Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Deuxième partie. Science, expertise, État

L’environnement et la science. Acclimater la population de Gennevilliers aux débordements des eaux usées parisiennes, 1870-1880

Guillaume Carnino

Texte intégral

  • 1 Locher F. et Quénet G., « L’histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d’un nouv (...)

1Ces dernières années, à la faveur d’un intérêt public et médiatique croissant pour les questions écologiques, les études d’histoire environnementale ont notablement progressé, comblant peu à peu une lacune francophone importante en la matière : Fabien Locher et Grégory Quénet en ont retracé les principales lignes de force1. À l’inverse d’une histoire surjouant la prise de conscience contemporaine en matière de pollution, plusieurs travaux soulignent l’importance des préoccupations propres au premier XIXe siècle vis-à-vis de l’environnement.

  • 2 Le Roux T., Le Laboratoire des pollutions industrielles : Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2 (...)
  • 3 Massard-Guilbaud G., Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914, Paris, Ehess, 2010.
  • 4 Fressoz J.-B., L’Apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, Paris, Le Seuil, 2012.
  • 5 Sur les décrets du début du siècle, voir notamment Le Roux T., « La mise à distance de l’insalubri (...)
  • 6 Barles S., La Ville délétère : médecins et ingénieurs dans l’espace urbain (XVIIIe-XXesiècle), Sey (...)

2Thomas Le Roux montre ainsi que les débuts de l’industrialisation de la chimie marquent l’avènement d’une alliance inédite entre savants, État et industrie, afin de réformer les mœurs et surtout le droit, pour rendre l’existence d’activité à risques ou polluantes compatibles avec les exigences des habitants de la capitale2 : d’où l’importance du rôle dévolu à Antoine Chaptal, à la fois ministre de l’Intérieur, manufacturier, chimiste et contributeur des principaux décrets et ordonnances de 1806 et 1810 sur les établissements incommodes et insalubres. Geneviève Massard-Guilbaud élabore, quant à elle, une histoire des pollutions qui met l’accent sur la législation comme moyen de protéger l’implantation industrielle plus que le milieu ambiant3. Jean-Baptiste Fressoz explique, quant à lui, l’importance de la norme technique, non comme instrument de régulation des nuisances environnementales, mais comme moyen d’intégration de la pollution4 : les outils législatifs appuyés par la pratique savante – notamment hygiéniste – extraient ainsi la grande industrie du pénal, là où l’Ancien Régime l’avait maintenue. Plusieurs travaux soulèvent des questions similaires5, Sabine Barles montrant par exemple que l’importance du réseau technique et social constitué par les ingénieurs des Ponts et chaussées permet souvent de primer sur l’opinion des praticiens qui n’ont pas encore la possibilité de faire valoir la légitimité d’une science médicale unifiée6.

3À la suite de ces travaux, nous tenterons de montrer ce qui nous semble être une spécificité du second XIXe siècle : si la norme technique et l’hygiénisme, tout comme les structures légales et juridiques, sont présents dès les premières décennies du siècle afin d’encadrer – c’est-à-dire de rendre possible et souhaitable – l’industrialisation des espaces ruraux et urbains, nous défendrons l’idée qu’à ces différents modes de stabilisation de certaines activités insalubres s’ajoute une dimension rhétorique inédite, postérieure à 1850, et prenant appui sur l’autorité que possède l’idée de science – éventuellement pure, mais toujours au singulier. Nous expliciterons cette hypothèse à partir de l’étude d’une controverse opposant de nombreux Gennevillois à la ville de Paris au sujet de l’épandage des eaux d’égouts sur la plaine de leur commune au cours des années 1870.

  • 7 Barles S., « Experts contre experts : les champs d’épandage de la ville de Paris dans les années 1 (...)
  • 8 Bellanger E. (collab. Pineau É.), Assainir l’agglomération parisienne. Histoire d’une politique pu (...)
  • 9 À ce sujet, voir Carnino G., L’Invention de la science dans le second XIXesiècle. Épistémologie, t (...)
  • 10 Sur ce basculement de l’environnemental au social largement orchestré par le Conseil de salubrité (...)

4Cette controverse a déjà été étudiée par Sabine Barles7 et Emmanuel Bellanger8, notamment pour ce qui relève de l’aspect médical et hygiéniste de la confrontation. Nous nous inscrivons dans la droite ligne de leur présentation du conflit, mais aurons à cœur d’insister davantage sur certains ressorts idéologiques plus rarement soulignés dans l’affaire. Il nous semble en effet que la seconde moitié du XIXe siècle voit émerger la figure de « la science », au singulier, en tant que moteur inédit de régulation et de pacification des conflits politiques et environnementaux9. En ce sens, cette controverse sur l’épandage met en relief cette volonté nouvelle de tempérer l’animosité des plaignants grâce à l’autorité de « la science » : ce n’est que lorsque cette première tentative tourne court face à l’obstination de certains médecins et riverains à poursuivre la polémique, alors que la puanteur de la Seine en vient à faire débat au niveau national, que le traitement du conflit bascule vers un mode plus classique (jadis négligé par l’historiographie des nuisances industrielles) de résolution, qui consiste à transférer le traitement des étiologies de l’environnemental au social10 et à gérer le mécontentement subséquent par des compensations financières et politiques.

Assainir la Seine

  • 11 Jacquemet G., « Urbanisme parisien : la bataille du tout-à-l’égout à la fin du XIXe siècle », Revu (...)
  • 12 Mille A., « Mémoire sur le service des vidanges publiques de la ville de Paris ? », Annales des Po (...)
  • 13 Barles S., L’invention des déchets urbains : France, 1770-1970, Seyssel, Champ Vallon, 2005. Sur l (...)

5Sabine Barles et Emmanuel Bellanger décrivent les nombreuses interrogations et conflits qui émaillent la mise en place progressive d’un système de gestion des déchets de la capitale depuis le début du XIXe siècle : le décret impérial du 10 mars 1809 impose ainsi la construction de fosses étanches et certifiées11. Dans un rapport publié par les Annales des Ponts et chaussées12, l’ingénieur Adolphe Mille décrit la situation en 1854 : la collecte nocturne des fosses permet d’acheminer, grâce à l’activité de nombreux ouvriers vidangeurs, les matières excrémentielles au dépotoir de la Villette (opérationnel depuis 1849, Mille en est le responsable), à partir duquel les liquides sont acheminés par conduite et les solides par bateau jusqu’à la voirie de Bondy, où un procédé de décantation permet d’obtenir une « poudrette » fertilisante vendue aux agriculteurs de la région. Cet échange ville-campagne participe ainsi d’un système de flux où l’idée de déchet n’existe pas13.

  • 14 Belgrand E., Les Travaux souterrains de Paris, t. V, Paris, Dunod, 1887, p. 264.
  • 15 Frioux S., « Fléau, ressource, exutoire : visions et usages des rivières urbaines (XVIIIe-XXIe siè (...)
  • 16 AN F14 15419, Rapport de la commission d’assainissement de la Seine, 12 décembre 1874.

6Mais avec la croissance industrielle et démographique parisienne, l’augmentation exponentielle des matières à traiter devient un problème : de 45 000 tonnes de vidanges annuelles en 1815, la ville de Paris doit en acheminer 550 000 en 186414. Dès 1855 donc, une conduite relie directement Bondy à l’égout de Pantin, qui rejoint à partir de 1858 le grand collecteur d’Asnières se déversant dans la Seine au-dessus de Clichy – un second exutoire existe à Saint-Denis. Le système d’égout parisien, en pleine construction, était initialement prévu pour laver la capitale de ses eaux de pluie15, et l’introduction progressive des déjections urbaines pose rapidement de sérieux problèmes, ce à quoi il faut ajouter les nombreuses sources de pollution industrielle16 :

  • en amont de Corbeil, les eaux industrielles de l’Essonne ;
  • en amont de Paris, plus d’une dizaine d’établissements insalubres sont mentionnés (féculerie, maroquinerie, lavage des feutres et laines, teinturerie, fabriques de produits chimiques, de caoutchouc, de poudrettes, usines métallurgiques), ainsi que six égouts supplémentaires ;
  • dans Paris même, plus de quinze égouts charriant des effluves industrielles ainsi que vingt-quatre bateaux à lessive déversant annuellement 176 tonnes de sel de soude et 132 tonnes de savon dans la Seine même ;
  • en aval de Paris, plus d’une dizaine d’égouts provenant des localités de Billancourt, Sèvres, Suresnes, Puteaux, Neuilly, Courbevoie, Asnières, très souvent chargés des eaux industrielles provenant de plus de quinze usines installées dans la zone allant de Clichy à Saint-Denis, fabriquant des produits chimiques, du savon, des bougies, des gants, de la colle, ou pratiquant la féculerie, la tannerie, etc.

7Cet exutoire vidangeur débouchant à Clichy transforme rapidement l’aval de la Seine en un cloaque infect ; quelques années plus tard, la revue La Nature en témoigne encore :

  • 17 La Nature : revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie, t. I, no 23, 8 (...)

