Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Deuxième partie. Science, expertise, État

Quand les eaux de rouissage débordaient dans la cité. Essai sur le mode d’existence d’une nuisance en France (XVIIIe-XIXe siècle)

François Jarrige

Texte intégral

  • 1 Collins B. et Ollerenshaw P., « The European Linen Industry since the Middle Ages », Id. (éd.), Th (...)
  • 2 Par l’effet de la dégradation des tiges sous l’action enzymatique des microorganismes du sol comme (...)

1Au début de l’ère industrielle, les nuisances et pollutions provenaient souvent des matières organiques comme les peaux, les huiles ou les fibres textiles. Dans les premières nomenclatures issues du décret du 15 octobre 1810 sur les industries insalubres, à côté de la chimie minérale, nombre de débordements artisanaux et industriels relève d’abord des matières pourrissantes. Les chanvres et les lins mis chaque année à rouir dans les mares, les fosses et les cours d’eau constituaient un cas typique de ces nuisances qui façonnaient l’environnement quotidien des urbains et des ruraux. Omniprésentes dans les campagnes d’Europe, entre la Russie, l’Irlande, la France et l’Italie1, la transformation de ces plantes ne cesse de susciter des plaintes et des conflits. Avant de pouvoir être transformés en textiles, le lin et le chanvre devaient en effet être rouis, c’est-à-dire immergés dans l’eau – courante ou stagnante – pour décoller la fibre de l’aubier en dissolvant le ciment qui le lie au moyen d’une fermentation. Cette opération prenait différentes formes selon les territoires et les coutumes locales : on rouissait le plus souvent à l’eau (stagnante ou courante), parfois à la rosée ou à terre2. Chacune de ces pratiques produisait des nuisances et des conflits distincts, mettant aux prises divers acteurs : paysans, médecins, riverains, autorités locales.

2L’enjeu de ce texte sera de suivre les reconfigurations de la question du rouissage entre le XVIIIe siècle, époque où cette pratique s’étend, et la fin du XIXe siècle, qui voit à la fois son apogée et son effondrement rapide. Il s’agit d’explorer sur la longue durée le mode d’existence de cette nuisance, c’est-à-dire les conflits, les jeux d’acteur et les régulations qu’elle suscite. Durant deux siècles, le rouissage a fait l’objet de plaintes et de conflits récurrents. Il donnait lieu à trois types de débordements : spatial, avec l’obstruction des cours d’eau par les plantes, qui heurtait l’impératif de libre circulation promu par l’économie politique naissante ; atmosphérique, avec les miasmes et les gaz toxiques censés se dégager des zones de rouissage ; hydraulique enfin, puisque les eaux souillées par le dépôt des plantes se répandaient alentour aux dépens des autres usagers. Les conflits suscités par cette pratique, et les modalités de leur régulation, ont évolué parallèlement aux mutations juridiques, intellectuelles et économiques qui accompagnent l’émergence de la société industrielle. Alors qu’au XVIIIe siècle le rouissage tend à être étroitement régulé et encadré pour préserver la santé publique, à partir du début du XIXe siècle on assiste au contraire à une acceptation et une justification progressive de ce type de pollution : une libéralisation est à l’œuvre dans un contexte d’expansion de cette activité. C’est seulement à partir des années 1870, lorsque les plantes textiles cessent d’être perçues comme décisives pour le développement industriel du pays, que l’opération du rouissage peut progressivement être interdite.

Nuisibles et nécessaires : des débordements encadrés au XVIIIe siècle

  • 3 Quéré B., « Le lin et son industrie », Dhombres J. (dir.), La Bretagne des savants et des ingénieu (...)

3Au XVIIIe siècle, parallèlement à l’expansion de la culture des plantes textiles – stimulée notamment par le commerce international et la hausse de la demande pour les besoins de la marine – la pratique du rouissage s’étend et suscite un nombre croissant de plaintes. En dépit des fortes variations diachroniques et régionales, le XVIIIe siècle voit une expansion globale de la culture des plantes textiles en Europe. En France, elle est pratiquée partout en petite quantité et dans un cadre domestique. Dans quelques régions on assiste aussi à une spécialisation croissante et à une hausse de la culture pour les marchés d’exportation, notamment dans l’Ouest breton, dans l’Anjou et le Maine ; ou dans les Flandres où cette culture s’étend parallèlement à l’expansion des échanges hispano-américains qui ouvre de vastes débouchés3.

  • 4 Ramazzini B., Essai sur les maladies des artisans, Paris, Moutard, 1777, Chap. XXVI : « Des maladi (...)

4De nombreux acteurs interviennent dans l’opération du rouissage. Les cartes postales réalisées à la fin du XIXe siècle – alors que cette activité devenait résiduelle et s’apparentait de plus en plus à un folklore périmé – montrent les diverses étapes du travail : mise à l’eau, lestage, enlèvement. La période du rouissage variait selon les régions, mais elle s’étendait en général du printemps à l’automne, et surtout l’été, c’est-à-dire au moment des basses eaux saisonnières, ce qui accentuait encore les nuisances. Il fallait compter une dizaine de jours d’immersion, et pendant ce temps les plantes devaient régulièrement être retournées et bougées. La vie des rouisseurs se passait surtout dans l’eau : on entassait d’abord les plantes au bord de la rivière ou de la mare, on confectionnait ensuite des bottes régulières enserrées étroitement par des torons de paille. Le rouissage consistait alors à tremper les bottes dans la rivière ou dans des mares. La dangerosité de cette pratique et les nuisances qu’elle occasionne ne font alors aucun doute. Ramazzini, au début du XVIIIe siècle, dénonce l’horrible puanteur du rouissage du chanvre. À la fin du siècle encore, les médecins l’accusent d’être responsable des épidémies qui frappent la Bretagne4.

Fig. 1. – Scène de rouissage « traditionnel » dans la Sarthe (carte postale, vers 1900).

  • 5 Corbin A., Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social (XVIIIe-XIXe siècles), Paris (...)
  • 6 Boudriot P.-D., « Essai sur l’ordure en milieu urbain à l’époque pré-industrielle », Histoire, éco (...)
  • 7 Baudrillart J.-J., Traité général des eaux et forêts, chasses et pêches, Paris, Mme Huzard, 1821-1 (...)
  • 8 Reynard P.-C., « Public order and Privilege. Eighteenth-Century French Roots of Environmental Regu (...)

5Au XVIIIe siècle apparaît une intolérance grandissante envers les odeurs rapportées à des idées d’insalubrité et de contagion. L’odeur est pathogène et la puanteur des marais ou des rivières fait naître une grande anxiété5. Dans ce contexte, un strict encadrement de la pratique du rouissage est progressivement mis en place. À Paris, alors que les débats sur la dangerosité des résidus de nature végétale – comme les amidonniers – ne cessent de refaire surface, le rouissage cesse d’être pratiqué dans la ville6. Sous la Restauration, le grand spécialiste des Eaux et Forêts Jacques-Joseph Baudrillart (1774-1832) recense les règles applicables aux usages des cours d’eaux et détaille les décisions d’interdiction du rouissage tout en notant qu’il « y a peu de coutumes qui n’aient quelques dispositions [à ce] sujet7 ». On sait que les régulations de l’Ancien Régime contre les nuisances artisanales n’étaient pas de simples lettres mortes, les métiers touchant à l’animal et à ses sous-produits comme les activités qui rejetaient des produits végétaux en putréfaction – à l’image du rouissage – étaient éloignées des habitations8.

