Version classiqueVersion mobile

Un médecin des Lumières

 | 
Alain Collomp

Préface. Médecin, naturaliste, Michel Darluc, républicain des sciences au XVIIIe siècle

Daniel Roche

Texte intégral

1Michel Darluc est inconnu du grand public, il n’est toutefois pas ignoré de quelques historiens du monde provençal, de quelques savants médecins et botanistes, biologistes et agronomes. Le Darluca, champignon saprophyte, identifié par Louis Castagne, maire de Miramas au milieu du XIXe siècle, rassemble une famille de bactéries non pathogènes mais parasites des arbres et hôtes de la flore intestinale. Les antibiotiques Darlucin A et Darlucin B contribuent à entretenir, pour quelques-uns, la mémoire de celui que Michel Vovelle tenait pour l’un des fondateurs de l’ethnographie provençale dont l’« ouvrage monumental », l’Histoire Naturelle de la Provence (1782, 1784, 1786) constitue une étape majeure de la description d’un pays qu’« il est peut-être vain de vouloir réunir », comme le suggérait Jean Giono. Michel Darluc que citaient, plagiaient ou commentaient, Horace Bénédict de Saussure, le docteur Achard, auteur du Dictionnaire topographique de la Provence (1787), Arthur Young, plus tard encore, Cuvier, Charles Darwin et Michelet, n’en a pas moins contribué fortement à faire connaître la diversité d’une région, analysée par le menu, à la mesure du local, et rassemblée dans la hiérarchie de ses paysages et la diversité du travail des hommes. Aujourd’hui, face au changement, voire aux menaces, qui transforment les uns et les autres, l’œuvre du médecin provençal retrouve ainsi son utilité, elle offre des repères à une compréhension de l’Histoire, elle aide à débarbouiller les clichés rebattus et les images du folklore, elle offre aux explorateurs de l’écologie les moyens de se reconnaître dans les contrastes comme de comprendre l’unité d’une nature déchiffrée avec les moyens d’un temps. Darluc homme du dix-huitième siècle n’est pas un étranger mais le fait d’être un homme de l’Ancien Régime, un savant d’une époque moins équipée de certitudes et de moyens que la nôtre, lui confère une présence culturelle spécifique que son historien, Alain Collomp, réussit à restituer avec acuité et richesse.

2Provençal des Hautes terres par ses origines familiales, chercheur reconnu par ses travaux divers, on lui doit une étude fondamentale pour l’Anthropologie historique de la famille avec la Maison du Père (1983), on a lu avec émotion les Lettres à Léontine (2004) que son aïeul, l’instituteur Marie-Auguste Collomp adressait à sa femme entre 1914 et 1915, mais c’est aussi un médecin. Cela ne le range pas parmi les amateurs curieux mais plutôt dans la grande lignée des praticiens cultivés qui peuplaient autrefois les académies, et qui ne séparaient pas le local et l’universel. Ainsi avec Michel Darluc pouvait se nouer un dialogue dont l’intérêt ne doit pas nous échapper. Il concerne la philosophie médicale et l’articulation féconde, hier comme aujourd’hui, entre les sciences, les méthodes d’investigation et l’approche des hommes. L’Histoire Naturelle de Darluc est aussi le moyen de comprendre l’anthropologie de la connaissance de la nature et celle des hommes dans leur environnement, soumis aux contraintes du milieu et aux préjugés de leur temps. Deux défis rendaient la tâche particulièrement difficile : l’historien de Darluc et de son œuvre ne peut exploiter qu’un mince capital d’archives, son livre, et quelques écrits, fournissant la totalité des indices dont on peut disposer ; l’œuvre et l’homme sont à replacer dans l’ensemble des pratiques culturelles qui cernent et définissent un moment crucial de la modernité quand République des Lettres et Lumières ne coïncident pas avec exactitude. La figure de Darluc contribue comme celle d’un Séguier à Nîmes ou d’un Calvet à Avignon, à préciser les intérêts, les savoirs et les modalités d’échange des connaissances, d’une autre manière que celle autorisée par l’analyse sociologique des institutions de l’espace public. Darluc, non sans problème quant à la reconstitution de sa carrière et de son rôle, ne permet pas moins de comprendre l’importance des réseaux scientifiques, intellectuels et privés, qui font vivre l’espace provincial et les échanges, un style de vie et d’action que partagent des individus issus de milieux sociaux différents par le statut, la fortune, les habitudes. De ce comportement il n’a laissé qu’un témoignage global, expression de sa participation à un mouvement scientifique général mais riche de traces multiples sur son existence, les influences qui ont pu s’exercer sur lui, les ruptures qui comptent dans sa vie professionnelle et intellectuelle, une activité de praticien reconnu localement, de professeur à la renommée régionale et de savant à la réputation nationale et internationale solidement confirmée par ses premiers nécrologistes comme Vicq d’Azyr ou Charles-François Bouche dans son Essai sur l’Histoire de Provence (1785) ou dans le Dictionnaire des hommes illustres (1786). Témoins proches ou éloignés, acteurs d’un milieu identique, lecteurs immédiats de l’œuvre, permettent de saisir par brefs instantanés les facteurs profonds d’une vie particulièrement marquée par la formalisation de l’académisme provincial et l’engagement dans le dilemme de la fin des Lumières médicales et savantes. La médecine et ses progrès apparaissent comme un art de la transformation sociale et de l’amélioration de la santé en même temps que la civilisation traditionnelle est frappée de maux nouveaux par l’urbanisation, la richesse, la consommation. Les écrits de Darluc révèlent les trois dimensions principales de cette nouvelle configuration des rapports entre la certitude du progrès et la crainte de la dégénérescence ; celle de la construction d’un milieu intellectuel où l’échange et les bienfaits de la circulation luttent contre la stagnation par la mobilisation des informations les plus étendues par le travail des Républicains des Lettres ; celle des réflexions qui regroupent les améliorations, de la médecine à l’économie, des sciences de la nature à leur utilité ; enfin celle des savants et des savoirs où de nouvelles pratiques et l’analyse des territoires établissent de nouveaux rapports entre médecine, société et culture.

