Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Deuxième partie. Science, expertise, État

La Dübener Heide : un massif forestier entre enjeux scientifiques et politiques, 1957-1989

Michel Dupuy

Texte intégral

  • 1 Nishimura H., How to conquer air pollution a japanese experience, Amsterdam, Elsevier, 1989; Wirth(...)
  • 2 L’approche chimique consiste à relever le taux de dioxyde de soufre dans les feuilles tout en s’as (...)
  • 3 L’affaire de Katowice opposa deux experts forestiers l’un au service d’un propriétaire forestier, (...)

1Dans l’histoire de la pollution atmosphérique, la forêt a été le lieu de débordements industriels dans de multiples pays (Belgique, France, Autriche, Japon, etc.) générant, dans un premier temps, de nombreuses expertises puis des recherches scientifiques. Ce passage de l’expertise à un champ de recherches structuré s’est opéré en Allemagne à l’académie forestière de Tharandt, non loin de Dresde, dont l’aura a débordé les pays voisins jusqu’aux États-Unis et au Japon1. La construction de ce savoir scientifique s’est appuyée sur des massifs particuliers. Ainsi la forêt de Tharandt située à proximité des fonderies de Freiberg ancra les études sur la pollution dans une approche chimique dès 18642. Les travaux effectués dans le Harz entre 1880 et 1905 confirmèrent dans un premier temps la théorie aériste de la pollution puis, au début du XXe siècle, de nouvelles recherches attirèrent le regard sur le sol. Les investigations menées dans un massif forestier situé près du bassin industriel de Katowice (Silésie) à la fin du XIXe siècle apportèrent cependant le doute quant à la valeur de l’approche chimique3. D’autres espaces forestiers furent également l’objet d’intérêts de la part des scientifiques lorsqu’ils subissaient des débordements à des degrés divers : la Ruhr, les Monts métallifères de Bohème, etc. Le massif de la Dübener Heide s’inscrit dans cette tradition de l’objet d’étude dont les résultats ont généré de nouvelles approches scientifiques en matière de pollution atmosphérique. Toutefois, cette forêt marqua une étape : d’objet ponctuel d’études en relation avec une expertise, elle est devenue un objet d’investigation scientifique permanent depuis 1959. Référence scientifique d’un côté, elle fut également pour le pouvoir de la RDA dans les années 1980 une référence en matière de lutte contre la pollution et utilisée à des fins politiques.

  • 4 Kirchhoff F.-W., Impulse aus Mitteldeutschland 1800-1945, Halle, Dausien, 1992.

2La forêt de la Dübener Heide couvre 78 000 ha et se situe sous le vent des villes industrielles de Halle, Leipzig et Bitterfeld (figure 1). En effet, le sous-sol de cette région suffisamment riche en lignite a permis l’érection de centrales thermiques au début du XXe siècle, notamment sur Bitterfeld, assuré le développement de l’électrochimie autour d’entreprises comme IG Farben (Bitterfeld), Agfa AG (Wolfen). En 1925, cette région comptait pas moins de 3 000 entreprises chimiques comprenant 110 000 salariés soit 35 % de la production industrielle de l’Allemagne dans ce secteur4.

  • 5 Koschke L., Lorz C., Fürst C., Glaser B., Makeschin F., « Black Carbon in Fly-Ash Influenced Soils (...)

Fig. 1. – Localisation de la Dübener Heide5.

  • 6 Billwitz K. et al., « Probleme der landeskulturellen Entwicklung im Raum Bitterfeld, Dübener Heide (...)
  • 7 Fürst C., Lorz C., Zirlewagen D., Makeschin F., « Mapping of ferrimagnetic susceptibility for scre (...)

3L’industrialisation et l’urbanisation ont profondément transformé les usages de cette forêt au XIXe siècle. De réserve de chasse, elle est devenue fournisseuse de bois d’œuvre, essentiellement de pin sylvestre pour les mines. Au début des années 1960 s’y est ajoutée une fonction récréative. En 1968, elle recevait près de deux millions de visiteurs provenant surtout de la ville de Bitterfeld6. Ce massif a été le lieu de multiples débordements industriels issus d’une importante pollution atmosphérique. Il a ainsi reçu près de 18 millions de tonnes de cendres volantes et 12 millions de tonnes de dioxyde de soufre (SO2) entre 1910 et 2000. Il passe pour une des forêts qui a recueilli le plus d’éléments polluants dans l’histoire7.

  • 8 Müller G. F., « Kontrolle der Emission und Einfluss meteorologischer Vorgänge auf die Immission », (...)
  • 9 La Filmfabrik Wolfen était l’héritière de Agfa AG passée à l’Ouest.
  • 10 Lepsius M. R., « Handlungsräume und Rationalitätskriterien der Wirtschaftsfunktionäre in der Ära H (...)

4Cette histoire mêle différents acteurs, et en premier lieu l’industrie. Les villes de Bitterfeld, Leipzig, Halle ont hérité d’un paysage industriel lié à la chimie. En 1973, le Bezirk (district) de Halle concentrait 45 % de l’industrie chimique et 35 % de la métallurgie de la RDA8. Les firmes les plus puissantes étaient le Chemiekombinat Bitterfeld avec près de 20 000 salariés au milieu des années 1960 et la Filmfabrik Wolfen avec 15 000 employés9. Leur poids économique les rendait relativement autonome vis-à-vis du pouvoir politique formant de véritables états dans l’état. Toute action contre la pollution devait passer par elles10.

  • 11 Rajanov S., Geschichte der Tharandter Immissionsforschung 1850-2002, Forstwissenschaftliche Beiträ (...)
  • 12 Le directeur du département de chimie à Tharandt a dirigé, entre 1908 et 1916, une collection inti (...)

5Les acteurs suivants sont liés à la recherche et au département forestier de Tharandt, qui dépend de l’École supérieure d’enseignement technique de Dresde. C’est dans ce centre que les études sur la pollution ont été institutionnalisées entre 1880 et 1914 dans le cadre du département de chimie11. Elles ont été érigées au rang d’une quasi discipline scientifique au début du XXe siècle, disposant alors d’un vocabulaire spécifique, d’un espace de publication, de manuels et formant des élèves12. Ces études ont été ravivées en 1953 au sein du département de la protection de la forêt. Le troisième acteur est constitué par les forestiers qui sont à la tête des cantonnements. Ce sont eux qui alertent leurs autorités de tutelle au niveau régional, mais également les scientifiques. Le pouvoir politique de la RDA est le quatrième acteur de cette histoire. Sur le plan local, il a activé les recherches et facilité le dialogue entre l’industrie, la foresterie et les scientifiques. Au niveau national, il a voulu ériger cette forêt en un symbole de réussite dans la lutte contre la pollution, la transformant ainsi en enjeu politique en pleine affaire du Waldsterben, terme par lequel la République fédérale d’Allemagne désigne dans les années 1980 la crainte de voir dépérir sa forêt. Ce phénomène a pris l’allure d’une véritable catastrophe écologique tant auprès des scientifiques, des médias que des politiques.

  • 13 Roger A., « La mémoire et l’histoire », Critique, 2007/11, p. 831.

6Ainsi cette histoire s’inscrit dans des enjeux territoriaux (maintenir une couverture boisée), économiques (assurer la production industrielle et celle de bois d’œuvre), politiques (afficher des résultats) et scientifiques (institutionnaliser les recherches en toxicologie). Elle pose également la question des lieux de mémoire en matière d’environnement, de ce processus qui transforme une « réalité territoriale » en un « topos de l’imaginaire13 ». Parmi les villes citées dans cette introduction seule la ville de Bitterfeld a gardé les stigmates d’une ville polluée et ce, dès les années 1950, dans le paysage et dans le langage : « Bitterfeld, Bitterfeld, wo der Dreck vom Himmel fällt... » (Bitterfeld, Bitterfeld, où la saleté tombe du ciel). La forêt de la Dübener Heide porte en elle les traces de la pollution dans son sol, dans son paysage pour ceux qui savent les décrypter. Elle continue d’être l’objet de multiples investigations de la part des scientifiques, mais elle n’est pas rentrée pour autant dans le champ mémoriel des atteintes à l’environnement.

