Version classiqueVersion mobile

L’assèchement des marais

 | 
Raphaël Morera

Conclusion

Texte intégral

1À l’origine de cet ouvrage était le désir de comprendre ce qui pouvait provoquer le changement de relation entre les sociétés et les milieux naturels. Le détour par les assèchements de marais de la France du premier XVIIe siècle s’est ainsi imposé pour mettre en lumière les processus par lesquels une société, prise dans sa complexité, pouvait élaborer et diffuser de nouveaux usages et de nouvelles pratiques des zones humides. Il s’agissait de comprendre pourquoi et comment les marais français avaient été asséchés au cours de la période, ou plus simplement d’expliquer le succès de ces travaux et la greffe du discours dessiccateur sur le royaume de France. Parvenu au terme de ces recherches trois grands faisceaux d’explications peuvent être avancés. La réussite indéniable des assèchements repose sur des facteurs sociopolitiques, économiques et techniques.

2Les dessiccateurs formaient en premier lieu un groupe homogène lié par des intérêts dépassant le cadre strict des marais. La participation des élites dirigeantes du pays garantissait une réelle stabilité à leurs entreprises et une sécurité aux investissements consentis. Plus largement, la composition du groupe permettait de recruter des agents aptes à gérer aux mieux les investissements et à surveiller l’avancée des travaux. Ils étaient aidés en cela par le soutien permanent de la force publique et des différents cadres de la société. Grâce à cela, les dessiccateurs ont pu surmonter toutes les oppositions qu’ils ont rencontrées. De cette manière, le succès des assèchements reflète la croissance continue du pouvoir central et peut être ainsi lu comme une expression des mutations sociopolitiques du premier XVIIe siècle.

3Aussi lourds d’enjeux politiques qu’ils fussent, les assèchements n’en étaient pas moins des aventures économiques tout autant foncières, qu’agricoles et financières. Le succès des assèchements est également celui d’un modèle économique singulier. Protégés par des dispositions juridiques favorables, les dessiccateurs pouvaient raisonnablement risquer des mises de fonds assez lourdes. Pour mener à bien leurs projets, ils multipliaient les associés à qui ils prêtaient de l’argent, ce qui minimisait la prise de risque et augmentait leurs gains des intérêts de leurs prêts. Enfin, la concentration des assèchements sur les terres habituellement recouvertes d’eau douce accroissait la rentabilité agricole en leur épargnant une lente étape de dessalinisation des sols. De même, la localisation des marais leur épargnait le déploiement de techniques très coûteuses, comme les moulins à vent.

4De ce point de vue, la réussite des assèchements repose en dernier lieu sur la simplicité des techniques mises en œuvre. Aucun des sites asséchés n’a nécessité le recours à l’hydraulique mécanique. Les opérations de drainage reposaient essentiellement sur la conception de réseaux de drainage hiérarchisés mais simples ; la construction des écluses, ponts et autres éléments d’architecture hydraulique ne requérait aucune compétence technique spécifique, si bien qu’elle ne nécessitait pas le recours à des techniciens étrangers. Le rôle de ces derniers a cependant été déterminant et structurant. Bradley a ainsi planifié les réseaux hydrauliques de 1599 jusqu’aux années 1620. En revanche, il ne semble pas avoir suivi directement l’avancée des travaux. De même, les fonctions de Strada et Van Ens ont bien plus consisté en la gestion des terres que dans leur assèchement même. De la sorte, la simplicité des techniques mises en œuvre facilitait leur acclimatation dans les divers contextes locaux dans lesquels les assèchements se sont épanouis.

5La notion d’aménagement du territoire a peu ou prou servi de guide à cette réflexion. Bien qu’anachronique, elle a permis de mettre en question le rôle de la monarchie et des pouvoirs publics et de s’interroger sur la matérialisation, voire la concrétisation, du pouvoir central dans la France des premiers Bourbons. L’attention portée aux modalités de réalisation des assèchements bat en brèche deux idées fondatrices : celle d’un État centralisé, interventionniste et volontariste d’un côté, et celle d’un État impuissant de l’autre. En effet, il apparaît en premier lieu que l’État centralisé n’a cessé d’intervenir pour soutenir l’action des dessiccateurs et que sans son concours ils auraient été bien impuissants. Cependant, ce n’est guère que l’État justicier et producteur de normes qui leur vient en aide : la monarchie leur a construit un cadre juridique favorable qu’elle s’est ensuite appliquée à rendre effectif. En revanche, le Trésor de la monarchie est resté totalement étranger à la conquête des marais. L’État en tant que tel n’est intervenu que de manière incitative et en ce sens, il est impossible de lui faire crédit d’une vision du territoire et d’une réelle capacité d’aménagement.

