Version classiqueVersion mobile

L’assèchement des marais

 | 
Raphaël Morera

Chapitre III. Le système unifié (fin des années 1630-années 1650)

Texte intégral

1Entre 1599 et les années 1630, la conduite des assèchements est passée par plusieurs phases. Après avoir élaboré un cadre juridique favorable au déploiement de leurs investissements, les dessiccateurs ont lancé de très nombreux chantiers et ont tout fait pour en tirer les fruits maximum. Malgré une très forte cohérence, le groupe formé par les investisseurs était relativement disparate et témoignait du poids de la nouvelle aristocratie financière dans les affaires du royaume et dans la direction de l’État. En ce sens, l’histoire des assèchements du premier tiers du XVIIe siècle met en lumière une très forte continuité aussi bien dans la gestion des affaires que dans le personnel de l’État. Or, à partir du milieu des années 1630, les conditions politiques et financières du royaume connaissent de profonds bouleversements venant s’ajouter à la disparition progressive de tous les premiers promoteurs des bonifications.

  • 1 Bayard F., op. cit.

2À partir de 1635, la France décide d’entrer ouvertement dans la guerre de Trente Ans et de lancer l’offensive contre les Espagnols. Ce changement de stratégie s’accompagne de la poursuite d’une politique d’alliance dans laquelle les Provinces Unies jouent un rôle central. Le financement des armées et le versement de subsides aux puissances alliées accroissent massivement les besoins financiers du royaume et s’accompagnent d’un tour de vis fiscal sans précédent1. Bien que marginaux dans le système fisco-financier alors mis en place, les intermédiaires étrangers sont amenés à jouer un rôle de plus en plus important en raison du nécessaire soutien des alliés européens. De cette manière, la France se trouve de plus en plus connectée à l’économie européenne. Dans ce contexte, la disparition des premiers dessiccateurs prend un relief particulier. En effet, les Fourcy et Ruzé d’Effiat appartenaient à une noblesse récente ayant fait le pari de l’État central pour mener à bien son ascension et l’ayant en retour indéfectiblement servi. Leur disparition ouvre un relatif vide politique et rend disponible les innombrables privilèges dont ils étaient les bénéficiaires.

3À partir du milieu des années 1630, s’ouvre donc une nouvelle séquence politique dans laquelle les assèchements de marais ont été insérés et qui a de fait ouvert la porte à une unification du système mis en place sous Sully. Elle a pris la forme d’une prise de contrôle stricte de la part de Mazarin, d’une part, et d’un changement d’échelle dans les investissements d’autre part.

Le contrôle accru des Cardinaux

4Lorsque Mazarin devient Premier Ministre, en 1643, il s’inscrit dans la continuité des évolutions politiques initiées par Richelieu à partir de 1635 dont un des caractères principaux est la concentration maximale des offices, privilèges et autres prébendes entre ses mains et celles de ses fidèles. Ce mouvement de concentration des honneurs et des richesses se clôt par la Fronde, traditionnellement expliquée par la conjonction de deux formes de mécontentements distincts et complémentaires. D’un côté, les Parlementaires ont protesté contre la limitation de leurs prérogatives et la croissance du pouvoir central. De l’autre, la haute aristocratie, emmenée par Condé, privée des largesses du roi s’est violemment opposée à la voracité de Mazarin. En d’autres termes, les années 1640 ont été marquées par une mainmise quasi absolue de Richelieu, puis de Mazarin, dans les affaires du royaume.

5Cette évolution s’inscrit dans la continuité des méthodes de gouvernements précédemment mises en place par Sully et reprises par Richelieu. Il n’en reste pas moins qu’elle a pris un tour singulier dans le cas des assèchements de marais, par une légère modification du cadre juridique des assèchements d’une part, et par l’engagement de banquiers étrangers notoirement connus pour avoir travaillé au service successif des cardinaux.

La fin du monopole unique

  • 2 Edict du roy portant confirmation des édicts & déclarations, privilèges & exemptions accordées pour (...)
  • 3 Déclaration du roy pour la continuation des privilèges concédez en faveur du desséchement des mara (...)

6Jusqu’au milieu des années 1650, l’entreprise de desséchement des lacs et marais de France a bénéficié du soutien actif de la monarchie même si le cadre intellectuel légitimant les travaux a subi de notables inflexions. Alors que sous le règne d’Henri IV, les assèchements participent d’une politique économique globale embrassant différents secteurs de productions, ils ne bénéficient plus, dès la fin du règne de Louis XIII, d’un même support idéologique. Le Bien Public ne cesse cependant pas d’être invoqué dans la législation royale. En 1656, Louis XIV fait encore référence au « grand profit et utilité qui reviendroit à nos Sujets si tous les marais, palus & terres inondées qui sont dans le royaume étoient desséchées2 ». Dès 1639, d’autres arguments sont toutefois mis en valeur ; dans la déclaration royale du 12 avril de cette année, Louis XIII considère que « la terre produit dans l’estendue des lieux de son obéissance, (si utiles et si nécessaires à ses voisins) lui servoit plus que ne sont les Indes aux Princes qui s’en prévalent3 ». Même si Louis XIII se prévaut de l’autorité de son père, cette affirmation constitue la première assimilation de la conquête des marais à la conquête coloniale. À partir de la fin des années 1630, la progression des assèchements est donc directement assimilée à une progression du pouvoir central.

7En 1639, Marie de Fourcy, Marie de la Grange et Isaac Martin de Mauroy se désengagent de la société pour l’assèchement des marais de France et mettent un terme à son existence. Le privilège jadis octroyé à Humphrey Bradley ne cesse pas pour autant. Le 12 avril 1639, le pouvoir souverain proroge les droits des dessiccateurs au bénéfice de Noël Champenois, naguère employé par les associés. L’extension de ce privilège s’avère toutefois limitée dans l’espace, puisqu’il ne concerne que les marais de Tonnay-Charente et de Muron :

  • 4 Ibid.

« Nous avons agréé & agréons la nomination dudit Champenois, au lieu dudit défunt Bradleij, & de nostre grace speciale, pleine puissance & authorité royale, par ces Presentes signées de nostre main, dit, déclaré, & ordonné, disons, déclarons & ordonnons, voulons & Nous plaist, que lesdits Associez & ceux qui ont droit d’eux, sous le nom dudit Champenois, continuent la jouissance desdits Privileges portez par ledit Edict, Arrests, Declaration & Commissions, pour les Marais par eux dessechez, ou commencez à dessechez dans l’estendue desdites paroisses de Tonnay-Charente, Muron, & autres attenans & contigus audit Pays de Xaintonge, avec les memes privileges, droits & exemptions qu’ils avoient obtenus sous le nom dudit Bradleij4. »

  • 5 Arrêt du conseil privé… portant que la dixme des fruicts qui se levent sur les terres cy-devant en (...)
  • 6 Arrêt notable rendu au parlement de Paris qui confirme les privilèges accordés par le Roi pour les (...)

8Une inflexion plus perceptible encore tient au fait que les assèchements ne sont plus conduits dans le cadre d’un privilège accordé pour l’ensemble du royaume. Les assèchements d’Arles, du Petit Poitou comme tous ceux de l’ensemble du littoral atlantique sont ainsi réalisés sous la protection de privilèges locaux. L’édit de 1639 vise les marais d’Aunis et de Saintonge tandis que celui de 1641 encadre les assèchements du Petit Poitou. Les dispositions de ces édits prolongent celles des édits et arrêts du début du XVIIe siècle tout en veillant à en circonscrire l’étendue. Cette évolution semble de prime abord restreindre le pouvoir des dessiccateurs en limitant leur champ d’action, mais dans le même temps, elle ouvrait des possibilités nouvelles. En brisant un monopole, elle permettait à Mazarin d’accorder autant de privilèges qu’il le souhaitait et d’acheter une relative tranquillité à petits prix. Au cours des années 1640, la diversification des privilèges d’assèchement profite à Condé à Saint-Bonnet5, et au gouverneur de Poitou dans l’anse de l’Aiguillon6. Ces derniers reçoivent des droits d’assèchement comme autant de gages de revenus. Derrière la fin du monopole unique des assèchements, se cache un renforcement du contrôle du Premier Ministre sur la mise en valeur des marais. Une autre marque de sa maîtrise tient dans l’entrée en scène des marchands-banquiers lui devant leur carrière.

Des armées aux marais : les banquiers du Cardinal

9Les deux principaux assèchements des années 1640, ceux d’Arles et du Petit Poitou, ont en commun d’avoir été gérés par deux banquiers et commissionnaires de guerre habilement reconvertis, pour une part de leur activité, dans les assèchements de marais : Jean Hoeufft et Barthélémy Hervart. Ce passage des armées aux marais ne laisse pas de surprendre et mérite d’être mis en perspective à la lumière de la carrière et de la trajectoire sociale de ces nouveaux venus dans la conquête des marais.

  • 7 L’étude de la parentèle de Jean Hoeufft bénéficie de l’apport de l’arbre généalogique élaboré par (...)

10La famille de Jean Hoeufft est originaire de Roermond, petite bourgade du Limbourg, située à mi-chemin entre Aix-la-Chapelle et Eindhoven. Son père, Jean, était un citoyen éminent de la ville. En 1561, il épouse Catherine van Wessem, fille du Bourgmestre de la ville. Cinq ans plus tard, son penchant pour la Réforme le contraint à fuir en direction d’Aix-la-Chapelle, étape vers Liège puis Heinsberg, où il est mort en 1621. Jean Hoeufft avait quatre sœurs, Agnès, Catherine, Elisabeth et Anne, et deux frères, Diderick et Christophe7. Cette parentèle joue un rôle important dans la conduite de ses affaires en lui conférant une surface sociale enviable. Les frères et les neveux de Jean Hoeufft constituent ses plus fermes appuis. Le plus âgé de ses frères, Diderick, transite par Londres avant de s’installer définitivement à Dordrecht. En 1596, il épouse Anne Luls avec laquelle il a eu neuf enfants. Par leurs mariages, les filles de Diderick témoignent de l’influence de leur père. Marie, morte en 1635, épouse Jean de Valé, conseiller de Dordrecht. Barbe, morte en 1676, se marie avec Gabriel de Paulmier, chevalier de Saint-André, tandis que Anne (1598-1664) convole avec Thomas Cletschers, bourgmestre de La Haye en 1659. Par ses nièces, Jean Hoeufft se trouve donc uni à quelques-uns des membres les plus influents de la bourgeoisie néerlandaise. Ses neveux jouaient également un rôle important dans la constitution de son réseau.

  • 8 Elias J. E, op. cit., t. II, p. 633.
  • 9 Frederiks J. G. et P. J., Kohier van den tweehondersten penning voor Amsterdam en onderhoorige pla (...)
  • 10 Elias J. E., De vroedschap van Amsterdam…, op. cit., p. 633.

11Jean Hoeufft le Jeune, chanoine d’Utrecht, réalise en effet un parcours exemplaire. En tant qu’intéressé aux desséchements, il obtient le titre de seigneur de Fontaine-le-Comte et de Choisival8. Il est surtout directeur de la Compagnie des Indes Orientales (VOC) à Amsterdam, l’un des socles de la réussite commerciale néerlandaise au Siècle d’or. En 1638, il épouse Isabelle Deutz, fille de Hans Deutz et d’Elisabeth Coijmans. Par son truchement Jean Hoeufft se trouve introduit dans l’élite du commerce international. Elisabeth Coijmans est en effet la fille de Balthasar Coijmans qui, après avoir fui Anvers et transité par Hambourg, s’est installé à Amsterdam en 1592 où il est mort en 1638. En 1630, il est à la tête de la deuxième fortune de la ville9. Le frère d’Isabelle Deutz, Jean (1618-1673) est un marchand-banquier renommé d’Amsterdam. En 1654, il devient directeur du commerce du Levant et en 1659, il obtient le monopole du commerce du mercure en Europe du Nord10.

  • 11 Ibid., p. 599.
  • 12 Ibid., t. 1, p. 193. Gérard Pauw était de son vivant Trésorier général de l’Epargne, conseiller et (...)

12Diderick le Jeune (1610-1688) participe également à la construction de ce réseau. Né et mort à Dordrecht, il est seigneur de Fontaine-Peureuse. En 1641, il épouse Marie de Witt, fille de Jacob de Witt et sœur de Jean de Witt, Grand Pensionnaire de Hollande et chef de file du parti républicain qui dirigea la Hollande entre les années 1640 et 1660. Il convient enfin de signaler Matthieu Hoeufft (1606-1669), seigneur de Buttinge, Zandwort et Oijen, bourgmestre de Doesbourg11. Ce neveu de Jean Hoeufft se maria avec Marie Swerts de Landas en 1645 de laquelle il eut, en 1647, deux jumeaux Jean Diderick et Matthieu. Signe de son intégration dans l’élite néerlandaise, Jean Diderick épouse en 1676 Agatha Pauw, fille de Gérard Pauw (1615-1676) et petite fille d’Adrian Pauw, élu Grand Pensionnaire de Hollande à deux reprises12.

  • 13 Nationaal Archief, 3. 20. 26, Familiearchief Hoeufft van Velsen, pièce no 7, publié dans Dienne E. (...)

