Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ennemie intime

 | 
Frédéric Chauvaud

Première partie. Images, perceptions et esthétique de la peur

Introduction

Véronique Meyer

Texte intégral

  • 1 1893, huile et pastel, Oslo, National galerie. Gravure sur bois. Dans son Journal, Munch écrit à p (...)
  • 2 1536-1541, Rome, Chapelle Sixtine, Vatican.
  • 3 1637, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts.
  • 4 1625-1629, Chantilly, Musée Condé.
  • 5 1622-1625, Rome, Galleria Borghese.
  • 6 1583, Florence, place de la Seigneurie.

1« Images, Perceptions et Esthétique de la Peur » : comment se manifeste la peur et comment en a-t-on traduit l’intensité et la diversité. Est-elle rationnelle ou irrationnelle ? Naît-elle des songes ou de dangers extérieurs ? La folie humaine ou des fantasmes individuels ne sont pas étrangers à la terreur qui traverse un individu, soit parce que le monde qui l’entoure le terrorise comme dans Le Cri, peint puis gravé par Édouard Munch1, soit parce que son passé le condamne à la damnation éternelle comme dans Le Jugement dernier de Michel-Ange2. Terreur, douleur, horreur, sont parfois indissociables comme dans le Supplice de Marsyas de Giuseppe Ribera3 ou le Massacre des innocents de Poussin4 ; suivant la situation et l’intensité des émotions, les gestes diffèrent et traduisent la fuite, le retrait, l’impuissance, comme dans L’Apollon et Daphné du Bernin5 ou l’Enlèvement des Sabines de Jean Bologne6.

  • 7 Salon de 1806, Paris, Musée du Louvre.
  • 8 1792-1799. Genève, Musée d’art et d’histoire. L’œuvre fait allusion au tremblement de terre de Mes (...)

2Des batailles et des émeutes naissent les peurs les plus diverses. Celles qui furent engendrés par les guerres de religions ou les attentats du 11 septembre, que Godehard Janzing sollicite à travers la production de Perrissin et Tortorel, celle d’Antoine Caron et les photos des défenestrés de New York montrent également que la peur et sa mise en scène sont aussi utilisées à des fins politiques. Les peurs sont parfois détournées, voire banalisées, pour canaliser, exacerber ou extérioriser les passions comme le furent les spectacles des fantasmagories analysés par Gilles Chabaud. La nature elle-même est également source de terreur. Les cataclysmes font l’objet de maintes représentations comme le célèbre Déluge de Girodet7 et le Tremblement de Terre de Saint-Ours8.

  • 9 Giorgio Vasari, Les vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes, trad. et éd. A. Chaste (...)
  • 10 La fresque, toujours in situ, a été peinte vers 1447 pour le cloître vert de Santa Maria Novella à (...)
  • 11 Op. cit., t. I, livre III, p. 115.

3« Images, Perceptions et Esthétique de la Peur » : ce thème soulève de nombreuses interrogations. Quelle est l’influence de la peur sur l’œuvre d’art, sur l’artiste et sur la création ? Citons l’exemple de Parri Spinelli, ce peintre natif d’Arezzo (1387-1453) qui, après avoir été selon Vasari9 victime d’un guet-apens, à la suite de la frayeur qu’il en éprouva ne représenta plus que des personnages penchés et « toujours un peu effrayés ». Autre question : comment traduire la manifestation de la peur ? Comment en rendre l’intensité ? Ici encore Vasari souligne les recherches de Paolo Uccello dans Le Déluge et L’Arche de Noé10 et loue « la façon dont il fit sentir la diversité des émotions… » et « l’Extrême peur de la mort chez une femme et un homme, à califourchon sur un buffle qui commence à s’enfoncer dans l’eau et leur ôte tout espoir de salut11 ».

  • 12 Conférences de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture, 1648-1681, dir. Jacqueline Lichtenst (...)
  • 13 Dessin conservé à Paris, au Musée du Louvre.

4L’expression des passions a retenu l’attention de Charles Le Brun, qui prononça à l’Académie royale de peinture et de sculpture entre 1668 et 1671 plusieurs conférences sur ce sujet, qui furent publiées en 1678 et 1692, accompagnées d’illustrations. Leur succès fut considérable, comme en témoignent les éditions parues à l’étranger12. Voilà comment il traduit La Frayeur13 :

  • 14 Conférences de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture, op. cit., p. 232-238, 260-282. La Fr (...)