6Était-ce cependant nécessaire ? Une telle vision n’était en effet d’aucune utilité dans la mesure où l’aristocratie ministérielle et/ou financière en était dotée. Les Fourcy, Ruzé d’Effiat, Richelieu et Mazarin avaient une claire conscience des richesses du royaume et des moyens à mettre en œuvre pour les exploiter. En d’autres termes, si l’État s’apparente à une machinerie aveugle, elle était parfaitement bien employée par les ingénieurs en charge de sa conception. Dans le premier XVIIe siècle, l’aménagement du territoire ne fut donc pas le fait de la monarchie en tant que telle mais des élites qui la dirigeaient et s’attachaient à en tirer les plus grands bénéfices. Sous cet angle, les assèchements de marais ont été couronnés de succès parce que pour la première fois dans la France moderne, une aristocratie suffisamment puissante s’est assez longtemps maintenue au pouvoir pour les mener à terme.

  • 1 Zwet H. Van, Lofwaerdighe dijckagies en miserabele polders : een financiële analyse van landaanwin (...)

7De ce point de vue, un des acquis du présent ouvrage est de montrer que les desséchements français s’inscrivent parfaitement dans la pratique européenne. En effet, un des points obscurs de l’historiographie du XIXe siècle résidait dans le très faible rôle apparemment joué par les dirigeants du pays qui semblaient s’être contentés d’un rôle incitatif. La mise en valeur de nouvelles sources a au contraire dévoilé à quel point ils étaient partie prenante des opérations d’assèchements et qu’à ce titre les dirigeants français se comportaient de la même manière que la bourgeoisie hollandaise ou l’aristocratie anglaise. La similitude entre les trois pays pris en exemple ne se limite pas au simple constat de la participation de l’aristocratie mais concerne également les modes d’organisation et la nature des investissements. En ce sens, l’aristocratie française s’inspirait directement de la bourgeoisie néerlandaise1.

8Cette correspondance, tempérée il est vrai par des contextes institutionnels forts différents, s’explique par la nette ouverture de l’économie française de la période. L’attention portée aux réseaux mobilisés pour les réalisations des assèchements comme à leur finalité commerciale a montré l’inscription européenne des opérations. Les produits de la terre n’étaient pas prioritairement destinés aux marchés locaux et les participations d’actionnaires hollandais ne peuvent être négligées, comme en témoigne le poids des héritiers de Jean Hoeufft dans la propriété des terres asséchées jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. De cette manière, les assèchements français du premier XVIIe siècle participent bel et bien d’un processus d’ouverture de l’économie monde et s’apparentent à une conséquence directe de la croissance néerlandaise du Siècle d’or.

  • 2 Wallerstein I., Le système du monde du XVe siècle à nos jours. Le mercantilisme et la consolidatio (...)

9N’y a-t-il cependant pas quelques contradictions à conclure dans un même mouvement que les assèchements résultent à la fois de l’affirmation de l’aristocratie française et de la mondialisation économique ? De prime abord, renforcement de l’État français et développement du capitalisme néerlandais n’ont en effet rien en commun et participent de deux logiques économiques et politiques radicalement différentes. L’histoire des assèchements de marais montre malgré cela qu’une convergence subtile d’intérêts les unissait. La monarchie française tout autant que ses dirigeants avaient besoin des liquidités et des réseaux néerlandais pour se renforcer et s’affirmer. De la même manière, elle offrait aux capitalistes hollandais un cadre sûr au développement de leurs activités et de leurs investissements. En ce sens, l’intervention d’investisseurs étrangers dans les assèchements ne peut avoir été conduite que sous l’étroit contrôle des partis aristocratiques dominant la cour qui tiraient ainsi bénéfices de la phase d’hégémonie hollandaise sur l’économie monde2.

  • 3 Rosenthal J.-L., The Fruits of Revolution. Property rights, Litigation and French Agriculture 1700 (...)

