Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Troisième partie. Espaces, territoires et temporalités

Apparition et disparition de la pollution de l’espace public. Le cas du village de Saint-Laurent-le-Minier

Marie-Laure Lemaire-Crespy

Texte intégral

1« Une pollution au plomb a été détectée à Saint-Laurent-le-Minier (Gard), un village de 360 habitants, près d’une ancienne mine de plomb et de zinc exploitée par Metaleurop et fermée en 1991... Des prélèvements effectués par les services départementaux ont révélé des quantités de métaux dépassant de cinq à treize fois les normes européennes, notamment dans le hameau dit de la Papèterie. “On s’est aperçu du phénomène par hasard, après qu’un particulier a fait des analyses sur son terrain”, a déclaré à l’AFP le maire. » C’est ainsi qu’une dépêche de l’Agence France Presse inaugure, le 8 mars 2005, la médiatisation d’une pollution aux métaux lourds à Saint-Laurent-le-Minier.

  • 1 Gazette des Malines, no 54, mars 2005.

2Avec la multiplication des fermetures de sites industriels, le cas de Saint-Laurent-le-Minier n’est pas isolé. Ce qui frappe ici, c’est que les affrontements au sujet de la pollution ne recouvrent pas le seul antagonisme entre des exploitants présumés responsables et des populations locales victimes, mais semblent se jouer avant tout parmi les habitants, entre d’une part les anciens salariés de la mine et leurs familles originaires du village, et d’autre part les nouveaux habitants n’ayant, eux, pas connu la mine. La charge conflictuelle tend à être dirigée contre l’État, assimilé à un « faiseur de pollution1 ». Certains habitants semblent ainsi davantage se percevoir comme l’objet d’une stigmatisation à laquelle conduisent les études sur les risques sanitaires menées par les pouvoirs publics, que comme des victimes du fait de la contamination de leur environnement.

  • 2 Duchêne F., « Les affaissements miniers dans le bassin ferrifère lorrain : quand le territoire re- (...)

3François Duchêne constate ce phénomène de transfert de la responsabilité – de l’exploitant vers l’État – lorsqu’il étudie les affaissements miniers dans le bassin lorrain2. Il interprète en partie ce phénomène comme le résultat de l’évolution du statut des risques : les risques inhérents à la production deviennent en effet des risques environnementaux. Quand les premiers mettent en péril la santé des mineurs, les seconds affectent l’environnement et créent des situations à risque qui débordent le seul cadre professionnel. Or, l’acceptabilité de ces risques varie selon la nature des intérêts supposés des populations concernées. Travailleurs et riverains peuvent avoir ainsi à défendre des intérêts distincts, parfois conflictuels et concurrentiels, mais qui sont néanmoins susceptibles de converger. Observer ces jeux d’intérêt permet de comprendre les prises de position sur les risques qui peuvent aller de l’acceptation – voire l’invisibilisation – au rejet.

  • 3 Voir notamment : Pitti L., « Experts « bruts » et médecins critiques Ou comment la mise en débats (...)

4Les recherches en sciences sociales sur les « maux du travail » ont déjà mis en évidence les processus de déni et de dévoilement des pathologies d’origine professionnelle3. Outre leur portée critique sur les rapports de domination dans le monde du travail, l’intérêt heuristique de ces travaux réside dans le décryptage des mécanismes d’invisibilisation et de mise en visibilité des risques professionnels.

5Parler « d’invisibilisation » plutôt que d’invisibilité revient à admettre une intention sous-jacente. Elle invite à s’intéresser aux parties prenantes de la pollution en tant qu’acteurs et à leurs logiques d’affrontements ou d’alliances dont la vocation tend à faire accepter ou à refuser le surgissement de la question de la pollution dans l’espace public. En suivant cette approche, on tente ici de saisir les jeux d’intérêts qui font exister puis disparaître la pollution à Saint-Laurent-le-Minier. Cette perspective permet de comprendre comment les modes d’appropriation de la pollution, loin de correspondre à des positions figées, évoluent dans le temps, sous l’effet combiné de la recomposition des rapports de force locaux et des intérêts. Outre les villageois eux-mêmes, les protagonistes de la controverse sont les autorités sanitaires publiques qui font exister la pollution en la nommant et en la mesurant, l’exploitant de la mine (Metaleurop à la fermeture de la mine, devenu Recylex au moment de la controverse) dont la responsabilité est mise en question dès le dévoilement du problème sanitaire et environnemental mais sans être in fine engagée, la municipalité et les différents échelons des pouvoirs publics confrontés à la gestion « pragmatique » du dossier. L’approche choisie consiste ici à étudier l’évolution des processus d’appropriation de la pollution par la population locale.

  • 4 Dix-huit entretiens ont été réalisés lors de deux séjours sur le terrain, en novembre 2009 et avri (...)
  • 5 Le dossier d’abandon indique les mesures qui sont prises pour garantir la sécurité et la maîtrise (...)
  • 6 « Cette gazette est née avec la création de l’amicale des mineurs en décembre 1991, au moment de l (...)

6La présente enquête ethnographique explore les prises de positions des différents protagonistes, en cherchant à cerner si les conflits inter-habitants renvoient à d’autres scènes sociales que la seule objectivation de la pollution. Elle comporte une vingtaine d’entretiens avec d’anciens salariés de la mine dont deux directeurs, un médecin ayant soigné des mineurs, des habitants du village et notamment du hameau de la Papèterie, des membres de l’association contre la pollution, le maire, enfin des agents publics, dont un médecin inspecteur de santé publique4. La démarche est complétée par l’exploitation des archives municipales et celles constituées par les deux derniers directeurs de la mine (archives de Metaleurop, dossier d’abandon5, rapports des agences publiques...). Deux autres sources ont par ailleurs permis d’approfondir l’étude de la mobilisation des anciens mineurs et celle des habitants : les Gazettes des Malines de l’amicale des mineurs6, et le Petit Journal de l’association Bien-Vivre-à-Saint-Laurent.

