Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Troisième partie. Espaces, territoires et temporalités

Faire l’histoire d’un conflit manqué. Pollution environnementale et risques sanitaires autour de Metaleurop-Nord, (1970-2003)1

Judith Rainhorn et Coralie Dumontier

Texte intégral

Cet article prend sa source dans le mémoire de Master réalisé par Coralie Dumontier sous la direction de Judith Rainhorn, soutenu à l’université de Valenciennes en 2010. Ce travail se fonde en grande part sur le dépouillement d’un certain nombre d’archives de la Direction de l’usine et de son Service Environnement entre 1959 et 2002, issues du fonds Metaleurop déposé aux Archives nationales du Monde du Travail à Roubaix (Nord). Merci à Gersende Piernas pour sa disponibilité.

  • 1 Cet article prend sa source dans le mémoire de Master réalisé par Coralie Dumontier sous la direct (...)
  • 2 Déclaration d’un ancien ouvrier métallurgiste de Metaleurop-Nord, Là-bas si j’y suis, France Inter (...)

« Ici, c’est pas une usine où on fabrique du chocolat2... »

  • 3 Il s’agit de Sita-Agora, filiale de Suez-Environnement. Ouverte en 2009, l’usine traite aujourd’hu (...)

1Le 14 mars 2006, sous les yeux d’une foule émue rassemblée sur les terrils environnants, la silhouette altière de la tour à plomb de l’usine Metaleurop-Nord est dynamitée : ce jour-là s’effondre le dernier symbole d’un siècle de métallurgie dans le bassin industriel du Nord-Pas-de-Calais. Espaces dévastés par des décennies d’utilisation intensive qui ont fait place à la désindustrialisation, sablières éventrées le long des quais délaissés du canal de la Haute-Deûle, cheminées et hangars abandonnés, bâtiments rouillés et cités ouvrières dégradées : tous les éléments du paysage crient le désastre environnemental qui fait de ce site l’un des plus pollués d’Europe. Aujourd’hui, une décennie après la fermeture brutale de l’usine Metaleurop-Nord en janvier 2003, la métamorphose – superficielle – est visible. Sur le site de l’usine à Noyelles-Godault, après une « dépollution » conduite au pas de charge à coups d’évacuation de tonnes de gravats de surface et de plantation d’herbe à éléphants, les carcasses rouillées des fours à plomb ont fait place aux bâtiments flambant neuf de l’« écopôle Agora », une usine de retraitement et de valorisation innovante des déchets industriels et domestiques, spécialisée dans le recyclage des véhicules hors d’usage3. Au-delà du scandale économique et social et des polémiques nationales qui ont accompagné l’abandon du site par des entrepreneurs qui ont organisé leur irresponsabilité, il paraît désormais possible de mettre sur le métier l’histoire récente de ce site industriel afin de comprendre la nature du conflit qui s’y est noué dans la seconde moitié du XXe siècle.

  • 4 Les accidents du travail sont fréquents au sein de l’usine Metaleurop, qui occupe de nombreux ouvr (...)

2Situé au cœur du pays noir du Nord-Pas-de-Calais, le vaste complexe métallurgique de Metaleurop-Nord (30 hectares) a généré pendant un siècle des émanations considérables, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’établissement, contribuant à la pollution par les métaux lourds de l’air, de l’eau, des sols et des hommes de son territoire. Le « débordement » industriel est ici massif et durable, à plusieurs titres : les accidents du travail sont fréquents et les affections d’origine professionnelle nombreuses4 ; par ailleurs, sur le territoire de dix communes couvrant environ 45 kilomètres carrés et comptant quelque 58 000 habitants à la fin du XXe siècle, les retombées atmosphériques de l’usine ont provoqué dégradation de l’environnement naturel, du bâti et de la santé humaine et animale pendant un siècle, et continuent de le faire tant la pollution générée est pérenne. Ainsi, de la direction de l’usine aux ouvriers qui y travaillent, des riverains des communes environnantes aux associations écologistes, des agriculteurs aux élus locaux et aux pouvoirs publics, nombreux et divers sont les acteurs d’un conflit environnemental qui, après un long silence, tente lentement d’émerger dans les années 1970. Autour de quelles réalités écologiques s’articule ce conflit ? Quelles sont les revendications portées par les divers acteurs ? Quelle chronologie permet de comprendre l’entrelacs des semiaveux et des dénis partagés dont cette histoire est tissée ? Quelles sont les entraves à la cristallisation du conflit ?

Fig. 1. – La courbe isométrique des pollutions autour des sites Metaleurop vers 1980, ANMT, 2006 002.

  • 5 Archives nationales du Monde du Travail (désormais ANMT), 2006 002. Sur les conditions de recueil (...)
  • 6 Henry E., Amiante, un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, Presses univer (...)
  • 7 Pour une présentation des enjeux de cet objet historique qu’est le conflit environnemental, voir L (...)
  • 8 Voir dans le présent volume la contribution stimulante de Marie-Laure Lemaire-Crespy.

3À travers un certain nombre d’archives inédites de l’entreprise Metaleurop5, notre contribution cherche à établir les manifestations du conflit à l’échelle locale, les affrontements larvés et les alliances de circonstance qui se sont constitués, la résistance et les accommodements de certains acteurs, enfin, qui ont participé à la « production d’une méconnaissance sociale6 » et ont retardé, jusqu’à la rendre caduque, l’apparition d’un conflit ouvert dans une région marquée par une forte tradition industrielle en voie de déshérence. Champ nouveau pour une histoire sociale de l’industrie et de son environnement naturel et humain, la question du conflit repose ici sur une situation paradoxale : tour à tour nourricière et empoisonneuse, ressource ou contrainte, l’implantation industrielle constitue un élément problématique et hautement investi dans le processus négocié que vit chaque individu ou groupe social à l’égard de son environnement7. En ce sens, toute situation de coexistence entre activité productive et société humaine fait apparaître au grand jour les ambiguïtés qui sont le fruit de négociations et d’arbitrages temporaires et toujours fragiles, menés par les acteurs d’un jeu complexe. Ici, contrairement à la situation observée à Saint-Laurent-le-Minier, autre implantation française de Metaleurop, la dégradation de l’environnement n’est pas seulement un héritage laissé par une industrialisation révolue8 : à Noyelles-Godault, l’objectivation et la révélation publique de la pollution environnementale ont eu lieu alors que l’établissement était en pleine activité et étendait son ombre tutélaire sur un vaste territoire. L’histoire de Metaleurop-Nord illustre de manière éclatante comment l’émergence d’un conflit entre ouvriers, riverains et entreprise métallurgique « débordante » est finalement entravée par la tension croissante entre préservation de l’emploi industriel et protection de l’environnement et de la santé humaine.

L’ère du conflit silencieux

Un siècle de fumées nocives

  • 9 Pour des comparaisons stimulantes, voir la contribution d’Ariane Debourdeau et Christelle Gramagli (...)

4C’est en 1894 que la Société anonyme des Mines de Malfidano, fondée un quart de siècle plus tôt à Paris, installe une usine à Noyelles-Godaut (Pas-de-Calais) pour traiter le zinc et la calamine calcinée (carbonate de zinc) de la grande mine éponyme de Sardaigne. Au cœur de l’Europe industrielle, le site est aisément desservi par le rail, la route et le canal de la Haute-Deûle par lesquels arrive le minerai de zinc, via le petit port sarde de Carloforte. Le site choisi présente également l’avantage d’une insertion dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, qui lui permet de trouver, à quelques encablures de l’usine, les tombereaux de charbon nécessaires aux procédés de fusion métallique pratiqués dans l’usine. Pour fournir un marché du zinc en pleine expansion en France et particulièrement à Paris, en raison de son utilisation croissante dans les travaux de couverture, Malfidano vient donc renforcer les deux implantations majeures que sont l’usine d’Auby (Nord), où la Compagnie royale asturienne des Mines transforme le minerai depuis 1868, et celle de Viviez, dans l’Aveyron, où s’est implantée en 1871 la société liégeoise des Mines de la Vieille-Montagne9.

  • 10 Société fondée en 1881 portant le nom de l’un des plus importants sites miniers du groupe, Peñarro (...)

5Utilisée comme entrepôt de munitions par les Allemands pendant l’occupation du Nord de la France, partiellement détruite puis incendiée par l’armée allemande en repli, l’usine renaît après la Grande Guerre. En 1920, la société minière et métallurgique française Peñarroya rachète les ruines de l’usine10. Vient alors le temps de la modernisation, en même temps que celui de l’orientation vers le plomb, que le nouvel exploitant extrait au sud de l’Espagne. On rebâtit l’usine à zinc, on y ajoute un atelier de pressage et de laminage du zinc et du plomb ainsi qu’une grande tour à plomb, construite sur une structure métallique de gratte-ciel importée des États-Unis : destinée à la fabrication de la grenaille de chasse, elle devient pour près d’un siècle, du haut de ses 65 mètres, le symbole visuel de la métallurgie dans le plat pays du bassin industriel lensois, semé ça et là de chevalements et de terrils. À la veille de la guerre, Peñarroya est leader sur le marché du zinc, avec près de 10 % de la production mondiale.

