Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Première partie. Jeux d'acteurs

Feyzin (1959-1971) : composer avec les débordements de l’industrie dans le sud lyonnais

Gwenola Le Naour

Texte intégral

1Le point de départ de notre enquête part d’un étonnement : la raffinerie de Feyzin au sud de Lyon n’a fait l’objet que de peu de contestations, non seulement avant mais également après la catastrophe de 1966. Les associations de riverains, contrairement à ce qui a pu se passer ailleurs dans les villes voisines, sont restées peu visibles. Au demeurant, l’implantation et le maintien de cette raffinerie sont présentés dans les rapports officiels et les rares articles de presse retrouvés comme allant de soi : nécessaires au développement non seulement de la région et de la métropole lyonnaise, mais aussi de la France dans son ensemble. Le site de Feyzin a toutefois été le lieu de quelques mobilisations, même si celles-ci ont été peu publicisées. Au moment de la phase de pré-implantation, les communes limitrophes et les propriétaires fonciers des terrains destinés à la raffinerie se faisaient déjà entendre. Par la suite, avec la catastrophe du 4 janvier 1966, le front des mobilisations s’élargit. Mais ces conflits et contestations n’ont pas duré. Elles n’ont pas donné naissance à de fortes mobilisations contre la présence de l’industrie au niveau local.

  • 1 Cette contribution s’appuie sur une recherche collective en cours. Elle a débuté en 2009 et porte (...)

2Comment se créent et s’institutionnalisent les conditions d’exploitation d’un site industriel comme celui de la raffinerie Feyzin ? Autrement formulée : quels sont les débordements auxquels la raffinerie donne lieu et comment sont-ils endigués ? Nous faisons l’hypothèse de la discontinuité dans la façon dont la raffinerie est envisagée, au sens où rien n’est gravé dans le marbre une fois pour toutes. Tantôt acceptée, tantôt contestée, elle fait l’objet d’un travail plus ou moins conséquent d’encadrement afin de co-habiter sans entraves avec son voisinage. Dans cette contribution, nous focaliserons l’attention sur la genèse de cet encadrement des débordements liés à la raffinerie1.

3Étudier les mobilisations autour de la raffinerie de Feyzin durant la période 1959-1968 permet de couvrir deux temps forts de l’histoire du site : le temps de l’implantation et de ses négociations (de la fin des années 1950 à 1964) ; le temps de la catastrophe, le 4 janvier 1966, et de ses conséquences (jusqu’en 1971). Si la raffinerie a bel et bien pris corps, en dépit des controverses et interrogations, la catastrophe offre une scène particulièrement visible aux différents protagonistes qui s’en saisissent pour obtenir des aménagements divers. In fine, loin de remettre en cause le choix du lieu d’implantation, elle conduit à des formes de justification et d’accord autour d’un maintien du site sous conditions.

Éloigner les industries de la ville centre

  • 2 Sur l’histoire de la mise en périphérie lyonnaise et sa temporalité, nous renvoyons à Faure O., «  (...)

4À la fin des années 1950, les élus lyonnais sont préoccupés par la présence de nombreuses industries au sein de la ville. Les quartiers de Perrache et de Guillotière sont maintes fois évoqués. Le sud de Lyon riche en territoires peu urbanisés offre une solution pour éloigner l’industrie tout en la gardant proche et en sauvegardant les richesses et les emplois qu’elle génère2. Un terrain situé sur la commune de Feyzin fait partie de ces territoires quasiment vierges qui offrent des perspectives pour améliorer la qualité de vie des citadins lyonnais. Cette stratégie du déplacement des industries du centre vers la périphérie met en lumière une forme de division territoriale qui d’emblée définit des espaces résidentiels à privilégier et d’autres industriels à spécialiser et, ce faisant, à sacrifier aux nuisances que l’industrie occasionne et que nul n’ignore.

Du consensus aux réticences

  • 3 La SADI est une société d’aménagement dont le conseil d’administration siège a minima une fois par (...)

5Le 31 janvier 1958, le directeur régional de la SADI (Société d’aménagement du département de l’Isère) adresse au préfet de l’Isère une lettre dont l’objet est la création d’une zone industrielle à Feyzin-Pierre-Bénite3.

6La lettre affirme clairement l’intention de la SADI de garder le contrôle de l’aménagement de ce territoire :

  • 4 ADI, 5088 W 11, Lettre du directeur régional de la SADI au préfet de l’Isère. Objet : création d’u (...)

« Cette affaire prend actuellement un caractère d’assez grande urgence, car certains industriels ont engagé des tractations directes ou indirectes pour l’achat des terrains parmi lesquels les communaux de Feyzin4. »

7Dans le même dossier, plusieurs autres lettres rappellent au préfet de ne pas autoriser la vente de terrains sur cette zone afin de ne pas compromettre l’opération prévue de création d’une zone industrielle (ZI).

  • 5 La revue Sud-Est Industriel titre, par exemple, le 15 mai 1958 « 575 entreprises lyonnaises projet (...)
  • 6 ADI, 5088 W 11.
  • 7 Sur l’histoire de l’UGP, voir Beltran A. et Chauveau S., « Destins croisés. Aperçus de l’histoire (...)

8Pour les élus lyonnais, l’objectif prioritaire est le déplacement des usines polluantes en périphérie, dans la partie sud de Lyon, en particulier à Gerland, Saint-Fons, Feyzin, Pierre-Bénite. L’implantation d’une raffinerie aux portes de Lyon ne semble pas à l’ordre du jour. En témoigne notamment plusieurs documents mettant en avant la création future de zones industrielles et le déplacement programmé et souhaité de plus de cinq cents entreprises lyonnaises en leur sein5. Cette idée de délocaliser les industries polluantes en dehors de Lyon et Villeurbanne semble faire consensus à la fin des années 1950. Ainsi le préfet de l’Isère adresse le 29 mai 1958 un courrier à son homologue du Rhône dans lequel il lui propose de constituer un syndicat de communes intéressées par l’aménagement de la zone industrielle de Feyzin6. Le projet de ZI à Feyzin est, dans les premiers temps, pensé comme destiné à accueillir des usines présentes à Lyon. Sont notamment citées Rhône-Poulenc, Rodiacéta et Saint-Gobain. C’est au cours de l’année 1961 que l’Union Générale des Pétroles (UGP) envisage d’implanter une raffinerie au sud de Lyon7.

