Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Deuxième partie. Science, expertise, État

L’insoutenable légèreté de l’air. Industrie chimique et territoires de la pollution dans la vallée de la Sambre (1850-1870)

Julien Maréchal

Volltext

  • 1 Homburg E., « Pollution and the dutch chemical industry. The turning point of the 1850’s », Hombur (...)
  • 2 Voir Verbruggen C., De stank bederft onze eetwaren. De reacties op industriële milieuhinder in het (...)

1Entre 1854 et 1856, la région de Namur fut le terrain d’un mouvement violent d’opposition à l’industrie chimique. Ses mécanismes, ses tenants et aboutissants, ses enjeux réels sont encore mal connus. En revanche, certains éléments donnent la mesure de son impact : il a abouti à la mise sur pied de ce qui fut probablement la première commission d’experts nommée par un gouvernement central et consacrée exclusivement aux nuisances des fabriques de produits chimiques, laquelle a engendré une législation instaurant la surveillance permanente des fabriques de soude et d’acide sulfurique. Cette législation centrale, dont l’influence se fit sentir jusqu’aux Pays-Bas1, fut le point de départ d’une régulation plus stricte de la part des autorités belges à l’égard de ces fabriques aux nuisances particulièrement agressives2.

  • 3 Le procédé dit Leblanc consiste à obtenir de la soude (carbonate de sodium) à partir de sel marin (...)
  • 4 Fabriques de produits chimiques. Rapport à M. le ministre de l’Intérieur par la commission d’enquê (...)
  • 5 Elle comptait en effet six chimistes (Kickx, Chandelon, Depaire, Guillery, Gauthy et Davreux), un (...)
  • 6 L’Ami de l’Ordre, 26 août 1855 ; Archives de l’État à Namur [désormais : AEN], Administration prov (...)

2La province de Namur n’avait pourtant rien de comparable aux grands centres de la chimie industrielle, comme ceux des régions de Marseille, de St. Helens, ou même de Gand. On n’y comptait que quatre fabriques de soude Leblanc3 et d’acide sulfurique, érigées entre 1843 et 1852 en bordure de villages de la vallée de la Sambre et du nord de Namur. Durant le printemps et l’été 1854, des plaintes parvinrent par dizaines aux autorités centrales et provinciales, faisant état d’arbres morts ou affaiblis, de cultures « brûlées » par les vapeurs acides des fabriques ou témoignant d’inquiétudes sanitaires. Rapidement, la contestation se concrétisa sous la forme de rassemblements organisés dans les villages proches des fabriques. Des opposants émergea la figure de Léon Peeters, pharmacien hennuyer, qui diffusait dans toute la province un opuscule hostile aux fabriques, ce qui lui valut d’être désigné par les autorités comme le meneur des « troubles ». Voyant avec inquiétude cette colère s’étendre à tout le nord de la province, le ministre de l’Intérieur Guillaume Piercot nomma le 30 août 1854 une commission d’enquête chargée « de rechercher le fondement des plaintes formulées au sujet des usines [chimiques] et les meilleurs moyens pour arriver à calmer les esprits4 ». Composée majoritairement de chimistes5, la commission remit dix-huit mois plus tard un rapport augmenté de prescriptions techniques. Le document, bien que sans valeur normative, n’en proposait pas moins une analyse sans concession de la question des rejets. Il fit référence pour l’administration des années durant. Entre temps, sur le terrain, la tension avait continué de monter. Elle culmina le 19 août 1855 lorsque des habitants de plusieurs communes se rassemblèrent devant les usines de Floreffe et d’Auvelais pour protester contre les dégâts attribués aux vapeurs. À Auvelais, deux personnes trouvèrent la mort dans l’émeute qui suivit6. La situation s’apaisa peu à peu durant l’année 1856, du moins du point de vue de l’ordre public ; le problème des nuisances ne fut pas évacué si facilement.

  • 7 Voir notamment Daumalin X., « Émergence, représentation, instrumentalisation et régulation du risq (...)
  • 8 Balcers W. et Deligne C., « Environmental protest against industrial waste in Belgium, 1850-1914 » (...)

3Les « troubles de la Basse-Sambre », comme on les nomma, sont emblématiques des réactions brutales que suscita l’industrie chimique minérale partout où elle s’implanta7. Mais ils s’insèrent également dans une série de mouvements de contestation qui virent le jour en Belgique à partir des années 1830 à l’encontre des nouvelles usines chimiques et métallurgiques, mouvements qui se démarquèrent des précédents par leur caractère plus collectif, leur répercussion à l’échelon national et l’effacement des enjeux purement personnels au profit de coalitions d’intérêts plus larges8.

  • 9 Castonguay S., « Les territoires de la pollution. L’environnement comme catégorie de l’action publ (...)

4L’étude qui suit tente de jeter un éclairage sur ce débordement industriel aux proportions peu communes, en se concentrant sur l’usine qui, à tous les égards, posa le plus de problèmes, la Fabrique de produits chimiques d’Auvelais. Cet établissement à la taille relativement modeste fut à l’origine d’un conflit qui a impliqué des territorialités multiples et emboîtées, que seule une analyse à différentes échelles permet de mettre en lumière. Du litige de voisinage aux peurs épidémiques d’une région, chaque échelle a mobilisé son jeu d’acteurs et d’intérêts divergents, l’enjeu revenant toujours à définir ou redéfinir des territoires de la pollution. Dans quelles limites le débordement était-il reconnu ? Acceptable ? Accepté ? Par qui et pourquoi ? La construction de ces territoires de la nuisance fut un processus à la fois matériel et symbolique. À l’échelle régionale, les négociations et les rapports de forces ont porté principalement sur les diagnostics parfois contradictoires établis par les différents acteurs et, ainsi, sur l’« articulation de schèmes de causalité9 ». À l’échelle locale, la délimitation de ces territoires est passée par une action concertée de trois niveaux de pouvoir (le ministère de l’Intérieur, la province de Namur et la commune d’Auvelais), visant à mettre en place des solutions essentiellement techniques aux pollutions. Enfin, à l’échelle parcellaire, les terrains voisins de l’usine furent l’objet d’âpres négociations pour l’obtention de compensations financières, d’actions judiciaires et de confrontations des rapports de force privés. Ces trois terrains d’action et de négociation coexistent, mais ont occupé tour à tour le premier plan dans le traitement du conflit autour de la fabrique d’Auvelais ; les envisager successivement revient donc à respecter une certaine chronologie.

Diagnostics divergents et délimitations du débordement

  • 10 Fabriques de produits chimiques, op. cit., partie 2, p. 3-5 et 60.

5Les plaintes qui parviennent aux autorités entre avril et septembre 1854 proviennent de localités parfois étonnamment éloignées des fabriques incriminées – jusqu’à 20 km pour les villages du nord-est de la province. Au total, les réclamations émanent de 42 communes, dont la moitié environ est située à plus de 10 km de l’usine la plus proche. Pourtant, en 1856, les experts de la commission d’enquête fixent à 2 000 mètres seulement le rayon maximal dans lequel les fabriques peuvent selon eux occasionner des dommages10. Ce grand écart oppose des savoirs divergents sur la pollution, mais révèle également un conflit territorial aux enjeux plus larges.

  • 11 AEN, AP, no 1729-1732 (passim).

6Si toutes les plaintes s’accordent sur le rôle destructeur des usines pour la végétation, elles divergent en revanche sur l’ampleur et l’explication du phénomène. Les réclamations adressées au gouverneur de la province de Namur, souvent très détaillées, émanent des administrations de communes hôtes ou directement voisines des usines (voir carte 1). Sur un ton anxieux, elles signalent des faits observés sur la végétation de leur territoire, en précisant la date et le propriétaire touché11. Les « vapeurs délétères » de la fabrique voisine sont pointées avec d’autant plus d’assurance qu’on peut les voir, certains jours, s’abattre sur les cultures ou progresser lentement en brouillard opaque. L’inquiétude est aussi sanitaire : on tousse au passage des vapeurs, on doit se protéger les yeux, jusqu’à devoir se confiner chez soi. Certains phénomènes étonnants viennent alimenter la peur, comme ce soc de charrue qui aurait rouillé en une nuit dans la cour du bourgmestre d’Auvelais en avril 1854 :

  • 12 AEN, AP, no 1729, Lettre du conseil communal d’Auvelais au gouverneur, 28 avril 1854.

« Quand on songe, Mr le gouverneur, à la quantité d’acide nécessaire pour attaquer le fer en plein air, on est amené à se demander si une atmosphère aussi viciée ne peut pas avoir une influence désastreuse sur la santé publique ? Telle est la question que nous ne pouvons nous empêcher de nous poser et qui inspire de vives inquiétudes dans l’esprit des habitants de la commune12. »

7Le reste des plaintes est envoyé par les mécontents directement au pouvoir central et est synthétisé dans le rapport de la commission. Ainsi, les pétitions adressées le 17 août 1854 au roi et à la Chambre des représentants par des habitants de Soye, Spy, Temploux, Malonne et Floriffoux, communes voisines de celles des fabriques, dénoncent :

  • 13 Fabriques de produits chimiques, op. cit., partie 2, p. 4.

« Les émanations infectes et corrosives qui s’échappent de ces établissements sont désastreuses pour les arbres qu’elles détruisent en brûlant les feuilles et les fruits, elles amoindrissent les récoltes de toute nature et empoisonnent jusqu’à l’air qu’on respire13. »

8Les deux vagues de plaintes qui parviennent au roi et à la Chambre entre avril et mai, puis entre août et septembre 1854, méritent l’attention. Elles émanent d’habitants de vingt-huit communes qui, hormis Jemeppe-sur-Sambre près d’Auvelais, ne sont pas directement voisines des fabriques. Leur contenu est très uniforme :

  • 14 Ibid., partie 2, p. 3.