  • 11 Glencore International S. A. est une compagnie de négoce et de courtage en matières premières, don (...)

6Les dégâts subis pendant la Seconde Guerre mondiale sont vite oubliés dans la fièvre de la reconstruction : diversification des gisements utilisés, modernisation des infrastructures, construction d’une nouvelle usine à zinc selon un procédé thermique innovant, développement de la recherche en matière de production de germanium et d’indium de haute pureté, etc. L’établissement de Noyelles-Godault, étendu sur le territoire de la commune voisine de Courcelles-lès-Lens, devient la première usine au monde de production de ces métaux rares : en sortent alors annuellement environ 20 tonnes de germanium et 60 tonnes d’indium. Comptant jusqu’à 1 700 salariés aux heures les plus glorieuses, elle est, à l’échelle locale, après la fermeture du dernier puits de mine à Oignies en 1990, le premier employeur du bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais. Cependant, face aux difficultés qui assaillent le secteur minier et métallurgique dans toute l’Europe dès les années 1980, face à la concurrence étrangère et à l’édiction nouvelle de normes environnementales nationales et européennes qui nécessitent des adaptations de l’outil de production (désulfuration des gaz, retraitement des eaux de rejet, etc.), Peñarroya s’allie avec d’autres sociétés métallurgiques et minières européennes pour fonder Metaleurop S. A. (1988), dont l’actionnaire majoritaire devient le consortium financier Glencore, réputé pour l’opacité de ses opérations financières11.

  • 12 L’expression a d’abord été utilisée par Roselyne Bachelot, alors ministre déléguée à l’Écologie.
  • 13 La chambre sociale de la Cour de cassation a rejeté en septembre 2011 le pourvoi de Recylex, contr (...)

7La fin brutale de l’aventure est bien connue : au matin du 17 janvier 2003, les 830 salariés du site Metaleurop de Noyelles-Godault apprennent la liquidation de leur entreprise. Toute information préalable a été négligée. Les dirigeants ont quitté l’usine. Les salariés sont licenciés sans préavis ni plan social. Le site industriel et ses installations vieillissantes sont abandonnés. La dépollution est laissée à la charge de l’État. Sous l’œil des caméras de télévision, leaders syndicaux et politiques régionaux et nationaux se succèdent pour s’indigner publiquement, dénoncer les « patrons-voyous12 » et appeler à la solidarité nationale avec les salariés désemparés. Depuis, une décennie de méandres judiciaires a vu Recylex, ex-Metaleurop, ex-Peñarroya, ex-Malfidano, échapper toujours un peu plus à ses responsabilités, même si la condamnation récente a mis fin à sa totale impunité13.

Naseaux brûlés et arpents de blé contaminés

  • 14 Les experts de la Direction régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement (DRIRE (...)

8Pendant plus d’un siècle, donc, de 1894 à 2003, l’exploitation et la transformation des minerais de zinc et de plomb, puis la fabrication d’indium et de germanium de haute pureté, ont répandu dans l’atmosphère, les sols et les eaux environnant l’usine, de nombreuses émanations incluant métaux lourds et composants chimiques : cadmium, soufre, arsenic, antimoine, sélénium et mercure, pour ne citer que les plus dangereux. Dans un périmètre de 4 kilomètres environ autour de l’établissement, les retombées atmosphériques sont vives et l’imprégnation des sols élevée, très largement supérieure aux normes admises14. On parle de « pollution historique », le plomb et le cadmium se maintenant dans les sols pendant des milliers d’années, sur plusieurs dizaines de centimètres de profondeur sous la surface du sol. Une pollution chronique qui conduit les sols à des déséquilibres biologiques plus ou moins avancés.

  • 15 ANMT, 2006 002 164, Joosep P., L’Agriculture face aux pollutions industrielles. Un cas exemplaire (...)
  • 16 ANMT, 2006 002 0157, Lettre d’un agriculteur au laboratoire coopératif de l’usine, septembre 1979.
  • 17 ANMT, 2006 002 0157.
  • 18 ANMT, 2006 002 0156. Avec des concentrations allant jusqu’à 1 000 ppm de plomb (soit 1 kg/tonne de (...)

9Il n’est donc pas surprenant que, chronologiquement, les premiers à relever les nuisances liées à la proximité de l’usine soient les agriculteurs. Quoiqu’inséré dans le ruban urbain continu d’une centaine de kilomètres qui prend en écharpe le bassin minier de Béthune à Valenciennes et se prolonge jusqu’au Borinage belge, le secteur de Noyelles-Godault comporte également des espaces agricoles. Au cours de l’année 1950, 30 chevaux décèdent brutalement dans la commune d’Évin-Malmaison ; en 1959, ce sont plus de 120 vaches laitières qui y succombent, phénomène qui se poursuit au cours des décennies suivantes15. Les propriétaires des troupeaux laitiers constatent une diminution de leur production annuelle, les performances reproductrices des brebis s’amoindrissent, des manifestations pathologiques chez les animaux sont attribuées à l’ingestion et à l’inhalation du plomb. Contraints d’adapter leur pratique aux conditions environnementales, de nombreux éleveurs se voient également obligés d’importer du fourrage d’appoint, surcoût considérable qui pèse sur leur exploitation. Déplorant la mort brutale d’animaux herbivores et les troubles qui affectent de nombreux autres, plusieurs éleveurs rédigent une plainte à l’endroit de l’entreprise, afin d’obtenir réparation du préjudice subi. « Nous avons eu des animaux qui restent en prairie la nuit qui ont eu les voies respiratoires brûlées, même le naseau16 » : nul doute n’est émis sur l’origine des blessures dont souffrent les troupeaux, et les divers incidents sanitaires rapportés par les agriculteurs incriminent toujours explicitement l’usine. Les plaintes émanant des éleveurs ne sont pas d’ordre judiciaire mais s’adressent directement à la direction de l’usine, les deux communes de Courcelles-lès-Lens et d’Évin-Malmaison groupant à elles seules près de 80 % du total17. Dans la lignée des éleveurs, les cultivateurs céréaliers dénoncent majoritairement des rendements médiocres attribués à la contamination des sols. En 1989, certains d’entre eux, implantés à proximité de l’établissement industriel, se groupent pour faire analyser leurs sols et apprennent avec stupeur que les terres agricoles y sont très largement... impropres à l’agriculture18 ! Soucieux de défendre leur activité ou, plus précisément, leur propre survie économique, nombre d’entre eux s’attachent à demander reconnaissance du préjudice et compensation financière.

  • 19 Tableau récapitulatif des indemnités annuelles versées aux agriculteurs et aux éleveurs pour la pé (...)
  • 20 ANMT, 2006 002 0158, Lettre de M. Descamps à J.-P. B., exploitant agricole à Évin-Malmaison, 16 no (...)
  • 21 Certains accusent les agriculteurs environnants de considérer Metaleurop comme une « vache à lait  (...)