La construction d’un enjeu scientifique

  • 14 Lenz G., Verlusterfahrung Landschaft, Frankfurt, Campus Verlag, 1999.
  • 15 Fuchsloch N., Sehen, riechen, schmecken und messen als Bestandteile der gutachterlichen und wissen (...)
  • 16 Le taux avait été fixé à 5 mg/m3 (5 000 μg/m3) d’air à Tharandt en 1901 : Wislicenus H., « Zur Beu (...)
  • 17 Lingner R., Carl F. E., Landschaftsdiagnose der DDR, Berlin, Verl. Technik, 1957.

7La forêt de la Dübener Heide n’a été investie par les scientifiques qu’à partir de 1959. Jusqu’à cette date elle est absente de la littérature forestière relative à la pollution de l’air. Pourtant les travaux récents ont montré que les dépôts enregistrés dans le sol remontaient au début du XXe siècle. Dans la première moitié du XXe siècle, l’attention s’est portée sur la ville de Bitterfeld se focalisant sur l’hygiène de l’air, les arbres fruitiers et la production agricole. Les plaintes furent d’ailleurs portées par les propriétaires de jardins (1914), les agriculteurs ou bien la municipalité (1919)14. En mai 1923, les magistrats de cette ville demandèrent un rapport à la station régionale sur l’hygiène de l’eau, du sol et de l’air à Berlin afin d’instruire les plaintes à propos des dégâts sur les végétaux. Les conclusions établies en juillet 1923 estimèrent que les atteintes devaient d’abord être attribuées aux champignons et aux insectes15. Cette station mena également des enquêtes à la demande d’IG-Farben et conclut que les dégâts constatés ne pouvaient être attribués qu’au froid, à la sécheresse, car l’analyse chimique des feuilles montrait que le taux de SO2 n’était pas suffisant pour provoquer des dégâts16. Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, une enquête dirigée par l’architecte paysagiste Reinhold Lingner entre 1950 et 1952 sous l’égide de l’académie des sciences et de l’architecture de Berlin-Est montra clairement que la région de Bitterfeld était la plus affectée par la pollution de l’air17.

  • 18 Schönfelder G. (Hg.), Bitterfeld und das untere Muldetal: eine landeskundliche Bestandsaufnahme im (...)

8Du côté forestier, l’inquiétude provenait des gigantesques mines à ciel ouvert qui asséchaient les sols, donc perturbaient gravement l’alimentation en eau des arbres de la Dübener Heide. Une association de surveillance des eaux souterraines (Grundwasserbeobachtungsverband) a d’ailleurs été fondée en 1930, puisque la baisse du niveau des nappes phréatiques affectait les terres agricoles, les particuliers et les centres urbains18. Ainsi la représentation de la pollution a longtemps été locale, cantonnée à proximité immédiate de Bitterfeld et ne pouvait, aux yeux des contemporains, débordés sur la forêt.

  • 19 Zieger E. et Enderlein H., Untersuchungen über Verbreitung und Ursachen des Altkiefernsterbens im (...)
  • 20 Wentzel K.-F., « Winterfrost 1956 und Rauchschäden », Allgemeine Forstzeitschrift, 17 octobre 1956 (...)
  • 21 Les études sur la pollution de l’air ont été négligées à Tharandt à partir de 1914 faute de résult (...)
  • 22 Zieger E. « Die Wirkung der Industrie-Rauchschäden auf den Wald, ihre Berücksichtigung bei der Rau (...)

9Or en 1957, des signes de dépérissement dans les peuplements de pins sylvestres se manifestèrent dans la Dübener Heide, à la suite des grands froids de février 1956. L’inquiétude était d’autant plus vive, que cette essence recouvrait les trois quarts de cette forêt. D’autres régions étaient également affectées comme la Ruhr, le Harz, etc. L’alerte fut donnée par les gestionnaires forestiers au Bezirk de Leipzig. Le dépérissement perdurant, ce dernier invita des scientifiques du centre forestier de Tharandt, dépendant de l’École supérieure d’enseignement technique de Dresde, à une excursion le 30 janvier 1959. Un groupe de travail fut alors fondé. Il rassembla différentes disciplines correspondant aux multiples hypothèses sur l’origine du dépérissement, car les scientifiques hésitaient entre les causes naturelles (gel, suite d’années humides depuis 1954, sécheresse de l’été 1949) ou anthropiques (attaques d’insectes liées aux peuplements mono spécifiques, expansion du pin sylvestre en dehors de son aire de répartition naturelle, erreurs sylvicoles)19. Parmi les scientifiques conviés figuraient Erich Zieger de l’Institut de protection de la forêt. Pour lui, le dépérissement du pin était à attribuer à la pollution atmosphérique. Des articles parus dans la presse forestière ouest-allemande (que recevait la bibliothèque forestière de Tharandt) avaient attiré son attention20. En outre, il connaissait leurs auteurs pour les avoir rencontrés en 1957 à Munich dans le cadre d’une journée de travail des experts forestiers sur les dégâts des fumées. Pour valider son hypothèse et mener à bien son enquête, Zieger exigea des moyens en personnel. Il les eut. Il pouvait ainsi poursuivre ses travaux entrepris depuis 1953 en vue de réactiver les recherches sur les effets de la pollution atmosphérique sur la forêt, études de Tharandt délaissées depuis près de 40 ans21. Zieger s’inscrivait dans une tradition forestière qu’il cherchait à raviver et vivait également dans un état qui visait à construire une société nouvelle. Or, pour lui et d’autres chercheurs, la société socialiste se devait de lutter contre la pollution atmosphérique attribuée aux avatars du capitalisme. Zieger fut le premier à lancer une enquête cherchant à inventorier les effets de la pollution sur la forêt en RDA en 195622. Dans ce domaine, la RDA était à la pointe en Europe.

  • 23 La difficulté s’était posée en Angleterre en 1838 à Liverpool dans un procès mené contre James Mus (...)
  • 24 Uekötter F., The age of smoke: environmental policy in Germany and the United States, 1880-1970, P (...)

10Pour Zieger, cette opportunité de travail sur la Dübener Heide lui offrait certes l’occasion de promouvoir une approche mais aussi de pointer un problème aigu. En effet, l’étude couvrait une grande superficie (3 000 km2) et impliquait de multiples émetteurs, dont des entreprises situées à proximité comme la Filmfabrik Wolfen, le Chemiekombinat Bitterfeld, les centrales thermiques de Zschwornewitz, de Vockerode, voire plus loin sur Halle et Leipzig. Cette situation avait été par le passé un redoutable obstacle en matière d’expertise et de procès. En effet, lorsqu’un massif forestier était atteint, par quels moyens pouvait-on établir la part des différentes entreprises incriminées dans les dégâts23 ? Sur le plan scientifique, une méthodologie avait été proposée à la fin du XIXe siècle en Silésie à Katowice mêlant l’analyse chimique des feuilles, la dendrologie et les rejets industriels de SO2. Un forestier, Carl Reuss, avait tenté d’attaquer plusieurs entreprises voisines d’un important massif forestier dans un procès, mais la démarche s’était soldée par un échec. Depuis aucune action de ce type n’avait été tentée, car l’obstacle était essentiellement juridique. En effet, les actions en justice buttaient contre le code civil de 1896, notamment l’article 906 qui reposait sur la notion d’« Orstüblichkeit » (conforme à l’usage local)24. Les dégâts étaient constatés, mais ne pouvaient pas être imputés civilement aux entreprises polluantes dans les régions industrielles comme la Ruhr ou Bitterfeld. En d’autres termes, la pollution était intégrée au paysage. Soixante ans après, Zieger se trouvait confronté à la même problématique mais dans un contexte politique et scientifique différent. En effet, le commanditaire du rapport était l’échelon politique, le Bezirk de Leipzig, et non plus la justice.

  • 25 Fuchsloch N., op. cit.

11Sur le plan scientifique, il entamait une approche classique reposant sur les dégâts visibles. Après avoir établi différentes placettes dans les parcelles atteintes, il procédait à l’analyse suivante. La première étape reposait sur une observation des aiguilles : coloration, nombre d’aiguilles présentes l’année de leur naissance et épaisseur du feuillage. La seconde passait par une analyse dendrochronologique pour constater si la croissance des arbres avait été affectée. Enfin, l’analyse chimique venait confirmer la présence de SO2 dans les aiguilles et l’intensité de la pollution. Sur ce plan, Zieger s’inscrivait en droite ligne des travaux menés à Tharandt avant 1914. Toutefois, il profitait des progrès opérés au niveau de l’analyse de la composition de l’air pendant l’entre-deux-guerres en Allemagne25. L’idée était de mesurer le taux de SO2 présent dans l’atmosphère sachant qu’à partir de 5 mg/m3 d’air (5 000 μg/m3) les dégâts se manifestaient.

