Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Troisième partie. Espaces, territoires et temporalités

Problème global, action locale : les difficultés de la lutte contre les fumées industrielles à Lyon (1900-1960)

Stéphane Frioux

Volltext

  • 1 Frioux S., Fournier P. et Chauveau S., Hygiène et santé en Europe de la fin du XVIIIesiècle au len (...)
  • 2 La pollution de l’air fait ainsi l’objet du colloque de l’Association Générale des Hygiénistes et (...)
  • 3 AD du Rhône, 5M 48, Pétition du 5 Germinal an XI.
  • 4 Massard-Guilbaud G., Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914, Paris, Éd. de l’EHE (...)

1Dans les villes françaises de la « Belle Époque », les hygiénistes travaillant sur l’assainissement du « milieu » ont concentré leurs efforts sur deux domaines d’intervention et de conseil aux autorités publiques1 : la lutte contre la pollution de l’eau et pour la pureté de l’eau potable et la dénonciation de l’habitat insalubre. Alors que ces questions sont loin d’être résolues lorsque s’achève le premier conflit mondial, un autre problème émerge auprès des spécialistes du milieu urbain dans l’entre-deux-guerres : il s’agit de la pollution atmosphérique2. Rien ne laisse penser qu’il soit nouveau. Les fumées engendraient des incommodités au moins depuis le début du XIXe siècle, telles celles des fours à chaux de la périphérie lyonnaise3. Le phénomène est cependant démultiplié avec le passage au charbon comme principal combustible dans les villes, transition qui s’opère bien souvent à partir du moment où le réseau ferroviaire permet de l’acheminer. En outre, les odeurs des usines chimiques provoquent l’inquiétude des riverains et des médecins, à défaut des chimistes4. Par leurs effluves et leurs fumées, les industries de ces zones périphériques urbanisées dérangent de plus en plus les riverains, dont certains ont justement choisi la périphérie pour fuir l’insalubrité des centres anciens. Ces conflits de voisinage, exprimés dans le cadre de la procédure des établissements classés, engendrent une réflexion des ingénieurs et des administrateurs urbains.

  • 5 Du nom du sénateur-maire de Boulogne-Billancourt qui parvient à faire mener à son terme un texte p (...)
  • 6 Lafferère M., Lyon, ville industrielle : essai d’une géographie urbaine des techniques et des entr (...)

2On s’attache ici à retracer cette prise en charge d’un problème qui touche toutes les cités à mesure qu’elles sont saisies par l’industrie, à l’échelle de l’agglomération, et non plus du voisinage. Comment le débordement des odeurs et fumées dans tout l’espace urbain a-t-il été pensé et défini, et quelles solutions ont-elles été prévues ? À l’orée du XXe siècle, la « pollution de l’air » émerge comme un problème susceptible de mesures scientifiques, et plus complexe que celui qu’encadrent les premières réglementations locales spécifiques aux « fumées ». En outre, l’appréhension de la pollution industrielle se fait dans un cadre intellectuel renouvelé par la naissance de l’urbanisme et la discussion de l’idée de zonage des fonctions urbaines (entre-deux-guerres). Des évolutions s’opèrent également sur la définition de la pollution atmosphérique dans les textes officiels : des « fumées noires, épaisses et prolongées » mentionnées dans les arrêtés du début du siècle, on passe aux « fumées, suies, poussières, gaz toxiques ou corrosifs » à la fin des années 1920 et au début des années 1930, puis aux « poussières » et à « l’anhydride sulfureux » au tournant des années 1950-1960. Un autre enjeu très important est celui de la mesure de la pollution de l’air et de l’attribution consécutive des responsabilités : quelle part incombe à l’industrie ? Quelle est celle des habitations domestiques, celle des moyens de transport (locomotives à vapeur, automobiles) ? Au milieu de la période étudiée, la loi du 20 avril 1932, dite Morizet5 propose une première prise en charge du problème par l’État, non sans empiéter sur les expériences municipales déjà à l’œuvre. La mise en place d’une législation spécifique et l’évolution des définitions ou des objets de surveillance correspondent-elles à une action de terrain contre un éventuel « débordement industriel » par les fumées ? Les villes voisines de Lyon et Villeurbanne (la seconde étant une banlieue ouvrière et industrielle de la première), au centre d’une grande agglomération industrielle qui connaît les mutations de la métallurgie et de la chimie au XIXe siècle6, serviront de cadre principal d’étude, même si l’on abordera, quand ce sera utile, les expériences d’autres villes.

Résoudre un problème hygiénique et urbanistique : l’atmosphère enfumée des villes industrielles

3Au début du XXe siècle, Lyon a une réputation de ville embrumée, déjà évoquée dans les années 1880 dans la presse locale, pour laquelle l’exemple à ne pas suivre est celui de la capitale anglaise :

  • 7 La Chronique Lyonnaise, no 2, 7 janvier 1883. On retrouve un demi-siècle plus tard une mise en per (...)

« Se croirait-on vraiment pas à Londres, en ce moment ? [...] À peine, de une à trois heures de la journée, y voit-on à peu près clair – dehors mais non pas dans les appartements ni dans les boutiques, où le gaz brûle pour ainsi dire en permanence. Le matin est hideux, la vesprée est lugubre, la nuit pleine d’effroi7. »

  • 8 Thorsheim P., Inventing Pollution. Coal, Smoke and Culture in Britain since 1800, Athens, Ohio Uni (...)
  • 9 Elle fait suite à une tentative de susciter des progrès techniques dans le domaine de la combustio (...)
  • 10 Gautier A., « Les fumées de Paris. Influence exercée par les produits de combustion sur l’atmosphè (...)
  • 11 Le Roux T., « Les fourneaux fumivores, progrès technologique, recul écologique. France/Grande-Bret (...)

4Cependant, c’est à Paris que la question des fumées est plus sérieusement abordée dans les dernières années du XIXe siècle, même si la réaction de l’administration est plus tardive que celle des pouvoirs publics britanniques, visible dès le milieu du XIXe siècle dans de nombreuses villes8. Une ordonnance du préfet de police promulguée le 22 juin 1898 interdit « de produire une fumée noire, épaisse et prolongée, pouvant atteindre les habitations voisines ou infecter l’atmosphère des rues de Paris9 ». Elle vient remplacer un texte plus ancien (ordonnance du 26 novembre 1854) sur la fumée des appareils à vapeur. La prise en charge du problème par des scientifiques, tel le chimiste Armand Gautier, engagé dans la mesure de la « pollution de l’air respirable par les produits de combustion10 », et par les autorités locales françaises, succède à un siècle de communications dans les associations d’industriels et d’ingénieurs sur une multitude de brevets de systèmes « fumivores11 ».

