Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Troisième partie. Espaces, territoires et temporalités

Une cité sous les cendres : les territoires de la pollution savonnière à Marseille (1750-1850)

Daniel Faget

Texte intégral

  • 1 Daumalin X., Girard N., Raveux O., Du savon à la puce. L’industrie marseillaise du XVIIesiècle à n (...)
  • 2 Bardiot N., Du sale au propre : Marseille et la soude AU siècle des Lumières, Paris, ADHE, 2001, p (...)

1La production de savon est une activité ancienne à Marseille. Ses origines remontent aux dernières années du XVIe siècle. À la veille de la Révolution française, 48 fabriques de savon fonctionnent dans le port provençal, pour un volume de production qui dépasse annuellement 19 000 tonnes1. Ce secteur industriel est alors le plus représentatif de l’activité manufacturière. Il mobilise une partie importante du trafic maritime, puisque soude végétale et huile d’olive, indispensables à l’élaboration de ce produit, sont acheminées depuis tout le bassin méditerranéen2.

2Aux XVIIIe et XIXe siècles, les savonneries sont pour l’essentiel concentrées dans le quartier de Rive-Neuve, sur la rive sud du port (figure 1). Leur localisation dans cet espace spécifique s’explique par la croissance très progressive de l’agglomération marseillaise à l’époque moderne. Jusqu’au milieu du XVIIe siècle, la rive sud du Lacydon est un espace hétérogène, qui associe parcelles agricoles, anciens jardins d’établissements religieux ou de demeures nobiliaires et entrepôts commerciaux. Ce quartier, éloigné du cœur politique et historique de la cité, offre donc aux fabricants l’opportunité d’installer leurs chaudières et leurs cuves. L’agrandissement de la ville décidé en 1666 par Louis XIV change cependant la configuration des lieux. Borné à l’ouest par le nouvel arsenal des galères et au levant par la citadelle Saint-Nicolas, le quartier est désormais ceinturé par des remparts qui délimitent les nouveaux espaces à lotir en priorité : Rive-Neuve se densifie, et les fabriques de savons apparaissent, à partir du XVIIIe siècle désormais étroitement insérées dans un maillage urbain de plus en plus contraignant.

3Marseille est sans doute le lieu, sur les rivages de la Méditerranée, où a été inaugurée une pollution industrielle de grande ampleur à l’encontre du milieu marin, principalement causée par les résidus appelés « terres » de savonneries.

4Le procédé de saponification mis en œuvre dans les ateliers marseillais résulte de façon très traditionnelle de l’hydrolyse alcaline de corps gras par une base forte, telle que la soude. Jusqu’au début du XIXe siècle, moment où est mis au point le procédé Leblanc de la soude artificielle, cette soude est obtenue par la combustion de végétaux à haute teneur en sel (la salicorne le plus souvent). Réalisée à une température comprise entre 80° C et 100° C, l’hydrolyse des corps gras par de l’hydroxyde de sodium (NaOH) produit un mélange de carboxylates de sodium, c’est-à-dire un savon, se présentant sous la forme d’une pâte dure.

5Quelle que soit l’origine de la soude utilisée, les fabriques marseillaises rejettent à l’issue du processus des résidus formés pour l’essentiel de carbonate de chaux, de sulfure de chaux et de matières végétales non saponifiables. Mis en contact avec l’oxygène de l’air lors des rejets, le sulfure de chaux produit une élévation très importante de température, qui se traduit par un dégagement d’acide sulfurique et peut occasionner une auto combustion des déchets. L’évacuation hors les murs des tonnes de résidus des fabriques est donc dès le XVIIIe siècle un impératif pour les savonniers et devient l’une des préoccupations essentielles des pouvoirs publics à Marseille.

6L’analyse d’un siècle de débordements de l’industrie savonnière à Marseille permet de mettre en lumière les débats qui ont présidé à la définition d’une politique contemporaine de la gestion des déchets de fabriques dans la cité. Ces débats impliquent de nombreux acteurs comprenant plusieurs registres. Les intérêts des industriels, appuyés par leurs représentants à la chambre de commerce, sont ici confrontés aux considérations hygiénistes des tenants de la puissance publique. Les changements successifs des lieux de déversement sont le reflet de l’extension progressive des territoires de la cité après 1750. Première industrie de la ville si l’on y adjoint les fabriques de soude, le secteur de la savonnerie est un laboratoire où s’élabore un modèle de rationalité du traitement des déchets industriels, dont la forme achevée, le déversement en pleine mer, sera adoptée par l’ensemble des entrepreneurs de la chimie marseillaise après 1880.

  • 3 Corbin A., Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage (1750-1840), Paris, Aubier, 198 (...)

7L’étude d’une de ces sources de pollution, liée aux rejets de terres de savonnerie, présente un triple intérêt. Elle permet dans un premier temps d’évaluer l’importance, dès le XVIIIe siècle, de ces rejets sur l’étage infralittoral marseillais, et d’esquisser une analyse des effets de cette pollution savonnière sur des écosystèmes spécifiques. Le caractère massif des atteintes subies par la frange côtière amène dans un second temps à s’interroger sur l’apparente passivité des populations face à la destruction de ce qui constituait jusqu’à l’aube de l’industrialisation un des secteurs privilégiés de la pêche marseillaise, mais aussi un espace de loisirs et de sociabilité pour l’ensemble des habitants de la ville3. L’examen des pollutions savonnières autorise enfin un examen des politiques publiques de gestion des risques industriels, et une réflexion sur l’émergence de nouvelles pratiques sanitaires au cours du XIXe siècle.

