lexique du XXe siècle, une « rétro-projection » dont la netteté et la stabilité de la définition des figures projetées offrent un spectacle troublant pour les spectateurs. Des images lumineuses surgies comme de nulle part et grossissant de façon démesurée avant que de disparaître, en constituent le principal objet. La diversité successive des techniques employées font que ces figures s’avancent, certaines fois réellement, au milieu du public grâce, en fait, à des perches portant des masques en relief qui sont illuminés de l’intérieur et qui détournent l’attention des spectateurs lorsque des changements d’appareils ont lieu derrière la toile. Ces figures projetées laissent parfois place aussi à d’autres, dans un mouvement coulant dont le procédé a pu faire songer à un « fondu-enchaîné ». Toute cette production est accompagnée de sonorités musicales destinées elles aussi à impressionner, celles de l’« Harmonica » surtout, qui sont aussi étranges. Le decorum de la salle obscure dans laquelle se déroule la fantasmagorie est quant à lui marqué par une inspiration cérémonielle lugubre. Mais, sauf à chercher dans l’histoire du cinématographe l’exemple anachronique de la rumeur d’une réaction panique d’un public au film des frères Lumière l’« Entrée d’un train en gare de la Ciotat » en 1896 qui aurait semblé représenter par son hyper-réalisme une menace directe, cette description des grandes caractéristiques de la fantasmagorie ne peut servir à expliquer et moins encore à suggérer une réception au sens historien de la notion.

10Si, contrairement à l’adage « comparaison n’est pas raison », l’une pouvait néanmoins induire un type historique de raison du succès initial, et encore exclusif, de la fantasmagorie de Robertson en 1798, ce serait, par exemple, « le champ d’expériences » de la fin du Moyen Âge après la Peste noire dans lequel se comprend la publication des ars moriendi, traités ou arts chrétiens du bien-mourir – dimension spectaculaire en moins, imaginaire religieux de la mort en plus – dont la proximité culturelle rendrait le mieux compte d’un type d’« horizon d’attentes » – crainte de l’Enfer, espoir du Paradis, compromis du Purgatoire. Avec le récent passé de la Terreur mais aussi avec celui, qui lui est largement antérieur, de l’entreprise de démystification scientiste des « croyances erronées » ou « superstitions », c’est de façon mêlée et complexe – peur d’un retour des morts, peur rétrospective de la peine de mort révolutionnaire – dans lequel le perfectionnement, le développement et la promotion de ce genre représentation de « Spectres, Revenans, Fantômes » par Robertson, peuvent le mieux s’appréhender.

  • 23 Le terme de « pastorale » est repris par référence au débat historien sur la chasse – sans fin – à (...)
  • 24 Il n’a pas, à ce jour, été retrouvé en France d’exemplaire du Journal de Paris en date du 16 décem (...)
  • 25 La franc-maçonnerie européenne a été analysée par Pierre-Yves Beaurepaire sous l’angle de réseaux (...)

11Ce ressort ne donne cependant qu’une idée de réception informée par des événements récents mais passés, ce qui ne fut pourtant pas le cas de la première « Phantasmagorie » présentée, alors même que se déroulait le procès de Louis XVI, par un dénommé Filidort. Manifestement critique voire engagé dans une lutte contre des sectateurs, il dénonce par voie de presse ce qui serait les artifices de leur manutention des esprits et, pour preuve, en reproduit les effets visuels. Ce faisant, il agit à la façon de l’espèce de pastorale scientiste qui s’était développée dans le royaume depuis les années 1760-177023. La première représentation donnée par Filidort a lieu le 16 décembre 1792 à l’hôtel de Chartres, rue de Richelieu, en un moment de fièvre obsidionale née, après la chute de la monarchie le 10 août, du manifeste de Brunswick menaçant le peuple de France et dans lequel, passé Valmy, se tient le procès du roi déchu. Elle est annoncée dans les termes suivants : « Apparition de Spectres & évocation des Ombres des Personnages célèbres, tels que les produisent les Rose-Croix, les Illuminés de Berlin, les Téosophes [sic] et les Martinistes24. » Par ce moyen, Filidort, qui est sans doute d’origine allemande, entend dénoncer une technologie par laquelle, entre autres mouvements pétris d’occultisme, les partisans des deux sociétés secrètes prussiennes les plus actives et les plus radicales – les « Rose-Croix » et les « Illuminés » ou Illuminaten – pratiqueraient la captation des esprits sur les marges de l’obédience du Grand Orient de France, à Paris même où les Illuminés ont une antenne25.

  • 26 Sur le statut médiéval des opérations magiques d’apparition des morts, Jean-Patrice Boudet, Entre (...)
  • 27 Publié à Paris en 1789, l’ouvrage l’est sous une fausse adresse et porte aussi un titre alternatif (...)
  • 28 Cette influence a été ridiculisée par une pièce de Fanny de Beauharnais, Les Illuminés. Comédie en (...)

