Version classiqueVersion mobile

L’assèchement des marais

 | 
Raphaël Morera

Chapitre I. Les marais, espaces convoités

Texte intégral

Fig. 1 – Les assèchements de marais en France de 1599 aux années 1650.

  • 1 Columelle, De l’agriculture, Livre 1 V, Nisard D. (éd.), Les agronomes latins : Caton, Varron, Col (...)

1Peste, malaria, choléra, famine, pauvreté, misère, tels sont les maux jadis attribués aux marais, tourbières, ou selon une nomenclature plus scientifique, mais non plus claire, aux zones humides. Vitruve, Columelle et les auteurs anciens ne voyaient dans ces royaumes d’eaux croupissantes que des réservoirs à miasmes et vermines prêts à s’attaquer aux populations riveraines. Selon Columelle « les marais développent pendant les chaleurs de l’été des vapeurs nuisibles, et engendrent des insectes armés d’aiguillons, et dont les essaims nombreux assaillent l’homme. Les marais fourmillent encore de serpents et d’autres reptiles qui, privés de l’humidité de l’hiver, sortent de cette fange, mise en fermentation par les ardeurs du soleil. Tout cela occasionne souvent des maladies dont les causes sont tellement cachées que les médecins eux-mêmes ne peuvent pas toujours les découvrir. Il règne, en outre, dans ces contrées une sorte de remugle et une humidité qui ronge les instruments de culture, pourrit les meubles, et gâte les fruits serrés dans les greniers aussi bien que ceux qui sont laissés à découvert1 ».

  • 2 Cosgrove D., « Platonism and practicality: hydrology, engineering and landscape in sixteenth-centu (...)

2Forgé sous l’Antiquité romaine, le discours dessiccateur, hostile aux marais a été remis au goût du jour à la Renaissance, à la faveur de la redécouverte des auteurs anciens. Abrités derrière un argumentaire pré-hygiéniste, les propriétaires terriens ont lancé de vastes programmes d’assèchement de marais. Ce mouvement a été particulièrement sensible dans la plaine padane, en Italie du Nord. Le discours hygiéniste y trouvait un allié puissant à travers le néo-platonisme alors en vogue, pour qui l’assèchement des marais participait de la mathématisation du monde2. L’affirmation de la perception négative des milieux humides a accompagné et soutenu un mouvement de conquête des marais qui s’est épanoui en Europe avant de toucher le royaume de France.

  • 3 Coulondres A., « Notices sur le desséchement des étangs de Rochefort et de Pujaut », Mémoires et c (...)

3En effet, l’élan dessiccateur français n’est à bien des égards que le prolongement d’une dynamique européenne et a puisé une inspiration singulière auprès des Néerlandais. Certes, des initiatives d’assèchements sont connues dès le règne d’Henri III, mais elles sont alors encore très isolées. C’est le cas du projet d’assèchement de l’étang de Pujaut qui, débuté en 1583, ne parvint à son terme qu’au cours du XVIIe siècle3. En ce sens, le modèle des Provinces-Unies, diffusé par les exilés français, a contribué à impulser une politique d’une tout autre envergure.

  • 4 BnF Ms. Fr. 3 175, f° 179.

4En 1597, Joseph Juste Scalyger, récemment nommé professeur de philosophie à l’université de Leyde, en remplacement de Juste Lipse, écrit ainsi à Henri IV afin de l’encourager à imiter l’exemple néerlandais en lançant des « entreprises grandes et ouvrages d’eau4 ». Les suggestions de Scalyger touchent aussi bien les travaux de canalisation que les assèchements de marais et prennent appui sur l’éclatant succès des aménagements qu’il a sous les yeux depuis son installation aux Provinces-Unies. Selon lui, le desséchement des marais « essuie la terre pour la rendre labourable, et fructueuse ». Ce faisant, Scalyger prolonge et porte auprès du roi le discours dessiccateur ayant servi de support à la politique monarchique. Il précise que « les palus rendent beaucoup de mauvayses vapeurs, et infectent l’ayr ». Scalyger appuie son propos sur des exemples puisés dans l’Antiquité. En bonifiant les marais de son royaume, Henri IV s’érigerait à l’égal de Jules César, dont l’œuvre dans les marais situés « entre Taracyne et Sarmineta sur le chemin de Rome a Naples » aurait soulagé ses riverains de ses « mauvayses vapeurs » s’il n’avait été assassiné. Si la mobilisation de l’Antiquité permet d’anoblir le projet, c’est toutefois sur des exemples modernes qu’il achève sa démonstration. La Hollande suscite son admiration, car il n’y a, écrit-il, « pays au monde, quy soit plus trenché et fossoyé ». De même, la contrée de Ravenne n’est pour lui qu’une « autre Hollande en Italie ». Pour appuyer ce rapprochement, il rappelle que le grand-duc de Toscane a procédé à de nombreux assèchements « moiennant certains Hollandoys, quy y ont apporté l’industrye de leur pays ». Enfin, pour achever de convaincre Henri IV de s’attaquer à ses marais il mentionne de nombreux espaces disponibles et attractifs. Le delta de l’Aude et la Basse-Provence attirent particulièrement son attention. Le propos de Scalyger est simple : la France peut et doit se mettre au diapason des pratiques européennes en matière d’assèchement de marais. Mais précisément, en quoi ces pratiques consistaient-elles ? Plus largement, comment expliquer que la monarchie ait emboîté le pas à ses devancières européennes. Deux explications principales peuvent en ce sens être invoquées : l’éclatante réussite des projets d’assèchements sur l’ensemble du continent d’une part, et l’abondance de marais disponibles en France d’autre part.

Une dynamique européenne

5Les relations entre les sociétés et les marais obéissent à quelques principes simples commandés par des logiques économiques et sociales. En période de croissance démographique et économique les marais sont l’objet de conquête quasi systématique. Les ressources qu’ils offrent habituellement, comme la pêche ou la cueillette sont alors dépréciées face aux potentiels céréaliers qu’ils détiennent. Plus largement, l’assèchement des marais est bien souvent associé au mouvement de conquête de territoire. En revanche, les marais comptent parmi les premières terres délaissées lorsque les retournements de conjoncture surviennent, que les courbes démographiques s’inversent et que les cadres politiques vacillent. La mise en valeur des marais dépend ainsi en premier lieu de l’état des sociétés riveraines. Si les facteurs climatiques ne doivent pas être négligés, ils ne sont pas déterminants. Les débuts de l’Époque moderne s’inscrivent dans cette dynamique et dans ce type de processus avec une certaine originalité. D’une manière générale, le XVIe siècle européen, du moins dans sa première moitié, correspond à une phase de croissance qui a eu un profond impact sur les marais et autres zones humides du continent, et partant, sur la politique d’Henri IV.

  • 5 Van Dam P., « Digging for a dike. Holland’s labour market ca. 1510 », Hoppenbrowers P. et Van Zand (...)

6Pays construits sur l’eau les Pays-Bas, de la Flandre à la Frise, font figure traditionnelle de pionniers européens des assèchements de marais. Toutefois, si l’esprit de conquête n’est pas étranger à l’intense travail de drainage à des fins de mises en culture, les Néerlandais des XVe et XVIe siècles ont surtout eu à gérer l’héritage délicat de l’extraction massive de la tourbe au cours du Moyen Âge. Entre les XIIe et XVe siècles, les vastes tourbières qui recouvraient jadis les Pays-Bas ont été arasées afin d’en extraire le précieux combustible. Or, l’extraction de la tourbe est lourde de conséquences environnementales ; non seulement elle diminue mécaniquement l’épaisseur du sol, mais l’assèchement des terres qu’elle nécessite provoque un effet de subsidence, c’est-à-dire d’enfoncement des sols. L’exploitation de la tourbe est ainsi directement à l’origine de la formation et de l’agrandissement des lacs intérieurs que les Néerlandais des XVIe siècles se sont efforcés de mettre en culture. En ce sens, les assèchements s’apparentent tout autant à une défense du territoire qu’à une véritable conquête. Il n’en reste pas moins qu’ils y ont pris un caractère massif, dès la fin du Moyen Âge. Ce mouvement était rendu nécessaire par le maintien d’une certaine pression démographique. D’une part, la demande en denrées alimentaires se maintenait et d’autre part la main-d’œuvre demeurait disponible. Petra van Dam a ainsi récemment mis en évidence l’importance du travail saisonnier dans les travaux de poldérisation, ainsi qu’un processus de spécialisation régionale dû à une évolution de l’agriculture au nord de l’IJ au cours du XVe siècle5. Chaque été, de nombreux paysans pouvaient ainsi quitter leur village pour travailler sur les digues.

  • 6 Van De Ven G. P., Man made Lowlands. History of water management and land reclamation in the Nethe (...)

7Dès le XVe siècle, les autorités portèrent un soin attentif à l’entretien des Nouvelles Dunes6. En Hollande du Nord, certaines furent renforcées par des digues, tandis que d’autres furent relevées après des affaissements. Surtout, les autorités firent procéder à la plantation de carex des sables. Ces plantes plongent leurs racines profondément dans le sol et peuvent résister à une sécheresse relative. Elles participent ainsi activement à la stabilisation des cordons dunaires en luttant contre l’érosion éolienne et l’action de la mer. L’entretien du cordon dunaire ne constitue cependant pas l’aspect le plus spectaculaire de l’action entreprise pour gagner des terres sur les eaux. La bonification des terres par l’assèchement, gravitaire ou à l’aide de moulins, s’est en effet développée dans des proportions considérables.

8Les moulins à vent constituent le symbole de la Hollande et, par extension, des Pays-Bas. En Hollande du Nord, dès le début du XVe siècle, le drainage gravitaire s’est révélé impossible. La subsidence des tourbières était si forte que les zones convoitées étaient descendues en dessous du niveau de la mer. Dans ces conditions, les anciennes tourbières formaient des cuvettes desquelles il était impossible d’extraire l’eau. Les émissaires potentiels des eaux de drainage s’écoulaient généralement quelques mètres au-dessus d’elles. Seuls les moulins pouvaient remonter l’eau du fond de ces cuvettes et la déverser dans un canal ou une rivière coulant à proximité. Le premier moulin à vent utilisé dans un programme d’assèchement est mentionné dans les sources écrites à Alkmaar en 1408. Le succès de l’opération explique la diffusion assez rapide du procédé à l’échelle de la Hollande. Dans les années qui suivent, un deuxième moulin est mentionné à Zoeterwoude dans les environs de Leiden ; en 1413, un troisième est bâti à Schipluiden à proximité de Delft et en 1422, un quatrième est édifié sur une île de l’embouchure de l’Ijssel au sud de Rotterdam. Par la suite, le moulin des polders s’est rapidement diffusé dans l’ensemble de la Hollande, si bien que dans le Rijnland seulement on n’en dénombre pas moins de vingt-cinq en 1500. À partir des années 1430-1450 s’est également développé le moulin à gouvernail, permettant d’orienter les ailes du moulin en fonction de la direction du vent. Repéré pour la première fois dans la région d’Albwasser, il s’est épanoui entre 1470 et 1520 dans les environs d’Utrecht.

9Le recours aux moulins offrait de nouvelles possibilités en termes d’assèchement et d’aménagement hydraulique, mais il présentait de réelles contraintes d’usage. L’évacuation de l’eau par les moulins présuppose en effet qu’elle soit auparavant collectée et rassemblée à proximité immédiate du moulin afin qu’il puisse réaliser le pompage. En d’autres termes, le drainage par moulin implique l’élaboration de réseaux hydrauliques fermés et protégés par des digues. À cette contrainte technique s’ajoute une contrainte économique. La construction d’un moulin représente en effet un lourd investissement qui demande la coopération de plusieurs investisseurs. Les moulins ne sont donc jamais mis au service d’une collectivité mais toujours implantés par des propriétaires privés, si bien qu’il est impossible d’en bénéficier sans participer aux frais de construction et d’entretien. Les impératifs techniques et économiques se rejoignent ainsi, et imposent de clore l’espace drainé par les moulins à l’aide de digues, elles aussi entretenues par les investisseurs. Le drainage par moulin est donc en règle générale lié à des entreprises de type capitaliste. Cette évolution est de la même manière nécessaire pour l’aménagement des réseaux de drainage à l’intérieur du polder.

10Une fois drainée, l’eau est reversée dans les canaux de drainage aménagés et entretenus par différents conseils régionaux. Le développement des polders repose ainsi sur le bon fonctionnement des institutions de régulation de drainage et de maîtrise de l’eau. Afin que les travaux de bonifications soient rentables, il importe en effet que le niveau de ces canaux soit suffisamment bas pour que l’eau puisse y être injectée et donc qu’ils soient curés régulièrement. De même, le fait qu’aucun obstacle aux écoulements ne soit toléré demande une surveillance régulière des aménagements. Parmi eux, les écluses, qui prennent la forme de vannes ou de buses, figurent en bonne place. Interface entre les eaux intérieures et extérieures, elles doivent avoir une capacité suffisante et être maintenues en bon état afin que les eaux intérieures ne restent pas bloquées et ne se déversent sur les zones normalement asséchées. Les dessèchements des mers intérieures symbolisent à eux seuls l’effort des Néerlandais pour bonifier et aménager leurs pays. S’il s’agit de l’aspect le plus spectaculaire des moyens alors mis en œuvre, ils ne s’y réduisent pas. Les côtes et les lits des rivières ont également connu de profondes mutations au cours de la même période.