Minimiser les coûts d’évacuation : le quartier Saint-Lambert, une poubelle industrielle au cœur du XVIIIe siècle

  • 4 AD BdR, C 3953, Lettre du maire et des députés de la chambre de commerce à l’intendant de Provence (...)
  • 5 AD BdR, B 3414, Ordonnance de police des échevins de Marseille obligeant les fabricants de savon d (...)
  • 6 On nomme étage supra littoral la zone atteinte en moyenne par les embruns. Cet étage n’est qu’exce (...)
  • 7 Espace compris entre le zéro biologique et une profondeur d’environ 35 mètres.

8Si dans les premiers temps de l’activité savonnière à Marseille, une part non négligeable des déchets de fabriques a directement été précipitée dans le port, les inconvénients de cette pratique sont trop immédiatement mesurables pour qu’elle puisse se systématiser sur le long terme. Au XVIIIe siècle, l’envasement chronique de la passe oblige municipalité et chambre de commerce à concéder annuellement son dragage à des entrepreneurs. La passation de ces marchés présente de nombreuses difficultés, les maîtres d’œuvre refusant en effet d’endosser la responsabilité éventuelle des accidents que pourraient occasionner aux navires de commerce leur cure-môle disposé près de l’entrée du port4. Parce qu’elle finance l’essentiel du coût élevé de ces opérations, la chambre de commerce, qui représente dans la cité négociants et industriels, rappelle tout au long du siècle les fabricants à leurs devoirs. Elle peut à ce propos s’appuyer sur des ordonnances municipales promulguées par les échevins dès les premières années de la décennie 1730. Aux frais de la municipalité, un chemin est aménagé à cette date, entièrement dévolu à l’évacuation des terres savonnières5. Les charretiers au service des fabricants doivent s’y engager lorsqu’ils quittent la ville par cette percée dans les remparts que constitue la « porte de Doume » (figure 1). Ils sont alors tenus, après avoir suivi scrupuleusement le pied des murailles est et sud de la citadelle Saint-Nicolas, de longer la clôture des Vieilles-Infirmeries, ancien lazaret de Marseille désaffecté au XVIIIe siècle, puis de se diriger sur le cap des Infirmeries, aussi appelé dans les textes rocher « de la Portugale ». Le contenu des charrettes déversé en ce lieu inhabité glisse alors sur les roches escarpées des étages supra littoraux et médiolittoraux6, avant de se répandre dans les niveaux supérieurs de l’étage infralittoral7.

9La possibilité de rejeter leurs déchets dans cet espace extra-muros présente d’évidents avantages pour les savonniers. Si l’on excepte les eaux du port, le cap des Infirmeries apparaît comme la portion de littoral la plus proche des savonneries, la masse imposante de la citadelle Saint-Nicolas interdisant avant la Révolution un accès terrestre aux anses du Pharo ou de la Réserve. Le transport des rebuts industriels, s’il nécessite la passation de contrats avec des voituriers, ne subit aucune rupture de charge entre les fabriques et le dépotoir. Si la réalité de rejets massifs de cendres savonnières sur le cordon littoral est avérée, de nombreuses entorses aux ordonnances municipales sont cependant perceptibles durant ces décennies.

  • 8 AD BdR, B 3414, Ordonnance de police des échevins de Marseille obligeant les fabricants de savon d (...)
  • 9 AD BdR, C 3953, Lettre de M. de Pleville, capitaine du port, au maire, aux échevins..., 10 avril 1 (...)

10La prescription municipale « de faire journellement transporter ces terres au lieu dit à mesure qu’elles sortent des réservoirs8 » est dans les faits rarement observée, et dans les décennies qui précèdent la Révolution française, des tas de déchets encombrent quotidiennement les rues de la Rive-Neuve. Le capitaine du port de Pleville, s’adressant aux échevins en 1777, se plaint ainsi de « la quantité étonnante de terre de savonneries qui, par le peu d’obéissance des fabriques à vos ordres de police, sont entraînées par les pluies », venant peu à peu combler le bassin portuaire9.

  • 10 AD BdR, C 2481, Délibération de la chambre de commerce, 14 février 1767.

11De la même manière, et pour rentabiliser leurs rotations, les voituriers déversent bien souvent leur chargement avant d’arriver sur le rivage. Le chemin qu’ils doivent emprunter est, il est vrai, constamment dégradé par les lourds charrois, les fabricants refusant de prendre en charge l’entretien de cette voie10. Malgré la menace d’une amende de 100 livres et d’une confiscation de leurs charrettes et de leurs bestiaux, les transporteurs n’hésitent donc pas à pratiquer des déversements sauvages au pied des murailles de la citadelle, mais aussi sur les parcelles bordant le chemin qui conduit aux Vieilles-Infirmeries.

12Cette réalité n’a laissé aucune trace iconographique dans les archives. Mais les textes nous permettent d’imaginer une immense poubelle industrielle couvrant les espaces situés entre les remparts et la mer. Durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle, la tentative de canalisation des déchets industriels par leur éloignement vers un dépotoir, a donc abouti à Marseille à une extension du territoire des savonneries. La voie utilisée par les charretiers, devenue elle-même lieu de débordement, concrétise cet envahissement des marges de la ville par les rebuts des fabriques.

  • 11 Menc A., « Quelles sont les causes de la diminution de la pêche sur les côtes de la Provence ? Et (...)
  • 12 Fressoz J.-B., « La libéralisation des “choses environnantes”, 1750-1850 », Revue d’histoire moder (...)