  • 26 Zieger E., Enderlein H., Teilabschlußbericht zur Forschungs-/Entwicklungsarbeit. Entwicklung einer (...)
  • 27 Zieger E., Kleinert R., Untersuchungen über Verbreitung und Ursachen des Altkiefernsterbens im Lee (...)

12Le degré de pollution dans l’air fut mesuré à l’aide de cloches de Liesegang qui nécessitaient un temps d’exposition de quatre-vingt treize heures. La présence de SO2 dans l’atmosphère était également à mettre en relation avec les émissions journalières en provenance des usines. Une enquête fut donc menée recensant les cheminées de plus de vingt mètres de haut dans le périmètre d’investigation, le tonnage de lignite utilisé en 1959, son origine pour savoir s’il était plus ou moins riche en SO2. Autant de données obtenues en collaboration avec les Bezirke de Leipzig et de Halle, donc des autorités politiques et administratives régionales. Une corrélation fut établie entre les émissions de SO2, sa présence dans l’atmosphère au niveau de la Dübener Heide, mais également dans les feuilles et les effets constatés : défoliation, perte de croissance des arbres. Le rapport final établi en 1962 attribua les dégâts à la pollution atmosphérique, écarta toutes les autres hypothèses (sylvicole, causes naturelles) et distingua cinq zones de dommages, territorialisant ainsi la pollution (figure 2)26. En fait, dans un rapport préalable, les auteurs avaient déjà insisté sur un ensemble complexe de facteurs qui permettait de différencier les effets de la pollution atmosphérique selon les lieux. Dans la Dübener Heide, la pollution atmosphérique était l’élément dominant. Dans l’avant-pays du Harz, c’était la sécheresse27.

  • 28 Stein G., « Der forstliche Zustandsvergleich. Eine Diagnosemethode in rauchgeschädigter Waldgebiet (...)

Fig. 2. – Zones de pollution28.

  • 29 Le Forschungsrat fondé en 1957 dépendait de la commission publique du plan. Il avait pour fonction (...)

13Ce travail d’expertise permit de constituer et de pérenniser une équipe spécialisée dédiée aux effets de la pollution sur la forêt à Tharandt. En 1959, Zieger disposait d’un assistant. En 1962, l’équipe en comptait quatre. De plus, à partir de 1960, la recherche était passée sous la coupe du département de chimie à la suite du décès de Zieger. En d’autres termes, elle renouait là encore avec la tradition. À partir de 1962, elle n’était plus conjoncturelle mais institutionnalisée au sein de la commission Reinhaltung der Luft (épuration de l’air) dans le cadre du Conseil de la recherche (Forschungsrat)29. Enfin, une station expérimentale permettant de tester la résistance des essences à la pollution et de fixer des seuils de tolérance était inaugurée en 1963. D’une expertise ponctuelle, nous étions passés à un objet de recherche permanent.

14L’étude sur la pollution avait changé d’échelle. De locale, elle était devenue régionale. Désormais les effets des débordements industriels s’étendaient au-delà d’un rayon de 10 km jusqu’à 50 km autour des usines polluantes. Ce changement d’échelle accompagné de la méthodologie employée dans la Dübener Heide permit de lancer d’autres enquêtes dans la région de Niederlausitz (1963) et dans les Monts métallifères (1969).

  • 30 Flemming G., Rechnische Kartierung von langfristigen SO2-Mittelwerten für das Territorium der DDR, (...)

15Objet d’études pendant près de trois ans, de nombreuses données furent ainsi accumulées et reprises dans le cadre d’une recherche menée en collaboration avec le service météorologique de Dresde. Ce dernier entreprit l’étude de l’expansion de la pollution atmosphérique dans le secteur de la Dübener Heide en 1963 à partir des données suivantes : hauteur des cheminées, quantités émises de SO2, direction du vent et turbulences. Cette méthode fut étendue à l’ensemble de la RDA pour l’année 1965. Un questionnaire fut envoyé aux 944 entreprises de la RDA consommant plus de 10 000 tonnes de lignite ou plus de 1 000 tonnes de pétrole par an. En 1967, les données furent rassemblées et un rapport fut présenté en juin 1970 avec une cartographie de la répartition de la pollution en RDA pour l’année 1965 (figure 3)30.

16Cette carte dessine la dimension régionale de la pollution avec deux grands centres : le triangle Bitterfeld-Halle-Leipzig et la région de Niederlausitz. Les secteurs de Berlin et des Monts métallifères sont hachurés. La pollution y est manifeste, mais il n’était pas concevable de demander aux entreprises ouest-allemandes de collaborer à l’enquête ni à celles du versant tchèque, dont les émissions étaient en grande partie responsables du dépérissement de la forêt dans les Monts métallifères. Sur le plan spatial, la pollution restait concentrique et au-delà d’un certain nombre de kilomètres finissait par disparaître. Elle passait ainsi d’un taux de 300 μg SO2/m3 à 0.

  • 31 Cette carte n’a été publiée qu’après la chute du mur : Liebod E., Drechsler M., « Schadenszustand (...)

Fig. 3. – Expansion de la pollution atmosphérique en RDA pour l’année 196531.

  • 32 Dässler H.-G., Enderlein H., « Experimentelle Begasungsversuche – eine Möglichkeit zur Minderung d (...)

17Cette carte traduit également un changement dans l’appréhension de la pollution. En effet, les expériences effectuées en laboratoire avaient permis de rabaisser à 0,12 mg/m3 d’air (120 μg SO2/m3) le seuil de tolérance à la pollution pour les arbres en 1965. Au-delà de ce seuil, les dégâts pouvaient être attribués à la pollution de l’air à condition de démontrer la présence d’éléments polluants dans l’atmosphère. Cette carte comprenait également une dimension nationale et fut corrélée avec un inventaire des dommages dus à la pollution pour l’année 1965 estimés à 200 000 ha de forêts32.

  • 33 Entretiens avec Hans-Günther Dässler, Tharandt, le 17 août et Herbert Lux, assistant auprès de Zie (...)
  • 34 Leurs rôles consistaient à faire des relevés de pollution, à lutter contre les avaries, à évaluer (...)
  • 35 Dässler H.-G., Vorläufige Richtlinien zur Bemessung und Leistung von Schadenersatz für in der Fors (...)
  • 36 Le tribunal des contrats avait pour mission de régler les litiges entre entreprises socialistes no (...)
  • 37 Antrag auf Einleitung eines Verfahrens des StFB « Dübener Heide » gegen den VEB Elektrochemisches (...)
  • 38 Lenz G., op. cit.
  • 39 Freiberg J.-G., Köhler R., Lampadius F., Pelz E., Stolz R., « Eigenverantwortliche Lösung von Stre (...)
  • 40 En fait, il s’agissait de l’application de la Landeskulturgesetz de 1970, qui contraignait les ent (...)