  • 12 AM de Lyon (désormais AM Lyon), 1125 WP 22, Minute de la lettre du maire de Lyon au préfet du Rhôn (...)
  • 13 Ibid., Rapport du 19 décembre 1911.

5Durant les premières années du XXe siècle, certaines municipalités de province prennent à leur tour des arrêtés, le plus souvent calqués sur l’ordonnance parisienne. C’est le cas à Lyon, le 4 août 1905, alors même qu’en 1899 le maire déclarait au préfet qu’il ne voyait pas l’utilité d’imiter la capitale12. Le texte lyonnais fait référence – seule nouveauté notoire – à la loi de 1902 sur la protection de la santé publique. La municipalité crée alors une commission chargée de l’étude des appareils susceptibles de procurer de la fumivorité aux chaudières à vapeur des bâtiments communaux et subventionne même des essais dans certains de ses immeubles. L’administration du maire élu à la fin de 1905, Édouard Herriot, poursuit l’effort et mobilise les services techniques municipaux, tout en se tenant à l’écoute des expériences menées dans la capitale ou à l’étranger. L’ingénieur en chef se félicite, en 1911, que « cette première chasse à la fumée a déjà produit des résultats satisfaisants ; nous allons continuer » une pratique caractérisée par l’envoi d’avertissements à divers industriels et établissements collectifs13.

Ill. 1. – L’arrêté du maire du 4 août 1905, AM Lyon.

  • 14 Chalumeau C., « La lutte contre les fumées dans les villes. Remplacement du charbon par des combus (...)
  • 15 Ceci n’est guère une nouveauté. Les ordonnances de 1854 et de 1898 à Paris notaient également ces (...)

6Après la Grande Guerre, durant laquelle la surveillance est mise en berne, la question des fumées fait toujours l’objet de préoccupations des spécialistes de l’hygiène et des ingénieurs municipaux. Un état de la question est ainsi présenté par l’ingénieur en chef de Lyon, Camille Chalumeau, au Congrès de l’Habitation tenu dans sa ville en 192014. Il affirme que des moyens d’empêcher la fumée existent, à savoir l’adoption de foyers dits « fumivores » et la substitution du coke, voire du gaz, à la houille, thèmes déjà classiques dans les pays industrialisés15. Le souci principal des spécialistes est en général de faire diminuer la consommation de charbon, responsable des « immondices » que l’on retrouve dans les atmosphères urbaines. La principale nouveauté des écrits sur la pollution de l’air concerne la manière dont le sujet est élargi et présenté comme plus complexe que la simple dimension des fumées industrielles, seul aspect reconnu par les réglementations municipales. L’ingénieur lyonnais incrimine également les personnels chargés des chaudières et chaufferies, notamment dans les appartements bourgeois dotés de domestiques : la fumée est perçue par les ingénieurs comme la conséquence d’un mauvais chargement des foyers en combustible, que ce soit dans les usines ou dans les habitations particulières. Camille Chalumeau précise, au début de son intervention sur les fumées au Congrès de l’Habitation de 1920 :

  • 16 Chalumeau C., « La lutte contre les fumées dans les villes... », op. cit., p. 75-76.

« Il faut bien noter que les centaines de cheminées qui fument modestement sur les maisons d’habitation contribuent à souiller l’atmosphère, dans la même proportion que les cheminées d’usines moins nombreuses, mais dont les chaufferies sont généralement surveillées par des spécialistes16. »

7Il rappelle à son auditoire une estimation, formulée au début du siècle à Paris par Armand Gautier et souvent reprise jusqu’aux années 1960, selon laquelle la part de la pollution d’origine domestique serait en hiver de 80 %. En 1927, il redit son opinion au maire de Lyon :

  • 17 AM Lyon, 1127 WP 92, Lettre du 4 octobre 1927.

« Dans les grandes villes, on peut ajouter que les fumées produites par les milliers de foyers domestiques, sont tout aussi dangereuses que celles des grandes cheminées des établissements industriels qui sont d’ailleurs plus répandus à la périphérie [...] nous le répétons, à côté des fumées des grandes cheminées d’usines dont le panache attire désagréablement l’œil certains jours, il ne faut pas oublier les fumées moins visibles produites par les fumées domestiques et qui, dans une grande ville, sont plus dangereuses encore17. »

  • 18 Seuls de rares toxicologues comme Kohn-Abrest s’intéressent déjà aux gaz d’échappement des véhicul (...)

8Ainsi, dans l’entre-deux-guerres le problème des fumées est posé dans toute sa complexité, depuis le panache des grandes usines jusqu’aux cheminées des habitations, et même, pour certains scientifiques ou citadins, par les émissions dues aux modes de transport (chemin de fer, navigation à vapeur, automobiles18). Quelles solutions administratives sont-elles proposées et comment s’articulent-elles avec la recherche scientifique et avec l’espace urbanisé ?

Affronter les fumées : réglementer, persuader, étudier

Les arrêtés municipaux : coercition ou persuasion ?

  • 19 Humery R., La lutte contre les fumées, poussières et gaz toxiques, Dunod, Paris, 1933.

9À Paris, le préfet de police prend une nouvelle ordonnance, en 1928, pour ne plus se contenter d’interdire les fumées « noires, épaisses et prolongées », mais pour s’attaquer aussi aux « suies, poussières, gaz toxiques ou corrosifs », quelles qu’en soient la couleur et l’intensité. Par ailleurs, elle ne vise plus seulement les émissions de fumées prolongées, mais aussi celles « de durée moindre qui se répètent, une fumée pouvant être gênante sans être prolongée ». Ainsi, les fumées sont de plus en plus remplacées par un triptyque « fumées, poussières et gaz toxiques » dans les arrêtés municipaux et les essais de spécialistes19. Ce triptyque des textes administratifs est toujours conçu comme un débordement industriel, dont témoignent les poussières et les gaz toxiques, nouveaux venus dans les cibles de l’intervention administrative.

  • 20 AM Lyon, 1127 WP 092.
  • 21 AM Lyon, 1111 WP 10, Rapport de l’ingénieur en chef, 22 octobre 1934.
  • 22 Ce discours existait depuis le milieu du XIXe siècle en Angleterre. Voir Mosley S., The Chimney of (...)
  • 23 AM Lyon, 1111 WP 10, Procès-verbal de la réunion de la commission spéciale, 26 mars 1931, observat (...)

