Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Troisième partie. Espaces, territoires et temporalités

La fabrication d’un héritage encombrant. Les pollutions métallurgiques de Viviez (Aveyron)

Ariane Debourdeau et Christelle Gramaglia

Texte intégral

  • 1 Garçon A.-F., Mine et métal, 1780-1880 : Les non-ferreux et l’industrialisation, Rennes, Presses u (...)

1La métallurgie du zinc se développe en Europe à la fin du XVIIIe siècle. Négligé en Occident jusqu’à la révolution industrielle en raison de sa tendance à l’oxydation, ce métal non-ferreux devient rapidement, à la faveur de techniques nouvelles, le matériau moderne par excellence, progressivement substitué au laiton, au cuivre ou au plomb, mais aussi à la faïence et à l’ardoise dans la fabrication d’objets de consommation courants1. Des récipients de contenances diverses, des ustensiles et matériaux de construction, robinets, baignoires, tuyaux, gouttières et toitures sont dès lors confectionnés en zinc à des prix avantageux. Moins de cent ans après, à partir des années 1890, 270 000 tonnes de zinc sont produites annuellement en Europe. Des investissements internationaux colossaux sont consentis afin d’organiser l’approvisionnement en matières premières et financer les installations industrielles nécessaires.

2La première tentative pour produire du zinc en France, à l’usine de la Pise à la Grand Combe, est un échec. Malgré le soutien de l’administration des Mines, soucieuse de favoriser la métallurgie nationale, et l’envolée des cours du zinc dans les années 1850, l’établissement ferme en 1862, sept ans après son ouverture. C’est à Viviez, en Aveyron, qu’une deuxième usine est construite, en 1857, par Ernest Garnier, négociant en métaux ; elle est rapidement rachetée par l’entreprise belge Vieille Montagne (V.M.), aujourd’hui propriété du groupe Umicore. Cent cinquante ans plus tard, elle est toujours en activité.

  • 2 Tersa-robin D., Questions sociales dans le bassin de Decazeville fin XIXe-début XXe. Étude de l’us (...)

3En 1857, Viviez n’est toutefois encore qu’un bourg de quelques centaines d’habitants, situé au confluent de trois cours d’eau, dont le Lot, sur la ligne de chemin de fer reliant Rodez à Figeac, dans le bocage du Ségala2. La proximité immédiate des mines de charbon de Decazeville, Firmi, Aubin et Cransac, mais également la découverte de gisements de blende ou de calamine dans l’arc cévenol, à Carthagène et en Sardaigne, expliquent la décision de Garnier d’y établir une usine de zinc à la pointe des techniques de l’époque. Après un siècle et demi d’exploitation, celle-ci a durablement modifié les paysages et façonné la ville : ce qui frappe le plus le visiteur qui arrive à Viviez, c’est la présence d’un massif rocheux dénué de végétation en arrière-plan de l’usine, appelé la « Montagne pelée ». Celle-ci, malgré des tentatives de reboisement, porte toujours les traces des impacts environnementaux de l’activité industrielle passée. Malgré ces stigmates, les relations de l’usine avec les propriétaires voisins sont plutôt paisibles. Les rues et les maisons où vivent aujourd’hui à peu près mille quatre-cent personnes s’enroulent dans la vallée autour des installations industrielles anciennes et nouvelles, sans que cela ne semble susciter d’inquiétude particulière, du moins jusqu’à ce qu’une étude épidémiologique récente ne vienne bousculer cette apparente quiétude. Celle-ci a abouti à la résurgence dans l’espace public de débordements industriels occultés que les services de l’État vont faire exister à nouveau au travers de la question controversée de leurs impacts sanitaires.

  • 3 Boscus A., « Les conséquences sociales, humaines et environnementales du déclin du bassin industri (...)

4L’enquête que nous avons menée à Viviez a été guidée par cette interrogation sur les relations des habitants avec leur environnement, un environnement profondément transformé par l’industrialisation puis par la fermeture des mines et du complexe sidérurgique de Decazeville dans les années 1960 et, enfin, par la restructuration des activités de métallurgie du zinc à Viviez en 19873. Il s’agissait de comprendre comment la question des nuisances ou débordements industriels, sources de risques environnementaux et sanitaires, avait été abordée à différentes époques, et donc de tester l’hypothèse selon laquelle les différentes réponses techniques, juridiques, économiques, sociales ou même politiques qui ont pu être apportées expliquent, au moins en partie, l’absence relative de revendications à l’époque contemporaine.

5Cet article part de la situation actuelle de Viviez et, plus particulièrement, des controverses provoquées par le lancement en 2008 d’une enquête épidémiologique qui a obligé les acteurs locaux à s’exprimer publiquement sur des problèmes peu discutés ou abordés de manière confidentielle, sous leurs aspects uniquement techniques par les services de l’État en charge du contrôle des installations classées et de la gestion de l’eau. Il interroge la genèse de ces tensions, évoquant en transition une pollution accidentelle du Lot survenue en 1986 qui a reçu un écho fort dans la presse et a donné lieu à un procès au cours duquel la question des retombées des activités industrielles passées a été soulevée.

  • 4 Le Roux T., Le laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 20 (...)

6La seconde partie de cet article opère un retour historique sur les conditions d’installation et de fonctionnement de l’entreprise depuis la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1960. Cette mise en perspective implique de décrire le processus qui a conduit à l’effacement des risques environnementaux et sanitaires de l’espace public, grâce notamment à la contestation des premières plaintes exprimées par les riverains, à la mise en place de mesures de compensation des dommages et au rachat des terrains les plus impactés par la pollution4. Nous concluons sur les difficultés, à l’heure actuelle encore, pour tous les acteurs concernés, à appréhender les conséquences à long terme des nuisances qui constituent un héritage particulièrement encombrant, toujours susceptible de faire resurgir, de façon décalée dans le temps, la question des débordements industriels les plus anciens.

Des pollutions abordées avec moult difficultés

7En 2008, une enquête épidémiologique est lancée à Viviez par l’Institut national de veille sanitaire (INVS), à la surprise des élus et de la population qui n’en ont jamais fait la demande. Aucune inquiétude sérieuse n’avait d’ailleurs été exprimée publiquement à propos des conséquences sanitaires des activités industrielles passées et aucun problème de santé particulier n’avait été non plus signalé par les médecins locaux.

Alerte et mise en place d’une enquête épidémiologique controversée

  • 5 Ces deux études non pas été diffusées, la première du fait de son commanditaire, et la seconde par (...)
  • 6 Le cadmium est un métal lourd présent en petites quantités dans les minerais métallifères, aux nom (...)

8L’initiative de cette enquête revient à la Direction départementale des affaires sociales et sanitaires (DDASS, aujourd’hui Agence régionale de santé, ARS) et à la Cellule interrégionale d’épidémiologie Midi-Pyrénées (CIRE), antenne locale de l’INVS, après que leurs ingénieurs, appelés à donner leur avis sur un dossier de réhabilitation de terrains auparavant propriété de l’entreprise V.M., ont pris connaissance des concentrations de métaux lourds présents dans les sols. Des teneurs médianes de 450 mg/kg de plomb (maximum 24 000), 27 mg/kg de cadmium (maximum 180) et 140 mg/kg d’arsenic (maximum 800) sont, par la suite, retrouvées dans les jardins privés, à l’occasion d’une étude complémentaire demandée par la DDASS soit, pour chacune de ces substances, davantage que dans la plupart des cas européens répertoriés par la littérature scientifique et technique. Deux études antérieures5 permettent en outre d’envisager les risques encourus par la population. L’une, réalisée par l’Institut national de recherche agronomique (INRA) pour le compte de l’industriel, démontrerait que certains légumes cultivés sur place étaient contaminés. L’autre, pilotée par l’INVS, révèlerait un surcroît de décès potentiellement imputables au cadmium jusqu’aux années 19906. Recourant à des outils règlementaires d’évaluation des risques, les ingénieurs de la DDASS et de la CIRE parviennent alors à convaincre le préfet de l’Aveyron du caractère préoccupant de la situation, et à imposer une double enquête d’imprégnation individuelle (diagnostic sur la base de prélèvements) et d’exposition collective (statistiques permettant d’isoler des facteurs de risques, notamment environnementaux) pour les trois métaux cités ci-dessus, malgré les réticences des autres services administratifs concernés, des élus locaux et de certains notables.

9Il faut dire que l’enquête épidémiologique intervient à un moment peu opportun pour les acteurs engagés dans la dépollution des anciens terrains industriels destinés à accueillir une caserne de pompiers. Contrairement à d’autres sites où les exploitants ne se soucient pas de la réhabilitation de leurs friches et crassiers, à Viviez, Umicore a volontairement mis en place un plan de retraitement des déchets historiques évalué à plus de trente millions d’euros. L’usine, dont les activités se limitent au laminage et au finissage de zinc depuis 1987, emploie encore deux cents personnes. La hausse de la demande et du prix du zinc depuis la fin des années 1990 et le développement de zincs prépatinés et colorés ont donné un second souffle à cette installation qui a longtemps souffert d’isolement. Dans ce contexte, la Direction régionale de l’industrie, de la recherche et de l’environnement (DRIRE, aujourd’hui nommée Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement, DREAL) et les élus craignent que l’enquête épidémiologique ne représente une menace pour la reprise des activités économiques, qu’elle puisse conduire Umicore à abandonner son projet de dépollution, mais également, qu’elle attente à l’image et à l’attractivité de Viviez.

10Confrontés aux pressions et mises en garde quant au risque « d’affolement de la population », les ingénieurs sanitaires ont tout mis en œuvre pour lancer rapidement leur enquête, quitte parfois à brusquer les acteurs locaux, comme cet élu qui n’avait pas été préalablement consulté et qui découvre avec désarroi le diagnostic environnemental et sanitaire alarmant des services de l’État.

  • 7 Il s’agit d’un pseudonyme, comme pour toutes les citations issues d’entretiens qualitatifs.

« J’ai pris une gifle un jour à la préfecture, lors d’une réunion avec plein de chefs de services. C’était comme si on me disait qu’on ne pouvait pas vivre, qu’on était tous des morts vivants. Je l’ai ressenti comme ça ! La boîte à gifles a été ouverte par les services de l’État ! » (Serge7, élu).