« L’eau bourbeuse qui s’échappe des égouts vient s’étaler à la surface du fleuve et y trancher nettement par sa couleur ; des matières grasses, des bulles de gaz, des détritus infects en suspension signalent le parcours de cette rivière coulant dans une autre rivière. Vers Argenteuil seulement, l’eau commence à s’éclaircir, mais alors toutes les matières organiques se déposent sur la rive sous forme de vase noire et nauséabonde. Cela n’est encore rien en temps ordinaire ; il faut juger de l’état des choses lorsqu’un orage violent vient s’abattre sur Paris. Les égouts sont alors complètement lavés par la masse d’eau qui s’écoule ; les usines de Saint-Denis profitent de cette occasion pour envoyer à la rivière tous les résidus nuisibles qu’elles tiennent patiemment en réserve, et l’eau est alors tellement infecte que le poisson, asphyxié, meurt et vient flotter à la surface. Là, subissant lui-même une nouvelle fermentation, il dégage des émanations tellement infectes que les abords du fleuve et les promenades sont complètement désertés par les habitants riverains17. »

  • 18 Elias N., La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1991 [1re éd. 1939].
  • 19 Corbin A., Le Miasme et la jonquille, Paris, Flammarion, 1998 [1re éd. 1982].

8Ces reflux nauséabonds, sur lesquels l’auteur de l’article s’étend encore longuement, entrent en contradiction directe avec le lent processus de civilisation des mœurs étudié par Norbert Élias18, ainsi qu’avec la nouvelle sensibilité olfactive affleurant dans la seconde moitié du siècle, telle que décrite par Alain Corbin19 : alors que les mauvaises odeurs en viennent à être associées à la corruption morale et que les classes urbaines possédantes se distinguent par un double processus d’exclusion de la pauvreté et de la saleté hors de la cité, la présence de telles exhalaisons aux portes de la capitale apparaît très tôt comme un problème sanitaire majeur.

  • 20 Barles S., « Experts contre experts », art. cit., p. 68-69.

9Dès les années 1850, divers projets menés par Adolphe-Auguste Mille, rejoint par l’ingénieur Alfred Durand-Claye en poste à la Ville à partir de 1867, couplent diverses solutions (irrigation, colmatage, traitement chimique) pour tenter de maîtriser le problème20.

  • 21 Mille A., Rapport sur le mode d’assainissement des villes en Angleterre et en Écosse, Paris, Vinch (...)
  • 22 Bourneville D.-M., Rapport sur l’utilisation agricole des eaux d’égout de Paris, Paris, Impression (...)
  • 23 Mille A. et Moll L., « Application des vidanges à la culture : rapport présenté à M. le Préfet de (...)
  • 24 Durand-Claye A. et Mille A., Compte-rendu des essais d’utilisation et d’épuration. Département de (...)

10Une solution est importée d’Angleterre par Adolphe Mille, qui publie en 1854 et 1855 le compte-rendu de ses voyages d’investigation outre-Manche21, et qui propose la mise en place d’un système d’irrigation couplé à un vaste projet de tout-à-l’égout, concept nouveau, qui désigne « l’envoi immédiat, avant toute fermentation, des matières fraîches noyées dans un cube suffisant d’eau de lavage22 ». Il s’agirait donc de collecter directement à la source la totalité des rejets de la capitale pour les faire fructifier sous forme d’engrais utilisable en région parisienne23. Cette vision économique d’un problème sanitaire est le fait des ingénieurs siégeant à la Commission d’assainissement de la Seine, qui évaluent à 0,10 francs le prix d’une tonne de matière organique ainsi obtenue24.

  • 25 AN F14 15419, Observations présentées par Jules Rey au sujet de l’enquête ouverte pour l’avant-pro (...)

11Au cours des années 1860, le problème se pose de façon pressante au sein des services d’assainissement et de salubrité de la capitale. Au conseil municipal, Jean-Baptiste Dumas, important chimiste et homme politique qui le dirige, use de son influence pour soutenir une solution chimique présentée à l’empereur en 186825 (alors que le volume d’eaux sales évacué chaque jour par les égouts est estimé à 100 000 m3) : les ingénieurs de la ville de Paris font ainsi boire à Napoléon III de l’eau d’égout purifiée par du sulfate d’alumine, censé précipiter les impuretés et produire une « eau blonde » propre à la consommation. L’empereur, convaincu par ce miracle de la science, donne sa bénédiction à ce projet chimique qui doit résoudre tous les problèmes d’insalubrité de la capitale. Mais le procédé s’avère trop lent compte tenu de la quantité d’eau à traiter, trop coûteux en raison du sulfate d’alumine à produire en amont, et donc in fine assez peu efficace : alors qu’en 1871, les ingénieurs des Ponts et chaussées de la ville de Paris fanfaronnaient quant au fait

  • 26 AN F14 15419, Observations présentées par Jules Rey, op. cit., p. 2, c’est lui qui souligne.

« qu’ils “enfonçaient” les Anglais en utilisant les eaux d’égout [...] à l’aide du sulfate d’alumine [...], en septembre 1874, ils [l’]abandonnèrent totalement [...], à tel point que ceux qui osent seulement en parler aujourd’hui sont regardés [...] comme des ennemis26 ».

  • 27 On propose ainsi notamment diverses mesures partielles, comme l’épuration des eaux du lessivage et (...)

12Face à ce premier échec, diverses autres solutions sont envisagées : les archives du ministère portent la trace des nombreux projets proposés pour résoudre la question27.

Gennevilliers et le jardin modèle des Grésillons

  • 28 Outre les sources imprimées mentionnées ultérieurement, les Archives municipales de Gennevilliers (...)

13Pour mettre en œuvre un projet d’assainissement par irrigation, il est nécessaire de trouver des terrains d’épandage suffisamment vastes pour y déverser les égouts parisiens. La presqu’île de Gennevilliers semble présenter de nombreux avantages28. Il s’agit tout d’abord de la commune la plus étendue de tout le département de la Seine (1 502 hectares) ; de plus, elle est limitrophe avec Clichy, où l’un des exutoires de la capitale est déjà installé : les coûts de raccordements seraient ainsi incomparablement plus faibles que ceux de tout projet visant par exemple à construire un canal jusqu’au Havre (solution un moment envisagée). Par ailleurs, Gennevilliers est une vaste plaine : son point culminant se trouve à 31,30 mètres au-dessus du niveau de la mer, alors qu’au port, son altitude est de 26 mètres. Cette très faible dénivellation plaide plus encore en faveur de la commune, d’autant que l’intégralité de son sol est sablonneuse : une composition géologique idéale pour absorber les eaux sales parisiennes. Enfin, Gennevilliers formant une presqu’île au sein d’une boucle de la Seine, les eaux usées devraient être englouties par la terre avant de filtrer lentement jusqu’à rejoindre le fleuve en aval.

Sources : Archives municipales de Gennevilliers : 023/103.
Ill. 1. – La région de Gennevilliers : chemins de fer et ponts routiers, 2emoitié XIXesiècle.

  • 29 Nieszporek J. et Ratard M., L’Épandage et la culture maraîchère dans la plaine de Gennevilliers. G (...)
  • 30 Mille A. et Moll L., « Application des vidanges à la culture », op. cit.

14Au début des années 1870, Gennevilliers compte environ 2 000 habitants (1 112 habitants en 1851 et 2 839 en 187629), pour environ 1 266 hectares de terres agricoles : cette commune limitrophe profondément rurale apparaît donc comme l’endroit idéal pour initier une expérience d’assainissement par irrigation – les rejets parisiens contiennent une importante proportion d’acide phosphorique, d’azote, de potasse et autres substances organiques bénéfiques à la fertilité des sols30.

  • 31 D’Oissel H., Rapport de la Commission d’enquête de Seine-et-Oise sur l’avant-projet d’un canal d’i (...)
  • 32 Nieszporek J. et Ratard M., op. cit., p. 16.

15En 1869, la Ville de Paris achète donc sept hectares de terrain près de la Seine, au principal hameau de la commune, Les Grésillons31. Des pompes et conduites sont installées pour amener les eaux usées dans un bassin d’épuration et, partant, dans les champs d’essai. L’objectif avéré est de démontrer l’utilité agricole de l’épandage afin de convaincre les agriculteurs gennevillois d’appliquer l’irrigation fertilisante à grande échelle sur ces terrains très pauvres (formés à 90 % de sable). Le rapport de la commission décrit l’expérience comme un franc succès après quelques mois d’épandage au sein du parc paysager qui sert de vitrine à l’expérience (le « jardin modèle » : un toponyme qui subsiste encore aujourd’hui) : « Choux, asperges, artichauts ainsi traités acquièrent rapidement un monstrueux essor32. » Les deux postes les plus coûteux de la culture maraîchère – l’arrosage et l’engrais – étant supprimés, le prix du terrain sur le domaine grimpe en flèche : conservant un seul hectare pour ses expérimentations, la Ville de Paris loue le reste à raison de 600 fr. l’hectare à des cultivateurs.

Sources : Archives municipales de Gennevilliers : 023/103.
Ill. 2. – Évolution de l’épandage à Gennevilliers dans le dernier tiers du XIXesiècle.

  • 33 Tisserand E., Rapport de la Commission chargée de décerner des récompenses aux cultivateurs de la (...)

16Afin de favoriser l’emploi des eaux d’égouts, une commission est créée en vue de décerner « des récompenses aux cultivateurs de la Seine qui auront justifié du meilleur emploi des eaux d’égout33 ». Tentés par ces premiers résultats, plusieurs maraîchers désirent bénéficier de l’irrigation mise gratuitement à leur disposition – la capitale réalisant même les canalisations à ses frais : peu à peu, des rigoles irriguent les champs jusqu’à plus de 2 km du réservoir. Fin 1870, 40 hectares sont ainsi irrigués, et 20 autres sont fertilisés à l’aide des boues issues du bassin d’épuration. En 1876, on compte plus de 300 hectares de terres fertilisées grâce aux égouts de la capitale.

L’épandage grandeur nature

  • 34 « Traité entre la Ville de Paris et la commune de Gennevilliers », Assainissement de la Seine. Épu (...)
  • 35 « Pétition des habitants de Gennevilliers et d’Asnières au Conseil municipal de Paris », ibid., p. (...)