18Suite au rapport attribuant les dégâts à la pollution atmosphérique, le 23 novembre 1962, un groupe de travail socialiste pour la diminution des dégâts des fumées fut fondé par le cantonnement forestier de la Dübener Heide proche de Bitterfeld. Il réunissait des représentants de Tharandt, du Parti socialiste unifié (SED), de l’industrie et de l’Institut d’hygiène du Bezirk de Halle33. Il s’agissait de trouver des solutions techniques à la pollution, le premier pas devant être fait par la foresterie, d’où l’idée d’adapter génétiquement les essences à la pollution et/ou de substituer des feuillus aux résineux, voire d’utiliser des engrais. Du côté de l’industrie, il ne fallait guère attendre de réaction, même si elles instituèrent en leur sein un délégué aux émissions (Emissionsbeauftragter) entre 1965 et 1970. Le premier à disposer d’un tel poste fut d’ailleurs le Chemiekombinat de Bitterfeld34. Ceci poussa le département de chimie de Tharandt à diffuser une brochure en 1965 intitulée : Directives préventives pour la mesure et la conduite d’estimation des dégâts pour la foresterie provoqués par les émissions industrielles35. C’est sur la base de cette directive que le cantonnement forestier de la Dübener Heide fit appel aux forestiers de Tharandt afin d’évaluer les dégâts en forêt. En effet, ce cantonnement n’était pas en mesure de remplir les objectifs fixés par le plan. Un rapport fut rendu et un procès organisé au niveau du tribunal des contrats à l’encontre des centrales thermiques de Vockerode, de Zschwornewitz, de Muldenstein, de la Filmfabrik de Wolfen et du Chimiekombinat de Bitterfeld suite à une plainte du cantonnement forestier de la Dübener Heide36. Le cercle des pollueurs était limité aux villes avoisinantes. Leipzig et Halle en étaient exclues. Le tribunal rendit son verdict le 17 juillet 1967. Les entreprises furent condamnées à payer les dégâts occasionnés entre le 1er janvier 1956 et le 31 décembre 196637. Le travail d’expertise de Tharandt était reconnu sur le plan juridique. Les grands groupes, dont la Filmfabrik de Wolfen, avaient tenté de faire jouer l’article 906 du code civil, mais en vain. Ils mirent en évidence qu’une amende excessive risquait de menacer la productivité et d’entamer les fonds de réserve, et donc les investissements futurs38. Toutefois, les entreprises surent parfaitement s’adapter : elles planifièrent les dégâts. Chaque année des sommes étaient allouées aux différents cantonnements forestiers et un contrôle s’exerçait pour savoir si oui ou non l’argent avait bel et bien été affecté dans les parties de la forêt particulièrement touchées par la pollution tant sur le plan sylvicole qu’au niveau des ouvriers forestiers qui y travaillaient, notamment en distribuant du lait considéré comme un anti-poison39. Ces dépenses étaient intégrées à la comptabilité des entreprises, qui préféraient indemniser plutôt que de s’attaquer directement aux émissions de SO2. Une routine s’installait : les forestiers estimaient les pertes, les entreprises indemnisaient, les objectifs du plan étaient remplis pour l’industrie et excusés pour la foresterie. Cette routine ne visait pas seulement les entreprises impliquées dans le procès relaté ci-dessus mais fut étendue à l’ensemble des firmes dont les émissions atteignaient à des degrés divers les cantonnements forestiers comme le souligne le tableau ci-contre40.

  • 41 Rauchgeschädigte Wälder, Umschau, 24 juillet 1967, Deutsches Rundfunkarchiv.

19Cette année 1967 marque un point d’orgue. Elle se caractérise par une victoire sur le plan juridique. Le 24 juillet, la télévision est-allemande consacre un reportage sur la station d’expérimentation de Tharandt avec comme toile de fond la Dübener Heide dans le cadre de l’émission Umschau (Tour d’horizon)41. Dans cette décennie 1960, l’élan est donc bien présent. Nous assistons à une volonté de la part de forestiers de Tharandt et des milieux proches de la protection de la nature d’étendre la question de la pollution à l’espace public. Il s’agissait de dépasser le cercle étroit des scientifiques et de leurs revues où les articles paraissaient sans être trop censurés. Dans ce combat, des images furent utilisées dans les colonnes de revues et lors d’expositions. Le panneau suivant a par exemple été réalisé par le département de chimie de Tharandt pour être exposé pour la première fois dans un château de chasse particulièrement fréquenté par le public (figure 4).

  • 42 Kirsche H.-J., « Die grüne Lunge leidet unterm Rauch. Doch gibt es auch “Raucher” unter den Hölzer (...)
  • 43 Materna J., « Einführung in die Rauchschadenprobleme im Erzgebirgsteil der CSSR », Wiss Z TU Dresd (...)
  • 44 Ranft H., « Die mineraligische Düngung als Anpassungsmaßnahme der Forstwirtschaft in Rauchschadgeb (...)
  • 45 Dässler H.-G., Einfluss von Luftverunreinigungen auf die Vegetation, Jena, VEB Gustav Fischer Verl (...)

20Les mots participaient également à la sensibilisation de l’opinion. Dans un article paru le 12 mai 1967 dans le journal du SED de la région d’Erfuhrt à propos de la Dübener Heide et intitulé « Les poumons verts souffrent sous la fumée », l’auteur écrivait : « 14 000 ha de forêt font face à l’anéantisse ment42. » Ce massif tendait à devenir un symbole en matière de pollution atmosphérique. En effet, il avait été le plus étudié. Surtout, il était au cœur d’un bassin industriel important dont la responsabilité pouvait être publiquement évoquée, contrairement aux forêts des Monts métallifères de Bohème victimes des émanations provenant du versant tchèque43. Le débordement comportait dès lors une dimension nationale par sa représentation cartographique, par les enquêtes nationales menées au niveau des forêts, dans les médias (sans pour autant faire l’objet d’une réelle campagne de presse). Toutefois il était avant tout un problème régional et local tant sur le plan scientifique qu’au niveau de sa résolution. Cette dernière était avant tout technique. Ainsi pour la Dübener Heide, sa situation avait été négociée localement et la seule perspective envisageable à court et à moyen termes reposait sur le choix d’essences adaptées à un certain seuil de pollution pour les espaces les plus touchés. Une seconde alternative fut expérimentée dès 1962 : l’apport d’engrais (azote et magnésium). En 1968, les résultats montrèrent une nette amélioration ou bien un ralentissement du dépérissement pour les parcelles concernées44. Par la suite, par trois fois un épandage d’azote fut opéré par avion aux frais de l’industrie ce qui diminua de 50 % les pertes. Ce choix était une alternative à la conversion de grandes surfaces en feuillus, dont le coût restait élevé. Il permettait de maintenir au moins en l’état la forêt45.

*KW signifie centrale thermique.
Tableau 1. – Déjections de polluants par les entreprises dans la région de Bitterfeld-Dessau-Wittenberg et répartition au prorata des dégâts occasionnés dans les trois cantonnements forestiers de Tornau, Rosslau et Torgau entre 1956 et 1966.

Front des émissions :
Leipzig-Altenburg 1 000 tonnes SO2 par
jour.
Halle Zeitz 1 200 tonnes SO2 par jour.
Bitterfeld – Zschwornewitz 900 t. SO2 et
900 t. de poussières par jour.

Zone de dégâts aigus à Deutscheinsiedel
(Saxe, Monts métallifères de Bohème).
Sur 310 ha jusqu’à 30 % d’épicéas morts
ou dépérissants.
Sur 350 ha de 31 à 60 %.
Sur 340 ha plus de 60 %.
Sur 1 000 ha, 38 000 m3 de bois secs sont
assaillis, soit 40 % du volume sur pied.

Fig. 4. – Panneau réalisé à Tharandt en 1965.

21Ainsi le travail d’expertise mené sur la Dübener Heide avait permis de structurer un groupe d’étude sur la pollution promu par le département de chimie de Tharandt au niveau de la RDA, dont le responsable, après le décès de Zieger, Hans-Gunther Dässler a acquis une position dominante au sein de la commission Reinhaltung der Luft du conseil de la recherche. La responsabilité des entreprises était clairement posée sur le plan judiciaire. La pollution avait une dimension régionale, mais la mise en œuvre de solutions était surtout du ressort de la foresterie, guère de l’industrie.

Les années 1980 : la Dübener Heide comme enjeu politique

  • 46 Les Monts métallifères de Bohème furent l’objet d’investigation. De plus l’accent fut mis sur la g (...)
  • 47 Dässler H.-G., Lux H., Reuter F., Immissionsschadgebiete der DDR, Landwirtschaftliche und forstlic (...)

22À la fin des années 1960, la Dübener Heide s’efface au profit d’autres programmes de recherche sans pour autant cesser d’être observée46. Des expériences en matière de bioindication par l’introduction de lichens y furent menées afin de détecter la présence dans l’air d’éléments polluants. Le massif restait également sous surveillance, les dégâts étaient toujours inventoriés47.

Zone endommagée I

Zone endommagée II

Zone endommagée III

Total

1962

3 800 ha

7 100 ha

8 600 ha

19 500 ha

1978

10 651 ha

7 759 ha

10 550 ha

28 960 ha

1982

9 281 ha

7 934 ha

7 754 ha

24 969 ha

  • 48 Leiter der Gruppe Schadenerhiebung Drechsler, Forstmeister, Projekt über Mehraufwendungen durch Im (...)