« L’opinion publique désigne unanimement les fabriques de produits chimiques comme étant la cause de la maladie dont, depuis plusieurs années, les céréales, les légumes et les arbres fruitiers sont atteints et qui produit des effets désastreux [...]. Il y a des faits si concluants qu’il est difficile de ne pas se ranger à cette opinion14. »

  • 15 Quant aux plaintes adressées au ministre de l’Intérieur par des habitants des localités limitrophe (...)
  • 16 Ibid., partie 2, p. 5-8.
  • 17 Voir Servais P., « La crise des années 1845-1848 dans l’est de la Wallonie », Histoire et mesure, (...)

9Les plaintes d’avril et mai sont les plus explicites, pointant ouvertement les fabriques comme la cause de la « maladie de la pomme de terre » qui sévit dans la région depuis plusieurs années15. En juin 1855, la commission demande que « toutes les personnes de la province de Namur, qui croiraient avoir à se plaindre des dégâts occasionnés par les émanations » adressent une lettre au gouverneur « avec l’indication précise des faits qu’elles auraient observés ». Parmi les quarante-trois réponses qu’elle reçoit, signées pour la plupart par les bourgmestres de localités déjà pétitionnaires, une dizaine explique à nouveau que les émanations chimiques sont responsables de la « maladie de la pomme de terre », mais aussi de celle qui frappe alors les fèves, les fèveroles, les betteraves, les pois, les haricots, les arbres fruitiers et les céréales16. L’accusation n’est pas des moindres : l’Europe se remet à peine de la grande crise alimentaire des années 1845-1850 qui fit un million de morts en Irlande, 40 à 50 000 morts en Flandre belge et qui fut en partie provoquée par le mildiou de la pomme de terre. Si la crise est en passe d’être surmontée, elle connait en Wallonie un dernier soubresaut dans les années 1854-185517. Quant au mildiou, il reste une réalité. À cet égard, il n’est pas anodin que la plupart de ces communes pétitionnaires non limitrophes des fabriques se situent au nord de la province, sur le plateau fertile de la Hesbaye, zone essentiellement vouée à l’agriculture.

  • 18 Homburg E., op. cit., p. 176.

10Alors qu’on fustige davantage, dans un rayon restreint, les altérations directement et localement provoquées par les vapeurs d’une fabrique déterminée, on dénonce, au-delà, la responsabilité de l’industrie chimique dans un fléau de grande ampleur. Les plaintes prennent ici une autre dimension, comme ce fut le cas aux Pays-Bas à la même époque18. Cette théorie catastrophiste fut ardemment défendue par Léon Peeters. Dans son pamphlet Guérison radicale de la maladie des pommes de terre et d’autres végétaux ou moyen d’en faire disparaître la cause (1855), puis dans son ouvrage Les fabriques de produits chimiques et autres établissements insalubres (1856), le pharmacien pointe l’agent responsable des dégâts, l’acide chlorhydrique. Selon lui, ce dernier, une fois libéré par les fabriques, peut se déplacer sans limites :

  • 19 Peeters L., Les fabriques de produits chimiques et autres établissements insalubres, Bruxelles, 18 (...)

« Les vapeurs sont portées à des distances incalculables et suivent la direction des vents. Où s’arrête le dernier atome ? Où sont les colonnes d’Hercule qui lui barrent le passage ? Quel est le champ, le verger, le jardin, si éloigné qu’il soit des antres pestilentiels qui soient à l’abri des atteintes meurtrières de ce gaz19 ? »

  • 20 Ibid., p. 66-98.
  • 21 Homburg E., op. cit., p. 174-175.
  • 22 Massard-Guilbaud G., Histoire de la pollution industrielle, France, 1789-1914, Paris, Éditions EHE (...)
  • 23 Darmon P., L’homme et les microbes, XVIIe-XXesiècles, Paris, Fayard, 1999, p. 84-87.
  • 24 Voir Thorsheim P., Inventing pollution. Coal, smoke, and culture in Britain since 1800, Athens (Oh (...)

11Tranchant un débat qui anime alors les médecins et chimistes, Peeters affirme, exemples à l’appui, que l’acide chlorhydrique peut provoquer une série de maladies, tels le choléra, la scarlatine ou le typhus. Quant aux végétaux – et c’est sur ce point qu’il rencontre le plus d’écho – ils sont encore plus vulnérables. En neuf arguments, il démontre comment l’acide chlorhydrique provoque, depuis près de dix ans, le mildiou qui frappe les pommes de terre. Il en fait de même pour les maladies des céréales20. Il est vrai que les rejets des usines chimiques faisaient polémique quant à leurs propriétés et leurs effets21. D’après Peeters, les vapeurs d’acide chlorhydrique sont des « miasmes », ce qui, selon un processus déjà connu, revient à intégrer les nouvelles nuisances chimiques dans les schémas d’interprétation dominants de l’époque22. Les vapeurs d’acide chlorhydrique sont ainsi assimilées à ces fluides mortifères dont les scientifiques tentent depuis le début du XIXe siècle de déterminer la composition et dont l’odorat fut longtemps le seul instrument de mesure23. Avec leur odeur forte et âcre, les rejets chimiques évoquent aisément les exhalaisons putrides tant redoutées, contrairement aux fumées de charbon et leur odeur de combustion difficile à classer dans cette catégorie24.

  • 25 Balcers W. et Deligne C., op. cit., p. 237.
  • 26 Van den Broeck V., Quelques mots à propos des fabriques de produits chimiques et des accusations d (...)
  • 27 Bulletin de l’Académie royale de médecine de Belgique, t. 14, 1854-1855, séance du 29 septembre 18 (...)
  • 28 Voir infra.
  • 29 AEN, AP, no 1729, Lettre du directeur des Verreries de Gosselies au gouverneur, 15 juillet 1856.
  • 30 AEN, AP, no 1729, Lettre du ministre de l’Intérieur au gouverneur, 12 juillet 1856.
  • 31 Il est d’ailleurs présent auprès des manifestants lors de l’émeute d’Auvelais et sera arrêté le le (...)

12Vus aujourd’hui comme une étape dans la préhistoire de l’écologie politique, ses écrits valent à Léon Peeters l’inimitié de l’élite scientifique, industrielle et politique de son temps25. Durant l’année 1855, plusieurs chimistes et médecins publient de courts ouvrages s’attelant à démonter un à un les arguments du pharmacien, non sans un certain mépris pour des théories qu’ils voient comme des « croyances » ou, comme l’écrit Victor Van den Broeck, comme des « préjugés trompeurs que l’ignorance infante26 ». L’Académie royale de médecine y va également de son compte-rendu : bien que ce travail « ne mérite point les honneurs d’un rapport », il convient, « pour satisfaire à la demande de M. le ministre de l’Intérieur et surtout pour désabuser le public sur les idées erronées et prétentieuses répandues dans l’ouvrage, d’en faire une appréciation succincte27 ». L’objet est scientifique, mais l’enjeu de cette mise au ban est bien plus large. Face à une contestation violente qui menace un secteur-clé en pleine expansion, neutraliser publiquement les théories de Peeters est un geste à résonnance hautement politique. On redoute, en effet, les conséquences sur toute l’économie d’un ralentissement de l’industrie chimique. À peine le ministre de l’Intérieur a-t-il fait suspendre partiellement en juillet 1856 les activités de la fabrique d’Auvelais28, qu’il reçoit un courrier du directeur des Verreries de Gosselies, près de Charleroi, déplorant l’interruption et rappelant ses effets dramatiques sur sa production et, a fortiori, sur ses ouvriers29. La peur est économique, mais aussi sociale. Dans leur correspondance, le ministre de l’Intérieur et le gouverneur ne cachent pas leur inquiétude face aux tensions et au risque grandissant d’un soulèvement plus large à l’encontre des usines chimiques. Dans ce contexte, les écrits subversifs de Peeters deviennent un danger. En cherchant à « égarer l’opinion publique » et à créer un « état de surexcitation morale des campagnards », ce dernier alimente un climat que les autorités tentent en priorité d’apaiser30. Enfin, l’engagement de Peeters n’est pas non plus désintéressé. Domicilié à quelques kilomètres de la fabrique de soude d’Oignies, en province de Hainaut, il est partie prenante dans la contestation riveraine de l’industrie chimique31. La polémique autour de l’ampleur et du territoire de ces nuisances chimiques tient autant de la confrontation entre des théories scientifiques en décalage que de l’expression d’une divergence d’intérêts.

Sources : Rapport commission d’enquête (1856) ; AEN, adm. prov., dossiers 1729-1732
Carte 1. – Plaintes collectives contre les fabriques de produits chimiques de la province de Namur (avril-septembre 1854).

13Quant à la commission d’enquête, elle se veut pragmatique. Non pas qu’elle soit complètement indifférente aux thèses de Peeters : elle mène des recherches de terrain dans tout le nord de la province, n’excluant donc pas la possibilité de dommages à grande échelle, et consacre un chapitre annexe de son rapport à l’analyse du pamphlet Guérison radicale de la maladie des pommes de terre. Non pas qu’elle soit plus impartiale : ses membres ont beaucoup en commun avec les pourfendeurs de Peeters. Mais elle fait le choix de laisser de côté les débats théoriques ou idéologiques et de concentrer son attention sur les plaintes et les quarante-trois « rapports » envoyés à sa demande, afin de tenter d’établir rigoureusement la part des choses entre les altérations des végétaux provoquées par les usines chimiques et celles qui relèvent d’autres causes (les effets sur la santé humaine ne font pas partie de sa mission).

  • 32 Fabriques de produits chimiques, op. cit., passim.