13Rare témoignage de dénonciation d’une pollution chimique littorale sous l’Ancien Régime, un mémoire écrit par un ecclésiastique marseillais en 1769 permet d’estimer précisément l’ampleur de ces rejets, mais aussi leurs effets dévastateurs sur le milieu marin11. Primé par l’Académie des belles-lettres, sciences et arts de Marseille la même année, l’œuvre d’Antoine Menc, intitulée Quelles sont les causes de la diminution de la pêche sur les côtes de la Provence ? Et quels sont les moyens de la rendre plus abondante ? revêt un caractère précieux. Le dominicain n’appartient pas au monde des nombreux naturalistes de la cité provençale. Futur membre de l’Académie, qu’il intègrera officiellement en 1773, il est cependant représentatif de l’intérêt que portent les milieux savants de la ville à la question des ressources de la mer. Confronté à l’affirmation d’un appauvrissement global des richesses ichtyologiques dans le golfe, Antoine Menc tente d’apporter une explication globale à ce dépérissement. Ne limitant pas sa réflexion à l’analyse, somme toute classique au XVIIIe siècle, de l’impact des nouvelles techniques halieutiques sur les ressources côtières, il désigne les pollutions industrielles comme une cause essentielle du déclin des écosystèmes. Ses propos en ce sens sont marqués par une réelle modernité, et peuvent être rapprochés des débats qui se font jour durant les mêmes années sur le littoral normand, autour de la fabrication de soude et de l’utilisation des algues, témoignant de la lente émergence dans la France des Lumières d’un regard nouveau porté sur l’environnement marin, dont on commence à percevoir la fragilité12.

  • 13 Menc A., op. cit., p. 8.
  • 14 Le quintal marseillais d’Ancien Régime équivalait à 40 kg.

14Deux enseignements importants peuvent être retenus de la lecture du mémoire du père Menc. Le premier concerne l’évaluation des tonnages de déchets rejetés par les savonneries au milieu du XVIIIe siècle : le dominicain estime l’importance annuelle de ces derniers à « deux ou trois cent mille quintaux dont la mer se charge dans son reflux, et qu’elle dissout dans ses eaux, au détriment du poisson qu’un pareil mélange éloigne ou empoisonne13 ». Si l’on s’en tient à ces chiffres, l’activité savonnière rejette donc annuellement sur les côtes marseillaises entre 8 000 et 12 000 tonnes de résidus polluants14. L’importance de ces rejets, et c’est le deuxième enseignement notable de la pensée de cet érudit des Lumières, est ici étroitement corrélée à l’impact des substances chimiques sur la chaîne du vivant. Antoine Menc adopte d’ailleurs une démarche expérimentale pour asseoir son raisonnement :

  • 15 Menc A., op. cit., p. 10.

« L’expérience prouve que, si on jette une certaine quantité de ces matières imprégnées de chaux dans un de ces gourds qui sont entre les roches sur les bords de la Rade, le poisson averti du danger par tous ses sens, s’éloignera bientôt d’un lieu où il prévoit la mort : il la trouve même en peu de temps dans un baquet plein d’eau de mer, si on empoisonne cette eau par le moindre mélange de ces matières15. »

15Fondamentale pour apprécier les débuts de la pollution industrielle à Marseille, la voix du père Menc reste remarquablement isolée dans le port provençal. Mis au concours en 1768, le thème du dépeuplement du golfe de Marseille n’a d’ailleurs suscité que peu d’engouement auprès des milieux érudits de la cité, puisqu’un seul mémoire, celui de l’ecclésiastique, est déposé entre les mains des membres du jury académique. L’œuvre de l’aumônier du château d’If n’en reste pas moins représentative d’une inquiétude diffuse de la société marseillaise face à ce qui est perçu depuis les débuts du XVIIIe siècle comme une disparition du poisson dans le golfe.

Interpréter le silence des sources : populations marseillaises et pollutions savonnières au XVIIIe siècle

16Le silence relatif des sources littéraires abordant le thème des pollutions industrielles doit être analysé à la lumière des rapports de force sociaux qui traversent la ville moderne. Il trouve aussi un sens si l’on considère les représentations du milieu marin qui prévalent au sein des populations littorales durant les siècles étudiés. Il peut s’expliquer enfin par le statut particulier des espaces fonciers sacrifiés aux décharges industrielles.

  • 16 Faget D., Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (XVIIIe-XXesiècle), Rennes/Aix-en-Pro (...)

17Alors que la prud’homie des patrons pêcheurs de Marseille s’érige tout au long du XVIIIe siècle en gardienne des ressources marines dans le golfe, on ne trouve aucune trace dans les riches archives de la corporation d’une dénonciation des pollutions savonnières. L’explication de ce silence prud’homal réside peut-être dans la constante hostilité exprimée par les Marseillais à l’encontre de la population de pêcheurs catalans installés en Provence depuis 1725. Maîtres de la pêche à la palangre et de l’approvisionnement des poissonneries de la ville, les Catalans sont rejetés par les pêcheurs du port. Ces immigrés ont donc pour partie trouvé refuge en dehors des murs, dans le domaine des Vieilles-Infirmeries. Ils vont d’ailleurs marquer cet espace de leur passage au point d’en modifier la toponymie, puisque aujourd’hui encore, le lieu est connu des Marseillais sous le nom de plage des Catalans. Ne disposant d’aucune infrastructure portuaire, les palangriers espagnols tirent leurs barques sur la petite plage qui borde le domaine à l’est, et habitent de modestes cabanes de pierres dans l’enceinte de cet ancien lazaret. On peut légitimement se demander si la dégradation continue de ces lieux de vie par les rejets industriels n’a pas été perçue par les pêcheurs de Saint-Jean comme une arme supplémentaire susceptible d’affaiblir une communauté de pêche concurrente16. L’analyse des débordements industriels dans la cité doit prendre en compte l’existence de ces tensions sociales, qui peuvent parfois aboutir de façon tacite à une instrumentalisation de la pratique polluante.

