Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Première partie. Jeux d'acteurs

« Le brouillard mortel de la vallée de la Meuse » (décembre 1930). Naturalisation de la catastrophe

Alexis Zimmer

Texto completo

1Du 1er au 5 décembre 1930, un brouillard épais et persistant se répand dans la vallée de la Meuse, en amont de Liège. À cette occasion, des centaines de personnes ressentent de fortes douleurs à la poitrine et éprouvent des difficultés à respirer. Chez certains, ces symptômes se compliquent et s’aggravent, jusqu’à entraîner la mort de plusieurs dizaines d’entre eux.

2La presse régionale, nationale et internationale se fait rapidement l’écho de cette « mystérieuse hécatombe ». « Le brouillard mortel de la vallée de la Meuse », « le mystérieux brouillard » ou encore « le brouillard empoisonné » fait la une des journaux. L’ampleur du phénomène convainc la reine de Belgique de se rendre sur les lieux pour « réconforter » les populations touchées par le dangereux météore. Il est l’objet de débats et de vives discussions au sein des deux chambres parlementaires du pays, attire sur place des savants étrangers. Il suscite également l’attention et l’intérêt des instances internationales – la Société des Nations (SDN) et le Bureau International du Travail (BIT).

  • 1 Pour une histoire du développement industriel de cette région, voir notamment Lebrun P., Bruwier M (...)

3Comment expliquer cette mortalité subite ? Dans cette vallée industrielle, où se déploient les immenses hauts-fourneaux de l’entreprise Cockerill, de nombreuses usines à zinc, tout un réseau d’usines rattaché à la production et à la transformation des métaux ferreux et non-ferreux, ainsi qu’une importante industrie chimique, les regards se tournent vers l’industrie1. Les premières critiques fusent à son égard. Est-elle la conséquence d’un débordement inhabituel de ses activités ou, au contraire, celle du caractère exceptionnel d’un phénomène météorologique ? Cette alternative – entre une incidence stricte et univoque soit des débordements industriels, soit d’un brouillard considéré comme la manifestation naturelle d’un phénomène météorologique exceptionnel – ne suffît pas à rendre compte de cette hécatombe.

  • 2 Depuis l’écriture première de cette contribution, les archives nous ont appris que ce ne sont pas (...)

4Deux enquêtes se succèdent pour tenter d’apporter des réponses à ces questions2. Elles mobilisent, selon des registres différents, des éléments prétendument naturels – prédisposition des malades, conditions météorologiques exceptionnelles, topographie de la vallée – et extraordinaires, pour rendre compte à la fois de la formation de ce brouillard et de la mortalité qu’il a engendrée. Cette insistance sur la naturalité et l’exceptionnalité des conditions présidant à la formation d’un brouillard mortel conduit les experts sinon à exclure, tout du moins à amoindrir fortement l’incidence de l’industrie et de ses débordements. Davantage, ces enquêtes et les réponses politiques qui en découlent, expriment et renforcent l’idée d’une dépendance économique de la région à l’égard de cette industrie. En d’autres mots, ils ne font que renforcer la nécessité de sa présence.

5Cependant, l’analyse de ces enquêtes et des critiques qui leur ont été adressées laisse apparaître une « nature » qui est tout, sauf cette réalité matérielle travaillée par des lois immuables et indépendantes des activités et de l’histoire humaine. Au contraire, aussi bien la mobilisation discursive que la réalité matérielle de celle-ci font l’objet, dans cette histoire, de variations significatives.

  • 3 Concernant une conception politique du sensible et ses configurations discursivo-esthétiques, on s (...)

6Aussi, nous mettrons l’accent sur les traductions naturalisantes de cette catastrophe, afin d’en interroger les effets politiques, relatifs à la distribution du sensible et des possibles qui s’en dégagent3. Car la naturalisation de cette catastrophe participe d’une négociation de ce qu’a été ce brouillard mortel, de la délimitation et de la considération problématique du territoire des débordements industriels dont il est le fruit : délimitation spatiale et temporelle qui en façonne la perception, oriente la réponse politique et les modalités pratiques visant à contrecarrer sa répétition.

« Un mystérieux brouillard »

  • 4 Ce récit s’appuie sur le dépouillement de nombreux titres de presse de cette première semaine de d (...)

7La première semaine de décembre 1930, un phénomène retient l’attention des météorologues, de la presse et de tous ceux qui en font l’expérience : le brouillard. Les villes de Londres, Rouen, Lille, Paris, Hambourg, Berlin ou encore Bruxelles et Liège sont recouvertes par le voile épais du météore. Dans chacune de ces villes, les brouillards perturbent l’économie habituelle des transports. Les ports sont congestionnés et les accidents routiers et ferroviaires se multiplient4.

8Dans la vallée industrielle de la Meuse, non loin de Liège, ces inconvénients prennent cependant une tournure autrement plus dramatique. Là aussi, la presse relève un nombre important d’accidents de la route. Là aussi, l’épaisseur de la brume surprend. La densité du brouillard conduit les autorités de la province à suspendre momentanément tous les transports publics. Si bien que de nombreux ouvriers travaillant dans les usines, abondantes dans la région, sont contraints de regagner leur logis selon leurs propres moyens.

9Dans cette portion de la vallée, entre Liège et Huy, le brouillard semble bien plus épais et bien plus dangereux qu’ailleurs. Si le lundi 1er décembre, seul un mince voile de brume recouvre de manière sporadique les versants de la rive gauche et les points les plus bas de celle-ci, le mardi, le voile se répand en des surfaces plus grandes. Mercredi, la vallée est entièrement recouverte d’un manteau dense et compact. Le lendemain, il s’épaissit encore. Un ouvrier de l’une des carrières de la région décrit le phénomène :

  • 5 Enquête sur le brouillard des 3 et 5 décembre 1930, Carrière Dumont-Wautier, rapport de l’ingénieu (...)

« Ce brouillard était d’une compacité qui dépasse tout ce que j’ai déjà vu ; on aurait dit une véritable pâte ; sa surface était irrégulière et en mouvement ; c’était comme des nuages ou des vagues qui tantôt semblaient aller vers Engis et tantôt semblaient en revenir5. »

10Non seulement il dérange et rend les déplacements bien difficiles, mais il contrarie aussi les facultés respiratoires. Dans les usines, des ouvriers racontent :

  • 6 Enquête sur le brouillard des 3 et 5 décembre 1930, Usine de Flône, inspecteur général des Mines M (...)

« Le jeudi [...], je toussais violemment, j’avais fort mal à l’avant de la poitrine d’abord, tout autour des côtes ensuite. Le vendredi, j’ai chômé. »
« Je sentais quelque chose qui grattait dans la gorge, comme lorsqu’on fume trop. J’ai toussé très fort et j’ai eu mal aux reins6. »

  • 7 Enquête sur les méfaits du brouillard à Seraing et à Ougrée, ingénieur principal des Mines A. Mass (...)

11Les symptômes de ce type se multiplient : respiration courte et difficile, « goût désagréable qui prend à la gorge », maux de tête, nausées7, etc.