11Doutant de la pertinence des données mobilisées par l’administration comme de celles publiées par l’usine, cet élu se procure un appareil à fluorescence X et réalise lui-même deux cent mesures sur le territoire du bassin industriel de Decazeville. Il constate des niveaux de pollution variés selon les sites. Cela lui permet de contester le diagnostic environnemental officiel, et surtout le ciblage de sa commune.

12L’enquête épidémiologique est finalement conduite en octobre 2008. Les habitants de Viviez sont invités à venir se faire dépister, ainsi que les habitants d’une autre commune du bassin industriel de Decazeville, Montbazens, pour servir de témoins. D’une part, sont testées la teneur en arsenic et en cadmium dans les urines des Viviézois, et celle du plomb dans le sang de leurs enfants, avec envoi des résultats individuels aux volontaires ; d’une autre, sont calculés les risques d’exposition de la population dans son ensemble. Les données obtenues sont interprétées au regard des informations recueillies par questionnaire afin d’identifier des facteurs individuels ou collectifs, plus particulièrement les cadmiuries d’origine environnementale.

Hiérarchie et mise à distance des risques

13Toutefois, l’enquête épidémiologique suscite des réactions mitigées et reçoit un accueil en demi-teinte. Les professionnels de santé locaux, médecins de ville et pharmaciens, bien qu’informés par la CIRE, s’impliquent peu, préférant rassurer leurs patients, comme cela nous a été rapporté. Le ton catastrophiste de l’annonce les y a peut-être incités. « Du plomb, du cadmium et de l’arsenic présents dans les sols de Viviez-Le Crouzet peuvent pénétrer dans votre organisme », indiquait l’affiche de l’INVS. Elle a produit des effets contraires aux attentes de ses rédacteurs puisque le recrutement des volontaires s’est avéré malaisé, surtout pour le dépistage de la plombémie enfantine organisé à l’hôpital (les prélèvements d’urine et la passation des questionnaires pouvant se dérouler dans un local mis à disposition par la mairie). La CIRE a mis du temps à réunir une cohorte suffisante pour garantir la validité de ses statistiques. En effet, la population n’a pas compris pourquoi l’enquête avait été lancée alors que les principales nuisances avaient cessé en 1987, avec l’arrêt des activités d’extraction. Par ailleurs, le protocole a été mal interprété. Des personnes ne résidant pas dans la zone identifiée comme la plus contaminée se sont sentis exclues et, arguant que la pollution s’était forcément dispersée au-delà des limites affichées, ont questionné la légitimité de l’enquête épidémiologique.

14D’autres éléments ont nourri la controverse, notamment des inquiétudes qui portent sur le maintien des emplois, le souvenir de la restructuration de 1987 qui s’était traduite par la suppression de sept cents postes étant toujours vif. La population redoute également que l’enquête épidémiologique n’entraîne une dépréciation du foncier :

« Pour moi, ce n’est pas tellement au plan santé que ça m’a inquiété, mais je me suis dit “merde, si cette affaire tombe sur des conclusions pessimistes ou graves, on pourra toujours se brosser pour vendre la maison. Personne ne voudra venir. La maison ne vaudra plus rien” » (Gérald, ancien cadre de l’usine et riverain).

  • 8 Freudenburg W. R. « Contamination, Corrosion and the Social Order: An Overview », Current Sociolog (...)
  • 9 Zavestoski S., Mignano F., Agnello K., Darroch F., Abrams K., « Toxicity and Complicity: Explainin (...)

15Ainsi une vente immobilière, au moins, aurait été annulée à la suite du lancement de l’enquête et de la publication d’articles dans la presse locale. Cet événement, même s’il reste isolé, est révélateur des problèmes qui se posent dans les territoires pollués. Alors que souvent les anciens habitants sont attachés à leur territoire et n’envisagent pas de le quitter, les personnes installées récemment sont plus facilement enclines à déménager, en particulier lorsqu’elles sont locataires. Des tensions peuvent même apparaître entre celles qui prennent au sérieux la menace et celles qui pensent qu’elle n’est pas significative, comme le confirment différentes études nord-américaines soulignant les effets corrosifs de la pollution sur le tissu social, en plus de ses impacts négatifs sur l’environnement et la santé8. En effet, le risque de contamination peut donner lieu à des interdictions ou des restrictions d’usages contraignantes pour la population qui doit changer ses habitudes, c’est-à-dire très souvent renoncer à des pratiques auxquelles elle tenait, comme le jardinage. Peu visibles, mal circonscrits dans le temps et l’espace, les effets de la pollution provoquent un surcroît d’anxiété qui affecte jusqu’aux relations des personnes entre elles. Il n’est donc pas étonnant que dans certains cas, les habitants se tiennent en retrait, réticents à l’idée de voir les risques environnementaux et sanitaires débattus publiquement9.

16Confrontée à des problèmes socio-économiques immédiats, la population a adopté des attitudes variables. La plupart des Viviézois, peu désireux de modifier leurs modes de vie, ont cherché à relativiser les effets de la pollution, considérant que les risques étaient faibles. Les arguments avancés pour minimiser le danger sont de deux ordres. Soit les personnes déclarent que l’enquête épidémiologique n’est pas justifiée, notamment parce que la situation environnementale s’est nettement améliorée depuis 1987, soit elles recourent à leurs souvenirs et leur expérience pour dire qu’elles et leurs enfants sont en bonne santé, et surtout, qu’elles ont connu plusieurs octogénaires, nonagénaires ou centenaires, présentés comme autant de preuves de la qualité de la vie dans la commune.

« Je suis bien ici dans cette maison, je suis resté toute ma vie à Viviez, et mon Dieu j’ai jamais été plus malade que d’autres » (Marc, ancien ouvrier de l’usine et riverain).
« Je vous dis, moi les 3 gosses, sauf un accident pour le plus grand, ils n’ont jamais été malades. Jamais. Le plus petit, il n’a jamais été malade et il a 42 ans, alors vous voyez. On n’a jamais eu de problème » (Françoise, retraitée, riveraine).

17Pour les habitants qui ne sont pas en bonne santé ou qui ont dans leur entourage quelqu’un qui ne l’est pas, les causes invoquées sont rarement la pollution, du moins pas directement. De fait, un seul des quinze riverains interviewés a pointé les responsabilités de V.M. Deux ont utilisé un terme proche du verbe « empoisonner » pour parler de son impact environnemental et sanitaire sur la commune, suggérant que les ennuis de santé de l’une de ses proches pourraient avoir été engendrés par la pollution. La majorité fait cependant preuve d’une grande loyauté vis-à-vis de l’usine de zinc dont l’histoire est étroitement liée au développement de Viviez.

18Recourant à la métaphore de la vache à lait pour l’évoquer, il lui est difficile de penser qu’un industriel qui a fourni du travail et des services à une large part de la population, et qui a de plus engagé des travaux de dépollution, n’abandonnant pas le site malgré des difficultés importantes dans les années 1980, puisse être mis en cause. Cela amène la plupart des habitants à questionner les motivations des services de l’État. La remarque d’un ouvrier, reproduite ci-après, en témoigne. Elle fait écho à la communication de l’usine qui a mis en avant l’attitude responsable de ses dirigeants.

« Cette étude nous a secoués parce qu’Umicore était en train de faire quelque chose, quand même. Même si on est syndicaliste, on est attaché à notre entreprise. Quand on la salit, on pose des questions... Et puis, c’est arrivé à un moment où on parlait beaucoup d’écologie, et les préfets avaient peut-être des intérêts particuliers à essayer de prendre sous leur coupe... » (Claude, ouvrier de l’usine et syndicaliste).

19Cependant, chacun a une anecdote à partager en aparté à propos des nuisances infligées par les activités industrielles, évoquant tantôt les odeurs nauséabondes et les fumées qui brûlaient la gorge, tantôt le linge abîmé par les pluies acides, le mobilier urbain rongé par la rouille ou l’eau noire et putride du Riou mort. Les débordements étaient donc connus.

« À Viviez, pendant le fonctionnement de l’usine, les pluies acides, moi j’ai vu ça au mois d’août, les vignes en particulier, il n’y avait plus de feuilles. Mais ça n’étonnait personne. Les gens travaillaient là et vivaient là. C’est malheureux, mais c’était leur gagne-pain... C’était 2 500 employés à une époque. Il y avait les mines à Decazeville aussi. Les gens vivaient là. Ils n’avaient pas d’autres solutions. Donc, c’est vrai qu’il y avait une certaine accoutumance... » (Édouard, retraité de l’éducation nationale, riverain).
« On le savait que c’était pollué, mais que voulez-vous, il fallait bien bouffer !... Mon père quand il voyait les fumées, il me disait, ça y est, ça recommence, ils nous empoisonnent ! Il a déménagé le lendemain du jour où il a pris la retraite » (Guy, ingénieur, fils d’un ancien ouvrier ayant quitté le bassin).

  • 10 Notre échantillon est constitué majoritairement par des personnes de plus de quarante ans qui habi (...)

20Les nuisances n’ont donc pas été révélées à l’occasion de l’enquête épidémiologique, du moins pour les habitants de longue date10. Les Viviézois avouent qu’ils se sont presque habitués à la pollution, l’acceptant d’autant mieux qu’elle les renvoie à une période de dynamisme économique et social. Ils la qualifient d’ailleurs de « prix à payer », en contrepartie duquel ils avaient des emplois stables et des salaires confortables. Les personnes interrogées nous ont également dit qu’il leur arrivait d’oublier les fumées ou les odeurs, ne leur prêtant attention qu’à l’occasion d’un retour de vacances ou de remarques qui leur étaient faites par des visiteurs extérieurs. L’expérience quotidienne – ou le souvenir – d’un environnement rude, comme les conditions de travail, sont constitutives, pour les plus anciens, d’une identité collective propre à Viviez et, plus largement, au bassin industriel de Decazeville. Cela explique en partie que ceux qui ont choisi de déménager à l’annonce de l’enquête épidémiologique, soient identifiés comme « étrangers » au territoire, et discrédités.