7La recherche distingue trois temps de l’appropriation de cette pollution par les habitants de Saint-Laurent-le-Minier. Tout d’abord son acceptation large – jusqu’à l’invisibilisation – favorisée par la tradition minière du village. Ensuite, la mise en visibilité de la pollution, au travers notamment de sa médiatisation et de la mobilisation du groupe des « nouveaux habitants ». Dans la controverse qui naît alors sur la réalité de la pollution et ses origines, une partie de la population résiste à ce qu’elle considère comme une disqualification de son village, rejetant la perspective de désignation des responsables de la pollution. Enfin, dans un troisième temps, la mobilisation prend une forme plus institutionnelle, ses acteurs évoluant de l’action associative à l’intervention concertée avec la municipalité. L’attention portée à la pollution prend alors la forme d’un projet « constructif » de « réhabilitation durable » défendu par la mairie, consistant à confiner la pollution sous une couche de béton sur la zone de la Papèterie et à transformer le Hameau en une « éco-cité » conçue dans les règles de l’art du développement durable. Cette logique d’action pragmatique, qui découle de l’impératif de « gérer » la pollution « ici et maintenant », s’oppose à la logique d’expertise qui avait été celle des premiers professionnels en charge de l’évaluation des risques. Elle concourt à une forme nouvelle d’invisibilisation des conséquences sanitaires de la pollution.

Exister après la mine sans rompre avec l’histoire locale

8Comme l’indique la toponymie, l’histoire de ce village du Gard est fortement liée à l’exploitation minière. Celle-ci est attestée dès la période gallo-romaine. Le gisement des Malines est l’un des plus importants d’Europe, avec plus de 800 000 tonnes de métal (zinc et plomb) produites entre 1875 et 1991. Jusqu’aux années 1960, la mine a assuré la prospérité du village et de la commune voisine de Ganges. Des années 1960 à la fermeture en 1991, sa rentabilité est cependant jugée insuffisante par les sociétés minières qui se succèdent (Peñarroya, puis Metaleurop à partir de 1988, devenu Recylex en 2007), marquant cette période d’exploitation du sceau de l’incertitude.

  • 7 Selon les statistiques de l’INSEE de 2005.

9La commune compte 366 habitants selon le recensement INSEE de 2005. Le village se dépeuple depuis les années 1960. Ainsi, 35 % des logements sont des résidences secondaires, 12 % sont vacants7. Néanmoins, Saint-Laurent a enregistré une légère hausse de sa population depuis 1990, du fait de l’arrivée de nouveaux habitants non natifs du village. En dehors de quelques rares entreprises, dont une pisciculture de truites et un studio de production de films d’animation, aucun gros pourvoyeur d’emplois n’est venu compenser le vide laissé par la fermeture de la mine. La plupart des Saint-Laurentais travaillent donc dans les communes environnantes, notamment Ganges ou le Vigan, ou encore à Montpellier. Au recensement de 2005, 58 % de la population est inactive, dont 26,8 % de retraités. Parmi les actifs âgés de 15 à 64 ans, le taux de chômage est de 24,3 %. Enfin, Saint-Laurent est doté d’un fort potentiel touristique, notamment avec la cascade de la Vis, affluent de l’Hérault, et la proximité du pic d’Anjeau.

10La pollution révélée affecte plusieurs zones du village, mais c’est plus particulièrement sur le Hameau de la Papèterie que se focalise l’attention des agences sanitaires et environnementales. Ce lieu-dit est le siège d’une ancienne papeterie transformée au début du XXe siècle en usine de stockage et de traitement des minerais. Aujourd’hui, le site est composé de friches industrielles, de terrils et d’habitations qui sont d’anciennes maisons de mineurs.

« La pollution, quelle pollution ? ! » : de l’acceptation à l’invisibilisation des risques liés à l’exploitation minière

11Les anciens salariés de la mine interrogés nient l’existence de la pollution, accréditant l’idée d’une « découverte » de la pollution vingt ans après la fermeture de la mine. Pourtant, l’analyse des entretiens révèle des positions plus ambigües, qui oscillent entre le déni et des formes confuses de reconnaissance, assorties d’une banalisation des risques.

Fig. 1. – Chronologie de la mise en visibilité de la pollution.

  • 8 Entretien du 24 novembre 2009.

12L’entretien mené avec le couple d’octogénaires Lisette et Germain Assémat illustre bien cette attitude8. Lisette est originaire de Saint-Laurent-le-Minier. Germain est, lui, natif d’une commune voisine et a travaillé comme mineur de fond avant d’être promu à un poste « de jour », dans les bureaux. Pendant l’entretien, tous deux regrettent l’époque ancienne où la vie sociale au village était étroitement liée à la mine. Interrogés sur le « problème des déchets » légués par la mine, voici ce qu’ils répondent :