  • 8 À ce stade de notre enquête, il est impossible de dire si le projet était déjà pensé dès la créati (...)
  • 9 On rejoint ici les thèses de Geneviève Massard-Guilbaud concernant le XIXe siècle : « L’enjeu des (...)

9La raffinerie de Feyzin commence alors à se matérialiser dans plusieurs documents, alors même qu’elle n’était mentionnée par personne auparavant8. À partir du début des années 1960 et de l’évocation d’une occupation de la quasi-totalité de la ZI par la raffinerie apparaissent deux projets d’aménagement distincts de ce territoire vierge : l’un destiné à éloigner de Lyon les industries de la chimie, l’autre destiné à une raffinerie de pétrole9. Le processus qui doit conduire à la construction d’une raffinerie à Feyzin semble pourtant vite devenir irréversible, et ce en dépit des inquiétudes et avis défavorables qui vont peu à peu s’exprimer. La raffinerie est néanmoins fortement soutenue par les acteurs relevant de l’État : la SADI, différents ministères, la préfecture de l’Isère. Elle s’inscrit dans une politique économique nationale, présentée comme un impératif au service du développement industriel de la France.

  • 10 ADI, 5088 W 11.

10Se constitue alors un réseau d’acteurs étroitement connectés qui portent à la fois les intérêts de l’État et du secteur de la pétrochimie. Si leurs intérêts peuvent également rejoindre ceux des élus de communes du sud de Lyon désireux de voir leur ville se développer (la mairie de Feyzin notamment soutient l’implantation d’une raffinerie), il convient de préciser que les élus des communes directement concernées ne sont finalement consultés et intéressés que dans un deuxième temps. La création d’une société anonyme (Rhône-Isère), puis d’une société d’économie mixte (SEM) et d’un syndicat de communes sont ainsi clairement évoquées par les services de l’État dans le but de faciliter les négociations à venir concernant l’implantation et l’aménagement des différentes ZI, dont celle de Feyzin10.

  • 11 ADI, 5088 W 11, Procès-verbal du 26 mai 1959, 6e CA de la SADI.

11À l’appui de cette lecture, mentionnons une réunion à la préfecture du Rhône, le 28 avril 1958, à laquelle ne participent que des représentants de l’État et de l’industrie via les représentants des chambres de commerce. Au cours de cette réunion est envisagée la création d’une société d’économie mixte (SEM) regroupant les principaux acteurs économiques et publics concernés (les départements du Rhône et de l’Isère, la SADI et Société d’Équipement de la Région Lyonnaise – SERL ; les chambres de commerce de Lyon et de Vienne ; les communes de Feyzin, Solaize, Serezin et Saint-Symphorien-d’Ozon, un représentant des industries, la CNR, les organismes de financement)11.

  • 12 Lorrain D., « Gouverner « Dur-Mou » : neuf très grandes métropoles », Revue française d’administra (...)

12La création de la SEM, comme l’existence de ce réseau d’acteurs se retrouvant dans de nombreuses réunions, accrédite dès lors l’idée de la mainmise à l’époque sur le territoire d’un groupe d’acteurs qui échappent en partie au contrôle démocratique et, donc, aux plaintes des citoyens. « Tout ne passe pas par l’action des institutions politiques, élues, démocratiques et connues. Il faut prendre en compte l’action des institutions invisibles (règles et grands réseaux) qui cadrent l’espace et encadrent les acteurs12 » écrit Dominique Lorrain pour décrire les modes de régulation dans les grandes métropoles à la fin du XXe siècle.

La ZI de Feyzin en quelques dates
15 mai 1958 : constitution de la société Rhône-Isère.
26 mai 1959 : création officielle de la ZI de Feyzin.
31 janvier 1962 : réunion pour l’examen des sites proposés pour l’implantation d’une raffinerie dans la région lyonnaise.
5 au 18 février 1962 : enquête de commodo et incommodo en vue de l’autorisation d’implantation de la raffinerie. La décision est validée durant l’année 1962 par la préfecture de l’Isère et par le conseil municipal de Feyzin.
1964 : début d’exploitation de la raffinerie.

  • 13 Deux autres terrains situés sur les communes de Péage de Roussillon et Montluel sont évoqués.

13À la fin des années 1950 et au début des années 1960, la ZI de Feyzin devient le lieu idoine car à la fois éloigné et proche de la ville de Lyon. L’implantation de la raffinerie devient au gré des réunions et des mois qui s’écoulent une réalité incontournable. Elle se fonde sur des enquêtes, des rapports, des notes techniques. Certes d’autres lieux sont envisagés, mais d’après les études menées, aucun n’offre une situation aussi favorable que celle du site de Feyzin13. Sa position vis-à-vis de la ville de Lyon, le voisinage du Rhône et de la voie ferrée en font le lieu le plus commode.

14Les archives départementales renseignent sur les registres d’expertise mobilisés pour faire valoir le bien fondé du projet de la raffinerie feyzinoise. Ces expertises apparaissent peu nombreuses et surtout non pluralistes, car elles émanent presque toutes de la SADI ou de groupements associés. Or, dans ce projet, ces groupes sont à la fois juges et parties. Ce sont eux au final qui prendront la décision alors qu’ils sont directement intéressés au projet, y compris financièrement pour une partie des acteurs impliqués dans ces groupements.

15Les rapports commandés auprès de différents prestataires font figure d’instruments à la fois de connaissance, mais aussi de gouvernance, au sens où leurs conclusions sont très peu contestées par la suite et n’offrent que peu d’alternatives. Quelques réserves seront toutefois émises, notamment par les services techniques, parmi lesquelles la proximité de l’autoroute (décidée quelques années auparavant). Elle est jugée problématique dans plusieurs rapports, sans que la révision de son tracé n’ait pour autant pu être rendue possible. La question des nuisances olfactives n’est pas occultée, mais elle est considérée comme transitoire compte tenu de la foi dans l’amélioration des procédés susceptibles de les réduire. Un voyage d’études en Allemagne permet de visiter deux raffineries présentées comme similaires et d’accréditer la thèse de nuisances olfactives mineures. Le projet de raffinerie apparaît ainsi paré de toutes les conditions garantissant des rejets propres, comme l’illustrent ces deux citations (emblématiques de nombreux autres extraits).