« Il y a des gens qui sont partis mais bon, ils étaient un peu bizarres. Ils sont partis suite à ces problèmes-là, parce qu’ils disaient qu’ils ne pouvaient étendre leur linge dehors à cause de la pollution, la poussière... Ça faisait 3 mois qu’ils habitaient là et ils sont repartis » (Serge, élu).

21Quand il s’agit d’attribuer des responsabilités, dans les moments de doute sur les conséquences sanitaires possibles de la pollution, les habitants préfèrent pointer du doigt l’État, sans plus de précisions, qui aurait failli à sa mission de protection des personnes et dont l’intervention jugée tardive est vécue comme intrusive, voire stigmatisante – une véritable « gifle » pour reprendre les termes employés par un élu local, qui ajoute :

« L’État n’a strictement rien fait. L’État ne s’est jamais soucié de la santé de la population, des habitants du bassin. Alors que la pollution au cadmium, ce n’est pas un scoop. Ce n’est pas nouveau. L’arsenic, ce n’est pas nouveau. Le plomb, ce n’est pas nouveau. On a un document qui le démontre » (Serge, élu).

  • 11 L’enquête sanitaire menée à Viviez a confirmé la vulnérabilité accrue des femmes au cadmium, bien (...)

22D’autres sources de pollution sont également citées par les habitants pour relativiser l’impact environnemental et sanitaire de l’usine : celle provoquée par l’ancienne centrale thermique de Penchot, et celle induite par le fond géochimique naturel. Les inégalités face à la maladie sont évoquées comme pour mieux renvoyer à la fatalité, parce que le lien entre risques environnementaux et sanitaires est difficile à appréhender11.

23Les résultats de l’enquête épidémiologique ont été diffusés en septembre 2011 à l’occasion d’un communiqué de presse et d’une réunion publique. Malgré une participation minimale, cinq cent quatre-vingt-seize adultes se sont prêtés aux prélèvements, des données fiables et significatives ont pu être produites. Si aucune plombémie infantile n’est détectée et si les taux d’arsenic mesurés dans les urines des habitants de Viviez sont à peine plus élevés que la moyenne nationale et que ceux de leurs voisins de Montbazens, la contamination au cadmium s’avère préoccupante. 22 % de l’échantillon, soit cent trente-six personnes présentent une cadmiurie élevée, c’est-à-dire supérieure à 1 µ g/g de créatinine, signe d’une exposition excessive pouvant entraîner des atteintes rénales. 5 % dépassent les 2 µg/g. Les reins de dix-neuf personnes de l’échantillon total présentent les signes précurseurs d’une pathologie spécifique. Les facteurs environnementaux, autrement dit, la respiration ou l’ingestion de poussières, la consommation de l’eau des puits privés (les captages de la commune sont situés en amont et potables), des légumes, volailles et lapins produits dans la commune, expliquent 54 % de ces résultats, selon les ingénieurs sanitaires. De même, ceux-ci affirment que l’imprégnation augmente avec la durée de résidence.

  • 12 Durand C., Sauthier N., Schwoebel V., Évaluation de l’exposition à des sols pollués au plomb, au c (...)

24À l’issue de la réunion de restitution de l’enquête épidémiologique à Viviez, l’INVS, la CIRE, la DREAL, l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (INERIS) et les élus réunis autour de la sous-préfète de Villefranche du Rouergue ont annoncé des mesures pour réduire l’exposition de la population. D’une part, des recommandations en matière d’alimentation et d’hygiène ont été dispensées12. D’autre part, l’annonce a été faite que le dépistage serait étendu et que les personnes présentant une cadmiurie élevée feraient l’objet d’un suivi. Enfin, un projet de décaissement et de traitement des sols des jardins privés devrait être mis en place chez les volontaires.

  • 13 Eliasoph N., L’évitement du politique : Comment les Américains produisent l’apathie dans la vie qu (...)

25Les réticences des habitants à l’égard de l’enquête épidémiologique tiennent en grande partie à un sentiment d’impuissance généré par un passé sur lequel ils n’ont pas de prise ; cela a été évoqué à maintes reprises dans les entretiens que nous avons recueillis. Les controverses suscitées par la médiatisation des pollutions et des risques de contamination mettent en lumière les difficultés qu’ils éprouvent à aborder publiquement la question des débordements industriels. Toutefois, l’effacement de ces derniers n’est pas complet. Ils s’énoncent, en effet, plus facilement sur le ton de la confidence, en coulisses, au conditionnel, comme si l’incertitude sur les causes et le sentiment de loyauté ressenti vis-à-vis de l’usine rendaient inappropriées les critiques publiques13. À Viviez, le temps a fait son œuvre. Les nuisances et les problèmes environnementaux sont devenus de moins en moins visibles : les liens avec les risques sanitaires sont d’autant plus malaisés à faire. En outre, si les techniques employées ont changé, si les débordements industriels ont varié selon les périodes, la régularité des phénomènes considérés a produit un fond d’expérience commun qu’il est difficile de remettre en cause, parce que les personnes ont une relation ambivalente à l’histoire du bassin industriel. Craignant d’autres risques d’ordre socio-économique, elles ne voient pas comment elles pourraient, au-delà, peser sur des décisions qui sont prises sans elles à propos du devenir de leur territoire. Dans ces circonstances, beaucoup aspirent à mener une vie normale, sans souci supplémentaire, et préfèrent s’en tenir aux signes d’amélioration de leur cadre de vie. Les élus quant à eux, essayent d’obtenir des services de l’État une cartographie fine des pollutions qui tiendrait compte des travaux de réhabilitation en cours et permettrait d’adapter localement les normes et dispositifs de prévention des risques, espérant éviter que des restrictions d’usages contraignantes ne soient imposées sur l’ensemble du territoire de la commune.

Accidents préalables et intervention progressive des services de l’État

  • 14 Galharague J. et Giot D., Étude des matières en suspension dans les eaux du Lot et leurs relations (...)

26Longtemps, les autorités en charge de l’industrie et de la surveillance de l’environnement ont peu communiqué sur les problèmes liés aux pollutions émanant du site de V.M. à Viviez, qu’il s’agisse des débordements industriels affectant l’air, les sols ou l’eau. Ces derniers avaient pourtant été identifiés dans les années 1970, alors qu’était lancé le premier plan « Lot, rivière claire », à la suite de deux rapports du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et de l’Agence de bassin Adour Garonne14. Ce silence relatif a certainement gêné l’expression de revendications dans les territoires les plus proches de l’usine. Rares aussi sont les informations scientifiques qui ont été diffusées. Les résultats des premières études commandées par l’administration ou réalisées par les industriels n’ont pas été rendus publics. De même, les alertes lancées par les gardes-pêche ont reçu peu d’écho. Plutôt que de mettre à l’index les industriels, notamment V.M., dont elle connaissait les difficultés à respecter la règlementation, la DRIRE a préféré négocier, espérant parvenir à une normalisation progressive.

27En dehors des pollutions chroniques qui s’accumulent insidieusement, des accidents ont cependant permis de matérialiser les effets toxiques des métaux lourds comme le cadmium et contraint les autorités à réagir plus fermement. En juillet 1983, par exemple, 500 000 litres d’acide sont rejetés dans le Riou Mort après rupture d’une cuve. La pollution gagne rapidement le Lot. Les services d’urgence interviennent « pour neutraliser les acides à la chaux ». La préfecture de l’Aveyron demande également à Électricité de France (EDF) de réaliser des lâchers sur ses retenues sur le Lot pour diluer les contaminants.

  • 15 La Dépêche du Midi, 13 juillet 1986.

28Le souvenir de cet événement ressurgit trois ans plus tard, à l’occasion d’un autre accident qui, de par son ampleur et parce qu’il s’inscrit dans une série, suscite l’émoi et la colère des habitants des communes riveraines du Lot, en aval de Viviez. En effet, en juillet 1986, deux ruptures successives de canalisation sur le site de l’usine précipitent en l’espace de dix jours 13 000 m3 de boues chargées de zinc et de cadmium dans le Riou Mort et le Lot qui sont très fortement touchés par la pollution, sur au moins 100 km. La presse locale relate qu’à Cahors, « l’eau est devenue verte, charriant des centaines de poissons morts15 ».

« C’est un Tickner qui s’était éventré, un Tickner qui faisait peut-être, je ne veux pas vous mentir mais il faisait peut-être 10 m de diamètre. Et sur une hauteur de 3,50 m ou 4 m... Il y avait de l’acide dedans, acides sulfurique et nitrique je crois... Le directeur de l’époque, il a manqué faire de la prison... [...] Mais quand il y a eu cette histoire-là, terminé, on ne rejetait plus rien dans le ruisseau... » (Maurice, ancien ouvrier de l’usine et riverain).

  • 16 La Dépêche du Midi, 31 juillet 1986.
  • 17 La Dépêche du Midi, 28, 29 et 30 juillet 1986.
  • 18 Chapuis F., La pollution du Lot due à des rejets de l’usine de la Vieille Montagne à Viviez, Aveyr (...)

29Le préfet a employé les mêmes moyens que précédemment pour diluer la pollution. Les élus des communes situées à l’aval comme Figeac, Cajarc et Cahors, en particulier Maurice Faure et Martin Malvy, anciens ministres, montent en délégation à Paris pour rencontrer le ministre de l’Environnement, Alain Carignon. Ils dénoncent « l’empoisonnement du Lot16 », le fait que « les textes qui règlementent la lutte contre la pollution n’ont pas été respectés », et l’existence d’un « crassier de 300 000 m3 qui menace, qui pollue17 ». Le ministre commande un rapport sur la situation à un représentant de la mission spécialisée d’inspection générale « Environnement et qualité de vie18 ». Dans le même temps, une réunion publique réunit plus de six cents personnes à la salle des fêtes de Cajarc. Une pétition est lancée.

  • 19 Les archives conservées à la DREAL de Rodez et mises à notre disposition contiennent des informati (...)