14Ainsi, durant l’année 1855, les experts se rendent sur chacun des lieux qui auraient subi un dommage et procèdent à des relevés systématiques, à maintes reprises dans l’année. Ils visitent également les quatre usines et se déplacent plusieurs fois dans d’autres parties du royaume afin de disposer de données à comparer. Ils s’informent par courrier des conditions imposées aux fabriques similaires en France. Enfin, ils prolongent leurs recherches par des expériences en laboratoire. Le rapport qui en découle est minutieux. Après avoir décrit les installations et les procédés de fabrication dans chacun des quatre établissements incriminés, après en avoir apprécié l’efficacité au niveau des rejets et du rendement, données chiffrées à l’appui, les membres de la commission y prescrivent une série d’améliorations techniques visant à limiter autant que possible ces pertes atmosphériques. Dans une seconde partie, ils s’attaquent à la question de l’influence des vapeurs acides sur la végétation. Pour évaluer le périmètre de diffusion de ces rejets, ils étudient d’abord la trajectoire et la dispersion des fumées, en tenant compte de la direction des vents, de l’influence des conditions atmosphériques et météorologiques et de la topographie des lieux. Puis ils livrent un examen détaillé des dégradations observées sur les végétaux, en les classant soigneusement et en distinguant chaque espèce concernée. Ils y confrontent une série d’altérations déjà connues (parasites, cryptogames et autres), qui pourraient être erronément imputées aux fabriques. Parmi celles-ci figure la maladie de la pomme de terre qui, en douze pages, est totalement dissociée des vapeurs acides – notamment par cette explication que la maladie est apparue dans beaucoup de régions d’Europe avant l’installation des premières fabriques chimiques32.

  • 33 Voir les recherches en cours d’Alexis Zimmer, ainsi que sa contribution au présent ouvrage.
  • 34 AEN, AP, no 1729, Lettre du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 11 juillet 1856.

15Les conclusions du rapport sont relativement nuancées. Les dégradations produites par les vapeurs chimiques sont jugées bien réelles, mais dépendantes d’une série de facteurs, dont l’espèce végétale affectée. Quant au rayon d’influence des fabriques, la commission insiste sur son caractère extrêmement variable, avant de chiffrer avec une hésitation manifeste la distance maximale à 2 000 mètres. Bien que le débat sur les dégâts de grande ampleur des fabriques chimiques soit loin d’être clos avec ce rapport33, les « troubles » s’apaisent progressivement durant l’année 1856. De nouveaux rassemblements sont signalés au mois de juillet à Spy, Auvelais et Jemeppe, et le premier anniversaire de l’émeute meurtrière d’Auvelais fait craindre un regain de tension34. Mais malgré ces sursauts, les manifestations de mécontentement se raréfient dans la province et l’échelle régionale perd peu à peu le premier plan dans le traitement du conflit.

Agir localement par la condensation des gaz

  • 35 Hasquin H., Communes de Belgique : dictionnaire d’histoire et de géographie administrative, t. 1, (...)
  • 36 Parmentier I., op. cit., p. 50-52.

16À Auvelais, les nuisances préexistent, puis survivent aux « troubles de la Basse-Sambre » des années 1854-1856. Logée dans un méandre de la Sambre à mi-chemin entre Namur et Charleroi, la localité porte, à la fin des années 1840, les empreintes de l’industrialisation : deux charbonnages se sont développés à ses extrémités, de petites industries se sont implantées dans le centre, la Sambre a changé de physionomie depuis sa canalisation et le chemin de fer traverse le village d’ouest en est. Le paysage reste néanmoins celui d’une bourgade rurale de 2 500 habitants environ : la rive gauche est une large bande de prairies et de champs surmontée d’une colline boisée ; la rive droite, celle du village, est vouée essentiellement aux cultures et aux vergers35. En 1850, l’industriel namurois Jules Levy, attiré par la proximité des verreries et glaceries du Pays de Charleroi36, d’une industrie extractive et de voies de communication, fait construire avec ses associés une fabrique d’acide sulfurique et de soude sur un terrain situé dans les prairies de la rive gauche, à 350 mètres à peine de l’église et du centre du village. Sa cheminée est juchée sur la colline attenante et surplombe désormais la vallée. La production démarre au mois de décembre 1850, sans autorisation (l’établissement n’est régularisé que dix-huit mois plus tard). Les premières plaintes de riverains parviennent aux autorités au printemps 1852, début de vingt ans d’inlassables recherches sur la question des rejets acides et de leur destination. Il faut dire que l’équation est complexe, mêlant, sur fond d’intérêts divergents, les différents paramètres d’une technique encore mal maitrisée.

Sources : croquis d’arpentage, commune d’Auvelais, section A, art. 1231, Archives cadastrales de la province de Namur. Fond : Carte topographique de la Belgique (P. Vandermaelen, 1846-1854).
Carte 2. – Le village et la fabrique de produits chimiques d’Auvelais, vers 1850.

  • 37 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’ingénieur des mines De Crassier, 16 août 1854.
  • 38 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’ingénieur des mines De Crassier, 7 mai 1852.
  • 39 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’ingénieur des mines De Crassier, 25 mai 1852.
  • 40 AEN, AP, no 1729, Lettre du conseil communal d’Auvelais au Gouverneur, 28 avril 1852.

17Jusqu’en mai 1852 et la première visite sur les lieux d’un agent de l’État, l’usine fonctionne sans la moindre entrave. La chambre de plomb servant à la fabrication d’acide sulfurique laisse échapper tous ses sous-produits gazeux, à savoir des vapeurs nitreuses et de l’acide sulfureux. Quant à l’acide chlorhydrique qui s’échappe des fours à sulfate de soude, il n’est que très partiellement recueilli via un indispensable dispositif à bombonnes (« sans l’emploi duquel on brûlerait absolument tout dans le voisinage37 »), pour être ensuite commercialisé. Toutes ces vapeurs, mêlées aux résidus de la combustion du charbon, sont évacuées par la grande cheminée de l’usine, soit à 80 mètres au-dessus de la vallée38. Dans le cadre de la régularisation de l’établissement, le directeur fait installer un condenseur à eau froide (aux performances insuffisantes) dans le canal de la grande cheminée, et promet d’aménager sans délai deux « condenseurs anglais39 ». L’ingénieur des Mines De Crassier se veut alors très optimiste et pense rapidement arriver à « une condensation presque complète de l’acide chlorhydrique ». Il minimise par ailleurs les plaintes d’habitants du village qui s’inquiètent de ces fumées irritantes pour les yeux et la gorge40.

  • 41 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’ingénieur des Mines De Crassier, 16 août 1854.
  • 42 AEN, AP, no 1729, Lettre du conseil communal d’Auvelais au Gouverneur, 28 avril 1852.
  • 43 AEN, AP, no 1729, Arrêté royal, 29 mars 1855.

18Pourtant, en avril 1854, l’agent de l’État est forcé de revenir sur place pour dresser un rapport des dégâts provoqués à la végétation par l’usine. Sans aucune équivoque quant à leur cause, il relève des dégradations sur les prairies voisines, sur les cultures situées au pied de la cheminée, à la lisière du bois communal de Jemeppe, sur le plateau séparant le bois de Jemeppe et la cheminée, ainsi que dans les vergers et jardins de la rive droite (voir carte 2)41. Le rayon d’influence maximal établi par De Crassier s’élève à 600 mètres. La haute cheminée, on le voit, n’épargne ni le centre du village ni les terrains les plus proches. Par temps humide et par vent défavorable, en effet, les vapeurs sont rabattues au sol très rapidement. « Peut-on abandonner l’avenir d’une commune populeuse au gré des vents ? », s’interroge le bourgmestre d’Auvelais42. Face aux nuisances, l’ingénieur des Mines semble démuni. Il prescrit de nouveaux moyens de condensation, mais reste vague et ne semble pas mesurer la complexité technique du problème. En mars 1855, un arrêté royal autorise, sous certaines conditions, la construction d’une seconde chambre de plomb43.

  • 44 AEN, AP, no 1729. Jean Baptiste Depaire, membre de la commission, tient ces propos dans un rapport (...)
  • 45 Leur mission était de s’assurer que le sel, pour lequel les industriels de la soude bénéficiaient (...)

19Présenté à la Chambre des représentants le 19 février 1856, le rapport de la commission d’enquête relance la recherche d’une solution technique. Outre qu’il reconnaît la nuisance, il prescrit une série de mesures précises visant, d’une part, à optimiser la condensation des vapeurs acides et, d’autre part, à restreindre le rayon d’action des vapeurs non condensées. Objectif : « concentrer dans des limites restreintes les dégâts pouvant se produire, et les rendre par cela même plus saisissables, mieux appréciables, moins contestables44 ». Par ailleurs, le rapport demande que des contrôles périodiques soient assurés par des personnes compétentes. Il propose aussi qu’une surveillance permanente des appareils de condensation soit assurée, au moyen d’un registre, par les agents des accises (ministère des Finances) qui depuis 1844 sont à demeure dans toutes les fabriques de sulfate de soude du pays45.

  • 46 Vilain J., Traité théorique et pratique de la police des établissements dangereux, insalubres ou in (...)
  • 47 Pasinomie de Belgique (année 1855), p. 249.

20Si toutes les mesures proposées par la commission ne sont pas traduites sous la forme de règlements nationaux – les prescriptions techniques sont écartées par le ministre de l’Intérieur car trop contraignantes – l’inspection par des experts voit bien le jour. Mais, dans un premier temps, sa mise en place s’inscrit dans le contexte plus large de la police des établissements classés, et précède d’ailleurs la fin des travaux de la commission. L’arrêté royal du 12 novembre 1849 instaurait, en effet, des règles plus strictes en matière d’obtention des autorisations et de respect des conditions imposées aux industriels par l’administration46. Afin d’en permettre l’application, le ministre de l’Intérieur prend le 3 septembre 1855 un arrêté par lequel il nomme quatre inspecteurs chargés « de surveiller la stricte exécution des conditions prescrites par les arrêtés d’autorisation et de proposer, s’il y a lieu, l’adoption de précautions nouvelles47 ». Parmi eux, Dieudonné Sauveur, alors membre de la commission d’enquête, est chargé à titre définitif de la surveillance des fabriques de produits chimiques et des usines à gaz (les trois autres inspecteurs se répartissant les autres types d’industrie).