Tableau 2. – Évolution des dégâts dans la Dübener Heide48.

  • 49 Thielebeule U., Pelech L., Grosser P.-J., Horn K., « Körperhöhe und Knochenalter bei Schulkindern (...)

23Si les dommages s’étaient accrus entre 1962 et 1978, notamment dans la zone I, ils avaient décru par la suite grâce à la mise en service en 1976 d’une centrale thermique au gaz au sud de Bitterfeld, ce qui permit de fermer une centrale thermique datant de 1907. Ceci réduisait de moitié les émissions de SO2 et de poussières sur la ville de Bitterfeld. Cette ville était également placée sous le regard des hygiénistes où, dès 1966, les effets de la pollution furent étudiés au niveau de la croissance des enfants49. De la forêt, le regard scientifique avait basculé vers la ville.

  • 50 Küchler F., Die Wirtschaft der DDR. Wirtschaftspolitik und industrielle Rahmenbedingungen 1949 bis (...)
  • 51 Pflugbeil S., « Die Umweltzerstörung und die ökologischen Folgen der Rohstoff-und Energiewirtschaf (...)

24En fait, dans la décennie 1970, la RDA s’était enfermée peu à peu dans une crise environnementale. Tout d’abord le blocage était énergétique. Dès sa fondation, elle n’avait pas eu d’autres choix que de recourir à la seule ressource énergétique présente en quantité dans son sous-sol : le lignite, beaucoup moins efficace que le charbon et davantage polluant. Elle importait toujours plus de pétrole du fait de la motorisation croissante de la société. Ce pétrole provenait de l’URSS, qui, en 1979, aligna ses prix sur les cours mondiaux afin d’obtenir des devises. Par conséquent, la RDA recourut davantage au lignite50. La seule sortie envisageable pour le pouvoir, mais également pour une partie de ceux qui travaillaient sur la pollution, était le nucléaire. C’était une question de temps : 2030, année où l’électricité d’origine nucléaire devait prendre le dessus sur celle issue du lignite51...

25Le blocage était aussi économique. En 1971, un changement de politique s’était opéré à la tête de l’État avec l’arrivée d’Erich Honecker qui orienta l’économie du pays vers la satisfaction du peuple en biens de consommation. Cette politique avait un coût en matières premières, exigeait donc des devises que la RDA se procurait en augmentant sa dette extérieure. De plus l’appareil productif vieillissait et les pièces de rechange manquaient. Dans un tel contexte, équiper les centrales thermiques en filtres contre le SO2 était techniquement possible, mais économiquement impensable. Les brevets étaient à l’Ouest.

  • 52 Hübner P., « Menschen-Macht-Maschinen. Technokratie in der DDR », Hübner P. (Hg.), Eliten im Sozia (...)
  • 53 Stiftung Archiv der Parteien und Massenorganisationen (SAPMO-BArch), DY 30/1739.
  • 54 SAPMO-BArch, DY 30/1737.
  • 55 SAPMO-BArch, DY 30/2395, Büro Honecker.

26À ceci s’ajoutait une impasse environnementale. Peu à peu, dans les années 1960, l’environnement était devenu un enjeu politique. Surtout sa préservation s’imposait comme un indice de la qualité de vie. Ce point échappait au cadre de pensée des dirigeants est-allemands prisonniers d’une « idéologie de la tonne52 ». En matière de protection de la nature, la RDA s’était dotée d’un arsenal juridique, constitutionnel et politique avec la création d’un ministère de l’environnement en 1972, mais la situation ne cessait de se détériorer. Les dégâts forestiers passèrent de 200 000 ha en 1965 à 321 000 en 198153. La situation empirait dans les Monts métallifères, lieu de villégiature d’une partie des Allemands de l’Est. Les rapports remontant au comité central faisaient état d’une inquiétude de la part de la population. Surtout ils n’étaient pas optimistes, la situation étant appelée à s’aggraver et elle s’aggrava54. Ainsi, nous avions d’un côté un discours et une posture politique résolument offensive, au moins sur le plan juridique et institutionnel, et de l’autre une autre réalité. C’est ce même paradoxe que nous retrouvons au niveau diplomatique. En 1979, la RDA signait la convention de Genève sur la pollution atmosphérique transfrontalière à longue distance, puis la ratifiait en juin 1982. Dans ce cadre, la RDA devait fournir des données sur les taux de pollution à la commission économique pour l’Europe dans le cadre de l’ONU, ce qu’elle refusa. Ce qui ne l’empêchait pas en 1984 de s’engager à réduire les rejets de SO2 de 30 % à l’horizon de 199355.

  • 56 Jordan C., Kloth H. M. (Hg.), Arche Nova. Opposition in der DDR. DasGrün-ökologische Netzwerk Ar (...)

27Ne pouvant en venir à bout sur le terrain, ne voulant pas donner d’armes aux ennemis du socialisme, ni aux autorités ouest-allemandes dans le cas des pollutions transfrontalières, la RDA choisit dans un premier temps d’apposer un interdit sur la publication de données en matière de pollution le 19 mars 1974. Un nouveau décret, le 16 novembre 1982, classait ces données en trois niveaux : données seules, de moins d’un an, supérieures à un an56. Seules les premières pouvaient être communiquées au public, sous condition. Les autres étaient classées « secret d’État » pour une durée variant entre cinq et quinze ans. Les pics de smog entraient dans cette catégorie.

  • 57 Dupuy M., « Des Rauchschäden (dommages par les fumées) au Waldsterben (dépérissement des forêts) e (...)
  • 58 UBA u. BMU (Umweltbundesamt und Bundesministerium für Umwelt, Naturschutz und Reaktorsicherheit), (...)

28C’est dans un tel contexte qu’éclata en 1981 l’affaire du Waldsterben chez son voisin la RFA. Partie d’un dépérissement du sapin inexpliqué dans le sud de la Bavière, dans le Harz et en Forêt Noire, l’affaire finit par concerner l’ensemble de la forêt allemande ; elle fut rendue publique, d’abord dans une revue forestière allemande et s’étendit à la presse via le Spiegel57. En 1983, un rapport de la RFA établissait que 35 % des forêts de ce pays étaient en danger58. Les photographies paraissant dans la presse ouest-allemande montraient des lambeaux de forêt dans le Harz et surtout dans les Monts métallifères, donnant une vision tragique du futur de la forêt allemande.

  • 59 L’état de la forêt en RFA était établi sur une note visuelle établie par les forestiers qui reposa (...)

29En RDA, le comité central chercha à profiter de la situation et à poser la RDA en exemple. La balance était en sa faveur. Les données (secrètes) pour la RDA montraient que 12 % des forêts étaient atteintes contre 35 % en RFA (données officielles)59. La RDA pouvait dès lors s’ériger en modèle et la Dübener Heide fut mise en avant. En effet, la couverture verte avait été maintenue artificiellement par la substitution de feuillus aux résineux, en répandant de l’engrais et en raison de la diminution du taux de pollution provenant de la ville de Bitterfeld. Ce massif reçut ainsi la visite de plusieurs personnalités politiques de l’Ouest : Alfred Dick (CSU), en mai 1984, ministre bavarois du développement et des questions environnementales ; une délégation des verts en septembre 1986 ; le professeur Farthmann (SPD) en novembre 1987, ministre du travail, de la santé et des affaires sociales du Land de Rhénanie Palatinat.

  • 60 SAPMO-BArch, DY 30/3129 Büro Mittag.
  • 61 Ce procédé avait été mis au point par l’institut de l’énergétique à Leipzig en 1985. Il résultait (...)
  • 62 maron M., Flugasche, Frankfurt am Main, S. Fischer, 1981.
  • 63 ARD 3 mars 1987 Kontrast, Uns stinkt’s.

