Version classiqueVersion mobile

L’assèchement des marais

 | 
Raphaël Morera

Chapitre IV. Prendre possession de la terre

Texte intégral

1Le dispositif juridique offert par la monarchie aux dessiccateurs du premier XVIIe siècle leur accorde une très grande liberté de manœuvre. Le soutien du Conseil d’État et l’implication des premiers ministres successifs leur permettent de surmonter aisément les principales difficultés qu’ils peuvent rencontrer. Cependant, en dépit de la liberté dont dispose le pouvoir central, il ne peut priver ni les propriétaires ni les seigneurs de leurs droits élémentaires et coutumiers. Or, les opérations d’assèchement supposent l’appropriation complète de la terre en vue de son exploitation. En d’autres termes, les questions de la propriété de la terre et des droits seigneuriaux doivent être réglées préalablement au déclenchement des travaux de drainage. Le succès des assèchements et leur très large diffusion posent donc la question de la prise de possession de la terre. Il importe en effet de comprendre comment les dessiccateurs se sont insérés dans le jeu complexe des droits locaux et des droits seigneuriaux. Ont-ils purement et simplement évincé les anciens propriétaires ou sont-ils parvenus à négocier avec eux et à les intégrer, d’une manière ou d’une autre aux projets d’assèchement ?

2Si l’appropriation des terres est un préalable nécessaire à toute opération d’assèchement, les dessiccateurs cherchent surtout à modifier radicalement les usages de l’eau d’une part, et les modalités d’exploitation des marais d’autre part. La dimension conflictuelle des assèchements semble de la sorte inscrite dans la nature même des projets de bonifications dont le succès ne peut se faire sans la limitation, voire la disparition, des droits et pratiques des autochtones. De fait, à l’image de tous les assèchements européens, les travaux français ont provoqué d’importants conflits et soulevé des oppositions tenaces que les dessiccateurs se sont employés à surmonter. Nés et développés dans le giron de l’État, les assèchements ont bénéficié de son plein et entier soutien. Comment dès lors l’État a-t-il mis sa puissance et son autorité au service des travaux de bonifications ? En retour, quels bénéfices la monarchie pouvait-elle escompter de ce précieux soutien ?

3L’enjeu de l’appropriation de la terre pose en définitive la question de la coexistence de deux ordres juridiques de natures fort différentes : d’un côté, le nouveau droit élaboré par l’État en voie de centralisation, de l’autre, les coutumes locales et les droits seigneuriaux. Il s’agit ainsi de comprendre comment une politique d’aménagement portée et souhaitée par le pouvoir central s’est imposée à l’échelle des différents sites. De la sorte, les modalités de régulation des tensions et des conflits posent la question de l’inscription des assèchements dans le processus de construction et d’affirmation de l’État centralisé.

Intégrer le cadre seigneurial

Les droits sur la terre

4Les édits de 1599 et de 1607 donnaient la possibilité aux dessiccateurs de développer leur activité en procédant à des expropriations. Cette solution n’a cependant pas été privilégiée par les entrepreneurs qui ont préféré négocier leurs installations avec les propriétaires. Ils pouvaient faire valoir l’appréciation de la valeur des terres à laquelle les assèchements ouvraient la voie. Dans la plupart des cas, ils ont été conduits au prix du versement de droits pesant sur les terres convoitées. Toutefois chaque ouverture de chantier a débouché sur des conditions différentes.

  • 1 Dienne E. de, op. cit. ; Masse P., « Le desséchement des marais du Bas-Médoc », Revue historique d (...)
  • 2 AN, 101 AP F 5, Acte du 17 septembre 1600, cité dans Masse P., op. cit., p. 29.
  • 3 Ibid.

5Dès les premiers travaux, entamés dans le Médoc, la nécessité de négocier avec les seigneurs s’impose aux dessiccateurs1. Le 17 septembre 1600, lorsque « Messire Charles, seigneur de Matignon », passe un contrat avec Conrad Gaussen et Humphrey Bradley afin qu’ils assèchent les marais de sa seigneurie de Lesparre, il leur baille à « fief nouveau de tous les susdits marais, palus et vacans sans aucune reservation estantz dans et au-dedans l’estandue de la terre et seigneurie de Lesparre2 ». En contrepartie, les associés s’engagent à mettre les marais « en bon etat aux propres cotsz et despans dudict Bradley dans quatre ans » et à rétrocéder à leur bailleur « la douzième partie » des terres asséchées3. Les clauses de ce premier contrat se montrent très favorables aux dessiccateurs. Outre la rétrocession de terres, ils ne doivent en effet verser au seigneur que deux sols de rente foncière et directe annuelle. De même, ils sont exonérés de droits de lods et vente en cas de revente des terres conquises. Ce premier contrat n’est toutefois qu’un indicateur de l’intérêt suscité par les terres du Bas-Médoc. Dès la fin de l’année 1600, Charles de Matignon met un terme aux opérations commencées en cédant ses terres au duc d’Épernon, nouveau gouverneur de Guyenne. Le duc d’Épernon, déjà engagé dans les marais bordelais, n’a en effet guère montré d’empressement à l’égard des terres de Lesparre avant les années 1620.

  • 4 AN, 101 AP F 5, Acte du 3 mars 1633, cité dans Masse P., op. cit., p. 30-31.
  • 5 Lettre du duc d’Épernon au cardinal de Richelieu, Bibliothèque de l’Institut, Collection Godefroy, (...)
  • 6 Ibid., p. 31.
  • 7 AN, 101 AP F 5, Contrat du 6 mai 1642 et Baillette à fief nouveau du 8 mai 1645, cité dans Masse P (...)
  • 8 AN, 101 AP F 5, Contrat du 24 janvier 1648, cité dans Masse P., op. cit., p. 33.

6Le 17 avril 1627, le duc d’Épernon signe un accord avec un certain Jean Alsein, afin qu’il assèche les 16 320 journaux (5 222,4 ha) de marais de la seigneurie de Lesparre, en échange d’un paiement de 10 000 livres tournois4. Pour l’exécution de ce contrat, le gouverneur de Guyenne demande l’autorisation expresse du cardinal de Richelieu par une lettre datée du 25 janvier 16285. Ce premier contrat n’a pas eu de suite favorable, si bien que le 3 mars 1633 d’Épernon passe un nouvel accord avec Tisman Goris et ses associés. Il s’agit toujours de conquérir les 16 320 journaux de marais jadis cédés à Jean Alsein. La très vaste étendue de terre convoitée par le duc d’Épernon s’étire depuis les rives de Gironde jusqu’à la proximité immédiate du village de Lesparre. Tisman Goris et ses associés doivent « les rendre en nature de terre labourable et en état de produire dans l’espace de cinq ans » et verser 1 000 livres de rente annuelle au duc d’Épernon pendant le cours des travaux, puis 10 000 autres une fois achevés et en rétrocéder 200 journaux au duc6. Goris poursuivit les travaux jusqu’en 1639, date à laquelle il renonça à la concession qui lui avait été accordée au profit de deux autres Néerlandais, Van den Huvel et Kerken. À la suite de la mort du duc d’Épernon, le passage de témoin se fait en deux temps. Un premier contrat provisoire est passé en 1642, puis un second en 16457. Enfin, en 1648, Bernard de Foix de la Valette, fils et héritier du duc d’Épernon passe un nouveau contrat afin de dessécher les marais de Lesparre et de Saint-Vivien-Médoc. Il s’entend avec « Elbert-Theodore Raven, marchant flamant, habitant de la ville de Fransquin en Frislande, afin de conquérir les palus et mattes qui sont dans le polduin ou pièce de Lesparre et Saint-Vivien8 ».

  • 9 Les marais de Bordeaux sont également dans ce cas, ce qui tend à témoigner d’une forte spécificité (...)

7De 1599 aux années 1640, les gouverneurs de Guyenne jouent un rôle déterminant dans l’assèchement des marais de Lesparre et utilisent à leur profit les dispositions légales issues de l’édit de 1599. L’autorité politique du duc d’Épernon lui permet de se passer des services de l’association pour l’assèchement des lacs et marais de France et de traiter directement avec des techniciens néerlandais. Les marais de Lesparre et de Bordeaux sont les seuls à avoir échappé à l’initiative des dessiccateurs parisiens9. Dans les autres cas, le respect du cadre seigneurial a été la règle de tous les autres assèchements comme l’illustre l’exemple des marais de Tonnay-Charente.

8Le début de la conquête des marais de Tonnay-Charente est contemporain de ceux des marais de Bordeaux et de Lesparre. La précocité de l’intérêt marqué pour cette partie des marais de Rochefort est connue grâce aux conditions dans lesquelles l’acte constitutif de la société pour l’assèchement des lacs et marais de France a été passé, en 1605. Il y apparaît en effet que c’est en raison des difficultés rencontrées à Tonnay-Charente que Bradley éprouve le besoin de s’associer avec les Comans et de la Planche. Au-delà de l’association entre l’hydraulicien et les promoteurs de la manufacture des Gobelins, l’acte de 1605 confirme l’association avec la dame de Mortemart. Si la chronologie est incertaine, le scénario est en revanche très clair. Bradley a, entre 1599 et 1605, passé un contrat avec la duchesse de Mortemart. Ils ont très rapidement rencontré des difficultés pour financer l’opération et se sont donc associés à des hommes d’affaires susceptibles de pallier ce déficit.

  • 10 AN, U 1449, contrat de 1607. Les archives confisquées de la famille de Rochechouart conservent des (...)
  • 11 Ibid., f° 2 et f° 3 v°.
  • 12 Ibid., f° 3 v°.
  • 13 Ibid., f° 5 v°.
  • 14 Ibid., f° 7 v°.

9Les premiers travaux d’assèchements dans les premières années du XVIIe siècle concernent seulement une des parties des marais de Tonnay-Charente. Le 1er janvier 1607, Jeanne de Seaulx, dame de Mortemart passe un deuxième contrat avec les frères Comans, François de la Planche et Louis Métezeau10. Elle leur cède une pièce de 400 arpents de palus et marais en échange du versement annuel d’un cens de 5 lt. 7 s. 6 d. et se réserve 5 % des terres asséchées11. Les entrepreneurs s’engagent à parachever le desséchement dans un délai de deux ans sous peine d’une amende de 10 000 lt.12. Une fois les terres asséchées, la duchesse se préserve le droit de percevoir « 12 deniers pour chacun journal et marais » qu’elle délaisse soit 20 livres pour les 400 arpents dont il est question dans le contrat13. Ce dernier concerne également le moulin de Fichemort qui est arrenté aux dessiccateurs en échange du versement d’une « rente et devoir annuels de cent boisseaux de bled froment, mesure dudit Tonnay Charente14 ». Enfin, la duchesse est exemptée du versement des cotisations nécessaires à l’entretien des marais pour une période de quatre ans suivant leur assèchement et doit recevoir l’hommage annuel des entrepreneurs. L’appropriation des marais par les dessiccateurs passe donc par une négociation avec la famille de Rochechouart et par le versement de droits modiques par rapport aux sommes investies mais qui préservent toutefois la propriété éminente de la duchesse.

  • 15 AN, MC XIX 399, 28 février 1629.
  • 16 AN, MC XIX 392, 20 mars 1625, f° 993.

10Le contrat de 1607 prend la précaution de rappeler la nécessité de négocier avec tous les propriétaires des marais et ne revendique nullement une autorité exclusive. Les dessiccateurs sont ainsi contraints de passer un accord avec le prieuré de Muron pour la mise en culture de « quarante journaux ou environs pris sur [son] le territoire15 ». Les premières mentions de contrats passés avec les habitants des communautés riveraines des marais datent pour leur part de 1625. Le 20 mars de cette année, les associés se retrouvent devant leurs notaires parisiens afin de valider un contrat passé devant « Jaqueneau, nottaire et tabellion royal en la ville et ressort de St Jehan d’Angély le 8e jour de décembre 162416 ». La reconnaissance de l’abandon des marais asséchés par les « manans et habitans de la paroisse de Muron et Isle d’Albe », intervient donc près de vingt ans après les premiers travaux, alors que les échanges de marais entre les différents membres de la société ont déjà eu lieu. Par cette multiplicité de contrats négociés, les assèchements de Tonnay-Charente se rapprochent de ceux du marais Vernier et du lac de Sarliève.

  • 17 Bourgne A., « Le marais Vernier. Contribution à l’étude des travaux d’assainissement entrepris dan (...)
  • 18 AD Seine-Maritime, 9 H 1234.
  • 19 Ibid.

11Selon André Bourgne, premier historien du marais Vernier, la première initiative dessiccative lancée en Normandie remonte à 160717. Aucune pièce d’archive ne vient cependant étayer cette chronologie, si bien qu’il paraît plus raisonnable de dater les débuts des travaux de 1617, année de la signature du contrat entre Humphrey Bradley et les seigneurs ayant droit sur le marais Vernier18. Les associés, représentés par Pierre Midorge, s’entendent alors avec « François de la Luthumière, chevalier de l’ordre du roi, gentilhomme ordinaire de sa chambre et seigneur de Marais Vernier », Nicolas Fautereau, chevalier et seigneur de la Mare, et « messire Claude de Malortie, gentilhomme ordinaire de la chambre du Roy » et sieur de Campigny19. Le contrat ne précise pas l’espace à dessécher et renvoie à une visite de terrain qui doit être faite ultérieurement à la signature de l’accord. Il fixe en revanche les conditions de partage des terres à l’issue des assèchements, qui doivent mener à bien dans un délai de trois ans :

  • 20 Ibid.

« Apres lequel dessechement fait dans ledit temps, ledit Bradelez et sesdits associez feront quatre lotz en quatre portions qui seront de proche en proche et chacune dicelle portion de mesme continence et contigent en chacune desdites terres du Marais Varnier, la Mare et Roys, desquelles portions chacun desdits sieurs de la Luthumiere, de Villers et Campigny auront le choix et l’option de lun desdits quatre lotz dependans chacun de leurs dits fiefs et terre, pour par eux en jouir comme de terres du domaine non fieffé de leurs dits fiefs et seigneurie, et les autres trois portions sur chacun desdits fiefs dont de tout mesure sera faite aux despens dudit Bradelez et ses associez leur demeureront pour en jouir par forme de fieffé et inféodation que lesdits sieurs de la Luthumiere, de Villers et de Campigny pour eux et leurs hoirs et ayant cause leur ont fait et des a prescrit par les moyens charges et conditions dudit deseschement quils seront comme dit est tenus faire a leur despens, ce sans lequel ladite fieffé demeurera nulle et de nul effet20. »

  • 21 AD Eure, 59 J, accord du 10 mars 1623, cité par Penna B., op. cit., p. 150.

12Le contrat de 1617 est donc passé sur la base d’une négociation des clauses généralement accordées aux dessiccateurs en vertu des édits de 1599 et 1607 : ils ne prennent en effet possession que des 3/7 du marais au lieu des ⅔ ou de la moitié qui leur sont généralement accordés. Tout comme la duchesse de Mortemart, les différents seigneurs du marais Vernier exigent le versement de droits au prorata des surfaces mises en culture. Le contrat initial de 1617 ne les mentionne pas mais des documents ultérieurs en font mention. En 1620, Pierre Midorge, procureur de Sancy, accepte de verser à Estienne de la Rocque, seigneur de la Mare, « cinq sous tournoys de rente fonciere et inracquittable par acre de terre desseichée qui [lui est] escheuz par les partages sy devant faicts21 ». Le sieur de la Rocque tire une rente annuelle de 148 livres et 10 sous en vertu de sa propriété éminente sur les canaux nouvellement creusés et les terres qu’ils drainent.

