Version classiqueVersion mobile

Les mouvements gaullistes

 | 
Jérôme Pozzi

Chapitre I. Le retour des mouvements gaullistes dans l’arène politique (1957-1958) : culture de la clandestinité et regain de l’action

Texte intégral

  • 1 Cf. R. Souillac, Le mouvement Poujade. De la défense professionnelle au populisme nationaliste (19 (...)
  • 2 Cf. D. Lefebvre, Les secrets de l’expédition de Suez, 1956, Paris, Perrin, 2010.
  • 3 J.-P. Rioux, De Gaulle. La France à vif, Paris, Hachette, 2000, p. 107.

1Depuis les premiers heurts de la guerre d’Algérie, les gaullistes vivent dans la hantise de la fin de l’Empire. La succession ininterrompue des gouvernements de la IVe République et leur incapacité à mettre un terme à la rébellion algérienne ne rassurent pas les partisans d’un retour au pouvoir du général de Gaulle. Face au régime des partis et à la crainte que celui-ci ne « brade » l’Algérie, un certain nombre de gaullistes, anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale ou « anciens d’Indo » pour la plupart, deviennent, l’espace de quelques années, des compagnons de route des nationalistes. Certains d’entre eux se sont connus au Quartier latin et se sont parfois retrouvés au début des années cinquante dans les combats contre la Communauté européenne de défense (CED), mais c’est bien en relation avec les guerres d’indépendance que leurs actions vont se rejoindre. Ils partagent le même spleen, celui de la décadence de la France qu’ils ressentent depuis l’humiliation de Diên Biên Phu. Les élections du 2 janvier 1956 – les gaullistes ne parvenant à sauver que 22 sièges de députés – accentuent la fragmentation du système partisan, avec l’apparition des députés poujadistes, dont le slogan « Sortez les sortants ! » résume à lui seul le climat délétère et populiste qui a permis leur élection1. Certes, l’hostilité envers un personnel politique qui représente une France à la dérive, rabaissée de surcroît par la perte d’influence des puissances européennes au Proche-Orient après le fiasco de l’expédition de Suez2, n’est pas absente du cœur des gaullistes. Mais, s’ils peuvent en apparence s’entendre sur le constat de faillite de la IVe République, ils ne proposent pas le même remède, puisque pour les gaullistes, il faut à présent préparer et orchestrer le retour au pouvoir du général de Gaulle. Ainsi, les gaullistes ont manipulé, encadré et canalisé un certain nombre de personnalités et de mouvements qui ne leur étaient pas initialement favorables. Comme a pu l’écrire Jean-Pierre Rioux : « Étrange coup d’État vraiment, dont le bénéficiaire n’est pas le protagoniste, dont les acteurs d’Alger sont les dupes et les légalistes de Paris les exécutants malgré eux3 ! » Le 13 mai est-il un nouveau 2 décembre ou plutôt un 6 février qui a réussi ?

Une collusion entre gaullistes et nationalistes : le culte de l’action au temps de la traversée du désert

L’Association des combattants de l’Union française (ACUF)

  • 4 C. Nick, Résurrection. Naissance de la Ve République, un coup d’État démocratique, Paris, Fayard, (...)
  • 5 J. Foccart, Foccart parle, t. 1, Paris, Fayard/Jeune Afrique, 1995, p. 130.
  • 6 C. de La Malène est secrétaire administratif du groupe RPF puis des Républicains sociaux (RS) au C (...)
  • 7 G. Palewski, Mémoires d’action, 1924-1974, Paris, Plon, 1988, p. 251-266.
  • 8 R. Kauffer, OAS – Histoire d’une guerre franco-française, Paris, Le Seuil, 2002, p. 43.
  • 9 R. Sasia, Le mousquetaire du Général, Paris, éd. Guéna, 2010, p. 83-85.
  • 10 F. Turpin, « Printemps 1954. Échec à de Gaulle : un retour au pouvoir manqué », Revue historique, (...)
  • 11 A. Astoux, L’Oubli – De Gaulle 1946-1958, Paris, JC Lattès, 1974, p. 377.

2En 1953, Yves Gignac, ancien d’Indochine, fonde l’Association des combattants de l’Union française (ACUF) dont il devient le secrétaire général. Présidée par le colonel Mirambeau, ancien de la 2e DB, l’association de la rue de Naples regroupe rapidement près de 30000 adhérents4. Organisation à l’allure paramilitaire, l’ACUF tient son congrès annuel les 3 et 4 avril 1954 à Paris, dans une ambiance surchauffée où le treillis des « anciens d’Indos » surclasse aisément le complet veston des adhérents les plus modérés. Au sein de cette assemblée où l’ordre et la discipline apparents annoncent déjà la tempête, on remarque la présence du gaulliste Roger Delpey. Auteur de la trilogie Soldats de la boue, R. Delpey est un proche de Jacques Foccart5, l’homme de l’ombre du Général. De ce fait, ce « soldat-écrivain » est considéré comme le représentant officieux des gaullistes à l’ACUF, organisation à laquelle les anciens du RPF portent une attention toute particulière, de par les thèmes nationalistes qu’elle véhicule et le potentiel militant qu’elle représente. Aux discours orientés vers le culte de l’Empire se mêlent ceux qui critiquent la IVe République et qui annoncent sa mort prochaine. Dans le courant de l’année 1954, Y. Gignac multiplie les contacts avec des personnalités gaullistes comme Michel Debré et son bras droit Christian de La Malène6 ou encore Gaston Palewski7, un fidèle du général de Gaulle8. L’objectif poursuivi par Y. Gignac est le coup de force qui conduirait de facto à la chute de la IVe République. Pour ce faire, il a besoin de l’appui des gaullistes par le biais du Service d’Ordre (SO) du RPF qui est toujours en état de veille, mais également d’un événement déclencheur qui jouerait le rôle de catalyseur et qui permettrait de précipiter l’opération. L’écho de la débâcle de Diên Biên Phû en métropole va fournir aux dirigeants de l’ACUF le prétexte pour forcer le destin et permettre de hâter la chute d’une République honnie. Les « gros bras » du SO – dont un certain nombre appartiennent au service Action du SDECE9 –, sous la conduite de Dominique Ponchardier dit « Bibi Fricotin », de Claude Dumont et Pierre Debizet alias « Debarge » rassemblent leurs troupes sur les conseils de Gignac pour organiser une manifestation le 9 mai 195410, date à laquelle le général de Gaulle a décidé de se rendre à l’Arc de triomphe pour y déposer une gerbe11. Pourtant, malgré la bonne volonté de ces quelques compagnons, ce rassemblement ne parvient pas à hâter le retour au pouvoir de leur « patron ».

3La perte annoncée de l’Indochine n’avait pas provoqué le soulèvement espéré et il faudrait attendre le printemps 1958, avec les événements d’Algérie, pour que le chef de l’État fasse appel au « plus illustre des Français ». Quant à la rencontre entre anciens du RPF et adhérents de l’ACUF, la lune de miel s’arrêtait là pour l’instant, mais elle avait permis de tisser des liens qui seraient bien utiles le 13 mai 1958 de l’autre côté de la Méditerranée. Il était temps pour Y. Gignac de porter le combat contre la IVe République sur un sol plus réceptif aux revendications de l’ACUF. Ainsi, il se rend régulièrement en Algérie à partir de la fin de l’année 1956 pour y développer son organisation, ce qui est facilité par la conjonction de deux éléments. D’une part, le fait que la plupart des officiers parachutistes qui servent en Algérie à cette époque sont des anciens d’Indochine. D’autre part, la nomination le 15 novembre 1956 du général Raoul Salan comme commandant en chef en Algérie, celui-ci étant depuis 1955 le Président d’honneur de l’ACUF. Toutefois, si l’ACUF n’a pas de projet alternatif clairement défini pour remplacer la IVe République, les gaullistes qui s’agitent en parallèle ont un programme incarné par un homme, en l’occurrence le général de Gaulle, ce qui à défaut de faire l’unanimité, a au moins le bénéfice de la clarté. Mais celui-ci n’explique pas à lui seul la réussite ultérieure des événements de mai 1958, tant le retour au pouvoir du Général semble improbable à cette date à la majorité des Français. Le poids des réseaux et le maillage serré des relations au sein de la famille gaulliste, souvent hérité de la Résistance ou de l’épopée du RPF, permet de comprendre l’ascendant que prennent les gaullistes sur leurs rivaux nationalistes.

Les réseaux Biaggi : des Volontaires de l’Union française (VUF) au Parti patriote révolutionnaire (PPR)

4Jean-Baptiste Biaggi est un personnage incontournable du petit monde de la conspiration gaulliste à l’approche des événements du 13 mai. C’est dans l’atmosphère agitée du Quartier latin des années trente que le jeune Corse fait ses premières armes politiques comme responsable des étudiants en droit d’Action française en 1934, à l’âge de 16 ans. Aimant l’action et ne craignant pas l’engagement musclé des Camelots du Roi, le jeune Jean-Baptiste entre dans les corps francs dès les premiers heurts de 1939. Blessé lors des combats du nord de la France, il est tenu pour mort sur le champ de bataille et décoré de la Légion d’honneur à titre posthume ! Pendant la guerre, il rencontre Alain Griotteray, dit « Grio », qui va devenir son meilleur ami et qui en tant que membre de la « Corpo » de droit de Paris a fait partie des jeunes qui ont manifesté place de l’Étoile le 11 novembre 1940 contre les autorités d’occupation. Celui-ci le convainc de profiter de sa réputation de combattant valeureux et de ses relations héritées des années trente pour recruter à Vichy des personnes susceptibles d’entrer dans la Résistance.

  • 12 Cf. A. Gandy, La jeunesse et la Résistance. Réseau Orion. 1940-1944, Paris, Presses de la Cité, 19 (...)
  • 13 C. Nick, op. cit., p. 66-67.
  • 14 A. Griotteray, Mémoires. Aimer et servir la France, éd. du Rocher, 2004, p. 36.
  • 15 Agrégé et docteur en droit, M. Alliot est en 1968 le directeur de cabinet d’É. Faure. En 1971, il (...)
  • 16 C. Nick, op. cit., p. 91.
  • 17 J. Foyer, Sur les chemins du droit avec le Général. Mémoires de ma vie politique (1944-1988), Pari (...)
  • 18 J. Dauer, Le Hussard du Général, Paris, La Table Ronde, 1994, p. 41.

5En 1941, Biaggi rejoint le petit noyau de Résistance mis en place en zone Nord par Henri d’Astier de la Vigerie, qui deviendra par la suite le réseau Orion12. Outre son ami « Grio », il y côtoie le capitaine Cogny alias « Borgia » – le fondateur de l’Organisation de Résistance de l’Armée (ORA) – et les futurs députés gaullistes Pascal Arrighi13 et Marc Jacquet14. Suite au passage de Griotteray, alias Brayance, en Algérie, Biaggi et un jeune camarade qu’il avait recruté, Michel Alliot15, transforment le réseau Orion en une filière d’évasion vers l’Afrique du Nord, via l’Espagne franquiste, ce qui permet en 1942 à quelques centaines de jeunes, étudiants pour la plupart, de passer sur l’autre rive de la Méditerranée. En juin 1944, Biaggi rejoint les « Commandos de France », sorte d’unité d’élite calquée sur les fameux SAS britanniques, dans lesquels il poursuit le combat aux côtés de « Grio », Yves de Kermoal, Alexandre Sanguinetti et Michel Poniatowski16. Revenu à Paris au moment des combats de l’insurrection de la capitale, il commande une petite unité FFI dans laquelle il fait entrer le futur ministre de la Justice de la République gaullienne Jean Foyer, un ancien membre du réseau Orion17, mais aussi Jacques Dauer18.

  • 19 F. Audigier, « Les cadets du RPF », FCDG-université Bordeaux 3, De Gaulle et le RPF (1947-1955), P (...)
  • 20 Député divers gauche des Alpes-Maritimes (1932-1936), H. Torrès rejoint les rangs du RPF en 1947. (...)
  • 21 Interview de Cl.-G. Marcus, 27 octobre 2005.
  • 22 J. Cotillon, Ce qu’il reste de Vichy, Paris, A. Colin, 2003, p. 195.

6Avec un tel passé marqué par le poids de la Résistance et l’envie d’en découdre, il n’est pas surprenant de retrouver Biaggi dès les premières heures du gaullisme d’opposition. Suite à la création du RPF en avril 1947 et à peine inscrit au barreau de Paris, Biaggi est nommé responsable national du Rassemblement de la Jeunesse française (RJF) et s’occupe particulièrement de la propagande, alors que Joël Le Tac a en charge l’organisation du RJF19. Le jeune avocat peut mettre à l’œuvre ses talents oratoires et s’annonce déjà comme un agitateur de premier ordre, capable de retourner une salle grâce à quelques phrases bien ciblées, à tel point que son collègue du barreau, Me Henry Torrès20 le surnomma dès cette époque « Biaggitateur21 ». Toutefois, même si son engagement gaulliste est indéniable, Biaggi ne coupe pas totalement les ponts avec sa famille politique d’origine, située plus à droite sur l’échiquier politique. Ainsi, on le retrouve au début des années 1950 au sein de l’Union des intellectuels indépendants, association « néo-vichyste » fondée par Charles de Jonquières et qui apporte une aide morale et matérielle aux intellectuels encore détenus suite à leur collaboration avec le régime de Vichy22. Parmi un grand nombre d’académiciens et d’écrivains comme Jérôme Carcopino, Pierre Gaxotte ou Henry de Montherlant, on remarque la présence aux côtés de Biaggi de Jean-Marie Le Pen, Jean-Louis Tixier-Vignancour et Pierre Poujade.

  • 23 Cf. F. Lafon, Guy Mollet, Paris, Fayard, 2006.

7En 1955, Biaggi siège au comité directeur des Républicains sociaux (RS), mouvement qui est l’héritier du RPF, mais il n’abandonne pas pour autant l’action directe. Persuadé que le renversement de la IVe République passe par le soulèvement en Algérie, il prend part avec A. Griotteray à l’organisation de la manifestation du 6 février 1956 contre la venue de Guy Mollet23. La réussite de cette « journée des tomates » est à mettre en partie à l’actif de Biaggi, ce qui l’amène à associer pour un temps les quelques rares gaullistes algérois avec des militants nationalistes comme Pierre Lagaillarde et Robert Martel au sein d’un Comité d’entente pour la défense de l’Algérie française. La collusion entre gaullistes et nationalistes se fait donc sur un programme sans équivoque : maintenir coûte que coûte l’Algérie française.

  • 24 M. Debré, Trois Républiques pour une France – Mémoires 1946-1958, t. 2, Paris, A. Michel, 1988, p. (...)
  • 25 Ancien élève de l’ENA et élu député de Corse en 1956, P. Arrighi animait à cette époque une sorte (...)
  • 26 J. Dauer, op. cit., p. 71 et J. Dauer et M. Rodet, Le 13 mai sans complots, Paris, La Pensée moder (...)
  • 27 O. Dard, Voyage au cœur de l’OAS, Paris, Perrin, 2005, p. 12.
  • 28 Ancien du mouvement de résistance Défense de la France, il rejoint le RPF avec son épouse Michelle (...)
  • 29 P. Lemarchand, « Barbouze » du Général, Paris, Le Cherche Midi, 2005, p. 57.

8De retour en métropole, Biaggi rend compte à M. Debré de la nécessité d’instrumentaliser l’agitation algéroise et de mettre en place des structures capables de faire basculer l’opinion publique. Biaggi rassemble quelques fidèles, avec l’aide du conseiller d’État Maxime Blocq-Mascart, ami de Debré dans la Résistance24 et ancien dirigeant de l’OCM. La petite équipe se répartit rapidement les tâches. M. Blocq-Mascart s’occupe des relations avec les associations d’anciens combattants, le général Jacques Faure – commandant adjoint de la division d’Alger – et Griotteray de l’armée, Pascal Arrighi25 et le colonel Pierre Battesti agissent dans les arcanes du Parlement, J.-B. Biaggi règne en maître sur l’« agit-prop » et M. Debré veille à la cohésion de l’ensemble. Afin d’être plus efficace dans l’agitation de rue, Biaggi fonde les Volontaires de l’Union française (VUF). La mission assignée à ces « phalanges gaullistes » est de contrer toutes les réunions ou les meetings organisés par des intellectuels ou des hommes politiques hostiles à la guerre d’Algérie. Ainsi des membres des VUF participent le 7 novembre 1956 à l’attaque du siège de L’Humanité26 – aux côtés d’éléments du mouvement d’extrême droite Jeune nation – et effectuent l’année suivante quelques descentes musclées dans les meetings de Pierre Mendès France. Au comité directeur des VUF, on retrouve François d’Astier de la Vigerie et un certain nombre de « gaullistes de choc » comme R. Delpey – le poisson-pilote des gaullistes au sein de l’ACUF –, les colonels Barberot, Bourgoin et Dupérier, mais aussi Pierre Debizet qui s’occupe du SO, Henri Gorce-Franklin et enfin l’équipe des gaullistes d’Alger27 (M. Faivre, J. Lhostis, A. Achiary). En fait, comme le souligne l’avocat Pierre Lemarchand28, membre des VUF, cette organisation rassemblait les « orphelins du RPF » et « l’officine présentait un aspect café du commerce très marqué. Des communiqués fusaient, ronflants et usant de grands mots, promettant les châtiments les plus solennels au personnel politique accusé de haute trahison29 ».

  • 30 C. Nick, op. cit., p. 192-193.
  • 31 Cl. Faure, Aux Services de la République. Du BCRA à la DGSE, Paris, Fayard, 2004, p. 290.
  • 32 Le futur dirigeant de l’OAS Jean-Jacques Susini, avant d’adhérer au mouvement des frères Sidos en (...)

9Pour Biaggi, l’heure n’est pas encore venue de quitter la métropole pour l’Algérie, il souhaite entraîner ses VUF afin de pouvoir un jour aller se battre sur le terrain et servir de supplétif à l’armée contre les « fellaghas ». C’est ainsi qu’il emmène régulièrement un commando des VUF en forêt de Fontainebleau pour faire de l’exercice, équipé pour l’occasion de treillis militaires, de cagoules et de mitraillettes30. Le style paramilitaire et l’impression d’être un nouvel embryon de Résistance jouent à plein chez les hommes de Biaggi. Voulant accroître son audience auprès des ultras, Biaggi transforme ses VUF en Parti patriote révolutionnaire (PPR) le 10 novembre 1957, lors d’un congrès constitutif organisé à la salle Wagram devant près de 150 délégués. De son côté, le jeune Guy Ribeaud anime des « ateliers » chargés de dispenser des rudiments de guerre subversive et politique aux officiers retenus pour soutenir le retour du Général31, le tout relayé par un bulletin dont le titre est à lui seul tout un programme La France au pouvoir. Dans cette atmosphère de complot permanent contre la « Gueuse », Biaggi n’a que faire de mêler ses troupes avec celles de l’extrême droite, la frontière entre le PPR et un mouvement comme Jeune Nation n’étant que formelle32. Ainsi, de février 1956 à mai 1958, une fusion s’opère entre nationalistes et gaullistes, à tel point que l’on peut aisément parler de « nationaux-gaullistes » pour qualifier ces quelques compagnons qui, à l’instar de Me Biaggi, sont le fer de lance de l’agitation et de la provocation de part et d’autre de la Méditerranée.