30Ces visites étaient cependant soigneusement organisées au travers d’un circuit très bien encadré. Elles commençaient par un entretien avec le ministre de l’environnement de la RDA, Hans Reichelt, puis se poursuivaient par une excursion dans la Dübener Heide, où une politique de reboisement avait été menée à l’aide d’essences résistantes. Elle s’achevait par une visite à la station d’expérimentation de Tharandt, où ces essences avaient été mises au point60. En 1986, le trajet intégrait la centrale thermique de Vockerode, située au nord de Bitterfeld, où les fumées étaient filtrées par un ajout de calcaire ce qui permettait de retenir 40 % des émissions de SO2. Le procédé était est-allemand61. Le trajet évitait soigneusement les Monts métallifères et la ville de Bitterfeld, devenue une ville symbole de la pollution suite à la publication du roman de Monika Maron en 1981, Flugasche (Cendres), rédigé en RDA, publié en RFA62. Une vidéo clandestine sur l’état catastrophique de l’environnement dans cette ville passa également en RFA en 1988 et fut diffusée dans l’émission de la première chaîne allemande Kontrast63.

  • 64 Was ist uns die Umwelt wert ?, 15 mai 1985, DDR-F-1, Deutsches Rundfunkarchiv.
  • 65 Natur – Gesellschaft – Mensch, Wissenschaftler für Pädagogen, 14 janvier 1987, DDR F-2, Deutsches (...)
  • 66 En septembre 1983, suite à la proposition de planter des essences résistantes dans les parties att (...)

31L’image de la Dübener Heide n’était pas seulement destinée aux visiteurs étrangers, mais fut également diffusée auprès des citoyens est-allemands. La presse et la télévision est-allemandes firent part des réussites. Ainsi le 15 mai 1985, la télévision diffusait une émission intitulée Was ist uns die Umwelt wert ? (Qu’est-ce qui nous est précieux dans l’environnement ?). La Dübener Heide apparaissait comme un espace modèle, montrant que les mesures prises sur le plan sylvicole avaient amélioré la production et régénéré la forêt, les images s’attardant sur des arbres sains64. À nouveau, un scénario identique se mit en place le 14 janvier 1987 dans l’émission Natur-Gesellschaft-Mensch (Nature-Société-Homme)65. Toutefois, le pouvoir marchait sur des œufs. Le discours officiel depuis 1983 était toujours le même : « La forêt est une matière première précieuse, source de vie, de santé, amie de l’homme. Certes, elle est frappée par des dégâts importants, mais ils n’ont qu’une origine : naturelle à savoir tempêtes, insectes et dégâts dus au gel », dommages hors de la responsabilité de l’état socialiste. Lorsque la forêt était affectée par la pollution, le pouvoir savait y répondre en adaptant les essences, mais la pollution était toujours là66... La pollution dans la presse est-allemande n’était abordée qu’en terme de succès et elle évitait avec soin les massifs les plus atteints, ceux situés dans les Monts métallifères. À ce silence, elle opposait la réussite économique, notamment dans le Bezirk de Suhl au sud de la Thuringe et dans la Dübener Heide.

  • 67 Veen H.-J. (Hg.), Lexikon Opposition und Widerstand in der SED-Diktatur, Berlin-München, Propyläen (...)
  • 68 SAPMO-BArch, DY 30/122.

32La presse écologiste de la RDA, du moins les brochures qui paraissaient sous le couvert de l’église évangélique, ne fit guère référence à la Dübener Heide67. Les très rares fois, où elle en parlait, elle doutait de la bonne santé de ce massif. En revanche, son attention se focalisait sur les Monts métallifères, le Harz ou bien la centrale thermique d’Espenhain au sud de Leipzig. Dans la presse officielle, la Dübener Heide finit par disparaître à partir de 1988. En effet, depuis le 5 novembre 1987 les données relatives à l’environnement étaient désormais publiques en RDA. En fait, la pression sur la RDA était double. Elle s’exerçait de la part des citoyens et des mouvements écologistes, mais surtout au niveau international. En avril 1987, le Comité bois de la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe prévint la RDA qu’il désirait disposer des données réelles sur les forêts atteintes par la pollution, faute de quoi il publierait des données non officielles68. Sur ce point, la RDA était isolée, car l’URSS et la Tchécoslovaquie collaboraient. À partir d’octobre 1988, les données officielles furent publiées : 37 % des forêts étaient affectées. La donne changeait. Il ne s’agissait plus de mettre l’accent sur les réussites passées, mais sur les actions présentes, d’où une attention particulière portée sur le Harz et sur les Monts métallifères. Ces actions se résumaient souvent à des épandages d’engrais par des moyens aériens. Sur ce plan, les officiels de la RDA ne se berçaient pas d’illusion.

  • 69 SAPMO-BArch, DY 30/122.
  • 70 SAPMO-BArch, DY 30/3133.

33La RDA n’avait pas les moyens de lutter contre la pollution, ni contre les rejets de SO2 des centrales thermiques69. La solution ne pouvait venir que des « capitalistes ». Le 13 novembre 1987, lors d’une session de la Commission frontalière, la RFA proposa d’équiper en filtres adéquats les centrales thermiques de la RDA dont les émissions affectaient son territoire. La RDA accepta l’offre le 5 juillet 1989 qui fut élargie le 23 octobre à Espenhain70. La Dübener Heide était tombée dans l’oubli avant la chute du mur le 9 novembre 1989.

Conclusion

  • 71 Mölbis était un village situé au nord de la centrale thermique d’Espenhain (20 km au sud de Leipzi (...)

34Aujourd’hui, la Dübener Heide est devenue un parc naturel, un Kulturlandschaft, façonné par l’homme mêlant la forêt et les lacs aménagés sur les décombres de l’exploitation à ciel ouvert du lignite. De la pollution, il n’en est plus vraiment question, sinon celle de l’ozone liée au trafic routier ou celle accumulée dans le sol. Ce massif avait pourtant servi de terrain d’application pour les forestiers de Tharandt et été érigé en symbole par le pouvoir dans les années 1980. Depuis, cette forêt ne fait plus partie des figures mythiques de la pollution industrielle en RDA. Les symboles de la pollution sont restés essentiellement urbains : Mölbis, Bitterfeld71. La réunification, en procédant à la fermeture de nombreuses entreprises et à la modernisation des centrales thermiques, a de fait réduit fortement les débordements industriels affectant les massifs forestiers.

Années

SO2

Poussières

NOx

1970

120,00

58,00

7,8

1980

45,00

15,00

6,4

1989

42,60

18,90

7,4

1992

4,96

1,00

0,47

1995

1,50

0,14

0,17

  • 72 Landkreis Bitterfeld (Hg.), Umweltreport Bitterfeld 96, Landkreis, Bitterfeld, p. 52.

Tableau 3. – Émissions en 1000 t/a (ChemiePark Bitterfeld)72.

35On peut finalement se demander pourquoi le souvenir d’une forêt outragée par les débordements industriels n’a pas résisté à l’épreuve du temps et à la disparition des pollutions. Le Harz, la Ruhr, la forêt de Tharandt, le domaine de Thiele Winkler près de Katowice et les Monts métallifères sont autant de lieux garnis de forêts qui ont pourtant largement contribué à la construction scientifique de la toxicologie végétale. L’espace urbain l’emporte cependant dans les mémoires : Freiberg, Bitterfeld, la Ruhr ; les origines de la pollution plutôt que leurs victimes. La forêt finit par effacer les traces les plus visibles de la pollution, même si elle en porte toujours les stigmates (présence de feuillus alors qu’auparavant le résineux dominait). Elle renoue dans l’imaginaire collectif avec ses anciennes fonctions nées au début du XIXe siècle, et qu’exprime aujourd’hui la métaphore du poumon vert. La pollution est associée à la ville – ici à Bitterfeld – mais plus à la forêt.

Notes

1 Nishimura H., How to conquer air pollution a japanese experience, Amsterdam, Elsevier, 1989; Wirth J. D., Smelter smoke in North America. The politics of Transborder Pollution, Lawrence, University Press of Kansas, 2000.

2 L’approche chimique consiste à relever le taux de dioxyde de soufre dans les feuilles tout en s’assurant de la présence dans les environs immédiats d’une source polluante liée à la combustion du charbon ou du lignite. Elle a privilégié la théorie aériste de la pollution, à savoir que c’est au contact de l’air et non du sol que les feuilles, donc l’arbre, sont altérées.

3 L’affaire de Katowice opposa deux experts forestiers l’un au service d’un propriétaire forestier, l’autre de l’industrie. Le premier fit intenter un procès contre 44 entreprises en 1892. Au final l’affaire se termina en 1894 par l’implication de trois firmes seulement et une remise en cause de l’approche chimique comme mode d’expertise : Dupuy M., Histoire de la pollution atmosphérique en Europe et en RDA au XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2003.

