Version classiqueVersion mobile

L’assèchement des marais

 | 
Raphaël Morera

Introduction

Texte intégral

1Alors qu’à la fin des années 1960 le sort des marais, tourbières, étangs et roselières paraissait réglé et que leur desséchement à des fins agricoles ou urbanistiques semblait inéluctable, la question de leur existence s’impose aujourd’hui d’une tout autre manière dans les débats publics. Des catastrophes aussi dramatiques que spectaculaires ont récemment montré à quel point la maîtrise de la nature était fragile et illusoire. En 1999, la crue de l’Aude a détruit et emporté des constructions récentes édifiées au mépris des règles élémentaires de sécurité. En 2003, les orages cévenols ont provoqué des crues du Rhône et entraîné la fermeture d’usines grandes pourvoyeuses d’emplois dans la région d’Arles. L’hiver 2010 a été marqué par la tempête Xynthia qui, en l’espace d’une nuit, a rompu un équilibre entre la terre et la mer que l’on n’imaginait pouvoir être remis en cause sur les littoraux poitevins et charentais. Vraisemblablement aggravée par le réchauffement climatique, la répétition de ces événements rappelle que la cohabitation entre les hommes et l’eau doit faire l’objet d’un soin constant.

2Dans le même temps, jamais dans les sociétés modernes, le besoin de « nature » n’a été revendiqué avec autant de force. La protection et la mise en valeur des zones humides figurent parmi les objets de réflexion privilégiés des urbanistes. Les citadins expriment le besoin d’espaces dédiés à la détente et aux loisirs qui ne peuvent exister sans eau. Les aménageurs, mais aussi les édiles et les administrés, sont en train d’inventer de nouveaux modes de cohabitation avec l’eau et les zones humides, de leur attribuer de nouvelles fonctions. Ils rejoignent en cela des préoccupations globales relatives à la protection des milieux naturels. Les marais, intérieurs ou littoraux, sont en effet des conservatoires précieux de la biodiversité et des espaces naturels à protéger. Depuis les années 1970 des conventions internationales enjoignent aux États de protéger leurs zones humides. En Europe, la commission européenne se montre très en pointe dans ce secteur et promeut des politiques qui aboutissent dans certaines régions à l’abandon des desséchements.

3En quelques années, les mentalités et les représentations ont considérablement évolué. On distingue ainsi les grands traits d’un vaste processus de redéfinition des rapports entre les sociétés et les zones humides. L’accélération de l’urbanisation, la globalisation et les avancées scientifiques ont contribué au changement de statut des marais désormais considérés comme des espaces sensibles et stratégiques. En retour, les conséquences d’une pression accrue sur les milieux naturels se font aujourd’hui sentir, poussant les sociétés à bâtir de nouveaux compromis autour de ces espaces. Cette mutation en cours est certes pilotée par les pouvoirs publics, mais elle repose sur de nécessaires négociations avec les acteurs locaux. Elle ne va pas sans poser d’intenses problèmes de gouvernance et de concurrence entre les légitimités. Il s’avère redoutablement difficile de la mettre en perspective afin d’en saisir la substance.

  • 1 De Vries J., Van Der Woude A., The First Modern Economy. Success, Failure, and Perseverance of the (...)

4Or, des évolutions en tout point comparables, bien qu’inverses, n’ont pas manqué de se faire jour au fil de l’histoire. Au cours de l’époque moderne a ainsi triomphé en Europe le discours dessiccateur selon lequel tous les marais devaient être asséchés au nom du développement démographique et agricole et qui a provoqué la redéfinition des relations entre les sociétés et les zones humides. En 1599, Henri IV prit un édit en faveur de l’assèchement des lacs et marais de France et, pour ce faire, accorda un monopole à Humphrey Bradley, ingénieur hydraulicien d’origine brabançonne. Cette initiative royale permit la conquête de nombreux marais dont il est encore impossible d’entreprendre un inventaire exhaustif et dont il demeure difficile d’évaluer la surface des zones effectivement asséchées. Cependant, on peut calculer que la superficie des marais bonifiés en France entre 1599 et les années 1650 se situe dans une fourchette allant de 15 000 ha à 25 000 ha. Elle représente entre 15 et 25 % des assèchements réalisés aux Provinces Unies au cours de la même période1. Les chiffres français apparaissent, dans ce contexte, bien modestes, mais à la différence des Provinces Unies, le royaume de France bénéficiait d’une réserve de terres continentales qui aurait pu lui suffire. Comment, dès lors, expliquer qu’une société choisisse de modifier ses relations avec les marais de manière aussi vaste et en un laps de temps aussi court ?