10Après avoir nommé une commission extra-municipale d’étude du problème en octobre 192720, le maire de Lyon prend un nouvel arrêté le 25 février 1929, dans le sillage de la mesure du préfet de police de Paris. Il accorde un délai d’un an aux établissements concernés pour se mettre en règle : sont visés tous les foyers industriels, commerciaux ou administratifs, situés sur le territoire de la ville, ainsi que les foyers des immeubles pourvus du chauffage central. L’autorité municipale renonce donc à s’attaquer à la question des transports. Les services de la voirie, auxquels l’arrêté confie la responsabilité de la « surveillance », pratiquent une méthode de persuasion, préférant l’incitation à la répression dans un domaine où les amendes sont généralement minimes (5 francs). Elle prend d’abord la forme d’un questionnaire adressé aux industriels pour connaître les caractéristiques de leurs foyers et savoir s’ils utilisent des dispositifs pour réduire les émissions. D’après les textes, les ingénieurs municipaux peuvent procéder aux constats d’infraction et mettre en demeure les intéressés d’avoir à exécuter les aménagements nécessaires pour réaliser la fumivorité. Mais dans les faits « c’est presque toujours par la persuasion et grâce à une certaine collaboration avec les industriels que les résultats [...] ont été obtenus21 ». Les services de la ville peuvent également compter sur l’Association lyonnaise des propriétaires d’appareils à vapeur, qui sert d’instance pourvoyeuse de conseils aux industriels devant résoudre la question des fumées. La lutte contre les débordements des cheminées industrielles est en effet présentée comme un moyen de faire réaliser des économies aux entrepreneurs. La fumée est signe de gaspillage du combustible, discours que les ingénieurs du secteur privé sont prêts à entendre dans un contexte économique difficile22. À la suite d’une concertation menée auprès de 240 établissements, les résultats de l’initiative municipale sont cartographiés en 1932 pour montrer la proportion importante d’établissements ayant prévu de modifier leurs installations de combustion23. Quelques points noirs subsistent : au sud, à Gerland, mais également dans le 6e arrondissement, du Parc de la Tête d’Or aux limites administratives avec la ville voisine de Villeurbanne.

  • 24 AM Villeurbanne, 5J 6, Lettre du maire à M. Romieu (teinturerie-apprêts), 15 avril 1936.
  • 25 Ibid., Délibération du conseil municipal, 3 juin 1929.
  • 26 Ibid., « État actuel de la question des fumées industrielles, » Rapport présenté par M. Allar au C (...)
  • 27 Ibid., « Lutte contre les fumées », Rapport de l’ingénieur Fleury, 25 avril 1930.
  • 28 Villeurbanne 1924-1934 ou 10 ans d’administration, Villeurbanne, Association typographique lyonnai (...)

11Dans cette dernière commune, très industrielle et de croissance récente et rapide, les pouvoirs locaux suivent une stratégie identique pendant plusieurs années24. En juin 1929, un conseiller soumet à l’assemblée municipale villeurbannaise un vœu tendant à ce que « le Parlement impose par des lois appropriées aux industries émettrices de fumées et de gaz, l’installation des dispositifs nécessaires pour réduire au minimum les émissions de fumées et de gaz dans l’atmosphère25 ». Quelques mois plus tard, en décembre 1929, le maire de Villeurbanne imite son homologue lyonnais et prend un arrêté interdisant « la production de fumées, de poussières ou de gaz susceptibles de polluer l’atmosphère ». Ses services municipaux se mettent en rapport, dans les mois qui suivent, comme leurs collègues de Lyon, avec le directeur de l’Association lyonnaise des propriétaires d’appareils à vapeur. Ce dernier, en bon défenseur de l’industrie, reproche que les fumées domestiques soient laissées de côté. Les dispositions du projet de loi présenté en 1927 par le député socialiste de la Seine Paul Aubriot sont vivement critiquées par les industriels, pour qui la fumivorité est un problème essentiellement technique, qui peut se résoudre bien plus dans le cadre d’entreprises où les chauffeurs chargés d’alimenter les chaudières sont éduqués à bien charger le combustible dans le foyer, que dans le cadre des immeubles d’habitation26. Les actions des pouvoirs publics contre les fumées industrielles sont donc perçues par les représentants du monde de l’entreprise comme partiales et insuffisantes à résoudre le problème de la pollution de l’air. L’administration villeurbannaise correspond également avec divers ingénieurs ou auteurs de publications sur le sujet. Pour l’ingénieur municipal, l’opération ne peut « aboutir que grâce à l’établissement préalable d’un plan de campagne et à la constitution d’une organisation spéciale27 ». Villeurbanne choisit donc la persuasion, mais en prenant à témoin l’opinion publique. D’abord, par la publication d’articles sur les procédés fumivores dans son Bulletin municipal en juin, juillet et septembre 1930. Ensuite, en arguant du fait que la municipalité, qui a prévu un réseau de chauffage urbain pour son quartier nouveau des « Gratte-Ciel », afin d’éviter la multiplication des cheminées d’immeubles et de tirer parti de la chaleur produite par l’usine d’incinération voisine, participe au combat hygiéniste contre la fumée et son « influence désastreuse sur la santé générale des habitants28 ». Jusqu’à la fin 1930, les services municipaux assurent le suivi, usine par usine, des mesures prises par les industriels, et relancent ceux qui ne daignent pas répondre aux différentes circulaires, telle celle ainsi conçue :

  • 29 AM Villeurbanne, 5J 6, Circulaire du 5 juin 1930. Autres circulaires : 4 juillet, 3 septembre et 2 (...)

« L’administration municipale a constaté que vos établissements sis à Villeurbanne, produisent des fumées abondantes nuisibles à la santé publique.
Dans le numéro de juin 1930 du Bulletin Municipal que vous trouverez ci-joint, l’Administration adresse un appel aux industriels en leur demandant de faire cesser les fumées gênantes que de nombreux foyers rejettent dans l’atmosphère. Je ne doute pas que vous ne fassiez tout ce qui est en votre pouvoir pour répondre à cet appel, et je reste d’ailleurs à votre entière disposition pour vous donner tous renseignements complémentaires.
Je vous serais obligé de bien vouloir en m’accusant réception de la présente :
1) m’indiquer les mesures que vous comptez prendre pour réduire dans toute la proportion désirable les fumées de vos foyers ;
2) me faire savoir si vous seriez désireux de recevoir à ce sujet les conseils et avis de “l’Association des Propriétaires d’Appareils à Vapeur”29. »

  • 30 AM Villeurbanne, 5J 6, « Rapport sur les résultats de la campagne contre les fumées », 12 novembre (...)