Darluc, Républicain des Sciences et des Lettres

3Décrire la Provence, ses reliefs, ses régions, ses plantes, ses animaux, ses hommes, n’enferme pas le professeur de la Faculté de Médecine d’Aix dans le local. Sa formation, son plan de vie et son mode d’existence, ses relations, l’inscrivent bien au contraire dans le monde de la mobilité, et sa réputation rapide et durable, dans les milieux de l’échange distinctif caractéristique de la communauté médicale et scientifique. Darluc a bénéficié d’une série de circonstances communes qui lui ont permis de franchir les frontières solides séparant les groupes sociaux et les niveaux de culture et de s’affirmer au plus haut niveau de la profession médicale comme de la communication libre des idées. Sa première mobilité lui ouvre les portes du terroir de Grimaud, elle est pédagogique à l’instar d’un Marmontel en Auvergne, d’un Villars en Dauphiné. Fils d’artisan, son père est tailleur, son frère le sera également, il est issu d’un groupe rural actif dont l’économie, la sociabilité, voire le pouvoir local assurent une certaine aisance et un minimum de capacité à un élève doué. La Régence latine proche, le collège de l’Oratoire à Marseille lui transmettent l’héritage classique et probablement une première ouverture scientifique en même temps qu’une entrée dans la microsociété des notables marseillais dont l’élite est reconnue par la brillante académie encouragée par les évêques et les intendants après la Peste. Il y retrouvera plus tard d’anciens élèves des Oratoriens, l’abbé Papon, historien de la Provence et auteur d’un Voyage en Provence toujours recommandable à lire, Pons-Joseph Bernard de Trans, qui finit directeur de l’Observatoire de la ville. En moins de cent kilomètres, des Maures au château d’If, il change d’univers.

4L’étape suivante n’est pas inhabituelle mais reste en partie mystérieuse. Avant 1740, le voilà sur les chemins du « Grand Tour », au service d’un grand seigneur viennois avec lequel il visite l’Italie du nord au sud et découvre le Tyrol et les Alpes ; il n’a pas dix-neuf ans quand il est aux côtés de Neuhoffdans l’expédition infortunée pour libérer la Corse. Une tempête le jette sur les côtes espagnoles et le voilà fixé un temps à Barcelone où l’accueille le Collège Royal de Chirurgie, pour se retrouver en Provence au début des années quarante. De ce périple aventureux retenons que Darluc a gagné une connaissance de l’italien, de l’allemand et de l’espagnol qui le fait accéder à une tradition savante large mais à distance des réflexions décisives de l’Angleterre. Il y a trouvé sa voie pour les études médicales associées à l’observation naturaliste en même temps qu’il a pu comprendre l’importance des réseaux de relations sociales. À 27 ans, élève du grand anatomiste Lieutaud, le voilà docteur de l’Université d’Aix qui avec quelques dizaines d’étudiants fabrique, vaille que vaille, trois à quatre gradués chaque année. Cette itinérance formatrice s’achève à Paris vers 1745 où il a pu suivre, mêlé au public élargi les enseignements de diverses institutions dont le Jardin du Roi. À l’instar de Venel, du botaniste Fusée Aublet, de Diderot, de Rousseau et de son protecteur Dupin, en écoutant Jussieu, Rouelle, il prouve l’importance de la polyvalence pédagogique qui se joue entre institutions traditionnelles et novatrices, les facultés, les créations royales, les académies, et comment elle a pu transformer les confins culturels de la France des Lumières et accélérer le changement médical et scientifique. L’itinéraire Province-Paris fait voir comment s’acquièrent les pratiques et se modifient les comportements. Darluc va jusqu’à s’imaginer poète et correspondant de Voltaire à qui il a fait parvenir son poème sur le mariage du Dauphin. Il a pris la plume et il ne l’abandonnera plus ; la disparition de sa correspondance n’excluant nullement son implication dans les échanges habituels aux élites cultivées du temps.

