Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma expressionniste

 | 
Jacques Aumont
, 
Bernard Benoliel

3. Exressionnisme D’ailleurs

Un cri sans fin (L’expressionnisme, le sublime et nous)

Hervé Aubron

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’expressionnisme fait depuis sa naissance l’objet de débats quant à son exacte délimitation. Querelles souvent byzantines et pourtant nécessaires : c’est en vertu de cette confusion (et non malgré elle) que la notion d’expressionnisme est agissante. Il s’agit juste de la considérer pour ce qu’elle est : non pas un concept, non pas ce qui permet de trancher, mais ce qui a toujours fait problème, aussi bien en 1920 que dans les années 1980-2000, puisque c’est cette éventuelle survivance qui nous intéresse ici – l’usage que le cinéma contemporain a pu avoir du problème expressionniste.

L’expressivité, la déformation démonstrative, le contraste exacerbé ne sont que des symptômes, non des problèmes. Où est le problème ? Je partirai d’une perplexité – la disparité, toujours surprenante, de ce qui devrait être l’étalon « historique » : la peinture expressionniste allemande. On en restera à ses oriflammes les plus connus : Die Brücke et Der Blaue Reiter. Les deux groupes ont des partis pris...

Auteur

Hervé Aubron est critique aux Cahiers du cinéma et à la revue Vertigo. Il a collaboré à divers journaux, dont Libération, et a publié en 2006 un essai sur Mulholland Drive, de David Lynch (Yellow Now).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540