Lui : « La pollution à Saint-Laurent, ils en ont fait un battage exagéré ! »
Elle : « Oui ! (rit) [...] C’est certain que du plomb, nous en avons. »
Lui : « Y en a partout. »
Elle (reprenant) : « Ça s’appelle pas Saint-Laurent-le-Minier pour rien. Mais bien sûr y a des terrains qui en ont davantage que d’autres. »
« Mais vous, vous n’avez pas eu le sentiment de vivre dans une atmosphère... pourrie, plombée... ? »
Lui : « Non, non. À un moment donné, ils empêchaient de faire le jardin, moi j’en ai toujours fait du jardin, on a toujours mangé des légumes. »
Elle : « Là, en bas, c’était que des jardins d’ouvriers... »
« Parce que quand on parlait avec le maire ce matin, il nous disait qu’il y avait des analyses dont les résultats sont inquiétants. »
Elle : « Parce que maintenant, c’est un fait que plus ça va, plus c’est... c’est... c’est tellement fin vous comprenez, tandis qu’autrefois ils faisaient bien des analyses mais elles étaient pas certainement précises comme maintenant. Et puis certains endroits comme on dit... Y a des endroits comme au pont, vous en aurez, y a des endroits vous en trouverez aussi, mais plus ou moins. »
Lui : « Tenez, rien que là, en passant là, vous avez un pont aérien qui passait là, qui descendait de la mine, qui allait à la Papèterie, avec des bennes... »
« Mais à ce moment-là, on ne s’inquiétait pas ? »
Lui : « Pas du tout, pas du tout ! Elle : pas du tout, pas du tout. Et mon arrière- grand-père a travaillé à la mine, mon grand-père a travaillé à la mine, mon papa a pris sa retraite à la mine, et mon papa est décédé à quatre-vingt ans... Mon frère a pris sa retraite à la mine et il est décédé à quatre-vingt-huit ans. Vous voyez que... »
« On parle de saturnisme, et on a discuté avec le maire, moi je sais pas... mais ce serait les enfants qui seraient le plus exposés ? »
Elle : « Tttutu (avec sa langue). Jamais (détache ses syllabes) nous n’en avons eu. Même le Dr Colin qui était le médecin de la mine l’a bien dit, et je sais pas s’il en parle pas même sur son livre, Pierre. Il dit : “j’ai soigné des malades et je n’ai jamais eu”. »
Lui (la coupant) : « Un cas de saturnisme. »
Elle (reprenant) : « Mais je sais pas ce qui s’est passé, comment ça c’est passé. Ça c’est certain qu’il y a des endroits comme l’endroit où il y a la guinguette à Saint-Laurent ou chez Monsieur le maire, ça c’est des endroits où il y a du plomb. »
Lui : « Parce qu’y avait des camions. »
Elle : « Y avait une pompe à essence là où il y a une petite guinguette, avant le pont [...] à la maison de Monsieur le maire, ben là y avait les pompes à essences et les camions faisaient le plein là. Alors pensez les camions, qui descendaient... ! »

13Les époux Assémat cantonnent donc non seulement la pollution à des zones définies et connues, mais ils excluent aussi l’hypothèse d’un risque sanitaire auquel serait aujourd’hui exposée la population, considérant que la pollution ne peut, pas plus qu’hier, être responsable d’un problème majeur de santé publique.

14La façon dont les habitants se sont appropriés la mine est attestée par certaines pratiques, comme par exemple celle qui consiste à transformer d’anciennes galeries minières en citernes d’eau pour arroser les jardins. Pour ces habitants qui se sont appropriés la mine de cette façon, reconnaître que la pollution est un problème reviendrait à disqualifier leurs propres pratiques, à remettre en cause leur relation avec leur environnement.

  • 9 Marichalar P., op. cit.

15Pourtant, on ne saurait croire à une méconnaissance de la part des habitants natifs du village de la toxicité des déchets miniers et du risque de débordement que comporte leur accumulation locale. Ainsi, dans une lettre datée de 1988, les copropriétaires du lieu-dit le Château (zone située en bordure de la Crenze) font part au préfet de leur inquiétude quant à la menace que représente cet « énorme lac de déchets de laverie retenu par un barrage [...] qui domine le village ». Autre témoignage d’une conscience des impacts de la mine sur l’environnement : les vives discussions, relatées par un ancien salarié de la mine, entre « jeunes » et « vieux » mineurs, durant les dernières années d’exploitation, les jeunes exprimant leur désapprobation face aux pratiques de certains anciens consistant à laisser déborder des stériles (déchets miniers) au-delà du barrage afin de prolonger la durée de vie du dépôt et conséquemment de la mine. L’hypothèse que nous formulons est donc qu’il s’agit bien moins d’une découverte de la pollution que d’un processus de « mise en visibilité » de la pollution. Ce dernier est favorisé par l’évolution des jeux de pouvoir à l’échelle locale, entre d’une part les anciens habitants natifs du village dépositaires de la mémoire locale, et d’autre part les « nouveaux venus » (comparativement aux anciens du village ayant connu l’époque de la mine), revendiquant une légitimité dans la conduite des affaires publiques. Comme nous y invite Pascal Marichalar à propos de ce qu’il nomme « les maux du travail », « il faut alors déplacer le regard de l’invisibilité vers l’invisibilisation ou encore le déni, comprendre pourquoi et comment s’organise l’opacité pour mieux en cerner les enjeux, autrement dit les faiblesses de ceux qui y ont intérêt9 ». C’est ce à quoi nous nous attachons dans ce qui suit : l’étude des jeux de pouvoir autour de la mise en visibilité ou de l’invisibilisation de la pollution par l’analyse des rapports de force entre les services de l’État chargés de la gestion des risques liés à la pollution, et le groupe Recylex, dont « l’effacement » sur le terrain ferait presque oublier son rôle dans l’origine de la pollution.

L’invisibilisation de la pollution

  • 10 Barthe Y., « Cause politique et politique des causes », Politix, 2010/3 no 91, p. 77-102.
  • 11 Le saturnisme infantile est une intoxication grave due à une imprégnation par le plomb (ou la prés (...)

16L’invisibilisation de la pollution est d’abord favorisée par l’opacité du risque sanitaire. Ici ce sont les analyses du sol qui déclenchent la recherche de pathologies associées10. Le nombre des cas pathologiques avérés est cependant relativement faible. Par ailleurs, le saturnisme n’est pas assorti de symptômes aisément repérables. En effet, de faibles taux d’imprégnation au plomb n’ont pas toujours d’effets évidents sur les adultes, tandis qu’une plombémie élevée menace le développement psychomoteur et cognitif de l’enfant11. L’opacité du risque est liée à l’état des connaissances scientifiques. Ainsi, les risques associés aux autres métaux lourds détectés à Saint-Laurent n’ont pas fait l’objet d’investigations sur leurs effets. Cette opacité du risque sanitaire contribue à consolider, voire à accréditer la position de certains anciens mineurs selon laquelle « personne n’a jamais été malade ».