12Cette attaque consiste à faire apparaître des « revenants » et à les montrer comme étant une apparition magique des images d’êtres disparus dont, en l’absence de volonté de faire croire en leur existence surnaturelle, la possibilité et la manière de les simuler valent, à défaut d’explication, pour assignation aux artifices et applications techniques des sciences et, en l’occurrence, pour dénonciation d’une « fourberie ». Elle réside dans une capacité d’imitation d’effets pour le moins « inquiétants » dont les sectateurs en question se serviraient pour conforter une croyance en la nécromancie – ou « nigromance26 » – en faisant accroire en sa réalisation : l’évocation des morts. Les « Illuminés de Berlin » sont peut-être ceux-là mêmes, chassés de Bavière en 1783, que Mirabeau père aurait croisés lors de son séjour dans la capitale prussienne pour en dévoiler, par la suite, les agissements. Cette attaque est vraisemblablement un prolongement de son ouvrage intitulé Essai sur la secte des Illuminés27 qui, plusieurs fois imprimé en France, fut condamné par arrêt du 10 février 1789 à être lacéré et brûlé en raison de sa hardiesse. Elle viserait l’activité parisienne secrète de cette « secte », nocive selon ce francmaçon notoire qu’est le vicomte de Mirabeau. En somme, cette première grande « Phantasmagorie » publique, serait un épisode de la lutte suscitée par le développement de réseaux dont la mouvance mesmérienne et d’autres courants périmaçonniques ont fait le lit28.

  • 29 Edme-Gilles Guyot, Nouvelles récréations physiques et mathématiques, Paris, Gueffier, 1774. Dès 17 (...)

13L’annonce précise que ces « évocations » seront répétées deux fois par jour : « la première à 5 heures et demie, & la deuxième à 9 heures à la sortie des spectacles » et, en conséquence, qu’il s’agit bien d’une représentation, d’une sorte de spectacle parisien plus nocturne que les autres, certes d’un genre particulier, mais non d’une réunion d’initiation. L’accès en est ouvert au public moyennant le prix de 3 livres et il est précisé, pour informer « les Citoyens », « que les opérations n’ont aucune influence dangereuse sur les organes, aucune odeur nuisible & que les personnes de tout âge & de tout sexe peuvent y assister sans inconvénient ». Autrement dit encore, cette annonce a sans doute bien moins pour but de rassurer les spectateurs et spectatrices potentiels, que d’insister sur l’impression inquiétante que les « Apparitions » doivent produire sur leur sensibilité. Avec la notification « que les opérations n’ont aucune influence dangereuse sur les organes, aucune odeur nuisible & que les personnes de tout âge & de tout sexe peuvent y assister sans inconvénient », il y a sans doute là un indice de ce que le support même de la rétroprojection lumineuse est de la fumée, exactement de la façon dont cette technique est expliquée en 1774 pour les lecteurs des Nouvelles récréations physiques et mathématiques de Guyot et peut être expérimentée par les clients de l’auteur29.

  • 30 Affiches, annonces et avis divers ou Journal général de France, supplément du mardi 22 janvier 179 (...)
  • 31 Id., jeudi 14 mars 1793, rubrique « spectacles », p. 1083.

14Toujours est-il que Filidort présente ses « Apparitions de Spectres & évocation des Ombres de Personnages célèbres » au lendemain même de l’exécution de Louis XVI, le 22 janvier 1793. Il a prévenu « les Citoyens qu’il continuera à répéter, deux fois par jour, ses évocations des Ombres des personnages célebres, & les apparitions des Spectres tels que les produisent les Illuminés de Berlin » à l’hôtel de Chartres, rue de Richelieu30. Cette évocation des « personnes mortes ou vivantes » se poursuit jusque vers le 1er mai, date de la dernière annonce retrouvée. La possibilité même d’une « évocation de l’Ombre » du roi défunt ou d’autres personnages qui ont péri sur l’échafaud de la guillotine, a vraisemblablement fini par décider de la suspension de cette « Phantasmagorie » et du départ de Filidort pour l’Angleterre. En effet, à partir du 14 mars, il mentionnait par le même canal périodique que « Les personnes qui voudroient se procurer des représentations particulières […] pourront alors demander l’apparition de telle personne de leur connoissance absente ou morte qu’il leur plaira d’indiquer31 ».

15Des représentations de cette sorte laissent place à des évocations dont la visée peut certes avoir une vertu plus consolatrice que démystificatrice. Dans ses Mémoires, Robertson se justifiera d’ailleurs de ce type d’usage qu’il a eu de son « Fantascope » exceptionnellement et avec l’accord de la police pour une femme éplorée de la disparition de son mari ; la séance consistant en l’apparition de son image et de la persuasion en découlant qu’il était en vie. Toujours est-il que depuis son invention, la possibilité de manipulations politiques est coextensive au principe « fantasmagorique » même.

