Version classiqueVersion mobile

L’assèchement des marais

 | 
Raphaël Morera

Chapitre V. Rentabilité et profit d’un modèle agricole

Texte intégral

1Entreprises de longue haleine, les assèchements de marais nécessitaient une abondante mobilisation de capitaux tout autant qu’une organisation économique sans faille. Le démarrage des travaux comme leur réussite impliquaient de surmonter de nombreuses oppositions par des négociations et tractations avec les différents acteurs, profiteurs ou victimes des assèchements. En ce sens, le pouvoir central était le seul à pouvoir offrir un appui suffisant aux dessiccateurs si bien que le soutien politique et judiciaire de la monarchie participait pleinement du projet d’aménagement. Toutefois, un tel programme aurait été voué à l’échec s’il n’avait assuré quelques gains à ses promoteurs. Bien qu’ils aient œuvré au service du bien public en accroissant la surface agricole, en assainissant des marais infestés et en favorisant le repeuplement de la France, les dessiccateurs n’en étaient pas pour autant de purs philanthropes et leurs motivations ne résidaient pas uniquement, loin s’en faut, dans la volonté de servir l’État. Se pose ainsi la question de la mise en valeur des terres nouvellement asséchées. Comment donc les dessiccateurs ont-ils tiré profit de leurs investissements ?

2Cette interrogation relève d’une double dimension, technique et environnementale d’une part, agricole d’autre part. En effet, les assèchements supposent l’élaboration et la mise en œuvre d’infrastructures hydrauliques capables d’évacuer les eaux en surabondance et de modifier radicalement les conditions naturelles. Ils impliquent ainsi la diffusion d’un modèle hydraulique ayant pour fin l’exploitation agricole. Ces impératifs communs à l’ensemble des marais se heurtent cependant à la diversité des sites. Il s’agira ainsi de comprendre comment les dessiccateurs se sont accommodés de cette diversité et quelles nouveautés ils ont apportées en matière de gestion des eaux. En ce sens, la question environnementale recouvre celle de la gestion des terres asséchées, des cultures plébiscitées à l’entretien des réseaux hydrauliques et, d’une manière générale, à la mutation des usages dans les espaces conquis.

La continuité des techniques hydrauliques

3Les marais asséchés au cours du premier XVIIe siècle présentaient des différences notables comme des caractéristiques communes. Toutefois, dans chacun des cas il s’est agi pour les dessiccateurs de transformer les zones marécageuses en espaces clos, homogènes, où toutes les infrastructures hydrauliques œuvraient à l’évacuation la plus rapide des eaux ; les dessiccateurs n’ayant d’autre but que d’imposer un modèle d’aménagement hydraulique comparable dans tous les marais qu’ils convoitaient. L’analyse des travaux menés dans chacun des marais asséchés montre ainsi que les dessiccateurs ont imposé un modèle hydraulique en composant avec les contraintes naturelles et les aménagements hérités. L’étude de l’imposition du modèle hydraulique suppose de s’intéresser tout autant aux questions techniques qu’aux questions d’organisation et de gestion de l’eau dans les différents sites. Éclairer ce processus environnemental invite à distinguer les sites en deux catégories. Les travaux réalisés dans les sites les plus sauvages se distinguent en effet nettement de ceux réalisés dans des marais anciennement aménagés.

Un modèle de conquête : le circuit

  • 1 Chatelain T., « Assèchement et bonification des terres dans l’Antiquité grecque. L’exemple du lac (...)
  • 2 Leveau P., « Mentalité économique et grands travaux hydrauliques : le drainage du lac Fucin aux or (...)

4L’évacuation des eaux d’un marais s’appuie sur l’élaboration de réseaux hydrauliques hiérarchisés dont les caractères principaux ont été fixés dès l’Antiquité gréco-latine. L’assèchement du lac Ptéchaï, daté du IVe siècle avant J.-C. reposait ainsi sur une division de l’espace par des canaux primaires se jetant dans des canaux secondaires de gabarit plus élevés1. Déjà, l’évacuation de l’eau de la cuvette se faisait par un tunnel creusé dans la roche. Cette solution fut reprise des années plus tard pour l’assèchement du lac Fucin, puis pour celui du Laacher See et de l’étang de Montady2. Le creusement de tunnel était cependant réservé à la vidange des cuvettes, alors que le creusement de fossés de ceinture entourant l’ensemble des marais asséchés était généralisé. Ainsi, contrairement à l’image véhiculée par la cartographie et à la notable exception de l’étang de Montady, les points culminants des marais se situent dans la plupart des cas au centre des marais. De ce point, les eaux sont conduites par gravité vers la périphérie où un fossé de ceinture les collecte et les rejette à l’extérieur. Ce modèle d’aménagement a été employé massivement dans les polders néerlandais où ils sont nommés ringsloot. Les assèchements des marais réalisés en France au XVIIe siècle ont permis la généralisation de ce modèle dans les territoires les moins aménagés, comme dans les mieux équipés, à l’image des marais de Bordeaux.

  • 3 Dautet J.-G., op. cit., p. 230.

5L’étude des aménagements hydrauliques réalisés sous la direction de Humphrey Bradley et Conrad Gaussen dans les marais bordelais se heurte à des difficultés singulières. La zone conquise sur les eaux au XVIIe siècle se trouve en majeure partie urbanisée si bien que les infrastructures hydrauliques ont été très profondément remaniées et qu’on ne peut retrouver la trace des réalisations antérieures au XXe siècle sur la cartographie actuelle. Seul un plan des marais, dressé à la fin du XIXe, et censé représenter leur état au lendemain des assèchements, peut servir de source iconographique. Ce plan a été publié en 1906 par J.-G. Dautet « d’après des documents conservés aux archives du Syndicat qui administre actuellement les marais3 ». En raison des nombreux travaux dont les marais ont fait l’objet entre le XVIIe siècle et le XXe siècle, rien ne permet cependant d’affirmer que cette description correspond aux ouvrages initiaux.

6Le plan dessiné par Dautet donne une image idéalisée d’un programme d’assèchement. Selon lui, les marais de Bordeaux ont été parcourus en leur milieu par un canal de drainage dénommé la Jalle Conrad. Vers ce fossé principal aurait convergé une série de fossés secondaires aux tracés strictement perpendiculaires à celui de la Jalle Conrad. Ainsi collectées, les eaux seraient drainées en direction du nord afin d’être déversées dans la Jalle de Blanquefort, non sans avoir été auparavant grossies des eaux de la Jallère. Cette jalle a été canalisée et existe encore sous les deux noms de Jallère et de Jalle Noire. Selon Dautet, ce réseau hydraulique aurait été protégé des débordements de la Jalle de Blanquefort par la construction de digues massives : la digue du Nord, la digue des étages et celle du Coudot la bordaient sur sa rive droite. La digue de l’Ouest servait quant à elle à contenir les crues de la Jallère. En revanche, aucune digue n’a été construite en bordure de la Garonne où le bourrelet alluvial aurait alors été suffisamment développé pour contenir les crues du fleuve (voir fig. 1 du cahier couleur).

  • 4 AD Gironde, G 123, Cession par Conrad. de la pallu de Bordeaux audit Cardinal de Sourdis du 3 mai (...)

7Le plan de Dautet peut être critiqué à l’aide de deux sources principales : le règlement des marais daté de 1627, imprimé et complété en 1647, ainsi qu’un procès-verbal d’expertise écrit en 1695. La lecture d’un accord passé entre Conrad Gaussen et l’archevêque de Bordeaux, le 3 mai 1619 nous enseigne toutefois que « les ouvrages estant fort advancés et ledit pallu presque mise à sec il seroit survenu plusieurs grands empeschemens audit Conrad a cause que plusieurs particuliers auroient comblé et rasé bonne partie des grands fossés faicts, rompu les digues et escluses qui empeschoient le cours des eaux croupissantes dans les marests4 ». Le règlement de 1627 se montre cependant beaucoup plus riche et témoigne de manière claire de la mise en place d’un réseau de drainage strictement hiérarchisé :

  • 5 AD Gironde, G 123, Extraict des registres du Parlement, Bordeaux, 1647, p. 5.

« Premierement tous lesdits propriétaires seront tenus d’entretenir tant leurs fossez particuliers, que ceux de separation de voisin à voisin, ensemble les fossez de circuit chacun pour son regard, nets recurez & en bon estat, à peine de trente livres paiables incontinent & applicables à la bourse commune de l’entretien de ladite Palud, outre les frais de la reparation qu’il y conviendra faire5. »

8Trois types de fossés de drainage sont distingués. Les fossés particuliers sont ceux qui drainent chacune des parcelles. Il peut ne s’agir que de rigoles creusées à la bêche de très faible profondeur, mais dotée d’une légère pente. Ce premier niveau de fossé porte l’eau vers des fossés de séparations, qui sont à la charge de ses riverains. Ce deuxième niveau matérialise les séparations entre différentes propriétés et son gabarit est supérieur aux précédents. Ils ne sont cependant pas les émissaires principaux, puisqu’ils débouchent dans des fossés de circuit dont la nature n’est pas précisée par le règlement de 1627. Cela est d’autant plus problématique qu’il y a une contradiction entre sa dénomination et l’emploi du pluriel pour le désigner. Si un fossé entoure le marais, ce que laisse entendre le terme de circuit, il est nécessairement unique. Cette difficulté d’analyse peut être levée grâce à une procédure relative à l’entretien des fossés qui opposa des propriétaires entre eux à la fin du XVIIe siècle.

  • 6 Arnaud d’Hostein est qualifié de chevalier baron de Sainte Croix, conseiller du roy en ses conseil (...)
  • 7 AD Gironde, H 365, f° 13.
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid.

9L’exploitation des marais de Bordeaux n’a pas cessé au cours du Grand Siècle et les cadres initialement mis en place pour assurer sa bonne gestion ont également perduré. Comme le stipule le règlement de 1627, chaque propriétaire du marais est ainsi tenu de participer à son entretien en stipendiant des employés spécialisés. Cette nécessité représentait un coût important dont certains tentèrent de se dispenser. Un tel cas s’est posé à la fin des années 1680, quand un des propriétaires, le président d’Hostein, a cessé de verser sa contribution et a négligé l’entretien des fossés de circuit6. Son désengagement lui a valu les foudres de ses voisins et l’a entraîné dans un procès long et coûteux. La question portée à la sagacité des juges consistait à déterminer si les terres du propriétaire récalcitrant faisaient bien partie du dessèchement. Afin de trancher le différend, une commission d’expertise a été chargée de visiter les marais. Les experts ont ainsi produit un rapport daté du 2 septembre 1695 qui accorde une grande place à l’armature hydraulique du marais et en décrit les points essentiels. Il apparaît notamment que « le dessèchement est de plus de 5000 journaux et que le fossé de circuit occupe plus de quatre lieues dans la circonference7 ». Sur le fondement de ces mesures, les experts estiment qu’on « ne peut pas douter qu’il n’y aye un fossé de circuit8 ». Ces derniers mentionnent en outre que « ledit sieur d’Hostein n’en disconvient pas mais qu’il prétend seulement qu’il est ailleurs9 ». Les 1 700 ha du desséchement sont donc ceints d’un fossé circulaire de 16 km de longueur. Bradley ne comptait donc pas seulement sur la jalle Conrad pour l’évacuation des eaux, mais aussi sur un véritable ringlsoot, ou fossé de ceinture, que l’on trouve régulièrement dans les polders néerlandais. Les fossés de circuit mentionnés dans le règlement de 1627 ne forment donc qu’un seul canal de ceinture.

  • 10 Ibid., f° 14 v°.

10La confirmation textuelle de l’existence d’un tel fossé pointe une lacune dans la reconstitution du schéma publié par Dautet qui ne le mentionne pas. Ce manque pose de ce fait la question de la Jalle Conrad qui n’était pas le seul émissaire du marais, alors que dans le plan de Dautet, tous les fossés secondaires y convergeaient. Le fait que le Président d’Hostein ait tenté de faire passer le fossé de circuit pour un fossé de séparation ordinaire laisse toutefois penser qu’il existait à l’intérieur même de l’espace circonscrit par le canal de ceinture, un canal de dimensions comparables à celle du fossé de circuit et donc susceptible de jouer le rôle d’émissaire central. En d’autres termes, fossé de circuit et émissaire central ne s’excluaient nullement. Le procès-verbal de 1695 se révèle également utile au sujet du gabarit des principaux fossés. Il précise en effet qu’il varie entre « 6 pieds de largeur à fleur d’eau et 8 pieds10 », soit entre 1,8 et 2,4 m.

  • 11 AD Gironde, G 123, Extraict des registres du Parlement, Bordeaux, 1647, p. 6.
  • 12 Ibid.

11Le règlement de 1627 se montre très utile pour comprendre les autres ouvrages réalisés par les dessiccateurs. L’article IV énonce ainsi que des levées ont été édifiées « pour empescher que les eaux tant des Landes que de la Riviere n’entrent dans ladite Palu11 ». La construction des digues n’a donc pas eu uniquement pour but de contenir la Jalle de Blanquefort, mais aussi de renforcer le bourrelet alluvial de la Garonne lorsqu’il n’était pas suffisamment élevé pour protéger les terres conquises. L’interface entre l’eau des jalles et la Garonne a été dès le début du programme de bonification assuré par la construction de « ponts portes & escluses12 ». Aucune précision n’est donnée quant à leurs localisations, mais leur mention permet de comprendre qu’en cas de hautes eaux de la Garonne, ces écluses pouvaient être fermées de manière étanche. De même, elles pouvaient garantir le maintien d’une quantité d’eau minimale lorsque le temps se faisait plus sec.

  • 13 Ibid., p. 7.

12Parallèlement aux questions strictement hydrauliques, les investisseurs n’ont pas omis de ménager des voies de circulation terrestres13. Les assèchements de Bordeaux devaient donc être un espace à l’intérieur duquel la circulation était aisée afin d’en garantir la bonne exploitation. Il semble de ce fait avoir été réalisé en conformité avec les principes les plus modernes, pour en assurer un bon drainage et la meilleure rentabilité possible. Il n’en reste pas moins qu’une véritable mutation environnementale a affecté les marais de Bordeaux, préfigurant ce qui allait se produire plus en aval de l’estuaire de la Gironde.

13Bien que les marais de Lesparre aient suscité l’intérêt des dessiccateurs et de l’aristocratie de Guyenne dès les premières années du XVIIe siècle, la conquête des marais du Bas-Médoc ne s’est faite qu’entre les années 1630 et 1650. Plusieurs tranches d’ouvrages peuvent être distinguées. Le polder de Hollande a été bonifié dès les années 1630, alors que les marais de Lesparre et de Saint-Vivien n’ont été convertis en terres arables qu’au cours des deux décennies suivantes. Les textes employés dans le cadre de cette étude dévoilent quelques aspects des ouvrages réalisés au cours de cette période. Une comparaison plus systématique avec les cartes actuelles s’avère cependant nécessaire pour expliquer le processus de conquête des techniciens néerlandais (voir fig. 2 du cahier couleur).

  • 14 AN, 101 AP F 5, Contrat du 6 mai 1642, cité dans Masse P., op. cit., p. 32.
  • 15 Ibid., p. 33.

14L’accord de 1642 éclaire la nature des travaux réalisés au cours des années 1630. Le premier article stipule que « faisant le dessèchement, il ne sera fait aucun préjudice à celui de la pièce de Hollande, d’environ 4 000 journaux ». Il poursuit en enjoignant aux « entrepreneurs de faire élargir et approfondir le nouveau chenal autant qu’il sera besoin et raisonnable pour recevoir les eaux extérieures14 ». Ces deux premières mentions permettent d’ores et déjà d’établir qu’au cours des années 1630 Tisman Goris s’est concentré sur la partie des marais du Bas-Médoc située au nord de Queyrac et drainé par les chenaux de l’Hôte et de Guy. Le contrat oblige d’ailleurs les dessiccateurs à faire « élargir et approfondir ledit chenal vieux appelé du Guy, autant et ainsi qu’il sera necessaire et raisonnable pour porter les eaux intérieures de la Palu de Lesparre et Poldre d’Hollande15 ». La première campagne ne s’est donc pas consacrée aux marais de Lesparre à proprement parler, mais à leurs voisins immédiats, couramment dénommés polders de Hollande, c’est-à-dire les marais s’étendant entre Queyrac et la Gironde.

  • 16 Le terme de perceinte évoque le fait que ce canal avait une fonction de ceinture c’est-à-dire qu’i (...)
  • 17 Cf. infra, p. 192 et suiv.

15Le polder de Hollande, en réalité tout l’espace marécageux situé entre les actuelles communes de Jau-Dignac-et-Loirac, Queyrac, Courbian et Sipian, est drainé par deux chenaux principaux. Le chenal de l’Hôte part des environs de Queyrac et se dirige en ligne droite en direction de Port de Richard. Le chenal de Guy trouve quant à lui son origine au niveau du village de Lescapon, en bordure du marais de Lesparre. De même que le chenal de l’Hôte, il file en droite ligne vers la Gironde dans laquelle il se jette au niveau de Port de la Goulée. Ces deux canaux émissaires sont alimentés, d’une part par des eaux provenant des Landes et, d’autre part, par un réseau de fossés de drainage qui strie le territoire. Les travaux des dessiccateurs ont tout d’abord consisté à régulariser le cours du chenal de Guy qui n’était alors qu’une jalle non aménagée, ainsi qu’à creuser le chenal de l’Hôte. Ce dernier est en effet de plus petite dimension et n’est alimenté par aucun autre écoulement de surface que ceux provenant des fossés de drainage, qui ont également été aménagés à cette époque. Le canal de perceinte16, qui longe la butte sur laquelle s’étend la commune de Jau-Dignac-et-Loirac, relève sans doute de la même phase. Ces structures hydrauliques frappent par leur similitude avec celles que l’on observe sur les autres sites drainés à la même époque, comme les marais de Rochefort17. Reste à expliquer pourquoi les travaux ont débuté par cette portion de marais.

16Le polder de Hollande est entouré par la butte de Jau-Dignac-et-Loirac à l’ouest et par le plateau landais entre Courbian et Valeyrac. Les deux principaux canaux de drainage s’écoulent au niveau de deux ports qui constituent les deux seules ouvertures vers l’estuaire. Ils sont d’ailleurs séparés par une élévation qui culmine à 9 m d’altitude. Dans la topographie actuelle, les ports de Richard et de la Goulée sont à 4 m d’altitude, alors que les mattes situées en direction de l’estuaire sont à 2 m, tout comme les marais intérieurs. Ces niveaux ont été modifiés de manière récente par les aménagements routiers, mais ces derniers prennent appui sur la topographie naturelle. Ainsi, le polder de Hollande est beaucoup moins exposé que les marais de Saint-Vivien qu’aucun obstacle ne sépare de la Gironde, ce qui en fait la zone la moins difficile à drainer.

  • 18 AN, 101 AP F 5, Contrat du 24 janvier 1648, cité dans Masse P., op. cit., p. 34.

17La comparaison avec les propriétés des marais de Lesparre confirme cette conclusion. Ils ne sont pas plus élevés que le polder de Hollande et s’apparentent à une véritable cuvette. Leur assèchement nécessite l’élaboration d’un réseau de drainage secondaire très dense. Surtout, une fois drainées, leurs eaux doivent impérativement transiter par le polder de Hollande. Le drainage du marais de Lesparre repose donc sur les mêmes structures hydrauliques que celles du polder de Hollande. Dans ce contexte, le marais de Saint-Vivien se distingue très nettement. Son assèchement plus tardif s’explique par les difficultés plus importantes posées par la configuration de son site, beaucoup plus ouvert sur la Gironde, comme en témoigne l’arpentage préalable à leur assèchement, entamé en 1648. Les dessiccateurs se rendent alors compte que « lorsque les hivers sont pluvieux les eaux qui viennent du côté des sables et de la jalle de Vendays pourroient grandement nuire et endommager leur travail s’ils ne faisoint faire 2 canaux du cotté des sables et autour de ladite paleu de Vendays pour recevoir lesdites eaux et les conduire dans la grande chanal exterieure de ladite paleu de Saint-Vivien, ce qui auroit obligé ledit Raven de requérir le Sr Barriere et les officiers de mondit seigneur qui faisoint ledit piquettement, de luy permettre d’enfermer laditte paleu de Vendays par deux canaux et commencer au pont du Gua sur la route allant de Lesparre à Soulac18 ».

