Version classiqueVersion mobile

L'autopsie judiciaire

 | 
Sandra Menenteau

Deuxième partie. Les conditions matérielles de l'autopsie

Chapitre IV. « Avec un scalpel et une scie on peut tout ouvrir1 » : la « boîte à outils » du médecin expert

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La pratique de l’autopsie judiciaire nécessite un contact charnel entre l’opérateur et le sujet de son examen. La main constitue le point de jonction corporel2 et le principal instrument d’exploration externe comme interne. La progression tactile rencontre cependant des obstacles – l’épiderme, les muscles, les os, les membranes – que seuls des « agents mécaniques3 » idoines sont en mesure de lui faire franchir.

À l’inverse de l’exercice chirurgical, focalisé sur la région corporelle ou l’organe à réséquer, inciser, amputer ou suturer, en faisant abstraction du reste du corps, l’examen cadavérique judiciaire requiert une exploration complète de la dépouille. La procédure nécessite de s’intéresser à l’ensemble, puis au détail. Il est indispensable que l’homme de l’art dispose d’objets qui lui permettent d’effectuer toutes ses observations. Recelant une variété d’instruments, la panoplie du médecin expert suggérée par la littérature évolue au cours du XIXe siècle. Les maîtres de la méde...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search