Version classiqueVersion mobile

L'autopsie judiciaire

 | 
Sandra Menenteau

Troisième partie. Le scalpel et la plume

Chapitre VI. Les us et coutumes du rapport d’autopsie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avant de s’organiser et de se concevoir comme une discipline scientifique sui generis, la médecine légale n’existe qu’en tant qu’activité, et ceux qui la pratiquent font parfois, tels des Monsieur Jourdain du corps médical, de la médecine légale sans le savoir. Si la médecine est l’art de guérir, la médecine légale est l’art de faire des rapports1. Pour chaque action que l’autorité judiciaire délègue à un corps professionnel ou à un de ses subalternes, celle-ci exige un compte-rendu oral ou écrit. Les hommes de l’art sont donc soumis à l’obligation narrative, dès lors qu’ils répondent à une requête judiciaire.

Les premiers ouvrages relatifs à l’exercice médico-légal parus en France2 se focalisent sur l’établissement de rapports : Ambroise Paré publie, en 1575, Des rapports et des moyens d’embaumer les corps, considéré comme le premier ouvrage de médecine légale3 ; viennent ensuite les traités sur l’art de faire des rapports en chirurgie de Gendry4 en 1650 et de Blégny5 en 1684 ; enfi...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search