Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Troisième partie. Espaces, territoires et temporalités

Espaces, territoires et temporalités

Texte intégral

1L’insertion environnementale d’une entreprise – industrielle, agricole, minière ou artisanale, peu importe sa nature – doit nécessairement composer avec un espace socioéconomique pétri de rapports humains. Son activité n’est jamais posée sur une terre vierge, sans histoires ni territoires. Elle interagit avec une multitude d’agents et d’intérêts, avec des identités et une culture locale dont l’une des manifestations la plus tenace est certainement la contestation de ce qui la menace. Ainsi, les débordements défient les fonctions associées aux territoires, contredisant les équilibres et les dynamiques locales, bousculant et reconfigurant les rapports de force et de domination. Le débordement peut être alors à la fois la cause et la conséquence d’un consensus rompu autour de la pollution, du risque sanitaire, des usages concurrents de la ressource, du partage des espaces ou de l’emprise territoriale. Dans cette dernière partie de l’ouvrage, les auteurs questionnent les frontières géographiques et temporelles auxquelles renvoie la problématique du conflit. Dans les études présentées, ces frontières sont poreuses et malléables au gré des négociations, faisant de ce qui déborde un problème à ignorer ou au contraire une affaire publique à réguler. Une convergence de facteurs mène au conflit : quels sont les éléments nouveaux qui ont formé le point d’ignition ? Quels sont contours affirmés et détours que les acteurs empruntent pour disputer fonction et délimitation plus ou moins stricte des espaces et des temporalités ? Comment s’entremêle la multitude des territoires, se confondent leurs identités, fonctions et statuts au fil du temps ? Par quels moyens aussi ces territoires se font et se défont ? Comment s’articulent les différents temps du débordement, du conflit et de la régulation ? Partant de questionnements de cette nature, les auteurs éclairent, depuis un angle quelque peu différent, les modes d’existence de ces débordements dans la Cité. Mis à l’épreuve de l’histoire locale et de la durée, ils montrent ainsi qu’ils participent, selon les moments et les circonstances, soit à la consolidation de configurations sociotechniques qu’ils concourent à former, soit à leur contestation. Chaque contributeur tente ainsi d’éclairer à sa façon un certain nombre de paradoxes, par exemple celui de la variation au fil du temps des jeux d’acteurs telle qu’observée dans la première partie de l’ouvrage. Les trajectoires singulières du conflit local questionne de la même manière les décalages constatés dans le temps. La protestation ne surgit pas au moment où le débordement tangible s’opère mais parfois bien longtemps après sa disparition. Ailleurs, la question environnementale investit l’espace public quand à l’évidence les liens entre l’origine avérée d’une pollution et ses effets démontrés n’ont désormais plus lieu d’être établi. Nombre de contradictions apparentes de cet ordre sont pertinemment levées à la lecture des propositions dans cette ultime partie de l’ouvrage, traitant dans l’épaisseur du temps la fabrication combinée des espaces et de leurs territorialités.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540