18L’étude des cartes conjuguée à celle des textes met donc au jour les étapes du déroulement des travaux et explique pourquoi ils ont débuté par le polder de Hollande. Les lacunes de la documentation écrite ne permettent cependant pas de déduire une chronologie stricte. Il se révèle en effet très difficile de savoir si les dessiccateurs du XVIIe siècle ont créé le réseau de toutes pièces ou s’ils ont trouvé appui sur des aménagements préexistants à leur arrivée. Surtout, les cartes dévoilent la logique technique qui a présidé à ces campagnes d’assèchements ainsi que la nature du transfert effectivement réalisé. Ainsi, la partie la plus intérieure des marais, située à la proximité immédiate de Lesparre, a été asséchée selon un plan tout aussi orthogonal que celui de Bordeaux et par le creusement d’un fossé de circuit. Ce modèle n’a toutefois pu être appliqué avec autant de rigueur dans le marais Vernier.

  • 19 AD Seine-Maritime, 9 H 1234, cité par Penna B., op. cit, p. 141.
  • 20 Ibid.

19Le contrat de 1617 inaugurant l’assèchement du marais Vernier s’avère très pauvre du point de vue technique19. Un arpentage préalable impose aux dessiccateurs la contrainte de « laisser vingt quatre pieds a toise de largeur aux environs des eaues et pescheries despendant desdites terres du Marais Varnier, la Mare et Roys, ascavoir en celle du Marais Varnier pres des canaux et rigolles ou l’on pesche les anguilles, en celle de la Mare, autour des eaues dudit lieu de la Mare, et en celle de Roys, aux environs des eaues dependantes de la grande et petite crevasse jusques au fossé appartenant audit sieur baron de la Luthumiere a cause desdites terres du Marais Varnier, et dautre costé audit sieur baron de la Mare, le tout sans que lesdits noms et brodes puisses prejudicier audits sieur en la proprietté de leurs terres20 ». Les travaux de dessèchement doivent donc épargner les équipements liés à la pêche. Si les seigneurs du marais acceptent de remettre une partie de leurs terres entre les mains d’entrepreneurs étrangers, ils n’entendent ainsi pas renoncer à leur activité la plus lucrative.

  • 21 Bourgne A., op. cit., cité p. 242.
  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid. : « Il demeurera pour l’avenir et quantité de quarante perches d’héritage de long à entrer d (...)

20Le réseau de drainage projeté implique de profonds changements d’aménagements. En 1620, une transaction établie entre les habitants et le seigneur de Marais-Vernier rappelle qu’en « effectuant lequel contrat ledit Bradeley et ses associés avaient et a fait travailler aux écluses, digues et fossés qu’ils pensaient être nécessaires pour parvenir audit assèchement21 ». Plus loin, la transaction précise que le résultat de ces travaux « se verra encore plus manifestement lorsque le fossé de ceinture encomencé sera achevé, lequel tirera toutes les eaux croupies et egouts et les portera en Seine moyennant un investissement de dix à douze mille livres22 ». On apprend également dans cette transaction qu’un fossé de drainage doit être creusé à l’extrémité de chaque courtil. Une bande bordière de quarante perches de longueur est en effet réservée aux courtils. Ce n’est qu’au bout de ces quarante perches (soit environ 270 m) que le fossé de ceinture peut être creusé, sa largeur étant fixée à 3 mètres23. Cette transaction, montre que le programme d’assèchement reposait sur la réalisation d’un fossé de circuit séparant les anciens courtils des nouvelles terres asséchées.

  • 24 AD Seine-Maritime, 9 H 1234, cité par Penna B., op. cit.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.

21Les travaux concernaient cependant l’intégralité de l’ancien méandre de la Seine. Les habitants de Quillebeuf étaient donc également partie prenante dans le parachèvement des ouvrages. Une partie d’entre eux s’est opposée à la conduite des ouvrages et a ralenti l’avancée des travaux. Le 26 mai 1622, en renonçant à poursuivre Humphrey Bradley et ses associés en justice, les habitants de Quillebeuf s’engagent cependant à respecter son entreprise24. Ils ne peuvent dès lors plus s’opposer à ce que le fossé « encommencé en droite ligne soit parachevé25 ». Les habitants de Quillebeuf sont au premier chef concernés par le creusement du canal de Saint-Aubin qui doit conduire les eaux depuis la Grand’Mare jusque dans la Seine. Le canal de Saint-Aubin est bordé, sur la fin de son parcours, par une digue imposante, dont l’érection est contemporaine de l’assèchement des marais. Ainsi, un an après avoir abandonné toute poursuite à l’encontre des dessiccateurs associés, les habitants de « Quillebeuf accordent lachevement de laditte digue au moyen que toutes et telles libertés quils auroient et desquelles ils ont tousjours paisiblement jouy avant la confection de ladite digue leur sera paisiblement conservé26 ». Grâce aux traces écrites laissées par ce conflit, il est possible de dater l’érection de la digue des années 1620. Elles portent d’ailleurs encore le nom de digue des Hollandais.

  • 27 Morera R., op. cit., p. 117-157.
  • 28 Liegard S. et Fourvel A., « Étude de deux digues d’étangs “en terre” recoupées par le tracé de la (...)

22Les sources écrites contemporaines de l’assèchement des marais donnent une idée relative de la progression chronologique des travaux, mais nous éclairent fort peu sur leur nature exacte ou sur le réseau hydraulique mis en place. Ces faiblesses sont palliées par l’analyse cartographique d’une part et les prospections de terrains d’autre part. Le premier élément paysager qui frappe est la digue des Hollandais. Celle-ci barrait l’ensemble du marais dans sa zone de contact avec l’estuaire. Son état de conservation actuel empêche de se faire une idée précise de son profil originel. Elle est cependant en bon état à l’ouest et à l’est du marais. Le fait que les alluvionnements aient repoussé les rives de l’estuaire explique pour une part son état satisfaisant dans ces deux portions puisqu’elle n’est plus victime de l’alternance biquotidienne du flot et du jusant. Dans chacune de ses deux extrémités, la digue présente un profil similaire. Sa base, assez large, est bordée, du côté intérieur, d’une berme qui la sépare d’un fossé de drainage et qui permet une circulation pédestre. L’élévation de la digue est assez abrupte, mais non régulière, et son sommet est constitué par une couronne plate suffisamment large pour que l’on puisse s’y déplacer. En tout, la hauteur de la digue avoisine les trois mètres dans ses portions les mieux conservées. Dressée à grands traits, à défaut de mesures précises, la fiche signalétique de la digue des Hollandais correspond assez fidèlement aux descriptions données dans son traité par Andries Vierlingh27. La construction d’une telle digue s’inscrit en outre dans une tradition technique tout à fait établie en France comme aux Pays-Bas où les terres basses que l’on désire mettre à l’abri d’un cours d’eau sont systématiquement bordées de levées28. De tels remuements n’ont, d’après les archives, pas été nécessaires dans les marais de Rochefort.

  • 29 AN, E 25b, f° 9 r°.

23Si les marais de Tonnay-Charente figurent parmi les premiers à avoir suscité la convoitise de Bradley, les archives dévoilant les modalités de son aménagement sont peu nombreuses. L’avancement des travaux n’est ainsi confirmé que par un arrêt du conseil du roi datant du 6 mars 1610. Le roi y confirme Bradley dans ses prérogatives et lui accorde tout son soutien dans le conflit qui l’oppose aux riverains des marais. Mécontents de la perte de droits et de terres que les assèchements leur causaient, ces derniers avaient en effet détruit les digues édifiées par Bradley29. La configuration des marais et la localisation du cœur des travaux d’assèchement, le lieudit de la Petite-Flandre, indique que le terme de digue fait référence aux levées qui corsètent les canaux de drainage. Aucune donnée n’est disponible à ce sujet, mais la topographie du marais plaide pour cette interprétation. Son niveau actuel se situe aux alentours des 2 m d’altitude ; il est assez irrégulier et présente quelques élévations. Cela signifie que l’eau doit s’écouler, du moins sur certaines portions de son parcours, au-dessus du niveau des marais (voir fig. 3 du cahier couleur).

  • 30 AN, MC XIX 400, 16 mai 1630, f° 1 v°.
  • 31 Ibid.

24Ce n’est en réalité qu’à la faveur des premiers déboires de l’entreprise que les archives notariales font mention des aménagements réalisés dans le cadre de l’assèchement des marais. Le 16 mai 1630, les associés mandatent ainsi Thomas de Comans afin qu’il se rende à Tonnay-Charente et qu’il ordonne « la construction des escluze et pont des grois qui se doibt faire au pré des Chartreux pres ledit Thonnay Charente sur le canal qui va a Fichemort30 ». Il doit pour cela poursuivre et faire les adjudications « desdits ouvrages par les sieurs présidents trésoriers de France généraux des finances à Limoges a telles personnes entrepreneurs et gens capables que ledit sieur procureur jugera pour faire ladite bezongne31 ». La toponymie fait encore état d’un pont des Groies situés dans la partie basse du canal de Genouillé, à sa jonction avec la ceinture des Treize Prises, au sud des marais. La situation de cette écluse est stratégique tant elle commande l’écoulement des eaux de la partie orientale du marais. Le fait qu’aucun assèchement ne soit mentionné antérieurement à l’arrivée des dessiccateurs modernes montre qu’ils ont non seulement édifié l’écluse, mais qu’ils ont également procédé au creusement du canal de Genouillé et à la ceinture des Treize Prises. L’agencement des deux canaux correspond en outre au schéma généralement observé dans les autres marais asséchés. La ceinture des Treize Prises s’apparente à un ringsloot, un canal à parcours circulaire, tandis que le canal de Genouillé traverse le marais en son milieu.

  • 32 AN, MC XIX 400, 28 juin 1630, f° 1 v°.
  • 33 AN, MC XIX 400, 28 juin 1630, f° 1 v°.
  • 34 AN, MC XIX 404, 4 mai 1633, f°s 1 et 1 v°.
  • 35 AN, MC XIX 404, 4 mai 1633, f° 1 v°.
  • 36 Morera R., op. cit., p. 92-117.

25Le 28 juin suivant, Thomas de Comans traite avec les fermiers installés sur les terres desséchées afin de fixer les modalités de financement « des travaux pour raison des inondations pertes et dommages arrivés la présente année ausdites terres » de Tonnay-Charente et Muron32. L’acte notarié rapportant ces tractations évoque « le restablissement des ceintures faictes pour la conservation des terres asséchées et du curement et entretenement du grand canal servant aux escoullement des eaues desdicts lieux et desdites ceintures33 ». La formulation de l’acte et le défaut de toponymie précise tendent à montrer que ces canaux et leur ordonnancement sont l’œuvre de Bradley. Les travaux nécessaires à l’entretien du marais tardent pour leur part à être réalisés. Le 4 mai 1633, les associés nomment un nouveau procureur en la personne de Noël Champenois, dans l’espoir de mieux veiller à l’avancement des travaux34. Il est chargé de superviser la bonne exécution du bail et adjudication faits à « Jean du Val masson audit Thonnay Charente par Monsieur le Trésorier Général de France de la Généralité de Limoges35 ». Ces allusions révèlent que les travaux d’architecture hydraulique (écluses et ponts) sont confiés à des entrepreneurs locaux ce qui tend à minimiser l’avance technique des hydrauliciens néerlandais, pourtant initiateurs du modèle du circuit36.

  • 37 AN, MC XIX 411, 23 avril 1636.
  • 38 AN, MC XIX 411, 23 avril 1636, f° 3.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.

26Le 23 avril 1636, les associés accordent à un certain sieur Faureau le droit d’assécher une partie des marais de Tonnay-Charente encore sous les eaux à cette date37. Pour parvenir à ses fins, il est autorisé à se servir du « fossé de ceinture qui y est à présent [dans les terres à présent desseichées du costé des terres de Muron] d’un bout jusque a l’autre depuis ledict marais de Genouillé jusques a la petite escluse cy après mentionnée pour luy servir de canal pour l’escoullement de ces eaues en la faisant eslargir et aprofondir ainsy que ledict sieur Faureau advisera bon estre38 ». Il doit toutefois veiller à ne pas nuire à l’assèchement des terres dites de « la Petite Flandre39 ». Le futur dessiccateur doit se repérer par rapport aux terres appartenant soit au sieur de Comans, soit aux héritiers van Uffle, dont la toponymie n’a pas laissé de traces. L’acte d’octroi indique cependant le tracé que le canal du sieur Fauveau pourra emprunter et l’emplacement de son écluse. Les associés lui assignent ainsi une localisation précise, il pourra faire « son escluse a l’endroict ou est la petite escluse de ladite ceinture et non ailleurs et continuer son dit canal dans celuy des terres de la dite petite Flandre au dessoubs toutesfois de la grande escluse et du pont de Perray de Chartier40 ». Ces références ne sont pourtant d’aucun secours pour l’historien, dans la mesure où la toponymie ne s’en fait pas l’écho. De plus, la consultation de la carte de Cassini montre que le lieudit de la Petite Flandre a migré vers l’ouest depuis le XVIIIe siècle. Alors que de nos jours le toponyme de Petite Flandre désigne un petit hameau à l’ouest de l’île d’Albe, la carte de Cassini représente une paroisse de Saint-Louisde-la-Petite-Flandre où la carte IGN ne mentionne plus aujourd’hui que quelques ruines, au sud de l’île d’Albe. S’il est impossible de déterminer avec certitude la chronologie de tous les assèchements, le flou dans la localisation des ouvrages fait bien penser que c’est l’ensemble des terres comprises entre Muron, Tonnay-Charente, Moragne et Genouillé qui a été strié de canaux de drainage. L’armature du réseau hydraulique alors mis en place n’a vraisemblablement pas été modifiée depuis. De ce point de vue, le devenir des marais de Tonnay-Charente se distingue radicalement de celui de l’étang de Capestang.

  • 41 Derruau M., op. cit., p. 220-251.

27L’étude des travaux exécutés au XVIIe siècle pour drainer l’étang de Capestang repose sur une documentation très limitée, l’essentiel des archives qui datent de cette époque élude les questions d’ordre technique. Le détour par l’observation de terrain et la cartographie s’avère une fois encore indispensable. Toutefois, ce travail soulève à son tour des difficultés majeures : l’étang a fait l’objet d’aménagements très importants depuis le XVIIIe siècle d’une part, et il est aujourd’hui retourné sous l’emprise des eaux, d’autre part41. Ainsi, au début du XVIIe siècle, le cours de l’Aude était beaucoup plus sinueux qu’aujourd’hui et passait plus près de la limite sud de l’étang qu’il ne le fait actuellement. Fondamentalement, les arrivées d’eau vers l’étang fonctionnaient de la même manière, à l’exception du canal d’atterrissement qui n’existait pas encore. De ces deux observations, il ressort que l’étang était soumis beaucoup plus directement aux caprices du fleuve et à ses débordements. Leurs relations étaient bien moins tempérées qu’elles ne le sont actuellement. L’évacuation de l’eau se faisait par gravitation par les canaux qui existent encore au sud de l’étang. Puisque les dessiccateurs du début du XVIIe siècle n’avaient pas envisagé la possibilité d’exhausser le niveau de l’étang, ils ne disposaient que d’un seul moyen pour le mettre à sec : le protéger des débordements de l’Aude, et faciliter les écoulements vers ses émissaires. Les archives ne font pas mention de la création d’un réseau hiérarchisé de drainage à l’intérieur de l’étang, mais il est fort probable que les vestiges encore perceptibles aujourd’hui aient été creusés à cette période. D’après la cartographie, l’étang est parcouru en son milieu par un canal de gabarit supérieur aux autres. Il sert de débouché à toutes les rigoles qui strient la cuvette et en conduit l’eau vers l’ancien cours de l’Aude, qui passe à proximité. Il est toutefois impossible de détailler plus avant la construction de ce réseau, tant les sources écrites font défaut. En revanche, les écrits consignés à la suite des mésaventures des fermiers de l’étang livrent des informations sur l’endiguement du cours de l’Aude (voir fig. 4 du cahier couleur).

  • 42 Cf. supra, p. 213 et suiv.
  • 43 AN, MC XIX 404, 21 mai 1633.
  • 44 Ibid.

28La majeure partie de la documentation concernant l’assèchement de l’étang de Capestang résulte de deux conflits, distincts sur le fond mais ayant des conséquences l’un sur l’autre. À la suite du contrat d’assèchement passé entre les associés de la société pour l’assèchement des lacs et marais de France et les différents propriétaires de l’étang, dont l’archevêque de Narbonne, les travaux ont été menés à bien dans un laps de temps inconnu. Ce n’est que par l’évocation des malheurs de Jean Sartre, le fermier des terres asséchées, que des précisions techniques sont ainsi abordées. En 1632, il se trouve en effet en délicatesse avec les religieux de Boulbonne et dans l’impossibilité de payer aux associés le montant de la ferme fixée dans son contrat42. Sa situation s’avère d’autant plus inquiétante que le travail de la terre est alors stoppé, en raison « des inondations et debordement de la riviere d’Aude » survenues en octobre 163143. Pour cette raison, il demande aux associés un étalement, voire une diminution, de ses paiements. Ces derniers acceptent de remettre à 1634 la perception des 10 000 lt. qu’il leur devait, en lui ordonnant en contrepartie de réparer les aménagements hydrauliques dont il avait la charge. Jean Sartre se trouve ainsi obligé de « faire les reparations des chaussées de Cuzac [… de…] faire les chaussées necessaires dans l’estendue desdites terres desseichées ainsy qu’elles estoient cy devant, curer et nettoyer les fossez et canaulx […], restablir les escluses a neuf aux endroicts ou elles estoient cy devant de mesme force bonté et mieux sy faire le peult44 ».

  • 45 AN, MC XIX 405, 28 juillet 1633.
  • 46 AN, MC XIX 408, 25 septembre 1634.
  • 47 AN, MC XIX 411, 15 avril 1636. AN, MC XIX 413, 10 juin 1637.
  • 48 AN, MC XIX 414, 15 décembre 1637.
  • 49 AN, MC XIX 432, 16 septembre 1645.

29Les contraintes imposées à Jean Sartre représentent un fardeau trop lourd pour un seul fermier. Les associés lui demandent purement et simplement de rebâtir une digue construite le long de l’Aude. Au détour de cette clause se trouve donc précisée la nature de la construction principale qui doit garantir l’assèchement de l’étang de Capestang. Faute d’avoir envisagé d’exhausser le niveau de l’étang par des atterrissements, les dessiccateurs du XVIIe siècle n’avaient d’autres possibilités que de limiter les errements du fleuve par de puissantes levées. En outre, l’hypothèse soulevée lors de l’analyse de la cartographie au sujet du réseau de drainage se trouve confirmée dans ce court extrait. En effet, Jean Sartre se trouve dans l’obligation de le remettre en état, c’est-à-dire de le curer afin d’en extraire les alluvions déposées par le débordement de l’Aude. L’ampleur des travaux à réaliser semble bien avoir dépassé la capacité d’un seul investisseur, puisqu’en juillet 1633, Henri de Fourcy n’a pu obtenir le paiement de 7 000 lt. qu’à l’issue d’une procédure entamée auprès du Prévôt de Paris45. En 1634, Henri de Fourcy et Isaac Martin de Mauroy doivent adresser une sommation à leur fermier pour le paiement de quelque 2 366 lt. restantes46. Deux ans plus tard, les comptes entre les deux parties ne sont toujours pas clos et Jean Sartre n’a pu se tirer d’affaire qu’en rachetant aux associés leurs terres47. Il s’est pour cela associé avec Me François Genesten, « advocat au présidial de Béziers », afin de pouvoir payer les 38 500 lt. demandées par Henry de Fourcy et ses associés. Le 15 décembre suivant, il ne les a toujours pas versées à ses créanciers48. Les assèchements reposaient sur des aménagements fort coûteux, hors de portée d’un seul investisseur, fût-il receveur des tailles dans le diocèse de Béziers. Le retrait progressif des premiers dessiccateurs abonde en ce sens. Plus de vingt ans après la signature du premier contrat, ils estiment certainement avoir déjà rentabilisé leurs investissements et n’estiment pas nécessaire de renouveler semblable mise de fond. Le cercle vicieux dans lequel Jean Sartre s’est englué ne fait que témoigner de leur voracité. En pressurant ce dernier autant qu’ils le peuvent, ils ne cherchent qu’à optimiser leur retour sur investissement. Son échec était sans doute inéluctable et il se trouve confirmé en 164549.

30L’assèchement de l’étang de Capestang s’est étendu sur une vingtaine d’années, entre le premier contrat, passé en 1608, et les premiers déboires, signalés dans la documentation écrite en 1631. La promptitude du retrait des associés lorsque les premières inondations surviennent est d’ailleurs très révélatrice de leur attitude. Elle témoigne tout d’abord de leur très bonne connaissance des différents sites et d’une bonne information technique, acquise au terme d’une expérience malheureuse. Les associés comprennent en effet fort vite que la reconquête de l’étang nécessiterait un investissement comparable à la mise de fonds initiale, ce qui ne paraît pas être judicieux compte tenu des caprices de l’Aude. L’échec de Jean Sartre, et des dessiccateurs des siècles suivants, leur a donné entièrement raison. En second lieu, le renoncement des associés dévoile le fond de leurs intentions. Si l’abandon d’un tel programme ne leur pose pas de réelles difficultés, c’est qu’ils ont déjà amorti et rentabilisé les investissements. Les assèchements promus par Henri IV s’apparentent ainsi à des coups financiers, à une spéculation de court terme, et non pas à une politique d’aménagement durable. Cela ne les empêchait cependant pas d’avoir des conséquences durables, comme en témoigne le succès de l’assèchement du lac de Sarliève.

