Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Deuxième partie. Science, expertise, État

Science, expertise, État

Testo integrale

1Comment et par qui est qualifié ce qui, dans l’espace public, déborde et pose un problème au point de provoquer un conflit environnemental ? Quels sont les formes de la négociation déployée par les acteurs concernés dans la cité en sorte de faire advenir ou disparaître l’objet même de la discorde ? Qu’est ce qui est précisément déterminé comme relevant d’une menace environnementale ou sanitaire pour les uns ou d’un impératif économique pour les autres ? Telles sont pour l’essentiel les questions auxquelles tentent de répondre les textes dans cette deuxième partie. À partir de ces interrogations, les auteurs se sont penchés sur la large palette des outils et des manières de faire reconnaître ou infirmer la nature et le statut du débordement. Les textes examinent les modes d’existence des conflits qui mobilisent sciences, expertises et État. Parmi les espaces de pertinence et les lieux spécifiques de validation, les connaissances scientifiques sont l’une des Cités où se négocie la réalité, le statut tangible des problèmes consacrés par le conflit. À la fois comme technique, institution et autorité, la science est un élément majeur de légitimation ou d’effacement des débordements. Elle est également un instrument privilégié de prévention et de résolution des différends entre protagonistes du conflit. Si la validité des savoirs engagés dans la bataille est elle-même l’objet de controverses, elle reste un des éléments majeurs de l’administration de la preuve. La qualification experte et savante des questions légitimes guide par ailleurs les fins et les moyens, aboutissant à la définition rationnelle des enjeux, et par là au bien-fondé de la contestation. L’affaire comporte en ce sens une dimension éminemment politique. Au travers du conflit, chaque cas révèle ainsi l’organisation socioéconomique de la Cité. Assez logiquement, toutes les contributions réservent une large part de leurs analyses aux régimes de la régulation – administrative, légale, technique, juridique, scientifique. Et pour cause, la fonction des autorités et des pouvoirs publics demeure généralement de pourvoir aux conditions optimales, économiques et réglementaires afin d’assurer à la production son plein essor, tout en arbitrant les intérêts contradictoires entre plaignants et usagers concurrents de l’environnement. L’État protecteur et collectif de la population dispute ici l’État défenseur des intérêts industriels, le conflit apparaissant comme l’un des lieux de formation de ces dispositifs sociotechniques où s’agrègent des réseaux de contraintes, au travers desquels s’expriment la confrontation et la défense des intérêts divergents, où se révèle la domination sociale, se manifestent les rapports asymétriques entre parties prenantes et impliquées, et même entre plaignants.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540