16Aussi, sous le Directoire, la fantasmagorie n’est, semble-t-il, pas à l’abri d’une provocation royaliste. Le surinvestissement politique serait même devenu constitutif de la réception de ce spectacle atypique. Ainsi, dans un article publié par l’Ami des Lois en 1798, quand les fantasmagories de Robertson logent encore au Pavillon de l’Échiquier, le journaliste Poultier en donne une interprétation imaginaire, aussi caricaturale que caustique et prétexte à morale politique sur l’impossible retour de la Terreur symbolisée par Marat :

  • 32 Poultier dans L’Ami des Lois du 8 germinal an VII (21 mars 1799).

« À sept heures précises, un homme pâle, sec, entra dans l’appartement où nous étions ; après avoir éteint les bougies, il dit : Citoyens et messieurs, je ne suis point de ces aventuriers, de ces charlatans effrontés qui promettent plus qu’ils ne tiennent : j’ai assuré, dans le Journal de Paris, que je ressusciterai les morts, je les ressusciterai.
Ceux de la compagnie qui désirent l’apparition de personnes qui leur ont été chères, et dont la vie a été terminée par la maladie ou autrement, n’ont qu’à parler ; j’obéirai à leur commandement.
Il se fit un instant de silence ; ensuite un homme en désordre, les cheveux hérissés, l’œil triste et hagard, la physionomie arlésienne, dit : Puisque je n’ai pu, dans un journal officiel, rétablir le culte de Marat, je voudrais au moins voir son ombre.
Robertson verse, sur un réchaud enflammé, deux verres de sang, une bouteille de vitriol, douze gouttes d’eau-forte, et deux exemplaires du journal des Hommes-Libres ; aussitôt s’élève, peu à peu, un petit fantôme livide, hideux, armé d’un poignard, et couvert d’un bonnet rouge : l’homme aux cheveux hérissés le reconnaît pour Marat ; il veut l’embrasser, le fantôme fait une grimace effroyable et disparaît32. »

  • 33 Nombre de vues sont reproduites dans l’Inventaire du Musée national des techniques dont il est imp (...)

17Cette satire politique à laquelle prête le succès des fantasmagories de Robertson dans le contexte post-thermidorien ne doit certes pas occulter la place qui semble y être occupée par d’autres scénettes grotesques ou romanesques33. Il reste que les « fantômes » du passé le plus récent ont été l’objet de « fantasmes » politiques qui expliquent pour partie ce succès.

  • 34 Jean Nicot, Thresor de la langue francoyse, tant ancienne que moderne, Paris, David Douceur, 1606.

18Pour autant, depuis le premier dictionnaire de traduction en français de Nicot, publié près de deux siècles auparavant, ce n’est pas une synonymie entre ces deux mots qui est établie dans la sphère lettrée mais une parfaite équivalence sémantique qui se dit : « Fantasme, ou Fantosme ». Les deux réalités ne sont qu’un seul et même produit de l’imagination34.

  • 35 Affiches, annonces et avis divers, 10 brumaire (31 octobre 1798), p. 639.
  • 36 Ibid., 22 ventôse (12 mars 1799), p. 2751.
  • 37 Ibid. du 9 floréal an VII (11 mai 1799), p. 3836.
  • 38 Eusèbe Salverte, Des sciences occultes, ou Essai sur la magie, les prodiges et les miracles, Paris (...)

19La multiplication, en 1798 et 1799, des spectacles fantasmagoriques sous les noms d’« Expériences de physico-magico-philidorisme35 » où le personnage même de « Filidor » apparaît, de « Fantasma-parastasie36 ou encore de « Fantomagie37 » affiche la conviction partagée mais différemment mise en avant, qu’il s’agit d’assister à ce que permettrait de voir le moyen retrouvé d’anciennes manipulations sacerdotales, en somme celles de trouvailles techniques et scientifiques qui ont été cachées aux « peuples ». Cette interprétation fonde ce qui sera considéré et développé comme explication scientiste et rationaliste des « sciences occultes », particulièrement au moment où Robertson publie ces Mémoires38.