Les gaullistes et les anciens combattants : un passé en commun bien utile

  • 33 Cf. B. Lachaise (dir.), Résistance et Politique sous la IVe République, Pessac, PUB, 2004.

10Le poids de la Résistance dans la vie politique des années cinquante33 et dans la famille politique gaulliste relève de l’évidence et les itinéraires résistants de personnalités de premier plan comme M. Debré, J. Chaban-Delmas ou encore J. Baumel viennent en témoigner. L’engagement dans la Résistance implique un dépassement de soi, une pratique de la clandestinité et un cloisonnement des réseaux qui ont marqué profondément leurs acteurs, y compris dans leur engagement politique ultérieur. Le fait que la plupart des gaullistes qui ont participé de près ou de loin aux événements de mai 1958 aient eu un passé résistant n’est donc pas un hasard, même s’il repose en grande partie sur un phénomène générationnel. Y a-t-il eu pour autant des contacts sciemment noués entre les gaullistes et des associations d’anciens combattants avec pour objectif commun de nuire à la IVe République, voire d’en précipiter la chute ? En d’autres termes, les ardents défenseurs de la France pendant la Seconde guerre mondiale sont-ils devenus les principaux pourfendeurs d’un régime moribond ?

  • 34 J. Foccart, Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 134.
  • 35 Ancien président de l’ACJF de Corrèze dans l’entre-deux-guerres, E. Michelet est élu député sous l (...)

11Il convient de dresser un tableau succinct des imbrications entre les principaux acteurs gaullistes du mois de mai et leurs réseaux ou mouvements de résistance d’origine, ainsi que leurs activités éventuelles dans la France libre ou en relation avec elle. Deux des agitateurs en tout genre que nous avons évoqués, présents dans tous les « coups » contre le régime viennent de l’OCM, il s’agit de M. Blocq-Mascart, l’homme qui selon ses propres termes « défendait la légalité le jour et la sapait la nuit34 » et de J.-B. Biaggi qui avait dirigé la branche jeunes de ce mouvement (OCMJ). Issus du mouvement Combat, nous retrouvons un autre profil de gaullistes, puisqu’ils incarnent un visage plus politique qu’activiste. C’est le cas de J. Baumel (Rossini), d’E. Michelet35 et dans une moindre mesure de P. Guillain de Bénouville, dont le parcours au sein de la famille gaulliste a été tumultueux. Le mouvement Ceux de la Résistance (CDLR) fournit peu de compagnons impliqués directement dans la chute de la IVe République, mis à part bien sûr M. Debré. Quant à Léo Hamon et Gilbert Grandval, anciens de CDLR, ils ne participent pas aux événements de mai 1958.

  • 36 R. Faligot et R. Kauffer, Les Résistants. De la guerre de l’ombre aux allées du pouvoir (1944-1989 (...)
  • 37 Cf. S. Albertelli, Les Services secrets du général de Gaulle. Le BCRA, 1940-1944, Paris, Perrin, 2 (...)
  • 38 Interview de Pierre Picard, 11 avril 2002.
  • 39 La Fédération Libre Résistance rassemble les anciens résistants des réseaux dépendants du SOE, don (...)
  • 40 R. Faligot et R. Kauffer, op. cit., p. 89.

12Du côté des réseaux de résistance, il faut souligner la présence de quelques protagonistes de l’agitation gaulliste, comme A. Griotteray, du réseau Orion ou Achille Peretti, un proche de P. de Bénouville36, qui a fondé le réseau Ajax, avant de rejoindre le BCRA37. Son réseau, particulièrement bien établi en Corse, a sans doute fourni des renseignements précieux au moment de l’opération Résurrection. Du côté des anciens de la France libre ou des réseaux en lien avec le BCRA du capitaine André Dewavrin (Passy), il faut signaler le rôle joué par Jacques Soustelle et son futur bras droit Pierre Picard, secrétaire général à partir de 1956 de l’Union pour le salut et le renouveau de l’Algérie française (USRAF). En novembre 1943, J. Soustelle réalise la fusion du BCRA gaulliste et des services de renseignement giraudistes au sein de la Direction générale des services spéciaux (DGSS). Quant à Pierre Picard, il a fondé en 1941 le réseau Armand Buckmaster pour l’est parisien38, dépendant du Special Operations Executive britannique (SOE). À la Libération, il participe à la création de la Fédération Libre Résistance39, dont il devient le président et qui fait partie, avec l’amicale des réseaux Action du BCRA, de la Fédération des amicales de réseaux de la France combattante, au sein de laquelle il se lie d’amitié avec J. Foccart et côtoie plusieurs dirigeants du mouvement gaulliste comme André Jarrot et J. Chaban-Delmas40. Puis, P. Picard poursuit sa route au RPF, dont il devient le délégué régional pour la Seine-et-Oise, avant d’appartenir en octobre 1958 aux membres fondateurs de l’UNR, en sa qualité de bras droit de J. Soustelle.

  • 41 En 1944, le réseau de M.-M. Méric (puis Fourcade) est intégré au BCRA. Son principal adjoint est J (...)
  • 42 R. Faligot et R. Kauffer, op. cit., p. 88.
  • 43 C. Nick, op. cit., p. 206-207.

13L’exercice de fonctions de la plus haute importance au sein du BCRA comme celles qui furent confiées à J. Soustelle, ou en relation avec les services de renseignement de la France libre comme ce fut le cas pour Marie-Madeleine Fourcade avec son réseau Alliance41, a permis à la plupart des partisans du retour au pouvoir du général de Gaulle de maîtriser parfaitement les techniques du renseignement et de la clandestinité. Le fait que l’un des principaux protagonistes des conspirations qui se trament entre Alger et Paris au printemps 1958 soit le commandant Paul Paillole n’est pas le fruit du hasard. Depuis 1953, il anime l’Amicale des services spéciaux de la Défense nationale (ASSDN) qui entretient des liens étroits avec des associations d’anciens combattants comme Rhin et Danube42. Ces anciens des services spéciaux se targuent d’avoir de nombreux contacts au sein de l’armée, de la police et du monde des affaires. Disposer de quelques hommes fiables et bien introduits dans ces milieux est une condition indispensable à la réussite du renversement du régime. Tout l’art des gaullistes consiste donc dans ces années 1954-1958 à infiltrer les associations d’anciens combattants pour les inciter à se tourner vers leur « patron », tout en les fédérant dans une sorte de cartel, susceptible d’agir comme un levier le moment venu. En 1956, après plusieurs mois d’efforts, des proches de J. Foccart dont le très entreprenant M. Blocq-Mascart, réussissent à mettre sur pied le Comité d’action des Associations nationales d’anciens combattants (CAANAC) qui rassemble 26 associations et revendique un million d’adhérents, dont 400000 en Algérie. Nommé secrétaire général du CAANAC avec l’appui bienveillant de M. Debré, J.-B. Biaggi, R. Frey et sur recommandation de P. Paillole43, A. Sanguinetti parvient à orienter le comité d’action vers la lutte pour l’Algérie française et fait ainsi adhérer la plupart des associations qui en sont membres à l’USRAF de J. Soustelle.

Les surgeons du gaullisme d’opposition à l’approche du printemps 1958

Les ex-jeunes du RPF au temps de la traversée du désert

  • 44 Cf. B. Lachaise, « L’engagement des jeunes dans le Rassemblement du peuple français », Fondation C (...)
  • 45 Originaire de Savoie, P. Dumas s’engagea dans la Résistance à l’âge de 16 ans. En 1947, il rejoint (...)
  • 46 Interview de R. Souchal, 26 mai 2004.

14Le RPF a officiellement lancé son organisation de jeunesse, le Rassemblement de la jeunesse française (RJF) en décembre 1947. Celui-ci a connu, à l’instar d’autres groupements de jeunesse de partis politiques, des conflits liés à des querelles de personnes et d’autres liés aux relations parfois tumultueuses entre cadets et aînés, mais il peut être considéré à bien des égards comme un vivier de recrutement pour les mouvements gaullistes ultérieurs44. Le RJF a eu plusieurs dirigeants, dont le colonel Rémy (1948-1950), mais c’est seulement à la fin de l’année 1951 grâce à l’arrivée à leur tête de Pierre Lefranc que les jeunes gaullistes prennent leur envol et parviennent à étendre leur implantation. En effet, l’ancien Cadet de la France libre organise l’absorption du RJF par le Groupement d’étudiants du RPF, dont le principal dirigeant avait été Pierre Dumas45. Certes, les effectifs sont demeurés restreints puisque les jeunes gaullistes n’ont regroupé que quelques milliers d’adhérents, concentrés dans les grandes villes universitaires : Paris, Bordeaux, Toulouse, Lyon, ou encore Nancy – où la section cadette est animée par le futur député UNR Roger Souchal46 –, mais ils ont assuré une riche postérité à la famille gaulliste dans la mesure où certains de leurs responsables sont devenus parlementaires sous la Ve République. Ceci étant, la question essentielle est de savoir quelle a été la destinée des principaux cadres des RJF à l’époque de la traversée du désert.

  • 47 FCDG, CA 1, statuts du CNJRS.
  • 48 FCDG, CA 1, liste des membres élus au comité directeur des RS en 1957.
  • 49 Au début des années 1960, J. Kosek débuta une carrière de journaliste à l’ORTF, sous le pseudonyme (...)
  • 50 Cl.- G. Marcus et R. Couveinhes connaissent par la suite une longue carrière parlementaire au sein (...)

15Suite à la mise en sommeil du RPF, les jeunes gaullistes se dispersent en plusieurs organisations, dont les deux principales sont les Jeunes Républicains sociaux (JRS) et l’association Esprit de la Résistance. Créés en janvier 1954 par Guy Ribeaud, un étudiant de Sciences Po proche de Me Biaggi, puis de L. Delbecque, les JRS sont la section cadette du Centre national des Républicains sociaux (CNRS). Toutefois, c’est seulement en mai 1955 que les statuts sont officiellement adoptés47, ce qui montre bien une certaine continuité organisationnelle avec le RJF. G. Ribeaud (secrétaire national des JRS) est présent au sein du comité directeur des Républicains sociaux (RS), ainsi que trois autres jeunes gaullistes48 : Jean Kosek49, Claude-Gérard Marcus – ancien secrétaire général adjoint à la propagande du RJF – et René Couveinhes50. Lorsque G. Ribeaud entre en 1957 au cabinet de J. Chaban-Delmas, ministre de la Défense nationale, il est remplacé par le Girondin Robert Vironneau. Les responsables des JRS forment une sorte de garde rapprochée autour du maire de Bordeaux et apparaissent comme une frange progressiste attachée au thème de l’association capital-travail. Néanmoins, beaucoup d’entre eux restent fidèles à l’Algérie française, ce qui va conduire à des tensions au moment du passage à l’UNR. D’ailleurs, afin d’éviter des déchirements internes liés à la question algérienne, ce qui aurait sans doute brisé l’élan des JRS, la direction décide à partir du printemps 1957 d’orienter sa propagande sur le thème exclusif du retour du général de Gaulle au pouvoir.

  • 51 Interview de Cl.- G. Marcus, 27 octobre 2005.
  • 52 Ancien élève de l’Ecole nationale de la France d’outre-mer, J. Mer est député UNR du VIIe arrondis (...)
  • 53 FCDG, CA 1, rapport sur les activités du groupement des JRS de la Seine d’octobre 1957 à juillet 1 (...)
  • 54 Secrétaire général des JRS à l’été 1958, J. Milloux dirige ensuite L’Espoir des Jeunes, journal de (...)
  • 55 FCDG, CA 4, Liaison, bulletin mensuel du CNJRS, no 15, juillet 1957.
  • 56 FCDG, CA 4, La Cinquième République, bulletin des JRS de l’IEP de Paris, no 1 avril-mai 1956 et no(...)

16À l’époque de la « traversée du désert », les JRS sont la principale formation cadette gaulliste, pourtant ils affichent toujours des effectifs modestes, notamment dans le creux de la vague des années 1956-1957, comme le confirme Cl.-Gérard Marcus : « Les JRS représentaient à peine un millier de personnes avec des points forts à Nice, Marseille, Bordeaux et Paris. Il y avait un peu de tout, mais surtout d’anciens jeunes du RPF51. » Selon un rapport interne, les JRS de la capitale, dont le secrétaire fédéral était Jacques Mer52, seraient ainsi passés de l’automne 1957 à l’été 1958, de 95 à 135 membres seulement53. La Seine comptant alors 55 circonscriptions, l’implantation se réduit donc à une moyenne de deux représentants par circonscription, ce qui pour un prétendu « bastion » paraît bien dérisoire. Ainsi, à l’échelle nationale, la relative faiblesse de cet effectif contraste avec les bataillons de jeunes des débuts du RPF. De ce fait, le militantisme des JRS a été plus symbolique que réel, alors que le contexte politique de la crise algérienne pouvait leur sembler favorable, même s’ils disposent de Salut public, un journal dirigé par Jacques Milloux54 et d’une feuille mensuelle, à savoir Liaison55. En outre, il existe des bulletins spécifiques à certaines structures, notamment à Sciences Po où le responsable des JRS Sylvain Ferri lance La Cinquième République au printemps 195656.

  • 57 Cf. F. Audigier, Génération gaulliste. L’Union des jeunes pour le Progrès, une école de formation (...)
  • 58 Interview de M. Anfrol, 10 février 2004.
  • 59 Celui-ci se voit proposer d’être candidat dans le IXe arrondissement de Paris, mais l’investiture (...)

17L’apport des JRS est donc plus qualitatif que quantitatif et son action se mesure à long terme plutôt qu’à court terme. Ils ont été avant tout une école de formation politique, certes modeste par rapport à la future UJP des années 196057, et ont constitué un vivier de cadres. J. Chaban-Delmas y puise des chargés de mission lorsqu’il est appelé au ministère des Travaux publics dans le cabinet Mendès France en juin 1954 (J. Mer, J. Kosek, G. Ribeaud) et ces jeunes gaullistes l’accompagneront ensuite rue Saint-Dominique. De même, les dirigeants de l’UNR vont y puiser en 1958 des militants aguerris et motivés pour le référendum du 28 septembre, à l’instar de Michel Anfrol58, mais aussi des candidats potentiels aux élections législatives de novembre, comme Cl.- Gérard Marcus59.

  • 60 Cf. F. Audigier, « L’héritage de la Résistance pour les cadets gaullistes de la IVe République », (...)
  • 61 Cf. B. Marin, De Gaulle de ma jeunesse 1944-1970, Les Sables d’Olonne, Le Cercle d’Or, 1984.
  • 62 B. Giustiniani était secrétaire général des étudiants du RPF en 1952.
  • 63 Témoignage de B. Marin, Fondation Charles-de-Gaulle, Avec de Gaulle – Témoignages, t. 2, Le temps (...)
  • 64 Esprit de la Résistance paraît de juillet 1957 à juillet 1959.

18En dehors des JRS, les cadets gaullistes se sont également regroupés au sein de l’association Esprit de la Résistance60, créée par Bernard Marin61 avec l’aide de quelques ex-jeunes du RPF, dont J. Kosek, M. Anfrol et Bernard Giustiniani62. Âgé de 26 ans à son retour d’Algérie en mars 1957, B. Marin souhaite lancer un mouvement pour faire appel au général de Gaulle. Adhérent au JRF dès 1948, puis responsable des jeunes du XVIe arrondissement de Paris, il est nommé chargé de mission du journal Le Rassemblement en 1950, ce qui lui permet d’accompagner le Général dans ses tournées provinciales lors de la campagne électorale de 1951. Fort de son expérience de militant, il rencontre E. Michelet – à cette date président de la fédération de la Seine des RS – pour lui faire part de ses intentions et de sa volonté de « reprendre l’idéal de la Résistance63 ». Il lui obtient alors un rendez-vous avec l’homme du 18 juin qui se montre favorable à cette initiative. Lancé officiellement le 13 juin 1957 dans le journal Le Monde par un article d’E. Michelet se terminant par la formule : « L’association reconnaît en la personne du général de Gaulle la France victorieuse d’hier et la France renaissante de demain », Esprit de la Résistance regroupe rapidement près de 300 adhérents, dont un certain nombre de noms prestigieux, descendants de familles résistantes comme Anne Brossolette et Philippe de Boissoudy, puis se dote d’un bulletin éponyme64.

  • 65 N. Jaccoux-Bire est remplacée au secrétariat général en décembre 1958 par Ph. de Boissoudy.
  • 66 B. Marin, X. Delorme, B. Giustiniani, M. Anfrol, J. Kosek, J. Milloux et J. Rougé.
  • 67 Interview de M. Anfrol, 10 février 2004.

19B. Marin reçoit également le parrainage de quelques grands noms du gaullisme comme L. Hamon, M.-M. Fourcade, le général Catroux et l’appui d’une douzaine de Compagnons de la Libération dont Jean Drouot L’Hermine, P. de Bénouville, A. Peretti et Rémy Roure. Outre son fondateur, l’équipe dirigeante est composée de Nicole Jaccoux-Bire65 (secrétaire générale), Xavier Delorme, B. Giustiniani, M. Anfrol, J. Kosek, M. Masteau, J. Milloux et J. Rougé. Ainsi, l’interpénétration des équipes entre les JRS et Esprit de la Résistance est bien de mise puisque 7 des 9 membres du comité directeur de l’association appartiennent aux JRS66. Parmi les membres de cette association, signalons la présence du futur confident de l’amiral Philippe de Gaulle et auteur de De Gaulle, mon père à savoir Michel Tauriac67. Malgré un effectif non négligeable, le bilan d’Esprit de la Résistance du point de vue des réalisations concrètes semble pourtant bien mince, même si elle participe à la campagne de lettres envoyées au président R. Coty pour réclamer sa démission et si elle s’active en mai 1958 aux côtés de l’Association nationale de P. Lefranc.