17L’accroissement de l’épandage à Gennevilliers se trouve rapidement encadré par un dispositif juridique : deux traités sont signés les 12 juillet 1872 et 16 juillet 1873 entre Ferdinand Duval, préfet de la Seine, et Charles Lacroix, maire de Gennevilliers, autorisant la construction de machines élévatrices (notamment une pompe centrifuge à vapeur) et de canalisations sur l’ensemble des chemins communaux afin d’alimenter les rigoles de distribution (principalement à ciel ouvert), à condition de ne pas endommager la digue de la commune, et sous réserve d’une possibilité de rétractation ultérieure34. Ces traités sont le fruit de discussions entre l’administration parisienne et une Société créée en vue de l’exploitation maraîchère d’une partie de la plaine de Gennevilliers (les « Grésillons »). Le 15 novembre 1873, le conseil municipal de Paris reçoit une pétition de 46 cultivateurs et maraîchers de Gennevilliers qui demandent la poursuite et l’extension des travaux de fertilisation sur leur commune, convaincus qu’elle « assure à la fois l’assainissement de la Seine et la richesse du pays35 ». Désormais, la majeure partie de la plaine est irriguée (la surface maximum sera atteinte en 1897, soit 795 hectares).

Sources : Archives municipales de Gennevilliers : 023/ 103.
Ill. 3. – Machines à vapeur élevant les eaux d’égout dans la plaine de Gennevilliers.

Les nouveaux maraîchers

  • 36 Nieszporek J. et Ratard M., op. cit., p. 21-22.

18Les agriculteurs gennevillois étaient jusqu’alors davantage cultivateurs que maraîchers, c’est-à-dire qu’ils pratiquaient la grande culture – céréales, pommes de terre, fourrage – avec des rendements relativement faibles. L’introduction de l’irrigation augmente considérablement le nombre de maraîchers (fruits et légumes) dans la commune : mais le maraîchage ne nécessite pas d’eau en hiver, et le trop-plein est alors déversé dans les prairies, d’où une croissance sans précédent du rendement des sols et donc une augmentation du nombre de nourrisseurs – une troisième catégorie de paysans qui fournit spécifiquement le fourrage aux éleveurs36.

Sources : Archives municipales de Gennevilliers : 023/ 103.
Ill. 4. – L’irrigation dans la plaine de Gennevilliers.

19La presqu’île devient peu à peu l’un des principaux fournisseurs des Halles de Paris : près d’un quart de la production des légumes et primeurs est issue de ces nouvelles terres irriguées à l’eau d’égout : arbres fruitiers, pépinières, menthe et angélique utilisées en parfumerie, choux, artichauts, oignons, asperges, céleris, carottes, haricots verts, et surtout les fameux poireaux de Gennevilliers, font ainsi la fierté des paysans sur les marchés de la capitale.

  • 37 Ibid., p. 22.

20Par ailleurs, l’augmentation de la production rend l’embauche de main-d’œuvre supplémentaire indispensable : le salariat agricole croît donc à mesure que les techniques de culture s’intensifient. De nombreux paysans étrangers à la commune viennent alors s’installer dans la plaine, d’où une démographie en hausse : en 1886, sur plus de 4 500 habitants, 20 % seulement sont nés dans la commune, et plus de la moitié des riverains est originaire d’autres départements français37.

L’assainissement de Paris avant tout

  • 38 AN F14 15419, Rapport de la Commission d’assainissement de la Seine, op. cit.

21Les rapports de la Commission d’assainissement de la Seine montrent clairement qu’alors même que le maraîchage est un argument de promotion important du système d’épandage, que le but premier reste avant tout l’épuration des égouts de la capitale38.

22Ainsi, même si la surface irriguée s’avère insuffisante pour constituer le déversoir intégral des égouts parisiens (il aurait fallu 4 000 hectares au minimum), la Ville de Paris accède aux revendications des agriculteurs qui dépassent souvent de plus de 10 000 m3 les 40 000 m3 annuels autorisés à l’hectare. Par ailleurs, l’épandage continue généralement en hiver, alors que les terres agricoles n’en ont aucun besoin : couplée aux eaux de pluie, l’irrigation se transforme ainsi parfois en inondation. Alors que des drainages réguliers doivent être organisés par les services des Ponts et chaussées de la capitale, ils ne seront pas effectifs avant 1881, alors que plus de 500 hectares ont été irrigués pendant une décennie.

« Abject, infect, putride » : la dégradation de l’environnement gennevillois

  • 39 Bouleyn H., Rapport de la Commission d’enquête de la Seine sur l’avant-projet d’un canal d’irrigat (...)

23Après plusieurs années de ce régime d’irrigation, la plaine gennevilloise perd peu à peu sa capacité d’absorption. Qui plus est, la nappe phréatique locale, très peu profonde (à moins de 2 m de la surface par endroits39), se trouve du même coup rehaussée et contaminée à la fois : plusieurs caves et locaux souterrains subissent ainsi des inondations. Le prix de l’immobilier chute en conséquence, et les plaintes de riverains se font de plus en plus virulentes au cours des années 1870. Dans un mémoire à l’Académie des sciences, un dénommé Cabieu – qui entend montrer combien son remède à base de sulfate d’alumine est nécessaire – décrit la situation en termes choisis :

  • 40 Cabieu, Des immondices de Paris, op. cit., p. 5.

« Chacun, du reste, en une excursion de deux heures, peut s’assurer qu’une telle irrigation est un danger public [...]. C’est abject, infect, putride ; et l’on s’empresse de fuir la peste en incubation, qui, dans le cas où se prolongeraient ces irrigations, viendrait, sous peu, envahir au loin les alentours et menacer Paris, sous le fallacieux prétexte de l’assainir. Quand le curieux pénètre dans le jardin de la ville, au lieu même où les eaux d’égouts sont déversés par la puissante machine élévatoire, il est d’abord surpris de l’odeur fétide qui le suffoque jusqu’à la nausée40. »

  • 41 Danet G.-A., Bastin A. et Garrigou-Désarènes Dr, Des résultats de l’irrigation de la plaine de Gen (...)

24Dans leur rapport condamnant l’irrigation, les trois médecins Danet, Bastin et Garrigou-Désarènes (voir infra) listent plusieurs propriétaires qui pâtissent du système instauré41 : le puits de M. Brenu, autrefois recherché pour la qualité et la fraîcheur de son eau, est devenu sablonneux, et s’est élevé de 2,30 m ; l’eau du puits de M. Fercot sédimente du sable et des matières boueuses : sa nappe s’est élevée de 3 m en trois ans ; chez M. Hubert, l’eau du puits s’altère au bout de quelques heures, développant en surface « une couche mousseuse grasse et d’un goût désagréable » et noircissant les casseroles ; chez M. Desbois, l’accroissement de l’épaisseur de la nappe d’eau de son puits l’a fait écrouler à six reprises, et son cheval même ne voulait plus en boire avant les plus récentes réparations ; M. Mortinant a dix centimètres d’eau d’« un aspect repoussant et d’une odeur infecte » dans sa cave, dont « les murs [...] témoignent qu’elle a été inondée à un mètre de hauteur par cette eau qui paraît être de l’eau d’égouts à peu près pure » ; l’usine de MM. Pommier fabricant « différents produits chimiques » s’est trouvée forcée d’arrêter ses activités à plusieurs reprises quand la nappe d’eau s’est élevée au point de submerger les foyers générateurs des machines à vapeur de la manufacture ; etc.

  • 42 Nieszporek J. et Ratard M., op. cit., p. 32.
  • 43 Ibid., p. 32-33.

25La controverse éclate à l’été 1875. Dès le mois de juin, la municipalité de Gennevilliers est auditionnée en référé car elle désire faire arrêter les travaux qui raccorderaient le dépotoir de la Villette à ses champs d’épandage, mais elle est déboutée42. Le mois suivant, le conseil de préfecture du département de la Seine doit statuer au sujet d’une plainte de la commune s’opposant à l’extension des travaux de canalisation : la Ville de Paris obtient à nouveau gain de cause, et se voit autorisée à poursuivre « avec l’assistance de la force armée, s’il en est besoin43 ». Après ces défaites successives, 414 habitants et propriétaires (détenant à eux seuls environ 1 000 hectares sur l’ensemble de la commune) adressent à l’Assemblée nationale une pétition étudiée le 18 novembre en séance (voir infra).

La guerre des experts : controverse à Gennevilliers

  • 44 Danet G.-A., Bastin A. et Garrigou-Désarènes Dr, op. cit., p. 5.

26Le traité de 1873 signé entre les deux parties contenait une clause prévoyant la possibilité pour la municipalité de Gennevilliers de faire cesser l’irrigation « s’il était démontré que ce déversement était nuisible à la santé publique44 ». La controverse prend donc très tôt une tournure sanitaire, puisque les déboires juridiques de la commune sont conditionnés par les conclusions des experts médicaux.

« Fuis, la peste est là » : hygiène et salubrité sur la presqu’île

  • 45 Cabieu, Des immondices, art. cit., p. 5.

« Quand [le visiteur] réfléchit à la nature des eaux que [les canaux] charrient, à la masse de matières putrescibles qu’elles tiennent en suspension, sous l’incubation des rayons solaires, une pensée tenace, inconsciente peut-être, mais fatale le poursuit et lui crie : Fuis, la peste est là45 ! »

  • 46 Ibid. Voir aussi Le Constitutionnel, 28 juin 1875.