20En 1799, avec le déménagement du spectacle de Robertson dans le cloître du couvent désaffecté des Capucines, éloigné de ses imitateurs et plus vaste, la fantasmagorie devient le clou d’un parcours éducatif effectué par le public dont les expériences du Galvanisme ne semblent destinées qu’à prolonger les sensations fortes. Un « Programme instructif des Objets exposés dans le premier Salon de Physique » l’invite, « Lorsqu’il a joui de ces différentes illusions d’optique », à passer dans la « Galerie de la Femme invisible » où le « Citoyen Robertson donne l’explication de cette expérience » puis devant le ventriloque Fitz-James qui « démontre tous les illusions et prestiges dont est susceptible la voix humaine », avant que des « Expériences hydrauliques » ne le préparent à passer « les portes » de la « Salle de la Fantasmagorie ». Une évocation de son aspect qui inspire « le silence et le recueillement » précède un avertissement sur « des fantômes de toutes les grandeurs [qui] courent dans la salle ou voltigent dans l’air », sur ces « ombres de différentes personnes, dont la ressemblance parfaite étonne le spectateur ». L’indication et, pour une part indécidable, l’effectuation du caractère littéralement sensationnel sont marquées par une péroraison rassurante autant qu’informative et justificative :

  • 39 [É.-G. Robertson], « Fantasmagorie de Robertson/Cour des Capucines, près la place Vendôme/tous les (...)

« Il est difficile de décrire ces apparitions ; elles sont telles que dans un siècle moins éclairé, on seroit tenté de croire à la magie. Le citoyen Robertson croit devoir prévenir les Dames que les effets ne sont dûs qu’à d’heureuses combinaisons d’optique, et qu’elles ne doivent pas plus craindre d’en être épouvantés, que l’on a à redouter les effets souvent effrayans de la lumière de la lune […]. Le but de ces expériences est de donner l’explication d’une multitude de faits historiques, ces illusions soulèvent le voile […] des oracles et des mages de l’antiquité ; elles détruisent des croyances absurdes, des terreurs puériles qui déshonnorent l’intelligence de l’homme39. »

21Ce déménagement de la « fantasmagorie » de Robertson au couvent des Capucines n’a pas pour seule motivation le caractère fonctionnel d’un gain de surface. Il ne serait que la raison et l’occasion du plagiat de ce spectacle de fantômes par les anciens assistants de Robertson auxquels il intentera un procès, en vain mais non sans publicité. Il va cependant dans le sens d’une plus grande ambiguïté par le choix de ce bâtiment ecclésiastique abandonné qui, de surcroît, ouvre presque sur la place Vendôme, lieu évocateur s’il en est de l’épisode d’une Terreur centralisée dans la capitale à laquelle son public a pu réduire le passé révolutionnaire qu’il focalise voire, plus précisément, dont la génération des Incroyables et des Merveilleuse purge à sa façon le passé de « terreur ».

  • 40 François-René de Chateaubriand, « Année 1800. Ma vie à Paris », Mémoires d’Outre-tombe (1837), Par (...)

22Pour Châteaubriand, en 1800, ce n’est qu’un détail de plus du tableau des vestiges du temps passé, des « rêveries » de ses « premières années » : « Dans mes couvents d’autrefois, les clubistes avaient été chassés après les moines. […] La place des Victoires et celle de Vendôme pleuraient les effigies absentes du grand Roi ; la communauté des Capucines était saccagée : le cloître intérieur servait de retraite à la fantasmagorie de Robertson40. »

  • 41 É.-G. Robertson, Mémoires…, cité par F. Lévie, « La lanterne magique des origines à Robertson », d (...)
  • 42 « VARIÉTÉS/Un mot sur la fantasmagorie », Courrier de l’Europe et des spectacles, op. cit.

23En 1811, la critique de « fantasmagories » qui s’institutionnalisent et dont les appareils se vendent dans toute l’Europe41, est l’occasion pour le journaliste du Courrier de l’Europe de souligner la comparaison qu’aucun de ces spectacles ne peut supporter avec la noblesse morale de la tragédie : « Si au lieu de donner au public une foule de sujets insignifians ou ridicules, ou des caricatures, un directeur de fantasmagorie se décidoit à donner des tableaux pris dans les principales tragédies, il est probable que ce spectacle deviendroit plus poétique, plus dramatique et d’un effet plus assuré ; mais les fantasmagoristes ne vont pas si loin42. » Par ironie, il s’agit de feindre regretter qu’elles ne puissent s’inspirer ni du poème, sous-entendu « épique », ni même du drame « bourgeois ». Par prétérition, cette impossibilité tient à leur indicible origine entachée par la période qui l’a vu apparaître.

  • 43 Daniel Arasse, op. cit.

24Autrement dit, si la « Fantasmagorie » a représenté un moyen de se faire peur avec les fantômes du passé ou, plus exactement, avec ceux de l’« imaginaire » d’une Terreur passée43. Le glissement d’une idéologie scientiste à une catharsis post-révolutionnaire n’a cependant été qu’une exploitation éphémère et transitoire, sans doute surtout pour la jeunesse dorée parisienne sous le Directoire, de ses procédés techniques et dramaturgiques.