Jacques Dauer et le Télégramme de Paris

  • 68 J. Dauer, op. cit., p. 32-34.
  • 69 Témoignage de J. Dauer dans Avec de Gaulle – Témoignages, t. 2, op. cit, p. 137-151.

20Si J.-B. Biaggi représente l’aile droite et « musclée » du gaullisme, Jacques Dauer entend pour sa part incarner son aile progressiste, héritière du discours de Saint-Étienne du général de Gaulle (4 janvier 1948) sur la recherche d’une troisième voie entre capitalisme et collectivisme. Cette sensibilité progressiste amènera J. Dauer à créer dans les années soixante toute une série de mouvements qualifiés de « gaullistes de gauche ». Pour J. Dauer, le gaullisme est une deuxième religion et le militantisme un sacerdoce. Fils d’Edmond Dauer, un imprimeur franc-maçon de sympathie radicale-socialiste, proche de L. Vallon et H. Torrès, le jeune J. Dauer a participé à la manifestation des étudiants le 11 novembre 1940 et s’est engagé à la Libération dans le bataillon de choc de la 1re Armée du général de Lattre de Tassigny68. Démobilisé en janvier 1946, il rejoint le RPF dès sa fondation tout en étant encore inscrit dans les rangs du MRP69.

  • 70 Un certain nombre de personnalités du RPF sont passés par les Croix-de-feu ou le PSF, à l’instar d (...)
  • 71 Interview de P. Lefranc, 11 février 2004.

21À l’approche des élections municipales de 1947, il est nommé par J. Baumel responsable de la propagande pour le 3e secteur de Paris. Toutefois, il démissionne au cours du mois de novembre 1947, choqué par la présence d’anciens ligueurs des Croix-de-Feu dans une réunion publique du Rassemblement70. En 1950, il revient au RPF et Christian Fouchet, alors délégué général pour la région parisienne, le nomme responsable adjoint du XVIe arrondissement. Puis, au début de l’année 1952, il obtient la responsabilité des JRF pour la région parisienne sous la houlette de P. Lefranc qui est depuis septembre 1951 secrétaire national pour les jeunes et les étudiants71. Si les rapports entre les deux hommes n’ont pas été un long fleuve tranquille, conduisant d’ailleurs Dauer à démissionner quelques mois plus tard, il reprend néanmoins ses fonctions et devient en 1953 responsable des JRF à titre national. Il est alors assisté pour les jeunes de Bernard Fauquenot et pour les étudiants par Jacques Dominati. De plus, il crée un cours de formation destiné aux cadets du gaullisme militant où interviennent leurs aînés comme R. Capitant, M. Debré, A. Astoux ou encore Philippe Ragueneau. Ces cours permettent à Dauer de tisser des liens avec les responsables du mouvement, mais aussi de constituer un noyau de militants solide qui va maintenir la flamme au temps de la traversée du désert, comme Michel Rodet et Jean-Claude Brouard.

  • 72 L’éditorial de J. Dauer dans Paris-Jeunes du 1er juillet 1954 est titré : « Messieurs du gouvernem (...)
  • 73 En août 1954, J. Dauer réalisa un tirage de 50000 exemplaires d’une affiche qui reproduisait une d (...)
  • 74 J. Dauer, op. cit., p. 60.
  • 75 Ch. de Rendinger était le commandant départemental des FFI d’Indre-et-Loire en 1944. Élu conseille (...)
  • 76 L’ingénieur René Lucien avait fondé en 1927 aux côtés de George Messier la société Messier, spécia (...)

22En février 1953, grâce à l’utilisation des presses de l’imprimerie familiale, J. Dauer lance un journal bi-hebdomadaire Paris-Jeunes, qui atteint assez rapidement les 18 000 exemplaires et dans lequel on retrouve des articles de J. Foccart, J. Debû-Bridel, M. Debré et R. Capitant. L’organe de presse des « jeunes de Dauer » est orienté vers deux axes, d’une part la lutte contre le « mauvais régime72 » et d’autre part, le refus du réarmement allemand sous le couvert de la CED. J. Dauer et ses militants se livrent à des opérations « coup de poing », comme des affichages massifs en l’espace d’une nuit73 ou la perturbation de meetings cédistes des dirigeants du « M. R. Pouilles74 ». Suite à la mise en sommeil du RPF, Paris-Jeunes se transforme en Télégramme de Paris (TP), organe mensuel dont le premier numéro sort en janvier 1956 et qui atteint les 40 000 exemplaires en 1960, avant de devenir le journal des gaullistes de gauche. Le comité de rédaction du TP comprend un éventail de personnalités : les généraux Christian de Rendinger75, Henri Navarre, Paul Cherrière, Lanusse, mais aussi M. Blocq-Mascart, M. Debré, R. Lucien76 et A. Astoux.

  • 77 Cf. E. Roussel, Pierre Brossolette, Paris, Fayard, 2011.
  • 78 Ancien des FFL, J. Caley était délégué de l’AOP du RPF pour la Dordogne en 1951. Membre des RS, pu (...)
  • 79 J. Dauer, op. cit., p. 72.
  • 80 J. Dauer et M. Rodet, op. cit., p. 36.
  • 81 R. Faligot et R. Kauffer, op. cit., p. 340.

23Parallèlement au lancement du TP, les jeunes de Dauer fondent le club « Honneur et Patrie », dont le journaliste André Figuéras, gendre de Pierre Brossolette77, assume la présidence avant de la quitter en avril 1956 et d’évoluer vers l’extrême droite. Ce club organise des conférences et publie des brochures dans une collection intitulée « Les Cahiers de la France », comme celle consacrée à l’association capital-travail. Même si ce club ne parvient pas à prendre réellement son envol, l’équipe de Dauer tisse la toile de son réseau en province et prend contact avec des jeunes comme Jean Caley78 à Périgueux ou Jean Dufour à Orléans79. Ces ramifications provinciales permettent à J. Dauer de réaliser un « beau coup » politique en juin 1956. Apprenant que le général de Gaulle avait répondu favorablement à l’invitation que lui avait adressée l’ancien chef des maquis de l’Ain, le colonel Henri Romans-Petit, pour venir inaugurer un monument en l’honneur des FFI à Cerdon le 26 juin, J. Dauer transforme cette cérémonie en manifestation de soutien au Général. Il fait venir sur place trois cars de jeunes gaullistes qui gravitent autour du TP80 et prend contact avec Biaggi qui envoie une petite centaine de membres de ses VUF81. Ainsi, le général de Gaulle est acclamé par quelques centaines de gaullistes et l’événement est relaté dans la presse.

  • 82 Télégramme de Paris, no 22, octobre 1957.

24À partir de la fin de l’année 1957, la campagne du TP en faveur du retour au pouvoir de de Gaulle s’intensifie à mesure que la France s’enlise dans le conflit algérien, même s’il n’a plus le monopole de la presse gaulliste, dans la mesure où M. Debré lance le Courrier de la colère. En octobre 1957, la première page du TP proclame : « Nous voulons de Gaulle ! » et J. Dauer affirme dans son éditorial qu’« aucun compromis, et a fortiori, nulle compromission, ne sont concevables avec le régime82 ». En janvier 1958, une affiche avec un dessin qui représente un travailleur avec les bras en V et pour toile de fond une croix de Lorraine et au-dessous de laquelle on peut lire : « Appelons de Gaulle » est tirée à 400000 exemplaires et placardée dans un certain nombre de départements, y compris en Algérie par l’intermédiaire de Léon Delbecque.

  • 83 J. Dauer et M. Rodet, op. cit., p. 86-87.
  • 84 Op. cit., p. 100-101.
  • 85 Télégramme de Paris, no 28, mai 1958, p. 1.

25Par ailleurs, J. Dauer, s’investit personnellement dans une campagne nationale de pétitions destinée à la Présidence de la République afin que René Coty fasse appel à de Gaulle. Le texte de la pétition qui lui est proposé par A. Astoux a été en fait rédigé par M.-M. Fourcade83, ce qui confirme l’idée selon laquelle toute la famille gaulliste jette ses forces dans la bataille. Mais, c’est seulement le 10 mai 1958 que les jeunes gaullistes rassemblent les lettres-pétitions et qu’ils les remettent à l’Élysée. En outre, la dernière semaine d’avril 1958 et ce grâce au financement apporté par Pierre Debizet84, une dernière affiche est imprimée avec la Marseillaise de Rude et le slogan : « Appelons de Gaulle et la France sera la France. » Enfin, Dauer va jusqu’à écrire dans son éditorial de mai 1958 : « Pour sauver l’Union française, dans l’indépendance nationale et le progrès social, il faut que les Français appellent de Gaulle. Rassemblons les volontaires et balayons sans pitié les larbins qui nous tyrannisent85. » Si le changement de régime va de pair avec le maintien de l’Union française pour J. Dauer, cette idée est également partagée par M. Debré.

Le Courrier de la colère : l’« activisme dialectique » de Michel Debré

  • 86 Interview de M. Anfrol, de son vrai nom M. Katchoura-Gaudumeau, 10 février 2004.
  • 87 Cf. N. Racine, « Michel Debré, homme de plume, homme de verbe, pamphlétaire », S. Berstein, P. Mil (...)
  • 88 Le Courrier de la colère, no 5, 20 décembre 1957.
  • 89 Sa publication s’étend du 23 novembre 1957 (no 1) au 10 juillet 1958 (no 34).
  • 90 M. Debré, Ces princes qui nous gouvernent… Lettre aux dirigeants de la nation, Paris, Plon, 1957, (...)

26Pour toute une génération de jeunes gaullistes de la fin de la IVe République, M. Debré a été l’éditorialiste du Courrier de la colère à la plume acerbe86 et un défenseur véhément de l’Algérie française87. Derrière l’activisme verbal du sénateur d’Indre-et-Loire, on trouve un objectif politique avec une finalité clairement définie. L’objectif est le renversement de la IVe République par tous les moyens en justifiant cette action par la notion d’« insurrection légitime88 » et la finalité est le retour au pouvoir du général de Gaulle, celle-ci étant revendiquée dans la plupart des numéros du Courrier89. Le lancement de ce journal est un choix mûrement réfléchi par M. Debré et qui s’inscrit dans la lignée de son pamphlet Ces princes qui nous gouvernent… Lettre aux dirigeants de la nation. Publié quelques mois auparavant, cet ouvrage annonce déjà le style des éditoriaux futurs en s’inspirant de Machiavel : « Quand une république est menacée de corruption, il faut que, par respect de la légalité, elle coure à sa ruine, ou que, pour se sauver, elle rompe l’ordre légal90. » Pour les gaullistes, la situation est claire : d’un côté un régime légal mais illégitime, de l’autre un recours légitime mais illégal en l’état, le général de Gaulle.

  • 91 M. Debré, op. cit., t. 2, p. 283.
  • 92 Op. cit., t. 2, p. 281.
  • 93 J. Foccart, Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 213.
  • 94 FCDG, CA 4, Grand Soir – La Voix de la nouvelle Résistance, no 1, 20 septembre 1956 au no 6, 11 fé (...)
  • 95 Grand Soir – La Voix de la nouvelle Résistance, no 1, 20 septembre 1956.
  • 96 Ibid.

27À l’instar de toutes les entreprises de déstabilisation du régime évoquées précédemment, l’histoire du Courrier est faite d’amitiés tissées au temps de la Résistance, de convergences d’intérêts liées aux circonstances, mais aussi d’une part de zones d’ombres. Dans ses Mémoires, M. Debré résume parfaitement le climat qui règne autour de lui à cette époque : « Il y a dans l’air une volonté qui s’apparente à la Résistance et un espoir qui s’apparente à la Libération91. » L’épopée de la Résistance et l’impression d’être une nouvelle armée des ombres correspondent à un modèle qui joue à plein pour l’équipe que réunit Debré. Afin de fédérer ces bonnes volontés, il souhaite créer un hebdomadaire de combat « dont le but serait d’ouvrir les yeux de nos princes et de rappeler le général de Gaulle92 ». Au début du mois d’octobre 1957, il reçoit la visite de Jean Mauricheau-Beaupré, un « patriote intransigeant », qui aime « bien les coups » selon J. Foccart93 et qui se met à son service. Ancien membre du réseau Alliance et de la DGER, il est le fils du conservateur du château de Versailles et diffuse depuis 1956 une feuille clandestine intitulée Grand Soir La Voix de la nouvelle Résistance94, dont l’éditorial du premier numéro stipule que les auteurs du journal ne sont ni de gauche car ils n’ont pas le « conformisme cagot, punaise, jésuite, statisticien et pion de l’esprit communiste95 », ni de droite car ils refusent « l’honneur national des gros actionnaires, prébendiers républicains de Suez et colons algériens96 ».

  • 97 M. Debré signe ainsi certains éditoriaux, notamment à partir de 1958, sous le pseudonyme « Actor »
  • 98 Interview d’A. Fanton, 9 juin 2004.
  • 99 Ibid.
  • 100 FCDG, RPF 611, lettre de M. Bonot à J. Foccart en 1957. En 1968, M. Bonot entre au comité directeu (...)

28Tout en recourant à quelques rédacteurs du Grand Soir, M. Debré met ses réseaux en action pour recruter des collaborateurs qui n’ont pas peur, en prenant soin tout de même de masquer leur nom derrière un pseudonyme97, de basculer dans l’activisme. Parmi les contacts dans la Résistance, M. Debré accueille ainsi avec plaisir Maxime Blocq-Mascart, qu’il avait connu pendant la guerre par le biais de Ceux de la Résistance, tout comme Paul Arrighi et l’ambassadeur Léon Noël qui soutiennent l’entreprise. Deux « gaullistes de choc » se joignent à l’aventure du Courrier, en l’occurrence Alexandre Sanguinetti et Raymond Dronne. Le Corse Pierre Battesti, ami à la fois de J.-B. Biaggi et de J. Mauricheau-Beaupré, devient pour sa part directeur de la publication. M. Debré recrute aussi des jeunes gaullistes comme François Missoffe, Ch. de La Malène ou encore André Fanton, qui écrit également dans le Télégramme de Paris et qui est chargé de se rendre chaque mois à l’imprimerie pour le tirage du Courrier98. Parmi les collaborateurs attitrés du journal, on remarque la présence de Charles Trochu – qui signe ses articles sous le pseudonyme de « Pectus » – ancien président du conseil municipal de Paris (1941-1942) avant de rejoindre le réseau Béarn, émanation du BCRA. Pendant près d’un an, l’équipe du Courrier s’accroît jusqu’à compter une trentaine de collaborateurs, dont Michel Sans99, futur chef adjoint du cabinet de M. Debré à Matignon, Pierre Bourgoin, élu député UNR en 1958, l’historien et ancien de l’Action française Raoul Girardet, ou encore Michel Bonot, fondateur du club gaulliste Démocratie directe en 1966100.

  • 101 Après la guerre, H. Gorce Franklin avait participé à la fondation de l’UDSR.
  • 102 Le siège du SDECE, puis de la DGSE se trouve juste à côté de la piscine Georges-Vallery dans le XX(...)
  • 103 F. Saar-Demichel aide J. Foccart au cours de l’été 1960 à apporter une aide clandestine à la dissi (...)
  • 104 M. Debré, op. cit., p. 283-284.
  • 105 Cf. M. Cointet, Marie-Madeleine Fourcade. Un chef de la Résistance, Paris, Perrin, 2006.
  • 106 M. Debré, op. cit., p. 283-284.

29Le financement du Courrier de la colère, dont le tirage avoisine les 11000 exemplaires, repose sur trois sources distinctes. La première est assurée par un homme qui a joué un rôle essentiel dans le « système Foccart », à savoir François Saar-Demichel, un Français d’origine austro-yougoslave, ancien du réseau Gorce-Franklin101 et membre du SDECE. Parallèlement à ses activités pour le compte de la « Piscine102 », il entame une carrière d’homme d’affaires à la tête de la Société franco-soviétique de coopération industrielle (Sofracop), société qui lui sert de couverture pour mener des activités de diplomatie parallèle103. Le second soutien financier provient de Claude Ventre104, le vice-président de l’Union des industries métallurgiques et minières (UIMM), structure à mi-chemin entre l’organisation professionnelle et le groupe de pression. Enfin, il semble que d’anciens résistants aient apporté leur concours, notamment des anciens du réseau Alliance105 et plus particulièrement M.-M. Fourcade106 et J. Sainteny. L’analyse des éditoriaux du Courrier de la colère vient confirmer la convergence d’intérêts entre les réseaux gaullistes et les milieux d’anciens résistants.

  • 107 Le Courrier de la colère, no 1, 23 novembre 1957.
  • 108 Ibid.
  • 109 Ibid.
  • 110 Le Courrier de la colère, no 5, 20 décembre 1957.
  • 111 Op. cit., no 25, 8 mai 1958.

30Pour étayer son argumentation « anti-IVe République », M. Debré a souvent recours à l’analogie avec l’Ancien Régime impuissant à se réformer. Dans son premier éditorial intitulé « Jusqu’à la guillotine107… », il annonce la spirale infernale dans laquelle le régime est entré : « décadence, servilité, révolution », le tout empreint d’un nationalisme proclamant la perte de la grandeur de la France, un thème cher aux gaullistes. Ainsi, M. Debré écrit : « Quand l’Afrique sera totalement américaine et l’Europe avant tout allemande, il sera trop tard pour reconnaître l’erreur fatale. Ce ne sont pas ceux qui se sont abaissés qui peuvent prôner et diriger le redressement, ce ne sont pas ceux qui auront servi de paillasse aux fantaisies de l’étranger qui peuvent parler de l’honneur108. » Le ton est corrosif et rappelle les grandes heures de la lutte du RPF contre la CED, lorsque les gaullistes rappelaient que son instauration signifierait la reconstitution de la Wehrmacht. Raymond Dronne, premier officier de la 2e DB à entrer dans Paris en août 1944 et futur député UNR de la Sarthe, n’hésite pas à comparer la situation à celle de 1940 : « Camarades ! Nous nous sommes arrêtés trop tôt. Ils nous ont donné des rubans et ils nous ont renvoyés dans nos foyers. Pendant des années, nous les avons laissés faire, et maintenant nous nous retrouvons devant un nouveau gouffre, peut-être pire qu’en 1940. Cette fois-ci nous n’écouterons pas même leurs explications. Il faut détruire le régime de capitulation et chasser tous ces misérables109. » La thématique du renversement du régime et la nécessité d’une nouvelle révolution sont la matrice de la plupart des articles, avec l’idée que la légitimité prime sur la légalité notamment lorsqu’il s’agit de défendre l’Algérie française : « Les insurrections seraient nécessaires en cas d’abdication ou de compromission et marquées du sceau sacré de la légitimité110. » En mai 1958, la première page du Courrier porte un titre sans ambiguïtés : « SOS de Gaulle111 ! » et réclame la constitution d’un gouvernement de salut public.