  • 17 Le Roux T., Le laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 20 (...)
  • 18 AM Marseille, FF 379, Procédure contre les patrons pêcheurs, procès-verbal du 14 avril 1770.
  • 19 Faget D., « La découverte d’un risque sanitaire lié à l’alimentation : fièvre typhoïde et consomma (...)

18La représentation du milieu marin explique pour une part aussi l’apparente indifférence des populations à cette pollution de grande ampleur. Contrairement aux eaux des rivières et des fleuves, objets d’une attention constante des pouvoirs publics à l’époque moderne17, les eaux marines ne jouissent pas d’une réputation de fragilité. On leur prête même des vertus contraires, ce milieu salé étant réputé posséder des effets prophylactiques et des capacités de résorption presque illimitées de l’ordure. C’est au nom de cette conviction que le poisson corrompu saisi sur les vaisseaux arrivant à Marseille est submergé durant tout le XVIIIe siècle devant le fort Saint-Jean. S’ajoutant à une évidente volonté de spéculation, cette même conviction pousse aussi certains pêcheurs à récupérer ce poisson avarié pour le revendre, l’infection de ses tissus ayant été prétendument éteinte par la salinité de la mer18. Inscrite dans le temps long, cette croyance va perdurer longtemps à Marseille. Jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les coquilliers marseillais n’hésitent pas à tremper leur marchandise dans les eaux du port afin de lui redonner quelque vigueur, les eaux de la Méditerranée devant fortifier et épurer des mollusques fragilisés par un long voyage en train depuis les ports de l’Atlantique19.

  • 20 AD BdR, C 4001, Mémoire du commandant de la citadelle Saint-Nicolas, 1754.
  • 21 AN C7-39 mar., Personnels de la marine, procès opposant Honoré Boucanier aux officiers de la citad (...)

19Le statut juridique des espaces d’épandage est en dernier lieu une des clefs permettant d’expliquer le silence des Marseillais face à la dégradation continue du quartier Saint-Lambert. Désaffecté en 1686, le domaine des Vieilles-Infirmeries appartient à un propriétaire absentéiste, le secrétariat d’État à la Marine, qui le laisse se dégrader tout au long du XVIIIe siècle. Immédiatement situé sous les remparts de la citadelle Saint-Nicolas, le domaine est l’objet pendant toute cette période d’un long conflit entre son propriétaire officiel et les gouverneurs des places fortes de Marseille, qui revendiquent une partie de sa propriété20. Le flou juridique qui accompagne la déshérence de cet espace libère de toute contrainte les voituriers qui peuvent librement y déverser leurs terres. Soucieuse de renflouer ses finances, la Monarchie décide toutefois en 1782 de vendre ce vaste domaine aux enchères21. Son achat par des particuliers, autant que la saturation du site, modifie à la veille de la Révolution les conditions d’utilisation de ces terrains comme dépotoirs. Si les évènements révolutionnaires et l’Empire permettent jusqu’en 1815 la poursuite silencieuse des déversements dans l’anse des Catalans, la Restauration hérite d’une situation de plus en plus conflictuelle.

Ill. 1. – Carte des pollutions savonnières à Marseille (1700-1860).

Poussée urbaine et redéploiement des rejets savonniers (1815-1855). Débats et résistances

  • 22 Fodéré F.-E., Traité de médecine légale et d’hygiène publique, Paris, Imprimerie de Mame, 1813, t. (...)

20Marquée par la naissance d’une législation nouvelle sur le contrôle de la dangerosité des fabriques, la période impériale ne remet pas en cause la place prédominante de la savonnerie au cœur de la ville provençale. Le décret du 13 septembre 1810 range ces dernières dans la troisième catégorie des établissements classés, comprenant « ceux qui peuvent rester sans inconvénients auprès des habitations particulières ». Dans son Traité de médecine légale et d’hygiène publique, François-Emmanuel Fodéré, bon connaisseur de la réalité industrielle marseillaise, n’accorde pour sa part que peu de place aux résidus de savonneries, qu’il n’envisage que sous leur aspect liquide, celui des effluents drainés hors des ateliers. Insistant sur la malfaisance des gaz émis par cette branche d’activité, qui donnent aux ouvriers travaillant près des cuves un « teint blême » et de fréquentes « obstructions22 », le médecin ne nous dit rien des terres savonnières. L’extension progressive des quartiers d’habitations, qui dès les premières années de la Restauration débordent largement les remparts du XVIIe siècle, contribue toutefois à replacer la gestion de ces déchets au cœur du débat public.

21Dans les trois premières décennies du XIXe siècle, l’utilisation de l’anse des Vieilles-Infirmeries par les savonniers se heurte à deux contingences majeures. Le site apparaît tout d’abord totalement saturé, au point de présenter un danger immédiat pour la navigation. Le lieutenant des vaisseaux du roi Jean Antoine Catelin, dans le rapport qu’il rédige sur la question en 1826, dresse un tableau accablant de la situation de l’anse des Catalans durant cette décennie. À partir de la pointe nord de la petite crique, le littoral

  • 23 AM Marseille, 31 O 7, Rapport de la commission chargée d’examiner les inconvénients qui peuvent ré (...)