10Nombre de courriers et de documents attestent ainsi d’une précoce pratique d’indemnisation par l’entreprise. Les premières indemnités versées aux agriculteurs apparaissent dans les archives dès 1968 et subissent ensuite une croissance phénoménale : 22 000 francs en 1968, 80 000 en 1971, 550 000 en 1973... C’est cette année-là qu’un premier protocole est signé entre des éleveurs de la région et l’entreprise, mettant en place un contrôle périodique de la santé animale, sous l’égide de l’École nationale vétérinaire de Maisons-Alfort, et l’indemnisation des éleveurs exposés à des pertes de bétail. L’engrenage est lancé : pendant les décennies suivantes, les sommes dédiées à l’indemnisation des agriculteurs augmentent de manière continue19. Au vu du montant des indemnités reçues par certains, on peut, sans risquer l’exagération, parler du maintien d’une agriculture locale sous perfusion grâce aux subsides versés par Metaleurop. Ainsi, M. B., agriculteur à Évin-Malmaison, est-il par exemple destinataire en novembre 1987 d’une lettre du directeur de l’usine, Jean Descamps, accompagnée d’un chèque de 19 500 francs « représentant l’avance demandée sur [ses] indemnisations 198720 ». Il est très probable que le bouche-à-oreille fonctionne et il apparaît effectivement qu’un nombre croissant d’agriculteurs profite de l’« aubaine » économique que constituent les indemnités liées au droit de polluer que s’attribue en quelque sorte l’entreprise. On peut cependant constater que la pression portée sur Metaleurop-Nord dans ce cadre s’accentue au cours de la période : si les premières indemnisations, négociées de gré à gré, demeurent relativement modestes, le coût de la compensation pour chaque hectare pollué augmente sensiblement à mesure que la question prend de l’ampleur au sein de la société locale, passant de 740 à 1 940 francs entre 1971 et 1974. Face à cette croissance considérable, on comprend que l’entreprise ait eu intérêt à encadrer une pratique jusqu’ici demeurée informelle, d’autant que celle-ci suscite suspicion et mécontentement et que la rumeur gronde, au sein des riverains, de l’existence de « pots-de-vin » versés par l’entreprise aux agriculteurs21. La signature d’un nouveau protocole d’accord entre Metaleurop et le syndicat agricole d’Évin-Malmaison intervient en 1987, instaurant un barème précis pour le dédommagement des exploitants et une amorce de prévention des nuisances, puisque l’entreprise s’engage à améliorer la qualité des rejets de l’usine grâce à un programme d’investissements consenti par la direction. Marché de dupes ou accommodement négocié ? Si la promesse de veiller à la qualité de l’air et la distribution d’indemnités par Metaleurop constituent une véritable avancée pour les agriculteurs riverains, le protocole signé témoigne également du déséquilibre des rapports de pouvoir dans la négociation : l’entreprise fixe le seuil de concentration de métaux lourds dans les fourrages nécessaire à l’indemnisation sensiblement plus haut que la directive européenne prise à ce sujet treize ans plus tôt, violant ainsi explicitement les normes établies par les institutions communautaires.

Soleil de plomb sur le potager

  • 22 Cité dans Fajardie F., op. cit., p. 65. Voir les réactions similaires sur le site de Viviez analys (...)
  • 23 Voir les données issues des études effectuées dans le cadre du Plan de Recherches concertées (PRC, (...)
  • 24 ANMT, 2006 002 0151, Rapport effectué par la faculté agronomique de Gembloux (Belgique) en 1991, à (...)
  • 25 ANMT, 2006 002 0157.

11Souvent propriétaires, toujours exploitants, les agriculteurs sont donc précocement indemnisés puisqu’économiquement lésés par les émanations toxiques générées par l’usine. L’affaire est plus complexe en ce qui concerne les simples riverains qui subissent poussières et fumées. Constatation surprenante, le préjudice économique subi par ceux qui cultivent un jardin potager familial fait, là aussi, l’objet d’une indemnisation précoce, alors que la question de la consommation des légumes produits dans les potagers voisins de l’usine n’apparaît dans le débat public qu’au début des années 1980. Preuve s’il en est que les accords de gré à gré destinés à faire taire d’éventuels griefs de riverains – et le silence consenti par ces derniers – constituent une pratique ancienne à l’échelle locale, qui contribue à renforcer le sentiment d’une gestion opaque et profondément inéquitable de la pollution des zones habitées. Ainsi, dès 1968 au moins, de façon tout à fait informelle –, les habitants des communes environnantes qui le réclament se voient distribuer des subsides par l’entreprise en réparation du manque à gagner que constitue la non-consommation des légumes du potager familial. En 1973, une grosse centaine de détenteurs de jardins bénéficient ainsi des « largesses » de l’entreprise, pour une somme totale de 38 315 francs, soit plus de 300 francs par jardinier et par an (soit un équivalent, en monnaie constante, de 246 euros, année 2012). Certes, la somme n’est pas colossale mais elle dit probablement le prix du silence tel qu’il est alors évalué par l’entreprise. D’autant qu’en la matière, le jeu de dupes est réciproque : des témoignages divers attestent de la poursuite de l’auto-consommation familiale malgré les mises en garde sanitaires répétées. De campagnes d’information en enquêtes épidémiologiques, de circulaires de la DDASS en arrêtés préfectoraux, la population du bassin de Noyelles-Godault, amplement informée, continue pourtant très largement de consommer les légumes du jardin familial, dans un déni du danger qui mêle provocation bravache et fatalisme : « C’est pipo. T’as des gars de quatre-vingts ans, ici, ça fait soixante-dix ans qu’ils bouffent leurs oignons du jardin et ils chantent toujours à la chorale », entend-on par exemple22. D’ailleurs, l’entreprise elle-même contribue à relativiser l’ampleur de la pollution : en dépit d’études inquiétantes établissant une concentration en métaux lourds jusqu’à 66 fois supérieure à la norme dans les radis, carottes, salades et poireaux cultivés dans les jardins familiaux23, les analyses commandées par le service Environnement de Metaleurop-Nord indiquent que ces légumes ne présentent pas « constamment » des quantités de plomb et de cadmium qui remettent en cause leur consommation d’autant que, contrairement à l’alimentation animale, le régime alimentaire humain est relativement varié24. Nulle trace dans les archives d’un protocole global qui encadrerait les conditions de la réparation pécuniaire en cette matière, protocole auquel l’entreprise n’a guère intérêt au demeurant. On ne peut douter cependant, au vu de l’évolution du montant des indemnités versées par l’entreprise, que le bouche-à-oreille fonctionne et que les premiers indemnisés fassent des émules25.

  • 26 Entretien téléphonique avec Daniel Locufier, instituteur à Auby jusqu’en 1979, réalisé par C. Dumo (...)
  • 27 ANMT, 2006 002 0150, Courrier adressé par un couple d’habitants de Courcelles-lès-Lens à M. Vix, d (...)

12De fait, les pratiques informelles d’indemnisation des riverains demeurent jusqu’à la fermeture de l’usine, si l’on en croit les nombreux témoignages qui en attestent tardivement26. Réticents à recourir à l’institution judiciaire, certains s’adressent directement au directeur de l’usine en réclamant une réparation financière en raison, par exemple, de « l’augmentation de la charge et du temps de travail quotidien de la ménagère (aspirateurs, chiffons...) [et d’] une dégradation des peintures et lasures extérieures à refaire tous les ans avec l’investissement de l’argent et du temps que cela implique27 ». Moins d’une dizaine de documents de ce type ont cependant été identifiés dans les archives de l’entreprise qui couvrent plus de quarante ans d’exploitation industrielle. La plupart des subsides n’a donc pas laissé de traces : dans ce monde relativement clos de l’interconnaissance, certaines plaintes se portent probablement oralement. On peut également faire l’hypothèse que certaines formes d’indemnisation (la remise en peinture de la carrosserie de la voiture, piquetée par les émanations acides, par exemple) sont implicitement incluses dans la relation de travail entre l’entreprise et les salariés de l’usine.

13On touche là, en effet, au cœur du problème : si toutes les conditions d’existence d’un conflit environnemental sont réunies, l’emprise économique et sociale exercée par Metaleurop à l’échelle locale entrave sa cristallisation.

Un affrontement qui se dérobe

  • 28 Voir la contribution au présent volume de Marie-Laure Lemaire-Crespy.

14La comparaison avec le cas de Saint-Laurent-le-Minier, autre implantation de Metaleurop située dans le Gard, est éclairante28. Dans cette commune, le conflit traverse deux groupes de population distincts et, en l’occurrence, largement antagonistes : les anciens salariés de la mine d’une part, qui nient l’ampleur de la pollution générée par l’établissement local, et les autres habitants du village, souvent arrivés plus récemment, qui refusent de subir une dette environnementale qui n’est pas la leur, chacun exprimant dans ce cas des intérêts contradictoires, des appartenances et des mémoires socioprofessionnelles concurrentes. De plus, le conflit se noue à partir de 2003, alors que la mine est fermée depuis douze ans et ne constitue par conséquent plus la ressource d’emploi majeure qu’elle fut dans ce village. À Noyelles-Godault et dans les communes environnantes, au contraire, l’immense majorité des riverains vit, directement ou indirectement, de l’usine. Il existe des dynasties de « métallos » salariés dans l’entreprise, et rares sont les familles dans lesquelles on n’a jamais eu à faire à Peñarroya-Metaleurop. Plus encore, l’emploi induit à l’échelle locale par l’usine qui a compté jusqu’à 1 700 salariés à son apogée, occupe nombre de salariés du commerce et des services dans ce bassin de population extrêmement dense. Le déséquilibre démographique est donc majeur entre ceux qui vivent de l’usine, dans son acception la plus large, et ceux qui en sont réellement indépendants sur le plan professionnel et économique, élément qui participe très largement à l’invisibilité durable des nuisances. L’équation – et, de fait, le chantage exercé par l’entreprise – entre emploi préservé et pollution consentie est la matrice qui permet de comprendre l’incapacité des acteurs à construire les bases d’un affrontement à l’échelle locale, entretenant la fiction d’une société apaisée malgré l’empoisonnement massif et continu de la population.