27Si la presse s’émeut assez vivement de la situation46, la controverse médicale est bien moins tranchée. Une épidémie de dysenterie sévit pourtant à Gennevilliers à l’été 1874, alors que des fièvres intermittentes s’y développent pendant l’année. Après les deux premiers échecs des recours juridiques, le conseil municipal, désireux de donner du poids à ses requêtes, charge trois médecins, les docteurs Danet, Bastin et Garrigou-Désarènes, d’étudier la question et de consigner leurs conclusions dans un rapport, publié en 1876.

  • 47 Ibid., p. 6.
  • 48 Ibid., p. 25. Quelques années plus tard, en mars 1888, Pasteur prendra même la parole au Conseil d (...)

28L’argumentaire déployé croise trois approches : la première partie du rapport établit l’historique de la controverse, ce qui permet d’établir, en parallèle avec l’Angleterre, un portrait à charge de la situation française, puisque l’on dit qu’à Londres « les médecins ont eu, d’emblée, voix au chapitre, et on n’a eu qu’à s’en louer47 ». Des éléments concrets sont ensuite apportés au dossier, parmi lesquels les diverses réclamations des propriétaires qui rendent l’irrigation responsable de la piètre qualité de l’eau des puits dans la commune. Enfin, le moment principal de l’argumentation expose l’aspect sanitaire de la situation, et se décompose lui-même en trois temps : une analyse savante, une observation microscopique et enfin une accumulation de données médicales statistiques à vocation épidémiologiques. Pour prouver que l’irrigation à l’eau d’égout est bien responsable d’une crise sanitaire à Gennevilliers, les auteurs commencent par détailler la composition chimique du gaz qui émane des eaux limoneuses (2,54 % d’oxyde de carbone, 6,70 % d’acide sulfhydrique, etc.), pour la mettre en relation avec d’autres observations et énumérer ainsi trois théories médicales alors concurrentes permettant de rendre compte de l’apparition des fièvres intermittentes : la théorie des forces (action inorganique due au mélange de principes contraires, comme l’eau douce et l’eau salée), la théorie des miasmes non figurés (la cause est alors attribuée à un gaz encore inconnu) et la théorie des miasmes figurés (qui fait intervenir des corpuscules invisibles à l’œil nu dans la transmission des maladies – et se rapproche davantage de l’épidémiologie contemporaine que ses rivales). Après avoir rejeté les deux premières théories, les auteurs entendent donc valider la troisième grâce à des observations microscopiques poussées. Courent alors sur plusieurs pages des descriptions de microorganismes dont les noms latins n’ont guère été retenus par l’histoire médicale : Doxococus, Chlamidomanas elegans, Uroglena volvox, Amblyopis viridis, Navicula phænicenteron, Glaucoma scintillans, etc. Pour preuve de leurs dires, les auteurs adjoignent alors plusieurs croquis, dessinés d’après nature, de ces êtres mystérieux, tout en mentionnant les travaux de Louis Pasteur qui ont montré que « la faune microscopique indique le degré de putréfaction plus ou moins avancé des matières organiques48 ».

In : Danet, Bastin & Garrigou-Desarenes, Des résultats de l’irrigation, op. cit., p. 24-25.
Ill. 5. – Croquis des microorganismes observés au microscope.

29Enfin, les trois médecins achèvent leur argumentaire sanitaire par un recueil de soixante-neuf cas de fièvre attestés par les docteurs Perrier et Joulié, description des symptômes à l’appui. Leur conclusion découle de ces faits qui se veulent incontestables :

  • 49 Ibid., p. 34.

« 1) La façon dont les eaux d’égouts de la Ville de Paris ont été déversées sur la plaine de Gennevilliers, depuis trois ans, a transformé une partie de cette plaine en un marais artificiel ; 2) L’absorption par les voies digestives de l’eau des puits de Gennevilliers viciée par son mélange souterrain avec les eaux d’égouts a probablement contribué à développer dans cette commune, pendant l’été de 1874, l’épidémie de dysenterie qui a duré trois mois (Docteurs Perrier et Joulié) ; 3) Les miasmes émanant de ce marais ont certainement engendré à Gennevilliers la fièvre paludéenne qui y existe maintenant à l’état endémique ; 4) Il est de la plus urgente nécessité que des mesures immédiates soient prises pour faire cesser une insalubrité aussi manifeste et aussi dangereuse, et nous croyons que la construction d’un canal qui, conduisant jusqu’à la mer l’excès des eaux d’égouts de Paris, tout en laissant emprunter, sur son passage, par les cultures riveraines, les quantités d’engrais qui leur seraient nécessaires, est le meilleur moyen à employer pour arriver au but que poursuit la municipalité de Paris49. »

30Le rapport, transmis à la Commission d’assainissement de la Seine, sera rapidement l’objet de critiques virulentes. C’est sur le plan médical que les données avancées par les trois rapporteurs de la municipalité de Gennevilliers sont tout d’abord questionnées. Ainsi, le Docteur Prosper de Pietra Santa, membre du Conseil d’hygiène publique de la Seine et farouche opposant du pasteurisme, prend la plume pour défendre une étiologie climatique des fièvres de Gennevilliers, qui seraient davantage dues aux changements de température qu’aux effluves dégagées par les eaux :

  • 50 De Pietra Santa P., L’Assainissement de Paris. La Seine, la presqu’île de Gennevilliers, la Bièvre (...)

« Rien de plus agréable dans la belle saison que la promenade des Cascines à Florence, sous ces allées d’arbres séculaires [...]. En y séjournant le soir, au-delà de sept à huit heures, on est souvent pris le lendemain d’un accès de fièvre intermittente. [...] Inutile d’ajouter qu’il n’existe dans la situation topographique des Cascines aucun des éléments aptes à favoriser la production du miasme50. »

  • 51 Bertillon J., L’État sanitaire de Gennevilliers, Paris, Administration des deux revues, 1888.

31Quelques années plus tard, Jacques Bertillon, chef des travaux statistiques de la Ville de Paris, entend montrer, chiffres à l’appui, que le taux de fièvre à Gennevilliers ne dépasse pas de façon probante celui des communes avoisinantes51. À l’heure où la polémique atteint l’Assemblée nationale, la Commission d’assainissement de la Seine va utiliser l’absence de consensus médical pour mettre en avant une théorie sanitaire compatible avec les irrigations qu’elle promeut.

  • 52 « Procès-verbaux de la Commission d’assainissement de la Seine », Assainissement de la Seine, op. (...)
  • 53 Ibid., p. 193.
  • 54 Ibid., p. 228.
  • 55 Barles S., « Experts contre experts... », art. cit.

32La composition de la commission permet d’ailleurs d’éclairer les positions qu’elle soutient. On y trouve Henry Bouley, de l’Académie des sciences, qui préside l’assemblée ; Charles Callon, professeur à l’École centrale des arts et manufactures ; Achille Delesse, ingénieur en chef des Mines ; Gustave Lagneau, médecin et anthropologue ; Pierre Laizier, président de la Société des horticulteurs de la Seine ; H. Orsat, polytechnicien, ingénieur des Mines et industriel fabricant de céruse ; Alexis Pagel, maire de l’île de Saint-Denis ; A. Porlier, directeur de l’Agriculture au ministère de l’Agriculture et du commerce ; et Théophile Schlœsing, directeur de l’École d’application des manufactures de l’État52. Même s’ils ne sont pas membres de la Commission, Eugène Belgrand, directeur des eaux et des égouts, Adolphe Mille, inspecteur général des Ponts et chaussées, ainsi qu’Alfred Durand-Claye, ingénieur des Ponts et chaussées, assistent aux réunions et ne se privent pas d’intervenir lorsque les discussions concernent leur domaine de compétence. Ainsi, Lagneau est le seul médecin qui siège à la commission, composée très largement d’ingénieurs, de hauts fonctionnaires et d’industriels. Les débats qui s’y tiennent portent donc la marque des intérêts qui y président : lorsque Lagneau émet des objections médicales quant au bien-fondé de l’irrigation à Gennevilliers, le président prend immédiatement la parole pour rappeler que les causes de la maladie restent « bien obscures, bien incertaines53 ». L’industriel Orsat pense ainsi qu’il faut publier le travail de Lagneau, « mais, à côté de cela, la Commission a le droit et le devoir de rejeter une opinion qui n’est pas celle de la majorité, et je crois qu’au travail consciencieux de M. le docteur Lagneau il faut opposer, pour appuyer les conclusions que la majorité approuve, un autre rapport qui doit réfuter entièrement les opinions qui nous choquent54 ». Comme le rappelle Sabine Barles, face à des théories médicales contradictoires, les ingénieurs ont beau jeu d’opposer des chiffres avérés qui proviennent des expérimentations qu’ils ont eux-mêmes menées à moindre frais55, d’autant que la solution préconisée par les médecins opposés à l’irrigation consiste à conduire les eaux usées jusqu’à la Manche, un projet qui coûterait près d’une centaine de millions de francs.

Le marché, régulateur de la qualité ?

  • 56 « Pétition des habitants de Gennevilliers et d’Asnières au Conseil municipal de Paris », Assainiss (...)