  • 22 AD Puy-de-Dôme, 16 H 100, copie d’un arrêt du conseil d’État du 30 décembre 1634.
  • 23 AN, MC LIV, 17 juillet 1612, cité dans Cohendy M., Notice sur les entreprises de dessèchements des (...)
  • 24 Ibid., p. 9-10.
  • 25 Contrat passé devant Bruguière, notaire à Clermont, le 4 août 1612, cité dans Cohendy M., op. cit. (...)

13Le premier contrat en vue de l’assèchement du lac de Sarliève est quant à lui passé dès le 5 août 1611 entre les dessiccateurs et le vicomte de Cournon. Les associés négocient « tout le droit de part et portion à luy appartenant audit lac de Sarlieve mesme tout ce que en depend soit palud marais terres inondées ou delaissées rives pascage et poisson moiennant cent livres de rente a la reserve du droit de pascage pour les habitants de Cournon sur le fond qui sera desséché22 ». En échange de cette cession, les associés payent au seigneur la somme de 600 lt., puis versent une rente annuelle de 50 lt. Au cours de l’été suivant, ils passent contrats avec les principaux propriétaires des rives du lac afin de parvenir à sa mise en culture. Le 17 juillet, ils s’entendent avec « Nicolas Coiffier, conseiller du roy au siège présidial de Moulins, curateur créé par justice à M. Louis de Valois, abbé des abbaïes de Saint Robert de la Chaise Dieu et de Saint André de Clermont en Auvergne23 ». Par ce contrat les Prémontrés cèdent aux entrepreneurs, « tout le droit, part et portion que ledit sieur abbé avait et lui pouvait appartenir audit lac de Sarliève, en quoy qu’il peut consister, soit en fonds, eau, poisson, palus, roseaux, terres inondées, rives, hermes, vacquants pasturages ou terres adjacentes et délaissées dudit lac24 ». En échange de cette cession, les associés versent aux religieux un cens annuel de 20 livres tournois. Le 4 août suivant, les mêmes associés passent un autre contrat avec Maguerite de la Roche Aymond, abbesse de l’Eclache. Cette dernière leur cède et délaisse « tout le droit, part et portion qu’elle avait dans ledit lac jouxte les portions des sieurs de Pérignat et abbez de Bonaigue St André, en quoy que le tout put consister, et moiennant la somme de quatre-vingt quinze livres tournois, paiées réellement à ladite abbesse, et huict livres de rente annuelle et perpétuelle sans directe25 ».

  • 26 AD Puy-de-Dôme, 16 H 100, copie d’un arrêt du conseil d’État du 30 décembre 1634.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid.

14Les associés poursuivent la préparation des travaux le 21 janvier 1614 par l’achat « aux chanoines du chapitre de la Sainte Chapelle de Riom de tous les droits et portions que pouvoit appartenir au lac audit chapitre en quoi qu’il puisse consister […] moiennant deux cents quarante livres de rente26 ». Le dernier contrat mentionné date quant à lui du 2 avril 1622. Dix ans après les premières initiatives, les dessiccateurs finissent par s’entendre avec Gilbert d’Aubière qui cède alors à Bradley et ses associés ce qui lui appartient « audit lac de Sarlieve consistant en marais rente poissons cannes roseaux et terres delaissées jusques à l’ancienne rive et limite dudit lac27 ». Le seigneur d’Aubière prend tout de même le soin de se réserver l’exercice de « la justice haute moienne et basse sur le fond des terres desséchées28 ». De même, il protège ses sujets en leur garantissant un droit de pacage. Tout comme son homologue de Cournon, il demande, en échange de cette cession, le versement immédiat de 600 lt. ainsi que la garantie d’une rente annuelle de 50 lt.

15D’une manière générale, les propriétaires auvergnats ont exigé le paiement immédiat de compensations doublé du versement annuel d’une rente en vertu des terres qu’ils cédaient. À la différence des autres seigneurs, le montant des rentes n’est pas indexé sur la quantité de terres asséchées et ni les religieux, ni les laïcs n’obtiennent de terres gagnées sur l’ancien lac. Cependant, dans chacun des assèchements dont les contrats initiaux sont conservés il apparaît très clairement que les dessiccateurs ont négocié avec les propriétaires et payer des droits sur les terres à aménager. Ce n’est qu’à ce prix qu’ils ont pu procéder aux travaux qu’ils souhaitaient. Le paiement de droits sur la terre ne les dispensait cependant pas du paiement de droits strictement seigneuriaux.

Les droits seigneuriaux

  • 29 Ibid.

16Malgré les droits et les rentes payés par les dessiccateurs, l’appropriation des marais n’est jamais pleine et entière. La propriété éminente des seigneurs s’exprime à travers le paiement de cens et le maintien des droits de mutations. De tous les marais, seuls ceux de Lesparre font exception puisque les contrats d’assèchements ne portent pas la trace de telles redevances. En revanche, aux marais Vernier, les associés de Bradley doivent payer aux seigneurs une « rente annuelle d’une épée dorée ou cinquante livres en argent », et sont soumis à un droit de relief du 1/13 de la valeur de la transaction et aux règles générales de la coutume de Normandie29. Les affaires relatives au marais de Tonnay Charente sont toutefois les plus instructives sur ce point.

  • 30 Ibid., f° 3 v°.
  • 31 AN, U 1449, Accord de 1614.
  • 32 AN, U 1449, Contrat de 1607 f° 8.
  • 33 AN, M. C XIX 386, 14 août 1619.
  • 34 AN, MC XIX 394, Inventaire après décès de Jean de Fourcy, f° 74. Il ne nous a malheureusement pas (...)

17Le contrat de 1607 concerne en effet les droits de justice exercés dans l’espace des marais. Les dessiccateurs doivent tenir « de laditte dame a cause de laditte principauté avec tout droit de justice haute moyenne et basse et exercices d’icelles institutions de toutes sortes d’officiers bourg chef de bourg droict de havre et canaux dans lesdits marais et fleuve de Charente a l’endroit où finissent les marais de la ditte dame30 ». Un accord passé entre la duchesse et van Uffle limite strictement l’aire d’exercice de ces droits puisqu’elle n’outrepasse pas le fossé de ceinture creusé par les dessiccateurs31. Dans ces limites, ces derniers sont par ailleurs totalement libres d’installer des colons étrangers et de leur construire villages et lieux de culte. Ils peuvent enfin édifier un four banal et percevoir les droits qui y sont attachés32. De la sorte, les négociations entre les propriétaires des marais et les dessiccateurs mettent en application les édits de 1599 et 1607. Des documents ultérieurs témoignent de ce que ces dispositions ne sont pas demeurées lettre morte. Le 14 août 1619, Jean de Fourcy donne procuration à Robert Gadouyn de Maranseur afin qu’il prête en son nom « foy et hommage et serment de fidellité à Madame la Baronne de Mortemart », en raison des terres qu’il possède dans les marais de Tonnay-Charente et de Muron33. De même, l’inventaire après décès de Jean de Fourcy mentionne « plusieurs coppies de l’acquisition des marests de Tonnay Charente ainsi qu’une transaction faicte entre la dame de Mortermart et le sieur Vanuffele tant pour luy que pour ses associez pour raison des marais de Thonnay Charente et des arrerages deubs a ladite dame a cause desdists marais et moulin de Fichemort34 ». L’inventaire après décès mentionne d’ailleurs de nombreuses quittances passées entre les associés et la baronne de Mortemart.

18La manière dont les dessiccateurs se sont emparés des marais de Tonnay-Charente confirme l’implication des aristocraties locales dans les programmes d’assèchement et le respect du cadre seigneurial. La duchesse de Mortemart n’intègre pas la société formée pour l’assèchement des marais situés dans les limites de sa seigneurie et n’est donc pas directement intéressée au succès de l’entreprise. Elle conserve cependant la propriété éminente sur les terres asséchées et perçoit à ce titre les droits seigneuriaux qui pèsent sur elles. L’exploitation des droits accordés à Bradley par la monarchie se fait donc dans le respect du cadre seigneurial. L’application des dispositions légales élaborées par la monarchie repose ainsi sur un processus de négociation avec les noblesses locales, quel que soit le territoire à conquérir.

  • 35 Siette P., Plan et description particulière des Marais desseichés du petit Poictou avecq le partai (...)

19La nécessaire insertion des dessiccateurs dans le cadre seigneurial est enfin confirmée par le cas des marais du Petit Poitou. Aucun des contrats présidant aux travaux de drainage débutés en 1642 n’a été conservé, si bien qu’il est impossible de savoir à quelles conditions les abbayes propriétaires des marais ont cédé leurs terres à Hoeufft et ses associés. De même, les archives sont muettes au sujet du devenir des droits seigneuriaux dans l’enceinte des marais asséchés et seule la carte dressée par Pierre Siette en 1648 permet de certifier le maintien de la propriété éminente des ecclésiastiques sur les marais35. D’une manière générale, les dessiccateurs doivent systématiquement composer avec les autorités locales, a fortiori lorsqu’ils s’attaquent à des marais suburbains.

S’entendre avec une ville

  • 36 Le Maréchal de Matignon était alors gouverneur de Guyenne.
  • 37 Darnal, Chronique bourdeloise, p. 97, cité par Dienne E. de, op. cit., p. 120.
  • 38 AD Gironde, B 23, cité dans Dienne E. de, op. cit., p. 120.
  • 39 Dienne E. de, op. cit., p. 126 et suiv.
  • 40 AM Bordeaux, Expédition de la vente de la palu de Bordeaux au Sr Conrad Gaussen, cité par Dienne E (...)

20Entre 1599 et les années 1650, les dessiccateurs portent leur attention sur deux marais suburbains, ceux de Bordeaux et d’Arles. Les marais de Bordeaux figurent parmi les premiers sites convoités par Bradley. Le technicien brabançon s’est entendu dès 1599 avec les jurats de la ville. Les projets d’assainissement des marais jouxtant la ville de Bordeaux sont toutefois antérieurs aux édits d’Henri IV et à l’arrivée de Gaussen et Bradley en Guyenne. Darnal, dans sa Chronique bourdeloise rapporte qu’en 1587, « le mareschal de Matignon36 [résolut] d’épuiser les palus de Bourdeaux et de les mettre en culture37 ». En 1599, Bradley et Gaussen ne font donc que reprendre le flambeau d’un projet déjà ancien. Pour le mener à bien, Bradley s’associe avec Conrad Gaussen, Gabriel Salomon, sieur de Fonteneau-les-Feux, Henri de Béringhen, premier valet de chambre du roi, et de Bissouze, Conseiller du roi et intendant des finances38. Aucun document émanant directement de cette association n’a été retrouvé et cette dernière n’est connue que par des mentions émaillant des textes ultérieurs, principalement écrits à l’occasion du conflit qui opposa Gaussen au cardinal de Sourdis dans les années 161039. La société ainsi formée a néanmoins servi d’interlocuteur à la ville de Bordeaux lors de la signature du contrat de décembre 1599 par lequel les jurats bordelais concèdent à Gaussen le droit d’assécher les marais qui s’étendent à l’ouest et au nord de la ville « sur la paroisse de Saint-Remy40 ».

  • 41 BM Arles Fonds Véran 493, Contrat de 1642, p. 1 ; sur Mgr Du Vair : Kaiser W., « Guillaume du Vair (...)
  • 42 BM Arles Fonds Véran 493, Contrat de 1642, p. 1 ; Archives de la société de vuidanges, E. 10 cité (...)

21Toutefois, les archives municipales de Bordeaux ayant brûlé et le contrat d’assèchement initial n’ayant jamais été publié ni transcrit, il est impossible d’étudier plus avant les conditions dans lesquelles les assèchements de Bordeaux ont été réalisés. En ce sens, le cas de la capitale de Guyenne tranche singulièrement avec celui de la ville d’Arles au sujet de laquelle une quantité importante d’archives est conservée. Au début des années 1640, cela fait déjà plusieurs décennies que l’état des marais alarme les Arlésiens qui tentent, sans y parvenir, de mieux les contrôler. Le contrat de 1642 rappelle les tentatives infructueuses d’attirer un ingénieur étranger à la ville d’Arles afin de drainer ses marais. Dès 1554, la ville a traité avec le seigneur comte de Paucalier, puis en 1584 avec un certain Jacques Audier. Déjà en 1600, Mgr du Vair, Président du Parlement de Provence leur avait adressé un ingénieur hollandais dont on ignore l’identité41. En 1606, Humphrey Bradley avait fait un détour par le delta du Rhône pour voir de quelle manière il pouvait agir42. Aucune de ces tentatives n’avait abouti.

  • 43 Les intendants des vidanges sont les magistrats arlésiens en charge de l’entretien des réseaux hyd (...)
  • 44 Archives de la Société des vuidanges d’Arles, cité par Dienne E. de, op. cit., p. 476-478.
  • 45 BM Arles Fonds Véran 493, Contrat de 1642, p. 3.
  • 46 Ibid.
  • 47 Ibid.

22La rencontre entre les dignitaires arlésiens et Jean van Ens s’est faite au cours de l’année 1642, à la faveur d’un déplacement de la Cour dans la région. La société des vidanges lui a défrayé un séjour de vingt-quatre jours sur le territoire arlésien afin qu’il inspecte les marais et propose des mesures concrètes. De plus, un des intendants des vidanges43, Jean d’Antonelle, est remboursé des frais qu’il a engagés pour aller quérir van Ens à Lunel44. De ces visites préalables, il ne subsiste aucune trace. Elles révèlent néanmoins que van Ens remplissait un vide et palliait les insuffisances des acteurs locaux. Par ailleurs, la négociation qui a précédé la signature du contrat s’est déroulée sur à peine un mois, délai très court pour un chantier de cette importance. Elle débouche, le 16 juillet 1642, sur la signature d’un contrat qui détermine les obligations des deux parties : van Ens d’un côté, les intendants des vidanges de l’autre. Il fixe clairement l’objectif fixé du dessiccateur : « Sera ledit desseichement des paluds & marais fait et parfait dans quatre années, à compter du jour Saint Michel prochain, auquel jour il commencera ; et pour les lacs & estangs, dans six années, à compter du mesme jour45. » Une prorogation du délai imparti est prévue en cas de saisons « pluvieuses & extraordinaires et desbord de la riviere du Rosne46. Le contrat concerne tout ce qui est couvert « ordinairement d’eau, avec roseaux, saignes, pabies moutouze et gros ioncs palustres47 ». En récompense de l’assèchement, les deux tiers des terres nouvellement drainées doivent échoir à van Ens. Les investissements qu’il a prévu d’effectuer lors de ses travaux doivent donc lui permettre de devenir propriétaire d’un domaine considérable.

  • 48 Ibid., p. 3 et p. 5.
  • 49 Ibid., p. 7.
  • 50 Ibid., p. 3.
  • 51 Ibid., p. 5.

23Le contrat est muet quant aux solutions techniques que Van Ens doit mettre en œuvre si bien qu’il bénéficie d’une liberté totale. À la suite des travaux, il est prévu qu’il devienne propriétaire de l’ensemble du réseau de drainage. Doivent lui revenir le fond et les digues des canaux, les écluses et autres artifices, mais aussi les poissons qu’ils contiennent48. Pendant une durée de douze années, il doit être le seul responsable de leur entretien. En échange de ce service, il est exempté d’une hypothèque de 70 000 livres49. Son arrivée n’est cependant pas synonyme de déchéance des anciennes institutions et de toutes les anciennes pratiques. Les prérogatives des levadiers sont confirmées. S’ils doivent verser annuellement la somme de 4 000 livres à Van Ens en échange des travaux qu’il réalise, ils restent les maîtres de l’entretien des digues du Rhône50. Le contrat stipule que « les chaussées des cartiers de Tres-bon et Plan du Bourg, seront entretenues à bon et deub estat à l’accoustumée par les intendants & levadiers desdites chaussées ; à quoy ledit Sr de Vanens ne contribuera qu’apres ledit desseichement fait51 ».