  • 50 AD Puy-de-Dôme, 16 H 99.
  • 51 « Commission pour les marais de Bourgogne & Bresse, du 17 may 1625 », publié dans les Édits, Décla (...)
  • 52 AD Puy-de-Dôme, 16 H 99, Procès verbal du bornage et picquettement du lac de Sarliève, copie colla (...)

31Les travaux d’assèchement du lac de Sarliève n’ont pu débuter qu’au milieu des années 1620. Le 22 janvier 1625 a en effet été dressé un Procès verbal du bornage et picquettement du lac de Sarliève, montrant clairement qu’à cette date l’assèchement du lac n’était pas commencé50. Ce document s’inscrit dans le cadre du soutien apporté par la monarchie à l’entreprise51. Il constitue le seul témoignage du travail de ces commissaires dont on sait qu’ils ont été envoyés sur de nombreux sites. À Sarliève, ce sont « Gérard Champflour, conseiller du roy, général et garde des sceaux en la cour des aydes de Montferrand et Robert Enjobert, aussy conseiller du roy et lieutenant assesseur civil et criminel en la sénéchaussée et siège présidial d’Auvergne, deux des commissaires députez par sa Majesté pour le dessèchement des marais, paluds, lacs et terres inondées dans l’estendue de la généralité d’Auvergne » qui dirigent les opérations52. Leur mission est avant tout de procéder à la délimitation des rivages du lac. Il s’agit pour eux de déterminer la quantité de terre qui reviendra aux dessiccateurs une fois leur ouvrage achevé. Ils ne pourront ainsi revendiquer les terres qui se trouvaient hors d’eau lors du bornage du lac. Cette opération s’avère donc cruciale pour la rentabilité de l’assèchement : plus la superficie mesurée du lac est grande, plus les associés gagneront de terres. À cette occasion, les limites du lac sont matérialisées par la reconnaissance de quarante et un repaires. Il s’agit dans la plupart des cas d’arbres plantés sur les rives. L’enjeu de la mission de Champflour et Enjobert rend de ce fait nécessaire la présence non seulement des représentants des dessiccateurs, mais aussi de ceux de leurs contradicteurs. Les consuls et députés d’Aubière, de Romagnat, de La-Roche-Donnezat et de Merdogne participent également à l’inspection des lieux, dans l’objectif de défendre au mieux les intérêts de leurs communautés respectives. Ils sont en cela aidés par les riverains du lac rencontrés au cours de l’arpentage et dont les témoignages ne cessent de minimiser son étendue. La description du vingt-sixième repaire est éloquente sur ce point :

  • 53 Ibid., f° 9 v° et f° 10.

« Le XXVIe repaire a esté pris sur le mesme bord au tertre a l’endroit d’une petite ferme que ledit de Langle a dict avoir autresfois servy aux pescheries pour tenir le poisson qu’ils auroient pris lors que le lac estoit plus enflé, et ceux de la Roche au contraire ont dict que ladite ferme pretendue est des appartenances du prés de Claude Bernard habitant de Merdogne les tenanciers duquel pré estant assenseurs de la pesche avoient faict ce petit fossé pour reserver leur poisson mais qu’il y a long temps qu’il ne s’y est veu de l’eau, et ayant ouy les arbitres sur la distance dudit repaire precedent ont rapporté qu’il y avoit huict vingt dix pas de l’un a l’autre et que dudit present repaire jusques au bord de ladite eau arpentage faict s’est trouvé quarante quatre toises53. »

  • 54 Les documents n’apportent aucune précision au sujet des aménagements dédiés à la pêche.
  • 55 Ibid., f° 12 et f° 12 v°.

32De manière systématique au cours de l’arpentage, les dessiccateurs considèrent les installations visibles comme des aménagements dévolus à la pêche et donc habituellement sous l’emprise de l’eau, tandis que les représentants des communautés riveraines du lac les présentent comme des pacages communaux ou des prairies privatives54. Le cas des roselières est le plus litigieux. En effet, il est impossible pour le bétail d’y pâturer et elles ne peuvent pas être rattachées à la superficie de « l’eau claire » que l’arpentage a pour mission de définir. Dans ce cas, l’impossibilité de pénétrer dans la roselière conduit à l’inclure dans l’espace de l’eau claire et donc à en attribuer la propriété post-assèchement aux dessiccateurs55. Le Procès-verbal de picquettement de 1625 montre donc que, depuis 1612 et la signature des premiers contrats, aucun chantier n’a été mené à son terme sur le lac de Sarliève. Il est à cet égard significatif que les associés sont représentés lors de cet arpentage par des procureurs par ailleurs inconnus dans la vie de la société : François de Langle, Antoine Arragonnes et François Valançon. La société n’a alors visiblement pas de représentant permanent en Auvergne et encore moins de techniciens capables de conduire les travaux. Or cette présence s’avère d’autant plus nécessaire que les riverains du lac paraissent très jaloux de leurs droits et portent le plus grand soin à leur sauvegarde. Ces observations poussent donc à considérer que les travaux de drainage ont tous été conduits après 1625, d’une part, et à les attribuer à Octavio de Strada, d’autre part.

  • 56 AD Puy-de-Dôme, 16 H 100 : Arrêt du 31 décembre 1634.

33Aucun document ne permet cependant de suivre la progression des travaux ni d’éclairer les techniques mises en œuvre. L’historien doit se contenter de mentions de textes, parfois succinctement analysés, dans deux documents : un arrêt du Conseil d’État daté du 31 décembre 1634 et l’inventaire après décès d’Octavio de Strada, dressé de son vivant en 1655. L’exposé des motifs de l’arrêt du conseil d’État permet d’assurer qu’en 1630 le lac de Sarliève est asséché. Le 23 août 1630, les dessiccateurs adressent en effet une requête au conseil du roi tendant à ce que le roi protège les investisseurs et empêche « de donner aucun trouble ou empeschement aux Bradeley et ses associez aux desseichements soit en laissant pasturer aucun bestiaux sur les terres tant dessechées ou autres sous peine de dix mille livres d’amende despens dommages56 ».

  • 57 Ibid.

34L’exposé des motifs de l’arrêt de 1634 fournit également aux juristes l’occasion de glisser quelques précisions à ce sujet. Il mentionne une décision du 2 août 1633 qui condamne les habitants de Cournon, La-Roche-Pérignat, Romagnat et Aubière « aux frais d’estre condamnez solidairement en tous les frais dommages et intérets par ledit de Strada et ses associez souffert et à souffrir a cause des desgast receu et demolitions faites par lesdits habitants en faisant paistre leur bestail dans le desseichement lequel ne peut souffrir l’entiere ni la partie de leur bestail sans combler les rases et fossez par le moyen duquel il subsiste57 ». Outre le préjudice économique qu’il fait subir à Strada, l’excès de troupeaux sur l’ancien lac met en péril la pérennité des ouvrages réalisés. En piétinant les rigoles et fossés creusés pour le drainage du lac, les bêtes provoquent l’affaissement de leurs rebords et leur comblement. De ce fait, la dépaissance de troupeaux trop importants nuit au bon drainage du lac et à la céréaliculture. L’assèchement du lac de Sarliève repose donc sur le creusement et l’entretien d’une multitude de fossés de dimensions suffisamment petites pour risquer d’être fragilisés par les moutons et les vaches que les locaux souhaiteraient y faire paître. Par nature, l’arrêt de 1634 n’est pas focalisé sur les questions techniques et reste donc silencieux quant à la disposition de ces fossés. Pour le comprendre, il faut avoir recours à la cartographie. Déjà la carte de Cassini, réalisée plus d’un siècle après les assèchements, laisse percevoir la mise en place d’un réseau orthogonal structuré autour de fossés rectilignes striant l’espace de manière relativement régulière. Les cartes montrent également que ces fossés convergent dans un drain central de plus grandes dimensions. Il s’agit d’un fossé principal, localement appelé rase, qui rassemble les eaux collectées dans le lac et le rejette en son point le plus bas en direction de l’Allier. De la sorte, il apparaît que le schéma qui a présidé à l’assèchement du lac de Sarliève correspond à ce que l’on observe sur d’autres sites drainés à la même époque, et notamment en Picardie, à Sacy-le-Grand.

  • 58 AD Oise, H 1700, acte du 29 novembre 1627, f° 1.
  • 59 Ibid., f° 2.
  • 60 Morera R., « Aménagement de rivière et drainage de zones humides : le cas de la Frette (Oise) au X (...)

35Le marais de Sacy-le-Grand présente une originalité topographique en ce que la zone la plus basse se trouve en son milieu. Le réseau hydraulique a été construit en conséquence de manière à conduire l’eau drainée jusqu’à la Frette qui remplit ainsi la fonction de canal d’évacuation. Cela implique le creusement de nombreuses rigoles, appelées dans la région des fontaines. Ce n’est qu’à la faveur de mentions éparses glanées dans les textes que l’on peut obtenir des informations quant au creusement de ces différents fossés. Un acte passé devant « Pierre Hachette, notaire tabellion et gardenotte héréditaire en la ville paroisse et chatellenie de Pont-Sainte-Maxence » précise ainsi, à l’occasion d’une vente que les parcelles de terres incriminées sont séparées par une « rigolle de trois piedz de large58 » (soit environ 90 cm). Le même acte indique que « la part de Messire Henry de Fourcy est bornée par un fossé de quatre piedz59 » (soit environ 1,2 m). La bonification des marais de Sacy-le-Grand a donc nécessité le creusement d’une multitude de drains qui ont par la suite servi à séparer les parcelles les unes des autres et à les répartir entre les différents investisseurs. La documentation écrite reste toutefois silencieuse sur le plan qui a présidé au creusement de ces fossés. Seules les cartes permettent d’en comprendre la logique d’aménagement. Même si l’intense exploitation de la tourbe au cours du XIXe siècle et de l’Occupation en a notablement modifié la disposition, en causant l’apparition de mares assez profondes, il n’en reste pas moins qu’elles mettent en évidence un réseau orthogonal, portant les eaux vers un drain central. En effet, le résultat de tous ces travaux est de faciliter les écoulements et donc d’accroître le débit de la rivière traversant le marais, désormais émissaire de toutes les eaux. En conséquence, afin que le débit soit suffisant, il a fallu recreuser le cours d’eau principal et lui donner des proportions qui lui permettent de porter les eaux au-delà du marais, c’est-à-dire de l’autre côté de la route de Flandre. De fait, la rivière figure parmi les questions prioritairement abordées lors de la rédaction des contrats60 (voir fig. 5 du cahier couleur).

  • 61 AD Oise, H 1701, f° 2 v° et f° 3.
  • 62 Carte IGN 1/25 000, 2411 O, Estrées-Saint-Denis.

36Le contrat passé le 6 septembre 1625 entre Pierre Midorge, Josse Van Dale et les habitants de Saint-Martin-Longueau précise : « A aussy esté accordé que ledict Vandal pourra eslargir de huict pieds le ruisseau dudit moslin sur la part et du costé desdicts habitans sans faire paier aucune choses et que les fossez du moslin appelez les fontaines contenant demy arpent ou envyron demeureront pour la commodité dudict moslin61. » D’emblée le gabarit de la rivière est fixé, sa largeur doit avoisiner les 2,50 m. Rien n’est dit sur la forme que doivent imprimer ces approfondissements à la rivière. Elle apparaît toutefois très clairement sur la carte de Cassini et sur la carte IGN62. La rivière canalisée est absolument rectiligne, et traverse en son milieu, mais aussi sur sa ligne la plus basse, le marais de Sacy-le-Grand. La rectitude s’impose afin que les eaux courent le plus rapidement possibles vers l’Oise. Dans le même ordre d’idée, le contrat reste muet sur la longueur des travaux qui doivent être conduits. Or, il paraît nécessaire de creuser au-delà des limites des marais. L’Oise, qui reçoit les eaux de la Frette, est en effet située à plusieurs kilomètres de Saint-Martin-Longueau. Pour ne pas ennoyer une autre zone, il faut impérativement poursuivre les travaux jusqu’à l’Oise. Sur 3 km, la Frette s’apparente ainsi à un fossé longeant le bord oriental de la route de Flandre. Elle s’en sépare entre les Ageux et Pont-Sainte-Maxence et se jette dans l’Oise un peu plus bas. En tout, la rivière a été canalisée sur environ 7 km, sur une largeur homogène. L’assèchement des marais de Sacy-le-Grand s’est donc fait en appliquant un schéma géométrique très strict qui a profondément modifié le milieu. Comme dans chacun des sites, les hydrauliciens ont tenu compte des propriétés naturelles des lieux, tout en appliquant des principes similaires.

37Dans chacun des sept marais asséchés entre 1599 et les années 1630, les techniciens, Humphrey Bradley et Joss van Dale ont donc appliqué un modèle hydraulique comparable. Partout on retrouve un canal central collectant les eaux drainées par un réseau de canaux strictement hiérarchisés ; et cinq des sept marais sont équipés d’un fossé de circuit. Certes, ces aménagements ne sont pas identiques en ce qu’ils composent avec les impératifs des milieux qu’ils doivent contribuer à modifier, mais il témoigne de l’imposition d’un modèle hydraulique et environnemental. Ce dernier ne constitue nullement une innovation technique et puise ces racines dans une tradition séculaire. Sa systématisation tient au soutien d’une entreprise aux structures pensées à l’échelle du royaume et à l’emploi d’un personnel qualifié très restreint. Ce sont également ces structures qui ont de fait permis la conquête de marais aux dimensions jusque-là inconnues en France. C’est enfin elle qui a ouvert la voie à la rénovation de marais anciennement aménagés.

Un modèle de reprise : une gestion unifiée

38Les dessiccateurs modernes n’ont pas limité leurs opérations aux seuls sites les moins aménagés et de fait, les marais les plus vastes à être tombés sous leur coupe, ceux d’Arles, figurent également parmi les zones humides les plus anciennement aménagées de France. En Basse-Provence, comme dans le Poitou, les dessiccateurs n’ont ainsi pas pu imposer le modèle hydraulique du circuit appliqué avec pragmatisme par ailleurs. Ils ont dû composer avec les aménagements préexistants et les pratiques héritées. Mais alors, en quoi ont consisté leurs ouvrages ? Qu’ont-ils pu apporter à des espaces aussi anciennement aménagés que le Poitou et le delta du Rhône ?

  • 63 Siette P., op. cit.

39Les assèchements réalisés dans le cadre de la société du Petit-Poitou débutent en 1642 et aboutissent assez rapidement à la mise en valeur d’un territoire sis au nord, entre Luçon et Langon, et délimité au sud par les « portes de Vienne » par laquelle les eaux de drainage se jettent dans la Sèvre Niortaise. Le polder créé a grossièrement la forme d’un triangle au centre duquel se trouve le village de Puyravault qui, perché sur une butte calcaire, surplombe de quelques mètres les marais alentour. Les travaux réalisés par Strada bénéficient de l’éclairage d’une carte très précise du marais du Petit-Poitou, dressée en 1648, par Pierre Siette, membre de la société et ingénieur-cartographe du roi63. Il apparaît ainsi que le polder financé par Jean Hoeufft est longé au nord par l’achenal-le-Roi. Sa limite occidentale est formée par un canal prenant son origine à Luçon, tout au nord, puis par le canal de la Vienne plus au sud. Sa limite orientale est dans un premier temps formée par l’achenal de Langon, puis par le canal des Cinq-Abbés au-delà de l’île de Puyravault. Il ressort d’emblée qu’Octavio de Strada a bâti le succès de son entreprise sur la reprise des équipements médiévaux. Les trois canaux formant les limites des terres exploitées par la société du Petit-Poitou ont en effet été creusés au XIIIe siècle. La carte de Pierre Siette montre cependant que les dessiccateurs modernes ont certainement doublé les canaux existants en creusant des fossés contigus. Cela est particulièrement visible sur la partie du polder bordée par le canal des Cinq-Abbés dont le cours est dédoublé dans sa partie d’aval. Cette technique présente l’avantage de permettre une meilleure gestion des eaux à l’intérieur du polder. Il est ainsi possible de les évacuer même lorsque les rivières situées plus en amont sont en crue et se déversent déjà dans le canal, nuisant ainsi au drainage du polder. L’assèchement des marais du Petit-Poitou consiste donc pour ses canaux bordiers en des reprises de réalisations médiévales.

  • 64 AD Puy-de-Dôme, 16 H 100, Inventaire après décès d’Octavio de Strada.

40En comparant la carte produite par Jean-Luc Sarrazin et celle de Pierre Siette, il apparaît que les principaux canaux internes du marais sont également des reprises médiévales. À l’ouest, le canal de Vienne de Siette correspond à l’achenal de la Grenetière identifié par J.-L. Sarrazin. Au centre, le canal moderne de la Sèvre rappelle le tracé de l’achenal du Bot-de-Vendée. À l’est, le canal du Clain emprunte un chemin similaire à celui de l’achenal du Bot-Neuf. Parmi les canaux les plus larges, seuls ceux de l’Autize, de la Boissière, de la Vyc, de Boulloigne et du Thoué, paraissent pouvoir être attribués aux dessiccateurs modernes. Il convient d’y ajouter le creusement de la multitude de fossés constituant le réseau de drainage primaire, contribuant également à délimiter les parcelles de terres. La confrontation des cartes, modernes et contemporaines, permet ainsi de considérablement relativiser l’apport technique d’Octavio de Strada qui s’est pour la majeure partie de son travail reposé sur les héritages médiévaux. Il n’en reste pas moins qu’il a dû en prendre la mesure et procéder à sa remise en état de manière cohérente. De ce point de vue, il a sans nul doute été aidé par une production cartographique abondante, dont la carte de Pierre Siette ne donne qu’une idée approximative64.

41En revanche, les sources font défaut pour apprécier les réalisations d’architecture hydraulique entreprises sous la conduite de Strada. La carte de Pierre Siette révèle la construction d’écluses, nécessaires au contrôle du niveau de l’eau à l’intérieur des marais du Petit-Poitou. Un tel polder ne peut fonctionner si le flux et le reflux de l’eau ne sont pas gérés avec attention. De plus, il convient de considérer qu’au XVIIe siècle le Petit-Poitou se situait sur le front de mer et non pas nettement en retrait comme de nos jours. Cela signifie qu’en période de vives eaux, l’Océan pouvait menacer directement les terres desséchées situées le plus en contrebas du polder. Il était donc nécessaire que les grands canaux émissaires dans lesquelles aboutissaient les eaux de drainages s’achèvent par une écluse. La manière dont ont été conçues ces écluses demeure inconnue, mais il semble exclu que les ouvrages du XVIIe siècle aient pu se contenter de reprendre les réalisations médiévales, d’autant que les terres desséchées ont progressé vers le sud à l’occasion des chantiers des années 1640. Avec bien des différences, une évolution comparable peut être observée au sujet des travaux arlésiens que la documentation, nettement plus abondante, impose d’aborder de manière plus approfondie (voir fig. 6 du cahier couleur).

42Déterminer les modifications que Van Ens a apportées aux modalités de la maîtrise de l’eau sur le territoire arlésien n’est pas une entreprise aisée. Seules les pièces résultant des nombreuses procédures engagées par et contre van Ens offrent une vue d’ensemble des travaux réalisés sur le réseau hydraulique arlésien. Foisonnantes, ces archives peuvent être complétées par des rapports et des cartes des XVIIIe, XIXe et XXe siècles tout aussi nombreux que précis.

  • 65 AD Bouches-du-Rhône, 1 F 99, pièce no 114, f°s 1 r° et 1 v°.
  • 66 Ibid., f° 1 v°.
  • 67 Ibid., f° 3 r°.
  • 68 Ibid., f° 2 v°.