12Les médecins de la vallée ne cessent de répondre aux appels inquiets de la population. Des centaines, voire plusieurs milliers de personnes leur font part de malaises et de difficultés respiratoires. Les jeudi 4 et vendredi 5 décembre, soit trois et quatre jours après les débuts de ce brouillard, plus de soixante personnes périssent subitement.

Le brouillard mortel (1) : brume meurtrière ?

13Une commune est plus touchée que les autres : Engis. Située sur la rive gauche de la Meuse, en amont de Liège et de Seraing, les autorités y dénombrent quatorze décès subits. Face à ce constat, son bourgmestre fait appel, dès le vendredi après-midi, à la commission d’hygiène de la Province de Liège. Les experts qui la composent se rendent rapidement sur les lieux, mais, le brouillard se dissipant, ils ne font que constater la fin de l’hécatombe.

  • 8 La plupart de ces médecins, qui exerce en cabinet, est très proche des milieux industriels. La plu (...)
  • 9 « La vallée de la Meuse envahie par un brouillard délétère », Le Soir, 7 décembre 1930, p. 3.

14Le lendemain matin, le docteur Lacombe, inspecteur principal de la commission, convoque une réunion d’urgence. Les médecins traitants de la région8, sollicités par la population lors de « l’épidémie », sont présents, ainsi que le conseil communal d’Engis et les membres de la Commission. Sur le parterre de la maison communale, les journalistes et les riverains attendent des explications. Elles ne tardent pas à venir, puisque dès la fin de la réunion, le docteur Lacombe déclare qu’il n’y a d’autres explications à cette mortalité subite que le « seul brouillard » et la vague de froid qui l’a accompagné. D’emblée, il balaie, et avec insistance, les premières critiques qui émergent à l’égard de l’industrie environnante. Aucun gaz, ni même aucune émanation délétère n’a pu, selon ses dires, être à l’origine de cette catastrophe. « Les médecins traitants des diverses localités où des décès ont été constatés sont d’accord avec moi. Aussi, mon enquête est close9. »

  • 10 Les principaux symptômes de cette « maladie du brouillard » furent une irritation douloureuse des (...)

15 Mais qu’est-ce qu’un « brouillard mortel » ? Ou plutôt, comment « le seul brouillard » peut-il entraîner la mort subite de plus de soixante personnes et en faire souffrir des milliers d’autres10 ?

  • 11 « La vallée de la Meuse envahie par un brouillard délétère », art. cit., p. 3.
  • 12 « Une cinquantaine de personnes succombent en l’espace de 24 heures aux effets du brouillard », La (...)

16À cet égard, Lacombe n’est que peu prolixe, et c’est davantage par une sorte de raisonnement par élimination qu’il en arrive à ces conclusions. Car, dit-il, « si c’était les vapeurs industrielles retenues par le brouillard qui avaient causé les décès, l’intoxication aurait également atteint les enfants. Or, il est constaté que toutes les personnes décédées souffraient des voies respiratoires11 ». Il mobilise un autre élément allant dans le sens d’une incrimination du « seul brouillard » : les prescriptions exécutées par les pharmaciens de la région. D’après leurs compositions, « il ne s’agissait pas d’intoxication12 ». Enfin, Lacombe précise que des décès ont été relevés dans des communes qu’aucune émanation industrielle ne peut atteindre.

  • 13 « La vallée de la Meuse envahie par un brouillard délétère », art. cit., p. 3. Nous soulignons.

17« Prédisposition » des personnes décédées, remèdes distincts de ceux utilisés dans le cadre d’une intoxication, décès en des lieux que ne peuvent atteindre les fumées, l’ensemble de ces éléments permet de plaider pour l’exclusion de toute responsabilité de l’industrie. Le directeur du Service d’Hygiène auprès du ministère de l’Intérieur, le docteur Timbal, relaie publiquement ces conclusions : « Les médecins pensent qu’il s’agit purement et simplement de morts naturelles, provoquées par le brouillard particulièrement intense, froid et humide ». Simplement prend-il garde de préciser qu’il ne s’agit, là encore, que d’une « opinion [non] définitive13 ».

18Au même moment, la presse se fait l’écho d’explications qui tranchent avec le caractère univoque et péremptoire des propos de l’inspecteur principal. Parmi les nombreuses hypothèses mobilisées pour tenter de traduire cette catastrophe – peste noire, grippe foudroyante, germes semés par un avion à des fins expérimentales, etc. – les plus insistantes incriminent précisément les industries environnantes.

  • 14 « Une cinquantaine de personnes succombent en l’espace de 24 heures aux effets du brouillard », ar (...)

« On pouvait se demander, en effet, si les décès enregistrés en si grand nombre n’avaient pas eu pour effet l’intoxication des victimes. La localité est industrielle et il n’est pas impossible que des émanations délétères quelconques, provenant des usines fussent restées condensées à la surface du sol par l’effet du brouillard, au lieu de se perdre dans l’atmosphère et aient provoqué les décès dont il s’agit14. »

  • 15 « Un brouillard mortel descend sur neuf villages et tue près de 70 personnes », L’Humanité, 7 déce (...)

19L’aspect du brouillard et les descriptions que l’on en donne ne peuvent coïncider avec le discours de Lacombe. Ce brouillard « prenait des aspects jaunâtres, descendant vers le sol, puis doucement descendait sur les villages et les campagnes15 ». Certains le décrivent comme :

  • 16 « Les terribles effets du brouillard dans la région liégeoise », La Wallonie, 6 décembre 1930, p.  (...)

« Une masse compacte, aux limites nettement définies, comme tranchées net. [...] Il semble donc bien que le brouillard auquel on impute tant de morts ne soient pas un accident ordinaire de l’hiver. Sa consistance, son caractère curieux “d’une chose solide” apparaît étrange, ou tout du moins inusité16. »

20Aux descriptions visuelles se mêlent d’autres caractéristiques sensibles différant des effets attribués « au seul brouillard ». Du brouillard devenu « absolument opaque » le jeudi vers 15 heures, un pharmacien de l’une des communes de la vallée offre cette description :

  • 17 « Soixante-trois personnes sont mortes dans la vallée de la Meuse », Le Soir, 8 décembre 1930, p.  (...)

« Toute la population était incommodée par ce brouillard à odeur de suie, qui prenait à la gorge et faisait tousser [...]. Chose curieuse : ce brouillard déposait une poussière gris-ardoise, grasse et collante17. »

  • 18 Enquête sur les méfaits du brouillard à Seraing et Ougrée, rapport de l’inspecteur principal des M (...)

21Les témoignages de cette nature se multiplient, le brouillard était jaune, il empêchait la respiration, faisait « cracher vert », il occasionnait des vertiges. La population n’avait d’autre choix que de calfeutrer portes et fenêtres de leur habitation18.

  • 19 « Peu de bêtes échappèrent [...] aux troubles respiratoires si ce n’est celles que les fermiers [. (...)
  • 20 Rapport de l’inspecteur M. Guérin, 20 décembre 1930, AGR, op. cit.