12L’expérience semble peu satisfaisante aux yeux des acteurs locaux, du moins si on la compare à la démarche menée au même moment par le voisin lyonnais. En novembre, selon l’ingénieur municipal, « on peut conclure de l’expérience de cette campagne, qu’une action purement administrative est incapable, dans les circonstances actuelles, d’obtenir une réduction sensible des fumées30 ». Une autre piste suggérée par ce dernier consiste alors à affermir la position des pouvoirs publics en dépassant le cadre administratif existant. Dans le sillage de la création récente par le maire de Villeurbanne d’un syndicat des eaux de la banlieue de Lyon, il émet la proposition suivante :

  • 31 Ibid.

« Il semble que la question d’épuration de l’atmosphère soit suffisamment importante pour obtenir de grouper les principales Communes de l’agglomération en un Syndicat Intercommunal contre la pollution de l’atmosphère31. »

Ill. 2. Les cheminées d’usine à Lyon, AM Lyon, 1932.

13Cette suggestion n’est pas retenue mais elle devance de quelques jours une prise de position publique de la part de la municipalité lyonnaise sur la nécessité de travailler à l’échelle de l’agglomération. Pour certains élus de Lyon, il faut en effet déterminer d’où vient le brouillard lyonnais, mesurer la part éventuelle de l’industrie dans sa formation, et délimiter le territoire d’un éventuel débordement industriel en provenance des communes de banlieue.

Le recours aux études scientifiques : la Commission départementale d’étude

  • 32 AM Lyon, 1111 WP 10, Minute de lettre du maire au préfet, 17 janvier 1931.
  • 33 Sur le cas belge, nous renvoyons à la contribution d’Alexis Zimmer dans le présent ouvrage.
  • 34 AM Lyon, 1111 WP 10, Lettre du préfet du Rhône au maire de Lyon, 15 avril 1931 : « J’ajoute que de (...)
  • 35 Ibid., Procès-verbal de la séance du 26 mars 1931.

14Il semble que dès la fin des années 1920, la conscience est claire que le problème de la pollution ne peut être traité dans des limites strictement municipales, notamment à Lyon, entourée de communes industrielles (Villeurbanne, Saint-Fons, Oullins, Vénissieux). Cela participe d’une conviction de plus en plus forte de la part de responsables des administrations locales que les problèmes d’urbanisme doivent se traiter à une échelle supra-communale. Au début de 1931, la municipalité lyonnaise insiste auprès du préfet pour que soit créée une commission départementale « en vue de l’étude du brouillard et des viciations de l’atmosphère de Lyon32 ». Le moment choisi n’est pas anodin. Si elle préoccupe la municipalité depuis plus d’un quart de siècle, la question des fumées est remise à l’agenda municipal juste après l’épisode du brouillard meurtrier de la vallée de la Meuse de décembre 193033, auquel certains débats se réfèrent. Dans le même temps, plusieurs municipalités de la banlieue lyonnaise édictent des arrêtés34. Après un avis favorable du conseil départemental d’hygiène, l’arrêté de création est pris le 16 mars 1931 et la commission se réunit dix jours plus tard. Comme l’explique l’un de ses membres, le docteur Garin, membre du conseil municipal de Lyon, « la suppression des fumées de Lyon n’aura qu’un effet insuffisant si les communes circonvoisines continuent à déverser les leurs sur la périphérie de la ville35 ». L’instance se scinde rapidement en deux sous-commissions, l’une consacrée aux brouillards, rassemblant les compétences en météorologie (et aviation), et l’autre chargée de la question des fumées et poussières.

  • 36 Allix A., « Plan d’étude météorologique des brouillards lyonnais », Les Études rhodaniennes, 1931, (...)

15Les travaux des membres de la première sous-commission donnent lieu à une série d’articles publiés dans la revue de géographie Les Études Rhodaniennes. Les observations météorologiques sont en première ligne pour distinguer ce qui, dans les brouillards lyonnais, relève du phénomène naturel, de ce qui pourrait être dû à la pollution. Les méthodes d’enquête sont plus ou moins rigoureuses et sophistiquées : on disserte encore sur les statistiques de visibilité du Mont-Blanc depuis divers postes d’observation36. Le géographe André Allix, résumant les conclusions du rapport d’experts sur la « catastrophe » de la vallée de la Meuse, ne veut pas se montrer trop optimiste pour l’agglomération lyonnaise. Selon lui,

« le brouillard hydrique, blanc, inoffensif, du Bas-Dauphiné et de Bron, ramené doucement par les faibles souffles d’Est ou Sud-Est jusqu’au-dessus de la ville, recueille chemin faisant les fumées de la ceinture industrielle de Lyon et Villeurbanne, puis toutes les fumées domestiques. Qu’un plafond thermique à 80 ou 100 mètres au-dessus de la ville l’empêche de franchir les collines de Fourvière et de la Croix-Rousse : on a les conditions habituelles du brouillard lyonnais, ce sont à très peu près celles du brouillard de la Meuse. Le principe de l’occlusion dangereuse est le même. Il suffit dès lors que ces conditions persistent plus de trois jours pour justifier des inquiétudes. Une catastrophe analogue à celle de Liège est donc théoriquement possible à Lyon ».

  • 37 Allix A., « À propos des brouillards lyonnais. 4. Le brouillard mortel de Liège et les risques pou (...)

16Il indique cependant dans une note de bas de page que « depuis la catastrophe de Liège, le Service de la Voirie a obtenu de presque tous les industriels de la ceinture usinière l’installation d’appareils fumivores37 ».

17Au sein de la deuxième sous-commission, qui comprend un certain nombre de médecins (dont nous ignorons l’ampleur de la participation), le membre le plus actif est un professeur de physique à la Faculté des sciences de Lyon, M. Dejardin. Il bénéficie du soutien de l’ingénieur en chef de Lyon, qui rédige plusieurs rapports auprès de l’administration municipale pour lui obtenir des subventions destinées à mettre au point des appareils expérimentaux de mesure de la diminution de la luminosité due aux poussières et fumées lyonnaises. Le physicien lyonnais travaille donc, au moins jusqu’en 1935, au passage de l’observation visuelle vers une instrumentation scientifique automatisée, permettant de tracer des courbes par journée ou par semaine et soulignant ainsi les pics dus aux fumées industrielles et les pics dus aux fumées domestiques.