30Les effets dramatiques de ces accidents marquent les esprits et suscitent une forte indignation, même si elle est circonscrite dans l’espace et le temps19. Alors qu’en 1983, la réparation des dommages s’effectue à l’amiable, un procès en responsabilité pénale est engagé après l’accident de 1986 ; il réunit plus de deux cents parties civiles, principalement, des agriculteurs, des propriétaires de camping ou des professionnels du tourisme originaires de la partie aval du Lot et qui ont pu produire des documents permettant de chiffrer leur manque à gagner. L’Association nationale de protection des Eaux et Rivière (ANPER-TOS) s’est jointe à eux. En 1991, au vu des preuves réunies, le tribunal de grande instance de Rodez condamne le directeur de l’usine à une lourde amende et à des dommages et intérêts. Consécutivement, plusieurs arrêtés préfectoraux sont édictés. Les normes en matière de rejets sont renforcées, imposant une limitation stricte des effluents. Peu à peu, sous la pression des pouvoirs publics et notamment du ministère de l’Environnement qui exige de la DRIRE qu’elle renforce ses contrôles, l’industriel consent à sécuriser le site. La pollution, semble-t-il, pourrait être jugulée.

  • 20 Deux millions de tonnes de déchets sont en cours d’excavation pour être retraités et mis en déchar (...)

31Malgré les travaux de réhabilitation des crassiers engagés par l’exploitant20, la situation est cependant loin d’être réglée. Depuis les années 1850 jusqu’aux accidents de l’été 1986, de grandes quantités de métaux lourds ont été rejetées dans l’environnement. Ces toxiques se sont accumulés de manière chronique dans les sols et les sédiments, affectant la faune et la flore aquatiques sur une distance de plus de 400 km, c’est-à-dire jusqu’à l’estuaire de la Gironde. Les risques de contamination subsistent.

32Les accidents ont eu cependant pour effet d’attirer l’attention des pouvoirs publics et de mobiliser des biochimistes et des écotoxicologues de Toulouse et Bordeaux. Alors que la question des pollutions n’était pas ouvertement abordée au niveau local, mais seulement dans des arènes institutionnelles, ce sont les débordements industriels ressentis en aval dans le Lot jusque dans l’estuaire de la Gironde qui ont permis de poser véritablement la question des conséquences environnementales et sanitaires de la fabrication du zinc à Viviez, notamment l’épineux problème de la pollution des sols et des nappes à partir des crassiers. L’initiative en revient à des acteurs extérieurs au territoire qui ont mis l’accent sur le risque de ruissellement et la dispersion des contaminants rendus manifestes par les événements extrêmes de 1986. Il faudra ensuite deux décennies pour que l’industriel engage des travaux de dépollution plus importants encore que ceux que la DREAL avait requis.

La fabrique de l’invisibilité

33La force des liens qui attachent les Viviézois à l’usine de zinc s’est imposée comme un élément clé pour expliquer l’absence de mobilisation à l’époque contemporaine. L’effacement qui a conduit à la quasi-invisibilité des risques environnementaux et sanitaires est le fruit d’une histoire longue. L’absence de protestation ne constitue toutefois pas un invariant de l’histoire de Viviez. Au contraire, le projet d’usine de zinc, initié dès 1855 par Ernest Garnier, se heurte en 1858 à l’opposition des habitants, opposition qui marque le coup d’envoi de plusieurs décennies de procès intentés par les propriétaires riverains.

La réticence initiale à l’implantation industrielle

  • 21 Les documents mentionnés proviennent de deux sources principales : les Archives Départementales de (...)

34En novembre 1858, des habitants et membres du conseil municipal adressent une pétition au préfet par laquelle ils expriment leur opposition à l’installation par Garnier d’une usine de production et traitement de zinc, réclamation réitérée à de multiples reprises en 1858-1859. Parmi les documents disponibles relatifs à cette question21, c’est l’avis du préfet du 25 septembre 1861, favorable à l’autorisation de l’usine, qui nous renseigne le plus en détail sur les critiques à l’encontre du projet d’usine ; de surcroît, cet avis préfigure l’issue qui sera donnée à cette dispute avec le décret impérial d’autorisation du 5 novembre 1861.

  • 22 Sont ainsi de facto exclus des documents tels que le courrier de Pierre-Jean Romiguière, au nom de (...)
  • 23 Massard-Guilbaud G., Histoire de la pollution industrielle en France, 1789-1914, Paris, Éditions d (...)

35La liste des cinq « oppositions ou réclamations produites » dressée par la préfecture ne recense probablement que les formes les plus importantes – ou, à tout le moins, les plus officielles – de la mobilisation des habitants de Viviez contre l’usine de zinc22, qui intervient à toutes les étapes de la procédure prévue par la loi. L’une des formes les plus saillantes consiste ainsi en une pétition adressée à l’empereur par les habitants de Viviez en date du 29 novembre 1859 ; elle s’inscrit dans la vaste série des plaintes contre les odeurs, les miasmes et les fumées qui émaillent le XIXe siècle23.

  • 24 Ces émissions de fumées sont par ailleurs attisées par la qualité médiocre du charbon en provenanc (...)

36L’existence de cette pétition et la répétition des plaintes et réclamations mettent en relief l’intensité de l’opposition des habitants, qui s’explique sans doute pour partie par la construction et la mise en activité anticipée de l’usine de zinc, activité susceptible d’avoir occasionné des émissions qui ont alerté la population24. Néanmoins, le contraste avec la relative atonie qui prévaut un siècle et demi plus tard à Viviez ne manque pas d’étonner, d’autant que la commune est à cette époque loin d’avoir atteint l’envergure qu’elle aura au plus fort de l’activité industrielle, à l’orée de la première guerre mondiale.

  • 25 ADA, 65 J 29, Courrier de Pierre-Jean Romiguière adressé au préfet au nom des habitants de Viviez, (...)
  • 26 Corbin A., Le miasme et la jonquille, Paris, Flammarion, 1986 ; Guillerme A., Lefort A.-C., Jigaud (...)

37L’avis du préfet met en exergue un autre aspect central pour notre propos : les habitants de Viviez craignent que les effets des fumées et vapeurs de l’usine ne se fassent « sentir de manière funeste sur les personnes et sur les récoltes ». Les nuisances et débordements industriels sont en effet thématisés par les habitants selon deux modes : les dommages causés aux biens et ceux causés aux personnes, comme l’illustre un courrier adressé au préfet au nom des habitants de Viviez25. Ces préoccupations font écho à la fois aux considérations hygiénistes de l’époque et à la critique des établissements insalubres qui s’est généralisée, malgré la législation sur les établissements « dangereux, insalubres et incommodes » de 1810-181526.

38Quelles sont alors les répercussions de cette opposition ? Il est évidemment difficile de l’apprécier. Toutefois, la complexité et la longueur de la procédure d’autorisation et les pièces visées par le décret impérial en fournissent une indication, tel ce courrier adressé par la préfecture qui rappelle à Garnier les pièces manquantes nécessaires à l’examen de son dossier :

  • 27 ADA, 65 J 29, Courrier adressé par la préfecture à M. Garnier, 12 juillet 1860.

« Vous n’avez encore produit ni les plans d’ensemble et de détail de l’usine qui vous étaient réclamés, ni de demande pour l’autorisation des appareils à vapeur.
Vous n’en faites pas moins fonctionner votre usine.
Dans ces circonstances et de nouvelles réclamations s’étant produites, je ne puis que vous engager à vous mettre en règle dans le plus bref délai. [...] Si d’ici à la fin du mois de juillet courant, vous ne m’avez pas fait parvenir les documents qui vous ont été réclamés le 4 février dernier, je me verrai obligé, bien qu’à regret, de recourir à des voies de rigueur et de faire cesser les travaux de votre usine27. »

39Cet extrait ne manque pas de surprendre : non seulement la préfecture est parfaitement au courant de l’extension de l’usine en l’absence de décret d’autorisation, mais elle cite les réclamations des habitants de Viviez à l’appui de l’injonction faite à Garnier de fournir les documents règlementaires requis. Ainsi, les protestations des Viviézois sont enregistrées ; mais, dans le même temps, les autorités, jouent pleinement leur rôle, maintes fois souligné, de protection des industriels. Sur la base des avis des ingénieurs et du Comité d’hygiène et de salubrité, le préfet balaye d’un revers de main les craintes des habitants :

  • 28 Ibid.

« Il est reconnu par le Conseil d’hygiène et de salubrité et démontré par les Ingénieurs que les gaz et la fumée à produire par l’établissement projeté ne peuvent en aucune façon porter atteinte à la salubrité publique28. »

  • 29 Ibid.

40Les experts ont parlé ; la dénonciation n’est dès lors plus recevable, ce qui dirige l’issue du conflit vers la justification de l’autorisation de la construction de l’usine de zinc au nom des « intérêts généraux du pays et même [des] intérêts particuliers29 ». S’il subsiste une part d’incertitude, elle ne saurait contrebalancer ces intérêts collectifs et individuels :

  • 30 Ibid.

« Si ces gaz ou cette fumée nuisent à la végétation des récoltes environnantes, il sera loisible aux propriétaires ou cultivateurs intéressés de poursuivre devant les tribunaux compétents la réparation du dommage qui pourrait être causé30. »

41Cette assertion du préfet appelle deux remarques essentielles. En premier lieu, il apparaît que les autorités publiques ont pu, à la faveur de l’industrialisation conçue comme intérêt général, contribuer à la prolifération d’« externalités environnementales » négatives, au détriment des populations locales. En conformité avec la loi de 1810, les recours en cas de dommages sont laissés à la seule initiative et à la charge des propriétaires lésés. En second lieu, les considérations liées à la « santé », pourtant évoquée par les habitants pour justifier leur opposition, sont évincées d’emblée du fait des cadrages posés par la législation. L’articulation opérée par les habitants de Viviez entre intégrité des biens et des personnes, ébauche d’une continuité entre les enjeux environnementaux et sanitaires, se délite ainsi au profit de la seule focale des dommages causés aux propriétés. De fait, à partir du moment où l’autorisation d’exploiter est délivrée, les revendications en termes de santé s’effacent et l’opposition des habitants se cristallise autour des fumées exhalées par V.M.