11Le processus de poldérisation du delta de la Meuse remonte au XIVe siècle. La reconquête de la seigneurie de Zwijndrechtse, à la suite d’une inondation survenue en 1322, en offre un bel exemple. En 1331, soit moins de dix ans après l’ennoiement des terres, le comte de Hollande, Guillaume III, accorde un privilège à cinq entrepreneurs désirant conduire le dessèchement. Ceux-ci prévoient d’emblée de se répartir les terres à l’issue des travaux en fonction de leur qualité. Ils obtiennent également le droit de procéder à la nomination d’un maître des digues chargé de surveiller les aménagements en échange d’une rétribution financée par les différents entrepreneurs. Le comte leur accorde donc une totale autonomie, au point de leur octroyer la seigneurie sur les parts qu’ils possèdent dans le polder. De même, les entrepreneurs pouvaient envoyer un représentant au conseil de l’eau de la région.

  • 7 Estimations d’après De Vries J. et Van Der Woude A., The First Modern Economy. Success, Failure, a (...)
  • 8 Faber J. A. et al., « Population Changes and Economic Development in the Netherlands: A Historical (...)

12Les Néerlandais ont ainsi bénéficié d’innovations aussi bien techniques qu’économique qui ont conduit à une mutation environnementale radicale. Par l’assèchement de lacs intérieurs ou la création de polders dans les estuaires hollandais, les XVIe et XVIIe siècles ont été marqués au nord de l’Escaut par un mouvement de conquête de terres sans précédents. Entre 1540 et 1640, on estime ainsi à 122 169 ha la surface de terres gagnées sur les eaux, dont 31 528 par le dessèchement des lacs intérieurs et 90 641 par gains de terres sur les côtes7. Cet essor s’est d’autant plus imposé qu’il a accompagné une croissance démographique continue au cours de la période. Entre 1500 et 1650, la population néerlandaise a presque doublé, passant de 900 000 à 1 850 000 habitants, selon les estimations les plus basses, offrant ainsi une main-d’œuvre abondante aux travaux hydrauliques et assurant des débouchés aux produits des terres nouvellement mises en culture8.

  • 9 Ciriacono S., « Venise et la Hollande, pays de l’eau. XVe-XVIIIe siècles », Revue historique, no 5 (...)
  • 10 Romano R., Tra due crisi : L’Italia del Rinascimento, Torino, 1971, p. 56-57.
  • 11 Cazzola F., « Bonifications, investissements fonciers et problèmes hydrauliques dans la basse vall (...)

13Dans l’autre pays de l’eau qu’est l’Italie du Nord, les réseaux hydrographiques ont également été profondément modifiés au cours de la première modernité. Salvatore Ciriacono estime ainsi qu’au cours du XVIe siècle près de 77 000 ha de terres ont été asséchées dans le territoire de la République de Venise, dans les terres basses de l’intérieur, mais surtout dans les territoires de Padoue et de Rovigo9. Cela représente ainsi plus de la moitié des 150 000 ha de terres bonifiées entre 1500 et 1800 dans la région10. À Venise, ce mouvement de conquête s’appuie sur le travail de magistrature spécialement dédiée comme les Savi ed Esscutori alle acque qui ont en charge la conservation de la lagune. En 1556, la République leur adjoint trois Provveditori ai beni inculti. Les différents magistrats peuvent s’appuyer sur un personnel spécialement dédié et hautement spécialisé. Au cours du XVIe siècle, la gestion des eaux reste, dans la région, l’affaire des communes. Ce n’est ainsi qu’en 1580 que le duc de Ferrare réorganise son administration par une législation sur les Lavorieri del Po facilitant la gestion des eaux11.

14Si le duc de Ferrare et la République de Venise prennent le soin de mieux contrôler la gestion des eaux, il revient à des intérêts strictement privés de conduire les grandes opérations d’assèchement. Ces derniers s’organisent au sein de consorzio di bonifica et se distinguent nettement des travaux d’endiguement des cours d’eau qui restent sous la responsabilité des autorités publiques. À Venise, le patriciat urbain, figure logiquement parmi les principaux investisseurs dans les opérations de bonifications. Giacomo Barbarigo a ainsi créé une société pour l’assèchement d’une partie des terres de Rovigo, et Alessandro Bon une autre pour drainer des marais entre la Bacchigione et le Pô. Dans les duchés de Ferrare, Parme et Mantoue, des initiatives notables reviennent à des fermiers ducaux, comme Pellegrino de Micheli qui a fait collaborer les trois duchés pour l’assèchement de la plaine de Reggiane entre 1566 et 1576. En contrepartie de la conduite de ce projet, il réclamait 10 % des terres asséchées. À la même époque, Isodoro del Portello se propose d’assécher 30 000 ha de terres dans les environs de Ferrare en échange de la moitié des terres.

  • 12 Ciriacono S., Acque et agricultura, op. cit., p. 246.
  • 13 Darby H. C., op. cit.
  • 14 Lemeunier G., « Drainage et croissance agricole dans l’Espagne méditerranéenne (1500-1800) », Ciri (...)

15En Italie comme aux Pays-Bas, les assèchements de la première modernité ont reposé sur des constructions institutionnelles originales et des investissements capitalistes très importants. Dans les deux cas, ils ont provoqué des mutations environnementales rapides et durables. De ces deux exemples, il ne faudrait cependant pas retenir que la diffusion des assèchements était limitée aux régions gagnées sur les eaux. En effet, les bonifications ont concerné l’ensemble des pays européens et pas seulement ceux dans lesquels l’État s’est construit en partie autour des problématiques de gestion de l’eau. Au XVIe siècle, une immigration hollandaise s’est ainsi accompagnée d’un vaste mouvement de poldérisation sur les côtes allemandes de Frise orientale et du Schleswig-Holstein12. Au total, entre les XVIe et XVIIe siècles, on estime qu’environ 40 000 ha de terres y ont été asséchés. De même, et dans un tout autre contexte institutionnel, la monarchie anglaise a encouragé les assèchements dès les années 1580 et a favorisé l’assèchement des Fens, sur une superficie de 700 000 acres au cours du XVIIe siècle13. Si les pays d’Europe du Nord se sont particulièrement investis dans de tels travaux, il convient cependant de ne pas omettre les programmes conduits en Espagne, dont le succès, il est vrai, a été beaucoup moins évident14.

En France, des marais disponibles

  • 15 BnF, Ms. Fr. 16 740, f° 38.

16Pour que le roi prenne des dispositions favorables aux assèchements, encore fallait-il qu’il ait connaissance et conscience d’une telle possibilité. À l’exception de la lettre de Scalyger, aucun document antérieur à l’édit de 1599 ne laisse penser qu’une quelconque enquête ait été menée pour tâcher de quantifier les terres disponibles et susceptibles d’être asséchées. Toutefois, ce travail d’estimation globale a bien été fait au cours du XVIIe siècle dans le but de justifier et d’encourager les assèchements. Dans une lettre adressée à la Régente, écrite dans les années 1610 afin d’obtenir de nouveaux soutiens en vue des assèchements qu’il est en train de réaliser, Bradley chiffre ainsi la superficie des marais à dessécher dans l’ensemble du royaume à plus d’un million d’arpents et s’appuie pour cela sur une visite systématique des marais à conquérir15.

  • 16 Estimations d’après De Vries J. et Van Der Woude A., The First Modern Economy, op. cit., p. 32.

17On trouve cependant des estimations plus précises dans les archives du chancelier Séguier. Dans un document non daté, mais écrit au cours des années 1630, sont ainsi recensés les principaux marais encore à dessécher sur le domaine royal. Il apparaît ainsi que Séguier pouvait évaluer la quantité de terres disponibles pour les assèchements à près de 130 000 ha, soit près 1 300 km² et 200 km² de plus que l’ensemble des assèchements réalisés dans les Provinces Unies entre 1590 et 166516. Ainsi surgit l’ampleur de la manne estimée par les promoteurs des assèchements français du Grand Siècle. Dans leur diversité et dans leur masse, les marais apparaissent comme autant de mines à exploiter et de filons à creuser. Les exemples étrangers et la très grande quantité de terres disponibles pouvaient aisément justifier la promotion de la bonification des terres à grande échelle. Est-il pour autant possible d’affirmer que ces terres apparemment libres étaient vierges et inexploitées ? Dit autrement, pourquoi une telle quantité de terres a-t-elle été placée dans le collimateur des dessiccateurs ?

Provinces

Superficies des marais en arpents

Superficies en hectares

Poitou

118 400

40 256

Guyenne

24 000

8 160

Aunis

31 000

10 540

Languedoc

21 000

7 140

Provence

50 000

17 000

Normandie

60 000

20 400

Bretagne

40 000

13 600

Dauphiné

15 000

5 100

Picardie

8 000

2 720

Gâtinais

7 000

2 380

Berry

4 000

1 360

Auvergne

2 000

680

Total

380 400

129 336

Tableau 1 – Superficie des marais convoités dans les années 1630. Source : BnF, Ms. Fr. 17 342, f° 396 : Pour le desseichement des Marais en Poitou.

18Ces questions nécessiteraient une approche globale qui dépasse le cadre de cet ouvrage. Toutefois, à travers les neuf sites sur lesquels cette étude est fondée, des éléments de réponses peuvent être avancés. Il ressort ainsi que les marais sont pour la plupart aménagés à leur périphérie, que l’activité piscicole y est structurante et que la mise en culture y est rare. Dans les marais les plus importants, les méthodes traditionnelles de gestion sont en échec au début du XVIIe siècle. En ce sens, l’analyse des neuf sites asséchés au cours de la période à la veille de leur bonification par les dessiccateurs fait clairement apparaître la prédominance d’une mise en valeur extensive des marais par des puissances économiques et politiques strictement locales et une absence patente d’investissement productif.

Des territoires utiles

19Malgré le rejet dont ils ont fait l’objet dès le début de l’Époque moderne, les marais et étangs, tout comme l’ensemble des zones humides, ont toujours été des espaces économiquement rentables. Certes, la céréaliculture ne pouvait y être que marginale, mais les zones humides accueillaient des activités fondamentales à l’équilibre des sociétés rurales et offraient des ressources recherchées. La pêche figurait ainsi en bonne place. Au cours du Moyen Âge s’est affirmé un processus généralisé en France de création d’étangs voués à la pisciculture, notamment de la carpe. De nombreux marais furent aménagés, voire créés à cette fin, dès le Xe siècle. De même, les marais n’ont cessé de servir de réserve cynégétique au service des communautés rurales comme des seigneurs. La cueillette des roseaux participait également de la rentabilité des marais. Enfin, les parties les plus hautes des marais pouvaient être assez aisément couchées en prairie afin d’alimenter un élevage bovin ou équin croissant à la faveur de l’urbanisation. En dépit de l’opprobre qu’ils ont suscité à partir du XVIe siècle, les marais n’étaient donc pas des espaces improductifs et pouvaient à ce titre être savamment entretenus.

20Les marais étaient en général contrôlés par les seigneurs qui souhaitaient en tirer les meilleurs fruits possibles. En ce sens, ils ne se distinguaient guère des autres parties des terroirs exploités de manière plus intense : les marais étaient soumis aux mêmes règles que les différentes parties des seigneuries. Ils pouvaient ainsi ressortir de la directe d’un seigneur comme être intégrés à sa censive. Dans le Sud de la France, certains marais constituaient même des alleux, dépourvus de tout droit seigneurial. Les marais suburbains appartenaient bien souvent en propre aux Villes qui pouvaient les arrenter librement. Toutefois, il semble que les communautés monastiques aient été très bien représentées dans les zones humides, en vertu des conquêtes qu’elles y avaient menées au Moyen Âge.

21À l’image de l’ensemble des parties d’une seigneurie, les marais étaient soumis à des usages collectifs à la réglementation parfois floue. La pratique d’une pêche et d’une cueillette librement pratiquées par les riverains semble ainsi avoir été généralisée. Les marais sont en effet des territoires beaucoup moins facilement contrôlables que les parties sèches d’un territoire, ne serait-ce qu’en raison du caractère mouvant des parcelles et des difficultés rencontrées lors des bornages. D’une manière ou d’une autre, les marais se trouvaient donc nécessairement intégrés à l’économie seigneuriale, non pas par défaut, mais en raison de leur utilité. Cette dernière provenait enfin du statut de variable d’ajustement des marais. En effet, en période de crue démographique ils pouvaient être convertis en terres pâturables, voire arables, grâce au travail d’une main-d’œuvre plus nombreuse. À l’inverse, ils étaient rapidement abandonnés en phase de recul démographique. La convoitise que les marais suscitaient ne doit ainsi pas masquer leur réelle utilité dans le cadre de l’économie seigneuriale. Les marais visés par la politique d’assèchement initiés par Henri IV méritent ainsi d’être insérés dans ce contexte.

  • 17 AD Seine-Maritime, 9 H 1273, cité dans Penna B., Le marais Vernier : dix siècles d’évolutions pays (...)