22Le bétail aussi souffre. Non loin d’Engis, un couple de fermier raconte aux journalistes venus les interroger, les douloureux râlements de leurs bêtes, leur suffocation et la nécessité de leur abattage. Poussés par des raisons similaires, de nombreux éleveurs conduisent leur troupeau sur les hauteurs du Condroz, le plateau surplombant la vallée. Il est souvent trop tard et les bêtes sont nombreuses à périr19. Une autre fermière déclare que « le jeudi, la ferme était entièrement plongée dans un brouillard opaque ; mon mari était presque mort et pendant ces journées nos cent cinquante poules (dont beaucoup de jeunes) n’ont pas donné un seul œuf20 ».

  • 21 Lettre d’un lecteur, « les méfaits du brouillard dans la vallée de la Meuse », La Libre Belgique, (...)

23Les conclusions de la Commission d’hygiène de la Province de Liège, n’emportent donc pas l’adhésion de tous. Les critiquant, un lecteur de La libre Belgique affirme qu’aucune « enquête ne pourra dire le contraire de ce que vivent des habitants de la région : les poumons et leur odorat protestent contre toutes les conclusions venant innocenter les usines21 ».

Le brouillard mortel (2) : débordement industriel ?

  • 22 Pour une histoire des protestations et résistances à l’égard de cette industrie dans la vallée et (...)
  • 23 Banque Veuve Morin-Pons, Les forces économiques du monde, Berlin, Dresdner Bank, 1930, p. 75. Firk (...)

24Les industries du zinc sont dans le collimateur de ceux, nombreux, qui incriminent les activités industrielles. Ces dernières, très présentes dans la vallée, suscitent résistances et protestations depuis leurs premières implantations22. À la fin des années 1920, avec 209 300 tonnes par an, la production belge de zinc représente 15 % de la production mondiale et 1/3 de la production européenne, faisant de la Belgique la deuxième productrice mondiale de zinc, derrière les États-Unis. La grande majorité de cette production s’effectue précisément au sein des huit usines présentes dans cette portion de la vallée : dès 1901, la production de la vallée représentait 75 % de la production totale du pays23.

  • 24 Péters A., op. cit.
  • 25 Ces effets sont attestés par le régime d’indemnisations mis en place par les industriels, mais aus (...)

25Les opérations industrielles participant de la transformation du minerai sont voraces en charbon : la production d’une tonne de zinc en requiert quatre à cinq tonnes, provoquant donc une quantité importante d’émanations. S’ajoutent les dégagements importants résultant de certaines opérations spécifiques de grillage et de réduction qui, selon le minerai utilisé, libèrent de fortes quantités d’un gaz très polluant : l’anhydride sulfureux. Les dégâts engendrés par ces productions furent l’objet de nombreuses plaintes et contestations de la part des riverains24. Aux alentours de ces usines, la culture y est très difficile, si ce n’est impossible. Les arbres, en leur voisinage, sont malingres et chétifs, une odeur âcre caractérise les lieux25.

26Pourtant, au moment où « la rumeur » de la responsabilité de cette industrie est évoquée, la presse, contrairement à ce qu’établiront plus tard les experts, signale que ces usines « chômaient pendant la période du brouillard ».

  • 26 Ainsi des déclarations du professeur Travers de l’institut de chimie de Nancy : « Le fléau mystéri (...)
  • 27 Au lendemain de la Grande Guerre, les autorités belges cherchent un moyen pour se débarrasser « d’ (...)

27Si les usines à zinc cristallisent dès le départ l’attention et les critiques, elles ne sont cependant pas les seules à être incriminées. Certains savants, sur place ou à l’étranger, et connaissant la région, suspectent un accident : la fuite d’un réservoir d’ammoniaque d’une usine chimique pourrait avoir occasionné le type de phénomènes et de symptômes relevés sur les lieux26. D’autres évoquent des gaz d’origine militaire : l’ouverture subite d’obus de gaz allemands, utilisés durant la première guerre mondiale et qu’ils supposent entreposés dans une galerie de mine abandonnée27.

28Le 13 décembre, le bourgmestre de Hermalle-sous-Huy adresse une lettre au docteur Lacombe dans laquelle il se fait le porte-parole des plaintes nombreuses et réitérées qu’il a reçues de ses administrés :

  • 28 Lettre du Bourgmestre de Hermalle-Sous-Huy au directeur de la Commission d’hygiène de la province (...)

« Ces plaintes concernent d’abord, de façon générale, le tort causé à la santé des habitants, les ravages produits dans la végétation et les maladies occasionnées dans le bétail par les fumées et les émanations des diverses usines situées sur le territoire de notre commune ou voisine de celle-ci : fours à zinc des sociétés La Vieille et la Nouvelle Montagne, briqueterie et cimenterie Dumont-Wauttier à la Mallieure, Hermalle et St Georges, produits chimiques à Engis. Mais la présente requête vise avant tout la situation intolérable causée tous les jours, dans la matinée surtout par la société des fours à zinc de la Vieille Montagne à Flône. [À ses abords] il s’agit [...] de traverser sur une étendue de plusieurs centaines de mètres, un nuage opaque de fumée jaune, chargée de cendres qui brûle les yeux, oppresse la respiration, suscite une toux incoercible et va jusqu’à couper à certains moments la visibilité. [...] Je conclus, Monsieur l’Inspecteur en demandant, au nom de mes administrés et au nom de l’Administration communale [...] qu’une enquête sérieuse et impartiale soit faite et que des mesures efficaces soient exigées des usiniers pour les obliger à annihiler ou tout du moins à amoindrir dans de très notables proportions les effets désastreux que les fumées et les émanations de leurs établissements causent à notre population28. »

29Ce brouillard, comme cette lettre l’atteste, est donc l’occasion de réactiver les plaintes courantes faites à l’encontre des activités industrielles et d’en signaler le bien-fondé. Dans ce cas, il ne s’agit donc pas uniquement d’établir les raisons précises qui ont abouti à la production exceptionnelle du brouillard mortel, mais bien de montrer que ce brouillard, par ce qu’il a d’exceptionnel, révèle des effets habituels de l’industrie sur l’environnement et la santé des populations. En d’autres termes, ce brouillard ne fait rien d’autre que rendre visibles les effets délétères ordinaires de l’industrie.

30Ainsi, si les usines à zinc focalisent la critique, ce sont cependant toutes les activités industrielles de la vallée qui sont suspectées, par leur activité ordinaire, d’avoir favorisé ou contribué directement à l’hécatombe. En effet, cette portion de la vallée est le lieu d’une importante concentration industrielle. Sur moins de vingt kilomètres se succèdent et s’agglomèrent :

  • 29 Firket J., op. cit., p. 707-708. Cette liste ne fait cependant pas mention d’un nombre pourtant en (...)