43Un an et demi après la signature du contrat de dessèchement, en décembre 1643, les intendants des vidanges d’Arles diligentent une commission d’expertise afin de contrôler l’avancement des travaux et d’examiner « toutes les roubines, escluses, martellieres et ponts construits par ledit corps général des vuidanges desdits cartiers de Trébon, Crau et Plan du Bourg remises audit sieur de Vanens pour s’en servir à son entreprise65 ». Elle doit vérifier les parties bâties, examiner les digues et sonder les fonds des canaux. Le rapport écrit par les commissaires fait tout d’abord apparaître la qualité des éléments d’architecture d’hydraulique construits par Van Ens. Aucun grief n’est porté à l’encontre des ponts ou des martellières, à l’exception de celle se trouvant au débouché de la roubine de Valière dans le Rhône qui n’a pas été suffisamment calfeutrée. Le rapport souligne par ailleurs que Van Ens a comblé plusieurs roubines dont celles constituant « le pied de Géline66 ». En amont d’Arles l’ancienne roubine du roi qui permettait aux carriers de Fontvieille d’embarquer leurs pierres jusqu’à Arles, a entièrement disparu. Son ancienne martellière est « sans porte et fermée d’une muraille, pour empescher l’entrée de l’eau d’un gros Rhosne dans le fossé de ladite ville67 ». Van Ens a donc simplifié le réseau de drainage primaire afin de le gérer plus aisément. À la fin de l’année 1643, tous les travaux ne sont cependant pas achevés. Certains canaux, comme celui de la Lagarèse, émissaire de l’étang de Meyranne, sont toujours bouchés et leurs digues affaissées68 (voir fig. 7 du cahier couleur).

  • 69 AD Bouches-du-Rhône, 1 F 99, pièce no 124, f° 1 r°.

44À partir de 1647 les archives se font plus évocatrices. Au mois de juin 1647, les sieurs d’Antonelle, Blanc et Reynat, respectivement intendant des vidanges, notaire et greffier, sont chargés par l’intendant Bochard de Champigny de procéder à l’expertise des ouvrages réalisés par Van Ens afin de déterminer « si les canaux Ens, Lucas, Lagarese et autres construits par Vanens sont suffisans au dessechement69 ». Même si le rapport de 1647, considère le drainage du Trébon par le canal Ens comme une œuvre récente, son tracé évoque celui du canal de la Calade mentionné par le rapport de 1601. Le rapport rend compte précisément de ses proportions. Le profil du canal Ens s’agrandit d’amont vers l’aval et, lorsqu’il ne peut s’élargir, il est bordé de digues imposantes qui permettent à son débit de s’accroître sans débordement systématique. Il est difficile d’estimer leur volume mais en leur base, elles ne sont jamais plus fines que 8 pans (2 m). Les contrefossés accueillent l’eau qui suinte à travers la digue et permettent d’irriguer les terres lorsqu’on y fait couler l’eau du canal. Ainsi, le canal Ens reprend un ancien tracé tout en en présentant des caractéristiques qui témoignent de sa récente rénovation.

  • 70 Ibid., f° 1 v°.
  • 71 Ibid., f° 2 r°.

45Van Ens a également réalisé des ouvrages de dérivation qui permettent de faire couler plus rapidement une partie des eaux vers le Rhône. Il a par exemple fait recreuser la roubine du roi en aval d’Arles en la protégeant des inondations du Rhône par une porte coulissante dont la technique était bien connue à Arles Ainsi sous chaque arcade du pont Ens, « une porte coulisse de bois de chesne […] que ledit Sr de Vanens fait fermer quand la riviere est basse et en état de recevoir les eaux que ledit canal porte pour les faire passer par la roubine du roi, qui traverse en cet endroit ledit canal Ens, et de là les conduire dans ladite rivière du Rhosne, au dessus et par les fossés de la porte de la ville dite la cavallerie, ou elles passent à présent avec grande vitesse70 ». Plus au sud, le canal Ens se vide en partie dans la roubine de la Maurelle qui se déverse directement dans le Rhône. Lorsque les eaux du fleuve sont trop hautes, un batardeau en bloque les eaux et protège la robine. Enfin, sur cette section, il a fait en sorte que les différents canaux ne se jettent pas systématiquement les uns dans les autres en les superposant en certaines de leurs confluences. Le contre-fossé du canal Ens passe ainsi au-dessus de la Maurelle par un aqueduc de bois, sûrement afin de pouvoir irriguer les terres situées en aval71. On peut en déduire de fait que la Maurelle passait sous le canal Ens grâce à un aqueduc siphon dont le rapport ne fait pas mention. De cette manière, le canal Ens trouvait un émissaire sans être encombré en cas de très fortes intempéries.

  • 72 Ibid., f° 2 v°.

46Sur la partie supérieure du terroir arlésien, Van Ens s’inscrit donc dans la continuité des aménagements antérieurs et le moulin qu’il y a fait construire n’a guère perduré. La description du canal Lucas confirme ces conclusions. Il « prend son commencement au pont de Barbegal, à la 2e arche d’icelui72 ». Il conduit les eaux issues des marais de la vallée des Baux jusqu’en amont du pont de Crau où il se fond dans le tracé de l’ancienne roubine de la Montcalde. Sous le pont de Crau se forme ce que les auteurs du rapport appellent un pied-de-poule, c’est-à-dire une tripartition du canal de la Montcalde. Cent cinquante pas au-delà du pont, les trois branches se mélangent à nouveau et empruntent le cours de l’ancienne roubine du corps des vidanges dite le « viage vieux », appelée aujourd’hui la continuation du canal Lucas. Sur cette section, le canal Lucas longe le canal Ens et n’en est séparé que par une digue. Il poursuit selon cet axe jusqu’à la roubine Peissonne puis jusqu’à la roubine Meyrane et enfin jusqu’à la Lagarèse.

47De la même manière que pour le canal Ens, le rapport précise que le volume du canal Lucas s’accroît de l’amont vers l’aval. Le fait qu’il porte le nom d’un des actionnaires du dessèchement des marais d’Arles laisse penser que le canal a été fait de neuf. Or, les mentions de digues abîmées reviennent à plusieurs reprises le long de son parcours et la présence de contre-fossés n’est pas systématique. À l’inverse, la dernière portion du canal Lucas, entre la roubine Peyssonne et la roubine Meyranne a été faite par Van Ens. Les nouveaux canaux sont ainsi venus compléter les anciens, ce qui exclut une rupture radicale dans la logique du réseau de drainage. Van Ens a sur cette portion également remis en état des installations héritées.

  • 73 Ibid., f° 3 r°.
  • 74 BM Arles Fonds Véran 493, Raport du sieur Bernardy ingenieur, du 29 avril 1733, p. 2.

48Van Ens a cependant donné une nouvelle forme à l’organisation de la circulation des eaux des contre-fossés en répartissant les réseaux d’écoulement sur plusieurs niveaux. Le contre-fossé qui longe le canal Lucas entre l’étang du Rach et le pont de Crau, traverse ainsi la roubine du roi par un aqueduc de briques. Il se prolonge jusqu’au chemin Mollard puis passe sous le canal Lucas avant de s’y déverser73. Il s’agit pour Van Ens d’éviter que les eaux de différentes origines ne se mêlent en période de crue afin d’en faciliter la gestion74.

49Le troisième grand canal présenté est constitué de l’ancienne et de la nouvelle Lagarèse dont Van Ens n’a fait que rénover le parcours tout en donnant un émissaire de plus à l’étang de Meyranne. Dans cette partie du terroir d’Arles, l’eau est si abondante lors de la visite qu’elle déborde presque des roubines. La vulnérabilité de ces terres aux inondations paraît telle que Van Ens n’a pas jugé utile de border les canaux de digues. La Lagarèse est malgré tout assez profonde puisqu’elle peut contenir jusqu’à 9 pans de hauteur d’eau. Du Trébon au Plan du Bourg, Van Ens a donc renforcé les structures existantes, mais ne les a pas modifiées en profondeur. La rupture semble avoir été plus nette dans la vallée des Baux.

50Selon le rapport, Van Ens a fait creuser dans l’extrémité orientale du lit majeur du Rhône un canal appelé le Ceintureau qui collecte les multiples gaudres issus des Alpilles entre les ponts de Mouriès et de Barbegal. Il débouche dans le canal Lucas. Le ceintureau est difficile à localiser, mais de nos jours les fonctions qui sont décrites par le rapport sont remplies par le canal de la vallée des Baux. Ce dernier accueille également un autre canal de trois cannes [6 m] de largeur qui permet aux eaux superflues de l’étang du comte de s’écouler. Le rapport fait aussi mention de plusieurs fossés et roubines, de 10 à 12 pans de largeur, qui évacuent les eaux de Vaquières à travers la vallée des Baux.

  • 75 AD Bouches-du-Rhône, 108 E 101, Convention avec le Sr Vanens pour le desseichement des paluds de B (...)
  • 76 AD Bouches-du-Rhône, 108 E 105, Consulte sur le faict des dommages et intheretz prétendus par le s (...)
  • 77 AD Bouches-du-Rhône, 108 E 99.
  • 78 AD Bouches-du-Rhône, 108 E 1394, Enregistration de la transaction passée entre Monseigneur le marq (...)

51Les ouvrages réalisés par Van Ens dans la vallée des Baux doivent cependant être appréciés à la lumière de la très forte résistance qu’il y a rencontrée. En signant un contrat avec Van Ens pour qu’il assèche leur domaine, le 7 août 1642, les habitants de la vallée des Baux contrevenaient frontalement à leurs anciennes pratiques qui visaient à entretenir un marais giboyeux et poissonneux plutôt que de le convertir en terres arables75. Les documents manquent pour bien saisir les relations qu’ils nouèrent avec Van Ens, mais les riverains des marais des Baux se sont rapidement opposés au projet de dessiccation et ont dénoncé le contrat qu’ils avaient pourtant paraphé. Les archives de Maussane conservent ainsi une Consulte datée du 9 novembre 1648 visant à débouter Van Ens de tous les dommages et intérêts qu’il réclame à la suite de l’abandon des travaux76. Il est impossible de dater le revirement de la communauté mais elle a été suffisamment tardive pour que Van Ens ait eu le temps de mener à terme le creusement du ceintureau. La vallée n’a cependant jamais dû être asséchée, puisque la muraille bloquant l’écoulement des eaux vers le canal Lucas n’a pas été abattue. Au regard de l’histoire de la vallée, c’est bien plus la signature d’un contrat avec Van Ens que sa dénonciation qui est surprenante. En effet, la muraille qui bouche l’écoulement des eaux de la vallée a été rénovée en 1637, soit très peu de temps avant l’entreprise de bonification77. De même, en 1649, lorsque les habitants de la vallée renégocient les redevances qu’ils doivent verser à Honoré de Grimaldi, prince souverain de Monaco et seigneur des Baux, il n’est fait aucune mention de cultures de céréales. L’intégralité du terroir des baux est recouverte d’étangs, de marais ou de prairies et il ne semble que le prince de Grimaldi n’ait jamais cherché à modifier ce mode de faire-valoir78.

52Malgré ces oppositions, les travaux conduits par Van Ens ont affecté l’intégralité du lit majeur de la rive gauche du Rhône. Bien qu’il n’ait pas été porteur d’une rupture technique, il a unifié un réseau jusque-là disparate. Après son intervention, les canaux de drainage ont des gabarits relativement uniformes. Cette impression qui se dégage à la lecture du rapport d’expertise de 1647 s’explique par des méthodes de travail nouvelles dans la région.

53Avant l’arrivée de Van Ens, la gestion coutumière de l’eau sur le terroir d’Arles nécessitait une concertation entre les communautés établies entre Arles et Châteaurenard. Malgré leurs continuels conflits, jamais les villes rivales n’avaient envisagé que les Arlésiens puissent refuser le passage des eaux sur leur territoire. Or, l’entreprise de Van Ens repose sur la remise en cause de cet équilibre. Le début du mois de novembre 1646 est ainsi marqué par une pluviosité exceptionnelle qui, à en juger par les procèsverbaux, frappe les contemporains. L’ampleur de ces précipitations de type cévenol pousse rapidement les infrastructures de Van Ens à leurs limites. En quelques jours, l’ensemble du terroir desséché et normalement protégé des eaux est ennoyé tandis que la plaine de Tarascon est sous les eaux.

  • 79 AC Arles, DD 85, f° 148.
  • 80 Ibid., f° 149.
  • 81 Ibid., f° 150 à f° 152 v°.

54Le 17 novembre 1646, les consuls de Tarascon entament une procédure contre les Arlésiens, les intendants des vidanges et Van Ens, afin de demander des réparations en raison des inondations qu’ils sont en train de subir « a raison des escluses construites entre le terroir d’Arles et de Tharascon79 ». Ils font pour cela procéder à une expertise afin de démontrer que leurs eaux « ont esté […] destournées de leur ancien canal par un autre qui n’est de la capacité requise80 ». Selon eux, l’ouvrage de Van Ens ne permet pas d’écouler l’eau lorsqu’ils en ont le plus besoin, c’est-à-dire en « saison de pluyes, [de] rivière haulte [et de] mer enflée ». Afin d’obtenir des réparations, les Tarasconnais invoquent la transaction de 1619 qui contraint les Arlésiens à recueillir leurs eaux. Ils tentent donc de mettre en cause les consuls de leur voisine et les intendants des vidanges. Ces derniers déclinent alors toute forme de responsabilité et considèrent que, depuis 1642, et la signature du contrat avec Van Ens, il est devenu impossible de leur imputer la charge de l’entretien du réseau hydraulique81. La méprise des Tarasconnais jette la lumière sur une caractéristique importante des travaux de drainage qui viennent de bouleverser le paysage arlésien. Ils sont une affaire strictement interne à la communauté arlésienne et n’ont fait l’objet d’aucune concertation avec les villes voisines naguère sollicitées pour financer les travaux.

  • 82 Ibid.,s 153 r° et 153 v°.
  • 83 Ibid., f° 153 r°.

55Les Tarasconnais obtiennent cependant que le canal qu’ils jugent défectueux soit inspecté et qu’une décision soit prise en leur faveur. Le procureur du roi décide en effet de résoudre une partie de la question en ordonnant à Van Ens de laisser libre cours à l’eau en provenance de Tarascon82. Van Ens, par la voix de ses avocats, s’insurge contre cette décision qui lui fait perdre beaucoup d’argent. Il proteste ainsi des « atantats et des dommages et intherets par lui soufferts à cause de l’inondation de la Durance dans le terroir de Tharascon qui ont haussé les eaux ainsi qu’il vient d’apprendre tout presentement n’estant obligé d’ouvrir aucune martelliere qui luy inonderoit quatre mil cesterées de terres83 ». Ce conflit révèle de la sorte que l’assèchement promu par Van Ens repose sur une isolation stricte du terroir d’Arles, les eaux de la Durance et des Alpilles ne pouvant plus se répandre sur le territoire arlésien. Alors qu’auparavant, les Arlésiens subissaient leur localisation, Van Ens leur permet de s’en affranchir. En renforçant les digues et en refusant d’ouvrir les écluses en cas de crue, il empêchait les eaux en provenance de Tarascon de s’écouler sur le territoire d’Arles. De ce point de vue, il est à l’origine d’une rupture importante dans l’histoire du réseau hydraulique arlésien. Avec ses travaux, le terroir d’Arles n’est plus uniquement protégé par les levées du Rhône. La rénovation du réseau de drainage s’allie avec un repliement du territoire de la ville sur lui-même.

56Cette logique d’aménagement s’explique, en partie, par la nature des pouvoirs que le contrat passé avec la ville d’Arles concède à Van Ens. En effet, il n’a aucune autorité pour négocier avec les communautés voisines et n’a passé aucun contrat avec elles. L’accord qu’il a passé avec les Baux a même été rapidement dénoncé par les habitants de la vallée. L’option prise par Van Ens est donc tout autant technique que politique. En ce sens, elle portait en elle les germes des difficultés qu’il rencontra avec les Tarasconnais. Il ne convient pas sur ce point d’évoquer une quelconque nouveauté technique. Van Ens a opéré ce tournant dans la parfaite continuité des savoir-faire employés à Arles. En revanche, il les a employés de manière radicalement nouvelle en s’inspirant des pratiques néerlandaises. Les polders, pour être rentables, doivent en effet être parfaitement isolés de la mer comme des eaux continentales. De même, en imposant ces usages, il contrevenait avec les principes essentiels du droit coutumier.

57L’isolation du territoire arlésien par rapport aux eaux issues des communautés situées en amont révèle une perception globale des aménagements. Van Ens n’a pas fait qu’unifier un réseau hydraulique détérioré et incomplet, il l’a intégré dans une construction paysagère qui prend en compte l’ensemble des contraintes qui pèsent sur le site. À cette fin, il a adopté une démarche d’ingénieur cherchant à obtenir une efficacité maximale pour un coût minimum. La césure opérée entre les territoires arlésiens et tarasconnais peut ainsi être perçue comme une prise en compte du surcoût représenté par la prise en charge des inondations du territoire de Tarascon. Les canaux sont calibrés pour une certaine quantité d’eau. En cas de dépassement exceptionnel, Van Ens compte ne plus accepter aucune eau extérieure afin de protéger ses terres. Cette réflexion élargie qui rompt avec les pratiques héritées doit vraisemblablement beaucoup à l’apport de la cartographie.

  • 84 Stouff L. et al., Bertan Boysset, un arlésien du Moyen Âge, Arles, la Ville, 1985, 64 p ; Gautier- (...)

58L’administration du territoire dans des milieux amphibies pose des problèmes spécifiques. Le paysage et les repères visuels qui sont choisis peuvent se trouver bouleversés au gré des accidents météorologiques. De fortes pluies, un débordement du Rhône et les inondations qui s’en suivent peuvent modifier la taille des étangs, leur profondeur ou déplacer le réseau d’écoulement. Les caprices de l’eau posent des problèmes de propriété très aigus que les Arlésiens ont précocement appris à gérer84. Depuis le Moyen Âge, les arpenteurs ont ainsi appris à composer avec un milieu amphibie. L’habitude du recours systématique à l’arpentage ne s’est pas perdue avec le temps. Les auteurs du rapport d’expertise de 1601 ont ainsi eu recours, à la demande des parties, au service d’arpenteurs afin de déterminer avec précision la quantité de chaque type de terre entre les villes de Tarascon et de Châteaurenard :

  • 85 AD Bouches-du-Rhône, 1 F 99, pièces no 108, f° 3 r° et f° 3 v°.

« Nous inclinant à ladite requisition avons ordonné estre faict commis et requis, et que ledit arpentement seroit faict par Me Antoine Coutard Gonin fermier d’Arles, et Me Jean Bellon de la ville de Tharascon, arpenteurs jurés de ces villes, et accordés desdits députés d’icelles, en trois distinctions de terroir, l’une du terroir occupé des eaulx et pallustres l’autre du terroir qui de soi est aquatic, et l’autre qui n’est l’ung de l’autre, et ne reçoit que l’eau pluvialle, et leurs avons faict prester serement d’ainsi bien fidellement le faire, et remettre devers nous leur rapport, ensemble de la largeur et profondeur des reaulx, robines, et fossés qui se trouvent dans lesdits terroirs85. »

59Dans ce cas, l’arpentage n’aboutit pas à une représentation graphique, mais à une quantification des terres sujettes aux inondations. Il permet de comprendre la situation et d’aider à démêler le jeu des différentes responsabilités. Le développement linéaire des procès-verbaux d’arpentage permet de localiser les sources de problèmes et donc de déterminer le lieu exact où des travaux doivent être entrepris. Cependant, la procédure de l’arpentage se déroule à l’échelle des différentes communautés dont tous les habitants connaissent les équipements. L’enjeu n’est pas de repérer dans l’espace des infrastructures que toutes les parties en présence connaissent. Ce n’est que lorsque les infrastructures en elles-mêmes sont au cœur des tensions que la cartographie, aussi sommaire soit-elle, est exigée. Tel est le cas dans le conflit qui oppose Arles et les Baux en 1624.

  • 86 AD Bouches-du-Rhône, 108 E 97, f° 19 v°.
  • 87 AD Bouches-du-Rhône, 108 E 97, f° 21 r°.

60L’opposition qui se fait jour en 1624 entre la ville d’Arles et les habitants des Baux a pour fondement la nature des aménagements hydrauliques de la vallée des Baux. Les Arlésiens accusent leurs voisins d’écouler sciemment leur surplus d’eau vers leur terroir, tandis que ces derniers s’en défendent farouchement. Aucune des deux parties ne conteste l’état d’inondation permanente de la vallée des Baux comme d’une bonne part du territoire arlésien. Le débat porte donc sur les canaux et roubines qui parcourent chacun des deux terroirs. Dans ce cadre, le recours à la cartographie s’impose. Aucun dialogue fructueux ne peut en effet être noué si les uns et les autres peuvent sans cesse prétendre ne pas parler de la même chose. Les arbitres ordonnent donc de lever d’un plan établissant une base de dialogue dans la conciliation en cours86. Ils nomment ainsi « Me Jean Lombard controlleur des Bastimants du roy en ceste province et à son defense et empescemant M. Peyran Me arpenteur mathématicien de la ville de Beaucaire pour dresser le plan et modelle au vray desdicts lieux87 ». Les procédures d’arbitrage de 1601 et de 1624 montrent à quel point l’arpentage et le levé de croquis étaient des pratiques courantes. Toutefois, dans les cas qui nous intéressent, ils participaient de procédures et devaient aider les arbitres à prendre leur décision. En ce sens, les cartes ne faisaient que seconder et étayer l’arpentage et n’étaient pas utilisées hors du cadre judiciaire. Le travail de Van Ens marque de ce point de vue un changement notable.