22Rentables, la pêche et la pisciculture justifiaient à elles deux l’entretien des marais. Dans certains cas, comme dans celui du marais Vernier, elles étaient même à l’origine des aménagements hydrauliques. En effet, l’ancien méandre de la Seine est dominé par une Grand Mare. Comme de nombreux aménagements hydrauliques, elle est mentionnée dans les sources écrites dès le XIIe siècle. Sans doute aménagée dès le Xe siècle, elle n’a depuis jamais cessé d’être entretenue. Son fonctionnement a même été amélioré au cours du XIVe siècle. En 1365, Robert de Bézu, seigneur de la Mare, obtint ainsi des religieux de Jumièges de nouveaux droits destinés à faciliter le renouvellement des eaux de la Grand Mare. Il fut alors autorisé à creuser « quatre ruyaux », ou fossés, à travers leurs terres afin de relier la mare à la Seine17. Ils correspondent aujourd’hui aux quatre rus situés au nord de la Grand Mare. Leur creusement est respectueux de la topographie du marais Vernier. Son altitude étant plus basse à ses rebords qu’aux rives de la Seine, l’eau s’écoule naturellement dans la Grand Mare. Les nécessités de la pêche imprégnaient donc les structures hydrauliques du marais. Elle n’était cependant pas le seul espace pêché. L’ensemble des fossés devait en effet être équipé pour cela. Les ressources halieutiques que le marais apportait à l’ensemble de ses riverains pouvaient largement expliquer qu’il fût maintenu en l’état. Roseaux, poissons, oiseaux sauvages, et prairies se nourrissaient du marais. Les gains qu’ils rendaient possibles motivaient le soin particulier qui lui était apporté. En raison de l’absence de digue de protection, il demeurait à la merci d’un flot puissant ou d’un débordement de la Seine qui pouvaient à tout moment, mais temporairement, bouleverser les usages dominants.

  • 18 D’après Roucaute E., « Gestion et exploitation du marais arlésien au Moyen Âge », Burnouf J. et Le (...)

23À Arles jusqu’au début du XVIIe siècle, la gestion de l’eau était également mise au service d’un mode de faire-valoir laissant toute leur place aux zones humides. La gestion du temporel de l’abbaye de Montmajour le fait clairement apparaître. Les premiers droits de l’abbaye concernant la pêche remontent au XIe siècle. Elle n’a par la suite jamais cessé de les faire valoir, soit par l’exploitation directe, soit par l’affermage de ses étangs, même si entre les XIe et les XVe siècles, les droits des Arlésiens sur les possessions de l’abbaye ne cessent de se renforcer. La pêche dans les marais joue un rôle important dans l’économie locale comme dans les ressources propres de l’abbaye de Montmajour. À ses côtés la chasse du gibier d’eau et la cueillette de plantes caractéristiques des milieux humides (sagne, pabel, osier, ciguë) sont également significatives de l’exploitation extensive du marais. Enfin, les parties les moins humides du domaine peuvent être consacrées au pâturage des bovins et des équidés, les brebis ayant suffisamment d’espace disponible sur le plateau de la Crau18.

24Le cas de l’abbaye de Montmajour n’est pas isolé. Les trinitaires d’Arles fournissent un autre exemple de ce mode d’exploitation. Leur monastère se situe dans le Plan du Bourg, mais ils sont possessionnés en plusieurs endroits du territoire d’Arles et notamment à l’entrée de la vallée des Baux. Ils y possèdent un vaste étang dont ils revendiquent la jouissance depuis 1318 et qu’ils nomment couramment la pêcherie du « pas de Barbegau » situé de part et d’autre du pont de Barbegal et s’étendant sur une surface de 39 ha. Les archives des Trinitaires permettent de suivre sur une période relativement longue les profits tirés de cette exploitation. Entre le milieu du XVIe siècle et le milieu du XVIIe siècle, il apparaît que son rapport en espèces sonnantes et trébuchantes était relativement modeste : l’équivalent de trois setiers de blés les meilleures années et fréquemment de 1,5 setier. Cette relative faiblesse de rentrée pécuniaire est compensée par de grosses livraisons de poissons. Lorsque le montant des versements en nature est précisé, les Trinitaires ne récupèrent en effet jamais moins de cent anguilles à l’année, ce qui laisse supposer une production bien supérieure de l’étang. L’importance des livraisons en nature est d’ailleurs soulignée dans deux baux successifs passés en 1653. Le premier reprenait les clauses habituelles, mais en raison de l’assèchement de la zone, l’étang avait été transformé en terre arable ou en prairie. Faute de poissons, les Trinitaires demandent donc le versement de 200 livres tournois, soit l’équivalent de 10 setiers de blés au prix de cette année.

  • 19 AD Bouches-du-Rhône 1 F 99, pièce 7.
  • 20 Ibid., f° 3 v°.
  • 21 Ibid.

25Des pêcheries étaient également aménagées dans le Plan du Bourg. Dans ce quartier, la ville d’Arles détenait une partie de l’étang du Galéjon ainsi qu’un « bras mort » du Rhône19. En 1609, le Parlement d’Aix lui confirme ses droits aux dépens des habitants d’Istres qui venaient braconner dans son étang20. Le produit de ces étangs est âprement disputé et la ville d’Arles doit régulièrement faire valoir ses droits auprès des juridictions compétentes. L’arrêt de 1609 est en effet fondé sur une décision du 8 janvier 1582 qui protégeait déjà les intérêts des Arlésiens21. La pêche constituait donc une ressource appréciable pour les propriétaires terriens. Étangs et roubines affermés à des habitants d’Arles ou à d’autres propriétaires procuraient des revenus substantiels, d’autant plus que les aménagements nécessaires à la pêche ne demandaient pas de très lourds investissements.

Graph. 1 – Le produit de la ferme de la pêcherie de Barbegal. Sources : Archives des trinitaires d’Arles, AD Bouches-du-Rhône, 51 H 161 ; BAEHREL (R.), Une croissance…, op. cit., p. 554.

  • 22 Trément F. et al., « Un ancien lac au pied de l’oppidum de Gergovie (Puy-de-Dôme). Interactions so (...)
  • 23 Tours G. de, Historia Francorum, V, 25, 33, cité dans Trement F. (dir.), « Un ancien lac… », p. 34 (...)

26Si les marais étaient prioritairement destinés à la pêche et à la pisciculture, il en allait a fortiori de même des lacs, comme celui de Sarliève. Situé dans les environs immédiats de Clermont-Ferrand, à 345 m d’altitude, le lac de Sarliève fait figure de lieu montagnard et exotique pour des dessiccateurs plus habitués aux estuaires et autres marais littoraux22. Le lac de Sarliève constitue la limite occidentale de la plaine de la Limagne, au pied du plateau de Gergovie. Le site de l’ancien lac forme une cuvette d’environ 5 km² de superficie drainant un bassin-versant de 28,80 km², et borné par les puys d’Anzelle et de Bane à l’est, et celui de Gergovie à l’ouest. Si le niveau et l’exploitation du lac ont connu de notables évolutions, il SEMBLE être retombé sous l’emprise des eaux à partir du Ve siècle. Ainsi, à la fin du VIe siècle, Grégoire de Tours mentionne des pluies diluviennes ayant causé la destruction de récoltes de bétails et d’habitations sur l’ensemble de la Limagne23.

  • 24 Fournier G., « Sarliève, un lac au Moyen Âge », Association du site de Gergovie, Clermont-Ferrand, (...)

27Les premières mentions historiques d’établissements monastiques remontent à la deuxième moitié du Xe siècle et à la première du XIe siècle24. Le cartulaire du monastère de Sauxillanges mentionne des possessions sises sur les rives du lac. Les moines s’y réservaient une partie de la coupe des roseaux et du produit de la pêche. Jusqu’au XIIIe siècle, il semble cependant que les principaux bénéficiaires de l’exploitation du lac aient été les seigneurs laïcs locaux et le roi qui en confiait l’exploitation à ses agents. Les religieux s’y intéressèrent également de très près. Les Prémontrés de Saint André de Clermont s’y installèrent dès le XIIe siècle au point d’en devenir les plus gros propriétaires.

28La croissance économique et démographique du XVIe siècle s’accompagne du retour en force des communautés rurales et de leurs seigneurs qui ne cessent d’obtenir de nouveaux droits de pêche et de pacage en bordure du lac, aux dépens des moines, nonnes et chanoines. En 1561, le seigneur et la communauté d’Aubière passent ainsi un accord à propos des prés de la Ronzière, situés au nord-ouest du lac. De même, au plus tard en 1625, les consuls de Pérignat obtiennent du sénéchal la reconnaissance de leur propriété sur les prairies riveraines du lac. Cette offensive est si forte que les prémontrés de Saint-André se trouvent dans l’obligation de réaliser une importante série de faux afin de justifier leur possession. Grâce au talent de leurs faussaires, ils parviennent à protéger la portion du lac qu’ils revendiquaient et qu’ils estimaient au quart de sa superficie.

  • 25 AD Puy-de-Dôme, 16 H 100.
  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid.
  • 28 Désormais nous utiliserons les abréviations suivantes : lt. pour livres tournois, s. pour sesterce (...)
  • 29 AD Puy-de-Dôme, 16 H 99.

29Les archives des Prémontrés de Clermont permettent de se faire une idée des revenus qu’ils tiraient de la pêche. En 1594, l’abbé reconnaît avoir perçu les 10 sous de rente que lui devait un certain Richard, pêcheur sur le lac25. En juillet 1604, Jehan Bourlin confesse avoir reçu « d’Anthoine Reynaud de la Roche » la somme de six livres en guise de droits de pêche26. En 1614, le même de la Roche verse même la somme de 15 lt. au fermier de Monseigneur l’abbé de Saint-André27. En 1612, l’abbesse de l’Esclache entreprend une procédure contre son fermier en raison du non-versement de sa redevance de 8 lt.28 par an. C’est d’ailleurs en raison de cette défaillance des fermiers que les religieuses donnent leur bénédiction aux dessiccateurs, qui s’engagent de leur côté à verser régulièrement les 8 lt. de rente29. S’il est impossible d’estimer le profit total de la pêche, il ressort qu’elle était affermée, pour des montants modestes, à une multitude de petits pêcheurs. Dans certains cas, les fermes étaient accordées à de gros fermiers qui à leur tour procédaient à de nouveaux affermages. Les religieux en tiraient ainsi des revenus réguliers.

  • 30 Natura 2000, fiche du site FR9112016 (Étang de Capestang), http://natura2000.environnement.gouv.fr (...)
  • 31 Langumier J., Survivre à l’inondation : pour une ethnologie de la catastrophe, Lyon, ENS éd., 2008 (...)
  • 32 Caucanas S., Moulins et irrigation en Roussillon du IXe au XVe siècle, Paris, CNRS, 1995, 421 p.
  • 33 AD Aude, S 1021, Rapport signé Desplaces, 3 mai 1843, cité dans Derruau M., « Géomorphologie et hi (...)
  • 34 Derruau M., « Géomorphologie et histoire de l’étang de Capestang », Bulletin de la société langued (...)

30Dans cet ensemble, l’étang de Capestang se singularise nettement. Vaste cuvette submersible distante de 20 km des côtes, il s’intègre dans l’ensemble des zones humides situées dans la basse vallée de l’Aude30. Deux sources le rechargent en eau : les écoulements issus de son propre bassin-versant et les crues de l’Aude. Fleuve pyrénéen très chargé en sédiments de toutes espèces, l’Aude a construit un véritable delta dont la tête est proche de Sallèles-d’Aude. Son régime quasi torrentiel provoque régulièrement des crues ravageuses souvent accompagnées de défluviation31. Le cours actuel, qui rejoint la Méditerranée au grau de Vendres, n’est ainsi que le dernier avatar d’errements séculaires qui ont perduré jusqu’à une date récente au moment des assèchements32. Les errements du cours de l’Aude révèlent l’importance de l’empreinte qu’elle a laissée sur la région. C’est toute la plaine située à l’est de Capestang et de Narbonne qui a été recouverte des alluvions d’origine pyrénéenne. La fixation du cours actuel de l’Aude, au milieu du XIVe siècle, est directement liée à la formation de l’étang de Capestang. En se frayant un nouveau chemin dans son delta, l’Aude a obturé l’espace de l’étang par le développement de son bourrelet alluvial. Par ailleurs, les changements du régime fluvial liés à l’extension du delta ont contribué à ennoyer de manière permanente l’étang de Capestang. Situé aux confins du delta de l’Aude, il ne bénéficie pas d’apports en alluvions aussi réguliers que la majeure partie du delta, si bien que son niveau relatif tend à s’abaisser. De la sorte, les eaux s’y écoulant s’y trouvent piégées comme dans une cuvette cernée de terres désormais plus hautes. Un rapport de 1843 rapporte ainsi que, entre 1700 et 1800, le niveau du delta s’est élevé de plus de 2 m, renforçant ainsi la vocation de cuvette de l’étang de Capestang33. Le delta de l’Aude est donc une création récente, restée à l’écart des grands mouvements d’aménagements des zones humides observés dans la région bien avant le XVIIe siècle34. Des salines sont restées de fait en place sur l’étang de Capestang jusqu’aux assèchements entrepris par Bradley et ses associés. Lorsque les dessiccateurs modernes décident donc de prendre pied en Languedoc, ils investissent un site jusque-là épargné.

  • 35 Lavaud S., « La palu de Bordeaux aux XVe et XVIe siècles », Annales du Midi, Privat, Toulouse, t.  (...)