13L’analyse de la parentèle de Jean Hoeufft montre clairement que, derrière un marchand-banquier célibataire et sans héritier direct se cache toute une famille qui le soutient dans ses initiatives et dont il représente les intérêts en France. Cet appui est d’autant plus important que les neveux de Jean Hoeufft sont intégrés au patriciat néerlandais. Ils participent du crédit de leur oncle auprès des souverains et peuvent également orienter certains de ses choix. En outre, il semble tout à fait hors de doute que Jean Hoeufft entretenait des relations régulières avec les divers membres de sa famille. Les clauses de son testament sont assez évocatrices sur ce point13. Il n’y omet aucun de ses héritiers potentiels et précise pour chacun la part qui lui revient. C’est à la lumière de cette insertion sociale qu’il convient désormais de s’intéresser à la carrière de Jean Hoeufft.

  • 14 Bottin J. et Jeannin P., « Entre conviction et réalisme : deux hommes d’affaires protestants du pr (...)
  • 15 Bottin J. et Jeannin P., op. cit., p. 158 ; Stols E., De Spaanse brabanders of de handelsbetrekkin (...)
  • 16 Bottin J. et Jeannin P., op. cit., p. 159.

14Après avoir transité par Anvers, Jean Hoeufft se fixe à Rouen au début du mois de février 1600 où il rejoint une colonie flamande déjà bien implantée14. Dès l’année suivante, en juin 1601, il reçoit une lettre de naturalité et bénéficie de la bonne disposition d’Henri IV à l’égard des commerçants étrangers désirant développer leur activité en France. Dès son installation, Hoeufft oriente ses affaires vers le trafic de biens ou de denrées venus du Nord de l’Europe et développe son commerce vers Paris. Il utilise la place de Rouen pour contourner les interdits qui pèsent sur les échanges entre les Provinces-Unies et la péninsule ibérique. Il importe des produits en provenance d’Anvers, puis les réexpédie vers l’Espagne, notamment par l’intermédiaire de la firme van Gangelt, avec laquelle il noue des liens pérennes15. Le réseau de Hoeufft reste dans un premier temps assez limité. Dans le contexte de la trêve de 1609 entre l’Espagne et les Provinces-Unies et du rapprochement progressif de la France et de sa voisine ibérique, il développe des échanges avec Séville, alors poumon du commerce espagnol et destination favorite des exportations rouennaises16. Hoeufft se fait également armateur en relation avec son frère Diderick établi à Dordrecht, et parfois même pour le compte de la Compagnie des Indes Orientales. Au fil des années, ses projets prennent de l’envergure et couvrent des zones géographiques de plus en plus larges.

  • 17 Bottin J. et Jeannin P., op. cit., p. 162 ; Klein P. W., De Trippen in de 17e eeuw. Een studie ove (...)
  • 18 AN, MC LXXIII 295 et LXXIII 296, 25 janvier 1621.
  • 19 Bottin J. et Jeannin P., op. cit., p. 165 et suiv. ; Yernaux J., La Métallurgie liégeoise et son e (...)

15Jean Hoeufft se tourne précocement vers le commerce de produits métalliques. Originaire de la région liégeoise, il y dispose de contact dans le monde de la métallurgie. En outre, son frère, Diderick fabrique des épingles à Dordrecht et possède également un moulin à cuivre17. Dans les années 1610, Hoeufft renforce ses liens avec Pierre Lignage, important marchand de fer parisien et trésorier de Charles de Gonzague, duc de Nevers. En 1621, c’est en tant que procureur de son frère Diderick, que Hoeufft passe un marché d’armement avec le duc de Nevers qui souhaite faire construire une flotte pour mener une croisade en Orient18. Au cours des années suivantes, Hoeufft passe des marchés de plus en plus importants et de plus en plus clairement tournés vers l’armement. La croissance des quantités de métaux exportés s’explique par deux facteurs principaux. Jean Hoeufft tire tout d’abord profit de la réussite de son ancien commis, Louis de Geer, parti s’installer en Suède pour y faire fortune dans l’industrie métallurgique19. Il bénéficie ensuite de l’expansion du réseau de son frère dont les affaires prospèrent en Hollande.

  • 20 Contract tot oprichting van een kopercompagnie te Amsterdam, 13 juin 1634, publié dans Dahlgren E. (...)
  • 21 Bigot De Monville, Mémoires du président Bigot de Monville sur la sédition des nu-pieds et l’inter (...)

16La spécialisation métallique du commerce de Hoeufft n’a pas cessé au fil des ans. En 1634, il prend des parts dans une société qui vise à obtenir le monopole du commerce du cuivre suédois à Amsterdam20. Le capital total investi dans la société s’élève à 2 325 000 florins, mais les deux principaux associés, Louis de Geer et Elias Trip, détiennent respectivement 500 000 et 600 000 florins, soit près de la moitié du capital total. Jean Hoeufft a, quant à lui, investi 75 000 florins, soit 3 % du total, ce qui en fait le quatrième investisseur, hormis les deux principaux associés. Diderick Hoeufft figure également parmi les associés, non seulement en tant que procureur de Jean, mais aussi pour avoir investi un capital de 25 000 florins. Enfin, une mention des Mémoires de Bigot de Monville au sujet des troubles qui ont agité Rouen dans le contexte de la révolte des Nus Pieds, montre qu’en 1639 Hoeufft est encore connu dans la ville pour son trafic de cuivre et de métaux en tout genre21. C’est sur cette base commerciale que Hoeufft a bâti son ascension sociale et s’est rendu indispensable au pouvoir monarchique, duquel il s’est très tôt rapproché.

  • 22 Selon F. Bayard, Hoeufft aurait également fait du commerce d’art et vendu des pièces à Ruzé d’Effi (...)
  • 23 Bonney R. J., « La France et la guerre de diversion », Parker G., La guerre de Trente ans, Paris, (...)

17À la faveur de cette orientation donnée à ses affaires, Hoeufft prend des contacts à Paris dans les milieux proches de la cour et de l’aristocratie22. Dans les années 1630, l’évolution des relations internationales et la progressive entrée en guerre de la France accélèrent son ascension. L’installation de Richelieu à la tête du pouvoir et sa confirmation à la suite de la journée des Dupes, ancrent clairement la France dans le camp anti-Habsbourgeois. Ce choix stratégique se traduit par une série de traités d’alliances passés avec les ennemis des Habsbourg, aux premiers rangs desquels la Hollande et le royaume de Suède. La France s’entend avec les Provinces-Unies en 1624 et renouvelle le traité en 1630. De même, Richelieu se rapproche de la Suède en 1631, date à partir de laquelle la France commence à lui verser des subsides. Cette stratégie devait permettre à la France de combattre les Habsbourg tout en s’épargnant une intervention directe dans la guerre qui aurait eu pour effet d’accroître les dissensions politiques intérieures23.

  • 24 Redlich F., The german military enterpriser and his work force, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, G (...)
  • 25 Redlich F., op. cit., p. 253, 407-408.

18Cette politique de « diversion », la guerre couverte, repose sur le versement de subsides annuels aux armées alliées. La régularité de ces paiements est d’une importance capitale, dans la mesure où les troupes sont, pour une large part, constituées de mercenaires, de sorte qu’à défaut d’argent, elles risquent de se disperser. L’option stratégique française nécessite la mise en place d’un système de paiement et de fourniture fiable. Or, c’est à Jean Hoeufft que revient la fonction de livrer les avances promises à Bernard de Saxe-Weimar24. À ce titre, il avance des sommes très importantes à la monarchie française et participe à la stabilité de ses alliances. Jean-Henri et Barthélémy Hervart s’employaient alors également à la cour de Bernard de Saxe-Weimar, et c’est dans ce contexte que Jean Hoeufft est entré pour la première fois en contact avec eux25.

  • 26 Lettre de van Aerssen à M. Hoeufft, le 17 avril 1634, publié dans Groen Van Prinsterer M. G. (éd.) (...)
  • 27 Lettre de van Aerssen à M. Hoeufft, le 5 juin 1634, publié dans Groen Van Prinsterer M. G. (éd.), (...)
  • 28 Lettre de Hoeufft à van Aerssen, le 28 juillet 1634, publié dans Groen Van Prinsterer M. G. (éd.),(...)

19Jean Hoeufft ne se contente pas des relations avec Bernard de Saxe-Weimar et joue un rôle tout à fait similaire avec les Provinces-Unies. Dès le 17 avril 1634, au surlendemain de la signature, à La Haye, de la reconduction du traité d’alliance entre la France et les Provinces-Unies, la correspondance de Jean Hoeufft montre qu’il est informé de tous les détails de la négociation et de sa dimension financière26. Ce n’est en effet qu’au prix du versement d’un subside annuel de 2 300 000 livres que les Français s’attachent la fidélité des Hollandais qui considèrent déjà ne plus rien avoir à gagner d’une guerre contre l’Espagne. Le 5 juin suivant, van Aerssen, ancien ambassadeur des Provinces-Unies auprès d’Henri IV et grand diplomate néerlandais, écrit à Hoeufft afin que rien ne lui échappe des tractations diplomatiques en cours à La Haye27. Surtout, il lui fait part de la réaction du prince d’Orange aux lettres que Jean Hoeufft lui avait faites parvenir. À travers la narration de van Aerssen, il ressort que Hoeufft exerçait déjà une fonction de conseils auprès des dirigeants néerlandais et qu’il les informait des dispositions françaises. Plus encore, Hoeufft semble avoir été un véritable va-t-en-guerre, particulièrement soucieux de l’affaiblissement de l’Espagne28.

  • 29 Archives des Affaires étrangères (désormais abrégé AAE), Correspondance politique, Hollande 17, pi (...)
  • 30 Lettre du Maréchal de Brézé à Richelieu, le 19 novembre 1635, cité dans Avenel D.-L.-M., Lettres, (...)

20Les archives des affaires étrangères dévoilent un autre pan de son activité diplomatique. Le 15 novembre 1635, Richelieu le mandate afin qu’il rencontre le prince d’Orange et l’assure des bonnes dispositions de la France à l’égard des Provinces-Unies. Il apparaît que « Heufft a charge de fournir 650 m £ [650 000 lt.] a scavoir 150 m £ pour la livré de 1 500 chevaux et quatre mil hommes de pied du Lantgraef de Hesse, 200 m £ pour les livrez que Monsieur le Mareschal de Brezé et Monsieur de Charnasse ont mandé de pouvoir faire du costé de Hollande, et encores trois cent mil livres qu’il faict fournir du costé de Danzig, pour quatre mil cosaques et six mil pollonois29 ». En d’autres termes, Jean Hoeufft fournit les avances nécessaires à l’entretien d’une véritable armée prompte à rassurer les Hollandais quant aux intentions belliqueuses de la France. Le 19 novembre 1635, le maréchal de Brézé, ambassadeur de France au Provinces-Unies, écrit même à Richelieu afin de se plaindre du rôle de Hoeufft auprès des dignitaires néerlandais30.

  • 31 AAE, Hollande XVII, pièce 49.
  • 32 Nationaal Archief, 3.20.26, dossier no 32, 8 mai 1637.
  • 33 Nationaal Archief, 3.20.26, dossier no 32.
  • 34 Lettres de Hoeufft à van Aerssen des 17 et 31 juillet 1637, publié dans Groen Van Prinsterer M. G. (...)
  • 35 Lettre de M. Silhon au Cardinal de Mazarin, 9 septembre 1653, publié dans Groen Van Prinsterer M. (...)

21Dès cette période, Hoeufft est donc en relation directe avec Richelieu, au point que les plénipotentiaires français en nourrissent quelques aigreurs31. Une fois la France entrée ouvertement en guerre, en 1635, le rôle de Hoeufft ne cesse de s’accroître. Au printemps 1637, il est officiellement nommé commissaire pour les affaires financières des Provinces-Unies en France et le rôle qu’il joue depuis quelques années déjà est ainsi reconnu32. Les États s’en remettent « à sa compétence, son utilité et expérience en matière d’argent et de finances33 ». Au mois de juillet de la même année, deux lettres envoyées par Hoeufft à van Aerssen montrent qu’il joue pleinement son rôle d’informateur auprès des dirigeants des Provinces-Unies. Il se montre par ailleurs très bien informé de la progression de chacune des armées alors en campagne34. Hoeufft joue ce rôle d’informateur et de relais entre la France et les Pays-Bas tout au long des années 1640. Il semble dans ce cadre être resté fidèle à une alliance étroite entre les Provinces-Unies et la France. Il s’est fortement inquiété du rapprochement anglo-néerlandais et de la volonté de paix de plus en plus ouvertement affichée par les Hollandais. En 1653, Hoeufft remet ainsi à Mazarin un mémoire pointant tous les dangers d’une rupture de l’alliance franco-néerlandaise35.

  • 36 Nationaal Archief 3.20.26, dossier no 32, Extrait des registres des résolutions des États Généraux (...)
  • 37 Lettre de Richelieu à Bullion, le 6 février 1637, publié dans Avenel M., Lettres, instructions dip (...)
  • 38 Lettre de Richelieu à M. de Noyers, le 17 mai 1642, publié dans Avenel M., Bibliothèque impériale, (...)
  • 39 AAE, Hollande, XIX, pièce 165, 20 juin 1637, publié dans Avenel M., op. cit., t. VII, p. 765.
  • 40 Lettre de Richelieu au comte d’Estrades, de Rueil, le 6 janvier 1638, publié dans Estrades G. comt (...)
  • 41 Un point de vue néerlandais peut être apporté notamment grâce à l’étude de la correspondance de Co (...)