  • 44 Eusèbe Salverte, op. cit., [1829], rééd. 1842 et 1856.

25La continuité et la postérité d’une « pastorale » scientiste qui, au XIXe siècle ne voit plus en ces derniers que la preuve des manipulations des castes sacerdotales d’un passé aussi ancien que lointain, qui ne fait plus peur et qui n’aurait ni à rassurer personne sur ces fantômes-là, ni à purger une ou deux générations du fantôme de la Terreur se trouvent, elles, au contraire, confortées pour longtemps par les interprétations que publient Eugène Salverte sur la fonction politique des « sciences occultes44 ».

Notes

1 Roger Caillois évoque, mais sans citerprécisément sa source, ce « mot presqu’oublié de Madame du Deffand » ; Roger Caillois, « De la féérie à la science-fiction. Images fantastiques » (1966), Obliques précédé de Images, images… (1975), Paris, Gallimard, 1987, p. 15-48 [35].

2 « Variétés/Un mot sur la fantasmagorie », Courrier de l’Europe et des spectacles et Mémorial Européen, mercredi 18 septembre 1811, p. 2-4 [4].

3 Le Dictionnaire de l’Académie française, dont la 8e édition date de 1932 reprend d’abord littéralement la première définition de « Fantasmagorie » qui date de la 6e édition de 1832 : « n. f. Sorte de spectacle qui consiste à faire apparaître, dans un lieu obscur, des images qui semblent être des fantômes./ Il se dit figurément, en termes de Littérature et de Beaux-Arts, de l’Abus des effets produits par des moyens surnaturels ou extraordinaires. Ce roman, ce drame est rempli d’évocations, d’apparitions, de scènes nocturnes ; je n’aime point toute cette fantasmagorie », mais il est ajouté ensuite un sens figuré que son exemplification étend sans ambiguïté au domaine des pratiques réprouvables : « Il se dit encore figurément des Artifices, des allégations spécieuses par lesquelles on essaie de faire illusion dans un récit, dans une affaire, etc. Cette comptabilité n’est pas sincère, c’est une fantasmagorie ».

4 La biographie du personnage le plus fameux de la « fantasmagorie », Robertson, est de la réalisatrice Françoise Lévie qui, par ailleurs, a mené une très sérieuse enquête appuyée, pour partie, sur une collaboration avec la direction du Musée des Arts et Métiers de Paris. Elle s’inscrit dans un courant d’histoire des techniques qui n’échappe pas au finalisme : F. Lévie, Étienne-Gaspard Robertson, la vie d’un fantasmagore, Longueuil/Bruxelles, Préambule, 1990. L’exploitation de cette veine a fait florès dans des conférences de vulgarisation dont le texte est en ligne sur internet comme par exemple : Dominique Coujard, « Les trucages du précinéma [sic] ou la préhistoire des effets spéciaux », Nancy/Metz, CRDP, 2005, site « portail des savoirs » ; Emmanuelle Sauvage, « Les fantasmagories de Robertson : entre “spectacle instructif” et mystification », Montréal, Centre canadien d’études allemandes et européennes, 2004, vol. 1, no 2, site des « Conférences en ligne ».

5 Jean-Clément Martin, « Histoire, mémoire et oubli. Pour un autre régime d’historicité », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 47-4, 2000, p. 783-804 et, particulièrement sur « le deuil de la Terreur (qui) n’a pas été accompli et le silence […] préféré à l’examen des faits », p. 800. L’« entrelacement de l’histoire et de la mémoire » font que les « pratiques » de l’une et de l’autre sont ensemble « en charge du travail de deuil » qui, entre anamnèse et amnésie » [entre le dire de la souffrance et son problématique oubli] devrait « faire émerger et faire « passer » par le discours les restes du passé [allusion à Éric Conan, Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, (1994), Paris, Gallimard, 1996] pour préparer l’avenir.

6 On sait depuis Carlo Ginszburg à quel « modèle épistémologique indiciaire » répond la pratique enquêtrice et à quel contexte correspond son émergence à la fin du XIXe siècle et au début du XXe – en corrélation avec l’identification dans l’enquête policière, la nouvelle science paléontologique, l’invention de la psychanalyse et la réorganisation d’autres branches du savoir ; Carlo Ginszburg, « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire (1986), trad. fr. Paris, Flammarion, 1989, p. 139-180 [179].

7 J.-C. Martin, article cité, p. 784. L’auteur n’incrimine cependant là que le défaut d’un langage commun dans les bibliographies.

8 Raymond Boudon, L’art de se persuader des idées douteuses, fragiles ou fausses (1990), Paris, Seuil, 1991, p. 129-130 et 319-321 et le compte rendu de cet ouvrage d’épistémologie des sciences humaines et sociales par Jean-Yves Grenier, Annales. E.S.C., no 6, nov-déc. 1991, p. 1496-1 499.