  • 9 Recueil des édits, déclarations, arrêts et ordonnances, pour l’année 1782, Montpellier, 1782.
  • 10 Thibault M., « La protection de la qualité de l’eau des rivières : l’exemple des fleuves côtiers b (...)
  • 11 Denisart J.-B., Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence actue (...)
  • 12 Ordonnance de l’intendant faisant défenses de faire tremper et croupir dans les eaux coulantes les (...)
  • 13 Raepsaet H., Recherches sur la législation relative au rouissage dans la Lys, Gand, Buchner frères (...)
  • 14 Cité par Dornic F., L’industrie textile dans le Maine et ses débouchés internationaux (1660-1815), (...)

6La grande ordonnance de 1669, qui place les rivières navigables dans le domaine royal aux dépens des droits seigneuriaux et coutumiers, interdit de mettre des végétaux à pourrir dans les cours d’eau. Les interprétations qui sont faites de ce texte au XVIIIe siècle fondent la réglementation du rouissage. De nombreuses autorités interviennent dans ce domaine. Tout d’abord, des arrêts du conseil du roi réitèrent l’interdiction du rouissage dans les eaux courantes (en 1702, 1719, 1725, 1732, 1756). Une décision du conseil d’État du roi du 17 juillet 1782, qui réglemente la navigation de la Garonne, affirme encore qu’il est défendu « à tous riverains et autres, de jeter dans le lit de la rivière ni sur les bords, aucun bois, graviers, pierres [et] d’y mettre rouir des chanvres9 ». Les Parlements prennent également des arrêts qui vont dans le même sens : celui de Bretagne en 1735 et 175710, ou celui de Rouen en 173511. Les mesures d’interdiction prises par les intendants se multiplient également. En 1724, celui d’Alsace prend une ordonnance « faisant défense de faire tremper et croupir dans les eaux coulantes les tiges de chanvre, pour leur donner la première préparation12 ». En 1718 et 1725, l’intendant de Flandre prohibe le rouissage dans la Lys13. Mais face à l’inapplication de ces décisions, une nouvelle ordonnance du 13 septembre 1766 réitère l’interdit en raison des « sinistres effets qui en peuvent résulter14 ».

  • 15 AD Sarthe, Série B : cours et juridiction, B. 74. (Registre).
  • 16 AD Côte d’Or, Arch. communales déposées de Moloy, régime des eaux, O 13/1. Rivières poissonneuses  (...)

7Diverses sentences des maîtrises des Eaux et Forêts – institution qui connaissait tous les contentieux civils et criminels relatifs aux Eaux et Forêts et jugeait les violations aux règlements sur la chasse et la pêche – complètent ce dispositif. Le grand maître des Eaux et Forêts de la généralité de Tours, par ordonnance du 23 octobre 1763, interdit ainsi de rouir les lins et les chanvres dans les eaux courantes. Cette décision suscite d’ailleurs les plaintes des producteurs de toile qui protestent à Paris auprès du bureau de l’agriculture. De même la Maîtrise des eaux et forêts des pays et comté du Maine prohibe le rouissage dans les eaux courantes15. Un « arrêt de la ci-devant table de marbre de Dijon du 18 mars 1777 fait défense à tous les habitants des villes, bourgs et villages du ressort de la chambre, de faire rouir les chanvres et lins dans les fleuves, rivières et étangs, à peine de confiscation et d’amende arbitraire16 ». En 1784, une nouvelle sentence à caractère réglementaire de la maîtrise des eaux de Paris repousse à son tour le rouissage. Il ne faut pas pour autant conclure trop vite que ces mesures visaient uniquement l’amélioration de la santé publique dans les espaces ruraux. Les objectifs étaient aussi économiques, il s’agissait de préserver la qualité et la quantité de poisson et d’éviter d’obstruer les cours d’eau navigables.

  • 17 Guillermin F., « Le procès des chanvres (1732-1733) », Bulletin Municipal de Varennes-le-Grand, no(...)

8La pratique du rouissage semble donc de plus en plus encadrée au XVIIIe siècle, alors même que la culture des plantes textiles tend à progresser. Cette tension est productrice de conflits et pousse les acteurs à faire évoluer les modes de rouissage. Les producteurs réagissent en effet de deux façons aux interdits : par la plainte et les négociations qui s’observent dans de nombreux cas de conflits locaux d’une part ; en modifiant leurs pratiques afin de limiter les nuisances de l’autre. Les conflits et condamnations s’accroissent au cours du XVIIIe siècle. Les affaires opposent le plus souvent les paysans habitués à rouir « de temps immémorial » aux seigneurs et agents de la maîtrise des Eaux et Forêts qui s’efforcent d’appliquer les réglementations au nom de la protection des ressources et de la fluidité des circulations. Les archives révèlent de nombreuses affaires. En 1733, la table de Marbre de Paris condamne un laboureur qui avait mis ses chanvres à macérer dans la rivière seigneuriale ; en 1746, celle de Dijon condamne un paysan à verser 20 livres de dommages et intérêts au seigneur. En 1732-1733, un important procès a lieu à Chalon (Saône-et-Loire) au terme duquel les habitants de la commune de Varennes sont condamnés « solidairement, en l’amende de 30 livres envers le Roi, et aux dépens, leur faisant défense de faire rouir leurs chanvres dans les rivières17 ». Cette affaire hors norme par son ampleur et sa durée a dû être suivie avec attention par les habitants des autres villages riverains de la Saône. Elle oppose durant de longs mois les paysans qui font rouir leurs chanvres dans la rivière aux pêcheurs, aux bateliers et aux gardes des Eaux et Forêts. Les paysans mobilisent de nombreux arguments pour défendre le rouissage : ils nient les dangers pour la santé, rappellent les usages immémoriaux, insistent sur les besoins de la marine, et soulignent enfin qu’il n’y a pas d’autres cours d’eau disponibles que la Saône. En réalité, il existait bien d’autres rivières dans la région, mais dans la Saône la pêche n’était pas libre puisqu’il s’agissait d’une rivière navigable soumise à l’autorité royale, dès lors autant y concentrer l’activité du rouissage. Deux logiques s’affrontent : les avantages économiques retirés de la culture du chanvre pour la fourniture de cordes et de toiles d’une part, les inconvénients de cette culture, perte du poisson et entrave à la liberté de la navigation, de l’autre.

  • 18 AD Côte d’Or, Archives communales de Gilly-lès-Cîteaux, E dépôt 305/26, Routoir, 1776-1777.
  • 19 AD Côte d’Or, E dépôt 305/237 Routoir, 1790-1806, Arrêté et lettres concernant un routoir, an XIII (...)

