Version classiqueVersion mobile

L'autopsie judiciaire

 | 
Sandra Menenteau

Première partie. L'expertise cadavérique à travers ses praticiens

Chapitre II. Pratiquer une autopsie : une prise de risques professionnelle et personnelle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Hormis pour une poignée de privilégiés ayant la confiance de l’autorité judiciaire locale et pour les professeurs de médecine légale des facultés de médecine, l’exercice « autoptique » est un acte exceptionnel, dans les deux acceptions du terme. Lorsqu’un médecin a l’occasion d’être sollicité par un magistrat pour pratiquer une expertise cadavérique, il doit avoir pris la mesure des bénéfices et des préjudices que cette tâche implique, avant de l’accepter. L’autopsie médico-légale comporte des enjeux professionnels et personnels pour le praticien, du fait de son cadre judiciaire, mais également en raison de la nature singulière de l’objet qu’elle concerne : le corps violenté et trépassé.

Si, dans un premier temps, l’expertise cadavérique est perçue comme un sacrifice financier par l’homme de l’art, à cause de la faiblesse des dédommagements qui lui sont alloués pour son aide, elle lui permet aussi de faire la preuve de quelques-unes des vertus morales qui régissent la profession médi...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search