Le Centre national des républicains sociaux : une formation léthargique

  • 112 FCDG, CA 1, 1er congrès national des RS.
  • 113 S. Berstein, Histoire du gaullisme, Paris, Perrin, 2001, p. 183.
  • 114 J. Chaban-Delmas participe à trois reprises aux gouvernements de la IVe République, comme ministre (...)
  • 115 J. Dauer, op. cit., p. 71.
  • 116 La participation aux cabinets de la IVe République a valu à J. Chaban-Delmas d’être qualifié de «  (...)
  • 117 J. Chaban-Delmas, Mémoires pour demain, Paris, Flammarion, 1997, p. 221.
  • 118 Op. cit., p. 291.

31Après la mise en sommeil du RPF par le général de Gaulle, les députés gaullistes élus sous l’étiquette RPF aux élections de 1951 ont dû abandonner celle-ci. Le groupe parlementaire à l’Assemblée nationale porte alors le nom d’Union des républicains d’action sociale (URAS). Le 20 novembre 1955, le premier congrès national des RS se réunit et se dote d’une structure de parti national en créant le Centre national des Républicains sociaux (CNRS)112. Le congrès élit les membres du comité directeur et porte J. Chaban-Delmas à la présidence des RS, assisté de R. Frey au poste de secrétaire général. Les RS sont donc avant tout l’émanation d’un groupe parlementaire et l’expression d’« un gaullisme sans de Gaulle113 », dans la mesure où celui-ci ne prend pas part à leurs activités et où il ne leur accorde aucune caution officielle. En effet, les RS poursuivent une tactique de participation aux gouvernements de la IVe République là où de Gaulle prônait une rupture et un combat contre le régime des partis. Cette tactique se traduit par des divisions au sein de la famille gaulliste entre ceux qui restent dans l’optique du combat contre le régime, en refusant toute compromission avec lui, à l’instar d’un M. Debré, président du groupe sénatorial des RS et ceux qui pensent qu’il faut au contraire participer aux gouvernements de la IVe République afin de pousser le système à se transformer, thèse défendue par J. Chaban-Delmas114. Cette division interne à la famille gaulliste provoque un certain nombre de ressentiments à la base du mouvement et dans les rangs des gaullistes de gauche. Ainsi, J. Dauer n’hésite pas à qualifier les Républicains sociaux de « Républicains Soucieux115 », sous-entendu soucieux de leur carrière politique. J. Chaban-Delmas a admis par la suite avoir été en porte-à-faux par rapport au petit monde des compagnons116 : « J’avais une fois pour toutes endossé mon rôle de marginal engagé117. » Son entrée rue Saint-Dominique dans le cabinet Félix Gaillard en 1957 lui vaut d’ailleurs d’être remplacé à la tête des RS : « J’ai dû payer mon écot aux RS, en majorité hostiles à ma participation, en abandonnant provisoirement la présidence du mouvement à Edmond Michelet118. »

  • 119 J. Charlot, L’UNR. Etude du pouvoir au sein d’un parti politique, Paris, A. Colin, 1967, p. 35.
  • 120 FCDG, CA 1, liste des membres du comité directeur des RS, 10 février 1957.

32Si les RS ont permis de « maintenir le gaullisme politique119 » au cours de la période 1954-1958, il convient de savoir si ses principaux responsables ont joué un rôle de premier plan en 1958. De même à l’échelle locale, les RS ont-ils servi de cadre au réveil gaulliste en fournissant à la toute jeune UNR ses futurs députés ? Il convient ainsi d’étudier la liste des membres du comité directeur des RS élus lors du second congrès national qui s’est déroulé à Bordeaux (8-10 février 1957). Celui-ci comporte 50 membres élus par le congrès national, 4 membres désignés par les jeunes (R. Couveinhes, J. Kosek, Cl.-G. Marcus et R. Vironneau) et deux membres désignés par l’Action ouvrière (Robert Calméjane et Pierre Prie)120. Le collège de 50 membres élus est composé quasiment à égalité entre parlementaires (24 membres) et militants (26 militants).

33En ce qui concerne le sous-collège des parlementaires, on remarque la présence de 9 députés (M. Bayrou, J. Chaban-Delmas, V. Chatenay, M. Lemaire, R. Malbrant, M. Maurice-Bokanowski, J. Soustelle, R. Triboulet, F. Viallet), de 9 sénateurs (J. Bertaud, J.-Y. Chapalain, M. Devaud, R. Fillon, R. Liot, E. Michelet, X. Pidoux de la Maduère, R. Plazanet, L. Teisseire) et enfin de 6 conseillers de l’Union française (L. Delmas, E. Eboué, R. Frey, M. Habib-Deloncle, R. Laurin, G. Oudard). Une première constatation s’impose donc, les parlementaires membres du comité directeur des RS sont pour la grande majorité d’entre eux des compagnons de route du gaullisme d’opposition et ce bien souvent depuis les premières heures du RPF. Une seconde constatation peut être effectuée, celle de la continuité de leur carrière politique dans les rangs de l’UNR à partir de 1958. En effet, lors des élections législatives de 1958, le groupe des 9 députés RS évoqués précédemment est réélu dans son intégralité à l’Assemblée nationale sous les couleurs de l’UNR, ce qui montre bien que le tout jeune mouvement gaulliste de la Ve République s’est appuyé sur ses élus du régime défunt. À ce groupe, viennent s’ajouter 4 sénateurs RS (J.-Y. Chapalain, M. Devaud, R. Plazanet, L. Teisseire) et 2 Conseillers de l’Union française (M. Habib-Deloncle, R. Laurin) qui entrent en 1958 au Palais-Bourbon au titre de l’UNR. Le Comité directeur des RS a donc fourni en 1958 à la toute jeune UNR un certain nombre de notables gaullistes qui bénéficiaient pour la plupart d’une solide expérience des arcanes du pouvoir. Ce phénomène de capillarité entre les députés RS et ceux élus sous l’étiquette UNR tranche avec l’idée d’un groupe parlementaire gaulliste inexpérimenté, même s’il faut reconnaître un certain renouvellement des élus gaullistes à l’Assemblée nationale.

  • 121 Son frère, Jean-Paul Palewski, beau-frère de Christian Fouchet, est élu député UNR en 1958.
  • 122 Ancien du PSF du colonel de La Rocque, J. Chabrat était délégué départemental du RPF de la Gironde (...)
  • 123 Délégué départemental du RPF (1947-1953), L. Delbecque est secrétaire départemental des RS du Nord (...)
  • 124 L. Briot, G. Kaspereit, J. Maziol, L. Neuwirth, A. Roulland, P. Ruais, R. Schmittlein, A. Valabrèg (...)
  • 125 En l’occurrence L. Briot, député RPF de l’Aube (1951-1955).

34En outre, sur les 26 membres du sous-collège militant, 3 sont d’anciens députés du RPF (L. Briot, G. Palewski121, H. Ulver), 3 sont d’ex-responsables du RPF (L. Briot, J. Chabrat122, L. Delbecque123), 2 sont secrétaires départementaux des RS (G. Kaspereit et J. Valleix, respectivement pour les fédérations de Paris et de la Gironde) et 2 sont d’ex-jeunes gaullistes (L. Neuwirth pour le RJF et G. Ribeaud pour les JRS). L’évocation de ces quelques noms montre bien qu’il ne s’agit pas de simples militants qui seraient venus au gaullisme par le biais des RS. En fait, la formation gaulliste de la traversée du désert a été une structure d’accueil pour quelques compagnons qui souhaitaient maintenir au grand jour un semblant d’activité politique et incarner la vitrine du gaullisme au cours de sa période d’étiage électoral. Les RS n’ont pour ainsi dire pas apporté de « sang neuf » au gaullisme postérieur à 1958. Par ailleurs, il convient de souligner la remarquable réussite électorale de ces « militants » gaullistes lors des premières élections législatives de la Ve République, puisque 12 d’entre eux sont élus députés UNR124, alors qu’un seul a déjà siégé au Palais-Bourbon125. En outre, d’autres membres du sous-collège militant entrent en politique ou poursuivent leur carrière après 1958, comme Paul Minot, élu sénateur UDR de Paris en 1968 et Jean Valleix, élu député UDVe de la Gironde en 1967. Au final, la continuité entre les membres du Comité directeur des RS en 1957 et les parlementaires gaullistes de la Ve République est bien réelle, puisque 29 des 50 membres du collège élu rejoignent les bancs du Palais-Bourbon à partir de 1958. Le comité directeur des RS a donc été à l’échelle nationale l’un des viviers de recrutement des candidats gaullistes pour les élections législatives, notamment en 1958.

  • 126 FCDG, CA 1, liste des présidents et secrétaires généraux des RS en 1957.
  • 127 Basses-Alpes, Hautes-Alpes, Cantal, Côtes-du-Nord, Doubs, Ille-et-Vilaine, Haute-Loire, Loire-Atla (...)
  • 128 Aisne, Bouches-du-Rhône, Creuse, Finistère, Loir-et-Cher, Haute-Marne, Mayenne.
  • 129 Leurs noms sont suivis de leur fonction au sein des RS : P (Président) ou SG (Secrétaire général) (...)
  • 130 Ceux-ci sont respectivement correspondants des RS dans le Bas-Rhin et la Seine-et-Marne en 1958.

35À l’échelle locale, l’organisation des RS reposait sur un président et un secrétaire général, ce qui était réellement le cas dans 59 des 90 départements métropolitains126. Par ailleurs, 24 départements doivent se contenter d’un simple correspondant127 et 7 ne disposent d’aucun représentant local du mouvement gaulliste128. Dans les départements, comme à l’échelle nationale, l’organigramme des RS constitue une véritable pépinière de parlementaires gaullistes de la Ve République. D’une part, sur les 59 départements où les RS semblent le mieux implantés, 27 de ses présidents ou secrétaires généraux deviennent députés UNR129, soit presque la moitié, dont 21 pour les seules élections législatives de 1958. D’autre part, il faut ajouter à cet échantillon le cas de deux correspondants départementaux qui entrent ensuite à l’Assemblée nationale, en l’occurrence André Bord et Marc Jacquet130. Certes, cette liste recoupe en partie celle des membres du comité directeur, mais elle permet de montrer à quel point l’UNR a puisé dans les cadres départementaux des RS pour trouver une part non négligeable de ses députés de 1958. De même, il faut tenir compte des responsables RS qui n’entrent pas au Parlement en 1958 mais qui ne quittent pas pour autant la famille gaulliste. C’est le cas par exemple de Jean Natali, un proche de Marcel Dassault, ancien chef de cabinet de R. Schmittlein puis du général Koenig sous la IVe République, président des RS en Corse et conseiller de l’Union française au titre du groupe gaulliste de l’Assemblée nationale (1955-1958), avant d’être sénateur de l’Oise (1965-1992).

36Contrairement à une idée reçue, selon laquelle les responsables locaux et nationaux des RS n’auraient pas eu les faveurs des dirigeants de l’UNR au moment des investitures ou de la composition des gouvernements, à cause notamment de leur compromission avec le « mauvais régime », les anciens RS ont bien joué un rôle de premier plan en 1958, même si celui-ci a plus été légaliste que subversif, à l’exception notable de M. Debré. Le cas de J. Chaban-Delmas, qui n’a jamais été choisi par le général de Gaulle pour faire partie de ses gouvernements, est en quelque sorte l’arbre qui cache la forêt. Il convient donc de souligner la relative facilité avec laquelle les anciens RS ont obtenu l’investiture de l’UNR et surtout leur réussite dans l’arène électorale, puisque la grande majorité d’entre eux sont élus ou réélus en 1958. On voit mal en effet comment l’UNR naissante aurait pu se passer de ces gaullistes fidèles à leur engagement partisan, nouvelle République ne signifiant pas forcément nouveau personnel politique. Au niveau local, il y a donc bien une continuité et un certain nombre de passages entre les RS et l’UNR. Ces phénomènes de passage s’observent également au niveau national au sein des instances de direction du mouvement gaulliste, à l’instar de R. Frey, secrétaire général des RS et premier secrétaire général de l’UNR. Toutefois, si les RS ont joué un rôle de veille pendant la traversée du désert, ils n’ont pas été le fer de lance du combat pour le retour au pouvoir du général de Gaulle, laissant cette tâche à des associations moins visibles sur la scène politique.

Autour du 13 mai 1958 : le combat des partisans de l’Algérie française

De l’Union pour le salut et le renouveau de l’Algérie française (USRAF) à l’Union pour le renouveau français (URF)

  • 131 Cf. N. Chastang, L’Union pour le salut et le renouveau de l’Algérie française 1956-1958, mémoire d (...)
  • 132 Interview de P. Picard, 11 avril 2002.
  • 133 J. Foccart est membre de l’USRAF, mais il n’appartient pas au comité directeur (Foccart parle, op. (...)
  • 134 L’USRAF est dirigée par un cercle restreint, en l’occurrence le bureau du comité directeur, à la d (...)
  • 135 Cf. D. Balvet, Jacques Soustelle et l’Algérie française : gaullisme et antigaullisme, du Front pop (...)
  • 136 Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 134.
  • 137 Il ne faut pas confondre R. Dumont et Claude Dumont, ancien no 2 du service d’ordre du RPF.
  • 138 Cf. O. Dard, op. cit., p. 32 et A. de Sérigny, La Révolution du 13 mai. Avec le témoignage de ses (...)
  • 139 M. et S. Bromberger, Les 13 complots du 13 mai, Paris, Fayard, 1959, p. 60.
  • 140 FCDG, RPF 608, correspondance de J. Foccart à P. Bourgoin.
  • 141 B. Ullmann, Jacques Soustelle, le mal aimé, Paris, Plon, p. 224.
  • 142 Maurice Lassauzet, premier vice-président de l’ACUF et bras droit Yves Gignac, appartient au comit (...)
  • 143 D. Balvet, op. cit., p. 296.

37Lancée en mars-avril 1956, l’USRAF131 permet de coordonner de multiples initiatives individuelles, dont l’écho restait jusque-là limité par l’absence d’une structure capable de propager les idées des hérauts de l’Algérie française. L’idée de créer cette association revient à Pierre Picard132, bras droit de J. Soustelle, avec l’aval de J. Foccart133. L’objectif des dirigeants de l’USRAF134 est de rassembler des personnalités du monde politique et intellectuel capables de mener une véritable action de « lobbying135 » en faveur du maintien de l’Algérie dans la République. Le noyau des fondateurs compte l’incontournable Maxime Blocq-Mascart136, qui sert d’intermédiaire avec le CAANAC, mais également le gaulliste de choc René Dumont137, ancien du BCRA, qui est nommé délégué général de l’USRAF. P. Picard et R. Dumont se chargent d’implanter l’organisation en Algérie, avec l’aide d’Alain de Sérigny, directeur de L’Écho d’Alger138, même si elle n’a qu’une présence théorique139. Ils font entrer au comité directeur de l’USRAF les colonels Paul Paillole, qui dirige l’ASSDN et Pierre Bourgoin140, avec pour mission de multiplier les contacts avec des associations d’anciens combattants141, comme l’ACUF142. En l’espace de quelques semaines, l’USRAF est donc sur de bons rails et installe son siège rue Louis-le-Grand, à deux pas de l’Opéra, dans des locaux mis à sa disposition par le journal L’Aurore de Robert Lazurick143, quotidien alors très proche des gaullistes.

  • 144 AP P. Picard, tracts et affiches de l’USRAF.
  • 145 BNF, Voici pourquoi, no 1 (19 décembre 1957) au no 81 (6 avril 1961).
  • 146 Écrivain réputé de la droite nationaliste dans les années 1930 et monarchiste convaincu, Th. Mauln (...)

38Les moyens d’action utilisés par l’USRAF sont variés : diffusion de tracts et d’affichettes avec des slogans comme « Les fellaghas sont les nervis du fascisme égyptien » ou « Perdre l’Algérie, c’est mettre au chômage un ouvrier français sur cinq144 », la diffusion de bulletins ou encore l’organisation de tournées de conférences par des orateurs du mouvement (environ 200 rien que pour l’année 1957 !). Dans le domaine des publications, l’activité de l’USRAF a été particulièrement dynamique, avec le bulletin La Vérité sur l’Algérie, puis le magazine Voici pourquoi145. Tiré à 25000 exemplaires à partir de septembre 1956, la notoriété du bulletin repose en grande partie sur celle de ses auteurs, puisqu’on peut y lire des contributions des mousquetaires de l’Algérie française, comme André Morice et Georges Bidault, des articles du cardinal Saliège, d’Émile Roche (président du Conseil économique), du syndicaliste André Lafond (secrétaire confédéral de Force Ouvrière), de l’ethnologue Paul Rivet – ancien président du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes né au lendemain du 6 février 1934 – du journaliste du Monde Rémy Roure et des trois anciens gouverneurs généraux de l’Algérie, J. Soustelle, Georges Le Beau et Edmond Naegelen. Quant aux intellectuels qui collaborent fréquemment à Voici pourquoi, il s’agit pour la plupart d’académiciens comme l’historien Jacques Chastenet et les hommes de lettres Georges Duhamel, auteur en 1930 des très remarquées Scènes de la vie future, Jules Romains et Thierry Maulnier146.

  • 147 FCDG, RPF 647, brochure de lancement de l’USRAF, avril 1956.
  • 148 B. Lafay a été élu conseiller municipal RPF de Paris en 1947, mais il quitte le mouvement gaullist (...)
  • 149 Interview de M. Anfrol, 10 février 2004.

39En avril 1956, ces personnalités du monde intellectuel et politique avaient signé un « Appel » permettant de faire connaître l’USRAF dans lequel on pouvait lire : « Si dans le trésor de notre fidélité française et de notre confiance en l’Homme nous ne trouvions pas les ressources nécessaires pour, d’un seul élan, pacifier l’Algérie et lui faire toute sa place dans la République, alors nos lendemains seraient pires encore que ceux de Sedan ou de juin 1940. C’est à cet élan de Salut Public, dans la légalité républicaine, que nous vous convions tous… Unissons-nous et, sauvant l’Algérie, nous continuerons la France147. » Parmi les hommes politiques qui sont des collaborateurs réguliers de Voici pourquoi, il n’y a pas que des gaullistes patentés, puisqu’on remarque la présence de Me Vincent Badie (député radical-socialiste de l’Hérault de 1946 à 1958, ministre des Anciens combattants dans le cabinet Edgar Faure en 1955-1956), René Billères (député radical-socialiste de 1951 à 1956 et ministre de l’Éducation nationale de la Jeunesse et des Sports de 1956 à 1958), Bernard Lafay148 (élu député RGR de Paris en 1956), Maurice Schumann (l’un des fondateurs du MRP) et Pierre Sudreau (futur ministre de la Construction de 1958 à 1962). Enfin, signalons que l’organe de presse de J. Soustelle se dote d’une équipe de journalistes professionnels, dont certains ont le titre de « reporters » à Voici pourquoi, c’est notamment le cas de Michel Anfrol, dernier secrétaire national aux étudiants du RPF (1954-1955), qui collabore depuis 1958 au magazine et devient officiellement reporter en janvier 1959, avant d’entrer à l’ORTF l’année suivante149.