Quel prix pour un enfant saturnin ?

  • 29 Explorant l’espace qui les entoure par les mains et la bouche, les enfants ingèrent de très nombre (...)
  • 30 Tableau rétrospectif publié dans Declercq C., Ladrière L., Brigaud T., et al., Programme de dépist (...)

15Le silence des acteurs locaux à propos des graves effets sanitaires du plomb sur les enfants est emblématique de l’impossible avènement de l’affrontement environnemental29. La première étude épidémiologique sur le saturnisme infantile est lancée en 1974 par la DDASS du Pas-de-Calais, qui procède cette année-là de manière discrète à l’analyse d’échantillons de sang prélevés sur 51 enfants de trois écoles de la commune de Noyelles-Godault. Ses résultats, non publiés, sont communiqués sur demande aux médecins traitants des intéressés. Rétrospectivement, ils apparaissent inquiétants pour la quasi-totalité des individus, deux enfants ayant une plombémie extrêmement forte (supérieure à 100 µg/l de sang, qui nécessite un suivi médical d’urgence). La DDASS impulse, dès lors, une enquête plus vaste dans les cinq communes riveraines de l’usine. Afin de toucher une population peu sensibilisée, les prélèvements ont lieu dans le cadre scolaire, après une réunion d’information destinée aux parents. Les résultats de l’enquête sont consternants : 20 à 30 % des enfants ont une plombémie supérieure à la norme maximale acceptée. Les années suivantes, les prélèvements ne montrent aucun fléchissement de ces taux, qui grimpent même jusqu’à 40 % en 1977 dans une école située pourtant à plus de 2,5 kilomètres de l’usine30. La corrélation entre une plombémie élevée et la proximité du lieu de résidence par rapport à l’usine, la consommation d’eau du robinet ou encore le travail du père de famille chez Metaleurop-Nord fait apparaître un gradient géographique criant qui incrimine directement les émanations industrielles.

  • 31 E. Henry emploie cette expression à propos des victimes de l’amiante dans Amiante, un scandale imp (...)

16Ainsi, entre 1974 et 2003, plusieurs enquêtes épidémiologiques de dépistage du saturnisme menées par les autorités sanitaires apportent la preuve d’une forte imprégnation des enfants par le plomb dans l’ensemble du secteur. Celles menées par l’Observatoire régional de la Santé en 1985 et 1988 font même éclater au grand jour l’intoxication saturnine dont souffrent 14 % des nouveau-nés dans les communes voisines de l’usine, témoin d’une forte imprégnation in utero. À nouveau, en 1994-1995, un enfant sur six présente une plombémie supérieure à la norme, la proportion grimpant à un sur quatre parmi les familles résidant à moins d’un kilomètre du site industriel, proportion qui reste stable à travers toutes les enquêtes jusqu’en 2002. Quelques exceptions font frémir : à Évin-Malmaison, commune située sous les vents dominants, la part d’enfants présentant une intoxication saturnine atteint 32 % en 1999. L’école maternelle Françoise-Dolto y détient le record de poussières de plomb sur les sols extérieurs avec un pic à 41 000 µg/m2, 41 fois supérieur au seuil d’alerte pour effectuer des travaux d’urgence. Or, jamais, pendant cette période où l’impact colossal de la pollution environnementale est démontré, la question n’est sérieusement posée de l’indemnisation du préjudice sanitaire subi par la population et en particulier par les enfants, plus sensibles que les adultes à la toxicité du plomb. Alors que l’empoisonnement se poursuit, s’ajoutant à la pollution historique du site, les risques encourus sont occultés et la réalité du danger déniée, dans un processus collectif de « confinement des souffrances31 ».

Don Quichotte vert contre les moulins (propres ?) de Metaleurop

  • 32 Rosanvallon P., Le modèle politique français, Paris, Seuil, 2004, p. 420.
  • 33 Réunion du 19 novembre 1982 évoquée par Émile Vivier, président de Nord-Nature, sur le site Intern (...)

17Dans le contexte politique de la création du premier ministère de l’Écologie et du « moment associatif32 » post-1968, l’association Nord Nature voit le jour en 1977 et se montre particulièrement active au sujet de la pollution du bassin de population autour de l’usine Metaleurop-Nord. S’emparant des résultats des études pédologiques et épidémiologiques menées par les pouvoirs publics (INRA, DDASS, BRGM, etc.), elle cherche à porter à la connaissance du public l’ampleur de la pollution générée par l’usine. Loin de se borner à l’information des habitants, elle intervient également en interpellant les pouvoirs publics à différentes échelles (communes, préfecture, ministère) et l’industriel lui-même. Déposant une plainte contre l’entreprise auprès de la Commission des Communautés européennes dès 1982, l’association obtient dans le même temps une entrevue avec le directeur de l’usine de Noyelles-Godault, dont il ressort que les divers participants (direction de l’usine, représentants de l’École vétérinaire, ingénieur agronome, élus locaux, etc.) s’ingénient à démontrer la faiblesse des nuisances industrielles et les efforts déployés par l’entreprise pour renforcer la sécurité des personnes33. Avec une persévérance impressionnante, le Bulletin de l’association apporte régulièrement les éléments scientifiques de l’objectivation de la situation environnementale désastreuse, dénonce le scandale de l’hypocrisie et des faux-semblants et le consentement silencieux également partagé par l’entreprise et l’immense majorité des riverains.

  • 34 La Voix du Nord (La Voix du Samedi), 9 novembre 2002. Quelques années plus tôt, en 1995, une plain (...)
  • 35 Jean-Claude, comptable à Metaleurop-Nord, cité dans Fajardie F., op. cit., p. 79.
  • 36 Sur la lente conversion de l’industrie aux normes environnementales, voir Boullet D., Entreprises (...)
  • 37 Voir Pitti L., « Experts bruts et médecins critiques. Ou comment la mise en débats des savoirs méd (...)

18Ce n’est ainsi qu’en 1998 qu’est créé un Comité de défense collectif à Évin-Malmaison. Multipliant les réunions publiques d’information dans une perspective de sensibilisation des riverains, il entame pour la première fois un processus de judiciarisation du conflit en soutenant la plainte d’une soixantaine de familles contre Metaleurop pour « empoisonnement, non assistance à personne en danger et mise en danger de la vie d’autrui34 ». Par cette mobilisation, il brise l’apparente homogénéité du corps social à l’égard du problème environnemental. Ainsi, outre le caractère démesuré et désincarné de l’adversaire auquel il s’oppose, le comité évinois subit les foudres d’une partie de la population dépendant économiquement de l’usine, qui voit dans l’association le cheval de Troie de l’Écologie menacer la forteresse Emploi. Les mots échangés ne sont pas tendres : « Ça a jamais été Tchernobyl, ici, contrairement à ce que disait l’autre Verte, présidente de la région, Marie-Christine Blandin35. » Parallèlement, l’entreprise parvient, avec un certain succès, à accréditer l’idée de sa conversion à la cause écologique36. Brochures d’information, comptes-rendus de réunion, participation à des journées d’information attestent de l’importance croissante que prend ce sujet au sein des services internes de l’entreprise, au point qu’il en vient à se substituer partiellement aux préoccupations concernant les maladies professionnelles37. De fait, sous l’impulsion de la législation nationale, des directives européennes et, enfin, de l’inspection des installations classées Seveso, l’usine doit consentir des investissements relativement lourds pour mettre aux normes ses installations, moderniser certains procédés de fabrication et réduire les différents rejets dont elle est responsable. La mise en place de filtres de cheminées plus performants et de retraitement d’une partie des fumées aboutit en effet à la diminution importante des émanations au cours du dernier quart du XXe siècle, comme en témoignent ces données issues de la Direction régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement.

Année

Plomb

Zinc

Cadmium

1970

350

NC

NC

1978

148

NC

NC

1985

67

57

4

1993

32

52

1,4

2000

22

24

0,7

  • 38 La diminution des effluents n’entraîne pas nécessairement la diminution de la plombémie chez les r (...)

Source : DRIRE Nord-Pas-de-Calais.
Tableau 1. – Rejets atmosphériques de l’usine Metaleurop-Nord (en tonnes/an, chiffres arrondis)38.