Liste des expertises produites sur l’implantation d’une ZI à Feyzin, puis d’une raffinerie sur cette ZI
Dossier SADI – Feyzin – Études – Rapport introductif – 24 février 1959
Dossier SADI – Feyzin – Études – ZI Feyzin, Caractéristiques générales – janvier 1959
Dossier SADI – Feyzin – Étude préliminaire – février 1959
Étude de la Direction des Carburants tendant à définir sur le plan de l’économie générale l’implantation optimale des nouvelles capacités de raffinage à construire (étude qui sert de base à la réunion du 31 janvier 1962 sur l’examen des sites proposés pour l’implantation d’une raffinerie dans la région lyonnaise)
Rapport du Docteur Coin (chef du laboratoire central d’hygiène de la ville de Paris) sur les risques de la pollution des eaux et de l’atmosphère
Rapport du Comité régional pour l’aménagement et l’expansion économique de la région Rhône-Alpes – Implantation d’une raffinerie de pétrole dans la région industrielle de Feyzin, janvier 1962
Visite de la commission Isère-Rhône aux raffineries de pétrole de Hanovre et Dinslaken, 9-11 janvier 1962, annexe au rapport susmentionné.

  • 14 ADI, 4332 W 156, Compte-rendu réunion du 31 janvier 1962 sur l’examen des sites proposés pour l’im (...)
  • 15 ADI, 4332 W 156, Rapport du Comité régional pour l’aménagement et l’expansion économique de la rég (...)

« M. Randet, se référant à l’exposé du Docteur Coin, estime nécessaire que le Service des Établissements classés puisse garantir que l’implantation de la raffinerie ne présentera aucun inconvénient pour le voisinage (odeurs en particulier) et définisse de façon détaillée les dispositions à prendre à cet effet, qu’UGP devra alors s’engager à respecter sauf à se voir imposer l’arrêt de l’exploitation de l’usine14. »
« Il est certain par contre que les nuisances redoutées pourront être évitées et les raffineurs tiennent les engagements qu’ils ont pris à savoir ne consommer pour le traitement des pétroles que des produits exempts de soufre, en même temps qu’ils construiraient les cheminées d’une hauteur satisfaisante et qu’enfin ils n’emploieraient que les techniques adéquates pour épurer les eaux de traitement15. »

16Si les services de l’État, déconcentrés ou centraux, font cause commune autour de ce projet présenté comme nécessaire au développement économique de la région Rhône-Alpes et de la France, ceci n’empêche pas l’expression d’avis défavorables. Les principales formes de remise en cause émanent des communes voisines, de quelques résidants, parmi lesquels les propriétaires des terrains concernés qui entameront une action en justice.

Des réticences multiples

17Les premières réticences seront émises durant l’enquête commodo et incommodo de 1962 par la société Lumière (qui craint des effets sur la qualité de l’air pouvant altérer ses produits), par la Compagnie Nationale du Rhône (CNR, sur des aspects techniques d’accès au canal), par plusieurs habitants et le syndicat agricole de Feyzin.

18La ville de Lyon et les communes aux alentours n’ont pas émis d’avis unanime sur cette question. Consultées par le préfet de l’Isère au moment de l’enquête commodo et incommodo, leur position n’est ni unanime, ni tranchée. Parmi les communes voisines, seules deux émettent d’importantes réserves : les communes d’Irigny et de Lyon.

  • 16 Les différents documents consultés attestent qu’il a émis tantôt des avis favorables, tantôt défav (...)

19La position des édiles lyonnais, au premier rang desquels le maire de Lyon16, est relativement ambiguë, comme en témoigne la délibération prise par le conseil municipal lyonnais :

  • 17 AM Lyon, Délibération du conseil municipal de la ville de Lyon, séance du 2 juillet 1962.

« L’implantation d’un complexe pétrochimique aux extrêmes limites sud de l’agglomération lyonnaise ne manque pas d’inquiéter.
Les dangers d’explosion et d’incendie résultant du stockage de quantités importantes de pétrole, de fuel, de butane et de propane, ne seront pas négligeables : mais de sérieuses mesures préventives ont été mises au point et nous savons, de plus, que les moyens actuels de lutte contre l’incendie permettent de circonscrire rapidement de pareils sinistres.
Reste un problème plus grave qui intéresse Lyon au premier chef : celui de la pollution atmosphérique...
Compte tenu de l’avis de nos techniciens, et en particulier celui de M. le Médecin Directeur du Bureau municipal d’hygiène, j’estime – a priori – qu’une installation de ce genre pourrait être envisagée dans une zone plus éloignée d’un grand centre urbain, tel que le nôtre.
La pollution atmosphérique des grandes villes, et en particulier de Lyon, fait déjà l’objet de nos préoccupations. La moindre addition d’éléments susceptibles d’accroître sa nocivité ne peut nous laisser indifférents...
Ouï les conclusions de M. le Conseiller rapporteur tendant :
à prendre acte de la décision de M. Le Préfet de l’Isère d’autoriser l’installation de la raffinerie de Feyzin ;
à demander que M. le Directeur du bureau municipal d’hygiène de Lyon et M. le Directeur de l’Office météorologique aient accès aux commissions de contrôle chargées d’examiner le fonctionnement de la raffinerie ;
à demander que soit étudiée l’extension de la zone industrielle de Feyzin en vue de l’éventuelle installation d’industries lyonnaises ;
Ouï la discussion ;
Émet un avis défavorable à l’installation d’une raffinerie de pétrole à Feyzin17. »

  • 18 Sur le rôle des municipalités dans la lutte contre la pollution atmosphérique à cette époque, voir (...)

20L’avis rendu est défavorable mais il prend acte de la décision du préfet de l’Isère. Il demande que la ville de Lyon soit partie prenante des contrôles entrepris et que des industries lyonnaises puissent trouver place dans la ZI18.

21En définitive et malgré un avis défavorable, la zone industrielle de Feyzin apparaît nécessaire au développement de la métropole lyonnaise. Le projet de raffinerie aux portes de la ville et aux limites du département du Rhône est loin de susciter l’enthousiasme du conseil municipal, car il perturbe en partie la stratégie de développement de la ville. La raffinerie est une industrie lourde, nécessitant un terrain vaste (180 ha sur les 220 prévus par la ZI) et elle est susceptible de produire des nuisances olfactives contre lesquelles les édiles lyonnais souhaitent lutter en se débarrassant des sites intra-muros. In fine les élus lyonnais réclament d’être fortement impliqués dans le contrôle des nuisances et dans l’organisation de la sécurité liée aux risques d’incendie.

  • 19 ADI 4332W153, sous-dossier « doléances maires Feyzin, Solaise, Irigny, Vernaison suite incendie de (...)