9Dans les villages liniers et chanvriers les conflits sont nombreux dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, et leurs enjeux parfois difficiles à démêler. Prenons l’exemple de la Côte-d’Or où la culture du chanvre était répandue. En 1776 éclate un différend entre l’abbé de Cîteaux et les habitants de Gilly-lès-Cîteaux : l’abbé impose la destruction des routoirs accusés de menacer l’élevage des poissons qui était l’une des ressources des moines. Les paysans font appel devant le Parlement mais perdent18. Dans cette communauté rurale, la lutte pour le droit de rouir sera longue : en 1777 la maîtrise des Eaux et Forêts interdit le rouissage dans les eaux courantes, en 1805 un nouvel arrêté du préfet rappelle les interdictions de rouissage dans les eaux courantes comme l’interdiction de rejeter les eaux des routoirs, des affiches sont apposées dans la ville. En 1806, un individu est condamné à l’amende de trois journées de travail car il a laissé couler l’eau de son routoir, sachant que le maire a fait afficher à trois reprises l’interdiction, et alors qu’« il est de notoriété publique que l’eau qui a servi à rouir le chanvre est très corrompue et par là est très nuisible au bétail qu’on conduit deux fois par jour à l’abreuvoir19 ».

10Face à ces condamnations et à la multiplication des interdits, les rouisseurs ont aussi tenté de s’adapter en modifiant leurs pratiques. Les situations sont très contrastées selon les régions et les ressources disponibles localement. Certains, dans le sud principalement, ont tenté de développer le rouissage au pré et à la rosée, mais cette technique pose de nombreux problèmes et produit des chanvres de médiocre qualité. Dans le bassin de la Lys, dans le Nord, l’interdiction de rouir dans la rivière pousse les rouisseurs à user de fossés captant les eaux de la rivière et séparés d’elle par une digue étanche. En Bretagne ou en Bourgogne, la multiplication des routoirs en pierre maçonné au XVIIIe est également liée aux interdictions : il s’agit d’éloigner les plantes des eaux et de protéger les petites rivières en construisant des lieux dédiés à cette activité, ce qui permettait en outre de récupérer les eaux sales comme engrais. Les exigences de confinement et de cantonnement des eaux polluées, voire ici leur disparition par leur changement de statut – les dangereuses eaux de rouissage devenant potentiellement des engrais bénéfiques – tendent à s’imposer.

Le risque nié dans la première moitié du XIXe siècle

  • 20 Bibliothèque de l’Académie de médecine, SRM 200 d3, rouissage du chanvre, 1788-1790.
  • 21 « Rapport sur le rouissage du 3 septembre 1788 », Œuvres de Lavoisier, Paris, Imprimerie Nationale (...)

11À la fin de l’Ancien Régime, les enjeux économiques et l’impératif de produire semblent progressivement prendre le pas sur les inquiétudes provoquées par le rouissage. Les expertises pour évaluer le degré d’insalubrité de cette pratique tendent d’ailleurs à se multiplier. En 1782, la société royale d’agriculture de Lyon lance ainsi un concours sur la « manière de prévenir l’odeur désagréable, et les effets nuisibles du rouissage dans l’eau ? » En 1787, c’est la Société royale de médecine qui pose une question sous forme de prix : « Le rouissage du chanvre a-t-il une influence nuisible à la santé des hommes qui habitent près des lieux où se fait cette opération ? » Elle reçoit vingt-et-un mémoires très détaillés20. En 1788, le chimiste Lavoisier, en réponse à « une sentence de la maîtrise des eaux et forêts de Paris », qui interdisait « de faire rouir des chanvres dans des mares qui communiquent par en haut et par en bas à la rivière », avait considéré de son côté qu’il était prématuré de juger les dangers du rouissage pour la santé21.

  • 22 Fournier P., « Les pollutions de l’eau : l’expertise du risque du XVIe au XIXe siècle », Ballut C. (...)

12Dans l’ensemble, les expertises minorant les risques du rouissage se multiplient à partir de la fin du XVIIIe siècle. Elles permettent au législateur, poussé par les intérêts économiques, de favoriser cette activité, même si les municipalités peuvent l’interdire « dans l’intérêt de la salubrité publique » selon les termes de la loi du 6 octobre 1791 sur la police rurale. Les décisions prises par les pouvoirs locaux de la fin du XVIIIe siècle suggèrent qu’ils sont beaucoup plus sensibles au coût des dépenses d’adduction et d’assainissement qu’aux dangers que peut représenter une eau malsaine, malgré la pression croissante des autorités et des populations urbaines22. Au début du XIXe siècle, les plantes textiles conservent une grande importance économique et stratégique ; dès lors les débordements semblent de plus en plus justifiés par les nécessités de l’expansion industrielle, du soutien à l’agriculture, du développement du pays et des colonies.

  • 23 Brouard E., « Essor et déclin de la culture du chanvre dans la Vallée de l’Authion (XVIIIe-début X (...)
  • 24 Folhen C., L’Industrie textile sous le Second Empire, Paris, Plon, 1956, p. 366-368.

13Sous la Révolution et l’Empire, le lin et le chanvre sont promus comme des ressources essentielles. Ces plantes s’insèrent alors dans une économie d’exportation tournée vers l’Atlantique : elles servent pour la production de toiles ou de cordes destinées à la Marine23. D’après Chaptal, sous l’Empire le chanvre était cultivé dans 57 départements. La superficie atteint 176 148, elle descend ensuite et se stabilise finalement autour de 100 000 hectares entre 1862 et 1876. Dans le même temps, la production se maintient, en raison d’une hausse des rendements due à une meilleure sélection de la semence, et à un usage mieux maîtrisé des engrais. L’évolution de la production linière est quant à elle assez heurtée : une croissance régulière aboutit à un premier apogée en 1840 avec 98 000 ha cultivés dans le pays, suivie d’une chute à 80 000 en 1852 et d’une stabilisation jusqu’en 1860. Après 1860, la « famine de coton » due à la guerre de Sécession et à la chute des importations américaines relance provisoirement la culture du lin24. La hausse des prix stimule la production, les années 1862-1863 – période la plus creuse des arrivages de coton – marquent un second maximum dans la production du lin avec 52 000 tonnes produites.

Années

Hectares ensemencés

Production de filasse (kg)

Valeur totale

Chanvre :

1810

176 148

67 507 676

86 287 341 Fr.

1832

123 257

64 173 200

49 654 983 Fr.

1862

100 114

57 433 900

55 861 863 Fr.

1871

96 395

49 007 400

49 558 057 Fr.

Lin :

1840

98 241

36 825 401

57 507 216 Fr.

1852

80 336

33 649 900

31 755 865 Fr.

1862

105 455

52 311 040

65 690 799 Fr.

1871

79 721

41 697 500

53 925 374 Fr.

  • 25 Dechambre A. (dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris, Masson, 1864-1889, (...)

Tableau 1. – Évolution de la production du chanvre et du lin en France25.