9 Voir la présentation éclairante du programme des « mots de la ville » par Christine Lamarre et ses implications, avec les difficultés qui en résultent pour les historiens qui ignorent l’histoire de ces « mots ». Ainsi, pour le lexique urbain dont la richesse et la complexité à l’époque moderne sont fondées sur une « sémantique stellaire » issue de la cosmographie de Ptolémée, bien avant qu’un « postulat statistique » ne se surimpose, à partir de la fin du XVIIIe siècle, à ce socle toujours sous-jacent et qui, comme le réseau sémantique de l’organicisme, « pèse même là où il n’est plus explicite » (selon la pertinente expression de Judith Schlanger, Les métaphores de l’organisme, Paris, L’Harmattan, 1995) ; C. Lamarre, « La ville des géographes français de l’époque moderne, XVIIe-XVIIIe siècles », Genèses, 33, déc. 1998, p. 4-27. Voir aussi, plus formel, le protocole de méthode du programme des « mots de la ville » et la préface dans Brigitte Marin, Christian Topalov et alii, L’Aventure des mots de la ville à travers le temps, les langues, les sociétés, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », 2010 ; pour un exemple de mise en pratique personnelle et du type de résultat historien suggéré ici, les notices « Hôtel » et « Résidence ».

10 Selon C. Lamarre, la notion de « grandeur » urbaine, par exemple, a été, jusqu’au XVIIIe siècle finissant, liée à celle d’« éclat » qui tient à la qualité sociale de ses habitants et des monuments qui les célèbrent ou qu’ils habitent (hôtels et palais, par exemple). Le mot de « grandeur » est ensuite recyclé en termes de surface géométrique et de quantité d’habitants. De là, les anachronismes implicites qui peuvent interdire une compréhension historique fine de l’urbanité, par exemple sous l’influence de notions sociologiques, en l’occurrence celle de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, De la justification. Une économie de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

11 Un exemple d’analyse féconde, à rebours de l’incompréhension d’un emploi passé et récent ou présent de mots qui ont été à l’origine d’interprétations erronées ou pour le moins biaisées : Hélène Merlin-Kajman, « “Populace” “Peuple”, une simple affaire de classement ? » dans G. Chabaud (dir.), Classement, déclassement, reclassement de l’Antiquité à nos jours, Limoges, PULIM, 2011, p. 71-93.

12 Sur la réfutation et « l’oubli » de la notion de « mémoire collective » dont Maurice Halbwachs fut l’auteur pionnier ; J.-C. Martin, article cité, p. 784-785 et la référence, n. 13 : Marie-Claire Lavabre, « Usages du passé, usages de la mémoire », Revue française de science politique, 1994, p. 480-493.

13 Si l’on suit les premières conclusions des travaux de François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003 ; un compte rendu enveloppant est livré par Jean-Frédéric Schaub, « L’historiographie est une anthropologie. À propos de trois livres de François Hartog », Critiques internationales, de Boeck Université, 2006/4, 33, p. 183-187.

14 Les deux expressions sont empruntée à Robert Darnton et renvoient au point de vue stimulant dont il a risqué l’exemple, il y a près de trente ans, d’une façon qui était presque apologétique : R. Darnton, « Le grand massacre des chats », Le grand massacre des chats. Attitudes et croyances dans l’ancienne France (1984), Paris, Hachette, [trad. fr. 1985] 1986. Un aperçu de la réception contrastée à laquelle cette étude dont le titre est significativement repris de façon éponyme par le recueil, a donné lieu en France, est lisible dans quelques extraits d’articles reproduits dans cette réédition qui saluent certes l’originalité des postulats méthodologiques et analyses de l’historien américain, mais qui semblent aussi légitimer rétrospectivement les explications et prudences rhétoriques de l’auteur dont le choix de ces expressions est emblématique.

15 Daniel Arasse, La Guillotine et l’Imaginaire de la Terreur, Paris, Flammarion, [1987], 1990.

16 E. Roch, « Avant-Propos » à Étienne-Gaspard Robertson, Mémoires récréatifs et anecdotiques du physicien-aéronaute…, Paris, Rignoux et l’auteur, 1831-1833, 2 vol.

17 En ce sens, la notion de « réception » d’abord développée par rapport au champ littéraire dans les années 1970, est utilisable en un sens restreint même si le cas évoqué ici reste à analyser plus avant ; Hans-Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception (1974), trad. Paris, Gallimard, 1978.