19Ces résultats permettent à l’entreprise de faire passer les efforts consentis afin de mettre l’usine en conformité avec les normes légales pour une véritable politique écologique soucieuse de la préservation de l’environnement et de la santé publique. Ainsi, le service Environnement de la direction de l’usine, en collaboration étroite avec les services Hygiène et Sécurité, s’emploie-t-il à partir des années 1970 à accréditer, auprès des différents acteurs en présence et du public en général, l’idée d’une révolution écologique au sein de l’entreprise. Dès 1972, un courrier lucide du directeur du siège de Metaleurop à Paris, adressé au directeur de l’usine Metaleurop-Nord et au responsable de son service Environnement, est à cet égard éclairant :

« Je tiens à attirer tout particulièrement votre attention sur l’importance que nous nous devons d’accorder à la protection de l’environnement et à la lutte contre les pollutions. Ce souci de protéger l’homme et la nature prendra certainement, et à juste titre, une importance de plus en plus grande dans les années qui viennent. Nous devons nous en réjouir même s’il en résulte pour nous des contraintes. Il est certain que, par ses activités industrielles, notre groupe pourrait perturber l’environnement ou créer des pollutions. »

20De ce constat de l’évolution du contexte défavorable à l’activité de la firme, le directeur général tire une décision programmatique :

  • 39 ANMT, 2006 002 0157, Lettre du directeur du siège de Metaleurop (Paris) au directeur de l’usine Me (...)

« Je vous demande [...] de veiller à ce que les réglementations en vigueur à ce sujet dans chaque pays ou région soient continuellement et rigoureusement respectées dans chacune de nos installations. Je rappelle que, récemment, des usines métallurgiques ont dû être arrêtées pour des raisons de pollution, en particulier au Japon, aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Mais ce minimum est insuffisant et je tiens à ce que, partout où nous sommes présents, soit évidente notre volonté d’être à la pointe dans ce domaine39. »

  • 40 Le service Environnement de Metaleurop-Nord amasse au cours de ces trois décennies une importante (...)
  • 41 ANMT, 2006 002 0154, Rapport élaboré par le service Environnement en 1995 sur l’évolution des dépe (...)
  • 42 La Voix du Nord, 15 septembre 2000.

21Alors qu’il est clairement question, au travers de ces évocations du respect des normes environnementales, de la survie de l’entreprise, le terme de « politique écologique » est, dans les décennies qui suivent, fréquemment employé dans les documents émanant de l’usine même de Noyelles-Godault40. La stratégie grossière fonctionne : la politique de communication extérieure de l’entreprise, menée à grands renforts d’études scientifiques et de subventions présentées comme généreuses et désintéressées, semble convaincre acteurs et observateurs, prompts à prendre des vessies pour des lanternes. L’ampleur des sommes consacrées à ce poste est constamment brandie par l’entreprise, quand les chiffres annoncés mêlent en fait dépenses d’investissement, de modernisation et de sécurité – tous postes indispensables à l’activité d’une entreprise industrielle et qui n’attestent que très partiellement de sa prétendue conversion écologique41. Abusé par cet écran de fumée, le puissant quotidien régional La Voix du Nord va même jusqu’à écrire que l’entreprise « épouse la cause environnementale et reverse 610 000 euros à EDA [Association Écologie Développement Alternatif] pour les consacrer aux actions innovantes telles que la reconquête des sols pollués, convention unique en France42 ! » Empoisonneur, Metaleurop, se drape d’une générosité financière et, témoignant ainsi de son intérêt pour la recherche scientifique, se fait passer pour empoisonné... par des écologistes radicaux qui auraient juré sa disparition.

22Ces « efforts » consentis par l’entreprise justifient le soutien qu’elle attend de la part des pouvoirs publics et, en particulier, des élus locaux qui jouent, dans ce conflit qui peine à émerger, un rôle largement temporisateur.

Les élus locaux, de l’intérêt bien compris à la complicité tacite

23À l’image de ce courrier, adressé par le maire de Courcelles-lès-Lens au directeur de l’usine en 1987, les réclamations des élus répercutant le mécontentement de leurs administrés demeurent toujours respectueuses... et largement incantatoires :

  • 43 ANMT, 2006 002 0156, nous soulignons.

« J’ai le regret de porter à votre connaissance plusieurs réclamations concernant la pollution dont sont victimes soit les habitants proches du terril, soit certains Courcellois. [...] Trop de personnes des secteurs précités se plaignent de ces [pollutions] qui suscitent de vives récriminations quant [sic] ce ne sont pas des réclamations. Je pense qu’il est temps de résoudre d’une manière satisfaisante ces deux problèmes qui ne sont pas nouveaux. C’est pourquoi je vous demande de me faire connaître quelles solutions vous comptez prendre pour en diminuer, dans un premier temps, les effets plus ou moins nocifs et, dans un second temps, trouver les moyens techniques appropriés pour les éviter43. »

  • 44 « Metaleurop : Germinal en 2003 », film de Jean-Michel Vennemani, Malavida Films, Compagnie des Pha (...)

24Les nuisances de l’usine sont ainsi systématiquement minimisées dans le discours des élus locaux. Alors que les pouvoirs publics sont pleinement informés de la gravité de la situation par les études pédologiques, atmosphériques et épidémiologiques qui fleurissent à partir du milieu des années 1970, aucune politique à l’échelle des communes environnantes ne témoigne de la prise en compte de cette situation écologique exceptionnelle. « La région c’est un bastion socialo, truffé de cocos obnubilés par l’emploi » déclare un observateur irrité par la cécité de nombre d’acteurs locaux44. Bien souvent, les maires des communes voisines, quelle que soit leur appartenance partisane, semblent se satisfaire des mots d’apaisement et des promesses d’amélioration de la part de l’entreprise. Au maire de Leforest qui faisait état de plaintes récurrentes de ses administrés, le directeur de l’usine répond :

  • 45 Lettre du directeur de l’usine Metaleurop-Nord au maire de Leforest, 1986, ANMT, 2006, 002 156.

« J’espère que vous êtes convaincu que nous nous soucions de la pollution et que nous cherchons à être vigilants au sujet des problèmes (les moyens humains et matériels le prouvent). Ils seront encore améliorés dans un proche avenir45... »

25Les courriers qui abondent dans les archives du service Environnement de l’usine témoignent de la faible combativité des élus.

  • 46 La directive européenne Seveso fait suite au rejet accidentel de dioxine sur la commune de Seveso (...)
  • 47 Le Nouvel Observateur, 30 janvier 2003.
  • 48 Confrontée à l’« incident », l’entreprise n’a pas avisé les services compétents, contrairement à s (...)

26En effet, alors que l’établissement de Noyelles-Godault est recensé parmi les usines les plus polluantes de l’Union européenne et se voit classée en « seuil haut » par la directive Seveso II46, il fait avant tout figure, aux yeux de nombre de responsables locaux, de plus important pourvoyeur d’emplois de ce sous-espace régional et, à ce titre, mérite qu’on l’épargne. D’autre part, les collectivités locales et, en particulier, les budgets des municipalités, bénéficient très largement de la manne financière que constitue la taxe professionnelle issue de l’activité métallurgique de Metaleurop-Nord, une poule aux œufs d’or dont la disparition mettrait en péril l’équilibre des comptes de toutes les communes. Ainsi, soucieux de protéger l’emploi ouvrier dans une région en voie de désindustrialisation rapide, beaucoup d’élus naviguent dans des eaux troubles à la recherche d’un équilibre précaire entre l’économiquement possible et l’écologiquement souhaitable. Cette attitude les conduit le plus souvent à prendre parti pour l’entreprise en minimisant l’impact environnemental et sanitaire de ses activités, dans une posture de déni qui confine à la cécité volontaire et à l’irresponsabilité. C’est le cas par exemple lorsque le maire de l’une des communes voisines de l’usine songe à aménager une plage comprenant des espaces destinés aux sports nautiques sur la berge d’un étang tout proche du site industriel, dont les bâtiments seraient cachés par un mur haut de 36 mètres47 ; c’est le cas encore sur le site de la gare d’eau de Courcelles-lès-Lens qui accueille, jusqu’en 2003, un centre de loisirs estival fréquenté quotidiennement par 230 enfants des écoles publiques municipales dans un espace contaminé à 1 000 ppm de plomb, officiellement identifié comme tel depuis 1985 ; c’est le cas enfin lorsque les maires des communes concernées se contentent d’envoyer un courrier de mise en garde au directeur de l’usine Metaleurop-Nord après l’« incident », survenu le 12 avril 2002, au cours duquel dix tonnes de dioxyde de soufre se sont échappées des cheminées de l’usine dans le plus grand secret48.