  • 52 Les sommations que van Ens a dû adresser aux intendants du corps des vidanges pour s’assurer du bo (...)

24Le contrat de 1642 répartit donc clairement les rôles. Les levadiers doivent prémunir les terres des débordements du Rhône, tandis que Van Ens doit tout mettre en œuvre pour écouler les eaux en provenance de la Durance et des Alpilles52. Il provoque une rupture très nette dans la gestion du territoire de la ville. Pour la première fois, la propriété de l’ensemble du réseau de drainage sillonnant la campagne est réunie au profit d’un seul homme. Le morcellement de la propriété des roubines, qui pouvait être perçu comme un frein à l’assèchement des terres, mais qui garantissait un certain équilibre social grâce au profit de la pêche, cesse donc d’un coup. De la sorte, l’intrusion de Van Ens dans l’histoire arlésienne met un terme à un siècle de gestion des marais par la société des vidanges. En 1642, Van Ens a donc, a priori, toutes les cartes en main pour modifier en profondeur le système de drainage du territoire arlésien.

25Dans leur diversité, les assèchements supposent donc le succès de négociations avec les élites locales et les détenteurs de la terre. Protégé par des édits royaux, les dessiccateurs procèdent donc par contrat leur garantissant, a priori, une jouissance paisible des terres mises en culture. Pour cette raison, il est impératif pour eux de se plier aux divers cadres seigneuriaux dans lesquels ils interviennent. Malgré ces précautions, ils n’ont toutefois pu éviter l’émergence de conflits et dont les résolutions ont nécessité l’intervention répétée du pouvoir central.

Surmonter les conflits

Dans les pays d’élections : des oppositions limitées

Des marais disputés

  • 53 Échange entre Jacques de Durfort et d’autres seigneurs, daté du 8 janvier 1601, issu des archives (...)

26À Bordeaux, Gaussen ne rencontre dans un premier temps aucune résistance de la part des propriétaires des marais ni de l’archevêché. Il envisage même de conquérir les marais de Blanquefort et de Parempuyre, situés plus au Nord. Il signe en ce sens un accord avec le seigneur de Duras « pour le defrichement et dessechement des raux et pallus de Blanquefort et Parempuyre […] par contrat retenu par Me Bertrand de Ferrand, notaire royal à Duras53 ». Gaussen renonce par la suite à ce projet et se concentre sur les marais de Bordeaux stricto sensu. Les travaux ne débutent pas avant 1601, date à laquelle a été rédigée l’estimation des terres convoitées. La documentation disponible ne permet de suivre que de manière approximative la progression des travaux. Signe de la bonne progression du chantier et de l’assèchement effectif du site, les jurats bordelais confient en 1608 à Gaussen l’entretien et la rénovation du réseau hydraulique urbain. À cette date, Gaussen peut donc consacrer du temps à de nouveaux ouvrages et obtient toute la confiance des édiles. Un signe plus probant est l’offensive lancée contre le dessiccateur par François d’Escoubleau, cardinal de Sourdis et archevêque de Bordeaux.

  • 54 AD Gironde, G 123 et Dienne E. de, op. cit., p. 126 et suiv. ; Dautet J.-G., « Historique du dessé (...)
  • 55 Mathieu G., op. cit.

27L’essentiel des pièces de ce dossier est conservé aux archives de Gironde et a été maintes fois présenté par les historiens successifs des assèchements des marais de Bordeaux54. Le contentieux plonge ses racines en 1608, dans la fondation d’un monastère chartreux, encouragée par le cardinal de Sourdis. Le prélat leur attribue un terrain situé dans les marais si bien qu’ils souhaitent les drainer afin de rendre les lieux plus hospitaliers. D’après Georges Mathieu, les travaux débutent en 161155. Or, au cours de cette année, l’archevêque entame une procédure contre Conrad Gaussen dans l’espoir de remettre la main sur une partie des terres asséchées. De fait, l’archevêché, pourtant détenteur d’une partie des marais, ne compte pas parmi les signataires du contrat initial de 1599. Il souhaite que Gaussen rebouche certains des fossés qu’il a fait creuser. Il considère en effet que les assèchements de ce dernier fonctionnent trop bien et altèrent certaines de ses prairies :

  • 56 AD Gironde, G 123, Mémoire de mai 1619, cité par Dienne E. de, op. cit., p. 127.

« [Elles] portoient plus de vingt carrelée de foing de rente, annuelle plus qu’elles n’ont fait depuis l’entreprise dudit Conrad, à cause qu’il a par trop desséché les terres qui n’avoient besoin de desséchement étant auparavant humectées médiocrement… pourquoi l’Illustrissime et Reverendissime Archevêque auroit fait assigner ledit Gaussen pour se voir condamner à le dédommager et à remettre les terres en prairies et en l’état où elles étoient auparavant ; que ledit Conrad Gaussen au contraire soutenait avoir non seulement amélioré lesdites prairies de l’ancien domaine de l’archevêché, mais encore les prez que ledit seigneur possède en propriété et que cela a été reconnu au Conseil du Roy56. »

  • 57 Arrêt du Conseil d’État du 6 octobre 1622, cité par Dienne E. de, op. cit., p. 130.

28L’apparition d’un contentieux entre les dessiccateurs et le cardinal de Sourdis atteste du succès de l’entreprise réalisée dès la première décennie du XVIIe siècle. Entre 1611 et 1625, année de la mort de Gaussen, les conflits sont incessants entre l’archevêque et l’associé de Bradley. Pour préserver ses droits, ce dernier transige avec le prélat et lui rétrocède une partie des terres qu’il avait drainées. Bien que le Conseil d’État ne cesse de soutenir le Flamand, les chicanes sont si nombreuses qu’elles nuisent à la rentabilité de l’entreprise, tout en témoignant de l’attrait qu’elle suscite57. Les procès ne compromettent cependant pas le succès de l’opération. En effet, en 1627 les propriétaires des terres désormais hors d’eau se dotent d’un règlement en vue d’organiser la gestion du réseau hydraulique et d’assurer la pérennité des conquêtes réalisées. Ce règlement a été confirmé et publié en 1647. Les conflits liés à l’appropriation des produits des terres asséchées se sont ainsi réglés grâce à la négociation, à l’image de ce que l’on observe lorsque les marais font l’objet de revendications de la part de communautés entières.

Communaux et usages collectifs

  • 58 Béaur G., « En un débat douteux. Les communaux, quels enjeux dans la France des XVIIIe-XIXe siècle (...)

29En raison des aléas de la conservation des archives, les conséquences sociales de la bonification ne peuvent pas être abordées de la même manière pour chacun des marais asséchés. Aucune information ne peut être obtenue des archives relatives aux marais de Lesparre, de Tonnay-Charente et de Capestang. En revanche, les assèchements du Marais Vernier, de Sacy-le-Grand ou du lac de Sarliève ont provoqué des résistances locales et des actions en justice dont la trace a été conservée. Dans ces trois cas, les conflits se sont cristallisés autour de la question des communaux et des usages collectifs de la terre58. Les bonifications paraissent en effet avoir eu un impact sur les populations riveraines des marais en modifiant leurs usages. De même, les assèchements ont suscité de nouvelles revendications, les communautés villageoises estimant avoir des droits sur les terres récemment gagnées sur les eaux.

30Dans le cas du marais Vernier, les conditions du partage entre les seigneurs propriétaires à l’issue des assèchements sont surprenantes ; en effet, rien ne stipule qu’ils doivent récupérer les terres asséchées sur leur domaine, les parcelles de terres semblent même pouvoir être partagées au hasard. Cette clause peut être interprétée de deux manières. La première, la moins vraisemblable, est que les seigneurs n’accordent pas une attention particulière à la qualité des terres qui leur revenaient. Il paraît beaucoup plus probable que cette apparente désinvolture masque une absence de délimitation des propriétés à la veille des assèchements qui constitueraient une entrave directe à la jouissance des communaux par les communautés riveraines en délimitant de manière stricte des propriétés. En réalité, les assèchements ouvrent la voie à une nouvelle répartition de la propriété foncière dans l’enceinte du marais. Les terres revenant aux dessiccateurs appartiennent en définitive à Nicolas de Harlay qui détient en 1623, 594 acres de terres dans les marais. Ces 240 ha sont principalement situés à proximité de la Grande Mare et sont répartis en quatre pièces distinctes, dont la plus grande dépasse 140 ha en superficie. Cette transaction traduit une vaste mutation foncière et l’appropriation par des étrangers d’une quantité de terres très importante, mettant à mal les usages des communaux, même si les paysans locaux sont parvenus à défendre l’essentiel de leurs droits. Le seigneur figure d’ailleurs parmi les bénéficiaires de ce mouvement.

  • 59 Transaction entre les habitants et le seigneur de Marais-Vernier, 14 octobre 1620, cité par Bourgn (...)
  • 60 Ibid., p. 244.
  • 61 Ibid., p. 249.

31Dès 1620, et l’expiration du délai imparti aux dessiccateurs, les habitants de Marais Vernier négocient avec leur seigneur des droits nouveaux en arguant du fait qu’ils n’avaient pas été consultés lors de la signature du contrat de 1617. Ils soutiennent en effet que « lesdits marais et palus leur appartenaient desquels ils étaient en actuelle et bonne possession sans trouble ni contredit, moyennant trois journées de servage que chacun d’eux tenant lieu, feu et ménage en ladite paroisse en rendait à ladite seigneurie, que lesdits marests leur étaient utiles, voir nécessaires, en l’état qu’ils étaient et ont toujours été, parcequ’en iceux ils prenaient de grandes commodités à savoir du hamet pour couvrir leurs maisons, des lesches pour la litière de leurs bestes, des tourbes pour l’engrais de leurs courtils et une infinité d’autres commodités qu’ils en tiraient, partant n’avaient agréable le contrat fait par ledit seigneur avec ledit Bradeley et qui pouvaient estre dépossédés par vertu d’icelui et autres raisons qu’ils avaient à produire en plaidant59 ». En guise de compensation, le sieur de la Luthumière leur accorde une portion de terres de « quarante perches […] de long à prendre au-delà des courtils qui leur revenaient déjà60 ». Le 25 octobre 1620, les conditions de cet accord sont précisées et les paysans donnent au bétail de leur seigneur le droit d’emprunter la chaussée qui leur a été donnée pour gagner leurs terres de dépaissance61.

  • 62 AD Seine-Maritime, 9 H 1234, Arrêt de la cour du 24 septembre 1624, cité par Penna B., op. cit., p (...)
  • 63 Ibid.
  • 64 Ibid., p. 147.

32Quatre ans plus tard, un conflit similaire oppose les habitants de la baronnie de Quillebeuf, Saint-Aubin, Sainte-Opportune, Trouville et Vieux-Port et l’abbé de Jumièges d’un côté, à Bradley et ses associés de l’autre62. Les cinq communautés saisissent le Parlement de Rouen afin d’obtenir l’interdiction des travaux sur les marais de Quillebeuf, à « peine de trois mil livres d’amende et de tout despens dommages et interests63 ». Elles sont déboutées et les parlementaires préfèrent demander une expertise complémentaire. L’affaire débouche l’année suivante sur un accord signé avec le seigneur de la Mare, désormais représentant de la société dans le marais Vernier. Le 13 avril 1625, les dessiccateurs reconnaissent aux cinq communautés le droit de jouir des communes pastures, mais aussi d’aller et venir librement pour « aller querrir lesdittes, litieres, herbes, rozeaux et feuilets. Pour ce faire, lesdits habitants demeurent en leur pouvoir de rompre et faire ledit chemin par la digue et autres lieux qui leur seront propres et convenables, sans que pour ce sujet ils en puissent estre inquiettez, molestez en quelque sorte ou maniere que ce soit64 ». Dans le cas du marais Vernier, les communautés riveraines ont été suffisamment résistantes pour obtenir la propriété d’une partie des marais asséchés et la préservation des usages collectifs sur les marais. Ces transactions traduisent cependant nettement le climat de tension dans lequel les travaux d’assèchement se sont déroulés et les enjeux sociaux qu’ils ont engagés. Leurs succès et l’enrichissement des investisseurs reposent sur une limitation des droits des indigènes. Un processus similaire s’observe en Picardie, à l’occasion de l’assèchement des marais de Sacy-le-Grand.

  • 65 AD Oise H 1700, accord du 29 novembre 1627, f° 1 v°.
  • 66 Ibid.
  • 67 Ibid., f° 2 v°.
  • 68 Ibid.

33Les archives conservées par le chapitre cathédral de Noyon montrent qu’à la veille des assèchements, les marais de Sacy-le-Grand forment une importante réserve de pêche et que ses aménagements permettent de faire tourner un moulin. Aucun document, antérieur à l’installation de Joss van Dale ne met en lumière le bénéfice que les paysans locaux tirent de l’exploitation extensive des marais. Ce n’est que par les conflits nés des assèchements que l’on peut prendre la mesure de leur impact social. Le 29 novembre 1627, la communauté d’habitants de Saint-Martin-Longueau passe un accord avec Joss van Dale et Pierre Midorge afin que leur soit confirmée la propriété d’une pièce de soixante-seize arpents de terre ainsi qu’une parcelle attenante « de trente et ung arpens, [faisant] ensemble cent sept arpens a prendre depuis le moullin dudit Longueaux et borné jusque au lieu nommé la Fontaine Froide65 ». En échange de cette reconnaissance de propriété, les habitants et le prieur de Saint-Martin-Longueau renoncent « à y mestre et faire pasturer aulcun bestial blancq66 ». Les moutons sont cantonnés dans les pièces de terre appelées « les Hostières qui fait la sepparation a droite ligne de la maison de Charles Tacoire et encore une petite pourtion de terre scitué entre la chassée du moslin et le grand chemin de Flandre et jusque a la maison de Martin Nazaré67 ». Dans le cadre de cette parcelle, il est également « permis et loisible de faire aussy pasturer les gros bestiaux dudit village de Saint Martin Longueaux et usagers dudit marests68 ». Les droits accordés aux communautés riveraines sur les desséchements sont donc très restreints : elles ne peuvent jouir librement des terres qui leur sont accordées. Il est vraisemblable qu’elles aient pu cultiver leur parcelle de 107 arpents, pour des foins ou des céréales, mais elles ne peuvent y faire paître leur mouton. En d’autres termes, le statut des marais asséchés est radicalement différent des autres terres. Les droits d’usage des communs sont beaucoup plus restreints et témoignent d’une marginalisation des communautés riveraines. Ces dispositions peuvent s’expliquer par un souci de préservation des infrastructures hydrauliques qui seraient fragilisées par la présence d’un troupeau trop important. Surtout, elles montrent que la majeure partie des terres asséchées est libérée des contraintes communautaires. L’histoire de l’assèchement du lac de Sarliève confirme cette conclusion.

  • 69 AD Puy-de-Dôme, 16 H 100.
  • 70 Ibid.
  • 71 Ibid.
  • 72 Ibid.

