Versión clásicaVersión móvil

L'autopsie judiciaire

 | 
Sandra Menenteau

Troisième partie. Le scalpel et la plume

Chapitre V. Protocoles et perceptions « autoptiques »

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

Les interventions manuelles appliquées au corps trépassé sont multiples. Les seules pratiques à caractère scientifique recèlent une grande variété de manipulations et d’usages cadavériques. Sans parler des activités non savantes relatives à la dépouille mortelle comme l’inhumation ou l’exécution capitale. Outre l’examen judiciaire, les actes médicaux plus ou moins invasifs effectués sur le cadavre sont : le constat de décès, la dissection, l’embaumement et l’autopsie anatomopathologique. Réalisées sur un objet commun, le corps passé de vie à trépas, ces opérations présentent néanmoins des divergences d’exécution et de finalité.

La vérification médicale de l’authenticité de la mort est le préalable à toute déclaration de décès auprès de l’état civil et à toute délivrance du permis d’inhumer1. Apanage des anatomistes, des étudiants en médecine et des chirurgiens, la dissection recouvre « l’ensemble des moyens à l’aide desquels on découvre, on isole les organes et les parties du corps p...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search