Version classiqueVersion mobile

L'autopsie judiciaire

 | 
Sandra Menenteau

Deuxième partie. Les conditions matérielles de l'autopsie

Chapitre III. Les antichambres de la Morgue : quand l’autopsie se pratique « à domicile »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les préoccupations hygiénistes qui se développent, dès le début du XIXe siècle, en matière d’ouvertures cadavériques de masse, mettent en exergue l’impossibilité de pratiquer ce genre d’activité dans n’importe quel lieu. Les restrictions qui frappent le fonctionnement des amphithéâtres de dissection, les interdictions auxquelles les apprentis anatomistes doivent se plier le soulignent. Soumis à des impératifs similaires, les examens post mortem en milieu hospitalier doivent, en sus, se réaliser à bonne distance des familles et des malades1. En matière d’autopsie judiciaire, aucun texte réglementaire ne désigne un lieu dévolu uniquement et spécifiquement à l’exercice. La question est donc de savoir où ces examens cadavériques sont effectués.

L’urgence de l’instruction et l’éparpillement topographique des corps à examiner entraînent la multiplication des théâtres de l’autopsie médico-légale. En outre, ces deux facteurs nécessitent, de la part du médecin expert, une grande capacité d’ad...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search