34Dès l’assèchement du lac, les habitants des villages voisins, qui avaient l’habitude de faire paître leurs bestiaux librement à ses abords, revendiquent des droits collectifs sur les terres nouvelles. Les conflits entre les dessiccateurs et les villageois sont d’abord connus par un arrêt du conseil du roi de 1634 qui mentionne plusieurs tentatives des paysans de faire paître leurs troupeaux sur les terres de l’ancien lac. Les juristes s’appuient sur des « procès-verbaux des desgasts, ruines et dommages faits par les bestiaux des habitants des 22 juillet 1633 et 11 mai, 16 et 28 juin, 7 septembre et 5 octobre 163469 ». Cette répétition des procès-verbaux laisse transparaître un climat très tendu autour des nouvelles terres qui suscitent la convoitise des communautés voisines, lesquelles voient la possibilité de faire divaguer leurs troupeaux sur des terrains plus proches de leurs villages que leurs estives habituelles. La rédaction de procès-verbaux suppose que Strada anticipait les réactions des villageois, faisait en sorte de les éviter et, à défaut, de les faire constater par un officier patenté lorsqu’elles se concrétisaient. La tension entre les dessiccateurs et les paysans est telle que Strada avance comme élément de son dossier « un certificat des chirurgiens contre la blessure faite au vallet de Strada par aucun habitants dudit lieu de Cournon a cause qu’il vouloit empescher que le bestail n’entrat aux marais le 3 juillet 163470 ». À la suite de ces incidents, le dessiccateur a même demandé à ce « que luy et ses domestiques soient mis sous la protection du roy » et que ce dernier soit informé « des voies de faits et desgats faits audit desseichement71 ». L’insistance des villageois à utiliser les marais desséchés n’est toutefois pas entièrement illégitime. Ils se réclament en effet d’un contrat passé avec Strada le 4 mai 1633 par lequel il est permis « ausdits habitants de faire pascager leurs bestiaux dans trois quarreaux dudit desseichement durant l’année 1633 », à la condition qu’ils fournissent « par eux deux cent manouvriers pour réparer les ruisseaux et fossez dudit marais72 ».

  • 73 Dans son Utopie, Thomas More évoque ainsi les ravages causés par les enclosures et l’élevage inten (...)
  • 74 Darby H. C., op. cit.; Harris L. E., Vermuyden and the Fens, a study of Sir Cornelius Vermuyden an (...)

35Les trois exemples du marais Vernier, de Sacy-le-Grand et du lac de Sarliève montrent que les travaux de drainage constituent des attaques frontales contre les droits des communautés paysannes. Dans chacun de ces cas, leurs revendications ont débouché sur l’octroi d’un droit de pacage limité sur une partie seulement des terres asséchées, alors qu’à la veille des travaux de drainage les paysans jouissaient d’une grande liberté dans leurs usages des marais. En ce sens, les assèchements participent d’un mouvement d’enclosure qui a connu son apogée au XVIIIe siècle, mais qui était déjà massif en Angleterre au début de l’Époque moderne73. Même si le processus n’est connu que pour trois marais de taille modeste, une telle évolution concerne l’ensemble des terres asséchées. Les assèchements du XVIIe siècle forment une étape dans le processus d’appropriation par les seigneurs ou les investisseurs des communaux et une brèche dans les droits des communautés. Le cas français se rapproche nettement de l’exemple anglais principalement connu à travers l’histoire de l’assèchement des Fens74. Tout comme en Angleterre d’ailleurs, les dessiccateurs ont eu recours au soutien de l’État pour parvenir à leurs fins.

Les modalités du soutien de l’État

  • 75 AN, E 25 b f° 9 r°.
  • 76 AD Puy-de-Dôme, 16 H 100, Arrêt du conseil du 30 décembre 1634.

36Le dispositif juridique élaboré autour de la société pour l’assèchement des lacs et marais de France a été régulièrement mis en œuvre par les dessiccateurs pour soutenir leur activité. Tout au long de la période, le soutien monarchique passe en premier lieu par l’adoption d’arrêt favorable par le Conseil du Roi. En 1610, le Conseil apporte tout son soutien à Humphrey Bradley et à ses associés dans les difficultés qu’ils rencontrent dans les marais de Tonnay-Charente après la destruction des digues par les paysans locaux75. À défaut d’inventaire analytique, les arrêts du Conseil pris dans la période suivante sont beaucoup moins aisés à retrouver et ne sont connus que par des mentions qui en sont faites dans d’autres documents. D’autres occurrences peuvent néanmoins être retrouvées. Entreprise à la fin des années 1620, la mise à sec du lac de Sarliève a bénéficié d’un tel soutien. Le 30 décembre 1634, le Conseil du Roi déboute les riverains de l’ancien lac des droits qu’ils revendiquaient76. De fait, le Conseil du Roi est systématiquement sollicité pour appuyer les dessiccateurs et annihiler toute résistance.

  • 77 AD Puy-de-Dôme, 16 H 99, Procès verbal du picquettement du lac de Sarliève, 22 janvier 1625.
  • 78 Commission pour les marais du Gatinois et autres attenans, de l’an 1616, publié dans Les édits, dé (...)
  • 79 Commission pour les marais du Languedoc du 22 mars 1624, publiée dans Les édits, déclarations, let (...)
  • 80 Commission pour les marais de Bourgogne et Bresse, du 17 mai 1625, publié dans Les édits, déclarat (...)

37Pour s’assurer de la bonne application de leurs sentences, les membres du Conseil procèdent à l’envoi de commissaires sur les lieux objets du conflit. L’arpentage du lac de Sarliève est réalisé sous la direction de « Gérard Champflour, conseiller du roy general et garde des sceaux en la cour des aydes de Montferrand et de Robert Enjobert aussy conseiller du roy et lieutenant assesseur civil et criminel en la sénéchaussée et siege présidial d’Auvergne à Clermont, deux des commissaires depputez par sa Majesté pour les desseichemens des marais, paluds, lacs et terres inondées dans l’estendue de la généralité d’Auvergne77 ». Dans le cas du lac de Sarliève il est tout à fait possible de savoir en quoi a précisément consisté la mission de ces commissaires, mais dans d’autres cas, leur activité n’est pas aussi bien renseignée. Gérard Chamflour et Robjert Enjobert ne sont en effet pas des cas isolés. Le 22 septembre 1616, « André Banyn, conseiller en nostre cour de Parlement de Paris et Laurens de Gaumont, trésorier général de France, en nostre bureau des Finances », sont envoyés en commission dans le Gâtinais, pour veiller à l’assèchement des marais de « Milly, Chamberjot, Noesi et le Vandone78 ». En 1624, une commission similaire est donnée « à Faure président en nostre de cour de Parlement de Dauphiné et intendant de la Justice de nostre pays de Languedoc, à Galliere président en notre chambre des comptes, establie à Montpellier, [et] à Girard notre conseiller et tresorier general de France en la généralité de Montpellier79 ». De même, en 1625, ce sont « Pierre de Vanes, nostre conseiller en nos conseils d’Estat et Privé et Président en nostre cour de Parlement de Bourgogne, Jean Gagne notre conseiller et tresorier general de France en la généralité de Bourgogne et Bresse et Vincent le Clerc, nostre conseiller, et grand maistre des eaux et forest, és pays de Bourgogne, Bresse, Beugey, Valromey et Gers » qui ont été envoyés en commission afin de veiller à la bonne application des édits du roi en Bourgogne et en Bresse80.

  • 81 Bonney R., Political change in France under Richelieu and Mazarin, 1624-1661, Oxford University Pr (...)

38Le soutien à la société d’Humphrey Bradley emprunte ainsi les voies ouvertes par le développement de l’État : le renforcement du pouvoir du conseil du Roi et l’envoi de commissaires, dépêchés pour une fonction et une période strictement définies. Cette méthode correspond aux modalités de développement de l’État qui ont été mises en lumière notamment par Richard Bonney et Michel Antoine81. Avant les années 1630, la monarchie fait en effet appliquer ses décisions par l’envoi d’intendants à la fonction limitée dans le temps et à un objet. Parmi les commissions dont nous avons retrouvé la trace, il est également significatif de relever qu’elles sont fréquemment confiées à des membres des Parlements dont la zone à assécher dépend. Ainsi, la progression des travaux d’assèchements offre une perspective originale sur l’histoire de la construction de l’État en montrant comment la monarchie pouvait suivre une politique sur une longue période. L’histoire des assèchements montre également comment l’autorité de l’État s’appliquait auprès des communautés rurales. Elle semble dans ce cas avoir été efficace puisque les assèchements ont pour la plupart été menés à leur terme. En ce sens, la réussite des assèchements peut être interprétée dès les années 1610 et 1620 comme une manifestation de la croissance du pouvoir centralisé.

À Arles : les assèchements révélateurs des crispations

  • 82 AN, MC XIX 404, 21 mai 1633.
  • 83 AN, MC XIX 408, 25 septembre 1634.

39En Languedoc et en Provence, pays d’État, les possibilités de contestations offertes aux victimes des opérations de drainage sont beaucoup plus grandes en raison de la puissance des Parlements. Les premiers à avoir usé de cette voie de recours sont les Cisterciens de Boulbonne. Au cours des années 1620, ils s’abritent derrière le Parlement de Toulouse pour revendiquer la propriété de l’étang de Capestang. En réaction, les dessiccateurs sollicitent le Conseil du Roi82. Les moines sont ainsi déboutés de leur requête le 21 juillet 1634, et contraints de rendre les récoltes dont ils avaient entrepris la saisie83. Dans les Pays d’États, les opérations d’assèchements peuvent donc recouvrir un conflit juridictionnel de premier ordre entre les Parlements, garants des libertés locales, et le Conseil du Roi. En ce sens, les assèchements apparaissent avoir été des vecteurs de la centralisation monarchique. Si les conflits noués autour de l’assèchement de Capestang sont révélateurs sur ce point, ceux engendrés par la conquête des marais d’Arles, mieux documentés, le sont encore plus.

  • 84 Pillorget R., Les mouvements insurrectionnels de Provence entre 1596 et 1715, Paris, Pedone, 1975, (...)

40L’ampleur des conflits survenus dans le bas Rhône provient en premier lieu de ce que les Arlésiens sont absents de la société qui a dirigé l’assèchement de leur territoire. Dans ces conditions, la bonification des marais d’Arles ne pouvait pas laisser d’entraîner conflits et oppositions. Ces assèchements se sont en outre déroulés dans un contexte social délétère où s’opposaient deux factions de la noblesse84. De plus, la culture de l’écrit spécifique de la France du Sud, le goût de la procédure et les structures de la société arlésienne, ont induit une abondante production documentaire. Comprendre le mode d’intervention de la monarchie dans les affaires des assèchements implique donc d’étudier de manière approfondie l’histoire arlésienne. Il conviendra de considérer tout d’abord les conséquences des desséchements, puis la nature de la résistance opposée par certains Arlésiens aux investisseurs, afin de mieux comprendre comment le pouvoir royal a pu y mettre un terme.

Une révolution agraire ?

  • 85 AM Arles, DD 85, f° 39 et suiv., Mémoire de l’arpenteur des paluds des deux tiers de Monsieur de V (...)

41Bien que limités à la rive gauche du Rhône, l’assèchement des marais d’Arles constitue la plus vaste opération de la période avec plus de 10 000 ha mis hors d’eau en quelques années. La bonification arlésienne s’est donc accompagnée d’une mutation foncière de très grande dimension. Dans le pays de droit écrit qu’est Arles, chaque étape de procédure entamée dans le cadre des travaux d’assèchements, et des partages de terres auxquels ils ont donné lieu, est soigneusement consignée et conservée dans des registres. Le bilan des partages de terres réalisés en 1644, soit deux ans après le début des travaux, permet ainsi de saisir les enjeux sociaux des travaux de Van Ens85. Au total ce sont près de 65 parcelles, détenues par 55 propriétaires différents qui sont affectées lors de la redistribution de 1644. Les superficies en jeu sont très importantes puisque le partage porte sur près de 3 641 sétérées et 23 dextres, soit près de 2 040 ha, de quoi devenir le plus gros propriétaire foncier de la région d’Arles.

42Cette prise de possession concerne des propriétaires, et des propriétés, de natures très différentes. Sur les 65 parcelles partagées, 30 sont inférieures à 10 sétérées (5 ha), 15 inférieures à 25 sétérées (8,4 ha), 7 font entre 25 et 60 sétérées (soit entre 8,4 et 33,6 ha), quatre entre 60 et 90 sétérées (soit entre 33,6 et 50,4 ha), et enfin 9 sont supérieures ou égales à 99 sétérées (55,4 ha). Cette distinction n’est cependant pas suffisante puisqu’une parcelle fait à elle seule 900 sétérées (504 ha), trois en font environ 300 (168 ha) et une 275 (154 ha). Van Ens gagne donc, aux dépens des Arlésiens, des terres d’origines et de qualités très différentes. De fait, ses travaux touchent l’ensemble de la société urbaine. Parmi les propriétaires les plus possessionnés, figurent des laïcs dont la qualité n’est pas précisée mais qui sont issus de la bourgeoisie arlésienne, à l’image des Trébonsille, Fleche et Thomassi (900 sétérées pour le premier et 300 pour les autres). Monsieur de Turiers ne possède quant à lui que 175 sétérées. Les ordres religieux figurent également en bonne place parmi ces grands propriétaires : les pères moines (sans doute les Trinitaires) ont 220 sétérées, de même que la dame de Coumous. Tous les religieux ne sont pas aussi richement dotés. Ainsi, les religieuses de Sainte-Ursulle ne détiennent que 9 sétérées à l’origine, et les moines de Montmajour seulement 3,52. De la sorte, sept propriétaires détiennent à eux seuls 69 % des terres asséchées par Van Ens, ce qui donne une image de la très forte concentration de la propriété au profit de la bourgeoisie arlésienne et des ordres religieux établis dans la région.

43Cette poignée de propriétaires terriens n’est cependant pas la seule concernée par les assèchements. La répartition des terres de la région est en effet marquée par une très forte présence de la bourgeoisie locale qui détient des parcelles, modestes par rapport aux grands latifundia, mais néanmoins significatives quant à leur nombre. Le procès-verbal d’arpentage précise la qualité de certains de ces petits propriétaires, ce qui permet de dénombrer sept avocats, deux procureurs, un bourgeois et deux marchands. Certains, à l’image de Caliste Terrin, détiennent des parcelles de très petites dimensions (10 sétérées en deux parcelles, soit 5,6 ha), tandis que d’autres, comme Pierre Loys peuvent détenir des parcelles déjà importantes (plus de 50 sétérées en deux parcelles, soit 28 ha). Les marais d’Arles suscitent la convoitise des élites urbaines qui y affermissent leur réussite par l’achat de parcelles. Il convient également de souligner la particularité des grandes familles arlésiennes, fortement possessionnées dans la région, mais dont les terres ont été relativement peu concernées par les assèchements. Tel est le cas de Boussicaud Gros, de Molleges, ou de Saxi. Chacune de ces familles a marqué de son empreinte la toponymie arlésienne, témoignant de leur importance dans la société locale. Enfin, le procès-verbal fait clairement apparaître que les marais sont investis par une foule de petits propriétaires qui n’y détiennent que de petites parcelles, sans doute utilisées pour la pêche ou pour le jardinage péri-urbain. L’analyse de ce document montre que les marais et leurs assèchements constituent un enjeu crucial pour les Arlésiens. Qu’ils soient de grands propriétaires ou de modestes pêcheurs, ils sont nombreux à subir directement l’entreprise de Van Ens. La diversité de la taille des propriétés recoupe pour partie une diversité d’intérêts à l’égard des assèchements et donc une pluralité des réactions à l’égard des dessiccateurs.