33Mais le désaccord entre plusieurs médecins et les ingénieurs de la Commission d’assainissement de la Seine recoupe une seconde ligne de fracture, qui oppose les riverains de la presqu’île aux cultivateurs qui s’enrichissent grâce à l’engrais. Ainsi, alors qu’une pétition totalisant 414 signatures est adressée à l’Assemblée nationale par la population locale en octobre 1874 pour protester contre la pollution que la Ville de Paris leur inflige et exiger qu’une solution soit trouvée au plus tôt (voir infra), les députés reçoivent un mois plus tard une contre-pétition émanant de plus de 300 agriculteurs satisfaits de leur sort et demandant l’extension des travaux d’irrigation (notamment par la multiplication des machines élévatoires destinées à la pénétration de l’engrais au plus profond des terres de la commune). Cette seconde pétition oppose l’insalubrité propre à la « putréfaction des eaux » parisiennes aux « eaux fertilisantes » arrivant dans la plaine de Gennevilliers et transformant des terres auparavant inexploitables en véritables mines d’or végétales. Les auteurs, dont une petite trentaine seulement habite Gennevilliers (les principales communes représentées sont Asnières et Clichy), ne se cachent pas d’avoir partie liée au commerce maraîcher (« Nos légumes sont excellents, nous les vendons aux halles, aux casernes, au Grand hôtel, etc.56 »), même s’ils invoquent précisément l’intérêt du pays dans cette affaire, et mettent en avant l’incroyable enjeu de salubrité de leur commerce pour la capitale. Sous la plume des contre-pétitionnaires, l’intérêt public se confond avec leur intéressement mercantile.

34Dès lors, les enjeux sanitaires concernent aussi la qualité des produits cultivés. Or, les docteurs Danet, Bastin et Garrigou-Désarènes décrivent en des termes peu flatteurs ces légumes qui enflent si promptement à Gennevilliers :

  • 57 Nieszporek J., Ratard M., Bastin A. et Garrigou-Désarènes, Des résultats de l’irrigation, art. cit (...)

« Nés dans l’eau, et sans cesse noyés par elle, tous les légumes poussent hâtivement, c’est vrai, – mais leur vigueur n’est qu’apparente, leur sapidité est médiocre et leur puissance alibile est presque nulle. Choux, navets, betteraves fondent de moitié par la cuisson, et nous tenons de la bouche de plusieurs éleveurs et nourrisseurs de bestiaux d’Asnières et de Gennevilliers, qu’ils n’achètent plus les betteraves et les carottes de la plaine depuis qu’elle est irriguée. – Ces légumes-là ne se conservent pas, nous ont-ils dit. Ils se putréfient rapidement dans nos caves. Ils sont pleins d’eau et ne nourrissent pas nos bêtes. Nous aimons mieux aller à Argenteuil ou à Pontoise pour faire nos provisions. – Quant aux pommes de terre, leur feuillage est presque partout d’un noir sombre et terne. Leurs lianes, très développées, recouvrent la terre, de laquelle elles semblent ne pas pouvoir se détacher. – Le tubercule lui-même est d’une teinte noirâtre, avec des plaques bleues ou vertes qui témoignent d’un commencement d’altération de sa pulpe. Ouvrez cette pomme de terre. Vous la trouverez brune, pleine d’un liquide aqueux et un peu foncé qui s’écoule en abondance sous la moindre pression du doigt57. »

  • 58 Vienney, « Des irrigations à l’eau d’égout », Bulletin mensuel de la Société des conducteurs des P (...)

35Sur ce point, il est difficile de mettre la parole des médecins en doute, car leurs adversaires eux-mêmes ne l’infirment généralement pas. L’argumentation des irrigateurs est d’ailleurs étonnante, puisque face aux critiques gustatives et sanitaires des doctes rapporteurs, ils revendiquent précisément la liberté de faire pousser ce que bon leur semble. Ainsi, un dénommé Vienney, qui publie un long article en deux livraisons dans le Bulletin mensuel de la Société des conducteurs des Ponts et chaussées et des gardes-mines58, s’attache à démontrer les vertus du progrès par la liberté du commerce, initiant sa diatribe en contredisant une phrase tirée d’un rapport officiel, elle-même sans doute écrite en référence aux données des trois docteurs :

  • 59 Ibid., p. 348, nous soulignons.

« “Les légumes obtenus présentent les caractéristiques d’une végétation échauffée et dont le produit perd en saveur.” Ce qui nous frappe dans cette phrase, ce n’est pas son erreur, c’est sa tendance rétrograde. Quoi, si les produits ont moins de saveur, c’est une raison d’empêcher leur culture ! On a donc abrogé la loi du 6 octobre 1791 qui proclame la liberté de la culture. Va-t-on revenir aux anciens arrêts qui, comme celui du 5 juin 1731, défendaient l’extension de certaines cultures sous peine de 3 000 livres d’amende. Si l’on interdit un mode de culture parce que ses produits ont moins de saveur où s’arrêtera-t-on ? La fraise cultivée, le lapin domestique ont moins de saveur que leurs congénères, va-t-on les proscrire ? Que le gouvernement s’occupe de l’hygiène, c’est bien ! Mais qu’il s’ingère dans la saveur des produits, c’est trop ! Il faut laisser ce soin au consommateur. Si des légumes sont mauvais, on ne les achètera plus et la culture à l’eau d’égout tombera d’elle-même, sans qu’on ait besoin de revenir au régime du bon plaisir59. »

36Certes, on pourrait relever le fait que l’argument contient une certaine part de mauvaise foi, puisqu’il feint de croire que seule la question du goût est ici à l’œuvre, alors même que les médecins gennevillois soulignent l’importance de l’enjeu sanitaire en la matière. Mais le propos n’en reste pas moins remarquable sous maints aspects. Il nous semble particulièrement significatif qu’une critique fondée sur la baisse de qualité des produits fasse immédiatement surgir l’objection du progrès : ce qui irrite l’auteur, c’est la « tendance rétrograde » des faits qu’on lui oppose. Comment le simple goût individuel peut-il s’immiscer, non en aval du marché, mais en amont de celui-ci, dans la législation qui le produit et le fait advenir ? Pour l’auteur, la faute première des défenseurs de l’environnement gennevillois consiste donc à croire qu’il est encore possible de contrer l’un des axiomes premiers de l’idéologie du progrès (rarement aussi clairement exposée que dans ce texte) : le marché se situe au-dessus des lois et du pouvoir de l’État ; le progrès réside précisément dans la soustraction de l’économique à l’arbitraire du pouvoir politique. Ce que la Révolution a gagné sur la tyrannie qui s’exerçait en 1731 et sous l’Ancien Régime, c’est la liberté de commerce, la faculté d’organiser la production et la vente indépendamment du gouvernement. Désormais, la démarcation entre qualités primaires et secondaires n’en passe plus par une quelconque métaphysique – fût-elle cartésienne – mais bien par le pouvoir régulateur du marché : l’hygiène, propriété objective des choses et donc soumise au contrôle de l’État, est distincte de la qualité, valeur éminemment subjective et laissée à l’appréciation des consommateurs : le progrès, c’est de pouvoir produire des légumes d’une qualité médiocre, tant qu’il se trouve des gens pour les acheter ; la liberté consiste à laisser les consommateurs décider en leur âme et conscience de leurs acquisitions. Chez Vienney, auteur symptomatique d’une certaine intégration de l’idée du bien public au sein du marché autorégulé, le progrès renvoie in fine moins à l’émancipation au sens politique du terme qu’à la libéralisation des capitaux agricoles et industriels.

L’Assemblée nationale prise à témoin : la science comme pacification

  • 60 « Discussion des deux pétitions précédentes à l’Assemblée nationale », Assainissement de la Seine, (...)
  • 61 Ibid., p. 56.
  • 62 Ibid., p. 56.
  • 63 Voir par exemple Carnino G., L’Invention de la science, op. cit., p. 303-311.

37Deux pétitions sont envoyées puis discutées en séance à l’Assemblée nationale le 18 novembre 1875, immédiatement contrebalancées par l’avis des rapporteurs de la Commission d’assainissement de la Seine – notamment celui du député Krantz, président d’une seconde commission nommée pour l’occasion, ingénieur en chef au Département des travaux publics, et auteur présumé du rapport final. Son intervention suscite de nombreuses approbations et clôt d’ailleurs le débat. Commençant par un rappel des faits, l’ingénieur en chef explique les procédés d’épuration par irrigation des sols, les présentant comme la seule solution trouvée au problème posé : « La ville de Paris a donc heureusement résolu le difficile problème qui lui était imposé60. » Il poursuit : « Tout semblerait donc heureusement résolu. Mais malheureusement les procédés nouveaux, même les meilleurs, sont rarement bien accueillis. C’est l’éternelle histoire de toutes les découvertes61. » L’exposé se veut alors d’une logique implacable : certes les riverains ont une raison tangible de se plaindre, mais ils ne comprennent pas encore à quel point il s’agit là d’un bienfait qui les inonde au sens littéral comme métaphorique. Dès lors, il compare les Gennevillois à un propriétaire qui l’avait forcé à déplacer le tracé d’une ligne de chemin de fer devant passer par ses terres et qui, une fois le rail enfin détourné, s’était trouvé déçu de ne pas pouvoir profiter de ses bienfaits. Le peuple est un enfant : l’éduquer ne suffit pas, il faut le guider sur la voie que les ingénieurs et scientifiques éclairés défrichent pour lui. Dès lors, pour pallier au délicat problème de l’opposition momentanée d’une partie des riverains au projet d’irrigation, Krantz déclare, sans plus de précisions, qu’« il n’y a qu’un moyen d’en triompher : c’est celui que la commission a indiqué62 ». La mythologie du martyre de l’invention et du progrès de la science sacrifiés sur l’autel du peuple ignorant (véritable topos du second XIXe siècle63) est ainsi mobilisée jusque dans l’enceinte de l’Assemblée pour susciter l’adhésion des décideurs. Krantz conclut en entérinant la décision initiale :

  • 64 « Discussion des deux pétitions précédentes à l’Assemblée nationale », op. cit., p. 57, nous souli (...)