  • 48 Comme l’indique son préambule : « attendu qu’il résulte de ce rapport [de la commission], d’une pa (...)
  • 49 Ibid., p. 48-57. Sur cette législation et son impact sur l’industrie chimique gantoise, lire Verbr (...)
  • 50 Arrêté ministériel du 27 mars 1857.
  • 51 Arrêté ministériel du 31 mars 1865 (Bulletin administratif du ministère de l’Intérieur, année 1865 (...)

21Si l’institution de cette inspection ne découle pas directement des travaux de la commission d’enquête (bien qu’elle soit confiée à l’un de ses membres), l’arrêté pris par le roi le 25 février 1856 en est par contre la conséquence directe48. Relativement bref, il laisse aux industriels de la chimie un délai de deux mois pour prendre « toutes les mesures propres à empêcher que l’exploitation de leurs usines ne puisse être nuisible à la salubrité publique ou intérieure, à la culture ou à l’intérêt général ». Il se veut strict, précisant que « l’efficacité des résultats sera constatée par des agents désignés à cet effet par le ministre de l’Intérieur49 ». Quant à la surveillance permanente par les agents des accises, elle est bien mise en place comme demandé par la commission50. Plus tard, en 1865, est créé un poste spécifique d’« Inspecteur des fabriques de produits chimiques » distinct de l’inspection centrale des établissements classés, lequel est attribué à Joseph Chandelon51, chimiste à l’université de Liège et ancien membre de la commission de 1855. En réalité, cela ne fait alors qu’entériner un état de fait : dès 1856, comme plusieurs anciens membres de la commission, Chandelon est très régulièrement sollicité par l’administration pour rendre un avis sur des demandes d’autorisation ou pour visiter certains établissements.

  • 52 AEN, AP, no 1729, Lettre du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 11 juillet 1856.
  • 53 Fabriques de produits chimiques, op. cit, partie 1, p. 77. Le débat sur l’intérêt des hautes chemi (...)
  • 54 AEN, AP, no 1729, Rapport de J.-B. Depaire au gouverneur, 3 juin 1857.
  • 55 AEN, AP, no 1729, Lettre du bourgmestre d’Auvelais au gouverneur, 9 août 1856, 15 novembre 1856, 1 (...)
  • 56 AEN, AP, no 1729, Rapport de J.-B. Depaire au gouverneur, 3 juin 1857.

22À Auvelais, l’obtention de résultats significatifs s’avère laborieuse. En juillet 1856, pressé par le gouverneur qui craint de nouvelles émeutes, Chandelon visite l’usine. Les nombreux manquements constatés l’incitent à prescrire, avec l’appui du ministre, trois dispositions qui figuraient déjà dans le rapport de la commission : remplacer les fours par de nouveaux modèles facilitant la condensation, y adjoindre des colonnes de condensation, cesser toute évacuation des vapeurs non condensées par la grande cheminée52. Cette dernière interdiction est justifiée par le constat, d’une part, qu’un tirage trop violent complique la condensation et incite les industriels à négliger cette opération et, d’autre part, qu’une grande cheminée ne fait qu’étendre les nuisances53. Il faudra près de deux ans pour que la triple modification atteigne, aux dires de l’administration, une certaine efficacité. Pendant ce laps de temps, les quatre fours à sulfate, faute de tirage, refoulent presque constamment des vapeurs d’acide chlorhydrique qui se diffusent dans l’atelier et s’échappent à l’extérieur par la toiture54. Alors que le préjudice encouru par les ouvriers de l’usine n’est que timidement dénoncé (par l’inspection), le bourgmestre d’Auvelais Joseph Dupont se fait le porte-parole des riverains – qu’il est d’ailleurs lui-même. Il dénonce à cinq reprises ce « nuage énorme » qui occulte parfois complètement la fabrique et se diffuse dans la vallée jusqu’à une distance de 400 mètres, provoquant des dégâts dans les jardins du centre du village, dans la Prairie-sous-l’Église et le long du chemin de fer55. La situation est telle qu’en juin 1857, Dupont demande aux autorités que les vapeurs acides puissent à nouveau s’échapper par la grande cheminée, celle-là même qui avait cristallisé les oppositions deux ans plus tôt. Il se justifie : « en raison de son élévation, elle lançait à une grande distance les vapeurs acides échappées à la condensation56 ». Puisque la nuisance ne peut être supprimée, on préfère l’éloigner.

  • 57 Par exemple, AEN, AP, no 1729, Lettre du ministre de l’Intérieur au gouverneur, 12 juillet 1856.
  • 58 Voir Massard-Guilbaud G., op. cit., p. 242.
  • 59 Voir par exemple AEN, AP, no 1729, Rapport du chef de division Stiernon, 16 juillet 1857.

23L’administration se montre pourtant assez intransigeante face à cet établissement qui tarde à appliquer l’arrêté royal du 25 février 1856. À trois reprises, le ministre de l’Intérieur ordonne l’extinction d’un ou plusieurs fours, avec menace d’y apposer des scellés si la mesure n’est pas appliquée dans les 48 heures. Le fait est systématiquement annoncé à la presse afin, dit le ministre, de « satisfaire l’opinion publique57 ». L’interdiction est maintenue tant que l’inspection ne constate pas une amélioration sensible de la condensation. Assurément, l’équilibre était difficile à atteindre entre une bonne condensation des gaz et un tirage suffisant pour éviter le refoulement. Les tâtonnements techniques pour rechercher cet optimum pouvaient rapidement engendrer d’immenses détériorations à l’extérieur, sans que cela résulte nécessairement d’une négligence58. Cela dit, il semble que le directeur de la fabrique Adolphe Wauthier se soit distingué aux yeux de l’administration par sa mauvaise volonté à mettre en œuvre les mesures qui lui étaient prescrites. À ce titre, il est régulièrement comparé aux directeurs des autres usines de la Basse-Sambre, plus prompts à obtempérer59.

  • 60 AEN, AP, no 1729, Rapport de J. Chandelon, 8 septembre 1858.
  • 61 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’inspecteur Sauveur, 8 décembre 1861.
  • 62 Voir par exemple AEN, AP, no 1729, Rapport du chef de service Destrée, 15 novembre 1862.

24À partir de 1858, le problème s’inverse. Les cas de refoulement se raréfient, le tirage semble s’améliorer, mais corollairement, l’efficacité de la condensation pose des problèmes. En septembre 1858, Chandelon constate que la plupart des fours à sulfate sont percés et que leurs gaz s’échappent directement par la grande cheminée60. En décembre 1861, Sauveur s’aperçoit qu’un des condenseurs des fours a été volontairement relié à la grande cheminée pour augmenter son tirage et, pire encore, que les trois chambres de plomb fonctionnent depuis plusieurs mois sans le moindre condenseur61. Par ailleurs, des cas de non-entretien ou d’arrêt temporaire des systèmes de condensation sont régulièrement signalés à l’administration provinciale par les agents des accises62. D’une installation dont le filtre est bouché à une installation qui rejette sans filtre, le problème se déplace, en contravention permanente.

  • 63 Voir par exemple AEN, AP, no 1729, Procès-verbal du conseil communal de Jemeppe, 11 juillet 1858 ; (...)
  • 64 Le recul du bois communal de Jemeppe est d’ailleurs visible sur les cartes successives du Dépôt de (...)
  • 65 AEN, AP, no 1729, Rapport de J. Chandelon, 8 septembre 1858.
  • 66 Voir infra.
  • 67 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’inspecteur Sauveur, 8 décembre 1861 ; Lettre du bourgmestre d’Auvel (...)

25Les plaintes se déplacent également. Elles proviennent alors essentiellement de l’administration communale de Jemeppe, qui déplore les détériorations immenses occasionnées à son bois situé sur le plateau surplombant la fabrique63, bois qu’elle est peu à peu obligée de défricher pour le convertir en terres arables64. Chandelon attribuera certains de ces dégâts directement aux rejets illicites opérés via la grande cheminée située à l’extrémité du plateau65. Selon le bourgmestre de Jemeppe, les nuisances ont même atteint les vergers du hameau de Grand Bois, à un kilomètre de la fabrique. Cette perte d’une ressource économique non négligeable incitera l’administration communale à intenter un procès en dommages et intérêts aux propriétaires de la fabrique66. Auvelais n’est cependant pas en reste : le bourgmestre Dupont signale, durant les belles saisons de 1861 à 1864, plusieurs dégradations dans la Prairie-sous-l’Église, sur des cultures voisines de la fabrique et, plus rarement, dans le centre du village67.

  • 68 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’inspecteur Chandelon, 10 décembre 1865.
  • 69 Mathis C.-F., In nature we trust. Les paysages anglais à l’ère industrielle, Paris, Presses univer (...)
  • 70 AEN, AP, no 1729, Lettre d’Adolphe Wauthier à l’inspecteur Chandelon, 21 février 1867.

26Un tournant s’opère en mars 1867. Alors que la fabrique compte six chambres de plomb et six fours à sulfate, un nouvel épisode de défaut de condensation conduit à la suspension par l’administration d’une partie de la production68. Dans la foulée, Joseph Chandelon convainc le directeur Wauthier de réaliser un voyage outre-Manche, afin d’y étudier les techniques de condensation les plus performantes. Chandelon le sait, l’Angleterre est alors à la pointe en la matière. Quatre ans plus tôt, le Parlement anglais a voté l’Alkali Works Regulation Act, loi novatrice qui, d’une part, limite les émissions d’acide chlorhydrique des fabriques de soude à 5 % du total produit et, d’autre part, prévoit la nomination d’un corps de cinq inspecteurs chargés de veiller à l’application de la mesure. Comme en Belgique, les moyens techniques sont laissés à la libre appréciation des industriels. Mais le choix de fixer un seuil quantitatif précis en remplacement des critères très vagues d’insalubrité ou de « nuisibilité » permet une surveillance plus rigoureuse et indique aux industriels un objectif clair. Les résultats obtenus à coups de négociations avec les patrons s’avèrent concluants dès les premières années, même si limités aux seules fabriques de soude69. Chandelon semble très stimulé par ce modèle anglais, citant régulièrement comme référence le chimiste Robert Angus Smith, chef des inspecteurs des fabriques de soude. Pour faciliter les recherches de Wauthier, il rédige deux lettres de recommandation, à l’attention d’Edward Frankland et de Frederick Crace Calvert, chimistes à la Royal Institution de Londres et de Manchester70.