40Contemporaine de l’aventure du Courrier de la colère de M. Debré, l’équipe de La Vérité sur l’Algérie, puis de Voici pourquoi poursuit néanmoins un projet différent.

  • 150 Cité par R. Faligot et R. Kauffer, Les Résistants, op. cit., p. 345-346.

41Si M. Debré pense qu’il faut créer les conditions du retour au pouvoir du général de Gaulle, afin que l’Algérie demeure française, pour J. Soustelle l’ordre des priorités est inversé. Il faut selon lui constituer un gouvernement de salut public permettant de faire pression sur le régime, de préférence avec le Général à sa tête, mais la finalité ultime est le maintien de l’Algérie française plus que le retour au pouvoir de l’homme du 18 juin. Cette différence sur la finalité des moyens politiques permet de comprendre a posteriori la scission de J. Soustelle avec la famille gaulliste, dans la mesure où l’appartenance à celle-ci était pour lui conditionnée en 1958 au maintien de l’Algérie française. En sens inverse, elle permet d’expliquer qu’Edmond Michelet, adhérent dans un premier temps de l’USRAF, s’en éloigne progressivement et se méfie de ce qu’il considère comme un rassemblement d’activistes et d’« éléments vichyssois notoirement antigaullistes150 ».

  • 151 AP P. Picard, liste des 525 personnalités métropolitaines membres de l’USRAF, 15 mars 1957.
  • 152 Professeur à la faculté de droit de Paris, H. Mazeaud était membre du comité directeur du RPF en 1 (...)
  • 153 Entre autres, citons Pascal Arrighi, Edmond Barrachin, Jacques Baumel, Maurice Bayrou, Pierre de B (...)
  • 154 A. Monteil est député MRP du Finistère (1945-1958), puis sénateur (1959-1971) et maire de Quimper (...)
  • 155 P. Schneiter est député MRP de la Marne (1945-1958) et maire de Reims (1957-1959).
  • 156 M. Winock, Le siècle des intellectuels, Paris, Le Seuil, 1999, p. 434.
  • 157 H. Coston, Dictionnaire de la politique française, Paris, La Librairie française, 1967, p. 217-218

42La grande majorité des adhérents de l’USRAF, mouvement de cadres plus qu’association de masses, sont des intellectuels ou des hommes politiques151. Au sein du premier sous-ensemble et en dehors des quelques noms évoqués précédemment, il faut souligner la présence de Jérôme Carcopino, Pierre Chaunu, André François-Poncet, Henri Mazeaud152 et Jean Paulhan, directeur de la Nouvelle Revue française et ancien collaborateur de la revue gaulliste Liberté de l’esprit, dirigée en 1949 par Claude Mauriac. Le second sous-ensemble compte un grand nombre d’anciens parlementaires RPF ou de futures figures de proue de la République gaullienne153, des démocrates-chrétiens comme André Monteil154 et Pierre Schneiter155, ainsi que des modérés comme Antoine Pinay, Louis Jacquinot et Pierre André. Par ailleurs, on remarque également la présence de personnalités au passé douteux sous le régime de Vichy, à l’instar de Jean de Fabrègues : directeur de La France catholique (1955-1970), ancien militant de l’Action française dans les années 1920, puis du PPF de Jacques Doriot156, il appartient à Vichy au conseil de direction du Centre français de Synthèse, organisme qui a pour mission d’« éveiller à la culture corporatiste les soutiens et les cadres de l’État français157 ».

  • 158 À la fin de l’année 1961, A. Regard est contacté par le Gal Salan pour assurer sa représentation p (...)
  • 159 Il ne faut pas confondre P. Delnondedieu avec François Delnondedieu, délégué départemental de l’AN (...)
  • 160 Élu député UNR du Rhône en novembre 1958, J. Miriot démissionne le 27 avril 1960 pour protester co (...)
  • 161 AN, 103AS1, liste des représentants de chaque mouvement gaulliste dans les 90 départements métropo (...)
  • 162 R. Rousseau est élu député UNR de Périgueux en 1958 avant d’être exclu du mouvement gaulliste en 1 (...)

43À l’échelle locale, l’implantation de l’USRAF semble dérisoire. Si nous suivons le rapport moral présenté par P. Picard lors de l’AG de février 1958, l’association disposerait d’une implantation sporadique, avec quelques correspondants régionaux comme André Bord en Alsace, André Regard158 pour l’Algérie et Pierre Delnondedieu159 pour la Haute-Garonne. En métropole, c’est le comité lyonnais de l’USRAF qui a été le plus actif, ce qui n’est pas surprenant puisqu’il était animé par Jean Miriot160, l’un des organisateurs du SO du RPF à Lyon et qu’il bénéficiait de surcroît de l’influence de J. Soustelle, député du Rhône depuis 1951. La transformation de l’USRAF en Union pour le renouveau français (URF) le 17 juillet 1958 n’engendre pas de bouleversements au sein du mouvement, même si l’URF entend devenir un véritable parti politique. À l’été 1958, l’URF dispose d’un représentant dans 67 des 90 départements métropolitains161, même si ses responsables départementaux occupent souvent des fonctions identiques pour le compte d’un autre mouvement gaulliste. Ainsi, en Dordogne, le docteur Raoul Rousseau162, ancien délégué départemental du RPF (1949-1955) est à la tête des RS, de l’URF et de la CR. De même, André Bord cumule la direction des RS, de l’URF et de l’Association nationale dans le Bas-Rhin.

  • 163 CHSP, 4 SA 8, lettre du MNUAC avec première liste d’adhérents.
  • 164 CHSP, 4 SA 8, ibid.
  • 165 J.-F. Sirinelli, Intellectuels et passions françaises. Manifestes et pétitions au XXe siècle, Pari (...)
  • 166 Op. cit., p. 354-355.

44Après le retour au pouvoir du Général, l’URF souhaite développer son audience au sein du monde universitaire et crée en octobre 1958 le Mouvement national universitaire d’action civique (MNUAC), qui poursuit deux objectifs principaux. D’une part, rallier une majorité d’enseignants et d’universitaires à la cause de l’Algérie française et d’autre part « neutraliser la propagande à sens unique des syndicats de l’enseignement163 ». Le MNUAC a pour secrétaire général le normalien Pierre Grosclaude et publie à partir de janvier 1959 la revue L’Université française, dont le directeur est Jean Déon, professeur au lycée Janson de Sailly. L’association revendique 1 500 adhérents au printemps 1960 et compte dans ses rangs quelques historiens de renom comme Roland Mousnier, François Bluche, Pierre Chaunu, Guy Fourquin et Raoul Girardet. Au sein du MNUAC, on remarque également la présence du normalien Robert Poujade, futur secrétaire général de l’UDR et de Jacques Narbonne, futur conseiller du général de Gaulle pour les questions liées à l’enseignement164. En octobre 1960, on retrouve quelques membres du MNUAC parmi les signataires du « Manifeste des intellectuels français », réponse au manifeste des « 121 » qui appelait au « refus de prendre les armes contre le peuple algérien165 ». R. Mousnier affirme ainsi au nom des « intellectuels français » : « L’appel à l’insoumission et à la désertion est un acte de trahison qui doit être châtié comme tel. Vive l’Algérie française166 ! »

De Paris à Alger : itinéraires croisés de quelques fidèles du Général

  • 167 Cf. J.-P. Thomas, G. Le Béguec et B. Lachaise (dir.), Mai 1958. Le retour du général de Gaulle, Re (...)
  • 168 Cf. J. Pozzi, « Les entourages et les initiatives gaullistes au début de 1958 », J.-P. Thomas, G. (...)
  • 169 Cf. J.-P. Thomas, « Jacques Chaban-Delmas et le retour au pouvoir du général de Gaulle », B. Lacha (...)

45La variété des initiatives et le rôle des entourages gaullistes témoignent de l’engagement total d’un certain nombre de compagnons au profit de leur « patron », ce qui vient mettre un terme à l’idée selon laquelle ceux-ci seraient restés inactifs pendant la traversée du désert, même si le cours de l’histoire s’est ostensiblement accéléré à partir d’avril 1958. Toutefois, entre activités en coulisses et activisme, il n’y a souvent qu’un pas à franchir, ce que certains gaullistes n’ont pas hésité à faire, stimulés par les événements d’Algérie et poussés par l’envie d’en découdre avec le système. Il ne s’agit pas ici d’évoquer en détail l’enchevêtrement plus ou moins bien connu des événements de mai 1958167 qui aboutissent le 1er juin à l’investiture du « plus illustre des Français », selon l’expression de René Coty, mais de mettre en lumière le rôle joué par quelques gaullistes en métropole, à Alger et dans la plupart des cas sur les deux rivages de la Méditerranée168. Ainsi, nous pouvons affirmer que trois équipes œuvrent en coulisses pour le retour au pouvoir du Général dans ces semaines décisives de mai : la première est celle mise en place par J. Chaban-Delmas169 avec pour homme-clé Léon Delbecque ; la deuxième est la plus proche du Général, puisqu’elle et dirigée par le tandem Olivier Guichard-Jacques Foccart. Enfin, le troisième groupe est celui rassemblé autour de Jacques Soustelle. Ces trois équipes agissent, soit de concert, soit de manière autonome pour précipiter la chute du régime.

  • 170 FCDG, F 33/3, L. Delbecque, conseiller technique au cabinet du ministre de la Défense nationale.
  • 171 J. Chaban-delmas, Mémoires pour demain, Paris, Flammarion, 1997, p. 291.
  • 172 B. Droz et E. Lever, Histoire de la guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, Le Seuil, 1982, p. 153.
  • 173 M. et S. Bromberger, Les 13 complots du 13 Mai, Paris, Fayard, 1959, p. 123.

46Depuis le 5 novembre 1957, date à laquelle il est entré dans le cabinet Félix Gaillard comme ministre de la Défense nationale, J. Chaban-Delmas effectue lentement mais sûrement un travail de sape de la IVe République. Il met en place à Alger une antenne de la rue Saint-Dominique, qui est officieusement chargée d’évaluer l’état d’avancement de la conspiration algéroise et de recenser les officiers susceptibles de soutenir un retour au pouvoir du Général. Cette antenne est dirigée par trois hommes : le commandant Jean Pouget, un officier des « paras » et deux gaullistes expérimentés, Léon Delbecque170 – aidé sur place par Guy Ribeaud, responsable des JRS et du PPR de Biaggi – et Lucien Neuwirth. L’équipe dirigée par Delbecque a installé ses quartiers à El Biar, dans une villa de la banlieue d’Alger et fait office de « propre service de renseignement171 » du ministre Chaban. L. Delbecque noue des contacts avec le colonel Jean Thomazo, adjoint du général Allard, le commandant en chef de l’armée de terre en Algérie qui dirige les fameuses Unités territoriales (UT), qui sont « composées pour l’essentiel de pieds-noirs acquis à l’activisme172 ». Bien qu’il ne soit pas gaulliste et préfère se dire bonapartiste, à l’instar de son grand ami Biaggi, J. Thomazo, alias « Nez-decuir » – regarde d’un œil bienveillant les tentatives de déstabilisation du régime173 et se convertit peu à peu à l’idée d’un recours au Général, ce qui le conduit à être élu député UNR des Basses-Pyrénées en 1958.

  • 174 Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 132-134.
  • 175 M. et S. Bromberger, op. cit., p. 105.
  • 176 O. Rudelle, op. cit., p. 105.
  • 177 L’entreprise Motte de Roubaix est une des grandes filatures européennes aux XIXe et XXe siècles. V (...)
  • 178 Cf. J.-P. Thomas, « De Léon Delbecque, acteur et témoin, au général Dulac : les feux verts en ques (...)
  • 179 Cf. M. et S. Bromberger, op. cit., p. 108 et O. Rudelle, op. cit., p. 138.

47L’homme fort de l’antenne Chaban à Alger est L. Delbecque, même si celui-ci devient de plus en plus autonome par rapport à son ministre174. De décembre 1957 à mai 1958, il effectue 28 allers-retours entre Alger et Paris pour lui rendre compte de l’évolution de la situation175. Chaban a nommé ce « militant entreprenant176 », âgé de 38 ans en 1958, chef du Bureau d’action psychologique à son cabinet. Formé à l’action politique en 1945-1946 par d’anciens cadres du PSF, il est l’homme fort du gaullisme dans le Nord depuis qu’il a rejoint l’Union gaulliste en 1946 avant de devenir le délégué régional du RPF, dont il va faire la fédération la plus importante de métropole. Meneur d’hommes expérimenté et excellent organisateur, il effectue toute sa carrière professionnelle à la grande filature Motte177, dont il gravit petit à petit les échelons jusqu’à devenir directeur commercial. Rappelé comme capitaine en Algérie, il devient chef de bataillon des « commandos noirs », fondés par le général de Bollardière et le colonel Barberot, et joue un rôle de premier plan dans la préparation des événements du 13 mai178. L. Delbecque canalise notamment les différentes initiatives des activistes en fondant le « Comité de vigilance » qu’il implante rue d’Isly179.

  • 180 J. Baumel, Un tragique malentendu. De Gaulle et l’Algérie, Paris, Plon, 2006, p. 33.
  • 181 A. de Sérigny, La Révolution du 13 mai, Paris, Plon, 1958, p. 6-10.
  • 182 P. et Ph. Chastenet, Chaban, Paris, Le Seuil, 1991, p. 234.
  • 183 Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 132.
  • 184 P. Lefranc, Avec qui vous savez. Vingt-cinq ans avec de Gaulle, Paris, Plon, 1979, p. 118-121.
  • 185 J. Foccart, Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 133.

48La deuxième équipe de gaullistes est dirigée par Olivier Guichard et Jacques Foccart. Lorsqu’il se rend à Paris, Alain de Sérigny rencontre O. Guichard pour lui donner des renseignements sur le climat qui règne à Alger, même si le directeur de L’Écho d’Alger est « tombé sous l’influence de Léon Delbecque180 » et qu’il a été convaincu par J. Soustelle que l’homme de Colombey conserverait l’Algérie française181. Lorsqu’il retourne en métropole, L. Delbecque fait le point de la situation avec Chaban et informe également de ses agissements Foccart et Guichard182, qui répercutent les informations collectées au Général. Foccart connaît Delbecque depuis 1947 et estime avoir « exercé une influence sur sa position183 » en lui disant de contrôler les mouvements en Algérie, notamment à la veille du 13 mai. Le point sur les événements d’Algérie est ensuite fait régulièrement avec les autres membres influents de la famille gaulliste, lors de réunions au domicile de J. Foccart. M. Debré, son adjoint La Malène, Pierre Lefranc184 et René Ribière185 assistent à ces réunions périodiques. Il y a donc à cet instant deux équipes qui travaillent en liaison étroite, celle de Delbecque à Alger et celle dominée par le tandem Foccart-Guichard, épaulé par P. Lefranc, à Paris.

  • 186 Op. cit., p. 136.
  • 187 A. Griotteray, op. cit., p. 153.
  • 188 J. Soustelle, L’Espérance trahie, Paris, Éd. de l’Alma, 1962, p. 37. Ch. Béraudier a été délégué d (...)

49À cela, il faut ajouter une troisième équipe, celle rassemblée autour de J. Soustelle qui passe de plus en plus pour être le « commis voyageur de l’Algérie française ». Cette équipe est à la croisée des chemins des deux autres, dans la mesure où elle agit à Paris jusqu’au 15 mai 1958, puis à Alger à compter du 17 mai. En outre, Soustelle a des contacts directs avec le tandem Foccart-Guichard pour savoir s’il doit se rendre à Alger186, mais aussi avec L. Delbecque, par l’intermédiaire de P. de Bénouville, un ami d’A. Griotteray, lui-même très proche de Me Biaggi. La boucle est pour ainsi dire bouclée… Biaggi et Griotteray font office de lien entre l’équipe d’Alger et l’entourage de Soustelle en métropole187, dont l’homme fort est Charles Béraudier188.

  • 189 J. Foccart, Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 137.
  • 190 M. et S. Bromberger, op. cit., p. 153.
  • 191 Cf. G. Perrier, Le Général Pierre de Bénouville. Le dernier des paladins, Paris, éd. du Rocher, 20 (...)

50J. Soustelle est pressé par son entourage, comme par l’équipe de Delbecque, de rejoindre l’Algérie afin de faire basculer les événements et de mettre sur pied un Comité de salut public (CSP). Le 12 mai, une réunion se tient rue de Solférino, en présence de J. Foccart, O. Guichard, M. Debré et R. Frey, et le départ vers Alger de l’ancien Gouverneur général est approuvé si Pierre Pflimlin est investi189. Soustelle hésite à quitter la métropole, persuadé que Pflimlin le ne sera pas, ce qui l’amène à demander à Delbecque de retourner à Alger, avec pour mission de « maintenir en haleine la manifestation190 » prévue le 13 mai jusqu’à son arrivée. Quant à J. Soustelle, il arrive à Alger le 17 mai, après avoir quitté clandestinement la métropole dans des conditions rocambolesques, grâce à un avion affrété par P. de Bénouville, qui a pu bénéficier des moyens financiers « illimités » de son patron Marcel Dassault191.

  • 192 La manifestation du 26 avril 1958 à Alger rassembla 30000 personnes, dont plusieurs milliers de mu (...)
  • 193 Cf. L. Delbecque, « Mon 13 mai », G. Guilleminault, Le Roman vrai de la IVe République. De Bardot (...)
  • 194 O. Rudelle, op. cit., p. 140.
  • 195 Ancien de l’ENS, J. Nocher a été délégué départemental du RPF pour la Loire. En 1951, il est élu d (...)
  • 196 Cf. L. Neuwirth, Ma guerre à seize ans : du fournil au peloton d’exécution, Paris, Plon, 1986 et s (...)