Des fumées qui dérangent

42Les fumées notamment acides et soufrées ont accompagné l’industrialisation de l’Europe, détruisant la végétation alentour. Dès l’implantation de l’usine, elles font irruption comme débordements, parce que leurs effets sont en général immédiatement perceptibles, les riverains en ont rapidement identifié les causes et imputé la responsabilité aux industriels. À Viviez, la présence d’une centrale thermique alimentée par du charbon de médiocre qualité et les fonderies de minerais non ferreux a également apporté une contribution notable à ces phénomènes. Au cours de la première décennie d’existence de l’usine, le grillage des blendes à l’air libre a eu un effet dévastateur sur le paysage, donnant rapidement naissance à la « Montagne pelée ». Lorsqu’en 1871 la société Garnier est rachetée par V.M., ce changement de propriétaire offre l’occasion aux habitants de réitérer leurs plaintes, non plus contre l’établissement de l’usine désormais irrémédiablement installée dans le paysage local, mais à l’égard des dégâts occasionnés par cette dernière aux terrains et récoltes. Si V.M. supprime le grillage des blendes à l’air libre dès 1871-1872, elle n’en est pas moins confrontée à une multiplication de demandes de dédommagement.

  • 31 De même, les rapports adressés à la maison mère représentent un matériau exceptionnel, qui permet (...)

43Évoquées à plusieurs reprises au cours des entretiens, les « indemnités versées aux voisins » ont pu être retracées grâce aux archives comptables de l’entreprise31. Le rapport annuel pour l’année 1872 adressé par l’ingénieur directeur à la maison mère témoigne de l’importance prise par les demandes. Dès 1871, la V.M. verse des indemnités à deux cent vingt-trois propriétaires, parmi lesquels cent cinquante-six ont accepté un traité amiable. Les indemnités sont ainsi divisées en trois catégories : les indemnités à la récolte des foins, celles à la récolte des fruits et enfin celle à la récolte des vins et châtaignes.

44L’année 1872 s’avère ensuite catastrophique pour la société : aucun traité amiable n’est conclu avec les propriétaires pour les dommages causés à leurs récoltes par les fumées des usines de Viviez et de Penchot. En effet, deux cent soixante et onze propriétaires ont assigné V.M. à comparaître devant le juge de paix. Au cours de l’été 1872, plus de dix audiences ont lieu, au cours desquelles trois experts évaluent les dommages causés aux récoltes. L’ingénieur directeur ne manque pas de souligner l’effet d’aubaine occasionné par le changement de propriétaire :

  • 32 Raoult A., Établissement de Viviez, 12 mois de l’année 1872. Rapport sur la marche des Usines de V (...)

« Les 271 assignations ci-dessus comprennent 43 nouveaux propriétaires dont plusieurs avaient été déboutés de leurs demandes en 1870 et 1871 par suite de refus d’allocation d’indemnité par les experts, mais qui n’ont pas craint de les réclamer de nouveaux dès que les usines ont été acquises par la Société32. »

  • 33 Ibid.

45Selon l’ingénieur directeur, à l’issue d’une série de visites des récoltes qu’il réalise aux côtés des experts, il est manifeste qu’il y a « beaucoup d’exagération de la part des propriétaires dont plusieurs ne craignaient pas de réclamer des dommages pour leurs propriétés quoique situées dans un rayon de 2 000 à 2 500 m des usines33 ». Aussi, en 1872-1873, l’intense mobilisation des propriétaires exigeant le paiement d’indemnités de fumées par le nouvel exploitant de l’usine fait des dommages « environnementaux » un poste de budgétaire à part entière : à titre indicatif, les 21 400 francs déboursés pour la fumée sont équivalents à l’ensemble des salaires des ouvriers de l’usine pendant deux mois. La pugnacité – ou la vénalité, du point de vue des dirigeants de l’usine – des propriétaires locaux inaugure une situation remarquable, dans laquelle les nuisances et pollutions ne sont plus de simples « externalités » ou l’objet de dépenses mineures pour juguler les éventuels mécontentements : la saisine du juge de paix, c’est-à-dire le détour par la justice consacre un format de mobilisation qui impose la prise en compte financière et technique des impacts des fumées. Le rapport annuel de 1873 énonce très clairement le poids que ces indemnités font peser sur l’entreprise :

  • 34 Raoult A., Rapport sur la marche des établissements de Viviez et Panchot, 25 février 1874.

« Les indemnités payées aux voisins s’élèvent à f. 24 394 11 soit 0,652 [francs] par 1 000 kg de zinc produit [...]. Malheureusement, cette lourde charge ne fera que s’accroître avec le développement de l’usine. On peut seulement espérer qu’elle n’augmentera pas dans la même proportion et que par la suite elle se traduira aux 1 000 tonnes de zinc produit par un chiffre plus faible34. »

Négociations pour une baisse des indemnités et l’extinction des plaintes

46À partir de 1872, chaque année, des dizaines – et souvent plus d’une centaine – de propriétaires assignent V.M. devant les juge de paix de la région pour obtenir réparation des dommages causés aux récoltes. À ce titre, ces procès successifs jouent un rôle central dans la caractérisation des dommages et des réparations ; ils spécifient les types de biens visés (deux catégories : 1) foins, fruits et noix et 2) vin et châtaignes se substituent en 1873 aux trois catégories de 1871), mais également la zone ou les zones à l’intérieur desquelles les propriétaires peuvent prétendre à indemnisation – et à quelle hauteur. Ces qualifications deviennent bien évidemment un enjeu majeur pour les industriels, dont la stratégie consiste en la matière à substituer de véritables « experts » indépendants (chimistes universitaires le plus souvent) à des notables locaux qu’ils jugent souvent « incompétents » et « juges et parties » :

  • 35 Raoult A., Rapport sur la marche des Usines de Viviez et Penchot pendant l’exercice 1878, 15 févri (...)

« La question des indemnités aux voisins est toujours pour l’Usine de Vivier une question très délicate et très importante. Sur 314 propriétaires auxquels nous avons, tous les ans, à payer des indemnités, 178 nous ont adressé leur réclamation par voie judiciaire en nous assignant devant le Tribunal de la Justice de Paix d’Aubin.
Dans toutes ces affaires, nous avons déposé des conclusions tendant à la nomination d’un expert chimiste compétent. Le nouveau Juge de Paix ne tenant aucun compte de notre demande a conclu dans ses jugements interlocutoires qu’il ferait lui-même la visite des lieux accompagné par Me Malvézy, Notaire.
Ne pouvant reconnaître ni à Mr le Juge de Paix, ni à Me Malvézy, les compétences spéciales nécessaires pour apprécier l’action de nos fumées sur la végétation, et sachant, ensuite, par expérience, que ce dernier admet toutes les réclamations et exagère d’une manière insensée les dommages, nous avons cru pour les 143 propriétaires qui ont donné suite à leur action devoir en appeler de ces jugements devant le Tribunal de Villefranche. Celui-ci nous a donné gain de cause en adjoignant à Me Malvézy, comme expert, Mr Filhol, chimiste distingué et Directeur de l’École de Médecine de Toulouse, ce dernier restant spécialement chargé de rechercher sur quelles parcelles l’action de nos fumées peut s’étendre. Mr Filhol a déjà eu l’occasion de faire une expertise semblable dans une action intentée à nos prédécesseurs ; ses conclusions avaient été favorables à l’Usine35. »

  • 36 Ce mouvement de confiscation de l’expertise au seul profit des scientifiques et spécialistes techn (...)
  • 37 Raoult A., Rapport sur la marche des Usines de Viviez et Panchot pendant l’année 1881, 17 février (...)

47Les demandes de recours à des agronomes et des chimistes, pour évaluer les dommages causés aux récoltes et fixer le montant des indemnités jouent un rôle clé à plusieurs titres. En premier lieu, comme le montre l’exemple ci-dessus, leur expertise est réclamée pour contrer la justice de paix, soupçonnée de partialité en faveur des propriétaires – à défaut d’être considérée comme « incompétente ». Ce que critiquent les dirigeants de l’usine, c’est l’estimation des dégâts et des dommages sur la base de l’expérience sensible de notables locaux appelés, par exemple, à goûter les vins. Ils défendent l’idée que seuls des spécialistes peuvent effectuer ce type de calcul36. De fait, sur la période 1872-1908, les rapports réalisés par des scientifiques de Toulouse, Montpellier ou Bordeaux s’avèrent en général davantage favorables à l’usine. En second lieu, l’expertise technique est fréquemment mobilisée pour faire appel des jugements défavorables à l’usine et accumuler des arguments opposables aux propriétaires, tout spécialement lorsque leurs demandes paraissent « exagérées » à la direction de l’usine37. Enfin, la multiplication des recours motivés par l’expertise est envisagée comme un moyen pour convaincre les propriétaires d’accepter un règlement amiable immédiat plutôt que de s’exposer à des procédures longues et coûteuses.

  • 38 Raoult A., Rapport sur la marche des Usines de Viviez et de Panchot pendant l’exercice 1878, 15 fé (...)

48Néanmoins, jusqu’au milieu des années 1880, cette stratégie du recours à l’expertise produit des résultats mitigés, et l’usine se voit assujettie à payer des dommages qui pèsent « lourdement » sur son activité. Les indemnités que l’entreprise doit payer restent à un niveau supérieur à 25 000 francs par an38.

  • 39 Bris A., Rapport sur la marche de l’établissement de Viviez, année 1886, 23 février 1887.

49En 1883-1884, après des procès perdus en appel devant la juridiction de Montpellier, la situation au regard des indemnités de fumées devient même « critique », aboutissant au projet (finalement non avenu) de fermer l’usine39.

  • 40 Bris A., Rapport sur la marche de l’Établissement de Viviez pendant 9 mois de 1886, 7 octobre 1886

50À partir de 1885-1886, une embellie semble se dessiner pour l’usine avec l’arrivée d’un nouvel ingénieur directeur, Arthus Bris ; ce dernier met au point un « programme » en vue de réduire les indemnités versées qui étend la stratégie jusqu’alors adoptée. Bris entreprend de faire diminuer les frais en négociant plus fermement avec les propriétaires pour qu’ils acceptent des conditions moins avantageuses, mais plus pérennes : c’est par exemple le cas d’un certain nombre de « propriétaires qui ont abandonné par signature et pour 3 ans, à partir de 1886, le quart des indemnités qu’ils touchaient40 ». En garantissant contractuellement le versement d’indemnités diminuées sur une période de plusieurs années, Bris entend ainsi impulser une trajectoire de réduction des indemnisations à moyen terme.