« 4 usines très importantes avec cokeries, hauts-fourneaux, aciéries, fours à réchauffer, chaudières, locomotives, etc. ; 3 usines métallurgiques importantes où se rencontrent : fours à réchauffer, chaudières, etc. ; 4 centrales de production d’énergie électrique, y compris celles des charbonnages ; 6 verreries, fabriques de céramique, briqueteries, qui possèdent des fours chauffés au charbon ou à gaz de gazogène ; 3 groupes de fours à chaux ; 3 usines à zinc possédant des fours de réduction de minerais et fours de séchage des cornues ; 1 cokerie annexée à une exploitation charbonnière ; 1 poudrerie ; 1 fabrique d’acide sulfurique à fours à grilles ; 1 fabrique d’engrais concentrés avec fours de concentration et de séchage29. »

Le brouillard mortel (3) : exceptionnalité météorologique

  • 30 Déclaration du Dr. Timbal, qui justifie la mise en place d’une seconde commission d’enquête par le (...)

31Les conclusions de la première enquête ne convainquent guère ni ne réussissent à « rassurer30 » les populations coutumières des effets délétères de l’industrie. Dans l’après-midi du samedi 6 décembre, le procureur du roi à Liège, à la réception d’un procès-verbal du commissaire de police d’Engis, lequel mentionne la mortalité importante touchant cette commune, annonce l’ouverture d’une instruction judiciaire à charge contre inconnu.

32Pour mener à bien cette enquête, un collège d’experts est convoqué. Jean Firket, professeur à la faculté de médecine de l’université de Liège et médecin légiste pour le parquet de Liège, dirige les investigations. Il est épaulé par un toxicologue, un météorologue, un spécialiste de chimie industrielle, un militaire, spécialiste des gaz de combat et un vétérinaire.

  • 31 Procès-verbal de la réunion du 9 décembre 1930, cabinet du Premier ministre, AGR, op. cit.
  • 32 Par exemple, « Le tragique mystère de la vallée de la Meuse » Le Soir, 10 décembre 1930, p. 3.

33Dès leur première réunion, leurs propos se veulent plus nuancés que ceux du docteur Lacombe. L’hypothèse des gaz toxiques est ainsi évoquée31. Lorsqu’ils s’adressent à la presse, les membres de cette commission prennent soin, toutefois, de préciser que, dans le cas où une telle hypothèse s’avérerait plausible, tous les individus décédés étaient « handicapés » ou encore fortement « prédisposés » à subir les désagréments de ces derniers32. Si ces premières déclarations sont précoces, les experts ne tranchent pas encore sur les probables origines de ces gaz.

  • 33 Cependant, une opération de concentration, fortement polluante, fut « poursuivie du 1er au 6 décem (...)

34L’une des premières questions à laquelle tentent de répondre les experts, consiste à déterminer s’il y a eu ou non, durant la période de brouillard, un accident dans l’une des usines de la région. D’après les visites organisées dans chacune d’entre elles, il s’avère qu’aucun dysfonctionnement majeur, ni aucun accident ne semble s’y s’être produit33. De plus, les experts apprennent bien vite également, que les usines à zinc, contrairement à ce qu’a énoncé une grande partie de la presse, n’ont pas chômé durant l’épisode du brouillard.

35Lors de ces visites, les chimistes récoltent les informations sur la consommation en matières premières et la production de ces industries. Ils réalisent des calculs visant à caractériser, à mesurer et à évaluer la nature des gaz, poussières et fumées industrielles diverses qui se sont répandues dans la région durant la période de brouillard. Ils établissent ainsi que plus de 20 000 tonnes d’anhydride carbonique, 290 tonnes d’oxyde de carbone, 50 000 tonnes d’azote de combustion et 70 tonnes d’anhydride sulfureux ont été déversées chaque jour dans l’atmosphère de la vallée. Près de trente substances différentes sont aussi répertoriées, lesquelles, supposent-ils, ont certainement fait l’objet de réactions et de transformations diverses au sein du brouillard.

36L’expertise météorologique insiste sur la présence d’un régime anticyclonique, de hautes pressions atmosphériques, de vents extrêmement faibles et de basses températures. Ensemble, ces conditions auraient favorisé les phénomènes d’inversion de température, caractérisés par la présence, à une certaine altitude, d’une couche d’air plus chaude que celle proche du sol, empêchant cette dernière de se disperser dans l’atmosphère. Divers témoignages, affirmant avoir vu les fumées s’échapper des cheminées, puis se rabattre vers le sol et se mélanger au brouillard, confortent cette interprétation.

37Les examens médicaux, couplés aux analyses toxicologiques, révèlent l’existence d’une forte irritation localisée tout le long de l’appareil respiratoire et la présence, chez les personnes décédées, d’emphysèmes pulmonaires. Selon Jean Firket, les fortes difficultés respiratoires conséquentes furent à l’origine d’une cascade de réactions aboutissant à l’infarctus.

38Contrairement à la première « enquête » dirigée par l’inspecteur Lacombe, qui n’avait finalement duré que quelques heures, celle-ci mettra près de dix mois pour s’achever jusqu’à la remise des conclusions au parquet. De l’ensemble des pratiques et des examens effectués pour traduire cette catastrophe – cartographie médicale, calcul de chimie industrielle, autopsies, analyses toxicologiques, modélisation volumique de la vallée etc. – les experts énoncent leur conclusion :

  • 34 Firket J., op. cit., p. 727.

« Après avoir examiné quelles étaient toutes les substances susceptibles d’expliquer la nocivité du brouillard [...] nous sommes amenés à conclure, que, avant tout, les corps sulfurés qui proviennent de la combustion du charbon ont exercé leur action délétère, soit sous forme d’anhydride ou d’acide sulfureux, soit sous la forme d’acide sulfurique, dont la production en teneur suffisante a été rendue possible par la réunion des conditions météorologiques exceptionnelles du début de décembre 193034. »

39L’incidence des émanations industrielles est donc confirmée par ces experts, cependant qu’aucune industrie particulière – du zinc ou chimique – n’est mise en cause. L’incidence du « seul brouillard » et la naturalité de la mortalité sont ainsi contestées. Mais c’est à une autre « nature » que l’origine de la catastrophe est dorénavant rapportée. C’est la topographie singulière de la vallée et l’exceptionnalité des conditions météorologiques qui ont rendu mortelle la production des composés sulfurés issus du fonctionnement normal de l’industrie.

40Ainsi, depuis les premières conclusions de l’inspecteur de la commission d’hygiène de la Province de Liège, la nature du brouillard s’est transformée. S’il n’était au départ qu’un simple phénomène naturel, détaché et indépendant des activités humaines et industrielles qui se déploient dans la vallée, il devient, dans ces dernières conclusions, un composé hybride de nature et d’artifice : du brouillard et des composés soufrés. Après les critiques fortes et insistantes adressées à la première commission et à l’industrie, la seconde commission a donc intégré les émanations issues de la consommation massive de charbon.

Naturalisation de la catastrophe

41Dans cette conclusion, l’origine industrielle des substances délétères n’est néanmoins plus explicitement mentionnée. Ces dernières sont davantage envisagées comme le fruit de la combustion massive du charbon, dégagées de toute activité industrielle.