  • 2 Dienne E. de, Histoire du desséchement des lacs et marais de France avant 1789, Paris, Champion, 1 (...)
  • 3 Fagniez G., L’économie sociale de la France sous Henri IV, Paris, Hachette, 1897, 428 p.

5À dire vrai, les historiens se sont déjà emparés de la question et l’ampleur comme la nature du changement opéré par l’édit de 1599 ne leur ont pas échappé. Les assèchements réalisés au temps des premiers Bourbons sont constitués en objet d’étude depuis le deuxième tiers du XIXe siècle. Si des érudits locaux ont ouvert la voie, il revient au comte Édouard de Dienne d’avoir le premier mis en perspective l’histoire de la mise en valeur des marais sous l’Ancien Régime2. Dans son Histoire du desséchement des lacs et marais de France avant 1789, il met son érudition au service d’une thèse essentielle : grâce à Humphrey Bradley et à ses compétences techniques, Henri IV a initié la modernisation de l’agriculture française. Gustave Fagniez a acclimaté cette approche dans le monde universitaire par la publication de L’économie sociale de la France sous Henri IV3. Pour Fagniez, la conquête des marais constitue l’aspect agricole d’une politique de reconstruction globale, intéressant aussi bien l’industrie que les transports et le commerce. Dienne et Fagniez ont ainsi forgé une histoire des assèchements qui reposaient sur la défense d’un État fort et centralisé, soucieux de moderniser le pays afin de le redresser sur la scène internationale.

  • 4 MaCleod C., Heroes of invention : technology, liberalism and British identity, 1750-1914, Cambridg (...)

6L’écueil majeur rencontré par cette historiographie consiste en l’adoption d’une posture téléologique. En matière technique et économique, cela s’est traduit par l’élaboration d’une histoire du progrès faisant la part belle aux différents héros qui en étaient les promoteurs. Depuis les années 1970, l’histoire des techniques a battu en brèche cette conception en montrant comment les savoirs et les savoir-faire étaient socialement construits et que derrière chaque figure symbolique se cachaient des processus d’élaboration et de circulation très complexes. Christine Mc Leod et Liliane Hilaire-Pérez ont récemment approfondi ces recherches en mettant au jour les enjeux sociaux du statut des grands inventeurs et les mécanismes sociaux de l’invention4. L’historiographie des assèchements modernes participe à tous égards de cette même logique. La figure de Bradley a été construite de manière à symboliser à elle seule le progrès agricole de la France du XVIIe siècle. De même, le rôle clé d’Henri IV correspond à merveille à la mémoire du roi de la poule au pot. L’enracinement de ces images d’Épinal tire sa source d’un discours élaboré dès les premières années du XVIIe siècle. Dans la mémoire administrative, Bradley a ainsi été le seul et unique dépositaire de l’action royale : à travers lui, c’était l’œuvre d’Henri IV qui était désignée. Il paraît cependant réducteur de concevoir que l’assèchement de plusieurs milliers d’hectares de marais ait pu se faire par le simple recrutement d’un ingénieur hydraulicien, aussi compétent qu’il fût.

  • 5 Zeller G., « L’administration monarchique avant les intendants », Revue historique, 197, 1947, p.  (...)
  • 6 Beik W., Absolutism and society in seventeenth-century France: state power and provincial aristocr (...)
  • 7 Bayard F., Le monde des financiers au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1988, 621 p. ; Dessert D., (...)
  • 8 Béguin K., Les princes de Condé : rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, (...)