« La Frayeur, quand elle est excessive, fait que celui qui la ressent a le sourcil élevé par le milieu, et les muscles qui servent au mouvement de ces parties, fort marqués et enflés, et pressés l’un contre l’autre, s’abaissent contre le nez qui doit paraître retiré en haut et les narines de même ; les yeux doivent paraître extrêmement ouverts, la paupière de dessous attachée sous les sourcils, le blanc de l’œil doit être environné de rouge, la prunelle doit paraître comme égarée, située plus au bas de l’œil que du côté d’en haut, le dessous de la paupière doit paraître enflé et livide, les muscles du nez et les narines aussi enflés, les muscles de joues extrêmement marqués et former un pli de chaque côté des narines. La bouche sera fort ouverte, et les coins retirés en arrière ; toutes les veines et tendons seront fort apparents, tant à la partie du front qu’autour des yeux, les muscles et veines du col doivent être fort tendus et apparents, les cheveux seront hérissés, la couleur du visage pâle, les extrémités des parties livides, et comme le bout du nez, les lèvres, les oreilles et le tour des yeux […]14. »

5Cette traduction de la frayeur : yeux exorbités, bouche ouverte rappelle celle qu’on trouve chez Michel-Ange, Ribera, Poussin, Girodet et Munch ; mais la représentation du drame et de la douleur varie selon les idéaux esthétiques, comme le montre Susanna Caviglia dans son évocation de l’Enlèvement des femmes dans la peinture d’histoire en France au XVIIIe siècle.

6La peur est souvent au cœur des spectacles qui s’appuient là aussi sur l’expression des passions. On sait que l’opéra est un spectacle total, et Cécile Auzolle montre comment le compositeur, le librettiste, le metteur en scène jouent avec les nerfs et l’imagination du spectateur. Mais si certains cherchent à faire naître la peur, il arrive aussi que le public, amateur de sensations fortes, lui préfère les fantasmagories, le grand guignol et parfois le cinéma gore. Ainsi, littérature, théâtre, cinéma, architecture peuvent être sollicités dans ces problématiques qui touchent aux « Images, Perceptions et Esthétique de la Peur ».

Notes

1 1893, huile et pastel, Oslo, National galerie. Gravure sur bois. Dans son Journal, Munch écrit à propos de cette œuvre : « J’étais en train de marcher le long de la route avec deux amis – le soleil se couchait – soudain le ciel devint rouge sang – j’ai fait une pause, me sentant épuisé, et me suis appuyé contre la grille – il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir et de la ville – mes amis ont continué à marcher, et je suis resté là tremblant d’anxiété – et j’ai entendu un cri infini déchirer la Nature. »

2 1536-1541, Rome, Chapelle Sixtine, Vatican.

3 1637, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts.

4 1625-1629, Chantilly, Musée Condé.

5 1622-1625, Rome, Galleria Borghese.

6 1583, Florence, place de la Seigneurie.

7 Salon de 1806, Paris, Musée du Louvre.

8 1792-1799. Genève, Musée d’art et d’histoire. L’œuvre fait allusion au tremblement de terre de Messine et aux troubles révolutionnaires de Genève tous deux survenus en 1782-1783.

9 Giorgio Vasari, Les vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes, trad. et éd. A. Chastel (dir.), Paris, 2005, t. I, livre III, p. 166.

10 La fresque, toujours in situ, a été peinte vers 1447 pour le cloître vert de Santa Maria Novella à Florence.

11 Op. cit., t. I, livre III, p. 115.

12 Conférences de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture, 1648-1681, dir. Jacqueline Lichtenstein et Christian Michel, Paris, École nationale Supérieure des Beaux-Arts, 2006, p. 232-238, 260-282.

13 Dessin conservé à Paris, au Musée du Louvre.

14 Conférences de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture, op. cit., p. 232-238, 260-282. La Frayeur, p. 274.

Auteur

Professeure d’histoire de l’art moderne à l’université de Poitiers (Gerhico-Cerhilim : EA4270)

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540