  • 41 Ibid.
  • 42 Ibid.

51Cette logique « incrémentale » fait partie intégrante de ce que Bris énonce comme son « programme ». Elle est partie prenante de la stratégie judiciaire mise en œuvre par V.M. dans les années 1880. À l’appui des diminutions des indemnités, Bris entend ainsi faire reconnaître juridiquement le principe de la variation de l’indemnisation en fonction de l’activité de l’usine et de la situation générale des récoltes – par exemple en recherchant « si tout ou partie du dommage n’est pas occasionné par des causes étrangères à [l’]exploitation : au phylloxéra, à des conditions atmosphériques défavorables, à une fumure insuffisante, à une culture irrationnelle, etc.41 ». Il évoque aussi l’antériorité des dégâts causés aux arbres fruitiers et aux vignes, victimes sur le long terme du grillage effectué du temps de Garnier42. En parallèle, l’un de ses objectifs est d’obtenir des juges qu’ils imposent le partage des frais de justice, jusqu’alors acquittés par V.M. seule, avec les propriétaires riverains, de manière à décourager les actions judiciaires de ces derniers.

  • 43 Ibid.

« Jusqu’aujourd’hui, les frais engagés dans le plus grand nombre des procès [...] ont presque toujours été supportés par nous ; la conséquence de ce fait a été désastreuse : il s’est érigé en axiome qu’un propriétaire pouvait sans aucun risque engager un procès contre une compagnie. Il est grand temps que cette prétention soit démolie, il faut absolument qu’à l’avenir nos propriétaires aient à compter, comme nous et comme tout le monde, avec les aléas d’un procès, ils deviendront alors plus circonspects et, partant, plus traitables43. »

  • 44 Bris A., Rapport sur les 9 premiers mois de l’année 1887, octobre 1887.
  • 45 Ibid.

52Enfin, si V.M. privilégie le règlement à l’amiable des indemnités, elle entend également prendre appui sur les procès qui lui sont favorables pour restreindre peu à peu le champ d’application des indemnités de fumées et parvenir à les faire diminuer44. Chaque procès favorable à V.M. est en effet érigé au rang de « précédent45 » – voire de jurisprudence –, à l’aune duquel l’ensemble des indemnités allouées sont revues à la baisse – ce qui ne manque pas d’occasionner de nouvelles procédures de la part des propriétaires mécontents. En 1886, plusieurs jugements des tribunaux de première instance allouent à quelques dizaines de propriétaires concernés des indemnités largement inférieures (d’environ 1/3) aux propositions de dommages offerts « à deniers découverts » par V.M. et refusés par les propriétaires. Les juges de paix d’Aubin et Decazeville redéfinissent en outre à cette occasion les principes de l’indemnisation, davantage en faveur de l’entreprise :

« [Les] tribunaux et leurs experts ont déjà posé quelques principes nouveaux fort importants pour nous :

  • 46 Bris A., Rapport sur la marche de l’établissement de Viviez pour l’année 1886, 23 février 1887.

1) Négation du dommage à la quantité du vin produit dès qu’on dépasse 500 m dans la direction la plus influencée
2) La théorie du goût de fumée est sinon rejetée complètement, du moins fortement ébranlée.
3) Négation absolue, même par les experts du Pays, des dommages aux foins, aux céréales, aux légumes ; en un mot, les experts ne prennent plus en première considération que les vignes, les châtaigneraies et les arbres à fruits46. »

53Les directeurs de l’usine de zinc entrevoient alors une issue favorable à la problématique des indemnités de fumées, et mettent à profit ces décisions de justice pour diminuer ou suspendre les indemnisations, tout en favorisant encore et toujours les règlements à l’amiable. Demeure l’incertitude qui caractérise les décisions de la justice de paix et des autres tribunaux saisis et avec laquelle V.M. doit composer. Ainsi, en 1888, le successeur de Bris évoque le retour en arrière occasionné par la perte d’un procès en appel à Villefranche du Rouergue :

  • 47 Grange A., Rapport sur la marche sur l’usine de Viviez au 1ersemestre 1888, 11 juillet 1888.

« En dehors de la perte matérielle, ce jugement a un effet moral considérable sur les propriétaires qui n’ont pas manqué d’y voir un désaveu des sentences du Juge de Paix et un encouragement à continuer la lutte contre les Compagnies. Aussi, tous ceux dont les indemnités avaient été réduites par voie judiciaire ont-ils refusé cette année les taxations et ont introduit une instance nouvelle47. »

  • 48 Grange A., Rapport sur la marche sur l’usine de Viviez pendant les 8 premiers mois de 1888, 29 sep (...)
  • 49 Grange A., Rapport sur la marche de l’Usine de Viviez pendant l’année 1891, 3 mars 1892.
  • 50 « Nous avons installé [...] un Fumivore Orvis, dans le but de supprimer presque complètement la fu (...)

54Pour autant, jusqu’en 1895, la question des indemnités semble perdre peu à peu de son acuité, à la faveur de la multiplication des règlements amiables, de juges de paix davantage favorables à l’entreprise48 et de quelques cas exemplaires dont la résolution contribue à écarter progressivement la menace que font peser les indemnités de fumée sur l’usine, menace considérée en 1891 comme une « question aujourd’hui résolue49 ». On notera également que des innovations techniques destinées à limiter les émissions de fumées contribuent à cette évolution : le fumivore Orvis et la modification des fours à réchauffer50.

  • 51 Grange A., Rapport sur l’Usine de Viviez sur l’année 1895, 27 février 1896.
  • 52 Grange A., Rapport sur la marche de l’usine de Viviez pour le 1ersemestre de 1896, 8 août 1896.
  • 53 « Nous venons enfin d’avoir connaissance du Jugement du Tribunal de Villefranche pour le procès di (...)

55À partir de 1895-1896, toutefois, l’allumage de nouveaux fours accroît les dommages causés et initie la reprise de la question des indemnités, à travers de multiples nouvelles réclamations et une remise en cause des compromis scellés dans la décennie précédente51. C’est notamment le cas des principes posés en termes de distance, remis en cause par une coalition de propriétaires nommée le « Syndicat52 ». La période 1895-1910 est en effet marquée par une multiplication des procès et contentieux de la part des propriétaires, qui revendiquent des indemnités accrues compte tenu des dommages causés par l’activité croissante de l’usine. Le procès du Syndicat, qui s’achève en 1907 avec un jugement de la Cour d’appel de Montpellier défavorable aux propriétaires, est exemplaire : il illustre bien la guerre d’usure qui se joue entre les propriétaires locaux et l’usine, et le rôle central qu’y jouent les critères d’indemnisation – au premier chef, celui de la distance à l’usine ouvrant droit aux indemnités de fumées. V.M. se voit en effet contrainte de multiplier les demandes d’expertises contradictoires, dans l’espoir de conclusions qui lui soient favorables ; elle fait appel des jugements qui lui sont défavorables, et notamment celui du tribunal de Villefranche du Rouergue qui accorde en 1906 des indemnités pour dommages au fonds53 – c’est-à-dire à la valeur intrinsèque du terrain, ses capacités productives à long terme, au-delà des récoltes de l’année ; en 1905, V.M. adresse même une plainte au Garde des Sceaux à ce sujet. La problématique des dommages au fonds représente un enjeu crucial, tout particulièrement dans le cas du procès du Syndicat, puis dans l’affaire Thonnat en 1909 :

  • 54 Berlingin M., Rapport sur la marche de l’Établissement de Viviez – 6 mois de 1909, 28 août 1909.

« L’affaire Thonnat pour dommages au fonds sera appelée en Octobre, mais comme il serait très dangereux de laisser juger ce procès, nous tâcherons d’obtenir le désistement de M. Thonnat, moyennant la location de ses terrains54. »

56L’entreprise n’a alors d’autre choix que d’infléchir sa stratégie, particulièrement en matière judiciaire, car les dommages causés aux terrains alentours sont tellement patents qu’il s’agit désormais d’en minimiser la visibilité :

  • 55 Berlingin M., Rapport sur la marche du laminoir de Penchot pendant 12 mois de l’année 1909, 3 mars (...)

« Nous faisons tous nos efforts pour éviter des procès qui exaspèrent les propriétaires et indisposent les tribunaux contre nous.
Il y a quelques points très atteints par nos fumées notamment à Dunet (près de notre crassier) où toutes les châtaigneraies sont mortes et où l’herbe ne pousse plus. Nous payons à ces propriétaires des indemnités importantes, mais il serait préférable d’acheter ces terrains et de les laisser en location aux propriétaires actuels, après avoir enlevé les arbres morts qui produisent sur les experts un effet déplorable...
C’est dans ces parages que se trouve la propriété Thonnat pour laquelle on nous réclame des dommages au fonds. Des experts ont été nommés par le tribunal de Villefranche du Rouergue, mais M. Thonnat ne nous a pas fait signifier le jugement, ce qui nous fait supposer qu’il s’agit peut-être d’une manœuvre faite en vue de nous louer sa propriété, ce à quoi nous sommes disposés s’il veut baisser ses prétentions55. »

57Les atteintes à la végétation induites par l’activité de l’usine s’avèrent progressivement de moins en moins contestables. La stratégie de l’usine évolue symétriquement. Dans ce contexte, ce sont moins les procès en tant que tels que les innovations juridiques qui sont considérées comme des menaces : c’est tout particulièrement le cas du recours du juge Thonnat en indemnisation pour dommage au fonds, et non seulement aux récoltes, qui crée le risque d’un précédent que V.M. veut à tout prix éviter. Aussi, l’issue qui s’impose et se généralise est celle de l’achat des terrains les plus touchés afin de couper court à l’extension des demandes d’indemnités.

  • 56 Cette évolution est particulièrement apparente dans les rapports de 1909-1911, qui donnent à voir (...)

58À la stratégie de l’appel à l’expertise se surajoute donc un autre mode d’action, celui de l’achat des terrains les plus proches de l’entreprise, doublé d’innovations techniques qui visent à atténuer la menace des indemnités de fumées56. V.M. multiplie ainsi les acquisitions au début du XXe siècle, entre 1904 et 1910 principalement. À la manne des indemnités, se substitue alors celle du rachat des terrains à un prix relativement élevé.