5De même, ses premières errances témoignent déjà de l’imbrication de multiples mobilités qui organisent la vie à tous les niveaux socioculturels. Son départ a été certainement autorisé par l’aisance de son milieu de petits notables de village, mais aussi dicté par les mécanismes de régulation démographique des familles envoyant leur trop-plein de jeunes hommes au dehors, vers les ports et les villes, voire au-delà, pour les études et le travail. Ses aventures étrangères ne sont pas sans échos comparables dans les innombrables récits de voyage d’un siècle gyrovague. Son retour, et les déplacements dus à sa carrière montrent la complémentarité des différentes motivations qui le mobilisent. Celles du médecin de campagne au service des populations et dépendant des aléas épidémiologiques ou accidentels qui frappent les communautés, les fièvres, les ravages des loups enragés, les mortalités diverses, le jettent vingt ans sur les mauvais chemins des terroirs de Grimaud et de Callian. Celles du professeur et du savant, ses curiosités botaniques, minéralogiques, zoologiques et humaines, le dirigent périodiquement du sud au nord et de l’est à l’ouest de la Provence. Connaissances, observations, réflexions nourrissent les unes et les autres et alimentent son dialogue avec les acteurs provinciaux et parisiens de la République des Lettres. Elles lui assurent sa promotion comme elles lui garantissent ses informations.

6À travers les indices patiemment rassemblés par Alain Collomp dans l’ensemble de ses écrits, on entrevoit plusieurs réseaux différemment mobilisés selon les circonstances et les besoins : le premier relève d’un rapport de sociabilité avec les notables locaux, le second est caractéristique du fonctionnement provincial de la République Savante, le dernier révèle des engagements actifs avec les milieux parisiens novateurs dans le domaine scientifique où la médecine joue un rôle matriciel. Les différents éléments de cette toile se recoupent sans doute, mais ils traduisent l’accroissement en nombre des amateurs attirés dans l’orbite de la République des Lettres, en même temps que sa diversification au-delà d’une même communauté interdisciplinaire en de multiples domaines d’expertise, voire la tension entre l’affiliation institutionnelle stable, régulière et la participation informelle entretenue par l’échange de nouvelles et la capacité occasionnelle de visites improvisées ou régulières.

7Le premier cercle est directement en rapport avec l’activité du médecin de village qu’anime « la rage de guérir », l’incertitude thérapeutique et sans doute le rapport plus ou moins habituel avec des patients que l’on voit apparaître dans ses premières dissertations savantes. La relation au malade est ainsi souvent associée à l’appel des autorités et des notabilités locales. À Grimaud, puis à Callian, ce réseau n’est pas le plus visible mais on ne peut douter qu’il fonctionne comme ailleurs dans les campagnes, fondé sur un rapport d’interconnaissance qui déborde les limites administratives et qui repose sur la réputation, l’engagement, le dévouement dont Darluc donne l’exemple dans la publicité de ses traitements. Curés de paroisse, seigneurs, officiers, notaires, artisans, bourgeois propriétaires, paysans membres des assemblées d’habitants sont les premiers à bénéficier des attentions médicales. Le vicaire Guérin de Grimaud illustre cette relation où se dévoile l’incidence de la société sur le monde des soins et l’intensité de l’autorité médicale quand la hiérarchie corporative et le poids de la formation ne jouent pas de façon identique entre l’espace urbain et les campagnes, l’univers des médecins formés par les facultés et soucieux de réforme, et celui des barbiers et des chirurgiens qui les rejoignent plus lentement. La capacité d’attraction confère en tout cas aux autorités et aux seigneurs éclairés un rôle indiscutable qui introduit Darluc dans un second cercle de sociabilité.