  • 26 Mâreau T., Rapport sur l’industrie linière, Paris, Imprimerie Impériale, 1859, vol. 2, planche XXV (...)
  • 27 Roucher C., « Du rouissage considéré du point de vue de l’hygiène publique et de son introduction (...)

14Ces évolutions s’accompagnent par ailleurs d’une certaine concentration et d’une redistribution spatiale de la culture et du travail de ces plantes. Avec respectivement 47 744 et 33 750 quintaux de chanvres produits au milieu du XIXe siècle, la Sarthe et le Maine-et-Loire demeurent les principaux départements producteurs de chanvre. La Loire-Atlantique, la Mayenne, la Vendée et les départements bretons se spécialisent davantage dans la production du lin26. Le Nord de son côté voit les surfaces cultivées en lin augmenter pour atteindre leur apogée dans les années 1860. Deux espaces se détachent donc pour l’ampleur de l’activité de rouissage : la vallée de la Loire et ses affluents dans l’ouest d’une part ; la vallée de la Lys entre la France et la Belgique de l’autre. C’est dans ces régions propices à l’activité du rouissage que se concentrent les conflits. À cette date, on tente également d’introduire les plantes textiles en Afrique du nord et la question du rouissage semble y susciter également de vifs débats27.

  • 28 Parent-Duchâtelet A.-J.-B., Le rouissage du chanvre considéré sous le rapport de l’hygiène publiqu (...)
  • 29 Voir par exemple le Rapport général sur les travaux du conseil de salubrité de Nantes, pendant l’a (...)

15À partir des années 1820, les hygiénistes et les chimistes élaborent des dispositifs de confinement des débordements, ils cherchent de plus en plus à contrôler par des savoirs constitués cette pratique rurale. À la suite de Lavoisier, de Chaptal et surtout de Parent-Duchâtelet, de plus en plus d’auteurs nient les risques du rouissage et tentent de prouver son innocuité au moyen de méthodes empiriques28. D’autres contestent leurs conclusions et continuent de mettre en garde contre les nuisances liées à cette pratique qui menacerait la santé publique et risquerait de véhiculer les épidémies. Les conseils d’hygiène et de salubrité se font d’ailleurs les relais de ces débats dans les départements producteurs29.

  • 30 Jarrige F., « La machine de Christian et les débats sur la suppression du rouissage au début de la (...)
  • 31 Rapport à M. le ministre de l’Agriculture et du Commerce sur le rouissage du lin, le drainage, la (...)

16Parallèlement, les innovations pour industrialiser le rouissage et supprimer son insalubrité se multiplient. Sous la Restauration, Christian, directeur du Conservatoire royal des arts et métiers, met au point une machine qui devait permettre de supprimer cette « opération la plus pénible et la plus dangereuse de l’industrie agricole », mais ce fut un échec30. À partir de 1825, la Société d’encouragement pour l’Industrie nationale lance un concours pour « prévenir, par des moyens faciles à la portée des cultivateurs, les effets dangereux du rouissage sur la santé des hommes et des animaux ». En 1850 le chimiste Payen rend compte de son voyage en Irlande où il a enquêté sur les nouvelles méthodes de rouissage inventées aux États-Unis et introduites à Belfast : on place les plantes dans de vastes cuves fermées contenant 750 kg de lin où l’on introduit de l’eau chauffée à 90° par la vapeur et on laisse les lins entre 60 et 90 heures. Par ce moyen « on pourra rendre la salubrité aux campagnes, sur lesquelles les exhalaisons du rouissage répandent chaque année, en certaines saisons, des maladies endémiques31 ». Les académies de médecine et les sociétés d’agriculture locales organisent elles aussi des concours pour supprimer la pratique traditionnelle.

  • 32 Deville C., « Du rouissage des plantes textiles considéré au triple point de vue de la pèche, de l (...)
  • 33 Coreil F. et Nicolas L., Les industries insalubres, établissements classés, Paris, Dunod et Pinat (...)
  • 34 AD Sarthe, 7 M 135 : Paris, le 4 mai 1860, le ministre du Commerce et des Travaux publics au préfe (...)

17L’évolution des réglementations semble entériner l’innocuité du rouissage. Dans la première moitié du XIXe siècle, la qualification des « infractions commises en matière de rouissage » fait l’objet de débats récurrents et d’avis parfois contradictoires32. Les réglementations préfectorales et municipales subsistent, mais une nouvelle tolérance semble apparaître. Sous l’Empire, le rouissage est inséré dans la réglementation sur les établissements insalubres mis en place par le décret du 15 octobre 1810. Ce texte prévoyait que toutes les manufactures devraient se munir d’une permission de l’administration avant ouverture. Le texte n’était pas explicite concernant les établissements agricoles, mais ces derniers étaient en général inclus dans le périmètre de la loi. Seuls les « rouissages en grand » sont classés dans les établissements de 1re catégorie qui devaient être éloignés des habitations33. Tout dépend donc de l’interprétation que l’on fait de l’expression « rouissage en grand ». Par opposition au rouissage en petit qui désigne la transformation de sa seule récolte par le paysan, le rouissage en grand désigne les installations chargées d’accueillir les récoltes de plusieurs producteurs34.

  • 35 Voir notamment : Serrigny D., Traité de l’organisation, de la compétence et de la procédure en mat (...)
  • 36 Bulletin administratif et judiciaire des Annales Forestières, t. 8, 1859-1861, art. 1545, p. 69-70

18La loi du 15 avril 1829 sur la pêche fluviale est le second moment clé. À la suite de très vifs débats, l’article 83 abroge en effet les règlements antérieurs sur cette question. Désormais, le rouissage cesse d’être un délit de pêche et l’administration des Eaux et Forêts ne peut plus poursuivre devant les tribunaux correctionnels. En revanche, le rouissage dans les cours d’eau demeure toujours une contravention de grande voirie de la compétence du conseil de préfecture, et les préfets et les maires peuvent toujours prendre des arrêtés l’interdisant au nom de la « défense de la salubrité publique35 ». Tout au long du XIXe siècle, le statut juridique du rouissage demeure en réalité incertain et fait l’objet de multiples débats entre juristes : qui est compétent en matière de police du rouissage ? Comment qualifier juridiquement ce type de pollution ? Un arrêt de la cour de cassation du 5 février 1847 entérine la déréglementation en affirmant que « l’autorité administrative est sans pouvoir pour faire revivre les anciennes défenses relatives au rouissage et que, dès lors, le règlement pris par un préfet pour interdire dans l’intérêt de la conservation du poisson le rouissage du chanvre et du lin dans les rivières navigables et flottables, ainsi que dans les ruisseaux et qui y affluent, ne peut pas même avoir pour sanction l’article 471, no 15 du code pénal ». Ce flou juridique qui entoure la police du rouissage favorise des interprétations contradictoires et les incessants conflits entre juridictions. En 1858 par exemple, deux cultivateur qui faisaient rouir leurs chanvres dans un affluent du Doubs, significativement appelé « rivière des Chanvres », sont poursuivis par l’administration des forêts devant le tribunal correctionnel de Dôle, mais ils sont relaxés car, affirme le tribunal, « les poursuites en répression de cette contravention n’appartient pas à l’administration forestière36 ».