51En l’absence de L. Delbecque d’Alger, notamment entre la manifestation qu’il a organisée le 26 avril192 et son retour dans la ville blanche le 13 mai, c’est Lucien Neuwirth qui assure la direction de l’antenne de la villa d’El Biar. Toutefois, à la veille de son départ, L. Delbecque semble avoir la situation bien en main, puisqu’il a réussi à « retourner » les activistes et les militaires, à force d’une propagande rondement menée193. Le bras de fer entre activistes et gaullistes a tourné à l’avantage des partisans du Général et ce grâce à leur capacité à canaliser et structurer les opposants au régime. L. Delbecque a toute confiance en L. Neuwirth qu’il considère comme un « frère de guerre194 ». Entré dans la Résistance à l’âge de 16 ans, il a créé dans la région de Saint-Étienne le groupe « Espoir » avec le journaliste Gaston Charon, alias Jean Nocher195, auquel a participé notamment H. Gorce-Franklin196. En 1947, il rejoint les rangs du RPF et devient à 23 ans délégué du RJF pour la Loire. Auréolé de son passé pendant la guerre, il est élu conseiller municipal de Saint-Étienne en octobre 1947. Il est alors le plus jeune conseiller municipal de France. L. Neuwirth gravit progressivement les échelons du mouvement gaulliste et bénéficie déjà d’une solide réputation de « baroudeur » lorsqu’il arrive à Alger le 1er mai 1958 pour reprendre en main l’antenne de Chaban, où Guy Ribeaud a assuré l’intérim.

  • 197 Cf. J. Massu, Le Torrent et la digue, Paris, Plon, 1972.
  • 198 Témoignage de L. Neuwirth, op. cit., p. 376.
  • 199 Cl. Dumont est sénateur UNR de Sétif-Batna (1959-1962) et participe au printemps 1962 à la réunion (...)
  • 200 C. Nick, op. cit., p. 508.
  • 201 FCDG, F 33/5, liste des membres du CSP d’Alger. Ce processus de marginalisation des activistes au (...)

52Suite à l’assaut du siège du Gouvernement général (GG), la mise en place du CSP d’Alger, dont Jacques Massu prend la présidence197, laisse peu de places aux gaullistes, même s’ils occupent des fonctions stratégiques. L. Delbecque est ainsi nommé vice-président du CSP, en se faisant passer pour le représentant officiel de J. Soustelle, dont il spécule sur l’arrivée imminente. L. Neuwirth est nommé porte-parole du CSP et prend le contrôle de Radio-Alger198. Pour sa part, Claude Dumont199, ancien no 2 du SO du RPF, obtient la direction de la police sous les ordres du colonel Godard200. Le CSP est donc à ses débuts un étrange creuset où cohabitent des activistes algérois, des militaires et des gaullistes, ces derniers étant minoritaires. Pour les gaullistes, il faut tout mettre en œuvre pour renverser la vapeur. Dans les jours qui suivent, L. Delbecque va accroître l’effectif total du CSP en y faisant entrer d’autres gaullistes algérois201, membres du Comité de Vigilance, de l’USRAF, du CAANAC de Sanguinetti ou arrivés récemment de métropole, comme Pascal Arrighi et Raymond Dronne. L’objectif de Delbecque est de transformer le CSP en un comité pour le retour au pouvoir du Général, ce qui se fait aisément, en l’absence d’une réelle organisation des activistes.

  • 202 Le commandant Vitasse est un ancien des réseaux de résistance anglais « Buckmaster » où il a fait (...)
  • 203 J. Dauer et M. Rodet, op. cit., p. 107-123.
  • 204 A. Astoux, L’Oubli. De Gaulle 1946-1958, Paris, JC Lattès, 1974, p. 455.
  • 205 FCDG, RPF 647, lettre de P. Paillole aux adhérents de l’ASSDN, 16 mai 1958.
  • 206 Cf. M. et S. Bromberger, op. cit., p. 303-312.
  • 207 J. Foccart, Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 147.
  • 208 M. Agulhon, Coup d’État et République, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 79.

53À Alger comme en métropole, les gaullistes préparent à présent l’opération Résurrection, en relation avec le commandant Robert Vitasse202. J. Dauer place en état d’alerte ses réseaux203 et reçoit l’aide d’André Astoux qui rend visite en province à quelques compagnons204. De son côté, le colonel Paillole, président de l’ASSDN, adresse une lettre à ses adhérents, dans laquelle il demande clairement de soutenir les putschistes : « Votre devoir est de défendre l’armée qui, elle, ne défend que la France. Partout, où que vous soyez il faut écraser le mensonge qui tend à faire croire que nos camarades sont des factieux ou des fascistes205. » Dans le cas où R. Coty n’appellerait pas de Gaulle pour former un gouvernement, l’armée devrait intervenir pour lui confier le pouvoir. Si les préparatifs militaires de l’opération Résurrection sont organisés avec minutie206 par le général Miquel, il ne faut pas négliger son rôle d’« intoxication » du régime qui est censé provoquer la panique et par contagion sa capitulation. Ainsi J. Foccart, qui essaie de tempérer l’ardeur de certains militaires, confirme que « la menace est un levier qui facilite le retour au pouvoir du général de Gaulle dans la légalité. L’exécution serait une catastrophe irréparable207 ». Pour les proches du Général, il ne faut donc pas franchir le Rubicon qui empêcherait leur « patron » de revenir à la tête de l’État. Ainsi, comme a pu l’écrire Maurice Agulhon : « Le coup d’État comme spectre ou comme mythe a figuré activement dans l’épisode208. »

La Convention Républicaine : un groupuscule ultra

  • 209 Cf. J. Charlot, L’UNR. Etude du pouvoir au sein d’un parti politique, Paris, A. Colin, 1967, p. 31 (...)
  • 210 Les responsables nationaux et départementaux de la CR portent le titre de « commissaires ».

54La Convention républicaine (CR) est créée le 12 juillet 1958 par Marie-Madeleine et Hubert Fourcade, celui-ci en assurant la présidence. Ce mouvement entend être l’émanation partisane des CSP métropolitains et compte peser de tout son poids dans un futur rassemblement gaulliste, ce qui montre que les luttes internes à l’UNR – notamment entre 1958 et 1961 – sont antérieures à sa naissance. Un petit noyau de gaullistes au militantisme aguerri se rassemble autour des époux Fourcade, dont L. Delbecque, A. Astoux, L. Neuwirth, Pierre Jeancard (secrétaire général), Charles Desanges, Pierre Battesti, Guy Ribeaud et Roger Delpey209 (trésorier). Par la suite, L. Delbecque est nommé « commissaire national210 » de la CR et prend la direction effective du mouvement au côté de M.-M. Fourcade.

  • 211 J. Charlot, op. cit., p. 32.

55La CR rassemble des étudiants, des équipes d’anciens FFL et FFC, mais surtout d’anciens membres du RPF, notamment à sa tête. Toutefois, on est bien loin des 10000 adhérents que revendiquent fièrement ses dirigeants211 et la CR ressemble plus à un groupuscule d’ultras, marqué « gaulliste de choc », qu’à un véritable parti politique. Parmi les anciens du RPF, il convient de souligner la présence de Ch. Desanges, qui était en 1949 l’un des quatorze délégués régionaux du Rassemblement et du journaliste P. Jeancard, qui a participé en 1944 au lancement du Parisien libéré, avant d’être responsable de la propagande du Rassemblement pour la région parisienne (1947-1951), puis rédacteur en chef politique (1954) de Jours de France, magazine dirigé alors par P. de Bénouville et financé par M. Dassault.

  • 212 AN, Fonds J. Foccart, carton 401, dossier 1185, note des RG sur l’activité de J. Dauer, 7 octobre (...)
  • 213 J. Dauer et M. Rodet, op. cit., p. 150.
  • 214 FCDG, F 33/3, liste des députés élus en 1958 et membres de la CR. H. Duvillard est député UNR du L (...)

56La présence de Delbecque, Battesti, Ribeaud et Delpey confirme la vocation « pure et dure » de ce mouvement qui entend poursuivre l’œuvre de salut public commencée de l’autre côté de la Méditerranée. Afin d’élargir sa base en province, A. Astoux tente un rapprochement entre la CR et l’équipe de Dauer. Toutefois, si celui-ci fonctionne dans un premier temps, il échoue à la veille du référendum sur la Ve République. En effet, J. Dauer adopte une position intransigeante puisqu’il refuse la stratégie de L. Delbecque qui souhaite trouver un accord avec des membres des RS à l’échelle locale212. Ce fut le cas par exemple dans le Loiret, où Jean Dufour, qui était un correspondant du Télégramme de Paris, avait créé le CSP local. Commissaire de la CR pour le Loiret, J. Dufour doit faire face à l’opposition d’Henri Duvillard, ancien résistant et notable gaulliste local, qui a été membre de plusieurs cabinets ministériels sous la IVe République213. J. Dufour est ainsi poussé à la démission par L. Delbecque, soucieux de ménager un futur prétendant à un siège de député qui de surcroît est membre de la CR214.

  • 215 AN, 103AS1, liste des délégués de la CR. Seuls 8 départements ne disposent pas de commissaires de (...)
  • 216 J. Degraeve, R. Souchal, R. Rousseau, E. Borocco, P. Guillon et R. Schmittlein. Tous ces députés U (...)
  • 217 Les noms des commissaires de la CR sont suivis du département dans lequel ils exercent leurs fonct (...)
  • 218 Suppléant d’A. Fanton, député du XIe arrondissement, Michel Marquet le remplace en juin 1969 quand (...)
  • 219 A. Forens a été délégué départemental du RPF, puis des RS de 1951 à 1958. Il a été battu aux élect (...)
  • 220 Dans certains départements, les dirigeants de la CR ont essayé de prendre le contrôle de l’UNR dès (...)

57Malgré le retrait de J. Dauer, la CR réussit à disposer de commissaires dans 82 départements métropolitains215, grâce à un certain nombre de transfuges des correspondants du Télégramme de Paris vers le mouvement de Delbecque. C’est notamment le cas dans l’Ain avec Boccadoro, dans les Hautes-Alpes et les Bouches-du-Rhône où Jules Muracciole occupe les fonctions de commissaire de la CR, dans le Lot-et-Garonne avec Fernand Joerger et dans l’Isère avec Jean Caly. Par ailleurs, parmi les commissaires de la CR, on remarque la présence de dix futurs députés gaullistes de la Ve République, dont six accèdent au Palais-Bourbon en 1958216, un en 1967217 (O. Guichard, Jura, député de Loire-Atlantique), un en 1968 (R. Couveinhes, Hérault, député de l’Hérault), un en 1969 (M. Marquet, Haute-Vienne, député de Paris218) et un en 1973 (A. Forens219, Vendée, député de la Vendée). Le phénomène de continuité entre les commissaires de la CR et les anciens du RPF ou des RS est indéniable, même si le mouvement piloté par Delbecque ne peut pas être considéré comme un vivier de recrutement pour les candidats UNR en 1958 et ce pour deux raisons. Tout d’abord, l’appartenance à un mouvement gaulliste antérieur, au premier rang desquels le RPF, a été un élément beaucoup plus déterminant dans le choix de la commission d’investiture de l’UNR, puisqu’il était perçu comme un gage de précocité d’entrée dans la famille gaulliste et de fidélité envers celle-ci. Ensuite, les phénomènes de double ou de triple appartenance aux différents mouvements nés en 1958 sont nombreux, à l’instar de R. Souchal qui est responsable de la CR et de l’URF, ou de Pierre Delnondedieu qui veille aux destinées de l’URF, de la CR, de l’AN et du CIANAS en Haute-Garonne. L’agitation multidirectionnelle de quelques gaullistes qui ne cachent pas leur volonté de chapeauter ces différentes formations, aussi confidentielles soient-elles – à l’exception toutefois de l’AN sur laquelle nous reviendrons ultérieurement – a sans doute été considéré comme suspect en haut lieu. Au final, la création de la CR permet à M.-M. Fourcade et L. Delbecque d’appartenir aux 13 membres fondateurs de l’UNR, ce qui n’est déjà pas négligeable en soi. De ce fait, ils peuvent négocier quelques circonscriptions électorales pour leurs représentants locaux les plus en vue220.

  • 221 L’Année politique 1958, Paris, PUF, 1959, p. 131. Les candidats de RF obtiennent 120849 suffrages (...)
  • 222 AN, Fonds J. Foccart, carton 401, dossier 1185, note des RG sur l’activité de J.-B. Biaggi, 16 oct (...)
  • 223 Alors que l’on aurait pu croire que l’obtention de l’investiture de l’UNR assagirait le candidat B (...)
  • 224 E. Michelet préside la commission des investitures de l’UNR pour la Seine.
  • 225 G. Ribeaud suit G. Bidault dans son exil en Amérique du Sud à partir de 1962-1963.
  • 226 Compagnon de la Libération, J. Le Tac est l’inamovible député gaulliste du XVIIIe arrondissement d (...)

58Néanmoins, une fraction de la CR refuse de rejoindre l’UNR dans les quelques semaines qui suivent sa création, la considérant comme trop à gauche, ce qui semble pour le moins paradoxal, dans la mesure où J. Soustelle en est le fondateur. En fait, ils refusent surtout les arbitrages de sa commission d’investiture qui a mis un point d’honneur à « liquider » les velléités électorales des responsables des CSP métropolitains. Cette fraction radicale de la CR se rassemble à partir du 2 novembre 1958 dans le mouvement Renouveau et Fidélité (RF). Dirigé par le colonel Charles Demari et Léo Meras, RF présente 46 candidats en métropole lors des élections législatives de novembre 1958221. En fait ce mouvement est plus un groupement électoral qu’une véritable formation politique, dont les deux figures de proue sont en fait J.-B. Biaggi222 et G. Ribeaud, ce qui tend à prouver qu’il s’agit bien là de l’aile dure de la CR. À force de s’agiter dans tous les sens, Me Biaggi est investi par l’UNR dans le XIIIe arrondissement de Paris223, malgré les réserves d’Edmond Michelet224 qui voit d’un mauvais œil l’arrivée de ce trublion. De même, J.-B. Biaggi parvient à obtenir l’investiture de l’UNR pour les colonels P. Battesti en Seine-et-Marne et J. Thomazo dans les Basses-Pyrénées. En revanche, le jeune G. Ribeaud, qui avait rompu avec les JRS et qui était très marqué « Algérie française225 », est évincé de l’investiture pour le XVIIIe arrondissement au profit de Joël Le Tac226. Tout compte fait, seuls Biaggi, Battesti et Thomazo, passés maîtres dans le calcul politique et la manipulation, ont réussi à faire pression sur l’UNR pour se présenter sous ses couleurs. Ils ont quitté RF quelques semaines après l’avoir créé et se sont servis de ce groupuscule comme d’un levier pour rejoindre l’UNR.

59En octroyant une poignée de circonscriptions électorales à des hommes au passé sulfureux, R. Frey pensait qu’ils seraient noyés dans la masse des députés gaullistes. Une fois élus députés, ces quelques agitateurs rentreraient dans le rang et se mettraient au garde-à-vous devant le Général. Pourtant, à mesure que la position gaullienne sur l’Algérie se précisait, les positions de ces députés se figeaient pour finir dans la dissidence avec la constitution du Rassemblement pour l’Algérie française (RAF) le 19 septembre 1959, soit trois jours après le discours du chef de l’État sur l’autodétermination.

*

  • 227 Cf. S. Berstein, « De la démocratie plébiscitaire au gaullisme : naissance d’une nouvelle culture (...)
  • 228 J. Foccart, Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 130.
  • 229 Ibid.
  • 230 J. Dauer et M. Rodet, op. cit., p. 113.
  • 231 Cf. J. Pozzi, « Patrie et Nation au miroir de la famille gaulliste : du général de Gaulle à Jacque (...)
  • 232 Interview de P. Picard, 11 avril 2002.
  • 233 S. Berstein, « Avant-propos. Michel Debré tel qu’en lui-même… », S. Berstein, P. Milza, J.-F. Siri (...)
  • 234 B. Lachaise, « Contestataires et Compagnons, les formes de l’engagement gaulliste », Vingtième Siè (...)

60Plongeant leurs racines dans la Résistance et la France libre, les gaullistes qui s’activent au printemps 1958 pour le retour au pouvoir du Général ont reproduit des formes d’engagement héritées des combats de la clandestinité et de l’épopée du RPF (cloisonnement des mouvements et réseaux, militantisme musclé, propagande ciblée, dévouement sans limite envers leur chef, désignation d’un ennemi commun…). Acclimatée par nature à des formes d’action de l’ombre, la culture politique gaulliste227 a poussé cette génération à reproduire de « vieux » réflexes. Ainsi, J. Foccart ne dort pas à son domicile pendant tout le mois de mai 1958, afin d’échapper à la surveillance de la police et met sa femme à l’abri chez des amis228. De même, il déchire tous les soirs la page de son agenda où étaient notés ses rendez-vous de la journée dans la perspective d’une arrestation229. Dans une même veine, le bras droit de J. Dauer, avant de se rendre en province, apprend par cœur « les adresses et les numéros de téléphone de nos amis afin de ne rien emporter d’écrit230 ». Comme chez J. Foccart, le réflexe qui consiste à ne pas avoir sur soi de documents compromettants est reproduit et la discrétion est de mise, tout comme dans le choix des lieux de réunions qui doivent être tenus secrets jusqu’au dernier moment ou se dérouler dans des espaces publics. Enfin, lorsqu’ils quittent le domicile d’un compagnon, ils le font individuellement et privilégient comme lieu de rencontre des appartements prêtés par la famille ou des amis, et qui bénéficient de deux sorties sur des rues distinctes. Si le passage dans la Résistance semble avoir conditionné les attitudes ultérieures de quelques compagnons déterminés, peut-on esquisser une typologie permettant de distinguer plusieurs catégories de gaullistes à la veille de la naissance de la Ve République ? La première catégorie est constituée par ceux que nous pourrions qualifier de nationaux-gaullistes, car ils ont appartenu à des mouvements de la droite nationale avant de rejoindre la famille gaulliste, à l’instar de J.-B. Biaggi, A. Sanguinetti, P. Battesti, P. Arrighi, P. de Bénouville, J. Thomazo et A. Griotteray. Si leur sensibilité politique penche plus à première vue vers l’extrême droite que vers le gaullisme, ils rejoignent celui-ci sur un dénominateur commun, la défense de l’Algérie française. La plupart d’entre eux sont exclus de l’UNR ou la quittent volontairement entre 1959 et 1962, à l’exception notable d’A. Sanguinetti. L’attachement qu’ils portent à la Nation231, ou tout au moins à l’idée qu’ils s’en font, l’a donc emporté sur leur fidélité envers le général de Gaulle. La deuxième catégorie est celle des gaullistes partisans et regroupe des personnalités qui ont participé à l’aventure du RPF et qui ont pour la plupart d’entre eux poursuivi leur engagement chez les RS. À l’inverse des nationaux-gaullistes, ils n’ont pas fréquenté la droite nationaliste et se revendiquent comme de purs produits du gaullisme d’opposition. L’instrumentalisation des événements d’Afrique du Nord est pour eux le moyen de faire revenir au pouvoir leur « patron » et de réformer en profondeur les institutions dans la lignée du discours de Bayeux. Cette catégorie rassemble des compagnons comme L. Delbecque, R. Dronne, J. Soustelle, L. Neuwirth, R. Souchal et P. Picard. Pris en tenaille entre leur fidélité envers l’homme du 18 juin et la cause de l’Algérie française, ils sont contraints de choisir entre le chemin tortueux de la dissidence, derrière J. Soustelle, ou celui de la confiance, comme L. Neuwirth et R. Souchal, qui réintègre le groupe UNR quelques jours après l’avoir quitté. L’heure du choix fut pour eux un « crève-cœur », comme nous l’a confirmé P. Picard, qui refusa de choisir entre deux fidélités et préféra mettre un terme à son engagement politique : « Pour ma part, le choix entre Soustelle et de Gaulle était très difficile. Ce fut la tragédie de ma vie. Le Général me demanda d’aller le voir pour discuter de l’Algérie… Je n’y suis jamais allé232. » Enfin, la dernière catégorie rassemble les gaullistes intransigeants, qui ont été les porte-parole de la non-participation des RS aux gouvernements de la IVe République et qui ont martelé tout au long de leur vie leur attachement aux grands principes gaulliens. Refusant toute « compromission », ils se sont opposés au « mauvais régime », parfois de manière frontale, à l’instar de M. Debré – considéré comme un « intégriste du gaullisme233 » – dans les colonnes du Courrier de la colère, de J. Dauer avec le Télégramme de Paris, ou encore de fidèles entre les fidèles que sont J. Foccart, O. Guichard, P. Lefranc, A. Astoux et L. Noël. Ces compagnons intransigeants savent que « s’engager dans le gaullisme signifie d’abord faire acte de fidélité à celui qui a incarné la Résistance234 » et ils ne conçoivent pas de pouvoir remettre en cause les grandes lignes de la politique du chef de l’État.