  • 12 Voir par exemple le portrait de la ville de Foulanges, dans le Dijonnais, tracé par Renahy N., Les (...)

17Par ailleurs, l’ancienneté de la mine et la prospérite qu’elle a apportée au village favorisent l’acceptation de ses impacts environnementaux et sanitaires par les habitants qui ont bien connu la mine. Cette frange particulière de la population locale est aussi la plus attachée à l’entreprise exploitante avec laquelle elle partage en quelque sorte un destin commun. Cet attachement rend difficile l’adoption d’une visée critique quant aux conséquences de ses activités passées. De ce point de vue, la population des anciens mineurs reste marquée par la confusion des sphères professionnelles et résidentielles qui caractérisait l’époque de l’exploitation de la mine, à l’image de ces communes dont les différentes facettes de la vie sociale étaient directement régentées par l’usine « du coin12 ».

  • 13 Voir Rosental P.-A. et Omnès C. (coord.), « Les Maladies professionnelles, genèse d’une question s (...)

18La persistance de la négation du risque sanitaire et environnemental observée chez les plus anciens salariés de la mine est aussi à comprendre comme la poursuite, sous d’autres formes, de cette exaltation du risque professionnel auquel le travailleur se trouvait confronté dans la mine. La perception virile de l’usure des corps a déjà été invoquée par les chercheurs pour expliquer l’opacité consciemment entretenue par les acteurs eux-mêmes sur les risques professionnels qu’ils encourent13. Cette perception « altérée » de la pollution et des risques sanitaires par les enjeux identitaires et culturels de cette nature incite-t-elle à prolonger l’attitude du salarié que justifiait auparavant la compensation monétaire à sa prise de risque ?

  • 14 Henry E., Amiante : un scandale improbable, sociologie d’un problème public, Rennes, Presses Unive (...)
  • 15 Entretien du 9 novembre 2011.

19En 2003, à Saint-Laurent, le risque est définitivement sorti de la mine, fermée depuis douze ans : il n’est plus professionnel mais environnemental. Comme cela a déjà été montré dans le cas de l’amiante, le seuil d’acceptation du risque s’en trouve dès lors modifié14. Le médecin sanitaire qui a mené la campagne de dépistage de saturnisme à Saint-Laurent le résume ainsi : « Ici [par rapport à d’autres sites industriels en activité] c’est différent parce qu’on est soumis à un risque passif15. » Il oppose ici au « risque passif » subi par les habitants un « risque actif » subi par les travailleurs de la mine qui ont choisi de travailler pour la mine. Ces derniers seraient-ils dès lors moins « victimes » que les premiers ?

Le refus de la « disqualification »

20Ces tensions entre anciens de la mine et les autres habitants traversent la population. Elles sont perceptibles à partir des différentes prises de position. Ici, la controverse sur l’origine et la réalité de la pollution est l’expression d’intérêts contradictoires, de concurrences des mémoires et identitaires au sein du village. Elle oppose d’un côté les anciens habitants ayant appartenu au monde de la mine, et de l’autre les nouveaux membres de la communauté, dont certains ont le sentiment de devoir payer une partie de la dette environnementale et sanitaire léguée par la mine, sans pour autant bénéficier des dividendes de son activité passée. Face à la désindustrialisation du village qui s’achève et à l’émergence de la pollution dans l’espace public, les anciens mineurs résistent à l’assimilation de leur statut tant à celui d’accusés que de victimes. Ils se sentent mis en cause, notamment parce que la principale zone polluée est celle de la Papèterie dont les maisons ont été vendues par d’anciens mineurs.

21La Gazette des Malines rend compte de ce climat de tension au sein de la population. Jean Assémat, cousin de Germain Assémat et rédacteur de la Gazette, est lui aussi un ancien mineur. Devenu géomètre au terme d’une promotion interne, il est considéré comme le dépositaire de la mémoire de la mine. Dans le dernier numéro des Gazettes publié en décembre 2007, il fait le constat amer que « la corporation des mineurs est en voie de disparition mais contrairement à l’extinction de certaines espèces végétales ou animales, nul ne semble troublé par cette cruelle certitude ». Plusieurs annonces de décès et des messages de condoléances émaillent les derniers numéros. Le monde des mineurs apparaît ainsi comme un monde menacé de disparition physique et symbolique. C’est dans ce contexte que surgit la controverse sur l’origine et la réalité de la pollution, sur la pertinence de la rendre visible, d’en faire une question d’environnement, et enfin que se débat la légitimité d’une intervention des autorités sanitaires.

  • 16 Gazette des Malines, no 54, mars 2005.
  • 17 L’attitude est courante dans ce type d’affaires. Voir par exemple Solecki W.-D., « Paternalism, po (...)

22Dans la Gazette des Malines, « l’entrepreneur de parole » Jean Assémat nie la pollution en déployant tout un registre de (contre-)attaques ciblant aussi bien les victimes que les « professionnels de la pollution », et de façon générale aux « auteurs et acteurs de la campagne d’intoxication » qui « portent atteinte à la dignité du village16 ». Il dénonce ainsi tous azimuts une machination de prétendues victimes qui auraient des intérêts dans la mise sur le devant de la scène de la pollution, la manipulation des « ouvreurs de parapluie » qui invoquent le principe de précaution, l’ignorance et la crédulité de certains qui ne savaient pas « alors que tout le monde savait », et appelle à l’exclusion des étrangers qui n’ont qu’à retourner chez eux17. L’attaque est notamment dirigée contre les agents publics chargés de la gestion de la pollution :

  • 18 Gazette des Malines, no 54, mars 2005.