31Tourbage, pêche, navigation, cueillette, les modalités traditionnelles de l’exploitation des marais se satisfaisaient d’aménagements limités et de petites dimensions en comparaison des grandes infrastructures hydrauliques nécessitées par les assèchements. Cependant, au gré des saisons et à la faveur des bonnes ou des mauvaises années, il a toujours été possible de mettre en culture des marais ou d’y faire paître du bétail grâce à des aménagements hydrauliques limités. Dès le Moyen Âge, les marais de Bordeaux semblent avoir été exploités de la sorte35. Les jurats veillaient à l’entretien des nombreux cours d’eau du marais dont la majeure partie de l’espace bénéficiait du statut de paduen de la vila, c’est-à-dire de biens communaux. Les marais étaient alors situés sur le territoire de la paroisse de Saint Remi dont ils constituaient une protubérance au-delà des limites de la ville. À la lecture de la documentation écrite, Sandrine Lavaud distingue trois espaces bien distincts au sein des marais eux-mêmes. Une zone cultivée en vigne et une autre pâturée s’opposent ainsi à un terrain proprement marécageux. Dès la fin du Moyen Âge, plus de la moitié des marais de Bordeaux sont ainsi mis en culture. Les pieds de vignes s’épanouissent sur le bourrelet alluvial qui borde les marais, tandis que des prairies sont entretenues dans les terrains bas les plus facilement aménageables. De fait, dès que cela est possible, les ceps colonisent les territoires suburbains de Bordeaux. À cette zone cultivée ou pâturée, s’oppose une zone marécageuse dont le cœur subsiste encore de nos jours sur l’emplacement de la réserve naturelle de Bruges.

  • 36 AD Gironde, H 574, f° 38 et G 123, cité dans Lavaud S., op. cit.
  • 37 Dion R., Histoire de la vigne et du vin en France : des origines au XXe siècle, Paris, 1959, 771 p
  • 38 AD Gironde, G 123, 3 mai 1619, cité dans Lavaud S., op. cit.
  • 39 AD Gironde, H Jésuite Collège, liasse 95, 18 juin 1619, cité dans Lavaud S., op. cit.
  • 40 AD Gironde, H Jacobins, liasse 34, article XI, 1er juillet 1647, cité dans Lavaud S., op. cit.

32D’après une enquête datée de 1600, il s’avère que les parties basses du marais de Bordeaux étaient recouvertes de roseaux et de joncs36. Les barraux, espaces enclos, drainés et convertis en prés de manière temporaires étaient les seuls aménagements d’alors. Le drainage de ces quelques prairies était assuré par des canaux dont les percintes, ou levées, encadraient l’écoulement. Le paysage suburbain de Bordeaux reflète alors les grandes caractéristiques de l’histoire économique de la ville. La plantation de vigne sur le bourrelet alluvial remonte en effet au XIIIe siècle et à l’essor de l’exportation du vin vers l’Angleterre37. Cette colonisation a été continue jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Le maintien d’une part importante du territoire en l’état de marais s’explique en partie par le fait que joncs et aubiers utilisés dans l’entretien des vignes poussent dans les zones humides. La vocation vinicole de la ville a en partie conditionné sa croissance et créé d’autres besoins. La persistance des prés suburbains s’explique de la sorte par les nécessités de l’embouche du bétail vendu et consommé à Bordeaux. En 1619, dans le cadre d’un procès qui l’oppose à Conrad Gaussen, le cardinal de Sourdis peut ainsi légitimement se prévaloir des revenus qu’il tire de la fenaison38. De même, la pêche était très pratiquée dans les environs de Bordeaux et, comme partout ailleurs dans le royaume, fournissait des revenus sûrs et appréciés, bien après les travaux d’assèchement39. Publié en 1647, le règlement du syndicat des marais de Bordeaux et de Bruges s’offusque ainsi que des inconnus fassent « entrer l’eau de la rivière et par conséquent le poisson » à l’intérieur des marais40. Si l’importance de la vigne signe la spécificité bordelaise, la logique d’exploitation d’ensemble renvoie parfaitement à ce qui peut être observé dans d’autres marais suburbains.

33La pêche, les pâturages, mais aussi la cueillette des roseaux offraient ainsi des ressources appréciées des riverains des marais justifiant leur entretien et dissuadant de toute entreprise d’assèchement. Ces types d’exploitations étaient d’autant plus attractifs qu’ils ne nécessitaient que des investissements très modestes, largement à la portée des élites locales, et ne demandaient aucune forme d’organisation spécifique. Pour autant, ces marais n’étaient pas délaissés et étaient, au moins à leurs marges, aménagés.

Des natures construites

  • 41 Penna B., op. cit., p. 19 ; Manneville O. (coord.), Le monde des tourbières, Paris, Delachaux et N (...)
  • 42 Meybeck M., Marsily G. de et Fustec E., La Seine en son bassin. Fonctionnement écologique d’un sys (...)
  • 43 Guézennec L. (coord.), Seine-Aval : un estuaire et ses problèmes, Plouzané, IFREMER, 1999, p. 6-7.
  • 44 AD Seine maritime, 9 H 1279, Aveux et dénombrement de la seigneurie de la Mare, f° 1 v°.

34Zones de pêche, de chasse et de cueillette, les marais étaient entretenus, surveillés et soumis à des contraintes collectives. Surtout, les marais étaient appréciés pour les espaces pâturables qu’ils offraient. Or, cette activité nécessitait toujours des aménagements, fussent-ils périphériques. Niché au cœur d’un ancien méandre de la Seine, le marais Vernier est de ce point de vue très représentatif. Avant endiguement, le marais Vernier était soumis à différentes influences qui rendaient son fonctionnement très complexe41. Le profil de la Seine, tel que nous le connaissons actuellement, est en effet le résultat des travaux d’endiguement débutés par Bradley au XVIIe siècle, mais surtout conduits à partir du XIXe siècle. Auparavant, le cours du fleuve n’était pas si régulier, et pouvait se diviser en plusieurs bras. De même, l’absence de lacs réservoirs rendait les différences entre les périodes de crues et d’étiage très marquées42. En conséquence, l’interaction entre les milieux marins et terrestres était plus forte43. Le marais Vernier était donc susceptible d’être régulièrement alimenté en divers sédiments alluviaux. Sa rapide croissance au-delà de la digue des Hollandais l’illustre tout à fait clairement. Cette influence provoquait des modifications brusques et rapides du paysage. Les vases pouvaient apparaître ou disparaître à la faveur des marées, comme le mentionne d’ailleurs l’aveu et dénombrement de la seigneurie de la Mare, écrit en 154844.

  • 45 Musset L., « Les domaines francs », BSAN XLIX, 1943-1945, p. 25, cité par Penna B., op. cit., p. 2 (...)
  • 46 AD Eure 387 Edt 4 (copie), cité dans Penna B., op. cit., p. 113.

35Malgré des mentions pour le VIIe siècle, le peuplement du marais Vernier n’est guère attesté avant le XIIe siècle lorsque l’évêque de Dol y consacra un lieu de culte45. C’est à cette période que remontent la conquête des zones bordières du marais Vernier et l’aménagement des courtils, ces parcelles allongées qui rayonnent sur le contour du marais. Les courtils sont des terres gagnées sur les zones marécageuses et mises en valeur essentiellement au profit de l’élevage et du maraîchage. La conversion en prairie des terres marécageuses et tourbeuses nécessitait des travaux de drainage impliquant un apport régulier en tourbe nouvelle en raison de la subsidence qu’ils provoquaient. Les textes médiévaux éclairent la manière dont ce système fonctionnait. Ainsi, les habitants de Marais Vernier avaient-ils le droit de « prendre […] tourbes et releves pour relever et rehausser leurs courtil46 ». Le cœur du marais Vernier était donc utilisé comme une réserve de tourbe et de terre régulièrement ponctionnée pour l’entretien des parcelles gagnées sur les marécages. La présence massive de tourbe explique un aménagement original que l’on ne retrouve dans aucun autre marais. Le marais Vernier n’est pourtant pas le seul à être aménagé à ses pourtours.

Fig. 1 – Les aménagements du marais Vernier après son assèchement.

  • 47 Laporte L. (coord.), L’estuaire de la Charente de la Protohistoire au Moyen Âge, Documents d’arché (...)
  • 48 Ibid, p. 63.
  • 49 Les résultats des fouilles confirment les conclusions de recherches conduites à partir de la téléd (...)

36Les marais de Tonnay-Charente et de Muron, font partie du vaste ensemble formé par les marais de Rochefort qui s’étendent depuis Fouras et Yves jusqu’aux marais de la Petite Flandre, nommés de la sorte en raison des travaux du XVIIe siècle. La topographie du marais de Rochefort est marquée par des affleurements rocheux, des îlots calcaires qui peuvent atteindre plus de 20 m d’élévation alors que la majeure partie du marais culmine à 2 m d’altitude. Les marais de Rochefort sont disposés en pente descendante depuis ses bordures maritimes et fluviales jusqu’à son centre, puis ascendante jusqu’à ses marges septentrionales. L’étude des aménagements dont les dessiccateurs du XVIIe siècle ont hérité à leur arrivée bénéficie de l’apport de fouilles archéologiques récentes, notamment conduites sur le site de La Challonnière47. Les fouilles ont ainsi révélé une exploitation du site pendant le Moyen Âge. La prospection systématique et des coupes réalisées en profondeur ont mis au jour de nombreux fossés de drainage. Certains de ces fossés participent de réseaux orthogonaux qui révèlent des systèmes d’assèchement fonctionnant sur au moins deux parcelles de 450 et 510 m ². Ils étaient larges d’une trentaine de centimètres, et leur pendage variait entre 2 et 3 %. Selon les archéologues, le parcellaire du haut Moyen Âge s’organisait « de façon rayonnante à partir du versant nord du plateau charentais », au niveau de La Challonnière48. Ces éléments montrent la conquête du marais menée à partir de ces bordures et par le drainage successif de parcelles aux dimensions restreintes. Le drainage aurait par la suite été abandonné à partir du XIIe siècle49.

  • 50 Drouin A., Les marais salants d’Aunis et Saintonge jusqu’en 1789, thèse de l’École des chartes, 19 (...)
  • 51 Lettres patentes du roi Philippe VI ordonnant la suppression du port précédemment établi au Gué-Ch (...)
  • 52 Ibid., p. 122.
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid., p. 123.
  • 55 Ibid., p. 126.

37Les sources textuelles confirment cette analyse, même si un épisode d’assèchement remontant au XIVe siècle mérite d’être mentionné50. La vocation vinicole et exportatrice de la région charentaise était alors déjà affirmée. Ce commerce transitait par Tonnay-Charente où étaient charriés les tonneaux de vin. Ils y étaient chargés sur des nefs pour le transport maritime, ou sur des embarcations plus modestes pour remonter le cours de la Charente. Le transport du vin faisait vivre des charretiers et des marins, mais il présentait l’inconvénient de renchérir le coût du vin et d’isoler les sites les plus éloignés de la Charente. En 1331, des nobles et ecclésiastiques de la région obtinrent donc du roi le droit d’aménager un port au lieudit du gué de Charrau, petit hameau situé à quelques hectomètres au nord de Muron51. Le port du gué de Charrau devait servir à envoyer en direction de la Charente des bateaux chargés de vins grâce à un canal spécialement creusé à cette fin. En 1332, le canal n’est cependant pas achevé52. Même si l’absence de navigation estivale n’empêche pas le passage de 3 000 tonneaux par an, les intéressés au parachèvement du canal appuient la poursuite des travaux53. Les opposants au programme, emmenés par des « bourgeois de Saint-Jehan d’Angéli et autres, leurs adhérens et complices », ont fini par obtenir gain de cause en 1345 auprès de Philippe VI54. Au cours de la procédure les deux parties ont eu à avancer leurs arguments, au premier rang desquels figure l’assèchement des marais situés aux alentours du canal de Charrau. C’est ainsi que les opposants à la poursuite de cette navigation lui reprochent la menace qu’elle fait peser sur la région, en facilitant la pénétration de troupes ennemies, aussi bien par terre que par eau55.

38La construction du « canal de Charrau », connu de nos jours sous le nom de canal de Charras, s’est donc accompagnée d’un drainage important de la partie septentrionale des marais de Tonnay-Charente au cours du deuxième tiers du xive. Ce programme présente des caractères qui le distinguent très nettement des projets de drainage ultérieurs. En effet, l’objectif des travaux conduits à cette période n’était pas de rendre des terres cultivables ou pâturables, mais d’alimenter un canal de navigation. La bonification agricole n’a donc été qu’un effet secondaire d’un projet plus large. Rien n’indique d’ailleurs que les terres conquises à cette occasion aient été mises en culture ou utilisées comme prairies. En outre, l’abandon du projet sur ordre du roi ne doit rien à un quelconque échec technique et s’explique par des considérations économiques et stratégiques. Cet épisode témoigne de ce que les Charentais du Moyen Âge maîtrisaient les compétences nécessaires au drainage des marais. L’abandon précoce du canal de Charras et du trafic à partir du Gué de Charrau a toutefois maintenu l’ensemble du marais de Tonnay-Charente sous les eaux de sorte que les dessiccateurs modernes n’ont eu à remanier aucun héritage particulier.

  • 56 Blondeau A., Carte géologique de la France, Compiègne, Orléans, BRGM, 1970 ; Carte IGN 1/25 000, 2 (...)
  • 57 AD Oise H 1698, pièce no 1.
  • 58 AD Oise G 1848.
  • 59 AD Oise H 1698, pièce no 4.
  • 60 Ibid.