27Le chantage « santé contre emploi » de Metaleurop, qui menace de fermer une usine contrainte de se conformer à des normes drastiques de protection de l’environnement, fonctionne donc à plein. À l’échelle locale, en effet, aucun responsable ne veut être accusé de se faire le fossoyeur de l’emploi industriel qui structure le marché du travail régional. De la légitime protection de l’intérêt communal à la complicité tacite avec l’empoisonneur, il n’y a qu’un pas que de nombreux élus ont tôt fait de franchir. Retardant, par leurs réticences affichées, l’instauration d’un Projet d’Intérêt général (PIG) dont la mise en place est demandée par les pouvoirs publics depuis 1985, plusieurs élus des communes voisines de l’usine vont jusqu’à déposer un recours devant le tribunal administratif de Lille contre le PIG finalement instauré en 1999. Celui-ci interdit en effet les constructions immobilières dans les zones les plus contaminées et fait craindre la dévaluation de la valeur foncière dans trois communes concernées. En raison de l’opposition des élus, le PIG n’est transcrit qu’en 2002 dans les plans locaux d’urbanisme, les maires continuant entre temps à distribuer des permis de construire dans des espaces à forte teneur en métaux lourds.

28On voit donc bien comment, dans une configuration complexe où les acteurs jouent bien souvent double jeu, la tension croissante entre le maintien de l’emploi et les préoccupations sanitaires empêche le conflit de se faire jour. Les salariés de l’entreprise, grands absents de l’affrontement qui peine à se structurer au cours des années 1980 et 1990, y constituent incontestablement les otages principaux et la force d’inertie majeure. La fermeture brutale de l’usine, en janvier 2003, redistribue les rôles de ce jeu de dupes séculaire.

Épilogue : les ressorts d’un conflit « manqué »

Délier les langues

  • 49 Cité dans Fajardie F., op. cit., p. 78.

29La loi du silence s’est donc imposée aux ouvriers et employés de l’usine, au demeurant également riverains. Un phénomène d’aliénation qui n’a fait que s’accroître avec le processus de désindustrialisation et le contexte de contraction générale du marché du travail, occultant toute préoccupation sanitaire au profit de la lutte pour la préservation de l’emploi à court terme. Le plomb et ses effets délétères, les « métallos » les connaissaient, pourtant ; bien avant les premières enquêtes épidémiologiques qui ont mis au jour l’importance du saturnisme infantile dans la région, le savoir profane de ceux qui, quotidiennement, sont confrontés aux métaux lourds sur le lieu de travail, les incite à s’en protéger avec une efficacité souvent médiocre : « Quand j’ai commencé à Peñarroya, c’était très dur, très malsain, beaucoup de fumée, peu de ventilation. Il y avait des moments, on ne voyait même pas le gars d’à côté » déclare un ancien ouvrier49.

  • 50 Pitti L., « Du rôle des mouvements sociaux dans la prévention et la réparation des risques profess (...)
  • 51 Voir Pitti L., « Experts bruts et médecins critiques... », art. cit., p. 91.
  • 52 Source : DRIRE Nord-Pas-de-Calais, 2002.

30Ainsi, les causes et les effets du saturnisme sont parfaitement identifiés par les ouvriers exposés. D’autres usines du groupe Peñarroya ont d’ailleurs connu de puissants mouvements de grève fondés sur des revendications d’ordre sanitaire, brandissant le danger du saturnisme d’origine professionnelle – en particulier les établissements de Saint-Denis (1971) et de Lyon-Gerland (1972) – et remettant en cause l’expertise unique des maladies professionnelles par la médecine du travail50. Les ouvriers de Noyelles-Godault, eux, n’ont pas déclenché de tels conflits et semblent être restés confinés dans une situation de relégation à la fois sociale, géographique et politique. Dès la fin des années 1960, des campagnes d’information et de dépistage du saturnisme professionnel ont été mises en place au sein de l’usine, les analyses sanguines réalisées chez les ouvriers attestant d’une plombémie fréquemment supérieure aux normes acceptées. Tout en constatant que de très nombreuses atteintes sont « probables » parmi les ouvriers, le médecin du travail de l’usine, le Dr Mathot, participe très largement à l’invisibilisation du phénomène à l’échelle nationale, d’autant qu’il est l’auteur d’un index de mesure toxicologique de la plombémie qui permet de sous-estimer l’ampleur de la maladie51. À l’échelle de l’usine, pourtant, le nombre des inaptitudes temporaires prononcées par le médecin du travail pour saturnisme est éclairant : décidée lorsque la plombémie est supérieure à 800 µ g/l de sang, l’inaptitude touche entre 20 et 40 ouvriers chaque année entre 1996 et 2001, sur le millier que compte alors l’établissement52. La rotation des postes permet la gestion interne de ce problème sanitaire :

  • 53 Cité dans Nouzille V., Les empoisonneurs. Enquête sur ces polluants et produits qui nous tuent à p (...)

« On nous changeait de poste quelques semaines en attendant que notre taux retombe puis on revenait. On était mis en “zone verte”, chargés de nous occuper des pelouses et des plates-bandes, le temps de récupérer53. »

31Cette pratique informelle n’a, à notre connaissance, pas laissé de traces précises dans les archives de l’entreprise. En revanche, son récit atteste tout à la fois de la connaissance du phénomène et d’un déni viriliste du risque professionnel par les « métallos » qui confine parfois à l’exaltation du danger.

  • 54 Extrait du film Les années de plomb, réalisé par Stéphane Czubek et Carine Mournaud, CRRAV-France (...)

32À la maison, également, les salariés de Metaleurop connaissent bien les nuisances générées par l’établissement. Les « noirets » des terrils qui volent et se déposent sur les meubles et le linge, les carrosseries de voitures précocement corrodées, l’air irritant qui vient, de temps à autre, rappeler la présence toute proche de l’usine, tout cela fait en quelque sorte partie d’un « contrat » tacite séculaire entre l’entreprise, ses salariés, les élus locaux et les riverains : « Le premier des habitants qui parlait mettait en danger tous les autres, c’est-à-dire ceux qui étaient employés chez Metaleurop54. » Cohabitant avec la menace potentielle que représente l’établissement industriel, la population locale intègre le risque sanitaire et environnemental futur pour prix d’une immédiate prospérité économique toute relative. L’empoisonnement par Metaleurop est une sorte de secret de famille connu de tous, de ceux dont on ne parle entre soi que mezzo voce.

  • 55 Un ancien salarié de l’entreprise cité dans Fajardie, F., op. cit., p. 70. Nous soulignons.

33La fin brutale de l’activité industrielle vient bien évidemment remettre en cause cet équilibre toujours fragile. La tension liée à la pression économique de l’entreprise sur l’emploi ayant disparu, les langues commencent doucement à se délier : la loi du silence qui a si longtemps régné fait place à un concert de lamentations à l’encontre de l’industriel qui a si lâchement abandonné ceux qui se sont tus pendant des décennies pour le laisser polluer en paix. Journalistes, syndicalistes, militants, documentaristes accourent à Noyelles-Godault pour recueillir ces paroles de dépit et de rage. Les élus locaux sortent de la réserve dans laquelle ils s’étaient cantonnés pour désormais soutenir publiquement les anciens salariés et les associations de défense des riverains : « Au niveau du soutien, les maires des treize ou quatorze communes environnantes nous soutenaient, il y avait des manifestations de solidarité. Le conflit était populaire55. »

Le conflit, quel conflit ?

  • 56 Rappelons que Glencore a licencié les salariés de Metaleurop-Nord sans préavis ni plan social et q (...)

34La mise en place de l’affrontement nécessite (au moins) deux parties en présence. Lorsque l’usine tourne à plein régime et « déborde » très largement sur son environnement en crachant ses fumées toxiques, le conflit se dérobe en l’absence d’une masse critique d’opposants aux pratiques de l’usine. Alors que, désormais, le conflit peut éclater, l’entreprise n’est plus là pour tenir tête à ses adversaires, le principal actionnaire, Glencore, s’étant retiré de la partie en organisant sa disparition légale et financière56.

  • 57 Fajardie F., op. cit., p. 42.

35Ainsi, les salariés de l’entreprise, éternels absents d’un affrontement qui couve depuis des décennies, font irruption, remettant en cause les méthodes douteuses de gestion des risques à l’intérieur et à l’extérieur de l’usine. La fermeture brutale de l’usine est vécue par beaucoup comme une humiliation et une atteinte à leur dignité. Mais malgré les décennies d’empoisonnement subi, l’attachement viscéral au métier des « métallos » et la loyauté à l’entreprise, dotée d’une longue tradition paternaliste qui permettait sans ironie aux enfants des ouvriers d’aller « prendre l’air » en vacances, demeurent puissants : « Peñarroya, c’était un nom ; y entrer, c’était une fierté. Comme Renault, si vous voulez. [...] On avait le sentiment de réussir sa vie professionnelle57. » Par conséquent, l’hostilité ou l’animosité se déploie moins à l’encontre de l’entreprise elle-même que de ceux qui sont accusés d’en avoir dévoyé l’esprit, ceux que la rhétorique du moment nomme les « milliardaires sans visage de la mondialisation ».