7Le renouvellement de l’historiographie de la France des premiers Bourbons a en effet mis en exergue l’art de la négociation dont ont dû faire preuve ses dirigeants. Gaston Zeller et Roland Mousnier ont en premier lieu éclairé le processus par lequel la monarchie s’était centralisée et le pouvoir du roi renforcé5. Entre les règnes d’Henri IV et de Louis XIV, le conseil du roi et ses différents avatars sont peu à peu parvenus à imposer leurs décisions aux pouvoirs locaux. Les Parlements ont fait les frais de cette croissance continue et leurs frustrations sont pour beaucoup dans la genèse et les prolongements de la Fronde. Sur ce tronc commun, la recherche s’est par la suite développée dans deux directions distinctes et complémentaires. Les travaux anglo-saxons ont privilégié l’étude des provinces et des pouvoirs locaux dans leurs relations avec le pouvoir central. Daniel Hickey a ainsi montré comment le roi était parvenu à s’imposer comme un arbitre incontournable dans le Dauphiné, poursuivant la démonstration de William Beik dans le Languedoc6. Plus fidèle à une tradition d’histoire sociale, les historiens français ont mis l’accent sur les acteurs de la monarchie. Pionniers dans leurs approches et leurs démonstrations, Françoise Bayard et Daniel Dessert ont mis en évidence le lien entre l’affirmation de l’État et l’élaboration d’un système fisco-financier capable de drainer les richesses du pays vers ses centres névralgiques7. Plus récemment, Katia Béguin a montré comment les logiques aristocratiques de partis et de clientèles s’étaient insérées dans ce processus de construction de l’État8. Au cours du premier XVIIe siècle, la monarchie s’est ainsi renforcée et imposée à la faveur de compromis et de négociation avec les différents organes de la société.

  • 9 Picon A., Architectes et ingénieurs au siècle des Lumières, Marseille, Parenthèses, 1988, 317 p.
  • 10 Pinsseau P., Le canal Henri IV ou Canal de Briare, Paris, Clavreuil, 1943, 321 p.; James A., The N (...)
  • 11 Mukerji C., Territorial Ambitions and the Gardens of Versailles, Cambridge University Press, 1997, (...)

8C’est à la lumière de ces acquis historiographiques que la question des assèchements de marais mérite d’être aujourd’hui reprise. Par son ampleur et son indéniable succès, elle ouvre en effet de nouvelles perspectives pour comprendre ce que signifiait conduire une politique au cours du premier XVIIe siècle et contribue à enrichir l’historiographie de l’État moderne en éclairant ce qui faisait le succès d’une politique publique. Est-il en effet concevable qu’une autorité se renforce sans que son rôle dans la gestion des territoires ne s’affirme ? Les recherches relatives à l’aménagement du territoire peinent à remonter à une période antérieure au règne de Louis XIV et, pour la période moderne, mettent en exergue les fortes évolutions opérées au cours du XVIIIe siècle, lorsque les grands corps d’ingénieur se constituèrent et commencèrent à imposer leur vision de la construction des infrastructures9. Il faut toutefois reconnaître que le premier XVIIe siècle ne se distingue guère par une floraison de grands projets emblématiques. À l’exception notable du canal de Briare, les constructions d’infrastructures n’ont cessé d’être contrariées10. Ignorant le cas des assèchements, l’historienne Chandhra Mukerji a ainsi défendu la thèse selon laquelle les jardins de Versailles, étaient la compensation exigée par le roi à son incapacité à aménager son royaume11. Il semble pourtant y avoir une contradiction entre un constat d’impossible aménagement et celui d’un renforcement et d’une centralisation de la monarchie absolue, fût-ce au prix de constants compromis.

  • 12 Van Dam P.J.E. M et Van Tielhof M., Waterstaat in het stedenland. Het Hoogheemraadschap van Rijnla (...)
  • 13 Darby H. C., The Draining of the Fens, Cambridge University Press, 1956, 314 p.

9Il est frappant de constater que les assèchements européens se sont partout accompagnés d’une participation massive des élites régionales. En Hollande, c’est la bourgeoisie urbaine alors en pleine ascension qui en a le plus bénéficié12. En Angleterre, les assèchements des Fens n’ont pu être menés à terme sans le soutien de la monarchie et l’implication de l’aristocratie13. Partout en Europe, les assèchements ont correspondu à une affirmation et à un renforcement de l’emprise territoriale des élites. Dans ce contexte il paraît pour le moins surprenant que l’aristocratie française soit restée étrangère à ce vaste processus d’appropriation de terres et de droits. Considérer de nouveau le problème des assèchements impose donc de prendre en considération ses aspects sociaux. Quel était l’intérêt de la monarchie à restructurer les équilibres sociaux bâtis autour des zones humides ? Comment l’État a-t-il encadré la participation de ces élites ?