18 Affiches, Annonces et Avis divers, Paris, « 12 Nivose, an VI », p. 1904.

19 Parmi les travaux abondants, une interprétation du carnaval rabelaisien qui serait le prototype de la révolte « populaire » dont le statut festif contient les ferments : Mikhaïl Bakhtine, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance (1940), Paris, Gallimard, 1970. Ce point de vue, contesté par les renouvellements de « l’histoire des mentalités », a aussi été rendu obsolète par les avancées de l’anthropologie historique qui suivirent le travail majeur de Natalie Zemon Davis et, particulièrement, l’accent porté sur les rites d’inversion qui, sauf une exception, confortent à terme le retour à un ordre « naturel » ou voulu par Dieu, un ordre qui serait donc indissociablement social et cosmographique (pour mémoire, le carnaval commence quelques jours après le solstice d’hiver et l’inversion apparente de la course du soleil dans le ciel : nul besoin d’aller chercher une origine « païenne » dans la saturnales romaines – même si les dates correspondent grosso modo – elle est païenne au sens agraire de l’adjectif substantivé « paysan » dont l’adjectif nominatif « pagnus » sera historiquement repris par le latin ecclésiastique) ; N. Z. Davis, « La règle à l’envers », les Cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au 16e siècle (1975), trad. Paris, Aubier, 1979 ; Philippe Ariès, Jean-Claude Margolin (éd.), Les jeux à la Renaissance, (Tours, actes du XXIIIe colloque international d’études humanistes de juillet 1980), Paris, Vrin, 1982. L’exception à la représentation d’un rite festif autant que conservateur, est aussi tardive qu’elle devient emblématique du seuil de tolérance qui paraît alors dépassé au regard des élites sociales et politiques à l’égard de manifestations désormais effectivement perçues comme subversives. Elle est marquée par la volonté d’une sanglante répression ; Emmanuel Le Roy Ladurie, Le Carnaval de Romans de la Chandeleur au mercredi des Cendres, 1579-1580, Paris Gallimard, p. 197.

20 Sur la polémique autour d’un autre des aspects de la théorie sensualiste de la connaissance du monde qui est mis en cause publiquement au début des années 1780, G. Chabaud, « Reclassement expérimental et classification naturaliste : le débat sur la Baguette divinatoire en France à « la fin des Lumières » », dans G. Chabaud (dir.), Classement, déclassement, reclassement de l’Antiquité à nos jours, Limoges, PULIM, 2011, p. 301-336.

21 Sur le tournant que constitue la fin du XVIIIe siècle en la matière, on peut encore se référer à l’anciene thèse de Viatte (A.), Les sources occultes du Romantisme : illuminisme, théosophie, 1770-1820 (1928), Paris, Champion, 1979 plutôt qu’aux raccourcis de l’historienne spécialiste du sujet, mais pour le XIXe siècle, Nicole Edelman, Voyantes, guérisseuses et visionnaires en France, 1785-1914 (1991), Paris, A. Michel, 1995.

22 Par comparaison avec la camera obscura de Athanasius Kircher puis avec les « lanternes magiques » qui sont colportées de place en place, ou même celles qui sont prisées de la « meilleure » société comme celle dont, dans le cercle de la famille royal, le comte de Paroy a prôné l’usage pédagogique et qu’aurait connu É.-G. Robert quand il était venu de Liège chercher fortune à Paris.

23 Le terme de « pastorale » est repris par référence au débat historien sur la chasse – sans fin – à des « superstitions » ou mauvaises croyances dont les inventaires sont voués à l’échec parce que la définition de la supertitio se fait par référence à une unité d’orthodoxie quand l’encadrement ecclésial est par définition pratique de la diversité et de la créativité des fidèles ; la critique visait une histoire anthropologique qui s’appuierait sur le matériel offert par les deux grands traités de Thiers et de Lebrun et qui serait aussi vaine que l’ambition intellectuelle et pastorale de leurs auteurs ; cf. G. Chabaud, « L’enquête à la baguette (1692-1703). Invention d’une superstition et reproduction d’une souffrance sociale », dans Frédéric Chauvaud (dir.), La souffrance sociale, Rennes, PUR, 2006, p. 33-44, la note 24.

24 Il n’a pas, à ce jour, été retrouvé en France d’exemplaire du Journal de Paris en date du 16 décembre 1792 dans lequel figure l’annonce de Filidort par Françoise Lévie, Étienne Gaspard Robertson, la vie d’un fantasmagore, Longueuil/Bruxelles, Préambule, 1990, p. 54 ; la mention y est faite d’une conservation de cet exemplaire à la Bibliothèque royale de Bruxelles.