  • 57 La conjugaison des indemnités et de la mauvaise qualité du combustible locale contribuera ainsi à (...)

59Vers 1911-1912, la situation paraît enfin normalisée. Le poids des dépenses d’indemnités diminue considérablement, les procès se raréfient au profit de règlements amiables, les dernières affaires « menaçantes » pour V.M. se soldent par l’achat des terrains les plus touchés par les fumées et par des expertises largement favorables à l’entreprise, les innovations sociotechniques augmentent la productivité et réduisent les émissions de fumées57.

  • 58 ASL, 96 – 4, Traité d’indemnité entre M. et Mme PL et la société de la Vieille Montagne du 7 mars (...)

60À partir de 1912 et jusqu’à la cessation de tout paiement d’indemnités de fumées en 1964, les procès se font très rares et les indemnités de fumées sont octroyés à l’amiable – parfois de façon définitive, par exemple dans deux contentieux de 1945 et 1949 qui s’achèvent par un accord sur le versement par V.M. d’une somme conséquente « pour tous dommages quels qu’ils soient, passés, présents et à venir s’il y a lieu que les exploitations actuelles ou futures de la Société de la Vieille-Montagne ou de ses successeurs, quelles qu’en soient l’importance et la durée, ont causé ou causeraient par la suite par leurs émanations, fumées, poussières et toutes autres sources de dommages58 ». Les récépissés de paiement des indemnités de fumées pour la période 1909-1964 confirment cette normalisation. Comme l’indique le graphique ci-contre, leurs montants déclinent peu à peu, au bénéfice de V.M.

  • 59 Heirwegh J.-J., « Le sermon de la Vieille-Montagne. Institutions patronales et paternalisme dans l (...)

61Dès lors, la question des indemnités de fumées se règle sur la base de négociations amiables individuelles qui éteignent peu à peu toute velléité d’instauration d’un rapport de force de la part des propriétaires susceptible de revêtir une dimension publique. Tout se passe comme si les largesses de V.M., fleuron du paternalisme industriel59, étaient parvenues à masquer peu à peu les débordements de l’usine et les risques environnementaux et sanitaires induits, comme si la « vache à lait » était parvenue à rendre quasi-invisible « l’empoisonneuse ».

Fig. 1. – Indemnités versées par V.M. aux propriétaires de Viviez, 1909-1957, en francs cons-tants (ADA, série 65 J 94, bons comptables).

Conclusion

62L’histoire environnementale des pollutions de Viviez et du bassin industriel de Decazeville faite de débordements industriels à effets décalés impactant la ville et ses habitants n’a pas encore été véritablement écrite. Certaines nuisances occasionnées par l’usine de zinc ont été manifestes ; c’est particulièrement le cas des fumées, source de décennies de conflits et procès entre les propriétaires locaux et V.M. Leur mode de traitement explique leur disparition en tant que sujet de préoccupation dans l’espace public, facilitée par les compensations directes et indirectes distribuées dans le cadre d’une politique d’entreprise paternaliste particulièrement développée. Progressivement, l’usine de zinc est parvenue à réduire le nombre des plaintes jusqu’à éteindre toute forme de critique. L’effacement a perduré des années 1940 aux années 1970, avant que d’autres phénomènes, affectant cette fois l’eau du Lot et de la Gironde, n’obligent les acteurs locaux à se poser la question des conséquences à long terme de la pollution.

63Les réticences exprimées il y a peu de temps par les habitants de Viviez à l’occasion de l’enquête épidémiologique confirment les difficultés qu’ils ont à se réapproprier cette part de leur passé. Ils ont tendance à relativiser le danger, mettant à distance, autant qu’ils le peuvent, les risques environnementaux, a fortiori les risques sanitaires qui ont été longtemps pensés séparément des premiers, du moins à partir du siècle dernier. Les évocations nostalgiques récurrentes d’un passé industriel florissant est, chez les habitants, le signe d’une reconnaissance à l’égard de V.M. et Umicore, pourvoyeuses d’emplois et de services.

64Les pollutions générées par l’usine de zinc sont dès lors réduites au rang de désagréments inévitables. Les critiques ne sont pas absentes des discours, mais voilées, prononcées à demi-mot. Loin d’être tranchés, les sentiments de la population sont en effet davantage composites, mêlant impression d’amélioration de la situation directement observable et fatalisme à l’égard des débordements passés, ce que nous révèlent aujourd’hui les divergences d’opinion à propos du reboisement de la « Montagne pelée », stigmate de la pollution tout autant que monument industriel historique local.

Notes

1 Garçon A.-F., Mine et métal, 1780-1880 : Les non-ferreux et l’industrialisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999.

2 Tersa-robin D., Questions sociales dans le bassin de Decazeville fin XIXe-début XXe. Étude de l’usine de la Vieille montagne de Viviez dans ses aspects économiques et sociaux (1870-1920), mémoire de maîtrise réalisé sous la direction de R. Trempé, Université de Toulouse-Le Mirail, 1971 ; Munoz L., Évolution économique et sociale de l’usine Vieille-Montagne (Viviez) entre les deux guerres, mémoire de maîtrise réalisé sous la direction de R. Pech, université de Toulouse-Le Mirail, 1989 ; Chirac F., Le bassin houiller de l’Aveyron illustré, ASPIBD, Decazeville, 2002.

3 Boscus A., « Les conséquences sociales, humaines et environnementales du déclin du bassin industriel nord-aveyronnais (début du siècle-fin des années 1930) », Leboutte R. et Lehners J.-P. (éd.), Formation et mutations des bassins industriels en Europe - Impacts sociaux et environnementaux, Luxembourg, Centre universitaire de Luxembourg, Cahiers d ´ histoire III, 1997, p. 141-158.

4 Le Roux T., Le laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011.

5 Ces deux études non pas été diffusées, la première du fait de son commanditaire, et la seconde parce qu’il s’agissait d’un mémoire d’étudiant. Nous les mentionnons sans pouvoir les citer, mais les données les plus significatives ont été reprises et discutées dans le rapport final de l’INVS. Durand C., Sauthier N., Schwoebel V., Évolution de l’exposition à des sols pollués au plomb, au cadmium et à l’arsénic en Aveyron. Étude Cassiopée, Paris, INVS, 2011.

6 Le cadmium est un métal lourd présent en petites quantités dans les minerais métallifères, aux nombreuses propriétés physiques et chimiques : résistance à la corrosion et à la chaleur, faible solubilité dans l’eau. Ces caractéristiques en font un matériau idéal pour fabriquer des accumulateurs et des piles alcalines, mais également de la peinture et des plastiques. Si son exploitation industrielle a démarré au XXe siècle, sa dispersion dans l’environnement avait commencé avec l’extraction du zinc au XIXe siècle. En effet, pour chaque tonne de zinc fondue, environ 3 kg de déchets de cadmium sont produits (ainsi que du plomb et du dioxyde de soufre en quantités variables selon le minerai et les procédés industriels). Le cadmium est très toxique à faible dose, il s’accumule dans l’organisme. Les premiers cas d’intoxication aiguë ont été relevés dans les années 1850 à propos de troubles respiratoires associés à la « fièvre des fondeurs » ou « du lundi » parce qu’elle se manifeste par des symptômes pseudo-grippaux qui apparaissent un jour après l’inhalation (voir Norberg G. F., « Cadmium and health in the 21st Century – historical remarks and trends for the future », BioMetals, vol. 17, no 5, 2004, p. 485-489 ; Andujar P., Bensefa-Colas L., Descatha A., « Acute and chronic cadmium poisoning », Revue de médecine interne, vol. 31, no 2, 2010, p. 107-115). Les premiers cas d’intoxication chronique ont quant à eux été rapportés dans les années 1930. Ils concernent des anomalies urinaires, des maladies rénales, des phénomènes de décalcification osseuse et des fractures affectant les ouvriers de la métallurgie. Il a fallu attendre les années 1950 pour que la dispersion du cadmium dans l’environnement soit également considérée comme un danger pour la santé des riverains des sites industriels avec la découverte de la maladie itaï-itaï affectant plus particulièrement les femmes (cf. Lin Y. P., « Cadmium, Rice and Women : Challenges of Women’s Occupational and Environmental Epidemiological Studies in Asia », Conference of the Society for the Social Study of Science, Tokyo, 25-29 août 2010).

7 Il s’agit d’un pseudonyme, comme pour toutes les citations issues d’entretiens qualitatifs.

8 Freudenburg W. R. « Contamination, Corrosion and the Social Order: An Overview », Current Sociology, no 45, 1997, p. 41-57; Shriver T. E., Kennedy D. K., « Contested Environmental Hazards and Community Conflict Over Relocation », Rural Sociology, vol. 70, no 4, 2005, p. 491-513.

9 Zavestoski S., Mignano F., Agnello K., Darroch F., Abrams K., « Toxicity and Complicity: Explaining Consensual Community Response to a Chronic Technological Disaster », Sociological Quarterly, vol. 43, no 3, p. 385-406.

10 Notre échantillon est constitué majoritairement par des personnes de plus de quarante ans qui habitent Viviez depuis longtemps ou y ont vécu de nombreuses années. Nous avons eu le plus grand mal à mobiliser des jeunes ou des habitants nouvellement installés, qui ne se sentaient pas légitimes pour parler du passé, considérant que les problèmes environnementaux ou sanitaires étaient circonscrits à une période qu’ils n’avaient pas connue, et ne les concernaient pas directement. Leur mise en retrait volontaire produit des effets d’atonie similaires aux sentiments de loyauté exprimés par les anciens habitants vis-à-vis de l’usine, tandis que les personnes qui auraient pu formuler des critiques ont sans doute préféré quitter le territoire. Voir Hirschman A. O., Loyauté et prise de parole, Paris, Fayard, 1995.

11 L’enquête sanitaire menée à Viviez a confirmé la vulnérabilité accrue des femmes au cadmium, bien qu’elles aient moins souvent été exposées que les hommes à ce métal lourd dans le cadre professionnel.

12 Durand C., Sauthier N., Schwoebel V., Évaluation de l’exposition à des sols pollués au plomb, au cadmium et à l’arsenic en Aveyron. Étude Cassiopée (cadmium et arsenic dans les sols : impact observé sur une population exposée), Saint-Maurice, INVS, 2011.