  • 37 Jarrige F., « De strijd tegen het vlasroten : steden, conflicten en territoria in het stroombekken (...)

19Les situations demeurent par ailleurs très contrastées selon les territoires. Si la législation nationale semble décider à tolérer le rouissage, conformément aux théories promues par Parent-Duchâtelet et d’autres hygiénistes, il n’en va pas de même dans les régions productrices où les riverains et les autorités locales luttent pour sa réglementation. Tout au long du XIXe siècle, des plaintes innombrables sont traitées dans chaque département par le préfet, par la justice de paix, ou par les maires. Elles emplissent les cartons des archives mais seul un petit nombre a fait l’objet d’une publicité dans l’espace public. Dans chaque territoire les formes du conflit varient selon les rapports sociaux locaux, les types de pratiques et les capacités de négociation plus ou moins grandes de chaque acteur. Dans la vallée de la Lys, par exemple, entre la France et la Belgique, les rouisseurs traitent de grande quantité de plantes importées et l’importance de cette activité pour les paysans justifie qu’elle soit longtemps tolérée, même si les riverains et les autres utilisateurs des eaux fluviales ne cessent de se plaindre des odeurs nauséabondes qui se dégagent des aires de rouissage durant l’été et l’automne37.

  • 38 AN, F7 6784 : Melle le 4 août 1836, rapport du lieutenant de gendarmerie des Deux-Sèvres au minist (...)

20Dans les départements plus ruraux, où le rouissage était pratiqué de façon dispersée par les paysans, les tentatives de réglementation de cette pratique dégénèrent parfois en soulèvement violent. En août 1835, le préfet des Deux-Sèvres adresse ainsi aux maires de son département un arrêté prévoyant que « le chanvre ne pouvait être déposé dans les eaux courantes que dépouillé de ses feuilles38 ». Cette mesure se répand au cours de la période afin de limiter les pollutions de l’eau, mais elle implique un surplus de travail pour les paysans à une époque où les bras manquaient. Pendant l’été 1836, les paysans rouisseurs de Chef-Boutonne et des villages environnants refusent donc d’appliquer la mesure et portent leur récolte, comme à l’accoutumée, dans le routoir situé près d’un moulin. L’affrontement avec les autorités locales, d’abord décidées à faire appliquer la mesure, dégénère : les troupes de lignes doivent être requises lorsque 300 à 400 hommes, armés de fusils de chasse, de fourches, de faux, de piques et de bâtons parcourent la ville pour protester contre la mesure. Finalement, les prévenus seront acquittés par le jury et il ne semble pas que la décision du préfet ait été appliquée par la suite. Cette affaire, trop rapidement présentée ici, montre en tout cas la complexité des négociations autour du rouissage dont la réglementation participe d’une intrusion croissante de l’État parfois rejeté avec force par les communautés rurales.

  • 39 AD Maine-et-Loire, 121 S 14 : Angers, le 30 juin 1808, le conservateur des Eaux et Forêts à Monsie (...)
  • 40 AD Maine-et-Loire, 121 S 15 : Rapport des ingénieurs ordinaires et extraordinaires sur une pétitio (...)

21Plus au nord, dans le département du Maine-et-Loire, les conflits sont également nombreux. La production de chanvre s’accroît au XIXe siècle : il couvrait 6 851 hectares en 1837, 7 710 en 1852, 9 590 en 1862, soit, à cette date, 9,6 % de la superficie cultivée en chanvre. La basse vallée de l’Authion reste le cœur de cette culture chanvrière en Anjou. En 1807, un arrêté préfectoral fixe les lieux du rouissage, autorisé dans la Loire mais l’interdit dans les cours d’eau secondaires. Là encore, de nombreuses infractions apparaissent car les paysans refusent le surplus de travail qu’implique l’éloignement des aires de rouissage39. Les représentants des Eaux et Forêts ne cessent de déplorer ces infractions qui seraient responsables de la perte « d’une quantité prodigieuse de poissons, par suite de l’infection ». En 1832, alors que l’épidémie de choléra inquiète les autorités locales, le préfet interdit le rouissage dans le département, ce qui provoque une nouvelle levée de bouclier et la mesure ne semble pas appliquée. Au milieu du XIXe siècle, les demandes d’autorisation ou d’extension des routoirs ne cessent d’affluer parallèlement à l’expansion de cette activité, contraignant à des négociations incessantes entre éleveurs, paysans, riverains. En 1865, le juge de paix des Ponts-de-Cé envoie une pétition dénonçant les pollutions du rouissage, accusées de provoquer des épidémies de fièvre et de faire mourir le poisson, mais l’ingénieur des Eaux et Forêts repousse cette demande au nom de la prospérité du département40.

22Contrairement au XVIIIe siècle où les infractions donnaient lieu à des condamnations fréquentes, c’est l’impunité qui semble s’imposer dans la première moitié du XIXe siècle. Alors que l’industrialisme triomphe et que les lins et les chanvres demeurent un indice de prospérité, les nuisances semblent de plus en plus acceptées comme des effets pervers regrettables, mais aussi nécessaires, du progrès. Mais la situation change peu à peu à la fin du siècle, les nuisances dues au rouissage redeviennent un fléau largement dénoncé.

La disparition d’une nuisance archaïque (1870-1914)

23À partir du dernier tiers du XIXe siècle, les débordements liés au rouissage des plantes sont peu à peu contenus, non pas pour protéger l’environnement ou la santé publique, ni même pour répondre aux plaintes, mais parce que la pratique traditionnelle du rouissage apparaît en elle-même de moins en moins comme un signe de progrès et de croissance et de plus en plus comme un archaïsme et un frein à la modernité. La conception industrialiste qui tendait auparavant à légitimer cette activité et ses pollutions devient désormais un argument en faveur de sa suppression.

  • 41 Kaanen-Vandenbulcke I., Boulevard des Belges, ou, De la Flandre à la Normandie, Lannoo Uitgeverij, (...)

24Selon des rythmes variables, les surfaces cultivées déclinent partout à la fin du siècle. Sous l’effet conjugué des transformations économiques et de l’amélioration des transports, les lins et les chanvres deviennent résiduels à la veille de la Première Guerre mondiale. Dès 1901, la culture du lin a complètement disparu dans la moitié des départements français (en un demi-siècle on est passé de 100 000 ha cultivés à 30 000)41. Elle reste présente dans trois régions seulement : nord du Pas-de-Calais à la Somme (8 329 ha) ; Bretagne et Vendée (8 030 ha) ; départements haut-normands (Seine-inférieure et Eure) (3 522 ha). Plusieurs facteurs expliquent cette crise : la concurrence du coton produit à meilleur marché grâce au machinisme ; l’invasion des lins russes sur le marché français ; l’absence de protection douanière. Par ailleurs la culture des plantes textiles apparaît comme trop exigeante et aléatoire, tributaire du climat, de la verse, des insectes ; les industriels préfèrent de plus en plus s’en remettre aux importations.