39Situés en Picardie, à quelques kilomètres au sud-ouest de Compiègne en rive droite de l’Oise, au niveau de Pont-Sainte-Maxence les marais de Sacy-le-Grand présentent des caractéristiques similaires. Sis entre les communes de Sacy-le-Grand, Saint-Martin-Longueau, Monceaux et Cinqueux, les marais s’étendent sur une surface de 1 394 ha dans ce qui devait être une incision de l’Oise dans le plateau crayeux56. Les marais de Sacy-le-Grand sont aujourd’hui revenus sous l’emprise des eaux sans que cela ne permette pour autant de prendre la mesure de ce qu’ils étaient au Moyen Âge et au début de l’Époque moderne. Non seulement le réseau hydraulique en a été profondément modifié, mais l’extraction de la tourbe et le dessèchement du marais se sont conjugués pour provoquer un phénomène de subsidence qui, à défaut d’entretien, a accru l’influence de l’eau sur le milieu. À la fin du Moyen Âge et au début de l’Époque moderne, l’opération de drainage devait paraître tout à fait raisonnable, d’autant que le marais était en partie aménagé. En 1381, Pierre Deprez, chanoine de Noyon se voit ainsi attribuer par décision du prévôt de Senlis, le « moulin de Longueau ». Le moulin a été saisi sur un certain Pierre Berre endetté auprès du prieur de Saint-Martin-Longueau57. Une pièce datée de 1552 témoigne de sa pérennité, puisqu’il est mentionné dans les archives relatives à l’inondation de la chaussée royale survenue cette année-là. L’eau excédentaire provient en effet du cours d’eau le long duquel le moulin est bâti58. Il fait encore l’objet d’une transaction au début du XVIIe siècle. En 1606, un accord entre le chapitre cathédral de Noyon et le prieur de Saint-Martin-Longueau en cède à ce dernier la jouissance moyennant le versement de « 18 lt. de surcens et rente perpétuelle59 ». Il était chargé d’une rente de 6 deniers parisis, 2 muids de blé, de 25 anguilles, du « franc moulu par luy et pour son mesnage » et d’une rente de 40 sous parisis envers le roi60. La redevance en nature de 25 anguilles indique que le moulin était nanti d’une pêcherie.

Fig. 2 – Les marais de Sacy-le-Grand.

40Les sources écrites ne donnent pas d’informations au sujet de la localisation de ce moulin. Les vestiges d’un moulin moderne subsistent aujourd’hui à l’extrémité orientale des marais, le long du Ru de la Fontaine Froide. Ce n’est guère qu’à cet endroit, le long de la route de Flandre, que le courant peut avoir eu suffisamment de force pour faire tourner les roues d’un moulin. Les informations dont nous disposons permettent de se représenter, pour le début du XVIIe siècle, un fond de vallée en grande partie sous l’emprise des eaux, traversé par des cours d’eau aux tracés incertains. L’exploitation des roseaux et la pêche donnaient toute sa valeur à ce territoire. Un des ruisseaux ou une des rivières traversant cet espace était aménagé en bief dont l’eau actionnait les roues d’un moulin. Même s’il n’était pas mis en culture, ni mis en pâturage, les marais n’en étaient pas moins dotés d’infrastructures hydrauliques.

  • 61 Verger F., Marais et wadden du littoral français, Caen, Paradigme, 1988, p. 338.
  • 62 Les mattes sont les prises les plus récemment effectuées sur l’estuaire. Elle se situe au-delà du (...)
  • 63 Projet de desséchement des marais du littoral sur le versant de la Gironde, Bordeaux, Imprimerie Du (...)

41Dans cet ensemble, les marais de Lesparre fournissent une notable exception. Ils s’étendent sur la rive gauche de la Gironde et s’intègrent dans l’ensemble constitué par les marais du Bas-Médoc. Ils sont situés à une dizaine de kilomètres des rives de l’estuaire et sont en partie protégés de ses débordements. Fernand Verger qualifie ces zones de marais internes, car ils sont situés dans « les profonds rentrants que les anciennes vallées ont sculptés lors des régressions quaternaires61 ». Ils sont aujourd’hui séparés de l’estuaire par un cordon littoral appelé « Passe Castillonnaise », qui forme une bande de terre également asséchée et en grande partie plantée de vignes. Entre la Passe Castillonnaise et la Gironde s’étirent enfin des marais externes qui sont autant de terres gagnées récemment sur l’estuaire. De manière significative, les études ont montré que plus les mattes62, ou prises, étaient récentes, plus elles étaient élevées. La Gironde y dépose donc ses alluvions marines et favorise les atterrissements successifs. Cette tripartition des marais du Bas-Médoc correspond cependant à leur état actuel. En se fondant sur les aménagements les plus récents, elle ne rend guère compte de leur situation à l’aube des premiers assèchements modernes. Les conquêtes successives au cours des XVIIIe et XIXe siècles ont repoussé vers le nord-est la limite entre le cours de la Gironde et les marais et ont enclavé les marais de Lesparre. Un projet de dessèchement des marais de Saint-Vivien, déposé en 1860, montre que la conquête des mattes les plus avancées vers les rives de la Gironde a été assez tardive63.

  • 64 Enjalbert H., Les pays aquitains, Bordeaux, 1960, p. 196 ; Glangeaud L., « Transport et sédimentat (...)

42Au XVIIe siècle, les marais de Lesparre n’étaient cependant pas en bordure directe de la Gironde. Entre les villages de Lesparre et de Couquèques, à l’ouest du marais, s’élève en effet une butte calcaire protectrice. Le nord du marais, plus ouvert sur l’estuaire, en est séparé par deux élévations. Un maigre cordon littoral sableux semble pouvoir freiner la progression d’une éventuelle crue, de même qu’une butte au niveau de Jau-Dignac, où l’altitude s’élève progressivement jusqu’à atteindre 5 m et suffit à former une barrière naturelle. Malgré ces protections, les communications entre l’estuaire et le marais restent nombreuses. L’altitude ne dépasse pas les 2 m depuis les rives de la Gironde jusqu’à l’entrée des marais de Lesparre, ce qui rend possible l’épandage de crues et des flots en vives-eaux. De même, le fonctionnement hydrologique de l’estuaire laisse penser que l’élévation des marais extérieurs devait être moins importante à l’aube du XVIIe siècle64.

43À l’exception des marais de Lesparre, au sujet duquel la documentation fait lourdement défaut, les marais étudiés dans le cadre de cet ouvrage étaient aménagés, ou l’avaient été, à leur périphérie. Ils étaient exploités et entretenus en raison des revenus qu’ils offraient à leurs propriétaires et aux populations riveraines.

L’échec des gouvernances traditionnelles

  • 65 Abbe J.-L., À la conquête des étangs : l’aménagement de l’espace en Languedoc méditerranéen, XII-X (...)

44Si les assèchements connaissent au début de l’Époque moderne un engouement et un essor aux proportions inédites, il ne s’agissait pas de nouveautés au sens strict du terme. De fait, des travaux d’assèchements sont connus en France depuis le Moyen Âge. Jean-Loup Abbé a ainsi récemment mis en lumière une généralisation des assèchements dans le Languedoc médiéval65. Certains de ces travaux, dont ceux de l’étang de Montady, ont même mobilisé des techniques très sophistiquées directement importées du monde minier. Parmi les marais qui ont retenu notre attention, ceux d’Arles et du Poitou ont fait l’objet de drainage de grande ampleur au cours du Moyen âge. Pourquoi dès lors a-t-il été nécessaire de conduire à nouveau des travaux massifs ? Comment expliquer qu’ils aient été considérés comme des terres de conquête ? Un élément de réponse réside dans la disparition ou l’échec des modes de régulation des marais mis en place au cours du Moyen Âge et au XVIe siècle.

Des formes de régulations anciennes

45Les marais d’Arles et du Poitou ont été asséchés, ou du moins aménagés, grâce à l’élaboration de formes de régulations articulant l’interaction des différents acteurs intéressés à leur exploitation. Dans les marais poitevins, le rôle des abbayes a été déterminant, tandis qu’à Arles celui de la Ville a été dominant.

  • 66 Une synthèse récente a été présentée par Jean-Luc Sarrazin : Sarrazin J.-L., « Les Cisterciens et (...)
  • 67 Sarrazin J.-L., art. cit., p. 116.

46Depuis plus d’un siècle, les aménagements du marais poitevin ont fait l’objet de l’attention renouvelée des historiens, des géographes comme des sociologues66. Les premiers assèchements remontent à la fin du XIIe et au XIIIe siècle, entre les années 1180 et 1283, et sont le fruit de l’initiative des abbayes cisterciennes de la région. Six d’entre elles ont été parties prenantes dans ce programme : la Grâce-Dieu, La Grâce-Notre-Dame-de-Charron, Saint-Léonard-des-Chaumes, Moreilles, Trizay et Bois-Grolland. Elles se sont entendues afin de mettre en œuvre un plan de drainage strict et de passer des accords avec les seigneurs laïcs de Marans, Chaillé et Luçon. Le succès de l’opération repose sur une très bonne maîtrise des techniques hydrauliques. Jean-Luc Sarrazin a montré que leurs aménagements reposaient sur la pratique dite du clos asséché. Il s’agit de ceindre la zone convoitée d’un canal périphérique dénommé clausura dans les sources. Celui-ci capture les eaux de drainage et les conduit vers un achenal qui doit à son tour les porter vers la Sèvre ou vers la mer. La terre extraite de ce fossé est employée in situ afin d’ériger des levées, ou bot. Ce bot constitue en réalité la limite de l’espace à assécher. Sur son côté intérieur est creusé un contrebot, qui n’est autre chose qu’un contre fossé, chargé de collecter les eaux issues de la clausum. Celles-ci sont conduites dans le contrebot par un réseau de fossatum, des fossés qui drainent et délimitent les parcelles de la terre à assécher. La conquête des marais poitevins par les moines cisterciens du XIIIe siècle s’est ainsi faite par la construction d’un réseau hiérarchisé de drainage. D’abord conduite dans des fossés, l’eau était portée vers le contrebot. Elle y était stockée jusqu’à ce que la marée permette de la déverser dans la clausura. Cet achenal et le contrebot étaient séparés par une digue équipée d’écluses. Le système ainsi conçu permettait de contrôler au mieux la circulation des eaux au sein de l’espace convoité. Il reposait sur le creusement d’une grande quantité de fossés, dont Jean-Luc Sarrazin estime la longueur totale à 30 km uniquement pour l’abbaye de Moreilles. Cette méthode de conquête de terres ne présente guère de différences avec les techniques mises en œuvre par les dessiccateurs modernes. La logique d’ensemble est cependant fort différente des réalisations modernes qui cherchent toujours à constituer de grands domaines unifiés. En effet, « la bonification du marais a été conçue et réalisée comme une juxtaposition d’enclos mis en “défens”, chaque domaine se protégeant de l’eau du voisin67 ». Les conflits nés de cette situation ne sont résolus qu’à la faveur du creusement de « l’Achenal des Cinq-Abbés », résultat d’un compromis passé entre les abbés de Saint-Michel-en-l’Herm, l’Absie, Saint-Maixent, Maillezais et Nieul. En quelques années, les travaux de drainage entraînent un processus de poldérisation implacable qui modifie profondément et durablement l’environnement.

  • 68 Ibid.

47La carte des réalisations médiévales dressée par Jean-Luc Sarrazin montre que ces ouvrages marquent encore le paysage68. Sarrazin attribue aux Cisterciens le creusement de trois des principaux canaux employés pour le drainage des marais du Petit-Poitou. Les achenaux du Bot-de-Vendée, de la Grenetière et du Bot-Neuf sont leur œuvre. Ils fonctionnent en relation avec un réseau hydraulique encore visible aujourd’hui. L’Achenalle-Roi correspond au tracé actuel de la ceinture des Hollandais, tandis que l’achenal des Cinq-Abbés subsiste encore sous ce nom de nos jours. Dès le XIIIe siècle, l’essentiel de l’armature du réseau hydraulique nécessaire au drainage du Petit-Poitou était donc en place, même s’il ne pouvait pas être de la même ampleur, le trait de côte étant alors beaucoup plus avancé à l’intérieur des terres qu’aujourd’hui.

  • 69 Lucas-Championniere M., De la propriété des eaux courantes, du droit des riverains et de la valeur (...)

48Les marais d’Arles présentent bien des points communs avec ceux du Petit-Poitou, au premier rang desquels figurent l’ancienneté de leurs aménagements respectifs et l’importance de leur infrastructure héritée. Les deux marais se distinguent néanmoins l’un de l’autre par les conditions de leur aménagement qui renvoient elles-mêmes au milieu à équiper. En effet, les marais du Petit-Poitou ont été conquis directement sur le schorre par une coopération entre six abbayes cisterciennes et quelques seigneurs laïcs. Dans ce contexte, le problème des servitudes liées aux nécessités de l’écoulement des eaux ne pose pas de problèmes. En revanche, l’aménagement des marais d’Arles, qui nécessite le drainage des eaux souterraines, implique également l’évacuation des eaux de ruissellement provenant de la plaine de Tarascon, de la Durance et des débordements du Rhône. Les Arlésiens sont ainsi soumis à la règle générale dans le droit coutumier français selon laquelle les communautés d’aval ne peuvent bloquer l’écoulement des eaux et maintenir les terres supérieures en état d’inondation69. Cette contrainte, physique et juridique, corrèle les assèchements d’Arles à l’élaboration d’une forme de gouvernance permettant aux Arlésiens de coopérer dans l’exploitation de leur terroir, tout en laissant libre l’écoulement des eaux supérieures.