  • 58 Id., p. 79 (Jean-Claude, comptable à Metaleurop-Nord).
  • 59 Voir le communiqué de presse du président d’honneur de l’association Nord-Nature le 20 janvier 200 (...)

36Longtemps dénigrées, désormais accusées d’avoir ébranlé la solidité économique de l’entreprise par leurs attaques incessantes, les associations écologistes et de défense des riverains s’avèrent la cible principale des salariés de l’usine dans ce conflit multiforme : l’ironique et amer « Merci les Verts et l’association de la Malmaison ! » résonne fréquemment devant les grilles de l’usine désertée58. La violence qui s’exprime à leur encontre et leur attribue la faillite économique du bassin d’emploi paraît pourtant sans commune mesure avec l’inefficacité dans laquelle elles se sont débattues pendant des décennies. Les associations elles-mêmes ne peuvent que se dégager de toute responsabilité dans le désastre présent et déplorer l’incurie des pouvoirs publics et l’inconscience d’une grande part de la population victime de sa cécité volontaire59.

37Quant aux élus locaux, acteurs majeurs du statu quo pendant des décennies, ils tentent de faire oublier leur complicité tacite avec l’entreprise polluante en affichant un soutien indéfectible à l’égard des salariés désemparés et en collaborant avec l’État pour le sauvetage économique de la région. Confisqué par la disparition de son principal protagoniste, le conflit environnemental tronqué autour de Metaleurop s’éteint dans l’effort de solidarité d’une collectivité nationale émue par la catastrophe sociale et humaine : c’est finalement l’État qui, se substituant à l’entreprise défaillante, prend en charge la dépollution des terrains, estimée à 28 millions d’euros, et la réhabilitation du site industriel.

Archiver la mémoire

  • 60 Jarrige F., Au temps des tueuses de bras. Le bris de machines à l’aube de l’ère industrielle, Renn (...)
  • 61 Voir [www.chœursdefondeurs.com].
  • 62 Voir le stimulant travail de Gimel J., Metaleurop : mémoire ouvrière, mémoires d’ouvriers, Paris, (...)

38Le recueil des colossales archives de l’entreprise apparaît comme l’un des moyens de sortir du conflit avorté. Alors que la réaction initiale des ouvriers, apprenant la fermeture définitive de l’usine, a consisté à jeter machines et outils dans la Deûle voisine, s’inscrivant dans la longue tradition des luddites fréquemment revisitée60, la préoccupation de faire émerger la mémoire ouvrière du site conduit un collectif d’anciens salariés à travailler en ce sens de concert avec les Archives nationales. Laissées en déshérence sur le site en voie de destruction, les archives de Metaleurop sont préemptées par l’État, triées, classées puis transférées en 2006 aux Archives nationales du Monde du Travail de Roubaix. Recevant le soutien scientifique des archivistes, ce travail est essentiellement pris en charge par l’association « Chœurs de fondeurs », créée quelques semaines après la fermeture de l’usine61. Dans son local de Courcelles-lès-Lens, l’association d’anciens salariés contribue très largement à maintenir vivace le souvenir de ce passé industriel local, en même temps qu’elle apporte un soutien affectif et juridique à ses membres. On peut cependant s’interroger, avec le sociologue Josué Gimel, sur l’homogénéité de la mémoire « officielle » construite et véhiculée par « Chœurs de fondeurs » qui gomme très largement la pluralité des mémoires ouvrières62.

39Ainsi, faire l’histoire des conflits liés aux « débordements » de Metaleurop-Nord fait émerger la complexité des configurations économiques, sociales et politiques à l’échelle du bassin d’emploi, les tensions internes qui traversent la société locale, les affrontements souterrains entre les différents acteurs de ce conflit « manqué », en montrant la fabrication à plusieurs voix de l’invisibilité de la question environnementale dans ce territoire.

Notes

1 Cet article prend sa source dans le mémoire de Master réalisé par Coralie Dumontier sous la direction de Judith Rainhorn, soutenu à l’université de Valenciennes en 2010. Ce travail se fonde en grande part sur le dépouillement d’un certain nombre d’archives de la Direction de l’usine et de son Service Environnement entre 1959 et 2002, issues du fonds Metaleurop déposé aux Archives nationales du Monde du Travail à Roubaix (Nord). Merci à Gersende Piernas pour sa disponibilité.

2 Déclaration d’un ancien ouvrier métallurgiste de Metaleurop-Nord, Là-bas si j’y suis, France Inter, prod. Daniel Mermet, 29 décembre 2003.

3 Il s’agit de Sita-Agora, filiale de Suez-Environnement. Ouverte en 2009, l’usine traite aujourd’hui 12 à 16 000 véhicules hors d’usage par an. Sita s’est d’abord vu confier la dépollution du site industriel et le traitement des déchets dangereux (2003-2006). Le miscanthus, dit également « herbe à éléphants », est une plante originaire d’Asie centrale qui a la particularité d’apprécier les sols chargés en métaux lourds.

4 Les accidents du travail sont fréquents au sein de l’usine Metaleurop, qui occupe de nombreux ouvriers sur des postes à risques. Les plus meurtriers sont dus à l’explosion à deux reprises d’une colonne de distillation du zinc qui tue onze employés et en blesse huit autres en juillet 1993 et janvier 1994, entraînant la fermeture de l’atelier concerné. Les accidents du travail, de même que la reconnaissance des maladies professionnelles au sein de l’établissement, ne font pas l’objet de cet article, qui se concentre uniquement sur le conflit environnemental à l’extérieur de l’usine – même si nous sommes bien conscientes que les enjeux de ces deux aspects de la pollution industrielle sont éminemment liés.

5 Archives nationales du Monde du Travail (désormais ANMT), 2006 002. Sur les conditions de recueil de ce fonds, voir Rainhorn J., « Metaleurop : quand les ouvriers mettent la mémoire en archives », Histoire d’entreprises, 2011, no 9, p. 50-59.

6 Henry E., Amiante, un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 34.

7 Pour une présentation des enjeux de cet objet historique qu’est le conflit environnemental, voir Letté M., « Le tournant environnemental de la société industrielle au prisme d’une histoire des débordements et de leurs conflits », Vingtième siècle, 2012/1, no 113, p. 142-154.

8 Voir dans le présent volume la contribution stimulante de Marie-Laure Lemaire-Crespy.

9 Pour des comparaisons stimulantes, voir la contribution d’Ariane Debourdeau et Christelle Gramaglia dans le présent volume et, sur cette dernière entreprise, la contribution d’Arnaud Péters.

10 Société fondée en 1881 portant le nom de l’un des plus importants sites miniers du groupe, Peñarroya, au nord de l’Andalousie.

11 Glencore International S. A. est une compagnie de négoce et de courtage en matières premières, dont le siège social se trouve dans le paradis fiscal de Barr (canton de Zoug, Suisse). Selon les données disponibles, Glencore contrôlait en 2011 environ 60 % du zinc mondial, 50 % du cuivre, 30 % de l’aluminium, 25 % du charbon, et 3 % du pétrole (voir « Ivan Glasenberg, l’homme qui vaudra 10 milliards », Le Monde, 25 mai 2011). Son fondateur, le belgo-américain Marc Rich, a été condamné aux États-Unis pour violation d’embargo entre 1983 et 2001 et a fait partie de la liste des dix fugitifs les plus recherchés par le FBI, avant d’être gracié.

12 L’expression a d’abord été utilisée par Roselyne Bachelot, alors ministre déléguée à l’Écologie.

13 La chambre sociale de la Cour de cassation a rejeté en septembre 2011 le pourvoi de Recylex, contraignant donc l’entreprise à verser des indemnités de licenciement de 10 000 à 30 000 euros à 460 anciens salariés. Le cas de quelques centaines d’autres reste encore incertain. En revanche, 22 anciens salariés protégés (délégués du personnel, membre du Comité d’entreprise et du CHSCT) se sont vus déboutés de leur demande d’indemnité.

14 Les experts de la Direction régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement (DRIRE) ont relevé en 1979 des teneurs en plomb comprises entre 200 et 1 000 ppm aux abords de l’usine, alors que la norme maximale admise est de 100 ppm. Voir la carte des communes environnantes, montrant la distance de l’usine et la direction des vents dominants, ANMT, 2006 002 0157.

15 ANMT, 2006 002 164, Joosep P., L’Agriculture face aux pollutions industrielles. Un cas exemplaire au nord de Douai, Thèse, Université des Sciences et techniques de Lille, 1986.