  • 88 Cf. supra, p. 164 et suiv.
  • 89 Ce sont les deux arpenteurs arlésiens qui interviennent le plus systématiquement pour dresser les (...)
  • 90 AD Bouches-du-Rhône, 5 B 26, f°s 15-21.
  • 91 Ibid., f° 16.

61L’entreprise conduite par Van Ens implique une redistribution considérable des terres88. Le projet est donc voué à générer des contentieux nombreux au sujet de la délimitation des propriétés. Ces conflits sont habituels à Arles, et les arpenteurs jurés de la ville, Pellissier et Gontrand, sont parfaitement rodés à cet exercice89. Toutefois, pour ne pas dépendre d’une expertise locale, Van Ens et ses associés, se sont adjoint les services de Jean Voortcamp, ingénieur cartographe originaire de Hollande. Par bonheur, les comptes qui dressent le bilan de ses activités entre 1645 et 1653 ont été conservés90. Ils montrent que Voortcamp n’est arrivé à Arles qu’en 1645, soit trois ans après la signature du contrat réglementant le desséchement entre la ville et Van Ens. L’élaboration du projet des dessiccateurs ne s’est donc pas appuyée sur un travail cartographique. La visite des lieux a suffi à Van Ens pour présenter un projet et convaincre les Arlésiens de sa faisabilité. Le travail du cartographe est donc venu se greffer sur l’entreprise alors qu’elle était déjà bien engagée. Il a donc eu pour fonction de faciliter la régulation des conflits qui ne manquèrent pas de survenir. Dans son mémoire Voortcamp explique ainsi qu’il s’est employé à « trouver un moyen absolu par lequel lesdits messieurs associez se pourroient mestre en une bonne et legitime possession sans contredire quand ilz auroient partagés avec lesdites parties et deux tiers91 ».

  • 92 Ibid., f° 17.

62Le besoin de représentation graphique de l’espace s’est fait sentir à la suite des difficultés rencontrées lors du partage des terres asséchées92. Pour limiter les litiges et faciliter leur résolution, Voortcamp propose même de déposer un exemplaire des cartes dans les archives de la ville d’Arles et les autres dans celles des associés. Les dessiccateurs s’inscrivent de cette manière dans la continuité des usages locaux de la cartographie. Elle doit servir de support à l’arbitrage entre deux parties opposées dans le cadre d’un contentieux. Les cartes dessinées par Voortcamp n’ont, dans leur immense majorité, pas été conservées. Le musée d’Arles en expose une, mais hormis le fait qu’il s’agit d’une carte d’apparat, elle est trop détériorée pour fournir la moindre information sur la production de Voortcamp. Les comptes produits par le cartographe hollandais donnent en revanche une idée de leur qualité.

  • 93 Ibid.,s 16 v°-17.
  • 94 Ibid., f° 17 v°.
  • 95 De nombreuses cartes de marais sont signalées dans l’inventaire après décès d’Octavio de Strada, A (...)

63Le territoire concerné par les dessèchements est de très grande dimension, si bien que sa représentation sur une unique carte se révèle être très difficile. Pour contourner cette difficulté, Voortcamp imagine un système de correspondance entre un livre, contenant plusieurs petites cartes, et « une figure grande quinze pas de long tellement proportionnée que le plus petit propriétaire y peut estre mesurée et sa contenance cogneue veritable ou fausse, de sorte que ladite carte a rapport et correspondance avec ledit livre et ledit livre reciproquement avec ladite carte93 ». Jean Hoeufft et Barthélémy Hervarth, les deux principaux associés, reçoivent les plus grandes cartes et les plus grands livres. Hoeufft et Hervart ne vivent pas à Arles et en ont un usage très spécifique. Elles leur servent à exhiber leur richesse et l’étendue de leur possession, mais aussi à suivre la gestion des affaires de l’entreprise. Ils se distinguent nettement des autres destinataires des cartes de Voortcamp. L’intendant des vidanges se voit ainsi remettre « un livre tres escellant et utille petit et portatif94 ». Il doit ainsi pouvoir utiliser ces cartes dans le moindre de ces déplacements et ne pas être contraint de se rendre sur les marais d’Arles à chaque fois qu’un problème se pose. Le baron de Strada, Monsieur de la Pierre, Van Ens et Lucas ont quant à eux reçu des exemplaires de taille intermédiaire pouvant être utilisés au quotidien. Voortcamp a même pris la peine d’y ajouter un inventaire des différentes terres classées en fonction de leur nature. Chaque participant à l’entreprise bénéficie donc de cartes adaptées à ses besoins95.

  • 96 AD Bouches-du-Rhône, 5 B 26, f° 18.
  • 97 Ibid.,s 18 v°-19.

64Ces cartes, qui couvrent des portions importantes du territoire arlésien, sont agrémentées de dessins et de plans de certaines portions du terroir. Voortcamp mentionne ainsi un dessin en perspective du « cartier du Tresbon pour monsieur van Ens et ses associés96 ». D’autres quartiers sont couverts de la sorte. Voortcamp a également représenté une maison dans les marais proches de Montmajour, le moulin de Meyrane, des ponts de bois et de pierre, ou bien encore le parcours de la Lagarèse, et une martellière97. Ces exemples montrent que la représentation graphique est régulièrement employée dans la gestion des affaires du marais. Van Ens s’aide des cartes et des plans pour penser la conduite de son entreprise. Certes, ils servent dans la résolution des conflits qui les opposent aux Arlésiens, mais ce n’est pas leur seule fonction. En effet, s’il ne s’agissait que de cela, les dessiccateurs auraient très bien pu se satisfaire des méthodes antérieures. L’élaboration de cet appareillage graphique leur est nécessaire parce qu’ils perçoivent le territoire à travers lui. Leur entreprise s’inscrit dans le long terme, si bien qu’il leur faut mettre sur pied des instruments de travail voués à perdurer. La mise en valeur du terroir d’Arles par Van Ens et des associés s’appuie donc sur une véritable évolution de l’usage des cartes et des plans, qui deviennent le support de la réflexion sur le territoire et sur ses aménagements.

65Les deux changements principaux imposés par Van Ens, l’isolation des marais et le recours à la cartographie, mettent en évidence le fait que son travail ne constitue nullement une innovation ou un changement technique, même s’il s’appuie sur une évolution des méthodes de gestion. La séparation entre les territoires communaux est appliquée de manière stricte ; l’état et la répartition des terres peuvent être contrôlés grâce aux cartes. Ces nouvelles méthodes de gestion ont accompagné un changement environnemental d’autant plus considérable qu’elles ont permis la diffusion de nouveaux modèles d’exploitation et d’une gestion modernisée.

Une gestion modernisée

66Jean de Fourcy et ses associés dans un premier temps, puis Jean Hoeufft et Barthélémy Hervarth par la suite ont réalisé de très lourds investissements pour conquérir des terres dominées par les eaux. Ces dessiccateurs ont profondément modifié le fonctionnement de ces espaces afin de les exploiter et de provoquer de véritables mutations environnementales. Ces opérations ne se réduisaient pas à des ouvrages d’assainissement cherchant à lutter contre les émanations nauséabondes des marais. Elles visaient à une évolution radicale des modalités d’exploitation de ces espaces. Les dessiccateurs ont en effet systématiquement substitué la céréaliculture et, dans une moindre mesure l’élevage, à l’exploitation extensive des marais. Il s’agissait pour eux de rentabiliser leurs investissements en tournant leur production vers des marchés rentables.

Le triomphe de la céréaliculture

  • 98 AN, MC LIV 507, 28 avril 1626.
  • 99 AN, MC XIX 392, 24 mars 1624.
  • 100 AN, MC XIX 400, 1er janvier 1630.
  • 101 AN, MC XIX 399, 26 juin 1629.
  • 102 AN, MC XIX 403, 29 septembre 1631.
  • 103 AN, MC XIX 404, 21 mai 1633.

67Les données archivistiques sont inégales selon les sites, mais toutes mettent en exergue la vocation céréalière des terres asséchées. À Capestang, en 1622, les associés passent un contrat de bail à ferme avec « Anthoine Bassez, fermier des terres desseichez de Capestang98 ». Le 24 mars 1624, une transaction entre Henri de Fourcy et Sancy témoigne également de l’assèchement de l’étang99, et, deux ans plus tard, Thomas de Comans, en tant que procureur des principaux associés, reconnaît avoir perçu une ferme100. En 1626, un certain Raymond de Vivette, bourgeois de Béziers, succède à Anthoine Bassez et prend à son tour en main l’exploitation des terres nouvellement desséchées. Il passe pour cela un bail avec Thomas de Comans devant un notaire narbonnais101. En 1629, c’est « Jean Gartu, receveur des tailles au dioceze de Beziers » qui lui succède. Il semble ne pas être seul à exploiter les terres de l’ancien étang. Le document qui mentionne le contrat qu’il a passé, cite également les « sieurs Octave et Pierre d’Affre, pere et fils », ainsi que « Jean Louis de Casteran, sieur du palus ». Les associés leur réclament le paiement « des fouages des terres à eulx baillées102 ». Il convient aussi d’y adjoindre Jean Sartre qui, en vertu d’un contrat passé « par devant Castelaine notaire à Gabien le 6 août 1629, a promis de payer par chacun an pour le prix d’icelle ferme la somme de 5 000 lt., sans espérance d’aulcune diminution dudit loyer pour quelque cause que ce fust mesmes soubs pretexte de peste sterilité inondations et autres cas fortuits103 ». Ainsi, les terres conquises sur l’étang ne cessent d’être exploitées au cours des années 1620. Le rapide changement des fermiers laisse toutefois supposer que leur exploitation n’était pas des plus aisées.

  • 104 AN, MC XIX 399, 26 juin 1629 ; XIX 400, 6 janvier 1630.
  • 105 AN, MC XIX 400, 6 janvier 1630.
  • 106 AN, MC XIX 404, 1er avril 1633.
  • 107 Faute de données il est impossible d’estimer la valeur de l’investissement foncier.

68L’affermage des terres s’est imposé à Capestang de manière plus précoce qu’ailleurs puisque la première mention de bail à ferme remonte à 1626104. En 1630, Thomas de Comans est ainsi chargé de la perception de 3 066 lt. 13 s. 4 d., qui représentent le tiers du bail à loyer passé avec Venette, bourgeois à Béziers105. Le montant total du bail de trois ans s’élève donc à environ 9 200 lt. Le 1er avril 1633, Marie Bailleul est envoyée en Languedoc pour percevoir de Jean Sartre le versement de quinze mille livres dues « pour les loyers et ferme de trois années finies au premier octobre 1632, desdits lieux et maraiz de Capestang106 ». Bien qu’il soit impossible de déterminer avec précision à quelle surface correspondaient ces montants, il s’avère qu’une année d’exploitation des marais de Capestang devait rapporter aux associés entre 3 000 et 5 000 lt., soit entre 26 et 44 % de la somme initialement investie si l’on considère que celle-ci s’élevait à 11 200 lt.107. De prime abord, un tel rapport paraît bien trop élevé pour être réaliste. Toutefois une autre information permet de corroborer ces estimations.

  • 108 AN, MC XIX 404, 21 mai 1633.

69La facilité d’expropriation accordée aux dessiccateurs par les édits de 1599 et de 1607 ne suffit pas à leur épargner de lourds contentieux. Dans ce domaine, les monastères se sont révélés être des contradicteurs tenaces. Invoquant une propriété ancestrale, les cisterciens de Boulbonne ont ardemment contesté les droits des dessiccateurs. En 1632, ils ont fait valoir les leurs auprès du Parlement de Toulouse qui a tranché en leur faveur. Malgré l’appel interjeté par Jean Sartre, fermier des associés et principale victime de l’affaire, les moines ont obtenu la saisie et mise sous scellés des récoltes des deux années précédant le procès. La quantité de blé saisi s’élève ainsi à 1 742 setiers, d’une valeur de 6 lt. chacun, soit une valeur totale de 10 452 lt.108. Cela signifie donc clairement que deux années de récoltes suffisaient à amortir l’investissement de départ. La rentabilité des assèchements de Capestang se révèle ainsi avec force.

  • 109 AN, MC XIX 411, 17 mai 1636.
  • 110 AN, MC XIX 413, 13 avril 1637.
  • 111 AN, MC XIX 416, 10 décembre 1638.
  • 112 AN, MC XIX 399, 28 février 1628.
  • 113 L’inventaire après décès de Ruzé d’Effiat ne livre malheureusement aucune bribe d’information à ce (...)

70La première mention de bail concernant les marais de Tonnay-Charente remonte quant à elle à 1636. Devant notaires, Marie de Fourcy, a reconnu avoir baillé à Abraham Charlot, pour une durée de cinq ans, environ « 630 journaux tant de terre labourable que prairye », en échange d’un versement annuel de 1 900 lt., soit 9 500 lt. en tout109. L’année suivante, la maréchale d’Effiat, afferme, pour une durée de sept ans, 200 journaux de ses terres à Charles Musson, « marchand orfevre, demeurant en la ville de La Rochelle », et à Pierre Leviteau, « marchand demeurant à Surgères en Xaintonge110 ». Ces deux associés doivent lui verser 1 200 lt. par an. Enfin, en 1638, Marie de Fourcy, veuve de Ruzé d’Effiat, et Marie de la Grange, veuve d’Henri de Fourcy, réclament auprès de deux de leurs fermiers, la somme de 1 340 lt. pour une surface de 200 arpents et 8 journaux111. Ces trois exemples sont difficiles à interpréter. Le premier obstacle provient du fait qu’il est impossible de savoir à quelle surface de terre la somme initialement investie dans les travaux de drainage se rapporte. De même, les documents conservés ne livrent pas suffisamment d’informations pour estimer le coût annuel d’entretien des marais. Enfin, le montant des fermes ne paraît pas suffisamment homogène pour pouvoir être comparé. Charlot ne paye que 1 900 lt. par an pour 630 journaux, alors que Musson et Leviteau doivent débourser 1 200 lt. par an pour seulement 200 journaux. Il est toutefois fort probable que le rabais accordé à Charlot fasse partie de sa rémunération. Toutes ces lacunes de la documentation, qui résultent en partie de la nature capitaliste de l’entreprise, incitent à considérer le profit sous un angle strictement financier et comptable. Ces trois baux rapportent ainsi à Marie de Fourcy environ 4 440 lt. par an. Or, Marie de Fourcy est l’héritière de parts détenues par Ruzé d’Effiat, absent lors des premiers assèchements des années 1610. Nicolas de Harlay lui ayant emprunté 24 000 lt. au cours des années 1610, Ruzé d’Effiat a profité de cette dette pour récupérer une partie des terres asséchées112. La surface de marais représentée par ces 4 440 lt. est donc impossible à estimer. Dans la mesure où, à l’exception de Nicolas de Harlay, les associés ont toujours maintenu leur participation dans la société jusqu’en 1639, il est toutefois certain que la part de Marie de Fourcy correspond à moins de 15 % de la société113. Si chaque part des assèchements a une production équivalente, alors l’ensemble des assèchements aurait généré près de 30 000 lt. par an.

  • 114 RUHZ, 692, f° 177.
  • 115 RUHZ, 691, f° 129.
  • 116 RUHZ, 693, f° 6 v°
  • 117 RUHZ, 692, f° 177 v°.
  • 118 Le terme de bailliarge est fréquemment employé en Poitou, il désigne une espèce d’orge de printemp (...)
  • 119 RUHZ, 692, f° 163 v°.
  • 120 D’autres Hoeufft sont ainsi mentionnés dans les comptes : RUHZ, 692, f° 163 v°.

71La vocation céréalière des terres asséchées transparaît avec encore plus de force dans la documentation poitevine. L’omniprésence des grains frappe dès les premières années qui suivirent les travaux conduits sous la direction d’Octavio de Strada. Les comptes tenus par l’agent de Jean Hoeufft sont très riches d’enseignements de ce point de vue. L’ampleur et le désordre apparents de cette source interdisent d’en faire un usage exhaustif ; quelques informations éparses peuvent toutefois y être glanées et mettre à nu les pratiques des investisseurs. Les comptes de Strada sont de plus en plus précis au fur et à mesure que l’on avance dans le temps. Ce n’est que le 12 juillet 1650 que les comptes révèlent le produit de la vente de la récolte de 1647. Hoeufft et Strada ont ainsi vendu quelque 21 547 lt. 9 s. 10 d. de blé114. Strada ne précise pas si cette somme doit être ajoutée au montant d’une vente signalée par ailleurs et qui concerne sans nul doute la récolte de 1647. En effet, le 31 mars 1648, Strada fait mention d’une rentrée de 17 783 lt. 6 d. à la suite de la vente d’une cargaison de blé et de sel sur le marché hollandais. La vente des blés s’élève à un montant de 17 189 lt. 17 s., et celle du sel à 593 lt. 3 s. 6 d.115. Cette somme est également mentionnée dans l’entente passée en 1661 entre le tuteur des enfants d’Octavio de Strada et les héritiers Hoeufft. Dans ce document, les 17 783 lt. forment la part de Strada dans la vente d’une cargaison de grains sur le marché de Lisbonne116. Cette référence confirme la vocation européenne du commerce de Hoeufft, mais permettrait de réévaluer le revenu de l’année 1647 aux alentours de 30 000 lt. Aucune mention de ce type ne peut être relevée pour la récolte de 1648, même si Strada précise par ailleurs qu’elle a rapporté aux deux associés 17 980 lt. 2 s. 6 d.117. Le 18 janvier 1650, Strada indique également la valeur d’une cargaison de grains embarquée sur le navire L’Espérance à destination de la Hollande. La récolte de 1649 s’élèverait ainsi à 14 890 lt. 15 s., avant revente sur le marché néerlandais. La cargaison de 1649 est destinée à un certain Guillaume Tennement et se compose d’orge, de bailliarge118 et de froment. Elle rassemble les productions des terres de Hoeufft et de Strada119. Si la destination finale de la cargaison n’est pas précisée, il est fort probable qu’il s’agisse d’Amsterdam, où Hoeufft peut compter sur ses neveux pour écouler sa marchandise120.

  • 121 Posthumus N. W., Inquiry into the history of prices in Holland, Leiden, Brill, t. 1, 1946, p. 16-1 (...)

72La destination des récoltes des assèchements du Petit-Poitou invite à s’interroger sur les pratiques commerciales de Jean Hoeufft et à les insérer dans leur contexte européen. La comparaison des fluctuations des prix du blé sur les places d’Amsterdam, de Paris et de Marseille montre en effet que l’envoi d’une cargaison en Hollande en 1648 a été très judicieux. Alors que les prix du blé sont plutôt orientés à la baisse entre les années 1630 et les années 1640, ils connaissent, à Amsterdam, une très forte hausse (+ 50 %) en 1648 et s’embrasent ainsi un an avant les prix parisiens. L’analyse est encore plus frappante si l’on considère que les récoltes étaient essentiellement constituées d’orge (bailliarge et orge), comme cela est attesté pour l’année 1649. En effet, entre 1646 et 1648 le prix du last (environ 3 m3) d’orge est presque multiplié par deux et passe de 90 à 163 florins. Les prix se stabilisent ensuite à un niveau assez élevé entre 1649 et 1653 avant de chuter brutalement en 1654121.

73L’orientation donnée à l’exploitation des fermes du Petit-Poitou dans les années 1640 a été conservée pendant plusieurs décennies. Deux documents conservés dans les archives néerlandaises sont, de ce point de vue, très utiles. Les archives de la famille Hoeufft sont riches d’une enquête diligentée par les héritiers Hoeufft dans les années 1680 présentant des rapports d’exploitation de 1670, soit vingt ans après la mort de Jean Hoeufft. La référence au décès de ce dernier n’est en effet pas fortuite, la plupart des documents relatifs à l’exploitation des marais ont été rédigés dans le cadre des querelles de succession qui ont déchiré ses différents héritiers. Les litiges provoqués par la répartition des biens détenus en France par Jean Hoeufft au moment de sa mort ont nécessité la rédaction d’inventaires en vue de dresser un état des lieux aussi fidèle que possible.

74Les branches hollandaises de la famille Hoeufft se sont préoccupées de ces questions une première fois en 1670, puis à nouveau entre 1688 et 1690. Dans les deux cas, la mission a été confiée à Jean Frédéric Hoeufft. À chaque fois, il s’est déplacé en France et a écrit des mémoires conservés dans les archives privées de la famille Hoeufft van Velsen. Ces pièces sont précieuses, mais elles n’en sont pas moins lacunaires et imparfaites. Elles n’exposent en effet que les propriétés revendiquées par la branche hollandaise, c’est-à-dire qu’elles ne permettent de faire qu’une estimation a minima du patrimoine constitué dans les marais asséchés par Jean Hoeufft et des revenus qu’il pouvait en tirer. Une autre limite, et non des moindres, est de se concentrer sur les marais poitevins. Dans sa tournée de la fin des années 1680, Jean Frédéric Hoeufft prend le soin de faire un détour par Arles, sans faire dresser d’inventaire des biens qu’il pourrait y revendiquer. Il est de ce fait impossible d’estimer les revenus des marais arlésiens grâce à ce document.