  • 35 Voir notamment « Les gaz meurtriers de la vallée de la Meuse. Les conclusions de l’enquête », La L (...)

42Aussi, un rapport de détermination des plus problématiques est suggéré puisque ce qui a « rendu possible » la présence de substances nocives dans l’atmosphère confinée du brouillard, ce ne sont pas les milliers de tonnes de charbon consommées chaque jour pour le fonctionnement normal de l’industrie et, de façon résiduelle, par les foyers domestiques, mais bien « la réunion des conditions météorologiques exceptionnelles ». Conclusion qui n’attribue qu’une responsabilité somme toute très relative aux activités industrielles, les conditions météorologiques semblant, seules, véritablement déterminantes. L’enquête judiciaire s’achève sans qu’aucune industrie particulière ne soit mise en cause ou poursuivie : le parquet conclut à un non-lieu « en ce qui concerne la responsabilité de l’une ou l’autre usine déterminée35 ».

43L’attention portée en particulier sur l’importance « décisive » de la configuration topographique de la vallée et des conditions météorologiques nous conduit à déceler au sein de cette expertise, une tendance à « naturaliser » la catastrophe, autrement que ne l’avait fait la première commission. Les conséquences de la catastrophe sont considérées comme étant déterminées par les conditions environnementales et climatiques « naturelles » de la vallée, ainsi que par les « prédispositions » et la vulnérabilité intrinsèque des malades et décédés. Les effets de cette naturalisation sont alors au moins triples. Ils dédouanent pour une grande part les débordements habituels de la production industrielle et leurs effets délétères sur l’environnement et la situation sanitaire. Ils détournent l’attention et les actions à entreprendre pour contrôler et réduire les pollutions industrielles vers des causes « naturelles », sur lesquelles il est pourtant bien difficile d’agir. Enfin, ils réduisent les dangers de la pollution atmosphérique aux singularités locales et à l’exceptionnalité d’un phénomène.

  • 36 Voir par exemple, Haldane J. S., « Atmospheric pollution and fogs », British Medical Journal, 1-36 (...)

44La réception anglaise de cette expertise confirme également la volonté des autorités de réduire les causes de la catastrophe à leurs dimensions locales et naturelles. La responsabilité industrielle est tout autant évacuée au profit de sa naturalisation. Les services d’hygiène de la ville de Londres ne s’inquiètent pas, en effet, de la survenue possible d’un tel événement, les caractéristiques topographiques et climatiques de Londres excluant a priori une telle hypothèse36.

45Mais la naturalisation que nous évoquons peut encore se lire d’une autre manière. La prétendue nécessité de la présence de l’industrie dans la région est elle-même reconduite ou, tout du moins, tacitement acceptée par l’atténuation du rôle déterminant de son activité « normale ». En d’autres termes, les substances que celle-ci produit et rejette dans l’atmosphère sont bel et bien incriminées ; mais en l’absence d’un dysfonctionnement majeur, il est implicitement supposé que celle-ci ne pouvait faire mieux au regard de la nécessité de production qui lui incombe. Comme le brouillard ou le relief de la région, l’industrie fait partie du paysage et il semble impossible de nier cette nécessité ou, tout du moins, de l’interroger pour elle-même. L’expertise scientifique est donc fortement ambivalente, puisque au moment où elle semble indiquer les facteurs déterminants de la catastrophe, elle s’en détourne pour mieux les atténuer.

46Ces effets ici relevés, n’appartiennent pas au seul registre du discours. La réception de cette expertise et les décisions prises par les autorités belges à sa suite empruntent la même logique.

47À la suite de cette expertise et s’en inspirant, la seule mesure envisagée par les autorités afin de prévenir la répétition d’une telle catastrophe, est l’instauration de relations étroites entre l’observatoire de météorologie de Bruxelles, les bourgmestres de la région et les industriels. Cet observatoire s’engage à prévenir ces derniers de la survenue de conditions météorologiques potentiellement catastrophiques, lesquels, en retour, doivent réciproquement prévenir les populations et réduire, momentanément, leur production.

  • 37 Procès-verbal de la réunion du 16 octobre 1931, AEL, Fonds des Mines, ancien fonds, 161, et « comm (...)

48Cette mesure est présentée aux seize bourgmestres des communes atteintes, lors d’une réunion à laquelle sont présents les docteurs Timbal et Lacombe, ainsi que Langelez, inspecteur général du ministère de l’Intérieur et du Travail37. Présentant cette disposition, le docteur Timbal demande aux bourgmestres, lorsque ces derniers auront été informés par l’observatoire de météorologie, de : « 1) Faire distribuer des masques à gaz ; 2) faire transporter sur les hauteurs les personnes les plus exposées (les vieillards et les malades) ; 3) engager les habitants dont la santé est chancelante à se retirer dans des locaux bien chauffés. » Ces derniers s’étonnent de la faiblesse des mesures envisagées et récusent l’exceptionnalité invoquée par l’expertise et relayée par ces propos du directeur du département de l’hygiène auprès du ministère de l’Intérieur. Ils rappellent entre autre « le danger permanent » qui règne dans la région et demandent à ce que des mesures pérennes et efficaces soient prises pour enrayer les « effets des fumées » dont ils se plaignent.

49Les conclusions de l’expertise et ses conséquences pratiques sont rejetées par les bourgmestres de la vallée, ces dernières niant ou ne prenant qu’insuffisamment en compte les dégâts ordinaires et quotidiens engendrés par l’activité industrielle et ses émanations. L’exceptionnalité météorologique ne faisant selon eux que révéler le caractère ordinaire de ces dégâts.

  • 38 Procès-verbal de la réunion du 19 octobre 1931, AGR, Administration des Mines, Inspection générale (...)

50Trois jours plus tard, trois représentants de l’administration des Mines, accompagnés du docteur Timbal, ainsi que de Langelez, rencontrent les représentants de la société d’électricité du pays de Liège, ainsi que les industriels du zinc, afin de leur exposer les mêmes conclusions et de leur demander s’il serait « possible, en cas de brouillard semblable à celui de décembre, de mettre les usines en veilleuse38 ? » Ils précisent « qu’il ne s’agit que de mesures urgentes, qui ne visent que des cas exceptionnels, les brouillards intenses et de longue durée ne se présentant que fort rarement ». Dans leur réponse, les industriels précisent qu’une mise en veille de leurs usines risquerait de détériorer leurs appareils. « Si la température baisse, les creusets [dans lesquels sont fondus les minerais de zinc] seront perdus. » D’autres objections sont soulevées. Le refroidissement des chambres de plomb des usines à zinc peut « entrainer l’arrêt de la réaction », de telle sorte « qu’une cheminée refroidie par une activité réduite est plus dangereuse qu’une cheminée chaude, attendu que les fumées froides retombent dans le brouillard tandis que les fumées chaudes peuvent s’élever ». La société d’électricité, quant à elle, rappelle l’obligation dans laquelle elle se trouve de fournir en tout temps ses clients, dont la plupart sont des industriels. Selon elle, une mise en veille est dans ce cas tout bonnement impossible à envisager. Ces réserves sur l’utilité d’une telle mesure et ses dangers pour l’outil industriel sont encore plus marquées dans la correspondance qui fait suite à cette réunion.