8Il va rassembler des milieux divers entre la noblesse et les propriétaires, les hommes de science, amateurs et professionnels, éparpillés à travers la Provence et qui le suivent dans sa carrière de la campagne à la faculté. C’est dans ces groupes et à l’image de ce qui peut être connu avec le docteur Esprit Calvet à Avignon ou Jean-François Séguier à Nîmes que l’on voit se dessiner l’attraction sociale, le patronage médical progressivement établi et la dynamique d’une relation savante et intellectuelle. L’absence de correspondance conservée interdit la mesure exacte de ces cercles sociaux et la dimension de leur géographie, le degré de proximité, d’éloignement, d’attachement et d’abandon, le rôle de la permanence épistolaire et celui de la visite, le poids des contraintes et celui de la liberté. Toutefois les Mémoires et l’Histoire Naturelle livrent des indications nombreuses sur des présences plus ou moins permanentes révélatrices des intérêts communs où l’on retrouve Calvet et Séguier entre autres. Sans surprise les médecins s’y comptent nombreux, les étudiants brillants qui ont suivi ses cours, voire collaboré à l’achèvement de son grand œuvre, comme Jacques Gibelin ou Nicolas Jaubert, ou des médecins réputés comme des praticiens modestes, Morand de Saint-Chamas, Étienne-Michel Bouteille de Manosque, le docteur Clementis de Forcalquier, le docteur Chevalier à Tourves. Tous peuvent être tour à tour correspondants réguliers ou informateurs d’occasion, hôtes et guides, car ils partagent avec Darluc le souci du thérapeute et l’intérêt de l’observateur naturaliste. Ces sujets peuvent intégrer à leur tour des ecclésiastiques instruits, Gastinel le curé de Saint-Pons, ou le dominicain Favre de Barcelonnette et ce sont eux qui orientent la collectivité des amateurs de cabinet de curiosités minéralogiques ou les jardiniers botanistes. À ce niveau, Darluc retrouve des représentants de l’aristocratie et de la classe propriétaire, les parlementaires qui ont cautionné avec le Procureur Général Montclar sa nomination à la Faculté, les ecclésiastiques comme l’évêque d’Apt Laurent d’Éon de Cely, le Secrétaire du Roi de Reinaud qui a bénéficié, à Salon, de l’exemple de Fusée Aublet, naturaliste voyageur ; encore à La Tour-d’Aigues dans le domaine des Bruny, robins issus du grand négoce, l’une des plus belles collections du Royaume. Dans ce milieu deux facteurs rassemblent les intérêts et les communications, l’appartenance à une communauté de Savoirs ouverte et souvent accueillante et généreuse, le rôle du Seigneur responsable de la santé et son appel à l’exemple que l’on entend dans les livraisons de Darluc au Journal de Médecine et, plus tardivement, dans son poème didactique sur l’inoculation, en 1773. Dans l’un et l’autre cas sa stature et son réseau de relations sont devenus nationaux voire internationaux.

9Ce changement s’est produit par l’entrée dans deux circuits de communication qui réunissent par des intérêts communs les milieux de la Science et de la République des Lettres et des Sciences reconnus à Paris, et, les acteurs de l’académisme provençal, qui est déjà formalisation d’une intellectualité générale. C’est dans la capitale qu’il a trouvé très certainement des rapports personnels, ainsi avec le comte Jean-Baptiste de Castellane Saint-Juers, marquis de Grimaud, « un si bon seigneur » dira de lui Darluc, proche du Duc d’Orléans qui intéresse aux sciences et protège Guettard et Venel, ou des relations intellectuelles dans le milieu médical et naturaliste. Dès 1755, il commence une collaboration avec le Recueil périodique d’observations de médecine de chirurgie et de pharmacie lancé par Vandermonde docteur régent de la Faculté de Médecine de Paris, dont le succès s’est maintenu sous le titre de Journal de Médecine au-delà de la Révolution. Darluc y publie une douzaine d’articles de pathologie médicale qui témoignent de son rapport avec le réseau médical local et de son entrée dans les questions mobilisatrices du temps et essentielles pour le Royaume, paysan, la rage qui frappe partout, les fièvres épidémiques récurrentes et mortifères, les tumeurs et les blessures, les eaux minérales. Darluc est un bon témoin du fonctionnement de rapports savants qui unissent la Capitale et la Province et qui débordent le seul milieu scientifique. Révélateur de ce point de vue le fait que c’est dans le Mercure de France qu’il a publié en 1754 son tout premier article sous la forme d’une lettre à son professeur d’Aix Molinard et que dès la seconde année d’existence de la Société Royale de Médecine, en 1777, Vicq d’Azyr le recrute comme associé régnicole. Dans sa personne c’est une reconnaissance adressée à l’Académisme méridional. Calvet d’Avignon intègre lui aussi le réseau de la Société médicale avec d’autres Montpelliérains, Nîmois et surtout Marseillais. Darluc connaît bien Séguier à qui il rend visite en 1782, il a été recruté à l’Académie de Marseille avec des représentants importants de la communauté savante et médicale provençale, Bruny de La Tour-d’Aigues, Dasque de Toulon, Papon, Pons Bernard, l’apothicaire Collé, M. de Caire, l’abbé Robineau, le notaire Grosson. Collaborateurs des Séances et des Mémoires, candidats couronnés aux Concours, ils incarnent le renouveau, la dynamique d’une société engagée avec force dans l’orientation savante et utilitaire du mouvement des sociétés savantes sans opposition à Paris.