  • 42 Bouloc P. (dir.), Le chanvre industriel. Production et utilisations, Paris, France agricole, 2006.

Fig. 2. – La chute des surfaces cultivées en Chanvre en Europe (1850-2000)42.

  • 43 Alcan M., « Les arts textiles », Revue contemporaine, t. 57, 1867, p. 325.
  • 44 Kapp Ed. et Schaefer R., « La culture du chanvre dans la plaine rhénane : importance économique et (...)
  • 45 Dorizon R.-F., Quelques considérations sur l’hygiène de l’industrie du chanvre et notamment les in (...)

25À la différence des pollutions industrielles, identifiées à la modernité et justifiées par elle, le rouissage apparaît progressivement comme un débordement « routinier » et « archaïque ». Sa suppression devient dès lors possible et légitime. Il faut faire intervenir plusieurs éléments pour expliquer ce changement de regard à la fin du XIXe siècle. Des auteurs s’élèvent de plus en plus contre le rouissage traditionnel, à l’image du grand ingénieur spécialiste de l’industrie textile Michel Alcan. Dans son rapport sur les industries textiles à l’exposition de 1867, il dénonce « le rouissage campagnard », qualifié « de séduisant par sa simplicité et son économie apparente », mais qui comporte en réalité de nombreux inconvénients, notamment « l’insalubrité résultant des émanations putrides des routoirs ». Pour Alcan, le rouissage est une méthode grossière qui repose sur le hasard et témoigne de l’ignorance des ruraux, « rien en effet ne peut être dosé ni mesuré : les opérateurs habituels ne songent même pas aux avantages que pourrait présenter l’emploi de moyens de précision substitués à l’œil et au toucher. Le hasard joue par conséquent un rôle considérable [...] De là encore ces mystères et ces recettes plus ou moins rationnels qui, dans les pays liniers, se transmettent discrètement dans les familles, et qui souvent ne sont pas plus efficaces que certains talismans remis aux conscrits de la campagne pour leur assurer un bon numéro au tirage de la conscription43 ». Certains médecins relativisent par ailleurs les discours rassurants tenus dans la première moitié du siècle, et redécouvrent la dangerosité du rouissage, à l’image du docteur Dorizon qui en fait « un reste de routine. Si les émanations sont moins nuisibles qu’on ne l’avait supposé, elles n’en restent pas moins extrêmement répugnantes [...] les gens des bords de l’Huisne, les femmes principalement, m’ont déclaré “avoir la tête lourde” pendant toute cette époque44 ». Enfin, l’intérêt croissant pour la pêche et la défense du poisson qui se fait jour à la fin du XIXe siècle milite également contre les pollutions dues au rouissage. À partir du Second Empire, les rivières deviennent des espaces récréatifs qu’il faut impérativement protéger : cette nouvelle sensibilité, qui accompagne la démocratisation de la pêche de loisir, comme le dynamisme des sociétés savantes, telle la société impériale d’acclimatation, amènent à rejeter le rouissage comme une pratique insalubre intolérable45.

  • 46 Frioux S. et Malange J.-F., « L’eau pure pour tous ! Mobilisations sociales contre la pollution de (...)

Fig. 3. – L’effondrement des surfaces cultivées en chanvre : l’exemple du Bas-Rhin (1776-1930)46.

26Dans ce contexte, on assiste à la montée des conflits et des plaintes alors que la pratique du rouissage entre de plus en plus en concurrence avec l’expansion urbaine et l’industrialisation. Dans la Sarthe, les conflits prennent de l’ampleur au fur et à mesure de l’urbanisation de la ville du Mans qui cherche à contrôler ses eaux pour les usages domestiques, et de l’émergence des pêcheurs comme groupe de pression influent. Dans le Nord, les conflits entre industriels du coton et rouisseurs de lin pour l’accès aux ressources en eau de la Lys se durcissent. En Bretagne, les villes qui ne possédaient pas encore de service d’adduction d’eau cherchent à faire interdire le rouissage pour protéger l’alimentation des populations.

27Dans ce contexte de condamnation croissante, la législation se durcit et les préfets voient leur capacité d’intervention se renforcer. Le décret impérial du 25 janvier 1868 portant règlement sur la pêche fluviale leur permet désormais d’interdire le rouissage :

  • 47 Deville C., Recueil périodique et critique des lois, décrets, règlements généraux, avis des décisi (...)

« Des arrêtés préfectoraux rendus sur les avis des ingénieurs et des conseils de salubrité détermineront : 1) la durée du rouissage du lin et du chanvre dans les cours d’eau et les emplacements où cette opération pourra être pratiquée avec le moins d’inconvénients pour le poisson47. »

  • 48 Commission d’enquête parlementaire sur le régime économique – Industries du lin, du chanvre et du (...)
  • 49 Le titre 1, livre 3 du code rural contient dans la 1re section (police sanitaire) au chapitre II ( (...)

28Ce décret suscite de nombreuses plaintes. Les industriels du secteur linier dénoncent cette décision : Saint Léger, filateur dans le Nord critique ainsi « l’administration [qui a] donné aux préfets ce que le législateur avait refusé de leur donner, le droit d’interdire le rouissage sans l’avis des chambres de commerce, des comices agricoles ». Cosserat, filateur à Amiens, craint que « le rouissage se trouve complètement interdit dans notre pays, puisqu’on ne peut même pas faire écouler l’eau du rouissage dans la rivière48 ». La loi du 21 juin 1898 sur la police rurale vient confirmer cette évolution en interdisant tout rouissage dans les abreuvoirs et lavoirs publics et en permettant au préfet de réglementer ou même d’interdire le rouissage dans les eaux courantes et dans les étangs, après avis du conseil d’hygiène et de salubrité49.

  • 50 AD Côtes d’Armor, 9 M 14 : rouissage et teillage du lin et du chanvre (an XII-1909) ; Hamon T., «  (...)

29Dans ce contexte, les mesures locales d’interdiction du rouissage à l’eau se multiplient. En Bretagne, par exemple, l’hostilité au rouissage s’accroît nettement : dans les Côtes-du-Nord (Côtes d’Armor depuis 1990), le conseil général et les conseils municipaux émettent des vœux pour que le rouissage soit définitivement interdit dans l’eau. Un consensus tend à se construire autour de cette question et finalement un premier arrêté du préfet interdit en 1896 le rouissage dans les rivières et les ruisseaux, précisant que « les sommités médicales qui s’occupent d’hygiène sont unanimes à reconnaître que l’usage des eaux dans lesquelles on a fait rouir du lin ou du chanvre entraîne des maladies souvent mortelles50 ». Le rouissage dans les cours d’eau disparaît progressivement. Les plantes seront rouies au champ ou au pré, en dépit des risques pour la qualité des produits associés à cette pratique, ou dans de grands bassins concentrés selon des méthodes industrielles. Il y a certes des protestations des milieux agricoles, mais elles ne sont plus entendues, le rapport de force s’est renversé et les débordements agricoles sont de moins en moins tolérés alors même que d’autres impacts industriels, autrement plus dangereux, sont acceptés et légitimés.