  • 71 AEN, AP, no 1729, Lettre d’Adolphe Wauthier au gouverneur, 25 mars 1867.
  • 72 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’inspecteur Chandelon, 18 décembre 1868.
  • 73 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’inspecteur Chandelon, 5 septembre 1872.
  • 74 Ainsi les administrations communales d’Auvelais et Jemeppe font opposition lors de la construction (...)

27Après un séjour de dix jours, Wauthier revient avec un ambitieux projet de tours à condensation hautes de quinze mètres et munies à leur base d’un réservoir réfrigérant71. De sa propre initiative, il soumet les plans à Chandelon qui propose quelques améliorations. Cautionné par l’expertise la plus pointue, le dispositif est construit dans la foulée. Le pari semble gagnant. Dans un rapport élogieux dressé un an plus tard, Chandelon affirme que la condensation est devenue optimale à l’usine d’Auvelais, comparable aux niveaux atteints en Angleterre72. En septembre 1872, après avoir remarqué que la fabrique faisait fonctionner illégalement un septième four à sulfate, le même Chandelon relativise l’infraction en expliquant que le four est équipé d’un très bon condenseur « et que, partant, il ne saurait résulter aucun effet nuisible de cette augmentation de sulfate73 ». De mauvais élève, la fabrique s’est muée en usine exemplaire. Démarre alors une dynamique d’expansion de la fabrique qui, en quatre ans, construit quatre nouvelles chambres de plomb ainsi qu’une succursale de quatre chambres et quatre fours, à l’extrémité de la commune. Malgré la persistance de certaines oppositions74, la fabrique a atteint alors un niveau de nuisance jugé acceptable aux yeux de l’administration.

Indemnités et propriété foncière : les territoires acceptés

  • 75 Voir Fressoz J.-B., « Circonvenir les circumfusa. La chimie, l’hygiénisme et la libéralisation des (...)
  • 76 Notons toutefois qu’en Belgique des industriels ont parfois été condamnés au pénal pour non-respec (...)
  • 77 Cité dans AEN, AP, no 1729, Rapport de J.-B. Depaire au gouverneur, 3 juin 1857.
  • 78 Fabriques de produits chimiques, op. cit., annexes, page XXXIX.
  • 79 AEN, AP, no 1729, Procès-verbal du conseil communal d’Auvelais, 19 février 1858 ; Rapport du chef (...)
  • 80 AEN, AP, no 1729, Rapport du chef de division Stiernon, 22 juillet 1862.

28Depuis le décret de 1810 sur les établissements insalubres, incommodes et dangereux, restreindre l’étendue et le nombre des plaintes passe aussi et avant tout par un flux régulier d’indemnités financières allouées aux propriétaires voisins. Cette facette échappe complètement à l’administration. Elle est laissée à l’arbitrage des tribunaux civils, conformément à l’article 11 du décret75. Quoique plus strict sur le respect des conditions d’exploitation imposées aux industriels, l’arrêté royal du 12 novembre 1849 perpétue cet esprit dans son article 2276, tandis que les arrêtés d’autorisation rappellent systématiquement que « la présente autorisation ne préjudicie en rien au droit qu’ont les personnes intéressées d’intenter au permissionnaire ou à ses représentants une action en dommages et intérêts ». À Auvelais, les propriétaires de la fabrique entendent user de ce principe. Malgré les demandes répétées des riverains lésés, puis de l’administration communale de Jemeppe, visant à obtenir à l’amiable une compensation financière au préjudice subi, Levy et ses associés s’obstinent dans un refus catégorique : « Traduisez-nous devant les tribunaux, nous plaiderons77. » Excepté un cas de pollution ponctuelle qui conduit l’usine à dédommager trois voisins en 185478, aucune indemnité n’est versée et aucun jugement ne condamne la fabrique à de pareilles compensations jusqu’en 186179. Ce n’est pas le cas des autres fabriques chimiques de la Basse-Sambre où, explique un agent provincial en 1862, les indemnisations ont pu calmer la colère des voisins80. Pourquoi les Auvelaisiens lésés ne saisissent-ils pas les tribunaux pour forcer l’indemnisation ? Depaire, ancien membre de la commission, résume bien en 1857 un argument maintes fois répété par la suite :

  • 81 AEN, AP, no 1729, Rapport de J.-B. Depaire au gouverneur, 3 juin 1857.

« Les plaignants, peu fortunés en général, certains d’être ruinés par les frais de justice avant d’obtenir satisfaction d’une compagnie qui n’hésitera pas d’aller d’appel en appel, de cours en cours, renoncent à suivre la voie judiciaire. Il ne leur reste, dans cette extrémité, qu’à faire connaître leurs doléances à l’autorité supérieure, et ils usent largement de ce droit, qui est le seul que leur position pécuniaire leur permette d’employer81. »

  • 82 AEN, TN, no 115, Procès Jemeppe, Fabrique d’Auvelais. Jugement intermédiaire, 26 novembre 1860.
  • 83 AEN, TN, no 724, Procès Jemeppe - Fabrique d’Auvelais. Enquête, 26-27 janvier 1861.
  • 84 AEN, TN, no 724, Procès Jemeppe - Fabrique d’Auvelais. Contre-enquête, 23 février 1861.
  • 85 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’inspecteur Sauveur, 8 décembre 1861.
  • 86 AEN, TN, no 115, Procès Jemeppe - Fabrique d’Auvelais. Radiation, 6 août 1861 ; AEN, AP, no 1729, (...)

29Le rapport de force semble cependant évoluer à partir de 1861-1862. À la fin de l’année 1860, la commune de Jemeppe intente un procès contre la fabrique, dans l’espoir d’obtenir réparation aux dégradations causées au bois communal. Longue de deux ans, l’affaire est ponctuée de plusieurs rapports d’expertise visant à démêler les responsabilités : les vapeurs acides sont-elles bien la cause des dégradations des arbres ? Quelle est l’ampleur de ces dégâts ? Y a-t-il eu des manquements de la part de la direction ? Depuis quand l’usine suscite-t-elle des plaintes82 ? En novembre 1860, le tribunal ordonne la tenue d’une enquête dans laquelle sont entendus quinze riverains jemeppois ou auvelaisiens, cultivateurs pour l’essentiel, ainsi que trois fonctionnaires provinciaux et le garde forestier d’Auvelais. Leurs réponses aux douze questions posées par le juge abondent dans le sens d’une responsabilité de l’usine, en établissant notamment une concordance entre les débuts (illégaux) de la fabrique et les premiers arbres morts en lisière du bois83. La contre-enquête demandée par Jules Levy et ses associés vise à attribuer les dégradations à une prolifération de chenilles. Mais les onze témoins, pour l’essentiel des habitants du centre d’Auvelais, se limitent à attester une augmentation nette du nombre de chenilles sur les végétaux depuis plusieurs années, sans rien déclarer qui ne puisse réellement disculper la fabrique84. S’ensuivent plusieurs rapports d’experts qui établissent unanimement la responsabilité de la fabrique85. Le jugement n’a pourtant jamais lieu : le 6 août 1862, l’affaire est rayée du rôle du tribunal, les parties ayant abouti à un accord. Celui-ci prévoit une indemnisation en faveur de l’administration communale de Jemeppe pour le préjudice économique subi depuis 12 ans, ainsi qu’une somme fixe à verser chaque année tant que la nocivité de la fabrique pour le bois communal sera établie86.

  • 87 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’inspecteur Sauveur, 8 décembre 1861.
  • 88 Ibid.

30Le succès de cette première action judiciaire à l’encontre de l’usine, au cours de laquelle plusieurs cultivateurs lésés ont pu prendre la parole, semble avoir créé l’amorce d’une négociation sur des bases plus favorables aux propriétaires. Peu à peu, la fabrique d’Auvelais consent à indemniser des particuliers, ce qui incite d’autres riverains à réclamer à leur tour réparation87. Quatre cultivateurs non propriétaires obtiennent même en 1862 que la fabrique prenne à sa charge la location de leur terrain88. Mais ce mouvement met rapidement l’administration mal à l’aise et l’amène à repenser son rôle dans le traitement financier et judiciaire du conflit.

  • 89 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’inspecteur Sauveur, 8 décembre 1861.
  • 90 AEN, AP, no 1729, Lettre du ministre de l’Intérieur au gouverneur, 26 juin 1862.

31Dans le cadre de leur procès, en effet, les autorités communales de Jemeppe ont utilisé comme élément de preuve supplémentaire certains rapports d’inspection émanant de l’administration, allant jusqu’à solliciter des expertises auprès du gouverneur dans le but unique et explicite de servir leurs intérêts. En six années de surveillance rapprochée, l’administration a acquis, il est vrai, une connaissance pointue du dossier, si bien qu’elle connaît la réponse à la plupart des questions que se pose la justice sur les responsabilités de la fabrique d’Auvelais dans la dégradation des alentours. Mais cette expertise peut-elle être divulguée et utilisée à des fins autres ? « Je ne pense pas que les rapports que l’administration supérieure demande à ses fonctionnaires pour éclaircir ses décisions puissent être communiqués aux particuliers, ni même aux autorités communales pour la défense de leurs intérêts », estime Saveur89. Imitant la pratique, plusieurs cultivateurs s’adressent à l’administration provinciale ou centrale durant l’année 1862 pour faire expertiser les dégâts sur leurs cultures, en vue d’obtenir ensuite une indemnisation. Agacé, le ministre finira par trancher : « le gouvernement ne peut, chaque fois qu’une réclamation émane d’un particulier qui se prétend lésé dans ses intérêts pécuniaires par l’exploitation d’une usine autorisée, envoyer un fonctionnaire sur les lieux et y faire procéder à des expertises90 ». Aussi, il choisit de ne plus communiquer les rapports administratifs aux autorités de Jemeppe et d’Auvelais, et de rejeter toute demande d’expertise en vue d’un dédommagement.