« Dans cette question [...], qu’avons-nous à faire ? À laisser poursuivre les travaux engagés. Nous n’avons pas d’autre parti à prendre ce me semble. Notre puissance, si grande qu’elle soit, ne saurait aller jusqu’à trancher des questions de cet ordre, qui relèvent de l’expérience agricole et de la science. Tous les hommes expérimentés qui ont examiné avec soin, de près, sans parti pris, cette question, sont d’avis que la solution étudiée par la Ville de Paris, acceptée par la commission, est très bonne ; que l’on ne pouvait en espérer une meilleure. Que nous faut-il de plus, et pourquoi, sans motifs suffisants et sans nouvelles études, irions-nous mettre des obstacles à sa réalisation64 ? »

  • 65 Un rapport a été commandité à la commission de 1874 pour établir les coûts potentiels de l’irrigat (...)
  • 66 « Discussion des deux pétitions précédentes à l’Assemblée nationale », op. cit., p. 57.

38L’argumentation du député s’avère particulièrement convaincante, de par les deux thèmes – puissamment évocateurs chez ses contemporains – qu’il mobilise : l’économie, c’est-à-dire la question agricole, et la science, c’est-à-dire le savoir vrai et « sans parti-pris ». Face à ces deux arguments d’autorité, parfaitement tangibles pour les membres de l’Assemblée65, il est très difficile de contester la légitimité des affirmations de l’orateur, qui obtient alors l’assentiment de ses confrères : les conclusions du rapport de la commission, mises aux voix, sont adoptées, et l’affaire est renvoyée au ministre de l’Agriculture et du commerce66.

39Mais si l’argumentation mobilisée est en grande partie implicite, elle renvoie en réalité, comme Krantz le fait sciemment au cours de son exposé, aux méthodes proposées dans le rapport de la commission, et plus précisément dans son introduction :

  • 67 Lettre de Henry Bouley, président de la Commission d’enquête, au préfet de la Seine, Assainissemen (...)

« La Commission a consacré une première et principale partie de son rapport à l’exposé des notions générales, scientifiques et pratiques dont elle s’est inspirée, et qu’elle croit indispensable de répandre pour substituer aux préjugés qui dominent aujourd’hui un trop grand nombre d’esprits, des connaissances certaines sur le mécanisme de l’épuration des eaux d’égout par le sol, et sur les grands profits que l’agriculture peut retirer de leur emploi sans que la santé publique soit en aucune façon compromise. La Commission demeure convaincue que la propagande scientifique sera la condition la plus sûre de la réussite du projet de la Ville67. »

  • 68 AMG 023/104, Conseil de Préfecture de la Seine : Instance Pommier et Cie et Consorts contre la Vil (...)

40Les sous-entendus de l’argumentation de Krantz face à l’Assemblée sont mis au jour : bien sûr il y a opposition ; peut-être même est-elle en un sens compréhensible. Mais ce qui compte in fine (et par conséquent le jugement – moral et civique – qu’il faut porter sur la situation présente) ne peut pas être fondé sur le désir d’une population bercée de préjugés et par défaut toujours aveugle au progrès, mais uniquement sur la réalité des expertises scientifiques qui concordent avec la promesse de gains économiques substantiels. Le mécontentement des riverains face au progrès scientifique ne peut faire obstacle à une bonne gestion urbaine et sanitaire, ni entraver le profit. Et si la science est le bon moyen pour établir la solution de problèmes complexes, elle doit aussi être un puissant vecteur d’adhésion : censée à la fois dire le vrai et en même temps participer à la bonne marche du monde, elle surplombe et outrepasse toute revendication purement locale, tout en étant par ailleurs très précisément circonscrite socialement, puisqu’entre les mains de quelques savants et ingénieurs dûment mandatés par l’État et l’industrie – les experts du gouvernement68.

  • 69 Fressoz J.-B., « Eugène Huzar et la genèse de la société du risque » Huzar E., La Fin du monde par (...)
  • 70 Mais la régulation compensatoire des débordements reprend le dessus lorsque les vertus incantatoir (...)

41En étudiant plusieurs recompositions majeures des années 1750-1850, Jean-Baptiste Fressoz montre que la norme technique et administrative participe d’une certaine forme de « production scientifique et politique d’une inconscience [écologique] généralisée69 ». Comme cette affaire d’épandage le montre, la gestion de la contestation emprunte toujours ces chemins de traverse pour pacifier la colère des riverains face aux décideurs de la capitale. Nonobstant, nous pensons qu’après 1850, un mode inédit de « fuite en avant » s’ajoute aux mécanismes mis en évidence par J.-B. Fressoz, un mode fondé non pas sur des règlements administratifs70, mais sur une rhétorique propre à l’institution « science » : une production idéologique de l’inconscience écologique en quelque sorte, concrétisée par ce que le président Bouley qualifie sans faux-semblants de « propagande scientifique ».

  • 71 Dubousquet-Laborderie L.-F., Étude sur les égouts de Paris et leurs dangers au point de vue de la (...)
  • 72 Marié-Davy H., Épuration des eaux d’égouts par le sol de Gennevilliers, Paris, Delahaye-Lecrosnier (...)
  • 73 Bertillon J., L’État sanitaire de Gennevilliers, op. cit.

42La science (sous forme d’expertise savante ou de mythologie du peuple-aveugle-au-progrès) constitue donc pour les rapporteurs de la commission (les experts, qui n’ont aucun parti pris et sont pleinement conscients de la marche de la civilisation – i.e. les seules personnes en droit de s’exprimer) le meilleur moyen d’obtenir gain de cause dans l’affaire qui les occupe. Les riverains imaginent être les victimes d’un débordement d’eaux usées dans leurs caves, mais la science est là pour leur expliquer qu’au fond, il s’agit d’une chance inouïe, et qu’il n’y a pas de problème, y compris sanitaire. Et ce, malgré les médecins de terrain71 qui continueront de s’opposer aux jugements cliniques des personnels administratifs72 et statisticiens73.

Sortie de crise : le règlement amiable de 1880

  • 74 AMG 023/103, Conseil de Préfecture du Département de la Seine : Requête pour MM. Pommier, etc.
  • 75 AMG 023/103, Direction des Travaux de Paris, Service des eaux et des égouts : Rapport de l’ingénie (...)
  • 76 Barnes D., The Great stink of Paris and the nineteenth-century struggle against filth and germs, B (...)
  • 77 Nieszporek J. et Ratard M., op. cit., p. 33.
  • 78 Fressoz J.-B., « Le décret de 1810 », art. cit.

43Face aux échecs successifs de la stratégie municipale, les propriétaires ayant les moyens de faire valoir leurs droits se regroupent et tentent plusieurs actions civiles en justice, réclamant des indemnisations pour les préjudices matériels qu’ils subissent74. Le régime de résolution des conflits diffère au sein d’un tribunal civil, puisque les experts sollicités ne sont pas ceux de la Commission d’assainissement de la Seine et qu’ils statuent sur des problèmes concrets de dommages et intérêts. De nombreuses indemnités sont peu à peu versées à certains riverains75. Mais un événement vient court-circuiter les procédures judiciaires jusqu’alors malgré tout favorables à la poursuite du projet de la capitale : à l’été 1880, une puanteur infâme se dégage des égouts de Paris, et l’affaire, relayée dans l’ensemble de la presse et bien connue des historiens, se voit qualifiée de calamité publique et prend une tournure politique76. La priorité est alors de faire savoir que des mesures énergiques sont prises (une loi est votée pour imposer le tout-à-l’égout à Paris) et de communiquer dans la presse à ce sujet. Quelques mois plus tôt, en mars de la même année, le Conseil d’État a déjà rejeté un recours de Paris en confirmant et augmentant les indemnités versées à deux Gennevillois (à hauteur de 79 000 fr.77) : dans ces conditions, continuer une bataille juridique avec la municipalité de Gennevilliers paraît fort peu judicieux et très risqué, car il ne faudrait pas que la controverse se prolonge et ressurgisse dans les journaux en ces temps difficiles. Le conflit doit donc être définitivement désamorcé, et réapparaît alors le mode plus classique de gestion des nuisances par la compensation financière, véritable intégration politique et économique de la pollution par les calculs coûts/bénéfices78.

Une victoire pour la commune ?

44Nous n’avons pas trouvé de trace écrite des négociations menées entre la Ville de Paris et la commune de Gennevilliers, et ne disposons donc que de leur résultat, surprenant au vu de la décennie d’opposition juridique et politique qui précède. Le 4 novembre 1880, un accord à l’amiable est signé entre la municipalité et la direction des travaux publics de la capitale, au terme duquel Gennevilliers retire son action en nullité du traité de 1873 et accepte au contraire qu’il soit prorogé pour douze ans à partir de 1881.

45Les clauses de la transaction comprennent de nombreux engagements de la Ville de Paris (qui a vraisemblablement dû céder sur plusieurs points afin de convaincre le conseil municipal de Gennevilliers) et s’engage donc à réaliser les travaux de drainage initialement prévus en 1878, à n’employer à l’avenir que des conduites couvertes, à empêcher la formation de mares stagnantes, à construire au plus vite cinq « bornes fontaines » et une fontaine municipale sur la place principale, à entretenir les routes sous lesquelles passent les canalisations, et ce, pendant toute la durée du traité, à ne jamais obliger la municipalité à participer au rachat des ponts à péage, à verser 10 000 fr. à Gennevilliers pour des travaux de voirie, puis 10 000 fr. pour la redevance d’occupation des sols, et enfin à prendre entièrement à sa charge les frais de toutes les expertises réalisées à ce jour (plus de 28 000 fr.).