  • 51 De nouvelles recherches sur la culture de ces plantes et leurs effets environnementaux se développ (...)

30Durant deux siècles, les pollutions liées au rouissage des plantes textiles ont façonné les relations sociales au sein de nombreuses communautés villageoises. Elles n’ont cessé de susciter des controverses et des conflits en mettant aux prises de multiples acteurs. Ni l’innovation technique, ni l’évolution des réglementations ne sont venues à bout de ces pollutions disséminées dans les campagnes. Mais le mode d’existence de ce débordement a évolué au cours de la période : d’abord considérée comme une activité nuisible mais incontournable sous l’Ancien Régime, la dangerosité du rouissage a peu à peu été contestée pour permettre le développement industriel du pays. C’est seulement à la fin du XIXe siècle, lorsque l’importance économique de cette activité a cessé d’être évidente, que son interdiction et sa disparition sont devenues envisageables. Ce cas révèle l’un des aspects majeurs du fonctionnement des régulations environnementales à l’ère industrielle : les nuisances et autres débordements sont insérés dans un complexe réseau de contraintes et d’intérêts. Les dynamiques qui permettent de faire advenir ou de rendre invisibles les débordements sont complexes et relèvent d’un écheveau de facteurs. Mais c’est seulement lorsque la rentabilité économique de l’activité diminue, que sa disparition, exigée durant deux siècles par de nombreux acteurs, peut devenir effective. Depuis les années 1990, un nouvel intérêt s’est développé pour la culture industrielle des plantes textiles et les surfaces cultivées ne cessent d’augmenter. Elles apparaissent désormais comme des produits écologiques, des alternatives à certaines industries polluantes et à la dépendance à l’égard du pétrole. Ces plantes qui symbolisaient les nuisances rurales et les pollutions des campagnes au XIXe siècle sont désormais réinvesties d’un puissant imaginaire écologique51.

Notes

1 Collins B. et Ollerenshaw P., « The European Linen Industry since the Middle Ages », Id. (éd.), The European Linen Industry in Historical Perspective, Oxford, Oxford University Press, 2003, p. 1-42.

2 Par l’effet de la dégradation des tiges sous l’action enzymatique des microorganismes du sol comme les champignons et bactéries.

3 Quéré B., « Le lin et son industrie », Dhombres J. (dir.), La Bretagne des savants et des ingénieurs (1750-1825), Rennes, Éditions Ouest-France, 1991, p. 158-171 ; Tanguy J., Quand la toile va. L’industrie toilière bretonne du XVIe au XVIIIe siècle, Rennes, Éd. Apogée, 1994.

4 Ramazzini B., Essai sur les maladies des artisans, Paris, Moutard, 1777, Chap. XXVI : « Des maladies qui attaquent les liniers, les chanvriers » ; Goubert J.-P., « Le phénomène épidémique en Bretagne à la fin du XVIIIe siècle (1770-1787) », Annales. Économie, société, civilisation, no 24, 1969, p. 1562-1588.

5 Corbin A., Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, Aubier, 1982.

6 Boudriot P.-D., « Essai sur l’ordure en milieu urbain à l’époque pré-industrielle », Histoire, économie et société. 1988, 7e année, no 2. p. 271.

7 Baudrillart J.-J., Traité général des eaux et forêts, chasses et pêches, Paris, Mme Huzard, 1821-1834, 10 vol., 4e partie : Dictionnaire des pêches, p. 479.

8 Reynard P.-C., « Public order and Privilege. Eighteenth-Century French Roots of Environmental Regulation », Technology and Culture, no 1, vol. 43, 2002, p. 1-28; Le Roux T., Le laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011.

9 Recueil des édits, déclarations, arrêts et ordonnances, pour l’année 1782, Montpellier, 1782.

10 Thibault M., « La protection de la qualité de l’eau des rivières : l’exemple des fleuves côtiers bretons à Saumon atlantique depuis l’Ancien Régime », Genèse du droit de l’environnement, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 185.

11 Denisart J.-B., Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence actuelle, Paris, vol. 4, 9e édition, 1777, p. 298.

12 Ordonnance de l’intendant faisant défenses de faire tremper et croupir dans les eaux coulantes les tiges de chanvre, pour leur donner la première préparation. (S. l. n. d.) [1724].

13 Raepsaet H., Recherches sur la législation relative au rouissage dans la Lys, Gand, Buchner frères, 1858.

14 Cité par Dornic F., L’industrie textile dans le Maine et ses débouchés internationaux (1660-1815), Le Mans, Éditions Pierre-Belon, 1955, p. 94. Une sentence des officiers de police de Beaufort interdit de même, pour cause de salubrité, le rouissage du chanvre dans les « douets » des terres appelées les Marais, depuis la chaussée jusqu’aux grands moulins de la ville (1775), Archives départementales (désormais AD) Loire-Atlantique, HH 17.

15 AD Sarthe, Série B : cours et juridiction, B. 74. (Registre).

16 AD Côte d’Or, Arch. communales déposées de Moloy, régime des eaux, O 13/1. Rivières poissonneuses : rouissage, an XII (1 p.) Sous l’Ancien Régime, les tables de marbres sont les juridictions supérieures en matière d’Eaux et Forêts.

17 Guillermin F., « Le procès des chanvres (1732-1733) », Bulletin Municipal de Varennes-le-Grand, no 23, 23/12/1992 [http://www.varenneslegrand.fr/le-proces-des-chanvres-1732-1733, consulté le 1er décembre 2011].

18 AD Côte d’Or, Archives communales de Gilly-lès-Cîteaux, E dépôt 305/26, Routoir, 1776-1777.

19 AD Côte d’Or, E dépôt 305/237 Routoir, 1790-1806, Arrêté et lettres concernant un routoir, an XIII – 5 pièces.

20 Bibliothèque de l’Académie de médecine, SRM 200 d3, rouissage du chanvre, 1788-1790.

21 « Rapport sur le rouissage du 3 septembre 1788 », Œuvres de Lavoisier, Paris, Imprimerie Nationale, 1862-1893, 6 vol., t. 3-4, « Mémoires et rapports sur divers sujets de chimie et de physique pures et appliquées à l’histoire naturelle générale et à l’hygiène publique », p. 498-500.

22 Fournier P., « Les pollutions de l’eau : l’expertise du risque du XVIe au XIXe siècle », Ballut C., Fournier P. (dir.), L’eau et le risque de l’Antiquité à nos jours, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2007, p. 39-44.

23 Brouard E., « Essor et déclin de la culture du chanvre dans la Vallée de l’Authion (XVIIIe-début XXe siècles) », Archives d’Anjou, no 14, 2010.