51Dans cette dernière, les ingénieurs des usines à zinc discutent de la pertinence de l’expertise. Ils évoquent notamment le peu d’importance accordée par cette dernière à l’influence des foyers domestiques pour le calcul des rejets des composés soufrés dans l’atmosphère et affirment péremptoirement qu’il leur est tout simplement impossible de « stopper ou de mettre en veilleuse les fours durant une période de brouillard ». En retour, et sous forme de proposition montrant leur bonne volonté à trouver des solutions, ils préconisent la construction d’abris ventilés pour abriter les populations.

52Selon les acteurs, la temporalité et les mesures jugées pertinentes pour contrecarrer le retour d’un tel épisode catastrophique ne sont pas les mêmes. Pour les uns, il convient de prendre des mesures pérennes, permettant d’infléchir et de réduire constamment la qualité et la quantité des émanations industrielles. Pour les autres, il convient d’élaborer des mesures d’urgence, ponctuelles, permettant, dans le cas de la survenue de conditions similaires à celles de la première semaine de décembre 1930, de protéger momentanément les populations des effets mortels de la rencontre des émanations industrielles et de conditions météorologiques exceptionnelles.

Épilogue

  • 39 Laquelle n’oublie pas de mentionner que les « gaz et fumées provenant des nombreux foyers domestiq (...)

53La réponse institutionnelle se présentera comme une synthèse des différents avis entendus lors de ces réunions. Le 15 décembre 1931, une circulaire émanant du ministère de l’Intérieur est envoyée à tous les bourgmestres des communes du bassin industriel de la Meuse39. Cette dernière précise les voies empruntées par l’administration pour éviter la répétition d’une telle catastrophe. Deux modes d’action sont privilégiés. D’abord, il est confirmé que l’Institut royal de météorologie de Belgique avertira par télégramme les autorités communales et les industriels de la « possibilité du retour d’une situation atmosphérique analogue à celle de décembre dernier ». À la réception de cet avertissement, les bourgmestres devront « alerter immédiatement la population de manière qu’elle pût suivre les recommandations portées dans l’entre-temps à sa connaissance par [leurs] soins ». Enfin, et de son coté, « le gouvernement se préoccupe activement de la question de la pollution de l’atmosphère par l’émission de gaz industriels et recherche des mesures préventives capables d’atténuer cette nuisance ».

  • 40 La modification de la législation peut être lue d’une autre manière : le renforcement du pouvoir d (...)

54Cette circulaire est prolongée par une modification de la police des établissements classés comme dangereux, insalubres ou incommodes. Un arrêté royal du 10 août 1933 modifie la législation de 1923. L’inspection des établissements industriels par l’État, à travers la figure de l’inspecteur des Mines, y est renforcée. L’article 26 stipule en effet que « si un danger met en péril la sécurité ou la santé du personnel ou des voisins et que le chef d’entreprise refuse d’obtempérer aux instructions du fonctionnaire technique compétent, le bourgmestre, sur rapport de ce dernier, ordonnera la cessation du travail trop périlleux ou trop insalubre, mettra les appareils sous scellés et, au besoin, procédera à la fermeture immédiate de l’établissement40 ».

  • 41 Dépêche du 31 août 1933, AEL, Fonds Cockerill, no 1558 (« brouillards de la Meuse »). L’analyse du (...)

55Si « la santé et la sécurité du personnel ou des voisins » apparaissent clairement dans ces nouvelles mesures, le flou entourant la notion de danger et de péril, au regard de la lecture de l’expertise précédente, ne peut que laisser songeur. De fait, seule la présence de l’administration au sein des établissements est renforcée. Mais aucun critère précis ne permettant de contraindre l’industrie à se plier à des mesures nécessaires n’est édicté. Les archives industrielles et celles de l’administration des Mines témoignent de cette présence renforcée et du caractère essentiellement négocié des améliorations techniques suggérées aux industriels. Cette préoccupation à l’égard de la salubrité extérieure des industries est en même temps et encore une fois, fortement relativisée par une dépêche envoyée au corps des Mines de la région par le Premier ministre lui-même. La nécessaire présence ainsi que le bon fonctionnement de l’industrie dans la vallée sont réaffirmés, car « s’il importe d’éviter que l’atmosphère soit polluée par l’anhydride sulfureux dégagé par les usines, il ne faut, d’autre part, pas perdre de vue qu’on ne peut préconiser des mesures qui mineraient l’industrie et enlèveraient leur gagne-pain aux populations41 ».

Conclusion

  • 42 Dans leur étude du brouillard de Donora, Ross B. et Amter S., The Polluters : The Making of Our Ch (...)

56Ainsi, les interprétations successives mobilisées pour qualifier cette catastrophe ont donc, chacune à leur manière, enrôlées des éléments « naturels » pour en déterminer les causes effectives. D’abord « le seul brouillard », couplé aux « prédispositions » des personnes atteintes puis, finalement, la topographie et les conditions météorologiques, rattachées encore à ces « prédispositions ». Cette naturalisation a bien eu pour effet de circonscrire spatialement et temporellement la représentation des conditions propres à la reproduction d’une catastrophe similaire, excluant les effets permanents des émanations industrielles que ce brouillard n’a pourtant pas manqué de mettre sur le devant de la scène42.

  • 43 Drinker P., « Atmospheric Pollution... », op. cit., p. 1318.

57Comme nous l’avons déjà mentionné, à Londres comme aux États-Unis, sa réception a insisté sur le caractère local et non reproductible de cette catastrophe. L’hygiéniste industriel, Philip Drinker, mentionnait par exemple qu’aux États-Unis les « cheminées émettent les mêmes gaz que les cheminées belges, mais heureusement, comme nous le disent les météorologues, nous n’avons aucune région dans laquelle il y aurait une probabilité raisonnable qu’une telle catastrophe se produise43 ».

  • 44 D’autres smogs, moins ponctuellement catastrophiques, ont acquis une renommée importante. Ainsi de (...)

58Pourtant, au XXe siècle, contrairement à ce que laissait présager l’exceptionnalité déclarée du brouillard de la Meuse, trois épisodes majeurs de brouillard provoquèrent la mort subite de plusieurs dizaines à plusieurs milliers de personnes. Le brouillard mortel de la vallée de la Meuse inaugure cette série de catastrophes. Le smog mortel de Donora en Pennsylvanie et le smog de Londres de 195244 lui succèdent.

Notas

1 Pour une histoire du développement industriel de cette région, voir notamment Lebrun P., Bruwier M., Dhondt J. et Hansotte G., Essai sur la révolution industrielle en Belgique : 1770-1847, Bruxelles, Académie royale de Belgique, coll. « Histoire quantitative et développement de la Belgique. II, La révolution industrielle ; II, 1 », 1979, vol. 1, p. 262-341 ; Leboutte R., Vie et mort des bassins industriels en Europe, 1750-2000, L’Harmattan, 2000, p. 76-80.