44Compte tenu de l’ampleur de la dépossession réalisée au profit de Van Ens, il est aisé d’imaginer les très fortes oppositions qu’elle a dû susciter. D’autant plus que les assèchements ont eu des conséquences à une échelle plus grande. Aucune archive n’évoque directement la question, mais des documents produits dans le cadre de procédures intentées à Van Ens sont très explicites sur ce point. Les chanoines de Saint-Trophime ont ainsi beaucoup souffert des assèchements et de l’exemption de la dîme dont il bénéficiait. En 1647, ils exposent leur situation en ces termes :

  • 86 BM Arles 873, t. XI, f° 403 v° -404 v°.

« Le terroir des environs d’Arles et principallement celuy de la Crau n’est pas des plus fertile et ne rapporte qu’avec grande peine et travail. Lequel neanmoins avec les soins et diligences que l’on y apporte rend asses de grain pour la nourriture de ses habitants, mais comme il y a peu de gens de travail en Provence qui s’adonnent a la culture des terres rudes et difficiles, a cause de la peine, et que il y a bien moins de travail aux terres nouvellement desséchées et beaucoup plus de proffit, a cause que ceste terre nouvelle est grasse et abondante et quelle est bien plus facille a labourer et plus maniable que non pas celle de La Crau, les laboureurs abandonnent ledit terroir de Crau et s’en […] habitent lesdits marais, lesquels ils cultivent, partant si les demandeurs estoient privées des dixmes desdites terres dessechées, ils seroient entierement privées de leurs dixmes ; car ils perdroient celles de la Crau et ne seroient point payées de celles des marais, ainsi au lieu de profits leur condition seroit pire depuis le dessechement qu’ avant iceluy.
De plus a mesure que ces terres se decouvroient et se cultivent les habitants s’y multiplient et y bastissent des maisons des granges et autres habitations ; mesme des villages tout entiers auxquels habitants, le sieur archevesque et les demandeurs qui sont grands dixmiers sont obligées d’administrer les sacrements et pour n’y avoir des vicaires ; si celuy qui sert a l’autel doit vivres de l’hostel et la dixme est donnée pour la nourriture temporelle de ceux qui donnent la spirituelle, il est indubitable que le deffendeur et ses rentiers doivent payer la dixme quelque exemption qu’ils pretendent avoir, puis qu’ils doivent avoir plus de soit de leur amis que de leur corps et biens86. »

  • 87 BM Arles M 393, Sentence arbitrale entre noble Jean van Ens, & Messieurs ses associez et les sieur (...)

45Les chanoines du chapitre de Saint-Trophime reprochent à Van Ens de les avoir privés de leur principale source de revenus. La migration des paysans vers les terres nouvellement mises en culture les frappe d’un double préjudice. Non seulement, ils ne perçoivent aucune dîme sur les terres asséchées, mais en plus leurs prélèvements habituels ont énormément chuté. L’argumentaire développé par les chanoines pointe donc la dimension agricole de la mutation imposée par les travaux d’assèchements. Ces derniers bouleversent en réalité, l’ensemble de l’économie de la campagne arlésienne et déstabilisent profondément les institutions religieuses de la ville. Cette mention d’un mémoire rédigé dans le cadre d’un procès opposant les chanoines à Van Ens est précieuse car les sources témoignant du bouleversement social qui a accompagné les assèchements ne sont pas nombreuses. Une sentence arbitrale prise en 1647 afin de faire converger les points de vue des dessiccateurs et des intendants des vidanges, fait toutefois apparaître les fermiers que Van Ens a installés sur les terres qu’il avait récemment acquises. Ils ont en effet porté plainte contre lui en raison d’une inondation survenue en 164687.

  • 88 AC Arles DD 87, f° 165 r°.

46En réalité, aussitôt les travaux achevés, les dessiccateurs ont veillé à ce que leurs possessions soient mises en valeur par des fermiers. En un laps de temps très court, des terres marécageuses et d’anciens étangs ont donc été transformés en terres productives dont les profits échappaient aux élites arlésiennes, laïques ou ecclésiastiques. La conquête des marais s’avère lourde de conséquence sur l’ensemble de la société arlésienne. Grands propriétaires terriens et petits pêcheurs voient leur quotidien profondément bouleversé, de même que les bateliers et autres carriers88. D’une manière générale, les principales victimes de ces changements sont les éléments les plus fragiles de la société. Ils perdent en effet le bénéfice de droits que personne ne contestait auparavant mais qui ne pèsent pas lourd face au rouleau compresseur mis en place par les dessiccateurs. Toutefois, les élites locales sont d’autant plus perdantes qu’après desséchement, leurs terres sont devenues très rentables. La tentation est donc grande de les récupérer. C’est sans doute ce qui explique les nombreuses oppositions rencontrées par Van Ens au cours des années 1640.

Des enjeux politiques

  • 89 Rouquette J.-M. (dir.), Arles : histoire territoires et cultures, Paris, Imprimerie nationale, 200 (...)

47En procédant à une nouvelle répartition des terres et en imposant un nouveau mode de mise en culture, les assèchements arlésiens ont eu de lourdes conséquences sociales qui ont provoqué d’importantes résistances dont il convient d’insérer l’analyse historique dans le contexte politique singulier de la ville d’Arles89. Les institutions communales arlésiennes fonctionnent sur le principe d’une relative dyarchie. La ville est dirigée par deux consuls tirés au sort parmi un collège de huit hommes élus par le Conseil de la ville. Le premier consul, le véritable chef de la ville, est traditionnellement un noble, tandis que le second est un bourgeois de la ville. Jusqu’aux guerres de Religion, la répartition des pouvoirs ne pose pas de problèmes, hormis les inévitables luttes de factions à l’intérieur de chaque ordre. En 1632, certains nobles tentent de modifier l’usage en évinçant la bourgeoisie du consulat. Cela provoque à l’intérieur du second ordre de profonds remous qui aboutissent à la structuration de deux partis aux intérêts divergents : la vieille noblesse d’un côté, la plus récente de l’autre. Pour des raisons de préséances, ceux que nous appellerons désormais les Modernes refusent de siéger en tant que second consul. En 1637, Silve d’Antonelle, sieur de Montmillan, n’accepte de siéger à ce poste qu’après injonction du comte d’Alais, gouverneur de Provence. Six ans plus tard, en 1643, Chiavari de Cabassolle refuse également d’être subordonné à Pierre de Boches, et quitte la ville. À la suite de ce refus, Jaques de Parade de l’Étang, Pierre de Porcellet et François d’Eyguières de Méjanes se rendent à Aix-en-Provence pour demander au comte d’Alais de mettre un terme à l’outrageante domination de la vieille noblesse en renouvelant le Conseil de la ville, à l’image de ce qu’il vient de faire à Aix et Marseille. En réaction, l’ancienne noblesse, groupée derrière Pierre de Boches, entreprend des démarches auprès du Parlement. Les travaux d’assèchements, débutés en 1642, ont donc commencé dans un climat politique très tendu.

  • 90 Pillorget R., op. cit., p. 534; AM Arles, BB 28, f° 584 v°, f° 598.

48La situation s’aggrave le 8 février 1644, lorsque les Modernes, sûrs du soutien du comte d’Alais, s’en prennent au Premier Consul, Pierre de Boches, en lui ôtant son chaperon, signe de son autorité. L’édile reçoit alors immédiatement le soutien de ses collègues bourgeois, Trophime Cotel et Antoine Flèche, et les deux factions s’affrontent dans la ville. Le 14 février suivant, le comte d’Alais arrive à Arles, accompagné de l’intendant, Bochart de Champigny. Il invite les deux clans à la réconciliation mais oblige Pierre de Boches à présenter des excuses publiques à Jacques de Parades de l’Étang, victimes des coups de la milice municipale, composée d’hommes de vile condition. Le 15 février, les Modernes s’indignent auprès du gouverneur de l’accaparement de la fonction de Premier Consul par quelques familles et de la perpétuité du Conseil de la ville. En conséquence, ils lui demandent la suppression du second consul noble. Le comte d’Alais leur donne satisfaction dès le 25 février suivant : les douze conseillers les plus anciens sont exclus du Conseil et le nouveau Premier Consul doit être choisi parmi une liste proposée par les Modernes90. Pierre de Grille, sieur de Robiac, est élu et les Anciens sont contraints d’obtempérer. Après l’élection des consuls bourgeois, le gouverneur place des hommes de confiance au sein du Conseil et le façonne en fonction de ses intérêts. La lutte entre les deux factions s’attise à nouveau à l’occasion de la Fronde. Les anciens nobles profitent alors de l’affaiblissement du pouvoir du comte d’Alais et du soutien du Parlement d’Aix pour ravir aux Modernes la direction de la ville qu’ils détenaient depuis 1644.

49Ce climat politique, marqué par les luttes de faction au sein du pouvoir municipal et la confrontation entre le pouvoir central et les pouvoirs locaux, a fortement pesé sur les assèchements. En effet, les opposants à Van Ens se sont tournés vers le Parlement pour mettre en cause ses droits, sans cesse réaffirmés par le gouverneur et l’intendant. En d’autres termes, la réaction aux assèchements dépend très largement des critères d’appartenances politiques. Les opposants les plus tenaces à Van Ens sont issus des familles de la vieille noblesse ou la soutenant. Antoine Fleche compte parmi les bourgeois arlésiens appuyant Pierre de Boche. À l’inverse, Van Ens a su tisser des liens privilégiés avec les familles partisanes du gouverneur, de l’intendant et, en définitive, du roi. Van Ens a ainsi épousé une Antonelle, de la famille du second consul qui s’est le premier opposé au pouvoir de Pierre de Boches. Aux côtés des conséquences sociales, les assèchements des marais d’Arles s’inscrivaient dans des enjeux politiques de premier ordre. Les enjeux sociaux et politiques des assèchements contribuent de consert à expliquer l’ampleur des résistances que les dessiccateurs rencontrèrent.

Des résistances multiformes

50Au cours des années 1640, Van Ens doit faire face à de multiples mécontentements qui ralentissent la progression de son travail et le mêlent à un nombre incalculable de procédures. Les documents conservés aux Archives et à la Bibliothèque municipales d’Arles conservent les traces de ces conflits répétés et font apparaître les méthodes employées par les opposants aux dessiccateurs. De ce point de vue, deux procédés se distinguent nettement. Paysans et propriétaires laïcs n’ont apparemment pas hésité à recourir à la voie de fait, tandis que les ecclésiastiques, seulement soucieux de percevoir la dîme, se sont contentés de la voie de droit.

  • 91 AM Arles DD 85, f° 157 v°.
  • 92 Ibid., f° 158 r°.

51La première mention d’atteinte aux ouvrages de Van Ens date de l’année même du début des travaux. Le 15 décembre 1642, l’intendant Champigny constate ainsi que « quelques uns par malveillance et malicieusement, auroient dans la nuit rompu et ouvert partie dudit bastardeau, que si promptement ne feut esté pourveu par l’escluse du Sr de Vanens, ou aucuns de ses rentiers, toutes les terres du quartier de la coste basse, auroient esté inondées, mesme le Clar et l’estang du pont de Crau seroit esté tout remply, ainsi qu’il a esté une partie, pour raison de quoy, il reçoit un notable dommage et interests91 ». Des coupables sont même nommément désignés. Boussicaud, Reynaud et Battais sont en effet « les plus proches voisins dudit bastardeau [au point d’avoir] interest en ladite rupture92 ». Dès le début des travaux, les opposants au desséchement se sont donc attaqués physiquement aux aménagements construits à l’instigation de Van Ens afin de ralentir la progression de son chantier et de conserver leurs terres le plus longtemps possible. Dans les années suivantes, les oppositions arlésiennes n’ont pas cessé. Même si elles ont parfois pris des formes plus douces, elles n’en ont pas moins été fort gênantes.

  • 93 Ibid., f° 54 r°, Sommation pour le sieur de Vanens contre les sieurs intendans du corps des vuidan (...)
  • 94 Ibid., f° 54 v°.
  • 95 Cf. supra, p. 40-41.
  • 96 AM Arles DD 85, f° 39 v°, Mollèges possédait 85 sétérées 8 dextres dans les marais d’Arles et en a (...)

52Le contrat de 1642 par lequel Van Ens s’est entendu avec les Arlésiens procède à une division du travail entre les dessiccateurs et les intendants des vidanges. En contrepartie des terres qu’ils préemptent, les nouveaux venus dans le paysage arlésien doivent renouveler et entretenir l’ensemble des installations qui se situent dans les marais, stricto sensu. Cela signifie que l’entretien des levées qui corsètent le Rhône et préviennent des inondations reste sous la responsabilité des intendants des vidanges et des levadiers. Van Ens se trouve contraint de coopérer avec la bourgeoisie arlésienne qui gère en réalité ces institutions mises en place au cours du Moyen Âge. Malgré le contrat de 1642 et les bonifications qu’il apporte, Van Ens a pourtant eu le plus grand mal à faire respecter cette condition. Dès 1644, il constate que les chaussées sont « en pauvre estat mal accomodées en plusieurs endroictz et particulierement au cartier du Plan du Bourg », alors qu’elles doivent être « entretenus en bon et deub estat a l’accoustumé par ledits sieur intandants et levadiers93 ». Il s’agit en effet qu’il n’arrive « aulcun desbord et inondation de la riviere, attandu que si celle arrivroit lesdits paluds et marest qui sont à présent sechés seroient de nouveau inondées94 ». La sommation qu’il adresse aux intendants, vise à préserver les acquis des premiers travaux de Van Ens et à s’assurer les premiers bénéfices de son entreprise. Elle atteste également de la mauvaise volonté et de la résistance passive des intendants des vidanges qui ne respectent pas leurs engagements. Aussitôt les premiers travaux réalisés, Van Ens s’est donc trouvé confronté à la mauvaise volonté d’une partie des Arlésiens. L’intendant des levadiers95 auquel est destinée cette première sommation n’est autre que le sieur de Mollèges, un des expropriés à la suite des assèchements96.

  • 97 Ibid., f° 70 v° et 71 r°, Sommation aux intendans et particuliers du plan du bourg terroir d’Arles (...)

53Il est impossible de dire si les sommations de Van Ens ont été suivies d’effet, mais il est manifeste que les conflits n’ont pas cessé immédiatement. En juillet 1645, il est à nouveau contraint de procéder à une « sommation & requisition, [afin de] reparer promptement lesdites chaussées tant aux levadiers d’icelles du cartier du Plan du Bourg que aux particulliers du mesme terroir qui sont entre autre le Chapitre Ste Trophime pour les mas du Cappelan et du Gallignon, le sieur de Truchenu, la damoyselle de Barras, le sieur de Mollèges, Jean Brunent, bourgeois, Baptiste d’icard, escuyer, les sieurs de Beyne, le sieur de Gerard, advocat du roy, le sieur de Nicollay et la dame de Cologne97 ». En réalité, la plupart des propriétaires ayant dû céder une partie de leurs terres à Van Ens refusent, en toute contradiction avec leurs engagements initiaux, de coopérer au desséchement. Cette lutte sourde s’est ouverte dès l’obtention des premiers résultats et s’est amplifiée à l’annonce des premières difficultés.

  • 98 Ibid., f° 130 et suiv.

54En novembre 1646, alors que le terme de quatre ans fixé pour le succès des assèchements touche à sa fin, Van Ens et les intendants des vidanges procèdent à une expertise des marais afin de contrôler si chaque partie a bien respecté le contrat de 164298. À cette occasion, rejaillissent les griefs portés à l’encontre des dessiccateurs. Débutée le 12 novembre, la visite sonne comme une charge contre le Hollandais et ses réalisations. Un certain Landin, au nom des intendants des vidanges, soulève même le fait que depuis l’arrivée de Van Ens, des espaces auparavant hors d’eau sont désormais totalement incultes. Les travaux de Van Ens sont, sur ce point directement, incriminés :

  • 99 Ibid., f° 132 r° et 132 v°.