  • 122 Nationaal Archief, La Haye, 3.20.26, Lijste van onse effecten in Vranckrijck.

75Malgré tout le soin apporté par Strada à la tenue de son registre, il ne permet pas de chiffrer avec certitude les revenus des exploitations détenues en propre par Hoeufft et Strada. Il semble cependant qu’ils variaient entre 15 000 et 30 000 lt., soit entre 5 % et 8 % des investissements propres des deux associés. En revanche, en 1671, a été dressé un inventaire et une estimation d’une partie du patrimoine qu’il avait légué à ses héritiers en 1651122. L’étude de ce document s’avère intéressante, car la même année, puis quelques années plus tard, a été dressé un bilan comptable de leur production annuelle. L’inventaire de 1671 dénombre ainsi douze centres d’exploitation répartis entre quatre héritiers : Johann Hoeufft, Mattias Hoeufft, Diderick Hoeufft et un lot partagé entre Catharina, Elisabeth, Maria et Sara Hoeufft. L’auteur du rapport, qui n’est pas précisé, estime la valeur totale de l’héritage Hoeufft à 114 404 livres, soit 65 % des investissements propres initiaux de Hoeufft et 30 % des parts cumulés d’Hoeufft et de Strada. Cette perte de valeur s’explique par la baisse de qualité des terres asséchées et par leur coût d’entretien. Elle est largement compensée par la production annuelle des fermes exploitées dans les terres desséchées. La plus petite des exploitations, dénommée La Fermière, s’étend sur plus de 133 arpents (68 ha), tandis que la plus grande, Sauvagnat approche les 230 arpents (117,5 ha). Dans tous les cas, il s’agit donc de fermes de grandes dimensions.

76Leur production, diversifiée, faisait une large place à la céréaliculture. Il est possible d’appréhender cette dernière grâce aux bilans d’exploitation dressés pour chacune d’entre elles en 1670, 1685, 1686 et 1687. Ces documents sont toutefois d’un maniement malaisé, dans la mesure où il s’agit de pièces strictement comptables. Ils ne présentent donc pas la quantité de grains récoltés, seulement les profits que leur revente a entraînés. Une autre difficulté provient du fait qu’ils étaient destinés à des lecteurs hollandais, et que par conséquent les sommes récoltées sont exprimées en thalers et en florins. Nous avons donc dû convertir ces montants en livres tournois afin d’évaluer plus précisément le rapport de ces fermes :

  • 123 La bailliarge est de l’orge de printemps.
  • 124 La meture est un mélange de froment et de seigle ou d’orge.

Tableau 1 – Le rapport des terres possédées par les héritiers de Jean Hoeufft dans le Petit-Poitou. Source : Nationaal Archief, La Haye, 3.20.26, Lijste van onse effecten in Vranckrijk.
Note 121123
Note 122124

77La production des possessions des Hoeufft oscillait donc entre 5 000 et 20 000 livres tournois, soit du simple au quadruple, en fonction des années. La plupart des blés sont représentés, mais c’est visiblement à l’orge qu’allait la préférence des exploitants. Surtout, il apparaît que la production des fermes oscillait entre 5 et 18 % de la valeur estimée des propriétés en 1670. En raison de l’absence de données relatives à l’investissement initial, il est impossible de tirer des conclusions définitives, mais un tel rapport témoigne d’une bonne rentabilité des assèchements.

  • 125 RUHZ, 698.
  • 126 Le nom de Slichet apparaît sur la carte des marais du Petit-Poitou dressée par Pierre Siette en 16 (...)

78Cette appréciation est confirmée par l’étude d’un livre de compte écrit entre 1670 et 1671 à la demande de Diderick Hoeufft, l’un des héritiers de Jean possédant des terres dans l’ancien marais du Petit-Poitou125. Ce document, épais d’une quarantaine de pages, n’est malheureusement pas signé. Tout porte à croire qu’il a été écrit par Jean Slichet, fermier de Diderick Hoeufft dans le Petit-Poitou au début des années 1670, installé par Jean Hoeufft dès les années 1640126. Son contenu laisse penser qu’il répondait à une demande ponctuelle des propriétaires néerlandais, en manque d’informations sur leurs possessions poitevines. En effet, il ne s’agit nullement d’un document présentant une comptabilité suivie année après année mais d’un bilan ponctuel des activités dans les terres de Diderick Hoeufft entre l’automne 1670 et le printemps 1671. S’il ne permet ainsi pas de dresser un bilan économique des exploitations, il offre en revanche la possibilité de saisir la nature du modèle économique mis en place dans les terres nouvellement conquises.

79Lorsque l’héritier de Jean Hoeufft entreprend de dresser un inventaire des terres qu’il possède dans le marais du Petit-Poitou, il y détient alors trente-deux métairies. Le livre de compte ne donne pas d’informations systématiques au sujet de la composition des fermes, dont les activités se révèlent par ailleurs très inégales. En revanche, entre l’automne 1670 et le printemps 1671, soit la période de rédaction du livre, quatre baux de métayages arrivent à leurs termes. Ces échéances rendent nécessaires l’estimation du cheptel possédé par chacune de ces métairies et fournissent à l’historien des sondages précieux pour comprendre la structure des exploitations situées dans le marais asséché. Ces estimations sont réalisées au sujet des métairies de Villefranche, Laubier, Merval et de La Sablière. Les renseignements sont très disparates selon les quatre centres d’exploitations. On dénombre ainsi six entrées pour Villefranche, trois pour la Sablière, vingt-trois pour Merval et vingt-six pour Laubier. Cette inégalité reflète logiquement une très grande diversité dans la composition des métairies.

80Ce sont 268 têtes de bétail qui sont concentrées dans seulement quatre exploitations. Toutefois, près de la moitié de ces effectifs est composée des 130 brebis et moutons de la métairie de Merval. Elle concentre en outre presque tous les taureaux, les deux tiers des vaches et toutes les génisses des métairies ayant fait l’objet d’une estimation de leur cheptel. Si Merval regroupe la quasi-totalité des brebis, la métairie de Laubier concentre 26 des 31 chevaux du total. À l’opposé, les cheptels de la Sablière et de Villefranche paraissent ridicules, puisqu’ils ne rassemblent que 17 têtes à eux deux, dont neuf bœufs et cinq chevaux, vraisemblablement des bêtes de traits. Cette répartition indique une très forte spécialisation des métairies, celles de Merval et de Laubier étant tournées vers l’élevage et celles de la Sablière et de Villefranche vers la céréaliculture. La variété des exploitations mise en place dans les assèchements du Petit-Poitou témoigne donc d’une véritable stratégie de mise en valeur.

Tableau 2 – Le cheptel des exploitations des marais asséchés du Petit-Poitou appartenant à Diderick Hoeufft en 1671. Sources : RUHZ 691.

81La valeur des métairies varie logiquement en fonction de la composition du cheptel. Au total, la valeur du cheptel de ces quatre métairies est évaluée à 5 769 livres tournois. Toutefois, ceux de Villefranche et de la Sablière sont évalués à 462 et 323 lt. soit, 13,6 % du total. À l’inverse, ceux de Laubier et Merval sont estimés à 3 072 et 1 911 lt. À elle seule, la métairie de Laubière représente 53 % du total, ce qui fait ressortir la valeur économique de l’élevage équin. En fonction de la composition des cheptels et de l’orientation économique des métairies, leur valeur pouvait donc considérablement varier. Sur la base de ces quatre estimations de cheptel, il demeure très difficile d’avancer une valeur moyenne, même s’il est d’ores et déjà patent que l’agriculture et l’élevage dans les marais asséchés demandaient une très forte immobilisation de capital. Sur le fondement d’une valeur moyenne des métairies calculée à partir des quatre chiffres connus, on obtient ainsi un cheptel total d’une valeur de 27 648 lt. sur l’ensemble des exploitations. Cette estimation, si elle confirme l’important investissement consenti, ne peut servir de base fiable. Toutefois, le livre de compte offre d’autres ressources qu’il importe à présent de mettre en lumière.

82L’approche globale du document montre l’importance de l’élevage dans l’équilibre économique des possessions de Jean Diderick Hoeufft. L’ensemble des métairies a ainsi vendu 130 têtes de bétail entre le mois d’octobre 1670 et le printemps 1671. L’immense majorité de ces ventes est composée de moutons et brebis qui représentent 66 % des ventes. Vaches et bœufs représentent quant à eux le quart des ventes. Il s’agit d’animaux de boucherie, comme en témoigne la présence récurrente des bouchers de Luçon dans les transactions. Enfin, le nombre non négligeable de poulains et pouliches vendus au cours de la période montre que les terres asséchées avaient une fonction de pays naisseur, ce qui sous-tend la présence d’un nombre important de chevaux adultes dans les exploitations.

83Cette pesée globale de la place de l’élevage dans les marais ne doit pas occulter une très grande disparité à l’intérieur des métairies. Ainsi, sur 86 moutons vendus, 60 l’ont été par les deux métairies d’Aiguemortes et de Villefranche, avec trente têtes de bétail vendues chacune. À l’inverse, les ventes de vaches et de bœufs concernent la quasi-totalité des métairies, à l’exception de celle de Chemiré et ne concerne à chaque fois que des effectifs réduits. Enfin, la vente de taureaux n’était l’affaire que d’une seule métairie, celle de Villefranche et n’a concerné que deux individus. À l’image des ventes de poulains, elle ne concernait donc que de petits effectifs.

84La vente de têtes de bétail n’a été que très faiblement compensée par l’achat de nouvelles bêtes. En effet, le renouvellement du cheptel par achat n’a concerné que trois métairies de l’exploitation : Laubier, La Rozelière et La Sablière. Ces achats concernent 59 bêtes réparties dans les trois exploitations. Ils correspondent en réalité à la part que les propriétaires de l’exploitation doivent y investir dans le cadre du bail de métayage. 43 de ces 59 bêtes sont des moutons et de brebis qui constituent ainsi le socle des exploitations. Dans le cadre de ce renouvellement, la métairie de La Rozelière a bénéficié de toute l’attention des investisseurs puisque, outre ses 24 moutons, elle est également dotée de deux bœufs, cinq juments et huit poulains. Cette concentration des investissements sur une seule ferme fait de La Rozelière une métairie particulièrement importante dans le cadre de l’exploitation des marais asséchés du Petit-Poitou.

85La présentation successive des ventes et des achats réalisés dans les métairies détenues par Diderick Hoeufft met en relief la manière dont était exploité le territoire récemment conquis. Le déséquilibre entre la vente et les achats de bétails laisse tout d’abord penser que les métairies consacraient une part notable de leur activité à l’élevage et que le marais asséché peut être en partie défini comme un pays naisseur. Cela semble être particulièrement vrai au sujet des chevaux systématiquement vendus jeunes, puisqu’ils sont qualifiés de poulains ou poudres. De même, le faible nombre d’achats montre que les métairies étaient capables de reproduire elles-mêmes la force de travail dont elles avaient besoin et témoigne, en filigrane, de l’importance globale du cheptel. Toutefois, il convient de ne pas trop surestimer cette spécificité. En effet, le commerce de vaches, de bœufs et de taureaux porte sur de très faibles effectifs. De plus, les bœufs devaient principalement être des bêtes de somme, utilisées dans le cadre des travaux des champs. La vocation céréalière transparaît également à travers le nombre considérable de moutons et brebis, élevage traditionnellement complémentaire de la culture des blés. Outre, la spécificité de l’élevage équestre, l’analyse des données relatives à l’élevage dans le livre de compte fait ainsi paradoxalement apparaître l’importance de la céréaliculture. Cette conclusion est par ailleurs confirmée par la valeur des transactions réalisées.

86Le total des ventes réalisées par les exploitations du Petit-Poitou peut être, d’après le livre de comptes, chiffré à 6 133 lt. 10 s. Dans ce total, l’élevage ne représente que 1 673 lt. 10 s., soit seulement 27,3 %, les 72,7 % restant provenant de la vente de céréales. Les métairies du Petit-Poitou ont ainsi une production essentiellement tournée vers la céréaliculture. Il est en ce sens également significatif que, à la différence des transactions de bétail, celles concernant les céréales sont communes à l’ensemble des exploitations. La gestion des grains est centralisée par le principal propriétaire. Au cours de la période de rédaction du livre de comptes, il a ainsi été vendu 65 tonneaux et 6 boisseaux d’orge pour un montant de 2 460 lt. et 50 tonneaux de bailliarge pour 2000 lt. La vente de foin pour un montant de 27 lt. peut également y être ajoutée.

87Le montant de 6 133 lt. 10 s. ne peut cependant être accepté aussi simplement. Le livre de comptes présente en effet les résultats finaux de chacune des métairies possédées par Diderick Hoeufft. Cela signifie qu’il rapporte le produit qui lui est revenu directement. Or, le terme de métairie n’est pas choisi au hasard et indique que les terres étaient exploitées dans le cadre de baux de métayage. Ainsi, la part revenant à Hoeufft ne représenterait que la moitié du produit de l’exploitation des terres dont le total devrait ainsi être chiffré à 12 267 lt. Cette précision ne change rien quant au fond, mais confirme la vitalité de ces exploitations et éclaire l’intérêt que ses lointains propriétaires leur portaient. Ce montant global fait apparaître que l’équilibre économique des exploitations du marais du Petit-Poitou était assuré à hauteur des deux tiers par la culture de deux céréales de printemps dont le cours s’appréciait au cours de la période. Les assèchements des années 1640 ont de cette manière correspondu à l’implantation durable d’un nouveau mode d’exploitation fondé sur la céréaliculture.

  • 127 Bergasse L., Histoire du commerce de Marseille, t. 4, 1599-1789, Paris, Plon, 1954, p. 137-138.

88Bien que l’on ne dispose pas d’informations aussi riches au sujet de la commercialisation des récoltes arlésiennes, la comparaison de la variation des prix des marchés marseillais et arlésiens reste pertinente. En effet, les campagnes arlésiennes sont traditionnellement le grenier à blé de la cité phocéenne dont les édiles veillent attentivement à l’approvisionnement127. D’une manière générale au cours du XVIIe siècle, les Marseillais parviennent à se ravitailler dans de bonnes conditions et les prix, orientés à la baisse dans les années 1630 et au début des années 1640, ne commencent à augmenter qu’après 1643. Selon une tendance et une chronologie certes comparable, on observe cependant à Arles, une hausse beaucoup plus marquée à partir de 1643. En effet, en 1643 les prix marseillais rattrapent ceux de 1635 tandis que ceux d’Arles les dépassent de plus de 50 %. En d’autres termes, Hoeufft et ses associés exploitent des terres où la rentabilité des investissements s’accroît au cours de la période.

  • 128 BM Avignon, Ms. 2 852, Compte que rend Pierre le N… à son altesse serenissime Madame la Princesse (...)

89La mort de Van Ens en 1653 ne met pas un terme aux assèchements des marais d’Arles. Barthélémy Hervarth et les héritiers de Hoeufft continuent d’exploiter les terres avec assiduité au cours des années 1660 et 1670. Les descendants de Jean Hoeufft subissent pour leur part les conséquences directes de la révocation de l’édit de Nantes, puis quelques années plus tard de la guerre de Succession d’Espagne, au cours de laquelle ils sont dépossédés de leurs biens. En 1685, à la veille de leur expulsion du royaume, les héritiers Hoeufft tirent encore une rente annuelle de 5 000 à 6 000 livres de leurs terres arlésiennes. Ce montant, avancé dans une pièce de procédure rédigée dans le cadre d’un conflit opposant différentes branches de la famille Hoeufft est par ailleurs confirmé par les comptes de la duchesse d’Harcourt, à qui les terres arlésiennes des Hoeufft échurent à la suite de leur expulsion en 1703128. En 1706, son régisseur a ainsi dressé un bilan d’exploitation qui peut être retranscrit sous la forme d’un tableau :

Année

Rentes perçues par la dame d’Harcourt sur les terres confisquées à la famille Hoeufft

1703

3 165 lt. 13 s. 4 d.

1704

6 430 lt. 8 s. 2 d.

1705

7 248 lt. 8 s. 4 d.

1706

4 088 lt. 16 s.

Total

20 933 lt. 5 s. 8 d.

Tableau 3 – Récapitulation des sommes reçues par les rentes depuis le mois de juin 1703 jusqu’au mois d’août 1706 des biens des Hoeufft et de la direction situés dans le terroir d’Arles. Source : BM Avignon, Ms. 2 852.

90Ces données, fragmentaires, témoignent de la continuité de la rentabilité des investissements réalisés dans les assèchements des marais arlésiens. Plus de cinquante ans après leurs réalisations et sans qu’aucune rénovation des installations n’ait été réalisée depuis, un seul des héritiers de Jean Hoeufft peut encore tirer une rente annuelle moyenne supérieure à 5 000 lt. Des recherches plus approfondies restent à conduire sur ce point, mais ces quelques données témoignent d’ores et déjà de la réussite des travaux de Van Ens.

Entretien et pérennité des aménagements

  • 129 BM Avignon, Ms. 2 852, Compte que rend Pierre le N…, f° 12.
  • 130 BM Arles, M 393, Transaction entre les communautés d’Arles et de Tarascon, 1707, p. 1.
  • 131 Ibid., p. 9-10.
  • 132 Leroy Ladurie E., op. cit., p. 509-515 ; Lachiver M., Les années de misère : la famine au temps du (...)
  • 133 Baehrel R., Une croissance : la Basse Provence rurale de la fin du seizième siècle à 1789, Paris, (...)
  • 134 BM Arles, Fonds Véran 493, Raport du sieur Bernardy ingénieur. Du 29 avril 1733.

91À Arles, l’automne 1705 et l’hiver 1706 ont marqué une rupture. En novembre 1705, les « eaux des estangs rompent les chaussées, tandis que le 3 janvier 1706, une inondation met quinze pieds dans les marais », entraînant l’abandon des terres qui ne produisirent « aucun hivernage et ne se découvrirent qu’au mois de juin et de juillet » suivant129. Malgré cela, dans un contexte d’intenses tractations entre les villes d’Arles et de Tarascon, le receveur de la princesse d’Harcourt parvient à prélever les fermes dues. Au cours de cette inondation, la perte des cultures a été principalement causée par des « ouvertures aux chaussées du quartier de Trébon » causées par les « impétuosités des eaux de la rivière du Rhône130 ». Les Arlésiens ont alors procédé rapidement aux travaux de réparation, tandis que les Tarasconnais ont beaucoup plus tardé et ont ainsi provoqué l’ennoiement de la majeure partie du territoire arlésien lors de la crue suivante. Le contentieux entre les deux villes n’a été réglé qu’en 1707, par le biais d’une transaction répartissant de manière égale la charge des travaux d’entretien des levées du Rhône protégeant les deux terroirs131. La rupture des levées au cours du mois de novembre 1705 a ouvert un cycle de dégradation des infrastructures hydrauliques des marais arlésiens. Il s’est trouvé renforcé par la succession d’hivers rigoureux des années 1700 et 1710132, puis par une épidémie de peste qui n’est pas resté sans conséquence sur la population arlésienne133. Sans qu’il soit possible de déterminer la part exacte de chacun de ces facteurs, ils formaient un contexte défavorable à l’entretien des marais asséchés. Le délabrement a ainsi été constaté en 1733 par Bernardy, ingénieur des Ponts-et-Chaussées envoyé sur les lieux pour tenter de résoudre le problème posé par l’inondation continue du terroir tarasconnais134.

  • 135 Ibid., p. 7-8.
  • 136 Ibid., p. 15.
  • 137 Ibid., p. 22.