Ill. 3. Les mesures des fumées, AM Villeurbanne.

  • 38 Humery R., La lutte contre les fumées, poussières et gaz toxiques, Paris, Dunod, 1933. Humery a pa (...)
  • 39 Sur les États-Unis, voir Uekoetter F., The Age of Smoke. Environmental Policy in Germany and the U (...)
  • 40 Uekoetter F., The Age of Smoke. Environmental Policy, op. cit.

18La plupart des scientifiques et des experts, tel Chalumeau à Lyon ou l’industriel et ancien ingénieur des Mines René Humery38, sont alors persuadés que les foyers domestiques sont le principal responsable des épisodes de brouillard et de la pollution de l’air en général. Ils doivent cependant s’accommoder d’une formalisation législative et administrative qui exclut les particuliers de l’effort contre les fumées, selon une ligne politique également à l’œuvre dans le monde anglo-saxon : il n’est pas question d’obliger les électeurs-contribuables à changer de combustible ou à installer des foyers fumivores à leurs domiciles39. Ainsi, cette expérience de recherche collective se trouve en porte-à-faux avec les directives imposées par l’échelon national, focalisées sur l’industrie. La question des foyers particuliers n’est pas inscrite sur l’agenda politique, au moment où les États-Unis se dotent d’expériences pionnières à Saint-Louis et à Pittsburgh, villes où des ordonnances municipales imposent la commercialisation et la consommation d’un combustible produisant moins de fumée et bannissent les charbons trop gras40.

La loi Morizet et ses suites : un texte inadapté pour lutter contre les débordements industriels ?

  • 41 Voir Vlassopoulou C., La lutte contre la pollution atmosphérique urbaine en France et en Grèce. Dé (...)

19Aboutissement de plusieurs années de propositions de loi41, la loi du 20 avril 1932 est le premier texte d’envergure nationale uniquement consacré à la pollution de l’air. A-t-elle été saluée par les acteurs engagés dans la lutte contre les fumées sur le terrain ? Rien n’est moins sûr, à en croire les archives lyonnaises. Voici par exemple une lettre que le Bureau d’hygiène de Lyon adresse à la municipalité de Villeurbanne le 22 juillet 1933, plus d’un an après la promulgation de la loi :

« Les malades et le docteur Vigne signalent l’abondance de fumées, souvent très incommodantes, provenant d’usines du quartier. Serait-il possible au service de la voirie de Villeurbanne d’intervenir pour obtenir une amélioration des conditions d’évacuation des fumées de ces diverses usines ? »

20La réponse villeurbannaise est concise et claire :

  • 42 AM Villeurbanne, 5J 6, Lettre du 22 juillet 1933 et réponse du 26 juillet 1933.

« Je serais très heureux de vous donner satisfaction et je vais intervenir auprès des coupables mais sans grand espoir d’obtenir un résultat quelconque. Comme vous le savez, la loi du 20 avril 1932 a dépossédé les maires de leurs prérogatives au sujet des fumées industrielles42. »

21Les services de l’une et de l’autre municipalité se plaignent donc de la difficulté d’agir, dans un contexte où s’exprime parfois de plus en plus ouvertement l’intolérance à l’égard de la présence des industries dans la ville. Le discours sur la menace sanitaire que peuvent représenter les fumées et poussières de l’atmosphère percole en effet dans la presse quotidienne, comme dans Le Progrès :

  • 43 « Les gaz de Villeurbanne. L’émanation de jeudi provenait d’un appareil fabriquant du bichlorure d (...)

« Le cas est incessant de ces usines, de ces établissements devenus progressivement gênants et insalubres à mesure que les habitations se pressaient autour d’eux et qui, arguant d’une vieille autorisation, n’en continuent pas moins leur industrie dangereuse43. »

  • 44 AM Lyon, 1111 WP 10, Rapport de l’ingénieur en chef, 16 décembre 1935.

22Que prévoit la loi de 1932 ? Elle confie tout d’abord la responsabilité de son application à l’autorité préfectorale, et non plus au pouvoir municipal. Les arrêtés municipaux préexistants deviennent caducs une fois qu’est pris l’arrêté préfectoral dans chaque département. Dans le Rhône, le préfet publie son arrêté le 23 janvier 1934, ce qui signifie qu’entre avril 1932 et janvier 1934 existe une période de transition où « l’action du Service [lyonnais de la voirie] n’a pu se manifester qu’à titre purement officieux et par persuasion44 ». Ensuite, la loi Morizet allonge les délais : tandis que les arrêtés municipaux qui l’avaient précédée prévoyaient généralement un délai de six mois, un an maximum pour que la fumivorité soit effective, elle se montre plus tolérante vis-à-vis des industriels. Ceux-ci disposent désormais de trois ans à compter de la publication de l’arrêté préfectoral pour se mettre en règle (mais un an pour les établissements administratifs et commerciaux).

  • 45 Ibid.
  • 46 Ibid., Rapport du 20 juillet 1938.

23Les industriels du Rhône obtiennent donc un délai porté jusqu’en janvier 1937, ce qui gêne l’action de persuasion des services techniques de la municipalité lyonnaise45. Enfin, c’est en quelque sorte l’administration, avec ses cheminées et chaudières de bâtiments publics, qui doit montrer l’exemple. Elle se trouve ainsi en position de faiblesse pour mener la concertation, car les bâtiments administratifs et les établissements des concessionnaires de services publics doivent se mettre en règle avant les industriels. Quelques points noirs placés sous la responsabilité de l’autorité locale (lycée Quinet, buanderie des Hospices civils, etc.), empêchent les services municipaux lyonnais de parader. En 1938, l’ingénieur en chef Chalumeau écrit que « c’est en effet, et sans contestation possible, la cheminée du lycée qui produit le plus de fumée noire de toute la Ville46 ».

24Le contexte économique des années trente n’est, de plus, pas favorable à la lutte contre les fumées. Un rapport du préfet note que

  • 47 Ibid., Rapport du préfet au Conseil Général, daté du 5 octobre 1938.

« plusieurs usines spécialisées dans l’impression sur étoffes, la teinture ou l’apprêt, ont dû, par suite du marasme économique et de la situation précaire de leur trésorerie ajourner l’installation d’appareils de fumivorité qui, on le sait, est relativement coûteuse. L’industrie du textile continuera toutefois de faire l’objet d’une surveillance active et de recommandations pressantes qui peuvent viser tant l’utilisation des fours et le changement du combustible, que tout simplement la technique même de la chauffe47 ».