22Parmi les autres foyers de la critique, la commune d’Irigny, commune rurale à l’époque, rend un avis défavorable par l’intermédiaire de son maire et de son conseil municipal et conteste ouvertement par la suite le projet. Irigny est l’une des rares communes à ne souhaiter aucun compromis, ne voyant que des inconvénients à l’implantation d’une raffinerie dans une commune voisine19.

  • 20 L’autre partie appartient à la commune.
  • 21 ADI 5088W11, recours au TA d’habitants de Feyzin contestant l’arrêté du préfet d’occupation tempor (...)

23Outre ces contestations des communes proches, les propriétaires d’une partie des terrains choisis pour la raffinerie, dans leur majorité des agriculteurs, s’estiment lésés20. Ces terrains font l’objet d’une procédure d’expropriation. Leurs propriétaires déposent alors un recours au tribunal administratif. L’opération étant reconnue d’utilité publique, les demandeurs sont déboutés. Ces terrains situés dans le bas de Feyzin sont inconstructibles et peu valorisables (ce sont des lônes : zones d’expansion des crues du Rhône). Le projet d’implantation redonne de la valeur à ces terres. Les agriculteurs concernés, soutenus par leurs pairs dont certains siègent au conseil municipal, se mobilisent pour réclamer une indemnisation plus juste, et ce faisant plus élevée. Ils se fédèrent en comité de défense de Feyzin afin de peser dans la négociation. Ils se sentent néanmoins peu soutenus par l’équipe municipale en place. Les syndicats agricoles et la chambre d’agriculture interviennent pour servir de médiateurs entre les services de l’État et ces propriétaires. Ils obtiennent vraisemblablement des compensations financières mais cela ne suffit pas à apaiser leur colère et nourrit une envie de revanche à l’égard du maire de l’époque21.

  • 22 ADI 4332W156, Lettres du préfet de l’Isère aux maires de Lyon, Pierre-Bénite, St Genis-Laval Vénis (...)
  • 23 Voir l’encadré ci-avant qui fait la liste des expertises produites sur l’implantation d’une ZI à F (...)

24Arrivé au terme du récit de cette première étape, revenons sur les acteurs mobilisés autour du projet de raffinerie, sur les conflits suscités et sur le « compromis » qui en résulte. Les différents services de l’État et l’Union Générale des Pétroles apparaissent comme des promoteurs zélés du projet, s’échinant à tout mettre en œuvre pour que celui-ci puisse voir le jour. Le préfet va notamment bien plus loin que ce que prévoit la législation en consultant très largement les communes alentour22. L’expertise produite émane quasi exclusivement de la SADI ou d’acteurs qui lui sont proches23. Le front des réservés ou des contestataires, quant à lui, n’est pas très large : les communes de Lyon et d’Irigny, quelques résidants de Feyzin. La critique la plus écoutée est celle de la ville de Lyon qui souhaitait que la ZI de Feyzin accueille des usines situées dans Lyon intra-muros.

  • 24 ADI 4332W156, Rapport du Comité régional pour l’aménagement et l’expansion économique de la région (...)

25Ceci explique que le dernier rapport produit avant la décision évoque dans ses dernières pages l’idée d’un « compromis », dont les termes sont très simples : 180 ha seront destinés à la raffinerie et les 40 restants (ainsi que d’hypothétiques autres terrains qui pourraient être inclus) sont promis à Rhône-Poulenc et Rhodiacéta pour délocaliser leurs usines lyonnaises24. Ce compromis, qui consiste à diviser un territoire, ne repose cependant pas sur l’accord des parties concernées. La ville de Lyon n’a guère le choix, elle ne peut que prendre acte de cette proposition.

26La raffinerie voit le jour quelques mois plus tard. Les expropriations, démolitions et travaux ont lieu en 1963 et l’exploitation débute en 1964. Deux années plus tard, le 4 janvier 1966, la ville de Feyzin est bien malgré elle à nouveau le centre de toutes les attentions et préoccupations. Une explosion dans la raffinerie, suivie d’un grave incendie, font 18 morts (dont 11 pompiers), de nombreux blessés et occasionne d’innombrables dégâts alentours. Cette catastrophe est par la suite qualifiée de « première catastrophe industrielle moderne ». Outre le drame humain, cet évènement réactive certaines oppositions et créé de nouveaux conflits, sans que la présence de la raffinerie ne soit pour autant véritablement remise en cause.

De l’explosion à la gestion discrète

27La catastrophe suscite une pluralité de mobilisations assez peu connectées entre elles. Ces mobilisations – réactivées ou nouvelles – aux répercussions dépassant largement le cadre de la gestion de la crise qui suit la catastrophe, portent ici encore sur les choix d’urbanisme faits à la fois par l’équipe municipale feyzinoise et les services de l’État. Si ces conflits produisent des effets, ils ne remettent pas en cause directement la raffinerie ou la société gestionnaire qui fait pratiquement figure de non-coupable contrairement au maire de Feyzin, violemment pris à partie par quelques-uns de ses administrés, et aux services de l’État, accusés de graves manquements concernant l’organisation des secours et la mise en sécurité du site.

La catastrophe, chambre d’écho des oppositions

  • 25 Berthet L., « Feyzin, 4 janvier 1966 : la première grande catastrophe industrielle moderne et ses (...)

28Un collectif d’habitants et de professionnels se mobilisent pour contester les choix d’urbanisme de la municipalité. Il réclame une plus grande transparence concernant les dangers et nuisances des industries feyzinoises. Par la suite, plusieurs syndicats et associations populaires s’organisent pour la sécurité et l’aménagement de Feyzin en un cartel composé variablement au fil des événements « de la CGT (Confédération Générale du Travail), de la CFDT (Confédération Française Démocratique du Travail), de trois associations familiales populaires, de trois associations scolaires, de deux associations d’exploitants agricoles, et du comité de défense du quartier des Géraniums de Feyzin (situé dans le haut Feyzin où résident la plupart des agriculteurs)25 ».

  • 26 ADI, 4332 W 154, sous-pochette meetings, réunions, manifestations. Nous avons également trouvé des (...)