92Selon Bernardy, la dégradation des marais s’explique en premier lieu par le sous-dimensionnement des éléments d’architecture hydraulique qui jalonnent le parcours des canaux. L’ingénieur cible ses attaques sur la martellière Ens, qui est selon lui la principale responsable des inondations du Trébon. Ses mesures montrent que les ouvertures de la martellière sont moins larges que celles pratiquées dans des ponts situés plus en amont, comme celui des quatre arcs. Il chiffre par exemple la largeur totale des arches de la martellière Ens à 5,4 m alors que celle du pont des Quatre arcs, situé 12 km en amont est supérieure à 12 m135. L’impact de ce déficit est en outre aggravé par un manque d’entretien patent des installations qui limite les capacités d’évacuation. Il s’agit là du principal grief de l’ingénieur à l’encontre des Arlésiens. Il est en effet pour lui hors de doute que les assèchements sont possibles et bénéfiques136. Bernardy reproche également aux Arlésiens d’avoir pratiqué des ouvertures dans les chaussées du Rhône afin d’évacuer les eaux de drainage directement dans le fleuve, sans les faire transiter par les étangs du Landre et du Galéjon. En procédant de la sorte, ils ont certes permis de soulager les canaux de manière ponctuelle, mais ils se sont surtout dispensés de procéder à des curages, pourtant absolument nécessaires. Plus encore, les écluses aménagées dans les levées du Rhône fragilisent ces dernières et facilitent les débordements du fleuve. Le défaut d’entretien et l’aménagement de « vidanges accidentelles » ont pour ainsi dire trahi le programme de van Ens et ont conduit au dépérissement des assèchements. Sur la base de ce constat, les réparations proposées par Bernardy consistent essentiellement dans le curage des canaux et dans l’élargissement des arches des ponts construits dans les marais. Il ne fait ainsi que se placer dans l’héritage de van Ens, lui-même tributaire des réalisations antérieures137.

  • 138 Ibid., p. 16.

93Le ton choisi par l’ingénieur montre également que, dès le XVIIIe siècle, le passage de van Ens fait figure de référence et que ses successeurs n’ont par la suite fait que reprendre ses installations et revendiquer sa filiation. Pour mieux stigmatiser les Arlésiens, dont la négligence coupable et le manque d’esprit d’entreprise ont conduit à l’abandon des assèchements, Bernardy s’emploie à faire du temps de van Ens un véritable âge d’or. Il estime ainsi que « Van Ens & ses associés, […] joüissoient de cent mille livres de rente par an, le dessechement ayant produit jusques à 40 000 septiers de bled en certaines années, ainsi qu’on le reconnoit par les registres des Dixmes de ces tems-là, comme on nous l’a encore assuré138 ». Les constructions de van Ens ont donc marqué durablement non seulement le territoire arlésien, mais aussi les esprits et la mémoire du pays.

94Un phénomène en tout point comparable peut être observé au sujet du Petit-Poitou. Un bref aperçu des noms donnés aux fermes du Petit-Poitou s’avère de prime abord très instructif quant à la genèse effective de l’assèchement. Sur les trente-deux métairies, cinq portent en effet un nom faisant explicitement référence aux possessions auvergnates d’Octavio de Strada, chargé dans les années 1640 de la mise en œuvre du programme d’assèchement. Laubier, Chamalières, Limaigne, Beaulieu et Clermont portent en effet sont en effet des toponymes que l’on retrouve dans les terres mentionnées dans l’inventaire après décès d’Octavio de Strada. De la même manière, les métairies de Fontevieille et Aiguemortes illustrent la proximité des entreprises poitevines et arlésiennes. Enfin, les liens des dessiccateurs avec les Pays-Bas sont rappelés. Deux métairies, l’une s’appelant La Hollande et l’autre La Haye, en portent la marque. Plus du tiers des noms de métairies appartenant à Diderick Hoeufft et se trouvant dans l’enceinte des marais asséchés du Petit-Poitou ne sont nullement d’origine poitevine et exprime clairement le contexte social de réalisation des travaux de mise en valeur.

95Le détour toponymique permet en outre une mise en perspective fructueuse des sources cartographiques. En effet, la toponymie du livre de compte de 1671 se recoupe parfaitement avec celle employée par Pierre Siette dans la carte du marais qu’il dessina en 1648 et, de manière plus surprenante, avec la toponymie actuelle telle qu’elle est retranscrite sur les cartes IGN du début du XXIe siècle. En d’autres termes, le paysage actuel des marais asséchés du Petit-Poitou est l’héritier direct des opérations de drainage conduites dans les années 1640. Une comparaison des cartes anciennes et des cartes récentes font également apparaître une très forte continuité au niveau du bâti. Du XVIIe siècle à nos jours, les assèchements initiés par Jean Hoeufft n’ont donc cessé d’être entretenus et maintenus en état. S’il ne nous appartient pas d’analyser la manière dont une telle continuité a été rendue possible sur une si longue période, nous pouvons toutefois comprendre ce qui motivait un tel effort dans le contexte de l’économie du XVIIe siècle.

96Le livre de comptes rédigé à l’attention de Diderick Hoeufft n’omet pas de fournir de précieux renseignements sur ce point en portant à notre connaissance des données relatives aux frais d’entretien des marais asséchés. Ils concernent tout d’abord la réfection des bâtiments dont les métairies sont équipées. Au total, Diderick Hoeufft y consacre 308 lt. et 4 s. et ces dépenses sont réparties entre huit métairies différentes. La plus grosse dépense a été consentie dans la métairie de Laubier ou 180 lt. de planches de bois ont été achetés afin d’édifier une nouvelle grange. Le deuxième poste de dépense est tenu par la réfection de la porcherie de la métairie de Laval où 65 lt. ont été dépensées pour en garnir le sol de pavés. 24 lt. 5 s. sont consacrée à l’achat de chaux, à hauteur de 24 lt. 15 s., pour des menus travaux de maçonnerie dans l’ensemble des métairies puisqu’il s’agit d’une dépense commune, et 8 lt. 15 s. à l’achat de fer, essentiellement utilisé à Laval et à Choisival. Enfin, 28 lt. 4 s. ont été consacrées au paiement des journées de travail des manœuvres et maçons intervenus sur les divers chantiers. Il ressort ainsi que le coût d’entretien des bâtiments ne représente qu’une part modique des profits résultant de la vente des bêtes et des grains issue de la production du marais asséché, soit seulement 5 %.

97L’entretien du réseau de drainage semble également ne pas avoir représenté une contrainte très lourde pour les propriétaires. D’après le livre de comptes, les curages n’ont été réalisés que dans les quatre métairies de Fromantières, Ardivilliers, Villefort et Saint-Georges. Les comptes distinguent deux types de fossés ; les plus étroits font trois pieds de large et les plus grands huit. Cette distinction montre clairement l’existence d’un réseau de drainage hiérarchisé constamment entretenu. Les plus grands canaux sont curés pour un montant de 2 s. 6 d. la brasse, et les plus petits pour 6 d. la brasse, ce qui correspond à la différence de volume de terre qu’il est nécessaire d’évacuer entre les deux types de fossés. Il a ainsi été curé 544 brasses de fossés de 8 pieds de large pour un montant de 69 lt., et 611 brasses de fossés de 3 pieds pour un total de 15 lt. et 5 s. En somme, l’entretien du réseau de drainage nécessite une dépense négligeable de 84 lt. 5 s., soit 1,3 % du produit des ventes des produits issus des métairies de Diderick Hoeufft. Additionnés, les frais de réfection des bâtiments et ceux de curage des canaux ne représentent donc que 6,3 % du produit des métairies. S’ils sont de nature à limiter la rentabilité des exploitations, ces surcoûts n’ont cependant rien de prohibitif, d’autant plus que la surcharge directement imputable aux nécessités de l’assèchement reste très limitée. Une telle faiblesse des coûts d’entretien explique ainsi la longévité des installations et justifie aisément la longévité de la présence des héritiers de Jean Hoeufft.

Les assèchements : une modification des rapports ville-campagne

  • 139 Guillerme A., Les temps de l’eau, Champs Vallon, Seyssel, 1983, 263 p.

98Le succès des assèchements s’accompagne du triomphe d’un nouveau mode de mise en valeur centré sur l’agriculture et l’élevage, au détriment de la pêche, de la chasse et de la cueillette. Ils ne provoquent des mutations environnementales que dans la mesure où ils bouleversent les équilibres sociaux et accompagnent la victoire d’un modèle économique. D’une manière générale, les assèchements entraînent une redéfinition des rapports entre les anciens riverains des marais et leurs anciennes possessions. Cette modification des relations entre les sociétés et les zones humides est particulièrement perceptible en bordure des villes où les travaux ont été menés avec succès. En effet, les assèchements conduisent à une redéfinition complète des relations entre les villes et leurs campagnes immédiatement environnantes139. Dans une perspective de court terme, les assèchements provoquent l’appropriation des terres par les dessiccateurs eux-mêmes ; dans le moyen et long terme, le relais est pris par l’aristocratie et la bourgeoisie urbaines.

  • 140 AD Lot-et-Garonne, 5 J 175.
  • 141 Pierre de Béringhen était également contrôleur des mines et minières de France alors que Martin Ru (...)
  • 142 AN, MC XXII R 248, 4 avril 1614.
  • 143 AN, MC XIX 384, f° 191, 27 juillet 1617.

99Le devenir des assèchements bordelais offre de ce point de vue une perspective remarquable grâce notamment aux archives héritées de Pierre de Béringhen140. Premier valet d’Henri IV, Béringhen connaît tous les membres de la société pour l’assèchement des lacs et marais de France, sans pour autant en être membre141. Dès 1614, Béringhen louait même une maison à Bradley, dans le faubourg Saint-Germain142. Il apparaît ponctuellement dans la conclusion de certaines affaires. En 1617, Bradley lui cède ainsi sa part des marais de Capestang afin d’honorer une dette contractée auprès de lui143. Bien que la documentation fasse défaut, Béringhen semble s’être immiscé dans les affaires bordelaises d’une manière similaire. Il cumulait en effet les bénéfices de l’intimité du roi avec celui de la proximité des principaux dessiccateurs.

  • 144 AD Lot-et-Garonne, 5 J 175. Henri de Béringhen était chevalier seigneur d’Armainvilliers et Gres, (...)

100Bien qu’il soit difficile de comprendre comment Béringhen a pris pied dans les assèchements bordelais, il s’avère en revanche aisé de comprendre comment il en est sorti. En 1654, à la demande d’Henri de Béringhen, fils et héritier de Pierre, a été dressé un Inventaire des marais afin de faire un bilan de ses possessions en Guyenne144. Le document, conservé aux archives du Lot-et-Garonne, qui n’est pas signé, a été écrit par le régisseur des terres d’Henri de Béringhen. Il semblerait qu’il ait été inspiré d’un cahier beaucoup plus volumineux tenu par David Lhermitte, procureur de la société pour l’assèchement des lacs et marais de France en Aunis, et gendre de Pierre de Béringhen. Fort d’une centaine de pages, il est découpé en quatre parties successives : les dépenses faites par Pierre de Béringhen et les terres acquises, les terres vendues, les terres restant à vendre et, enfin, l’état des paiements à la date de 1654. Sur cette trame initiale sont ajoutées des notes marginales illisibles, à l’exception de la mention « payé », ce qui distingue les bonnes créances des mauvaises, celles qui ont été recouvrées de celles qui ne l’ont jamais été. En d’autres termes, le cas des possessions de Pierre de Béringhen est le seul pour lequel il est possible de dresser un bilan comptable approfondi, c’est-à-dire de comparer le prix d’achat des terres avec leur prix de revente après assèchement. L’analyse de ce document permet donc d’estimer le profit et l’impact social des assèchements bordelais.

101Le cahier de 1654 ne dévoile rien au sujet de la constitution du domaine des Béringhen. Il ne mentionne ainsi que sept achats de terres entre 1604 et 1645 et révèle qu’en 1614 Pierre de Béringhen a déjà acquis 2 334 journaux (747 ha) de terres pour un montant de 3 200 livres tournois. La valeur moyenne du journal était alors d’environ une livre tournois et demie. Le premier valet de chambre d’Henri IV s’est donc constitué un domaine d’une ampleur considérable à un coût avantageux. Le cahier fait également apparaître qu’Henri de Béringhen a revendu plus de terres que son père n’en avait acquises, puisque les comptes rapportent la vente de près de 4 171 journaux (1 334 ha) de marais asséchés. Le domaine des Béringhen se divise ainsi en deux parts. La première a été acquise au début du XVIIe siècle, tandis que la seconde, constituée de plus de 1 800 journaux (576 ha) de terres, a été acquise en 1640, selon des modalités inconnues. Dans ces conditions, il est impossible de comparer le montant investi avec le montant gagné grâce à la revente des terres, d’autant plus que les sommes engagées dans les travaux d’assèchement sont ignorées. Il est en revanche possible d’estimer l’évolution de la valeur des marais au cours de la période.

102Les comptes de 1654 rapportent la valeur nominale des terres en livres tournois. Or, entre 1604, date du premier achat, et 1650, date de la dernière revente, la valeur de la livre tournois a fortement diminué. Une première lecture des comptes montre ainsi que la valeur en livres tournois, du journal de marais a été multipliée par 8,5 au cours de la période et fait ainsi apparaître un profit colossal réalisé par les investisseurs. En effet, les assèchements ont été conduits à l’échelle du royaume, indépendamment des conjonctures locales, ce qui invite à les considérer à l’échelle du pays. La famille Béringhen est parisienne et gère ses affaires depuis la capitale du royaume et entretient avec ses terres un rapport comptable. Dans cet ordre d’idée, il nous a semblé pertinent de comparer l’évolution du prix du journal de terres avec celle du setier de froment à Paris, afin de mettre en relation de manière simple l’évolution de la valeur de la terre avec la conjoncture économique générale.

  • 145 Bercé Y.-M., Histoire des croquants. Étude des soulèvements populaires dans le Sud-Ouest de la Fra (...)

103L’évolution de la valeur moyenne du journal de terres et celle du setier de blé apparaissent ainsi avoir été étroitement corrélées. Si l’on considère que l’effondrement du prix du blé est révélateur d’une crise économique globale, alors la fluctuation du prix du journal de marais asséché s’inscrit dans le cadre de la conjoncture générale. En effet, lorsque les prix du froment augmentent brutalement, la valeur de la terre s’effondre. Cela est très net en 1642 et après 1646. À l’inverse, lorsque les prix du froment diminuent, une première fois après 1624 et une seconde en 1643-1644, le prix des terres remonte. La corrélation entre le prix du froment et la valeur de la terre ne doit cependant pas être trop systématisée, dans la mesure où les événements politiques portent leur part de responsabilité dans cette évolution. La chute de la valeur des terres des marais en 1634-1635 doit beaucoup au contexte d’émeutes antifiscales qui agitent très vigoureusement Bordeaux145. De même, après 1648, la baisse du prix de la terre est indissociable de la Fronde et de ses conséquences sociales. En définitive, ces constatations renseignent plus sur la situation des Béringhen que sur la nature spéculative ou patrimoniale de leurs placements. Ils sont en effet contraints de vendre en période de crise dans le but de dégager des liquidités.

104Malgré les très fortes fluctuations, la valeur des terres des marais de Bordeaux s’est considérablement accrue. Les valeurs à l’achat, connues pour les années 1604, 1614 et 1 634 oscillent ainsi entre 0,2 et 10 livres tournois le journal. Ces dates correspondent aux baisses les plus fortes sur les deux courbes. En revanche, à l’exception de l’année 1650, aucune revente de terres ne s’est faite à moins de 25 lt. le journal. Cela signifie que, même au cours des pires années, les dessiccateurs sont parvenus à doubler la valeur de leurs possessions. Dans le même sens, les reventes réalisées dans les années les plus fastes, en 1635 et 1645, ont permis d’obtenir 60 et 62 lt. du journal de terres, soit entre 2 et 24 fois la valeur d’acquisition des terres. Au cours de cinq années (1624. 1626, 1647, 1648 et 1649), la valeur des terres revendues a ainsi été comprise entre 30 et 35 lt. le journal. Elle n’a été inférieure à 30 lt. qu’en 1643 et 1650, année de l’effondrement. En d’autres termes, les assèchements ont accompagné un processus de valorisation foncière considérable qui mérite cependant d’être largement pondéré.

Graph. 1 – Évolutions comparées du prix du journal de marais à Bordeaux et du prix du setier de blé à Paris (1604-1654). Sources : AD Lot-et-Garonne, 5 J 175 ; Baulant M., « Les prix du grain à Paris de 1431 à 1788 », op. cit., p. 538.

105La valeur de la terre s’effondre ainsi à partir de 1648, si bien qu’en 1 650 les terres sont revendues 9 lt. le journal, soit le prix auquel elles avaient été achetées. Or, cette baisse est loin d’être anecdotique dans la mesure où une très grande partie des ventes a été réalisée dans cet intervalle. En comparant les courbes de l’évolution de la vente de terre et celle du prix de la terre, on observe ainsi que la quantité de terres vendues explose à partir du moment où leur prix diminue. 840 journaux de terres, soit 20 % du total, ont été vendus alors que la valeur du journal n’était que de 9 lt. En réalité, ce sont 81 % des terres qui ont été revendues à partir de 1647, c’est-à-dire à partir du moment où la valeur de la terre commençait à chuter. Sur le long terme, la valorisation est restée très forte jusqu’en 1649 où le journal était encore estimé à 35 lt., même si l’affaire aurait pu être bien plus profitable encore. L’ignorance où nous sommes de la situation de la famille Béringhen interdit de tirer des conclusions définitives sur cette évolution. Seules deux hypothèses peuvent être avancées. La première tient à l’appauvrissement réel de la famille qui l’aurait contraint à revendre à la hâte ses possessions. La seconde repose sur l’idée que, dans le contexte de renchérissement du prix des grains, les Béringhen aient préféré porter leurs capitaux sur d’autres marchés. Cette seconde hypothèse paraît d’autant plus plausible que les marais asséchés devaient être surtout consacrés à l’élevage et qu’ils devaient avoir perdu une partie de leur rentabilité des premières années. Les Béringhen les auraient ainsi revendus après en avoir tiré de substantiels profits grâce à leur exploitation. Malgré le contexte difficile de la fin des années 1640, l’investissement dans l’assèchement des marais bordelais a donc été très lucratif, d’autant qu’il s’est doublé d’opérations strictement financières, dont les comptes de 1654 font également part.

Graph. 2 – Évolutions comparées de la valeur et de la quantité de terres vendues dans les marais de Bordeaux (1604-1654). Source : AD Lot-et-Garonne, 5 J 175.

106Le bilan de 1654 fait apparaître une différence entre le gain potentiel issu de la cession des terres au moment de la signature des contrats de vente et l’encaissement effectif. En additionnant le total du principal des créances à encaisser et des créances encaissées, on obtient ainsi un total de 124 204 livres honoré à hauteur de 82,7 %. Les paiements étant en général toujours étalés sur plusieurs années, les acheteurs doivent en outre verser des intérêts aux Béringhen. Leur montant total s’élève à 35 170 livres, soit 28,3 % du principal total. Les intérêts ont été très largement versés puisque, 30 364 livres (86 %) ont été encaissées et seulement 4 806 (14 %) ont été perdus. La bonne perception des intérêts a un impact considérable sur la nature des opérations puisqu’ils représentent en réalité 22,8 % du montant total encaissé (133 092 livres) et même 29,6 % du principal encaissé. Il apparaît ainsi que l’opération strictement foncière se double d’une opération financière et bancaire qui donne toute son empreinte aux programmes de dessiccation. Estimer le profit tiré de la bonification implique donc d’envisager le devenir des investissements sur une durée relativement longue. Calculer un taux est tout à fait inenvisageable dans la mesure où les montants investis dans les travaux d’assèchement sont inconnus. La valorisation foncière et les opérations financières réalisées à l’occasion de la revente de terres, suffisent cependant à montrer que l’opération a été une affaire très profitable. Ce n’est qu’au cours des années 1 650 qu’Henri de Béringhen tire tous les bénéfices des placements de son père réalisés plus de quarante ans auparavant. Miser dans les assèchements s’apparente à un placement de bon père de famille, attractif et rémunérateur.

107Au cours du XVIIe siècle, les marais de Bordeaux ont connu un bouleversement radical quant à leur statut. Ils ont connu un intense phénomène de valorisation foncière qui les a transformés en objet de spéculation. Une valeur marchande a ainsi été attribuée à des terres qui n’en étaient certes pas dépourvue, mais qui étaient essentiellement exploitées de manière extensive. Cette évolution majeure a eu de profondes conséquences sociales et a favorisé l’appropriation des faubourgs de la ville par les élites urbaines, ayant pour corollaire la disparition des anciens usagers de ces territoires. Cette évolution sociale radicale transparaît clairement à la lumière du bilan des ventes réalisées par les Béringhen en 1654. Son auteur ne se limite en effet pas à une recension des terres vendues et de leurs montants. Il a également pour objectif de distinguer les bonnes des mauvaises dettes et précise donc l’identité des acheteurs des marais asséchés. De ce fait, le bilan de 1654 permet de mettre en perspective la sociologie des acheteurs. Les vingt-huit acheteurs dont l’identité est précisée peuvent être répartis en sept catégories. Cinq d’entre elles sont clairement identifiables : marchands, bourgeois, parlementaires et avocats, bouchers et aristocrates. Le document mentionne la présence d’un messager dont on ne sait rien, tandis que la qualité de certains acheteurs n’est pas spécifiée. Au total, les acquéreurs peuvent être répartis en fonction des montants dépensés de la manière indiquée dans le graphique 3, ci-contre.