22Parallèlement aux multiples négociations et rencontres qu’il menait, Jean Hoeufft poursuit ses activités de banquier. Le 24 mars 1635, les États Généraux des Provinces-Unies le mandatent afin qu’il reçoive des mains du trésorier de l’Épargne les deux millions de livres que la France leur devait36. En 1637, la correspondance éditée de Richelieu témoigne du fait que Hoeufft est l’intermédiaire officiel entre la France et ses alliés37. En sus de son rôle officiel, Hoeufft est chargé d’accompagner les ambassadeurs afin de rassurer leurs interlocuteurs et d’engager son crédit. Sa présence doit achever de convaincre les alliés des Français de fourbir leurs armes en vue des campagnes à venir. Le pouvoir de Hoeufft tient à son réseau familial et au crédit que ce dernier a su obtenir sur la place amstellodamoise. Richelieu mentionne également dans sa correspondance Mathieu Hoeufft, fils de Diderick et neveu de Jean, auprès duquel il doit faire tirer des lettres de change38. Les sommes que Jean Hoeufft doit avancer sont en effet fort importantes. En juin 1637, il doit avancer 1 500 000 livres à « Mrs les Estats39 ». En janvier 1638, il doit à nouveau débloquer un million de livres en lettre de change et « deux cent mille écus pour la levée de quatre régiments40 ». Jean Hoeufft s’avère donc être une pièce maîtresse des relations entre la France et les Provinces-Unies, tant du point de vue strictement diplomatique que financier41.

  • 42 Abbrégé du compte de la recepte faitte sous le nom de Monseignr le Cardinal Mazarin depuis 1641 ju (...)
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid, p. 242.

23Les archives font état d’une activité très intense entre 1635 et 1640, au plus fort de la guerre ouverte entre la France et l’Espagne. Dans les années qui suivent, les sources sont moins loquaces. Le ralentissement des hostilités y est sans doute pour beaucoup, de même que l’ascension de Mazarin. Toutefois, le passage de relais entre les deux cardinaux n’a pas porté préjudice à Hoeufft. Il est mentionné à deux reprises dans l’abrégé des comptes du cardinal de Mazarin pour la période 1641-164842. Au titre des recettes, il a versé 112 000 livres au cardinal pour le compte de la reine de Pologne43. Au titre des dépenses, il est réputé avoir versé aux Hollandais la somme de 30 000 livres tournois44. Le volume des affaires n’est donc en rien comparable avec ce qu’il a été au cours des années précédentes, mais compte tenu de la nature de la source, rédigée lors de la Fronde parlementaire dans le cadre d’un procès contre Mazarin où ce dernier cherche à minimiser son enrichissement personnel, il est fort possible que les montants maniés par Hoeufft pour le compte du Cardinal soient beaucoup plus élevés. Au-delà des montants en jeu, la simple mention de Hoeufft dans ces comptes, montre qu’il a poursuivi ses activités de banquier au cours des années 1640, passant aisément du service de Richelieu à celui de Mazarin. Cette continuité du service s’explique également par un engagement précoce dans le développement de l’État de finances.

  • 45 AN, E 96 A, f° 275.
  • 46 AN, E 140 B, f° 327.
  • 47 AN, E 140 B, f° 327.

24Dès le 12 avril 1628, Jean Hoeufft se porte acquéreur d’un « office d’esleuz dans le ressort de la chambre des comptes et cour des aydes de Paris » pour un montant de 57 052 lt. 10 s.45. Dès son entrée au service de Louis XIII, il est donc remboursé en offices lui permettant de prélever, ou faire prélever, des taxes ou impôts. Même si la documentation n’est pas continue, et à bien des égards lacunaires, il semble que la monarchie a eu maintes fois recours à cet expédient pour rembourser son banquier. En 1637, un nouvel arrêt, signé de Seguier, prévoit une solution similaire46. Le roi se trouvait alors débiteur de 500 000 livres auprès de Jean Hoeufft. Le 21 avril 1637, il lui fait remettre, par l’intermédiaire de Chalu un billet de l’épargne de 150 000 livres, Charles Pynel devant pour sa part lui remettre un billet de 350 000 lt., « provenant des traictes des fermes du roy47 ». Ledit Pynel se trouvant dans l’impossibilité de payer la somme due, Jean Hoeufft lui fut associé, pour sa « plus grande sureté ».

25En 1642, un autre arrêt du Conseil du 5 février se montre très explicite quant aux motivations de la mise en place de ce système :

  • 48 AN, E 167, f° 268.

« Sur ce qui a esté représenté au Roy en son conseil par le sieur Euft que pour ses tres importants aschats au service de sa majesté il a faict de grandes advances en Allemagne et en Hollande fourny quantité de pouldres et munitions de guerre pour le remboursement et paiment desquelles les offices dont l’eslection de Mayenne nouvellement créé a esté composée luy ont esté fournis les provisions en blanc lesquels offices du moins la plus grande partie sont en son nom et n’ont deub estre compris en aucunes taxes pour attributions de droits et augmentation de gages48. »

  • 49 AN, E 199 A, f° 367.

26Pour rendre effective cette cession de droits, Louis XIII procède même à l’équivalent d’une expropriation des anciens détenteurs des charges, de sorte que Hoeufft puisse en jouir sans délai. Le roi se trouve ainsi déchargé d’une dette de 50 101 lt. 1 s., tandis que Hoeufft a la possibilité d’en percevoir bien plus dans l’élection de Mayenne. Un arrêt du 8 février 1645, signale qu’outre l’élection de Mayenne, Hoeufft jouissait de droits comparables en « l’eslection de Coullommiers, […] de Rozoy […] de Vezelay, et de Nemours » en guise du remboursement d’une dette de 270 800 lt. 3 s. 7 d. contractée « à cause des fournitures qu’il a faictes de plusieurs munitions d’artillerie et arsenaux et magasins de sa majesté49 ». En tant que marchand et banquier, Hoeufft considère que la monarchie française est un bon placement. L’octroi de ferme représente pour lui une forme de remboursement tout à fait acceptable. Plus encore, il participe de la construction de son crédit à l’échelle européenne. Hoeufft a pleinement tiré profit du système fisco-financier tel qu’il a été développé par Richelieu et étendu par Mazarin. L’ensemble de ces activités lui permirent, à la fin de sa vie de constituer une confortable fortune à l’image d’un de ses partenaires principaux, Barthélémy Hervart.

  • 50 Badalo-Dulong C., Banquier du roi, Barthélémy Hervart 1606-1676, Paris, Ségur, 1951, 238 p. ; Dulo (...)

27L’étude des carrières des frères Hervart est facilitée par les recherches que leur a consacrées Claude Dulong50. La famille Hervart est originaire d’Augsbourg ville dont l’arrière-grand-père de Barthélémy a été le maire. C’est dans cette ville allemande que la fortune de la famille s’est faite dès la fin du XVe siècle. Les aïeux de Barthélémy sont alors associés aux affaires de la famille Fugger. Daniel, le père de Barthélémy, émigre à Lyon à la fin du XVIe siècle où il épouse Anne Erlin, la fille d’un collègue originaire du Wurtemberg également établi dans la capitale des Gaules. Leurs deux filles, Régine et Hélène, épousèrent des banquiers suisses qui ont servi de support au déploiement des affaires de Barthélémy et Jean-Henry, les deux fils de la famille.

28Ce n’est qu’en 1632 que les deux hommes apparaissent pour la première fois, alors qu’ils sont à Francfort-sur-le-Main où réside Max Conrad de Rehlingen, alors chancelier du roi de Suède et dont Jean-Henry a épousé la fille, Maria Rosina. Grâce à ce mariage les deux hommes se sont rapprochés de Bernard de Saxe-Weimar, dont Rehlingen était devenu à la fois l’ami et le financier après la mort de Gustave-Adolphe. Dès 1635, Barthélémy est utilisé par Bernard de Saxe-Weimar dans le cadre de ses relations diplomatiques avec la France, au service de laquelle il était passé.

29En 1638, les frères prennent en main ses affaires financières, Barthélémy devant subvenir à la solde des troupes et Jean-Henry à leur approvisionnement. À la mort du condottiere, en 1639, Richelieu confie même à Barthélémy la mission de s’attacher la fidélité des troupes weimariennes, moyennant le versement de 1 200 000 lt. de soldes en retard, et de négocier un nouveau traité. Barthélémy Hervart occupe donc des fonctions tout à fait comparables à celle de Jean Hoeufft à la même époque. En récompense de leur dévouement, Bernard de Saxe-Weimar donne à Jean Henry la seigneurie de Huningue, dans l’actuel département du Haut-Rhin. Des deux frères, seul Barthélémy a persisté dans les affaires militaires et financières.

  • 51 Dulong C., Mazarin et l’argent…, op. cit., p. 15.
  • 52 Ibid., p. 156.

30Grâce à ses fonctions, Barthélémy rencontre Mazarin dès le début des années 1640. En 1641, le cardinal encourage l’association d’Hervart avec Cantarini et Cenami51. Deux ans plus tard, Hervart joue un rôle décisif auprès de Mazarin en pourvoyant à tous les besoins de Turenne envoyé au secours des Weimariens, en difficulté à Dütlingen. En récompense pour ces avances considérables, les frères Hervart sont gratifiés d’une autre seigneurie Alsacienne, celle de Landser, située dans les environs de Mulhouse. Tout au long des années 1640, Hervart ne cesse en fait de financer l’armée de Turenne, au point qu’en 1648 il s’estime créditeur auprès de la monarchie de près de 3 millions de livres52. Mazarin se sert de lui comme d’un intermédiaire dans ses relations avec les grands généraux et princes du sang français. Son rôle s’accroît lors de la Fronde, quand Mazarin doit se prémunir des insurgés français tout en s’assurant de la fidélité des Weimariens. La qualité des services offerts par Hervart se traduit par l’octroi, le 1er octobre 1649, d’une charge de conseiller aux conseils d’État privé et des finances, puis dès le 8 janvier suivant, de celle d’intendant des finances. Malgré les enquêtes ordonnées en 1651 par le Parlement de Paris à l’encontre de Mazarin et de ses fidèles, dont les banquiers Cantarini et Cenami, Barthélémy Hervart traverse la Fronde sans voir son crédit et sa fortune abattus. Au cours des années 1650, il poursuit sa carrière au sein de l’administration financière au point d’être nommé contrôleur général des finances en 1657, en compagnie de Servien et Fouquet. Plus habile que ses collègues, il s’est rapproché suffisamment tôt de Colbert pour être relativement épargné par la chambre de justice réunie à partir de 1661.

  • 53 Badalo-Dulong C., Banquier du roi…, op. cit.
  • 54 Dulong C., Mazarin et l’argent., op. cit., p. 263-335.

31Au cours de sa carrière, Hervart a garanti ses opérations grâce à un réseau familial dont les ramifications s’étendent sur toute l’Europe. Il dispose une succursale à Francfort, tandis que ses beaux-frères, établis à Rouen et Paris, avaient des représentants à Berlin et Leipzig. Les Renouard, gros banquiers parisiens, ses cousins, possèdent des correspondants à Hambourg, Danzig et Amsterdam. Enfin, ses deux sœurs ont épousé des banquiers suisses de SaintGall, les Zollikoffer53. Au-delà des vicissitudes de la carrière de financier de Hervart, il paraît intéressant de prendre la mesure de la fortune accumulée tout au long de sa vie telle qu’elle peut être connue à travers son inventaire après décès54. À sa mort, Barthélémy Hervart possède un hôtel situé rue Plâtrière, sur l’actuel emplacement de la poste centrale de Paris. Il l’a acheté au duc d’Épernon en 1657 pour un montant de 270 000 lt. et l’a fait réaménager par Le Vau. Mignard a pris soin de la décoration pour un montant de 30 000 lt. Le bâtiment ne comptait pas moins de trente pièces et a été décoré avec la plus grande attention. Mme d’Hervart possédait un Thimoclée du Dominiquin estimé à 1 200 lt. et un Baptême de Saint-Jean d’une valeur de 800 lt., et même une toile signée de Rembrandt. Son argenterie est estimée à 22 321 lt., mais a dû être largement sous-évaluée. En plein Paris, Hervart disposait de quatre carrosses et de treize chevaux. En 1655, Hervart a également acquis la maison des Gondi située à Saint-Cloud, et y a fait aménager un jardin aux fontaines admirables. Dès 1658, le roi rachète le domaine pour le compte de son frère pour un montant de 240 000 lt. Ce n’est qu’en 1668 qu’Hervart rachète un château à la campagne. Son choix s’arrête alors sur celui de Bois-le-Vicomte pour la somme de 370 371 lt. En somme, Barthélémy Hervart est à la tête d’une immense fortune acquise par ses activités de banquier munitionnaire puis en tant que figure de proue du système fisco-financier. Sa participation dans l’entreprise d’assèchements de marais ne constitue donc qu’une modeste part de sa fortune. À l’instar de Jean Hoeufft, la biographie de Hervart montre que sa participation aux assèchements résulte de sa proximité du pouvoir, comme une compensation pour les services rendus à la monarchie. En promouvant ces deux financiers, Richelieu, puis Mazarin, choisissent des banquiers leur devant une grande partie de leur réussite sociale et de leurs richesses, et prennent directement le contrôle des assèchements. Cette alliance leur permet en outre de s’assurer la participation de gestionnaires efficaces et zélés.