29La composition et les revendications du cartel sont variées. D’après la préfecture et les renseignements généraux, il réunit à la fois les opposants au maire de Feyzin et les syndicats de la raffinerie qui cherchent à peser dans les réformes à venir26. La mairie les surnomme « syndicat des battus ». Sur le fond, les revendications du cartel portent à la fois sur la proximité de la raffinerie avec la zone urbaine et sur une demande régulière d’informations. Plusieurs lettres seront adressées à la municipalité. Une réunion a lieu à la mairie le 26 janvier 1966 et une manifestation sera organisée le 3 février 1966. La manifestation qui échappe en partie au cartel, est finalement chapeautée par la CGT et le parti communiste (PC). Le maire de l’époque, Marcel Ramillier (mouvement républicain populaire, MRP) est accusé de n’avoir pas pris la mesure de l’implantation d’une raffinerie sur sa commune. La catastrophe est ici l’occasion de remettre au goût du jour la question des terres agricoles et de contester les choix précédents de la municipalité. Les agriculteurs expropriés et les habitants hostiles à la raffinerie estiment assurément que le maire ne les avait pas soutenus à l’époque. Le cartel semble ensuite disparaître mais une partie des doléances exprimées, notamment par la CFDT et la CGT qui souhaitent être associés à la gestion de la sécurité de la raffinerie, sera satisfaite par des échanges réguliers avec la municipalité feyzinoise, puis la création de commissions municipales auxquelles des représentants de la CGT et de la CFDT seront associés.

  • 27 AM Feyzin, Rapport de la Société Plymouth Française par suite de la catastrophe de Feyzin, 1er fév (...)
  • 28 AM Feyzin, Réponse de la raffinerie Rhône-Alpes aux sociétés Plymouth Française et Plytex après ré (...)
  • 29 AM Feyzin, Réponse de la Société Plymouth Française à la raffinerie Rhône-Alpes et nouvelle requêt (...)
  • 30 AM Feyzin, Revendications du CE et du CHS des usines Lumière suite à la catastrophe de Feyzin, 7 f (...)

30Les entreprises situées sur l’île de la Chèvre à proximité de la raffinerie se plaignent également : elles se sentent menacées à la fois par sa présence, mais surtout par le manque de relations et d’échanges d’informations entre la raffinerie et elles. Les trois sociétés voisines de la raffinerie – les usines Lumière, Plytex, Plymouth Française expriment leur mécontentement par voie épistolaire directement auprès de l’Union générale des pétroles, société gestionnaire de la raffinerie dont le siège est à Paris. Outre les dédommagements des dégâts subis par leurs outils de production, ces entreprises réclament des mesures de sécurité et contestent certains aménagements à l’intérieur de la raffinerie. Dans un rapport de la société Plymouth Française en date du 1er février 196627 adressé à l’Union Générale des Pétroles sont demandés le déplacement de certaines sphères et la constitution d’un comité de sauvegarde des voisins. Le rapport accuse également la raffinerie de ne jamais s’être souciée de ces derniers. Dans ce courrier, le terme « voisins » est opposé à celui de « techniciens ». La société réclame par ailleurs des mesures immédiates : mise en place d’une sirène et d’une voie de dégagement pour les salariés de l’usine. Dans une réponse en date du 11 février, l’Union générale des pétroles adresse cependant une fin de non recevoir concernant ces demandes d’aménagement28. Dans une nouvelle lettre en date du 22 février 1966, le représentant de la société Plymouht proteste contre la réponse de la raffinerie qualifiée d’inhumaine29. À son tour, la société Lumière adresse un courrier le 7 février 1966 qui mentionne également l’indifférence de la raffinerie pour ses voisins et demande à être prévenue immédiatement en cas de sinistre ; ainsi que l’aménagement d’une voie carrossable au sud30.

31Le problème concerne autant la question des relations entre ces entreprises et la raffinerie – qui aux dires des sociétés Lumière et Plymouth sont quasi-inexistantes – que le système d’alerte et l’absence de réflexion autour de l’évacuation du site en cas de dangers. Dans cet échange de lettres, le préfet intervient également. Dans un courrier en date du 5 mars 1966, c’est un rappel à l’ordre qu’il adresse à la société Plymouth et lui demande de se montrer plus conciliante et plus constructive. Il écrit notamment :

  • 31 AM Feyzin, Réponse du Préfet de l’Isère aux différentes observations formulées par la Société Plym (...)

« Le concours de toutes les bonnes volontés est indispensable. Les procès d’intention, la polémique et la surenchère ne font, par contre, que compliquer sans le moindre profit, une situation déjà difficile31... »

  • 32 ADI, 4332 W 153, Lettre de la société Plymouth 1er février 1966, réponse de la raffinerie, réponse (...)

32Ce conflit est réglé par la suite. La voie d’évacuation des usines de l’île de la Chèvre est finalement réaménagée et les systèmes d’alerte repensés. La demande de créer un comité des voisins de raffineries est en revanche rejetée par le préfet, mais elle ne reste pas totalement lettre morte32.

  • 33 ADI, 4332 W 153, une sous-pochette est consacrée à l’école des Razes.

33Un dernier conflit concerne le groupe scolaire des Razes. Lorsque la catastrophe se produit le 4 janvier 1966, les élèves ne sont pas présents dans l’école endommagée. La question de son emplacement devient centrale. La solution qui s’impose d’emblée est celle de son déménagement. Cette solution recueille dans les premiers temps l’accord de toutes les parties concernées : les parents d’élèves, le maire, le préfet, le rectorat et la direction de la raffinerie y sont favorables33. Le problème se complexifie au moment d’envisager une nouvelle localisation. Au vu des terrains disponibles, celle-ci ne pourra pas être à proximité de l’ancienne et nécessitera le transport des élèves hors de leur quartier de résidence. Les parents argumentent autour de la trop grande distance entre la nouvelle école et Les Razes, source de danger quotidien pour les enfants. Le conflit dure plusieurs mois. Le préfet et le rectorat plaident un long moment sur l’impossibilité de la réouverture de l’école des Razes au motif du danger représenté par la trop grande proximité de l’usine. La mairie joue un rôle d’intermédiaire entre les parents d’élèves et les services de la préfecture et du rectorat. À la demande de la mairie, ces derniers finissent par se rendre sur place pour visiter les emplacements proposés pour accueillir les écoliers des Razes. Suite à cette visite, ils acceptent la solution défendue par les parents d’élèves : la réouverture de l’école. Ils reprennent l’argumentaire des parents d’élèves en indiquant que cette solution est finalement la moins dangereuse. Les parents d’élèves et les services de l’État obtiennent des mesures de sécurisation et de renforcement du bâti financées par la raffinerie. L’école reste à son emplacement tout en étant mieux protégée.