« est couvert par une montagne de cendres qui a sa base dans la mer. Ces matières volcaniques dont la partie sulfureuse brûle continuellement avec dégagement de lumière qui, pendant la nuit s’aperçoit à une assez grande distance, se durcissent à l’air, mais ne peuvent cependant devenir assez solides pour empêcher que de grands quartiers ne s’en détachent de temps en temps23 ».

22La masse des déchets rejetés est telle qu’à plus de 100 mètres de la côte, la profondeur n’est plus que de 4 mètres, ce qui met en péril les navires qui, lors de forts vents d’ouest-nord-ouest, sont obligés pour sortir du port à la voile de longer au plus près les roches du Pharo et des Catalans. La plage des Vieilles-Infirmeries elle-même a changé radicalement de physionomie :

  • 24 Ibid.

« Le sable, combiné avec la soude et le carbonate de chaux qui composent les cendres de savonnières forme une pierre dure dans le genre des rochers appelés poudingue, qui s’établit par couches que les pêcheurs sont obligés de rompre, afin de pouvoir tirer leurs bateaux à terre pendant le mauvais temps24. »

  • 25 AN C 7-39 Mar, Dossier Honoré Boucanier (1782-1791).
  • 26 AM Marseille, 31 O 7, Lettre de Jean Baptiste Valentin Vidal au maire de Marseille, 26 avril 1832.

23À cette inquiétude des autorités maritimes s’ajoute l’opposition de plus en plus marquée des nouveaux propriétaires du quartier, qui abritent contre paiement d’un loyer les derniers représentants d’une communauté catalane dispersée par les années révolutionnaires. Ces propriétaires n’entendent pas laisser leurs terrains être dévalués par l’existence de ce dépotoir industriel. La masse des déchets rejetés sur le site depuis le XVIIIe siècle, en s’immisçant jusqu’à l’intérieur des murs ruinés de l’ancien lazaret, hypothèque il est vrai toute possibilité d’opération immobilière. S’ils protestent au nom de la cause publique, celle de l’approvisionnement des poissonneries de la ville ou de la défense de l’industrie des pêches, ces particuliers défendent évidemment des intérêts personnels. Cédées par l’État en 1782 pour la coquette somme de 115 000 livres25, les Vieilles-Infirmeries ne rapporte-t-elle pas à leurs détenteurs les loyers « de cent familles de pêcheurs qui peuplent le domaine et que la pêche seule alimente26 » ?

  • 27 AM Marseille, 31 O 7, Arrêté municipal du 13 novembre 1820.
  • 28 AM Marseille, 31 O 7, Délibération du conseil municipal du 19 novembre 1822.
  • 29 AD BdR, 50 Fi 0329, Vue de l’anse de l’Ourse par Joseph-Martin Marchand, gravure de l’extrême fin (...)

24Face à ces protestations, la municipalité de Marseille a adopté dès 1820 une série de décisions délimitant les espaces côtiers qui doivent absorber les terres de savonneries. L’anse des Catalans est strictement interdite à tout déversement par l’arrêté du 11 octobre 182027. Ceux du 13 novembre 1820 et du 23 janvier 1821 désignent comme lieux de décharge les anses de l’Ourse et de La Joliette28. La même logique que celle qui prévalait aux Catalans est donc reconduite. Par une inversion géographique des espaces de rejet, elle désigne désormais les franges infralittorales situées au nord du port comme lieux privilégiés de dépôt des substances polluantes. Dans les faits, les terres de savonnerie ont commencé à contaminer cet espace périurbain dès avant la Restauration. Une fabrique de savon, adossée à l’ancienne église de la Charité fonctionne en effet dans l’anse de l’Ourse sous la Révolution française. Son activité s’ajoute au travail de trois établissements situés à proximité de ce lieu, dans la vieille ville, rue Sainte-Claire. Ces fabriques trouvent un débouché facile pour leurs déchets sur les rivages de mer les plus immédiats, anciens espaces privilégiés de la pêche à pied marseillaise au XVIIIe siècle. Une gravure dédiée à l’anse de l’Ourse, réalisée sans doute dans la dernière décennie du siècle par le Marseillais Joseph-Martin Marchand, permet de se représenter la brutalité de l’impact des déversements sur les écosystèmes littoraux (figure 2). Les faibles escarpements de cette crique ont laissé la place à des talus tombant directement dans les herbiers de zoostères de cette petite anse29.

Ill. 2. – L’Anse de l’Ourse, début XIXesiècle.

25Si les terres savonnières gagnent de proche en proche l’ensemble du littoral marseillais, le basculement de leur déversement vers le nord de la cité au début de la Monarchie de Juillet reste toutefois marqué par bien des résistances et des hésitations. La définition d’une politique de gestion des déchets de savonneries suscite débats et confrontations. Deux points de vue coexistent durant la première moitié du XIXe siècle. L’un, celui de l’État, peut être qualifié de moderne, puisqu’il se pare des ornements de la rationalité. Le préfet des Bouches-du-Rhône Villeneuve-Bargemon suggère en effet dès 1823 une solution définitive aux rejets des fabriques marseillaises passant par la dispersion en pleine mer, pour diluer d’une certaine manière le débordement industriel dans l’immensité des étendues marines.

  • 30 AD BdR, 6 M 1620, Hygiène et santé publique, préfecture des BdR, 1816-1828.
  • 31 AM Marseille, 31 O 7, Lettre au maire des charretiers qui vident leurs cendres au Pharo, 23 août 1 (...)
  • 32 AM Marseille, 31 O 7, Lettre au maire de Joseph Clair, propriétaire, 22 janvier 1827.