Correspondants et associés

32Ni Jean Hoeufft, ni Barthélémy Hervart ne peuvent se permettre de suivre régulièrement l’avancée des travaux ou s’assurer de la surveillance et de l’entretien des aménagements hydrauliques nécessaires aux assèchements. De même, ils ne sont nullement ingénieurs et dépourvus de toute compétence technique. Ils ont donc confié ces missions à des représentants directs aux profils spécifiques : Octavio de Strada d’une part et Jean Van Ens de l’autre.

  • 55 De nombreuses informations biographiques sont contenues dans Dienne E. de, Un épisode de l’histoir (...)
  • 56 Dolza L., « Jacopo Strada : collesionismo e macchine tra Riforma e Controriforma », Mélanges de l’ (...)
  • 57 Strada a Rosberg J., La première (deuxième) partie des desseins artificiaulx de toutes sortes des (...)
  • 58 Strada a Rosberg J., Epitome du thrésor des antiquitez, c’est-à-dire pourtraits des vrayes médaill (...)

33L’origine sociale d’Octavio de Strada tranche singulièrement dans le panel formé par les dessiccateurs55. Il est en effet le neveu de Jacopo de Strada d’Arosberg, auteur des Desseins artificiaulx, théâtre de machines composé au XVIe siècle et publié par Octavio de Strada à Francfortsur-le-Main en 1617 et 161856. Sur la page de titre des Desseins artificiaulx Jacopo de Strada a Rosberg est présenté comme un « bourgeois romain, antiquaire & comissaire de guerres des Empereurs Ferdinand, Maximilien et Rodolphe II57 ». Jacopo est né à Mantoue au début du XVIe siècle. Il s’est notamment distingué par une carrière d’antiquaire grâce à laquelle il a connu une belle ascension sociale. En 1550, il est à Lyon pour acheter les manuscrits de Serlio dont il a entrepris la publication. Trois ans plus tard, il publie également dans la capitale des Gaules les Epitome du thrésor des antiquitez et devient l’un des premiers auteurs à avoir considéré la numismatique comme source historique58. Grâce à ses talents d’antiquaires, Jacopo de Strada est entré au service de l’Empereur avant de mourir à Prague en 1588. La publication des Desseins artificiaulx montre qu’il était fort instruit en matière technique, même si cet ouvrage est avant tout destiné à un public de curieux, cultivés et fortunés.

  • 59 AD Puy-de-Dôme 16 H 99, Inventaire après décès d’Octavio de Strada rédigé de son vivant en 1656.
  • 60 Ibid.
  • 61 Ibid.

34Octavio de Strada est donc issu d’une famille de la noblesse de Mantoue, passée à la Réforme et entrée au service de l’Empereur grâce à son savoir et à sa culture. Son inventaire après décès ne laisse planer aucun doute quant à sa noblesse. Il mentionne une « declaration de l’empereur Rodolophe deuxiesme de la noble extraction de monsieur de Strada avec le droit de porter les armes insérées59 ». En 1639 Louis XIII lui accorde des lettres de naturalité et en 1641 il confirme la déclaration de l’empereur Rodolphe II60. Les conditions précises de son installation en Auvergne et de son implication dans l’assèchement du lac de Sarliève restent toutefois très largement dans l’ombre. Les documents mentionnés dans son inventaire après décès montrent qu’il conservait la plupart des pièces de procédures se rapportant à l’assèchement du lac de Sarliève et principalement les preuves de l’achat des terres. Il n’apparaît cependant pas parmi les signataires. Seul « un contract de cession et delaissement fait par Me Jean Baron […] au profit de monsieur destrada de trois mil arpent de terre dans le lac de Sarlieve faict et passé en La Haye en Holande le 20 octobre 1629 » donne quelques informations sur ce point61. Octavio de Strada se serait lancé dans les assèchements à la toute fin des années 1620 afin de mener à bien la conquête du lac de Sarliève. Sans doute était-il alors installé en Hollande et d’ores et déjà en relation avec la famille Hoeufft.

  • 62 Cf. infra, p. 128 et suiv.
  • 63 Cf. supra, p. 114 et suiv.
  • 64 On peut ainsi rapprocher le cas d’Octavio de Strada de celui de Diderick Hoeufft, amateur de disse (...)

35Après avoir connu une vie plus mondaine, le choix de s’installer à Sarliève marque un tournant définitif pour Strada. Même si une étude plus approfondie de son inventaire après décès reste encore à réaliser, sa lecture fait rapidement apparaître sa sédentarisation. Au fil des années, Strada se constitue un confortable domaine dont le lac n’est qu’une partie. Il entretient une domesticité et se trouve à la tête d’une exploitation agricole très active. Son implantation auvergnate ne l’empêche pas de participer à la gestion des dessèchements d’Arles et du Poitou62. Cette association doit beaucoup à son expérience dans le domaine et à son mariage à la nièce de Jean Hoeufft63. L’engagement dans les affaires agricoles a été total, si bien qu’à la fin de son inventaire après décès ne sont mentionnés que quelques livres constituant une bien maigre bibliothèque. Ce document montre toutefois que le milieu des dessiccateurs réunis autour d’Hoeufft était détenteur d’une culture livresque non négligeable, fortement marquée par la foi protestante64. Il est toutefois impossible de tirer la même conclusion de la biographie de Jean Van Ens, gestionnaire des assèchements des marais d’Arles, et collaborateur de Strada.

  • 65 Josse Van Dale est l’ingénieur ayant dirigé l’assèchement des marais de Sacy-le-Grand, cf. infra.
  • 66 Tout comme le titre de seigneur de Fontaine-le-Comte, celui de Fontaine-Peureuse semble être lié a (...)
  • 67 BM Arles, Fonds Véran 493, Contrat du 16 juillet 1642, p. 1.
  • 68 Dienne E. de, Histoire du desséchement…, op. cit., p. 279.
  • 69 Lettres patentes de Louis XIII confirmatives du contrat de desséchement des marais d’Arles du 28 a (...)

36Jean Van Ens fait partie de ces techniciens à la renommée locale considérable, mais dont on ne sait rien des origines. Natif d’Amsterdam, il est de nationalité « hollandaise ». Il est seigneur de Fontaine-le-Comte en vertu de travaux de desséchement dirigés par son oncle Albert Van Ens dans les marais de Sacy-le-Grand. Jean Van Ens n’est en effet pas venu seul en France. À la suite de la mort de Josse van Dale65, c’est son oncle, Albert, qui reprend la gestion des marais picards. Jean Van Ens s’est donc fait une place dans le milieu des dessiccateurs néerlandais travaillant en France, vraisemblablement dès la fin des années 1620. Cette insertion sociale se double d’une ascension au sein de la cour de Louis XIII. Dans le préambule du contrat pour le desséchement des marais qu’il signe avec la ville d’Arles le 16 juillet 1642, il est réputé être « bourgeois de Paris […] seigneur de Fontaine-Peureuse66 Conseiller du roy, intendant & controlleur de son argenterie et menues affaires de la chambre de sa majesté67 ». En vertu de cette charge, il accompagne le roi dans certains de ses déplacements. Selon Dienne, les intendants des vidanges de la ville d’Arles sont ainsi venus à sa rencontre alors qu’il était en compagnie de Louis XIII à Lunel68. Surtout, cette position au sein de la cour lui a garanti le soutien indéfectible du pouvoir central tout au long de ses travaux. Sans ce ferme appui, il n’aurait sans doute pas pu venir à bout de l’objectif qu’il s’était fixé69.

  • 70 Serna P., Antonelle : aristocrate révolutionnaire, 1747-1817, Paris, éditions du Félin, 1997, 500  (...)

37En sus de ses soutiens curiaux et parisiens, il s’est également ménagé des appuis locaux. Peu de temps après son installation à Arles, il épouse Marie d’Antonelle, fille de Jean d’Antonelle, intendant des vidanges. Jean Van Ens s’allie ainsi avec une famille en pleine ascension sociale destinée à fournir à la ville de nombreux maires, et à la France des hommes politiques d’envergure nationale70. Le lignage Antonelle fonde notamment sa richesse sur la pêche et l’exploitation de la terre. Il avait tiré avantage des profonds bouleversements sociaux qui avaient affecté la Basse-Provence lors des guerres de Religion. Au long de son séjour arlésien, Van Ens bénéficie donc du support actif de trois milieux fort différents : les commerçants et les financiers néerlandais, le pouvoir central et une fraction de la bourgeoisie arlésienne. Le concours de ces trois forces ne fut pas de trop pour achever le desséchement des marais d’Arles.

38Le renouvellement des acteurs engagés dans les campagnes d’assèchement révèle une évolution fondamentale de leurs modalités de gestion. Alors que Sully avait accordé à ses soutiens politiques la possibilité de jouir d’un privilège aux dimensions exorbitantes, ni Richelieu, ni Mazarin ne les remplacent à leur disparition et préfèrent recourir au service de banquiers fidèles et compétents. Ce faisant, ils ménagent leurs réseaux économiques européens et leurs appuis aux Provinces-Unis. Cette implication plus directe des Premiers ministres dans la gestion des assèchements s’est concrètement traduite par un véritable changement d’échelle dans les opérations de drainage envisagées et menées à leur terme.

Changement d’échelle : le temps de Jean Hoeufft (années 1640-1650)

39La prise de contrôle accrue des cardinaux sur les assèchements des années 1640 constitue un ajustement dans la conduite des travaux plus qu’une véritable rupture. Les dessiccateurs prolongent les pratiques mises en place par Fourcy et ses associés. Toutefois, les méthodes de gestion sont simplifiées et concentrées, tandis que les montants investis s’accroissent notablement.

Une gestion simplifiée

40L’apparition de nouveaux investisseurs issus d’origines sociales très différentes des pionniers du début du siècle provoque une profonde évolution des modalités de gestion des affaires. Les liens qui les unissent les uns aux autres ne sont en rien comparables à ceux qui résultaient des statuts de la société créée en 1605. Hoeufft et Hervart sont de vieilles connaissances et sont de fait les hommes de confiance de Mazarin. Strada s’est quant à lui fait une place dans la famille de Hoeufft dont il a épousé une nièce. Les relations d’affaires entre les trois hommes sont ainsi pérennisées par l’alliance de leurs familles. Il semble donc logique que ce groupe restreint ait géré les affaires de manière continue entre 1640 et le milieu des années 1650. Un ensemble de 202 documents relatifs aux affaires d’assèchements peut être recensé. Une analyse statistique, à l’image de celle conduite pour la première société, peut également être réalisée. En raison de la composition du corpus, et de la concentration des affaires sur les sites d’Arles et du Petit Poitou, elle ne peut toutefois avoir la même valeur heuristique que pour la période précédente. Elle permet néanmoins de faire apparaître la nouvelle localisation du centre de décision, et l’affirmation de Clermont.

  • 71 AN, MC CXIII 422, 14 et 17 août 1646.

41Plus de la moitié du corpus (54 %) concerne les assèchements arlésiens, tandis que ceux du Petit Poitou, malgré leur notoriété historiographique, ne sont renseignés que par 20 % de la documentation. Parmi les 41 pièces concernant l’histoire des assèchements poitevins figurent les comptes de la société du Petit Poitou, gros de plus de 250 folios. L’existence de ce cahier pousse à nuancer la valeur de l’approche statistique. Dans le cas poitevin, la sous-représentation statistique est en effet compensée par la richesse de l’information contenue dans un seul document. À eux seuls, les marais arlésiens et poitevins rassemblent cependant les trois quarts de la documentation et si l’on y ajoute les textes traitant d’affaires générales, ce sont 80 % des textes du corpus qui les concernent. Une première inflexion avec la période précédente apparaît d’ores et déjà. Entre les années 1600 et 1630, les affaires se concentrent essentiellement entre les marais de Tonnay-Charente et de Capestang, mais elles sont également remarquables par leur diversité et leur dissémination sur le royaume. Après 1640, seuls deux sites concentrent effectivement l’attention des dessiccateurs qui centralisent de manière drastique leurs investissements. La relative résistance des marais languedociens dans le corpus (23 documents, soit 11 % du total), ne doit pas faire illusion. Une grande partie des documents relatifs à cette région traite d’affaires qui n’ont pas abouti, au premier rang desquelles figure le projet de construction du canal de Languedoc, un temps soutenu par Strada71. Après 1640, les investisseurs se consacrent donc à la conquête de nouveaux sites jusque-là négligés par la société pour l’assèchement des lacs et marais de France. À l’éparpillement relatif des investissements succède également une extrême concentration. Ce changement s’accompagne d’un nouveau mode de gestion, qui ressort très nettement à travers l’analyse de la localisation des archives disponibles. Une présentation graphique fait apparaître le rôle central de Clermont.