25L’ingénieur en chef de Lyon regrette pour sa part le manque de coopération au-delà des limites du territoire lyonnais :

  • 48 Ibid., Rapport du 20 juillet 1938.

« Sur le territoire des communes limitrophes de Lyon telles que St-Fons, Vénissieux et Villeurbanne, il existe de nombreux établissements pour lesquels les installations de chauffages sont tout à fait défectueuses et qui déversent dans l’atmosphère de quantités importantes de fumée noire. [...] Il serait souhaitable que dans chacune de ces localités on ait recours à des mesures analogues à celles qui ont été prises à Lyon48. »

26En 1936, alors qu’il se félicite que 75 % des établissements se soient mis en règle, il laisse sous-entendre au maire de Lyon que la ceinture industrielle est perceptible visuellement :

  • 49 Ibid., Rapport du 27 février 1936.

« Il est facile de se rendre compte des résultats déjà obtenus sur le territoire de Lyon, en observant l’état de l’atmosphère d’un point élevé : de Fourvière, St-Just ou Ste-Foy. De ces postes d’observation, on peut presque déterminer par les fumées la limite de Lyon et de certaines communes voisines telles que Caluire, Villeurbanne, Oullins49. »

27Ainsi Lyon semble demeurer à la merci de la pollution de ses voisines malgré la relative efficacité de sa pratique de persuasion à l’égard des industriels implantés sur son territoire.

L’absence de postérité de l’expérience des années 1930

  • 50 AM Lyon, 1170 WP 10, Rapport du directeur du service électromécanique, 1er juillet 1949 et notes d (...)
  • 51 Cette association est créée par des médecins de l’Institut National d’Hygiène et des laboratoires (...)
  • 52 AM Lyon, 1177 WP 4.
  • 53 Sur le rôle des industriels contre la pollution, voir Boullet D., Entreprises et environnement en (...)

28Toutes ces pratiques et expériences de l’entre-deux-guerres ne sont pas oubliées par certains membres de l’administration municipale, qui évoquent l’éventualité de leur remise en vigueur, à la fin des années 1940, quand des plaintes localisées et ponctuelles se manifestent à nouveau contre des établissements polluants50. Mais la commission des fumées n’est pas reconstituée, même après l’épisode du smog meurtrier de Londres de décembre 1952. L’expérience d’appréciation de la part de la pollution imputable à l’industrie et de celle liée aux chauffages domestiques et à la croissance du trafic automobile n’est pas retentée avant la création de l’Association pour la prévention de la pollution atmosphérique (APPA) en 195851 et de sa section lyonnaise en 1960, animée par le directeur du Bureau municipal d’hygiène. L’activité de cette association locale s’organise autour de deux objectifs : l’établissement d’un réseau de mesure de la pollution atmosphérique constitué de postes « soufre-fumées » pour mesurer le taux de dioxyde de soufre et une campagne de concertation et d’éducation qui vise désormais les particuliers, à travers les chaufferies d’immeubles52. Des évolutions sont donc visibles au niveau de l’attribution officielle de la responsabilité de la pollution par les fumées, progressivement transférée de l’industrie à l’ensemble des foyers consommant du charbon, incluant donc les foyers domestiques. D’autre part, l’absent des archives publiques locales du début des années 1960 est bel et bien la grande industrie chimique. Les mesures étant effectuées sur le territoire de Lyon et de Villeurbanne la laissent largement à l’écart, puisque les principales usines pétrochimiques sont installées à Pierre-Bénite, Saint-Fons et Feyzin. Dans les années suivantes, les industriels de la « Vallée de la chimie » mettent en place leurs propres mesures. Ils se placent de cette façon dans le sillage d’une politique d’autocontrôle prônée par Louis Armand, créateur du Comité d’action technique contre la pollution atmosphérique (CATPA). Cette instance fondée peu après l’APPA a servi à désamorcer les éventuelles critiques contre les entreprises polluantes et à éviter que les médecins et toxicologues soient les seuls acteurs à mesurer et discourir au sujet du problème53 :

  • 54 Compte rendu du Premier Congrès National pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique, Paris, (...)

« Les hygiénistes, privés de contact avec le réel, risquent d’aller vers l’absolu [...] Il n’y a donc qu’une seule solution, c’est que les industriels prennent conscience eux-mêmes de leurs devoirs et intègrent ce devoir dans leur zone spécifique respective. [...] l’industrie a une grande responsabilité dans la définition des normes, et c’est pour cela que le rôle des industriels est d’éclairer les hygiénistes très largement, et inversement que le rôle des hygiénistes est de se documenter54. »

29Le CATPA est impliqué dans le processus de révision de la loi Morizet et d’établissement d’une nouvelle loi sur la pollution de l’air, imitant le Clean Air Act britannique de 1956 et la loi-cadre allemande de 1959.

  • 55 Divers documents imprimés conservés à la Bibliothèque Historique de la Ville de la Paris et à la B (...)
  • 56 AM Lyon, 462 WP 14, Lettre du maire de Lyon au Président du Touring-Club de France, 14 octobre 196 (...)

30En 1961, la loi du 2 août « sur la pollution atmosphérique et les odeurs » préparée par le ministère de la Santé et de la Population après consultation de l’APPA et du CATPA ne parvient pas à régler le problème. Elle pose un cadre général mais n’est pas suivie immédiatement de décrets d’application, en dehors de ceux de septembre 1963 à Paris qui prolongent une action auparavant menée à Paris par la préfecture de Police55. Jusqu’au milieu des années 1970, les villes françaises ne se dotent pas d’outils efficaces contre les débordements de fumée ou d’odeurs. L’agglomération de Lyon – dont le maire refuse de voir sa ville représentée comme embrumée56 – doit attendre 1974 pour se voir reconnue comme « zone de protection spéciale » en matière de pollution atmosphérique.

31Ainsi, c’est au début du XXe siècle qu’émerge à Lyon la volonté de lutter à l’échelle du territoire urbain et non plus du voisinage de l’usine contre les nuisances issues des fumées industrielles. Les pouvoirs municipaux cherchent alors à gérer cette question en dehors du cadre des lois de 1810 puis 1917 sur les établissements classés, relevant plus de la responsabilité préfectorale et imposant une approche au cas par cas, ne dépassant guère l’échelle du quartier. Les archives lyonnaises et villeurbannaises montrent comment des initiatives municipales ont cherché dans l’entre-deux-guerres à articuler recherches scientifiques et concertation avec les entreprises. Enfin, elles révèlent comment la mise en place d’une législation nationale, en 1932, a été (plutôt mal) reçue par les acteurs de cette régulation concertée au niveau local, qui se sont sentis dépossédés du rôle qu’ils avaient joué dans l’application d’arrêtés municipaux.