« Nous a paru requerir ledit Landin requis de veoir en continuant nostre chemin le long dudit canal du costé de main gauche tirant en hault, une grande estandue de terroir sous les herbaiges ou les bleds nouvellement semés [sont] couvert d’eau en façon que n’ayant plus aulcune vuidange pour estre arrestée par la digue dudict canal sur Ens et ne pouvant estre vuidée par ledict contre fossé qui au contraire vient sur ledict terrain, lesdicts herbaiges et semis seront infailliblement perdus voire le fonds de la terre de terroir s’il n’est promptement prouvé d’autant mieux qu’il n’y a encores subject d’aprehender la continuation des pluies et par consequant une plus grande inondation dans le mesme terroir dans lequels toutes les eaux pluvialles se trouvent enfermés sans aulcune issue99. »

  • 100 Ibid., f° 133 v° -134 r°.
  • 101 Ibid., f° 137 r°.

55Tous les témoignages que rapporte le procès-verbal accusent Van Ens d’avoir dégradé l’état des marais et, de fait, de détourner les eaux de manière à ce que seules ses terres en soient protégées. Face à ces accusations, les représentants de Van Ens rétorquent en développant deux arguments. Ils avancent tout d’abord que les plaignants ont déjà « pris deux récoltes des terres où il n’y avoit auparavant que de l’eau ou des roseaux », et qu’ils profitent du fruit des investissements de Van Ens, qui s’élèvent, dès 1646 à près de 600000 livres100. Ce à quoi les intendants rétorquent que la mise en culture des marais d’Arles n’est en réalité due qu’à « l’estat de la sécheresse qui a esté si grande durant quatre années », entre 1642 et 1646101. En second lieu, les partisans de Van Ens évoquent un véritable sabotage dont les aménagements hydrauliques auraient été l’objet à l’occasion des très fortes pluies survenues dans la deuxième quinzaine d’octobre 1646. Ils font ainsi remarquer que :

  • 102 Ibid., f° 134 v° -135 r°.

« Les grandes et extraordinaires pluies despuis trois semaines ont faict dessandre les eaux du vigueyrat de plus grande abondance qu’on n’avoyt veu despuis cinq ans et le cours de l’eau estre arresté par quatre ou cinq bateaux que quelques malveillants ont fait couler a fonds en travers du canal devant le pont du mas de l’Hospital ainsi que nous a requis de voir en passant sur la digue dudit canal, l’eau a grossi en façon qu’elle a esté sur le point de passer sur les digues au dessus dudicts pont en quelques endroits102… »

56Si les fortes pluies sont la cause directe des inondations, Van Ens estime donc qu’elles n’en sont pas moins le résultat d’une opération sciemment menée pour affaiblir sa position. En bloquant l’écoulement des eaux grâce à des bateaux coulés à un emplacement adéquat, les malveillants le contraignent à rompre la digue qui borde le canal afin de libérer les eaux avant que celles-ci ne brisent l’ensemble de la chaussée et ne causent des dégâts irrémédiables. À la lecture de la réponse avancée par les intendants, il n’y a guère lieu de douter de la présence de ces embarcations au fond du canal :

  • 103 Ibid., f° 138 r° -138 v°.

« Et quant aux digues dudict canal sur lesquelles il nous a requis de voir l’eau sur le point de subvenir dit que c’est une foible escuse que celle de quelques batteaux coulés au fonz dont ledit sieur de Vanens nous fait monstré et il a vu rehaussant par les eaux de deux doicts oultre que puisque ce canal lui appartient et qu’il tire un grand revenu du passage desdits bateaux c’est a lui de voulter et songer a tout ce qu’il arrive dans icelluy, personne autre n’ayant droit de le faire. Icelles pluyes n’estant pas aussi une escuze fort legitime evytant que si bien il soyt veritable qu’il aye pleu assez long temps les pluyes neantmoings n’ont pas esté grandes et extraordinaires, comme il advance au contraire très moderées bien plus plus grandes veritablement que celles qu’il a vécu depuis son contrat mais beaucoup moindre que plusieurs autres qui sont arrivés dans le temps de vingt ans passés que si se trouve de semblable accident il doibt bien s’assurer de voir de plus grand comme en estant il nous pourroit veriffier presantement par des personnes du vigueirat que ses eaux ont esté souvant beaucoup plus grandes qu’elles ne seront et les gens du pays scavent qu’autrefoix une pluye d’un demi jour mis plus de l’eau dans le pays que toutes les passées103. »

57La suite du procès-verbal témoigne de la très mauvaise opinion que les propriétaires des marais ont de Van Ens. Leurs témoignages conjugués à ceux de leurs fermiers ne trouvent pas de mots assez durs pour dénigrer les ouvrages commandités par les dessiccateurs qui n’ont d’autres arguments à faire valoir que les bienfaits qu’ils ont procurés à ces propriétaires au cours des deux dernières années. Van Ens finit d’ailleurs par l’emporter puisque l’arbitrage rendu à la fin de la procédure conclut à la prorogation du contrat de 1642 que l’inondation avait probablement pour but de faire rompre. La première forme d’opposition mobilisée par les Arlésiens soucieux de nuire aux intérêts de Van Ens a donc été de s’en prendre physiquement aux aménagements qu’il a fait construire. Le choc social provoqué par la préemption des terres s’est donc traduit par une dégradation rapide des relations entre les différents acteurs. Sa situation était d’autant plus fragile qu’il devait également faire face à l’offensive judiciaire des chanoines de Saint-Trophime désirant percevoir la dîme sur les terres nouvellement mises en culture.

  • 104 BM Arles 873, t. XI, f° 351 : Extrait des registres du conseil privé du roi, du 5 janvier 1646. Me (...)
  • 105 Ibid., f° 351 v°.

58En vertu des édits de 1607 et des précisions apportées par déclaration royale en 1613, les terres nouvellement desséchées sont exemptées du paiement des dîmes pour une période de dix années. Ce privilège, confirmé dans un arrêt du 14 avril 1643, n’était pas du goût des chanoines de Saint-Trophime, qui dès le mois de mai 1645 adressent une sommation à Van Ens afin qu’il procède au paiement de la dîme104. Face au refus de Van Ens et de ses fermiers, les religieux adressent une requête au conseil du roi à la fin de l’été 1645. En vertu du fait que les édits octroyant cette exemption aux dessiccateurs n’ont pas été enregistrés par le Parlement d’Aix et parce que « les dixmes sont de droit divin qui ne peut estre distrait ni alteré pour aulcune cause ny consideration humaine », le conseil du roi ordonne que l’affaire soit plaidée devant le Parlement d’Aix, jugé seul compétent en la matière105. Le conseil du roi évite de trop prendre parti et ouvre la voie à une procédure dont les sources font mention au moins jusqu’en 1651.

  • 106 Ibid., f° 388 et suiv.
  • 107 Ibid., f° 394 r°.
  • 108 Étant asséchés depuis les années 1600 et 1610, les marais de Capestang et de Tonnay-Charente ne so (...)

59Dans un mémoire daté du 23 avril 1646, les chanoines rassemblent leurs arguments afin de défendre leur cause devant le Parlement d’Aix106. Le premier élément qu’ils avancent concerne les modalités de l’obtention de l’arrêt de 1643 par Van Ens. Ils considèrent en effet, qu’il y a « de la surprise manifeste et que sa Majesté et Nosseigneurs de son Conseil » ont été trompés107. En d’autres termes, les chanoines considèrent que c’est à son insu que le conseil a concédé ce privilège à Van Ens. Alors qu’il n’était question que de ratifier le contrat de 1642, dans lequel il n’est nulle part question d’exemption de dîme, le Conseil a été trompé par le dessiccateur et lui a confirmé un droit qu’il n’avait pas. Ils enjoignent également au Parlement de prendre en considération la justification éternelle de la dîme, nécessaire au bon fonctionnement de l’Église et au salut du royaume. Les chanoines concèdent que les édits de 1613 accordent cette exemption aux dessiccateurs, mais ils considèrent pour leur part que le versement annuel de 4 000 lt. à Van Ens pour l’entretien des marais est largement suffisant et qu’il justifie la levée de l’exemption. Surtout, les chanoines pointent les profondes modifications qu’a connues le territoire arlésien à l’issue des desséchements. L’installation massive de paysans de la Crau dans les marais d’Arles leur cause en effet une perte de revenu considérable. Enfin, ils prennent exemple sur les marais desséchés du Languedoc qui sont pour leur part soumis à la dîme108.

  • 109 BM Arles 873, t. XI, f° 343 et suiv.
  • 110 Ibid., f° 345-345 v°.
  • 111 Ibid., f° 354 r° et suiv. : mémoire du 8 octobre 1646 ; f° 360 r° et suiv., requête du 19 octobre (...)

60Parallèlement à l’action entreprise devant le Parlement d’Aix, les chanoines poursuivent leur offensive auprès du Conseil du Roi auquel ils font parvenir une nouvelle requête le 12 juin 1646 le pressant de faire appliquer une décision qu’il a prise en leur faveur le 14 avril précédent109. Ils s’appuient sur les exemples de Saintonge où les dîmes sont régulièrement payées. Pour cette raison, ils demandent au roi « de promettre aux suppliants reformer les conclusions par eux prises en ladite instance et conformement aux dits arrests de [son] Conseil du 14 avril dernier condamnant ledit Vanens ses rentiers et hommes et autres destempteurs et proprietaires des terres dessechées d’en payer la dixme a raison de vingt gerbe l’une et sur les fruits sujets à la dixme et ordonner que ledit arrest du 14 avril sera mis et adiouté a ladite production de ledit Vanens condamné aux depens les suppliants continuant leurs veux et prieres pour la santé et prosperité de [sa] maiesté110 ». Malgré cette insistance, les chanoines de Saint-Trophime ont eu le plus grand mal à faire prévaloir leurs vues. En effet, entre les mois d’octobre et décembre 1646, ils harcèlent le Conseil du Roi en lui faisant parvenir trois mémoires sur ce sujet111.

61Les chanoines de Saint-Trophime ont conduit une véritable guérilla judiciaire contre Van Ens dont nous ne disposons malheureusement pas de la défense et dont nous ignorons tout des procédés auxquels il a eu recours pour contrer cette offensive. Les dessiccateurs devaient donc faire face à une double opposition, l’une physique et l’autre strictement judiciaire. Il y avait donc complémentarité entre les moyens utilisés pour affaiblir Van Ens et ses associés. Cela permet d’établir la mise sur pied d’une résistance d’une partie très importante de la société arlésienne, unie dans le refus de l’étranger accapareur de terres. C’est une chance pour l’historien que Van Ens ait pu surmonter ces difficultés. Les modalités de résolutions de ces conflits sont en effet très révélatrices des soutiens dont il disposait pour parvenir à ses fins et plus avant, du fonctionnement de la monarchie française dans les années 1640.

Transiger : le gouverneur, l’intendant et l’archevêque

  • 112 Extrait des registres du Conseil privé du roi, du 14 avril 1643, publié dans Délibération de l’ass (...)
  • 113 Ibid., p. 55.
  • 114 Lettre du 1er juillet 1645, du roi au Parlement de Provence, publié dans Délibération de l’associa (...)

62Dès le 14 avril 1643, un arrêt du Conseil privé du roi ordonne « à tous les gouverneurs et autres ses justiciers de l’assister [Van Ens] en choses dont il aura besoin, de leur autorité pour l’effet desdits ouvrages, et ce nonobstant oppositions ou appellations quelconques, dont si aucuns interviennent112 ». En outre, l’arrêt rappelle la prééminence du Conseil dans les affaires d’assèchement puisque « Sa Majesté s’en est réservée la connaissance à son dit conseil et icelle interdit à toutes ses cours et juges113 ». Le 1er juillet 1645, le souverain force les réticences du Parlement de Provence à enregistrer la lettre patente de 1643, ce qu’il finit par faire le 9 juin 1646114. C’est toutefois à l’occasion de la crise de 1646 que le soutien royal apparaît dans toute sa vigueur.

  • 115 AM Arles, DD 85, f° 160 r° et 160 v°.
  • 116 Ibid., f° 160 r°.
  • 117 Ibid.

63Van Ens doit alors lutter simultanément sur deux fronts, contre l’opposition d’une frange de la bourgeoisie et de la noblesse d’une part, contre une partie du clergé de l’autre. Pour surmonter ces querelles et tirer tout le profit attendu des assèchements, le Hollandais mobilise des soutiens très efficaces. Le 3 janvier 1647, après un an de chicanes judiciaires, le souverain en vient à écrire au sieur Champigny, « intendant de la Justice, Police et Finances en la Provence115 ». Le ton de la lettre est rapidement donné, puisqu’il s’agit pour le « roi d’éviter les longueurs des procédures qui surviennent en [ses] justices ordinaires » et donc de prendre des dispositions rapides à l’encontre des « corps communautés chapittres et particulliers habitants ou plusieurs par eux alliés et personnes inthéressées quy affectent de ruiner l’entreprise de desséchement des marais d’Arles116 ». Le roi estime en effet, que ces malveillances ne visent qu’à « empescher et retarder un ouvrage fort utile et de causer un prejudice notable à ce qui a desia esté reduit en sa perfection par ledit Vanens et ses associés117 ». Le souverain se fait ainsi le porte-parole de Van Ens et avalise sa version des faits. Par sa lettre, le sabotage devient la version officielle des inondations de novembre 1646.

  • 118 Ibid., f° 160 v°.
  • 119 Ibid.

64Van Ens est de ce fait confirmé dans ses droits et prérogatives tels qu’ils ont été définis dans le contrat de 1642. Pour assurer, le respect de ses injonctions le roi commande un rapport au sieur d’Aligre, « conseiller au conseil d’État et déjà commis et député pour semblables cas en […] Poitou, Xaintonge et pays d’Aunis ». Pour exécuter les décisions prises en son conseil, il donne pouvoir au sieur Champigny de « faire droit en son conseil ainsi que de raison118 ». Pour qu’aucune contestation ne soit soulevée, il interdit « à toutes ses cours et juges quelconques a cause de nullité, cassation de procédures et de tout despens dommages et intherets119 ». Enfin, le souverain ordonne à tous ses juges et officiers d’obéir à son huissier ou sergent requis pour faire respecter les droits de Van Ens. Les dessiccateurs bénéficient donc d’un soutien sans faille de la Régente qui lamine d’emblée toute opposition. Non seulement, le conseil du roi est la seule instance compétente en la matière mais en plus, seul l’intendant peut en faire appliquer les décisions. Dans une situation de blocage, telle que celle de l’automne 1646, le pouvoir royal intervient donc très rapidement en brisant toute velléité de résistance et saisit en quelque sorte l’occasion pour développer la centralisation de son pouvoir, en s’appuyant sur des commissaires. Sur le terrain, les associés se trouvent de la sorte en position nettement favorable pour négocier avec les Arlésiens.

  • 120 BM Arles, M 393, Sentence arbitrale entre noble Jean van Ens, & Messieurs ses associez et les sieu (...)