Graph. 1 – Part de chaque site dans la documentation relative aux assèchements, 1640-1660.

Graph.2 – Localisation des archives concernant les assèchements sur la période 1640-1660.

  • 72 Fournier G., art. cit., p. 2-34.

42Deux pôles se distinguent très nettement : l’Auvergne et la Provence. Le poids relatif de Clermont mérite tout d’abord d’être souligné, dans la mesure où seulement 3 % de la documentation traitent du lac de Sarliève sur cette période, mais il convient également de le nuancer. Pour établir ce corpus, il a certes fallu recenser les documents effectivement dépouillés, mais aussi prendre en compte les documents simplement mentionnés dans certaines pièces, afin de suivre au plus près la vie de la société. Or, de ce point de vue, la collection clermontoise est singulière, car enrichie par l’inventaire après décès d’Octavio de Strada sur lequel les Prémontrés de Clermont ont réussi à mettre la main72. Rédigé du vivant de l’intéressé, il recense tous ses biens et tous ses papiers, dont les nombreux actes passés dans le cadre des assèchements d’Arles et du Poitou, ainsi que des comptes et des cartes. Tous ces documents n’ont pas forcément été produits en Auvergne, mais ils y sont conservés parce que le principal gestionnaire des assèchements d’Arles et du Poitou y avait sa résidence. Il est impossible de les consulter, mais leur simple mention fait émerger les liens entre les différents investissements et le rôle d’Octavio de Strada, pivot de la société.

43Entre 1605 et la fin des années 1630, la gestion des affaires de la société pour l’assèchement des lacs et marais de France se concentre à Paris. La majeure partie des actes relatifs à la vie de l’entreprise était même passée devant une seule étude notariale. L’entrée en scène de Hoeufft, Hervart et Strada provoque une évolution significative. Les intérêts de Hoeufft et Hervart sont éclatés géographiquement et ne se limitent pas aux seuls assèchements. Alors que leurs prédécesseurs étaient fermement attachés à la cour et à la hiérarchie de la monarchie, ces marchands-banquiers y sont beaucoup moins soumis, et n’ont aucun devoir de représentation. Hoeufft et Hervart se déplacent au gré de leurs intérêts et des missions qui leur sont confiées. Ce nomadisme relatif représente un handicap pour la gestion des domaines nouvellement constitués par l’assèchement des terres. De plus, aucun des deux banquiers ne considère Arles, le Poitou ou bien encore l’Auvergne comme une région cruciale pour le développement de leurs affaires. À la fois absents des terres desséchées et de la capitale, itinérants par nécessité, les dessiccateurs des années 1640 doivent procéder de manière radicalement différente de leurs prédécesseurs. Une partie de la solution vient d’Octavio de Strada. Ce dernier a en effet jeté son dévolu sur le lac de Sarliève depuis quelques années déjà. Il est même devenu baron de Cournon et seigneur d’Aubière, deux villages riverains du lac. Homme de confiance, il n’a aucun engagement à l’étranger et ne mène pas la vie trépidante de ses acolytes. Tout le désigne donc pour qu’il supervise les affaires des associés.

  • 73 Dienne E. de, op. cit., p. 96.
  • 74 Ibid., p. 90.
  • 75 AM Arles DD 88.

44Octavio de Strada, quoique fort bien installé à Clermont, ne rechigne pas à se déplacer pour suivre l’avancement des travaux. En 1646, Strada, alors qu’il vient d’être nommé directeur des travaux de la Société pour l’assèchement du Petit Poitou, loue une grande maison, consistant en deux corps de logis à La Rochelle où naquit son fils aîné, Jean, en 164773. On lui doit les toponymes Cournon, Aubière, Sauvagnat, Chamalière et Clermont dans la région, directement importés de sa résidence auvergnate74. Par ailleurs, Octavio de Strada se montre actif sur le front arlésien, où il participe à la gestion des affaires. Son rôle est accru à la mort de Jean Hoeufft car il devient le gestionnaire de ses parts. Il paraphe la plupart des actes concernant les mouvements de fonds relatifs aux assèchements dans les années 1640, alors que Jean Hoeufft et Barthélémy Hervart ne sont jamais présents75. De sa résidence clermontoise, Octavio de Strada contrôle donc l’exploitation de trois sites principaux : Arles, le Petit Poitou et Sarliève.

  • 76 Pillorget R., Les mouvements insurrectionnels en Provence entre 1596 et 1715, Paris, Pedone, 1975, (...)

45Un deuxième pôle de rassemblement de la documentation s’identifie très clairement en Provence. Trois sites conservent 34 % des archives : les archives communales et la bibliothèque municipale d’Arles, et la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence. Une telle concentration s’explique tout d’abord par les nombreux procès ayant opposé les dessiccateurs aux Arlésiens. La série DD des archives communales d’Arles dévoile ainsi une face originale de l’histoire des assèchements en donnant accès à des pièces qui n’émanent pas directement des investisseurs eux-mêmes. De fait, les 42 pièces de procédures prenant place dans l’ensemble du corpus sont relatives à Arles et en constituent à elles seules 21 %. Les archives d’Arles ne sont pas entièrement focalisées sur les questions de propriété et sur les oppositions entre les dessiccateurs et Arlésiens, puisqu’elles conservent six des trente-sept comptes ayant trait aux affaires provençales. Une autre spécificité des archives provençales est la place prise par les fonds d’érudits locaux. Les fonds Véran et Bonnemant de la Bibliothèque municipale d’Arles regroupent des documents très significatifs, soigneusement choisis par de fins connaisseurs de l’histoire locale. L’importance du fond arlésien s’explique en outre par le contexte régional. À Arles, Van Ens, et derrière lui Hoeufft, Hervart et Strada, se sont confrontés à une société très structurée, pétrie de querelles intestines, soucieuse de faire valoir ses droits et où le recours à l’écrit s’est précocement allié à l’esprit de chicane et à la parfaite connaissance des différentes institutions judiciaires76. La masse du fonds arlésien montre l’attention portée par les dessiccateurs à la gestion de ces marais. L’émergence des pôles arlésiens et clermontois constitue donc une rupture notable dans le fonctionnement des affaires, mais elle ne doit pas occulter la permanence du rôle des notaires parisiens.

  • 77 AN, MC CXXII 445, 5 juillet 1648.
  • 78 AN, MC CXXII 443, 13 juin 1642.
  • 79 AN, MC CXXII 451, 14 et 17 août 1646, 26 juillet 1646. Pour l’association avec Jacques Brun pour l (...)

4641 documents, soit 20 % des archives disponibles, émanent en effet directement du Minutier Central. Près de la moitié de cet ensemble, 18 documents, concerne les affaires poitevines et seulement deux les marais d’Arles, dont un contrat associant Strada aux investissements arlésiens dans un premier temps uniquement dirigés par Van Ens77. Il apparaît que Strada ne s’est mêlé aux affaires provençales qu’à partir de 1648. Les autres documents concernent l’Aunis, le Languedoc ou la Guyenne ou Sarliève. Il peut tout d’abord s’agir de documents relatifs à la gestion d’affaires courantes dans des lieux où les assèchements ont déjà été menés à terme depuis longtemps (Guyenne, Sarliève). Ces documents concernent également des programmes contemporains mais dont sont absents nos investisseurs et qui sont trop peu documentés pour être étudiés (Aunis)78. Enfin des pièces relatives à des projets avortés, comme dans le cas du Languedoc, peuvent figurer dans ces dossiers79.

47Trois pôles rassemblent 94 % des archives. À Paris, les quelques arrêts du conseil et édits du roi rendent compte de la continuité de l’intervention du pouvoir central. Parmi ces dépôts secondaires celui d’Utrecht mérite une attention particulière. Deux documents fondamentaux y sont conservés : les comptes de la société du Petit Poitou rédigés entre 1649 et 1652 d’une part, et une transaction passée en 1663 entre les héritiers de Jean Hoeufft et ceux d’Octavio de Strada. Ces deux documents recèlent des informations capitales quant au fonctionnement des sociétés. Ils sont intégrés dans le fond privé de la famille Zuilen, héritière pour partie de la fortune de Jean Hoeufft. Il est malheureusement impossible de dater leur acheminement vers Utrecht où résidait la majeure partie de famille Hoeufft. Il semble bien que le livre de comptes soit écrit de la main de Strada, ce qui confirme son rôle clé dans la gestion des affaires. Cette observation confirme l’analyse de la localisation des archives, dont la concentration clermontoise met aussi en évidence la fonction de Strada.

Graph. 3 – Natures des documents produits ou induits par les assèchements, 1640-1660.

  • 80 AD Puy-de-Dôme, 16 H 99, Inventaire après décès d’Octavio de Strada.
  • 81 BnF, Ge. DD 2987 B (1323), Plan et description particulière des Marais desseichés du Petit Poictou (...)
  • 82 AD Bouches-du-Rhône, 5 B 26, f° 15, Enregistration de 19 escriptures privées ou acquest signées J (...)

48D’autres éléments montrant l’évolution de la gestion des affaires peuvent être tirés de l’analyse de la nature des documents produits par les associés. Un premier trait saillant est l’apparition de nouveaux types de documents, ou l’accroissement notable de la part de certains autres. L’explosion du nombre de comptes est le premier fait notable, puisqu’ils représentent près du quart de la documentation. Alors qu’un très faible nombre a été conservé pour la première génération d’investisseurs, les comptes des financiers de la seconde ont été archivés en plus grand nombre. Toutes ces pièces ne sont pas parvenues jusqu’à nous, mais les comptes de la société du Petit Poitou en représentent sans nul doute un modèle. Plus marginale d’un point de vue quantitatif, mais non moins significative est l’apparition de cartes. Seulement deux sont référencées, mais parmi elles figurent vraisemblablement un atlas, puisque l’inventaire après décès de Strada mentionne la présence d’une quarantaine de cartes du Poitou80. De plus, Pierre Siette, un des associés dans les marais du Petit Poitou, est lui-même cartographe du roi et l’auteur d’une carte des marais portant les noms de tous les fermiers de ces assèchements et heureusement conservée à la Bibliothèque nationale de France81. Signalons en outre que les associés ont stipendié l’ingénieur cartographe néerlandais Jean Voortcamp afin qu’il dresse régulièrement des cartes des marais arlésiens82. Corollaire de la tenue annuelle de comptes, le recours aux cartes est le signe d’une évolution dans les modes de gestion des marais. Les nouveaux investisseurs ne se sont donc pas contentés d’injecter de nouveaux capitaux dans les assèchements, ils ont aussi promu un nouveau mode de gestion plus moderne.

49De cette manière, on constate également le très faible nombre de procurations passées par Hoeufft ou Hervart. Avec huit cas, elles ne représentent que 4 % du corpus. Les financiers n’accordent certes pas leur confiance aisément, mais ils n’ont surtout pas d’employés aux fonctions comparables à celles de leurs prédécesseurs. En outre, la stabilité de leurs relations et la confiance accordée à Strada les dispensent d’avoir recours à ce procédé. Le cas d’Arles frappe une nouvelle fois par sa spécificité, puisque les affaires y sont très précocement confiées à un représentant permanent aux compétences universelles : Jean Van Ens. La quasi-absence de procuration montre que la société fonctionnait par la mise en place de représentants stables, s’installant sur place et veillant à la bonne avancée des travaux. Une dernière singularité du corpus concernant la période 1640-1660, provient de l’apparition de statuts d’assèchement. Les premiers ont été passés dès 1646 dans le Petit Poitou, tandis que ceux d’Arles ne sont entrés en vigueur qu’en 1653.

  • 83 Les statuts du Petit Poictou, du 19e octobre 1646.

50Quatre ans après le début des premiers travaux, les associés du marais du Petit Poitou se sont dotés d’une structure facilitant la gestion de leurs affaires communes. Comme l’ont récemment fait apparaître les travaux de Yannis Suire, une des spécificités des assèchements poitevins est de faire une large place aux investisseurs locaux. Ces premiers statuts engagent vingt-cinq associés. Outre le groupe constitué par les trois « Néerlandais » (Strada, Hoeufft et de la Croix) et celui des fidèles du roi (Siette et Julius de Loynes), la société est constituée de vingt associés d’origine poitevine. L’éclatement des parts dans un nombre aussi important de mains provoque nécessairement des difficultés de gestion et des risques d’explosion en raison de la très forte probabilité d’apparition de divergence entre les intéressés. Il est donc impératif d’instaurer un principe de hiérarchie en vue d’assurer le bon fonctionnement des assèchements et la profitabilité de l’entreprise. Pour cette raison, les associés prévoient que la société soit dirigée par un directeur nommé chaque année lors de la réunion annuelle fixée au 16 août. Le directeur assume la gestion des affaires courantes et la trésorerie de la société. L’assemblée constituée par les associés le flanque d’un maître des digues chargé de la surveillance et de l’entretien des infrastructures. Le maître des digues doit accomplir une tournée hebdomadaire, diriger les éventuels ouvriers engagés pour des travaux et signaler au directeur toute anomalie ou tout manquement au règlement de la part d’un des associés. Le financement de la société est assuré par le versement d’une contribution fixée au prorata des parts que chaque associé détient dans la société. Les associés sont soumis à l’autorité du directeur et du maître des digues et, en cas d’infractions, ces derniers peuvent obliger « a l’execution des presens status, chacun en ce qui le concerne, sur peine de tous despens dommages & interests83 ». De plus, les associés doivent en permanence se tenir prêts à lutter contre d’éventuelles inondations. La gestion des marais asséchés repose donc sur un principe de hiérarchie dont la clé de voûte est, en 1646, Octavio de Strada. Ce dernier en devient en effet le premier directeur.