26Fondateur en 1825 de la commission départementale d’hygiène et de salubrité, Villeneuve-Bargemon voit ses convictions régulièrement confortées par les rapports des commissions d’enquêtes qu’il diligente sur les sites de déversement. Celles-ci constatent à de nombreuses reprises la dangerosité des terres savonnières qui, en combustion permanente, dégagent de l’hydrogène sulfuré toxique pour les riverains30. Tenus par les intérêts des savonniers, municipalité et chambre de commerce défendent au contraire le maintien de pratiques anciennes, et s’efforcent de temporiser durant toute la Restauration. Pourtant signataire des arrêtés de 1820 et 1821, le maire Montgrand tente ainsi à partir de 1825 de faire bénéficier les savonniers de mesures dilatoires. Il autorise à cette date les jets de résidus depuis la batterie du Pharo, à quelques centaines de mètres des premiers dépotoirs31. C’est évidemment adresser aux fabricants un signe d’apaisement, bien perçu par ces derniers qui poursuivent après cette date leurs déversements aux Infirmeries, comme en témoignent les lettres de protestations adressées aux maires par les propriétaires de ce quartier32.

  • 33 AM Marseille, 31 O 7, Lettre du maire de Marseille au préfet des BdR, 25 novembre 1823.
  • 34 AM Marseille, 31 O 7, Lettre du préfet des Bouches-du-Rhône au maire de Marseille, 19 décembre 185 (...)

27Aucun argument n’est négligé par les partisans d’une poursuite des rejets sous les murs de la citadelle. Le maire Montgrand défend ainsi en 1823 la poursuite des déversements entre les rochers du Pharo et l’anse des Catalans au motif que les cendres « sont employées en majeure partie à enfouir les grands quadrupèdes et autres animaux morts déposés en cet endroit » et que « les parties corrosives dont ces matières sont imprégnées dévorent en peu de temps tous les restes de ces animaux, les os même [paraissant] calcinés33 ». Argument de plus de poids, c’est au nom de la protection des ressources de la mer que la chambre de commerce s’oppose à la proposition préfectorale des jets en mer en 1824. Derrière ces résistances, c’est bien l’intérêt des savonniers qui se profile. L’armement de navires à soupapes représente en effet une rupture de charge lors des rotations entre les fabriques et la pleine mer. Il aggrave donc le coût de l’évacuation des déchets. La construction du port de la Joliette à la fin de la Monarchie de Juillet offre à cet égard aux industriels marseillais un répit inespéré. Entrepris en 1844, l’aménagement d’un grand bassin au nord de ce qu’il sera désormais convenu d’appeler le Vieux-Port s’accompagne en effet de l’édification de vastes terre-pleins couvrant les anses de l’Ourse et de la Joliette. Inaugurant une nouvelle économie du déchet industriel, pour un temps perçu dans sa dimension utilitaire, et préfigurant avec un siècle d’avance une pratique qui sera systématisée lors de la réalisation des infrastructures portuaires du Japon de la Haute Croissance (1955-1973), Marseille recycle ainsi jusqu’en 1853 ses 150 000 m³ de déchets de savonneries en substrats de comblement34.

  • 35 Chevallier D., « Les Pierres Plates. L’invention d’un espace de loisirs populaires au cœur de Mars (...)
  • 36 Faget D., Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (XVIIIe-XXesiècle), op. cit., p. 318- (...)

28Durant les décennies qui précèdent le Second Empire, tous les littoraux encadrant la ville ont donc été progressivement dénaturés par les rejets de l’industrie savonnière. Régulièrement évoqués par les représentants de l’industrie, des pouvoirs locaux et de l’administration, le sujet semble en revanche peu intéresser la population marseillaise. La presse locale, qui ne cesse d’attirer l’attention de ses lecteurs sur les prix sans cesse plus élevés du poisson, n’évoque jamais la destruction de lieux qui au XVIIIe siècle, permettaient aux plus modestes des habitants d’améliorer leur ration protéinique quotidienne, et à tous de profiter des loisirs variés que procure la pêche amateur. En ce milieu du XIXe siècle, le « désir de rivage » semble bel et bien absent d’une population pour l’essentiel fraîchement installée dans la cité. Gavots des vallées alpines ou « travailleurs du muscle » piémontais sont désormais dénués de cette connaissance empirique du milieu marin qui caractérisait les Marseillais de l’Ancien Régime, milieu marin dont ils sont en outre désormais coupés spatialement par la réalisation des grandes infrastructures portuaires35. La voix de ces professionnels de la mer que sont les patrons pêcheurs est quant à elle inaudible. Plongée dans une crise accélérée par l’amenuisement des ressources du golfe, la pêche côtière marseillaise est marginalisée. Sa folklorisation par la littérature et l’iconographie est le signe de son déclin et de son incapacité à peser sur la gestion des proches espaces maritimes36.

29Au sein des élites politiques et économiques, l’achèvement de la première tranche du nouveau port de commerce en 1853 relance toutefois le débat sur le devenir de ces résidus des savonneries.

30Pour les ingénieurs en charge des futurs aménagements portuaires des bassins d’Arenc et de la gare maritime, l’heure n’est plus à la récupération des déchets industriels. Dès 1856, le directeur des Ponts et Chaussées met en garde le maire de Marseille sur la nature peu satisfaisante de ces matériaux de remblais :

  • 37 AM Marseille, 31 O 7, Lettre du directeur des Ponts et Chaussées au maire de Marseille, 20 octobre (...)