  • 79 Néanmoins, pour la réalisation des travaux, plus d’une vingtaine de propriétaires sont expropriés (...)
  • 80 Bellanger E., op. cit., p. 75-90.
  • 81 AMG 023/103, Avis de la mairie de Gennevilliers, 4 janvier 1906.
  • 82 Tournet-Lammer J., « Épandage », Gennevilliers de A à Z, Paris, Sutton, 2009.

46La situation semble donc désamorcée, du moins entre les instances dirigeantes de la capitale et celles de la presqu’île79. Dès lors, la bataille de l’épandage se dissoust dans celle du tout-à-l’égout, menée par l’administration parisienne80. Ce qui ne résout pas pour autant la question gennevilloise, puisqu’en 1906, un avis de la mairie de Gennevilliers enjoint, « conformément aux instructions du préfet de Police », les habitants à « faire bouillir l’eau dont ils se servent pour l’alimentation » afin de neutraliser le bacille de la fièvre typhoïde81. Au cours des décennies, la commune acquiert le sobriquet de « Gadoue-ville ». L’épandage des égouts parisiens sur la plaine de Gennevilliers ne sera définitivement stoppé qu’en 196482.

  • 83 Wyrouboff G. et Goubert É., La Science vis-à-vis de la religion, Paris, Baillière, 1865, p. 6.

47« Contre le fait sanctionné par la science, aucun raisonnement ne saurait s’élever contre l’évidence matérielle, aucune argumentation n’est possible83. » À l’image de ce jugement énoncé par le positiviste Grégoire Wyrouboff, la « propagande scientifique » promue par le président Bouley s’avère être, plusieurs années durant, la clef du problème posé par les riverains de Gennevilliers à la Commission d’assainissement de la Seine. Réinvestissant le martyre de l’inventeur et du savant découvreur au cœur d’une question environnementale, le député Krantz vise à exclure toute discussion subséquente qui prétendrait remettre en cause le projet de la Ville de Paris. Sous cet aspect, le syntagme incantatoire que devient « la science » infléchit les attentes des auditeurs et tente de circonscrire la controverse à une pure question d’experts, dans laquelle le commun des mortels ne doit pas avoir son mot à dire. Ce n’est que lorsque la situation nationale évolue au point de rendre secondaire l’autorité de l’argument que la Ville de Paris en vient à accepter les conditions d’une solution par compensation.

48La convocation victorieuse de « la science » au sein de ce débat citoyen participe d’une volonté d’exclusion du politique de la sphère publique via le technique et l’expertise, et constitue en ce sens une certaine forme de production idéologique d’inconscience écologique.

Notes

1 Locher F. et Quénet G., « L’histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d’un nouveau chantier », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 56-4, 2009, p. 7-38.

2 Le Roux T., Le Laboratoire des pollutions industrielles : Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011.

3 Massard-Guilbaud G., Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914, Paris, Ehess, 2010.

4 Fressoz J.-B., L’Apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, Paris, Le Seuil, 2012.

5 Sur les décrets du début du siècle, voir notamment Le Roux T., « La mise à distance de l’insalubrité et du risque industriel en ville : le décret de 1810 mis en perspective (1760-1840) », Histoire & mesure, no 24-2, 2009, p. 31-70 ; Barles S., Guillerme A. et Lestel L., « Pollution industrielle et réglementation des manufactures et ateliers en France au XIXe siècle : les textes fondateurs », Documents pour l’histoire des techniques, no 17, 2009, p. 174-208. Voir aussi Guillerme A., Les Temps de l’eau : la cité, l’eau et les techniques, Seyssel, Champ Vallon, 1993 ; Laroulandie F., « Les égouts de Paris au XIXe siècle. L’enfer vaincu et l’utopie dépassée », Cahiers de Fontenay, no 69-70, 1993, p. 107-140 ; Dupuy G. et Knaebel G., Assainir la ville hier et aujourd’hui. Paris, Dunod, 1982 ; Goubert J.-P., La Conquête de l’eau. Paris, Hachette, 1986 ; Graber F., Paris a besoin d’eau : projet, dispute et délibération technique dans la France napoléonienne, Paris, Cnrs, 2010 ; Lestel L., « Experts and water quality in Paris in 1870 » Luckin B., Massard-Guilbaud G. et Schott D. (dir.), Resources of the city : contributions to an environmental history of modern Europe, Aldershot, Ashgate, 2005, p. 203-214 ; Guillerme A., Lefort A.-C. et Jigaudon G., Dangereux, insalubres et incommodes. Paysages industriels en banlieue parisienne. XIXe-XXe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2004.

6 Barles S., La Ville délétère : médecins et ingénieurs dans l’espace urbain (XVIIIe-XXe siècle), Seyssel, Champ Vallon, 1999.

7 Barles S., « Experts contre experts : les champs d’épandage de la ville de Paris dans les années 1870 », Histoire urbaine, no 14-3, 2005, p. 65-80.

8 Bellanger E. (collab. Pineau É.), Assainir l’agglomération parisienne. Histoire d’une politique publique interdépartementale de l’assainissement (XIXe-XXe siècles), Ivry-sur-Seine, L’Atelier, 2010.

9 À ce sujet, voir Carnino G., L’Invention de la science dans le second XIXe siècle. Épistémologie, technologie, environnement, politique, Thèse de doctorat sous la direction de Dominique Pestre, Ehess, soutenue le 12 décembre 2011.

10 Sur ce basculement de l’environnemental au social largement orchestré par le Conseil de salubrité de Paris et Villermé en particulier, voir notamment Fressoz J.-B., « Le decret de 1810 et la libéralisation des “choses environnantes” », Annales des Mines : Responsabilité & environnement, no 62, avril 2011, p. 16-22.

11 Jacquemet G., « Urbanisme parisien : la bataille du tout-à-l’égout à la fin du XIXe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 26, 1979, p. 505-548.

12 Mille A., « Mémoire sur le service des vidanges publiques de la ville de Paris ? », Annales des Ponts et chaussées, t. VII, 1854, p. 129-157.

13 Barles S., L’invention des déchets urbains : France, 1770-1970, Seyssel, Champ Vallon, 2005. Sur l’influence de Liebig dans les débats contemporains, voir Mårald E., « Everything circulates: agricultural chemistry and recycling theoris in the second half of the Nineteenth Century », Environment and History, no 8, 2002, p. 65-84; sur la téléologie du déchet outre-Manche, voir Hamlin C., « Providence and putrefaction: victorian sanitarians and the natural theology of health and disease », Victorian Studies, no 28-3, 1985, p. 381-411.

14 Belgrand E., Les Travaux souterrains de Paris, t. V, Paris, Dunod, 1887, p. 264.

15 Frioux S., « Fléau, ressource, exutoire : visions et usages des rivières urbaines (XVIIIe-XXIe siècle) », Géocarrefour, no 85-3, 2010, p. 188-192.

16 AN F14 15419, Rapport de la commission d’assainissement de la Seine, 12 décembre 1874.

17 La Nature : revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie, t. I, no 23, 8 novembre 1873, p. 353-354.

18 Elias N., La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1991 [1re éd. 1939].

19 Corbin A., Le Miasme et la jonquille, Paris, Flammarion, 1998 [1re éd. 1982].

20 Barles S., « Experts contre experts », art. cit., p. 68-69.

21 Mille A., Rapport sur le mode d’assainissement des villes en Angleterre et en Écosse, Paris, Vinchon, 1854 ; Id., Mémoire sur le mode d’assainissement des villes en Angleterre, Paris, Dalmont, 1855. Voir aussi Chatzis K., « Eaux de Paris, eaux de Londres. Quand les ingénieurs de la capitale française regardent outre-Manche, 1820-1880 », Documents pour l’histoire des techniques, no 19, 2010, p. 209-218.

22 Bourneville D.-M., Rapport sur l’utilisation agricole des eaux d’égout de Paris, Paris, Impressions parlementaires, 1885, no 4040, p. 10.

23 Mille A. et Moll L., « Application des vidanges à la culture : rapport présenté à M. le Préfet de la Seine », Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, 1857, p. 93-103.

24 Durand-Claye A. et Mille A., Compte-rendu des essais d’utilisation et d’épuration. Département de la Seine. Ville de Paris. Service municipal des travaux publics. Service d’essai des eaux d’égout, Paris, Régnier & Dourdet, 1869, p. 10.

25 AN F14 15419, Observations présentées par Jules Rey au sujet de l’enquête ouverte pour l’avant-projet d’un canal d’irrigation, 15 mai 1876.

26 AN F14 15419, Observations présentées par Jules Rey, op. cit., p. 2, c’est lui qui souligne.

27 On propose ainsi notamment diverses mesures partielles, comme l’épuration des eaux du lessivage et de l’industrie avant de les jeter à l’égout, l’augmentation des dragages, etc. (AN F14 15419, Rapport de la Commission d’assainissement de la Seine, chargée de proposer les mesures à prendre pour remédier à l’infection de la Seine aux abords de Paris, 12 décembre 1874), ainsi que des projets plus ambitieux, comme celui de Passedoit (construction d’un canal collecteur à ciel ouvert entre Paris et Le Havre dont le coût est évalué à 90 millions de francs...), de Ducuing et Brunfaut, etc. – AN F14 15419, Dossiers 1874, 1875, 1876.

28 Outre les sources imprimées mentionnées ultérieurement, les Archives municipales de Gennevilliers (ci-après abrégées AMG) nous ont fourni la matière première de ce récit : AMG 023/103 à AMG 023/106.

29 Nieszporek J. et Ratard M., L’Épandage et la culture maraîchère dans la plaine de Gennevilliers. Gennevilliers, Ville de Gennevilliers, 1990, p. 10.