  • 57 C’est-à-dire le monoxyde de carbone.
  • 58 Sur l’expérience anglaise, Mosley S., « “A Network of Trust”: Measuring and Monitoring Air Polluti (...)

32La focalisation exclusive jusqu’au début des années 1960 des réglementations, municipales et nationale, sur les fumées produites par les industries ou les grands établissements collectifs a cependant eu un effet paradoxal : à mesure que les usines s’équipaient en technologies d’aspiration des fumées et de captage des poussières, elle a augmenté la « visibilité » de la responsabilité portée par les foyers domestiques dans la formation des brouillards de fumée autour des villes, ce dont témoigne cruellement le smog meurtrier qui frappe Londres en 1952. D’autre part, elle s’accompagne d’une définition officielle de la pollution qui reste insuffisante, limitée aux fumées et aux poussières, à l’effet qu’elles peuvent avoir sur la luminosité, la visibilité, les façades urbaines, etc. La réglementation a beaucoup tardé à suivre la recherche scientifique, alors que dès 1900 Armand Gautier tentait d’alerter sur l’oxyde de carbone57, et qu’en 1930 le brouillard de la Meuse montra les dangers de la pollution chimique et soufrée, liée au dioxyde de soufre, que les villes anglaises commençaient déjà à mesurer58. S’intéresser à la part la plus visible de la pollution et à sa composante industrielle a pu retarder la prise en compte des autres dimensions du problème (pollution automobile et gaz invisibles notamment). Mais l’expérience relatée ici a eu ceci d’original qu’elle est partie des autorités locales, dans une IIIe République que l’on dit trop souvent centralisée ; autre point notable, elle a engendré des relations avec les industriels à une époque où ceux-ci avaient peut-être moins d’emprise sur la décision publique à l’égard du problème de pollution qu’à partir du moment où, en 1960, ils se sont organisés de façon à affirmer leur intérêt pour la pollution atmosphérique et, en même temps, à tenter de maîtriser le rythme de la politique réglementaire contre le phénomène.

Anmerkungen

1 Frioux S., Fournier P. et Chauveau S., Hygiène et santé en Europe de la fin du XVIIIe siècle au lendemain de la Première Guerre mondiale, Paris, Sedes, 2011.

2 La pollution de l’air fait ainsi l’objet du colloque de l’Association Générale des Hygiénistes et Techniciens Municipaux en 1932 et est au programme de la Conférence internationale des Villes de Paris en 1937.

3 AD du Rhône, 5M 48, Pétition du 5 Germinal an XI.

4 Massard-Guilbaud G., Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914, Paris, Éd. de l’EHESS, 2010 ; Le Roux T., Le laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011.

5 Du nom du sénateur-maire de Boulogne-Billancourt qui parvient à faire mener à son terme un texte proposé à la Chambre dès 1927.

6 Lafferère M., Lyon, ville industrielle : essai d’une géographie urbaine des techniques et des entreprises, Paris, PUF, 1960.

7 La Chronique Lyonnaise, no 2, 7 janvier 1883. On retrouve un demi-siècle plus tard une mise en perspective de la situation lyonnaise au regard du cas de Londres dans « Le péril immanent du brouillard et la police des fumées », Le Progrès, 2 février 1933.

8 Thorsheim P., Inventing Pollution. Coal, Smoke and Culture in Britain since 1800, Athens, Ohio University Press, 2006; Bowler C. et Brimblecombe P., « Control of Air Pollution in Manchester prior to Public Health Act, 1875 », Environment and History, vol. 6/1, 2000, p. 71-98. Sur Paris, Lestel L., « Pollution atmosphérique en milieu urbain : de sa régulation à sa surveillance », Vertigo, Hors-série 15, février 2013, en ligne URL : [http://vertigo.revues.org/12826].

9 Elle fait suite à une tentative de susciter des progrès techniques dans le domaine de la combustion. Voir Concours pour la suppression des fumées produites par les foyers de chaudières à vapeur. Rapport de la Commission technique (19 octobre 1897), s. l. n. d.

10 Gautier A., « Les fumées de Paris. Influence exercée par les produits de combustion sur l’atmosphère de la ville », Revue d’hygiène et de police sanitaire, février 1901, p. 101. Je souligne, car c’est probablement une des premières occurrences du terme « pollution » appliqué à l’air.

11 Le Roux T., « Les fourneaux fumivores, progrès technologique, recul écologique. France/Grande-Bretagne (1780-1860) », dans Eck J.-F. et Tilly P., Innovations, réglementations et transferts de technologie en Europe du Nord-Ouest aux XIXe et XXe siècles, Bruxelles, Peter Lang, 2011, p. 139-161.

12 AM de Lyon (désormais AM Lyon), 1125 WP 22, Minute de la lettre du maire de Lyon au préfet du Rhône, 20 octobre 1899.

13 Ibid., Rapport du 19 décembre 1911.

14 Chalumeau C., « La lutte contre les fumées dans les villes. Remplacement du charbon par des combustibles appropriés ne dégageant pas de fumées », Deuxième congrès de l’habitation organisé à Lyon du 10 au 14 mars 1920. Compte rendu des Travaux, Lyon, imprimerie Noirclerc & Fénétrier, 1920, p. 75-97.

15 Ceci n’est guère une nouveauté. Les ordonnances de 1854 et de 1898 à Paris notaient également ces possibilités dans leurs préambules. Sur le cas anglais, Thorsheim P., « The Paradox of Smokeless Fuels: Gas, Coke and the Environment in Britain, 1813-1949 », Environment and History, vol. 8/1, 2002, p. 381-401.

16 Chalumeau C., « La lutte contre les fumées dans les villes... », op. cit., p. 75-76.

17 AM Lyon, 1127 WP 92, Lettre du 4 octobre 1927.

18 Seuls de rares toxicologues comme Kohn-Abrest s’intéressent déjà aux gaz d’échappement des véhicules automobiles en les intégrant dans le problème de la pollution de l’air.

19 Humery R., La lutte contre les fumées, poussières et gaz toxiques, Dunod, Paris, 1933.

20 AM Lyon, 1127 WP 092.

21 AM Lyon, 1111 WP 10, Rapport de l’ingénieur en chef, 22 octobre 1934.

22 Ce discours existait depuis le milieu du XIXe siècle en Angleterre. Voir Mosley S., The Chimney of the World. A History of Smoke Pollution in Victorian and Edwardian Manchester, London, Routledge, 2008.