  • 14 Zeischka S., Minverva in de polder: waterstaat en techniek in het hoogheemraadschap van Rijnland ( (...)
  • 15 Ciriacono S., Acque e agricoltura : Venezia, l’Olanda e la bonifica europea in età moderna, Milano (...)

10Sous cet angle, la question du territoire ne recouvrirait toutefois qu’un enjeu politique alors qu’elle comporte toujours une dimension économique évidente et majeure. À l’époque moderne, l’exploitation de la terre constitue le socle de la création de richesses. La conquête des marais compte ainsi parmi les activités les plus lucratives du XVIIe siècle européen14. Aux Pays-Bas, en Italie, en Angleterre, les travaux de drainage ont mobilisé des capitaux impressionnants15. En Hollande, ils ont constitué un des piliers de la réussite économique et commerciale du Siècle d’Or en ne cessant d’attirer les investisseurs amstellodamois les plus fortunés. Les polders ont massivement bénéficié de la libération de capitaux issus de la fermeture du port d’Anvers et de l’afflux d’immigrés flamands à la fin du XVIe siècle. D’une manière générale, l’assèchement des lacs intérieurs de Hollande est une des manifestations de la première mondialisation de l’économie européenne. Dans la mesure où la présence de techniciens, mais aussi de financiers flamands, hollandais, et allemands sont attestés dans les opérations de drainage français, on peut à bon droit se demander pourquoi elles ne participeraient pas d’un processus similaire et comment les fonds nécessaires ont été levés.

  • 16 Locher F. et Quenet G., « L’histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d’un nouv (...)

11On le voit, la mise en doute de la tradition héroïque de l’historiographie des assèchements soulève une foule de questions épineuses qui tiennent cependant en une seule : pourquoi les assèchements de marais se sont développés, voire imposés, avec autant de vigueur dans la France du Grand Siècle ? En d’autres mots : qu’est-ce qui a rendu possible le triomphe des assèchements et du discours dessiccateur ? De ce point de vue l’ampleur des réalisations consécutives à l’édit de 1599 invite à considérer les bonifications du XVIIe siècle comme une véritable politique d’aménagement du territoire, entendu comme une pratique du compromis. Les acquis récents de l’histoire environnementale rendent possible une telle étude16. On ne trouvera nulle trace dans les archives du XVIIe siècle d’un vaste projet d’aménagement comparable à ceux qui ont pu être élaborés dans des périodes plus récentes, si bien qu’il faut renoncer à une démarche strictement politique principalement étayée par des archives produites par le pouvoir central ou des programmes d’assèchements. C’est en abordant la recherche par le prisme des sites et des milieux concernés, par les aménagements, que l’on peut mettre en lumière la cohérence d’une pratique et d’une pensée du territoire. Dans le contexte du XVIIe siècle, reconstruire les modalités de la conduite d’une politique d’aménagement implique donc d’inverser son regard et de partir des conséquences environnementales des assèchements de marais.

12En adoptant cette approche, l’historien est invité à exploiter des archives de natures et d’objets fort diverses. Il lui faut en effet mobiliser les sources les plus classiques de l’histoire de l’État dont les édits ou arrêts des différents Conseils, aussi bien que les décisions des juridictions locales. Ces documents doivent être croisés avec des actes notariés établis à l’occasion des différents assèchements, mais aussi avec des archives familiales. D’un point de vue méthodologique, il importe de procéder à la comparaison des mutations et évolutions observées dans chacun des marais bonifiés afin de dégager la trame et la logique d’une pratique d’aménagement. Une telle approche pose de ce fait la question des critères de sélection des marais étudiés, étant entendu qu’une étude exhaustive semble hors de portée. Cet ouvrage est ainsi construit autour de l’étude de neuf assèchements répartis sur l’ensemble du royaume de France. Si les marais de la côte atlantique y sont plus représentés, ceux des bords de la Méditerranée ou les marais intérieurs ne sont pas pour autant négligés. Tous ces ensembles territoriaux présentent la caractéristique commune d’avoir fait l’objet d’une forte production d’archives. Les marais étudiés le sont donc en raison de la documentation disponible et non pas des caractéristiques des lieux. Pour autant, les connaissances dont nous disposons à leur sujet ne sont pas homogènes.