10Dans ce cadre politique et économique, il n’y avait donc aucune raison à ce que les droits seigneuriaux soient battus en brèche, et de fait, les dessiccateurs se sont systématiquement intégrés dans le cadre seigneurial, ce qui invite à élargir le champ chronologique de cette conclusion. À la suite de Dienne, les profits générés par les travaux de drainage n’ont cessé d’être minimisés, voire négligés. Récemment Jean-Laurent Rosenthal a ainsi développé la thèse selon laquelle les assèchements n’ont pu s’épanouir sous la Révolution française qu’à la faveur de la disparition des droits seigneuriaux3. Chiffres à l’appui, il démontre que c’est précisément la fin des prélèvements seigneuriaux qui a permis aux desséchements de devenir relativement rentables. En d’autres termes, les assèchements sont le corollaire de la conquête du pouvoir par la bourgeoisie. Or, le cas des assèchements du premier XVIIe siècle tend précisément à montrer que les droits seigneuriaux n’ont pas formé d’obstacle à la mise en culture des zones humides. De même, il démontre que c’est dans le cadre de la monarchie absolue qu’ont été élaborés les cadres juridiques qui ont servi de modèles au développement des assèchements aux XVIIIe et XIXe siècles.

11Dans ces conditions, il s’avère bien difficile de parler d’échec d’une politique d’aménagement du territoire appelée de ses vœux par le roi de France, tant il était de fait dépourvu d’une telle conception. Les assèchements de marais sont le résultat de la systématisation d’un mode d’exploitation des zones humides. Ils présentent toutes les apparences extérieures de la matérialisation d’une volonté politique, mais ils doivent bien leur genèse à la recherche du profit motivant les piliers financiers et politiques de la monarchie. Ce qui n’exclut d’ailleurs nullement de participer au développement économique du pays. En fait de politique d’aménagement du territoire, la monarchie des premiers Bourbons n’avait donc que l’esprit de gain et d’entreprise animant ses élites politiques et financières.

12De ce point de vue à nouveau, la pratique française mérite d’être comparée à celle de ses voisins européens. La conversion des lacs intérieurs néerlandais en terres arables et pâturables participe en effet d’une logique similaire. Créés par les hommes à la suite d’une extraction intensive de la tourbe, ces espaces ont autant été conquis pour des motifs défensifs et spéculatifs qu’à la suite de la mise en œuvre d’une véritable politique d’aménagement concertée. En ce sens, il est frappant de constater que les chefs-d’œuvre de la cartographie néerlandaise du XVIIe siècle proviennent pour une partie du souci constant de contrôler les investissements dans les assèchements. De même, en Angleterre c’est bien l’appât du gain plus que le souci d’aménager le territoire qui a permis l’assèchement des Fens. De cette manière, il convient bien de parler d’une Hollande française.

13Cette comparaison a d’ailleurs été filée à maintes reprises au sujet des marais eux-mêmes qui s’identifient dans le paysage comme des territoires tout à fait originaux, telles ces terres gagnées sous le niveau de la mer et protégées par un épais cordon dunaire. Mais l’attention portée à la matérialité des assèchements a aussi mis en lumière l’impact des travaux réalisés au cours du Grand Siècle : des neuf sites les mieux connus et ici étudiés, seuls deux sont aujourd’hui retournés sous l’emprise des eaux tandis qu’un troisième a succombé sous la pression de la croissance urbaine. L’impact des ouvrages du XVIIe siècle s’impose ainsi aux aménageurs d’aujourd’hui qui doivent s’accommoder de leur héritage.

Notes

1 Zwet H. Van, Lofwaerdighe dijckagies en miserabele polders : een financiële analyse van landaanwinningsprojecten, in Hollands Noorderkwartier, 1597-1643, Hilversum, Verloren, 2009, 552 p.

2 Wallerstein I., Le système du monde du XVe siècle à nos jours. Le mercantilisme et la consolidation de l’économie monde européenne 1600-1750, Paris, Flammarion, 1984, p. 49-104.

3 Rosenthal J.-L., The Fruits of Revolution. Property rights, Litigation and French Agriculture 1700-1860, Cambridge University Press, 1992 ; id., « Le drainage dans le pays d’Auge : les conséquences de droits de propriété incertains », dans Ciriacono S., Eau et développement…, op. cit., p. 197-217.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search