23 AM Lyon, 1111 WP 10, Procès-verbal de la réunion de la commission spéciale, 26 mars 1931, observation de M. Garin : « sur 300 établissements, 140 ou 150 se sont soumis à des mesures efficaces d’après le rapport de M. Chalumeau ».

24 AM Villeurbanne, 5J 6, Lettre du maire à M. Romieu (teinturerie-apprêts), 15 avril 1936.

25 Ibid., Délibération du conseil municipal, 3 juin 1929.

26 Ibid., « État actuel de la question des fumées industrielles, » Rapport présenté par M. Allar au Congrès de l’Union des Sociétés industrielle de France, tenu à Lyon les 28 et 29 juin 1929.

27 Ibid., « Lutte contre les fumées », Rapport de l’ingénieur Fleury, 25 avril 1930.

28 Villeurbanne 1924-1934 ou 10 ans d’administration, Villeurbanne, Association typographique lyonnaise, 1934, p. 378-379. On peut toutefois noter que ce réseau de chauffage urbain était alimenté par une usine d’incinération, située à moins de 50 mètres à l’est des logements modernes et que les archives sont peu disertes au sujet de plaintes éventuelles contre les odeurs ou fumées provenant de cette usine exploitée en régie...

29 AM Villeurbanne, 5J 6, Circulaire du 5 juin 1930. Autres circulaires : 4 juillet, 3 septembre et 29 octobre 1930.

30 AM Villeurbanne, 5J 6, « Rapport sur les résultats de la campagne contre les fumées », 12 novembre 1930.

31 Ibid.

32 AM Lyon, 1111 WP 10, Minute de lettre du maire au préfet, 17 janvier 1931.

33 Sur le cas belge, nous renvoyons à la contribution d’Alexis Zimmer dans le présent ouvrage.

34 AM Lyon, 1111 WP 10, Lettre du préfet du Rhône au maire de Lyon, 15 avril 1931 : « J’ajoute que depuis ma lettre du 2 mai 1930 vous signalant que les Communes de Villeurbanne, Vaulx-en-Velin, St-Fons, La Mulatière, Pierre-Bénite, Sainte-Foy-les-Lyon et Tassin-la-Demi-Lune avaient pris des arrêtés interdisant la production des fumées, suies en poussières, gaz toxiques, etc., la commune de Vénissieux à la date du 28 novembre 1930 a pris un arrêté semblable qui aura son effet à dater du 1er décembre 1931. »

35 Ibid., Procès-verbal de la séance du 26 mars 1931.

36 Allix A., « Plan d’étude météorologique des brouillards lyonnais », Les Études rhodaniennes, 1931, no 3, p. 299-307. Favrot C., « À propos des brouillards lyonnais. 3. Le brouillard à Lyon-Bron d’après dix années d’observations (1921-1930) », Les Études rhodaniennes, 1932, no 1-2, p. 9-40.

37 Allix A., « À propos des brouillards lyonnais. 4. Le brouillard mortel de Liège et les risques pour Lyon », Les Études rhodaniennes, 1932, no 3-4, p. 144.

38 Humery R., La lutte contre les fumées, poussières et gaz toxiques, Paris, Dunod, 1933. Humery a participé à la fondation de la principale société française d’usines d’incinération des ordures ménagères durant les années 1920, la SEPIA.

39 Sur les États-Unis, voir Uekoetter F., The Age of Smoke. Environmental Policy in Germany and the United States, 1880-1970, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2009; sur l’Angleterre, voir Thorsheim P., op. cit., 2006.

40 Uekoetter F., The Age of Smoke. Environmental Policy, op. cit.

41 Voir Vlassopoulou C., La lutte contre la pollution atmosphérique urbaine en France et en Grèce. Définition des problèmes publics et changement de politique, Thèse de doctorat, Université Paris II, 1999.

42 AM Villeurbanne, 5J 6, Lettre du 22 juillet 1933 et réponse du 26 juillet 1933.

43 « Les gaz de Villeurbanne. L’émanation de jeudi provenait d’un appareil fabriquant du bichlorure d’étain », Le Progrès, 22 novembre 1931.

44 AM Lyon, 1111 WP 10, Rapport de l’ingénieur en chef, 16 décembre 1935.

45 Ibid.

46 Ibid., Rapport du 20 juillet 1938.

47 Ibid., Rapport du préfet au Conseil Général, daté du 5 octobre 1938.

48 Ibid., Rapport du 20 juillet 1938.

49 Ibid., Rapport du 27 février 1936.

50 AM Lyon, 1170 WP 10, Rapport du directeur du service électromécanique, 1er juillet 1949 et notes du maire ou de son adjoint délégué à l’ingénieur en chef, 3 août 1949 et 4 décembre 1951.

51 Cette association est créée par des médecins de l’Institut National d’Hygiène et des laboratoires de la ville de Paris et de la préfecture de Police, ainsi que des médecins du travail et des ingénieurs de grands groupes du secteur énergétique nationalisé (EDF, GDF, Charbonnages de France).

52 AM Lyon, 1177 WP 4.

53 Sur le rôle des industriels contre la pollution, voir Boullet D., Entreprises et environnement en France de 1960 à 1990. Les chemins d’une prise de conscience, Genève-Paris, Droz, 2006.

54 Compte rendu du Premier Congrès National pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique, Paris, 24-26 novembre 1960, APPA, s. d., p. 9.

55 Divers documents imprimés conservés à la Bibliothèque Historique de la Ville de la Paris et à la Bibliothèque de l’Hôtel de Ville rendent compte de ces opérations de contrôle de chaufferies d’immeubles et de définition de « zones sans fumées ».

56 AM Lyon, 462 WP 14, Lettre du maire de Lyon au Président du Touring-Club de France, 14 octobre 1968.

57 C’est-à-dire le monoxyde de carbone.

58 Sur l’expérience anglaise, Mosley S., « “A Network of Trust”: Measuring and Monitoring Air Pollution in British Cities, 1912-1960 », Environment and History, 15 (2009), p. 273-302.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Ill. 1. – L’arrêté du maire du 4 août 1905, AM Lyon.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111368/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 171k
Bildunterschrift Ill. 2. Les cheminées d’usine à Lyon, AM Lyon, 1932.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111368/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 242k
Bildunterschrift Ill. 3. Les mesures des fumées, AM Villeurbanne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111368/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 115k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540