16 ANMT, 2006 002 0157, Lettre d’un agriculteur au laboratoire coopératif de l’usine, septembre 1979.

17 ANMT, 2006 002 0157.

18 ANMT, 2006 002 0156. Avec des concentrations allant jusqu’à 1 000 ppm de plomb (soit 1 kg/tonne de terre), la valeur de référence étant de 20 ppm et la norme maximale admise de 100 ppm.

19 Tableau récapitulatif des indemnités annuelles versées aux agriculteurs et aux éleveurs pour la période 1968-1974 dans ANMT, 2006 002 0157.

20 ANMT, 2006 002 0158, Lettre de M. Descamps à J.-P. B., exploitant agricole à Évin-Malmaison, 16 novembre 1987. Nous soulignons.

21 Certains accusent les agriculteurs environnants de considérer Metaleurop comme une « vache à lait », voir Fajardie F., Metaleurop. Paroles ouvrières, Paris, Mille et une nuits, 2003, p. 74.

22 Cité dans Fajardie F., op. cit., p. 65. Voir les réactions similaires sur le site de Viviez analysées dans la contribution d’A. Debourdeau et C. Gramaglia dans le présent volume.

23 Voir les données issues des études effectuées dans le cadre du Plan de Recherches concertées (PRC, 1999), résumées par l’association Nord Nature : http://www.nord-nature.org/environnement/pollutions/sols/metaleurop

24 ANMT, 2006 002 0151, Rapport effectué par la faculté agronomique de Gembloux (Belgique) en 1991, à l’initiative de Metaleurop-Nord.

25 ANMT, 2006 002 0157.

26 Entretien téléphonique avec Daniel Locufier, instituteur à Auby jusqu’en 1979, réalisé par C. Dumontier, 19 juin 2010 ; voir également dans Fajardie F., op. cit.

27 ANMT, 2006 002 0150, Courrier adressé par un couple d’habitants de Courcelles-lès-Lens à M. Vix, directeur de l’usine, en 1990.

28 Voir la contribution au présent volume de Marie-Laure Lemaire-Crespy.

29 Explorant l’espace qui les entoure par les mains et la bouche, les enfants ingèrent de très nombreuses poussières de plomb dans un environnement pollué. Les effets du plomb sur leur système nerveux en plein développement sont sévères et souvent irréversibles, provoquant encéphalopathies, convulsions, retard psychomoteur, troubles du comportement et de l’apprentissage.

30 Tableau rétrospectif publié dans Declercq C., Ladrière L., Brigaud T., et al., Programme de dépistage du saturnisme infantile autour du site Metaleurop de Noyelles-Godault. Bilan de la campagne 2002-2003, Observatoire régional de la Santé Nord-Pas-de-Calais, Lille, 2003.

31 E. Henry emploie cette expression à propos des victimes de l’amiante dans Amiante, un scandale improbable..., op. cit., p. 35.

32 Rosanvallon P., Le modèle politique français, Paris, Seuil, 2004, p. 420.

33 Réunion du 19 novembre 1982 évoquée par Émile Vivier, président de Nord-Nature, sur le site Internet de l’association (www.nord-nature.org).

34 La Voix du Nord (La Voix du Samedi), 9 novembre 2002. Quelques années plus tôt, en 1995, une plainte judiciaire a été déposée contre Metaleurop par la Fédération départementale de la Pêche pour pollution des rivières.

35 Jean-Claude, comptable à Metaleurop-Nord, cité dans Fajardie F., op. cit., p. 79.

36 Sur la lente conversion de l’industrie aux normes environnementales, voir Boullet D., Entreprises et environnement de 1960 à 1990. Les chemins d’une prise de conscience, Genève, Droz, 2006.

37 Voir Pitti L., « Experts bruts et médecins critiques. Ou comment la mise en débats des savoirs médicaux a modifié la définition du saturnisme en France durant les années 1970 », Politix, 2010/91, p. 122.

38 La diminution des effluents n’entraîne pas nécessairement la diminution de la plombémie chez les riverains, qui est stable depuis les années 1970, en raison de la pollution séculaire du site.

39 ANMT, 2006 002 0157, Lettre du directeur du siège de Metaleurop (Paris) au directeur de l’usine Metaleurop-Nord, 16 février 1972. Nous soulignons.

40 Le service Environnement de Metaleurop-Nord amasse au cours de ces trois décennies une importante documentation qui témoigne de l’intérêt qu’il porte à l’impact sanitaire des émanations de l’usine et... à son retentissement public. Voir par exemple le carton 2003 002 953, comprenant notamment un rapport sur le saturnisme infantile commandé par le Service Environnement.

41 ANMT, 2006 002 0154, Rapport élaboré par le service Environnement en 1995 sur l’évolution des dépenses de l’usine face à la pollution générée.

42 La Voix du Nord, 15 septembre 2000.

43 ANMT, 2006 002 0156, nous soulignons.

44 « Metaleurop : Germinal en 2003 », film de Jean-Michel Vennemani, Malavida Films, Compagnie des Phares et Balises, 2003, 95 min. L’appartenance politique des maires est variée, du Parti communiste (Évin-Malmaison) au Modem (Noyelles-Godault), en passant par les « divers gauche » (Courcelles-lès-Lens) et le Parti socialiste (Leforest, Hénin-Beaumont, Ostricourt).

45 Lettre du directeur de l’usine Metaleurop-Nord au maire de Leforest, 1986, ANMT, 2006, 002 156.

46 La directive européenne Seveso fait suite au rejet accidentel de dioxine sur la commune de Seveso en Italie, en 1976, qui a incité les états européens à se doter d’une politique commune en matière de prévention des accidents industriels majeurs. La directive Seveso II (1999) renforce le dispositif de prévention établi.

47 Le Nouvel Observateur, 30 janvier 2003.

48 Confrontée à l’« incident », l’entreprise n’a pas avisé les services compétents, contrairement à ses obligations : le nuage toxique et irritant est identifié le lendemain par le réseau de surveillance de l’air Aremartois. Alors que l’OMS recommande un seuil maximal de 125 µg/m3 d’air en moyenne journalière, les émanations de dioxyde de soufre ont atteint 1974 µg/m3 dans la nuit du 11 au 12 avril 2002. Un « incident » similaire avait déjà eu lieu en décembre 2001. Au début du même mois d’avril 2002, le maire de Mardyck (Nord), confronté à un incident industriel du même type généré par l’usine Total située sur sa commune, avait immédiatement saisi le Procureur de la République en lui adressant une plainte au pénal contre l’industriel (voir Mouvement national de Lutte pour l’Environnement, partie civile dans ce dossier, sur http://mnle.pagesperso-orange.fr/).

49 Cité dans Fajardie F., op. cit., p. 78.

50 Pitti L., « Du rôle des mouvements sociaux dans la prévention et la réparation des risques professionnels : le cas de Penarroya, 1971-1988 » dans Omnes C. et Pitti L. (dir.), Cultures du risque au travail et pratiques de prévention au XXe siècle. La France au regard des pays voisins, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 217-232.

51 Voir Pitti L., « Experts bruts et médecins critiques... », art. cit., p. 91.

52 Source : DRIRE Nord-Pas-de-Calais, 2002.

53 Cité dans Nouzille V., Les empoisonneurs. Enquête sur ces polluants et produits qui nous tuent à petit feu, Paris, Fayard, 2005, ch. 6.

54 Extrait du film Les années de plomb, réalisé par Stéphane Czubek et Carine Mournaud, CRRAV-France 3 Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Zorn International, 2004, couleur, 52 minutes.

55 Un ancien salarié de l’entreprise cité dans Fajardie, F., op. cit., p. 70. Nous soulignons.

56 Rappelons que Glencore a licencié les salariés de Metaleurop-Nord sans préavis ni plan social et que ceux-ci ont dû faire appel à la justice pour toucher des indemnités de licenciement.

57 Fajardie F., op. cit., p. 42.

58 Id., p. 79 (Jean-Claude, comptable à Metaleurop-Nord).

59 Voir le communiqué de presse du président d’honneur de l’association Nord-Nature le 20 janvier 2003, qui dit avoir « la conscience tranquille ».

60 Jarrige F., Au temps des tueuses de bras. Le bris de machines à l’aube de l’ère industrielle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

61 Voir [www.chœursdefondeurs.com].

62 Voir le stimulant travail de Gimel J., Metaleurop : mémoire ouvrière, mémoires d’ouvriers, Paris, L’Ours, 2011.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – La courbe isométrique des pollutions autour des sites Metaleurop vers 1980, ANMT, 2006 002.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111386/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540