  • 91 Balcers W. et Deligne C., op. cit., p. 235-236.
  • 92 Archives du cadastre de la province de Namur [désormais : ACPN], Matrices cadastrales et croquis d (...)

32Parallèlement à cette mise en place progressive de compensations financières, la direction de l’usine mène une politique de rachat à l’égard des terrains touchés par les nuisances. La pratique, déjà observée à la même époque dans les banlieues de grandes villes91, est particulièrement visible dans les archives cadastrales. Lors de la construction de la fabrique en 1850, la société propriétaire possède quatre parcelles qui lui confèrent l’espace nécessaire pour agencer ses ateliers, ses dépôts de matières premières et sa cheminée (voir carte 3). Jusqu’en 1865, ses possessions ne croissent que modérément, au gré des opportunités. Elle acquiert ainsi un ancien bras de la Sambre asséché et mis en vente par l’État, à l’ouest de la fabrique. Ces nouvelles surfaces accueilleront durant les années 1870 les extensions de l’usine, ainsi qu’un raccordement au chemin de fer voisin92.

Sources : croquis d’arpentage, commune d’Auvelais, section A, art. 1231, Archives cadastrales de la province de Namur. Fond : Carte topographique de la Belgique (P. Vandermaelen, 1846-1854).
Carte. 3. – Acquisitions foncières de la fabrique de produits chimiques d’Auvelais (1850-1870).

  • 93 Il est d’ailleurs absent de la carte au 1/20 000e de Philippe Vandermaelen, dont les relevés furen (...)
  • 94 ACPN, Matrices cadastrales, croquis d’arpentage et registre « 209 », Commune d’Auvelais, section A (...)

33La vague d’acquisitions menée entre 1867 et 1870 est d’une autre nature. En trois années, la Société rachète la quasi-totalité du hameau de Bossière, situé sur le flanc de la colline juste derrière la fabrique, soit un total de onze terrains et sept maisons. Le hameau s’était constitué à la fin des années 184093. Contrairement aux acquisitions précédentes, ces petites superficies au relief accidenté ne sont pas converties en terrains industriels. Elles restent, d’après la matrice cadastrale, des terres cultivables, au moins jusqu’à la fin du XIXe siècle. Quant aux maisons, elles sont démolies ou deviennent des bâtiments agricoles dans les années 1890. Il est probable qu’entretemps ces biens immobiliers aient été mis en location par la société : en tant que biens imposables, ils lui coûtaient de l’argent94.

  • 95 Quoique les catégories de l’époque en la matière soient parfois difficilement saisissables. On rel (...)
  • 96 ACPN, Matrice cadastrale, commune d’Auvelais, section A, art. 280, 765, 1503, 1570, 1601, 1695, 17 (...)
  • 97 IGN, cartothèque, Tamines XLVII-5 (1866).

34Qui sont ces propriétaires qui revendent leurs biens à l’usine ? Leur profil est relativement uniforme. Ils ne possèdent généralement rien de plus que leurs parcelles de Bossière. Dans le cas contraire, leur bien foncier ne totalise jamais plus de 50 ares. Ils habitent à Bossière et exercent des professions modestes95. Enfin, après la revente à l’usine, ils n’achètent pas de nouveau bien foncier dans la commune96. Bien que ces données cadastrales doivent être interprétées avec prudence, elles indiquent avec une certaine fiabilité, d’une part, que les terrains et les maisons qui font face à l’usine sont habités ou cultivés lors de leur rachat par des personnes au statut relativement modeste et, d’autre part, que ces personnes disparaissent de la commune en tant que propriétaires après la revente (moyennant des conditions qui nous sont inconnues). Coincées entre l’usine et sa grande cheminée, les propriétés de Bossière étaient parmi les plus exposées car elles cumulaient les rejets de la fabrique-même et ceux plus lourds qui tombaient directement à la verticale après leur évacuation par la grande cheminée. Le bosquet situé à leur arrière, visible sur les cartes de 1850, a d’ailleurs complètement disparu à la fin des années 186097. Pourtant, ces habitants particulièrement touchés par l’usine sont pratiquement absents du dossier de l’administration provinciale relatif à la fabrique d’Auvelais, ainsi que du procès entre la fabrique et l’administration communale de Jemeppe. Hormis le rapport dressé par De Crassier en 1854 faisant état de dégâts au pied de la cheminée, aucun document n’évoque leur sort et celui de leurs biens, qui fut directement déterminé par la présence de la fabrique.

  • 98 Des recherches dans les archives notariales et dans le fonds de l’Enregistrement de Namur (conserv (...)
  • 99 ACPN, Matrice cadastrale, commune d’Auvelais, section A, art. 184 et 185.

35Sont-ils pour autant des victimes silencieuses dépossédées par un système qui les a oubliées ? Il serait imprudent de l’affirmer, notamment parce qu’on ne connaît pas les conditions dans lesquelles les parcelles ont été rachetées par la société propriétaire de la fabrique98. Mais il est clair que l’administration n’a pas manifesté la volonté de préserver les parcelles de Bossière des nuisances, comme si elles étaient de facto condamnées par le voisinage de l’usine. À moins de 100 mètres des sources de vapeur acide, le hameau se situait sans doute dans le périmètre jugé acceptable et dans lequel la commission d’enquête, puis l’administration, ont voulu confiner les nuisances. Sous cet angle, le rachat par la fabrique n’est qu’une suite logique : dans les faits, son territoire s’était déjà étendu. Il est également clair que les propriétaires modestes de Bossière n’avaient pas la même capacité à se défendre que l’élite foncière de la commune, comme le soulignait Depaire. Les noms des plaignants relayés par le bourgmestre Dupont dans sa correspondance avec le gouverneur sont ceux de propriétaires terriens, dont on retrouve une partie parmi les membres du collège échevinal et du conseil communal. Il en va de même lors de l’enquête du procès du bois de Jemeppe. La famille Dupont elle-même possède près d’une centaine d’hectares de terres à la fin des années 186099. Face aux intérêts de propriétaires aux moyens d’action plus importants, implantés notamment dans la Prairie-sous-l’Église, face à l’inquiétude sanitaire suscitée par les vapeurs dans le centre du village, le sacrifice d’un hameau isolé et modeste a pu apparaître comme un moindre mal.

  • 100 Voir la contribution d’Arnaud Péters au présent ouvrage.
  • 101 Voir par exemple AEN, AP, no 1729, Procès-verbal du collège échevinal de Jemeppe, 22 septembre 187 (...)
  • 102 Voir la contribution d’Ariane Debourdeau et Christelle Gramaglia dans cet ouvrage.

36Pour quelles raisons la fabrique rachète-t-elle des terrains qui, somme toute, ne la gênent pas directement puisqu’ils ne suscitent ni plaintes administratives ni procès ? Outre d’éventuelles motivations étrangères à ces questions de nuisance, outre la volonté de se garantir malgré tout d’une contestation qui pourrait un jour émerger de ce hameau, l’acquisition de ces parcelles a pu contribuer pour l’usine à instaurer une paix plus durable avec l’ensemble du voisinage, proche ou éloigné. À Liège, la direction des usines à zinc Vieille-Montagne a compris l’intérêt d’une telle pratique100. Les dégradations les plus spectaculaires des vapeurs acides, même si elles ne provoquent pas de plaintes directes, alimentent un climat d’hostilité à l’égard de l’usine en envoyant le signal d’une industrie invasive qui déborde violemment de ses limites101. Dès lors, l’inclusion de ces zones les plus sinistrées dans ses possessions a pu constituer pour l’industriel une bonne opportunité de se placer dans une position plus conforme, plus acceptable, moins agressive. Il est plus tolérable, en effet, de ravager son propre terrain. Par ailleurs, ce rachat peut être l’occasion de faire disparaître certains stigmates du débordement, comme le fait la maison-mère de Vieille-Montagne en 1910, en s’empressant de faire raser les arbres morts qui enlaidissent les parcelles qu’elle vient d’acquérir à Viviez102. La démolition ou la reconversion des anciennes maisons de Bossière par la direction de la fabrique d’Auvelais s’inscrit peut-être dans ce type d’intention. Du côté de l’administration, l’absorption des parcelles les plus exposées semble désormais peser dans la balance. En 1870, l’extrait de plan cadastral qui accompagne une demande pour deux chambres de plomb supplémentaires est complété par un fonctionnaire qui prend soin de marquer d’une croix bleue tous les terrains appartenant à la fabrique.

Conclusion

  • 103 Parmentier I, op. cit, p. 172-176.
  • 104 Le Roux T., op. cit., p. 358-363.
  • 105 Daumalin X., op. cit., p. 272-273.

37En vingt ans, la fabrique de produits chimiques d’Auvelais chemine d’une situation initiale où sa pollution couvre un territoire indéfini, sans limite aucune, vers un stade où la nuisance est circonscrite et, surtout, normalisée. La confusion du début des années 1850 tient de l’incertitude et de la relative indifférence de l’administration quant à l’incidence réelle des rejets de l’usine. À ce moment le traitement n’est pas très différent de celui réservé vingt-cinq ans plus tôt à la fabrique de soude de Jumet, dans le bassin de Charleroi tout proche : soit on nie la nuisance, soit on assure son élimination prochaine par la technique103. La contestation de 1854-1856 contraint les autorités à admettre et à clarifier ce conflit territorial à risque. L’immense pollution dénoncée par Peeters et les contestataires rend, en effet, l’industrie chimique virtuellement intenable, car dévastatrice pour l’ensemble de l’agriculture. Première étape dans la délimitation d’un territoire de la pollution, le rapport de la commission d’enquête fournit à l’administration une base solide à son travail de régulation : on sait désormais que l’usine chimique d’Auvelais nuit ; on sait jusqu’où elle peut nuire ; on sait comment limiter ses rejets. En outre, l’arrêté du 25 février 1856 et la mise en place d’une inspection offrent un levier juridique et institutionnel permettant d’assurer la concrétisation de cette limitation. Experts et législateur ont donc renoncé à supprimer totalement la nuisance, comme on avait tenté de le faire à Paris dans les années 1820104. Ils n’ont pas non plus voulu valider officiellement un procédé de condensation, option qui avait contribué à calmer le flot des actions judiciaires dans la région marseillaise à la même époque105.