13 Eliasoph N., L’évitement du politique : Comment les Américains produisent l’apathie dans la vie quotidienne, Paris, Economica, 2010.

14 Galharague J. et Giot D., Étude des matières en suspension dans les eaux du Lot et leurs relations avec l’écoulement, Rapport BRGM, 1974. Labat R., Étude sur la présence de sels et métaux lourds chez les populations pisicoles du Lot en aval du Riou Mort, Rapport Agence du Bassin Adour Garonne, 1975.

15 La Dépêche du Midi, 13 juillet 1986.

16 La Dépêche du Midi, 31 juillet 1986.

17 La Dépêche du Midi, 28, 29 et 30 juillet 1986.

18 Chapuis F., La pollution du Lot due à des rejets de l’usine de la Vieille Montagne à Viviez, Aveyron, Rapport au Ministre délégué chargé de l’Environnement, 1986.

19 Les archives conservées à la DREAL de Rodez et mises à notre disposition contiennent des informations relatives à la mobilisation dans les communes situées en aval du Lot seulement, la plupart datées des semaines qui ont suivi l’accident de 1986.

20 Deux millions de tonnes de déchets sont en cours d’excavation pour être retraités et mis en décharge contrôlée.

21 Les documents mentionnés proviennent de deux sources principales : les Archives Départementales de l’Aveyron (ADA, séries 4M 122, 123, 125, 9M- 15 et 65 J 3-26, 36, 91, 94, 173) et les Archives de la sidérurgie liégeoise (ASL, archives non entièrement classées, selon le « répertoire des archives “actes et documents” » : 273 à 290-9 (immeubles Viviez), 96–4 (Affaires contentieuses : litiges, arbitrages et procès) et 174 (Affaires contentieuses : indemnités France), fonds conservés au Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques de l’Université de Liège sur V. M./Umicore. Nous avons eu accès à ces documents grâce à nos collègues de l’Université de Liège, A. Péters et O. Defechereux, dont l’aide aura été des plus précieuses pour parvenir à réaliser un premier sondage des matériaux disponibles.

22 Sont ainsi de facto exclus des documents tels que le courrier de Pierre-Jean Romiguière, au nom des habitants de Viviez, adressé au Préfet le 3 juin 1860, et toute autre action de relance de l’opposition au projet, dont les impacts sont dans tous les cas des plus difficiles à évaluer.

23 Massard-Guilbaud G., Histoire de la pollution industrielle en France, 1789-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010.

24 Ces émissions de fumées sont par ailleurs attisées par la qualité médiocre du charbon en provenance du bassin de Decazeville, particulièrement gras, riche en matières volatiles et en soufre, combustible dont le grillage des blendes requiert d’importantes quantités, comme le regrette à plusieurs reprises, l’ingénieur-directeur dans ses rapports d’activité.

25 ADA, 65 J 29, Courrier de Pierre-Jean Romiguière adressé au préfet au nom des habitants de Viviez, 3 juin 1860.

26 Corbin A., Le miasme et la jonquille, Paris, Flammarion, 1986 ; Guillerme A., Lefort A.-C., Jigaudon G., Dangereux, insalubres et incommodes. Paysages industriels en banlieue parisienne, XIXe-XXe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2004 ; Le Roux T., « La mise à distance de l’insalubrité et du risque industriel en ville : le décret de 1810 mis en perspectives (1760-1840) », Histoire et mesure, no 24 « Mesurer la ville », 2009, p. 31-70.

27 ADA, 65 J 29, Courrier adressé par la préfecture à M. Garnier, 12 juillet 1860.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 De même, les rapports adressés à la maison mère représentent un matériau exceptionnel, qui permet de retracer finement l’évolution de cette problématique des indemnités de fumée et d’expliciter le processus d’effacement des pollutions.

32 Raoult A., Établissement de Viviez, 12 mois de l’année 1872. Rapport sur la marche des Usines de Viviez et Penchot, 21 février 1873.

33 Ibid.

34 Raoult A., Rapport sur la marche des établissements de Viviez et Panchot, 25 février 1874.

35 Raoult A., Rapport sur la marche des Usines de Viviez et Penchot pendant l’exercice 1878, 15 février 1879.

36 Ce mouvement de confiscation de l’expertise au seul profit des scientifiques et spécialistes techniques capables d’objectiver les phénomènes en cause grâce à des mesures, plus volontiers industrialistes que les notables locaux, a été observé sur d’autres terrains. Progressivement, l’expérience sensible et les témoignages ont perdu de leur valeur probatoire dans les situations de conflit. Fressoz J.-B., L’apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, Paris, Le Seuil, 2012.

37 Raoult A., Rapport sur la marche des Usines de Viviez et Panchot pendant l’année 1881, 17 février 1882.

38 Raoult A., Rapport sur la marche des Usines de Viviez et de Panchot pendant l’exercice 1878, 15 février 1879.

39 Bris A., Rapport sur la marche de l’établissement de Viviez, année 1886, 23 février 1887.

40 Bris A., Rapport sur la marche de l’Établissement de Viviez pendant 9 mois de 1886, 7 octobre 1886.

41 Ibid.

42 Ibid.

43 Ibid.

44 Bris A., Rapport sur les 9 premiers mois de l’année 1887, octobre 1887.

45 Ibid.

46 Bris A., Rapport sur la marche de l’établissement de Viviez pour l’année 1886, 23 février 1887.

47 Grange A., Rapport sur la marche sur l’usine de Viviez au 1er semestre 1888, 11 juillet 1888.

48 Grange A., Rapport sur la marche sur l’usine de Viviez pendant les 8 premiers mois de 1888, 29 septembre 1888.

49 Grange A., Rapport sur la marche de l’Usine de Viviez pendant l’année 1891, 3 mars 1892.

50 « Nous avons installé [...] un Fumivore Orvis, dans le but de supprimer presque complètement la fumée de cette chaudière et de nous faciliter ainsi le gain d’un procès important que nous aurons en Août avec un propriétaire voisin, à qui nous avons refusé de payer des indemnités de fumée. [...] Nous espérons réaliser en outre, avec cet appareil, une économie de charbon [...]. Dans le but également de diminuer nos fumées, nous avons modifié les foyers de nos fours à réchauffer et nous avons construit un caniveau de 30 m de long, conduisant ces fumées à la grande cheminée du four à refondre. Il ne nous restera plus qu’à brûler aussi complètement que possible les gaz venant à cette cheminée, pour pouvoir tenter, l’année prochaine, la suppression totale des indemnités de fumée que nous payons aux propriétaires voisins » (Grange A., Rapport sur la marche sur l’usine de Viviez au 1er semestre 1888, 11 juillet 1888). Sur ce sujet, voir Le Roux T., « Les fourneaux fumivores, progrès technologique, recul écologique. France/Grande Bretagne (1780-1860) », dans Eck J.-F., Tilly P. (dir.), Innovations, réglementations et transferts de technologie en Europe du Nord-ouest, XIXe-XXe siècles, Peter Lang, coll. « Euroclio », 2011, p. 139-161.

51 Grange A., Rapport sur l’Usine de Viviez sur l’année 1895, 27 février 1896.

52 Grange A., Rapport sur la marche de l’usine de Viviez pour le 1er semestre de 1896, 8 août 1896.

53 « Nous venons enfin d’avoir connaissance du Jugement du Tribunal de Villefranche pour le procès dit du “Syndicat” [...] et le Tribunal a réduit les allocations faites par cet Expert de 30 %. [...] Toutefois, M. de Forcrand accorde des indemnités au fond, qui ont été homologuées par le Tribunal et il ne nous paraît pas que la Société puisse accepter ce point du jugement, dont le principe, une fois posé dans les rayons éloignés dont il s’agit, pourrait avoir de sérieuses conséquences, aussi nous vous proposerons, d’accord avec l’avocat, de faire appel. » (Grange A., Rapport sur la marche de l’Établissement 6 mois de l’année 1906, 25 août 1906.)

54 Berlingin M., Rapport sur la marche de l’Établissement de Viviez – 6 mois de 1909, 28 août 1909.

55 Berlingin M., Rapport sur la marche du laminoir de Penchot pendant 12 mois de l’année 1909, 3 mars 1910.

56 Cette évolution est particulièrement apparente dans les rapports de 1909-1911, qui donnent à voir la multiplication des dispositifs innovants pour limiter les fumées : chargeurs mécaniques pour les fours pour éviter les dégagements sulfureux, vidange des fosses à super par appareils mécaniques, ventilateur-atomiseurs qui aspirent les gaz et les brassent avec de l’eau pulvérisée, limitant les dégagements d’acide fluorhydrique, équipement des caves à super d’aspirateurs qui lancent les gaz provenant du malaxage des phosphates brassés avec de l’eau pulvérisée par un « atomisateur », tirage mécanique des fours, etc.

57 La conjugaison des indemnités et de la mauvaise qualité du combustible locale contribuera ainsi à l’adoption du procédé électrolytique à Viviez, avec plusieurs décennies d’avance sur le reste de l’Europe. Voir Boscus A., « L’adoption du procédé électrolytique par l ´ usine Vieille Montagne de Viviez (1922-1931) », Siècles – Cahiers du Centre d ´ histoire « Espaces et cultures », no 22, 1er semestre 2006, p. 109-123.

58 ASL, 96 – 4, Traité d’indemnité entre M. et Mme PL et la société de la Vieille Montagne du 7 mars 1945, étude de Maître Sabatier, notaire à Aubin.

59 Heirwegh J.-J., « Le sermon de la Vieille-Montagne. Institutions patronales et paternalisme dans l’industrie du zinc en Belgique », Aerts E., Beaud C., Stengers J. (dir.), Liberalism and Paternalism in the 19th Century. Proceedings of the Tenth International Economic History Congress, Louvain, Leuven University Press, 1990, p. 104-114.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Indemnités versées par V.M. aux propriétaires de Viviez, 1909-1957, en francs cons-tants (ADA, série 65 J 94, bons comptables).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111371/img-1.jpg
Fichier image/, 129k

Auteurs

Université libre de Bruxelles, CEDD/IGEAT.
IRSTEA Montpellier, GEAU.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540