Darluc améliorateur et savant

10L’engagement du médecin de campagne, celui du professeur de botanique et de médecine, celui du savant académicien, sont inséparables. Ils le rangent dans un milieu qui a misé sur les enjeux naturalistes et pratiques de la Science et s’est éloigné de la tradition antiquaire, humaniste et érudite qui compte encore si fortement pour un homme de même niveau culturel et d’un statut professionnel et social analogue comme l’a été Esprit Calvet. L’analyse de son réseau qu’a pu faire Lawrence Brockliss il y a peu, suggère bien la tension qui existait entre les intérêts professionnels qui sont ceux d’une minorité établie dans les facultés et les corps privilégiés, et les choix scientifiques et médicaux novateurs, entre les attentions du spécialiste de l’Histoire naturelle et celles des bibliophiles, des collectionneurs de monnaies et de spécimen archéologique qui ont comme Calvet les moyens de leur passion. Darluc s’est rangé très tôt dans le camp des défenseurs du progrès et sans aucune restriction, de l’amour de l’humanité et de l’utilité publique. Ses articles le classent dans la cohorte des médecins qui recherchent des solutions aux maladies et à leurs causes sociales. En quête de nouveaux remèdes et compte tenu des limites de la réussite possible dans le cadre des moyens de la médecine pré-pastorienne c’est dans l’observation, l’expérimentation, les erreurs et les essais, l’espoir du succès et le recul dicté par la prudence qu’on le voit agir. Ainsi l’efficacité du traitement de la rage, par le mercure, est plus espérée que constatée, mais il anticipe par une mobilisation plus générale l’action du corps médical et des autorités. Cette attitude permet de nuancer l’histoire des remèdes et de voir qu’en un temps où ils constituent une entité floue, peu codifiée, mal contrôlée, et extrêmement diversifiée, ils inscrivent dans un empirisme expérimental où la limite entre le charlatanisme et un changement authentique de la capacité à guérir reste une interrogation permanente.

11C’est de la critique rationnelle de la certitude, dans la peur de l’aventurisme, que se situent la pédagogie médicale et l’espoir de l’identification des causes et des résultats probants. La prudence de Darluc, sa modération relative à l’égard des médicaments et des traitements traditionnels qui apparaît dans ses articles, traduisent un état de fait de la situation médicale ordinaire, de sa formation sur le tas, de son bagage théorique et scientifique limité, et du cadre d’urgence qui impose dans l’action le recours à des moyens nouveaux risqués comme à des techniques ancestrales éprouvées. La pratique médicale de Darluc est uniquement fondée sur l’expérience au sens où le Chevalier de Jaucourt définit la médecine pratique dans l’article Empirisme de l’Encyclopédie, ce qui unit l’ancienne attitude hippocratique à la pratique. C’est celle de l’observation expérimentale construite, le recours à la comparaison probabiliste, le travail de classification, la généralisation contrôlée des caractères, la vérité des propositions déduites des phénomènes avant que d’autres observations n’indiquent leur limite. On conçoit ici ce que Darluc cherchait dans la nature avec le recours à la botanique, à la zoologie, à la minéralogie comme à la chimie. C’est cette philosophie éclairée qui l’unit sans autre affirmation claironnante, sans rupture dictée par la professionnalisation, au plus large mouvement des Lumières.

12C’est en ce sens qu’il prend place dans le grand clan d’action animée par la Société Royale de Médecine pour traquer les conditions et rassembler les moyens de la lutte contre épizooties et épidémies. Le recours à la description topographique localisée, le respect d’une classification des causes climatiques et géographiques, la recension des remèdes en fonction des symptômes, ne garantissent pas le succès, mais ces gestes définissent le contexte d’expérimentation des choix : celui des drogues douces au lieu de la saignée des confrères plus traditionnalistes, celui d’une action proportionnée aux saisons et aux qualités des patients, celui d’une lutte contre la malpropreté des villages et des habitats qui rejoint les propositions théoriques des « chirurgiens de papier » dans leurs ouvrages. La confiance dans la botanique scientifique, celle qui nomme, qui classe, qui définit avec Tournefort puis Linné, dont il est un des propagateurs, l’entraîne à travers les montagnes et les collines pour une quête des simples et des herbes utiles. L’expérimentation des plantes dangereuses et de leur poison, belladone, colchique et cigüe, en fait une figure héroïque mais qui n’est pas unique, comme le rappelle Vicq d’Azyr dans ses Éloges.