La remise en cause d’une gestion distante de la raffinerie

  • 34 ADI, 4332 W 153, sous-pochette consacrée aux « doléances des maires ». Le Docteur Cinelli, conseil (...)

34La catastrophe a donc des effets relativement contrastés. D’abord, elle réactive des conflits non résolus : celui opposant la mairie et certains administrés, mais aussi celui impliquant la société Lumière située sur l’île de la Chèvre et qui voit la société Plymouth la rejoindre pour demander des garanties supplémentaires. La catastrophe et l’attention qu’elle suscite permettent à ces demandes restées pour ainsi dire sans réponse d’être finalement traitées avec diligence. L’UGP et les services de l’État mettent tout en œuvre pour aplanir les litiges et garantir que la sécurité sera désormais assurée. La cohabitation de la raffinerie et de l’école des Razes (qui avait été construite de manière concomitante) est discutée et est in fine pérennisée grâce à quelques aménagements. Ici ou là, parmi les communes voisines et parmi les services de l’État34, des voix se lèvent pour demander que la raffinerie soit entourée par un espace vacant, mais les voisins les plus directs s’y opposent.

35Ensuite, la catastrophe et ses conséquences suscitent de nouvelles revendications qui ont des effets durables sur les relations entre la mairie et la raffinerie. Parmi ces nouvelles demandes l’une d’entre elles vise à créer une instance qui permette des collaborations et échanges d’informations plus réguliers entre la mairie et la raffinerie (elle a été notamment exprimée par les syndicats et par les sociétés situées sur l’île de la Chèvre). Celle-ci voit le jour deux ans plus tard.

  • 35 AM Feyzin, 5I4-8, Compte rendu de la réunion du 17 juin 1970.
  • 36 AM Feyzin, Compte rendu de la réunion du 21 juillet 1971.

36En mai et juin 1970, la municipalité de Feyzin (dont le maire est toujours Marcel Ramillier) mandate cinq personnes pour constituer une commission d’étude de la pollution de l’air et de l’eau. Font partie de cette commission municipale : quatre représentants du conseil municipal, le directeur de la raffinerie, le responsable de la sécurité de la raffinerie, divers représentants d’entreprises voisines (Plymouth Française, Air Liquide, SRA, NIC), deux médecins dont le médecin du travail de la raffinerie35. Des représentants de la municipalité de Saint-Fons se joignent au groupe dès la deuxième réunion36.

37Par ailleurs, la commune de Saint-Fons se dote d’une commission composée d’élus et de représentants de la société civile (essentiellement des industriels et des syndicalistes) de lutte contre les nuisances dès 1968. Signalons également la création, en 1971, de l’association pour la défense de la nature et la lutte contre la pollution du Rhône créée à Givors (commune située au sud de Lyon), présidée par Camille Vallin, sénateurmaire de Givors (PC) dont deviennent membres de nombreuses communes longeant le fleuve Rhône.

38Ces dispositifs destinés à anticiper et réguler les contestations sont d’origine municipale. En leur sein sont exposés les choix technologiques et les moyens de contrôler les nuisances sans entraver le développement industriel. Loin d’une contestation radicale des choix technologiques à laquelle la catastrophe de Feyzin aurait pu donner naissance, le discours reste favorable à l’industrie et les contestations organisées sont extrêmement rares. Les dispositifs mis en place remplissent donc une fonction de régulation des conflits émergents ou potentiels alors que les plaintes (notamment pour nuisances olfactives) sont récurrentes sur cette période. L’exploitant, les salariés et les maires des différentes communes avoisinantes deviennent des acteurs incontournables et s’engagent dans une gestion discrète et quotidienne des incidents liés à la raffinerie, peut-être au détriment des riverains qui semblent uniquement user du registre de la plainte écrite.

39La création de ces instances extra ou para-municipales permet aux maires de pouvoir émettre des avis sur des dossiers clés pour le territoire du sud de Lyon, reposant sur une forme de négociation et de coordination. Ces instances sont pour eux des moyens de détenir des compétences dans des domaines qui ne relèvent pas prioritairement de leur responsabilité, tout en faisant pression sur les industriels afin qu’ils améliorent les conditions de travail et qu’ils limitent les nuisances générées par leurs activités.

40L’industrie n’est finalement considérée comme nuisible que si elle n’est pas encadrée et si elle ne se dote pas de nouveaux procédés pour limiter les rejets polluants :

  • 37 AM Saint-Fons, 110 W 285, Maire Pollution raffinerie 1971-1975, sous-dossier « Correspondance dive (...)

« La commission examine attentivement les demandes de permis de construire de nouvelles installations et avant de donner un avis favorable elle demande des garanties concernant toutes les nuisances probables. Notre principe n’est pas de détruire l’industrie dans Saint-Fons en empêchant les expansions envisagées mais d’obtenir que ces expansions non seulement n’aggravent pas les nuisances mais permettent le financement d’installations d’assainissement pour les unités de production déjà existantes37... »

41Derrière la volonté de contrôler l’expansion de l’industrie, les élus poursuivent deux objectifs : contribuer à l’amélioration des conditions de travail (notamment à l’amélioration des conditions d’hygiène et de sécurité) et réduire les nuisances produites par l’industrie. Il s’agit de combler un vide juridique, en se substituant à une autorité réglementaire jugée inexistante dans le domaine de la sécurité et des nuisances durant une période d’intensification des inquiétudes à l’endroit de l’environnement.

  • 38 On rejoint ici les hypothèses formulées par Kamoun L., Le « problème » des nuisances odorantes dan (...)
  • 39 On retrouve ici une fonction classique assurée par les acteurs engagés dans la défense d’une polit (...)
  • 40 Dans le carton AM Saint-Fons, 110 W 285, Maire Pollution raffinerie 1971-1975, nous avons trouvé p (...)
  • 41 Voir Kamoun L., op. cit., 2008, notamment le passage intitulé : « Des services préfectoraux plongé (...)