65C’est en effet à la suite de l’ordre donné à Champigny que la situation se débloque en faveur de Van Ens. Toutes les pièces du dossier n’ont pas été conservées mais de l’exposé des motifs de la Sentence arbitrale rendue le 29 octobre 1647, il ressort que les négociations entre les parties se sont intensifiées à partir du mois de juillet de cette même année120. Le 13 juillet, l’intendant envoie une requête aux Arlésiens dont la teneur est inconnue, mais qui leur enjoint sûrement de s’entendre. Entre les 26 et 28 de ce mois, Van Ens signe un premier compromis avec les intendants des vidanges d’Arles. Le mois suivant, entre le 26 août et le 18 septembre, il s’entend avec d’autres propriétaires importants : Charles d’Alezard, chanoine de Saint-Trophime, Fleche, et Pierre de Chasteauneuf, sieur de Mollèges. Enfin, le 16 octobre il traite avec Louis de Simiane, sieur de Truchenu. En l’espace de trois mois, Van Ens a donc signé des accords avec ses principaux opposants. Le résultat de ces transactions a été rassemblé par la sentence arbitrale du 29 octobre 1647. Cette dernière rappelle à chacun ses droits et obligations et pose les bases d’une cohabitation pérenne. L’entretien de toute l’infrastructure des marais est entièrement confié à Van Ens, à l’exception des levées du Rhône. En contrepartie de cette charge, qui découle directement du contrat de 1642, le dessiccateur se voit confirmer la propriété des digues du marais. Dans le même sens, Van Ens est en droit de récolter à son profit tout ce qui pousse sur ces digues, dont la moutarde et le bois. Enfin, le partage des terres consécutif à l’assèchement est confirmé. En d’autres termes, les procédures et actions intentées contre Van Ens se soldent par des échecs, puisque l’essentiel de ses droits est confirmé.

  • 121 Ibid., Transaction entre noble Jean van Ens d’une part et les Intendants du corps des vuidanges d’ (...)
  • 122 Ibid., p. 2.
  • 123 Ibid.
  • 124 Ibid., p. 3.

66La victoire éclatante de Van Ens provoqua à son tour des oppositions qui nécessitèrent de nouvelles négociations, qui aboutirent finalement le 24 décembre 1647121. Devant l’aigreur des propriétaires lésés et l’ardeur de leur rancœur, la conduite de la transaction est confiée à l’archevêque d’Arles, François Adheymar de Monteil de Grignan. En effet, la succession des « appellations mettoient lesdites parties en estat d’une grande mesintelligence tres desavantageuse à l’idéal de commun bien122 ». L’ecclésiastique se propose donc, « par une bonté et une charité sans exemple, de pacifier tous les différends considerables qui arrivent entre les habitants de ladite ville123 ». C’est donc à l’autorité morale suprême de la ville que revient la lourde tâche de fixer un compromis après de longs mois de luttes intestines. Le prélat y parvient, semble-t-il, en incitant Van Ens à répondre favorablement à certaines des demandes des propriétaires Arlésiens. En effet, si la propriété du Hollandais sur les infrastructures est une nouvelle fois confirmée, il accepte de réaliser des travaux qu’il ne souhaitait pas entreprendre mais qui lui sont expressément demandés. Van Ens accepte d’agrandir certains de ses canaux, et principalement le canal Ens. D’autre part, les protagonistes s’entendent pour favoriser la circulation des eaux entre les différents canaux. De même, des contre fossés doivent désormais border le canal Lucas afin « que les eaux d’icelui puissent fluer124 ». Van Ens consent à négocier une partie de la conduite de ses travaux. Il recule également sur la récolte des plantes poussant sur les digues :

  • 125 Ibid., p. 4-5.

« Que lesdites digues appartiendront audit sieur Van Ens en pleine propriété, & lesdits arbres audits particuliers chacun en droit soy, demeurant neantmoins obligez de les couper ou par pied ou par branches, tout ainsi & lors & quand sera trouvé bon & qu’il plaira audit Sr Van Ens, ce que lesdits particuliers seront deux moins après qu’ils en auront esté adverti, le bois desdits arbres leur appartenant entierement : comm’aussi auront lesdits particuliers droit de passage pour eux & leur bestail sur lesdites digues, conformement audit contract de dessechement125. »

  • 126 Copie de la lettre close de la Reine mère sur les canaux creusés par J. van Ens, du 6 octobre 1648 (...)

67Les dessiccateurs conservent la propriété pleine et entière des digues mais cèdent celle des arbres et de toutes les cultures qui y poussent. Le compromis passé entre les parties est par ailleurs assez original puisque, même si Van Ens perd la propriété de ses arbres, il conserve le droit d’en ordonner la coupe. Cette clause montre bien, qu’aux yeux de Van Ens, les arbres ne représentaient un enjeu important que dans la mesure où leur entretien participait de celui des digues dont il avait la charge. Même s’il cède sur des points importants, Van Ens préserve l’essentiel de ses droits, c’est-à-dire la pleine et entière propriété des deux tiers des terres qu’il a desséchées. Négocié sous l’égide de l’archevêque d’Arles, l’accord du 24 décembre 1647 ne peut guère être remis en cause par aucune des parties et scelle la victoire de Van Ens. C’est donc grâce au soutien des plus hautes autorités, tant politiques qu’ecclésiastiques, que les dessiccateurs parviennent à leurs fins. À l’inverse, les interventions du roi, de l’intendant, puis de l’archevêque témoignent de la ténacité de leurs opposants. Compte tenu de cette pugnacité, le soutien de ces autorités s’est avéré indispensable. Pour s’assurer de l’application des clauses de cette transaction, le souverain écrit directement au comte d’Alais afin qu’il soutienne très fermement Van Ens et ses associés, desquels il dit tirer « de notables services en ses affaires particulières126 ».

  • 127 Bochard de Champigny, seigneur Saron, conseiller au Grand Conseil, maître des requêtes de l’Hôtel (...)
  • 128 Sur l’action de Bochard de Champigny dans la vallée des Baux : AD Bouches-du-Rhône, 108 E 101, dél (...)

68À considérer l’origine des différents intervenants tout au long des années 1640, il ressort que ces « notables services » devaient assurément être considérables. Tous, du Gouverneur aux Archevêques, sont parmi les plus puissants soutiens de la monarchie et de sa centralisation. Même si son rôle n’a pas été central, le recours au Gouverneur de Provence est très révélateur. Louis de Valois, comte d’Alais, petit-fils de Charles IX a d’abord été évêque avant d’être libéré de ses vœux et de se marier. De sang royal, il est nommé gouverneur en Provence en 1637 afin de restaurer l’autorité du roi en Provence. En raison de la résistance des communautés et son inaptitude à la négociation, le gouverneur s’est rapidement aliéné le Parlement et les Conseils des principales villes Toutefois, dès sa nomination, le roi lui adjoint l’intendant François Bochard de Champigny127. En charge des affaires fiscales, il devait assainir les comptes des communautés afin de faciliter la perception des impôts128. L’autorité des représentants directs du roi a été renforcée par le contrôle de Mazarin sur les autorités religieuses. Entre 1645 et 1649, l’évêque d’Aix-en-Provence n’est autre que Michel Mazarin, le frère du Cardinal. L’archevêque d’Arles, François Adhémar Monteil de Grignan a quant à lui été nommé en 1644, en provenance de l’évêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux où il exerçait son sacerdoce depuis 1630. Le négociateur du compromis entre Jean Van Ens et les Arlésiens est issu de la famille de Castellane Adhémar et succède à son oncle Jean-Baptiste à l’archevêché d’Arles. François Adhémar a joué un rôle politique très important en Provence tout au long de son épiscopat. Durant la Fronde, il a assuré la médiation entre le roi et les Marseillais et permis la pacification de la ville. D’une manière générale, ses talents de diplomates lui ont permis de pacifier les relations entre le comte d’Alais et les villes qui se sont opposées à lui. À la mort de Michel Mazarin, et pendant la captivité d’Alais, en 1649, il incarne l’autorité morale en Provence. L’intervention de François Adhémar au secours de Van Ens doit donc être interprétée comme une forte ingérence du souverain et de son Principal Ministre.

  • 129 Hickey D., Le Dauphiné devant la monarchie absolue. Le procès des tailles et la perte des libertés (...)
  • 130 Mousnier R., « Les rapports entre les gouverneurs de Province et les intendants dans la première m (...)
  • 131 Zeller G., « L’administration monarchique avant les intendants », Revue historique, 197, 1947, p.  (...)
  • 132 Bergin J., The Making of the French Episcopate (1598-1661), New-Haven London, Yale university pres (...)

69Réalisé grâce à des capitaux privés et dans un objectif mercantile et financier, l’assèchement des marais d’Arles a pourtant été une affaire éminemment politique indissociable du développement de la puissance de l’État. À la lumière du contexte politique local, les nombreuses interventions du souverain montrent que les travaux de drainage sont pour lui un moyen d’étendre son autorité dans la région. Les assèchements accentuent des clivages politiques préexistant dans la région et accompagnent des conflits violents dont la résolution nécessite l’intervention du roi qui seul peut se poser en arbitre. La politique conduite à Arles correspond tout à fait de celle qui a été mise en lumière par Daniel Hickey en Dauphiné au sujet de la perception des tailles129. En attisant les tensions locales, le roi se rend indispensable et peut étendre son pouvoir. Le souverain utilise tous les acteurs dont il dispose pour parvenir à ses fins. En ce sens, le cas arlésien tend à confirmer les thèses de Roland Mousnier130. Le Conseil du roi est en effet l’instrument privilégié du souverain. À partir de 1632, date à partir de laquelle il casse les arrêts des Parlements en l’absence même du roi, le Conseil s’appuie sur les gouverneurs, puis sur les intendants de police, justice, finance pour appliquer ses décisions. L’analyse du cas arlésien ne permet pas de conclure à une concurrence entre gouverneur et intendant, mais bien plus à une forme de collaboration entre les deux représentants du roi, à l’inverse de ce qu’écrivait Gaston Zeller131. L’épiscopat, dans la mesure où les évêques sont nommés par le roi, est également mis à contribution132. Si les assèchements n’ont pas pour but premier d’étendre le pouvoir monarchique, ils ont pour le moins été instrumentalisés dans ce sens. La diversité des acteurs mobilisés et la continuité de l’effort monarchique, montre que la réussite d’un chantier signifiait la présence du roi et participait de l’affirmation de son autorité sur l’ensemble du royaume. Une telle observation ne suffit cependant pas à élucider toutes les motivations de la monarchie.

  • 133 Cf. infra, p. 216.
  • 134 Pillorget R., op. cit., p. 528 et suiv.

70Depuis 1599, chaque décision royale prise en faveur des assèchements prend la peine de rappeler l’attachement de la monarchie au bien public. La bonification des zones humides participe de l’exaltation de l’image d’un roi nourricier, soucieux du bien son peuple et de l’abondance de blés dans son royaume. Louis XIV, en rappelant l’importation des blés de Danzig dans la Galerie des Glaces, a rendu justice de manière éclatante à ce souci permanent des rois de France. Dans le même ordre d’idée, les textes normatifs mettent en exergue l’aspect sanitaire des assèchements qui contribuent au bien des peuples, en leur épargnant pestilences et maladies diverses. Enfin, dans son édit de 1639 Louis XIII présente la conquête des marais comme un substitut à l’échec des colonies françaises, comme un moyen d’étendre le domaine royal. Aucune de ces motivations ne peut être écartée et le roi a sans nul doute la volonté d’enrichir ses sujets et de favoriser leur bien être. Elles doivent cependant être confrontées aux pratiques des dessiccateurs. Une partie importante des récoltes des marais poitevins était directement exportée vers Amsterdam133. Même si les sources font défaut pour le cas arlésien, le récit des événements qui ont secoué la ville en 1643 tend à prouver que les pratiques des dessiccateurs y étaient similaires134. Durant l’été, alors que les prix du blé connaissent un renchérissement considérable, des bateaux chargés de blés arlésiens appareillent depuis la ville. Inquiets de la situation, ce sont les représentants de la faction dite de la noblesse ancienne, c’està-dire s’opposant au desséchement, qui s’en alarment auprès du Parlement en évitant soigneusement de faire intervenir le gouverneur. Tout porte à croire que ce blé, s’apprêtant à quitter Arles, a poussé sur les terres nouvellement asséchées. De ce point de vue, l’implication pleine et entière de la monarchie s’explique par la défense des intérêts de ses financiers. Cette logique s’inverse à partir du milieu des années 1650, alors que le pouvoir royal est fermement rétabli.

*

71D’un point de vue normatif, la prise de possession des terres à assécher ne s’est donc pas faite contre les droits existants mais en tenant compte de ces derniers. Même si les dessiccateurs bénéficiaient de droits exorbitants, ils ont dans tous les cas de figure pris le soin de négocier et de transiger avec les propriétaires des marais et ils n’ont jamais fait usage de l’ensemble des droits dont ils disposaient. Ce souci d’équilibre, nécessaire pour une installation pérenne et une profitabilité certaine des assèchements, s’est même traduit par l’octroi de droits sur les terres asséchées aussi bien aux seigneurs qu’à leurs paysans. De la sorte, au début du XVIIe siècle, le cadre seigneurial ne constituait nullement un obstacle au développement d’activités de type capitaliste comme l’étaient les assèchements de marais. Il semble même que la collaboration avec les seigneurs ainsi que la reconnaissance de leurs droits contribuaient à la tranquillité des dessiccateurs dont la présence ne pouvait par la suite guère être mise en cause. De ce point de vue, la collaboration étroite entre les dessiccateurs et la duchesse de Mortemart dans les marais de Tonnay-Charente paraît exemplaire.

72L’installation des dessiccateurs sous-tendait des transactions avec les anciens propriétaires et par des contrats fixant les règles d’exploitation du monopole d’assèchement à l’échelle locale. Malgré cet effort constant des investisseurs, ils ne pouvaient faire abstraction ni gommer à eux seuls les divisions internes des sociétés bordières des marais. Les assèchements ont quasi systématiquement soulevé des oppositions et des résistances. Certaines étaient relatives à la propriété de la terre, certaines visaient à l’obtention de nouveaux droits, d’autres enfin concernaient les dîmes et les droits des ecclésiastiques. L’inscription dans le temps des travaux d’assèchements s’est donc faite par la régulation de ces conflits et le recours à la justice du Conseil d’État. Les dessiccateurs ont en cela été fortement aidés par la monarchie qui a systématiquement mis ses représentants au service des travaux de bonifications. Jusqu’aux années 1630, elle envoie des commissaires pour veiller à la bonne application des décisions de justice. Dans les années 1640, et dans le cadre des assèchements arlésiens, la monarchie a mobilisé successivement le gouverneur, l’intendant et l’archevêque pour mettre un terme aux troubles dont Van Ens était la victime.

73La dimension strictement politique des assèchements transparaît avec force. Dans leurs modalités françaises, ils sont une des expressions territoriales de la croissance et de l’affirmation du pouvoir de l’État centralisé. En effet, sans la mobilisation de ses ressources, tant judiciaires que fiscales et coercitives, les assèchements n’auraient pas pu être menés à leur terme. À l’inverse, ils ont nettement servi l’extension du pouvoir central. En secrétant du conflit, ils lui ont donné matière à intervenir et l’ont de cette manière rendu nécessaire dans l’arbitrage des tensions et la pacification des situations les plus conflictuelles. En servant les intérêts privés de ses serviteurs, l’État a affirmé son autorité et s’est imposé comme garant unique de la concorde sociale de manière plus ou moins uniforme sur l’ensemble du royaume.

Notes

1 Dienne E. de, op. cit. ; Masse P., « Le desséchement des marais du Bas-Médoc », Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, Bordeaux, t. VI no 1, janvier-mars 1957, p. 25-68.