13Mener à bien cette réflexion impose en premier lieu de s’interroger sur les motivations d’une telle politique (chapitre I). Pourquoi en effet, Henri IV et Sully se sont-ils soudainement souciés du sort des marais du royaume de France ? Une fois ces causes élucidées, la mise en lumière des modalités de conduite de l’action monarchique implique l’étude des moyens mis en œuvre. À ce titre, deux grandes périodes peuvent êtres distingués. Dès 1599, Sully a élaboré un système d’exploitation qui a été repris et renforcé par Richelieu jusqu’à la fin des années 1630 (chapitre II), puis au cours des années 1640, le premier système a été unifié au profit de Richelieu et de Mazarin par l’intermédiaire de leurs banquiers (chapitre III). On peut ensuite établir que, malgré cette césure chronologique, les enjeux relatifs à la prise de possession de la terre sont restés les mêmes (chapitre IV) et que, si politique d’aménagement il y eut, celle-ci doit nécessairement avoir eu des conséquences territoriales tangibles et permis la diffusion d’un nouveau mode d’exploitation des zones humides (chapitre V).

Notes

1 De Vries J., Van Der Woude A., The First Modern Economy. Success, Failure, and Perseverance of the Dutch Economy, 1500-1815, Cambridge, 1997, p. 32.

2 Dienne E. de, Histoire du desséchement des lacs et marais de France avant 1789, Paris, Champion, 1891.

3 Fagniez G., L’économie sociale de la France sous Henri IV, Paris, Hachette, 1897, 428 p.

4 MaCleod C., Heroes of invention : technology, liberalism and British identity, 1750-1914, Cambridge University Press, 2007, 458 p. : Hilaire-Pérez L., L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000, 443 p.

5 Zeller G., « L’administration monarchique avant les intendants », Revue historique, 197, 1947, p. 180 ; Mousnier R., « Les rapports entre les gouverneurs de Province et les intendants dans la première moitié du XVIIe siècle », id., La plume, la faucille et le marteau, Paris, PUF, 1970, p. 201-214 ; id., « Le conseil du roi de la mort de Henri IV au gouvernement personnel de Louis XIV », id., La plume, la faucille et le marteau, op. cit., p. 141-178.

6 Beik W., Absolutism and society in seventeenth-century France: state power and provincial aristocracy in Languedoc, Cambridge, 1988, 375 p.

7 Bayard F., Le monde des financiers au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1988, 621 p. ; Dessert D., Argent, pourvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984, 824 p.

8 Béguin K., Les princes de Condé : rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon, 1999, 462 p.

9 Picon A., Architectes et ingénieurs au siècle des Lumières, Marseille, Parenthèses, 1988, 317 p.

10 Pinsseau P., Le canal Henri IV ou Canal de Briare, Paris, Clavreuil, 1943, 321 p.; James A., The Navy and Government in Early Modern France, 1572-1661, Londres, Woodbridge, 2004, 198 p.

11 Mukerji C., Territorial Ambitions and the Gardens of Versailles, Cambridge University Press, 1997, 393 p.

12 Van Dam P.J.E. M et Van Tielhof M., Waterstaat in het stedenland. Het Hoogheemraadschap van Rijnland voor 1857, Utrecht, Matrijs, 2006.

13 Darby H. C., The Draining of the Fens, Cambridge University Press, 1956, 314 p.

14 Zeischka S., Minverva in de polder: waterstaat en techniek in het hoogheemraadschap van Rijnland (1500-1856), Hilversum, Verloren, 2007, 381 p.

15 Ciriacono S., Acque e agricoltura : Venezia, l’Olanda e la bonifica europea in età moderna, Milano, F. Angeli, 1994, 322 p.

16 Locher F. et Quenet G., « L’histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d’un nouveau chantier », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56-4, octobre-décembre 2009, p. 7-38 ; Nash R., « American environmental history : a new teaching frontier », Pacific Historical Review, 41-3, août 1972, p. 362-372 ; Richards J.-F., The Unending Frontier. An environmental history of the Early Modern World, University of California Press, 2003, 682 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search