  • 84 BM Arles M 393, « Reglemens et statuts faicts entre messieurs les Associez au dessechement des Pal (...)

51À Arles, il faut attendre la mort de Jean Van Ens, survenue en 1653, pour que des statuts similaires, soient appliqués. Il est inutile de les détailler dans la mesure où ils reprennent les mêmes dispositions que les statuts poitevins de 1646. Ils se différencient néanmoins sur quelques points. D’après le préambule du texte les assèchements arlésiens ne reposent que sur un très petit nombre d’investisseurs. Seulement six sont dénombrés : les frères Hervart, Hoeufft et ses hoirs, Octavio de Strada, Michel Lucas et Jean François Genoyer. Ces deux derniers sont originaires de la région. Michel Lucas est réputé être « seigneur de Gif, conseiller du roi en ses conseils », tandis que Genoyer est présenté comme un « bourgeois de la ville d’Orange84 ». Une autre différence concerne la direction de la société. À Arles, elle est confiée à Jean Henry Hervart et non pas à Octavio de Strada. Toutefois, il s’agit vraisemblablement d’un changement consécutif à la mort de Jean Van Ens et qui cherche à pallier le manque de représentation locale qui en découle. Ces statuts, poitevins et arlésiens, accompagnent la profonde évolution du mode de gestion des terres asséchées.

52Le reste de la documentation (associations, transactions, textes normatifs), est beaucoup plus classique et s’inscrit dans la continuité des premiers temps des assèchements. Il est en effet nécessaire pour tout investisseur de chercher de nouveaux associés, surtout dans le cas Poitevin, ou de transiger avec des adversaires (Arles). Enfin, tout au long de la période, la monarchie n’a cessé d’appuyer les dessiccateurs, notamment par des arrêts du Conseil très favorables et par un soin attentif porté à l’exécution de ses décisions par les Gouverneurs et les Intendants. Il s’agissait de garantir le succès des investissements réalisés par les banquiers de Mazarin.

La croissance des investissements

  • 85 Mesnard J., Pascal et les Roannez, Paris, Desclée de Brouwer, 1965, 2 vol. , 1 116 p.
  • 86 Suire Y., op. cit., p. 63.
  • 87 Ibid.

53L’assèchement des marais Poitevins symbolise dans l’historiographie la réussite de l’œuvre initiée par Henri IV et menée à bien par les Hollandais. Malgré cette renommée et une bibliographie récente, l’histoire de cette entreprise est mal connue. Dans les années 1960, Jean Mesnard a été le premier à lever le voile sur le fonctionnement pratique des assèchements dans le cadre de sa thèse consacrée aux relations entre Pascal et les Roannez85. L’originalité de sa démarche reposait alors sur l’utilisation des sources notariales. Ses travaux montrent l’implication du duc de Roannez, gouverneur du Poitou, dans la conquête des marais. Mesnard se concentre néanmoins sur la fin des années 1650 et sur les marais de Vix et Maillezais. Son ouvrage concerne donc une période au cours de laquelle les principaux acteurs néerlandais des desséchements sont décédés et donc absents des chantiers. Ces recherches laissent dans l’ombre les années 1640 et une grande partie des années 1650. Le dossier a donc été repris récemment par Yannis Suire. La nature et le nombre des sources disponibles pour cette période ne facilitent pas la tâche de l’historien. Quelques actes passés devant un notaire parisien témoignent bien de la participation d’Octavio de Strada à la conduite de la société, mais les informations qu’ils contiennent sont bien trop allusives pour qu’il soit possible de comprendre ce qui s’est réellement passé tout au long de cette décennie. Yannis Suire tend à réduire au strict minimum la participation de Hoeufft et de Strada à la conquête du Petit Poitou. Il considère que les travaux du Petit Poitou constituent un moment « de transition entre deux générations de dessiccateurs86 ». Selon lui, c’est à cette occasion que les Hollandais transmettent « argent et expérience à des investisseurs français et locaux, désormais majoritaires87 ».

  • 88 Declaration du roy, contenant la continuation des privilèges accordez pour le dessechement des mara (...)
  • 89 Rijksarchief in Utrecht, Huis Zuilen (désormais abrégé RUHZ), 691 et 692.

54Or, lorsqu’en 1646 se constitue la société du Petit Poitou, c’est Octavio de Strada qui en est nommé le directeur. Cinq ans après l’octroi du premier privilège à Pierre Siette, Strada est donc encore actif dans le Poitou88. En tant que directeur, il est sommé de rendre des comptes annuels et de veiller à la bonne gestion des deniers investis dans les assèchements. Bien que résidant en Auvergne, Strada accomplit sa tâche avec rigueur et tient des comptes réguliers entre 1641 et 1652. De plus, les archives néerlandaises montrent que, s’ils ont pris part aux assèchements, les Poitevins sont soigneusement encadrés, techniquement et financièrement. Les péripéties de la succession Hoeufft, ont fait que ces cahiers sont conservés dans les archives de la famille Zuilen à Utrecht89. Leur étude jette une lumière nouvelle sur les affaires poitevines et en dévoile les soubassements financiers.

55Les comptes de la société du Petit Poitou ont été dressés entre 1649 et 1652 et n’en retracent donc pas toute l’activité avec la même constance. Les chiffres concernant la période 1641-1649 ont été compilés et rassemblés dans le désordre dans la première partie des livres de comptes. En revanche, pour la période suivante, 1649-1652, les comptes sont tenus avec une extrême rigueur, mois après mois et parfois semaine après semaine. Toutes les dépenses occasionnées par les assèchements et par l’exploitation des terres asséchées sont consignées. Strada mentionne aussi bien l’achat de bestiaux et de grains que le paiement des salaires aux ouvriers pour le creusement des fossés de drainage, ou encore l’achat de planches pour la construction de granges. Les rentrées d’argent ne sont quant à elles retranscrites que de façon beaucoup plus éparse et sont donc plus difficiles à analyser. Les deux cahiers écrits par Strada forment un ensemble de plus de 250 folios. Leur analyse précise dépasse donc le cadre de cet ouvrage et justifie à elle seule un travail spécifique.

  • 90 RUHZ, 693.

56La rédaction des livres de comptes s’achève en 1652, soit au cours de l’année qui suit la mort de Jean Hoeufft. Dans le cadre de la succession de l’homme d’affaires, Octavio de Strada se trouve donc contraint de dresser un bilan des différents avoirs qu’il possédait dans la société. Ainsi, entre 1641 et 1652, Jean Hoeufft a prêté aux différents dessiccateurs 622 000 lt. Il a investi en propre 168 135 lt. 2 s. et 2 d., tandis que Strada revendique pour sa part 200 419 lt. 16 s. 8 d. d’investissements personnels. Toutefois, Strada étant l’agent de Hoeufft, les parts qu’il possède dans la société constituent sa rémunération. En effet, une transaction réalisée en 1661 entre les différentes branches de la famille Hoeufft au sujet du partage de l’héritage de Jean montre clairement que Strada avait, entre les années 1630 et 1640, accumulé les dettes auprès de son oncle par alliance90. De plus, en 1661, les héritiers Hoeufft et les tuteurs des enfants de Strada s’entendent pour que la cession des parts de Strada dans les marais du Petit Poitou aux héritiers Hoeufft, leur permette de solder les dettes contractées par de leur père auprès de Jean Hoeufft. La transaction porte alors sur un montant de 117 000 lt., mais il convient de considérer que les enfants de Strada étaient eux-mêmes héritiers de Hoeufft, ce qui diminue le montant des dettes à rembourser. Tout montre donc que Hoeufft a en réalité été le seul investisseur de la société dont il assurait le fonctionnement par ses avances régulières. De la sorte, il paraît raisonnable d’évaluer le montant avancé par Jean Hoeufft pour la conduite des opérations à 990 554 lt. 18 s. 10 d., soit environ 90 000 lt. par an en moyenne.

57L’investissement de Jean Hoeufft dans les marais poitevins est donc massif, mais pour les deux tiers, il s’agit de prêts bancaires, ce qui pousse à s’interroger sur la véritable intention du banquier hollandais. En effet, en 1652, Octavio de Strada comptabilise les créances accordées aux associés afin d’en obtenir le remboursement et de les justifier auprès de ses cohéritiers. Or, à cette occasion, Strada réclame également le versement des intérêts dus sur ces prêts. Au total, ces derniers s’élèvent à 348 035 lt. 6 s. 3 d., soit 56 % de la somme effectivement prêtée. La somme de 622 000 lt. est un total de tous les prêts accordés aux différents associés au cours des onze années précédentes, si bien qu’il est difficile de calculer un taux d’intérêt annuel. Toutefois, l’ampleur des profits escomptés par le banquier montre que les travaux de drainage sont autant des opérations financières que foncières. Certes, l’exploitation des terres asséchées rapporte de l’argent, mais les profits engrangés grâce au travail de la terre ne sont en rien comparables à ceux réalisés grâce aux opérations bancaires.

58L’étude des comptes tenus par Octavio de Strada ouvre donc de nouvelles perspectives quant à l’histoire de la société du Petit Poitou. Ils démontrent qu’il s’agit une entreprise entièrement financée par Jean Hoeufft au sein de laquelle les Poitevins sont financièrement dépendants. Les comptes dévoilent par ailleurs que Strada et Hoeufft ont bel et bien fait venir des paysans flamands pour exploiter leurs métairies dans les marais asséchés. De même, il semble qu’une partie du bétail bovin ait également été importée de Hollande. Les comptes de Strada montrent ainsi à quel point projets hydrauliques et opérations financières sont entremêlés. Du point de vue de Hoeufft, le drainage du Petit Poitou est tout autant un investissement productif qu’une affaire bancaire intéressante.

  • 91 Rijksarchief in Utrecht, Huis Zuilen, 693.
  • 92 Suire Y., op. cit., p. 90.

59Il est ainsi possible de situer le passage de témoin entre Hollandais et Français au cours de l’assèchement de Vix-Maillezais dont les travaux ont débuté en 1654, alors que Hoeufft est déjà mort et que Strada s’est retiré en Auvergne. Dans un premier temps, l’autonomie des investisseurs poitevins n’est toutefois que financière, et pas encore technique. En 1661, les héritiers de Strada revendiquent 1/13e de ces marais en vertu d’un accord passé avec les investisseurs91. Ces derniers souhaitaient lui accorder cette portion en guise de rémunération pour avoir dressé le plan des travaux à réaliser pour drainer les terres. De même, au cours des années 1660, les dessiccateurs font encore appel à un technicien néerlandais, Van Del, pour parachever les aménagements et assurer leur entretien92.

  • 93 AM Arles DD 88, Contenances de toutes les paluds et costieres desseichées par Messieurs les associ (...)
  • 94 AM Arles DD 85, f° 39 et suiv.

60De leur côté, les archives municipales d’Arles conservent une partie des comptes relatifs au desséchement des marais de la ville. Leur analyse n’est pas aisée dans la mesure où ils ont été rédigés dans le but de régler les affaires litigieuses entre les membres de la société constituée de fait pour les assèchements des marais d’Arles. Ils dévoilent avant tout les intérêts croisés de chacun des investisseurs et leur part relative au moment où les comptes sont dressés. En outre, comme dans la période précédente, la corrélation entre surface drainée et montant investi n’est pas systématiquement faite. De ce point de vue les documents relatifs au désengagement de Lucas, l’un des associés, présente un intérêt notable. C’est d’ailleurs dans le cadre de ce dossier qu’est rédigée la première estimation globale de la surface des terres asséchées dès 1645 et 164693. Le procès-verbal, dressé par l’ingénieur Voortcamp, comptabilise l’assèchement de 12 012 séterées et 65 dextres (soit 6 727 ha) dans l’ensemble du territoire d’Arles. Ce total se subdivise en quatre ensemble : 6 258 séterées et 57 dextres (soit 3 504,8 ha) dans le Trébon, 762 sétérées et 22 dextres (soit 426,8 ha) à Maucreuset, 4 207 séterées 2 dextres (soit 2 356 ha) dans les costières de Crau, et enfin 1 774 séterées et 44 dextres (soit 993,7 ha) dans le Plan du Bourg. Selon ce rapport, le montant investi dans le but de l’assèchement total concerne donc une surface largement supérieure à celle qui était en cause lors du premier partage effectué en 164494, d’autant qu’il convient d’y ajouter 6 130 séterées 68 dextres (soit 3 433,2 ha) asséchées dans des territoires appartenant à d’autres ensembles et dont la majeure partie provient de la vallée des Baux (4 777 séterées 32 dextres, soit 2 675,3 ha). En 1645, ce sont donc 10 160,2 ha qui ont été mis hors d’eau dans les environs d’Arles et la part qui revient aux dessiccateurs représente une surface totale de 12 095 séterées 55 dextres, soit 6 773,5 ha. Ces chiffres, qui montrent une nette augmentation par rapport au partage de 1644, témoignent de la très rapide progression des travaux.