38Toutefois, malgré ses efforts, l’administration ne parvient pas à imposer à la fabrique d’Auvelais ses exigences de confinement partiel. Le déblocage viendra de deux éléments externes. Conformément à l’esprit du décret de 1810, la condensation ne s’améliore sensiblement que lorsque les propriétaires de l’usine, contraints après le procès du bois de Jemeppe à indemniser de plus en plus de riverains, consentent à investir dans un dispositif technique de pointe qui permette une condensation efficace des vapeurs acides. La multiplication des compensations financières rendait probablement l’opération rentable, voire vitale. En quelques mois se met alors en place ce que l’administration a tenté d’obtenir pendant dix ans. Par ailleurs, l’apport de l’expertise anglaise a dû jouer un rôle significatif dans ce revirement, en offrant une alternative sûre et éprouvée au rejet des vapeurs acides.

  • 106 Pour reprendre l’expression employée par la direction de l’usine Saint-Léonard à Liège (voir la co (...)

39Au même moment, les propriétaires de la fabrique commencent à racheter les parcelles de Bossière. En plus de diminuer la nuisance, ils se procurent un espace restreint qu’ils peuvent légitimement polluer. Quant aux nuisances qui outrepassent encore ces parcelles les plus proches, elles sont régularisées par la « servitude de fumée106 » que procure l’indemnisation. Ainsi, à la fin des années 1860, les nuisances de la fabrique d’Auvelais délimitent un territoire devenu acceptable pour l’administration et accepté par la plupart des riverains. On peut y distinguer deux niveaux : les propriétés de l’usine, territoire légitime ; les parcelles indemnisées, territoire négocié. Ces limites ont été modelées par les rapports de force locaux : le territoire légitime s’arrête là où on est en mesure de s’associer et de s’opposer significativement à l’usine, notamment en forçant l’indemnisation tout en restant propriétaire de son bien. La situation aurait sans doute été différente si Bossière avait été habité par l’élite foncière de la commune.

Anmerkungen

1 Homburg E., « Pollution and the dutch chemical industry. The turning point of the 1850’s », Homburg E., Travis A. et Schröter H. (dir.), The chemical industry in Europe. Industrial growth, pollution and professionalization, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, coll. « Chemists and chemistry », 1998, p. 177-178.

2 Voir Verbruggen C., De stank bederft onze eetwaren. De reacties op industriële milieuhinder in het 19de-eeuwse Gent, Gand, Academia Press, 2002, p. 119-133.

3 Le procédé dit Leblanc consiste à obtenir de la soude (carbonate de sodium) à partir de sel marin (chlorure de sodium) que l’on décompose avec de l’acide sulfurique (Daumas M. (dir.), Histoire générale des techniques, t. 3 : L’expansion du machinisme, Paris, PUF, 1968, p. 619 et 628-633).

4 Fabriques de produits chimiques. Rapport à M. le ministre de l’Intérieur par la commission d’enquête instituée par les arrêtés royaux des 30 août 1854, 25 mai et 6 septembre 1855, Bruxelles, 1856, partie 1, p. 1.

5 Elle comptait en effet six chimistes (Kickx, Chandelon, Depaire, Guillery, Gauthy et Davreux), un médecin (Sauveur), deux agronomes (Artoisenet et Everaerts) et un botaniste (Dugniolle).

6 L’Ami de l’Ordre, 26 août 1855 ; Archives de l’État à Namur [désormais : AEN], Administration provinciale [désormais : AP], no 1729, Lettre du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 11 juillet 1856.

7 Voir notamment Daumalin X., « Émergence, représentation, instrumentalisation et régulation du risque chimique en Provence au début du XIXe siècle », Lamard P. et Stoskopf N. (dir.), L’industrie chimique en question, Paris, Picard, 2010, p. 265-269 ; Le Roux T., Le laboratoire des pollutions industrielles : Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011, p. 358-363 ; Fressoz J.-B., L’apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, Paris, Seuil, 2012, p. 140-147 ; Parmentier I., Histoire de l’environnement en Pays de Charleroi (1730-1830). Pollution et nuisances dans un paysage en voie d’industrialisation, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2008, p. 172-176, 285 et 301-303.

8 Balcers W. et Deligne C., « Environmental protest against industrial waste in Belgium, 1850-1914 », Massard-Guilbaud G. et Rodger R. (dir.), Environment and social justice in the city: Historical Perspectives, Cambridge, The White Horse Press, 2011, p. 234. Sur l’industrie du zinc, voir la contribution d’Arnaud Péters au présent ouvrage. Voir aussi Verbruggen C., « Nineteenth century reactions to industrial pollution in Ghent, the Manchester of the continent. The case of the chemical industry », Bernhardt C. et Massard-Guilbaud G., Le démon moderne. La pollution dans les sociétés urbaines et industrielles d’Europe, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2002, p. 378-392.

9 Castonguay S., « Les territoires de la pollution. L’environnement comme catégorie de l’action publique au Québec », Massicote G. (dir.), Les sciences du territoire, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2008, p. 81.

10 Fabriques de produits chimiques, op. cit., partie 2, p. 3-5 et 60.

11 AEN, AP, no 1729-1732 (passim).

12 AEN, AP, no 1729, Lettre du conseil communal d’Auvelais au gouverneur, 28 avril 1854.

13 Fabriques de produits chimiques, op. cit., partie 2, p. 4.

14 Ibid., partie 2, p. 3.

15 Quant aux plaintes adressées au ministre de l’Intérieur par des habitants des localités limitrophes de Gembloux, elles épinglent également les dégâts aux pommes de terre, sans cependant lier explicitement les usines à la maladie des tubercules (Ibid., partie 2, p. 5).

16 Ibid., partie 2, p. 5-8.

17 Voir Servais P., « La crise des années 1845-1848 dans l’est de la Wallonie », Histoire et mesure, t. 16-1, 2011, p. 157-186.

18 Homburg E., op. cit., p. 176.

19 Peeters L., Les fabriques de produits chimiques et autres établissements insalubres, Bruxelles, 1856, p. 68.

20 Ibid., p. 66-98.

21 Homburg E., op. cit., p. 174-175.

22 Massard-Guilbaud G., Histoire de la pollution industrielle, France, 1789-1914, Paris, Éditions EHESS, 2010, p. 71-72.

23 Darmon P., L’homme et les microbes, XVIIe-XXe siècles, Paris, Fayard, 1999, p. 84-87.

24 Voir Thorsheim P., Inventing pollution. Coal, smoke, and culture in Britain since 1800, Athens (Ohio), Ohio University Press, 2006, p. 16.

25 Balcers W. et Deligne C., op. cit., p. 237.

26 Van den Broeck V., Quelques mots à propos des fabriques de produits chimiques et des accusations dont leurs travaux sont l’objet, Bruxelles, 1855, p. 7. Voir aussi Boens H., Étude hygiénique sur l’influence que les établissements industriels exercent sur les plantes et sur les animaux qui vivent dans leur voisinage, Charleroi, 1855. L’étude d’Henri Lambotte se veut quant à elle plus nuancée : Établissements de produits chimiques. Considérations sur les émanations qui s’en échappent, Bruxelles, 1855.

27 Bulletin de l’Académie royale de médecine de Belgique, t. 14, 1854-1855, séance du 29 septembre 1855, p. 512.

28 Voir infra.

29 AEN, AP, no 1729, Lettre du directeur des Verreries de Gosselies au gouverneur, 15 juillet 1856.

30 AEN, AP, no 1729, Lettre du ministre de l’Intérieur au gouverneur, 12 juillet 1856.

31 Il est d’ailleurs présent auprès des manifestants lors de l’émeute d’Auvelais et sera arrêté le lendemain par les forces de l’ordre (Peeters L., Les fabriques de produits chimiques, op. cit., p. 35-49).

32 Fabriques de produits chimiques, op. cit., passim.

33 Voir les recherches en cours d’Alexis Zimmer, ainsi que sa contribution au présent ouvrage.

34 AEN, AP, no 1729, Lettre du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 11 juillet 1856.

35 Hasquin H., Communes de Belgique : dictionnaire d’histoire et de géographie administrative, t. 1, Bruxelles, Renaissance du Livre, 1980, p. 93.

36 Parmentier I., op. cit., p. 50-52.

37 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’ingénieur des mines De Crassier, 16 août 1854.

38 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’ingénieur des mines De Crassier, 7 mai 1852.

39 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’ingénieur des mines De Crassier, 25 mai 1852.

40 AEN, AP, no 1729, Lettre du conseil communal d’Auvelais au Gouverneur, 28 avril 1852.

41 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’ingénieur des Mines De Crassier, 16 août 1854.

42 AEN, AP, no 1729, Lettre du conseil communal d’Auvelais au Gouverneur, 28 avril 1852.

43 AEN, AP, no 1729, Arrêté royal, 29 mars 1855.

44 AEN, AP, no 1729. Jean Baptiste Depaire, membre de la commission, tient ces propos dans un rapport du 3 juin 1857.

45 Leur mission était de s’assurer que le sel, pour lequel les industriels de la soude bénéficiaient d’une remise de droit, était bien dénaturé de façon à être impropre à la consommation et qu’aucune quantité n’était détournée (loi du 5 janvier 1844, art. 4, Pasinomie de Belgique (année 1844), p. 10 ; loi du 14 mars 1854, Ibid. (année 1854), p. 63). Pour la situation en France : Mioche P., « Solvay à Dombasle (1870-1914) », Lamard P. et Stoskopf N. (dir.), op. cit., p. 196.