4 Kirchhoff F.-W., Impulse aus Mitteldeutschland 1800-1945, Halle, Dausien, 1992.

5 Koschke L., Lorz C., Fürst C., Glaser B., Makeschin F., « Black Carbon in Fly-Ash Influenced Soils of the Dübener Heide Region, Central Germany », Water Air Soil Pollution, 214, 2011, p. 119-132.

6 Billwitz K. et al., « Probleme der landeskulturellen Entwicklung im Raum Bitterfeld, Dübener Heide und Dessau-Wörlitz », Hercynia, 3, 1976, p. 265-292.

7 Fürst C., Lorz C., Zirlewagen D., Makeschin F., « Mapping of ferrimagnetic susceptibility for screening of fly ash deposition », WIT Transactions on Ecology and the Environment, 136, 2010, p. 379-393.

8 Müller G. F., « Kontrolle der Emission und Einfluss meteorologischer Vorgänge auf die Immission », Kammer der Technik (Hg.), Technologie der Abwasserreinigung und Emissionskontrolle der Luft, Leipzig, VEB Deutscher Verlag für Grundstoffindustrie, 1973, p. 111-130.

9 La Filmfabrik Wolfen était l’héritière de Agfa AG passée à l’Ouest.

10 Lepsius M. R., « Handlungsräume und Rationalitätskriterien der Wirtschaftsfunktionäre in der Ära Honecker », T. Pirker et al., Der Plan als Befehl und Fiktion, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1995, p. 347-362.

11 Rajanov S., Geschichte der Tharandter Immissionsforschung 1850-2002, Forstwissenschaftliche Beiträge Tharandt: Beiheft 3, 2002.

12 Le directeur du département de chimie à Tharandt a dirigé, entre 1908 et 1916, une collection intitulée Abhandlungen über Abgase und Rauchschäden (Mémoires sur les gaz de combustion et les dégâts par les fumées). Le premier manuel à porter sur les effets de la pollution sur les végétaux fut rédigé par un forestier Carl Reuss et un professeur de chimie de Tharandt, Julius von Schroeder, en 1883 : Schröder J. v., Reuss C., Die Beschädigung der Vegetation durch Rauch und die Oberharzer Hüttenrauchschäden, Berlin, Parey, 1883.

13 Roger A., « La mémoire et l’histoire », Critique, 2007/11, p. 831.

14 Lenz G., Verlusterfahrung Landschaft, Frankfurt, Campus Verlag, 1999.

15 Fuchsloch N., Sehen, riechen, schmecken und messen als Bestandteile der gutachterlichen und wissenschaftlichen Tätigkeit der Preußischen Landesanstalt für Wasser-, Boden-und Lufthygiene im Bereich der Luftreinhaltung zwischen 1920 und 1960, Freiberg, TU Bergakademie, 1999, p. 298-300.

16 Le taux avait été fixé à 5 mg/m3 (5 000 μg/m3) d’air à Tharandt en 1901 : Wislicenus H., « Zur Beurtheilung und Abwehr von Rauchschäden », Zeitschrift für angewandte Chemie, 28, 1901, p. 689-712.

17 Lingner R., Carl F. E., Landschaftsdiagnose der DDR, Berlin, Verl. Technik, 1957.

18 Schönfelder G. (Hg.), Bitterfeld und das untere Muldetal: eine landeskundliche Bestandsaufnahme im Raum Bitterfeld, Wolfen, Jeßnitz (Anhalt), Raguhn, Gräfenhainichen und Brehn, Köln, Böhlau, 2004.

19 Zieger E. et Enderlein H., Untersuchungen über Verbreitung und Ursachen des Altkiefernsterbens im Lee des mitteldeutschen Industriegebietes und Vorschläge zur Therapie, Abschlussbericht zur Forschungsarbeit, Tharandt, 1961.

20 Wentzel K.-F., « Winterfrost 1956 und Rauchschäden », Allgemeine Forstzeitschrift, 17 octobre 1956, p. 541-543.

21 Les études sur la pollution de l’air ont été négligées à Tharandt à partir de 1914 faute de résultats tangibles sur le terrain. Le relais fut repris par la station régionale sur l’hygiène de l’eau, du sol et de l’air à Berlin en 1920.

22 Zieger E. « Die Wirkung der Industrie-Rauchschäden auf den Wald, ihre Berücksichtigung bei der Raumplanung und die Notwendigkeit ihrer gesetzlichen Regelung », Wiss Z TU Dresden, 6, 1956/57, p. 777-787.

23 La difficulté s’était posée en Angleterre en 1838 à Liverpool dans un procès mené contre James Muspratt et son procédé Leblanc. La pollution de son usine se noyait parmi plus de cent usines : Brimblecombe P., The Big Smoke : a history of air pollution in London since medieval times, London, Methuen, 1987.

24 Uekötter F., The age of smoke: environmental policy in Germany and the United States, 1880-1970, Pittsburg, University of Pittsburg Press, 2009.

25 Fuchsloch N., op. cit.

26 Zieger E., Enderlein H., Teilabschlußbericht zur Forschungs-/Entwicklungsarbeit. Entwicklung einer Großraum-Diagnose in forstlichen Rauchschadsgebiete, Tharandt, 1962.

27 Zieger E., Kleinert R., Untersuchungen über Verbreitung und Ursachen des Altkiefernsterbens im Lee des mitteldeutschen Industriegebietes und Vorschläge zur Therapie, Abschlussbericht zur Forschungsarbeit, 1960.

28 Stein G., « Der forstliche Zustandsvergleich. Eine Diagnosemethode in rauchgeschädigter Waldgebiete », Wiss Z TU Dresden, 14, 1965, p. 1046.

29 Le Forschungsrat fondé en 1957 dépendait de la commission publique du plan. Il avait pour fonction d’opérer une symbiose entre la direction du parti et les scientifiques : Macrakis K. I. (ed.), Science under Socialism. East Germany in comparative perspective, Cambridge, Harvard University Press, 1999.

30 Flemming G., Rechnische Kartierung von langfristigen SO2-Mittelwerten für das Territorium der DDR, Technische Universität Dresden Sektion Wasserwesen, Bereich Hydrologie und Meteorologie Lehrgebiet Meteorologie, 1970.

31 Cette carte n’a été publiée qu’après la chute du mur : Liebod E., Drechsler M., « Schadenszustand und-entwicklung in den SO2-geschädigten Fichtengebieten Sachsens », Allgemeine Forstzeitschrift, 1991, p. 492-494.

32 Dässler H.-G., Enderlein H., « Experimentelle Begasungsversuche – eine Möglichkeit zur Minderung der forstlichen Rauchschäden in unserer Republik », Soz. Forstw., 1965, p. 367-368.

33 Entretiens avec Hans-Günther Dässler, Tharandt, le 17 août et Herbert Lux, assistant auprès de Zieger puis de Dässler, Tharandt, le 9 août 1999.

34 Leurs rôles consistaient à faire des relevés de pollution, à lutter contre les avaries, à évaluer et à indemniser les victimes et à corriger à la marge les émissions de SO2 : Enders K., Peklo P., Analyse der Verunreinigungen der Luft im Raum Bitterfeld/Wolfen – Istzustand, Auswirkungen, Sanierungsmaßnahmen, Fakultät für Technische Wissenschaften des Wissenschaftlichen Rates der Bergakademie Freiberg, Dissertation, 1975.

35 Dässler H.-G., Vorläufige Richtlinien zur Bemessung und Leistung von Schadenersatz für in der Forstwirtschaft durch Industrie-Immissionen verursachte Schäden, Manuscript, 1965.

36 Le tribunal des contrats avait pour mission de régler les litiges entre entreprises socialistes notamment lorsqu’une entreprise ne pouvait remplir les objectifs du plan suite à la défaillance d’une autre.

37 Antrag auf Einleitung eines Verfahrens des StFB « Dübener Heide » gegen den VEB Elektrochemisches Kombinat Bitterfeld, Staatliches Vertragsgericht beim Ministerrat der DDR Bezirksvertragsgericht Halle, 17. Juli 1967.

38 Lenz G., op. cit.

39 Freiberg J.-G., Köhler R., Lampadius F., Pelz E., Stolz R., « Eigenverantwortliche Lösung von Streitfällen bei Immissionsschäden », Soz. Forstw., 1971, p. 294-296.

