Version classiqueVersion mobile

L'autopsie judiciaire

 | 
Sandra Menenteau

Préface

Frédéric Chauvaud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au XIXe siècle, le cadavre est à la mode. Chacun semble s’en emparer. Médecins, écrivains, artistes lui donnent une place inusitée, au centre d’interrogations multiples portant sur l’anatomie, le secret des viscères, l’énigme des cerveaux, les tissus embaumés et même les « morceaux impalpables » appartenant à des spectres qui parviennent à se reformer pour s’« humanifier ». Du corps mort à la charogne, sans oublier la « pièce anatomique » désignant un fragment corporel, le cadavre occupe donc une place grandissante. Le crime et la justice n’y sont pas étrangers. À partir de 1825, des périodiques spécialisés, comme la Gazette des tribunaux, donnent des descriptions plus poussées de chairs meurtries, d’os brisés, de plaies purulentes, d’abdomens éviscérés. Les faits divers et les comptes rendus d’audiences judiciaires offrent au lectorat de plus en plus de détails. Ferdinand le dépeceur ou le tronc inconnu de Chatou retiré de la Seine occupent désormais une place de choix. Le scandale...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search