« Les terres de savonneries ne donnent pas un remblai convenable pour des fondations d’édifices [...], il est à craindre que les murs des constructions qui reposeront dessus n’aient à souffrir de l’action des sels et des acides que contiennent ces matières et que tout établissement de jardin y devint impossible37. »

31La nécessité de porter les résidus industriels au-delà de l’anse d’Arenc, en direction de l’Estaque, obère désormais largement la rentabilité des déversements littoraux. S’ajoutant à ce changement des paramètres économiques, le triomphe d’une vision rationnelle de la gestion des polluants par dilution dans les eaux marines achève de convaincre les fabricants marseillais du Second Empire de se doter de barges et de remorqueurs à vapeur. Ces derniers permettront dans les décennies suivantes d’accélérer le transport des terres savonnières jusqu’aux limites des îles de Marseille. La mutation qui se produit au cours du Second Empire dans la gestion des pollutions savonnières ouvre une période nouvelle, celle du « tout-à-la-mer ». Elle implique à la fin du XIXe siècle les médecins, et englobe progressivement l’ensemble des déchets produits par la ville contemporaine. La plupart des représentants du corps médical soutiennent en effet le projet d’évacuation de l’ensemble des égouts de la ville vers la mer. Leurs efforts vont aboutir en 1895 à la construction du grand émissaire de Cortiou, qui permettra de rejeter une partie des eaux usées de la cité dans les calanques qui bordent à l’est le littoral marseillais. La représentation de la mer comme espace de neutralisation des polluants va connaître on le sait son apogée au XXe siècle, et ce malgré les alertes lancées dès les années 1880 par l’océanologue marseillais Antoine-Fortuné Marion. À cette date, les dragages effectués par le biologiste à une centaine de mètres de la jetée protégeant le port de la Joliette, par des fonds d’une vingtaine de mètres, témoignent de la brutalité des agressions qui ont d’ores et déjà frappé l’écosystème :

  • 38 Marion A.-F., « Esquisse d’une topographie zoologique du golfe de Marseille », Annales du Musée d’ (...)

« L’engin ne ramène que des fragments de poteries, des débris de tous genres, dans une boue noire. Les terres de savonneries forment par place, une croûte assez dure que la drague attaque, et au-dessous se trouve un limon verdâtre dégageant une odeur sulfhydrique. Ce sont ces polysulfures qui se sont accumulés et qui ont à peu près tout détruit38. »

  • 39 AD BdR, 5 M 561, Préfecture des Bouches-du-Rhône, Établissements classés insalubres. Rapport du Co (...)
  • 40 Gourret P., L’influence des jets en mer sur la faune marine, Paris, Challamel éditeur, 1899, p. 16

32Lentement adopté par les savonniers au cours du XIXe siècle, sous la contrainte de nouveaux textes législatifs et d’une recherche constante de préservation de la rentabilité de leurs entreprises, le déversement en mer des résidus solides sert d’exemple à l’ensemble de la chimie marseillaise à partir de 1880. L’un de ses meilleurs représentants, La Compagnie d’exploitation des minerais de Rio Tinto, choisit ainsi dès son installation à l’Estaque en 1883 de se débarrasser de ses charrées de soude par l’intermédiaire de chalands39. La pratique est d’autant plus attractive que dans les faits, à l’imitation des terres de savonneries, les jets de marcs de soude sont pratiqués à quelques centaines de mètres seulement du rivage, comme le révèle en 1899 l’enquête menée par l’océanologue Paul Gourret40.

33Toujours d’actualité en ces débuts du XXIe siècle, puisque l’usine Péchiney de Gardanne rejette quotidiennement au large de Cassis ses résidus de transformation de la bauxite, les déversements de produits industriels sur le littoral provençal ont donc une histoire ancienne. Le secteur de la savonnerie, avant même celui de la chimie des acides ou de la métallurgie des non ferreux, a joué à Marseille un rôle pilote dans l’expérimentation des politiques successives de maîtrise de la pollution industrielle. Les nécessités de gestion des dizaines de milliers de tonnes produits par l’activité savonnière ont contribué au cours du XIXe siècle à l’émergence d’une solution nouvelle, celle de la généralisation des jets en mer. Cette dernière pratique, qui conduit à rendre invisibles les résidus industriels, facilite l’acceptation des pollutions marines par les populations littorales, à une époque où les sciences océanographiques n’en sont qu’à leurs premiers tâtonnements.

Notes

1 Daumalin X., Girard N., Raveux O., Du savon à la puce. L’industrie marseillaise du XVIIe siècle à nos jours, Marseille, Jeanne Laffitte, 2003, p. 64.

2 Bardiot N., Du sale au propre : Marseille et la soude AU siècle des Lumières, Paris, ADHE, 2001, p. 294 ; Boulanger P., Le savon de Marseille, Barbentane, Équinoxe, coll. « Carrés de Provence », 1999, p. 134.

3 Corbin A., Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage (1750-1840), Paris, Aubier, 1988. Zysberg A., Marseille au temps du Roi-Soleil. La ville, les galères, l’arsenal, Marseille, Jeanne Laffitte, 2002, p. 242-243. Beunard B., « Marseille Plage. Les bains de mer à Marseille au XIXe siècle », Ethnologie française, t. 23, décembre 1993, p. 579-591.

4 AD BdR, C 3953, Lettre du maire et des députés de la chambre de commerce à l’intendant de Provence, 9 juin 1775.

5 AD BdR, B 3414, Ordonnance de police des échevins de Marseille obligeant les fabricants de savon du quartier de Rive-Neuve à transporter les terres provenant de leurs savonneries à l’endroit désigné, 29 avril 1733.