40 En fait, il s’agissait de l’application de la Landeskulturgesetz de 1970, qui contraignait les entreprises à indemniser les victimes. Surtout les relevés des taux de pollution étaient effectués par les inspecteurs des services de l’hygiène du Bezirk et les pertes pouvaient alors être évaluées en prenant comme critère les taux de pollution, la direction des vents, etc. : Kommission für Umweltschutz beim Präsidium, Kammer Der Technik (Hg.), Luftreinhaltung in der Industrie, Leipzig, Deutscher Verlag für Grundstoffindustrie, 1976.

41 Rauchgeschädigte Wälder, Umschau, 24 juillet 1967, Deutsches Rundfunkarchiv.

42 Kirsche H.-J., « Die grüne Lunge leidet unterm Rauch. Doch gibt es auch “Raucher” unter den Hölzer », Das Volk, 12. Mai 1967.

43 Materna J., « Einführung in die Rauchschadenprobleme im Erzgebirgsteil der CSSR », Wiss Z TU Dresden, 1962, p. 639-641. Les scientifiques allemands ne pouvaient pas accuser la Tchécoslovaquie de polluer leur territoire sans faire resurgir un passé houleux entre les deux pays lié à l’époque du nazisme.

44 Ranft H., « Die mineraligische Düngung als Anpassungsmaßnahme der Forstwirtschaft in Rauchschadgebieten », Soz. Forstw., 1975, p. 201-203.

45 Dässler H.-G., Einfluss von Luftverunreinigungen auf die Vegetation, Jena, VEB Gustav Fischer Verlag, 1976.

46 Les Monts métallifères de Bohème furent l’objet d’investigation. De plus l’accent fut mis sur la génétique, la recherche d’essences résistantes à la pollution.

47 Dässler H.-G., Lux H., Reuter F., Immissionsschadgebiete der DDR, Landwirtschaftliche und forstliche Rauschadenforschung, manuscript, 1980.

48 Leiter der Gruppe Schadenerhiebung Drechsler, Forstmeister, Projekt über Mehraufwendungen durch Immissionsschäden in Staatlichen forstwirtschaftlichen Dübener Heide, Potsdam, VEB Forstprojektierung, 1983. Les critères définis pour distinguer les différentes zones sont visuels et ont été fixés à partir d’arbres témoins : longueur des aiguilles, coloration, taux de défoliation, nombre d’aiguilles de moins d’un an. La somme de ces critères donnait une cote de valeur (Wertziffer), qui était traduite sur le plan spatial : H. Lux, « Die großräumige Abgrenzung von Rauchschadenszonen im Einflußbereich des Industriegebietes um Bitterfeld », Wiss Z TU Dresden, 14, 1965, p. 433-442.

49 Thielebeule U., Pelech L., Grosser P.-J., Horn K., « Körperhöhe und Knochenalter bei Schulkindern in lufthygienisch unterschiedlich belasteten Gebieten », Z. ges. Hyg., 26, 1980, p. 771-774.

50 Küchler F., Die Wirtschaft der DDR. Wirtschaftspolitik und industrielle Rahmenbedingungen 1949 bis 1989, Berlin, FIDES Verlag, 1997.

51 Pflugbeil S., « Die Umweltzerstörung und die ökologischen Folgen der Rohstoff-und Energiewirtschaft in der DDR », Materialien der Enquete-Kommission Überwindung der Folgen der SED-Diktatur im Prozeß der deutschen Einheit, Bd III/1, Wirtschafts-, Sozial-und Umweltpolitik, Baden-Baden, Nomos Verlagsgesellschaft, p. 557-572.

52 Hübner P., « Menschen-Macht-Maschinen. Technokratie in der DDR », Hübner P. (Hg.), Eliten im Sozialismus. Beiträge zur Sozialgeschichte der DDR, Köln, Weimar, Wien, Böhlau Verlag, 1999, p. 325-360.

53 Stiftung Archiv der Parteien und Massenorganisationen (SAPMO-BArch), DY 30/1739.

54 SAPMO-BArch, DY 30/1737.

55 SAPMO-BArch, DY 30/2395, Büro Honecker.

56 Jordan C., Kloth H. M. (Hg.), Arche Nova. Opposition in der DDR. DasGrün-ökologische Netzwerk Arche” 1988-1990. Mit den Texten der Arche Nova, Berlin, Basisdruck, 1995.

57 Dupuy M., « Des Rauchschäden (dommages par les fumées) au Waldsterben (dépérissement des forêts) en Allemagne de 1880 à nos jours : Hypothèses, certitudes et doutes », Allemagne d’aujour-d’hui, 150, 1999, p. 85-105 ; Holzberger R., Das sogenannte Waldsterben. Zur Karriere eines Klischees : Das Thema Wald im journalistischen Diskurs, Eppe, Bergatreute, 1995.

58 UBA u. BMU (Umweltbundesamt und Bundesministerium für Umwelt, Naturschutz und Reaktorsicherheit), Auswertung der Waldschadensforschungsergebnisse (1982-1992) zur Aufklärung komplexer Ursache-Wirkungsbeziehungen mit Hilfe systemanalytischer Methoden, Berlin, Erich Schmidt Verlag, 1997.

59 L’état de la forêt en RFA était établi sur une note visuelle établie par les forestiers qui reposait sur le feuillage des arbres (taux de défoliation) et la couleur des aiguilles ou feuilles (verte, jaune). En RDA, le critère visuel l’emportait également, mais les résultats étaient affinés par les recherches menées dans le cadre des grands travaux.

60 SAPMO-BArch, DY 30/3129 Büro Mittag.

61 Ce procédé avait été mis au point par l’institut de l’énergétique à Leipzig en 1985. Il résultait d’un programme lancé en 1967 : Kluge W., Konzeption zur Verringerung schädlicher Auswirkungen der Energie-und Kohlebetriebe auf die Umgebung Teilkonzeption : Kraftwerke, IFE-Bericht Nr. 2/1763/67 F, 1967.

62 maron M., Flugasche, Frankfurt am Main, S. Fischer, 1981.

63 ARD 3 mars 1987 Kontrast, Uns stinkt’s.

64 Was ist uns die Umwelt wert ?, 15 mai 1985, DDR-F-1, Deutsches Rundfunkarchiv.

65 Natur – Gesellschaft – Mensch, Wissenschaftler für Pädagogen, 14 janvier 1987, DDR F-2, Deutsches Rundfunkarchiv.

66 En septembre 1983, suite à la proposition de planter des essences résistantes dans les parties atteintes par la pollution en Thüringer Wald, un représentant du SED du Bezirk de Suhl rapporte à son ministre de l’environnement, Hans Reichelt : « Une mère de trois enfants se leva en colère et demanda aux membres du conseil, s’ils voulaient offrir aux enfants des poumons résistants à la fumée », SAPMO-BArch, DK 5/188.

67 Veen H.-J. (Hg.), Lexikon Opposition und Widerstand in der SED-Diktatur, Berlin-München, Propyläen, 2000.

68 SAPMO-BArch, DY 30/122.

69 SAPMO-BArch, DY 30/122.

70 SAPMO-BArch, DY 30/3133.

71 Mölbis était un village situé au nord de la centrale thermique d’Espenhain (20 km au sud de Leipzig) qui subissait de plein fouet ses rejets d’autant que les installations de filtrage pour la poussière étaient défectueuses. Il fit l’objet d’une vaste campagne de la part des écologistes est-allemands. PS 02 Robert-Havemann-Archiv, PS 025/07, Zwei betroffen berichten, Briefe 9, Avril 1984, p. 4-5.

72 Landkreis Bitterfeld (Hg.), Umweltreport Bitterfeld 96, Landkreis, Bitterfeld, p. 52.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Localisation de la Dübener Heide5.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111347/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 2. – Zones de pollution28.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111347/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 3. – Expansion de la pollution atmosphérique en RDA pour l’année 196531.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111347/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Légende *KW signifie centrale thermique.Tableau 1. – Déjections de polluants par les entreprises dans la région de Bitterfeld-Dessau-Wittenberg et répartition au prorata des dégâts occasionnés dans les trois cantonnements forestiers de Tornau, Rosslau et Torgau entre 1956 et 1966.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111347/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111347/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 329k

Auteur

IHMC Paris.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540