Notes

1 Cf. R. Souillac, Le mouvement Poujade. De la défense professionnelle au populisme nationaliste (1953-1962), Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

2 Cf. D. Lefebvre, Les secrets de l’expédition de Suez, 1956, Paris, Perrin, 2010.

3 J.-P. Rioux, De Gaulle. La France à vif, Paris, Hachette, 2000, p. 107.

4 C. Nick, Résurrection. Naissance de la Ve République, un coup d’État démocratique, Paris, Fayard, 1998, p. 11.

5 J. Foccart, Foccart parle, t. 1, Paris, Fayard/Jeune Afrique, 1995, p. 130.

6 C. de La Malène est secrétaire administratif du groupe RPF puis des Républicains sociaux (RS) au Conseil de la République (1952-1957).

7 G. Palewski, Mémoires d’action, 1924-1974, Paris, Plon, 1988, p. 251-266.

8 R. Kauffer, OAS – Histoire d’une guerre franco-française, Paris, Le Seuil, 2002, p. 43.

9 R. Sasia, Le mousquetaire du Général, Paris, éd. Guéna, 2010, p. 83-85.

10 F. Turpin, « Printemps 1954. Échec à de Gaulle : un retour au pouvoir manqué », Revue historique, no 620, octobre-décembre 2001, p. 913-927.

11 A. Astoux, L’Oubli – De Gaulle 1946-1958, Paris, JC Lattès, 1974, p. 377.

12 Cf. A. Gandy, La jeunesse et la Résistance. Réseau Orion. 1940-1944, Paris, Presses de la Cité, 1992.

13 C. Nick, op. cit., p. 66-67.

14 A. Griotteray, Mémoires. Aimer et servir la France, éd. du Rocher, 2004, p. 36.

15 Agrégé et docteur en droit, M. Alliot est en 1968 le directeur de cabinet d’É. Faure. En 1971, il se marie à Michèle Marie, la future ministre Michèle Alliot-Marie et fille de Bernard Marie, maire de Biarritz et député gaulliste des Pyrénées-Atlantiques (1967-1981).

16 C. Nick, op. cit., p. 91.

17 J. Foyer, Sur les chemins du droit avec le Général. Mémoires de ma vie politique (1944-1988), Paris, Fayard, 2006, p. 11.

18 J. Dauer, Le Hussard du Général, Paris, La Table Ronde, 1994, p. 41.

19 F. Audigier, « Les cadets du RPF », FCDG-université Bordeaux 3, De Gaulle et le RPF (1947-1955), Paris, A. Colin, p. 365.

20 Député divers gauche des Alpes-Maritimes (1932-1936), H. Torrès rejoint les rangs du RPF en 1947. Gaulliste de gauche, il est élu sénateur de la Seine (1948-1958) et rejoint l’UDT en 1959.

21 Interview de Cl.-G. Marcus, 27 octobre 2005.

22 J. Cotillon, Ce qu’il reste de Vichy, Paris, A. Colin, 2003, p. 195.

23 Cf. F. Lafon, Guy Mollet, Paris, Fayard, 2006.

24 M. Debré, Trois Républiques pour une France – Mémoires 1946-1958, t. 2, Paris, A. Michel, 1988, p. 283-284.

25 Ancien élève de l’ENA et élu député de Corse en 1956, P. Arrighi animait à cette époque une sorte d’amicale informelle des députés anciens de la 1re Armée, dont étaient membres notamment V. Giscard d’Estaing, Pierre André et François Valentin.

26 J. Dauer, op. cit., p. 71 et J. Dauer et M. Rodet, Le 13 mai sans complots, Paris, La Pensée moderne, 1959, p. 43-45.

27 O. Dard, Voyage au cœur de l’OAS, Paris, Perrin, 2005, p. 12.

28 Ancien du mouvement de résistance Défense de la France, il rejoint le RPF avec son épouse Michelle Lepercq, fille d’Aimé Lepercq, l’un des chefs de l’OCM et ministre des Finances dans le GPRF. Pierre Lemarchand devient responsable du RPF pour le 3e secteur de Paris, ce qui correspond à la « ceinture rouge » des municipalités communistes, avec comme adjoint André Fanton. Pour assurer la sécurité des meetings RPF, il recrute d’anciens compagnons de la Résistance et de la Ire Armée.

29 P. Lemarchand, « Barbouze » du Général, Paris, Le Cherche Midi, 2005, p. 57.

30 C. Nick, op. cit., p. 192-193.

31 Cl. Faure, Aux Services de la République. Du BCRA à la DGSE, Paris, Fayard, 2004, p. 290.

32 Le futur dirigeant de l’OAS Jean-Jacques Susini, avant d’adhérer au mouvement des frères Sidos en octobre 1958, militait dans les rangs du PPR.

33 Cf. B. Lachaise (dir.), Résistance et Politique sous la IVe République, Pessac, PUB, 2004.

34 J. Foccart, Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 134.

35 Ancien président de l’ACJF de Corrèze dans l’entre-deux-guerres, E. Michelet est élu député sous les couleurs du MRP en octobre 1945, avant de rejoindre le RPF et d’être élu sénateur de la Seine (1952-1959).

36 R. Faligot et R. Kauffer, Les Résistants. De la guerre de l’ombre aux allées du pouvoir (1944-1989), Paris, Fayard, 1989, p. 556.

37 Cf. S. Albertelli, Les Services secrets du général de Gaulle. Le BCRA, 1940-1944, Paris, Perrin, 2009.

38 Interview de Pierre Picard, 11 avril 2002.

39 La Fédération Libre Résistance rassemble les anciens résistants des réseaux dépendants du SOE, dont les Buckmaster.

40 R. Faligot et R. Kauffer, op. cit., p. 89.

41 En 1944, le réseau de M.-M. Méric (puis Fourcade) est intégré au BCRA. Son principal adjoint est Jean Sainteny, gendre d’Albert Sarraut, l’un des principaux fondateurs de l’Association nationale pour le soutien à l’action du général de Gaulle en mai 1958.

42 R. Faligot et R. Kauffer, op. cit., p. 88.

43 C. Nick, op. cit., p. 206-207.

44 Cf. B. Lachaise, « L’engagement des jeunes dans le Rassemblement du peuple français », Fondation Charles de Gaulle, Charles de Gaulle et la jeunesse, Paris, Plon, 2005, p. 105-113.

45 Originaire de Savoie, P. Dumas s’engagea dans la Résistance à l’âge de 16 ans. En 1947, il rejoint le RPF et devient secrétaire général du Groupement des étudiants (1947-1951), puis président du Conseil national des étudiants (1951-1952). De 1958 à 1973, il est député gaulliste de Savoie, avant de siéger au Sénat (1986-1995).

46 Interview de R. Souchal, 26 mai 2004.

47 FCDG, CA 1, statuts du CNJRS.

48 FCDG, CA 1, liste des membres élus au comité directeur des RS en 1957.

49 Au début des années 1960, J. Kosek débuta une carrière de journaliste à l’ORTF, sous le pseudonyme de Jean Chataignier. Il retrouva par la suite le combat politique en participant à des campagnes du RPR dans la capitale.

50 Cl.- G. Marcus et R. Couveinhes connaissent par la suite une longue carrière parlementaire au sein de la famille politique gaulliste, entamée dans les deux cas lors des législatives de juin 1968. Le premier fut le suppléant de Jean-Charles Lepidi en 1967, avant d’être élu député UDR, puis RPR du Xe arrondissement de Paris (1968-1997). Le second fut député de l’Hérault de 1968 à 1973, puis de 1986 à 1997.

51 Interview de Cl.- G. Marcus, 27 octobre 2005.

52 Ancien élève de l’Ecole nationale de la France d’outre-mer, J. Mer est député UNR du VIIe arrondissement de Paris de 1962 à 1967.

53 FCDG, CA 1, rapport sur les activités du groupement des JRS de la Seine d’octobre 1957 à juillet 1958, présenté par Jacques Mer, secrétaire fédéral des JRS de Paris.

54 Secrétaire général des JRS à l’été 1958, J. Milloux dirige ensuite L’Espoir des Jeunes, journal des cadets de l’UNR (JUNR).

55 FCDG, CA 4, Liaison, bulletin mensuel du CNJRS, no 15, juillet 1957.

56 FCDG, CA 4, La Cinquième République, bulletin des JRS de l’IEP de Paris, no 1 avril-mai 1956 et no 2 novembre 1956.

57 Cf. F. Audigier, Génération gaulliste. L’Union des jeunes pour le Progrès, une école de formation politique (1965-1975), Nancy, PUN, 2005.

58 Interview de M. Anfrol, 10 février 2004.

59 Celui-ci se voit proposer d’être candidat dans le IXe arrondissement de Paris, mais l’investiture UNR est finalement octroyée à René Moatti.

60 Cf. F. Audigier, « L’héritage de la Résistance pour les cadets gaullistes de la IVe République », B. Lachaise (dir.), op. cit., p. 59-74.

61 Cf. B. Marin, De Gaulle de ma jeunesse 1944-1970, Les Sables d’Olonne, Le Cercle d’Or, 1984.

62 B. Giustiniani était secrétaire général des étudiants du RPF en 1952.

63 Témoignage de B. Marin, Fondation Charles-de-Gaulle, Avec de Gaulle – Témoignages, t. 2, Le temps du Rassemblement (1946-1958), Paris, Nouveau Monde, p. 323-354.

64 Esprit de la Résistance paraît de juillet 1957 à juillet 1959.

65 N. Jaccoux-Bire est remplacée au secrétariat général en décembre 1958 par Ph. de Boissoudy.

66 B. Marin, X. Delorme, B. Giustiniani, M. Anfrol, J. Kosek, J. Milloux et J. Rougé.

67 Interview de M. Anfrol, 10 février 2004.

68 J. Dauer, op. cit., p. 32-34.

69 Témoignage de J. Dauer dans Avec de Gaulle – Témoignages, t. 2, op. cit, p. 137-151.

70 Un certain nombre de personnalités du RPF sont passés par les Croix-de-feu ou le PSF, à l’instar de Claude Hettier de Boislambert, Michel Maurice Bokanowski et Bernard Dupérier, tous trois Compagnons de la Libération (cf. J.-P. Thomas, Droite et Rassemblement du PSF au RPF 1936-1953, Hommes, réseaux, cultures. Ruptures et continuités d’une histoire politique, thèse de doctorat, IEP de Paris, 2002, 3 vol., 1267 p., p. 24-25).

71 Interview de P. Lefranc, 11 février 2004.

72 L’éditorial de J. Dauer dans Paris-Jeunes du 1er juillet 1954 est titré : « Messieurs du gouvernement, changez le mauvais régime. »

73 En août 1954, J. Dauer réalisa un tirage de 50000 exemplaires d’une affiche qui reproduisait une déclaration du général de Gaulle contre la CED et qui fut placardée dans toute la France. Cette dernière lui avait été transmise par l’intermédiaire de Gaston de Bonneval, alors aide de camp du Général.

74 J. Dauer, op. cit., p. 60.

75 Ch. de Rendinger était le commandant départemental des FFI d’Indre-et-Loire en 1944. Élu conseiller municipal UNR de Strasbourg en 1959, il est dans les années soixante le délégué régional pour l’Alsace de l’Association nationale.

76 L’ingénieur René Lucien avait fondé en 1927 aux côtés de George Messier la société Messier, spécialisée dans les trains d’atterrissage d’avions.

77 Cf. E. Roussel, Pierre Brossolette, Paris, Fayard, 2011.

78 Ancien des FFL, J. Caley était délégué de l’AOP du RPF pour la Dordogne en 1951. Membre des RS, puis de l’UNR et de l’UDT, il est délégué départemental du Front du progrès (1967-1972).

79 J. Dauer, op. cit., p. 72.

80 J. Dauer et M. Rodet, op. cit., p. 36.

81 R. Faligot et R. Kauffer, op. cit., p. 340.

82 Télégramme de Paris, no 22, octobre 1957.

83 J. Dauer et M. Rodet, op. cit., p. 86-87.

84 Op. cit., p. 100-101.

85 Télégramme de Paris, no 28, mai 1958, p. 1.

86 Interview de M. Anfrol, de son vrai nom M. Katchoura-Gaudumeau, 10 février 2004.

87 Cf. N. Racine, « Michel Debré, homme de plume, homme de verbe, pamphlétaire », S. Berstein, P. Milza, J.-F. Sirinelli (dir.), Michel Debré – Premier ministre 1959-1962, Paris, PUF, 2005, p. 51-69.

88 Le Courrier de la colère, no 5, 20 décembre 1957.

89 Sa publication s’étend du 23 novembre 1957 (no 1) au 10 juillet 1958 (no 34).

90 M. Debré, Ces princes qui nous gouvernent… Lettre aux dirigeants de la nation, Paris, Plon, 1957, p. 139-140.

91 M. Debré, op. cit., t. 2, p. 283.

92 Op. cit., t. 2, p. 281.

93 J. Foccart, Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 213.

94 FCDG, CA 4, Grand Soir – La Voix de la nouvelle Résistance, no 1, 20 septembre 1956 au no 6, 11 février 1957.

95 Grand Soir – La Voix de la nouvelle Résistance, no 1, 20 septembre 1956.

96 Ibid.

97 M. Debré signe ainsi certains éditoriaux, notamment à partir de 1958, sous le pseudonyme « Actor ».

98 Interview d’A. Fanton, 9 juin 2004.

99 Ibid.

100 FCDG, RPF 611, lettre de M. Bonot à J. Foccart en 1957. En 1968, M. Bonot entre au comité directeur de l’Association nationale présidée par P. Lefranc.

101 Après la guerre, H. Gorce Franklin avait participé à la fondation de l’UDSR.

102 Le siège du SDECE, puis de la DGSE se trouve juste à côté de la piscine Georges-Vallery dans le XXe arrondissement de Paris, dite piscine des Tourelles, d’où ce surnom de « Piscine » pour le désigner.

103 F. Saar-Demichel aide J. Foccart au cours de l’été 1960 à apporter une aide clandestine à la dissidence katangaise dans l’ex-Congo Belge, appuyé par J. Mauricheau-Beaupré qui appartient à l’équipe de J. Foccart au secrétariat général aux affaires africaines et malgaches (cf. Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 215).

104 M. Debré, op. cit., p. 283-284.

105 Cf. M. Cointet, Marie-Madeleine Fourcade. Un chef de la Résistance, Paris, Perrin, 2006.

106 M. Debré, op. cit., p. 283-284.

107 Le Courrier de la colère, no 1, 23 novembre 1957.

108 Ibid.

109 Ibid.

110 Le Courrier de la colère, no 5, 20 décembre 1957.

111 Op. cit., no 25, 8 mai 1958.

112 FCDG, CA 1, 1er congrès national des RS.

113 S. Berstein, Histoire du gaullisme, Paris, Perrin, 2001, p. 183.

114 J. Chaban-Delmas participe à trois reprises aux gouvernements de la IVe République, comme ministre des Travaux publics dans le cabinet Mendès France (juin 1954-février 1955), ministre d’État dans le cabinet Guy Mollet (février 1956-juin 1957) et enfin en tant que ministre de la Défense nationale dans le cabinet Félix Gaillard (novembre 1957-avril 1958).

115 J. Dauer, op. cit., p. 71.

116 La participation aux cabinets de la IVe République a valu à J. Chaban-Delmas d’être qualifié de « tacticien inlassable » (L. Terrenoire), d’« habile Florentin » (J. Soustelle) ou encore de « roué » (E. Michelet).

117 J. Chaban-Delmas, Mémoires pour demain, Paris, Flammarion, 1997, p. 221.

118 Op. cit., p. 291.

119 J. Charlot, L’UNR. Etude du pouvoir au sein d’un parti politique, Paris, A. Colin, 1967, p. 35.

120 FCDG, CA 1, liste des membres du comité directeur des RS, 10 février 1957.

121 Son frère, Jean-Paul Palewski, beau-frère de Christian Fouchet, est élu député UNR en 1958.

122 Ancien du PSF du colonel de La Rocque, J. Chabrat était délégué départemental du RPF de la Gironde (1949-1955), puis suppléant de J. Chaban-Delmas lors des élections législatives de 1958 à 1968.

123 Délégué départemental du RPF (1947-1953), L. Delbecque est secrétaire départemental des RS du Nord (1954-1958).

124 L. Briot, G. Kaspereit, J. Maziol, L. Neuwirth, A. Roulland, P. Ruais, R. Schmittlein, A. Valabrègue, L. Delbecque, H. Duvillard, E. Van der Meersch, J.-P. Profichet.