25 La franc-maçonnerie européenne a été analysée par Pierre-Yves Beaurepaire sous l’angle de réseaux qui évoluent, se déploient non sans fortes rivalités et deviennent alors eux-mêmes enjeux de captation. C’est sur ces marges réticulaires que, dans le contexte géo-politique allemand des années 1770-1780, se situe la société secrète des « Illuminaten qui, contre celle des Rose Croix d’Or « noyau ultraconservateur des Lumières prussiennes, manifeste l’existence de « partisans des Lumières radicales et d’une réforme en profondeur de l’État et de la société ». Or, à Paris dès les années 1760, un « véritable » bureau général de correspondance, celui de Savalette de Langes, s’était structuré et contribua à animer sur un mode stratégique complexe « la formation d’une nébuleuse de cercles, sociétés, groupes et antennes périmaçonniques » comme, entre autres, « les sociétés de l’Harmonie de Mesmer » ou « la loge secrète des Philadelphes », cette dernière n’étant autre qu’une « cellule des Illuminaten en France » ; P.-Y. Beaurepaire, « La République Universelle des Francs-Maçons entre « Culture de la mobilité » et basculement national (XVIIIe-XIXe siècle) », Revue de Synthèse, t. CXXIII, 5e série, Circulation et cosmopolitisme en Europe, Paris, Rue d’Ulm, 2002, p. 37-64 [42].

26 Sur le statut médiéval des opérations magiques d’apparition des morts, Jean-Patrice Boudet, Entre science et nigromance : astrologie, divination et magie dans l’Occident médiéval, XIIe-XVe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006.

27 Publié à Paris en 1789, l’ouvrage l’est sous une fausse adresse et porte aussi un titre alternatif qui est Correspondance d’un voyageur françois, depuis le 5 juillet 1786, jusqu’au 19 janvier 1787.

28 Cette influence a été ridiculisée par une pièce de Fanny de Beauharnais, Les Illuminés. Comédie en un acte et en prose dans le Somnambule (1786), sans lieu, ni date, p. 171-259.

29 Edme-Gilles Guyot, Nouvelles récréations physiques et mathématiques, Paris, Gueffier, 1774. Dès 1769, l’auteur a mis en avant la seule fonction des pièces de ses Nouvelles récréations : inquiéter. « […] je les ai composées & construites, de façon à inquiéter beaucoup ceux devant qui elles peuvent être représentées ; il m’étoit essentiel de remplir ces objets pour procurer par-là plus de satisfaction à ceux qui voudront s’en amuser », Ibidem, 1769, t. I., « Discours préliminaire », p. vi.

30 Affiches, annonces et avis divers ou Journal général de France, supplément du mardi 22 janvier 1793, p. 309.

31 Id., jeudi 14 mars 1793, rubrique « spectacles », p. 1083.

32 Poultier dans L’Ami des Lois du 8 germinal an VII (21 mars 1799).

33 Nombre de vues sont reproduites dans l’Inventaire du Musée national des techniques dont il est impossible de dater la fabrication et l’utilisation ; Élise Picard et Françoise Lévie, Lanterne magique et fantasmagorie, Paris, CNAM, 1990.

34 Jean Nicot, Thresor de la langue francoyse, tant ancienne que moderne, Paris, David Douceur, 1606.

35 Affiches, annonces et avis divers, 10 brumaire (31 octobre 1798), p. 639.

36 Ibid., 22 ventôse (12 mars 1799), p. 2751.

37 Ibid. du 9 floréal an VII (11 mai 1799), p. 3836.

38 Eusèbe Salverte, Des sciences occultes, ou Essai sur la magie, les prodiges et les miracles, Paris, Sedillot, 1829, 2 vol.; l’auteur considère au double sens figuré et littéral que « la science a acquis le droit […] de dissiper les fantômes créés par l’ignorance », t. I, p. 113.

39 [É.-G. Robertson], « Fantasmagorie de Robertson/Cour des Capucines, près la place Vendôme/tous les jours à sept heures », s. l. s. n. (contemporain ou postérieur à l’hiver 1800 compte tenu de l’impression dans cet opuscule de « l’analyse et l’éloge des Sciences du citoyen Robertson » tirés de journaux dont le premier extrait date du 28 mars 1798 et le dernier est en date du 23 février 1800), 9 feuillets non paginés (f. 6).

40 François-René de Chateaubriand, « Année 1800. Ma vie à Paris », Mémoires d’Outre-tombe (1837), Paris, Acamédia, 1997, liv. 13, chap. IV, p. 144.

41 É.-G. Robertson, Mémoires…, cité par F. Lévie, « La lanterne magique des origines à Robertson », dans É. Picard et F. Lévie, Lanterne magique et fantasmagorie, op. cit., p. 9-24 [24].

42 « VARIÉTÉS/Un mot sur la fantasmagorie », Courrier de l’Europe et des spectacles, op. cit.

43 Daniel Arasse, op. cit.

44 Eusèbe Salverte, op. cit., [1829], rééd. 1842 et 1856.

Auteur

Maître de conférences d’histoire moderne à l’université de Limoges (Gerhico-Cerhilim : EA4270)

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540