Version classiqueVersion mobile

L'autopsie judiciaire

 | 
Sandra Menenteau

Troisième partie. Le scalpel et la plume

Chapitre V. Protocoles et perceptions « autoptiques »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les interventions manuelles appliquées au corps trépassé sont multiples. Les seules pratiques à caractère scientifique recèlent une grande variété de manipulations et d’usages cadavériques. Sans parler des activités non savantes relatives à la dépouille mortelle comme l’inhumation ou l’exécution capitale. Outre l’examen judiciaire, les actes médicaux plus ou moins invasifs effectués sur le cadavre sont : le constat de décès, la dissection, l’embaumement et l’autopsie anatomopathologique. Réalisées sur un objet commun, le corps passé de vie à trépas, ces opérations présentent néanmoins des divergences d’exécution et de finalité.

La vérification médicale de l’authenticité de la mort est le préalable à toute déclaration de décès auprès de l’état civil et à toute délivrance du permis d’inhumer1. Apanage des anatomistes, des étudiants en médecine et des chirurgiens, la dissection recouvre « l’ensemble des moyens à l’aide desquels on découvre, on isole les organes et les parties du corps p...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search