« Il est probable que la plupart de ceux qui, se croyant investis d’une mission salvatrice, ont pris l’initiative de présenter et de diffuser une image malsaine de Saint-Laurent ne connaîtront jamais l’atmosphère d’une mine et ne seront jamais touchés par la solidarité, la dignité de tous les anciens mineurs fiers de leur métier, de leur travail et de leurs médailles et dont la mémoire ne saurait être ternie18. »

23Le discours développé dans la Gazette vise par ailleurs clairement à contrecarrer une identification des mineurs à celle de victimes. Loin de l’image du mineur de fond réalisant un travail pénible et dangereux, qui serait pris dans un rapport de force trop défavorable pour s’opposer à son employeur, l’un des enquêtés cite ce dicton emblématique : « femme de mineur, femme de seigneur », invocation destinée à faire comprendre à quel point travailler pour la mine constituait une position enviable.

  • 19 Sur la notion d’identité : Avanza M. et Laferté G., « Dépasser la « construction des identités » ? (...)

24La controverse sur la pollution s’insère donc en partie dans la lutte des anciens salariés de la mine pour défendre leur appartenance professionnelle de mineur et leur identité locale19. Or, avant même que surgisse dans l’espace public la question de la pollution, le village était déjà grandement fragilisé par le vieillissement de la population des anciens mineurs et le renouveau sociodémographique. À partir des années 1990, une nouvelle population de « rurbains » vient en effet inverser la tendance d’une baisse de la population. C’est parmi cette catégorie des nouveaux arrivants que naît la mobilisation contre la pollution, sous la forme de l’association nommée Bien-Vivre-à-Saint-Laurent.

Les « nouveaux » habitants se mobilisent contre la pollution... et pour le « Bien-vivre » à Saint-Laurent

  • 20 Entretien du 23 avril 2010, au Hameau de la Papèterie.

25L’entretien avec Louis Mathet20, le fondateur de l’association, témoigne du choc qu’a causé l’annonce de la pollution parmi les habitants. Âgés d’un peu moins de cinquante ans, il habite l’ancien relais de poste du Hameau, où ses deux enfants ont grandi. Il cumule les emplois de professeur de cuisine et d’éducateur spécialisé. Lors d’un entretien réalisé en avril 2010, Louis Mathet se souvient de ce moment :

« En fait la nouvelle nous est tombée vraiment d’un coup, comme ça, on s’y attendait pas, hein. On a appris qu’il y avait une réunion importante sur le village et qui était pilotée par la sous-préfète du moment [...]. Et on savait pas trop, alors bien sûr en se renseignant on avait eu quelques bruits de ce que ça pouvait être, mais ça nous paraissait tellement surréaliste qu’on n’y croyait pas au début. [...] Et donc ils nous ont réunis pour nous donner ces résultats. Et là on est tombé... y a pas de mot... (choqué). »

26Dans la suite de l’entretien, Louis Mathet évoque les restrictions d’usage qui découlent de la pollution :

« Le problème de ces maisons maintenant c’est que le terrain on n’en a pas l’entière jouissance. Moi je suis pas jardinier, mais il m’est interdit de planter des tomates ou des carottes, c’est pas possible. Il m’est interdit d’y construire la moindre chose dessus, je peux plus avoir de permis de construire. Il nous est interdit de toucher à la terre mais imaginez - on est chez nous - on peut pas... ! »

27Son témoignage illustre combien la relation habitante, et plus généralement la représentation du cadre de vie, est affectée par la pollution. Il raconte ensuite la création de l’association lors d’une réunion qu’il a lui-même organisée, avec son épouse, et les tensions immédiates que la nouvelle de la pollution a générées entre les habitants les plus récents et les villageois les plus anciens :

« Il y a eu des gens choqués, par tout ce qu’on apprenait, par l’interdiction des jardins tout ça... Et donc on a eu pas mal d’adhérents mais en même temps il s’est créé une espèce de fronde du village parce que quand même on a un village qui est très corporatiste et c’est vrai que la mine a fait travailler des gens pendant... je sais pas moi, quatre vingt ans... Et c’est vrai que pour eux c’était inacceptable, ou très difficile à entendre, que cet outil, ce métier-là, pouvait leur avoir causé autant de tort. »

28Les membres actifs de l’association rencontrés dans le cadre de cette enquête sont des cinquantenaires, actifs ou jeunes retraités, ayant choisi de s’installer à Saint-Laurent-le-Minier des années auparavant en raison de la qualité du cadre de vie, par désir de nature et d’espace. Leur attachement au village est parfois ancien, mais ils n’y ont qu’exceptionnellement des attaches familiales. À ce titre, le qualificatif de « nouveaux habitants » peut leur être attribué en regard du statut des anciens habitants natifs du village. Éducateur, cuisinier, intermittent du spectacle, ingénieur agronome, employé dans l’administration ou les services à la personne... ces nouveaux arrivants sont des « rurbains ». Ils vivent à Saint-Laurent-le-Minier et travaillent (ou ont travaillé) en ville. Outre leur appartenance professionnelle, c’est là une différence significative avec les « anciens » habitants liés à la mine – salariés de la mine, artisans ou commerçants – qui ont connu une intrication des scènes professionnelles et résidentielles.

29Ces différences socioculturelles déterminent en grande partie leurs modes différenciés d’investissement dans le territoire. Elles permettent de resituer les revendications « écologistes » ou du moins le désir de promouvoir une autre qualité de vie pour les habitants de Saint-Laurent. Témoignent de cette exigence les articles du Petit Journal qui célèbrent le lieu de vie dans ses dimensions relationnelle et paysagère, ou encore les initiatives proposées par l’association comme le nettoyage des bords de la rivière et les soirées de « convivialité ».