6 On nomme étage supra littoral la zone atteinte en moyenne par les embruns. Cet étage n’est qu’exceptionnellement immergé, lors des grandes tempêtes. L’étage médiolittoral est la zone correspondant au balancement des vagues et des marées.

7 Espace compris entre le zéro biologique et une profondeur d’environ 35 mètres.

8 AD BdR, B 3414, Ordonnance de police des échevins de Marseille obligeant les fabricants de savon du quartier de Rive-Neuve à transporter les terres provenant de leurs savonneries à l’endroit désigné, 29 avril 1773.

9 AD BdR, C 3953, Lettre de M. de Pleville, capitaine du port, au maire, aux échevins..., 10 avril 1777.

10 AD BdR, C 2481, Délibération de la chambre de commerce, 14 février 1767.

11 Menc A., « Quelles sont les causes de la diminution de la pêche sur les côtes de la Provence ? Et quels sont les moyens de la rendre plus abondante ? », mémoire publié dans les Recueils des pièces de poésie et d’éloquence présentées à l’Académie des belles-lettres, sciences et arts de Marseille pour les prix des années 1768 et 1769, Marseille, chez Sibié, Imprimeur du Roi, 1769.

12 Fressoz J.-B., « La libéralisation des “choses environnantes”, 1750-1850 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56-4, octobre-décembre 2009, p. 39-76. Denis G., « Normandie, 1768-1771 : une controverse sur la soude », Theys J. et Kalaora B. (dir.), La terre outragée, les experts sont formels, Paris, Autrement, 1992.

13 Menc A., op. cit., p. 8.

14 Le quintal marseillais d’Ancien Régime équivalait à 40 kg.

15 Menc A., op. cit., p. 10.

16 Faget D., Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (XVIIIe-XXe siècle), Rennes/Aix-en-Provence, Presses universitaires de Rennes/Presses universitaires de Provence, 2011, p. 53-63.

17 Le Roux T., Le laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011, p. 61-65.

18 AM Marseille, FF 379, Procédure contre les patrons pêcheurs, procès-verbal du 14 avril 1770.

19 Faget D., « La découverte d’un risque sanitaire lié à l’alimentation : fièvre typhoïde et consommation de coquillages en Méditerranée du milieu du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale », Provence historique, t. LV, fasc. 221, juillet-août-septembre 2005, p. 345-363.

20 AD BdR, C 4001, Mémoire du commandant de la citadelle Saint-Nicolas, 1754.

21 AN C7-39 mar., Personnels de la marine, procès opposant Honoré Boucanier aux officiers de la citadelle, au sujet de la propriété du domaine des Vieilles Infirmeries (1782-1791).

22 Fodéré F.-E., Traité de médecine légale et d’hygiène publique, Paris, Imprimerie de Mame, 1813, t. VI, troisième partie, chap. III, p. 311.

23 AM Marseille, 31 O 7, Rapport de la commission chargée d’examiner les inconvénients qui peuvent résulter du jet des terres de savonnières à la pointe des Catalans, 27 juin 1826.

24 Ibid.

25 AN C 7-39 Mar, Dossier Honoré Boucanier (1782-1791).

26 AM Marseille, 31 O 7, Lettre de Jean Baptiste Valentin Vidal au maire de Marseille, 26 avril 1832.

27 AM Marseille, 31 O 7, Arrêté municipal du 13 novembre 1820.

28 AM Marseille, 31 O 7, Délibération du conseil municipal du 19 novembre 1822.

29 AD BdR, 50 Fi 0329, Vue de l’anse de l’Ourse par Joseph-Martin Marchand, gravure de l’extrême fin du XVIIIe siècle.

30 AD BdR, 6 M 1620, Hygiène et santé publique, préfecture des BdR, 1816-1828.

31 AM Marseille, 31 O 7, Lettre au maire des charretiers qui vident leurs cendres au Pharo, 23 août 1826.

32 AM Marseille, 31 O 7, Lettre au maire de Joseph Clair, propriétaire, 22 janvier 1827.

33 AM Marseille, 31 O 7, Lettre du maire de Marseille au préfet des BdR, 25 novembre 1823.

34 AM Marseille, 31 O 7, Lettre du préfet des Bouches-du-Rhône au maire de Marseille, 19 décembre 1854.

35 Chevallier D., « Les Pierres Plates. L’invention d’un espace de loisirs populaires au cœur de Marseille », Bromberger C., Guyonnet M.-H. (dir.), De la nature sauvage à la domestication de l’espace. Enquêtes ethnologiques en Provence et ailleurs. Hommage à Annie-Hélène Dufour, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2008, p. 75-87.

36 Faget D., Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (XVIIIe-XXe siècle), op. cit., p. 318-319.

37 AM Marseille, 31 O 7, Lettre du directeur des Ponts et Chaussées au maire de Marseille, 20 octobre 1856.

38 Marion A.-F., « Esquisse d’une topographie zoologique du golfe de Marseille », Annales du Musée d’Histoire naturelle de Marseille, t. I, Marseille, 1883.

39 AD BdR, 5 M 561, Préfecture des Bouches-du-Rhône, Établissements classés insalubres. Rapport du Comité consultatif des Arts et Manufactures, 18 avril 1883.

40 Gourret P., L’influence des jets en mer sur la faune marine, Paris, Challamel éditeur, 1899, p. 16.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. – Carte des pollutions savonnières à Marseille (1700-1860).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Ill. 2. – L’Anse de l’Ourse, début XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

Auteur

Aix-Marseille-université, TELEMME.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540