42Dans un contexte de montée des préoccupations environnementales et de faiblesse des réponses de l’État, les maires et leurs satellites se substituent aux services de l’État qui sont bien souvent incapables de répondre aux plaintes des habitants38. Ils sont alors en position de courtier : dans une position intermédiaire qui leur permet de mettre en relation quasi directe les habitants et les industriels39. Dans les années 1960, l’autorité préfectorale s’exerce essentiellement via les autorisations d’extension ou d’implantation. Elle est parfois sollicitée pour des questions diverses (suites à donner à une pollution, organisation des secours), mais ses réponses sont jugées « peu satisfaisantes40 ». Dans son travail sur les nuisances olfactives et leur catégorisation comme problème public dans les années 1970 à Lyon, Léa Kamoun décrit les services préfectoraux comme « plongés dans l’incertitude » face à des plaintes formulées au nom de l’environnement, voire de l’intérêt général41. Confrontées à des formes d’inaction des services de l’État, les municipalités créent des espaces de négociations qui leur permettent d’entretenir des rapports réguliers et de négocier directement avec les industriels.

Conclusion

43Que peut-on in fine déduire de ce récit sur la régulation des nuisances industrielles ? L’histoire de l’implantation de la raffinerie prouve que le processus de tolérance de cet équipement est discontinu. Il n’y a pas d’accord une fois pour toutes concernant la raffinerie et les plaintes la concernant sont récurrentes. Les plaignants apparaissent assez peu organisés ; ils ne tentent ni de se constituer en associations de défense de l’environnement, ni d’élargir le front de leur mobilisation. Il semble que la gestion quotidienne des litiges qui se met en place à partir de 1966 (sous des formes diverses) permette de comprendre en partie ce phénomène. Les plaintes sont réglées en amont et les services de la raffinerie, comme de la mairie, ont à cœur qu’elles ne débouchent pas sur une action collective organisée. Enfin, cette étude de cas révèle que si les services de l’État jouent un rôle clé, ils ne sont pas pour autant considérés comme infaillibles ou légitimes, leur autorité est contestée et remise en cause par des élus, par des habitants et par d’autres acteurs économiques.

Notes

1 Cette contribution s’appuie sur une recherche collective en cours. Elle a débuté en 2009 et porte sur les compromis autour de l’industrie du couloir de la chimie lyonnaise. Parmi les sources mobilisées, citons les Archives départementales (AD) de l’Isère, les Archives municipales (AM) de Feyzin et Saint-Fons.

2 Sur l’histoire de la mise en périphérie lyonnaise et sa temporalité, nous renvoyons à Faure O., « L’industrie et “l’environnement” à Lyon au XIXe siècle », Cahiers des annales de Normandie, no 24, 1992, p. 299-311 : « Peut-être plus qu’ailleurs encore, l’industrie, vigoureusement encouragée par les autorités, est pourtant précocement confinée dans des périphéries toujours plus lointaines. Cet exil est largement le fruit de protestations croissantes qui ne sont pas seulement fondées sur les intérêts de la propriété. Elles révèlent aussi le développement de sensibilités nouvelles », p. 302 ; ainsi qu’à Cauhopé M., Duchêne F., et Jaillet M. C., « Impact d’une catastrophe sur l’avenir d’un site industriel urbain. Les cas de Lyon et Toulouse », Cahiers de la sécurité industrielle, 2010, no 6, Institut pour une Culture de Sécurité Industrielle, Toulouse, France. Consultable sur : http://www.icsi-eu.org/francais/dev_cs/cahiers/

3 La SADI est une société d’aménagement dont le conseil d’administration siège a minima une fois par an. Il se compose, outre de son président, du préfet de l’Isère, du vice-président du conseil général, d’un représentant de la chambre de commerce de Grenoble et de Vienne, d’un représentant du comité interprofessionnel des Alpes françaises, d’un représentant de la Fédération départementale de syndicats d’exploitants agricoles de l’Isère, d’un représentant de la Caisse des dépôts et consignations, d’un représentant de la Société centrale pour l’équipement du territoire : ADI, 5088 W 11, Procès-verbal du 26 mai 1959, 6e CA de la SADI.

4 ADI, 5088 W 11, Lettre du directeur régional de la SADI au préfet de l’Isère. Objet : création d’une zone industrielle à Feyzin-Pierre Bénite.

5 La revue Sud-Est Industriel titre, par exemple, le 15 mai 1958 « 575 entreprises lyonnaises projettent de se transplanter hors de l’agglomération ».

6 ADI, 5088 W 11.

7 Sur l’histoire de l’UGP, voir Beltran A. et Chauveau S., « Destins croisés. Aperçus de l’histoire du groupe Elf-Aquitaine et de la CFP-Total », Bulletins de l’IHTP, Bulletin no 84, Pétrole et gaz : Nouvelles perspectives et outils de recherche.

8 À ce stade de notre enquête, il est impossible de dire si le projet était déjà pensé dès la création de la ZI feyzinoise ou, ce qui nous paraît plus vraisemblable, s’il arrive après, prenant de court les acteurs de l’époque favorables à une zone réservée aux industries existantes implantées à Lyon. Les Archives nationales, notamment du ministère de l’Industrie, permettront peut-être d’éclaircir ce point.

9 On rejoint ici les thèses de Geneviève Massard-Guilbaud concernant le XIXe siècle : « L’enjeu des plaintes est donc plus large que la simple disparition d’une pollution ici ou là ; c’est toute la question de la gestion du territoire urbain qui était posée. La pression qu’exerçaient les citadins pour être débarrassés de telle ou telle nuisance n’était pas toujours couronnée de succès [...] mais elle participait d’un ensemble de rapports de force entre quartiers, entre couches sociales, entre intérêts économiques et environnementaux antagonistes, d’où émergeait une ville qui, faute d’être le produit d’une pensée cohérente et planifiée, était celui de ces courants contradictoires », Massard-Guilbaud G., Histoire de la pollution industrielle. France, 1789, 1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010, p. 101. Concernant la cohabitation villes-industrie, les travaux de géographie reviennent également sur ces questions de concurrences entre activités pour l’occupation de l’espace : par exemple Vant A., Imagerie et urbanisation. Recherches sur l’exemple stéphanois, Éditions du Centre d’études foréziennes, 1981.

10 ADI, 5088 W 11.

11 ADI, 5088 W 11, Procès-verbal du 26 mai 1959, 6e CA de la SADI.

12 Lorrain D., « Gouverner « Dur-Mou » : neuf très grandes métropoles », Revue française d’administration publique, no 107, p. 447-454, 2003, p. 453.

13 Deux autres terrains situés sur les communes de Péage de Roussillon et Montluel sont évoqués.

14 ADI, 4332 W 156, Compte-rendu réunion du 31 janvier 1962 sur l’examen des sites proposés pour l’implantation d’une raffinerie dans la région lyonnaise.