13C’est le rôle de Darluc comme inoculateur qui montre la face la plus engagée de son action. Il est ici en phase avec une prise de conscience générale des problèmes de population et la montée des calculs démographiques. Comme l’a montré Jean-Claude Perrot, la société tout entière croit, à tort, au recul du nombre des hommes et, l’intérêt pour les maladies régnantes, la mortalité, s’enchaîne à la recherche des explications trouvées dans l’« État sanitaire », le calcul des risques, l’intérêt pour l’évaluation de l’espérance de vie, les discussions sur la surmortalité infantile. Darluc rassemble les données d’un réseau dense d’informateurs qui ont comme modèle la Topographie médicale de Marseille du docteur Raymond et dépouille pour lui les registres paroissiaux. Il se retrouve au premier rang de la lutte contre la petite vérole mortifère qui alimente une des querelles scientifiques majeures du siècle. Il rejoint les milieux éclairés de Londres et de Paris et le mouvement d’opinion que suscite l’Académie des Sciences et le Journal de Médecine ; ses efforts qu’on discerne mal dans ses écrits, rejoignent en tout cas ceux du docteur Baux à Marseille, de Pomme à Arles, et l’adhésion de la noblesse éclairée à l’exemple des d’Entrecasteaux et des de Grasse. En 1773, son poème médical, L’inoculation victorieuse des préjugés et de l’envie, rassemble une didactique de la conviction. Les effets et les causes, les exemples illustres, les remèdes préconisés qui sont l’occasion de rappeler l’usage des poisons végétaux, les figures actives du succès, avec Lady Montagu, La Condamine, Tronchin, Hosty, l’action du gouverneur de Provence, le duc de Villars, les succès de la méthode la plus heureuse et l’appel aux médecins pour rendre ce secours plus commun dans les villes et les campagnes, tout ce compendium de réalités et d’imagerie placés au service d’une cause humanitaire centrale, rend compte de l’action personnelle de Darluc, reconnue par ses confrères. Plus que Calvet autre inoculateur, mais réticent sur les choix, il participe à la médicalisation des pratiques considérées par beaucoup comme populaires, le succès de la variolisation, l’inoculation du mal, précédent la vaccination qui interviendra plus tard étant, comme le fait remarquer Grmek, contestée par l’Église, le Parlement et l’Académie, derrière eux par nombre de médecins. Tronchin en rend compte dans l’article Inoculation de l’Encyclopédie pour faire appel afin de convaincre les adversaires, au bon sens, au raisonnement le plus simple, aux expériences décisives rassemblées par les voyageurs et les praticiens engagés sur le terrain à l’instar de Darluc. Il s’agit comme dans son poème d’imposer deux principes majeurs des politiques interventionnistes : accepter l’inoculation c’est reconnaître la capacité des médecins à agir de façon artificielle pour entraver le cours de la nature, réclamer l’extension de la pratique à l’exemple des despotes éclairés, en tête Catherine II, c’est choisir le modèle paternel, étatiste, contrôlé, qui confie à l’État les réformes essentielles, la « police médicale » contre l’action libre et libérale, et, finalement, restaurer la santé sociale et généraliser l’action des médecins progressistes dans les campagnes, jusque-là imperméables à la variolisation. L’Histoire, que Darluc a contribué à faire avancer, prouvera que la variolisation inoculatrice a été une étape majeure vers la vaccination préventive, contrôlée, et institutionnalisée à l’échelle européenne. Elle range l’action médicale de ceux qui scrutent l’évolution des Cités parmi les instruments de la pesée utilitaire des choses et de l’accentuation des méthodes rationnelles de la Science que rassemble tout au long de son itinéraire l’auteur de l’Histoire Naturelle de la Provence.