108Le bilan de 1654 fait apparaître un très net mouvement d’acquisition des terres asséchées par les marchands de la ville qui acquièrent à eux seuls près de 60 % de la valeur des anciens marais. Ces marchands peuvent être d’origine bordelaise, mais trois d’entre eux sont Néerlandais. La deuxième catégorie d’acheteurs est composée des bourgeois et d’hommes de lois bordelais qui acquièrent 14 et 12 % des terres. Au sein de cet ensemble, les bouchers se distinguent nettement puisqu’ils prennent à eux seuls possession de 10 % des terres. Les acheteurs dont la qualité n’est pas spécifiée dans le document représentent 10 % du volume des achats et il y a de fortes probabilités qu’il s’agisse de bourgeois ou de marchands bordelais. L’aristocratie de Guyenne se désintéresse quant à elle totalement de l’affaire, puisqu’elle n’acquiert que 1 % des terres. Henri de Béringhen a donc vendu ses possessions aux élites économiques et politiques de la ville. Les assèchements ont ainsi provoqué l’éviction du chapitre cathédral à l’origine largement possessionné et se font l’écho des changements sociaux intervenus à Bordeaux au cours de la période, la répartition de la propriété des terres asséchées reflétant l’image d’une ville tirant sa richesse du commerce et son prestige du Parlement.

Graph. 3 – Qualité des acheteurs des marais asséchés en 1654. Source : AD Lot-et-Garonne, 5 J 175.

  • 146 Le Mao C., Les fortunes de Thémis. Vie des magistrats du Parlement de Bordeaux au Grand Siècle, Bo (...)

109Cette tendance ne s’est pas démentie dans les décennies qui ont suivi la vente des Béringhen. L’état des assèchements bordelais à la fin du XVIIe siècle, connu grâce à un procès ayant opposé des propriétaires des marais au sujet de la répartition des frais d’entretien du marais, le confirme. En 1695, le comte de Foix demande l’application d’une ordonnance prise par les Jurats en 1680 visant à condamner le Président d’Hostein à une amende pour défaut de paiement. Face aux contestations du parlementaire, le comte de Foix obtient la nomination d’une commission composée de jurats, d’un arpenteur juré et de son peintre, et du lieutenant général du roi. L’expertise confirme la condamnation du Président d’Hostein et lui enjoint de payer une amende. Au-delà des difficultés rencontrées dans l’entretien des aménagements hydrauliques, ce procès confirme ainsi la prise de possession des marais asséchés par les élites parlementaires. Si le rapport d’expertise est bien conservé dans les archives du chapitre cathédral, ce dernier n’apparaît nullement concerné par le procès, ce qui tend à confirmer sa dépossession. Cela confirme par ailleurs l’importance des propriétés des Parlementaires dans la région bordelaise146. De même, les modalités de règlement du conflit illustrent le relatif contrôle des institutions de la ville sur l’espace périurbain, puisqu’il s’agit en réalité de faire appliquer une ordonnance prise par les Jurats alors qu’ils avaient été totalement évincés de la gestion des querelles nées dans les marais asséchés au cours du premier tiers du siècle. Sur le long terme, les assèchements s’inscrivent donc bien dans les évolutions sociales de la ville tant ils ont accompagné l’ascension des composantes parlementaires et bourgeoises de la société bordelaise.

Graph. 4 – Bilan comptable des ventes de marais asséchés ayant appartenu aux Béringhen en 1654. Source : AD Lot-et-Garonne 5 J 175.

*

110Les lourds investissements consentis dans les différents travaux d’assèchement et les multiples interventions du pouvoir central afin d’en assurer le succès ont servi de support à un processus de mutation environnementale. Dans chacun des sites asséchés, le creusement de nouveaux réseaux hydrauliques ou la reprise des anciens aménagements ont durablement modifié le fonctionnement des milieux naturels. Des neuf marais étudiés, seuls trois ne sont plus sous l’empire des réseaux conçus ou rénovés au cours du XVIIe siècle. Les marais de Bordeaux ont été en partie urbanisés et l’étang de Capestang, à la suite des nombreux déboires de différentes sociétés d’assèchement a été rendu aux eaux. Les marais de Sacy-le-Grand, marqué par l’exploitation tardive de la tourbe, sont désormais sous les eaux et servent de réserve cynégétique appréciée. Le modèle hydraulique des dessiccateurs du XVIIe siècle a ainsi constitué un véritable tournant dans l’histoire de ces espaces.

111Une telle évolution aurait pu être sans lendemain si les marais asséchés n’avaient pas été des territoires rentables. Dès le lendemain de leurs assèchements, ils étaient en effet en mesure d’offrir des revenus conséquents à leurs nouveaux propriétaires, grâce à la céréaliculture mais aussi grâce à l’élevage. Les logiques strictement financières qui pilotaient en partie les opérations se doublaient ainsi de logique de moyens et de longs termes. En effet, l’entretien des marais ne représentait pas encore un coût prohibitif pour les propriétaires. Enfin, cette longévité des changements induits par les assèchements s’explique par une profonde mutation de la propriété qui a largement profité aux élites marchandes et politiques promues par le pouvoir central.

112En provoquant des mutations environnementales de grande ampleur, les dessiccateurs ont rentabilisé leurs mises de fonds initiales. Les assèchements correspondent tout autant à une évolution radicale des milieux qu’à l’accompagnement d’évolutions sociales de fonds. Plus largement, l’exemple des assèchements de marais, dans leur homogénéité de principe, comme dans leur diversité d’application, montre que la conduite d’une politique publique, dans le contexte de la monarchie française du premier XVIIe siècle pouvait impliquer de lourds impacts environnementaux autant qu’elle signait un contrôle sévère de l’État, et de son aristocratie, sur ses territoires.

Notes

1 Chatelain T., « Assèchement et bonification des terres dans l’Antiquité grecque. L’exemple du lac Ptéchaï à Erétrie : aspects terminologiques et techniques », dans Briant P. (dir.), Irrigation et drainage dans l’Antiquité, Paris, Thotm, 2002, p. 81-108.

2 Leveau P., « Mentalité économique et grands travaux hydrauliques : le drainage du lac Fucin aux origines d’un modèle », Annales ESC, janvier-février 1993, vol. 1, p. 3-16. Grewe K., « Der Fulbert Stohlen am Laacher See. Eine ingenieurleistung des hohen Mittelalters », Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters, 7, 1979, p. 107-142. Bailly-Maître M.-C., L’argent. Du minerai au pouvoir dans la France médiévale, Paris, Picard, 2002, p. 24 et suiv.

3 Dautet J.-G., op. cit., p. 230.

4 AD Gironde, G 123, Cession par Conrad. de la pallu de Bordeaux audit Cardinal de Sourdis du 3 mai 1619, f° 1 v°.

5 AD Gironde, G 123, Extraict des registres du Parlement, Bordeaux, 1647, p. 5.

6 Arnaud d’Hostein est qualifié de chevalier baron de Sainte Croix, conseiller du roy en ses conseils, President en la cour des aydes de Guyenne, dans Fait du procez entre Messire Arnaud d’Hostein…, s. l., 1679, p. 1.

7 AD Gironde, H 365, f° 13.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Ibid., f° 14 v°.

11 AD Gironde, G 123, Extraict des registres du Parlement, Bordeaux, 1647, p. 6.

12 Ibid.

13 Ibid., p. 7.

14 AN, 101 AP F 5, Contrat du 6 mai 1642, cité dans Masse P., op. cit., p. 32.

15 Ibid., p. 33.

16 Le terme de perceinte évoque le fait que ce canal avait une fonction de ceinture c’est-à-dire qu’il longeait le canal sur son rebord extérieur.

17 Cf. infra, p. 192 et suiv.

18 AN, 101 AP F 5, Contrat du 24 janvier 1648, cité dans Masse P., op. cit., p. 34.

19 AD Seine-Maritime, 9 H 1234, cité par Penna B., op. cit, p. 141.

20 Ibid.

21 Bourgne A., op. cit., cité p. 242.

22 Ibid.

23 Ibid. : « Il demeurera pour l’avenir et quantité de quarante perches d’héritage de long à entrer dedans les dits marests à commencer à en faire la mesure un plus long et avancé courtil qui s’est trouvé dedans les dits marests […], au bout desquelles quarante perces serait fait un fossé de dix pieds de large aux dépens dudit sieur et sur la portion qui lui reste à aller de fil en ligne gagner une balise qui est plantée vis-à-droit. »

24 AD Seine-Maritime, 9 H 1234, cité par Penna B., op. cit.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Morera R., op. cit., p. 117-157.

28 Liegard S. et Fourvel A., « Étude de deux digues d’étangs “en terre” recoupées par le tracé de la RCEA à Pierrefite-sur-Loire et Coulanges (Allier) », Revue archéologique du centre de la France, t. 43, 2004, p. 209-222 ; Rossiaud J., Dictionnaire du Rhône médiéval. Identités et langages, savoirs et techniques des hommes du fleuve (1300-1550), Grenoble, Centre alpin et rhodanien d’ethnologie, 2002, p. 315-321 ; AN, MC XIX 413 bis, 10 juin 1637.

29 AN, E 25b, f° 9 r°.

30 AN, MC XIX 400, 16 mai 1630, f° 1 v°.

31 Ibid.

32 AN, MC XIX 400, 28 juin 1630, f° 1 v°.

33 AN, MC XIX 400, 28 juin 1630, f° 1 v°.

34 AN, MC XIX 404, 4 mai 1633, f°s 1 et 1 v°.

35 AN, MC XIX 404, 4 mai 1633, f° 1 v°.

36 Morera R., op. cit., p. 92-117.

37 AN, MC XIX 411, 23 avril 1636.

38 AN, MC XIX 411, 23 avril 1636, f° 3.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Derruau M., op. cit., p. 220-251.

42 Cf. supra, p. 213 et suiv.

43 AN, MC XIX 404, 21 mai 1633.

44 Ibid.

45 AN, MC XIX 405, 28 juillet 1633.

46 AN, MC XIX 408, 25 septembre 1634.

47 AN, MC XIX 411, 15 avril 1636. AN, MC XIX 413, 10 juin 1637.

48 AN, MC XIX 414, 15 décembre 1637.

49 AN, MC XIX 432, 16 septembre 1645.

50 AD Puy-de-Dôme, 16 H 99.

51 « Commission pour les marais de Bourgogne & Bresse, du 17 may 1625 », publié dans les Édits, Déclarations Lettres patentes et Commissions du roi pour le dessèchement des marais, palus et terres inondées de ce royaume, Paris, Pierre Charpentier, 1634, p. 106-113.

52 AD Puy-de-Dôme, 16 H 99, Procès verbal du bornage et picquettement du lac de Sarliève, copie collationnée le 18 mai 1664.

53 Ibid., f° 9 v° et f° 10.

54 Les documents n’apportent aucune précision au sujet des aménagements dédiés à la pêche.

55 Ibid., f° 12 et f° 12 v°.

56 AD Puy-de-Dôme, 16 H 100 : Arrêt du 31 décembre 1634.

57 Ibid.

58 AD Oise, H 1700, acte du 29 novembre 1627, f° 1.

59 Ibid., f° 2.

60 Morera R., « Aménagement de rivière et drainage de zones humides : le cas de la Frette (Oise) au XVIIe siècle », dans Douetil J.-M. (éd.), Des rivières, des hommes, une longue histoire, Actes du colloque du SIARCE Corbeil-Essones 4 et 5 novembre 2005, Paris, AEDEH, 2007, p. 121-128.

61 AD Oise, H 1701, f° 2 v° et f° 3.

62 Carte IGN 1/25 000, 2411 O, Estrées-Saint-Denis.

63 Siette P., op. cit.

64 AD Puy-de-Dôme, 16 H 100, Inventaire après décès d’Octavio de Strada.

65 AD Bouches-du-Rhône, 1 F 99, pièce no 114, f°s 1 r° et 1 v°.

66 Ibid., f° 1 v°.

67 Ibid., f° 3 r°.

68 Ibid., f° 2 v°.

69 AD Bouches-du-Rhône, 1 F 99, pièce no 124, f° 1 r°.

70 Ibid., f° 1 v°.

71 Ibid., f° 2 r°.

72 Ibid., f° 2 v°.

73 Ibid., f° 3 r°.

74 BM Arles Fonds Véran 493, Raport du sieur Bernardy ingenieur, du 29 avril 1733, p. 2.

75 AD Bouches-du-Rhône, 108 E 101, Convention avec le Sr Vanens pour le desseichement des paluds de Barbegal.

76 AD Bouches-du-Rhône, 108 E 105, Consulte sur le faict des dommages et intheretz prétendus par le sieur Vanens a cause de ce qu’il estoit empesché au desséchement des paluds et marais.

77 AD Bouches-du-Rhône, 108 E 99.

78 AD Bouches-du-Rhône, 108 E 1394, Enregistration de la transaction passée entre Monseigneur le marquis de ceste ville touchant ses demandes contre ces consuls des Baux, ensemble la rattification faite par ses Exc. Il faut en outre mentionner que l’étang du Comte appartient directement au roi et qu’il en retire d’importantes taxes : AD Bouches-du-Rhône, 108 E 100.

79 AC Arles, DD 85, f° 148.

80 Ibid., f° 149.

81 Ibid., f° 150 à f° 152 v°.

82 Ibid.,s 153 r° et 153 v°.

83 Ibid., f° 153 r°.

84 Stouff L. et al., Bertan Boysset, un arlésien du Moyen Âge, Arles, la Ville, 1985, 64 p ; Gautier-dalché P., « Bertrand Boysset et la science », dans Eglise et culture en France méridionale (XIIe-XIVe siècles), Cahiers de Fanjeaux no 35, Toulouse/Fanjeaux, Privat/Centre d’étude historique de Fanjeaux, 2000, p. 261-285 ; Querrien A., « Les aménagements hydrauliques des environs d’Arles au Moyen Âge : sources et contextes », dans Sato S. (éd.), Genesis of historical text and map, Text/Context 2, Nagoya University, Graduate school of Lettters, 2007, p. 1-22.

85 AD Bouches-du-Rhône, 1 F 99, pièces no 108, f° 3 r° et f° 3 v°.

86 AD Bouches-du-Rhône, 108 E 97, f° 19 v°.

87 AD Bouches-du-Rhône, 108 E 97, f° 21 r°.

88 Cf. supra, p. 164 et suiv.

89 Ce sont les deux arpenteurs arlésiens qui interviennent le plus systématiquement pour dresser les procès-verbaux d’arpentage : AC Arles DD 88.

90 AD Bouches-du-Rhône, 5 B 26, f°s 15-21.

91 Ibid., f° 16.

92 Ibid., f° 17.

93 Ibid.,s 16 v°-17.

94 Ibid., f° 17 v°.

95 De nombreuses cartes de marais sont signalées dans l’inventaire après décès d’Octavio de Strada, AD Puy-de-Dôme, 16 H 100.

96 AD Bouches-du-Rhône, 5 B 26, f° 18.

97 Ibid.,s 18 v°-19.

98 AN, MC LIV 507, 28 avril 1626.

99 AN, MC XIX 392, 24 mars 1624.

100 AN, MC XIX 400, 1er janvier 1630.

101 AN, MC XIX 399, 26 juin 1629.

102 AN, MC XIX 403, 29 septembre 1631.

103 AN, MC XIX 404, 21 mai 1633.

104 AN, MC XIX 399, 26 juin 1629 ; XIX 400, 6 janvier 1630.

105 AN, MC XIX 400, 6 janvier 1630.

106 AN, MC XIX 404, 1er avril 1633.

107 Faute de données il est impossible d’estimer la valeur de l’investissement foncier.

108 AN, MC XIX 404, 21 mai 1633.

109 AN, MC XIX 411, 17 mai 1636.

110 AN, MC XIX 413, 13 avril 1637.

111 AN, MC XIX 416, 10 décembre 1638.

112 AN, MC XIX 399, 28 février 1628.

113 L’inventaire après décès de Ruzé d’Effiat ne livre malheureusement aucune bribe d’information à ce sujet : AN, MC XIX 404, 17 janvier 1633.

114 RUHZ, 692, f° 177.

115 RUHZ, 691, f° 129.

116 RUHZ, 693, f° 6 v°

117 RUHZ, 692, f° 177 v°.

118 Le terme de bailliarge est fréquemment employé en Poitou, il désigne une espèce d’orge de printemps.

119 RUHZ, 692, f° 163 v°.

120 D’autres Hoeufft sont ainsi mentionnés dans les comptes : RUHZ, 692, f° 163 v°.

121 Posthumus N. W., Inquiry into the history of prices in Holland, Leiden, Brill, t. 1, 1946, p. 16-17.

122 Nationaal Archief, La Haye, 3.20.26, Lijste van onse effecten in Vranckrijck.

123 La bailliarge est de l’orge de printemps.

124 La meture est un mélange de froment et de seigle ou d’orge.

125 RUHZ, 698.

126 Le nom de Slichet apparaît sur la carte des marais du Petit-Poitou dressée par Pierre Siette en 1648.

127 Bergasse L., Histoire du commerce de Marseille, t. 4, 1599-1789, Paris, Plon, 1954, p. 137-138.

128 BM Avignon, Ms. 2 852, Compte que rend Pierre le N… à son altesse serenissime Madame la Princesse d’Harcourt. De la requête par luy faite des revenus des marais d’Arles appartenant à la succession de Jean Hoeufft, 1706.

129 BM Avignon, Ms. 2 852, Compte que rend Pierre le N…, f° 12.

130 BM Arles, M 393, Transaction entre les communautés d’Arles et de Tarascon, 1707, p. 1.

131 Ibid., p. 9-10.

132 Leroy Ladurie E., op. cit., p. 509-515 ; Lachiver M., Les années de misère : la famine au temps du Grand Roi, Paris, Fayard, 1991, 574 p.

133 Baehrel R., Une croissance : la Basse Provence rurale de la fin du seizième siècle à 1789, Paris, SEVPEN, 1961, p. 236.

134 BM Arles, Fonds Véran 493, Raport du sieur Bernardy ingénieur. Du 29 avril 1733.

135 Ibid., p. 7-8.

136 Ibid., p. 15.

137 Ibid., p. 22.

138 Ibid., p. 16.

139 Guillerme A., Les temps de l’eau, Champs Vallon, Seyssel, 1983, 263 p.

140 AD Lot-et-Garonne, 5 J 175.

141 Pierre de Béringhen était également contrôleur des mines et minières de France alors que Martin Ruzé en était le lieutenant général : Fagniez G., op. cit., p. 34.

142 AN, MC XXII R 248, 4 avril 1614.

143 AN, MC XIX 384, f° 191, 27 juillet 1617.

144 AD Lot-et-Garonne, 5 J 175. Henri de Béringhen était chevalier seigneur d’Armainvilliers et Gres, conseiller du roi en ses conseils d’État et privé : AN, MC II 171, 19 juillet 1643. En 1646, son mariage avec Anne Duele a été célébré en présence du roi, d’Anne d’Autriche et de Mazarin : AN, MC CVII 172, 6 janvier 1646.

145 Bercé Y.-M., Histoire des croquants. Étude des soulèvements populaires dans le Sud-Ouest de la France, 2 vol., Paris et Genève, 1974 ; Porchnev B., Les soulèvements populaires en France au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1972, p. 166-205.

146 Le Mao C., Les fortunes de Thémis. Vie des magistrats du Parlement de Bordeaux au Grand Siècle, Bordeaux, 2006, p. 90 et suiv.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 – Le rapport des terres possédées par les héritiers de Jean Hoeufft dans le Petit-Poitou. Source : Nationaal Archief, La Haye, 3.20.26, Lijste van onse effecten in Vranckrijk.Note 121123Note 122124
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111480/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Tableau 2 – Le cheptel des exploitations des marais asséchés du Petit-Poitou appartenant à Diderick Hoeufft en 1671. Sources : RUHZ 691.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111480/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende Graph. 1 – Évolutions comparées du prix du journal de marais à Bordeaux et du prix du setier de blé à Paris (1604-1654). Sources : AD Lot-et-Garonne, 5 J 175 ; Baulant M., « Les prix du grain à Paris de 1431 à 1788 », op. cit., p. 538.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111480/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Graph. 2 – Évolutions comparées de la valeur et de la quantité de terres vendues dans les marais de Bordeaux (1604-1654). Source : AD Lot-et-Garonne, 5 J 175.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111480/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Graph. 3 – Qualité des acheteurs des marais asséchés en 1654. Source : AD Lot-et-Garonne, 5 J 175.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111480/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Graph. 4 – Bilan comptable des ventes de marais asséchés ayant appartenu aux Béringhen en 1654. Source : AD Lot-et-Garonne 5 J 175.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111480/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search