15 ADI, 4332 W 156, Rapport du Comité régional pour l’aménagement et l’expansion économique de la région Rhône-Alpes – Implantation d’une raffinerie de pétrole dans la région industrielle de Feyzin.

16 Les différents documents consultés attestent qu’il a émis tantôt des avis favorables, tantôt défavorables. Parmi les communes réticentes, la ville de Lyon, et notamment le maire Pradel, émettra de très vives critiques à l'endroit du préfet Doublet. Ils s'écriront et s'opposeront par article de presse interposé durant plusieurs mois, notamment au sujet de l'organisation des secours durant la catastrophe. Cette controverse ne sera pas traitée ici et fera l'objet de publications ultérieures.

17 AM Lyon, Délibération du conseil municipal de la ville de Lyon, séance du 2 juillet 1962.

18 Sur le rôle des municipalités dans la lutte contre la pollution atmosphérique à cette époque, voir la contribution de Stéphane Frioux dans ce volume.

19 ADI 4332W153, sous-dossier « doléances maires Feyzin, Solaise, Irigny, Vernaison suite incendie de Feyzin », la lettre du maire d’Irigny rappelle son opposition à l’implantation de la raffinerie durant la phase de consultation des communes alentours par le préfet de l’Isère.

20 L’autre partie appartient à la commune.

21 ADI 5088W11, recours au TA d’habitants de Feyzin contestant l’arrêté du préfet d’occupation temporaire ; lettre de la SADI au préfet daté du 31 janvier 1963 au sujet de ce recours. Au sein de cette sous-pochette, plusieurs documents font état de l’intervention de la chambre d’agriculture concernant les prix des terrains : convention relative à l’aménagement d’une ZI passée entre le département de l’Isère et la SADI qui stipule les accords obtenus et les expropriations à réaliser.

22 ADI 4332W156, Lettres du préfet de l’Isère aux maires de Lyon, Pierre-Bénite, St Genis-Laval Vénissieux, Saint-Fons, Charly, Vernaison, Irigny.

23 Voir l’encadré ci-avant qui fait la liste des expertises produites sur l’implantation d’une ZI à Feyzin, puis d’une raffinerie sur cette ZI. La plupart des rapports d’expertise sont regroupés dans les cartons ADI 4332W156 et ADI 5088W11.

24 ADI 4332W156, Rapport du Comité régional pour l’aménagement et l’expansion économique de la région Rhône-Alpes – Implantation d’une raffinerie de pétrole dans la région industrielle de Feyzin, janvier 1962.

25 Berthet L., « Feyzin, 4 janvier 1966 : la première grande catastrophe industrielle moderne et ses implications politico-administratives. Élus locaux et représentants de l’État entre gestion de crise et règlement de comptes », mémoire de 4e année, sous la direction de R. Payre, IEP de Lyon, 2008, p. 62.

26 ADI, 4332 W 154, sous-pochette meetings, réunions, manifestations. Nous avons également trouvé des traces de cette mobilisation aux archives municipales de Feyzin.

27 AM Feyzin, Rapport de la Société Plymouth Française par suite de la catastrophe de Feyzin, 1er février 1966.

28 AM Feyzin, Réponse de la raffinerie Rhône-Alpes aux sociétés Plymouth Française et Plytex après réception de la signification de Maître Chanay, 11 février 1966.

29 AM Feyzin, Réponse de la Société Plymouth Française à la raffinerie Rhône-Alpes et nouvelle requête concernant l’éloignement des stockages de gaz et d’hydrocarbures, 22 février 1966.

30 AM Feyzin, Revendications du CE et du CHS des usines Lumière suite à la catastrophe de Feyzin, 7 février 1966.

31 AM Feyzin, Réponse du Préfet de l’Isère aux différentes observations formulées par la Société Plymouth Française suite à la catastrophe de Feyzin, 5 mars 1966.

32 ADI, 4332 W 153, Lettre de la société Plymouth 1er février 1966, réponse de la raffinerie, réponse négative des services de l’État en date du 26 avril 1966 concernant la demande de création d’un comité des voisins des raffineries au niveau local et national.

33 ADI, 4332 W 153, une sous-pochette est consacrée à l’école des Razes.

34 ADI, 4332 W 153, sous-pochette consacrée aux « doléances des maires ». Le Docteur Cinelli, conseiller général du Canton de Saint-Symphorien d’Ozon, affirme ainsi : « Médecin dans cette région depuis trente ans, je connais chaque maison, chaque ferme. Notre peine est immense. Elle nous autorise à exiger qu’une zone de protection efficace soit établie autour des ensembles pétroliers. Je souligne qu’un groupe scolaire et une piscine ont été construits à proximité des cuves. »

35 AM Feyzin, 5I4-8, Compte rendu de la réunion du 17 juin 1970.

36 AM Feyzin, Compte rendu de la réunion du 21 juillet 1971.

37 AM Saint-Fons, 110 W 285, Maire Pollution raffinerie 1971-1975, sous-dossier « Correspondance diverse », Lettre de Franck Sérusclat à Monsieur Paul-Émile Victor, Fondation pour la sauvegarde de la nature.

38 On rejoint ici les hypothèses formulées par Kamoun L., Le « problème » des nuisances odorantes dans le Grand Lyon, 1970-1971 : vers l’institutionnalisation environnementale des odeurs, mémoire du master 2 Politiques publiques et Gouvernements Comparés, sous la direction de G. Massardier, IEP de Lyon, 2008 : « Ces plaintes laissent l’administration normalement chargée des établissements classés dans l’embarras. Il n’existe pas encore, au début des années 1970, de système de régulation global du problème des odeurs. Il s’agit donc d’une catégorie non existante à l’échelle de l’agglomération », p. 60.

39 On retrouve ici une fonction classique assurée par les acteurs engagés dans la défense d’une politique publique. Voir notamment : Nay O. et Smith A. (dir.), Le gouvernement du compromis : Courtiers et généralistes dans l’action politique, Paris, Economica, 2002.

40 Dans le carton AM Saint-Fons, 110 W 285, Maire Pollution raffinerie 1971-1975, nous avons trouvé plusieurs notes et correspondances au sein desquelles les élus saint-foniards jugeaient les réponses de la préfecture « peu satisfaisantes », notamment en décalage par rapport aux demandes des habitants et des élus, ce qui suscitait la recherche d’autres interlocuteurs.

41 Voir Kamoun L., op. cit., 2008, notamment le passage intitulé : « Des services préfectoraux plongés dans l’incertitude devant les plaintes non localisées », p. 80.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540