  • 21 Elias N., Scotson J. L., Dauzat P.-E. et Wieviorka M., Logiques de l’exclusion. Enquête sociologiq (...)

30Il est donc permis de distinguer deux groupes parmi la population de Saint-Laurent : les « anciens habitants natifs » ayant un lien avec l’exploitation, et les « nouveaux habitants » sans attachement à la mine. Notre hypothèse est que les interactions entre ces deux groupes autour de la pollution sont marquées par les conflits d’intérêts qui les opposent. Nous nous référons ainsi à l’analyse des mécanismes d’exclusion des outsiders par les established que propose l’ouvrage Logiques de l’exclusion21. Selon son auteur, Norbert Elias, les préjugés ne sont pas « extérieurs à la situation [...], ils en sont partie prenante, ils sont inscrits dans les interactions entre groupes et dans leur dynamique ». De la même manière, les prises de position sur la pollution nous semblent jouer un rôle actif dans la reconfiguration des rapports de force au sein du village.

31Dans cette perspective, les conflits autour de la pollution renvoient à une lutte des élites locales pour la conquête du pouvoir municipal. La publicisation de la pollution semble avoir eu pour effet de raviver les intérêts pour le pouvoir municipal au cours de cette phase de renouvellement sociodémographique. L’actuel maire confirme ainsi dans un entretien que la question de la pollution a été l’un des enjeux majeurs de la campagne électorale. Membre fondateur de l’association aux côtés de Louis Mathet, il a présenté une liste sans étiquette qui l’a emporté contre la liste du maire sortant, le boulanger du village.

  • 22 Voir la contribution dans ce volume de Tobias Girard.

32Les tensions vont cependant s’apaiser. Une convergence d’intérêts entre les anciens travailleurs de la mine et les nouveaux habitants luttant contre la pollution va en effet s’opérer autour du souhait de maintenir la valeur du foncier. Car la pollution a aussi des conséquences sur sa dévalorisation. Par ailleurs, la reconnaissance de la pollution ouvre la perspective de versement d’indemnités au titre des dommages subis ou pour compenser la restriction des usages de l’environnement. Enfin, la publicisation de la pollution est susceptible de mettre en péril le développement de la commune. Nous vérifions ainsi le fait que, dans ce type de controverse, les positions sont « instables », et que « tout arrangement [...] reste susceptible de changer22 ».

La quête d’une voie nouvelle d’invisibilisation pour une sérénité retrouvée

  • 23 « Notre association Bien-Vivre-à-St-Laurent est née de la situation de trouble créée par la découv (...)
  • 24 Mathet L., entretien du 23 avril 2010.

33Une alliance émerge ainsi peu à peu entre les anciens travailleurs de la mine natifs du village et les « nouveaux habitants », membres les plus actifs de l’Association, comme en témoigne le Petit Journal. Dès la création de l’association23, le projet « qualitatif » de la mobilisation est mis en avant avec le nom « Bien-Vivre-à-Saint-Laurent-le-Minier ». Ce dernier est préféré à un nom qui aurait fait explicitement référence à la pollution afin de « ne pas être dans le négatif24 » du type « Défense contre la pollution... » Au début de la controverse, le journal a vocation à diffuser l’information sur la pollution face à une mairie jugée défaillante. Quatre ans plus tard, en 2010, le nouveau maire et l’un de ses adjoints expliquent que désormais le journal de l’association n’a plus rien à voir avec la pollution. Voici d’ailleurs comment le support est présenté sur le site internet de la mairie : « Historiquement créé en 2006 comme une émanation de l’association « Bien vivre à Saint-Laurent-le-Minier », le Petit Journal a rapidement pris son indépendance pour devenir un périodique libre, léger, et neutre. » Alors que les premiers numéros traitaient de la pollution, cette thématique disparaît progressivement. L’édito du numéro deux est révélateur de cette évolution rapide : suite à un jeu de mot dans le numéro un qui était sous-titré « Mine de rien », le comité de rédaction fait cette mise au point :

« Certains de nos lecteurs n’avaient pas apprécié le petit clin d’œil “mine de rien” en sous-titre du Petit Journal no 1. Pour nous, il s’agissait sans prétention ou bien sans en avoir l’air de jouer avec le mot “mine”, qui colle si bien avec Saint-Laurent-le-Minier. Malheur ! Certaines personnes ont cru que c’était une critique ou une négation de la “mine”... Soucieux de ne pas laisser des interprétations déformer nos réelles intentions, nous avons supprimé notre petit jeu de mot. [...] D’autres lecteurs ou peut-être les mêmes ont objecté : Bien vivre à Saint-Laurent, cela voudrait-il dire que l’on n’y vivait pas bien (dans le passé) ?... Ici les membres du comité de rédaction voudraient répondre qu’ils sont tous très amoureux de notre village [...] ils ne portent pas de jugement sur le passé, mais considèrent [...] que nous ne pouvons avoir d’influence que sur le présent [...] Bien vivre, c’est continuer à bien vivre pour ceux qui ont aimé leur passé au village, ce qui n’empêche personne de rechercher à améliorer ses relations et conditions de vie aujourd’hui ! »

34Les numéros suivants du Petit Journal constituent une entreprise de mémoire vis-à-vis du groupe des « anciens », avec des articles sur les minerais, les techniques, et plus généralement sur la vie au village au temps de la mine. La restauration d’un wagonnet de la mine par le fondateur de l’association – signe d’une « main tendue » aux anciens – et son inauguration en présence de représentants des mineurs est amplement relatée. La volonté est donc perceptible de s’inscrire dans la continuité d’une histoire locale. En résumé, le Petit Journal fait revivre l’époque de la prospérité du village, et délaisse le sujet de la pollution.