  • 70 Les levadiers sont en charge de l’entretien des levées bordant le Rhône et protégeant le terroir a (...)
  • 71 Stouff L., « La lutte contre les eaux dans les pays du bas Rhône, XIIe-XVe siècles. L’exemple du p (...)
  • 72 Ibid.

49Dès le XIIe siècle, les Arlésiens ont ainsi mis en place des organes de coopération internes à leur communauté, par l’intervention de la Ville et du comte de Provence. Aux XIIe et XIIIe siècles, les assèchements rendent indispensable l’intervention de la ville. Dès 1200, les principes de l’organisation des levadiers70 d’Arles sont adoptés. L’entretien du réseau de roubine et des levées qui bordent le Rhône leur est confié71. Au XVe siècle, on recense au moins une douzaine de levées s’élevant en général à une hauteur de 2,6 m72. Les levadiers sont élus chaque année par l’association des propriétaires terriens. Ils décident des travaux à réaliser, entretiennent les aménagements hydrauliques, et répartissent les tailles.

  • 73 Benoit F., Recueil des actes ces comtes de Provence appartenant à la maison de Barcelone. Alphonse (...)
  • 74 Benoit F., op. cit., doc. no 382, cité dans Stouff L., « La lutte contre les eaux… », op. cit., p. (...)
  • 75 Albanes J. H. et Chevalier U., Gallia christiana novissima. Histoire des archevêchés, évêchés et a (...)
  • 76 Stouff L., « La lutte contre les eaux… », op. cit., p. 63.

50À partir du XIIIe siècle, les institutions religieuses de la région promeuvent d’importants travaux qui modifient l’environnement. En 1232, le comte de Provence, Raymond Bérenger V appuie ces initiatives et accorde aux Arlésiens la libre disposition de la Durançole afin qu’ils drainent la plaine du Trébon, donnant ainsi naissance au canal du Vigueirat73. En 1244, il fait une concession analogue aux Templiers qui souhaitaient bonifier leurs terres74. Les moines de Montmajour, également engagés dans des travaux de drainage, s’opposent pour leur part aux chanoines de Saint-Trophime75. En 1428, les travaux de drainage prennent tellement d’ampleur que les pêcheurs des marais de Coronel font pression pour que les eaux du Rhône y soient à nouveau détournées76. Au début de l’Époque moderne, le territoire arlésien est donc densément aménagé, même si les assèchements ne sont pas généralisés. Pour améliorer le fonctionnement des aménagements hydraulique, le conseil de la ville crée en 1542 la société de vidange, association regroupant les propriétaires arlésiens ayant des terres à drainer et devant gérer l’entretien des canaux et fossés. Chaque quartier de la ville élit un intendant qui le représente au sein de la société. Elle doit coordonner les efforts d’aménagements et compléter l’action des levadiers, toujours en charge de l’entretien des levées du Rhône. Son action semble cependant avoir été très limitée.

  • 77 Accord mentionné dans : BM Aix-en-Provence Ms. 819 (775), Transaction passée entre les consuls et (...)

51Parallèlement à ces formes de coopérations internes à la société arlésienne, il a précocement fallu s’entendre avec les communautés situées plus en amont. En 1486, l’érection d’un mur au niveau du pont de Lansac est décidée afin de dériver l’eau du canal des Alpilles vers le Rhône, soit au niveau de l’actuel Mas des Tours, soit au Grand Baumont77. Cette capture doit éviter que les Tarasconnais n’écoulent l’eau directement vers Arles. Cette transaction est rompue en 1492 au profit des Tarasconnais qui se trouvent dispensés de financer la construction de la muraille initialement prévue. Enfin, en 1517, Arles, Saint-Rémy et Tarascon parviennent à un accord pour fixer le gabarit des canaux de drainage de l’ensemble de la rive gauche du Rhône, depuis Tarascon jusqu’à la mer.

Fig. 3 – Les marais d’Arles et la vallée des Baux.

  • 78 Ibid.
  • 79 Ibid. La lime désigne ici les limons.

52Grâce à la coopération entre les propriétaires terriens arlésiens d’une part, et les communautés voisines d’autre part, la plaine du bas Rhône a pu être aménagée au cours du Moyen Âge et au début de l’Époque moderne. Cette forme de gouvernance, qui implique des négociations et des conflits permanents, débouche sur la construction d’un réseau hydraulique très dense. En effet, les enquêtes menées dans les marais d’Arles au début du XVIIe siècle, montrent que la majeure partie de l’armature hydraulique utilisée lors des assèchements était déjà en place. Dans le quartier du Trébon, au nord du terroir d’Arles, les descriptions permettent d’identifier les actuels canaux de la Calade et de Vidange78, et une autre robine alors « comblée, pour n’avoir esté entretenüe et nettoïer de la lime qui l’occupoit » qui n’est pas en état de drainer correctement les eaux79. Dans le Plan du Bourg, quartier situé en aval d’Arles, la roubine de « la Lagarèze » dont le cours ressemble fort à celui du canal de Vigueirat, ou canal de vidange, se trouve dans un état similaire Ces avancées de la terre sur les eaux n’ont cependant pas pu traverser les siècles sans heurts. De fait, les équipements hydrauliques des marais arlésiens comme ceux des marais poitevins ont subi de plein fouet les changements économiques, sociaux et politiques de la première modernité.

Les guerres du XVIe siècle

  • 80 Suire Y., Le marais poitevin : une écohistoire du XVIe à l’aube du XXe siècle, La-Roche-sur-Yon, C (...)
  • 81 La Popeliniere, La vraye et entière histoire des troubles et choses mémorables avenues tant en Fra (...)
  • 82 La Popeliniere, op. cit., f° 318 v°, cité dans Suire Y., op. cit., p. 24.

53Déjà détérioré à l’issue d’un siècle de crise économique, les marais poitevins subissent à la fin du XVIe siècle, les conséquences des guerres de Religion80. Entre 1568 et 1569, les établissements religieux du Poiré-sur-Velluire, de Luçon, de Marans, de Saint-Michel-en-l’Herm et de Maillezais sont pillés et lourdement endommagés. En 1569, les digues sont détruites « afin de faire dégorger la mer sur tout le pays81 ». Dans ce contexte, les chroniqueurs de l’époque décrivent les marais poitevins comme un espace amphibie particulièrement hostile. La Popelinière en fait ainsi un espace « de mer et de grands marais, lesquels tout l’hiver sont pleins » d’eau, si bien que ni « l’homme ni le cheval n’en sauraient bonnement sortir »82. À l’inverse, les marais peuvent servir de refuge aux vaincus et faire office de forteresse inexpugnable.

  • 83 Lettre d’Henri IV à Corisande, juin 1586, cité dans Suire Y., op. cit., p. 17.

54En 1586, Henri de Navarre s’attarde dans les marais avant de porter le fer devant La Rochelle. À cette occasion, il écrit une lettre à Corisande dressant un état des lieux imagé et enchanteur de la région, nuançant les descriptions précédentes83. Malgré cette vision positive du marais, le roi de Navarre subit les conséquences de l’omniprésence de l’eau au cours des rudes combats qu’il mène pendant l’hiver 1588. À la fin du XVIe siècle, les Marais poitevins portent la trace de plus de trente ans d’affrontements qui ont eu un impact profond sur les infrastructures hydrauliques. Cela ne se traduit pas uniquement par une destruction matérielle des installations mais surtout, par un affaiblissement des communautés religieuses en charge de leur entretien. Si les marais poitevins comptent parmi les territoires les plus précocement et les plus intensément touchés par les guerres de Religion, ils figurent aussi parmi ceux qui les ont endurées le plus longtemps. Dans les années 1620, la région est le théâtre de nouveaux combats entre Protestants et Catholiques. Au cours de l’hiver 1620-1621, l’assemblée protestante de La Rochelle, Marans et Maillezais appelle à reprendre les armes. Les armées de Louis XIII entreprennent de réduire l’opposition et reprennent une à une les villes insurgées. En mai 1621, Louis XIII reprend ainsi Fontenayle-Comte, Marans et Maillezais. L’année suivante, il doit cependant rendre Luçon à Benjamin de Rohan-Soubise et patiente jusqu’en 1628 pour mettre la main sur La Rochelle. Entre les années 1560 et 1630, le Poitou est presque constamment le théâtre de combats opposant Protestants et Catholiques. Les désordres sociaux et les conflits politico-religieux font figure de facteurs explicatifs principaux à l’abandon des infrastructures hydrauliques du marais poitevins. Une évolution comparable peut être mise en lumière dans le cas arlésien.

  • 84 Baratier E. (dir.), Histoire de la Provence, Toulouse, Privat, p. 219 et suiv.
  • 85 Soma-Bonfillon M., Le canal de Craponne : un exemple de maîtrise de l’eau en Provence occidentale, (...)
  • 86 Baratier E. (dir.), op. cit., p. 254 et suiv.
  • 87 Dupâquier J. (dir.), Histoire de la population française, t. 2, p. 167.

55Au cours du XVIe siècle, la Basse-Provence a en effet subi les conséquences de l’affirmation des ambitions italiennes de la France84. Entre 1515 et 1536, années au cours desquelles Charles Quint met le siège devant Arles et Marseille, les troupes françaises et impériales occupent et dévastent la région85. À partir des années 1560, et jusqu’à la paix d’Alès en 1629, l’affrontement entre Protestants et Catholiques fut d’autant plus intense en Provence que de nombreuses communautés calvinistes avaient trouvé refuge dans les montagnes des Cévennes86. Ces décennies de guerre civiles ont eu un impact profond sur la démographie provençale en provoquant une baisse de la natalité, particulièrement sensible dans les années 1560-1570 et durant les années 159087. Toutefois, dans le cas arlésien, les affrontements politico-religieux ne peuvent pas seuls être invoqués pour rendre compte de la déliquescence des marais au début du XVIIe siècle.

Les ravages de l’esprit de clocher

  • 88 BM Aix-en-Provence, Ms. 819 (775), f° 1 à f° 7.

56Malgré les transactions entre Arles et ses voisines, les tensions sont incessantes et provoquent l’apparition de nouveaux conflits à partir du milieu du XVIe siècle. En février 1558, les Arlésiens obtiennent ainsi la réunion d’une commission d’experts et d’arbitres, à laquelle participe Adam de Craponne. Elle rend son rapport en 1564 et le jugement est rendu en 1566. Une solution, déjà proposée en 1486, est confirmée, mais les Arlésiens sont contraints de participer au financement des travaux et doivent de fait financer seuls l’assèchement de leur terroir. À la fin du XVIe siècle, c’est dans l’espoir de mieux exploiter leurs marais que les communautés d’Arles et de Tarascon relancent leur coopération. Deux nouveaux compromis sont ainsi passés entre les deux villes en 1587 et 1588. Ces derniers ne sont cependant traduits en acte qu’à partir de 1597, date à laquelle une commission d’arbitres ordonne que les travaux soient parachevés dans un délai de quatre ans sous peine d’une amende de 6 000 livres88.

  • 89 Ibid.
  • 90 Ibid.
  • 91 Ibid.

57En 1601, des experts sont donc réunis pour mesurer l’avancement des travaux et la mise en œuvre de la sentance arbitrale de 1597 d’une part, et proposer de nouvelles solutions d’autre part. Les arpenteurs distinguent alors deux catégories de terre dans la plaine de Tarascon : les « terres occupées par les eaulx et estants en palluns » d’une part, les « terres pallustres et subjectes aux eaulx » d’autre part89. Au total 1 436 sétérées de terres en permanence recouvertes d’eau et 1 294 menacées par les eaux ou partiellement recouvertes90. On peut encore y adjoindre les 2 155 sétérées de terres de la première catégorie et les 286 sétérées de la seconde situées dans la vallée des Baux91. Le réseau hydraulique de la plaine de Tarascon, parsemé de points de blocage, est donc, en 1601, dans un état lamentable.

  • 92 Ibid., f° 8 v°.
  • 93 Ibid., f° 9 v°.

58La même enquête précise que pour aller sur « l’isle de Montmajour […] [il] a fallu cheminer la plus part du chemin dans ung batteau92 ». Tout le Trébon croupit ainsi sous les eaux. Plus en aval dans le Plan du Bourg « ledit canal de la Lagareze est tellement possédé de rouzeaulx, sagnes et autres herbes, qu’a peine y peut on passer, bien qu’il y eust fonds d’eau de 5 à 6 pans » (entre 1,25 et 1,5 m)93. Parvenus au niveau du Mas Thibert, le canal de la Lagarèse se comble tant que l’embarcation des experts ne peut plus poursuivre sa route. L’enquête de 1601 souligne ainsi l’interdépendance entre les différents réseaux de drainage et montre que de Châteaurenard à Arles, les marais étaient alors inexploitables.