2 AN, 101 AP F 5, Acte du 17 septembre 1600, cité dans Masse P., op. cit., p. 29.

3 Ibid.

4 AN, 101 AP F 5, Acte du 3 mars 1633, cité dans Masse P., op. cit., p. 30-31.

5 Lettre du duc d’Épernon au cardinal de Richelieu, Bibliothèque de l’Institut, Collection Godefroy, portefeuille 270, publié dans Archives historiques du département de la Gironde, t. II, 1860, p. 207-208.

6 Ibid., p. 31.

7 AN, 101 AP F 5, Contrat du 6 mai 1642 et Baillette à fief nouveau du 8 mai 1645, cité dans Masse P., op. cit., p. 32-33.

8 AN, 101 AP F 5, Contrat du 24 janvier 1648, cité dans Masse P., op. cit., p. 33.

9 Les marais de Bordeaux sont également dans ce cas, ce qui tend à témoigner d’une forte spécificité de la Guyenne.

10 AN, U 1449, contrat de 1607. Les archives confisquées de la famille de Rochechouart conservent des comptes de la principauté. Parmi eux figurent des copies du XVIIIe siècle concernant les assèchements du début du XVIIe siècle.

11 Ibid., f° 2 et f° 3 v°.

12 Ibid., f° 3 v°.

13 Ibid., f° 5 v°.

14 Ibid., f° 7 v°.

15 AN, MC XIX 399, 28 février 1629.

16 AN, MC XIX 392, 20 mars 1625, f° 993.

17 Bourgne A., « Le marais Vernier. Contribution à l’étude des travaux d’assainissement entrepris dans ce marais », Recueil des travaux de la société libre d’agriculture, sciences, arts et belles lettres de l’Eure, IVe série, t. 9, 1891, p. 213.

18 AD Seine-Maritime, 9 H 1234.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 AD Eure, 59 J, accord du 10 mars 1623, cité par Penna B., op. cit., p. 150.

22 AD Puy-de-Dôme, 16 H 100, copie d’un arrêt du conseil d’État du 30 décembre 1634.

23 AN, MC LIV, 17 juillet 1612, cité dans Cohendy M., Notice sur les entreprises de dessèchements des lacs et marais dans la généralité d’Auvergne, Clermont-Ferrand, Ferdinand Thibaud, 1870, p. 9.

24 Ibid., p. 9-10.

25 Contrat passé devant Bruguière, notaire à Clermont, le 4 août 1612, cité dans Cohendy M., op. cit., p. 10.

26 AD Puy-de-Dôme, 16 H 100, copie d’un arrêt du conseil d’État du 30 décembre 1634.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Ibid., f° 3 v°.

31 AN, U 1449, Accord de 1614.

32 AN, U 1449, Contrat de 1607 f° 8.

33 AN, M. C XIX 386, 14 août 1619.

34 AN, MC XIX 394, Inventaire après décès de Jean de Fourcy, f° 74. Il ne nous a malheureusement pas été possible de localiser le moulin de Fichemort.

35 Siette P., Plan et description particulière des Marais desseichés du petit Poictou avecq le partaige sur icelluy […] faict par le Sieur Siette, 1648.

36 Le Maréchal de Matignon était alors gouverneur de Guyenne.

37 Darnal, Chronique bourdeloise, p. 97, cité par Dienne E. de, op. cit., p. 120.

38 AD Gironde, B 23, cité dans Dienne E. de, op. cit., p. 120.

39 Dienne E. de, op. cit., p. 126 et suiv.

40 AM Bordeaux, Expédition de la vente de la palu de Bordeaux au Sr Conrad Gaussen, cité par Dienne E. de, op. cit., p. 122 : « Scavoir la partie appelée vulgairement la palu de Bordeaux, autrement les raulx, tout ainsi qu’elle est à présent, couverte des eaux et ruinée et perdue par icelles, et occupée de raulx, jongs et autres herbes inutiles, confrontant aux terres et preds des habitants de Saint Seurin, Caudéran, le Bouscat, Bruges et Eyzines, d’un bout, vers le midy aux terres et preds en culture des particuliers qui sont au derrière des Chartreux, lès la présente ville ; vers le nord, au ruisseau de la Jalle, sauf le tout plus à plain confronter et désigner. »

41 BM Arles Fonds Véran 493, Contrat de 1642, p. 1 ; sur Mgr Du Vair : Kaiser W., « Guillaume du Vair et la pacification de la Provence », Petey-Girard B. et Tarrete A. (éd.), Guillaume du Vair. Parlementaire et écrivain (1556-1621), actes du colloque d’Aix-en-Provence, 4-6 octobre 2001, Genève, Droz, 2005, p. 109-122.

42 BM Arles Fonds Véran 493, Contrat de 1642, p. 1 ; Archives de la société de vuidanges, E. 10 cité par Dienne E. de, op. cit., p. 475.

43 Les intendants des vidanges sont les magistrats arlésiens en charge de l’entretien des réseaux hydrauliques.

44 Archives de la Société des vuidanges d’Arles, cité par Dienne E. de, op. cit., p. 476-478.

45 BM Arles Fonds Véran 493, Contrat de 1642, p. 3.

46 Ibid.

47 Ibid.

48 Ibid., p. 3 et p. 5.

49 Ibid., p. 7.

50 Ibid., p. 3.

51 Ibid., p. 5.

52 Les sommations que van Ens a dû adresser aux intendants du corps des vidanges pour s’assurer du bon entretien des levées illustrent bien l’ampleur de cette dépendance : AM Arles, DD 85, f° 53, f° 70, f° 188 et suiv.

53 Échange entre Jacques de Durfort et d’autres seigneurs, daté du 8 janvier 1601, issu des archives de M. le Général Vicomte de Borrely au Taillan, publié dans Archives historiques du département de la Gironde, t. X, 1868, p. 426 et cité par Dienne E. de, op. cit., p. 120. [Ce texte ne concerne pas le desséchement à proprement parler mais cite des actes passés en ce sens. Faute de temps, nous n'avons pu les consulter.]

54 AD Gironde, G 123 et Dienne E. de, op. cit., p. 126 et suiv. ; Dautet J.-G., « Historique du desséchement du marais qui s’étend sur le territoire des communes de Bordeaux, Bruges, Le Bouscat et Eysines », Revue philomathique de Bordeaux et du Sud-Ouest, 9e année, 1906, no 5 p. 224-238, no 6 p. 241-254, no 7 p. 321-334 ; Mathieu G., « Le marais de l’archevêché », Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, 1re année, no 4, 1908. [Georges Mathieu est également l'auteur d'une thèse de l'École des chartes intitulée Etude sur le marais de Bordeaux et de Bruges, de l’édit de 1599 à la Révolution soutenue en 1608. Des recherches entreprises auprès des archives départementales de Gironde et de Corrèze, où il a été en poste, comme des archives communales de Bordeaux, n’ont pas permis d’en retrouver la trace.]

55 Mathieu G., op. cit.

56 AD Gironde, G 123, Mémoire de mai 1619, cité par Dienne E. de, op. cit., p. 127.

57 Arrêt du Conseil d’État du 6 octobre 1622, cité par Dienne E. de, op. cit., p. 130.

58 Béaur G., « En un débat douteux. Les communaux, quels enjeux dans la France des XVIIIe-XIXe siècles ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2006, 1, p. 89-114.

59 Transaction entre les habitants et le seigneur de Marais-Vernier, 14 octobre 1620, cité par Bourgne A., op. cit., p. 242-243. Bourgne ne cite malheureusement pas la provenance exacte de ses sources et nous n’avons pas été en mesure de les retrouver dans les divers dépôts d’archives que nous avons visités.

60 Ibid., p. 244.

61 Ibid., p. 249.

62 AD Seine-Maritime, 9 H 1234, Arrêt de la cour du 24 septembre 1624, cité par Penna B., op. cit., p. 146.

63 Ibid.

64 Ibid., p. 147.

65 AD Oise H 1700, accord du 29 novembre 1627, f° 1 v°.

66 Ibid.

67 Ibid., f° 2 v°.

68 Ibid.

69 AD Puy-de-Dôme, 16 H 100.

70 Ibid.

71 Ibid.

72 Ibid.

73 Dans son Utopie, Thomas More évoque ainsi les ravages causés par les enclosures et l’élevage intensif de moutons : More T., L’utopie, Paris, Flammarion, 2007 [1er éd. 1516], p. 99.

74 Darby H. C., op. cit.; Harris L. E., Vermuyden and the Fens, a study of Sir Cornelius Vermuyden and the Great Level, Londres, Cleaver-Hume press, 1953, 168 p.; Lindley K., Fenland Riots and the English Revolution, Londres, Heinemann educational book, 1982, 276 p.

75 AN, E 25 b f° 9 r°.

76 AD Puy-de-Dôme, 16 H 100, Arrêt du conseil du 30 décembre 1634.

77 AD Puy-de-Dôme, 16 H 99, Procès verbal du picquettement du lac de Sarliève, 22 janvier 1625.

78 Commission pour les marais du Gatinois et autres attenans, de l’an 1616, publié dans Les édits, déclarations, lettres patentes et commissions du roi pour le desséchement des marais, palus et terres inondées de ce royaume, Paris, Charpentier, 1634, p. 87.

79 Commission pour les marais du Languedoc du 22 mars 1624, publiée dans Les édits, déclarations, lettres patentes et commissions du roi pour le desséchement des marais, palus et terres inondées de ce royaume, Paris, Charpentier, 1634, p. 100-106.

80 Commission pour les marais de Bourgogne et Bresse, du 17 mai 1625, publié dans Les édits, déclarations, lettres patentes et commissions du roi pour le desséchement des marais, palus et terres inondées de ce royaume, Paris, Charpentier, 1634, p. 106-113.

81 Bonney R., Political change in France under Richelieu and Mazarin, 1624-1661, Oxford University Press, 1978, 508 p. ; Antoine M., « Genèse de l’institution des intendants », Journal des savants, 1982, p. 283-317.

82 AN, MC XIX 404, 21 mai 1633.

83 AN, MC XIX 408, 25 septembre 1634.

84 Pillorget R., Les mouvements insurrectionnels de Provence entre 1596 et 1715, Paris, Pedone, 1975, p. 528 et suiv.

85 AM Arles, DD 85, f° 39 et suiv., Mémoire de l’arpenteur des paluds des deux tiers de Monsieur de Vanens, Mollard.

86 BM Arles 873, t. XI, f° 403 v° -404 v°.

87 BM Arles M 393, Sentence arbitrale entre noble Jean van Ens, & Messieurs ses associez et les sieurs intendants des vuidanges de Tresbon, Plan du Bourg, & coustière de Crau, du 29 octobre 1647.

88 AC Arles DD 87, f° 165 r°.

89 Rouquette J.-M. (dir.), Arles : histoire territoires et cultures, Paris, Imprimerie nationale, 2008, 1 297 p.

90 Pillorget R., op. cit., p. 534; AM Arles, BB 28, f° 584 v°, f° 598.

91 AM Arles DD 85, f° 157 v°.

92 Ibid., f° 158 r°.

93 Ibid., f° 54 r°, Sommation pour le sieur de Vanens contre les sieurs intendans du corps des vuidanges, 7 septembre 1644.

94 Ibid., f° 54 v°.

95 Cf. supra, p. 40-41.

96 AM Arles DD 85, f° 39 v°, Mollèges possédait 85 sétérées 8 dextres dans les marais d’Arles et en a perdu 56 sétérées 72 dextres, en 1644.

97 Ibid., f° 70 v° et 71 r°, Sommation aux intendans et particuliers du plan du bourg terroir d’Arles, par M. de Vanens, 1645.

98 Ibid., f° 130 et suiv.

99 Ibid., f° 132 r° et 132 v°.

100 Ibid., f° 133 v° -134 r°.

101 Ibid., f° 137 r°.

102 Ibid., f° 134 v° -135 r°.

103 Ibid., f° 138 r° -138 v°.

104 BM Arles 873, t. XI, f° 351 : Extrait des registres du conseil privé du roi, du 5 janvier 1646. Mention de la requête envoyée par les chanoines dans un mémoire rédigé par les chanoines pour plaider leur cause devant le Parlement d’Aix : f° 412.

105 Ibid., f° 351 v°.

106 Ibid., f° 388 et suiv.

107 Ibid., f° 394 r°.

108 Étant asséchés depuis les années 1600 et 1610, les marais de Capestang et de Tonnay-Charente ne sont plus exemptés de dîme.

109 BM Arles 873, t. XI, f° 343 et suiv.

110 Ibid., f° 345-345 v°.

111 Ibid., f° 354 r° et suiv. : mémoire du 8 octobre 1646 ; f° 360 r° et suiv., requête du 19 octobre 1646 ; f° 362 r° et suiv. : Inventaire du 31 décembre 1646.

112 Extrait des registres du Conseil privé du roi, du 14 avril 1643, publié dans Délibération de l’association…, op. cit., p. 55.

113 Ibid., p. 55.

114 Lettre du 1er juillet 1645, du roi au Parlement de Provence, publié dans Délibération de l’association…, op. cit., p. 57 ; Extrait des registres du Parlement, du 9 juin 1646, publié dans Délibération de l’association…, op. cit., p. 59.

115 AM Arles, DD 85, f° 160 r° et 160 v°.

116 Ibid., f° 160 r°.

117 Ibid.

118 Ibid., f° 160 v°.

119 Ibid.

120 BM Arles, M 393, Sentence arbitrale entre noble Jean van Ens, & Messieurs ses associez et les sieurs intendans des vuidanges de Tresbon, Plan du Bourg, & coustieres de Crau, du 29 octobre 1647.

121 Ibid., Transaction entre noble Jean van Ens d’une part et les Intendants du corps des vuidanges d’autre, 24 décembre 1647.

122 Ibid., p. 2.

123 Ibid.

124 Ibid., p. 3.

125 Ibid., p. 4-5.

126 Copie de la lettre close de la Reine mère sur les canaux creusés par J. van Ens, du 6 octobre 1648, publié dans Délibération de l’association…, op. cit., p. 116.

127 Bochard de Champigny, seigneur Saron, conseiller au Grand Conseil, maître des requêtes de l’Hôtel du Roi en 1634, puis conseiller d’État, intendant de Police justice finance en 1637, puis en Dauphiné et à Lyon où il est mort en 1665. François Bochard de Champigny était le fils de Jean Bochart, Premier président du Parlement mort en 1630 et de Liée de Vigny, veuve de Louis Picot. L’intendant Bochard de Champigny était donc le demi-frère d’Antoine Picot, intéressé à la société pour l’assèchement des lacs et marais de France. D’après racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Luillier.pdf

128 Sur l’action de Bochard de Champigny dans la vallée des Baux : AD Bouches-du-Rhône, 108 E 101, délibération du 2 mai 1640.

129 Hickey D., Le Dauphiné devant la monarchie absolue. Le procès des tailles et la perte des libertés Provinciales, Grenoble, Presses universitaire de Grenoble, 1993, 318 p.

130 Mousnier R., « Les rapports entre les gouverneurs de Province et les intendants dans la première moitié du XVIIe siècle », id., La plume, la faucille et le marteau, Paris, PUF, 1970, p. 201-214 ; id., « Le conseil du roi de la mort de Henri IV au gouvernement personnel de Louis XIV », id., La plume, la faucille et le marteau, op. cit., p. 141-178.

131 Zeller G., « L’administration monarchique avant les intendants », Revue historique, 197, 1947, p. 180.

132 Bergin J., The Making of the French Episcopate (1598-1661), New-Haven London, Yale university press, 1996, 762 p.

133 Cf. infra, p. 216.

134 Pillorget R., op. cit., p. 528 et suiv.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search