30 Mille A. et Moll L., « Application des vidanges à la culture », op. cit.

31 D’Oissel H., Rapport de la Commission d’enquête de Seine-et-Oise sur l’avant-projet d’un canal d’irrigation de Clichy à la forêt de Saint-Germain, Paris, Gauthier-Villars, 1876, p. 16.

32 Nieszporek J. et Ratard M., op. cit., p. 16.

33 Tisserand E., Rapport de la Commission chargée de décerner des récompenses aux cultivateurs de la plaine de Gennevilliers qui auront justifié du meilleur emploi des eaux d’égout, Paris, Lahure, 1874.

34 « Traité entre la Ville de Paris et la commune de Gennevilliers », Assainissement de la Seine. Épuration et utilisation des eaux d’égouts, t. II, Paris, Gauthier-Villars, 1876, p. 37-39.

35 « Pétition des habitants de Gennevilliers et d’Asnières au Conseil municipal de Paris », ibid., p. 40.

36 Nieszporek J. et Ratard M., op. cit., p. 21-22.

37 Ibid., p. 22.

38 AN F14 15419, Rapport de la Commission d’assainissement de la Seine, op. cit.

39 Bouleyn H., Rapport de la Commission d’enquête de la Seine sur l’avant-projet d’un canal d’irrigation de Clichy à la forêt de Saint-Germain, Paris, Gauthier-Villars, p. 50.

40 Cabieu, Des immondices de Paris, op. cit., p. 5.

41 Danet G.-A., Bastin A. et Garrigou-Désarènes Dr, Des résultats de l’irrigation de la plaine de Gennevilliers par les eaux d’égouts de la Ville de Paris, Paris, Dupont, 1876, p. 12-13. Le rapport sera aussi publié dans L’Art médical, décembre 1876.

42 Nieszporek J. et Ratard M., op. cit., p. 32.

43 Ibid., p. 32-33.

44 Danet G.-A., Bastin A. et Garrigou-Désarènes Dr, op. cit., p. 5.

45 Cabieu, Des immondices, art. cit., p. 5.

46 Ibid. Voir aussi Le Constitutionnel, 28 juin 1875.

47 Ibid., p. 6.

48 Ibid., p. 25. Quelques années plus tard, en mars 1888, Pasteur prendra même la parole au Conseil d’hygiène et de salubrité du département de la Seine pour dénoncer les irrigations à Gennevilliers : « Encore une fois, la génération spontanée des êtres microscopiques est une chimère et toutes les maladies virulentes et contagieuses relèvent de la présence et du développement d’êtres microscopiques. Ce sont là des faits inéluctables. Dès lors, quelle doit être la préoccupation d’une grande cité comme Paris, lorsqu’elle se propose d’assainir le fleuve qui reçoit tous les germes de la foule de maladies contagieuses qui déciment la population ? Il faut que, par tous les moyens aujourd’hui en notre pouvoir, l’hygiène se préoccupe de détruire les germes dont je parle ou d’annihiler leur funeste influence. Or, que propose-t-on ? On propose non de les conduire à la mer, où ils ne pourraient plus nuire, mais de les accumuler chaque année de plus en plus sur des champs situés aux portes de la grande ville, et ces champs seront cultivés. Encore, si vous les laissiez stériles, vous ne seriez pas exposés à ramener les germes dans Paris. » : cité dans Quinot R., Gennevilliers, évocation historique, t. I : Des origines à la fin du XIXe siècle. Gennevilliers, Ville de Gennevilliers, 1966, p. 245.

49 Ibid., p. 34.

50 De Pietra Santa P., L’Assainissement de Paris. La Seine, la presqu’île de Gennevilliers, la Bièvre. Paris, Lachaud, 1876, p. 42.

51 Bertillon J., L’État sanitaire de Gennevilliers, Paris, Administration des deux revues, 1888.

52 « Procès-verbaux de la Commission d’assainissement de la Seine », Assainissement de la Seine, op. cit., p. 77.

53 Ibid., p. 193.

54 Ibid., p. 228.

55 Barles S., « Experts contre experts... », art. cit.

56 « Pétition des habitants de Gennevilliers et d’Asnières au Conseil municipal de Paris », Assainissement de la Seine, op. cit., p. 40.

57 Nieszporek J., Ratard M., Bastin A. et Garrigou-Désarènes, Des résultats de l’irrigation, art. cit., p. 11.

58 Vienney, « Des irrigations à l’eau d’égout », Bulletin mensuel de la Société des conducteurs des Ponts et chaussées et des gardes-mines, 1878, no 34, p. 347-350 et no 35-36, p. 359-364.

59 Ibid., p. 348, nous soulignons.

60 « Discussion des deux pétitions précédentes à l’Assemblée nationale », Assainissement de la Seine, op. cit., p. 56.

61 Ibid., p. 56.

62 Ibid., p. 56.

63 Voir par exemple Carnino G., L’Invention de la science, op. cit., p. 303-311.

64 « Discussion des deux pétitions précédentes à l’Assemblée nationale », op. cit., p. 57, nous soulignons.

65 Un rapport a été commandité à la commission de 1874 pour établir les coûts potentiels de l’irrigation par les eaux d’égouts en comparaison avec le gain escompté en matière de plus-value sur les terrains agricoles, rapport qui ne manque pas de signaler que l’opération devrait être largement rentable : « Rapport de la troisième sous-commission chargée d’étudier l’influence exercée dans la Presqu’île de Gennevilliers par l’irrigation en eau d’égout sur la valeur vénale et locative des terres de culture », Assainissement de la Seine, op. cit., p. 1-34.

66 « Discussion des deux pétitions précédentes à l’Assemblée nationale », op. cit., p. 57.

67 Lettre de Henry Bouley, président de la Commission d’enquête, au préfet de la Seine, Assainissement de la Seine, op. cit., p. 1-2, nous soulignons.

68 AMG 023/104, Conseil de Préfecture de la Seine : Instance Pommier et Cie et Consorts contre la Ville de Paris. Rapport des experts. Voir aussi Murard L. et Zylberman P., « La raison de l’expert ou l’hygiène comme science sociale appliquée », Archives européennes de sociologie, no 26, 1985, p. 58-89.

69 Fressoz J.-B., « Eugène Huzar et la genèse de la société du risque » Huzar E., La Fin du monde par la science, Alfortville, Ère, 2008, p. 7-36. Voir aussi Fressoz J.-B. et Locher F., « Le climat fragile de la modernité. Petite histoire climatique de la réflexivité environnementale » : www.laviedesidees.fr/Le-climat-fragile-de-la-modernite.html, consulté le 11 septembre 2011.

70 Mais la régulation compensatoire des débordements reprend le dessus lorsque les vertus incantatoires de « la science » ne suffisent plus à calmer l’opinion publique après 1880.

71 Dubousquet-Laborderie L.-F., Étude sur les égouts de Paris et leurs dangers au point de vue de la salubrité publique. De l’épandage des eaux d’égout sur les surfaces restreintes et des fièvres intermittente et typhoïde de la plaine de Gennevilliers & des bords de la seine en aval de Paris, Clermont, Daix, 1890, p. 25-27, en cite plusieurs.

72 Marié-Davy H., Épuration des eaux d’égouts par le sol de Gennevilliers, Paris, Delahaye-Lecrosnier, 1886.

73 Bertillon J., L’État sanitaire de Gennevilliers, op. cit.

74 AMG 023/103, Conseil de Préfecture du Département de la Seine : Requête pour MM. Pommier, etc.

75 AMG 023/103, Direction des Travaux de Paris, Service des eaux et des égouts : Rapport de l’ingénieur en chef, Expert.

76 Barnes D., The Great stink of Paris and the nineteenth-century struggle against filth and germs, Baltimore, John Hopkins University Press, 2006.

77 Nieszporek J. et Ratard M., op. cit., p. 33.

78 Fressoz J.-B., « Le décret de 1810 », art. cit.

79 Néanmoins, pour la réalisation des travaux, plus d’une vingtaine de propriétaires sont expropriés par le Tribunal civil de la Seine le 13 mai 1896 : AMG 023/106 : « Expropriation pour cause d’utilité publique », Bulletin municipal officiel, 26 juillet 1896.

80 Bellanger E., op. cit., p. 75-90.

81 AMG 023/103, Avis de la mairie de Gennevilliers, 4 janvier 1906.

82 Tournet-Lammer J., « Épandage », Gennevilliers de A à Z, Paris, Sutton, 2009.

83 Wyrouboff G. et Goubert É., La Science vis-à-vis de la religion, Paris, Baillière, 1865, p. 6.

Table des illustrations

Légende Sources : Archives municipales de Gennevilliers : 023/103.Ill. 1. – La région de Gennevilliers : chemins de fer et ponts routiers, 2e moitié XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Sources : Archives municipales de Gennevilliers : 023/103.Ill. 2. – Évolution de l’épandage à Gennevilliers dans le dernier tiers du XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111314/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Légende Sources : Archives municipales de Gennevilliers : 023/ 103.Ill. 3. – Machines à vapeur élevant les eaux d’égout dans la plaine de Gennevilliers.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111314/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Sources : Archives municipales de Gennevilliers : 023/ 103.Ill. 4. – L’irrigation dans la plaine de Gennevilliers.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111314/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende In : Danet, Bastin & Garrigou-Desarenes, Des résultats de l’irrigation, op. cit., p. 24-25.Ill. 5. – Croquis des microorganismes observés au microscope.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111314/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 190k

Auteur

UTC (Costech) – CRH (EHESS/CNRS).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540