46 Vilain J., Traité théorique et pratique de la police des établissements dangereux, insalubres ou incommodes, Bruxelles, 1857, p. 98-105.

47 Pasinomie de Belgique (année 1855), p. 249.

48 Comme l’indique son préambule : « attendu qu’il résulte de ce rapport [de la commission], d’une part, que les émanations des fabriques de produits chimiques peuvent nuire à certains végétaux, dans un rayon plus ou moins étendu ; d’autre part, que la science indique des moyens pratiques de prévenir cet inconvénient... » (Pasinomie de Belgique (année 1856), p. 48-49).

49 Ibid., p. 48-57. Sur cette législation et son impact sur l’industrie chimique gantoise, lire Verbruggen C., De stank bederft onze eetwaren. De reacties op industriële milieuhinder in het 19de-eeuwse Gent, Gand, Academia Press, 2002, p. 119-133. Seul règlement à imposer une mesure technique, l’arrêté ministériel du 14 mai 1856 interdit dans la vallée de la Sambre les fours à sulfate et à pyrite de l’ancien système (Pasinomie de Belgique (année 1856), p. 146).

50 Arrêté ministériel du 27 mars 1857.

51 Arrêté ministériel du 31 mars 1865 (Bulletin administratif du ministère de l’Intérieur, année 1865, p. 248-250).

52 AEN, AP, no 1729, Lettre du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 11 juillet 1856.

53 Fabriques de produits chimiques, op. cit, partie 1, p. 77. Le débat sur l’intérêt des hautes cheminées divise également les scientifiques français et Freycinet défendra la position inverse dans son Traité d’assainissement en 1870. Massard-Guilbaud G., op. cit., p. 231.

54 AEN, AP, no 1729, Rapport de J.-B. Depaire au gouverneur, 3 juin 1857.

55 AEN, AP, no 1729, Lettre du bourgmestre d’Auvelais au gouverneur, 9 août 1856, 15 novembre 1856, 16 novembre 1857 ; Rapport de J.-B. Depaire au gouverneur, 3 juin 1857 ; Extrait de procès-verbal du conseil communal d’Auvelais, 19 février 1858.

56 AEN, AP, no 1729, Rapport de J.-B. Depaire au gouverneur, 3 juin 1857.

57 Par exemple, AEN, AP, no 1729, Lettre du ministre de l’Intérieur au gouverneur, 12 juillet 1856.

58 Voir Massard-Guilbaud G., op. cit., p. 242.

59 Voir par exemple AEN, AP, no 1729, Rapport du chef de division Stiernon, 16 juillet 1857.

60 AEN, AP, no 1729, Rapport de J. Chandelon, 8 septembre 1858.

61 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’inspecteur Sauveur, 8 décembre 1861.

62 Voir par exemple AEN, AP, no 1729, Rapport du chef de service Destrée, 15 novembre 1862.

63 Voir par exemple AEN, AP, no 1729, Procès-verbal du conseil communal de Jemeppe, 11 juillet 1858 ; Lettre du conseil échevinal de Jemeppe, 23 octobre 1861 ; Rapport du chef de division Stiernon, 29 août 1864.

64 Le recul du bois communal de Jemeppe est d’ailleurs visible sur les cartes successives du Dépôt de la Guerre et de l’Institut cartographique militaire. Voir Institut Géographique National [désormais : IGN], cartothèque, Tamines XLVII-5 (1866) et Tamines XLVII-5 (r1885).

65 AEN, AP, no 1729, Rapport de J. Chandelon, 8 septembre 1858.

66 Voir infra.

67 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’inspecteur Sauveur, 8 décembre 1861 ; Lettre du bourgmestre d’Auvelais, 18 avril 1862, 26 mai 1863, 29 septembre 1864.

68 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’inspecteur Chandelon, 10 décembre 1865.

69 Mathis C.-F., In nature we trust. Les paysages anglais à l’ère industrielle, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2010, p. 254-259 ; Ashby E. et Anderson M., The politics of clean air, Oxford, Clarendon Press, 1981, p. 23.

70 AEN, AP, no 1729, Lettre d’Adolphe Wauthier à l’inspecteur Chandelon, 21 février 1867.

71 AEN, AP, no 1729, Lettre d’Adolphe Wauthier au gouverneur, 25 mars 1867.

72 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’inspecteur Chandelon, 18 décembre 1868.

73 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’inspecteur Chandelon, 5 septembre 1872.

74 Ainsi les administrations communales d’Auvelais et Jemeppe font opposition lors de la construction de la succursale de l’usine. AEN, AP, no 1729, Procès-verbal du collège échevinal de Jemeppe, 22 septembre 1872 ; Procès-verbal du collège échevinal d’Auvelais, 23 octobre 1872.

75 Voir Fressoz J.-B., « Circonvenir les circumfusa. La chimie, l’hygiénisme et la libéralisation des « choses environnantes » : France, 1750-1850 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 56-4, 2009, p. 39-76.

76 Notons toutefois qu’en Belgique des industriels ont parfois été condamnés au pénal pour non-respect des mesures imposées par l’administration. Balcers W. et Deligne C., op. cit., p. 235.

77 Cité dans AEN, AP, no 1729, Rapport de J.-B. Depaire au gouverneur, 3 juin 1857.

78 Fabriques de produits chimiques, op. cit., annexes, page XXXIX.

79 AEN, AP, no 1729, Procès-verbal du conseil communal d’Auvelais, 19 février 1858 ; Rapport du chef de division Stiernon, 22 juillet 1862. Voir aussi AEN, Tribunal de Namur [désormais : TN], Jugements civils, 1850-1860.

80 AEN, AP, no 1729, Rapport du chef de division Stiernon, 22 juillet 1862.

81 AEN, AP, no 1729, Rapport de J.-B. Depaire au gouverneur, 3 juin 1857.

82 AEN, TN, no 115, Procès Jemeppe, Fabrique d’Auvelais. Jugement intermédiaire, 26 novembre 1860.

83 AEN, TN, no 724, Procès Jemeppe - Fabrique d’Auvelais. Enquête, 26-27 janvier 1861.

84 AEN, TN, no 724, Procès Jemeppe - Fabrique d’Auvelais. Contre-enquête, 23 février 1861.

85 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’inspecteur Sauveur, 8 décembre 1861.

86 AEN, TN, no 115, Procès Jemeppe - Fabrique d’Auvelais. Radiation, 6 août 1861 ; AEN, AP, no 1729, Procès-verbal du collège échevinal, 22 septembre 1872.

87 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’inspecteur Sauveur, 8 décembre 1861.

88 Ibid.

89 AEN, AP, no 1729, Rapport de l’inspecteur Sauveur, 8 décembre 1861.

90 AEN, AP, no 1729, Lettre du ministre de l’Intérieur au gouverneur, 26 juin 1862.

91 Balcers W. et Deligne C., op. cit., p. 235-236.

92 Archives du cadastre de la province de Namur [désormais : ACPN], Matrices cadastrales et croquis d’arpentage, commune d’Auvelais, section A, art. 1231.

93 Il est d’ailleurs absent de la carte au 1/20 000e de Philippe Vandermaelen, dont les relevés furent réalisés durant les années 1840.

94 ACPN, Matrices cadastrales, croquis d’arpentage et registre « 209 », Commune d’Auvelais, section A, art. 1231.

95 Quoique les catégories de l’époque en la matière soient parfois difficilement saisissables. On relève ainsi des journaliers, des houilleurs, un cultivateur et un ajusteur-mécanicien. Un seul se déclare propriétaire.

96 ACPN, Matrice cadastrale, commune d’Auvelais, section A, art. 280, 765, 1503, 1570, 1601, 1695, 1719, 1720, 1761 et 1802. Ont également été consultées les matrices des villages limitrophes, afin de vérifier que les individus en question n’y possédaient pas des terrains.

97 IGN, cartothèque, Tamines XLVII-5 (1866).

98 Des recherches dans les archives notariales et dans le fonds de l’Enregistrement de Namur (conservé aux Archives de l’État à Mons) n’ont à ce jour pas permis de retrouver les actes relatifs à ces ventes.

99 ACPN, Matrice cadastrale, commune d’Auvelais, section A, art. 184 et 185.

100 Voir la contribution d’Arnaud Péters au présent ouvrage.

101 Voir par exemple AEN, AP, no 1729, Procès-verbal du collège échevinal de Jemeppe, 22 septembre 1872.

102 Voir la contribution d’Ariane Debourdeau et Christelle Gramaglia dans cet ouvrage.

103 Parmentier I, op. cit, p. 172-176.

104 Le Roux T., op. cit., p. 358-363.

105 Daumalin X., op. cit., p. 272-273.

106 Pour reprendre l’expression employée par la direction de l’usine Saint-Léonard à Liège (voir la contribution d’Arnaud Péters).

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Sources : Rapport commission d’enquête (1856) ; AEN, adm. prov., dossiers 1729-1732Carte 1. – Plaintes collectives contre les fabriques de produits chimiques de la province de Namur (avril-septembre 1854).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111305/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 223k
Bildunterschrift Sources : croquis d’arpentage, commune d’Auvelais, section A, art. 1231, Archives cadastrales de la province de Namur. Fond : Carte topographique de la Belgique (P. Vandermaelen, 1846-1854).Carte 2. – Le village et la fabrique de produits chimiques d’Auvelais, vers 1850.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111305/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 254k
Bildunterschrift Sources : croquis d’arpentage, commune d’Auvelais, section A, art. 1231, Archives cadastrales de la province de Namur. Fond : Carte topographique de la Belgique (P. Vandermaelen, 1846-1854).Carte. 3. – Acquisitions foncières de la fabrique de produits chimiques d’Auvelais (1850-1870).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111305/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 183k

Autor

Université de Namur, POLLEN.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540