  • 25 Langumier J., « Appropriations locales de la tragédie collective. Approche ethnologique des inonda (...)
  • 26 Longuépée J., Callens S. et Duez P., « Introduction au dossier no 11 Catastrophes et Territoires » (...)
  • 27 Zonabend F. La mémoire longue. Temps et histoires au village, Paris, PUF, 1980. p. 9.

35La pollution s’efface donc progressivement de la scène publique. Elle est mise à distance par les « nouveaux » habitants réunis dans l’association Bien-Vivre-à-Saint-Laurent-le-Minier. Ces derniers nouent une alliance avec les « anciens », habitants attachés à la mine, avec lesquels ils ont maintenant des intérêts économiques en commun : lutter contre la dévalorisation du foncier et assurer le destin touristique du village. Les nouveaux villageois se sont appropriés la pollution, tantôt en discréditant l’ancienne élite en raison de sa gestion défaillante, tantôt en soulignant leur communauté de destin avec les anciens villageois, dans un processus analogue à celui analysé par Julien Langumier pour le cas de la ville de Cuxac d’Aude touchée par des inondations25. « La catastrophe passée fait figure d’input, de ressource identitaire à partir de laquelle les villageois vont recréer un équilibre, fonder un après résultant de rapports de force, de conflits, voire de rapprochements inédits26. » De la même façon, les nouveaux habitants de Saint-Laurent ont acquis une légitimité auprès des anciens, fondée sur les dommages qu’ils subissent eux aussi du fait de la reconnaissance des problèmes de pollution, et sur leur implication dans la gestion de la crise locale. Comme le montre l’entreprise mémorielle autour de la mine et du terroir à l’œuvre dans le Petit Journal, il leur est désormais permis de s’inscrire eux-mêmes dans une histoire locale et de compenser une filiation qui leur faisait défaut. « La communauté ne doit-elle pas constamment, pour exister, renouer avec son temps, retrouver sa durée ? », questionne Françoise Zonabend27. C’est dans ces « courants de pérennité » que s’inscrit l’alliance entre les habitants à Saint-Laurent-le-Minier, au prix d’une nouvelle invisibilisation de la pollution.

  • 28 Pour une définition des « sites potentiellement pollués », voir : Ogé F., « Les recherches sur les (...)

36Le « projet pilote de réhabilitation durable » pour lequel se mobilisent la mairie et les habitants réconciliés à partir de 2010 manifeste ce désir collectif d’une invisibilisation nouvelle de la pollution. Le document de présentation du projet est surmonté par cet encadré particulièrement : « Pourquoi un projet pilote ? Pour effacer le négatif et installer du productif. » Ce projet consiste à transformer le hameau en une cité labellisée « développement durable » susceptible d’attirer de nouvelles familles et de contribuer ainsi à l’essor démographique du village. On le voit, la question des sites potentiellement pollués28 est ici à la charnière de deux champs d’action : la reconversion des sites (aménagement du territoire) et la dépollution (gestion des risques).

La « territorialisation » de la pollution sur le Hameau ou l’invisibilité des victimes

  • 29 Entretien du 27 avril 2012.

37Découverte initialement sur l’ensemble du village, la pollution est progressivement confinée et « territorialisée » sur le hameau de la Papèterie. Ses habitants sont alors touchés par le même processus d’« invisibilisation » que la pollution elle-même. Bien que le fondateur de l’association soit un résident du Hameau, il n’a pas vraiment réussi à mobiliser ses voisins. À la différence des deux groupes précédemment observés, les habitants du Hameau sont absents de la scène publique, et aucun support ne leur permet de faire entendre leur voix. Les habitants de la Papèterie sont majoritairement des familles avec de jeunes enfants, à faibles revenus, installées là depuis quelques années seulement. Les villageois se représentent le hameau comme une opportunité pour des familles modestes d’accéder à la propriété. De là le refus de leur accorder la légitimité de réclamer une compensation financière pour des maisons achetées à bas prix, sur un site connu de tous comme étant celui d’un ancien site industriel pollué. Malgré les opérations de dépollution financées par Recylex, la population du Hameau continue à être exposée à un risque sanitaire. Une contamination d’origine éolienne a été observée. De nouvelles familles sont pourtant venues s’installer, comme le raconte le Docteur Courtepaille, médecin inspecteur de santé publique à la DDASS29 :

« La réhabilitation des sols [...] a eu l’avantage aussi de faire un grand nettoyage parce que beaucoup de jardins, y compris la voirie extérieure, étaient encombrés. Beaucoup de carcasses de voitures, des bidons, des machins... C’est vrai que ça avait changé du tout au tout, ça avait vraiment apporté un aspect beaucoup plus agréable à cette zone, ce qui a favorisé d’ailleurs l’implantation de nouvelles familles avec enfants. Je suis donc passée en 2005 de à peu près six enfants à, en 2009, un peu plus d’une dizaine d’enfants sur ce site parce que la réhabilitation lui a donné un aspect attrayant. »

  • 30 Latté S. et Rechtman R., « Enquête sur les usages sociaux du traumatisme à la suite de l’accident (...)

38Le faible poids des pathologies détectées, l’incertitude sur les causes de la contamination, et enfin l’« illégitimité sociale30 » des habitants de la Papèterie – dépourvus de capital économique et d’autochtonie – alimentent les soupçons à leur encontre et leur stigmatisation. Leur invisibilité est en outre juridique : leur statut de victime n’a pas été officiellement reconnu, faute notamment de certitudes sur l’origine de la pollution et de mécanismes d’imputation de la responsabilité. Nous ne sommes pas loin ici de la logique du bouc émissaire par laquelle les problèmes de la pollution sont rejetés sur le seul Hameau et les habitants de la Papèterie, les membres de la communauté villageoise trouvant là un exutoire tout désigné afin de s’assurer d’une cohésion désormais retrouvée.