59Les experts chargés de la rédaction de la sentence arbitrale visant à proposer des solutions afin d’améliorer l’état des terres ordonnent simplement une remise en état des aménagements. Ces injonctions sont très éclairantes au sujet des compétences hydrauliques locales. Malgré l’absence de cartes, les points de blocage ont été nettement identifiés et des remèdes proposés. De même, le système décrit et le système prescrit correspondent à une démarche tout à fait claire de constitution d’un réseau hiérarchisé, la dimension et le nombre des ouvrages s’accroissant au fur et à mesure que l’on s’approche de la mer. Dans leurs projets, les experts tiennent compte de la plus grande quantité d’eau qui coule en aval et adaptent les infrastructures en fonction de cette donnée. Les canaux ont pour mission essentielle de conduire le plus rapidement possible l’eau vers la mer. Les étangs présents sur le territoire servent de retenue et stockent l’eau lorsque de forts vents de mer bloquent les écoulements ou lorsque les eaux continentales sont trop abondantes et débordent des canaux de drainage. Les ouvertures vers le Rhône sont réduites à leur strict minimum afin de ne pas fragiliser l’ensemble des chaussées bordant le fleuve.

  • 94 Ibid., f° 2 r°.
  • 95 Ibid., f° 3 r°.

60La compétence technique des experts locaux se double d’une pratique de négociations et de répartitions des frais et des responsabilités entre les différentes communautés. Les Tarasconnais peuvent ainsi financer une partie des travaux qui concernent leur territoire en répercutant sur leurs voisins le coût auquel « tout ledit ouvrage se pourra monter94 ». Dans la mesure où les ouvrages servent les intérêts de plusieurs communautés, chacune y participe à la hauteur du bénéfice qu’elle compte en tirer. Les travaux du terroir d’Arles sont les plus importants et les plus onéreux. Les experts prévoient donc une répartition des charges où chacun verse une participation en fonction de l’étendue de son terroir95. Les deux tiers des contributions reposent sur la participation de trois communautés : Saint-Rémy, Maillane et Tarascon, cette dernière contribuant à hauteur du tiers de la dépense totale. Arles en finance quant à elle moins de 10 %. Cette répartition des frais montre que les problèmes hydrauliques sont envisagés à grande échelle. Il s’agit pour les arbitres de faire payer chaque communauté en fonction de la quantité d’eau qu’elle déverse dans les canaux, chacune étant considérée comme la propriétaire des eaux qui passent sur son sol. De cette manière, Arles parvient à faire payer à ses voisines la mise en culture de son propre terroir. La ville de Tarascon, de loin la plus grande contributrice, est la grande perdante de cette opération. Ce déséquilibre a sans doute beaucoup pesé dans la non-application des décisions de la commission d’expertise.

Graph. 2 – La répartition des coûts de réfection des marais d’Arles selon la sentence arbitrale de 1601. Source : AD Bouches-du-Rhône, 1 F 99, pièce no 110.

  • 96 BM Aix-en-Provence, Ms. 819 (775), f° 7 r° et v°.
  • 97 Ibid., f° 7 v°.

61Les tensions entre les villes d’Arles et de Tarascon ne s’apaisent pas à la suite de la sentence de 1601, tant les voisins d’Arles renâclèrent à appliquer les mesures préconisées. En mai 1617, les Arlésiens sont contraints de financer le sixième des travaux96. Cet arrangement ne paraît cependant pas suffisant aux yeux des Tarasconnais qui obtiennent le 21 août 1619 que les Arlésiens payent « à ladite communauté de Tarascon la somme de 2995 lt. 8 s. 6 d. » en guise de remboursement des frais de justice avancés et d’indemnisation des travaux réalisés97. Quelques jours plus tard, une énième transaction modifie les règles de répartition de la charge budgétaire causée par les travaux à réaliser. Sur le fond, la transaction du 9 octobre 1619, confirme la sentence de 1601, mais les modalités financières sont profondément modifiées. La ville d’Arles reçoit de Tarascon la somme de 28 000 livres, en échange de quoi la charge de l’entretien des canaux lui incombe entièrement. La sentence de 1619 substitue à un montage budgétaire complexe une participation forfaitaire à la conduite des ouvrages. De même, les Arlésiens n’ont aucune obligation au sujet de la roubine de Lansac dont la charge revient entièrement à Tarascon. Enfin, l’obligation faite aux habitants de Saint-Rémy d’entretenir le trou Sarrazin, et le canal qui en découle, est confirmée.

Fig. 4 – Les marais d’Arles et la Plaine de Tarascon. Les enjeux de la gestion de l’eau.

  • 98 Ibid., f° 10 r°.

62En définitive, la transaction de 1619 scelle l’échec de la sentence de 1601 qui avait tenté de mettre en place une gestion concertée des écoulements d’eau. Chaque communauté n’est finalement responsable que des infrastructures de son territoire. Pour éviter les contestations ultérieures, la transaction stipule que « lesdites communautés d’Arles et de Tarascon et St Remy et autres ne seront responsables d’aucuns dommages et interest à cause des eaux qui pourront fluer sur le terroir dudit Arles et lieux inférieurs, par inondation de la rivière du Rhône et de Durance sinon qu’elle fasse de canaux nouveaux98 ». Par ce biais, les responsabilités de chaque communauté à l’égard de leur propre terroir sont renforcées et l’objectif des travaux ordonnés clairement énoncés. Ils n’ont en effet pour fonction que de drainer les eaux pluviales. Cette clause révèle également la suspicion dont la ville d’Arles est l’objet et explique une partie des discussions interminables qui se nouent entre les différentes communautés. Toutes craignent d’être utilisées par Arles pour financer les levées qui la protègent des débordements du Rhône, alors même qu’elles ne relèvent pas de leur compétence.

  • 99 AD Bouches-du-Rhône, 108 E 97, f° 3 v°.
  • 100 Ibid., f° 12 et f° 12 v°.
  • 101 Ibid., f° 12 v°.

63Dans ce climat, la conduite de travaux de grande ampleur est naturellement compromise. L’absence de confiance entre les différents acteurs et le campanilisme paralyse les bonnes volontés. De plus, les transactions de 1601 et de 1619 ne traitent pas l’ensemble du problème en laissant à la ville d’Arles le soin de traiter directement avec les habitants de la vallée des Baux. Une procédure ne manque pas de s’engager à ce propos. Au début des années 1620, certains Arlésiens s’estiment en effet lésés par les habitants de la vallée de Baux qui profitent de la présence de marais sans subir les conséquences induites en aval99. En application de la transaction de 1619, les Arlésiens ont procédé à d’importants travaux et ils reprochent à la ville des Baux, mais aussi à Castillon, Mouriès et Joyeuse-Garde de ne pas s’être associés à leur effort alors qu’ils « vuident [leurs] eaux dans l’estang et marez que lesdits intendants [des vidanges] ont faict vuider ou presuposent le faire100 ». Ils accusent également ces communautés de ne pas tenir compte du gain sanitaire que ces travaux représentent pour Arles, tandis que « le lieu des Baux estant grandement eslevé sa salubrité de l’air ne peult estre offancé par les vapeurs qui s’eslevent desdites eaux101 ». Malgré ces reproches, les habitants des Baux déclinent toute responsabilité dans l’inondation des marais d’Arles et refusent de prendre part à la réalisation d’éventuels travaux de drainage. Les Arlésiens devaient ainsi faire face au profond attachement des habitants de la vallée des Baux pour leurs marais.

  • 102 Ibid, f° 97 r° et v°.
  • 103 Ibid, f° 97 r°.
  • 104 Ibid., f° 98 r°.
  • 105 Ibid., f° 98 r°.

64Or, la transaction de 1619 avait été au moins en partie traduite en acte. En effet, constatant la présence du Vigueirat, la commission juge nécessaire d’entendre des témoins afin de savoir si des travaux y ont été effectivement réalisés récemment. Un premier témoin, Jacques Tessier, écuyer de Tarascon âgé de cinquante ans, certifie « qu’il a vu de tout temps le mesme cours de ce fossé dans lequel l’eau découloyt », il allait même y chasser « aux canars en sa jeunesse102 ». Il ne sait en revanche si des travaux y ont été conduits « pour avoyr esté fort longtemps absent de la province103 ». Pierre Martin, habitant et bourgeois de Tarascon, âgé de quarante-deux ans, se montre bien plus disert : « De tout temps il a souvenance de ceste roubine que nous voyons mais de beaucoup plus petite de deux cannes [4 m] qu’elle n’a en son cours104. » Il ajoute même qu’elle « vuide un petit plus d’eau qu’elle ne faisoit pour y avoir esté osté un traversins qui y estoit, puis quatre ou cinq ans et a mesme tems fust eslargye ladicte robine de deux cannes [4 m]105 ».

65La rénovation du réseau hydraulique n’a cependant pas été suffisante, puisqu’en 1624 les marais d’Arles sont encore pour une large partie inondés. Les étangs occupent de vastes étendues et les dérivations vers le Rhône sont trop mal en point pour les empêcher de déborder sur les prés qu’elles traversent. Les rapports d’experts rédigés au cours du premier quart du XVIIe siècle, font néanmoins ressortir avec force l’importance des aménagements. De fait, bien avant l’arrivée des dessiccateurs, dans les années 1640, la majeure partie des infrastructures était présente. Les coûts prohibitifs de l’entretien les empêchaient cependant de fonctionner au mieux de leur capacité et les trop grandes divisions entre les communautés du bas Rhône barraient la route à toute tentative de rénovations d’envergure. De la sorte, l’échec des modes traditionnels de gestion des eaux et les désordres sociaux contribuent à expliquer le lancement d’une politique d’assèchement d’envergure à partir de 1599.

*

66Les incitations au lancement d’une politique d’assèchement d’envergure étaient donc nombreuses au début du règne d’Henri IV. La richesse des exemples européens mérite en premier lieu d’être soulignée. Depuis la fin du XVe siècle, la bonification et l’assèchement des marais et lacs intérieurs consolident les puissances commerciales vénitiennes et néerlandaises. Dans ce dernier cas, les assèchements apparaissent comme l’un des instruments de la puissance militaire. Dans le même temps, que les Néerlandais drainent et poldérisent, ils se montrent en effet capables de résister à la puissance espagnole encore menaçante en France. De même, la conquête des terres humides s’accompagne partout d’essors démographiques parfois massifs. De la sorte, un tour d’Europe des zones humides suffisait à convaincre le roi de France de faciliter les assèchements.

67Malgré le caractère continental du royaume de France, une telle politique faisait en effet sens tant les espaces marécageux, littoraux ou intérieurs étaient disponibles. La plupart des marais étudiés dans cet ouvrage n’était certes pas délaissés et étaient parfois soigneusement entretenus. Toutefois, leurs activités dominantes n’étaient guère profitables par rapport à ce qu’une céréaliculture plus intensive pouvait produire. Les aménagements hydrauliques qui y avaient été réalisés illustraient en effet l’importance de la pêche et de la cueillette paysanne. La généralisation d’une exploitation extensive des marais est confirmée par le délaissement des aménagements hydrauliques de grande ampleur réalisés depuis le Moyen Âge dans les marais poitevins et arlésiens. Certes, les guerres de Religion n’étaient pas étrangères à de tels abandons. Pourtant, l’incapacité des communautés du bas Rhône à gérer l’eau de concert montre que le relatif abandon des marais résultait surtout de l’inaptitude des sociétés riveraines à s’entendre pour réaliser de grands assèchements.

68En ce sens, un regard comparatif entre les pratiques européennes et françaises fournit d’autres clés pour expliquer les motivations royales. Des exemples vénitiens et hollandais, il ressort en effet avec force que les assèchements ont participé d’un mouvement massif de prise de contrôle des terres par les patriciats urbains dominants. Les assèchements sont ainsi l’instrument privilégié de la prise de contrôle foncière des aristocraties. À l’inverse, l’exploitation extensive des marais français illustre la mainmise des noblesses locales et des paysans sur les zones humides. Or, le règne d’Henri IV voit s’installer au pouvoir une nouvelle aristocratie, issue d’une noblesse plus récente et souvent proche du monde de la finance. Il convient dès lors de se demander si les assèchements français ne correspondent pas à une opération territoriale de la part de la nouvelle aristocratie française ayant profité de l’accession au trône d’Henri de Navarre et de la protection de son fidèle serviteur, Sully.

Notes

1 Columelle, De l’agriculture, Livre 1 V, Nisard D. (éd.), Les agronomes latins : Caton, Varron, Columelle, Palladius : avec la traduction en français, Paris, Firmin Didot, p. 183. Columelle ne fait dans ce passage que reprendre une tradition bien établie chez les agronomes romains qui condamnent sans ménagement les marais et conseillent systématiquement à leur lecteur de les éviter.

2 Cosgrove D., « Platonism and practicality: hydrology, engineering and landscape in sixteenth-century Venice », Cosgrove D. et Petts G. (dir.), Water, engineering and landscape, water control and landscape transformation in the modern period, Belhaven Press, London and New York, 1990, p. 35-53.

3 Coulondres A., « Notices sur le desséchement des étangs de Rochefort et de Pujaut », Mémoires et comptes rendus de la société scientifique et littéraire d’Alais, 1876, p. 15-54.

4 BnF Ms. Fr. 3 175, f° 179.

5 Van Dam P., « Digging for a dike. Holland’s labour market ca. 1510 », Hoppenbrowers P. et Van Zanden J. L. (dir.), Peasants into farmers? The transformation of rural economy and society in the Low Countries (Middle Ages-19th century), Turnhout, Brepols, p. 220-256.

6 Van De Ven G. P., Man made Lowlands. History of water management and land reclamation in the Netherlands, Utrecht, Matrijs, p. 102 et suiv.

7 Estimations d’après De Vries J. et Van Der Woude A., The First Modern Economy. Success, Failure, and Perseverance of the Dutch Economy, 1500-1815, Cambridge, 1997, p. 32.