61Le compte general du dessechement des marais d’Arles et des Baux, est quant à lui dressé à Arles le 31 octobre 1653 par Octavio de Strada. Il y présente la synthèse de tous les comptes depuis 1643, la première année comptable de la société. Deux périodes sont nettement distinguées : entre 1646 et 1647, la comptabilité a été tenue par le sieur Vandorn, puis entre 1647 et 1653 par le sieur Braun, vraisemblablement employés par Strada. 551 885 livres 4 deniers 6 sous ont été dépensées au cours des quatre premières années et 625 032 livres 5 sous 10 deniers pendant les six années suivantes. Au total, les assèchements des marais d’Arles ont englouti 1 174 917 livres, 10 sous et 4 deniers, soit plus de 110 000 livres par an en moyenne. Les dépenses sont réparties annuellement de la manière indiquée dans le graphique 4, page suivante.

62La répartition des dépenses au cours des dix années de l’exercice budgétaire est donc très irrégulière. Alors que l’on aurait pu s’attendre à un très fort investissement initial suivi d’une période de baisse des dépenses, il s’avère que les associés ont débloqué des fonds de manière continue au cours de la période. Les investissements élevés de 1647 et 1648 s’expliquent sans aucun doute par les inondations de l’automne 1646 qui ont fortement endommagé les aménagements réalisés entre 1642 et 1646. Le creux de 1649 s’explique quant à lui par les troubles politiques qui ont marqué la région cette année-là. La brusque remontée de 1650 fait ainsi figure de compensation. Le maintien de dépenses élevées après 1650, supérieures à 150 000 livres, pointe l’importance des frais d’entretien dans l’exploitation d’un marais asséché, mais aussi la poursuite des travaux de conquête. Il apparaît toutefois que l’assèchement nécessite la mobilisation de fonds très importants sur un temps relativement long. L’aspect comptable des travaux de Van Ens éclaire également les raisons qui ont présidé à son installation en Basse-Provence. Il était en effet alors impossible aux Arlésiens de mobiliser de telles sommes. Il reste précisément à comprendre comment l’argent a été levé et comment les parts se répartissaient. Les décès de Jean Hoeufft, en 1651, et de Jean Van Ens, en 1653 ont été l’occasion de régler des comptes qui sont heureusement parvenus jusqu’à nous. Ils jettent une lumière bienvenue sur cet aspect des choses.

Graph. 4 – Dépenses annuelles de la société pour l’assèchement des marais d’Arles, (1644-1653). Source : AC Arles, DD 88, pièce 28.

  • 95 AM Arles, DD 88.
  • 96 BM Arles, M 393, Reglemens et statuts faicts entre Messieurs les Associez au dessechement des Palu (...)

63La répartition de 1653 fait part d’un montant total des investissements de 937 635,17 livres sous et 4 deniers « despuis le commancement de l’entreprise jusques au 31 octobre 1653 », soit plus de 200 000 livres de moins que le compte général dressé le même jour, sans que cela ne soit expliqué95. La somme totale, qui correspond au capital investi, est répartie entre six associés différents : Hervart, Hoeufft, Strada, Lucas, Vanens et Genoyer. Deux groupes peuvent être distingués : celui des financiers qui ont des intérêts communs dans d’autres affaires (Hervart, Hoeufft et Strada), auquel il faut adjoindre Van Ens, leur tête de pont arlésienne, et celui des locaux, Lucas, « seigneur de Gif conseiller du roi en ses conseils », et Genoyer, « bourgeois de la ville d’Orange96 ». Le capital est réparti en vingt sols de la manière suivante (voir tableau 1).

64Il ressort de ces comptes que les deux investisseurs provençaux ne détenaient que 20 % du capital du desséchement et que Lucas possédait l’écrasante majorité de ces parts (17,5 %). Toutefois les prêts que Hoeufft et Hervart ont consentis aux autres associés nuancent la répartition présentée dans le compte général. Hervart a ainsi avancé à ses associés plus de 210 982 livres et Hoeufft plus de 175 817 livres. Les dettes par associés se répartissent ainsi (voir tableau 2).

Noms des associés

Nombre de parts en sous et deniers

Capital en livres, sous, deniers

Barthélémy et Jean-Henry d’Hervart

6 s. 3 d. (31,25 %)

293 029 lt. 19 s. 1 d.

Héritiers de Jean Hoeufft

4 s. 9 d. (23,75 %)

222 702 lt. 15 s. 4 d.

Octavio de Strada

2 s. (10 %)

93 769 lt. 11 s. 9 d.

Lucas

3 s. 6 d. (17,5 %)

164 096 lt. 15 s. 7 d.

Mme Van Ens (née Antonnelle)

3 s. (15 %)

140 654 lt. 7 s. 7 d.

Genoyer

6 d. (2,5 %)

23 442 lt. 8 s.

Total

20 s. (100 %)

937 695 lt. 17 s. 4 d.

Tableau 1 – Parts de chaque associé dans les assèchements d’Arles. Source : AC Arles, DD 88, pièce 38.

Tableau 2 – Crédits et débits entre les différents associés aux assèchements d’Arles en 1653. Source : AC Arles, DD 88, pièce 33.

65L’étude de la répartition des dettes confirme le statut d’employé de Strada et de Van Ens de même que la dépendance financière de Lucas et Genoyer qui n’ont fait qu’investir l’argent que Hoeufft et Hervart leur avaient prêté. Les deux financiers se partagent en effet par moitié chacune de leur part. Hervart s’avère avoir investi 468 848 lt. et Hoeufft 468 847 lt. L’assèchement des marais d’Arles ne repose donc que sur l’investissement de deux financiers qui se répartissent les risques à parts égales. L’attribution de parts à d’autres associés permet de rétribuer leur travail à la fin de chaque période de compte au prorata de la somme qui leur est fictivement attribuée. Le volume des sommes engagées explique à rebours en partie le soutien accordé par la monarchie aux dessiccateurs. En effet, Hoeufft et Hervart sont deux éléments précieux du système financier, et en cas de déboires trop importants, la couronne perdrait deux pièces maîtresses. En outre, le montage financier réalisé par Hoeufft et Hervart s’inscrit dans la droite ligne de celui de leurs prédécesseurs Fourcy et Ruzé d’Effiat qui n’avaient accordé à Bradley que des parts d’industrie afin de rémunérer son travail. Van Ens semble avoir été traité de manière tout à fait similaire. Dans ces affaires hydrauliques, la place de l’ingénieur était clairement circonscrite, le technicien devant se mettre au service des investisseurs et ne prendre aucune part réelle au capital de l’entreprise. Il convient enfin de souligner la masse considérable des investissements réalisés dans les seuls marais d’Arles.

*

66Alors que leur apparition pourrait de prime abord témoigner d’une rupture dans la gestion du monopole, l’arrivée sur le devant de la scène de Jean Hoeufft et de Barthélémy Hervart en illustre à l’inverse le prolongement. En effet, ils ont tous deux été les agents de Richelieu avant de se mettre au service de Mazarin. Ils ne doivent leur position en France qu’à leur qualité d’intermédiaire et au soutien que les premiers ministres successifs leur ont accordé. En réalité, leur ascension dans les opérations d’assèchement doit bien plus être interprétée comme le signe de l’investissement direct de Richelieu puis de Mazarin dans les opérations. En effet, alors que Sully laissait l’exploitation du monopole d’assèchement à ses soutiens, Richelieu, dès la fin des années 1630, puis Mazarin ont entrepris de se passer d’intermédiaires. Malgré cette nouvelle orientation, la circulation du privilège au sein de ces élites illustre un réel prolongement du processus de construction de l’État.

67Toutefois, le passage de nouveaux acteurs sur le devant de la scène s’est accompagné de l’affirmation de nouvelles méthodes de gestion. À partir des années 1640, Jean Hoeufft confie exclusivement la surveillance des opérations à des proches et associés dans ses affaires. De même, à l’image de ce qui peut être observé dans le cas du Petit Poitou, la réalisation des assèchements est de plus en plus liée au commerce européen. Non seulement Jean Hoeufft fait venir des matériaux d’Amsterdam, mais il y exporte également ses productions. L’influence néerlandaise sur les assèchements français se fait ainsi essentiellement sentir sur les aspects commerciaux et organisationnels. Il est à ce titre notable que dans ce système complexe, il ne soit fait mention que d’un seul hydraulicien néerlandais, ce qui démontre l’importance des ressources techniques françaises.

68De 1599 aux années 1650, et malgré la légère dépréciation de la livre tournois au cours de la période, les sommes investies dans les marais n’ont cessé de s’accroître. Chiffrés à quelques milliers de livres dans les années 1610, elles dépassent les 600 000 livres dans le Petit Poitou et atteignent le million à Arles au cours des années 1640. Les assèchements impliquaient la mobilisation massive de capitaux et la réunion de plusieurs investisseurs. La dimension capitalistique des travaux de drainage contribue très largement à expliquer la stabilité des cadres normatifs initialement mis en place. Dans de telles conditions, un retour sur investissement ne peut s’envisager que sur un moyen ou long terme, ce qui implique une certaine sécurité, notamment au sujet de la possession de la terre.

Notes

1 Bayard F., op. cit.

2 Edict du roy portant confirmation des édicts & déclarations, privilèges & exemptions accordées pour les desseichemens des marais du royaume depuis l’an 1599 avec augmentation d’autres privilèges, facultez & exeptions contenues audit edict, donné au mois de juillet 1656.

3 Déclaration du roy pour la continuation des privilèges concédez en faveur du desséchement des marais, 12 avril 1639.

4 Ibid.

5 Arrêt du conseil privé… portant que la dixme des fruicts qui se levent sur les terres cy-devant en marais, à présent desseichées et mises en culture dans l’estendue de la paroisse de Saint Bonnet sera payée à raison de vingt gerbes l’une, Paris, Vitré, 1651, p. 1.

6 Arrêt notable rendu au parlement de Paris qui confirme les privilèges accordés par le Roi pour les dessèchements des marais, Paris, 1654.

7 L’étude de la parentèle de Jean Hoeufft bénéficie de l’apport de l’arbre généalogique élaboré par Edouard de Dienne et publié dans son Histoire du desséchement…, op. cit., tableau A. Il doit être enrichi des nombreuses données contenues dans Elias J. E., De vroedschap van Amsterdam, 1578-1795, Haarlem, V. Loosjes, 1903-1905, 2 vol. 

8 Elias J. E, op. cit., t. II, p. 633.

9 Frederiks J. G. et P. J., Kohier van den tweehondersten penning voor Amsterdam en onderhoorige plaatsen over 1631, Amsterdam, Ten Brink & De Vries, 1890.

10 Elias J. E., De vroedschap van Amsterdam…, op. cit., p. 633.

11 Ibid., p. 599.

12 Ibid., t. 1, p. 193. Gérard Pauw était de son vivant Trésorier général de l’Epargne, conseiller et maître des comptes des domaines de Hollande et de Frise occidentale. Gérard était le fils d’Adrian Pauw (1585-1653), digne représentant de l’élite marchande néerlandaise, pensionnaire d’Amsterdam entre 1611 et 1627, puis Grand Pensionnaire de Hollande à deux reprises, entre 1631 et 1636, et entre 1651 et 1653. De nombreuses fois envoyé en ambassade à Paris entre les années 1620 et 1630, Adrian Pauw connaissait bien Jean Hoeufft.

13 Nationaal Archief, 3. 20. 26, Familiearchief Hoeufft van Velsen, pièce no 7, publié dans Dienne E. de, op. cit., p. 488-490.

14 Bottin J. et Jeannin P., « Entre conviction et réalisme : deux hommes d’affaires protestants du premier XVIIe siècle », Martiniere G., Poton D. et Souty F., D’un rivage à l’autre, ville et protestantisme aux XVIe et XVIIe siècles, Paris-Poitiers, 1999, p. 157-171 ; Bottin J., « La présence flamande à Rouen : l’hôte, l’auberge, la maison », Bottin J. et Calabi D. (dir.), Les étrangers dans la ville XVe-XIXe siècle. Minorités et espace urbain du bas Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, MSH, 1999, p. 282-298.

15 Bottin J. et Jeannin P., op. cit., p. 158 ; Stols E., De Spaanse brabanders of de handelsbetrekkingen der zuidelijke nederlanden met de iberische wereld, 1598-1648, Paleis der Academiën, Brussel, 1971, vol. 1, p. 35.

16 Bottin J. et Jeannin P., op. cit., p. 159.

17 Bottin J. et Jeannin P., op. cit., p. 162 ; Klein P. W., De Trippen in de 17e eeuw. Een studie over he ondernemersgedrag op de hollandse stapelmarkt, Assen, 1965, p. 86, 189, 326-327.