2 Depuis l’écriture première de cette contribution, les archives nous ont appris que ce ne sont pas deux, mais trois enquêtes qui se sont attelées à l’élucidation des causes de la catastrophe, trois enquêtes menées par trois institutions : l’administration de l’hygiène, l’administration des mines, le parquet de Liège. Ceci ne modifie cependant en rien nos conclusions.

3 Concernant une conception politique du sensible et ses configurations discursivo-esthétiques, on se réfère à Rancière J., Le Partage du sensible : Esthétique et politique, Paris, La Fabrique, 2000.

4 Ce récit s’appuie sur le dépouillement de nombreux titres de presse de cette première semaine de décembre 1930 et notamment pour la presse belge : Le Soir, La Wallonie, La Libre Belgique, La Meuse, La Nation Belge.

5 Enquête sur le brouillard des 3 et 5 décembre 1930, Carrière Dumont-Wautier, rapport de l’ingénieur principal A. Repriels, 11 décembre 1930, Archives Générales du Royaume (désormais AGR), Administration des Mines, Inspection générale, T233/133.

6 Enquête sur le brouillard des 3 et 5 décembre 1930, Usine de Flône, inspecteur général des Mines M. Guérin, 17 décembre 1930, Ibid.

7 Enquête sur les méfaits du brouillard à Seraing et à Ougrée, ingénieur principal des Mines A. Massin, 15 décembre 1930, Ibid.

8 La plupart de ces médecins, qui exerce en cabinet, est très proche des milieux industriels. La plus grande partie de la population, travaillant dans les usines de la région, bénéficie « gratuitement » de soins médicaux, les frais engagés par ces derniers étant, suivant l’un des traits du paternalisme local, à la charge des industriels. Voir Geerkens E., La rationalisation dans l’industrie belge de l’Entre-deux-guerres, Histoire quantitative et développement de la Belgique au XIXe et XXe siècles, Bruxelles, Palais des académies, 2004, vol. III. ; p. 37-39 et 467-477.

9 « La vallée de la Meuse envahie par un brouillard délétère », Le Soir, 7 décembre 1930, p. 3.

10 Les principaux symptômes de cette « maladie du brouillard » furent une irritation douloureuse des voies respiratoires, des accès de toux, des difficultés respiratoires (diminution ou augmentation de la fréquence respiratoire), voir Firket J., « Sur les causes des accidents survenus dans la vallée de la Meuse lors des brouillards de décembre 1930 : résultat de l’expertise judiciaire faite par MM. Dehalu, Schoofs, Mage, Batta, Bovy et Firket », Bulletin de l’Académie Royale de Médecine de Belgique, 11, 1931, p. 683-734.

11 « La vallée de la Meuse envahie par un brouillard délétère », art. cit., p. 3.

12 « Une cinquantaine de personnes succombent en l’espace de 24 heures aux effets du brouillard », La Meuse, 6 décembre 1930, p. 1.

13 « La vallée de la Meuse envahie par un brouillard délétère », art. cit., p. 3. Nous soulignons.

14 « Une cinquantaine de personnes succombent en l’espace de 24 heures aux effets du brouillard », art. cit., p. 1.

15 « Un brouillard mortel descend sur neuf villages et tue près de 70 personnes », L’Humanité, 7 décembre 1930, p. 1.

16 « Les terribles effets du brouillard dans la région liégeoise », La Wallonie, 6 décembre 1930, p. 1.

17 « Soixante-trois personnes sont mortes dans la vallée de la Meuse », Le Soir, 8 décembre 1930, p. 4.

18 Enquête sur les méfaits du brouillard à Seraing et Ougrée, rapport de l’inspecteur principal des Mines Masson, 15 décembre 1930, Archives de l’État à Liège (désormais AEL), Fonds des Mines, ancien fonds, 1419/AA/161.

19 « Peu de bêtes échappèrent [...] aux troubles respiratoires si ce n’est celles que les fermiers [...] avaient amenés sur les collines en dehors de la vallée », Firket J., op. cit., p. 697. Des autopsies ont également été effectuées, cependant plus de dix jours après la fin des accidents, de sortes que ces dernières n’offrirent que peu de renseignements pertinents à l’égard des mécanismes d’action de ce brouillard.

20 Rapport de l’inspecteur M. Guérin, 20 décembre 1930, AGR, op. cit.

21 Lettre d’un lecteur, « les méfaits du brouillard dans la vallée de la Meuse », La Libre Belgique, 11 décembre 1930, p. 3.

22 Pour une histoire des protestations et résistances à l’égard de cette industrie dans la vallée et des manières dont ces dernières ont infléchi la trajectoire technologique de ses procédés, voir Péters A., « L’essor de l’industrie du zinc et la prise en compte de l’environnement », Parmentier I., La recherche en histoire de l’environnement, Belgique-Luxembourg-Congo-Rwanda-Burundi, Namur, Presses universitaires de Namur, 2010, p. 159-174. Voir également les contributions d’Arnaud Péters et de Julien Maréchal dans ce volume.

23 Banque Veuve Morin-Pons, Les forces économiques du monde, Berlin, Dresdner Bank, 1930, p. 75. Firket A., Usines à zinc, plomb et argent de la Belgique. Étude sur leurs conditions de salubrité intérieure, Bruxelles, 1901. Pour l’histoire d’une entreprise productrice de zinc dans la vallée, voir Jadot P., Prayon, du zinc à la chimie, Liège, Éditions du Céfal, 2007 ; Brion R. et Moreau J.-L., De la mine à mars. La genèse d’Umicore, Tielt, Lannoo, 2006, p. 11-58. Pour celle de « l’invention d’un métal », le zinc, voir Garçon A.-F., Mine et métal : 1780-1880 : les non-ferreux et l’industrialisation, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998, p. 57-132.

24 Péters A., op. cit.

25 Ces effets sont attestés par le régime d’indemnisations mis en place par les industriels, mais aussi par des rapports d’expertise commandés à l’occasion de procès opposant industriels et riverains. Ainsi de celui relatif aux usines à zinc du Bleyberg situées au nord-est de Liège : « Les fumées sulfureuses entravent remarquablement le développement des arbres ou les font périr. [...] Le gazon des prairies souffrant depuis longtemps offre un aspect particulier. En beaucoup d’endroits, il a disparu, ou bien il s’enlève aisément du pied, bien que le sol et le sous-sol n’offrent rien d’anormal », Les usines du Bleyberg et les propriétaires voisins. Rapport d’experts, Vervier, 1891, AEL, Mines, Anciens fonds, 1411/160. Voir aussi à cet égard les dossiers de la Commission de salubrité des usines à zinc et autres métaux spéciaux, AEL, Mines, anciens fonds, 187/765.

26 Ainsi des déclarations du professeur Travers de l’institut de chimie de Nancy : « Le fléau mystérieux de la vallée de la Meuse », Le Figaro, 8 décembre 1930, p. 3.