8 Faber J. A. et al., « Population Changes and Economic Development in the Netherlands: A Historical Survey », Afdeling Agrarische Geschiedenis Bijdragen, 12, 1965, p. 110.

9 Ciriacono S., « Venise et la Hollande, pays de l’eau. XVe-XVIIIe siècles », Revue historique, no 578, avril-juin 1991, p. 285-320.

10 Romano R., Tra due crisi : L’Italia del Rinascimento, Torino, 1971, p. 56-57.

11 Cazzola F., « Bonifications, investissements fonciers et problèmes hydrauliques dans la basse vallée du Pô (xve-xviie) », Ciriacono S., op. cit., p. 117-138.

12 Ciriacono S., Acque et agricultura, op. cit., p. 246.

13 Darby H. C., op. cit.

14 Lemeunier G., « Drainage et croissance agricole dans l’Espagne méditerranéenne (1500-1800) », Ciriacono S., Eau et développement dans l’Europe moderne, Paris, MSH, 2006, p. 49-68.

15 BnF, Ms. Fr. 16 740, f° 38.

16 Estimations d’après De Vries J. et Van Der Woude A., The First Modern Economy, op. cit., p. 32.

17 AD Seine-Maritime, 9 H 1273, cité dans Penna B., Le marais Vernier : dix siècles d’évolutions paysagères, Caen, Annales de Normandie, 2003, p. 28.

18 D’après Roucaute E., « Gestion et exploitation du marais arlésien au Moyen Âge », Burnouf J. et Leveau P. (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture, Paris, CTHS, 2004, p. 245-251.

19 AD Bouches-du-Rhône 1 F 99, pièce 7.

20 Ibid., f° 3 v°.

21 Ibid.

22 Trément F. et al., « Un ancien lac au pied de l’oppidum de Gergovie (Puy-de-Dôme). Interactions sociétés-milieux dans le bassin de Sarliève à l’Holocène », Gallia, 64, 2007, p. 289-351.

23 Tours G. de, Historia Francorum, V, 25, 33, cité dans Trement F. (dir.), « Un ancien lac… », p. 342.

24 Fournier G., « Sarliève, un lac au Moyen Âge », Association du site de Gergovie, Clermont-Ferrand, no 11, 1996, p. 2-34.

25 AD Puy-de-Dôme, 16 H 100.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Désormais nous utiliserons les abréviations suivantes : lt. pour livres tournois, s. pour sesterces et d. pour deniers.

29 AD Puy-de-Dôme, 16 H 99.

30 Natura 2000, fiche du site FR9112016 (Étang de Capestang), http://natura2000.environnement.gouv.fr/sites.FR9112016.html.

31 Langumier J., Survivre à l’inondation : pour une ethnologie de la catastrophe, Lyon, ENS éd., 2008, 354 p.

32 Caucanas S., Moulins et irrigation en Roussillon du IXe au XVe siècle, Paris, CNRS, 1995, 421 p.

33 AD Aude, S 1021, Rapport signé Desplaces, 3 mai 1843, cité dans Derruau M., « Géomorphologie et histoire de l’étang de Capestang », Bulletin de la société languedocienne de géographie, t. 30, juilletdécembre 1996, p. 227.

34 Derruau M., « Géomorphologie et histoire de l’étang de Capestang », Bulletin de la société languedocienne de géographie, t. 30, juillet-décembre 1996, p. 228-229 ; Abbe J.-L., À la conquête des étangs : l’aménagement de l’espace en Languedoc méditerranéen, XIIe-XVe siècle, Toulouse, PUM, 2006, 331 p.

35 Lavaud S., « La palu de Bordeaux aux XVe et XVIe siècles », Annales du Midi, Privat, Toulouse, t. 114, no 237, janvier-mars 2002, p. 25-44.

36 AD Gironde, H 574, f° 38 et G 123, cité dans Lavaud S., op. cit.

37 Dion R., Histoire de la vigne et du vin en France : des origines au XXe siècle, Paris, 1959, 771 p.

38 AD Gironde, G 123, 3 mai 1619, cité dans Lavaud S., op. cit.

39 AD Gironde, H Jésuite Collège, liasse 95, 18 juin 1619, cité dans Lavaud S., op. cit.

40 AD Gironde, H Jacobins, liasse 34, article XI, 1er juillet 1647, cité dans Lavaud S., op. cit.

41 Penna B., op. cit., p. 19 ; Manneville O. (coord.), Le monde des tourbières, Paris, Delachaux et Niestlé, 2006, 320 p.

42 Meybeck M., Marsily G. de et Fustec E., La Seine en son bassin. Fonctionnement écologique d’un système fluvial anthropisé, Paris/Amsterdam, Elsevier, 1998, p. 263-300.

43 Guézennec L. (coord.), Seine-Aval : un estuaire et ses problèmes, Plouzané, IFREMER, 1999, p. 6-7.

44 AD Seine maritime, 9 H 1279, Aveux et dénombrement de la seigneurie de la Mare, f° 1 v°.

45 Musset L., « Les domaines francs », BSAN XLIX, 1943-1945, p. 25, cité par Penna B., op. cit., p. 22 ; Bloch M., Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Paris, Armand Colin, 1999 [1931], p. 175.

46 AD Eure 387 Edt 4 (copie), cité dans Penna B., op. cit., p. 113.

47 Laporte L. (coord.), L’estuaire de la Charente de la Protohistoire au Moyen Âge, Documents d’archéologie française no 72, Paris, MSH, 1998, 228 p.

48 Ibid, p. 63.

49 Les résultats des fouilles confirment les conclusions de recherches conduites à partir de la télédétection. Raymond Regrain, dans une thèse datant de 1980, avance en effet l’idée selon laquelle les marais de Tonnay-Charente sont restés sous les eaux la majeure partie du Moyen Âge, alors que les marais salants étaient surtout installés à l’ouest des marais de Rochefort : Regrain R., Géographie physique et télédétection des marais charentais, Abbeville, Paillard, 1980, 512 p.

50 Drouin A., Les marais salants d’Aunis et Saintonge jusqu’en 1789, thèse de l’École des chartes, 1935 ; Drouin A., « Les marais salants d’Aunis et Saintonge jusqu’en 1789 », Saintonge, 1936, 1942, 1943 ; Delavaud L., « Côtes de la Charente inférieure et leurs modifications anciennes et actuelles », Bulletin de la société de géographie de Rochefort, 3, t. 1, 1880, p. 165-206, p. 191.

51 Lettres patentes du roi Philippe VI ordonnant la suppression du port précédemment établi au Gué-Charreau, près Surgères, avril 1345, publié dans Archives historiques de Saintonge et d’Aunis, t. XXIV, Registres de l’échevinage de Saint-Jean-d’Angély, Paris/Saintes, 1895, p. 120.

52 Ibid., p. 122.

53 Ibid.

54 Ibid., p. 123.

55 Ibid., p. 126.

56 Blondeau A., Carte géologique de la France, Compiègne, Orléans, BRGM, 1970 ; Carte IGN 1/25 000, 2411 O, Estrées-Saint-Denis ; Manneville O. (dir.), op. cit.

57 AD Oise H 1698, pièce no 1.

58 AD Oise G 1848.

59 AD Oise H 1698, pièce no 4.

60 Ibid.

61 Verger F., Marais et wadden du littoral français, Caen, Paradigme, 1988, p. 338.

62 Les mattes sont les prises les plus récemment effectuées sur l’estuaire. Elle se situe au-delà du cordon dunaire qui sert actuellement de support à la route départementale.

63 Projet de desséchement des marais du littoral sur le versant de la Gironde, Bordeaux, Imprimerie Durand, 1860, 16 p.

64 Enjalbert H., Les pays aquitains, Bordeaux, 1960, p. 196 ; Glangeaud L., « Transport et sédimentation dans l’estuaire de la Gironde. Caractères pétrographiques des formations fluviatiles, saumatres, littorales, et nétritiques », Bulletin de la société géologique de France, 5e série, tome huitième, 1938, p. 599-630 ; Lévêque F., Bordeaux et l’estuaire girondin, Bordeaux, Imprimerie Delmas, 1936, 168 p.

65 Abbe J.-L., À la conquête des étangs : l’aménagement de l’espace en Languedoc méditerranéen, XII-XVe siècle, Presses universitaires du Mirail, 2006.

66 Une synthèse récente a été présentée par Jean-Luc Sarrazin : Sarrazin J.-L., « Les Cisterciens et la genèse du marais poitevin (France) (vers 1180-vers 1250) », Benoit P. et Pressouyre L. (dir.), L’hydraulique monastique : milieux, réseaux, usages, Paris, Créaphis, 1996, p. 111-119. Pour une approche sociologique : Billaud J.-P., Marais poitevins, rencontres de la terre et de l’eau, Paris, L’Harmattan, 1984, 266 p.

67 Sarrazin J.-L., art. cit., p. 116.

68 Ibid.

69 Lucas-Championniere M., De la propriété des eaux courantes, du droit des riverains et de la valeur actuelle des concessions féodales, Paris, C. Hingray, 1846, p. 626-642.

70 Les levadiers sont en charge de l’entretien des levées bordant le Rhône et protégeant le terroir arlésien des débordements du fleuve.

71 Stouff L., « La lutte contre les eaux dans les pays du bas Rhône, XIIe-XVe siècles. L’exemple du pays d’Arles », Méditerranée, no 3-4, 1993, p. 57-68.

72 Ibid.

73 Benoit F., Recueil des actes ces comtes de Provence appartenant à la maison de Barcelone. Alphonse II et Raymond Bérenger V, 1196-1245, Paris, 1925, doc. no 168, cité dans Stouff L., « La lutte contre les eaux… », op. cit., p. 63.

74 Benoit F., op. cit., doc. no 382, cité dans Stouff L., « La lutte contre les eaux… », op. cit., p. 63.

75 Albanes J. H. et Chevalier U., Gallia christiana novissima. Histoire des archevêchés, évêchés et abbayes de France, Arles, Valence, 1899, no 380 colonne 329, cité dans Stouff L., « La lutte contre les eaux… », op. cit., p. 63.

76 Stouff L., « La lutte contre les eaux… », op. cit., p. 63.

77 Accord mentionné dans : BM Aix-en-Provence Ms. 819 (775), Transaction passée entre les consuls et communauté d’Arles et le corps des vuidanges des quartiers de Tresbon, Plan du Bourg et Costières de Crau, terroir de la même ville d’une part et les consuls et communautés des villes de Tarascon et St Remy d’autre au sujet de la derivation des eaux decoulants des lieux superieurs que les habitants d’Arles s’obligent de recevoir du 9 octobre 1619.

78 Ibid.

79 Ibid. La lime désigne ici les limons.

80 Suire Y., Le marais poitevin : une écohistoire du XVIe à l’aube du XXe siècle, La-Roche-sur-Yon, Centre vendéen de recherches historiques, 2006, p. 23.

81 La Popeliniere, La vraye et entière histoire des troubles et choses mémorables avenues tant en France qu’en Flandres et pays circonvoisins depuis l’an 1562, La Rochelle, 1573, f° 1 v°, cité dans Suire Y., Le marais poitevin…, op. cit., p. 23.

82 La Popeliniere, op. cit., f° 318 v°, cité dans Suire Y., op. cit., p. 24.

83 Lettre d’Henri IV à Corisande, juin 1586, cité dans Suire Y., op. cit., p. 17.

84 Baratier E. (dir.), Histoire de la Provence, Toulouse, Privat, p. 219 et suiv.

85 Soma-Bonfillon M., Le canal de Craponne : un exemple de maîtrise de l’eau en Provence occidentale, 1554-1954, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2007, 331 p.

86 Baratier E. (dir.), op. cit., p. 254 et suiv.

87 Dupâquier J. (dir.), Histoire de la population française, t. 2, p. 167.

88 BM Aix-en-Provence, Ms. 819 (775), f° 1 à f° 7.

89 Ibid.

90 Ibid.

91 Ibid.

92 Ibid., f° 8 v°.

93 Ibid., f° 9 v°.

94 Ibid., f° 2 r°.

95 Ibid., f° 3 r°.

96 BM Aix-en-Provence, Ms. 819 (775), f° 7 r° et v°.

97 Ibid., f° 7 v°.

98 Ibid., f° 10 r°.

99 AD Bouches-du-Rhône, 108 E 97, f° 3 v°.

100 Ibid., f° 12 et f° 12 v°.

101 Ibid., f° 12 v°.

102 Ibid, f° 97 r° et v°.

103 Ibid, f° 97 r°.

104 Ibid., f° 98 r°.

105 Ibid., f° 98 r°.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Les assèchements de marais en France de 1599 aux années 1650.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111465/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Graph. 1 – Le produit de la ferme de la pêcherie de Barbegal. Sources : Archives des trinitaires d’Arles, AD Bouches-du-Rhône, 51 H 161 ; BAEHREL (R.), Une croissance…, op. cit., p. 554.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111465/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 1 – Les aménagements du marais Vernier après son assèchement.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111465/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 2 – Les marais de Sacy-le-Grand.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111465/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 3 – Les marais d’Arles et la vallée des Baux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111465/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Graph. 2 – La répartition des coûts de réfection des marais d’Arles selon la sentence arbitrale de 1601. Source : AD Bouches-du-Rhône, 1 F 99, pièce no 110.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111465/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 4 – Les marais d’Arles et la Plaine de Tarascon. Les enjeux de la gestion de l’eau.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111465/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search