14« C’est à l’homme que doit se rapporter l’Histoire Naturelle et les avantages qu’on en retire », écrit-il dans la préface au second volume. Son analyse des trois règnes de la Nature, le végétal, le minéral et l’animal retrouve à chaque pas, localement les inductions anthropologiques des Lumières, celles de Buffon et celles des Encyclopédistes. Elle induit une confiance dans le « progrès de l’espèce humaine », et la conviction que « la population augmente partout où l’agriculture en valeur multiplie les productions de la terre » ; « que celle-ci est la source du bonheur dans les campagnes » ; « que le luxe destructeur et le commerce le plus étendu diminuent plus qu’on ne pense l’espèce humaine dans les villes, où la misère, les plaisirs, les richesses, l’apparence du bonheur et les passions, marchent tumultueusement ensemble ». Voilà qui suffirait à le ranger parmi les critiques de la consommation accrue et des rousseauistes contempteurs de la civilisation urbaine. Toutefois sa démarche le rapproche – à mes yeux tout au moins – de l’utilitarisme civique et paternaliste qui nourrit la réflexion académique et l’enracine dans la démarche scientifique, espoir offert à la solution des tensions. Le voyage à travers la Province toutefois permet de mettre en évidence les ressorts de l’amélioration. Darluc sensible à l’extension urbaine des marchés des drogues et des simples observée dans les villages et les bourgs de l’Ubaye sait aussi apprécier l’importance des usages artisanaux voire industriels des plantes cultivées ou collectées, la salicorne pour la soude, le kermès pour la teinture comme la garance qui démarre alors dans le Comtat. Son analyse n’est pas physiocratique car il ne se focalise pas sur la production céréalière et son lien avec les gros fermiers, mais elle est guidée par une agronomie coutumière, le respect de la vieille trilogie culturale méridionale, le blé, la vigne et l’olivier, base d’une production de petits exploitants qui double les ressources par l’arboriculture, les figuiers, les câpriers, les légumes, les amandiers et par endroit, autour de Hyères et de Vence, les citronniers et les orangers. Tout ou partie de ces productions alimentent les circuits commerciaux et l’on retiendra l’éloge authentique de la production enclose des vergers, l’exaltation des petits et des gros propriétaires soucieux du bêchage et de la taille. Les mêmes préoccupations se retrouvent par rapport aux mines, aux carrières dont Darluc étudie l’extension et les problèmes en économiste qui pèse à la fois les problèmes de développement et les limites physiques ou humaines de l’accroissement des exploitations. On pourrait de façon identique le suivre lorsqu’il parle de la pêche ou de l’élevage. C’est un agronome des ovins car il parle peu des équidés. On regrette son silence sur les mulets si importants dans le complexe économique méridional même si comme d’autres et malgré Buffon, il croit au jumar, animal né de l’impossible croisement d’un taureau et d’une jument. On notera aussi son intérêt pour le mode de composition, le rôle de la sélection des grands éleveurs de moutons et la vie d’échange qu’entretient la transhumance.

15Trois types humains résument ces observations, celui des montagnards rencontrés sur les pentes du col de Larche, autour de Forcalquier sur les chemins de la migration, celui de la Basse-Provence des plaines et des côtes, celui des collines, des plateaux et des vallées de la Provence moyenne. Entre les trois se joue le théâtre de la tradition et du développement, de la rudesse montagnarde aux mœurs et aux types physiques résistants propres aux hauts lieux de la longévité, à la contamination progressive des habitudes et des caractères par la circulation et l’échange déjà notable dans les villes et les ports, jusqu’au paysan de la vraie Provence des plaines et des collines, plus ou moins altérée dans son mode d’existence. Cette typologie, avec ses modèles exaltés, celui du pêcheur, celui du berger, permet à Darluc d’esquisser une hiérarchie du développement et des questions économiques et sociales qu’il soulève. Ce qu’il nous révèle au bout du compte c’est comment un mode de vie toujours accroché aux mêmes ressources peut connaître des changements profitables et enregistrer simultanément leurs périls.

16Cette forme d’objectivité sensible qui guide l’homme de sociabilité renvoie à la personnalité de l’homme de Science. Darluc en ce domaine montre une forme de professionnalisation réussie et nourrie par sa pratique médicale. Son chef-d’œuvre rassemble les questions du clinicien à la botanique, à la minéralogie, à la zoologie animale et humaine avec une capacité synthétique héritée des grandes œuvres modèles, celle de Buffon, celle de Daubenton et plus proches par l’intérêt territorial, des Genssane, Giraud-Soulavie, Faujas de Saint-Fons, mais c’est aussi une adhésion de fait à l’académisme provincial d’observation des phénomènes naturels. Il n’avait certainement pas les moyens financiers, ni par son éducation les capitaux symboliques pour intégrer le monde des grands collectionneurs, antiquaires, naturalistes et bibliophiles à l’instar de Calvet son correspondant d’Avignon. De tous les domaines de la nature Darluc a une connaissance étendue par la lecture et par la correspondance et par la conciliation de la spécialisation du médecin avec les traditions des naturalistes. Il les confronte et les utilise dans son travail intellectuel. C’est un propagateur de la taxinomie des règnes naturels, connaisseur de Tournefort, de Linné, de d’Argenville, mais aussi de ceux qui interrogent les frontières entre les catégories comme Peyssonnel et la discussion sur les coraux. Ses compétences l’entraînent vers les observations chimiques et physiques plus sans doute que vers les grands débats cosmologiques, et en pratiques de terrains et d’enseignement, moyens de compréhension par la comparaison et l’expérimentation. C’est aussi pourquoi son inventaire n’est ni complet ni totalement systématique dans chacun des domaines qu’il a abordés. Il correspond à une organisation territorialisée et à l’observation locale des rapports établis entre les règnes de la nature possiblement étendue. Ainsi sa connaissance des poissons vivants l’aide à identifier les fossiles observés dans les mines. De même, son étude des oiseaux établit un répertoire de la faune provençale dispersée régionalement, mais où la Camargue et la Crau l’emportent grâce à la collaboration importante de ses informateurs, et à la proximité certainement. Il s’agit pour lui d’établir les bases d’une nomenclature sans équivoque, et, de confirmer par l’observation directe les classements et les mœurs de chaque espèce. On retiendra son intérêt pour les phénomènes de migration et de reproduction, voire pour les oiseaux chanteurs, rossignols, mésanges, coucous, linottes, serins qui l’émeuvent par leurs sons variés interrompus et fréquents, qui animent les échos de la nuit.