125 En l’occurrence L. Briot, député RPF de l’Aube (1951-1955).

126 FCDG, CA 1, liste des présidents et secrétaires généraux des RS en 1957.

127 Basses-Alpes, Hautes-Alpes, Cantal, Côtes-du-Nord, Doubs, Ille-et-Vilaine, Haute-Loire, Loire-Atlantique, Lot, Lozère, Manche, Marne, Moselle, Oise, Pas-de-Calais, Basses-Pyrénées, Haute-Saône, Haute-Savoie, Seine-Maritime, Seine-et-Marne, Deux-Sèvres, Vaucluse, Haute-Vienne, Yonne.

128 Aisne, Bouches-du-Rhône, Creuse, Finistère, Loir-et-Cher, Haute-Marne, Mayenne.

129 Leurs noms sont suivis de leur fonction au sein des RS : P (Président) ou SG (Secrétaire général) du département dont ils ont la responsabilité et enfin de leur année d’élection comme député UNR. Signalons toutefois que le département dont ils ont la responsabilité pour les RS peut être différent de leur département d’élection sous la Ve République. Il s’agit de : L. Briot (P, Aube, 1958), Ch. de La Malène (P, Aveyron, 1958), R. Triboulet (P, Calvados, 1958), R. Poujade (SG, Côte-d’Or, 1967), R. Ribadeau-Dumas (P, Drôme, 1962), A. Roulland (P, Eure, 1958), E. Thorailler (P, Eure-et-Loir, 1958), J. Maziol (P, Haute-Garonne, 1958), J. Chaban-Delmas (P, Gironde, 1958), J. Valleix (SG, Gironde, 1967), A. Valabrègue (P, Hérault, 1958), J. Vanier (SG, Isère, 1958), L. Neuwirth (SG, Loire, 1958), L. Sallé (P, Loiret, 1962), J. Narquin (SG, Maine-et-Loire, 1968), L. Delbecque (SG, Nord, 1958), J.-Y. Chapalain (P, Sarthe, 1958), J.-M. Morisse (P, Seine-Maritime, 1958), P. de Sainte-Marie (SG, Tarn-et-Garonne, 1958), M. Lemaire (P, Vosges, 1958) et R. Schmittlein (P, Territoire de Belfort, 1958).

130 Ceux-ci sont respectivement correspondants des RS dans le Bas-Rhin et la Seine-et-Marne en 1958.

131 Cf. N. Chastang, L’Union pour le salut et le renouveau de l’Algérie française 1956-1958, mémoire de l’IEP de Bordeaux, 1999.

132 Interview de P. Picard, 11 avril 2002.

133 J. Foccart est membre de l’USRAF, mais il n’appartient pas au comité directeur (Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 134).

134 L’USRAF est dirigée par un cercle restreint, en l’occurrence le bureau du comité directeur, à la différence du comité directeur qui rassemble une soixantaine de membres. Le bureau du comité directeur élu par l’AG du 2 février 1958 comprend 14 membres : le président J. Soustelle, 6 vice-présidents (Georges Bidault, Robert Bruyneel, Marc Lauriol, André Malterre, André Morice et Alexis Thomas), Pierre Picard (secrétaire général), René Dumont (délégué général), Henri Buat (secrétaire administratif), Simone Menut (future épouse de Félix Brunau, trésorière et secrétaire) et trois conseillers (Etienne Bougouin, Léon Delbecque, Michel Massenet).

135 Cf. D. Balvet, Jacques Soustelle et l’Algérie française : gaullisme et antigaullisme, du Front populaire aux marges du Front national, thèse de doctorat, Lille 3, 2003, p. 294.

136 Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 134.

137 Il ne faut pas confondre R. Dumont et Claude Dumont, ancien no 2 du service d’ordre du RPF.

138 Cf. O. Dard, op. cit., p. 32 et A. de Sérigny, La Révolution du 13 mai. Avec le témoignage de ses principaux acteurs, Paris, Plon, 1958.

139 M. et S. Bromberger, Les 13 complots du 13 mai, Paris, Fayard, 1959, p. 60.

140 FCDG, RPF 608, correspondance de J. Foccart à P. Bourgoin.

141 B. Ullmann, Jacques Soustelle, le mal aimé, Paris, Plon, p. 224.

142 Maurice Lassauzet, premier vice-président de l’ACUF et bras droit Yves Gignac, appartient au comité directeur de l’USRAF.

143 D. Balvet, op. cit., p. 296.

144 AP P. Picard, tracts et affiches de l’USRAF.

145 BNF, Voici pourquoi, no 1 (19 décembre 1957) au no 81 (6 avril 1961).

146 Écrivain réputé de la droite nationaliste dans les années 1930 et monarchiste convaincu, Th. Maulnier a fréquenté les Ligues. Il s’est occupé notamment de la Légion universitaire de la Solidarité française (cf. O. Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années 30, Paris, PUF, 2002, p. 219-222).

147 FCDG, RPF 647, brochure de lancement de l’USRAF, avril 1956.

148 B. Lafay a été élu conseiller municipal RPF de Paris en 1947, mais il quitte le mouvement gaulliste en 1951. En 1958, il est battu aux législatives par le jeune candidat UNR Guy Vaschetti.

149 Interview de M. Anfrol, 10 février 2004.

150 Cité par R. Faligot et R. Kauffer, Les Résistants, op. cit., p. 345-346.

151 AP P. Picard, liste des 525 personnalités métropolitaines membres de l’USRAF, 15 mars 1957.

152 Professeur à la faculté de droit de Paris, H. Mazeaud était membre du comité directeur du RPF en 1947. Il est le frère du juriste Jean Mazeaud, père de Pierre Mazeaud, président du Conseil constitutionnel (2004-2007).

153 Entre autres, citons Pascal Arrighi, Edmond Barrachin, Jacques Baumel, Maurice Bayrou, Pierre de Bénouville, Pierre Billotte, Michel Debré, Pierre Devraigne, Raymond Dronne, Roger Dusseaulx, Jacques Foccart, Roger Frey, Pierre de Gaulle, Henri Gorce-Franklin, Michel Habib-Deloncle, Nicole de Hauteclocque, Michel Maurice-Bokanowski, Edmond Michelet, Jean-Paul Palewski, Achille Peretti, Georges Pompidou, Pierre Ruais, Louis Terrenoire et Raymond Triboulet.

154 A. Monteil est député MRP du Finistère (1945-1958), puis sénateur (1959-1971) et maire de Quimper (1955-1959).

155 P. Schneiter est député MRP de la Marne (1945-1958) et maire de Reims (1957-1959).

156 M. Winock, Le siècle des intellectuels, Paris, Le Seuil, 1999, p. 434.

157 H. Coston, Dictionnaire de la politique française, Paris, La Librairie française, 1967, p. 217-218.

158 À la fin de l’année 1961, A. Regard est contacté par le Gal Salan pour assurer sa représentation politique en métropole dans le cadre du développement de l’OAS (O. Dard, op. cit., p. 139).

159 Il ne faut pas confondre P. Delnondedieu avec François Delnondedieu, délégué départemental de l’AN pour l’Ariège (1958-1963). Ancien préfet, P. Delnondedieu a la haute main sur les anciens du RPF en lien avec René Cathala, avec lequel il coordonne les initiatives gaullistes dans le Sud-Ouest à l’approche du 13 mai 1958.

160 Élu député UNR du Rhône en novembre 1958, J. Miriot démissionne le 27 avril 1960 pour protester contre l’exclusion de J. Soustelle.

161 AN, 103AS1, liste des représentants de chaque mouvement gaulliste dans les 90 départements métropolitains en vue de la préparation du référendum du 28 septembre 1958.

162 R. Rousseau est élu député UNR de Périgueux en 1958 avant d’être exclu du mouvement gaulliste en 1960.

163 CHSP, 4 SA 8, lettre du MNUAC avec première liste d’adhérents.

164 CHSP, 4 SA 8, ibid.

165 J.-F. Sirinelli, Intellectuels et passions françaises. Manifestes et pétitions au XXe siècle, Paris, Gallimard, 1996, p. 346-347.

166 Op. cit., p. 354-355.

167 Cf. J.-P. Thomas, G. Le Béguec et B. Lachaise (dir.), Mai 1958. Le retour du général de Gaulle, Rennes, PUR, 2010 ; R. Rémond, 1958, Le retour de de Gaulle, Bruxelles, Complexe, 1998 ; O. Rudelle, Mai 58. De Gaulle et la République, Paris, Plon, 1988.

168 Cf. J. Pozzi, « Les entourages et les initiatives gaullistes au début de 1958 », J.-P. Thomas, G. Le Béguec et B. Lachaise (dir.), op. cit., p. 101-112.

169 Cf. J.-P. Thomas, « Jacques Chaban-Delmas et le retour au pouvoir du général de Gaulle », B. Lachaise, G. Le Béguec, J.-F. Sirinelli (dir.), Jacques Chaban-Delmas en politique, Paris, PUF, 2007, p. 111-124.

170 FCDG, F 33/3, L. Delbecque, conseiller technique au cabinet du ministre de la Défense nationale.

171 J. Chaban-delmas, Mémoires pour demain, Paris, Flammarion, 1997, p. 291.

172 B. Droz et E. Lever, Histoire de la guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, Le Seuil, 1982, p. 153.

173 M. et S. Bromberger, Les 13 complots du 13 Mai, Paris, Fayard, 1959, p. 123.

174 Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 132-134.

175 M. et S. Bromberger, op. cit., p. 105.

176 O. Rudelle, op. cit., p. 105.

177 L’entreprise Motte de Roubaix est une des grandes filatures européennes aux XIXe et XXe siècles. Véritable dynastie industrielle, les Motte se sont également engagés en politique, à l’instar d’Eugène Motte, grand patron catholique et maire républicain de Roubaix au début du siècle et de Bertrand Motte, ancien secrétaire de la fédération départementale du PSF, représentant du PRL après-guerre et député indépendant de Lille (1958-1962).

178 Cf. J.-P. Thomas, « De Léon Delbecque, acteur et témoin, au général Dulac : les feux verts en question », J.-P. Thomas, G. Le Béguec et B. Lachaise (dir.), op. cit., p. 121-143.

179 Cf. M. et S. Bromberger, op. cit., p. 108 et O. Rudelle, op. cit., p. 138.

180 J. Baumel, Un tragique malentendu. De Gaulle et l’Algérie, Paris, Plon, 2006, p. 33.

181 A. de Sérigny, La Révolution du 13 mai, Paris, Plon, 1958, p. 6-10.

182 P. et Ph. Chastenet, Chaban, Paris, Le Seuil, 1991, p. 234.

183 Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 132.

184 P. Lefranc, Avec qui vous savez. Vingt-cinq ans avec de Gaulle, Paris, Plon, 1979, p. 118-121.

185 J. Foccart, Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 133.

186 Op. cit., p. 136.

187 A. Griotteray, op. cit., p. 153.

188 J. Soustelle, L’Espérance trahie, Paris, Éd. de l’Alma, 1962, p. 37. Ch. Béraudier a été délégué départemental du RPF pour le Rhône. En 1958, il est le suppléant de J. Soustelle lors des élections législatives.

189 J. Foccart, Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 137.

190 M. et S. Bromberger, op. cit., p. 153.

191 Cf. G. Perrier, Le Général Pierre de Bénouville. Le dernier des paladins, Paris, éd. du Rocher, 2005, p. 163-166.

192 La manifestation du 26 avril 1958 à Alger rassembla 30000 personnes, dont plusieurs milliers de musulmans.

193 Cf. L. Delbecque, « Mon 13 mai », G. Guilleminault, Le Roman vrai de la IVe République. De Bardot à de Gaulle, Paris, Denoël, 1972, p. 325-326.

194 O. Rudelle, op. cit., p. 140.

195 Ancien de l’ENS, J. Nocher a été délégué départemental du RPF pour la Loire. En 1951, il est élu député du RPF, avant de poursuivre sa carrière de journaliste à l’ORTF après 1958.

196 Cf. L. Neuwirth, Ma guerre à seize ans : du fournil au peloton d’exécution, Paris, Plon, 1986 et son témoignage dans Avec de Gaulle – Témoignages, op. cit., t. 1, p. 361-380.

197 Cf. J. Massu, Le Torrent et la digue, Paris, Plon, 1972.

198 Témoignage de L. Neuwirth, op. cit., p. 376.

199 Cl. Dumont est sénateur UNR de Sétif-Batna (1959-1962) et participe au printemps 1962 à la réunion de lancement du Conseil national de la résistance – futur Conseil national de la révolution – autour de G. Bidault.

200 C. Nick, op. cit., p. 508.

201 FCDG, F 33/5, liste des membres du CSP d’Alger. Ce processus de marginalisation des activistes au sein du CSP conduit L. Delbecque à y faire entrer 18 personnes supplémentaires dès le 14 mai, puis 10 autres le 17 mai. Au final, le CSP est passé de 44 membres à 72 entre le 13 et le 17 mai. Les gaullistes qui étaient initialement minoritaires sont devenus majoritaires.

202 Le commandant Vitasse est un ancien des réseaux de résistance anglais « Buckmaster » où il a fait la connaissance de Pierre Picard. Au début des années 1950, il devient le numéro deux du 11e choc dirigé par l’officier Godard, bataillon dans lequel J. Foccart effectue régulièrement ses périodes d’officier de réserve. Il participe à la guerre d’Indochine puis rejoint l’état-major de Massu en Algérie. Le 21 mai 1958, Vitasse rencontre J. Foccart, P. Lefranc et C. de La Malène rue de Solférino pour obtenir leur accord concernant l’opération Résurrection.

203 J. Dauer et M. Rodet, op. cit., p. 107-123.

204 A. Astoux, L’Oubli. De Gaulle 1946-1958, Paris, JC Lattès, 1974, p. 455.

205 FCDG, RPF 647, lettre de P. Paillole aux adhérents de l’ASSDN, 16 mai 1958.

206 Cf. M. et S. Bromberger, op. cit., p. 303-312.

207 J. Foccart, Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 147.

208 M. Agulhon, Coup d’État et République, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 79.

209 Cf. J. Charlot, L’UNR. Etude du pouvoir au sein d’un parti politique, Paris, A. Colin, 1967, p. 31-33.

210 Les responsables nationaux et départementaux de la CR portent le titre de « commissaires ».

211 J. Charlot, op. cit., p. 32.

212 AN, Fonds J. Foccart, carton 401, dossier 1185, note des RG sur l’activité de J. Dauer, 7 octobre 1958.

213 J. Dauer et M. Rodet, op. cit., p. 150.

214 FCDG, F 33/3, liste des députés élus en 1958 et membres de la CR. H. Duvillard est député UNR du Loiret (1958-1978), puis ministre des Anciens combattants et victimes de guerre (1967-1972).

215 AN, 103AS1, liste des délégués de la CR. Seuls 8 départements ne disposent pas de commissaires de la CR (Ardennes, Aveyron, Cantal, Lozère, Haute-Marne, Corrèze, Indre-et-Loire, Landes).

216 J. Degraeve, R. Souchal, R. Rousseau, E. Borocco, P. Guillon et R. Schmittlein. Tous ces députés UNR ont été commissaires de la CR dans leur département d’élection en 1958.

217 Les noms des commissaires de la CR sont suivis du département dans lequel ils exercent leurs fonctions et de celui d’élection comme parlementaire.

218 Suppléant d’A. Fanton, député du XIe arrondissement, Michel Marquet le remplace en juin 1969 quand il devient secrétaire d’état chargé de la Défense nationale dans le gouvernement de J. Chaban-Delmas.

219 A. Forens a été délégué départemental du RPF, puis des RS de 1951 à 1958. Il a été battu aux élections législatives de 1956 et 1958, alors qu’il s’était présenté sous les couleurs du mouvement gaulliste.

220 Dans certains départements, les dirigeants de la CR ont essayé de prendre le contrôle de l’UNR dès sa création pour l’orienter clairement vers la défense de l’Algérie française. C’est notamment le cas dans le Var, où Henri Lapisardi, commissaire de la CR, tente d’imposer ses vues à l’UNR (cf. M.-R. Bayle, Les droites à Toulon 1958-1994. De l’Algérie française au Front national, thèse de doctorat, Aix-Marseille I, 2001, 1063 p., p. 78-80. Précisons que l’auteur de cette thèse est le fils de Marcel Bayle, député UNR du Var, 1962-1967 et 1968-1973).

221 L’Année politique 1958, Paris, PUF, 1959, p. 131. Les candidats de RF obtiennent 120849 suffrages à l’échelle nationale, mais aucun ne parvient à être élu.

222 AN, Fonds J. Foccart, carton 401, dossier 1185, note des RG sur l’activité de J.-B. Biaggi, 16 octobre 1958.

223 Alors que l’on aurait pu croire que l’obtention de l’investiture de l’UNR assagirait le candidat Biaggi, celui-ci revendique clairement dans sa profession de foi son activisme et sa participation à la « journée des tomates » (6 février 1956).

224 E. Michelet préside la commission des investitures de l’UNR pour la Seine.

225 G. Ribeaud suit G. Bidault dans son exil en Amérique du Sud à partir de 1962-1963.

226 Compagnon de la Libération, J. Le Tac est l’inamovible député gaulliste du XVIIIe arrondissement de Paris (1958-1981) et secrétaire général de la fédération UNR de la Seine (1959-1961). Son frère Yves lutte contre l’OAS en Algérie aux cotés des « barbouzes » et se présente aux élections législatives à Marseille en 1962 où il est battu.

227 Cf. S. Berstein, « De la démocratie plébiscitaire au gaullisme : naissance d’une nouvelle culture politique républicaine », S. Berstein (dir.), Les cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, 1999, p. 145-178.

228 J. Foccart, Foccart parle, op. cit., t. 1, p. 130.

229 Ibid.

230 J. Dauer et M. Rodet, op. cit., p. 113.

231 Cf. J. Pozzi, « Patrie et Nation au miroir de la famille gaulliste : du général de Gaulle à Jacques Chirac », Annales de l’Est, no 1, 2010, p. 73-86.

232 Interview de P. Picard, 11 avril 2002.

233 S. Berstein, « Avant-propos. Michel Debré tel qu’en lui-même… », S. Berstein, P. Milza, J.-F. Sirinelli (dir.), Michel Debré Premier ministre (1959-1962), Paris, PUF, 2005, p. 2.

234 B. Lachaise, « Contestataires et Compagnons, les formes de l’engagement gaulliste », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 60, octobre-décembre 1998, p. 71-81.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search