18 AN, MC LXXIII 295 et LXXIII 296, 25 janvier 1621.

19 Bottin J. et Jeannin P., op. cit., p. 165 et suiv. ; Yernaux J., La Métallurgie liégeoise et son expansion au XVIIe siècle, Liège, G. Thone, s. d., 388 p. ; Breedvelt-Van Veen F., Louis de Geer, 1587-1652, Amsterdam, H. J. Paris, 1935, 235 p. ; Dahlgren E. W., Louis de Geer, 1587-1652, Uppsala, Almqvist och Wicksell, 1923, 2 vol. 

20 Contract tot oprichting van een kopercompagnie te Amsterdam, 13 juin 1634, publié dans Dahlgren E. W., op. cit., p. 317 ; sur l’histoire des sociétés de commerce du cuivre à Amsterdam, voir aussi Elias J. E, « Contract tot oprichting van een zweedsch factorie-comptoir te Amsterdam in 1663 », Bijdragen en mededeelingen van het historisch genootschap, t. 24, 1903, p. 356-403 et Van Dillen J. G., « Amsterdamsche notarieele acten betreffende den koperhandel en de uitoefening van mijnbouw en metaalindustrie in Zweden », Bijdragen en mededeelingen van het historisch genootschap, t. 58, 1937, p. 211-301.

21 Bigot De Monville, Mémoires du président Bigot de Monville sur la sédition des nu-pieds et l’interdiction du Parlement de Normandie en 1639, publiés par Estaintot J. L, Rouen, C. Métairie, 1876, p. 43-45 et p. 81.

22 Selon F. Bayard, Hoeufft aurait également fait du commerce d’art et vendu des pièces à Ruzé d’Effiat : Bayard F. et al., op. cit., p. 60.

23 Bonney R. J., « La France et la guerre de diversion », Parker G., La guerre de Trente ans, Paris, Aubier, 1987, p. 226-238.

24 Redlich F., The german military enterpriser and his work force, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, GMBH, 1965, 1er vol. , p. 251-252; Barbour V., Capitalism in Amsterdam in the 17th century, Ann Arbor, 1963, p. 105-106.

25 Redlich F., op. cit., p. 253, 407-408.

26 Lettre de van Aerssen à M. Hoeufft, le 17 avril 1634, publié dans Groen Van Prinsterer M. G. (éd.), Archives ou correspondances inédites de la Maison d’Orange-Nassau, deuxième série, t. III, 1625-1642, Utrecht, Kemink et fils, 1859, p 53.

27 Lettre de van Aerssen à M. Hoeufft, le 5 juin 1634, publié dans Groen Van Prinsterer M. G. (éd.), op. cit., p. 58-62.

28 Lettre de Hoeufft à van Aerssen, le 28 juillet 1634, publié dans Groen Van Prinsterer M. G. (éd.), op. cit., p. 65.

29 Archives des Affaires étrangères (désormais abrégé AAE), Correspondance politique, Hollande 17, pièce 97, f° 1 v°.

30 Lettre du Maréchal de Brézé à Richelieu, le 19 novembre 1635, cité dans Avenel D.-L.-M., Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. VII, Paris, Imprimerie nationale, 1874, p. 736, note 2.

31 AAE, Hollande XVII, pièce 49.

32 Nationaal Archief, 3.20.26, dossier no 32, 8 mai 1637.

33 Nationaal Archief, 3.20.26, dossier no 32.

34 Lettres de Hoeufft à van Aerssen des 17 et 31 juillet 1637, publié dans Groen Van Prinsterer M. G. (éd.), op. cit., p. 97 et p. 101.

35 Lettre de M. Silhon au Cardinal de Mazarin, 9 septembre 1653, publié dans Groen Van Prinsterer M. G. (éd.), op. cit., t. V, p. 115.

36 Nationaal Archief 3.20.26, dossier no 32, Extrait des registres des résolutions des États Généraux, samedi 24 mars 1635.

37 Lettre de Richelieu à Bullion, le 6 février 1637, publié dans Avenel M., Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. V, Bibliothèque impériale, 1868, p. 1014.

38 Lettre de Richelieu à M. de Noyers, le 17 mai 1642, publié dans Avenel M., Bibliothèque impériale, t. VI, 1867, p. 917 ; Lettre de Richelieu au comte d’Estrades, le 13 mai 1642, publié dans Avenel M., Lettres, instructions diplomatiques…, Bibliothèque nationale, t. VII, 1874, p. 305.

39 AAE, Hollande, XIX, pièce 165, 20 juin 1637, publié dans Avenel M., op. cit., t. VII, p. 765.

40 Lettre de Richelieu au comte d’Estrades, de Rueil, le 6 janvier 1638, publié dans Estrades G. comte de, Lettres, mémoires et négociations, Londres, Nourse, 1743, vol. 1, p. 17-18 ; Lettre du comte d’Estrades à Richelieu, de La Haye, le 16 janvier 1638, publié dans Estrades G. comte de, Lettres, mémoires…, op. cit., p. 22.

41 Un point de vue néerlandais peut être apporté notamment grâce à l’étude de la correspondance de Constantin Huygens : Worp J. A. (éd.), Briefwisseling van Constantijn Huygens, tweede deel 1634-1639, ‘S-Gravenhage, M. Nijhoff, 1913, p. 7, 154, 253, 288, 326.

42 Abbrégé du compte de la recepte faitte sous le nom de Monseignr le Cardinal Mazarin depuis 1641 jusques en 1648, publié dans Dulong C., Mazarin et l’argent : banquiers et prête-noms, Paris, École des Chartes, 2002, p. 241-248.

43 Ibid.

44 Ibid, p. 242.

45 AN, E 96 A, f° 275.

46 AN, E 140 B, f° 327.

47 AN, E 140 B, f° 327.

48 AN, E 167, f° 268.

49 AN, E 199 A, f° 367.

50 Badalo-Dulong C., Banquier du roi, Barthélémy Hervart 1606-1676, Paris, Ségur, 1951, 238 p. ; Dulong C., Mazarin et l’argent…, op. cit. ; Depping G., « Un banquier protestant en France au XVIIe siècle, Barthélémy Herwarth, contrôleur général des finances (1606-1676) », Revue historique, t. X, 1879, p. 285-338 et t. XI, 1879, p. 63-80. Nous respecterons l’orthographe francisée de Hervart, dont le nom, en Allemand, s’écrit Herwarth.

51 Dulong C., Mazarin et l’argent…, op. cit., p. 15.

52 Ibid., p. 156.

53 Badalo-Dulong C., Banquier du roi…, op. cit.

54 Dulong C., Mazarin et l’argent., op. cit., p. 263-335.

55 De nombreuses informations biographiques sont contenues dans Dienne E. de, Un épisode de l’histoire de l’agriculture au XVIIe siècle. La société du desséchement général des marais et lacs de France en Basse-Auvergne, Clermont-Ferrand, 1886, p. 23 et suiv.

56 Dolza L., « Jacopo Strada : collesionismo e macchine tra Riforma e Controriforma », Mélanges de l’École française de Rome Italie Méditerrannée, t. 114, 2002, p. 493-512 ; Dolza L. et Marchis V., « Una storia a ritroso : intorno ai’disegni artificiali di tutte le sorte de mulini’dai teatri di macchine al’Album fiorentino degli Strada », Marchis V. et Dolza L. (éd.), L’album fiorentino dei’disegni artificiali, raccolti da Jacopo e Ottavio Strada, Roma, Edizione dell’Elefante, 2004, p. 71-92 ; Comet G., « Un intermédiaire culturel : l’artiste ingénieur, l’exemple de Strada de Rosberg », Histoire et société, mélanges offerts à Georges Duby, vol. 4, p. 163-172.

57 Strada a Rosberg J., La première (deuxième) partie des desseins artificiaulx de toutes sortes des moulins à vents, à l’eau, à cheval, avec diverses sortes de pompes et aultres inventions, pour faire monter l’eau en hault sans beaucoup de peine et despens […] par cy-devant faits et mis tracez par feu jacques de Strada a Rosberg, maintenant mis en lumière et publiez par Octave de Strada a Rosberg, Francfort-sur-le-Main, L. Jennis, 1617-1618, 2 vol. 

58 Strada a Rosberg J., Epitome du thrésor des antiquitez, c’est-à-dire pourtraits des vrayes médailles des empereurs tant d’Orient que d’Occident, de l’estude de Jacques de Strada, Lyon, J. de Strada et T. Guérin, 1553, 394 p.

59 AD Puy-de-Dôme 16 H 99, Inventaire après décès d’Octavio de Strada rédigé de son vivant en 1656.

60 Ibid.

61 Ibid.

62 Cf. infra, p. 128 et suiv.

63 Cf. supra, p. 114 et suiv.

64 On peut ainsi rapprocher le cas d’Octavio de Strada de celui de Diderick Hoeufft, amateur de dissertations latines : BM Carpentras, Ms. 488 : Formulae seu verba solemniara populi romani ; et Ms. 605, Antiquitates romanae earumque expositiones, 1637.

65 Josse Van Dale est l’ingénieur ayant dirigé l’assèchement des marais de Sacy-le-Grand, cf. infra.

66 Tout comme le titre de seigneur de Fontaine-le-Comte, celui de Fontaine-Peureuse semble être lié aux assèchements des marais de Sacy-le-Grand.

67 BM Arles, Fonds Véran 493, Contrat du 16 juillet 1642, p. 1.

68 Dienne E. de, Histoire du desséchement…, op. cit., p. 279.

69 Lettres patentes de Louis XIII confirmatives du contrat de desséchement des marais d’Arles du 28 août 1642, publié dans Délibération de l’association du desséchement des marais d’Arles qui Adopte le projet tendant à rendre le canal d’Arles à Bouc utile au desséchement (du 5 mars 1827), Arles, 1827, p. 50 et suiv. ; Copie de la lettre close de la Reine mère, sur les canaux creusés par Jean van Ens, 6 octobre 1648, publiée dans Délibération de l’association du desséchement des marais d’Arles…, op. cit., p. 116-117 ; BM. Arles, Ms. 873, Arrêt du conseil du roi du 14 avril 1643.

70 Serna P., Antonelle : aristocrate révolutionnaire, 1747-1817, Paris, éditions du Félin, 1997, 500 p.

71 AN, MC CXIII 422, 14 et 17 août 1646.

72 Fournier G., art. cit., p. 2-34.

73 Dienne E. de, op. cit., p. 96.

74 Ibid., p. 90.

75 AM Arles DD 88.

76 Pillorget R., Les mouvements insurrectionnels en Provence entre 1596 et 1715, Paris, Pedone, 1975, p. 528 et suiv.

77 AN, MC CXXII 445, 5 juillet 1648.

78 AN, MC CXXII 443, 13 juin 1642.

79 AN, MC CXXII 451, 14 et 17 août 1646, 26 juillet 1646. Pour l’association avec Jacques Brun pour le canal de Languedoc : AN, MC CXXII 1635, 2 mai 1644.

80 AD Puy-de-Dôme, 16 H 99, Inventaire après décès d’Octavio de Strada.

81 BnF, Ge. DD 2987 B (1323), Plan et description particulière des Marais desseichés du Petit Poictou avecq le partaige sur icelluy, faict par le sieur Siette (…), le 6 août 1648.

82 AD Bouches-du-Rhône, 5 B 26, f° 15, Enregistration de 19 escriptures privées ou acquest signées J Voorcamp ingénieur.

83 Les statuts du Petit Poictou, du 19e octobre 1646.

84 BM Arles M 393, « Reglemens et statuts faicts entre messieurs les Associez au dessechement des Paluds et marais du terroir de la ville d’Arles & les Baux, Arles, François Mesnier imprimeur du roy et de la ville », 1653.

85 Mesnard J., Pascal et les Roannez, Paris, Desclée de Brouwer, 1965, 2 vol. , 1 116 p.

86 Suire Y., op. cit., p. 63.

87 Ibid.

88 Declaration du roy, contenant la continuation des privilèges accordez pour le dessechement des marais des provinces de Poictou, Xaintonge & Aulnis, 4 mai 1641.

89 Rijksarchief in Utrecht, Huis Zuilen (désormais abrégé RUHZ), 691 et 692.

90 RUHZ, 693.

91 Rijksarchief in Utrecht, Huis Zuilen, 693.

92 Suire Y., op. cit., p. 90.

93 AM Arles DD 88, Contenances de toutes les paluds et costieres desseichées par Messieurs les associez es marets d’Arles et des Baux.

94 AM Arles DD 85, f° 39 et suiv.

95 AM Arles, DD 88.

96 BM Arles, M 393, Reglemens et statuts faicts entre Messieurs les Associez au dessechement des Paluds & Marais du Terroir de la Ville d’Arles & les Baux, Arles, par François Mesnier Imprimeur du Roy, & de la Ville, 1653.

Table des illustrations

Légende Graph. 1 – Part de chaque site dans la documentation relative aux assèchements, 1640-1660.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Graph.2 – Localisation des archives concernant les assèchements sur la période 1640-1660.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111474/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Graph. 3 – Natures des documents produits ou induits par les assèchements, 1640-1660.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111474/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Graph. 4 – Dépenses annuelles de la société pour l’assèchement des marais d’Arles, (1644-1653). Source : AC Arles, DD 88, pièce 28.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111474/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Tableau 2 – Crédits et débits entre les différents associés aux assèchements d’Arles en 1653. Source : AC Arles, DD 88, pièce 33.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111474/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search