Conclusion

39Déni de la pollution, mobilisation des riverains, résistance à la disqualification du village ou tentative de « recyclage » de la pollution en opportunité de développement durable... les modes d’appropriation de la pollution sont ici divers et changeants. Ils procèdent de logiques d’affrontements ou d’alliances entre des habitants aux intérêts pourtant contradictoires. Cette dynamique autour de la pollution participe de la reconfiguration des rapports de force au sein du village. Ainsi, nous avons vu comment les nouveaux habitants ont pu s’allier avec les anciens natifs et acquérir une légitimité au plan local, au prix cependant d’une nouvelle invisibilisation des débordements de la mine, d’une défiance dirigée contre les services de l’État « faiseurs de pollution » et de la stigmatisation d’une frange de la population.

Notes

1 Gazette des Malines, no 54, mars 2005.

2 Duchêne F., « Les affaissements miniers dans le bassin ferrifère lorrain : quand le territoire re-politise la gestion du risque », Développement durable et territoires [en ligne], Dossier 11 : Catastrophes et Territoires, mis en ligne le 30 octobre 2008. URL : [http://developpementdurable.revues.org/7073].

3 Voir notamment : Pitti L., « Experts « bruts » et médecins critiques Ou comment la mise en débats des savoirs médicaux a modifié la définition du saturnisme en France durant les années 1970 », Politix, 91 (3), 2010, p. 103-132 et dans le même numéro : Marichalar P. « La médecine du travail sans les médecins ? Une action patronale de longue haleine (1971-2010) », p. 27-52 et Marichalar P., « Nouvelles approches des maux du travail », laviedesidees.fr, le 10 septembre 2009.

4 Dix-huit entretiens ont été réalisés lors de deux séjours sur le terrain, en novembre 2009 et avril 2010.

5 Le dossier d’abandon indique les mesures qui sont prises pour garantir la sécurité et la maîtrise des risques éventuels. Il doit être remis par l’exploitant d’un site industriel classé à l’administration pour que soit prononcée la « déclaration d’abandon » de la mine. Cette dernière est un pré-requis à la fermeture du site.

6 « Cette gazette est née avec la création de l’amicale des mineurs en décembre 1991, au moment de la fermeture de la mine. Elle symbolisait la volonté de prolonger le lien et l’esprit de solidarité exceptionnel qui a su, pendant des années, réunir les mineurs, mais aussi, les familles de mineurs. », Petit Journal, no 10, Avril 2009.

7 Selon les statistiques de l’INSEE de 2005.

8 Entretien du 24 novembre 2009.

9 Marichalar P., op. cit.

10 Barthe Y., « Cause politique et politique des causes », Politix, 2010/3 no 91, p. 77-102.

11 Le saturnisme infantile est une intoxication grave due à une imprégnation par le plomb (ou la présence de plomb dans l’organisme). Des symptômes variés peuvent apparaître : troubles digestifs, pâleur en rapport avec l’anémie, troubles du comportement, troubles de l’attention et du sommeil, trouble du développement psychomoteur avec diminution éventuelle des performances cognitives.

12 Voir par exemple le portrait de la ville de Foulanges, dans le Dijonnais, tracé par Renahy N., Les gars du coin : enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2005.

13 Voir Rosental P.-A. et Omnès C. (coord.), « Les Maladies professionnelles, genèse d’une question sociale (XIXe-XXe siècles) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56/1, 2009.

14 Henry E., Amiante : un scandale improbable, sociologie d’un problème public, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007.

15 Entretien du 9 novembre 2011.

16 Gazette des Malines, no 54, mars 2005.

17 L’attitude est courante dans ce type d’affaires. Voir par exemple Solecki W.-D., « Paternalism, pollution and protest in a company town », Political Geography, 15, 1996, p. 5-20.

18 Gazette des Malines, no 54, mars 2005.

19 Sur la notion d’identité : Avanza M. et Laferté G., « Dépasser la « construction des identités » ? Identification, image sociale, appartenance », Genèses 4/2005 (no 61), p. 134-152.

20 Entretien du 23 avril 2010, au Hameau de la Papèterie.

21 Elias N., Scotson J. L., Dauzat P.-E. et Wieviorka M., Logiques de l’exclusion. Enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté, Paris, Fayard, 1997.

22 Voir la contribution dans ce volume de Tobias Girard.

23 « Notre association Bien-Vivre-à-St-Laurent est née de la situation de trouble créée par la découverte de la pollution, et par conséquent le besoin de prendre des positions collectives. », Petit Journal, no 1 (2006).

24 Mathet L., entretien du 23 avril 2010.

25 Langumier J., « Appropriations locales de la tragédie collective. Approche ethnologique des inondations de novembre 1999 à Cuxac d’Aude », Développement durable et territoires, Dossier 11 : Catastrophes et Territoires.

26 Longuépée J., Callens S. et Duez P., « Introduction au dossier no 11 Catastrophes et Territoires », Développement durable et territoires, Dossier 11 : Catastrophes et Territoires.

27 Zonabend F. La mémoire longue. Temps et histoires au village, Paris, PUF, 1980. p. 9.

28 Pour une définition des « sites potentiellement pollués », voir : Ogé F., « Les recherches sur les sites potentiellement pollués en région Rhône-Alpes », Revue de géographie de Lyon, 74 (3), 1999, p. 217-223.

29 Entretien du 27 avril 2012.

30 Latté S. et Rechtman R., « Enquête sur les usages sociaux du traumatisme à la suite de l’accident de l’usine AZF à Toulouse », Politix, 2006/1 no 73, p. 159-184.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Chronologie de la mise en visibilité de la pollution.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540