24 Folhen C., L’Industrie textile sous le Second Empire, Paris, Plon, 1956, p. 366-368.

25 Dechambre A. (dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris, Masson, 1864-1889, série 3, t. 5, p. 430. Fondés sur les statistiques officielles, ces chiffres ne recensent que les cultures commerciales et laissent donc de côté la « culture domestique ou d’agrément » pratiquée partout pour les besoins domestiques.

26 Mâreau T., Rapport sur l’industrie linière, Paris, Imprimerie Impériale, 1859, vol. 2, planche XXVIII : Carte statistique de la culture du lin et du chanvre en France.

27 Roucher C., « Du rouissage considéré du point de vue de l’hygiène publique et de son introduction en Algérie », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, T. 22, 1864, p. 278-332.

28 Parent-Duchâtelet A.-J.-B., Le rouissage du chanvre considéré sous le rapport de l’hygiène publique, Paris, Hippolyte Tilliard, 1832 ; Corné R. de, « Le rouissage des chanvres qui a lieu chaque année dans une grande étendue du département de Maine et Loire, y donne t-il lieu à des maladies ? », Congrès scientifique de France, 11e session, Tome 2 : Mémoires, Angers, 1843, p. 153-169 ; sur le rôle de Parent-Duchâtelet dans la promotion des méthodes expérimentales dans l’hygiène publique, voir La Berge A., Mission and Method : The Early Nineteenth-Century French Public Health Movement, Cambridge University Press, 1992, p. 52.

29 Voir par exemple le Rapport général sur les travaux du conseil de salubrité de Nantes, pendant l’année 1828, Nantes, Imprimerie Mollinet-Malassis, 1829, p. 63.

30 Jarrige F., « La machine de Christian et les débats sur la suppression du rouissage au début de la Restauration », Atala, no 10, 2007, p. 47-60.

31 Rapport à M. le ministre de l’Agriculture et du Commerce sur le rouissage du lin, le drainage, la nouvelle exploitation de la tourbe, la fabrication et l’emploi des engrais artificiels et des engrais commerciaux, Paris, Imprimerie nationale, 1850, p. 14.

32 Deville C., « Du rouissage des plantes textiles considéré au triple point de vue de la pèche, de la salubrité publique et de la grande voirie », Annales forestières, 1847, t. 6, p. 118-130.

33 Coreil F. et Nicolas L., Les industries insalubres, établissements classés, Paris, Dunod et Pinat éditeurs, 1908, p. 93.

34 AD Sarthe, 7 M 135 : Paris, le 4 mai 1860, le ministre du Commerce et des Travaux publics au préfet.

35 Voir notamment : Serrigny D., Traité de l’organisation, de la compétence et de la procédure en matière contentieuse administrative, Dijon, 1865, 2e éd., vol. 2, p. 844.

36 Bulletin administratif et judiciaire des Annales Forestières, t. 8, 1859-1861, art. 1545, p. 69-70.

37 Jarrige F., « De strijd tegen het vlasroten : steden, conflicten en territoria in het stroombekken van de Leie in het midden van de negentiende eeuw » [Au risque des eaux de rouissage : Villes, conflits et territoires dans le bassin de la Lys au milieu du XIXe siècle], Jaarboek voor Ecologische Geschiedenis, Gand, 2012, p. 279-298.

38 AN, F7 6784 : Melle le 4 août 1836, rapport du lieutenant de gendarmerie des Deux-Sèvres au ministre de l’Intérieur. Sur cette affaire voir la petite étude instructive de Pommier J.-C., La révolte des chanvres (31 juillet-2 août 1836). Récit d’une jacquerie en Poitou, La Vestegaille, 2001.

39 AD Maine-et-Loire, 121 S 14 : Angers, le 30 juin 1808, le conservateur des Eaux et Forêts à Monsieur le préfet du Maine-et-Loire.

40 AD Maine-et-Loire, 121 S 15 : Rapport des ingénieurs ordinaires et extraordinaires sur une pétition du juge de paix du canton des Ponts-de-Cé dénonçant les méfaits du rouissage (septembre 1865).

41 Kaanen-Vandenbulcke I., Boulevard des Belges, ou, De la Flandre à la Normandie, Lannoo Uitgeverij, 2008, p. 265-298 ; Curacull J., « Le monde rural face aux mutations économiques : révolution de l’industrie textile en Ile-et-Vilaine dans la seconde moitié du XIXe s. », Revue historique, CCX, 1995, p. 59-84.

42 Bouloc P. (dir.), Le chanvre industriel. Production et utilisations, Paris, France agricole, 2006.

43 Alcan M., « Les arts textiles », Revue contemporaine, t. 57, 1867, p. 325.

44 Kapp Ed. et Schaefer R., « La culture du chanvre dans la plaine rhénane : importance économique et rôle de cette fibre dans la vie rurale de l’Alsace de jadis », Arts et traditions populaires, t. 13e, no 1 (janvier-mars 1965), p. 35-52, p. 50.

45 Dorizon R.-F., Quelques considérations sur l’hygiène de l’industrie du chanvre et notamment les inconvénients que présente le rouissage tel qu’il se pratique dans la Sarthe, Thèse de médecine, Bordeaux, 1897.

46 Frioux S. et Malange J.-F., « L’eau pure pour tous ! Mobilisations sociales contre la pollution des eaux douces françaises (1908-années 1960) », Histoire & Sociétés, no 27, décembre 2008.

47 Deville C., Recueil périodique et critique des lois, décrets, règlements généraux, avis des décisions du Conseil d’État, Arrêtés ministériels, circulaires et instructions administratives, Arrêts de la Cour de cassation et des Cours impériales, et jugements des tribunaux civils, correctionnels et de commerce en matière de bois et forêts, chasse et pêche, t. 4 : 1868-1869, Paris, Au bureau de la revue des Eaux et Forêts, 1869, p. 294

48 Commission d’enquête parlementaire sur le régime économique – Industries du lin, du chanvre et du jute, séance du vendredi 17 juin 1870, Paris, 1870, p. 371, 479.

49 Le titre 1, livre 3 du code rural contient dans la 1re section (police sanitaire) au chapitre II (De la salubrité publique) un article 25, relatif au rouissage.

50 AD Côtes d’Armor, 9 M 14 : rouissage et teillage du lin et du chanvre (an XII-1909) ; Hamon T., « Le statut juridique des routoirs en Bretagne de l’Ancien régime au XIXe siècle. L’exemple du Trégor », Martin J. et Pellerin Y., Du lin à la toile, la proto-industrie textile en Bretagne, Rennes, PUR, 2008, p. 85.

51 De nouvelles recherches sur la culture de ces plantes et leurs effets environnementaux se développent dans ce contexte : Van der Werf H. et Turunen L., « The environmental impacts of the production of hemp and flax textile yarn », Industrial Crops and Products, no 27, 2008, p. 1-10.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Scène de rouissage « traditionnel » dans la Sarthe (carte postale, vers 1900).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Fig. 2. – La chute des surfaces cultivées en Chanvre en Europe (1850-2000)42.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 3. – L’effondrement des surfaces cultivées en chanvre : l’exemple du Bas-Rhin (1776-1930)46.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/111302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540