17De la même façon Darluc peut se ranger parmi les propagateurs de l’usage des mesures et calculs. Comme pour d’autres inoculateurs les données chiffrées ont suivi la politique d’intervention. Méthodes quantitatives et instruments divers apparaissent dans ses excursions montagnardes et souterraines. Au sommet du Ventoux, sur les pentes de la montagne de Lure et du col de la Madeleine, les baromètres et les thermomètres, les fragiles instruments du temps accompagnant les excursionnistes, comme dans les profondeurs des mines de Gardanne ou des abîmes de Lure. Darluc est aussi un homme de science qui entraîne ses étudiants dans les alpages comme dans les campagnes et les riches jardins de la Côte. Il montre combien la sociabilité est nécessaire dans la construction des vérités scientifiques. Chaque excursion entrevue dans l’Histoire Naturelle est un modèle de pratiques de communication. Elle suppose une organisation, elle entraîne une correspondance, elle recrute un petit groupe de collègues et de relations locales, curés, notaires, apothicaires, seigneurs botanistes qui rallient la caravane de chevaux, de mulets, de guides à pied, dans les mauvais chemins de la montagne. « Il y a du danger à parcourir à cheval ce chemin tortueux à côté des précipices et je faillis y perdre la vie en herborisant avec Messieurs les étudiants en médecine par une chute dont je me ressens encore », écrit-il dans le chapitre consacré à la description des plantes qui naissent aux environs d’Aix. Dans le temps, dans l’espace, c’est un petit groupe des membres de la République des Sciences qui se retrouve associé à une entreprise générale et qui suscite l’intérêt des populations locales impliquées à leur façon dans l’herborisation et l’inventaire des richesses naturelles.

18Il n’est peut-être pas nécessaire de faire appel à Rousseau pour comprendre la sensibilité de Darluc face aux paysages, elle est celle d’une société qui s’est sensibilisée à la nature, à ses valeurs sensorielles et à ses ressources utilitaires par la vie même. Le médecin aixois invite les curieux à gravir les montagnes et à découvrir l’immensité des paysages qui récompense l’ascension du Ventoux, de la Sainte-Victoire, des montagnes de Larche et de Saint-Dalmas. C’est l’altitude apprivoisée par la science et la peine qui livre le pittoresque du coup d’œil – le mot entre alors dans la langue – et la beauté des « belles prairies de montagne » avec leur tapis de fleurs, leurs « belles couleurs », la diversité des ressources, et le contraste des paysages, l’âpreté sombre du flanc nord du Ventoux ou de la montagne de Lure, la montée agreste et riante de leurs pentes méridionales.

19Possiblement grâce à Darluc, grâce à Alain Collomp, nous est offerte l’occasion de découvrir un moment essentiel de notre culture savante, intellectuelle, matérielle et sensible. C’est celle d’un monde et d’un milieu qui croit au progrès conquis, gagné pas à pas par les hommes de science, par les médecins, les botanistes, entraînés par la curiosité et par la volonté d’étendre les Lumières pour tous. On ne le voit, pas plus que Calvet, imaginer une société nouvelle, mais vivre et enseigner dans un monde où l’usage raisonnable du savoir permet des améliorations décisives, pour le bien souhaité de tous. Il participe à la fois de l’espoir des Philosophes et des espaces divers qui composent encore la République des Lettres et des Sciences. Il met en cause les interprétations qui opposent le monde du pouvoir et celui du savoir, et qui donnent à la société intellectuelle parisienne une influence déterminante, oubliant la participation décisive des élites provinciales à une transformation d’ensemble des pratiques et des valeurs. Darluc homme de la mobilité, des voyages à l’enquête, est aussi un témoin de la stabilité et des manières dont les objets, les jardins, les collections, rendent visible l’inventaire de la nature, comment elles renvoient à l’évolution des consommations, à leur avantage, à leur danger. Le beau livre d’Alain Collomp nous invite à redécouvrir sous les paysages d’aujourd’hui, les mille visages et les mille aspects d’une Provence d’autrefois parcourue dans tous les sens, et d’un temps difficile pour le plus grand nombre des hommes. Darluc à l’embranchement de multiples sentiers pouvait légitimement espérer mettre à leur service tout ce qui découle logiquement de la nature. Aujourd’hui il est encore d’actualité par sa raison équilibrée comme par sa sensibilité à, comme le disait Jean Giono, « un jadis qui n’est pas loin et dont on se souvient ».

20Brantes le 2 août 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search