27 Au lendemain de la Grande Guerre, les autorités belges cherchent un moyen pour se débarrasser « d’une énorme quantité d’obus que les Allemands ont laissé en Belgique ». La proposition « de mettre ces munitions dans un puits de mine abandonné » est envisagée et les exploitants de charbonnages consultés. Affaires diverses, Lettre du directeur général des Mines à l’inspecteur général des Mines à Liège, 24 juin 1919, AEL, Mines, Anciens Fonds, 7/121.

28 Lettre du Bourgmestre de Hermalle-Sous-Huy au directeur de la Commission d’hygiène de la province de Liège, 13 décembre 1930, AGR, op. cit. et « Le mauvais brouillard », La Wallonie, 15 décembre 1930.

29 Firket J., op. cit., p. 707-708. Cette liste ne fait cependant pas mention d’un nombre pourtant encore assez important d’industries et l’auteur de préciser plus loin que dans ce tableau ne figurent pas « les établissements industriels de Liège et de Huy » et qu’« il n’est pas tenu compte non plus des émanations produites par les industries de plus faible importance de toute la région visitée, pas plus que de celles qui proviennent des trains traversant la région, ainsi que celles des véhicules automobiles ». Dans le domaine de l’industrie du zinc, pas moins de cinq industries sont ainsi ignorées.

30 Déclaration du Dr. Timbal, qui justifie la mise en place d’une seconde commission d’enquête par le besoin de rassurer la population de la vallée, « Soixante-trois personnes sont mortes dans la vallée de la Meuse », art. cit., p. 3.

31 Procès-verbal de la réunion du 9 décembre 1930, cabinet du Premier ministre, AGR, op. cit.

32 Par exemple, « Le tragique mystère de la vallée de la Meuse » Le Soir, 10 décembre 1930, p. 3.

33 Cependant, une opération de concentration, fortement polluante, fut « poursuivie du 1er au 6 décembre, à la fabrique d’engrais concentrés de la société « Nouvelle Montagne », à Engis. Une corrélation est relevée entre l’augmentation du taux de mortalité et la proximité à cette industrie, voir Rapport de l’inspecteur général des Mines du 7e arrondissement au Directeur général des Mines, 12 janvier 1931, AGR, op. cit.

34 Firket J., op. cit., p. 727.

35 Voir notamment « Les gaz meurtriers de la vallée de la Meuse. Les conclusions de l’enquête », La Libre Belgique, 14 octobre 1931, p. 5. Nous n’avons cependant pas retrouvé de traces de cette enquête dans les archives judiciaires, ce qui ne nous permet pas d’en dire davantage.

36 Voir par exemple, Haldane J. S., « Atmospheric pollution and fogs », British Medical Journal, 1-3660, 28 février 1931, p. 366-367. Pour une réception américaine similaire, voir Drinker P., « Atmospheric Pollution », Industrial and Engineering Chemistry, 31-11, 1939, p. 1316-1320.

37 Procès-verbal de la réunion du 16 octobre 1931, AEL, Fonds des Mines, ancien fonds, 161, et « comment lutter contre les gaz mortels ? », Nation Belge, 17 octobre 1931.

38 Procès-verbal de la réunion du 19 octobre 1931, AGR, Administration des Mines, Inspection générale, T133/233. Les raisons invoquées pour justifier de la présence de ces seules industries sont des plus laconiques, puisque Firket déclare simplement qu’il « s’est limité provisoirement aux exploitants des établissements industriels de la région de la vallée, comprise entre Huy et Flémalle », sans autres formes d’explication.

39 Laquelle n’oublie pas de mentionner que les « gaz et fumées provenant des nombreux foyers domestiques et industriels de la région, généralement trop dilués pour exercer une action nocive, ne sont devenus dangereux que par suite de leur condensation résultant de la coïncidence exceptionnelle de diverses circonstances météorologiques ». Circulaire du ministère de l’intérieur, Inspection d’hygiène, 15 décembre 1931, AGR, op. cit.

40 La modification de la législation peut être lue d’une autre manière : le renforcement du pouvoir du fonctionnaire technique se fait au détriment de celui du bourgmestre qui, dorénavant, ne peut plus, contrairement à la législation précédente, demander l’arrêt d’une usine sans l’établissement au préalable d’un « rapport » par ce fonctionnaire.

41 Dépêche du 31 août 1933, AEL, Fonds Cockerill, no 1558 (« brouillards de la Meuse »). L’analyse du discours de l’entreprise rend également compte de l’intégration problématique du risque lié à ses émanations. AEL. Fonds Vieille-Montagne, Rapport sur les activités de l’usine de Flône au cours de l’exercice 1931.

42 Dans leur étude du brouillard de Donora, Ross B. et Amter S., The Polluters : The Making of Our Chemically Altered Environment, New York, Oxford University Press, 2010, p. 86-97 aboutissent à des conclusions sur certains points similaires aux nôtres, notamment quant aux recours aux conditions météorologiques exceptionnelles pour expliquer la survenue du brouillard de Donora. Pour un autre cas et notamment une étude de la naturalisation des « nuages de pesticides », voir Harrison J. L., « “Accidents” and invisibilities : Scaled discourse and the naturalization of regulatory neglect in California’s pesticide drift conflict », Political Geography, 25 (2006), 506-529.

43 Drinker P., « Atmospheric Pollution... », op. cit., p. 1318.

44 D’autres smogs, moins ponctuellement catastrophiques, ont acquis une renommée importante. Ainsi de ceux de Los Angeles ou d’Athènes par exemple : Mcneill J. R., Something new under the sun : an environmental history of the twentieth-century world, W. W. Norton & Company, 2001 ; édition française. Mcneill J. R., Du nouveau sous le soleil : une histoire de l’environnement mondial au XXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2010. Concernant cet épisode catastrophique du brouillard de la vallée de la Meuse, voir Nemery B., Hoet P. HM et Nemmar A., « The Meuse Valley fog of 1930 : an air pollution disaster », The Lancet, 357-9257, mars 2001, p. 704-708. Ce brouillard fait l’objet d’une thèse de doctorat en histoire des sciences que l’auteur prépare à l’Université de Strasbourg. Pour le brouillard de Donora, voir Snyder L. P., “The death-dealing smog over Donora, Pennsylvania ” : Industrial air pollution, public health, and federal policy, 1915-1963, University of Pennsylvania, 1994; Snyder L. P., « The Death-Dealing Smog over Donora, Pennsylvania » : Industrial Air Pollution, Public Health Policy, and the Politics of Expertise, 1948-1949 », Environmental History Review, 18-1, 1994, p. 117-139. Pour celui de Londres, on pourra se référer à Berridge V. et Taylor S. (éd.), The Big Smoke: Fifty Years After the 1952 London Smog, University of London, Institute of Historical Research, 2005; Brimblecombe P., The big smoke : a history of air pollution in London since medieval times, London; New York, Methuen, 1987, p. 161-178.

Autor

Université de Strasbourg, SAGE.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540